Version classiqueVersion mobile

Les Chemins de la manifestation

 | 
Vincent Robert

Conclusion

Texte intégral

1Trois générations seulement séparent les premiers cortèges que nous avons décrits de ceux sur lesquels se termine cette étude : le petit-fils d’un manifestant de 1848 aurait pu participer aux manifestations pacifistes de l’automne 1912. Fort peu de chose du point de vue de l’ethnologue, cherchant à repérer l’insertion des pratiques dans une société qui se reproduit de génération en génération par la permanence de certaines fonctions culturelles (naître, devenir adulte, se marier, mourir), alors que les historiens verraient le monde de 1914 et la ville de Lyon à cette date, profondément différents de ce qu’ils étaient soixante-cinq ans plus tôt. L’opposition est évidemment forcée, mais elle invite à revenir sur nos cortèges, pour repérer ce qui a changé et ce qui est demeuré constant. Ainsi se dégageront plus nettement les conditions générales dans lesquelles naquit la manifestation de rue, et il ne nous restera plus qu’à en apprécier les circonstances politiques. Car, si un cortège de manifestants peut être considéré comme un objet ethnologique, ou sociologique, la naissance de la manifestation est, elle, le résultat de l’entrecroisement, à un moment donné, de stratégies et de conceptions politiques particulières : en un mot, un phénomène historique.

Permanence et transformation des cortèges

2Les cortèges ont-ils changé au long de ces trois générations ? Tout dépend de ce que privilégie l’analyse : le temps ou l’espace, l’identité des participants ou leur ordonnancement.

3Comment caractériser les participants aux cortèges ? C’est l’un des domaines que nos sources éclairent le moins bien : des manifestants, nous ne pouvons connaître que ceux que les forces de l’ordre ont choisi d’arrêter ; des participants aux défilés de sociétés, davantage les membres du bureau, et la tête du cortège, que les simples gymnastes, tireurs ou sauveteurs... Et l’on a vu la difficulté à caractériser les assistants aux enterrements, fussent-ils civils. Il sera donc délicat d’apprécier permanences et transformations. Quelques éléments semblent pourtant relativement assurés. Le premier est le caractère masculin de l’espace public que dessinent les cortèges. Au milieu du xixe siècle, tous les cortèges sont exclusivement masculins, même lorsqu’un rôle impose un personnage féminin. Seules exceptions, les processions, où les femmes séparées des hommes, comme à l’église, ne sont pas à la place d’honneur. C’est pourquoi les cortèges revendicatifs féminins de 1848 ou de 1869 firent un tel scandale. Au début du xxe siècle, ce monopole masculin de l’espace public a été quelque peu battu en brêche : s’il y a des femmes dans les manifestations politiques et syndicales, à gauche notamment, dans les convois funèbres, surtout civils, et si leur présence ne scandalise plus, elles semblent nettement minoritaires. En revanche, les processions disparues, leur importance relative semble avoir diminué dans les manifestations cléricales et pélerinages... et elles sont toujours exclues des sociétés conscriptives, sportives, ou d’anciens combattants (à l’exception de la cantinière, « mère » du régiment).

  • 1 Cela vaut probablement aussi pour les femmes.

4La deuxième caractéristique des participants est leur âge. D’une manière générale, les manifestants, les participants aux cortèges qui ne marquent pas des événements familiaux sont des jeunes, le plus souvent célibataires. Cela vaut pour les vogueurs comme pour les gymnastes, pour les jeunes gens qui organisent les cavalcades du début du Second Empire ou les étudiants qui les firent renaître à la Belle Époque. Là encore, cette permanence d’un rôle social dévolu à un groupe d’âge, comme porte-parole d’une communauté plus ou moins vaste, doit être mitigée par des signes d’évolution, dans la mesure où une sociabilité informelle où le critère de génération semblait déterminant (les conscrits, les compagnons) se voit concurrencée ou transformée en sociabilité formelle, dans des associations toujours plus nombreuses au fil du siècle : soit les adultes y jouent un rôle d’encadrement et de direction (sociétés conscriptives, gymnastes), soit les jeunes y vieillissent en même temps que l’association se formalise. Le cas le plus typique pourrait être les associations d’anciens combattants, mais peut-être les compagnonnages les ont-ils précédées dans cette voie. Enfin, l’essor de la manifestation dans les grèves et les conflits politiques du début du xxe siècle, son caractère de plus en plus licite, et la moindre probabilité d’affrontements permettent sans doute plus facilement à des hommes d’âge mûr, voire avancé, d’y prendre part régulièrement1.

