Version classiqueVersion mobile

Machines à instruire, machines à guérir

 | 
Isabelle von Bueltzingsloewen

Première partie : Genèse

Chapitre I. Les promesses d’une université éclairée

Texte intégral

1On ne peut comprendre l’émergence de la clinique allemande sans la rapporter à un phénomène qui la dépasse sans lui retirer sa dynamique propre : la réforme de l’institution universitaire au tournant des xviie et xviiie siècles. Il n’est pas indifférent en effet que l’enseignement clinique ait d’abord été programmé dans les universités de Halle et de Göttingen : seuls ces deux établissements nouvellement créés, Halle en 1694, Göttingen en 1734/37, pouvaient fournir au projet clinique le terrain favorable à son épanouissement, freiné partout ailleurs par une tradition universitaire figée dans un climat hostile à l’innovation. Il aura donc fallu, non pas une révolution, mais l’apparition d’un nouveau modèle universitaire, pour que le processus soit mis en branle.

Göttingen ou la naissance de l’Université moderne

  • 1 Sur la situation des universités allemandes au xviiie siècle : Charles E. McClelland, State, socie (...)
  • 2 18 d’entre elles sont protestantes, 14 sont catholiques.

2La fondation de l’université de Göttingen s’inscrit dans un contexte de forte dévalorisation de l’institution universitaire, qui marque l’ensemble du siècle des Lumières1. Prisonnières de la rigidité de leur structure corporative et des limites contraignantes du dogme et de la scolastique, les 32 universités2 que compte alors le Saint Empire Romain Germanique semblent avoir épuisé leur capacité d’attraction. Depuis la fin du xvie siècle, les nobles leur préfèrent souvent les académies équestres (Ritterakademien), plus souples dans leur organisation et mieux adaptées à leurs attentes. Si certaines d’entre elles (Vienne, Leipzig, Cologne ou Wittenberg), parviennent à conserver un certain prestige, d’autres (Kiel ou Rostock) doivent se contenter d’accueillir 25 à 30 étudiants par an. De nombreux hommes de science se livrent à une critique en règle de l’institution, réclamant parfois son abolition pure et simple. Tenant d’une réflexion scientifique ouverte, indépendante et résolument orientée vers la pratique, Leibniz ne voit ainsi dans l’Université de son temps que le reliquat anachronique d’un passé obscur. Les méthodes de travail, le style des cours, le découpage des matières et la prééminence de la théologie, tout est selon lui périmé, inadapté aux besoins nouveaux d’une société nouvelle. Très répandues, l’oisiveté et la débauche des étudiants ne font que renforcer l’impression générale de décadence.

  • 3 Des académies des sciences sont créées à Berlin en 1700, à Göttingen en 1751 et à Munich en 1759.

3Dans le domaine de la médecine, la création à Hanovre en 1716 puis à Berlin en 1724 de collèges medico-chirurgicaux indépendants de l’institution universitaire semble ouvrir la voie à une nouvelle forme d’enseignement dans le cadre d’écoles spécialisées. Au cours du xviiie siècle le phénomène s’étend à de nombreux autres secteurs, en particulier aux disciplines techniques entièrement négligées par l’Université : on voit ainsi se créer des académies des mines, des académies d’ingénieurs, des académies des arts et des écoles d’architecture. La recherche qui, dans l’Université médiévale, était indissociablement liée à l’enseignement, semble elle aussi bouder la structure universitaire pour se réfugier dans les académies des sciences ; celles-ci lui assurent le dynamisme et l’ouverture dont elle a besoin et bénéficient d’un prestige croissant3.

  • 4 Sept autres établissements sont fondés au cours du xviiie siècle : l’université de Breslau (1702), (...)
  • 5 La première université du Saint Empire est créée à Prague en 1348. Sont fondées ensuite les univer (...)
  • 6 Les universités de Cologne et d’Erfurt sont des créations municipales.

4Cependant, cette situation de crise profonde, qui n’est d’ailleurs pas spécifique à l’Allemagne, n’entraîne pas la faillite du système. En dépit de tous les symptômes de déliquescence observés et malgré la concurrence d’alternatives nouvelles, l’Université parvient en effet à conserver, pendant tout le xviiie siècle, une place centrale dans la formation des élites. C’est ce qui explique, dans un contexte pourtant très défavorable, la fondation d’universités nouvelles à Halle, à Göttingen mais aussi à Erlangen en 1743 ainsi que dans d’autres villes de l’Empire4. Alors que l’Université semblait entrée dans une période de déclin irrémédiable, le succès de ces établissements lui permit de s’engager sur la voie de la réforme. Son maintien et son renouvellement ne peuvent se comprendre sans l’intervention du pouvoir princier, qui voit en elle l’instrument et le symbole d’une politique absolutiste éclairée. En réalité cette proximité du politique n’est pas nouvelle. Apparues tardivement au regard des universités françaises, italiennes et anglaises5, les universités germaniques, créées pour la plupart non par l’empereur mais par un prince territorial ou une municipalité6, ont d’emblée été placées dans une situation de dépendance assez stricte vis-à-vis du pouvoir ; celle-ci s’est accrue avec la confessionnalisation de l’Allemagne. Intégrée dans une logique politique, l’Université a toujours eu pour principale vocation de former les serviteurs de l’État. Il lui fallait certes produire des penseurs, des philosophes, des écrivains ou des théologiens mais aussi des fonctionnaires, des juristes, des pasteurs et des médecins, prêts à se dévouer au bien public ; c’est-à-dire délivrer à la fois une culture (Bildung) et une formation (Ausbildung). Pourtant, à la fin du xviie siècle, l’enseignement universitaire, resté fidèle au dogme et à la scolastique, ne correspond plus aux objectifs de l’État, décidé à accroître de façon décisive son pouvoir face aux particularismes. Il convenait donc de réformer l’institution, en outre très désorganisée par la guerre de Trente Ans, pour l’adapter à ces évolutions. Cela supposait une redéfinition de ses missions, une refonte de sa structure et de son organisation, un renouvellement des objets comme des méthodes de l’enseignement. Seule une création ex nihilo pouvait supporter une telle rupture avec la tradition et permettre à l’Université de retrouver une capacité d’innovation depuis longtemps perdue.

  • 7 Voir Johanna Geyer-Kordesch, « Die Medizin im Spannungsfeld zwischen Aufklärung und Pietismus : Da (...)

