Version classiqueVersion mobile

Les Chemins de la manifestation

 | 
Vincent Robert

Chapitre XIII. L’apprentissage de la manifestation (1896-1914)

Texte intégral

1Dans la soirée du 25 novembre 1896 se tenait à Lyon, au cirque Rancy, le meeting antimaçonnique qui clôturait la journée inaugurale du premier Congrès national de la Démocratie chrétienne, organisé à l’initiative du journal La France libre. L’ambiance y était nerveuse, et l’on commentait avec indignation l’action des agents de police, qui s’étaient emparés du drapeau du cercle d’études sociales « la France libre ». De la salle des Ambassadeurs, où s’était tenue une réunion le matin, jusqu’aux bureaux tout proches du journal, des membres de ce groupe avaient en effet prétendu arborer ce drapeau, tricolore avec les inscriptions « Christ et liberté », « La France aux Français », et la police l’avait saisi, comme emblème séditieux. Des rédacteurs étaient allés réclamer au préfet sa restitution.

2Aussi y eut-il une explosion de joie lors de l’entrée triomphale d’un des journalistes brandissant l’objet du litige. Le vicomte d’Hugues, député antisémite des Basses-Alpes,

  • 1 La France libre, 27. 11. 1896.

...salue, en termes éloquents, le glorieux drapeau de la France Libre et propose, aux acclamations unanimes de l’assistance, de l’accompagner processionnellement jusqu’à la France Libre. Il ajoute : « Remarquez ; Messieurs, que je vous propose une manifestation essentiellement pacifique. Nous sommes dans notre droit. Soyons calmes et dignes. Nous allons nous grouper en colonne, quatre par quatre, et nous ne pousserons pas un cri, nous ne prononcerons-pas un mot. Mais on verra, à voir notre drapeau en tête, que nous sommes une force et que nous entendons qu’on la respecte ». Toute la salle crie : « Au drapeau ! » Les groupes se forment et par la rue Pierre Corneille et par la rue Moncey, se dirigent sur la place du Pont1.

  • 2 Ibid., « le porte-drapeau s’écrie : on me tuera, mais je le lâcherai pas ». Il le lâcha et ne mour (...)

3Parvenue sur la place Bellecour, la colonne – deux à quatre cents personnes –, fut dispersée brutalement par la charge du poste de police sorti en hâte, son emblème arraché malgré l’héroïsme grandiloquent déployé par le porte-drapeau2. La nuit même, sur intervention personnelle du préfet, les sept personnes arrêtées (dont le vicomte d’Hugues) furent élargies.

  • 3 ADR, V14-2, corn. pol. 22. 06. 1896.
  • 4 ADR, 4M253, com. spé. et com. pol. Saint-Just, 6. 12. 1896. Dix-sept personnes conduites au poste (...)

4Par delà l’anecdote (dont on parla, paraît-il, jusqu’en conseil des ministres), ce minuscule événement revêt une autre signification si on le rapproche de faits comparables, survenus la même année, avec les mêmes protagonistes. Le 21 juin précédent, au cours des festivités qui marquaient l’inauguration solennelle de la basilique de Fourvière, les pélerins réunis place Saint-Jean, avant d’entreprendre l’ascension de la colline s’engagèrent au nombre d’un millier sur le pont de Tilsitt, et firent le tour de la place Bellecour, drapeau en tête3. Prise au dépourvu, la police laissa faire. Quelques jours après la fin du Congrès de la Démocratie chrétienne, le pélerinage traditionnel des hommes à Fourvière vit à nouveau des incidents, entre la police et les rédacteurs de La France libre, reconnaissables à leur brassard tricolore, qui avaient pris la tête du cortège4.

  • 5 Sur l’Union nationale, une note de synthèse du com. spé. (29. 10. 1896) in ADR, 4M253 ; sur la Fra (...)

5À l’origine de ces trois manifestations, le même groupe : les jeunes catholiques de l’Union nationale et du journal La France Libre5. Catholiques, ils le sont et ne perdent pas une occasion de l’affirmer vigoureusement, même s’il faut pour cela choquer, bousculer certaines routines et passer outre au conservatisme et à la prudence des autorités ecclésiales ; mais ils se disent aussi républicains, franchement ralliés au suffrage universel et à la démocratie, ouverts plus que bien des notables lyonnais aux questions sociales, même quand cette ouverture prend la forme dévoyée de l’antisémitisme. Leur drapeau le montre : ils acceptent la France nouvelle, ils aspirent à réintégrer la communauté nationale, à quitter l’Aventin. Ils peuvent donc revendiquer « le droit à la rue ».

  • 6 ADR, 4M253, com. spé. (29. 10. 1896). Le « parti » comprend un comité central, dix-sept groupes-pr (...)

6Hormis les pélerinages traditionnels du 8 décembre, et certaines circonstances où une réaction émotionnelle, mais défensive, les mobilisait en grand nombre, les catholiques lyonnais ne descendaient pas dans la rue. On le leur refusait parce qu’ils n’acceptaient pas le régime, et ils ne le faisaient pas parce que leurs dirigeants n’avaient pas les moyens de les mobiliser, ni véritablement le goût de le faire. La France libre au contraire en a le goût et partiellement les moyens, et ne voit pas pourquoi la légalité républicaine le lui interdirait. Le goût tout d’abord : elle recrute largement parmi la jeunesse des écoles, que la pratique du monôme et un rôle reconnu d’animation de la vie de la cité ont habituée à considérer la rue comme un lieu de liberté. Les moyens font un peu défaut puisque les adhérents n’ont jamais été bien nombreux, mais le groupe est solidement structuré6, et l’on peut exploiter les occasions traditionnelles en lesquelles le peuple catholique se trouve rassemblé. Enfin, pourquoi la police devrait-elle y trouver à redire ? Ne défile-t-elle pas derrière le drapeau national (et non derrière un emblème séditieux, rouge ou noir) avec, comme toute société patriotique, une inscription sur ce drapeau ? Est-il seulement envisageable que des jeunes gens de bonne famille puissent troubler l’ordre de la rue ?

  • 7 Dérogation était prévue pour les 8 septembre et 8 décembre (« à la condition toutefois que l’itiné (...)
  • 8 J.-M. Mayeur, La vie politique..., p. 166. Traduction par un orateur blanquiste : « les curés ont (...)
  • 9 Malgré les instructions ministérielles du 26. 10. 1893, confirmées par la Cour de cassation (23. 1 (...)
  • 10 ADR, 4M253, com. pol. Part-Dieu, 28. 11. 1896.

7Les tergiversations de la police et des autorités peuvent avoir résulté d’une mauvaise coordination, de dissensions entre les autorités municipales, et le préfet. Reconnaissant immédiatement l’adversaire de toujours, le cléricalisme, le docteur Gailleton et sa majorité interdirent par arrêté les manifestations religieuses sur la voie publique7. Le préfet hésitait : car le gouvernement Méline, pour qui le péril était désormais à gauche, « s’accommodait de l’appui ou de l’abstention favorable de la droite, même non ouvertement ralliée à la République8 », et mettait en veilleuse la politique anticléricale. Les responsables de l’ordre public ne pouvaient analyser la situation très différemment des rédacteurs de La France libre : quoi qu’on fasse, il était délicat de faire passer le drapeau tricolore pour un emblème séditieux9 et les protestations des démocrates-chrétiens contre l’outrage infligé au drapeau national étaient difficiles à étouffer. De plus, les manifestants, « commissaires du Congrès, membres des associations lyonnaises et régionales, représentants des journaux catholiques » sont d’un milieu qui force à quelque ménagement : comme ne se privèrent pas de le remarquer les orateurs socialistes d’une réunion publique de protestation, « M. le Préfet du Rhône a daigné se déranger, quitter son lit pour aller délivrer les manifestants, tandis que s’il s’était agi d’un des nôtres, personne ne serait venu10 ».

  • 11 Est-ce pour cela que le maire autorisa l’année suivante, la fanfare « La lyre du peuple* à se rend (...)
  • 12 ADR, 4M253, com. pol. Part-Dieu, 21. 2. 1897 ; Giray, en réunion publique la veille. Lors de la ré (...)

8La gauche et l’extrême-gauche lyonnaises furent scandalisées par la liberté laissée aux « cléricaux », et demandèrent aussitôt ce qui se passerait « si les socialistes arboraient le drapeau rouge et illuminaient pour le 18 mars ou le 1er mai11 ». Mais si ces événements amenèrent les blanquistes à fonder une Ligue anticléricale qui multiplia les réunions pendant quelques mois dans le but avoué de « chasser le parti calotin de la ville de Lyon », on ne fit qu’envisager, sans jamais y donner suite « de descendre dans la rue lorsqu’ils font des manifestations en se rendant à Fourvières12 »...

Manifestants et contre-manifestants : de l’affaire Dreyfus à la Séparation

  • 13 J. Jaurès, dans La Dépêche de Toulouse, repris par Le Peuple (Lyon) le 27. 10. 1898.

Nulle part [les socialistes] ne veulent prendre l'initiative de manifestations agressives. Ils sont résolus à éviter tout ce qui peut provoquer des bagarres de rue. Si les nationalistes, si les assommeurs et hurleurs des bandes césariennes reçoivent de leurs maîtres l’ordre de rester chez eux, les socialistes ne paraîtront pas dans la rue. Mais il est intolérable que sous la République, seuls les ennemis de la République aient le droit de manifester13.

  • 14 L’Humanité, 26. 1. 1907, sous le titre « Liberté ajournée », à propos de la manifestation pour le (...)

9Dans quelles circonstances descendre dans la rue ? Pour Jaurès, qui rend compte à la Dépêche de Toulouse de l’immense succès du meeting où il vient de prendre la parole, et de la manifestation dans les rues de Lyon qui l’a suivie, ce ne peut être que de manière défensive. À l’automne 1898, il ne songe donc pas à faire de la manifestation un moyen de montrer la capacité d’organisation et de discipline volontaire de la classe ouvrière, comme il le dira une dizaine d’années plus tard14. Il n’y a de manifestation qu’en réponse à ce qui est senti par les socialistes comme une agression, une provocation : on ne descend dans la rue que parce que les autres, c’est-à-dire les ennemis de la République, l’ont fait depuis le début de l’affaire Dreyfus.

10On a pu jusqu’ici étudier les rares manifestations de me en distinguant les manifestations ouvrières de celles que tout républicain baptisait alors « cléricales ». Elles ne se rencontraient pas, puisque l’espace des unes n’était pas celui des autres ; elles ne s’affrontaient pas, car elles avaient des objets profondément différents ; lorsque par extraordinaire ce n’avait pas été le cas, les manifestants de l’un des camps étaient aux côtés des forces de l’ordre... Le texte de Jaurès, témoigne de la transformation due à l’affaire Dreyfus. La nouveauté n’est pas l’existence de deux camps opposés, l’affrontement de deux France, mais qu’elles l’aient fait en recourant aux mêmes armes, en descendant l’une et l’autre dans la rue, contradictoirement.

11On peut distinguer trois situations dans lesquelles les uns ou les autres sont amenés à manifester dans les mes de Lyon. La plus caractéristique des temps de l’affaire Dreyfus, et la plus neuve, est celle par quoi nous commencerons : la manifestation en réaction à l’actualité transmise par les quotidiens. La seconde est moins originale, mais plus durable : il s’agit des manifestations et contre-manifestations qui accompagnent les grandes réunions publiques, si nombreuses dans ces années de débat politique passionné. Enfin, la troisième consiste à saisir une occasion où la foule se trouve normalement rassemblée sur la voie publique pour faire connaître une opinion ou une revendication.

Devant les journaux

  • 15 Sur ces manifestations, AN F7 12467 (janvier 1898) ; ADR, 4M 255 (juin et septembre 1899).
  • 16 En juin 1899, les blanquistes réunis à leur local avaient ainsi dépêché deux des leurs surveiller (...)

12Au premier type appartiennent principalement des manifestations liées aux péripéties majeures de l’affaire Dreyfus : celles des 17, 18 et 19 janvier 1898, consécutives à l’article de Zola paru dans L’Aurore et à un commentaire favorable du quotidien socialiste lyonnais le Peuple ; celles des 5, 6 et 7 juin 1899, après l’arrêt de la cour de cassation favorable à Dreyfus et l’agression contre le président de la République à Auteuil ; celles enfin des 9 et 10 septembre de la même année, après le verdict du procès de Rennes et la nouvelle condamnation de Dreyfus15. Bien que les premières soient clairement anti-dreyfusardes, voire antisémites, et les dernières des réactions indignées à l’annonce du verdict, elles présentent des caractéristiques communes : toutes se déroulent, plusieurs soirs de suite, devant quelques édifices hautement symboliques. Les antidreyfusards s’en prennent à la synagogue, aux magasins de commerçants juifs, et surtout aux deux quotidiens qui dès les premiers jours de 1898 se montrèrent favorables à Dreyfus : le Peuple, socialiste, et le Progrès, alors plus à gauche qu’il ne le fut jamais. Symétriquement, les dreyfusards vont conspuer le Nouvelliste, le Salut public... sans toujours épargner le Lyon républicain. Il n’y a pas véritablement d’organisateurs, ni d’appel à manifestation : les premiers mouvements en janvier 1898 sont l’œuvre d’étudiants sortant des cours, auquels se joignirent des passants ; en juin comme en septembre 1899, l’agitation naît dans la foule rassemblée rue de la République aux abords des journaux, et aux cris hostiles des uns répond une contre-manifestation dreyfusarde... Les jours suivants, on vient à tout hasard, en prévision de ce qui pourrait se produire, pour disputer la rue à l’adversaire16...