5Le niveau social des participants a beaucoup plus évolué. Mis à part ceux qui marquent les événements familiaux, et dans une certaine mesure les processions, les cortèges du milieu du xixe siècle sont de recrutement populaire. Ceux de la Belle Époque ne le sont plus exclusivement, ni peut-être majoritairement. Certes, les manifestations les plus puissantes sont le fait du mouvement ouvrier et socialiste, qu’elles soient annuelles (le Premier Mai) ou destinées à marquer l’actualité. Mais la multiplication des associations de tous types dans le dernier tiers du siècle précédent a dû correspondre à un changement de la sociabilité des classes moyennes et supérieures, qui quittent l’espace semi-privé du cercle pour paraître, en certaines occasions, sur la place publique et en corps : les défilés qui se rendent annuellement, à partir de 1907, au monument des Enfants du Rhône en sont l’exemple le plus spectaculaire. Là aussi, le rôle des associations d’anciens combattants de 1870-71, puis, dès lors que la conscription a été généralisée, et que même la bourgeoisie n’échappe plus au service militaire, de celles des anciens de tel ou tel régiment, pourrait bien avoir été fondamental.

  • 2 Toutefois, l’extrême-gauche ouvrière valorise plus la couleur même du drapeau (à elle seule procla (...)
  • 3 Ce qui, à la Belle époque, commence à poser des problèmes de discipline, tant aux syndicalistes qu (...)
  • 4 Cet effacement n’est cependant ni total ni irréversible. D’une part, dans certains cortèges de l’U (...)

6La sociologie des participants a donc sensiblement changé, ce dont on pouvait se douter au départ. En revanche l’ordonnance, l’allure des cortèges, se trouvent fort peu modifiées, ce qui peut surprendre davantage. Pour comparer ce qui est comparable, rien qui, de ce point de vue, ressemble plus à une des grandes manifestations du printemps 1848 qu’une manifestation de masse de la fin de la Belle Époque : certes, les rangs des manifestants de 1912 sont plus fournis, et le cortège moins long, car on défile désormais à huit ou dix de front, et non plus sur deux rangs (comme dans les rues étroites du Lyon ancien). Mais on retrouve en tête délégués ou dirigeants et derrière, à la suite de leur bannière ou de leur drapeau, membres des corporations ou des syndicats, membres des clubs ou des sections socialistes. De même, un cortège d’anciens combattants, derrière son drapeau et précédé d’une fanfare, ne diffère pas sensiblement d’un groupe de vogueurs, antérieur d’un demi-siècle... En effet, si les éléments constitutifs sont différents, les structures du cortège sont les mêmes : la couleur du drapeau pourra différer, la nature de l’objet porté par les uns ou par les autres, banne destinée à recueillir les dons ou couronne que l’on porte à un monument funéraire, l’ordre de dignité décroissante dans lequel se succèdent les participants... Sans prétendre que ces cortèges sont identiques, il faut mettre en évidence un fonds culturel commun pour toute la période, largement passé inaperçu, et qui explique à la fois la vigueur des affrontements symboliques et la possibilité d’un consensus. Si le drapeau rouge fait scandale, au début du vingtième siècle encore, c’est d’abord qu’il prend la place qu’occupe normalement le drapeau national, dans des cortèges qui n’ont rien d’explicitement politique, et ressortiraient plutôt du folklore, ou du patriotisme. C’est aussi que les grands cortèges manifestants que nous avons étudiés frappent par leur pauvreté expressive : des cris épars, plus que des slogans scandés ; des chants, toujours les mêmes, et dont l’air semble compter plus que les paroles ; un recours à l’écrit très limité, quelques rares pancartes au tournant du siècle, mais pas de banderoles. Si bien que, rouge ou tricolore, le drapeau lui-même, avec l’inscription qui y figure, affirmant l’identité du groupe et son affiliation idéologique, prend une importance considérable, confinant parfois au fétichisme : que l’on appartienne à l’extrême-gauche ou à la droite catholique et nationaliste, on le défendra avec acharnement contre la police2. En revanche, le fait qu’un groupe doive être constitué autour d’un drapeau, quel qu’il soit, le fait que tous soient ouverts, c’est à dire qu’ils admettent un nombre illimité de participants à la suite des responsables3, le fait qu’ils s’organisent suivant des principes qui sont à très peu de choses près les mêmes, tout ceci pouvait et devait passer inaperçu. En définitive, structurés sur un modèle d’origine militaire, la plupart des cortèges avaient un dénominateur culturel commun. Dénominateur d’autant plus puissant que s’était estompé l’autre grand modèle culturel proposé aux classes populaires et à l’ensemble de la société : celui qu’offrait l’Église catholique4, avec ses cortèges partiellement ou totalement fermés, en groupes hiérarchisés mais dont l’ensemble aspire à représenter la société toute entière, clercs et laïcs, hommes et femmes, enfants et vieillards... Sous la pression de l’État républicain, les catholiques eux-mêmes ont dû, bon gré mal gré, se plier au modèle général : des cortèges ouverts, et en ordre hiérarchique décroissant, laïcs, masculins...