5L’université de Göttingen se trouve au centre de ce mouvement de réforme universitaire qui marque la première moitié du xviiie siècle. Car si les historiens s’accordent à reconnaître à l’université de Halle un rôle d’initiateur, ils ne voient généralement en elle qu’un modèle imparfait, une esquisse de ce que devint l’institution universitaire, soumise à l’esprit de systématisation qui présida à la fondation de sa concurrente du Hanovre. On reproche à Halle ses ambiguïtés et une réussite qui, pour certains, serait davantage due à une série de hasards et à la collaboration heureuse de quelques fortes personnalités qu’à un projet cohérent qui aurait guidé son organisation et son évolution. On lui fait également grief d’une prospérité trop brève, venue confirmer la fragilité de l’édifice. Dans un premier temps, Halle avait en effet profité de sa forte connotation piétiste qui l’opposait à sa rivale de Wittenberg, ancrée dans un luthéranisme intégriste. Largement ouvert sur le monde et sur la société, confiant dans le pouvoir de la raison, le piétisme suffisait alors à nourrir le dynamisme du nouvel établissement et à attirer un grand nombre d’étudiants. Mais l’accent mis sur la théologie, malgré la percée de la faculté de droit, finit par nuire à l’institution toute entière. Face à la radicalisation de l'Aufklarung, le piétisme se durcit pour se réfugier dans un dogmatisme intransigeant et à partir des années 1720/30 entraîne le déclin de l’université. Halle n’en avait pas moins montré qu’une Université réformée pouvait trouver sa place dans le nouvel âge des Lumières : dans le climat de pessimisme qui avait suivi la guerre de Trente Ans, son principal inspirateur, August Hermann Francke, avait prouvé qu’elle était capable de jouer un rôle central dans la rénovation de la société et de prendre la tête du mouvement de renouveau évangélique. En outre, bien que les impératifs religieux et moraux aient toujours été prioritaires, Halle avait fait preuve d’une capacité d’innovation qui ne se limitait pas à la théologie mais concernait toutes les facultés, en premier lieu celle de droit mais aussi celles de philosophie et de médecine7.

  • 8 En 1714, à la mort de la reine Anne et en vertu de l’Acte d’établissement, l’électeur de Hanovre ( (...)
  • 9 Sur la situation du Hanovre dans l’Europe du début du xviiie siècle : Rudolf Vierhaus, « 1737 – Eu (...)

6À Halle avaient donc été inventés et expérimentés la plupart des principes qui, approfondis et systématisés, permirent à Göttingen d’éclipser rapidement sa rivale prussienne. Comme dans tant d’autres domaines, la concurrence entre les États constitue en effet un puissant incitateur à la modernisation. En ce début du xviiie siècle, la Prusse est encore loin d’exercer la prééminence qui sera la sienne tout au long du siècle suivant et la Maison de Hanovre, récemment élevée au trône d’Angleterre8, nourrit de grandes ambitions. Grâce à l’appui anglais, elle vient de conquérir les duchés suédois de Brême et de Verden et, par sa superficie, constitue l’un des ensembles territoriaux les plus importants du Saint Empire9. Dans ce contexte de rivalité politique, il était inacceptable que la Prusse entretienne une université prestigieuse alors que le Hanovre n’en possédait pas. En outre, le recours à l’université du duché voisin de Brunswick-Lunebourg pour former les futurs serviteurs de l’État cadrait fort mal avec la mise en œuvre de principes centralisateurs et absolutistes. Comme la plupart des universités allemandes, Helmstedt avait d’ailleurs beaucoup perdu de sa réputation et semblait hostile à toute réforme susceptible de remettre en cause ses droits corporatifs.

  • 10 Trois quarts des dépenses annuelles de l'université sont couvertes par les états (Stände) ; le res (...)

7Dès l’origine, deux objectifs sont donc assignés à la nouvelle université de Göttingen : asseoir la réputation de la Maison de Hanovre et assurer la formation des serviteurs de l’État. Cette double exigence détermine les orientations du projet universitaire. Tirant les enseignements de l’expérience prussienne, l’homme clef de ce projet, le ministre Gerlach Adolf Freiherr von Münchhausen, formé à l’université de Halle, soumet son œuvre à une planification rigoureuse, assumant jusqu’à sa mort en 1770 la continuité de l’entreprise. L’action de ce ministre éclairé, qui est le meilleur représentant de cette catégorie de brillants fonctionnaires dont l’État souhaite désormais contrôler la formation, symbolise surtout le renforcement de la mainmise du pouvoir central sur l’institution universitaire. Commanditaire d’un projet qui doit servir sa politique, l’État entend en effet rompre avec la tradition d’autonomie qui fait de l’Université une corporation repliée sur elle-même et sur ses privilèges. Outrepassant la fonction de « protecteur » qui lui revenait traditionnellement, il affirme ses prérogatives dans le domaine financier comme dans celui du recrutement : l’université dépend désormais de lui pour l’essentiel de ses ressources10 et n’a plus qu’un droit de proposition dans la nomination des professeurs. Sans conduire à une mise sous tutelle de l’institution qui, dans les faits, restait très libre de ses mouvements, ce contrôle étatique devait permettre de garantir le strict respect des impératifs de ce que l’on peut d’ores et déjà appeler une politique universitaire et d’éviter les déviances d’une corporation encline au népotisme.

  • 11 Le xvie siècle voit d’ailleurs la multiplication des établissements universitaires avec la créatio (...)
  • 12 Durant cette période, les universités de Heidelberg et de Leipzig en comptent environ 7 %, celle d (...)
  • 13 Samuel A. Tissot, Essai sur les moyens de perfectionner les études de médecine, Lausanne, 1785, p. (...)

8Pour accroître le prestige de la dynastie du Hanovre et soutenir brillamment la rivalité prussienne, Göttingen devait impérativement dépasser le statut d’université territoriale (Landesuniversität) et renouer avec la réputation universelle des établissements médiévaux, la provincialisation des universités ayant été l’une des conséquences majeures de la confessionnalisation de l’Allemagne11. Il lui fallait donc attirer, au détriment d’universités plus anciennes, des étudiants venus de toutes les régions de l’Allemagne mais aussi de l’étranger. Aussi le gouvernement de Hanovre réclame-t-il un privilège impérial pour le nouvel établissement, afin que les diplômes délivrés soient reconnus dans l’ensemble du Reich. En outre, conformément au principe du mercantilisme universitaire, on décide de privilégier l’accueil des étudiants nobles, susceptibles d’enrichir l’électorat. Pour séduire ce public d’aristocrates et d’étrangers (Vornehme und Ausländer), on s’efforce, grâce à une politique de hauts salaires et la promesse de droits étudiants élevés, de recruter des professeurs renommés à l’échelle internationale, tels que Johann Stephan Pütter en droit ou Albrecht von Haller en médecine, à une période où la mobilité n’est pas encore le fondement des carrières universitaires. La possibilité offerte aux jeunes nobles de parfaire leur éducation dans les arts de cour constitue un autre facteur d’attraction. Parallèlement aux enseignements traditionnellement dispensés par les facultés, les étudiants se voient proposer des cours de danse, d’escrime et d’équitation ; ils peuvent également pratiquer la musique sous la direction d’un professeur ou s’exercer à l’art de la conversation en différentes langues. On parvient ainsi à réconcilier l’institution universitaire avec l’orientation plus mondaine des académies équestres. Cette politique de séduction est rapidement couronnée de succès : entre 1737 et 1797, Göttingen compte en moyenne 10 à 15 % de nobles parmi ses étudiants, soit beaucoup plus que la plupart des autres universités allemandes12. C’est ce qui, un demi-siècle plus tard, fait dire au médecin suisse Samuel Tissot dans son Essai sur les moyens de perfectionner les études de médecine : « Qu’est-ce qui donna soudain tout à coup cette supériorité frappante à Goettingue, triste petite ville dans un triste pays ? C’est la certitude d’y trouver non seulement des hommes excellents en tout genre, mais aussi tous les secours pour la science à laquelle on se vouoit, pour toutes celles dont on étoit bien aise de cultiver quelque branche, et pour tous ces arts qui entrent dans une éducation soignée, et que l’on fait marcher de front avec les études, sans aucun inconvénient13 ».

