Version classiqueVersion mobile

Les Savoirs du corps

 | 
Pierre Arnaud

Premiere partie. Éducation physique et éducation intelectuelle une histoire mouvementée

Chapitre II. L’enseignement secondaire

Texte intégral

1Il est très difficile d’avoir une idée précise de l’organisation de l’éducation physique et de ses programmes dès que ceux-ci concernent l’enseignement secondaire. Cette difficulté s’accroît d’ailleurs à mesure que l’on remonte vers 1882, date que nous avons choisie comme origine. Les textes officiels sont peu explicites quant à la question qui nous occupe. Sans doute cela se doit-il à l’état de pénurie dans lequel se trouvait cet enseignement à la fin du 19° et au début du 20o siècle (Thibault, 242 p. 31). Mais on peut également supposer que le législateur a été moins préoccupé de définir les objectifs de la gymnastique quand celle-ci ne s’adressait pas encore à tous les élèves dans le cadre d’une scolarité obligatoire, le Secondaire n’étant accessible qu’à une minorité privilégiée (On notera cependant que la gymnastique a été rendue obligatoire dans le Secondaire par un décret du 3 Février 1869, mais le texte n’en fut pas appliqué, puisque les mêmes recommandations sont répétées en 1880).

2Ni la circulaire du 13 Septembre 1884, relative au plan d’études de l’enseignement secondaire, ni les décrets du 31 Mai 1902, ni la circulaire du 7 Mars 1910, ni le décret du 30 Avril 1931, n’abordent le problème des finalités de la gymnastique ou de l’éducation physique. Tout au plus pouvons-nous tenter de comprendre ces objectifs par la circulaire du 7 Juillet 1890, « relative à l’emploi du temps, à l’éducation physique et à l’hygiène dans les lycées et collèges ». On y rappelle les conclusions des travaux des commissions ayant eu à étudier les problèmes de l’organisation de l’éducation physique (commissions instaurées par l’arrêté du 12 Juillet 1888). Et encore n’est-il fait allusion qu’aux internats, dont on connaît l’état d’insalubrité (Thibault, 242 p. 32 et P. Gerbod, 82 bis pp 97 sqq).

3Pour les internes, « l’université s’est imposée l’obligation de pourvoir à l’éducation physique des jeunes gens qui lui sont confiés, comme à leur éducation morale et intellectuelle. Aussi bien la culture du corps est en relation étroite avec celle du cœur et de l’esprit » (circulaire du 7 Juillet 1890).

4Mais comment cette relation est-elle conçue ? Le texte précise que l’éducation physique est de la morale en action. Elle doit mettre en œuvre de « véritables leçons pratiques de moralité et de virilité ». De plus, reprenant sans doute les conclusions de l’Académie de Médecine (en 1887) et celles des commissions sur le surmenage scolaire, le législateur affirme l’utilité de l’éducation physique par rapport aux études : « tout travail intellectuel exige un effort ; l’effort impose une fatigue ; la fatigue sera moindre si le corps est vigoureux et dispos ». Cette circulaire propose alors de réduire les programmes afin de donner à l’éducation physique la place à laquelle elle a droit. Ce fait est important à signaler car il marquera pour longtemps toute l’organisation de l’Ecole en général.

5– Réduction du travail sédentaire : de 6 heures à 10 heures par jour au maximum selon les classes. « La journée moyenne de l’écolier variant entre 14 et 16 heures, le reste du temps sera consacré aux exercices physiques, aux récréations, aux repos ». – Mais ce temps libéré reste un temps de récréation par rapport au temps des études : « les cours de chant, les leçons d’art d’agrément et de gymnastique se donneront à l’avenir pendant la récréation, et non pendant les études ». Et ce temps de récréation sera fixé par chaque recteur... ce qui laisse entendre que des aménagements restrictifs ne manqueront pas. On est donc loin d’une éducation physique conçue comme une véritable discipline d’enseignement (B. During, 68p. 27).

6– Buts et conditions de l’enseignement de la gymnastique : « son but n’est pas d’amener quelques adeptes à exécuter des tours de force plus ou moins remarquables, mais de soumettre tous les élèves à un entraînement progressif et méthodique... Au surplus, on sait qu’un violent exercice physique ne repose pas d’un grand labeur intellectuel ; ce sont des fatigues qui s’additionnent et ne se compensent pas », (circulaire du 7 Juillet 1890).