  • 5 C. Ponson (Les catholiques lyonnais et la Chronique sociale..., pp. 91-92) cite un intéressant art (...)

7La laïcisation de l’État et de la société n’a pas seulement entraîné la disparition des processions, mais elle a sans doute aussi modifié l’inscription des cortèges dans le temps. Nous avons du mal à évaluer les changements dans ce domaine, d’abord parce que pour nous, habitants anonymes des villes de la fin du vingtième siècle, dévorées par l’automobile, les cortèges du dix-neuvième siècle apparaissent extraordinairement fréquents, innombrables. Il suffit de rappeler que la plupart des enterrements donnaient lieu à un cortège dans les rues pour comprendre qu’il est impossible de tenir un compte exact de ces « suites nombreuses de personnes marchant en cérémonie ». Mais on peut penser que, si les cortèges qui marquaient un temps individuel (les convois funéraires essentiellement, qu’ils soient religieux ou civils) ont dû rester les plus fréquents, et sans doute les plus importants par les foules qu’ils pouvaient régulièrement drainer, la part (probablement mince) des cortèges qui marquaient un événement dans l’histoire des groupes, ou dans l’histoire tout court, s’est accrue, sans doute au détriment des cortèges calendaires. Le temps calendaire des laïcs est moins riche, l’importance de la tradition moins grande, et dès la fin du siècle, la célébration annuelle de l’anniversaire de tel ou tel événement, révolutionnaire par exemple, voit son importance diminuer au profit de plus rares, et plus imposantes commémorations. D’une manière insidieuse, la laïcisation a dû affaiblir l’importance accordée à ce que telle cérémonie ait lieu un jour précis, et immuable, celui de la fête patronale d’un métier par exemple. La fête, et le cortège n’en auront pas moins lieu, mais pas exactement à date fixe5.