  • 14 Joachim Lampe, Aristokratie, Hofadel und Staatspatriziat in Kurhannover, Göttingen, 1963.

9La présence massive d’étudiants nobles n’était pas incompatible avec le second objectif de la politique universitaire : former une nouvelle génération de serviteurs de l’État. La convergence des intérêts de l’État et de ceux de l’aristocratie explique même pour une grande part le succès de l’université de Göttingen. L’éloignement du pouvoir princier après le départ pour l’Angleterre de l’électeur et de la cour en 1714 avait permis à la noblesse de renforcer son autorité et de retrouver une place plus importante dans le gouvernement et le service de l’État. Mais, pour s’imposer face aux docteurs bourgeois qui se sont opposés à elle pendant tout le xviie siècle, l’aristocratie était désormais persuadée de la nécessité d’acquérir un niveau de qualification plus élevé, conforme aux exigences d’un État moderne. Si la naissance et le privilège continuaient d’être les fondements de sa puissance, elle se sentait davantage requise de justifier sa position par les talents et le mérite14. L’Université bénéficie donc du regain d’intérêt manifesté par la noblesse pour les carrières civiles et de la valorisation du cursus et des diplômes universitaires comme voie d’accès à ces carrières.

  • 15 Ceux-ci sont autorisés, au même titre que les étudiants protestants, à se réunir pour pratiquer le (...)

10Afin d’adapter l’université à ses nouvelles missions et espérant également attirer des étudiants venus des régions catholiques de l’Allemagne15, Münchhausen décide de limiter la prépondérance de la faculté de théologie. Il favorise ainsi le développement des autres facultés, en particulier celui de la faculté de droit, qui devient la colonne vertébrale de l’établissement. Le recul de la théologie devait également permettre d’éviter la poussée intolérante qui avait entraîné le déclin de l’université de Halle. Ce principe de modération s’applique d’ailleurs à toutes les facultés. Quelle que soit la discipline, Münchhausen eut toujours soin, afin que l’université ne soit pas tentée de s’engager dans des querelles d’écoles qui auraient desservi la qualité de son enseignement et sa réputation, d’éviter le recrutement de professeurs aux conceptions extrémistes. En supprimant la censure et la dénonciation pour hérésie, il renouait également avec la liberté académique qui avait contribué au rayonnement de l’Université médiévale. Nulle part ailleurs en Allemagne, les professeurs ne pouvaient espérer une plus grande liberté d’expression et de publication. En favorisant un climat de libre discussion scientifique, ces dispositions permirent de concilier les impératifs pratiques assignés à l’université avec ceux de la science et redonnèrent à la recherche une place centrale au sein de l’institution universitaire. Celle-ci se devait en effet de former des hommes utiles en dispensant un enseignement moderne et ouvert aux évolutions du monde, qui soit à la fois rationnel et spécialisé (zweckrational). La rhétorique, la dialectique, la poétique ou la métaphysique devaient ainsi céder la place à des matières nouvelles telles que la géométrie, la statistique, l’économie, le commerce ou la médecine pratique. Mais, conformément au nouvel idéal des Lumières, l’université se devait également de maintenir un lien étroit entre la théorie et la pratique afin de ne pas se transformer en simple école d’application sur le modèle de certaines académies nouvellement créées. Cette volonté de laisser les disciplines agir les unes sur les autres garantissait la continuité et la spécificité de l’institution universitaire face au développement de formules concurrentes.

11Après des débuts difficiles, la nouvelle université de Göttingen connut un succès rapide fondé sur sa capacité d’innovation et sur son dynamisme. Symbole de l’Université progressiste et éclairée, souvent qualifiée de « reine des universités », elle participe en effet très activement au mouvement de critique théologique, philosophique, esthétique et littéraire qui caractérise la première Aufklärung et bénéficie, durant tout le xviiie siècle, d’un prestige considérable auprès des professeurs et des étudiants de l’Europe entière. Le génie de Münchhausen avait été de parvenir à concilier le retour à la tradition avec la modernisation indispensable d’une institution sclérosée.

L’enseignement clinique : une revendication précoce

  • 16 Cette décision suscite d’ailleurs l’opposition des médecins du Hanovre qui entendent que l’univers (...)
  • 17 Paul G. von Werlhof, « Gutachten wegen einer medicinischen Facultät, 16. Dezember 1733 », in E. (...)

12Les principes édictés par le baron von Münchhausen pour l’ensemble de l’université sont ensuite adaptés à chacune des facultés. En médecine comme ailleurs, on décide de recruter des professeurs renommés, venus de Helmstedt, d’Iéna, de Rostock, de Wittenberg, de Leipzig ou même de Saint-Petersbourg plutôt que des praticiens du Hanovre réputés pour l’importance de leur clientèle16. À partir d’observations recueillies dans les facultés de médecine bien fréquentées, on tente également de définir les orientations et les enseignements à privilégier pour décider le plus grand nombre d’étudiants à venir étudier à Göttingen plutôt que dans quelque autre université, plus ancienne ou plus prestigieuse. C’est donc en des termes résolument mercantilistes que Paul Gottlieb von Werlhof, conseiller de Münchhausen dans le domaine médical, envisage l’enseignement de la médecine au sein de la nouvelle université : « Si l’on veut qu’une faculté de médecine devienne rapidement florissante, il faut mettre l’accent sur cinq matières essentielles : 1) l’anatomie, 2) la botanique, 3) la chimie, 4) la théorie médicale, 5) la pratique. Si dans chacun de ces domaines, on ne prend pas la peine de créer une structure originale et attrayante, il ne faut pas espérer un afflux considérable d’étudiants17 ». Au-delà du souci d’assurer la réputation de l’université, on cherchera en vain une quelconque réflexion sur la meilleure façon d’enseigner la médecine. La volonté d’améliorer la formation des jeunes médecins pour contribuer au bien commun n’est jamais exprimée, seul est mis en avant le critère de rentabilité de l’entreprise.