  • 17 AN, F7 12467 Arrestations des 18 et 19 janvier 1898. Un cas douteux écarté (un manifestant sans do (...)

13La plupart des traits relevés n’évoquent guère le répertoire moderne de l’action collective, mais bien plutôt la pratique archaïque du charivari. Une sociologie sommaire des manifestants arrêtés ne peut que le confirmer : les manifestants sont tout jeunes. Comparons les listes des personnes arrêtées17 lors des manifestations de janvier 1898 et de septembre 1899 : les dreyfusards sont à peine plus âgés que les anti-dreyfusards (un peu plus de 22 ans pour les premiers, contre un peu moins de 21). Dans les deux cas sont arrêtés le même soir des jeunes gens qui vivaient sous le même toit, ou bien étaient voisins. Simplement, dans les premières manifestations, il s’agit de pensions pour étudiants, comme celle de l’abbé Roche, rue Sala, et dans les dernières, des garnis de la rive gauche où logent de jeunes serruriers ou menuisiers... Et s’il y a bien une quinzaine d’ouvriers, artisans ou commerçants parmi les antidreyfusards, soit le quart de l’effectif, et à l’inverse, un étudiant en médecine, un docteur en droit et un journaliste parmi les dreyfusards (soit le dixième), la grande majorité de ceux qui manifestent contre Zola sont étudiants ou employés, et ceux qui crient leur indignation après le verdict condamnant Dreyfus sont massivement ouvriers, et ouvriers de métier.

  • 18 Selon le préfet (AN, F7 12467, 20. 1. 1898), la chaussée crierait « Conspuez Zola ! À bas les juif (...)

14Où réside donc la nouveauté par rapport au répertoire traditionnel ? D’abord la nouvelle qui déclenche les événements ne provient pas de la communauté, mais a été transmise, connue par la presse ; les manifestations apparaissent alors comme les répercussions locales d’un mouvement d’opinion national, et en retour on en parle ailleurs qu’à Lyon. Ensuite charivari ou émeute affrontaient toute une communauté, qui déléguait sa jeunesse, à une cible, une victime désignée. Or on ne peut parler ici d’unanimité, ni de bouc émissaire car l’adversaire est dans la rue. Alors même que les deux camps ne sont pas encore constitués, l’attaque du Peuple le 17 janvier, par les étudiants hostiles à Zola provoque le lendemain et le surlendemain la mobilisation des militants ouvriers de tous les groupes, guesdistes, blanquistes, ou anarchistes..., accourant défendre leur journal contre « ces petits crevés » d’étudiants forcément « cléricaux » ; et le troisième soir, il est bien difficile de dire si la foule qui descend la rue de la République est hostile ou favorable à Zola18...

Autour des salles de réunion

  • 19 Ainsi, après une réunion à la Croix-Rousse de la Ligue de défense républicaine, voit-on son présid (...)

15La deuxième situation dans laquelle il peut arriver que l’on descende, voire que l’on s’affronte dans la rue est la tenue d’une conférence ou d’une réunion publique. Une fois celle-ci achevée, il est fréquent que les organisateurs offrent au conférencier ou principal orateur un punch qui ne peut évidemment être donné sur place ; ou bien encore, on raccompagne l’invité à la gare ou jusqu’à son hôtel19. Cette tâche échoit normalement à ceux que les organisations nationalistes appellent les « commissaires » de la réunion, autrement dit le service d’ordre, quelques dizaines de personnes, ou dans l’autre camp aux plus ardents à en découdre, anarchistes et surtout blanquistes. Quel que soit le sentiment de triomphe qui puisse emplir les cœurs de ces militants, il faut bien convenir qu’il y a là rarement de quoi fouetter un chat. Au mieux, parvenus dans le centre, quelques audacieux se risqueront sous les fenêtres du principal quotidien adverse, le Nouvelliste ou le Progrès, affirmeront avoir été extrêmement nombreux à le huer, et feront l’objet d’une notule désobligeante dans ses colonnes le lendemain. En fait rien qui puisse émouvoir la police, qui se contente de surveiller de loin les événements.

  • 20 Par exemple, ADR, 4M257, conférence Lerolle, com. spé. 1. 4. 1901.
  • 21 AN, F7 12457, préfet Rhône, 19. et 21. 3. 1901 : conduite faite au juriste Appleton, fondateur de (...)

16Beaucoup plus vigilants sont en revanche les adversaires politiques. Lors de conférences nationalistes, il est rare que les anticléricaux restent passifs : qu’ils aient pu se glisser dans la salle pour faire du tapage, ou qu’ils soient restés à la porte, ils suivent ensuite les manifestants, à quelque distance, mais prêts à répliquer à tout cri partisan20. La réplique des étudiants nationalistes peut alors prendre la forme d’un chahut, ou encore d’une conduite faite le lendemain ou les jours suivants à un professeur notoirement dreyfusard21. Violence extrême dans l’invective, mais peu d’affrontements physiques : les groupes opposés se côtoyent plus qu’ils ne se battent.

  • 22 AN, F7 12467, préfet Rhône, 21 et 23. 1. 1898.
  • 23 ADR, 4M254, com. spé, 13. 10. 1898.
  • 24 ADR, 4M254, com. spé. et gardiens de la paix, 23 et 24. 10. 1898.

17On ne trouvera donc de véritables manifestations qu’en quelques occasions, où la tenue d’une réunion publique par les nationalistes fut considérée comme une véritable provocation par la gauche lyonnaise. Celle-ci n’a pas tardé à reconnaître l’adversaire : dès la fin de janvier 1898, une réunion sous l’égide du Peuple est organisée pour protester contre « le huis clos et les journaux qui, sous couvert de patriotisme, veulent nous ramener au régime du sabre et du goupillon22 ». En octobre, à l’annonce de la prochaine tenue du Congrès de la démocratie chrétienne, se fonde une Ligue de défense républicaine, où se coudoyent anarchistes convaincus par le publiciste Sébastien Faure, guesdistes du Parti Ouvrier, et socialistes indépendants tels Augagneur23. Pendant la durée du congrès, les anticléricaux tiennent tous les soirs des réunions publiques à l’issue desquelles on se rend en colonne aux abords du cirque Rancy pour contre-manifester ; malgré la police, il y eut des bagarres. Enfin l’après-midi du dimanche 23 octobre, trois mille cinq cents personnes se pressent dans la salle des Folies Bergère pour écouter Jaurès triompher d’un contradicteur nationaliste, et quinze cents autres au moins restent dehors. À la sortie, Jaurès est acclamé et suivi par la foule jusqu’à une brasserie proche24 ; toute la soirée, des groupes de jeunes gens sillonnent la ville, en criant : « Conspuez Drumont ! vive Jaurès ! à bas la calotte ! vive la République ! »

  • 25 AN F7 12457 Préfet Rhône, 30. 06. 1901 ; et le Quotidien du 1. 07. (organe éphémère de S. Faure, p (...)

18De la même manière, au printemps 1901, lorsque les responsables locaux de la Ligue de la patrie française invitèrent leurs plus célèbres orateurs, Jules Lemaître, puis Cavaignac et Syveton, ils s’exposèrent, malgré leurs précautions, à de très puissantes contre-manifestations. Les contradicteurs ne pouvant être dans la salle seront dans la rue ; le 29 juin, plus de quinze cents manifestants convoqués au cirque Rancy par les soins de l’anarchiste Sébastien Faure, déferlent sur la place Bellecour à défaut de pouvoir atteindre l’entrée du Casino, protégée par la police ; en dépit du service d’ordre nationaliste bousculé, plusieurs milliers de personnes y chantent l’Internationale devant l’hôtel où est descendu Cavaignac25...

  • 26 Les Éphémérides lyonnaises de l’Indicateur Henry (1903) mentionnent cependant de violentes manifes (...)
  • 27 AN, F7 12457. En septembre 1901, les groupes extrémistes (Grand Occident de France, Jeunesse antis (...)

19Après 1901, ce type de situation ne se présenta plus guère26. Dans le Lyon du Bloc des gauches, plus personne ne croyait la République réellement menacée par les nationalistes ; leurs initiatives spectaculaires cachaient mal leur faiblesse numérique27, que dénotaient les difficultés des journaux qui leur servaient de moyen d’expression, ainsi que leur inexistence électorale. Tour à tour parurent et disparurent la France libre, l’Avenir, le Réveil républicain... Bientôt divisés en petits groupes rivaux, ils ne servirent plus que d’appoint aux forces réelles de la droite lyonnaise, c’est-à-dire aux catholiques conservateurs, demeurés royalistes quant au fond, ou aux catholiques libéraux ralliés à la République. Les premiers étaient trop traditionalistes, et les seconds beaucoup plus modérés qu’eux.

Les occasions de manifester

  • 28 ADR, 1M169, com. spé. 15. 07. 1901. En 1903, « immédiatement après les pompiers viennent plusieurs (...)

20La fin de l’affaire Dreyfus, et le reflux de la vague nationaliste, ont donc deux conséquences. La première est que les petits groupes, d’extrême-gauche ou d’extrême-droite, qui entendaient compenser leur faible poids dans l’opinion par leur activité dans la rue ne peuvent plus exploiter la présence sur la voie publique de foules mobilisées par la situation politique ; ils devront donc saisir d’autres occasions, où l’affluence populaire donne du relief à l’action de groupes minoritaires. On verra ainsi les retraites du quatorze juillet 1901 suivies ou précédées par des jeunes gens chantant et criant28, les uns l’Internationale, « À bas la calotte !, vive la sociale ! », les autres La Marseillaise, « Vive la République ! Vive l’armée ! ». De même, le huit septembre 1901, de jeunes socialistes s’en allèrent défier par leurs chants les catholiques rassemblés sur la rive gauche de la Saône au moment de la bénédiction de la ville.

  • 29 J. Prévosto, « Les élections municipales à Lyon de 1900 à 1908 », p. 60.
  • 30 Le Progrès, 8 et 9. 09.1901. Le cortège aurait réuni dix mille personnes. Ouvert par les anciens c (...)

21La deuxième conséquence est de ramener au jour les vieux clivages, sous leur forme la plus traditionnelle : « cléricaux » contre républicains. Après le triomphe de ces derniers aux élections municipales de 1900, qui portent à la mairie le socialiste indépendant Victor Augagneur, après la victoire du Bloc aux législatives de 1902, l’heure est venue d’une vigoureuse offensive anticléricale. La municipalité vote des motions symboliques, mais provocatrices (par exemple, en juin 1903 la désaffection de la basilique de Fourvière29). Comme il n’y a plus de processions à Lyon, les anticléricaux tentent d’empêcher celles qui subsistent dans les communes de banlieue les plus conservatrices, à Sainte-Foy notamment. On choisit en 1901 la date du 8 septembre pour inaugurer un monument en l’honneur du député républicain Lagrange, qui avait été rapporteur des lois sur l’abolition du livret ouvrier et sur les syndicats professionnels. Le cortège qui, depuis la place Raspail, gagna le cimetière de la Guillotière, tournant ainsi ostensiblement le dos à Fourvière, fut imposant ; il aurait pu être davantage encore, une sorte de répétition lyonnaise du Triomphe de la République, si les projets des organisateurs radicaux avaient connu un plein succès30.

  • 31 ADR, 4M 257. Coupures du Nouvelliste et du Salut public. Repoussés par la police lorsqu’ils s’appr (...)
  • 32 ADR, V14-2, 8. 12. 1903 ; et ADR, 4M 258, coupures de journaux et notes sur la préparation des man (...)

22Le huit décembre enfin est plusieurs fois l’occasion de violentes manifestations : en 1901, le Quotidien de Sébastien Faure parvient à réunir plusieurs milliers de « sans-travail » sur la place Bellecour31. Deux ans plus tard, dans une ville en état de siège, où les forces de l’ordre sont harassées par les péripéties de la grève des teinturiers et de l’agitation contre les bureaux de placement, la police est débordée. Les manifestants anticléricaux, au nombre de plusieurs milliers et très déterminés, évitent la place Bellecour et réussissent à pénétrer sur la rive droite de la Saône par le pont Tilsitt, non gardé par la police. Quelques centaines parviennent à gagner Fourvière par le Chemin-Neuf, qui jamais n’avait résonné du cri « à bas la calotte ! » ; la majorité se dirige sur la place Saint-Jean et l’évêché, où elle se heurte à quelques centaines de contre-manifestants catholiques, dont des ligueurs du Grand Occident de France, la canne en main. La bagarre fut d’une extrême violence, et fit un mort dans le camp clérical, un ancien zouave pontifical, négociant en soieries32...

