Version classiqueVersion mobile

Les Savoirs du corps

 | 
Pierre Arnaud

Premiere partie. Éducation physique et éducation intelectuelle une histoire mouvementée

Conclusion

La contrainte intellectualiste de l’école

Texte intégral

1Dans cette première approche, que l’on pourrait qualifier d’institutionnelle, nous avons montré que le législateur, dès la création officielle de l’Ecole, et même avant, s’est préoccupé d’inscrire la gymnastique, puis l’éducation physique, dans ses programmes. Le fait est important car il montre que le système éducatif français s’est souvent donné pour mission la formation et l’instruction de la personne totale : éducation du corps et éducation de l’esprit ont été, au moins dans les textes, menées de concert, pour participer à l’œuvre d’éducation générale. Il est vrai que la réalité scolaire a été et reste bien loin de répondre aux intentions ou déclarations de principe du législateur...

2Mais il ne suffit pas de justifier la coexistence de l’éducation physique et de l’éducation intellectuelle à l’Ecole en se fondant sur le fait que l’homme est à la fois corps et esprit. Le statut éducatif d’une discipline n’est acquis selon nous que si sa pratique se réfère à une transmission culturelle et à une finalisation des actions éducatives. Ainsi l’éducation physique présente-t-elle une double justification : elle est indispensable à toute éducation et elle est un aspect de notre culture (J. Ullman, 256). Il existe donc un double système de finalisation de l’éducation physique :

  • d’une part, en ce qu’elle fait acquérir une culture physique, elle se préoccupera de définir ses contenus (objet de l’éducation physique), et ceux-ci varieront avec le temps. Il y a un dynamisme interne à l’éducation physique, qui doit constamment « prendre acte de ce qui est mort et témoigner d’un effort pour comprendre ce qui naît » (R. Mérand 163).

  • d’autre part, en ce qu’elle est une composante de l’éducation générale, elle doit se situer, en tant que discipline, par rapport aux autres disciplines d’enseignement et harmoniser son action avec elles en vue des finalités générales de l’Ecole.

3Or ce dernier point mérite que nous nous y arrêtions, car l’Ecole a des caractéristiques propres :

  • elle est le point de passage obligé de toute la jeunesse française (aujourd’hui jusqu’à seize ans).

  • elle a pour mission d’organiser sa formation, de manière à assurer son accès à la culture, et à favoriser son accession à la vie sociale.

  • elle est, à cet égard, la seule institution disposant de structures architecturales, de locaux, de matériels spécialisés, permettant d’accueillir le flot de cette jeunesse.

  • elle est encore la seule institution à disposer d’un personnel administratif, technique, pédagogique, tout entier spécialisé dans la tâche d’éducation. Et, dans cet ensemble, il faut remarquer que le personnel pédagogique constitue une communauté de spécialisation (« spécialistes de l’éducation »), mais avec une diversité d’application, du fait que le corps des connaissances est de plus en plus émietté en de multiples disciplines.

4Les finalités de l’Ecole étant identifiées – et leur définition appartient surtout aux instructions officielles – les moyens dont celle-ci dispose devront leur être étroitement subordonnés. Dès lors, nos deux problèmes essentiels vont se poser. Nous devrons nous demander :

  • comment chaque discipline peut concourir, par ses moyens propres, à atteindre ces fins : c’est la problématique intra-disciplinaire.

  • comment l’ensemble des disciplines, coordonnant et unifiant leurs moyens, peut atteindre ses fins : c’est le passage de la pluri à l’interdisciplinarité, ou problématique interdisciplinaire.

5L’éducation physique n’a jamais échappé à ces deux problématiques. Mais lorsque la problématique intra-disciplinaire a fait l’objet d’études approfondies, la spécificité de l’éducation physique tenait à la poursuite de fins qui lui étaient propres et à la limite tout à fait indépendantes des préoccupations de l’Ecole. Tout au plus celle-ci fournissait-elle le cadre permettant d’exercer cette action sur la quasi-totalité de la jeunesse. Ainsi en était-il lorsque l’éducation physique s’organisait en vue de finalités telles que la préparation militaire, ou d’objectifs utilitaires ou hygiéniques. Ainsi pourrait-il en être aujourd’hui si elle devait limiter son action à une acquisition de techniques en vue de la détection ou de l’initiation de compétiteurs sportifs. Mais, paradoxalement, en procédant ainsi, le législateur a contesté à l’éducation physique le statut de discipline d’enseignement à part entière. C’est sans doute en réduisant ses ambitions de cette façon qu’elle s’est déconsidérée aux yeux des « intellectuels » de l’Ecole, qui ont fortement contribué à discréditer l’image du sportif en culottes courtes.