  • 18 Citation extraite du rapport d’un autre conseiller de Werlhof, Textor, médecin à la cour de Carlsr (...)
  • 19 Un jardin botanique universitaire, le premier du genre après celui d’Ingolstadt, est aménagé dès 1 (...)
  • 20 Celui de Georg E. Stahl (1660-1734) et celui de son collègue Friedrich Hoffmann (1660-1742) opposé (...)

13Conformément aux impératifs fixés à l’université, le projet de Werlhof insiste d’abord sur la nécessité d’une orientation plus pratique de l’enseignement, qui mette l’accent sur les matières susceptibles d’une démonstration concrète. La faculté de médecine devra impérativement sortir de l’impasse d’un enseignement livresque « fondé sur des règles admises ou des principes arbitraires » pour mettre en œuvre un enseignement « exclusivement fondé sur des observations et des expériences naturelles, mécaniques et chimiques précises et souvent répétées, à partir desquelles pourraient être déterminés les vrais principes des corps, qu’ils soient sains ou malades »18. Aussi préconise-t-il le développement de l’anatomie, dont l’enseignement ne peut se concevoir sans un professeur doté d’une collection de livres, d’instruments et de préparations et sans un théâtre anatomique qui permettra au professeur de faire des démonstrations sur le cadavre et aux étudiants de se livrer à l’ouverture des corps. Le succès de cet enseignement auprès des étudiants de Leyde, d’Amsterdam, de Strasbourg ou de Paris montre en effet qu’il est indispensable à une université de renom. Il en est de même pour la botanique, qui gagnera beaucoup à la présence d’un grand jardin bien exposé, dans lequel on rassemblera peu à peu une collection de plantes rares qui servira à illustrer les leçons et dont les représentations gravées seront envoyées dans le monde entier19. Enfin l’accent est mis sur la chimie, qui devra disposer d’un laboratoire et des substances nécessaires à la préparation des médicaments. Quant à l’enseignement dit théorique, il devra à tout prix éviter l’écueil du sectarisme et de la philosophie pour recourir aux principes de la science physique et mathématique afin de fournir aux étudiants un ensemble cohérent de raisonnements médicaux, un savoir solide et utile qui allie la clarté à l’humanité. Dans ce domaine, l’atmosphère sectaire de Halle, marquée par l’affrontement virulent de deux systèmes médicaux sévèrement antagonistes20, devra servir de repoussoir à la nouvelle faculté de médecine. Afin d’éviter toute prééminence de la théorie sur la pratique, tous les professeurs, quel que soit leur rang, auront d’ailleurs le titre de professores medicinae theoretico-practicae.

  • 21 Emil Rössler, Die Gründungder Universität Göttingen, op. cit., p. 301.

14Mais le projet de Werlhof va plus loin dans l’innovation. Conscient qu’un enseignement plus démonstratif ne suffira pas à satisfaire les aspirations pratiques des étudiants en médecine, soucieux d’être préparés à leur future fonction, Werlhof juge indispensable de donner rang de discipline à la pratique de la médecine : « En ce qui concerne la pratique de la médecine, qui constitue le but de la majorité des étudiants, il faut nommer un professeur habile mais surtout donner aux étudiants l’occasion de pratiquer eux-mêmes. Car le professeur peut enseigner tout ce qu’il veut, s’il ne peut rien montrer, les étudiants préféreront aller là où il leur est donné de voir des maladies et des traitements21 ». Encore fallait-il déterminer la forme à donner à cet enseignement, qui ne pouvait être laissé à la seule initiative des professeurs. Si, dans quelques facultés, certains avaient depuis longtemps pris l’habitude de se faire accompagner dans leurs visites par l’un ou l’autre de leurs étudiants, cette pratique informelle ne pouvait convenir à une université décidée à mettre en œuvre un enseignement rationnel et efficace. Même systématisée, elle ne pouvait d’ailleurs suffire à répondre aux besoins car elle ne pouvait concerner qu’un nombre très restreint d’étudiants et se heurtait parfois à l’opposition des patients, réticents à dévoiler leurs maux au tout venant. Comme l’anatomie, la botanique ou la chimie, la médecine pratique devra donc disposer d’un institut spécifique où il sera donné au professeur d’illustrer et de démontrer et à l’étudiant de voir et de comprendre. La faculté de médecine devra donc être dotée d’un hôpital qui aura pour autre avantage de fournir à l’enseignement anatomique une partie des cadavres dont il a besoin. Le rapport préparatoire de 1733 ne donne pas davantage de précisions sur l’organisation de cet enseignement clinique que l’on appelle encore « enseignement pratique de la médecine ». Mais les références sont clairement citées : Paris, Strasbourg, et surtout Leyde et Halle. Là encore, il s’agissait donc de systématiser ce qui, dans une période récente, avait contribué au succès de tel ou tel établissement.

15Le principe selon lequel il incombe à l’Université d’assurer aux futurs médecins une initiation à la médecine pratique n’était il est vrai pas nouveau. Dès la fin du Moyen-Âge, l’université de Vienne l’avait inscrit dans ses statuts : avant d’obtenir son grade de docteur, tout étudiant en médecine devait suivre, pendant un an au moins, les visites d’un professeur de médecine. En 1472, l’université d’Ingolstadt avait adopté une disposition analogue et les universités de Fribourg et de Bâle en avaient fait autant au cours du xvie siècle. Cependant, si les historiens ont souvent vu dans ces pratiques introduites ici et là à partir de la fin du Moyen-Âge les prémices de l’enseignement clinique, il semble que ces expériences poursuivies dans quelques universités jusque très avant dans le xviiie siècle aient plutôt servi de repoussoir aux nouveaux adeptes de l’enseignement pratique de la médecine. Car bien quelles témoignent d’un souci précoce de garantir une formation pratique à chaque étudiant, on est encore très loin de la formule envisagée par Werlhof : un cours de médecine pratique au lit du malade en présence de tous les étudiants.

  • 22 Voir Gernot Rath, Die Entwicklung des klinischen Unterrichts, Göttingen, 1965 ainsi que la publica (...)
  • 23 Sur les origines très discutées de la clinique hollandaise : Harm Beukers, « Clinical Teaching in (...)