  • 33 Une dizaine de jours plus tôt, au cours de manifestations contre les bureaux de placement ; et sur (...)
  • 34 G. Laperrière, op. cit., pp.112 sqq. (réunions anticléricales), et 134 sqq. (catholiques).
  • 35 ADR, 4M 233, com. spé. 3. 3. 1906 (Saint-François) ; et G. Laperrière, op. cit., pp. 153-4 et 160. (...)
  • 36 Les défilés des sections de la Libre-Pensée, avant leurs fêtes et congrès, paraissent largement to (...)

23La mort d’un manifestant ne constitue pas toujours le seuil de l’intolérable ; mais dans une ville comme Lyon, où le fait ne s’était produit que deux fois dans les trente années précédentes, il semble que ç’ait été le cas33. Après les obsèques de M. Boisson, suivies par plusieurs milliers de personnes, la tension retomba. Jusqu’au vote de la loi de séparation, Lyon connut de nombreuses réunions publiques de grande ampleur, mais pas de contre-manifestations34. Même les inventaires de février-mars 1906 ne provoquèrent qu’une agitation sans gravité, limitée aux paroisses les plus huppées35 : à Saint-Martin d’Ainay, à Saint-François de Sales, à Saint-Bonaventure enfin, cent cinquante à trois cents « jeunes gens armés de cannes font une conduite à l’agent du fisc aux cris de vendu, voleur, casserole, liberté ! » Contrairement au Nouvelliste, la plupart des catholiques lyonnais s’étaient résignés à la Séparation, ou du moins n’étaient pas prêts à descendre dans la rue pour l’empêcher ; quant aux anti-cléricaux, leurs vœux étant comblés par l’action du gouvernement et de la municipalité, pourquoi auraient-ils manifesté36 ?

Crise et recomposition du bloc patriotique

24L’affaire Dreyfus et la constitution du bloc n’ont pas seulement contribué à la recomposition du paysage politique, et à la redécouverte de la rue comme lieu possible du débat. Elles ont également mis à mal les valeurs fondamentales du consensus national que prônait l’Union patriotique du Rhône ; et la disparition des cortèges annuels que celle-ci organisait à l’occasion de ses assemblées générales, de l’Hôtel de Ville au cirque Rancy est, autant que l’indice de la crise qui va emporter l’organisation, le signe que l’espace public n’est plus le lieu naturel de convergence de Lyonnais unis sur l’essentiel : un passé – incarné par les anciens combattants – et un avenir – les sociétés de gymnastique –. Ni les uns ni les autres ne renoncent durablement à parader dans les mes de la ville, et beaucoup gardent la nostalgie de l’unanimité. Mais s’il y eut bien renaissance de ces cortèges, à l’heure où le Bloc des gauches s’effrite et où les tensions internationales commencent à s’exacerber, elle ne se fit pas sur les mêmes bases.

L’éclatement de l’Union patriotique du Rhône

  • 37 Itinéraire donné dans le no 102 (avril 1899) de l’Union patriotique du Rhône.
  • 38 Union patriotique du Rhône, no 127 (juin 1901).
  • 39 ADR, 4M 256. Com. spé., 19. 06. 1901.

25Le premier indice de malaise que nous puissions noter au sein d’une organisation dont le patriotisme non partisan n’était jusque-là contesté par personne, est constitué par une modification de l’itinéraire qui conduisait son cortège annuel de l’Hôtel de Ville au cirque Rancy. En 1899 et 1900, le cortège renonce à emprunter la rue de la République jusqu’à la place Bellecour, et, au lieu de traverser le Rhône par le pont de la Guillotière, il le franchit sur le pont de l’Hôtel-Dieu, évitant ainsi les quartiers populaires qu’il parcourait auparavant par la rue Moncey37. L’assemblée générale de l’année suivante ne fut même pas précédée d’un cortège : le bulletin de l’Union patriotique du Rhône fit simplement savoir que « les sociétés adhérentes se rendront séparément au cirque Rancy », sans autre précision. Mais le même numéro contient également un curieux « avis aux adhérents », destiné à démentir les rumeurs de crise de l’organisation et de démissions liées à des dissensions politiques38... Dénégations vaines : la scission était consommée39. À la fin du mois de mai en effet, dans une réunion du comité directeur de l’organisation, cinq des vingt-deux administrateurs présents démissionnèrent, pour protester contre l’élection à ce même comité « d’éléments de discorde qui pourraient faire dévier le but de l’Union patriotique en y introduisant la politique ». Était visé un conseiller municipal radical, M. Jacquet, qui était également l’organisateur de la Fédération des sociétés d’anciens militaires de la ville de Lyon. Le premier démissionnaire, M. Dontenville, professeur au Lycée, « dont les opinions sont très modérées, et les tendances nationalistes bien connues », l’accusait « d’être un politicien brouillon et un émissaire des loges maçonniques ». Lui même avait été sollicité pour fonder à Lyon une section de la Ligue de la patrie française et devait accepter. La dimension politique de la crise est donc évidente ; ses modalités et ses conséquences sont moins claires. Pendant ce que l’éditorial du bulletin appelait la « querelle des Armagnacs et des Bourguignons », en clair l’affaire Dreyfus, il n’avait pas été possible à une organisation patriotique de demeurer neutre ; l’Union patriotique fut aussi affaiblie par la mort, à une année d’intervalle, de ses présidents successifs, MM. Sanaoze et Polonus ; encore présidée par le second, l’assemblée générale de 1902 devait être la dernière : le bulletin de l’organisation cessa de paraître l’année suivante, peu après l’annonce de l’ajournement de l’assemblée générale...

L’hommage aux morts pour la patrie

  • 40 Dépêche de Lyon, 1-4. 11. 1907. Le même journal signale à cette date des cérémonies semblables, en (...)

26La tradition des grands cortèges patriotiques n’en mourut pourtant pas à Lyon, mais elle se transforma. À l’automne de 1907 en effet, un certain nombre de présidents de sociétés d’anciens militaires voulut, semble-t-il, donner plus d’éclat au dépôt d’une couronne sur les tombes des combattants de 1870-71, au cimetière de la Guillotière. Ils convinrent de « fixer les grandes lignes d’une manifestation patriotique qui, d’accord avec les autorités civiles et militaires, aurait lieu (...) devant le monument des Enfants du Rhône », dans l’intention que cette manifestation puisse, « chaque année, réunir dans la même pensée toutes les sociétés d’anciens militaires de Lyon40 ».

  • 41 Dépêche de Lyon, 20. 10. 1913. Naturellement personne ne songeait à dénombrer les participants, ce (...)

27Ce dut être plus difficile que prévu puisque la première de ces manifestations ou « pélerinages » n’eut lieu que le dimanche 22 décembre 1907. Le succès fut néanmoins important, avec une trentaine de sociétés, derrière les membres du comité d’organisation ; et il alla croissant d’année en année. En 1913, ce fut un cortège imposant de cinquante-six sociétés, probablement plus de quatre mille personnes qui défilèrent derrière leurs drapeaux, de la place des Terreaux au monument. Une foule considérable et respectueuse se presse sur son passage, et l’on ne signale jamais de cri discordant41. Une fois le cortège parvenu à l’entrée du parc, les sociétés se rangent sur quatre rangs, les porte-drapeaux de part et d’autre du monument, et l’on dépose les gerbes ou les couronnes. Après La Marseillaise, la cérémonie s’achève par une double allocution patriotique et une sonnerie de clairons. Les sociétés défilent devant le monument puis gagnent la place Morand, où elles se dispersent.

28Il serait évidemment tentant de voir dans ces cérémonies l’une des marques du renouveau nationaliste dans la France de la Belle Époque. Les choses ne sont pourtant pas si simples. Qu’elles s’insèrent dans un large courant d’opinion, qui réaffirme les valeurs patriotiques après les temps de l’affaire Dreyfus n’est pas douteux. La renaissance de ce type de cortège est un signe qui ne trompe guère, et alors que la tension internationale monte à propos du Maroc, la place d’honneur que tiennent les Anciens combattants médaillés des colonies n’est pas le fait du hasard. Les hommages répétés qu’adressent les orateurs aux jeunes Français qui combattent au Maroc montrent que la fierté qu’inspire l’expansion coloniale est désormais partie intégrante de ce patriotisme. Or, l’on sait bien aujourd’hui le rôle, que Jaurès ne cessait de mettre en lumière avec beaucoup de prescience, de l’affaire marocaine dans la marche à la guerre et dans le pourrissement de la situation internationale.

  • 42 Ceux qu’une enquête célèbre publiée sous le pseudonyme d’Agathon à la veille de la guerre appelait (...)
  • 43 Dans un ordre de dignité décroissante : les premiers groupes sont les anciens mobiles du Rhône, le (...)
  • 44 Dépêche de Lyon, 21. 10. 1912. Discours du président des Anciens combattants de 1870. Le Français (...)
  • 45 Ibid., même discours. Autre passage caractéristique de ce patriotisme républicain : « Ah ! C’est q (...)
  • 46 Discours du vice-président de l’Union des sociétés d’anciens militaires (Dépêche de Lyon, 20. 10. (...)

29L’on aurait tort pourtant de n’interpréter ces cérémonies que comme un signe de dérive de l’opinion lyonnaise vers les valeurs du nationalisme. D’abord parce qu’il ne s’agirait plutôt d’un retour après la parenthèse qu’aurait constitué l’Affaire Dreyfus ; ensuite parce que la comparaison avec les cortèges de l’Union patriotique du Rhône ne permet justement pas de mettre en évidence un passage du patriotisme au nationalisme agressif et belliciste qui caractérise une certaine jeunesse bourgeoise42, et dont nous verrons qu’il n’est pas inconnu à Lyon. Les ressemblances entre les deux types de cortèges ne manquent pas. Outre celles qui tiennent à l’ordonnance du cortège, la présence d’une musique qui ouvre le défilé, les drapeaux, le pas cadencé des anciens combattants, la hiérarchie implicite entre les groupes successifs43, la plus claire est l’appui des autorités civiles et militaires : le gouverneur militaire et le préfet du Rhône sont présents ou se font représenter au dépôt de gerbes ou de couronnes au pied du monument. Ceci n’est évidemment pas incompatible avec un glissement vers le nationalisme et le culte de l’armée : l’action du gouvernement, dans les dernières années d’avant-guerre, allait plutôt dans ce sens. Mais les autorités municipales, dominées par des radicaux dont on a vu que jamais, à Lyon, ils n’avaient été suspects de complaisance envers le militarisme, ont un rôle plus grand encore qu’à l’époque de l’Union patriotique : en 1910, c’est le maire, Herriot en personne, qui salue les participants à leur départ de la place des Terreaux et termine son allocution par l’éloge « des sociétés d’anciens militaires qui conservent les saines traditions de discipline, de devoir et d’honneur, et qui ont toutes les sympathies de la population et de la municipalité lyonnaise ». Les années suivantes, des deux discours prononcés devant le monument, si le premier continue d’être celui d’un président de société patriotique, souvent un ancien combattant de 1870, le second est toujours le fait d’un adjoint au maire, délégué pour l’occasion. Ce que nous connaissons des allocutions prononcées surprend par la naïveté de la fierté nationale qui s’y exprime44, mais n’y apparaît aucun désir de revanche ; dans la crise européenne, la France républicaine se voit créditée de sang-froid, d’une influence modératrice qui permet d’espérer « que bientôt, cette paix armée, si onéreuse à tous, se dénouera par une entente générale pour le bien du progrès et de la civilisation45 ». Le patriotisme agressif qui pouvait apparaître dans certains discours des premières années n’est plus de mise à l’époque où le canon tonne dans les Balkans, et où l’opinion se divise sur la question des trois ans : « patriotique sans emphase, la génération nouvelle se détourne des grands gestes inutiles et des outrances verbales ; elle laisse de côté le caporalisme grossier et le chauvinisme tapageur. (...) Et l’on peut proclamer que si le patriotisme de nos fils est fait de raison, d’amour et d’enthousiasme, il n’est ni altier, ni agressif46 ».

  • 47 Ibid., 20. 10. 1913.
  • 48 Dépêche de Lyon, 23. 10. 1911. Sans doute s’agit-il du personnage dont l’élection déclencha la cri (...)