8Le rapport des cortèges à l’espace urbain a lui subi une transformation essentielle, qui permet de dégager trois âges de la ville. Les cortèges du milieu du xixe siècle correspondent à une conception de l’espace urbain qui est encore celui de la ville close : soit on fait en ville une entrée solennelle ou agressive, par l’une des rares voies d’accès, pont ou porte ; soit l’on en sort, vers les campagnes (où l’on va détruire les métiers concurrents), une autre ville (cortèges compagnonniques) ou un autre monde (cortèges funéraires) ; soit enfin on en fait le tour, ou bien on fait le tour d’un quartier (manifestations, processions)... Cette ville-là disparaît avec le Second Empire, mais plus vite dans la vie quotidienne que dans les cortèges. La cité s’est étendue, elle n’a plus de portes, elle n’a plus de faubourgs ; son cœur a été percé par de grands axes, de Bellecour aux Terreaux. On n’en fait plus le tour, et si les gares ont remplacé les portes, leur rôle dans l’organisation des cortèges semble moindre avec la banalisation des voyages... Ne restent que deux centres : l’un religieux, Fourvière, vers lequel vont se replier les catholiques, dans de longues ascensions au départ de la place Saint-Jean ; l’autre politique, l’Hôtel de Ville, occupé par le préfet ; siège du pouvoir et objectif des participants aux « journées » et manifestations, vers lequel on converge depuis les divers quartiers de la ville. La deuxième transformation fut plus discrète, car elle ne correspondit pas à des bouleversements du tissu urbain, elle fut plus tardive, mais tout aussi fondamentale. Pour l’exprimer en peu de mots, on pourrait dire que c’est alors, au début du vingtième siècle, que les cortèges de manifestants commencent à exploiter l’espace urbain haussmanien, à parcourir la ville au lieu de la circonscrire ou d’assiéger l’Hôtel de Ville. De nouveaux lieux de rassemblement apparaissent, journaux, bâtiments universitaires, Bourse du travail ; de nouveaux objectifs symboliques enrichissent les possibilités expressives des cortèges : monument des Enfants du Rhône, monument du sergent Blandan, alors que les pouvoirs publics achèvent un lent processus de déconcentration spatiale avec la construction de la nouvelle préfecture. La ville est devenue polycentrique en même temps qu’elle s’est étendue, que les transports urbains se sont développés, que la rive gauche du Rhône a été véritablement intégrée... Elle n’est pas moins partagée : l’espace des manifestants catholiques lyonnais, ou celui des nationalistes diffèrent nettement de celui des grévistes ou des socialistes ; mais les uns et les autres s’éloignent désormais des centres du pouvoir politique, et commencent parfois, lorsqu’ils veulent prendre à témoin l’opinion, à emprunter les mêmes axes, les mêmes artères de la presqu’île : avec près d’un demi-siècle de retard, ceux justement qu’avait créés le Second Empire.

La longue et difficile naissance de la manifestation

9Nous avons pu établir qu’à Lyon, le cortège de manifestants faisait incontestablement partie du répertoire usuel de l’activité politique et syndicale dans les années qui précédaient la Première Guerre mondiale. Ces sortes de défilés étaient devenus une réalité banale : on pouvait en rencontrer presque à toutes les heures, tous les jours de la semaine, tous les mois de l’année, et sans que cela corresponde à des occasions fixes ou traditionnelles ; des groupes très différents tant sociologiquement qu'idéologiquement y avaient recours pour exprimer leurs revendications et peser sur l’opinion. Car, s’il est certain que les pionniers de la manifestation de rue avaient été les mouvements syndicaux et socialistes, qui conservaient encore avant 1914 la quasi-exclusivité des manifestations de masse de type moderne, et étaient les utilisateurs les plus réguliers de ce type de démonstration, d’autres groupes n’hésitaient pas à recourir à la contre-manifestation. En un mot, la manifestation était alors devenue une forme normale de la vie politique citadine, et un élément à prendre en compte dans la vie politique tout court ; même si l’organisation d’un cortège restait subordonnée à la tolérance des autorités, on savait alors fort bien qu’il y avait plus de péril à l’interdire qu’à l’autoriser, et que, sauf imprévu, le déroulement en serait pacifique.

10Or cet état de choses qui ne nous étonne guère, puisque nous vivons encore dans ce « répertoire de l’action collective », est en 1914 un fait récent, une conquête que la législation n’a pas entérinée, puisque reste en vigueur la loi de juin 1848 sur les attroupements, et que l’on ne peut dater, si l’on y tient absolument, que des manifestations Ferrer d’octobre 1909. Cela peut surprendre pour qui a lu les descriptions des grandes manifestations parisiennes du printemps 1848, qui se souvient du récit de tant de manifestations et de « journées » sous la troisième République, ou pour un lecteur de Charles Tilly.

