Version classiqueVersion mobile

Machines à instruire, machines à guérir

 | 
Isabelle von Bueltzingsloewen

Première partie : Genèse

Genèse

Texte intégral

  • 1 Erwin H. Ackerknecht, La médecine hospitalière à Paris, 1794-1848, Paris, 1986, p. 10.
  • 2 « Au commencement, il n’y eut pas de révolution ». Telle est la formule qu’utilise l’historien Han (...)

1Abordant l’étude de la clinique allemande, l’historien français est d’abord surpris et embarrassé par l’imprécision chronologique qui entoure la naissance du phénomène. Alors que la clinique française, « née dans les tumultes, le froid et la famine de l’an II1 », est apparemment, dans son esprit et dans son organisation, fille d’une révolution politique autant que médicale, on ne saurait rapporter la naissance de la clinique allemande à quelque bouleversement brutal qui aurait permis de rompre le carcan d’un Ancien Régime médico-universitaire trop contraignant, et de concrétiser soudain des projets depuis longtemps formulés ici ou là. On touche là à une particularité de l’histoire contemporaine allemande qui dépasse très largement le cadre de la médecine et de l’enseignement universitaire : « Im Anfang steht keine Revolution2 ».

  • 3 Isabelle von Bueltzingsloewen, « Naissance de la clinique allemande », Gesnerus, 51, 1994, pp. 183 (...)

2Cette absence de rupture pousse à inscrire l’étude de la clinique dans le temps long et à s’intéresser à sa genèse autant qu’à sa naissance. Son institutionnalisation et son ancrage dans l’université sont en effet le fruit d’une évolution lente, entamée depuis la fin du xviie siècle, poursuivie ensuite, avec des phases de ralentissement et d’accélération, jusqu’à la fin des années 1820. Conçue comme un enseignement de la pratique médicale dispensé au lit du malade, elle ne renvoie pas à une « révolution scientifique » mais répond à des impératifs pédagogiques, politiques et sociaux définis dans le cadre, lui-même évolutif, de l'Aufklärung3. La clinique est d’abord fille des Lumières.

Notes

1 Erwin H. Ackerknecht, La médecine hospitalière à Paris, 1794-1848, Paris, 1986, p. 10.

2 « Au commencement, il n’y eut pas de révolution ». Telle est la formule qu’utilise l’historien Hans-Ulrich Wehler pour introduire son histoire sociale de l’Allemagne contemporaine : Hans-Ulrich Wehler, Deutsche Gesellschaftsgeschichte, t. 1, Munich, 1987, p. 35.

3 Isabelle von Bueltzingsloewen, « Naissance de la clinique allemande », Gesnerus, 51, 1994, pp. 183-199-

© Presses universitaires de Lyon, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search