30Deux différences importantes, pourtant, mais qui ne manifestent pas non plus d’alignement sur des thèmes nationalistes. La première est le caractère même de la cérémonie. Ce n’est plus une parade précédant une assemblée générale tenue, elle, dans un espace clos, mais une cérémonie funéraire, marquée par un dépôt de gerbes ou de fleurs, en un lieu ouvert à tous, et qui n’est pas un cimetière. L’assistance pourra être bien plus nombreuse, et la cérémonie plus spectaculaire. Cela n’empêche pas les sociétés d’anciens combattants d’aller se recueillir sur les tombes du cimetière de la Guillotière, celles de leurs morts ; mais la présence de nombreuses associations d’anciens soldats n’ayant pas combattu impose un nouvel espace, et même une nouvelle interprétation du sens du monument : apparaît le thème du « soldat inconnu », ou du moins du soldat dont le corps n’a pas été enseveli dans un cimetière lyonnais47. Seconde différence, et elle est de taille, le fait que ces cortèges ne rassemblent plus que des associations d’anciens combattants, ou d’anciens soldats. Il est vrai que le concours de la fanfare, des clairons et tambours des Touristes lyonnais ne fait jamais défaut ; mais, comme les sapeurs-pompiers ou les harmonies, s’ils ouvrent le cortège, ils n’en font pas pleinement partie. En revanche, les sociétés de sauvetage et de joutes sont normalement absentes, et surtout les associations de gymnastique ou de tir : en 1911, l’adjoint Jacquet en fait la remarque, et exprime le désir « que les sociétés civiles, celles de jeunes gens surtout, soient du cortège l’an prochain, et dans l’avenir, car des manifestations de ce genre ne peuvent qu’être utiles aux jeunes dont elles éveilleront l’ardeur48 ». Il n’y en eut pourtant pas davantage les années suivantes, à part les « éclaireurs de Lyon, boy-scouts lyonnais » en 1912 et 1913 : l’union des associations qui se donnaient pour tâche d’encadrer et de former la jeunesse n’a pas survécu à l’affaire Dreyfus. Patriotiquement unis autour de leurs morts, les Lyonnais ne le sont plus autour d’un projet d’avenir.

Les patronages rivaux

  • 49 P. Arnaud, « Le sport en marge... », tableau p. 104, dans Les athlètes de la République. En moyenn (...)

31L’abstention des sociétés de gymnastique, de tir et de préparation militaire ne marque pas leur déclin, au contraire. Les années 1906-1914 les voient se multiplier, à un rythme jusque-là inconnu : 31 créations de sociétés de ce type en neuf ans à Lyon même. Par rapport aux années 1881-1895, époque de leur premier essor, le rythme est nettement supérieur ; et si on le rapproche de la décennie précédente (1896-1905), le contraste est particulièrement fort49. Après une période de crise liée vraisemblablement à l’affaire Dreyfus et à l’éclatement du consensus patriotique, le mouvement de création de sociétés conscriptives repart de plus belle et ces associations sont l’objet de la bienveillante sollicitude du ministère de la guerre, qui peut désormais leur attribuer le titre de « société agréée du gouvernement ».

  • 50 C. Ponson, Les catholiques lyonnais..., pp.168-170. Le docteur Chambard-Hénon, gendre de l’ancien (...)

32Ce dynamisme incontestable est peut-être autant le fruit de la concurrence que celui d’un réveil du sentiment patriotique : alors qu’avant la crise dreyfusienne pouvaient défiler côte à côte des sociétés dont les sympathies politiques divergeaient, cela n’est désormais plus envisageable. Les sociétés d’obédience catholique se sont regroupées dans la Fédération des sociétés catholiques de gymnastique de Lyon et du Sud-Est (après 1901), puis dans l’Union des sociétés catholiques de gymnastique et de tir de la région lyonnaise (1908), adhérente à la Fédération gymnastique et sportive des patronages de France ; le président pour la région lyonnaise est M. Brac de la Perrière. En face, les sociétés laïques, rassemblées dans la Fédération de sociétés de gymnastique du Rhône et du Sud-Est, bénéficient du soutien financier de la municipalité, et leur président est une figure des milieux républicains, le docteur Chambard-Hénon50. Ayant leurs propres concours, et leurs propres appuis politiques, les unes et les autres n’ont plus d’occasions de défiler ensemble.

  • 51 En 1914 au moins, la Fête du Denier des Écoles (laïques) fut précédée du défilé de trois mille enf (...)
  • 52 Dépêche de Lyon, 29. 05. 1911.

33Les sociétés conscriptives des deux bords ne renoncent évidemment pas à défiler, mais elles semblent l’avoir fait différemment. Les défilés des sociétés républicaines paraissent moins spectaculaires que ceux des catholiques, parce qu’ils ont généralement pour cadre le quartier où recrute l’association : s’il y eut des défilés généraux, ils eurent pour occasion un événement précis, un concours de gymnastique par exemple51. Les sociétés catholiques, au contraire, sans renoncer à parcourir les quartiers, vont savoir s’imposer davantage à l’attention, en exploitant dans les dernières années de l’avant-guerre, la résurgence du culte de Jeanne d’Arc, après qu’en 1909, le pape Pie X l’ait déclarée bienheureuse. Si les deux premières célébrations de sa fête ne donnèrent lieu qu’à pavoisements et illuminations dans les quartiers les plus conservateurs, le dimanche 28 mai 1911 au matin, les sociétés catholiques de gymnastique et de tir de la région lyonnaise se réunirent place Saint-Jean, entendirent la messe à la primatiale, puis après une sonnerie au drapeau, elles se formèrent en défilé, pour se rendre, par la place Bellecour, la rue de la République, la rue Président-Carnot, le pont Lafayette et le quai des Brotteaux, au monument des Enfants du Rhône. Là, après un discours du secrétaire général de l’Union des sociétés catholiques, les deux gymnastes qui avaient précédé la colonne déposèrent une palme au pied du monument. Après une nouvelle sonnerie au drapeau, cortège et spectateurs se dispersèrent52.

  • 53 Sauf en 1913, car l’on craignit des incidents, au plus fort du débat sur la loi de trois ans (ADR, (...)
  • 54 Dépêche de Lyon, ibid., et AML, I (non coté) « défilés ». Demande d’autorisation en date du 6. 05. (...)
  • 55 Carte 8. La municipalité leur refusa en 1914 le passage par les rues de la République et du Présid (...)
  • 56 Voire défendre mieux que les républicains, puisque ce sont leur$ gymnastes et non leurs vétérans q (...)

34La cérémonie se reproduisit les années suivantes53, gagnant en ampleur, et en spectaculaire, puisque le cortège ne rassemblait qu’une vingtaine de sociétés en 1911, mais une trentaine en 1914. Les sociétés, regroupées par cinq ou six, défilaient dans les grandes avenues du centre derrière des fanfares de clairons et de tambours. Mais le nombre de participants ne semble pas avoir beaucoup augmenté, puisqu’il devait être inférieur au millier lors de la première célébration, et légèrement le dépasser en 191454. Cela importait peu : ce qui comptait était « la bonne tenue des gymnastes et leur fière allure », et la valeur symbolique de telles cérémonies. Clairement patriotiques, ouvertes et closes par un salut au drapeau, elles permettaient aux catholiques de parcourir la ville, de sortir du ghetto, sans faire allégeance au pouvoir municipal puisqu’on évitait l’Hôtel de Ville (comme d’ailleurs la préfecture). Leur nouveauté n’est pas tant le point de rassemblement, la place Saint-Jean, que la direction, et le point d’arrivée : il ne s’agit plus d’une retraite et de pélerinages, comme ceux du huit décembre, mais de l’affirmation de la place des catholiques dans la ville dont ils empruntent les artères centrales55. Ils proclament ainsi leur adhésion à une part essentielle des valeurs de la cité56 : le patriotisme qu’ils pensent bafoué par d’autres cortèges, ceux de l’extrême-gauche, moins ordonnés mais souvent bien plus nombreux.

Carte 8. Trois cortèges de la Belle Époque (1910-12)

Carte 8. Trois cortèges de la Belle Époque (1910-12)

Naissance de la manifestation (1909-1914)

35Nous avons vu que si une part du débat politique en était venue à se dérouler dans la rue au temps de l’affaire Dreyfus et de la séparation, la pratique de la manifestation n’en était pas pour autant banalisée : il s’agissait d’actes polémiques, destinés à disputer la rue à un adversaire, ou bien à aller crier sa désapprobation devant ses journaux ou ses lieux de réunion. Ce qui change dans les dernières années de l'avant-guerre, c’est d’abord que le cortège de manifestants, plus fréquent, est désormais reconnu comme une forme de la vie politique à part entière, qui n’est plus liée à certaines dates ou occasions traditionnelles : chaque automne ou chaque printemps voit défiler dans les mes de la ville des colonnes de manifestants. Ces cortèges sont tolérés habituellement par les autorités et encadrés par la police ; les participants ont été convoqués sur une place publique, leur défilé est ordonné et ils se chargent même de faire régner l’ordre et la discipline dans leurs rangs ; enfin, il y a des organisateurs, qui attendent des effets politiques de cette mise en scène du nombre.

La manifestation comme riposte

36Ce n’est pas que les traits anciens aient absolument disparu. On trouve encore des manifestations défensives, ou plutôt réactives. Trois exemples qui, ce n’est pas un hasard, proviennent tous trois de la droite de l’échiquier politique. Le premier est la manifestation contre l’expulsion des petites sœurs de l’Assomption, le dimanche 5 novembre 1911 ; les deux autres, les manifestations étudiantes du 28 juin 1911 et du 21 novembre 1912.

  • 57 Dépêche de Lyon, 27. 11. 1911.

37Massive, la première manifestation rassembla peut-être une dizaine de milliers de personnes. À l’origine, une situation délicate pour les autorités, l’expulsion de la congrégation des petites sœurs de l’Assomption, conséquence tardive de la Séparation. Les grandes manifestations catholiques avaient toujours été défensives, mais, somme toute, les incidents qui avaient entouré les inventaires avaient eu peu de gravité. C’est sans doute ce qui amena les forces de l’ordre à procéder par étapes, et assez maladroitement : le 26 octobre, l’établissement de la Croix-Rousse, où tout se passa sans tumulte, mais aussi celui d’Oullins, où l’on dut renoncer à l’opération, car les occupants firent observer que les formes légales n’étaient pas observées57. Premier échec, d’autant plus gênant qu’il restait encore un établissement à la Guillotière, et que la presse catholique se déchaînait. C’est que le sentiment d’injustice était beaucoup plus fort lorsque les mesures d’expulsion frappaient des femmes, garde-malades des plus pauvres.

  • 58 Ibid. 1. 11. 1911.
  • 59 Ibid, 5. 11. Rue Radiais, à la Guillotière, « des femmes du peuple surtout », mais aussi MM. Jacqui (...)

38Le premier novembre, la presse catholique annonçait pour le dimanche suivant une manifestation populaire pour remettre au préfet une pétition. Les noms des premiers signataires devaient démontrer le caractère populaire de l’indignation : des hommes de peine, des jardiniers... et beaucoup d’employés58. Mais les notabilités conservatrices étaient au premier rang des défenseurs lorsque, le samedi 4 novembre, les autorités firent procéder à l’expulsion à Oullins et à la Guillotière59. Le récit des faits, l’exode des religieuses vers l’église la plus proche, en procession derrière le Saint Sacrement, parut dans les journaux du dimanche matin. Toutes les conditions étaient donc réunies pour que la manifestation qui devait se rendre de Bellecour à la préfecture fût considérable. Ce fut bien le cas, et la foule qui se mit en marche derrière les porteurs de la pétition comprenait beaucoup de femmes et d’enfants.

  • 60 ADR, 4M 266, 30. 06. 1911.
  • 61 Ibid., com. spé., 30. 06. Mais cette phrase a été rayée...

39Les manifestations nationalistes des 29 juin et 21 novembre 1912 présentent une tout autre allure. Beaucoup moins nombreux, leurs participants sont nettement caractérisés : des étudiants, un demi-millier dans le premier cas, un millier sans doute dans le second. L’une et l’autre se déroulent en semaine, le jeudi soir exactement. Toutes deux veulent réparer un affront : un article paru en juin 1911 dans le Strasburger Post à propos d’un étudiant alsacien nommé Munck ; ou, en novembre 1912, « l’agression » dont avaient été victimes le dimanche précédent quelques étudiants qui avaient fort à propos crié « Vive l’armée ! » sur le passage d’une foule qui scandait « À bas la guerre ! ». À chaque fois, l’on cultive les symboles : on se rassemble drapeaux tricolores en tête sur la place Bellecour, et le terme du parcours est un monument où l’on va déposer une couronne, celui des Enfants du Rhône pour le premier cortège, la statue du sergent Blandan, « cet ouvrier lyonnais qui versa si généreusement son sang pour la patrie » pour le second. Dans les deux cas, le caractère de la manifestation ne fait aucun doute : même si le préfet prétendit dans son rapport à l’Intérieur qu’« aucun cri regrettable (n’avait) été poussé (...) devant les consulats à l’adresse d’une puissance étrangère60 », les Lyonnais avaient bien entendu « pendant tout le trajet, des cris hostiles à l’Allemagne61 » ; et après la dislocation de la deuxième manifestation, plusieurs centaines d’étudiants et de lycéens vinrent sous les fenêtres d’un professeur au Lycée Ampère, nommé Calzan, qui présentait le triple tort d’enseigner la langue allemande, d’être socialiste, et d’avoir participé au cortège pacifiste du 17.