7En résumé, il semble que ce soient les conditions mêmes du travail dans les lycées et collèges, plus particulièrement dans les internats, qui dictent une conception hygiéniste de la gymnastique, alliée à une fonction de contrepoids à l’égard du travail intellectuel intensif et de la sédentarité. Ces textes traduisent donc la préoccupation essentielle de l’époque, qui était de pallier les effets du surmenage scolaire. Cette préoccupation devait persister. On la retrouve dans la circulaire du 7 Mars 1910. G. Doumergue y rappelle les bienfaits de l’éducation physique, aussi bien pour les filles que pour les garçons :

« Les élèves y trouvent une diversion salutaire aux fatigues cérébrales et à l’effort intellectuel » (c’est nous qui mettons en caractères gras) B.A. No 1919, du 12 Mars 1910.

8Tout comme à l’école primaire de cette époque, la gymnastique se voit confier un rôle de compensation, récréatif, hygiénique. Elle doit délivrer des fatigues intellectuelles, reposer l’esprit sans fatiguer le corps. C’est à ces conditions que le législateur accepte de lui attribuer une place plus grande dans les horaires.

9Les instructions du 13 Août 1928, signées d’E. Herriot, rappellent une fois encore le rôle important de l’éducation physique : « votre attention a été appelée à diverses reprises sur l’intérêt qui s’attache à ce que les élèves des établissements de l’enseignement public reçoivent l’éducation physique avec la même assiduité que l’éducation intellectuelle ».

10En effet, l’arrêté du 19 Janvier 1925 avait marqué le début de la réorganisation de l’éducation physique dans l’enseignement secondaire, en rappelant (une fois n’est pas coutume) le principe de son caractère obligatoire, et en étendant cette obligation aux filles. Ce même arrêté précisait en outre que les séances d’éducation physique devaient avoir lieu « en dehors des heures de récréation ». Il semble cependant que des restrictions budgétaires aient empêché l’application de ces textes.

11Il faudra donc attendre 1936 et le ministre J. Zay pour que soient à la fois réorganisé l’enseignement et spécifiés les rapports entre éducation physique et éducation intellectuelle. Un certain nombre d’expériences, réalisées dans les écoles primaires, allaient permettre de contrôler les effets de l’éducation physique sur les résultats scolaires. Pour la première fois une réalisation pédagogique officielle allait apporter une confirmation aux thèses de l’Académie de Médecine (année 1887). La preuve semblait faite que « le temps consacré aux exercices corporels favorise en fin de compte l’intelligence » (Circulaire ministérielle de Jean Zay, citée par Coche (46 p. 349).

12Cet accroissement du temps réservé à l’éducation physique dans l’enseignement secondaire devait se maintenir après la guerre. De nouvelles instructions allaient en préciser objectifs et programmes : instructions ministérielles du 1er Octobre 1945, du 20 Juin 1959, du 21 Août 1962. Mais, dans ces textes, aucune allusion n’est faite aux effets éventuels de l’exercice physique sur les exercices intellectuels. Les finalités de l’éducation physique sont « le développement normal de l’enfant » et « la recherche d’attitude correctes », « l’habitude du geste naturel », « l’affinement du geste », le tout teinté de préoccupations morales et sociales (I.O. 1945 Recueil des Lois et Règlements de l’Education Nationale, vol. 9, titre 81, chap. 811). Tout au plus peut-on noter un effort d’interdisciplinarité, puisque les Instructeurs réduisent à trois « le nombre des professeurs dans les classes de Sixième » et demandent « aux professeurs d’éducation physique de profiter de cette heureuse conjoncture pour coopérer avec leurs collègues, professeurs de disciplines intellectuelles, à la recherche d’une action éducative aussi complète que possible » (I.O. 1945).

13Les orientations progressivement plus sportives de l’éducation physique devaient encore accentuer la séparation de ces deux ordres d’enseignement, en privilégiant, dans l’exercice physique, ses caractéristiques techniques et ses effets fonctionnels.

14La circulaire du 19 Octobre 1967, encore en vigueur, qui faisait connaître les nouvelles instructions officielles pour les professeurs et maîtres d’éducation physique et sportive, mérite un examen particulier, car elle sanctionne en quelque sorte l’évacuation de l’éducation physique de l’enseignement secondaire.

  • 7 Les « voyages ministériels » sont une particularité bien connue de l’éducation physique. Depuis 18 (...)
  • 8 Jusqu’à 1971, l’horaire légal d’éducation physique était de 5 heures par semaine. Depuis les circu (...)

