Version classiqueVersion mobile

Les Savoirs du corps

 | 
Pierre Arnaud

Deuxième section. Les pédagogies intellectualistes de la motricité

Chapitre VII. Les pédagogies intellectualistes de la motricité de l’éducation psychomotrice a l’éducation physique

Texte intégral

1Alors que les pédagogies corporelles de l’intelligence prétendent, au nom de l’éducation physique, agir sur le développement des fonctions mentales par une intervention directe sur le corps et ses actions, les pédagogies intellectualistes de la motricité proposent, de façon inverse, de développer la motricité par une action directe des fonctions cognitives.

2Les conceptions traditionnelles de l’éducation physique, empreintes de dualisme, ont souvent conduit les théoriciens à opposer un « corps sans âme » et une « âme sans corps » (B. René, 223 p. 14). Mais, en vérité, les conceptions mécanicistes de l’éducation physique sont bel et bien mortes, même si, parfois, par goût de l’antithèse, on se plaît à opposer le corps vécu au corps machine.

3Sans doute, par réaction contre l’éclectisme des instructions officielles, on a tenté d’introduire le sport, les activités sportives, dans l’éducation physique. Dès 1945, il est apparu à de nombreux éducateurs que la pratique sportive pouvait unifier la méthode d’enseignement. Ainsi Baquet, puis J. Teissie, enfin R. Merand ont proposé un sport éducatif au sein d’une « méthode sportive » susceptible de remplacer avantageusement l’éducation physique. Mais leurs démarches, loin de réduire l’action à une machinerie musculaire, tentaient de lui restituer sa signification proprement humaine. D’ailleurs G. Broyer reconnaît à J. Teissie, comme à P. Vayer, une vision psycho-motrice de l’éducation physique (G. Broyer, 36 bis p. 156).

4Est-ce à dire que le fossé entre éducation physique et éducation psycho-motrice soit comblé ? Ce serait aller un peu vite.

  • 13 J. Teissie est mort accidentellement en 1964. La revue Education Physique et Sport a regroupé ses (...)

5Dès 1958, dans son « Essai de Systématique », J. Teissie affirmait que la finalité de l’éducation physique ne pouvait pas se confondre avec un apprentissage de gestes stéréotypés, aussi culturels fussent-ils13. Et l’importance accordée à la maîtrise corporelle, que J. Teissie s’est attaché à définir, montre bien que l’éducateur ne doit pas porter son attention sur les savoir faire, les résultats, mais sur les facteurs structuraux et les facteurs de coordination qui les définissent. Ainsi J. Teissié se préoccupe-t-il (et c’est la première fois) d’agir sur les facteurs responsables de la valeur motrice.

6Ce changement d’attitude serait peut-être resté sans lendemain, mais Le Boulch vint... Et c’est bien comme professeur d’éducation physique qu’il faut le voir, même si, au fil des ans, ses travaux l’ont mené à une conception qui dépasse largement cette discipline. Son apport est considérable, directement ou indirectement. En particulier, on ne peut comprendre, sinon par réaction contre lui, l’entreprise et les conceptions de R. Mérand (J. Le Boulch, 138). Pour J. Le Boulch en effet, l’accès à la maîtrise corporelle n’est possible que par une action rationnelle sur les facteurs psycho-moteurs. Ce sont donc ces facteurs qu’il faut solliciter, par une éducation psychomotrice fonctionnelle, et ce n’est qu’une fois acquise cette maîtrise corporelle que le sujet (après 12 ans) pourra pratiquer le sport.

7Au contraire, pour R. Mérand, cette maîtrise corporelle ne peut être acquise que par l’expérience directe de la pratique sportive, car il n’y a pas d’aptitude sans objet, et cet objet est fourni par le sport, qui est un produit culturel. On pourrait donc penser que, si la démarche est inverse, elle tient compte, comme celle de J. Le Boulch, des facteurs psychomoteurs de l’activité du sujet. Dès lors, J. Le Boulch n’a-t-il pas contribué à favoriser l’émergence d’une approche psycho-motrice de l’éducation physique et sportive ?

