Version classiqueVersion mobile

Les Chemins de la manifestation

 | 
Vincent Robert

Chapitre XII. Les grévistes dans la rue

Texte intégral

  • 1 ADR, 10MpC30. Rapport sur les incidents de décembre 1903. Expédié le 7. 01. 1904.

1Le préfet du Rhône se trouvait dans une position inconfortable lorsqu’au tout début de janvier 1904 il dut rédiger à l’intention du ministre de l’Intérieur un long rapport sur la situation dans la ville de Lyon1. Depuis deux mois en effet, les événements et incidents s’étaient multipliés, à l’occasion notamment de l’agitation contre les bureaux de placement, ainsi que des grèves générales des apprêteurs sur tulle, des teinturiers et du tissage mécanique. Vivement critiquée, l’action du représentant du gouvernement devait faire l’objet d’une interpellation du député socialiste Colliard. Après avoir rappelé les effectifs limités à sa disposition pour assurer l’ordre (au total pas plus de deux cent cinquante gardiens de la paix disponibles, et une soixantaine de gendarmes), il souligne qu’il est délicat à Lyon de recourir à la troupe, étant donné la mentalité particulière de l’aile gauche du parti républicain, « pour qui la vue d’un détachement militaire, si faible qu’il soit, stationnant dans la rue, éveille immédiatement l’obsession du coup d’État ». Puis il poursuit :

Pendant cette période [à partir du déclenchement de la grève des teinturiers et apprêteurs], j’ai cru devoir tolérer les marches processionnelles des grévistes, me contentant de les faire escorter par des gardes, afin de prévenir ou de réprimer des voies de fait, et d’autre part j’ai posté devant les usines que ces manifestations prenaient pour objectif des détachements de gardes qui devaient protéger les immeubles et les personnes contre toute agression. Mais la police n’a empêché ni les chants de l’Internationale et de la Carmagnole, ni les additions injurieuses à ces chansons, ni les cris de mort qui sont trop souvent partis des rangs des manifestants et qui ont été entendus, non seulement aux portes des usines, mais encore dans les artères centrales de la ville.

2Ce qui l’amena à finalement interdire les manifestations des teinturiers, puis à limiter à deux celles des grévistes du tissage mécanique. Mais, écrit-il,

...j’apprends que les grévistes ne se tiennent pas pour satisfaits du privilège qui leur a été accordé, en le comparant au privilège, assurément plus exorbitant, dont avaient joui les teinturiers et les apprêteurs durant la première partie de leur grève et l’on annonce que M. de Préssensé vous interpellera sur la tolérance insuffisante dont j’ai fait preuve.

  • 2 M. Perrot, Les Ouvriers en grève, pp. 552-568.
  • 3 ADR, 10MpC30. Télégramme de protestation adressé par le conseiller prud'homme Beau au président du (...)
  • 4 Des orateurs, notamment anarchistes, évoquaient depuis longtemps l’exemple britannique. Mais il ne (...)

3Avant d’aller plus loin, relevons le vocabulaire employé : le préfet utilise concurremment deux mots pour désigner la même chose, « marche processionnelle » ou manifestation, avec une préférence pour ce dernier. Manifester pour lui est devenu synonyme de défiler en cortège dans les mes, même celles du centre. Or, l’étude de toutes les grèves des deux premières décennies de la Troisième République a montré qu’en France rares étaient les « manifestations » de grève qui prenaient la forme d’un cortège plus ou moins ordonné dans les mes d’une ville : ceux qui manifestaient ainsi le plus souvent étaient les mineurs, pas nécessairement des citadins... Et l’on entendait par manifestation bien d’autres formes de rassemblement sur la voie publique, devant les usines ou les domiciles des patrons, la gare ou les journaux, devant les bâtiments officiels le cas échéant, mais qui ne faisaient jamais l’objet d’une concertation avec les autorités, qu’elles aient été le fruit de la spontanéité, le plus souvent, ou d’une sorte de complot2. On comprend que, pour le préfet du Rhône, les cortèges de grévistes ne soient encore qu’un « privilège exorbitant » accordé à certaines corporations dans des circonstances exceptionnelles et comme un moindre mal pour l’ordre public. En revanche, selon le secrétaire du syndicat du tissage mécanique, l’interdiction des manifestations, « gage donné à la réaction », constitue une « atteinte aux droits des travailleurs3 », ce que jamais jusqu’ici nous n’avions vu proclamer. Cela suppose une évolution considérable par rapport à un passé récent : pour des grévistes, défiler en cortège dans les mes de la ville doit être devenu pratique courante pour être revendiqué comme un droit4. Comment cela est-il advenu et dans quelles circonstances ?

Grèves et manifestations

  • 5 La série de rapports la plus complète, celle des ADR, intégralement dépouillée, présente quelques (...)
  • 6 Les autorités en sont à noter les rassemblements silencieux d’ouvriers italiens se rendant à la ju (...)
  • 7 Dans la première grève, on ne peut parler exactement de manifestation : des attroupements autour d (...)
  • 8 À part les convois funéraires, deux cortèges : l’un, le 12 juin, de la Bourse du travail vers un c (...)

4Le moyen le plus simple de déterminer le moment où défiler dans les rues devient une habitude pour des grévistes consiste à dresser la liste des grèves ou conflits ayant donné lieu à manifestation, et de la comparer à l’ensemble des conflits. Cela ne présente pas de difficulté majeure, car les grèves furent habituellement bien suivies par la police, dont les rapports ont été conservés, à quelques lacunes près5. Malgré les incertitudes de détail, la réponse s’impose de façon évidente : ce n’est qu’à partir de 1900 que la manifestation de rue, qu’elle prenne la forme de cortège ou d’un rassemblement sur la voie publique devint à Lyon une pratique courante, concernant environ une grève sur six entre 1900 et 1906, une grève sur huit pour 1909-1913. Auparavant, il s’agit de phénomènes exceptionnels, voire, jusqu’en 1885 rarissimes6. Entre 1885 et la fin du siècle, cortèges ou rassemblements marquent surtout les moments critiques de conflits majeurs : ainsi les deux grèves générales des verriers, celle de 1886, qui vit le triomphe des ouvriers, puis celle de 1891, plus longue et plus dure encore, qui s’achèva par leur capitulation7. Ou bien, de mai à août 1897, la grève générale des huit mille maçons de Lyon8. Que l’on ajoute quelques conduites, et l’on en aura à peu près fini.

  • 9 Le 1er mai 1900, Le Peuple annonce que ses bureaux seront illuminés et pavoisés : « les drapeaux r (...)
  • 10 Le Nouvelliste, 2. 05. 1900. « Il a fallu un ministère dreyfusard pour ranimer un peu la manifesta (...)

5La date de l’acclimatation de la manifestation dans le déroulement des grèves est donc tardive, beaucoup plus qu’on ne le croit généralement. Un autre signe ne trompe pas : ce n’est pas avant 1900, qu’il devient habituel qu’une grève donne lieu, même lorsqu’elle ne concerne qu’une seule entreprise de taille moyenne, à des manifestations quotidiennes. Celles-ci permettaient de faire appel à la générosité des passants ou d’aller huer le patron ou les contremaîtres. La police se contentait d’escorter nonchalamment, et d’éviter les incidents. Cette tolérance nouvelle est contemporaine du changement d’attitude vis à vis du drapeau rouge : la seule apparition de l’emblème séditieux provoquait auparavant l’énergique intervention des gardiens de la paix. Or, à en croire les journaux de tous bords, il suffisait désormais que l’emblème révolutionnaire portât une inscription pour que son exhibition devint licite9. C’est encore de la même année que date la reprise des manifestations du Premier Mai à Lyon10. Au sortir de l’affaire Dreyfus, face à la réaction, le gouvernement entendait ne plus avoir d’ennemis à gauche ; quant à la mairie de Lyon, elle fut conquise ce printemps-là par le socialiste indépendant Victor Augagneur. Peut-on s’étonner de voir les autorités de police adopter une attitude plus conciliante, et ne plus considérer un défilé de grévistes comme un trouble de l’ordre public ?

  • 11 Une grève sur quatre (25,8 %), mais presque la moitié des grèves manifestantes (46,9 %) ; cela eng (...)

6Quels grévistes recoururent à la manifestation ? Presque jamais les ouvriers ou les employés de petites entreprises, dont les grèves constituent pourtant les deux tiers des conflits industriels recensés à partir de 1900. Leur part dans le total des grèves manifestantes est inférieure au tiers. En revanche, les grèves ayant impliqué de cent à quatre cents grévistes, qui ne constituent que le cinquième des conflits, en représentent un autre tiers ; et celles qui avaient impliqué davantage de grévistes voient leur part dépasser le tiers, quand elles ne représentent qu’à peine plus d’un conflit sur dix. En somme, et ce n’est pas inattendu, pour manifester, mieux valait avoir été nombreux à déserter l’atelier : quelques-uns au moins pouvaient descendre dans la rue. Est-ce à dire que le manifestant ordinaire est nécessairement un ouvrier appartenant à une grande entreprise ? Il serait tentant d’associer développement des grandes usines, la grève d’entreprise et adoption de la manifestation comme moyen de faire connaître ses revendications. Mais ce n’est pas le cas dans l’agglomération lyonnaise de la Belle Époque. Les grèves qui recouraient le plus, proportionnellement, à la manifestation de rue étaient des grèves générales, c’est-à-dire qui concernaient, tous les ouvriers d’une même profession, employés dans dix, vingt ou cinquante « maisons » différentes11. Il s’agissait aussi de celles dont les participants étaient les plus nombreux. À cela rien d’étonnant, puisque les très grandes entreprises étaient rares et tenues d’une main de fer par un patronat dynamique, dont l’archétype serait le teinturier Gillet ; on peut donc en inférer que grève et manifestation étaient vraisemblablement moins le fruit de la colère et de la spontanéité, que l’œuvre des organisations syndicales...

Du quartier à la ville : rassemblements, conduites et quêtes

  • 12 En 1877, les dirigeants syndicaux des plâtriers et menuisiers qui se mettent en grève conseillent (...)

7Nous avons vu combien les cortèges de manifestants étaient rares avant le tournant du siècle : craignant de s’attirer les foudres de l’autorité, les organisations syndicales les évitaient autant que possible12. Si donc il se produisait quoi que ce soit sur la voie publique, il ne pouvait s’agir que de faits sporadiques, cantonnés dans le quartier où était né le conflit. En d’autres termes, d’attroupements devant l’usine ou l’atelier, ou bien de conduites faites au patron, au contremaître ou au briseur de grève.

