Version classiqueVersion mobile

Les Savoirs du corps

 | 
Pierre Arnaud

Préface

Guy Avanzini

Texte intégral

1Il y a particulièrement lieu de se féliciter de la publication de l’excellente thèse de doctorat de 3ème cycle de sciences de l’éducation que Pierre Arnaud a récemment soutenue devant notre Université. Parmi les nombreux travaux que suscite désormais l’éducation physique, le sien présente en effet des caractéristiques qui en justifient une vive estime. Ainsi est-ce à bon droit qu’on appréciera d’abord l’étendue de l’information qu’il a rassemblée comme la rigoureuse alacrité de la réflexion qu’il exerce sur elle ou l’ingéniosité d’une démarche expérimentale judicieusement introduite. De même lui saura-t-on gré de la clarté démonstrative avec laquelle il identifie et analyse les divers et nombreux courant qui, simultanément, constituent, dynamisent et entravent l’essor de l’éducation physique ; il montre tout spécialement comment la fonction intellectualisatrice qu’on lui assigne ou qu’elle s’assigne ont, certes, favorisé son introduction au sein de l’Ecole mais, simultanément, gêné la mise en place d’une véritable « éducation motrice ».

2Or, c’est à la reconnaissance de celle-ci que lui semble suspendue la diffusion d’une « culture motrice » qui ait sa spécificité et ne soit pas seulement et toute entière subordonnée à la poursuite d’un meilleur rendement intellectuel, si légitime et souhaitable que, par ailleurs, demeurent l’espoir et l’aménagement de celui-ci. Ce faisant, l’auteur formule remarquablement le dilemne d’une éducation physique contrainte de s’aligner sur des finalités intellectualisatrices qui, d’une certaine façon, lui sont étrangères ou menacée d’être exclue de l’Ecole si elle les récuse ; il a su interpréter remarquablement, par référence à cette difficulté, l’histoire de l’Education Physique. Ainsi, les approximations et les amalgames qui entachent lourdement la problématique de l’intelligence et celle de l’éducation physique sont-elles dénoncées avec une saine vigueur comme condamnées, à cet effet, les utilisations abusives de la théorie de Jean Piaget. En définitive, le thème des relations entre l’une et l’autre, n’avait jamais été abordé de façon aussi complète et aussi argumentée.

  • 1 sous la direction de P. ARNAUD : Le corps en mouvement. Précurseurs et pionniers de l’éducation ph (...)

3Professeur à l’U.E.R.–E.P.S. de l’Univsersité Lyon I – dont on connaît le dynamisme et le sens de la recherche – Pierre Arnaud a administré dès cette thèse la preuve des plus brillantes qualités d’esprit. Il les a confirmées, depuis, par une série d’autres publications qui prolongent et approfondissent celle-ci. Ainsi les pages qu’il a personnellement écrites dans l’ouvrage récemment paru sous sa direction : Le corps en mouvement. Précurseurs et pionniers de l’éducation sportive1 s’avèrent-elles complémentaires de ses premiers travaux en reconstituant les circonstances et étapes de l’élaboration du concept d’éducation physique comme, parallèlement, la « genèse d’une discipline d’enseignement » (p. 94), avant d’en arriver aux problématisations et controverses contemporaines. A travers les pratiques recensées, il identifie leur sens, la conception qu’elles révèlent, trahissent et traduisent, en même temps, du statut du corps à une époque ou dans une instance éducative déterminée, enfin l’intention qui dirige celle-ci au sein des exercices qu’elle retient ou élimine en vertu de sa représentation de l’enfant et des finalités données à sa formation.

4Chercheur alerte et convaincu, Pierre Arnaud propose ici un livre, que, au regard des sciences de l’éducation, il nous semble fondé de considérer comme important. Il favorisera, au delà des idées reçues, la meilleure compréhension de l’histoire, encore insuffisamment connue et trop souvent partiellement interprétée, de l’éducation physique ; il aidera aussi manifestement à saisir et à situer ses véritables problématiques comme ses enjeux. On souhaite qu’il lui facilite la conquête de sa spécificité épistémologique et didactique comme l’établissement d’un statut institutionnel ajusté à celle-ci et, enfin, qu’il favorise la réflexion des esprits non prévenus sur le rôle propre de l’Ecole.

Notes

1 sous la direction de P. ARNAUD : Le corps en mouvement. Précurseurs et pionniers de l’éducation physique. Toulouse - Privat - 1981 316 p.

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search