Version classiqueVersion mobile

Les Savoirs du corps

 | 
Pierre Arnaud

Premiere partie. Éducation physique et éducation intelectuelle une histoire mouvementée

Introduction. Les ambiguïtés d’une obligation

Texte intégral

«  L’éducation physique est une hygiène psychique. »

P.Tissié : L’éducation physique et la race, Flammarion, Paris 1919, p.133.

« L’éducation physique n’est pas une fin, elle n’est qu’un moyen, dont la fin est l’éducation intellectuelle, que l’éducation physique doit facilier et exalter…

La musculature est la servante de la célébration, elle ne saurait en être la dominatrice. »

P.Tissié : L’éducation physique rationnelle, Alcan, Paris 1922, p.134.

1La notion d’intellectualisation de l’éducation physique pourra paraître peu explicite, voire excessive. De la gymnastique du 19° siècle à l’éducation physique moderne, les finalités comme les contenus didactiques ne sont-ils pas ordonnés autour de préoccupations essentiellement militaires, hygiénistes, médicales, voire morales ou sportives ?

2Si l’on s’en tient à l’étude des « méthodes », nous le concédons volontiers. Il est évident que les méthodes d’éducation physique n’ont jamais tenu compte, du moins de façon essentielle, des rapports entre l’exercice physique et l’intelligence : les plus marquantes d’entre elles sont nées au 19° siècle et au tout début du 20° siècle, et le contexte historique a conduit leurs auteurs à se préoccuper davantage de finalités hygiéniques et militaires. La gymnastique d’alors visait la régénération des sujets et se voulait l’antidote des déplorables conditions de vie de la masse de la population, ou bien s’orientait délibérément vers la préparation militaire, avec tout ce qu’elle implique en fait d’ordre moral, de rusticité ou de simple force animale. Les exemples fournis par Ling, Jahn, Amoros, voire G. Hébert, sont très symptomatiques de ce genre de préoccupations. Mais, si ces méthodes ont fortement contribué à transformer les conceptions de l’éducation physique, particulièrement en France, elles n’ont jamais atteint, du moins chez nous, le statut de méthode unique d’éducation – exception faite toutefois de la méthode naturelle de G. Hebert pendant la période du gouvernement de Vichy.

3En somme, les finalités de l’éducation physique ont été définies par rapport à deux ordres de préoccupations, politiques et socio-éducatives. Aux préoccupations politiques (de type nationaliste) correspondent des finalités militaires et médicales. L’éducation physique peut alors servir la cause du pays en cas de besoin. Aux préoccupations socio-éducatives correspondent des finalités de formation, de développement et d’intégration. L’éducation physique peut ainsi se justifier comme contribuant au développement de la personnalité ou favorisant le rendement du travail scolaire.

  • 1 Ainsi doit-on interpréter les luttes qui opposèrent, à la fin du 19° siècle, P. Grousset, G. de St- (...)

4Mais, en réalité, le moteur principal de la rénovation de l’éducation physique se trouve dans l’Ecole. Ce n’est pas nécessairement le contexte socio-culturel qui fournit des contenus et des finalités propres à légitimer l’éducation physique, car l’Ecole fournit à elle seule les éléments d’un fonctionnement autarcique. En devenant obligatoire dans les écoles, l’éducation physique a accédé au statut de discipline d’enseignement ; dès lors, elle devait abandonner certains des traits qui en faisaient légalement, à ses débuts, un agent d’embrigadement ou de politisation des jeunes, pour s’inscrire dans le courant de la formation et de l’instruction de l’homme social. Cela est si vrai que l’histoire des activités physiques fait apparaître une divergence marquée entre les tenants d’une éducation physique universitaire et ceux d’une pratique indépendante de l’Ecole1. C’est ainsi, du moins, que nous interprétons les évolutions parallèles et indépendantes de l’éducation physique scolaire et de la pratique sportive compétitive et récréative. C’est que la pratique sportive compétitive sert moins l’Ecole que le prestige national.

5Il n’est guère de tradition plus typiquement française que de considérer le champ éducatif comme un champ clos, c’est-à-dire extrêmement peu perméable aux transformations de la pratique sociale. Mieux, on pourrait dire qu’en s’implantant solidement dans le système scolaire, l’éducation physique a contribué au développement autonome du mouvement sportif, alors que, paradoxalement, ce sont surtout les universitaires qui sont à l’origine de cette implantation du sport en France (cf J. Defrance, 52). Nous prendrons acte de cet état de fait qui a permis l’évolution, parallèle et relativement indépendante, de la conception éducative d’une activité physique « de base » ou préparatoire, et de la conception sportive qui devait conduire, dans les années 1920-1930, à l’explosion de la pratique civile, compétitive. D’un côté, une pratique populaire, « démocratique », chargée de transmettre une culture physique standardisée et, de l’autre, une pratique élitiste et aristocratique, accentuant l’opposition des classes sociales et véhiculant les valeurs de la hiérarchie et du « struggle for life ».

6Bref, il a fallu attendre plus d’un demi-siècle pour voir le sport entrer à l’Ecole et se substituer progressivement à l’éducation physique. Cela témoigne de la conviction des professeurs d’éducation physique de la spécificité de leur discipline et de leur compétence. Et l’entrée du sport à l’Ecole n’a fait que renforcer cette préoccupation. C’est bien cette dernière question, celle de la spécificité de l’éducation physique et de la compétence de ses professeurs, qui est au centre des débats actuels et sur laquelle, inévitablement, nous allons achopper (R. Merand, 164).

7A voir les choses de plus près, il apparaît que l’éducation physique s’est toujours voulue différente

  • d’une simple pratique sportive compétitive

  • et d’une simple activité récréative et hygiénique.

8Cette revendication de la différence ne peut être comprise que si l’on replace l’éducation physique dans le contexte de l’Ecole. Celle-ci est obligatoire et l’éducation physique est une discipline d’enseignement. A ce titre, elle concerne tous les enfants scolarisés. Ne convient-il pas alors de s’interroger sur la signification réelle de sa présence à l’Ecole ?

9Nous ferons donc l’hypothèse que, progressivement, sous l’effet conjugué du développement technique et scientifique, des transformations du système social et politique, le simple exercice a dû chercher sa place et son rôle par rapport au développement intellectuel et aux apprentissages scolaires.

10L’analyse des textes officiels qui ont régi l’éducation physique devrait donc nous permettre de retrouver les différents termes de cette relation, qui équivalent à sa légitimation institutionnelle, pour sa capacité de favoriser le fonctionnement de l’intelligence.

Notes

1 Ainsi doit-on interpréter les luttes qui opposèrent, à la fin du 19° siècle, P. Grousset, G. de St-Clair et P. de Coubertin.

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search