  • 13 ADR, 10 MpC4, com. spé., com. pol. Oullins, gardiens de la paix, 7 et 8. 05. 1886.
  • 14 ADR, 10 MpC20, com. pol. Croix-Rousse, grève Forest, 25. 06.1901.
  • 15 ADR, 10 MpC23, com. pol. Charpennes et com. spé., 3. 06. 1903.
  • 16 bid., com. spé., 27. 05. 1903.
  • 17 À noter que la grève de la maison Forest avait pour origine les relations du directeur avec l’une (...)

8Les attroupements avaient normalement pour cadre un quartier périphérique, où la police, habituellement peu présente, tardait à les disperser. Leur formation peut être quasi instantanée, au moindre incident pendant une grève dure, par exemple, mais les plus considérables se produisaient plusieurs soirs de suite, à l’heure où la sortie des usines proches multipliait le nombre de personnes disponibles, après que les nouvelles aient circulé dans la journée. L’on doit en effet souligner que la simple curiosité ne semble pas avoir joué de rôle majeur dans les attroupements les plus importants : la foule est mobilisée par un sentiment d’injustice ou de révolte. Ainsi lorsqu’en 1886, à bout de patience après plusieurs mois de conflit, les verriers, leurs femmes et leurs enfants, peut-être cinq ou six cents personnes, vont jeter dans le fleuve le mobilier d’un non-gréviste qui entendait emménager dans l’enceinte même de l’usine13... C’est probablement le même sentiment d’injustice qui explique ces foules considérables : un millier de personnes le 24 juin 1901 à la Croix-Rousse, après que le mari d’une ouvrière non-gréviste de l’usine Forest eut menacé les grévistes d’un fusil14 ; ou encore deux à trois mille personnes, hommes et femmes, afin de soutenir les ouvrières grévistes de l’usine Exbrayat, dans le quartier des Charpennes, le 2 juin 190315. Dans cette foule, certains policiers virent évidemment beaucoup de « jeunes rôdeurs », mais l’on peut penser que le commissaire spécial se rapprochait davantage de la réalité en préconisant d’augmenter le nombre d’agents en faction, « les habitants de ce quartier étant généralement mal disposés à l’égard de la police et ne cherchant qu’une occasion pour insulter et maltraiter les gardiens de la paix16...». La solidarité du quartier semble avoir été d’autant plus efficace que c’étaient, dans les deux cas cités comme dans quelques autres, des femmes qui se trouvaient au centre du conflit ; dans la seconde grève, c’est même cette solidarité qui permit la victoire ouvrière17.

  • 18 ADR, 10 MpC21, com. spé. 1. 07. 1902.

9Le fait est que cette solidarité du quartier peut également s’exercer contre des grévistes, ainsi dans la grève de la maison Desrayaud, fabricant de chaussures, du 21 juin au 15 juillet 1902. Il s’agit d’une usine du quartier populaire de la Villette-Sébastopol, qui employait près de quatre cents personnes, dont une majorité d’ouvrières, et se trouvait menacée de paralysie du fait de la grève des vingt-deux coupeurs, c’est à dire des ouvriers les plus qualifiés. Soutenus par leur syndicat, ceux-ci entendaient en effet que certains travaux soient réservés aux hommes. Pour protester contre les menées des grévistes, qui huent et accompagnent à leur domicile les contremaîtres et certains ouvriers qui n’ont pas cessé le travail, le 30 juin, à la sortie de six heures, les non-grévistes au nombre de deux cents se forment en colonne pour ramener à leur domicile les ouvriers les plus visés par les coupeurs, en chantant : « Conspuez la grève ! ». Sur tout son trajet, cette manifestation est applaudie par les habitants du quartier, et les grévistes ne peuvent que suivre « en poussant des cris divers18...» Leurs projets de revanche, misant sur la venue de camarades du syndicat, libérés par les inventaires annuels des stocks, n’aboutirent pas. Au total, nous trouvons là un indice du fait que, dans la rue, la solidarité du métier semble à cette époque moins forte que celle du quartier.

  • 19 ADR, 10MpC38, une conduite à une mère et sa fille, ouvrières tisseuses, « pour cause qu’elles avai (...)
  • 20 Y. Lequin, Les Ouvriers de la région lyonnaise..., t. 2, pp. 154-156.
  • 21 ADR, 10 MpC 41, com. spé. et com. pol. Saint-Louis, 9 et 10. 04. 1909 ; ADR, 10 MpC 46, com. spé. (...)

10Nous ne quittons pas le cadre du quartier avec la deuxième forme d’action typique de grèves et de conflits qui n’impliquent en général que les ouvriers d’une seule entreprise : ce que l’on peut appeler les conduites. À la sortie de l’usine, le patron, le contremaître, le ou les renégats sont attendus et accompagnés jusque chez eux par une foule vociférante ou moqueuse19. Malgré la protection de la police, les victimes de ce traitement semblent en avoir été très affectées : quelques-uns jouaient les bravaches, mais d’autres (des patrons notamment) suppliaient que l’on mît fin à ce scandale, et il arrivait que le bouc émissaire, las d’être chambré matin et soir, dût quitter son logement, voire la ville. La pratique de la conduite semble avoir gagné en fréquence au cours des années : l’accroissement du nombre des conflits du travail liés à des heurts avec la maîtrise20, ne doit pas y être étranger. En 1909 et 1911, on vit même les ouvriers de l’arsenal de la Mouche manifester de cette manière, en l’absence de toute grève, voire, comme ils le disaient dans une pancarte portée en tête de colonne, pour ne pas être contraints d’y recourir21.

  • 22 Comme sous le Second Empire, on rencontre encore des cortèges de début de grève dans les années 18 (...)
  • 23 Le seul cas où des grévistes promènent un mannequin, représentant un contremaître : « Ils avaient (...)

11Rassemblements et conduites pouvaient apparaître comme une prolongation revendicative des anciennes pratiques de charivari ; ces formes d’action ne prenaient en effet tout leur sens et n’avaient d’efficacité que dans les quartiers populaires, où la police était moins présente, moins efficace et par la force des choses plus tolérante que dans les parties centrales de la ville. En revanche, les manifestations de grève qui apparaissent après 1900 présentent de tout autres caractères : pour la première fois, elles franchissent les limites du quartier et commencent à parcourir l’agglomération. Ces manifestations ne marquent pas particulièrement le début, un épisode marquant, ou à la rigueur la fin du conflit, comme souvent auparavant22 : si elles sont à peu près quotidiennes, c’est qu’elles n’ont pas la même fonction. Tournant vite à la routine (« Les grévistes ont fait leur promenade habituelle... »), et peu surveillées puisqu’il n’y avait guère à craindre d’incidents ces manifestations sont assez mal décrites par les sources policières. Nous connaissons en général leur point de départ et leur point d’arrivée : l’usine ou l’atelier lui même, la Bourse du travail ou la cantine des grévistes. L’itinéraire parcouru est assez flou : « dans différents quartiers de la ville », à moins que l’on ne passe devant le domicile d’un contremaître ou d’un directeur, auquel cas la police est plus vigilante et ses indications plus précises. Nous savons aussi que ces cortèges avaient essentiellement pour fonction de solliciter la solidarité financière des passants, et qu’ils étaient souvent précédés d’une pancarte qui indiquait l’identité des manifestants. Le motif du conflit ou sa durée étaient parfois précisés, sans doute dans l’espoir d’augmenter le produit de la quête. Des cris, de temps en temps (« Conspuez... ») ; l’on chante ou l’on fredonne L’Internationale, la Carmagnole, voire des chansons de grève, composées et quelquefois vendues pour l’occasion ; au total, bien peu d’originalité dans les modes d’expression. Les emprunts au folklore, rarissimes, sont d’ailleurs mal vus des autorités, qui s’emploient à dissocier les registres de la protestation : ce qui est carnavalesque doit être inoffensif, ce qui est revendicatif doit rester sérieux23...

L’unanimité du métier : les grèves générales

12Que les grévistes de telle ou telle entreprise aient été laissés quotidiennement libres de parcourir en cortège les rues de leur quartier en conspuant un contremaître, ou même d’aller quêter en ville, marque évidemment un changement d’attitude sensible des autorités dans un sens favorable aux intérêts de la classe ouvrière. Mais cette tolérance demeure parfaitement réversible, et la faible taille du groupe manifestant – quelques dizaines de personnes, le plus souvent, deux à trois cents exceptionnellement – le laisserait à la merci des forces de l’ordre, si celles-ci jugeaient à propos de disperser le cortège. Les cortèges nés d’un conflit limité ne pouvaient donc provoquer de manifestations de masse : s’il s’en produisit au cours de grèves ou de conflits sociaux, elles ne purent avoir pour origine qu’un mouvement dépassant le cadre de telle ou telle entreprise pour chercher à englober toute une corporation, presque toujours dans le cadre géographique de l’agglomération lyonnaise. Il ne s’agirait donc plus là de cortèges ou de manifestations pratiquement spontanés, presque coutumiers, mais d’éléments d’une stratégie globale, déterminée par les dirigeants syndicaux au sein de la commission de grève. Celle-ci, qui conduit le conflit du côté ouvrier, recourt à la manifestation comme à un moyen, dont elle peut disposer sous certaines conditions ; elle en escompte des effets précis. Autrement dit, il s’agira pour nous désormais de déterminer à quoi pouvaient servir les manifestations de grève, et quels sont les facteurs qui ont amené les dirigeants syndicaux à les utiliser à partir du tournant du siècle, alors que leur défaut ne semblait pas avoir constitué un frein à la puissance du mouvement ouvrier, ou du moins de certaines de ses organisations, durant les cinquante années précédentes.

  • 24 Fait déjà noté par J.-J. Leschiera, Les Débuts de la CGT à Lyon..., p. 125. Les grèves de la teint (...)
  • 25 Sur tout le conflit, la source principale est l’épais dossier conservé aux ADR, 10 Mp C 42. Sauf i (...)

13Pour ce faire, le mieux est de prendre un exemple de conflit, choisi pour sa durée, près de deux mois ; pour son ampleur et la gravité de ses enjeux, deux mille grévistes environ dans un secteur-clé de l’industrie lyonnaise ; pour son caractère dramatique enfin et pour l’importance du rôle que semblent y avoir joué les manifestations : non seulement celles-ci furent quasi quotidiennes, mais il s’agit de la seule occasion dans laquelle nous ayons la certitude de l’existence, au sein de la commission de grève, d’une sous-commission des manifestations24. Ce conflit est la grève générale de la teinture, du 10 novembre 1909 au 10 janvier suivant25.