8Dans l’état actuel, il n’est guère possible de confondre l’approche psychomotrice et l’approche sportive de l’éducation physique. Leurs finalités sont différentes même si, souvent, comme nous avons pu le montrer, leurs contenus sont similaires (P. Arnaud 12 j.). L’éducation psychomotrice est une éducation par le mouvement en vue de son amélioration ment moteur. Comme le rapelle Mme M. Vial (267), l’éducation physique implique que l’on se serve du mouvement en vue de son amélioration et de l’acquisition d’une culture. On peut sans doute affirmer que la culture physique propose l’acquisition de savoir faire qui caractérisent notre société. Dans ce cas, elle est une éducation du mouvement, des techniques du corps. Or, contrairement à ce qu’écrivait Mauss (160), celles-ci ne sont plus particulières à chaque groupe ethnique ou social, elles tendent à s’uniformiser, à s’internationaliser, sous l’influence croissante du sport et des échanges culturels. On comprend ainsi que l’éducation physique soit devenue une éducation sportive.

9Au contraire, dans le cas de l’éducation psychomotrice, l’activité physique est le support de l’éducation générale, et non un but en soi. Elle aide l’enfant dans ses premiers apprentissages scolaires, le soutient quand il est en difficulté (dyslexie, etc). Bref, elle a mission de faciliter le travail scolaire (Vial, 267), tout en lui permettant de disposer des structures psycho-motrices indispensables à la pratique sportive.

10En conséquence, selon Mme M. Vial, l’éducation psychomotrice a des visées plus larges que l’éducation physique. Mais la différence s’arrête là car, nous dit l’auteur, dès qu’il s’agit de mise en œuvre, c’est-à-dire de didactique, de techniques pédagogiques, le but à atteindre étant défini, celles-ci sont les mêmes. Mieux encore, l’éducation physique peut, elle aussi, être utilisée à des fins d’éducation psycho-motrice, car elle est nécessairement une éducation psycho-motrice.

11Ce n’est pas l’opinion de J. Le Boulch (dont on sait qu’il s’est souvent opposé à Mme M. Vial). Pour lui, « Tout sépare l’éducation physique de l’éducation psycho-motrice » (134 p. 4). Il le démontre en systématisant les oppositions, en poussant les conceptions à la caricature :

« L’éducation physique est centrée sur des activités ; sous prétexte de motiver les élèves, on centre leur attention sur les activités sportives. L’éducation psychomotrice est centrée sur le développement de certaines aptitudes, de l’ordre de la perception et de l’ordre de la motricité, en rapport avec les fonctions mentales »
(ibidem p. 4)

12Alors que l’éducation psychomotrice recherche une intégration des facteurs perceptifs, cognitifs et moteurs dans le processus de transformation des actions, l’éducation physique ne s’intéresse qu’aux résultats, aux aspects énergétiques et mécanique de l’exécution motrice. J. Le Boulch dénonce de nombreuses oppositions entre ces deux formes d’éducation, mais ce qui semble véritablement nouveau c’est la recherche des rapports entre les dimensions cognitives et perceptivo-motrice de l’action. D’où la définition :

« L’éducation psychomotrice représente une certaine forme d’éducation par le mouvement, qui vise, par la pratique du mouvement, à toucher un certain nombre de fonctions mentales... l’éducation psycho-motrice est l’utilisation du mouvement en vue de développer les fonctions mentales » (Le Boulch, ibidem p. 7).

13Nous sommes donc loin des visées larges que Mme Vial attribuait à l’éducation psychomotrice.

14Mais nous ne partageons pas l’opinion de J. Le Boulch, que l’utilisation du mouvement en vue de développer les fonctions mentales est l’antidote de l’éducation intellectualiste dispensée à l’Ecole (ibidem p. 7). Certes, si on définit cette dernière par les techniques verbales et livresques, il a raison. Mais utiliser le mouvement au service des acquisitions cognitives ne fait que favoriser la mission intellectualisatrice de l’Ecole. Seules les procédures pédagogiques sont diversifiées.

15Dans ces conditions, il est évident que l’éducation psycho-motrice ne peut se substituer à l’éducation physique. Car elle est, en fin de compte, une discipline intellectuelle, au même titre que le calcul ou le français. Seule sa didactique est spécifique.

*

16On peut donc définir l’éducation physique comme une action visant la transformation et le perfectionnement des mouvements humains qui sont caractéristiques du milieu technique et social.

17Elle est ainsi une action sur une motricité efficiente, visant la réussite, l’efficacité, l’économie et le rendement, bref, l’adaptabilité à des situations motrices et, en même temps, une action sur les capacités d’expression et de création du sujet.