  • 62 L’Avenir socialiste entendit le cri « Vive la guerre ! » sous les fenêtres de Calzan (« À mort ! À (...)
  • 63 Ibid., com. spé. 20. 11. 1912.
  • 64 Autre indice de ces convergences, la réunion contradictoire organisée par des étudiants royalistes (...)

40Il est clair que ces manifestations présentent des points communs, dans leur mise en scène, tant avec les cortèges de gymnastes catholiques qu’avec ceux des anciens combattants, et que cela a pu favoriser l’assimilation entre les uns et les autres, d’autant que ces points communs les distinguent également des manifestations de la gauche socialiste et syndicale que nous examinerons ensuite. Il ne s’agit pourtant pas exactement de la même chose : les effectifs ne sont pas comparables, et il n’y avait aucun bellicisme chez les anciens combattants, alors qu’on ne saurait en dire autant de ces manifestations étudiantes62. Celles-ci sont cependant significatives de ces convergences nouvelles que l’on voit s’affirmer dans la jeunesse étudiante, mais dans celle-là seulement. Dans tous les cas, la police attribue l’initiative de la manifestation à des éléments d’extrême-droite : les camelots du roi en 1911, les « étudiants patriotes », nationalistes et plébiscitaires (bonapartistes), auxquels se joindront ceux d’Action française, en 1912. Il est probable aussi que le gros des manifestants se recrute parmi « les élèves des facultés catholiques, ceux des facultés de l’État appartenant aux cercles catholiques et organisations royalistes, les étudiants de l’École centrale, de l’École de commerce et de l’École de chimie63 ». Il n’en est pas moins vrai que l’on avait vu au premier rang de la seconde manifestation un représentant des étudiants radicaux-socialistes, et, porté en tête de la première, le drapeau de l’Association des étudiants : celle-ci était pourtant en principe apolitique, et le préfet oubliait fort opportunément de la mentionner dans son rapport64.

L’extrême-gauche dans la rue

41Ce qui contraste avec les manifestations catholiques ou étudiantes de la Belle Époque dans les cortèges de l’extrême-gauche politique et syndicale ne peut se réduire à une question de style, ou à l’identité des participants. On n’a pas affaire au même type de cortège : ce ne sont pas les mêmes espaces (même s’il peut arriver que l’on emprunte les mêmes voies, et que l’on se rassemble dans les mêmes lieux), les participants sont autrement distribués et offrent un spectacle différent. Mais le plus important est sans doute un autre élément, moins visible, mais par lequel les autres caractéristiques remarquables des cortèges de gauche – leur fréquence, et leurs effectifs normalement bien supérieurs – prennent sens : l’usage qui est fait de la manifestation, usage que nous pouvons repérer par l’étude des circonstances dans lesquelles on organise un cortège dans les rues de la ville.

  • 65 ADR, 4M484, com. spé. 7 et 9. 12. 1907, deux mille femmes le samedi, et le dimanche, près de cinq (...)
  • 66 Francesc Ferrer, fondateur de l’École moderne, à Barcelone, fut mis en cause par les autorités esp (...)

42Certains cortèges, notamment ceux du Premier Mai, ont un caractère rituel, et peuvent de ce point de vue être comparés aux pélerinages du huit décembre, qui perdurent à la veille de la guerre65. Quelques autres peuvent être placés sur le même plan que les manifestations catholiques ou étudiantes : ce sont des manifestations défensives, ou du moins réactives. La grande manifestation du 14 octobre 1909, après l’assassinat du pédagogue anarchiste Ferrer, en serait un bon exemple66. En revanche, appartient en propre au mouvement ouvrier et socialiste un autre type de manifestations : celles qui s’insèrent dans une campagne d’opinion, et qui se fixent des buts précis et offensifs. Agir sur l’opinion et le gouvernement afin d’obtenir telle ou telle mesure ; défiler pour conjurer une menace (celle de la guerre) qui n’est encore que virtuelle ; pour peser sur le cours des événements à venir, et non simplement exprimer son opinion, ou obtenir le retour à une situation antérieure.

43Cette capacité à mobiliser préventivement quelques milliers, au mieux un peu plus d’une dizaine de milliers de personnes dans les mes de Lyon n’est pas venue soudainement à l’extrême-gauche lyonnaise. Elle est le résultat d’un processus d’apprentissage, qui avait commencé par les grandes grèves que nous avons détaillées, et qui avait pour acteurs les syndicats. Mais le passage des manifestations syndicales aux manifestations politiques ne s’est pas fait spontanément, ni sans échecs.

  • 67 Après la mort du soldat Aernoult, victime de sévices dans un bataillon disciplinaire en juillet 19 (...)

44À l’origine des premières manifestations politiques de cette période, on trouve bien des syndicalistes, mais pas ceux des plus puissants et des plus modérés des syndicats : plutôt les anarcho-syndicalistes de l’Union des syndicats, de la Jeunesse syndicaliste intercorporative, et des organisations de la mouvance libertaire, comme le Comité de défense sociale. Réduits à leur propres forces, ils ne peuvent pas grand-chose, comme le prouvent les manifestations qu’ils organisent en septembre 1909, pour la libération de Ferrer, ou toutes celles qui, en 1911 et 1912, montrent leur volonté d’exploiter l’affaire Rousset67. Quelques centaines de personnes, tout au plus, sortent de la salle où elles se sont rassemblées pour donner à la cause qu’elles défendent un éclat que leur maigre réunion ne conférait pas : ce sont des raids dans le centre-ville et devant les journaux plus que de véritables cortèges.

45Les deux affaires citées ont cependant donné lieu à deux manifestations beaucoup plus importantes, qui dépassent de loin les milieux anarcho-syndicalistes : celles du 14 octobre 1909, et celle du 26 juin 1910. Dans ces deux circonstances se joignent aux libertaires d’autres organisations : la Libre-Pensée, la Ligue des Droits de l’Homme, le Parti socialiste unifié enfin. Les thèmes d’agitation choisis peuvent toucher un large public, surtout parce que l’on retrouve dans ces affaires le même ressort émotionnel qui avait mobilisé les foules au moment de l’Affaire Dreyfus : le sentiment de l’injustice à vif, la protestation contre les abus de pouvoir des militaires (et des cléricaux dans le cas Ferrer), adversaires traditionnels de la gauche lyonnaise. Il est dès lors possible de faire descendre dans la rue plusieurs milliers de personnes : sous le coup de l’annonce de l’exécution de Ferrer quatre à cinq mille, dans une manifestation qui dégénère après être allée de Bellecour au consulat espagnol, me du Bât d’Argent... Un peu moins pour Rousset, en un cortège fort sage : afin d’éviter les incidents, les organisateurs eux-mêmes ont défendu de crier « À bas l’armée ! ». Et l’on a cette fois-ci recruté cinquante commissaires munis d’un brassard rouge, chargés d’expulser d’éventuels perturbateurs, après accord avec la police : on sait les autorités municipales sympathiques, le préfet relativement ouvert, et il s’agit de gagner l’opinion en ce jour où l’on ramène en France le corps du soldat Aernoult. Pas de bavure donc, un défilé pacifique de la place des Terreaux à Bellecour, puis à la préfecture et la Bourse du travail.

  • 68 Progrès et Dépêche de Lyon, 25. 09. 1911.
  • 69 Progrès de Lyon, 7. 10. Communiqué de la Bourse du travail. On n’envisageait manifestement pas qu’ (...)

46Ce n’est que relativement tard, pas avant l’automne 1911, qu’on envisagea de se servir de la manifestation à d’autres fins que celles de la protestation humaniste contre l’injustice. Le succès ne fut même pas au rendez-vous : malgré un abondant affichage préalable, la première manifestation organisée par l’Union des syndicats et la Bourse du travail, dans le cadre d’une campagne nationale de la C.G.T. « contre la guerre et la vie chère », le dimanche 24 septembre fut peu suivie. Quelques centaines de personnes, derrière trois drapeaux rouges, de la place de l’Abondance à la Bourse du travail68. Quinze jours plus tard, la seconde, sur les mêmes thèmes, devait associer aux syndicalistes plusieurs sections de la S.F.I.O. et le Comité de défense sociale de Villeurbanne. Mieux préparée, elle semble avoir soulevé beaucoup d’espoirs : on avait lancé un appel aux travailleurs et aux ménagères et on « recommandait tout spécialement aux camarades d’amener leurs compagnes et épouses à cette grandiose manifestation69 » ; au lieu de se rendre à la Bourse du travail, on se dirigerait vers un jeu de boules situé avenue Berthelot pour y tenir meeting en plein air. À l’heure fixée, sous une pluie torrentielle, se rassemblèrent place Saint-Pothin une centaine de militants résolus, autant de gendarmes et deux cents gardiens de la paix...

  • 70 Le Nouvelliste et la Dépêche de Lyon, loin de l’enthousiasme de Merrheim, (cinquante mille personn (...)

47L’année 1912 vit enfin la S.F.I.O. prendre des initiatives dans ce domaine. Elle organisa une grande manifestation à l’occasion de son congrès national, qui se tint à Lyon en février ; et surtout, le 17 novembre, la première démonstration contre la guerre, à l’heure où l’on craignait que le conflit des Balkans dégénère en guerre européenne : un succès somme toute honorable. Il est vrai qu’un mois plus tard, c’est en réponse aux mots d’ordre de la C.G.T., que plusieurs dizaines de milliers de travailleurs lyonnais cessent le travail et défilent dans les rues de Lyon, derrière les bannières syndicales, dans le cortège le plus nombreux qu’on ait vu depuis le Premier Mai 1890. aux dires mêmes de journaux habituellement sceptiques70. Mais si les dirigeants socialistes furent discrets dans le cortège, le rôle de certains d’entre eux n’a pas été négligeable : à commencer par celui de Victor Darme, militant traminot et conseiller municipal S.F.I.O., qui réussit cette fois-ci à entraîner sa corporation dans la grève... L’un des trois orateurs du meeting tenu au Nouvel Alcazar, après un responsable du syndicat des tramways, et avant Merrheim, fut l’avocat et conseiller général socialiste Marius Moutet.

  • 71 En 1912, les sections SFIO de Lyon n’atteignent même pas le nombre d’adhérents au parti républicai (...)
  • 72 Y. Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise..., t. 2, p. 305 (en 1908) et 321 (pour 1914).
  • 73 En 1914, on trouve encore souvent dans la « Tribune du travail » du Progrès des syndicats appelant (...)
  • 74 Ce que regrette un journaliste du Progrès (18. 11. 1912). « La mélopée de l’Internationale ne saur (...)
  • 75 Un communiqué du syndicat de l’O. T. L. signale que 1600 membres du syndicat (malgré 6 défections) (...)

48Il apparaît bien qu’en fait, la collaboration des uns et des autres constituait la condition sine qua non de l’efficacité du nouveau mode d’action, et qu’elle renforçait les uns comme les autres. Seule, la S.F.I.O. n’en a pas les moyens : que pèseraient ses quelque trois cents cinquante militants lyonnais dans la rue de la République ? On peut supposer que son pouvoir de mobilisation est un peu plus important. Mais l’entente avec les chambres syndicales lui permet de montrer dans la rue son influence réelle, bien supérieure à son poids électoral ou au nombre de ses adhérents71. À l’inverse, les syndicalistes sont trop divisés entre révolutionnaires anarchisants et modérés proches de la S.F.I.O., réticents vis à vis de la perspective de descendre dans la rue (sauf, et encore..., à l’occasion du Premier Mai), pour pouvoir donner naissance à un cortège imposant. Mais les syndicats sont des organisations de masse, les seules que compte à cette date l’agglomération lyonnaise (environ trente mille syndiqués pour quelque deux cents organisations72) et ils conservent intact l’esprit de la communauté de métier73. Ainsi s’expliquent que ce soit le mouvement syndical qui fournisse le gros des troupes dans les manifestations de l’automne 1912, et que les éléments du défilé soient constitués par les différents syndicats. On n’a en effet pas affaire à de simples foules : les grands cortèges ouvriers sont ordonnés, et de façon assez stricte. En tête du cortège, les dirigeants syndicaux locaux ou nationaux (délégués par la C.G.T.), parfois des personnalités politiques. Derrière eux, les manifestants ne marchent certes pas au pas, et il n’y a pas de musique74 ; mais ils vont à huit ou dix de front, mais ils sont regroupés derrière des drapeaux, ceux des sections socialistes ou ceux des organisations syndicales : on a ainsi dénombré une cinquantaine de bannières rouges dans le défilé du 16 décembre 1912. À défaut de drapeau, une pancarte désigne la nature du groupe qui défile, et l’on prie les responsables de bien veiller à ce que ne s’introduisent dans les rangs que des personnes de connaissance. Parfois même, on a l’impression que c’est toute une communauté qui défile : les employés de la compagnie O.T.L., au grand complet, en uniforme ouvrent ainsi le cortège du 16 décembre, dont leur grève a assuré le succès75. L’Union des syndicats a organisé un service d’ordre, principalement recruté parmi les terrassiers... et c’est alors que les commissaires de police commencent à regarder avec suspicion la queue du cortège, où l’on s’attend à trouver les éléments louches, apaches ou anarchistes qui, soit rechercheront l’affrontement avec la police, soit en fourniront le prétexte.