16Ce constat conduit à s’interroger sur les origines de l’enseignement clinique, sur lesquelles les historiens ne s’accordent guère22. Doit-on considérer que l’enseignement clinique est né à l’hôpital Saint-François de Padoue au milieu du xvie siècle sous l’impulsion de Giovanni Battista da Monte puis de ses successeurs, Albertino Bottoni et Marco degli Oddi ? Ou faut-il plutôt admettre qu’il a véritablement débuté en Hollande dans le deuxième tiers du xviie siècle ? Mais, là encore, pas de certitudes : l’enseignement clinique est-il né à Utrecht où, pour la première fois en 1636, Willem van der Straaten emmène ses étudiants à l’hôpital, ou bien à Leyde où, en 1636 également, Otto Heurnius et Ewald Screvelius ébauchent le plan d’un collegium medicum practicum dans l’hôpital Sainte-Cécile Gasthuis23 ? Plutôt que de s’attacher à déterminer à quelle université revient le mérite d’avoir « inventé » l’enseignement clinique, plutôt que de remonter toujours plus avant dans le temps pour retrouver les traces d’une expérience plus précoce encore, il paraît plus fructueux de se limiter à une constatation essentielle : aux xvie et xviie siècles et jusque très avant dans le xviiie siècle, l’enseignement clinique demeure une réalité isolée, géographiquement et chronologiquement discontinue, qui ne permet pas de fonder une véritable tradition. Ce constat ne relativise pas seulement l’intérêt, au demeurant légitime, porté aux premières manifestations du phénomène clinique. Il met d’ores et déjà en valeur l’insuffisance d’une approche exclusivement universitaire de la clinique, qui ne peut suffire à expliquer les difficultés d’adaptation d’un enseignement dont la nécessité a été pressentie deux siècles plus tôt.

  • 24 Sur les origines de l’enseignement clinique à l’université de Halle : Wolfram Kaiser, « Collegium (...)
  • 25 Johann Juncker doit néanmoins attendre 12 ans avant d’être intégré à l’université en qualité de pr (...)

17Mais s’il n’existe pas, au moment où se crée l’université de Göttingen, de tradition clinique solidement établie, Werlhof peut s’inspirer de deux expériences en cours qui, quoique vouées elles aussi à une existence éphémère, font figure d’initiatives novatrices et rencontrent un franc succès auprès des étudiants. Celle menée par Hermann Boerhaave à l’université hollandaise de Leyde et son « imitation » plus récente à l’université de Halle. À son arrivée à Leyde en 1714, Hermann Boerhaave avait en effet renoué avec la pratique d’un enseignement hospitalier introduit près de deux siècles plus tôt par Heurnius et Screvelius, interrompu ensuite puis poursuivi temporairement par Franciscus de le Boë en 1658. La méthode d’enseignement développée pendant 24 ans par Boerhaave, considéré comme le magnus medicorum universae Europae praeceptor, fait-elle ou non de lui l’inventeur de la clinique moderne comme on l’a très souvent affirmé ? Elle a en tout cas, au moins jusqu’au milieu du xixe siècle, servi de référence quasi obsessionnelle à la clinique allemande. L’initiative boerhaavienne trouve un premier terrain d’expansion à l’université piétiste de Halle24. Désireux de former des médecins capables de soigner des malades dès leur sortie de l’université, August Hermann Francke programme en effet un enseignement clinique dès 1708. Celui-ci n’est mis sur pieds qu’en 1717, à l’arrivée de Johann Juncker à Halle ; chargé de diriger l’hôpital piétiste fondé en 1708, Juncker y accueille les étudiants en médecine, conformément au souhait de Francke25. En quelques années, cet enseignement pratique de type hospitalier et ambulatoire fait de Halle le centre médical universitaire le plus fréquenté d’Allemagne. Au moment où Werlhof rédige son rapport préparatoire, seule la possibilité d’y suivre un enseignement clinique permet d’ailleurs à Halle d’enrayer le déclin de sa faculté de médecine.

Chronique d’une naissance avortée

18Si le principe d’un enseignement pratique au lit du malade est fermement établi dès l’origine, il faut attendre les années 1750 pour qu’un embryon d’enseignement clinique soit créé à Göttingen et le début des années 1780 pour que, selon le vœu de Werlhof, cet enseignement soit dispensé dans un cadre hospitalier. Alors que toutes les conditions semblaient réunies pour la réalisation rapide d’un projet qui cadrait parfaitement avec les objectifs définis pour l’ensemble de l’université et répondait à une demande pressante des étudiants, cet ajournement de près d’un demi siècle apparaît déconcertant. Il n’a d’ailleurs pas manqué d’étonner les chroniqueurs et les historiens de l’université qui l’attribuent généralement au manque de moyens financiers dont souffre l’établissement pendant tout le xviiie siècle. Sans être inexacte, cette interprétation est sans doute trop exclusive. Aussi timides aient-elles été, les réalisations des années 1750-1760 montrent qu’il était possible de tourner la difficulté financière en optant pour des solutions provisoires et d’organiser un enseignement clinique de fortune avec des moyens très limités.

  • 26 Cité par Götz von Selle, Die Georg-August-Unwersität zu Gottingen 1737-1937, op. cit., p. 27.

19La stratégie déployée par les fondateurs de l’université est un premier élément à prendre en compte pour expliquer le retard pris par le projet clinique. En effet, le recul de la faculté de théologie, qui devait permettre l’épanouissement des trois autres facultés, est, dans un premier temps, essentiellement compensé par la percée de la faculté de droit, désignée comme le fer de lance de l’université. Face à ce nouveau leadership, la faculté de médecine semble condamnée à ne jouer qu’un rôle marginal. Indisposé par l’expérience prussienne qui avait rapidement dégénéré en querelle d’écoles, Münchhausen avait d’ailleurs hésité à créer une faculté qui risquait de nuire à la réputation de l’établissement et ne s’y était résolu que tardivement sous la pression de conseillers tels que Werlhof. Sa décision n’avait d’ailleurs pas fait l’unanimité et d’autres conseillers attachés à la Cour avaient tenté de l’en dissuader. Ainsi le juriste Meiern qui estimait que même pour une grande province telle que le Hanovre il était amplement suffisant de former « 10 à 15 de ces jeunes anges exterminateurs qui livreraient méthodiquement les hommes au cimetière »26. Desservie par une réputation désastreuse, la médecine n’est donc pas considérée comme une discipline universitaire majeure et Münchhausen ne compte pas sur elle pour attirer les étudiants dont la nouvelle institution a besoin.

  • 27 250 Jahre Georg-August-Universität Göttingen. Studentenzahlen 1734/37-1987, Göttingen, 1987.
  • 28 C’est ce qui explique les faibles effectifs de la faculté de philosophie dont les cours sont souve (...)
  • 29 Chiffres tirés de Charles E. McClelland, « The Aristocracy and University Reform in Eighteenth-Cen (...)