Les teinturiers dans la rue

14L’enjeu du conflit est la revendication par le syndicat d’un nouveau tarif, qui permettrait la prise en compte des transformations intervenues dans les procédés de fabrication depuis 1903. Votée en réunion générale le 9 novembre au soir, la grève démarre dans l’enthousiasme, bien qu’elle ne concerne au départ que le personnel des « petites maisons », soit environ un tiers des six mille teinturiers, et que l’on doive bientôt constater que les grandes usines, celles de Gillet notamment, ne débrayent pas. Déterminés à ne pas céder, les patrons misent aussitôt sur le pourrissement de la situation, et refusent d’entrer en pourparlers avec la commission de grève : les tentatives de médiation du maire Edouard Herriot, comme du juge de paix, butent sur l’intransigeance de l’ensemble des patrons, grands et petits, bien décidés à briser la puissance du syndicat ouvrier. Comme celui-ci, fort de la détermination des grévistes, espérait au contraire ouvrir à la longue une brèche dans le front patronal, la grève s’éternisa. Finalement, à bout de forces, les ouvriers teinturiers durent reprendre le travail sans avoir rien obtenu.

15Pendant un mois et demi, les manifestations de me furent quotidiennes : ne firent exception que deux dimanches de grève, le jeudi 9 décembre, où la réunion de l’après-midi à la Bourse du travail se prolongea en raison de divergences entre les assistants sur l’organisation des soupes populaires et la répartition des secours ; et enfin les 24, 25 et 26 décembre. Mais, passés ces jours de fêtes, les manifestations ne reprirent pas et sans doute faut-il y voir l’indice de la lassitude des grévistes alors sans autre perspective que d’attendre une hypothétique rupture du front patronal. Durant les deux dernières semaines de la grève, il ne s’en produisit plus qu’une, d’ailleurs fort agitée, le 30 décembre : ce fut une sorte de baroud d’honneur à la veille de la dernière assemblée générale qui vota la poursuite de la lutte : huit jours plus tard, la reprise du travail était décidée par l’assemblée...

  • 26 Express du 22. 11. 1900 (ADR, 10 MpC17) : « l’intérêt des meneurs de la grève (des employés de tra (...)
  • 27 « Charvet insiste pour que chacun fasse énergiquement son devoir dans les manifestations pour prou (...)
  • 28 Ibid., com. spé., 15. 11.

16Le caractère quotidien des manifestations ne doit cependant pas prêter à confusion : à aucun moment elles ne sombrent dans la routine. Elles sont quotidiennes au même titre que les assemblées générales des grévistes qui leur donnent naissance : comme l’avaient remarqué des contemporains hostiles26, et comme nous l’ont rappelé les historiens des grèves de la fin du dix-neuvième siècle, il s’agissait pour la commission de grève de maintenir l’ardeur de ses troupes, et pour celles-ci de s’assurer de la fidélité des dirigeants aux directives de l’assemblée. Les manifestations, elles, visaient à occuper les grévistes qui auraient pu être tentés de délaisser le combat collectif au profit d’activités privées. Quelle que soit la détermination des grévistes, la tentation en était manifestement forte : on devait fréquemment leur rappeler l’utilité des manifestations, et l’on alla jusqu’à retarder l’heure des soupes communistes pour que les participants aux réunions du matin ne s’y rendissent pas directement, sans manifester préalablement27. D’autre part, sauf dans les tout premiers jours, la manifestation ne réunissait pas la totalité des assistants à la réunion : entre le quart et la moitié s’éclipsait ordinairement dès la sortie. Pour peu que l’on s’engageât dans une expédition plus longue qu’à l’accoutumée, et que l’on quittât la rive gauche, la manifestation tournait à la débandade : le 15 novembre, partis à quinze cents de la Bourse du travail, les manifestants se retrouvèrent deux à trois cents devant l’usine Gillet, quai de Serin28. L’on n’y revint plus.

  • 29 La première, incontestable succès d’après le Progrès (22. 11 ; deux mille personnes, « l’une des m (...)

17Si donc on manifestait quotidiennement (et même parfois après la réunion du matin et celle du soir), objectifs et formes de ces manifestations, déterminés par une commission ad hoc, varièrent tout au long du conflit. Jusqu’à la fin du mois de novembre, les manifestations se produisirent dans la matinée, devant les usines qui travaillaient encore : mais alors que dans tout les premiers jours, l’on s’efforça sans grand succès de débaucher le personnel des grandes usines par une présence massive et calme à leurs portes, la commission renonça, à partir du 18 novembre, aux grandes manifestations devant les « forteresses du patronat» pour se contenter de provoquer des rassemblements devant les ateliers, rassemblements auxquels on se rendait désormais par petits groupes. Avec les premières défections, on en revint ensuite à des manifestations en colonne, mais en concentrant les efforts sur des entreprises de taille moyenne, où le travail semblait devoir reprendre (24-30 novembre) ; dans le même temps, les grévistes s’efforçaient de gagner la sympathie de l’opinion publique par une grande manifestation en ville, le dimanche 21 novembre ; une semaine plus tard ils récidivèrent et commencèrent à organiser des meetings29.

  • 30 Secrétaire général pour la police, 1. 12.
  • 31 Secrétaire général pour la police, 6. 12 : les patrons veulent faire apposer des affiches pour «di (...)
  • 32 Sept cents personnes, selon le com. spé., six cents selon le secrétaire général (6. 12). Cette foi (...)

18Devant le refus obstiné des patrons, « les orateurs qui jusqu’à ce jour avaient préconisé le calme commencent à conseiller à mots couverts la violence30 » ; et l’on changea de tactique : « les réunions auront désormais lieu à trois heures du soir afin de pouvoir manifester à la sortie des usines la nuit ». Lancées à la faveur de l’obscurité, les premières pierres font voler les vitres des usines en éclats ; des bagarres commencent à opposer les manifestants aux agents et aux « renégats » ; et la tension monte d’autant plus que les teinturiers exaspérés ont le sentiment que leur combat rencontre la sympathie de la population31 ; la manifestation de soutien organisée par la Bourse du travail dans les rues de la ville, le dimanche 5 décembre, connut d’ailleurs un succès relatif32.

  • 33 Ils firent placarder sur les murs de la ville, le 13 décembre, une affiche intitulée « Si le sang (...)
  • 34 N’en soyons pas entièrement dupe, car certains faits peuvent contredire les discours. La veille de (...)
  • 35 Ou comment l’action directe, apparemment summum du radicalisme ouvrier, peut être considérée comme (...)
  • 36 Com. spé., 25 et 28. 12.

19Aussi les manifestations devant les usines cessent-elles de se faire en colonne : pour dérouter la police, ou tomber sur les non-grévistes, mieux vaut se disperser en petits groupes mobiles. Mais en même temps croît le risque de dérapage : c’est pourquoi la commission de grève semble avoir essayé, après les premières arrestations, de calmer le jeu, et de faire reprendre les manifestations en colonne. Cependant, comme les forces de l’ordre étaient également devenues plus agressives, la situation se détériora rapidement, et des affrontements violents se produisirent, devant les usines, entre colonnes de manifestants et gardiens de la paix. Les syndicalistes paraissent avoir craint le pire33, et l’on observera que dans la semaine de Noël, où l’exaspération des grévistes était à son comble, tout en radicalisant leur discours34, ils eurent recours à des formes d’action variées, propres à satisfaire leurs troupes tout en les exposant le moins possible à la répression, et en s’éloignant donc des usines et des quartiers ouvriers. On demande en assemblée générale « cinquante jeunes gens pour un travail pressé » ; et ceux-ci partent au pas de course briser les vitres d’une usine non gardée... On va manifester en ville, le lundi 20, à la sortie de l’assemblée générale, et l’on se dirigeait vers l’Hôtel de Ville lorsque la voie fut barrée par les forces de l’ordre... Enfin, les jours suivants, peut-être sur les conseils de Lemoux, délégué par la direction de la CGT pour suivre le conflit, et propagandiste de l’action directe, l’on s’efforça (sans grand succès) de s’attaquer aux camions qui rapportaient les pièces teintes aux négociants en soieries, dans le quartier de la place Tholozan35... L’appel à de grands meetings de solidarité déboucha sur peu de chose : douze cents personnes à la Bourse du travail le vendredi 24 au soir, trop tard pour aller manifester ; quatre cents seulement, malgré la participation du syndicat des terrassiers le dimanche après-midi et l’on est cette fois-ci trop peu nombreux36...

  • 37 La manifestation constitue en ces premières années du vingtième siècle un véritable spectacle de r (...)
  • 38 Herriot n’avait pas seulement agi comme médiateur, mais avait aussi soutenu l’organisation des sou (...)

20De ce récit se dégagent trois types de manifestations, employés alternativement ou conjointement. Les premières résolument pacifiques, prennent de préférence la forme de cortèges partant de la Bourse du travail pour se rendre devant les usines, c’est-à-dire dans des quartiers ouvriers, périphériques. Mise en scène et affirmation du groupe des travailleurs, elles visent à en démontrer l’unité et la puissance à l’usage des non-grévistes, ouvriers des grandes usines, qu’il s’agit de débaucher. Ce sont donc des manifestations de semaine. Les manifestations du deuxième type, visant à impressionner l’ensemble de la population, doivent elles aussi être pacifiques, mais se dérouleront nécessairement dans les grandes artères des quartiers centraux, le dimanche : un jour où les badauds seront particulièrement nombreux, et susceptibles de venir par simple curiosité37. Dans ce cas-là, il faut que les manifestants portent des pancartes, pour faire connaître leurs revendications et l’on doit défiler : la longueur du cortège, son ordonnance et la discipline devaient propager dans l’opinion une image positive des grévistes, afin d’influencer les pouvoirs publics, le préfet et surtout le maire, que l’on savait relativement bien disposé à leur égard38. Le troisième type de manifestation enfin, que l’on pourrait dire d’« action directe » s’oppose aux deux autres en ce qu’il vise l’adversaire, c’est à dire le patronat ou les non-grévistes considérés désormais comme des jaunes ou des renégats, et que la violence, au moins symbolique, en fait partie intégrante. Dans ce cas, la manifestation peut prendre la forme d’un cortège agressif, mais c’est assez rare sauf à chercher délibérément l’affrontement avec les forces de l’ordre ; mieux vaut donc disperser les manifestants, en petits groupes mobiles placés aux abords des usines au moment des entrées et des sorties (en semaine nécessairement).

  • 39 ADR, 10 MpC23, grève du tissage mécanique, com. spé., 4. 01. 1904. Après la manifestation de la ve (...)
  • 40 Ce qui ressemble le plus aujourd’hui aux « turn-out » se déroule à l’intérieur même des grandes us (...)