Les autorités de police face aux manifestations

  • 76 G. Carrot, Le maintien de l’ordre..., p. 727. À mon sens toutefois, le modus vivendi que l’auteur (...)
  • 77 Voir l’intéressante intervention de J. Marietton du 27. 03. 1913, à la Chambre des députés, reprod (...)

49L’attitude des autorités administratives vis-à-vis des cortèges de manifestants se caractérise en effet par une constante ambiguïté. Elle n’a jamais été véritablement formulée, même au niveau gouvernemental : en 1906, Clemenceau, président du conseil et ministre de l’Intérieur, parlait d’une tolérance plutôt que d’un droit de la manifestation76 ; en 1909, le gouvernement Briand permettait la grande manifestation parisienne du 17 octobre, après le meurtre de Ferrer... mais en 1913 encore, lors de la discussion de la loi d’amnistie consécutive à l’élection de Poincaré à la présidence de la République, le gouvernement s’opposa fermement (quoiqu’en vain) à ce que l’amnistie fût étendue aux délits commis à l’occasion de manifestations77.

  • 78 ADR, 4M233. Pièce 589, préfet à Intérieur, expédiée le 14. 12. Le maire a refusé de fermer la Bour (...)

50L’attitude gouvernementale est certes importante, mais elle n’est absolument déterminante qu’à Paris, où les cortèges demeurent en fait soumis au bon vouloir de la préfecture de police. Dans une ville comme Lyon, les choses sont un peu plus complexes, sans être beaucoup plus claires : les cortèges sont du ressort de la municipalité lorsqu’ils sont coutumiers, et soumis à l’approbation de la préfecture lorsque ce n’est pas le cas. La distinction avait été longtemps simple ; mais la multiplication des associations, dont beaucoup étaient en fait politisées sans être expressément politiques, avait brouillé les lignes de partage, et la municipalité radicale d’Herriot inclinait à la souplesse. D’où l’embarras du préfet, pris entre un gouvernement le plus souvent partisan de la fermeté, et à qui il devait rendre des comptes, et une municipalité, voire une opinion lyonnaise, qui considérait de plus en plus le « droit à la rue » comme acquis de façon irréversible. Il se trouva ainsi, à la veille de la grève générale du 16 décembre 1912, contraint d’expliquer au ministre pourquoi, contrairement à ses instructions, il ne peut interdire le cortège prévu pour l’après-midi78. Quitte à rédiger ensuite un rapport ahurissant, où il prétendit que sa fermeté avait obtenu des organisateurs l’interdiction des cris séditieux ou des drapeaux rouges...

  • 79 ADR, 10MpC49, 9. 12. 1912, lettre du secrétaire général pour la police à V. Darme, responsable de (...)
  • 80 Le 6.11.1911.
  • 81 Un autre élément a peut-être joué : l’absence totale de structure visible de cette manifestation, (...)

51Dans la pratique, les choses se passaient à peu près comme aujourd’hui : les organisateurs de la manifestation la déclarent à la mairie et s’engagent à assurer l’ordre, puis s’entendent avec le secrétaire général pour la police (qui les convoque le cas échéant79), ils fixent de concert l’itinéraire, et les agents escortent les manifestants, voire détournent le trafic. Tout ne se passe pas toujours aussi bien : lorsque la manifestation prend pour cible un édifice particulier (le consulat, journal, ou cercle militaire), celui-ci est normalement protégé, et parfois dégagé par une charge de police. Mais, si les forces de l’ordre montent une garde vigilante devant la Bourse du travail les soirs où s’y tient une réunion « anarchiste », pour dissuader les assistants de se former en cortège à la sortie, les manifestations nombreuses et bien organisées ne sont normalement pas dispersées par la force. Une exception toutefois : la manifestation contre l’expulsion des sœurs de l’Assomption, ce qui scandalisa les journaux catholiques. Que la police se soit montrée brutale en cette occasion n’est pas douteux, mais il convient tout de même de remarquer que cette manifestation est la seule de toute la période à prendre directement à partie les représentants de l’État, en la personne du préfet ; et que, comme le remarqua ingénument la Dépêche de Lyon80, les manifestants étaient si nombreux ce jour-là aux abords de la Préfecture qu’ils auraient pu la prendre d’assaut si telle avait été leur intention. C’est précisément cela qui était inadmissible aux yeux des autorités81.

Un retour en arrière ? De la campagne contre les trois ans à l’été 1914

  • 82 À bas la calotte ! Vive Ferrer ! À bas Alphonse XIII !  « pendant les manifestations pour Ferrer.  (...)

52Il est à peine besoin de souligner combien l’attitude des autorités et des forces de police est proche de celle qui nous est aujourd’hui familière ; combien, mis à part quelques détails dans les modes d’expression des manifestants (peu de pancartes revendicatives ; des cris plus que des slogans, et tout à fait stéréotypés82 ; l’omniprésence de l’Internationale), et le fait que le cortège se termine toujours par un meeting, ces manifestations rappellent celles que nous connaissons de nos jours. Peut-on dès lors considérer que le cortège de manifestants est devenu une pratique habituelle, routinière ?

  • 83 On trouve ainsi des contre-manifestants socialistes, le conseiller municipal Marro en tête, aux ab (...)
  • 84 ADR, 4M234, com. spé., 28 et 29. 05. 1913. Les jeunes nationalistes, partisans du service de trois (...)
  • 85 ADR, 1M170, com. spé. 14. 07. 1913. À partir de la place du Pont « quelques individus groupés ont (...)

53Pas tout à fait. Car la campagne contre les trois ans au printemps 1913, revêtit dans l’agglomération une ampleur exceptionnelle, remua incontestablement les foules, mais à aucun moment l’affirmation de l’hostilité à la prolongation du service militaire ne prit la forme d’un cortège de manifestants dans le centre-ville. On en revint aux contre-manifestations aux abords des salles où se réunissent les adversaires83, à l’exploitation de défilés préexistants, qui attirent de nombreux spectateurs. Les retraites militaires voient s’affronter camelots du roi et militants syndicalistes, aux cris de « Vive l’armée ! À bas la C.G.T. ! » répondant les sifflets des seconds84, la retraite du 14 juillet ou celle qui précéda l’inauguration de l’exposition internationale de Lyon, en mai 1914 fournissant d’autres occasions85.

54La première raison de ce repli semble avoir été les incidents de la soirée du 16 décembre précédent. Pendant trois heures, en effet, des affrontements violents avaient opposé gendarmes, policiers et dragons à de jeunes manifestants. De nombreuses arrestations avaient été opérées, et la presse progressiste des jours suivants était pleine de récits de passages à tabac et autres brutalités policières. Quelle que soit la responsabilité de la police dans les événements, la leçon était claire : si la manifestation en elle-même n’avait donné lieu à aucun incident, il existait toujours une possibilité pour qu’elle dégénère (plus ou moins spontanément) au moment de sa dislocation. Démonstration de la puissance que pouvait mobiliser l’extrême-gauche, ainsi que de la discipline qu’elle pouvait imposer aux masses, elle risquait donc de se retourner contre ses promoteurs, et de manquer un autre de ses buts, qui était de faire pression sur l’opinion publique.

  • 86 ADR, 4M264 ; com. spé. 9 et 13. 06. 1913. Les militants de l’Union des syndicats ne doivent pas cr (...)

55Or, et c’est là la deuxième raison de l’absence de manifestation de rue durant la campagne contre les trois ans, l’enjeu de l’agitation est, au printemps 1913, sensiblement différent de ce qu’il était à l’automne précédent. Si le cortège du 16 décembre s’adressait surtout au gouvernement français, et voulait montrer la détermination du prolétariat de s’opposer à la guerre, il s’agit maintenant de faire reculer le gouvernement dans l’opinion, d’empêcher qu’il trouve une majorité parlementaire pour voter son projet ou à défaut, de capitaliser en vue des élections du printemps suivant les bénéfices tirés de la lutte contre un projet beaucoup plus impopulaire qu’on ne l’a dit. Du point de vue des objectifs poursuivis, la manifestation n’est donc pas le moyen le plus adéquat. Elle ne l’est pas davantage pour atteindre l’objectif intermédiaire qu’est pour la S.F.I.O. la reconstitution du « Bloc » ; il fallait rassembler toute la gauche autour de ses valeurs communes, symbolisées par la présence parmi les forces qui s’opposent aux trois ans de ces organisations-charnières que sont la Libre-pensée et la Ligue des droits de l’homme. Y associer les radicaux-socialistes et les républicains socialistes ne présenterait guère de difficulté s’il n’était pas aussi nécessaire de s’assurer l’appui de la C.G.T., où l’on trouve des éléments fort remuants... La solution retenue fut une limitation des formes d’action pratiquées, accompagnée d’un repli idéologique évident. Repli idéologique : quinze ans après l’affaire Dreyfus, on reprend la même forme d’organisation, une Ligue de défense républicaine, où le rôle essentiel revient à la personnalité la plus forte de la gauche lyonnaise, le socialiste indépendant Victor Augagneur... Cela montre certes un sens de la continuité historique si vif qu’il confine à la sclérose : on affirme vouloir lutter pour défendre la République menacée par la réaction militariste et cléricale, en un mot, contre la réincarnation, soixante-cinq ans après, du parti de l’Ordre. Mais cela pose quand même quelques problèmes, car ni l’Union des syndicats, ni le parti radical n’acceptent en fin de compte d’y adhérer : ils allèguent des motifs qui, pour être opposés, n’en sont pas moins convergents. Les radicaux expliquent que la République n’est pas menacée – et l’on ne saurait leur donner tort – ; les anarcho-syndicalistes, en prétendant que « nos militants se moquent pas mal de la République, qu’ils n’ont pas à défendre86... »

  • 87 Réunion à la Bourse du travail le 15 mars (600 personnes d’après le com. spé.), salle E. Zola le 1 (...)
  • 88 ADR, 4M 266. Com. spé, et rapport du préfet, 1. 06. 1913.

56Pour ne pas avoir à affronter la police, pour éviter d’effaroucher l’opinion et les radicaux, on se réunit donc paisiblement dans des lieux clos ou bien à l’air libre, mais en banlieue87. Lors des réunions les plus nombreuses, les éléments extrémistes s’efforcèrent de provoquer la formation de cortèges. Mais si, lors du meeting révolutionnaire de Grange Rouge, le 1er juin, l’on parvint bien à se former en colonne derrière les militants de la Fédération anarchiste communiste, celle-ci fut aussitôt coupée ; elle se reforma, pour être à nouveau dispersée. « Trois ou quatre cents au plus sont arrivés par petits groupes au faubourg de la Guillotière. En constatant que la place du Pont, lieu ordinaire des troubles, était barrée, qu’un service d’ordre destiné à empêcher l’accès des ponts était préparé, ils se sont laissé refouler et se sont retirés sans cris88 ». Seule exception donc, le cortège du Premier Mai de cette année-là : mais on défendait alors autant et plus le droit de manifester le Premier Mai que le droit de manifestation en général...

  • 89 Pour nuancer la vision sommaire du Nouvelliste, il convient de préciser que parmi les arrestations (...)
  • 90 Le Progrès (31. 07. 1914) dit « plusieurs milliers », le Lyon républicain deux mille, le Nouvellis (...)