11Assigner une date si tardive pour l’acclimatation de la manifestation de rue dans la vie politique française, à partir du seul exemple lyonnais, peut donc paraître présomptueux. Rien pourtant ne s’y oppose absolument dans les descriptions par les historiens de manifestations ayant eu lieu dans d’autres villes, et notamment à Paris ; et rien surtout, de la presse des années 1909-1914. Il est tout à fait possible d’imaginer que Lyon ait été quelque peu précoce par rapport à la capitale, la concurrence de deux administrations ayant finalement joué dans le sens de la souplesse, mais on ne voit guère pourquoi la situation aurait été ailleurs très différente, et pourquoi Limoges, Nantes ou Narbonne auraient été très en avance sur la métropole rhodanienne. Après tout, en temps ordinaire, maintenir l’ordre devait y poser moins de problèmes qu’à Lyon...

  • 6 Je pense que c’est là la principale explication de l’erreur que commet Charles Tilly, lorsqu’il éc (...)

12Si donc on peut avoir l’impression que l’existence de manifestations est une réalité beaucoup plus ancienne, c’est qu’il y a ambiguïté sur le mot lui-même : son sens est aujourd’hui relativement précis, et renvoie principalement à l’idée d’un cortège dans les mes d’une ville, encore qu’un simple rassemblement, voire une réunion publique, puissent être désignées sous ce terme. Il n’en était pas ainsi à la Belle Époque, et le mot manifestation, bien que connu et d’usage courant, ne renvoyait à aucun type d’action privilégié, les seuls caractères communs des formes que l’on rangeait sous ce terme étant la volonté expressive et le désir de garder un caractère pacifique à l’action engagée. Se fier aux mots, sans chercher quelle est la réalité sous-jacente (le référé, pour emprunter le vocabulaire linguistique), sans déterminer avec précision quelle forme prend la manifestation, c’est courir le risque de voir des manifestations dès que le mot apparaît, c’est-à-dire dès le début des années 1840, et d’antidater un changement réel et profond, tout à fait significatif, mais en France (comme d’ailleurs en Allemagne) fort tardif. Il est vrai que les choses sont encore rendues plus complexes et plus trompeuses par l’évolution du sens du mot lui-même : car, à un moment donné, tout proche de son apparition dans l’usage de la langue, il a bien désigné principalement, comme aujourd’hui, un cortège dans les rues de la ville. Ce fut au printemps 1848, dans des circonstances exceptionnelles, parce que révolutionnaires, mais justement fort bien connues. De là l’impression que la manifestation naquit en France au printemps de 1848, sous une forme très semblable à celles qu’elle revêt aujourd’hui6.

  • 7 Les démocrates-socialistes eux mêmes y renoncèrent, bien que leurs conceptions de l’ordre public e (...)

13Nous avons adopté tout au long de ce travail une définition étroite, peut-être parfois trop stricte, de la manifestation comme cortège. En ce sens, des manifestations se sont effectivement produites à Lyon, comme ailleurs en France, au printemps 1848, et leur nouveauté à cette date est un fait incontestable. Mais elles ne sont pas devenues pour autant une pratique politique normale, bien au contraire7. Pour les classes dominantes, leur souvenir a été durablement associé à celui des périodes révolutionnaires, c’est à dire au désordre. Que les citoyens puissent descendre dans la rue, ce peut être le signe que le pouvoir vacille et qu’il est à prendre, puisqu’il n’est plus à même d’assurer l’une de ses tâches fondamentales, maintenir l’ordre dans la rue. Ou bien c’est au contraire la preuve que le nouveau pouvoir n’est pas encore affermi, que tout reste encore à craindre, puisque les foules urbaines, que l’on redoute si fort, peuvent espérer faire entendre leur voix. Or elles le font encore dans des formes théâtrales, ou dramatiques, empruntées à un folklore vivace et politisable, qui fait craindre le passage à l’acte, au pillage, au massacre, dont on brandit rhétoriquement la menace... L’ombre de la révolution pèse sur la manifestation : proche parente de l’émeute et de la barricade, elle ne saurait acquérir une quelconque légitimité. Il n’est donc pas plus envisageable d’établir un droit de la manifestation qu’un droit de l’insurrection.