21Naturellement, les trois types ne sont pas aussi clairement distingués dans la réalité des conflits, et il suffit par exemple d’un incident mineur pour que l’on passe du premier au troisième. Cela explique pourquoi les travailleurs en lutte voulurent très vite considérer comme acquis le droit à la rue. Défendre le droit de manifester, pour les dirigeants ouvriers, c’était se réserver la possibilité du troisième type d’action (qui pouvait s’avérer fort efficace), à partir des deux autres, dont le pouvoir politique avait d’une certaine manière toléré l’existence à partir du tournant du siècle39. Mais une telle distinction permet de dégager nettement les diverses fonctions de ce que l’on appelait manifestations, les premières ayant surtout pour but de renforcer la cohésion du groupe et de débaucher les hésitants, et correspondant à ce que les Britanniques appelaient « turn-out » ; les secondes ayant pour cible l’opinion et plus ou moins directement les pouvoirs publics ; les troisièmes visant directement l’adversaire et indirectement les autorités – et de rechercher ainsi les effets que les différents groupes professionnels attendaient de l’occupation de la voie publique, s’ils y recouraient. Et comme il est clair que ce que nous entendons aujourd’hui par manifestation de grève s’apparente beaucoup plus au deuxième type de manifestation qu’au premier ou au troisième40, nous rechercherons quels furent les promoteurs de ce type de manifestation, dont la cible est avant tout l’ensemble de l’opinion publique, et à quelles conditions ils ont pu en devenir les hérauts

La cohésion interne du groupe

  • 41 Étant donné la puissance et la discipline des organisations ouvrières lyonnaises, ainsi que la fai (...)

22C’est là une dimension fondamentale de tout cortège gréviste, même si les manifestations de débauchage, comme celles menées par les teinturiers, étaient en fait assez rares au cours des grèves lyonnaises41. En effet, la cohésion des grévistes est un atout essentiel dans leur lutte contre le patronat : or, dès lors que la lutte associe des travailleurs qui ne se côtoyaient pas toujours quotidiennement avant la grève, ou même qui n’avaient presque rien en commun, son maintien est une entreprise délicate, beaucoup plus difficile dans le cadre tentateur d’une grande ville que dans celui d’une agglomération exclusivement ouvrière, ou d’une banlieue.

  • 42 ADR,10 MpC45, corn. spé. 5. 05.1910.
  • 43 ADR, 10 MpC51, com. pol. Bourse, 17-21. 04. 1913.

23C’est donc une des justifications les plus souvent avancées par la commission de grève lorsqu’elle proposait à ses mandants de sortir dans la rue : ainsi en 1910, après une réunion houleuse à la Bourse du travail, où certains terrassiers ont reproché à la commission de manquer d’énergie « il est décidé qu’à la sortie les grévistes manifesteront en ville, pour démontrer qu’ils sont unis et désirent poursuivre la lutte42 ». Les groupes les plus fragiles, les moins solidement organisés, en ressentaient plus fortement la nécessité. Les cortèges des tailleurs d’habits d’avril 1913, qui scandent bruyamment en plein centre-ville « le tarif ! », « Vive la grève ! », « Vive le syndicat ! », surprennent même les commissaires de police habituellement blasés : parmi les quelque deux cents manifestants, des boiteux, des bossus et des femmes avec ou sans enfants – « l’une d’elles avait même un enfant et un chien tenu en laisse43... »

  • 44 ADR, 10 MpC37, com. spé. 11. 08. 1905, grève des terrassiers.
  • 45 Ibid., gardiens de la paix, 10. 08. 1905.
  • 46 Quelques jours après, toute la corporation fut convoquée à la levée du corps de Jean Bonichon, mai (...)
  • 47 ADR, 10 MpC 24, com. spé. 24 et 26. 11. 1903, Peuple (29. 11) et Express de Lyon (26. 11) ; 4M259, (...)

24Quelles que puissent être l’hétérogénéité du groupe et les divergences entre grévistes, l’unité se ressoude instantanément dans certaines circonstances : d’abord si l’un d’eux vient à être houspillé, ou appréhendé par la police. « L’assemblée [des terrassiers] décide (...) que tous les grévistes suivront le drapeau rouge qui précèdera la manifestation en guise de protestation contre la police, et iront réclamer, par la force s’il le faut, la mise en liberté du camarade détenu44 », et les voilà partis au nombre de trois cents, « en tête desquels marchaient une dizaine de femmes », d’abord vers le poste de police de la rue Cuvier, puis vers le Palais de justice, où l’on pensait pouvoir retrouver le prisonnier. Après une halte au Progrès, les manifestants s’engagèrent sur le pont Tilsitt, et n’hésitèrent pas à tenter de forcer le barrage d’agents45... Ensuite, la mort d’un ouvrier gréviste, ou un deuil qui frappait l’un quelconque d’entr’eux, à plus forte raison s’il exerçait ou avait exercé une responsabilité quelconque dans le syndicat. Ainsi, quatre cortèges funéraires marquent la grève des apprêteurs de tulle de novembre-décembre 1903, à commencer par le convoi de Jean Allamel, mort de la tuberculose à 27 ans, ex-secrétaire adjoint du syndicat. L’immortelle rouge à la boutonnière, toute la corporation en grève depuis deux jours partit de la Bourse du travail assister à la levée du corps, mais la famille ayant choisi des obsèques religieuses, le millier d’assistants refusa d’entrer dans l’église, forma le carré sur la place Saint-Pothin, et tint à marquer ensuite sa désapprobation en laissant un espace entre la famille qui suivait immédiatement le corps et les porteurs des couronnes des grévistes, des employés de la maison Dognin, en grève également, et de l’association des jouteurs46. Derrière les couronnes, les membres du bureau du syndicat, toute la corporation. À la sortie du cimetière, après les discours du secrétaire de la fédération des syndicats, puis d’un conseiller prud’homme, les grévistes regagnèrent la Bourse du Travail en chantant l’Internationale et la Carmagnole. Des femmes quêtaient sur le parcours47.

  • 48 À la fin de l’assemblée des maçons qui, le 9 mai 1897, vota la grève générale, le président invita (...)

25Les convois funéraires ne sont pas des manifestations à proprement parler. Il n’empêche que leur rôle est probablement fondamental dans la naissance de la manifestation. Si celle-ci apparaît si soudainement dans les grèves, dès que la vigilance des autorités se relâche quelque peu, c’est qu’elle ne naît pas ex nihilo, mais qu’elle sourd d’une sociabilité populaire et ouvrière qui s’exprimait déjà par ces cortèges, que l’on avait toujours dû tolérer48. Même dans une grande ville comme Lyon, les syndicats ouvriers du début du vingtième siècle avaient gardé quelque chose de la tradition mutualiste : ils représentaient sans doute pour leurs membres bien plus que de simples organisations de défense de leurs intérêts économiques, à quoi nous serions tentés de les réduire.

L’action directe

  • 49 E. Shorter, Ch. Tilly, « Le déclin de la grève violente en France... », pp. 109-110.

26Intransigeant sur l’unité du groupe des travailleurs, ce que prouve notamment le nombre croissant de grèves dont l’enjeu était la reconnaissance du syndicat et le contrôle syndical de l’embauche, le syndicalisme révolutionnaire se proclamait également partisan de l’action directe. Le sens exact que donnaient à cette expression les dirigeants de la C.G.T. n’est pas toujours parfaitement clair, mais les contemporains, considéraient que les syndicalistes prônaient ainsi l’action violente à l’égard des jaunes et des patrons, et l’assimilaient à des pratiques telles que la chasse aux « renards », ou à des actes de violence vis-à-vis des personnes ou des biens. Certains métiers en particulier défrayaient la chronique, et l’on a pu montrer que leur réputation n’était pas injustifiée49 : au premier rang des accusés, le bâtiment, les métiers de l’alimentation ou les coiffeurs...

  • 50 ADR, 10MpC 37, gardiens de la paix, gendarmes de la Demi-Lune, 7. 08., et com. spé., 10. 08.

27Un point commun à ces professions : leurs grèves n’étaient pas marquées par des manifestations nombreuses, puisque ces dernières dépassaient rarement deux à trois cents participants. Cela peut paraître surprenant pour les ouvriers du bâtiment, le nombre des maçons lyonnais s’élevant à près de quatre mille, celui des plâtriers-peintres dépassant deux mille et les terrassiers approchant du millier. Mais la grève pouvait être totale sans que pour autant les grévistes soient nombreux à Lyon : le conflit se prolongeant, beaucoup quittaient la ville pour aller s’embaucher à la campagne ou dans les petites villes alentour, laissant les plus déterminés organiser une surveillance attentive autour des chantiers ou des maisons en construction. La dispersion des lieux à surveiller était telle, en particulier pour les maçons, qu’une seule colonne de grévistes n’aurait pu parcourir toute la ville pour imposer la cessation du travail : il en aurait fallu trois ou quatre. Comme les effectifs des chantiers étaient souvent faibles, le passage discret d’une demi-douzaine de grévistes et les menaces proférées étaient d’une efficacité bien supérieure. Ajoutons que les tentatives parfois faites en début de grève pour aller imposer la cessation du travail à tous les chantiers de l’agglomération étaient aussi éprouvantes que vaines : prenons l’exemple de l’expédition menée vers Tassin-la-Demi-Lune par cent cinquante grévistes terrassiers, suivis par quelques agents, dans la matinée du 7 août 1905. Elle leur permit certes de quêter dans les rues de cette localité (mais sans doute de façon moins profitable qu’à Lyon même), de débaucher une dizaine de « renards » (la plupart se remirent au travail une fois que les grévistes eurent quitté les lieux), mais lorsqu’ils revinrent à Lyon en début d’après-midi « complètement harassés, (ils) ont déclaré ne plus vouloir sortir de la journée ». Le surlendemain, on aurait entendu des grévistes expliquer à mi-voix après une autre expédition à Couzon-au-Mont-d’Or qu’« ils préféreraient travailler plutôt que de faire des marches forcées ou des quêtes dont ils se plaignent de ne toucher qu’une faible partie50 ». Dans ces conditions ne surprendront ni les bagarres entre grévistes mêmes, ni la nécessité de manifestations périodiques pour démontrer l’unité des travailleurs en lutte ; et l’on comprendra aussi que la tolérance que manifestaient les autorités au passage dans le centre-ville de colonnes de grévistes quêteurs, écriteau en tête, ait été assez réduite : il suffisait de barrer les ponts dès que l’on pressentait des incidents, puis d’interdire les manifestations.