6Il ressort de notre analyse que le véritable statut éducatif des exercices physiques n’a pu s’affirmer que par le recours à l’interdisciplinarité, conçue comme une explicitation de leur rôle à l’égard de la mission intellectualiste de l’Ecole, et permettant de replacer les finalités morales et hygiéniques dans la perspective de l’éducation intellectuelle elle-même.

7De ce point de vue, les textes officiels font apparaître trois ordres de justifications, qui ont d’ailleurs leur ordre d’apparition :

8Tout d’abord des justifications dans le cadre de l’interdisciplinarité : l’éducation physique peut améliorer le rendement du travailleur intellectuel ou devenir une propédeutique aux apprentissage scolaires.

9La première de ces justifications est apparue très tôt. On la trouve dès 1887, dans les travaux sur le surmenage. Elle est née, pourrait-on dire, en réaction contre les excès de l’intellectualisme scolaire, et aussi contre les déplorables conditions d’hygiène. Cette conception du rôle de l’éducation physique prévaudra jusqu’en 1969, c’est-à-dire jusqu’au moment où l’institution va légaliser des aménagements horaires permettant d’atteindre l’idéal défini dans la formule « mens sana in corpore sano ». Le rôle de l’éducation physique est un simple rôle d’entretien. A ce titre, elle doit être dosée, rationnellement dispensée, de manière à favoriser la constitution d’un terrain somatique et physiologique réceptif aux travaux de la pensée. Mais à cette visée hygiéniste s’ajoute une visée correctrice : l’éducation physique doit contribuer à réparer les dommages morphologiques occasionnés par le travail scolaire prolongé. Enfin elle jouera le rôle d’un dérivatif, c’est-à-dire qu’elle sera une activité de compensation, permettant au corps d’exulter, de se libérer. Elle deviendra récréative.

10La deuxième conception apparaît, et ce n’est pas un hasard, après 1969. Elle est préparée par les dispositions officielles du tiers temps, qui permettront aux théoriciens de l’éducation physique de pousser leur avantage. Elle est également favorisée par l’essor des pédagogies nouvelles et par les récents acquis des sciences humaines : la motricité serait à la source du développement de l’intelligence, elle serait l’origine primordiale de la personnalité. Dès lors, on peut concevoir une éducation physique qui non seulement améliorera le rendement intellectuel, mais rendra intelligent. Par là, on pense légitimer l’action éducative des activités physiques... et aussi le statut des professeurs d’éducation physique, qui verront s’élargir le champ d’application de leur discipline et de leur compétence.

11Il est évident que de telles querelles étaient impossibles tant que l’on abordait séparément l’éducation du corps et celle de l’esprit. Mais, dès que la motricité devient le foyer de gestation et d’épanouissement de l’intelligence, l’éducation motrice voit paradoxalement converger sur elle toutes les disciplines, et d’autant plus que les élèves concernés sont plus jeunes.

12C’est alors que vont apparaître de nouvelles conceptions dans le cadre de l’interdisciplinarité elle-même. En vertu des principes justificatifs de la deuxième conception, aménagés pour correspondre à l’âge des élèves du Second Degré, va naître une conception de « l’apprentissage intelligent ». La psycho-motricité vient au secours de l’apprentissage sportif, en introduisant la conscience dans l’acquisition des techniques. La pensée et ses diverses manifestations va servir l’action motrice, permettant d’accéder à une plus nette conscience des actions du corps propre (I.O. de 1967).

13De cette analyse, il ressort finalement que l’Ecole a contribué d’une certaine manière, du fait même de sa tradition intellectualiste, à légitimer l’éducation physique. Et les professeurs de cette discipline, tirant parti de cette situation, ont cherché les moyens de renouveler les contenus didactiques afin de mieux répondre aux exigences de l’institution scolaire. Ce sera l’objet des chapitres suivants que de dégager les différents facteurs ayant favorisé l’émergence de nouvelles conceptions pédagogiques.

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search