14Comment en finir définitivement avec les révolutions ? On sait qu’après la révolution de Juillet 1830, une fois écartée la menace d’un retour à l’Ancien Régime, c’est ce problème crucial qui se posa aux gouvernants et aux classes dirigeantes. Problème d’autant plus grave que l’industrialisation et l’urbanisation faisaient croître le nombre de ceux que l’on pouvait penser hostiles à l’ordre établi, sur lesquels les procédés ancestraux de contrôle social semblaient perdre toute efficacité. En dépit des réticences de la partie la plus conservatrice des classes dirigeantes, qui rêvèrent longtemps d’en restreindre les conditions d’exercice, l’instauration révolutionnaire du suffrage universel constitua paradoxalement la solution du problème, du moins à moyen terme. Devenus électeurs, tous les citoyens étaient désormais consultés à intervalles réguliers : ils disposaient d’un moyen légitime et démocratique pour manifester leur opinion. Tous les autres modes d’expression politique virent donc leur rôle et leur statut redéfinis en fonction de la double primauté reconnue au suffrage universel et aux exigences de l’ordre public.

15Furent ainsi privilégiées, par la tolérance qu’on leur accorda, les formes d’expression qui peuvent nous paraître les plus anodines, les moins directes aussi, celles dont la dimension collective et publique était la moins caractérisée : la pétition ou la souscription, l’illumination ou le pavoisement, la réunion ou le banquet dans des locaux privés, enfin les réunions publiques... C’est encore cette dernière forme qui souleva le plus de réticences et on ne saurait être surpris des restrictions que lui apporta la loi qui en réglementa définitivement l’usage : ni clubs, ni réunions sur la voie publique. On voit combien fortes demeuraient, aux débuts de la Troisième République, les préventions contre l’utilisation de cette dernière pour manifester des opinions politiques : rassemblements et cortèges de manifestants demeuraient interdits, et même l’Église pouvait s’en voir chassée.

16L’interdiction des cortèges n’était cependant ni absolue, ni décisive. Mais un consensus tacite semble s’être instauré pour faire de la rue un terrain neutre : d’une part, l’opposition conservatrice comme les républicains de gouvernement étaient d’accord pour refuser d’en faire un terrain d’affrontement ; d’autre part, après la répression sanglante de la Commune, puis la victoire du parti républicain dont ils avaient partagé beaucoup d’espérances, la plupart des groupes socialistes avaient aussi accepté dans les faits la primauté du suffrage universel sur toute autre forme d’expression de l’opinion, non sans entretenir par la presse, la réunion publique et la commémoration la flamme de la rhétorique révolutionnaire. Trop peu nombreux pour ne pas être impuissants, trop impatients aussi, ceux qui s’y refusèrent, les anarchistes, niaient toute efficacité à l’action politique et oscillaient entre l’apologie de la dynamite et la foi en le soulèvement spontané des masses, espoir auquel la crise économique prêtait pour un temps quelque vraisemblance.

17Dans l’impasse politique où se trouvait le mouvement ouvrier, incapable de définir des formes d’action qui lui soient propres, le mythe de la grève générale révolutionnaire pouvait apparaître comme la solution longtemps recherchée. Las d’attendre la révolution comme on attend l’orage en été, les militants ouvriers qui nourrissaient quelque scepticisme sur les possibilités que réservait l’usage des urnes découvraient ainsi qu’ils pouvaient provoquer la révolution sans descendre dans la rue les armes à la main, sans s’exposer aux mitrailleuses des Galiffet, sans donner prise, ou si peu, à la répression, et en se contentant de généraliser à l’ensemble du pays, par l’organisation ouvrière, ce qu’ils pratiquaient déjà dans leur métier, leur entreprise ou leur ville. Si répression il devait y avoir, elle ne pourrait apparaître que comme une agression, une violation par la bourgeoisie de sa propre légalité : autrement dit, la situation la plus favorable au triomphe des révolutionnaires.

  • 8 Un peu plus tard, ou un peu plus tôt, beaucoup de grands centres ouvriers découvrirent alors cette (...)