28Bien moins nombreux, mais tout aussi remuants, les travailleurs de l’alimentation, notamment les ouvriers boulangers, pâtissiers ainsi que les coiffeurs, les préparateurs en pharmacie, et même les employés de grands magasins. Eux descendent très fréquemment dans la rue : plus du tiers de leurs grèves donnent lieu à manifestation ou rassemblement, proportion qu’aucun autre groupe n’atteint. Et pourtant, à s’en tenir aux seules grèves, on minimiserait encore l’importance de leur action sur la place publique : à partir de 1902, leurs syndicats les incitent souvent à manifester devant les magasins ou les boutiques, pour obtenir la fermeture du dimanche après-midi, l’observation du repos hebdomadaire, ou la limitation des horaires d’ouverture.

  • 51 Lois de la grève des boulangers de janvier 1901, cinq à six cents grévistes parcoururent pendant p (...)

29Pourquoi ce recours systématique à la pression de la rue et à la manifestation, qui fit leur réputation d’extrémistes et de chauds partisans de l’action directe ? Observons tout d’abord que l’unanimité dans la grève est pour eux un objectif beaucoup plus difficile à réaliser que pour la plupart des autres corporations. Les syndicats semblent avoir été longtemps faibles, leurs membres étant dispersés dans toute la ville et dans ses faubourgs, et travaillant dans de toutes petites entreprises : lorsque les patrons coiffeurs ou boulangers emploient des salariés, le nombre de ceux-ci ne dépasse pas quatre ou cinq ; la majorité n’ont qu’un ou deux employés. De là l’importance pour le syndicat d’affirmer dans la rue sa cohésion et son emprise sur la profession, lorsqu’elle est effective51. Mais de là aussi la tentation de suppléer à l’unanimité des ouvriers par la vigueur des interventions : il faut faire quitter leur travail aux non-grévistes ou aux tièdes ; il faut aussi essayer d’obtenir que les petits patrons sans employés ne viennent pas se mettre en travers du mouvement...

  • 52 ADR, 10 MpC50, grève des ouvriers pâtissiers-biscuitiers (com. spé., 5. 12. 1913) : ils « ont mani (...)
  • 53 ADR, 10 MpC5, Com. pol. Bellecour 4. 08. 1890, et secrétaire général pour la police, 9. 08.
  • 54 ADR, 4M266, manifestations d’octobre et novembre 1902, les dimanches évidemment. « Gens humains, n (...)
  • 55 ADR, 10 MpC35, mouvement des employés de commerce, mai-juin 1905, qui débouche le 26 juin sur une (...)
  • 56 Les autorités locales pouvaient accorder des dérogations, et, par souci électoral, ne s’en faisaie (...)

30L’autre élément à prendre en considération tient à la nature des revendications et aux moyens de pression dont disposaient les travailleurs de ces corporations. La grève n’était pas seulement difficile, elle était aussi peu efficace. D’abord parce que subsistaient dans ces secteurs d’activité des statuts non salariaux : les garçons de café, par exemple, n’étaient rémunérés que par les pourboires des clients, dont ils devaient encore reverser une partie à leur patron, et certains employés de commerce étaient rémunérés à la commission... Dès lors, les parties prenantes au conflit n’étaient pas deux (employeur et employés), mais trois (employeur, employés, clients) : on ne pouvait atteindre l’employeur qu’en s’assurant la sympathie des clients, laquelle ne pouvait être gagnée que par la publicité, c’est à dire par le recours à la manifestation52. Ensuite, parce que les principales revendications ne portaient pas sur les rémunérations, mais sur des faits de discipline (dans les grands magasins, surtout), ou sur la durée et les horaires de travail. Là encore, la prise à témoin du public est indispensable : à défaut d’obtenir le boycott des magasins récalcitrants, on espère attirer l’attention de la presse et des milieux politiques. Les premiers à tenter ce type d’actions semblent avoir été des employés de magasins de confection, manifestant l’après-midi du dimanche 4 août 1890 au cri de « Fermera ? Fermera pas ? » devant un magasin de la rue de la Barre. La presse conservatrice en parla avec sympathie, et pour cause : l’enquête conduite par la police conduisit à mettre en cause la Ligue populaire pour le repos du dimanche, fondée l’année précédente sous le patronage du député Aynard et de l’industriel Gillet53. Mais des méthodes semblables, avec distribution de tracts et panneaux promenés au bout d’une perche, furent employées par le syndicat des employés de commerce affilié à la Bourse du travail, dans la campagne qu’il mena sur le même thème en 190254, puis en 1905 et 190655 ; une fois le repos hebdomadaire obtenu à Lyon, puis consacré par la loi (1906) les employés de commerce s’efforcèrent d’obtenir la fermeture des magasins à sept heures du soir (décembre 1911-janvier 1912)... L’efficacité de ce type d’actions semble avoir été réelle, notamment auprès des plus grandes maisons de commerce : l’action directe payait. Mais ses résultats demeuraient fragiles auprès de plus petits commerçants, coiffeurs, pharmaciens... manifestement récalcitrants, souvent teigneux, et vis à vis desquels le pouvoir politique ne montrait pas beaucoup d’énergie à faire respecter la loi56. Dès lors, la manifestation devait être répétée et risquait de tourner à l’affrontement, aux coups ou aux bris de vitrine : minoritaire, elle ne se dégageait pas encore tout à fait de l’émeute.

Prendre à témoin l’opinion

  • 57 Dans le cas des traminots, des postiers et des cheminots, il ne s’agit pas de grève générale, puis (...)

31Il n’y aura pas lieu d’être surpris de voir les terrassiers et les coiffeurs défiler derrière leurs bannières syndicales dans beaucoup de cortèges intercorporatifs : fer de lance de l’anarcho-syndicalisme lyonnais, les premiers assuraient même le service d’ordre des manifestations de l’immédiate avant-guerre. Il n’empêche que ce ne sont pas eux qui en ont été les inspirateurs, mais des corporations à la fois nombreuses, plus concentrées et plutôt moins combatives : les traminots, les postiers, les cheminots, voire les tisseurs et les teinturiers57.

  • 58 Victor Darme, dirigeant (guesdiste) du syndicat O.T.L., 20. 11. 1900 (Progrès de Lyon, 21.11. 1900 (...)
  • 59 Salut public du 22. 11. 1900, in ADR, 10MpC17. Le Progrès du lendemain signale que derrière le bur (...)
  • 60 La bande en question l’avait copieusement conspué, et acclamé au contraire les journaux radicaux e (...)

32« Faites une manifestation paisible et calme et vous montrerez ainsi au public lyonnais que tout en ne cédant pas un seul de vos droits, vous savez conserver la dignité qui convient à des travailleurs58 ». Le mercredi 21 novembre 1900, à la sortie de la Bourse du travail, les traminots grévistes de l’O. T. L., tous en tenue, se rangèrent par files de quatre, derrière un drapeau tricolore et le bureau de leur syndicat ; ils se dirigèrent en silence par le cours et le pont Morand vers la place des Terreaux, pour remettre une lettre au maire de Lyon, qu’ils acclamèrent. Sur le reste du parcours, jusqu’à la place des Cordeliers et le Grand Théâtre, par la rue de la République, le pont de la Guillotière, le cours Gambetta, le cours de la Liberté et le pont Lafayette, pas d’autre cri sauf « Vive le syndicat ! » devant le domicile du président du conseil d’administration de la compagnie O.T.L. : « on aurait cm, à les voir défiler, qu’ils suivaient un convoi funèbre59 ». Le seul élément de trouble vint de la police qui finit par vouloir s’emparer du drapeau tricolore sur la place des Cordeliers. Sinon, aucun détail n’avait été laissé au hasard, puisqu’il fallait combattre l’impression mitigée qu’avaient laissée à la presse réactionnaire – et par elle à une partie de l’opinion – les manifestations et les heurts des deux journées précédentes : l’Express de Lyon avait même osé parler d’« une bande avinée de gens sans aveu, qu’escortent quelques grévistes60 »...

  • 61 ADR, 4M266, manifestation des travailleurs des chemins de fer, 13. 03. 1910. Pour la grève, Progrè (...)

33Si cette manifestation fit sensation, c’est qu’elle était la première de ce genre. Les employés de tramway tenaient à ce que leur image dans l’opinion ne souffrît pas de leur grève, et que la municipalité pût s’entremettre entre eux et la compagnie. De telles situations se reproduisirent bientôt : lorsque les facteurs se mirent en grève en mars 1909, ils évitèrent de se rendre à la Bourse du travail, mais leurs défilés dans les mes de Lyon observèrent la plus grande discipline ; lorsque les cheminots veulent attirer l’attention sur leurs revendications au printemps 1910, lorsqu’ils se mettent en grève à l’automne, leurs défilés derrière le drapeau rouge sont des modèles d’ordre et de discipline : on craint si peu les incidents que les femmes des grévistes participent aux cortèges61... Et l’on aurait presque l’impression que seule la crainte du paradoxe, et du ridicule, retint les gardiens de la paix d’en faire autant quand ils cessèrent le travail au printemps 1905.

  • 62 ADR, 10 MpC25, corn. spé. 22. 12. 1901.

34L’on aurait tort de croire cependant que ce type de manifestation était réservée aux employés de ce que l’on appelait déjà des services publics, même si eux l’adoptèrent les premiers, et s’y tinrent. Les teinturiers y recoururent aussi en 1909 ; lors de la grande grève de décembre 1903, les apprêteurs et teinturiers, ainsi que les tisseurs l’avaient également fait, avec moins de succès. En cette dernière occasion, le préfet n’avait pas été le seul scandalisé par les chants obscènes entendus me de la République, la commission de grève aussi : et elle avait donc estimé qu’il fallait « marcher par trois ou quatre le plus par rang et englober les petits jeunes au milieu des personnes sérieuses, afin d’éviter que quelques voyous se glissent parmi les jeunes gens qui se placent toujours à l’arrière62 » ; et s’efforcer de rester groupés par « maison » pour éliminer les intrus et ne pas risquer de perdre la sympathie de la population.

  • 63 Par exemple le lundi 22 octobre 1906, la manifestation des travailleurs de la soirie, avec des dél (...)
  • 64 À la différence des ouvriers du bâtiment, très mobiles et souvent d’origine rurale, tisseurs et te (...)

35C’est que dès lors qu’une décision ou qu’une grève concernait une branche industrielle cruciale pour l’activité de la cité, voire de la région63, qu’elle mettait (ou menaçait de mettre) au chômage un grand nombre de chefs de famille, que les ressources commençaient à faire défaut, il était du devoir des administrateurs de s’entremettre. Or, si Paris était loin et le préfet ordinairement distant, on savait rappeler au maire, aux conseillers municipaux, aux députés même, socialistes ou radicaux, qu’ils dépendaient après tout de l’opinion et des suffrages populaires. Dans ce contexte, la réussite d’une manifestation, l’image que devait en donner la presse commencent à représenter un enjeu crucial pour certains groupes de travailleurs, ceux des services publics, mais aussi les moins mobiles, les mieux enracinés dans la cité64.