57L’été 1913 passé, la loi des trois ans finalement votée, la gauche lyonnaise semble s’être démobilisée. Du moins ne descend-elle plus guère dans la rue : elle attend désormais le succès des élections législatives de 1914. On sait ce qu’il en advint ; et comment, après Sarajevo, l’évolution précipitée de la crise internationale prit au dépourvu l’ensemble de l’extrême-gauche, socialistes, anarchistes, cégétistes. Il n’était pas temps de lancer une grande campagne d’opinion, dans la semaine du 25 juillet au 2 août. La seule réponse appropriée était dans la rue, et ni les dirigeants lyonnais du parti socialiste ni ceux des syndicats confédérés ne faillirent à leur devoir. Le mercredi 29 juillet, deux jours après la grande manifestation parisienne des boulevards, l’Union des syndicats appelait par affiches à manifester place de la République. Quoiqu’Herriot ait incité au calme par la même voie, dans la soirée, « plusieurs centaines d’antimilitaristes, anarchistes et apaches » passèrent le pont de la Guillotière et s’engagèrent dans la rue de la Barre, où ils étaient attendus de pied ferme. « Vigoureusement chargés par la police, écrivait avec satisfaction le Nouvelliste, les anti-patriotes ont reçu une correction telle qu’ils ne recommenceront sans doute pas » : il fallut pourtant des charges répétées, et ce n’est qu’après une heure de bagarre et six arrestations que les manifestants se dispersèrent89. Le lendemain soir, la fédération socialiste du Rhône prit le relais, en convoquant par affiches une manifestation pacifiste place Bellecour, entre le « cheval de bronze » et l’horloge de la Charité. Pour obtenir l’assentiment de la préfecture, il avait été prévu qu’on se limiterait à crier « À bas la guerre ! Vive la paix ! » et sans essayer de se former en cortège, ni de parcourir la ville. Plusieurs milliers de personnes, en comptant les nombreux curieux, y participèrent90. En dépit de quelques contre-manifestants nationalistes, il n’y eut pas d’incident sérieux, et la police n’intervint point. Ce fut tout : dans ces circonstances, c’était sans doute tout ce qu’il était au pouvoir des socialistes lyonnais de faire, c’est-à-dire bien peu de chose. Mais ils avaient en définitive pu le faire, et la République, jusqu’au dernier moment, avait permis aux citoyens de manifester sur la voie publique leur horreur de la guerre ; elle avait annoncé en outre son intention de ne pas leur en tenir rigueur. Dans ces conditions, cette République qu’ils avaient tant de fois prétendu sauver de ses ennemis intérieurs ne méritait-elle pas somme toute d’être défendue contre un agresseur étranger ?

Notes

1 La France libre, 27. 11. 1896.

2 Ibid., « le porte-drapeau s’écrie : on me tuera, mais je le lâcherai pas ». Il le lâcha et ne mourut pas.

3 ADR, V14-2, corn. pol. 22. 06. 1896.

4 ADR, 4M253, com. spé. et com. pol. Saint-Just, 6. 12. 1896. Dix-sept personnes conduites au poste pour infraction à l’arrêté municipal du 2 septembre précédent. Après la cérémonie, le vicaire général défendit aux pélerins d’aller manifester devant le poste de police.

5 Sur l’Union nationale, une note de synthèse du com. spé. (29. 10. 1896) in ADR, 4M253 ; sur la France libre, et les congrès de la démocratie chrétienne qu’elle organisa, J.-M. Mayeur, « Les congrès nationaux de la Démocratie chrétienne... ». Ce groupe est à l’origine de courants très divergents, certains d’extrême-droite, mais c’est là que Marius Gonin, futur animateur de la Chronique sociale, fit ses premières armes.

6 ADR, 4M253, com. spé. (29. 10. 1896). Le « parti » comprend un comité central, dix-sept groupes-presque dans chaque paroisse », et des œuvres liées. Il semble nettement plus structuré que les partis socialistes de la même époque, sauf peut-être les blanquistes. Ces jeunes démocrates-chrétiens sont aussi les premiers à se doter d’un service d’ordre (les commissaires) pour leurs-manifestations ».

7 Dérogation était prévue pour les 8 septembre et 8 décembre (« à la condition toutefois que l’itinéraire de ces cortèges restera circonscrit dans les limites des quartiers Saint-Jean et de Fourvières »). ADR, V14-2, affiche et arrêté municipal du 2. 09. 1896.

8 J.-M. Mayeur, La vie politique..., p. 166. Traduction par un orateur blanquiste : « les curés ont le droit de faire ce qu’ils veulent du moment que le gouvernement est clérical jusqu’au cou ». (ADR, 4M253, com. spé. 18. 06. 1896).

9 Malgré les instructions ministérielles du 26. 10. 1893, confirmées par la Cour de cassation (23. 1. 1896)... ADR, 4M253, secrétaire général pour la police à préfet de l’Ain, 16. 4. 1897.

10 ADR, 4M253, com. pol. Part-Dieu, 28. 11. 1896.

11 Est-ce pour cela que le maire autorisa l’année suivante, la fanfare « La lyre du peuple* à se rendre au concert-conférence du 18 mars drapeau rouge déployé, ce qui scandalisa le Nouvelliste ? ADR, 4M320.

12 ADR, 4M253, com. pol. Part-Dieu, 21. 2. 1897 ; Giray, en réunion publique la veille. Lors de la réunion de protestation contre le congrès de la Démocratie chrétienne, les mêmes blanquistes avaient dissuadé les six cents assistants, de se porter à la sortie du meeting démocrate chrétien contre-manifester. (ibid., com. spé et com. pol. Part-Dieu, 28. 11. 1896).

13 J. Jaurès, dans La Dépêche de Toulouse, repris par Le Peuple (Lyon) le 27. 10. 1898.

14 L’Humanité, 26. 1. 1907, sous le titre « Liberté ajournée », à propos de la manifestation pour le repos hebdomadaire, interdite par le gouvernement. Cité par M. Offerlé, « Descendre dans la rue, de la journée à la manif. », in P. Favre, La manifestation, p. 119.

15 Sur ces manifestations, AN F7 12467 (janvier 1898) ; ADR, 4M 255 (juin et septembre 1899).

16 En juin 1899, les blanquistes réunis à leur local avaient ainsi dépêché deux des leurs surveiller les abords du Progrès. Ils interrompent leur réunion pour aller manifester (ADR, 4M 255, com. spé. 8. 06. 1899).

17 AN, F7 12467 Arrestations des 18 et 19 janvier 1898. Un cas douteux écarté (un manifestant sans doute compté deux fois) : restent au total cinquante-six personnes. ADR, 4M 255, 9 et 10 sep-tembrel899. Trente et une personnes arrêtées, mais on a retiré un pharmacien qui criait « vive l’Empereur ! », et un percepteur qui « a voulu passer malgré les gardes ».

18 Selon le préfet (AN, F7 12467, 20. 1. 1898), la chaussée crierait « Conspuez Zola ! À bas les juifs ! », tandis que sur les trottoirs, une quarantaine de socialistes gagnant le Peuple acclameraient Zola, le Peuple, et les juifs... Ambiguïté confirmée par La France libre du 20.

19 Ainsi, après une réunion à la Croix-Rousse de la Ligue de défense républicaine, voit-on son président, Augagneur et l’orateur principal, de Préssensé, gagner la Brasserie des chemins de fer, à Perrache, à la tête d’une cinquantaine de manifestants criant dans les rues du centre « Vive Picquart !, conspuez Rochefort ! À bas les faussaires ! » (ADR, 4M254, com. spé. 4. 12. 1898 et Peuple du lendemain). Augagneur deviendra un peu plus tard maire de Lyon, son poulain Herriot fait avec l’affaire Dreyfus son entrée en politique. Leur attitude ultérieure vis-à-vis des manifestations peut-elle ne pas s’en être ressentie ?

20 Par exemple, ADR, 4M257, conférence Lerolle, com. spé. 1. 4. 1901.

21 AN, F7 12457, préfet Rhône, 19. et 21. 3. 1901 : conduite faite au juriste Appleton, fondateur de la Ligue des droits de l’Homme, d’ailleurs escorté par des étudiants socialistes. Également l’affaire Crescent, fin 1904 (ADR, V14-2, et G. Laperrière, La « Séparation » à Lyon..., p. 75).

22 AN, F7 12467, préfet Rhône, 21 et 23. 1. 1898.

23 ADR, 4M254, com. spé, 13. 10. 1898.

24 ADR, 4M254, com. spé. et gardiens de la paix, 23 et 24. 10. 1898.

25 AN F7 12457 Préfet Rhône, 30. 06. 1901 ; et le Quotidien du 1. 07. (organe éphémère de S. Faure, prit en juin 1901 la succession du Peuple).

26 Les Éphémérides lyonnaises de l’Indicateur Henry (1903) mentionnent cependant de violentes manifestations, à l’occasion du vote de la loi sur les congrégations et d’une réunion aux Folies Bergère les 26 et 27 juillet 1902.

27 AN, F7 12457. En septembre 1901, les groupes extrémistes (Grand Occident de France, Jeunesse antisémite nationaliste, Ligue des patriotes, Jeunesse républicaine nationaliste n’auraient pas représenté plus de six cents personnes. Y ajouter cependant un groupe nationaliste de six cents étudiants, et la Ligue de la patrie française, avec quinze cents adhérents dans le Rhône.

28 ADR, 1M169, com. spé. 15. 07. 1901. En 1903, « immédiatement après les pompiers viennent plusieurs centaines d’individus qui chantent l’Internationale et qui conspuent la calotte. À ces cris et à ces chants répondent de nombreux cris de Vive l’armée ! » Après la dispersion, une bande d’une cinquantaine d’individus poursuit un lieutenant d’infanterie et le détachement qu’il commande aux cris de « À Chalon ! Vendus, à bas l’armée, assassins... » (ibid., com. spé. 14. 07. 1903). En 1907, une centaine de jeunes gens chantent l’Internationale devant la retraite, drapeau tricolore en tête mais déployé de manière à ce que seul le rouge soit visible...

29 J. Prévosto, « Les élections municipales à Lyon de 1900 à 1908 », p. 60.

30 Le Progrès, 8 et 9. 09.1901. Le cortège aurait réuni dix mille personnes. Ouvert par les anciens combattants de 1870, il comprenait plusieurs associations d’anciens militaires, toutes les sociétés radicales socialistes, les loges de Lyon et de Dijon, les anciens élèves des écoles municipales du 2e arrondissement. Mais seules défilaient les chambres syndicales des paveurs, des cantonniers et égoutiers, le projet (ADR, 4M 256, com. spé., 25. 08. 1901) d’inviter tous les syndicats n’ayant pas abouti.

31 ADR, 4M 257. Coupures du Nouvelliste et du Salut public. Repoussés par la police lorsqu’ils s’approchent de Saint-Jean, du Nouvelliste, ou tentent de s’engager dans la rue de la République, ils purent gagner en cortège la Bourse du travail, par le pont de la Guillotière. Manifestation de chômeurs tardive et atypique, lors d’une crise passagère, mais sévère de la métallurgie lyonnaise (Y. Lequin, Les ouvriers..., t. 2, p. 78).

32 ADR, V14-2, 8. 12. 1903 ; et ADR, 4M 258, coupures de journaux et notes sur la préparation des manifestations. Le point de vue des manifestants dans le roman de Ch. Joannin, Périssoud, militant lyonnais ; rappelle que les anticléricaux avaient une revanche à prendre six mois après leur échec de Sainte-Foy.

33 Une dizaine de jours plus tôt, au cours de manifestations contre les bureaux de placement ; et surtout en 1880. La symétrie avec la mort de Claudius Cros est frappante. À chaque fois, l’irréparable survient lorsque les manifestants pénètrent sur le territoire de l’adversaire ; et la culpabilité de l’assassin présumé n’ayant pu être absolument prouvée, il n’y eut pas de condamnation, ou fort légère.

34 G. Laperrière, op. cit., pp.112 sqq. (réunions anticléricales), et 134 sqq. (catholiques).

35 ADR, 4M 233, com. spé. 3. 3. 1906 (Saint-François) ; et G. Laperrière, op. cit., pp. 153-4 et 160. À l’opposé, la manifestation anticléricale du huit décembre précédent n’aurait rassemblé qu’une quarantaine d’individus, « précédés d’un bicycliste muni d’une lanterne multicolore » (ADR, V14-2, com. spé. 9. 12. 1905).

36 Les défilés des sections de la Libre-Pensée, avant leurs fêtes et congrès, paraissent largement tolérés, à la Guillotière notamment (par ex. Progrès, 18 et 20. 1. 1914).

37 Itinéraire donné dans le no 102 (avril 1899) de l’Union patriotique du Rhône.

38 Union patriotique du Rhône, no 127 (juin 1901).

39 ADR, 4M 256. Com. spé., 19. 06. 1901.

40 Dépêche de Lyon, 1-4. 11. 1907. Le même journal signale à cette date des cérémonies semblables, en région parisienne « comme les années précédentes ».

41 Dépêche de Lyon, 20. 10. 1913. Naturellement personne ne songeait à dénombrer les participants, certainement très nombreux. La seule société des Anciens mobiles du Rhône aurait encore compté huit cents membres en 1911 (Progrès de Lyon, 10. 10. 1911).

42 Ceux qu’une enquête célèbre publiée sous le pseudonyme d’Agathon à la veille de la guerre appelait « Les jeunes gens d’aujourd’hui ». Cf. Ph. Béneton, « La génération de 1912-1914. »

43 Dans un ordre de dignité décroissante : les premiers groupes sont les anciens mobiles du Rhône, les anciens combattants de 1870-71, mais aussi de Crimée et d’Italie, ou des guerres coloniales, du Maroc notamment. Les associations de médaillés s’intercalent normalement parmi eux. La piétaille des sociétés d’anciens de tel ou tel régiment ferme le cortège. L’ordre des générations combiné à celui des mérites, en somme.