20La répartition de la population étudiante entre les différentes facultés confirme ses prévisions. Jusqu’au début du xixe siècle, et même au-delà, le recrutement de la faculté de droit l’emporte très nettement sur celui des autres facultés avec plus de 50 % des étudiants immatriculés. La théologie vient en seconde position, suivie, très loin derrière, par la faculté de médecine puis par celle de philosophie, dont la mission est encore mal définie. Cette répartition, valable pour tout le xviiie siècle, ne peut être chiffrée qu’à partir des années 1760. Ainsi, pendant le semestre d’été 1767, 61,6 % des étudiants sont inscrits en droit, 26,2 % en théologie contre seulement 8,8 % en médecine et 3,4 % en philosophie27. La faculté de médecine n’accueille guère plus d’une cinquantaine d’étudiants par an contre près de 400 pour le droit et fait donc figure de parent pauvre de l’établissement. Cette situation déficitaire n’est pas spécifique à Göttingen : dans les universités traditionnelles comme dans les universités réformées, le nombre des étudiants en médecine est toujours très modeste. Mais à Göttingen, la surreprésentation des étudiants nobles accentue le phénomène. Ainsi s’expliquent aussi les hésitations de Münchhausen qui sait fort bien que la clientèle aristocratique ne viendra pas à Göttingen pour étudier la médecine mais fréquentera en priorité la faculté de droit et éventuellement celle de philosophie, qui pouvait servir de complément aux étudiants désireux d’améliorer leur culture générale28. Cette hypothèse se révèle exacte : en 1737, 55 % des étudiants nobles inscrits à Göttingen fréquentent la faculté de droit ; 10 ans plus tard 73 % d’entre eux suivent un enseignement juridique29.

  • 30 Sur le rôle de Göttingen dans la rénovation de la médecine et de l’enseignement médical : Ulrich T (...)

21Dans ce contexte, on peut penser que l’essentiel de l’effort financier consenti par l’État pour la promotion de l’université a profité aux disciplines dont la capacité d’attraction était la plus forte alors que l’enseignement médical, boudé par les étudiants nobles, n’était pas considéré comme un secteur d’investissement prioritaire. Cette hypothèse contredit la vision éminemment positive des historiens de la discipline qui soulignent au contraire l’ampleur des réalisations de l’université dans le domaine médical. Celles-ci sont d’ailleurs incontestables et prouvent la capacité d’innovation et le dynamisme de la nouvelle faculté, soutenue par de jeunes scientifiques brillants tels qu’Albrecht von Haller30. Dans bien des domaines, l’enthousiasme et la stratégie de harcèlement incessant déployée par Haller ont en effet eu raison des hésitations et des résistances du pouvoir central et ont permis le développement d’institutions médicales « porteuses ». Les crédits alloués par l’État à la faculté de médecine, dans le cadre d’un budget global pourtant supérieur à celui de toutes les autres universités allemandes, ne pouvaient cependant suffire à concrétiser la totalité d’un projet à la fois ambitieux et coûteux, dans un secteur lui-même considéré comme peu rentable. Il fallait donc opérer des choix et se résigner à ne créer que les infrastructures indispensables. Le retard pris par l’université dans la réalisation du programme clinique renvoie donc bien à une question d’ordre financier. Mais là n’est peut-être pas l’essentiel. Plus significative est la sélection opérée par les réformateurs dans ce double contexte d’austérité financière et de dévalorisation relative de l’enseignement médical. Alors qu’elle figurait en bonne place dans le « cahier des charges » de Werlhof, la médecine pratique ne compte plus au nombre des priorités retenues dans le cadre d’une politique de rigueur. À cette date, l’absolue nécessité d’un enseignement clinique ancré dans l’Université n’est donc pas reconnue, si ce n’est par quelques médecins progressistes convaincus par les expériences menées à Leyde et à Halle.

  • 31 Albrecht von Haller mais aussi Georg G. Richter, médecin personnel de l’évêque de Lubeck.
  • 32 À cette date, l’importance de l’anatomie est loin d’être reconnue dans toutes les facultés de méde (...)

22Au moins jusque dans les années 1750-1780, c’est en effet sur l’anatomie et non sur la médecine pratique que s’appuie la rénovation de l’enseignement médical, qui devait permettre de redonner à la médecine une considération qu’elle semblait avoir perdue. Bien que l’on ait fait appel à des élèves du grand Boerhaave31, c’est donc le primat de l’anatomie et non le développement de la médecine clinique qui constitue le fait majeur de l’histoire de la jeune faculté de médecine de Göttingen. Dès son arrivée en 1736, Albrecht von Haller obtient d’ailleurs la construction d’un théâtre anatomique d’une capacité de 200 places, achevé en 1738. Celui-ci devient le centre de l’activité scientifique du jeune savant, qui y aurait effectué 350 dissections jusqu’à son départ en 1753, mais aussi celui de la faculté de médecine32. C’est en effet à partir de l’anatomie et de la physiologie que Haller entend faire de la médecine une science fondée sur l’expérience. À ses yeux, la pratique n’est pas seulement l’illustration d’un savoir théorique déjà existant mais doit permettre de produire un savoir nouveau. Le théâtre anatomique apparaît ainsi comme le symbole du lien nouveau institué entre la théorie et la pratique médicales.

  • 33 Voir Urs Boschung, « Albrecht von Haller und der praktische Arzt seiner Zeit », Gesnerus, 42, 1985 (...)
  • 34 Johann G. Zimmermann, Das Leben des Herrn von Haller, Zurich, 1755.
  • 35 Ibidem, pp. 273-278.