Luttes ouvrières et révolution

36Les manifestations décrites jusqu’ici étaient directement liées à un conflit en cours. Elles s’inséraient dans des stratégies de grève précises, qu’elles se soient fixé des objectifs d’action directe, contre le patronat, la maîtrise ou les jaunes, ou qu’au contraire elles aient eu pour but de permettre, par les collectes auxquelles elles donnaient lieu, la prolongation de la lutte ouvrière. Par conséquent, ces manifestations ne comportaient qu’exceptionnellement la participation de travailleurs appartenant à d’autres groupes ou corporations, hormis le cas où par un rassemblement aux portes de l’usine, s’exprimait la solidarité de tout un quartier ; leurs effectifs étaient donc a priori limités, et l’on s’en satisfaisait aisément, puisque les éléments extérieurs au métier ou au syndicat étaient vus avec suspicion.

  • 65 ADR, 10 MpC5, com. spé. 19 et 23. 06. 1890 et préfet, état récapitulatif des grèves de 1890.
  • 66 ADR, 10 MpC49, com. spé, 16 et 18. 03. 1912 (grève Leplant).

37Un tel état de choses ne doit pas surprendre : pour aller manifester en semaine, il faut disposer de temps libre dans la journée. Mis à part les sans-travail, ordinairement peu nombreux et inorganisés, les grévistes ne peuvent donc pas compter sur grand monde pour grossir leurs cortèges. Étaient cependant disponibles les grévistes d’un autre métier, ou d’une autre entreprise ; il y eut donc des manifestations communes. Mais il est frappant de constater qu’elles n’étaient pas fréquentes, et que les rapports entre les groupes de grévistes étaient rarement excellents. Lorsqu’en juin 1890, par exemple, on retrouve simultanément engagés dans un conflit les ouvriers du gaz des usines de Lyon et de Villeurbanne, bon nombre de teinturiers et les tailleurs de pierre de huit chantiers, et que les premiers envisagent une manifestation commune, les autres accueillent la proposition avec indifférence, et l’échec est complet : une soixantaine de personnes au rendez-vous fixé, place de l’Abondance65. Encore pourrait-on alléguer à cette époque l’inaccoutumance des travailleurs à ce genre de démonstration, même après le premier Premier Mai. Mais une vingtaine d’années plus tard, il n’en va guère autrement. Certes, en 1911-1912, sans doute sous l’impulsion de l’Union des syndicats, se produisirent quelques jours durant des manifestations qui regroupaient les travailleurs en lutte au même moment : les jardiniers, les garçons tripiers et les ouvrières et ouvriers grévistes de la maison Esders, en mars 1911 ; les grévistes de la maison Leplant (fabrique de chaussures) et les employés de commerce de La France moderne et du Paris-Lyon en mars de l’année suivante. Mais la dispersion géographique des lieux de manifestation rendait l’unité problématique, du moins dès que l’on ne se contentait pas d’une promenade de quêteurs au centre-ville : ainsi, le samedi 16 mars 1912 au soir, les grévistes de La France moderne après avoir manifesté avec les ouvriers en chaussures devant les magasins du Paris-Lyon, à proximité du pont Lafayette, jugèrent vers 7hl/2 que la manifestation devant l’usine Leplant, à Villeurbanne, avait assez duré, et craignant des incidents, ils abandonnèrent leurs camarades. En représailles, ceux-ci ne daignèrent donc pas paraître à la grande manifestation du lendemain matin66...

  • 67 ADR, 10 MpC34, com. spé. 12. 06. 1905, et 10MpC36 (grève du factage) gardiens de la paix, 11. 06. (...)
  • 68 Le commissaire spécial, optimiste, escomptait le 8 près de deux mille manifestants, dont un demi-m (...)
  • 69 ADR, 10 MpC48, com. spé., 17 et 18. 03. Y participaient notamment « les maçons, les menuisiers et (...)
  • 70 ADR, 10 MpC48, com. spé., 17. 06. 1912.

38Le rôle des grandes organisations intercorporatives apparaît donc crucial. Dès lors qu’un conflit important se prolonge, les grévistes doivent faire appel à la solidarité des travailleurs appartenant à d’autres corporations. Solidarité financière d’abord, qui ne semble pas marchandée. Mais cela ne suffit en général pas ; il faut montrer à tous, notamment à l’adversaire, et aux médiateurs possibles (c’est à dire la municipalité ou les responsables de l’ordre public), que la classe ouvrière soutient ceux des siens qui sont engagés dans le conflit. Soit donc on organise une réunion publique à la Bourse du travail, en soirée, soit encore on lance un appel à une grande manifestation de solidarité pour le dimanche, jour où tous les travailleurs sont disponibles. Or ces manifestations sont très généralement des échecs retentissants. Lorsqu’au printemps 1905, dans le premier grand conflit de l’industrie automobile lyonnaise, le comité de grève envisagea au bout de trois semaines de lutte une imposante manifestation pour laquelle il fit appel à tous les métallurgistes, le résultat fut si piteux que l’on se dispersa sans même rentrer à la Bourse du travail... et, malgré les atermoiements des dirigeants syndicaux, il ne se présenta pas d’autre solution que de rentrer défaits à l’usine une semaine plus tard, « victimes de l’avachissement de la classe ouvrière à Lyon67 ». D’autres exemples : une manifestation de soutien aux teinturiers en grève, le 5 décembre 1909 : six à sept cents participants, soit à peine plus que le nombre des grévistes qui, la semaine précédente, manifestaient en colonne dans les mes de la rive gauche et devant les ateliers. Manifestation de soutien aux grévistes de La France moderne, et du Paris-Lyon, les dimanche 10 et 17 mars 1912 : alors même qu’il s’agissait d’un conflit où l’opinion semblait favorable aux employés de commerce en lutte68, et que l’Union des syndicats et la Bourse du travail avaient invité leurs adhérents à manifester, l’on compta à peine deux cents manifestants le 10, et seulement cinq à six cents huit jours plus tard, après une semaine pourtant fertile en incidents69. Manifestation de soutien aux grévistes de Berliet, le 16 juin 1912 : cinquante personnes (alors qu’il y avait un millier de grévistes, et que trois jours plus tôt, deux cent cinquante allaient en cortège de la salle de la Famille, leur quartier général, à l’Unitaire, me Boileau70). Inutile de multiplier les exemples : à l’évidence, s’il existait bien une solidarité active et agissante, jusque dans la rue, au niveau du quartier, il n’y avait rien de tel à l’échelle de l’agglomération. On ne descendait pas dans la rue pour soutenir d’autres ouvriers en grève, et encore moins un dimanche. Quand pourrait-on alors s’y retrouver, quand donc l’unité de la classe ouvrière pourrait-elle se traduire en actes ?

  • 71 Ces occasions seront examinées dans le chapitre suivant.
  • 72 Voir les textes de Jaurès rassemblés et présentés par M. Rebérioux, sous le titre La classe ouvriè (...)

39Il faudrait qu’il s’agisse d’autre chose que de la lutte quotidienne, d’autre chose que de grèves concernant quelques dizaines, au mieux quelques centaines de travailleurs, et que l’enthousiasme ou l’indignation puisse gagner les masses ouvrières, bien au-delà du quartier ou de l’étroit cercle des militants les plus déterminés. Pour le dire nettement, soit il faudrait que la classe ouvrière soit mobilisée par un sentiment d’injustice ou un danger pressant, et dans ce cas la direction du mouvement n’est pas le fait du syndicat, mais de la presse ou des partis politiques ; or ceux-ci sont à la fois les organes d’unification ponctuelle d’une classe ouvrière divisée par la prégnance des métiers et l'instrument par lequel les luttes ouvrières se diluent dans un parti républicain sociologiquement beaucoup plus flou et idéologiquement moins cohérent71. Soit il faudrait que se trouvent simultanément en lutte plusieurs corporations assez nombreuses pour imposer au pouvoir réticent le droit à la rue... Mais l’enjeu est dès lors tout autre, car ce qui se profile derrière une grève massive, débordant les limites d’une branche industrielle, c’est la grève générale, autrement dit la révolution ouvrière. On sait l’importance de ce mythe, au sens sorélien, parmi les militants syndicaux, mais aussi dans les imaginations ouvrières, et les efforts de Jaurès pour en clarifier la notion et en préciser l’usage, tout en le restreignant72. Mais il importe de noter aussi que les pouvoirs publics n’étaient pas moins inquiets devant la perspective de ce type de situation, et que leur attitude vis-à-vis des manifestations massives s’en ressentait : on a déjà vu le cas des Premier Mai de 1890 et de 1891, interprétés à tort comme des tentatives de prise du pouvoir. Le même fait se reproduisit lors des deux seules occasions où l’on put craindre ou escompter que la totalité de la classe ouvrière lyonnaise allait croiser les bras, c’est à dire en décembre 1903 et en mai 1906, lors des deux plus grandes vagues de grèves des années 1890-1914. Les deux mouvements furent très différents, mais l’attitude du pouvoir fut la même : empêcher à tout prix que l’on passe de la grève à la rue, que l’unité de la classe ouvrière s’y réalise. Une situation qui associerait grève générale et manifestation était porteuse d’insurrection : c’est pourquoi, le 23 décembre 1903, le préfet du Rhône interdit les manifestations de grévistes, et dut, fait exceptionnel à Lyon, organiser un manège de cavaliers sur les places qui devaient servir de lieu de rassemblement. C’est pourquoi aussi le premier Mai 1906, les assistants au meeting révolutionnaire du Nouvel Alcazar furent chargés à la sortie par la police et les cuirassiers.

  • 73 ADR, 4M259, com. spé., 15.12. 03.
  • 74 ADR, 10 MpC28, com. spé., 23. 12. 1903.

40Du côté ouvrier, en revanche, les choses sont moins simples. Eux aussi, ou du moins une partie de leurs dirigeants, associent grève générale et révolution : autrement, comment comprendre les efforts, finalement vains, pour élargir le conflit de la teinture et de l’apprêt de novembre-décembre 1903 ? Parti des apprêteurs en tulle, qui se mirent en grève générale le 22 novembre, le conflit s’étendit d’abord à la totalité des apprêteurs sur étoffes et aux teinturiers, au début de la deuxième semaine de décembre, et enfin aux ouvriers et ouvrières du tissage mécanique le 20 du même mois. Mais il est avéré que les dirigeants du comité de la grève générale à la Bourse du travail ont espéré mieux : le commissaire spécial signalait le 15 décembre l’agitation entretenue à la compagnie OTL et il pensait alors qu’elle aboutirait73 ; c’est à cette occasion que, pour la dernière fois, d’après ses indicateurs, refirent surface dans une réunion des bureaux des syndicats, des propositions à l’évidence insurrectionnelles : « une manifestation de femmes et d’enfants qui irait réclamer du pain à la Préfecture, et (...) un assaut à donner aux forts de Lyon, pour se rendre maîtres de la ville ; mais ces diverses propositions n’ont pas été prises au sérieux74 ». On se contenta de publier un appel à manifester sur les places du centre de Lyon, malgré l’interdiction, pour l’après-midi du 25 décembre. L’appel à tous les syndicats du bâtiment pour qu’ils se joignent à la grève générale à partir du 26 décembre, ainsi que des projets de manifestation pour ce jour-là n’aboutirent pas.