18Cela n’empêche nullement de concevoir deux approches de l’éducation physique : l’une, conçue comme une culture générale du corps (développement des fonctions), l’autre, plus en rapport avec le milieu social et technique, conçue comme une activité appliquée (au travail, au jeu, au combat, etc.). Tel est du moins l’avis de J. Ullman (257 pp 427-450).

19Les difficultés rencontrées pour spécifier la notion d’éducation physique tiennent à sa situation par rapport au sport, plus précisément au sport de compétition. Comme le rappelle J. Ullman, on affirme que sport et éducation physique sont irréductibles l’un à l’autre (ibidem p. 443). Pour dépasser cette opposition, l’éducation physique est obligée de se situer par rapport au sport en lui faisant des emprunts (ibidem pp. 443-445).

20Certains affirment que l’éducation physique, c’est le sport (ou inversement). D’autres, comme R. Mérand, estiment que l’éducation physique intègre le sport, à la condition de le transformer par un traitement éducatif, c’est-à-dire à la rendre différente du sport ; il y aurait un sport de l’enfant (réservé à l’éducation physique) et un sport de l’adulte (R. Merand, 165 pp 317-318).

21D’autres enfin, comme J. Le Boulch, refusent de définir l’éducation physique par rapport au sport, sa spécificité tenant justement à ce qu’elle est autre et que ses finalités, comme ses pratiques, sont plus vastes.

22Il paraît difficile, sinon impossible, de trancher, car ce qui caractérise chacune de ces positions, c’est son fondement idéologique, c’est-à-dire en définitive le système axiologique qui lui donne un sens.

*

23Ces oppositions pourraient donner à penser que les conceptions psycho-motrices sont absolument étrangères à l’éducation physique, ce qui serait faux. Les Instructions Officielles de 1967, relatives à l’éducation physique dans l’enseignement secondaire, le montrent suffisamment, puisqu’elles réalisent un compromis entre les apprentissages sportifs et l’éducation des facteurs psycho-moteurs de la conduite.

24En réalité, les apports de l’éducation psychomotrice sont nombreux :

  • D’abord, elle est la première à proclamer la nécessité d’une démarche scientifique. On pourra sans doute se demander si cette démarche est véritablement scientifique ou si elle se contente de cautions ou de références scientifiques. Mais grâce à elle, l’éducation physique, se libérant du joug des sciences biologiques, s’engage avec décision dans les sciences humaines : l’introduction des acquis de la psychologie génétique dans les théories de l’éducation physique est sans nul doute un legs de l’éducation psychomotrice.
  • Ensuite, elle s’est opposée systématiquement au dualisme, par ses positions philosophiques, par ses références scientifiques et dans ses attaques contre l’éducation physique elle-même. Dès lors, l’éducation physique n’avait plus d’autre choix que de s’engager dans la compréhension des mécanismes de l’adaptation, du développement et de l’apprentissage. Là encore, les références à la psychologie génétique lui ont permis de saisir le caractère unitaire de toute conduite.
  • Enfin, l’éducation psycho-motrice a mis l’accent sur les démarches actives de l’enfant dans l’appropriation des connaissances. On s’étonne d’ailleurs que l’éducation physique ait été si longtemps sourde aux enseignements des méthodes nouvelles et actives – bien qu’on puisse l’expliquer en partie par la domination des sciences biologiques et le poids de la tradition médicale. Une fois de plus, la psychologie génétique fut la principale référence, d’autant que la notion d’activité a souvent été confondue avec celle d’exercice physique.
  • 14 Ce renversement de position a été depuis, largement étudié en particulier par G. Vigarello in Le C (...)

25Finalement, les coups de boutoir de l’éducation psychomotrice, en particulier sous l’influence de J. Le Boulch, ont provoqué une véritable mutation des conceptions de l’éducation physique, qui a abandonné le modèle bio-mécanique et bio-énergétique au profit d’un modèle psychologique, privilégiant les notions de maîtrise corporelle, de contrôle de soi, de prise de conscience. Le corps sans âme est mis aux archives14.

26Mais n’y a-t-il pas danger que l’éducation psychomotrice abuse de sa position dominante ?

Notes

13 J. Teissie est mort accidentellement en 1964. La revue Education Physique et Sport a regroupé ses articles dans un fascicule intitulé « La méthode sportive. Essai de systématique » en Novembre 1969.

14 Ce renversement de position a été depuis, largement étudié en particulier par G. Vigarello in Le Corps Redressé, Paris, J.P. Delarge, 1978 et par le même auteur in Revue Esprit, Entre illusions et savoirs, Paris, No 2, Février 1982.

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search