18La grève générale présentait enfin une dernière caractéristique qui ne pouvait que plaire à des ouvriers lyonnais, fiers du passé révolutionnaire de leur ville : elle les affranchissait de leur dépendance politique vis-à-vis de Paris et des organisations parisiennes. Pour eux, en effet, la grève générale serait d’abord lyonnaise, produite par la conjonction révolutionnaire des grèves générales de différentes corporations. Les autres grands centres pourraient se mettre en grève par solidarité. L’échec de la généralisation du conflit de la teinture et du tissage en décembre 1903 est donc le premier coup porté au mythe de la grève générale, et le Premier Mai 1906 est en un sens la date où il s’effondre : car jamais, depuis les grandes grèves de la Fabrique des années 1830, depuis l’été 1869, on ne s’était trouvé si près à Lyon de la grève générale. Une grève longue et dure qui est pourtant passée quasiment inaperçue, dès lors qu’elle se prolongeait sans pouvoir occuper la rue, et dont les résultats furent nuls8.

  • 9 En cela, les responsables du maintien de l’ordre, le préfet Lépine en tête, ont fait preuve de bea (...)

19Désormais la révolution est renvoyée par les uns au jour de la déclaration de guerre, et donc, d’une certaine façon, à la météorologie (le capitalisme portant en lui la guerre...) tandis que les autres (ou les mêmes) commencent à en faire leur deuil pour l’immédiat. De la même manière, comme la nouvelle génération des responsables du maintien de l’ordre est constituée d’hommes qui n’ont connu que la République, et pas de révolution, ils cessent d’en craindre l’éclatement inopiné ; leur savoir-faire répressif s’est tout de même affiné, et leur attitude s’assouplit progressivement, encore que de manière toujours réversible. Dès lors que la perspective de révolution s’efface, la crainte du drapeau rouge, celle de la foule dans la rue n’ont plus lieu d’être9 : mieux encore, les temps de l’affaire Dreyfus ont montré que la manifestation peut n’être qu’une modalité du débat politique démocratique, et non une mise en cause de la forme de l’État ; qu’elle peut prétendre compléter le suffrage universel et la liberté de la presse, et pas nécessairement les supplanter.

20De leur coté, les masses ouvrières et socialistes découvrirent peu à peu la puissance et la souplesse de ce moyen de pression. Depuis le début du siècle, il était admis que les grévistes puissent quêter dans les rues de la ville ; s’étaient multipliés les conflits dans lesquels l’occupation de la voie publique était pour les travailleurs une nécessité, et de nouveaux groupes sociaux, aux franges de la classe ouvrière, avaient vu dans le recours à la manifestation le meilleur moyen de populariser leurs revendications sans s’aliéner l’opinion, d’en imposer au public par leur dignité et leur discipline. Désormais, les grèves les plus importantes donnaient lieu à de grands cortèges dans le centre, auxquels grévistes et passants s’étaient accoutumés. Dans le domaine politique, l’utilisation de la manifestation fut plus tardive, en raison de la primauté qui était encore reconnue au suffrage universel par les organisations de la classe ouvrière. Mais celles-ci en avaient pratiquement le monopole, puisqu’elles étaient les seules à pouvoir mobiliser les foules par l’intermédiaire des syndicats ; et, comme le défilé annuel du Premier Mai était après tout comparable à des cortèges tolérés, par exemple ceux des gymnastes catholiques, ou ceux des anciens combattants, on ne pouvait leur refuser de manière permanente le droit à la rue. Manifester devint donc pour elles un moyen de peser sur l’opinion et le gouvernement, de façon d’autant plus efficace semblait-il que les manifestations lyonnaises apparaissaient coordonnées à celles qui se déroulaient à Paris et dans les autres grandes villes de France, voire d’Europe.