  • 75 ADR, ibid., com. spé., 24. 12. 1903.
  • 76 ADR, 10 MpC24, 23. 12. 1903.

41Cependant, la liaison entre grève générale et manifestation apparaît beaucoup plus complexe du point de vue ouvrier : il subsiste chez les responsables syndicaux, comme d’une partie de la classe ouvrière, une défiance réelle vis-à-vis des risques inutiles que ferait courir une manifestation de masse qui se heurterait à l’armée. Les deux exemples choisis le montrent. D’une part, si en 1903, il y eut des manifestations communes aux tisseurs, apprêteurs et teinturiers, ce ne furent pas eux que l’on retrouva dans la manifestation d’ensemble avortée du 25 décembre, mais le comité d’action de la Bourse du Travail, dont plusieurs dirigeants furent d’ailleurs arrêtés ; celui-ci prétendait pourtant n’avoir d’autre but que d’« influencer les autorités au sujet des grèves actuelles75 ». D’autre part, les dirigeants des corporations engagées dans le conflit freinaient manifestement leurs troupes lorsque la situation se tendait : lorsque fut connue l’interdiction préfectorale de manifester, et que la majorité des tisseurs – les femmes tout particulièrement, nous dit-on – réunis en assemblée générale proclame son intention de passer outre, « quoi qu’il puisse arriver », la commission de grève leur explique que « si vous voulez faire une manifestation, soyez sûrs que votre commission n’aura pas peur et qu’elle se mettra à votre tête, mais elle estime que vous n’avez pas besoin de vous faire massacrer (...) ce que le pouvoir central veut, c’est que le sang coule pour satisfaire la bourgeoisie76 ».

  • 77 Quatorze des dix-neuf grèves qui débutent (polisseurs-nickeleurs, chaudronniers en cuivre, en fer, (...)

42De la même manière, en 1906, la répression de la tentative de manifestation du 1er Mai et l’échec de la bruyante réception préparée à Clemenceau venu le surlendemain inaugurer un Hôtel des invalides du travail n’ont aucune influence sur le mouvement de grève : bien des corporations croisent les bras à partir du 2, pour obtenir la journée de huit heures, et elles vont tenir, sans incident, ni manifestation, durant plus de trois semaines. Il est juste de préciser que parmi les grévistes se trouvent beaucoup de métallurgistes77, peu enclins à employer la pression de la rue ; que la Bourse du travail est bien trop petite pour contenir tous les grévistes, qui doivent tenir des réunions successives ou bien la quitter pour les sièges de leurs syndicats respectifs, dispersant ainsi ce qu’on pourrait appeler le « potentiel manifestant ». Mais enfin, les teinturiers, grands manifestants s’il en est, ne se livrent pas non plus, durant ces trois semaines, à la moindre manifestation sur la voie publique...

43L’échec du mouvement de mai 1906 fut à peu près total. Non seulement la conjonction révolutionnaire des grèves corporatives n’a pas ébranlé la société, mais celles-ci, confinées dans les salles de réunion des syndicats, sont pratiquement passées inaperçues ; enfin des dix-neuf grèves déclenchées début mai avec des objectifs très similaires (limitation des heures de travail à huit ou neuf heures, et suppression du salaire aux pièces ou hausses de salaire) quatorze n’aboutirent à aucun résultat, et les cinq autres durent transiger : au total, des quelque quatorze mille grévistes, moins de deux mille obtinrent quoi que ce soit. Mourut donc au mois de mai 1906 l’espoir ou la crainte d’une révolution ouvrière à brève échéance. Et il devint possible, par la dissociation de trois phénomènes jusque-là amalgamés, d’user de la grève générale et de la manifestation de masse à d’autres fins, non révolutionnaires : désormais la classe ouvrière pourrait se servir de l’une ou de l’autre pour simplement faire pression sur le pouvoir. Or la grève générale s’avéra vite beaucoup plus difficile à manier dans des circonstances ordinaires que la manifestation en cortège...

  • 78 On aura noté qu’en 1914 défilaient des charpentiers allemands. Deux années avant, un drapeau rouge (...)

44Revenons pour conclure aux manifestations du Premier Mai, puisque la comparaison a été faite avec les autres manifestations ouvrières. L’on ne peut dire que le Premier Mai joue un rôle fondamental dans l’apprentissage de la manifestation pacifique, à moins de considérer qu’à partir de 1900 chaque Premier Mai qui passe infirme un peu plus, au yeux des autorités, la vieille assimilation entre danger de sédition et présence de foules dans la rue. Ce n’est pas en effet par le retour annuel de cette occasion de manifester que les travailleurs apprirent à défiler paisiblement dans les mes, mais au cours de grèves de leurs corporations, dans les épisodes qui devaient affirmer au yeux de tous que les ouvriers d’un même métier formaient un corps : dans les cortèges funéraires ou ce qu’on pourrait appeler, par dérision, des manifestations-processions... En revanche, on mesurera mieux l’importance des manifestations du Premier Mai des dernières années d’avant-guerre, si l’on songe que leurs effectifs, même maigrelets à nos yeux, sont nettement supérieurs à ceux des cortèges de grévistes, fussent-ils teinturiers ou cheminots, et surtout si l’on souligne la valeur symbolique exceptionnelle de ces défilés. C’étaient les seules occasions où s’affirmait dans la rue l’unité de la classe ouvrière par delà les métiers, voire par delà les frontières. Certes, le gros des troupes était fourni par les corporations en lutte à ce moment-là, mais l’essentiel était ailleurs, c’est-à-dire dans la participation au cortège de nombreux syndicats derrière leur drapeau, et parfois même d’ouvriers étrangers, défilant eux aussi en corps78. Prenaient tout leur sens dès lors les revendications inscrites sur les pancartes, ainsi que la présence en tête de colonne des dirigeants du mouvement ouvrier lyonnais, des responsables de la Bourse, de ceux de l’Union des syndicats... à qui vint s’ajouter chaque année à partir de 1909, le délégué de la C.G.T. qui devait prendre la parole au meeting : la première année Bousquet, puis Péricat, Yvetot, Boudet, Le Guéry, Merrheim enfin... Le défilé du Premier Mai participait ainsi à la construction d’une image de la classe ouvrière par les intéressés eux-mêmes : ils reconnaissaient la division de la classe ouvrière et tout à la fois la dépassaient par l’organisation locale et nationale, dans un effort pour affirmer leur autonomie vis-à-vis de l’État et des institutions bourgeoises Mais ils n’avaient pu imposer cette image à l’opinion qu’au prix de l’acceptation des règles implicites de la vie de la cité, puisque la police du cortège était faite par les militants eux-mêmes.

Notes

1 ADR, 10MpC30. Rapport sur les incidents de décembre 1903. Expédié le 7. 01. 1904.

2 M. Perrot, Les Ouvriers en grève, pp. 552-568.

3 ADR, 10MpC30. Télégramme de protestation adressé par le conseiller prud'homme Beau au président du conseil, le 23. 12. 1903.

4 Des orateurs, notamment anarchistes, évoquaient depuis longtemps l’exemple britannique. Mais il ne s’agit plus ici de propos de réunion publique : c’est à un président du conseil, le radical Emile Combes que l’on s’adresse.

5 La série de rapports la plus complète, celle des ADR, intégralement dépouillée, présente quelques lacunes : pour les principales, les premières années de la Troisième République, on a recouru aux archives nationales. Cela n’a pu être fait pour une partie des années 1890 et pour 1907-1908, années peu revendicatives selon la Statistique des grèves.

6 Les autorités en sont à noter les rassemblements silencieux d’ouvriers italiens se rendant à la justice de paix pour obtenir la convocation de leur patron (ADR, 10 MpCl, com. pol. Saint-Pothin, 3. 03. 1877).

7 Dans la première grève, on ne peut parler exactement de manifestation : des attroupements autour des usines (entre Gerland et la Mulatière), particulièrement en mai, lors d’une tentative patronale pour briser la grève. Des ouvriers arrêtés lors de la quasi-émeute qui vit le mobilier d’un non-gréviste jeté dans le Rhône, furent jugés et acquittés. Les grévistes semblent avoir considéré que l’on reconnaissait ainsi la justesse de leur cause, et quatre soirs durant, ils firent le siège des usines pour finalement l’emporter (com. spé. 10MpC3 et C4, 6 et 7.05., 28. 06.-1. 07. 1886). Dans la seconde, une seule manifestation, à la sortie d’une réunion, jusqu’aux Terreaux et retour « pour communiquer au conseil municipal les désirs des verriers » (com. spé. 10MpC7, 10. 06. 1891).

8 À part les convois funéraires, deux cortèges : l’un, le 12 juin, de la Bourse du travail vers un chantier ou l’on travaille après un mois et demi de conflit. Le lendemain dimanche, une tentative de défilé à l’arrivée à Perrache du député socialiste de la Creuse Desfarges, qui apporte des subsides et son soutien moral à ceux qui sont largement ses compatriotes : sur seize personnes arrêtées brutalement, quinze maçons, dont douze limousins... (ADR, 10MpC12, com. spé., 13 et 14. 06.1897).

9 Le 1er mai 1900, Le Peuple annonce que ses bureaux seront illuminés et pavoisés : « les drapeaux rouges auront une inscription, ce qui selon la loi (sic) de M. Waldeck-Rousseau inaugurée pour la fête du triomphe (de la République, à Paris, le 19 novembre 1899, V.R.), enlève à notre emblème tout caractère d’illégalité ».

10 Le Nouvelliste, 2. 05. 1900. « Il a fallu un ministère dreyfusard pour ranimer un peu la manifestation ».

11 Une grève sur quatre (25,8 %), mais presque la moitié des grèves manifestantes (46,9 %) ; cela englobe d’ailleurs des conflits généraux de faible ampleur, comme les grèves générales des ramoneurs, ou des ouvriers en articles de bagages, concernant une soixantaine de grévistes.