23Haller estimait-il que l’enseignement clinique n’était pas prioritaire et qu’il fallait d’abord s’efforcer de donner un fondement théorique solide à la science médicale avant de prétendre enseigner une médecine pratique qui n’avait pas grand chose à offrir aux étudiants ? Son engagement futur dans le combat en faveur de l’enseignement clinique ne doit pas conduire à exclure cette hypothèse. Professeur de botanique, d’anatomie mais aussi de chirurgie, Haller n’a jamais réalisé la moindre opération sur le vivant. Cependant sa réserve vis-à-vis de la pratique33, tempérée par l’entretien d’une clientèle privée nombreuse, ne l’empêche pas, sans doute dès ses débuts à Göttingen, de se prononcer sur la forme à donner à un éventuel enseignement clinique. Or, selon le témoignage de son élève et biographe Johann Georg Zimmermann34, sa conception de l’enseignement clinique diffère très sensiblement de celle exposée par Werlhof. Haller n’aurait en effet nullement eu pour projet d’initier les étudiants à l’art de guérir ; il aurait considéré l’hôpital non pas comme un lieu d’illustration ou d’application d’un savoir médical déjà transmis sur un mode théorique mais comme un laboratoire d’observation du vivant qui devait harmonieusement compléter ce laboratoire d’observation de la mort qu’est le théâtre anatomique. Il aurait donc conçu l’hôpital comme un lieu de recherche et d’expérience systématiques qui devait permettre au professeur, aidé des médecins de la ville et des étudiants les plus avancés, de faire progresser la médecine pratique et la pharmacologie : « (...) il aurait par exemple accueilli 10 patients atteints de fièvre miliaire (...) Aux uns il aurait administré des saignées, des substances rafraîchissantes, de l’oxymel, du phlegma vitrioli, ou encore du lait d’amandes, du salpêtre et d’autres substances de ce type ; il aurait au contraire préservé le sang des autres patients et ne leur aurait donné que des médicaments sudorifères. Il aurait procédé de la même façon avec 12 malades souffrant d’hydropisie et les aurait répartis en trois catégories. Aux uns il aurait donné de la scille et des substances diurétiques, aux autres de puissants purgatifs, de l'elaterium, de l’iris, de la gratiola, de l'ebulus et au troisième groupe du petit bois bouilli et des purgatifs légers, de la decocta lignorum cum senna ou du tamarindis par exemple. Dans chaque groupe il aurait observé avec le plus grand soin les moindres détails de l’évolution de la maladie et son issue et aurait appliqué cette méthode à toutes les maladies possibles. Combien de vérités nouvelles n’auraient-elles pu être découvertes de cette façon en l’espace de quelques années ? Selon Monsieur Haller, la majorité des médecins ne procède pas autrement. Pour les maladies graves et douteuses, leurs prescriptions ne sont rien d’autre que des expériences (...) Toutes ces expériences permettraient (...) d’écarter définitivement les substances inutiles, une fois leur inefficacité suffisamment prouvée35 ».

  • 36 En 1732, le professeur d’anatomie de l'université de Strasbourg, Jean Salzmann, obtient en effet l (...)
  • 37 À l’hôpital royal d’Edimbourg, les étudiants ont toujours été admis à observer les malades. Un vér (...)

24Ce projet n’a semble-t-il pas rencontré l’adhésion des autorités. À cette date, l’enseignement pratique de la médecine a il est vrai périclité à Leyde comme à Halle. Boerhaave meurt en 1738 et sa clinique ne lui survit que quelques années. À Halle, l’enseignement clinique est également devenu marginal : les difficultés financières de la fondation piétiste, qui avait jusque-là subventionné la clinique, ont obligé Juncker à restreindre considérablement ses activités. L’expérience menée depuis 1732 à l’hôpital de Strasbourg se révèle encore bien timide36 et, quoique très informel, seul le modèle écossais qui fonctionne depuis 1729 à Edimbourg paraît susceptible de fonder une tradition37. Après des débuts prometteurs, l’enseignement clinique s’est donc essoufflé, perdant toute force d’entraînement dans le processus à peine amorcé de rénovation de l’enseignement médical.

25On comprend mieux dès lors les réticences des autorités vis-à-vis d’une institution qui a déjà montré ses limites. La demande étudiante n’est pas parvenue à faire sortir la clinique de l’âge expérimental. Si le contexte de réforme universitaire semblait devoir favoriser l’affirmation de l’enseignement clinique dans un cadre institutionnel plus adapté, l’intuition et la personnalité de quelques universitaires progressistes, Boerhaave, Juncker ou Haller, n’ont pas suffi à imposer une forme d’enseignement centré sur un « objet social » auquel les autorités ne prêtent qu’une attention très secondaire : le malade. C’est dans cette « indifférence » du pouvoir et de l’opinion publique vis-à-vis de la maladie, considérée non comme un phénomène social mais comme un phénomène individuel, qu’il faut sans doute voir l’explication essentielle de l’échec à court terme des premières expériences d’enseignement clinique. Trop souvent considérées comme la cause du mal, les réticences financières de l’État révèlent une absence de volonté politique et un environnement social globalement défavorable à la médecine académique. Certes indispensable, la réforme universitaire n’a donc pu donner l’impulsion nécessaire au développement d’une forme d’enseignement largement ouverte sur la société.

Notes

1 Sur la situation des universités allemandes au xviiie siècle : Charles E. McClelland, State, society, and university in Germany, 1700-1914, Cambridge, 1980 et Notker Hammerstein, « Die deutschen Universitäten im Zeitalter der Aufklärung », Zeitschrift für Historische Forschung, 1983, pp. 73-89.

2 18 d’entre elles sont protestantes, 14 sont catholiques.

3 Des académies des sciences sont créées à Berlin en 1700, à Göttingen en 1751 et à Munich en 1759.

4 Sept autres établissements sont fondés au cours du xviiie siècle : l’université de Breslau (1702), celle de Fulda (1734), celle de Butzow (1760), celle de Munster (1773/80), celle de Stuttgart (1781), celle de Lemberg (1784) et celle de Bonn (1777/86). Aucune de ces universités n’a cependant les moyens de rivaliser avec Halle et Göttingen.

5 La première université du Saint Empire est créée à Prague en 1348. Sont fondées ensuite les universités de Vienne (1365), de Heidelberg (1386), de Cologne (1388), d’Erfurt (1389) et de Leipzig (1409).

6 Les universités de Cologne et d’Erfurt sont des créations municipales.

7 Voir Johanna Geyer-Kordesch, « Die Medizin im Spannungsfeld zwischen Aufklärung und Pietismus : Das unbequeme Werk Georg Ernst Stahls und dessen kulturellen Bedeutung », in N. Hinske (dir.), Zentren der Aufklärung, I : Halle, Heidelberg, 1989, pp. 255-274 et « German medical education in the eighteenth century : the Prussian context and its influence », in W. F. Bynum et R. Porter (dir.), William Hunter and the eighteenth-century medical world, Cambridge, 1985, pp. 177-206.

8 En 1714, à la mort de la reine Anne et en vertu de l’Acte d’établissement, l’électeur de Hanovre (qui à cette date est Georg Ludwig, petit-fils par sa mère de Jacques Ier d’Angleterre) devient roi d’Angleterre sous le nom de Georges Ier. Le Hanovre n’est élevé à la dignité de royaume qu’en 1815, dans le cadre des remaniements décidés par le Congrès de Vienne. L'union entre les deux couronnes se maintient jusqu’à l’avènement de la reine Victoria en 1837. Elle se traduit par une simple communauté de souverain, le Hanovre demeurant une principauté indépendante, intégrée au Saint Empire. Heide Rohloff (dir.), Grossbritarmien und Hannover. Die Zeit der Personalunion (1714-1837), Francfort, 1989.