15Certes, elle est toujours enseignée au sein des établissements scolaires, et l’on ne conteste pas son caractère obligatoire. Mais, en dehors de déclarations d’intention comme « l’éducation physique vise certains buts considérés comme souhaitables dans une civilisation donnée, et constitue un important domaine de l’éducation générale » (ibidem, p.l), il faut reconnaître que le lent processus d’expulsion de l’Ecole est commencé. D’une part, l’éducation physique, prenant des orientations franchement sportives, ne va pas tarder à quitter le ministère de l’Education Nationale pour rejoindre le Secrétariat d’Etat à la Jeunesse et aux Sports7. D’autre part, les horaires d’éducation physique ne vont cesser de diminuer au sein de l’Ecole, au profit de la pratique extra-scolaire8.

16Cette évolution peut aussi recevoir une autre explication : on a pris acte dans les faits de la différence entre les enseignements élémentaire et secondaire. Dans le secondaire, à la pluralité des disciplines s’ajoute la pluralité et la spécialisation des maîtres. La question de l’interdisciplinarité ne peut donc plus se poser dans les mêmes termes que lorsqu’elle reposait sur l’unicité du maître. Les textes officiels seront, logiquement, préoccupés de définir les objectifs et les contenus particuliers de chaque discipline, plutôt que de proposer des approches interdisciplinaires.

17Par là-même, l’enseignement secondaire se montre plus soucieux que l’enseignement élémentaire de transmettre un savoir propre à chaque discipline, et moins préoccupé de favoriser le développement et la formation de l’élève. D’ailleurs, ce dernier, arrivé à l’adolescence, voire à l’âge adulte (du moins dans l’acception légale du terme) n’appelle plus une éducation physique que l’on justifierait par son influence favorable sur le développement intellectuel ou les apprentissages scolaires.

18Mais, paradoxalement, alors que les rapports entre motricité et intelligence devraient être posés en termes différents, on retrouve les mêmes allusions à l’activité de l’enfant :

« Pour améliorer la nature de l’individu, (l’éducation physique) s’adresse à la fois à son corps et à son esprit. La corrélation entre ce qui fut longtemps considéré comme deux entités distinctes, nous interdit d’établir a priori une hiérarchie entre elles, et il est certain qu’en développant, par exemple, les qualités motrices de l’enfant, on sollicite et on atteint son psychisme. La psychologie ne considère-t-elle pas en effet le geste humain comme un des premiers moyens d’expression et donc de communication entre l’être et son entourage » (circulaire du 19.10. 1967).

19et, plus loin :

« L’éducation physique et sportive agit donc sur l’individu conçu dans sa totalité et contribue à la formation de sa personnalité en l’aidant à s’épanouir physiquement, intellectuellement et moralement » (ibidem).

20En vérité, ce préambule ne parvient pas à masquer l’objectif réel des Instructions, qui est de justifier l’implantation du sport à l’Ecole et, par là, de faire admettre les idées de progrès, de perfectionnement, de dépassement de soi-même et des autres, de compétition, de hiérarchie, de discipline, de fair-play. L’éducation physique sportive redevient de la morale en action, ce qui n’empêche pas les rédacteurs d’affirmer que « le sport est dépourvu de finalités propres » (ibidem p. 2).

21La pratique des activités « physiques et sportives » sera donc subordonnée aux spécialités sportives elles-mêmes :

« La pratique de ces activités concourt, au même titre que celles d’activités éducatives, à des fins générales qui doivent être discernées clairement. Il convient donc que soient recensés les activités physiques et sportives qui paraissent les plus adaptées à telle ou telle finalité...
« C’est la combinaison du classement des activités physiques et sportives selon l’intérêt qu’elles présentent pour l’élève, et du classement des intentions pédagogiques dont le professeur peut charger tel ou tel geste particulier, qui permettra l’élaboration d’un programme cohérent et complet (ibidem p. 2)

22Ainsi se trouve réalisée, par le biais des intentions pédagogiques, la liaison cherchée entre les préoccupations éducatives (formation de la personnalité dans ses dimensions physique, intellectuelle, morale et sociale) et la pratique sportive. Et l’objet de la programmation de 1968 (297), faisant suite à ces instructions officielles, sera justement d’établir, dans le détail, la nature et la particularité de ces intentions pédagogiques pour chaque spécialité sportive.

23Comme on le voit, la dimension intellectuelle de la conduite se trouve réintroduite, mais au profit de l’éducation sportive. Pas dans tout son domaine d’ailleurs, puisque le législateur confond les qualités apparentes requises pour la pratique d’un sport avec les finalités que cette pratique sera censée atteindre. Ainsi la gymnastique sollicite-t-elle bien la motricité, mais elle favorise également le contrôle de soi, l’attention, le goût, l’esthétique. Elle contribue à faire acquérir sa maîtrise, conçue comme une prise de conscience du corps et de ses actions.