44 Dépêche de Lyon, 21. 10. 1912. Discours du président des Anciens combattants de 1870. Le Français est « au premier rang des peuples, par sa science, son courage, sa sagacité et la générosité de ses idées... »

45 Ibid., même discours. Autre passage caractéristique de ce patriotisme républicain : « Ah ! C’est que nous sommes loin de 1870 ! Le coup de la dépêche ne suffirait plus pour provoquer l’emballement ! »

46 Discours du vice-président de l’Union des sociétés d’anciens militaires (Dépêche de Lyon, 20. 10. 1913). On voit que les anciens combattants lyonnais demeurent idéologiquement proches des radicaux.

47 Ibid., 20. 10. 1913.

48 Dépêche de Lyon, 23. 10. 1911. Sans doute s’agit-il du personnage dont l’élection déclencha la crise de l’Union patriotique.

49 P. Arnaud, « Le sport en marge... », tableau p. 104, dans Les athlètes de la République. En moyenne 2,1 créations annuelles pour 1881-95 ; 1,3 pour 1896-1905 ; 3,4 par an entre 1906 et 1914.

50 C. Ponson, Les catholiques lyonnais..., pp.168-170. Le docteur Chambard-Hénon, gendre de l’ancien député républicain, président de la société des anciens combattants de 1870-71, mais également président de la fédération des sociétés de gymnastique du Sud-Est. Ephémérides lyonnaises pour 1905, (24. 04.) in Indicateur Henry (Annuaire du Rhône) année 1906.

51 En 1914 au moins, la Fête du Denier des Écoles (laïques) fut précédée du défilé de trois mille enfants dans les rues de la ville (Progrès de Lyon, 4 et 6. 07. 1914).

52 Dépêche de Lyon, 29. 05. 1911.

53 Sauf en 1913, car l’on craignit des incidents, au plus fort du débat sur la loi de trois ans (ADR, 4M 266, com. spé., 9. 04. 1913, préfet à Intérieur, 4. 05. 1913).

54 Dépêche de Lyon, ibid., et AML, I (non coté) « défilés ». Demande d’autorisation en date du 6. 05. 1914 (trente sociétés, avec chacune une quarantaine de gymnastes). Chiffre relativement faible, mais qui représente le maximum de ce que pouvait mobiliser la droite catholique dans des circonstances proprement politiques. Aussi ne s’étonnera-t-on pas de la tentative de l’Action française, en 1912, pour confisquer la cérémonie, en faisant précéder le cortège par les quelques dizaines d’étudiants qui lui étaient acquis. C. Ponson, op. cit., p.103.

55 Carte 8. La municipalité leur refusa en 1914 le passage par les rues de la République et du Président-Carnot. AML, I (non coté) « défilés ». Demande d’autorisation du 6. 05., réponse du 12.

56 Voire défendre mieux que les républicains, puisque ce sont leur$ gymnastes et non leurs vétérans qui défilent, leur jeune génération qui se rend au monument.

57 Dépêche de Lyon, 27. 11. 1911.

58 Ibid. 1. 11. 1911.

59 Ibid, 5. 11. Rue Radiais, à la Guillotière, « des femmes du peuple surtout », mais aussi MM. Jacquier, Lucien-Brun, le général Meyssonnier, M. de Lacroix-Laval. La police incrimine le comité général des cercles catholiques, dirigé par M. Lucien-Brun. (ADR, 4M 266).

60 ADR, 4M 266, 30. 06. 1911.

61 Ibid., com. spé., 30. 06. Mais cette phrase a été rayée...

62 L’Avenir socialiste entendit le cri « Vive la guerre ! » sous les fenêtres de Calzan (« À mort ! À bas l’assassin ! » 23-30. 11. 1912) ; le commissaire spécial aussi, sur le passage du cortège pacifiste du 17 novembre. Il l’a cependant oublié dans le rapport définitif (4M 266, 18. 11. 1912).

63 Ibid., com. spé. 20. 11. 1912.

64 Autre indice de ces convergences, la réunion contradictoire organisée par des étudiants royalistes au gymnase Perrachois (ADR, 4M260, com. spé., 7. 12. 1912). Parmi les 250 assistants, des « étudiants républicains, venus assez nombreux », qui à la fin de la réunion, « se décidèrent à partir pour se rendre en cortège place Bellecour pour manifester devant la statue de Louis XXV, puis au monument Carnot où ils ont chanté la Marseillaise. Les étudiants royalistes se sont abstenus de manifester ».

65 ADR, 4M484, com. spé. 7 et 9. 12. 1907, deux mille femmes le samedi, et le dimanche, près de cinq mille hommes. Ou encore, quatre mille hommes le 10 décembre 1911, en rangs compacts, avec les camelots du roi vendant l’almanach de l’Action française (Ibid., com. spé. 11. 12. 1911). Mais un journal catholique modéré comme la Dépêche de Lyon n’en parle plus, et se limite aux illuminations.

66 Francesc Ferrer, fondateur de l’École moderne, à Barcelone, fut mis en cause par les autorités espagnoles à la suite de la semaine tragique de juillet 1909. Il fut fusillé le 13 octobre après un simulacre de procès. Indignés par le meurtre, les manifestants entendent également arrêter la répression contre les insurgés : « Citoyens ! Assez de crimes ! Rendez-vous ce soir à 8h 1/2 place Bellecour... » (placard affiché par le Comité de protestation contre la répression espagnole ADR, 4M266, com. spé. 14. 10. 1909). Comme les manifestants nationalistes de novembre 1912, on ne se contente pas du programme initial et l’on s’en va ensuite huer Le Nouvelliste, dégagé par une vigoureuse charge de police

67 Après la mort du soldat Aernoult, victime de sévices dans un bataillon disciplinaire en juillet 1909, le terrassier lyonnais Rousset, qui avait dénoncé l’affaire par une lettre au Matin, fut accusé du meurtre d’un de ses camarades. Défendu notamment par l’Humanité, la Guerre sociale, la Ligue des droits de l’homme, il bénéficia d’un non-lieu en septembre 1912. J. Maitron, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier ; t.15, p. 107 et t. 10 p. 117.

68 Progrès et Dépêche de Lyon, 25. 09. 1911.

69 Progrès de Lyon, 7. 10. Communiqué de la Bourse du travail. On n’envisageait manifestement pas qu’elles y viennent de leur propre initiative...

70 Le Nouvelliste et la Dépêche de Lyon, loin de l’enthousiasme de Merrheim, (cinquante mille personnes – télégramme à la Bataille syndicaliste cité par J. Julliard, « La CGT devant la guerre*, article repris dans Autonomie ouvrière, p.105) ou de Darme (Avenir socialiste, 21-28. 12. 1912). Le Progrès parle d’un cortège d’un kilomètre de long. Le nouvel Alcazar n’ayant pas suffi, une partie des assistants resta dehors, et les syndicats du bâtiment gagnèrent la salle de l’Unitaire, rue Boileau. L’estimation préfectorale – six mille manifestants – est de toutes la plus basse. Carte 8.

71 En 1912, les sections SFIO de Lyon n’atteignent même pas le nombre d’adhérents au parti républicain socialiste (d’Augagneur et Colliard) ; quant à se mesurer aux quelque seize cents membres du parti radical et radical-socialiste... ADR, 4M260, état des partis politiques.

72 Y. Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise..., t. 2, p. 305 (en 1908) et 321 (pour 1914).

73 En 1914, on trouve encore souvent dans la « Tribune du travail » du Progrès des syndicats appelant à assister aux obsèques de l’un de leurs membres.

74 Ce que regrette un journaliste du Progrès (18. 11. 1912). « La mélopée de l’Internationale ne saurait suffire à tout, et d’ailleurs les voix les plus sincères se fatiguent à la répéter deux heures durant ». Il ne semble pas exister de fanfare socialiste à qui faire appel. En 1914 pourtant, le commissaire spécial prévoit que l’Harmonie syndicaliste nouvellement créée ouvrira le cortège du Premier Mai... (ADR, 10 Mp C52, 29. 04. 1914). Voulue ou non, cette absence fait l’originalité des cortèges syndicaux et socialistes.

75 Un communiqué du syndicat de l’O. T. L. signale que 1600 membres du syndicat (malgré 6 défections), presque tous les jaunes, tous les adhérents à la 376e société de secours mutuels et de retraites et les auxiliaires « ont tenu à se ranger sous les plis du drapeau syndical », Lyon républicain (20. 12. 1912).

76 G. Carrot, Le maintien de l’ordre..., p. 727. À mon sens toutefois, le modus vivendi que l’auteur juge s’être « peu à peu installé sur la base d’un rapport politique de force » n’est pas à cette date un fait acquis.

77 Voir l’intéressante intervention de J. Marietton du 27. 03. 1913, à la Chambre des députés, reproduite dans l’Avenir socialiste, 6-12. 04. 1913.

78 ADR, 4M233. Pièce 589, préfet à Intérieur, expédiée le 14. 12. Le maire a refusé de fermer la Bourse du travail ce jour-là, et « me prie d’attirer votre attention sur la situation spéciale de Lyon où les cortèges et les meetings ont toujours été tolérés et n’ont jusqu’à présent dans ces conditions donné lieu à aucun incident sérieux. (...) Il estime qu’une interdiction donnerait plus d’importance à la manifestation et amènerait des troubles sérieux ». Le préfet demande l’autorisation d’agir librement tout en affirmant vouloir « empêcher tout cri séditieux, toute excitation à la résistance d’un ordre de mobilisation et à l’insurrection en cas de péril extérieur ».

79 ADR, 10MpC49, 9. 12. 1912, lettre du secrétaire général pour la police à V. Darme, responsable de la SFIO.

80 Le 6.11.1911.

81 Un autre élément a peut-être joué : l’absence totale de structure visible de cette manifestation, qui contraste avec les cortèges bien encadrés de la gauche ouvrière et socialiste. La police a pu avoir l’impression redoutable de se trouver face à une foule incontrôlable.

82 À bas la calotte ! Vive Ferrer ! À bas Alphonse XIII !  « pendant les manifestations pour Ferrer. » « À bas Biribi ! Vive Rousset ! À bas les conseils de guerre ! » (cris recommandés par les organisateurs de la manifestation du 26. 06. 1910). « Conspuez la guerre ! À bas la guerre ! » et quelques « À bas l’armée ! » le 16 décembre 1912 et un mois plus tôt.

83 On trouve ainsi des contre-manifestants socialistes, le conseiller municipal Marro en tête, aux abords du cirque Rancy, où se tenait une fête strictement privée, organisée par les sociétés catholiques de gymnastique, avec la participation du commandant Driant, député de Nancy (ADR, 4M 266, com. pol. Part-Dieu, 8. 06. 1913).

84 ADR, 4M234, com. spé., 28 et 29. 05. 1913. Les jeunes nationalistes, partisans du service de trois ans avaient essayé d’organiser, le mercredi 19 mars, une manifestation de la place de la Bourse au monument des Enfants du Rhône. Elle fut interdite, et dispersée par la police. ADR, 4M 260, Com. spé., camelots du roi, 15. 03-, puis 29. 03. 1913 ; Avenir socialiste, 22-29. 03.

85 ADR, 1M170, com. spé. 14. 07. 1913. À partir de la place du Pont « quelques individus groupés ont suivi la retraite en chantant l’Internationale et en manifestant contre les trois ans ». Ils ne furent dispersés que place des Terreaux.

86 ADR, 4M264 ; com. spé. 9 et 13. 06. 1913. Les militants de l’Union des syndicats ne doivent pas croire vraiment menacée une République dont ils feignent de se désintéresser, et le véritable problème que posent les trois ans n’est pas celui-là pour eux. Après le refus d’Herriot et des radicaux, la Ligue prit le nom de Ligue d’action démocratique et ouvrière contre les trois ans. (ibid., com. spé., 3. 07. 1913).

87 Réunion à la Bourse du travail le 15 mars (600 personnes d’après le com. spé.), salle E. Zola le 16 (un millier), le 31 au même endroit ; au clos Frizon, à Villeurbanne, le 6 avril ; le 31 mai, salle E. Dolet, le 1er juin, à Grange-Rouge (trois à quatre mille personnes – dont cinq cents femmes –, à l’initiative de l’Union des syndicats) ; le 14 juin, au cirque Rancy (3500 personnes)...

88 ADR, 4M 266. Com. spé, et rapport du préfet, 1. 06. 1913.

89 Pour nuancer la vision sommaire du Nouvelliste, il convient de préciser que parmi les arrestations figure un secrétaire de la Bourse du travail (et non de l’Union des syndicats) membre du parti socialiste, Michaloud.

90 Le Progrès (31. 07. 1914) dit « plusieurs milliers », le Lyon républicain deux mille, le Nouvelliste quinze cents. Plus encore que pour un cortège, le chiffrage d’une foule sur une place est sujet à caution, mais l’Humanité du 31. (citée par A. Kriegel et J.-J. Becker, 1914, La guerre et le mouvement ouvrier français, p. 92) comptait vraiment large : ils étaient nombreux, plus que la veille, mais pas vingt mille.

Table des illustrations

Titre Carte 8. Trois cortèges de la Belle Époque (1910-12)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17028/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search