21Comment ne pas comprendre l’optimisme des dirigeants socialistes au début de l’été 1914 ? Sans doute n’envisageaient-ils plus de faire la révolution, mais chaque élection voyait progresser l’influence de leur parti ; et les meetings et manifestations de rue qu’ils avaient appris à organiser leur donnaient le sentiment physique de la confiance que leur accordait la classe ouvrière, tout en donnant à celle-ci l’occasion de montrer directement sa volonté et d’éprouver sa puissance. À la veille de la guerre, le mouvement ouvrier et socialiste disposait donc en France d’une arme nouvelle, dont les démonstrations pacifistes de l’automne 1912 pouvaient avoir montré l’efficacité, et dont les limites n’apparaissaient guère. Il fallut les derniers jours de juillet 1914 pour qu’elles soient tragiquement mises en évidence : car, contrairement à ce que l’on avait longtemps cru, ou feint de croire, la manifestation n’est pas, en régime démocratique, une proche parente de l’insurrection.

Notes

1 Cela vaut probablement aussi pour les femmes.

2 Toutefois, l’extrême-gauche ouvrière valorise plus la couleur même du drapeau (à elle seule proclamation, puisque diffèrente des couleurs nationales, ou plutôt symbolisant une autre République, démocratique et sociale) que le fait que tel drapeau rouge concret soit le symbole de tel groupe concret. Les grandes bannières syndicales coûtant cher, l’on vit, par exemple, avant le défilé du Premier Mai 1901 un membre de la commission d’organisation proposer l’achat d’un tissu quelconque pour y tailler un drapeau rouge, et ne pas risquer le précieux drapeau syndical (ADR, 4M 256, com. spé. 19. 04. 1901). Bien que finalement rejetée, une telle proposition aurait été inimaginable parmi les nationalistes.

3 Ce qui, à la Belle époque, commence à poser des problèmes de discipline, tant aux syndicalistes qu’aux militants politiques : certains groupes atteignent de tels effectifs que l’on ne peut plus contrôler les rangs avec la même efficacité. C’est alors qu’apparaissent des services d’ordre organisés, notamment après les manifestations Ferrer d’octobre 1909.

4 Cet effacement n’est cependant ni total ni irréversible. D’une part, dans certains cortèges de l’Union patriotique du Rhône le drapeau occupait exactement la place centrale que tenait le Saint Sacrement dans les processions de la Fête-Dieu... d’autre part, dans l’entre-deux-guerres, l’Église, débarrassée du carcan du Concordat et soumise au droit commun, put réoccuper la rue, notamment à l’occasion des fêtes de Jeanne d’Arc...

5 C. Ponson (Les catholiques lyonnais et la Chronique sociale..., pp. 91-92) cite un intéressant article de Justin Godard, hostile en 1906 à l’adoption par les laïques de fêtes périodiques « imposées comme un devoir, un entraînement régulier, combiné, nécessaire vers l’erreur ». La gauche, volontariste et progressiste, valoriserait un temps proprement historique au détriment d’un temps cyclique...

6 Je pense que c’est là la principale explication de l’erreur que commet Charles Tilly, lorsqu’il écrit que le nouveau répertoire est acclimaté en France après 1848.

7 Les démocrates-socialistes eux mêmes y renoncèrent, bien que leurs conceptions de l’ordre public et de la vie politique ne s’opposassent pas à une légalisation des manifestations, et à ce que celles-ci devinssent, comme en Grande-Bretagne, une forme normale de l’exercice de la citoyenneté.

8 Un peu plus tard, ou un peu plus tôt, beaucoup de grands centres ouvriers découvrirent alors cette dure réalité : Limoges pendant les grandes grèves de 1905 0-Merriman, The Red City, p. 250) ; Carmaux sans doute un peu avant...

9 En cela, les responsables du maintien de l’ordre, le préfet Lépine en tête, ont fait preuve de beaucoup plus de sang-froid et de sens des réalités que les publicistes qui développent alors la psychologie des foules, un Tarde et surtout un Le Bon, qui divaguent sur ce qu’ils ne connaissent pas, sélectionnent les très rares cas de violence collective en oubliant les morts de Fourmies et toutes les victimes des forces de l’ordre (S. Barrows, Miroirs déformants..., pp. 171-3). Disciples de Taine, qui lisait la Révolution française à la lumière de ce qu’il avait cru voir sous la Commune, aveuglés par la peur, ils passent à côté du processus d’autodiscipline des foules ouvrières...

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search