24Des justifications plus scientifiques viendront au secours de ces premiers lieux communs. Elles seront empruntées aux travaux de la psychologie, de la neuro-physiologie et au langage des psycho-motriciens. C’est surtout dans la programmation de 1968 que se développe ce type de réflexion, sous la forme d’un fascicule, introduit par un tableau à double entrée, permettant la combinaison des intentions éducatives et des activités sportives (Annexe I).

25On remarquera la distinction entre les facteurs psychologiques et physiologiques de la conduite motrice, et les facteurs psychologiques et sociologiques de cette même conduite. Aux premiers correspondraient la prise de conscience du corps et l’intelligence du mouvement, qui seraient particulièrement sollicitées par des sports comme l’athlétisme (mais surtout dans les classes terminales ?), la gymnastique sportive (à tous les niveaux), la gymnastique non sportive (mais surtout chez les filles ?), alors que ces mêmes facteurs ne seraient absolument pas mis en œuvre dans les sports comme l’athlétisme et la natation (en Sixième et Cinquième particulièrement) ou les sports collectifs !

26Aux seconds correspondraient la prise de conscience, le contrôle et le développement des facteurs personnels de la conduite, sollicités quasi exclusivement par les sports collectifs...

27Bref, en passant de l’enseignement élémentaire à l’enseignement secondaire, nous constatons un changement radical dans la définition des rapports entre motricité et intelligence : dans le premier, on se réfère à l’interdisciplinarité et, dans le deuxième, à la personnalité des élèves. Si, à l’école primaire, l’exercice physique est jugé propre à favoriser la formation de l’intelligence et constitue un prélude aux apprentissages conceptuels, dans le secondaire, alors que le développement intellectuel est réputé achevé, l’intelligence peut exercer son pouvoir de contrôle et d’orientation dans les apprentissages moteurs. La pratique sportive peut ainsi, dans certaines conditions, solliciter de façon élective tel ou tel aspect de la pensée. La réflexion entre le champ de l’action motrice, de telle sorte que l’élève puisse mieux « comprendre le pourquoi et le comment de tels exercices, afin de les accepter ou, mieux encore, de les choisir (297).

28On comprend mal alors que s’adressant à des adolescents, voire des adultes, le législateur puisse se référer aux théories développées par la psychologie génétique, selon lesquelles l’action est essentiellement le prélude du développement intellectuel. Cette ambiguïté semble induite par le caractère purement intellectualiste de l’Ecole et la dévotion accordée à la pensée, source de toute rationalisation, y compris celle du corps – ce qui motive son utilisation, sa mise en œuvre répétée dans toutes les disciplines d’enseignement. Encore reste-t-il à définir comment (dans quelles conditions, selon quelles modalités didactiques) et pourquoi il est important de recourir à de telles procédures d’apprentissage – Car le recours aux apprentissages moteurs « intelligents » (J. Le Boulch, 137) trouvera des justifications au sein même des conceptions traditionnelles de l’apprentissage technique et sportif, c’est-à-dire en dehors du champ de l’Ecole.

29Les courants d’innovation pédagogique propres à l’éducation physique ont contribué de façon déterminante à transformer le point de vue officiel. Personne, d’ailleurs, ne l’a mieux formulé que R. Delaubert (53) ou J. Dibie et Trincal (255). Mais on peut regretter l’éclectisme de leur inspiration, qui a conduit à dénaturer la pensée d’auteurs comme J. Le Boulch, R. Merand, J. Teissié.

Notes

7 Les « voyages ministériels » sont une particularité bien connue de l’éducation physique. Depuis 1882, elle est entrée successivement au ministère de la Guerre, au ministère de l’Instruction Publique ou de l’Education Nationale, au Secrétariat d’Etat à la Jeunesse et aux Sports.
C’est en 1969 qu’elle a quitté pour la dernière fois le ministère de l’Education Nationale (sauf un bref retour, pendant l’interim présidentiel, après la mort du Pt Pompidou).

8 Jusqu’à 1971, l’horaire légal d’éducation physique était de 5 heures par semaine. Depuis les circulaires de G. Comiti, il est retombé à 2 heures dans le Second Cycle, 3 heures dans le Premier Cycle. L’horaire actuel moyen est réellement de deux heures au plan national. (1978).

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search