9 Sur la situation du Hanovre dans l’Europe du début du xviiie siècle : Rudolf Vierhaus, « 1737 – Europa zur Zeit der Universitätsgründung », in B. Möller (dir.), Stationen der Göttinger Unwersitätsgeschichte, Gottingen, 1988, pp. 9-26.

10 Trois quarts des dépenses annuelles de l'université sont couvertes par les états (Stände) ; le reste provient d’un fond spécial alimenté par les revenus de propriétés ecclésiastiques sécularisées (Klosterfonds).

11 Le xvie siècle voit d’ailleurs la multiplication des établissements universitaires avec la création d’universités à Wittenberg (1502), Marbourg (1527), Leipzig (1543), Königsberg (1544), Iéna (1558), Helmstedt (1576) et Wurtzbourg (1582).

12 Durant cette période, les universités de Heidelberg et de Leipzig en comptent environ 7 %, celle d’Iéna autour de 5 %. Après en avoir accueilli en moyenne 11 % dans les années 1660, celle de Halle n’en compte plus que 7 % entre 1710 et 1740 et seulement 4 % dans les années 1740. À cette date, la clientèle aristocratique a définitivement déserté Halle pour Göttingen. Chiffres tirés de Charles McClelland, « The Aristocracy and University Reform in Eighteenth-Century Germany », Schooling and Society : Studies in the History of Education, Baltimore, 1976, pp. 146-173.

13 Samuel A. Tissot, Essai sur les moyens de perfectionner les études de médecine, Lausanne, 1785, p. 14.

14 Joachim Lampe, Aristokratie, Hofadel und Staatspatriziat in Kurhannover, Göttingen, 1963.

15 Ceux-ci sont autorisés, au même titre que les étudiants protestants, à se réunir pour pratiquer leur foi et disposent bientôt d’une église, la Michaeliskirche.

16 Cette décision suscite d’ailleurs l’opposition des médecins du Hanovre qui entendent que l’université serve leurs intérêts en recrutant dans leurs rangs.

17 Paul G. von Werlhof, « Gutachten wegen einer medicinischen Facultät, 16. Dezember 1733 », in E. Rössler, Die Gründung der Universität Göttingen, Göttingen, 1855, p. 298.

18 Citation extraite du rapport d’un autre conseiller de Werlhof, Textor, médecin à la cour de Carlsruhe, reproduit dans Götz von Selle, Die Georg-August-Universität zu Gottingen, 1737-1937, Göttingen, 1937, p. 27.

19 Un jardin botanique universitaire, le premier du genre après celui d’Ingolstadt, est aménagé dès 1737.

20 Celui de Georg E. Stahl (1660-1734) et celui de son collègue Friedrich Hoffmann (1660-1742) opposés quant à la possibilité d’une définition mécaniste de la maladie.

21 Emil Rössler, Die Gründungder Universität Göttingen, op. cit., p. 301.

22 Voir Gernot Rath, Die Entwicklung des klinischen Unterrichts, Göttingen, 1965 ainsi que la publication du symposium tenu à Leyde en août 1986 pour commémorer les débuts de l’enseignement clinique en Hollande : « Clinical Teaching, Past and Present », Clio Medica, 21, 1987-1988.

23 Sur les origines très discutées de la clinique hollandaise : Harm Beukers, « Clinical Teaching in Leyden from Its Beginning until the End of the Eighteenth Century », Clio Medica, 21, op. cit., pp. 139-152 et M. J. van Lleburg, « Municipal Hospital and Clinical Teaching in the Netherlands during the 19th Century », Clio Medica, 21, op. cit., pp. 125-135.

24 Sur les origines de l’enseignement clinique à l’université de Halle : Wolfram Kaiser, « Collegium clinicum Halense », 250 Jahre Collegium Clinicum Hallense 1717-1967, Halle, 1967, pp. 9-76 et « 275 Jahre Versorgungs- und Lehrkrankenhause Halle », Historia Hospitalium, 15, 1983-1984, pp. 243-272.

25 Johann Juncker doit néanmoins attendre 12 ans avant d’être intégré à l’université en qualité de professeur.

26 Cité par Götz von Selle, Die Georg-August-Unwersität zu Gottingen 1737-1937, op. cit., p. 27.

27 250 Jahre Georg-August-Universität Göttingen. Studentenzahlen 1734/37-1987, Göttingen, 1987.

28 C’est ce qui explique les faibles effectifs de la faculté de philosophie dont les cours sont souvent fréquentés par des étudiants inscrits à la faculté de droit.

29 Chiffres tirés de Charles E. McClelland, « The Aristocracy and University Reform in Eighteenth-Century Germany », op. cit., p. 157.

30 Sur le rôle de Göttingen dans la rénovation de la médecine et de l’enseignement médical : Ulrich Tröhler, « 250 Jahre Göttinger Medizin. Begründung-Folgen-Folgerungen », in H. H. Voigt (dir.), Naturwissenschaften in Göttingen, Göttingen, 1988, pp. 13-36.

31 Albrecht von Haller mais aussi Georg G. Richter, médecin personnel de l’évêque de Lubeck.

32 À cette date, l’importance de l’anatomie est loin d’être reconnue dans toutes les facultés de médecine. Ainsi, en 1753, considéré comme superflu, l’enseignement de l’anatomie est supprimé à l’université d'Ingolstadt.

33 Voir Urs Boschung, « Albrecht von Haller und der praktische Arzt seiner Zeit », Gesnerus, 42, 1985, pp. 253-264. Il semble que Haller n’ait guère été animé par la volonté de soigner et de guérir. C'est ce qui ressort d’une lettre de 1762, adressée à son compatriote Samuel A. Tissot, dans laquelle il déclare : « Dieu me préserve de Pratique, je n’y saurois tenir. J’aime mieux m’aveugler avec le microscope au fort du soleil sur un oeil de poisson » (lettre citée par Erich Hintsche (ed.), Albrecht von Haller. Briefe an August Tissot, 1754-1777, Berne, 1977, p. 486).

34 Johann G. Zimmermann, Das Leben des Herrn von Haller, Zurich, 1755.

35 Ibidem, pp. 273-278.

36 En 1732, le professeur d’anatomie de l'université de Strasbourg, Jean Salzmann, obtient en effet l’autorisation de donner des cours de médecine pratique dans certaines salles de l’hôpital.

37 À l’hôpital royal d’Edimbourg, les étudiants ont toujours été admis à observer les malades. Un véritable enseignement clinique en liaison avec l’université n’est toutefois mis en place qu’à partir de 1748 à l’initiative du professeur John Rutherford. Les liens entre l’université et l’hôpital ne sont définitivement codifiés qu’en 1756. Günther B. Risse, Hospital life in Enlightenment Scotland. Care and teaching at the Royal Infirmary of Edinburgh, Cambridge, 1986.

© Presses universitaires de Lyon, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search