12 En 1877, les dirigeants syndicaux des plâtriers et menuisiers qui se mettent en grève conseillent de « se garder de toute manifestation qui serait de nature à amener l’intervention de l’autorité. Par conséquent il ne faut pas de pression dans la rue... » (AN F12 4654, com. pol. 1. 04. 1877).

13 ADR, 10 MpC4, com. spé., com. pol. Oullins, gardiens de la paix, 7 et 8. 05. 1886.

14 ADR, 10 MpC20, com. pol. Croix-Rousse, grève Forest, 25. 06.1901.

15 ADR, 10 MpC23, com. pol. Charpennes et com. spé., 3. 06. 1903.

16 bid., com. spé., 27. 05. 1903.

17 À noter que la grève de la maison Forest avait pour origine les relations du directeur avec l’une des ouvrières, et que la grève Exbrayat se dénoua par intervention pressante du commissaire de police auprès du patron pour qu’il mette fin à un conflit qui risquait de dégénérer en émeute.

18 ADR, 10 MpC21, com. spé. 1. 07. 1902.

19 ADR, 10MpC38, une conduite à une mère et sa fille, ouvrières tisseuses, « pour cause qu’elles avaient refusé de verser à une souscription en faveur des grévistes de Voiron ». Com. pol. Charpennes et gardiens de la paix, 28-29. 05. 1906.

20 Y. Lequin, Les Ouvriers de la région lyonnaise..., t. 2, pp. 154-156.

21 ADR, 10 MpC 41, com. spé. et com. pol. Saint-Louis, 9 et 10. 04. 1909 ; ADR, 10 MpC 46, com. spé. et gardiens de la paix, 2-5. 12. 1911.

22 Comme sous le Second Empire, on rencontre encore des cortèges de début de grève dans les années 1890 : les terrassiers du canal de Jonage, (com. spé., 16. 04. 1895, in ADR, 10MpC9), ou les boulangers (ADR, 10MpC12, 12. 08.1896). Rares à la Belle Epoque, ils concernent des usines de quartiers très excentrés : ainsi les ouvriers de la raffinerie de sucre de Lyon, à Saint-Rambert MeBarbe se mirent en grève le 17 janvier 1906 en début d’après-midi, puis parcoururent les rues de Vaise, précédés d’un drapeau rouge et d’un joueur d’accordéon. (ADR, 10MpC40, gendarmerie, gardiens de la paix et com. pol. Vaise, 17. 01. 1906).

23 Le seul cas où des grévistes promènent un mannequin, représentant un contremaître : « Ils avaient d’abord apposé sur ce mannequin un écriteau portant le dompteur de l’usine Dailly et se préparaient à partir avec un écriteau portant Grève de l’usine Dailly, les ouvriers de la peau. Je leur ai enjoint d’enlever l’écriteau pour que leur manifestation n’ait pas le caractère de tapage injurieux que j’aurais réprimé, ils se sont conformés à cette injonction.
Et sur leur prétention de s’amuser en temps de carnaval à faire sauter un mannequin, je leur ai dit que pour enlever le caractère d’une manifestation de grève, ils devaient laisser leur pancarte, ce qu’ils ont fait. Ils se sont mis en route sans tapage et sans cris... « . (com. pol. Saint-Just 27.02. 1906, ADR, 10MpC40).

24 Fait déjà noté par J.-J. Leschiera, Les Débuts de la CGT à Lyon..., p. 125. Les grèves de la teinture furent les seules grèves générales lyonnaises qui mobilisèrent entièrement les forces de police, et où l’on ait envisagé le recours à l’armée.

25 Sur tout le conflit, la source principale est l’épais dossier conservé aux ADR, 10 Mp C 42. Sauf indication particulière, les faits relatés en proviennent.

26 Express du 22. 11. 1900 (ADR, 10 MpC17) : « l’intérêt des meneurs de la grève (des employés de tramways) est d’occuper constamment l’esprit des grévistes, pour les tenir en haleine et les empêcher de s’émietter et de se décourager en se rendant aux bonnes raisons des travailleurs ».

27 « Charvet insiste pour que chacun fasse énergiquement son devoir dans les manifestations pour prouver aux patrons que les grévistes ne veulent pas abandonner la lutte » (com. spé., 25 et 26.11.).

28 Ibid., com. spé., 15. 11.

29 La première, incontestable succès d’après le Progrès (22. 11 ; deux mille personnes, « l’une des manifestations les plus imposantes qui se soient vues à Lyon ») et les grévistes eux-mêmes (com. spé., même jour) parcourt les quartiers du centre, avec des pancartes indiquant les revendications (« reconnaissance du syndicat », « salaires proportionnés au coût de l’existence actuelle ») ; il est probable que l’on voulait aussi pousser Herriot à intervenir énergiquement auprès des patrons. La seconde, beaucoup moins nombreuse (cent cinquante personnes pour le secrétaire général pour la police contre cinq cents le dimanche précédent – rapports des 22 et 29. 11.) quête et vend des chansons dans les quartiers ouvriers.

30 Secrétaire général pour la police, 1. 12.

31 Secrétaire général pour la police, 6. 12 : les patrons veulent faire apposer des affiches pour «dissiper les préventions qui s’élèvent contre eux dans la population ».

32 Sept cents personnes, selon le com. spé., six cents selon le secrétaire général (6. 12). Cette fois-ci, les manifestants chantent l’Internationale et la Carmagnole, ils passent devant l’Hôtel de Ville et scandent des slogans demandant la démission de deux conseillers municipaux, patrons teinturiers proches d’Herriot.

33 Ils firent placarder sur les murs de la ville, le 13 décembre, une affiche intitulée « Si le sang coule... ».

34 N’en soyons pas entièrement dupe, car certains faits peuvent contredire les discours. La veille de la manifestation du 5 décembre, un orateur de la commission de grève annonce le lieu de rendez-vous, mais l’itinéraire, dit-il à l’assemblée, ne sera dévoilé qu’au dernier moment. Ce ton conspirateur prend beaucoup de saveur si l’on sait que le 3, la commission avait écrit au préfet pour lui détailler l’itinéraire afin d’éviter des incidents « grâce à votre doigté auquel suppléera (sic) notre discipline » (ADR, 10MpC42).

35 Ou comment l’action directe, apparemment summum du radicalisme ouvrier, peut être considérée comme une position de repli dans des circonstances où l’on frôle l’émeute...

36 Com. spé., 25 et 28. 12.

37 La manifestation constitue en ces premières années du vingtième siècle un véritable spectacle de rue : le 2 mai 1906 Le Progrès fait état de l’affuence de badauds, la veille, dans les artères de la presqu’île « venus voir passer les grévistes ».

38 Herriot n’avait pas seulement agi comme médiateur, mais avait aussi soutenu l’organisation des soupes communistes des teinturiers grévistes. Il vint même en personne à une assemblée générale pour que la commission de grève retire des propos tenus sur son compte (com. spé. 15. 12.).

39 ADR, 10 MpC23, grève du tissage mécanique, com. spé., 4. 01. 1904. Après la manifestation de la veille, dans une réunion à la Bourse du travail, le conseiller prud’homme Beau commentait ce que venait de dire le député de Préssensé (les manifestations pacifiques étaient permises aux États-Unis, et à peine tolérées en France) de la manière suivante : « à l’avenir, les manifestations sur la voie publique devront être tolérées, et alors, on pourra aller sans crainte huer les renégats et les patrons... »

40 Ce qui ressemble le plus aujourd’hui aux « turn-out » se déroule à l’intérieur même des grandes usines, les grévistes en colonne passant d’un atelier ou d’une chaîne à l’autre.

41 Étant donné la puissance et la discipline des organisations ouvrières lyonnaises, ainsi que la faible taille des entreprises concernées, elles n’étaient pas nécessaires dans la majorité des cas, car la pression des grévistes pouvait s’exercer plus discrètement. En revanche, ce type de manifestation était beaucoup mieux adapté à des formes embryonnaires d’organisation, combinées avec l’existence d’assez nombreux établissements voisins et de taille moyenne : puits de mine, ou encore entreprises de filature ou de tissage...

42 ADR,10 MpC45, corn. spé. 5. 05.1910.

43 ADR, 10 MpC51, com. pol. Bourse, 17-21. 04. 1913.

44 ADR, 10 MpC37, com. spé. 11. 08. 1905, grève des terrassiers.

45 Ibid., gardiens de la paix, 10. 08. 1905.

46 Quelques jours après, toute la corporation fut convoquée à la levée du corps de Jean Bonichon, mais « comme les funérailles sont religieuses, une simple délégation suivra le cortège jusqu’au cimetière » ADR, 10 MpC25, com. spé. 1.12.1903.

47 ADR, 10 MpC 24, com. spé. 24 et 26. 11. 1903, Peuple (29. 11) et Express de Lyon (26. 11) ; 4M259, com. spé. 25. 11. 03.

48 À la fin de l’assemblée des maçons qui, le 9 mai 1897, vota la grève générale, le président invitait ainsi les deux mille cinq cents assistants aux funérailles le lendemain d’un ouvrier maçon mort en tombant d’un échafaudage. « Cet enterrement sera le prétexte d’une manifestation que l’on considère comme devant être pacifique ». Il y eut foule. Quelques jours plus tard, les obsèques d’un ouvrier blanquiste attirèrent douze cents personnes. Mais Le Peuple, relatant cette « imposante manifestation », se plaignit que l’ordonnateur des convois l’ait fait passer par de petites mes, sans doute parce que l’enterrement était civil. Autant dire que le cortège ne pouvait pas choisir son itinéraire. (ADR, l0 MpC 12, com. spé., 16. 05., Peuple, 17. 05.).

49 E. Shorter, Ch. Tilly, « Le déclin de la grève violente en France... », pp. 109-110.

50 ADR, 10MpC 37, gardiens de la paix, gendarmes de la Demi-Lune, 7. 08., et com. spé., 10. 08.

51 Lois de la grève des boulangers de janvier 1901, cinq à six cents grévistes parcoururent pendant près d’une semaine les rues du centre et de la rive gauche (ADR, 10 MpC19).

52 ADR, 10 MpC50, grève des ouvriers pâtissiers-biscuitiers (com. spé., 5. 12. 1913) : ils « ont manifesté dans le centre ville devant les principales maisons en criant « Margarine ». Certains portaient des écriteaux lumineux sur lesquels on lisait « À bas les fraudeurs ! », « La vanilline de Saint-Fons, produit chimique, remplace la vanille des Antilles ! », « La margarine rapporte des bénéfices aux patrons ! » ».

53 ADR, 10 MpC5, Com. pol. Bellecour 4. 08. 1890, et secrétaire général pour la police, 9. 08.

54 ADR, 4M266, manifestations d’octobre et novembre 1902, les dimanches évidemment. « Gens humains, n’achetez rien dans les magasins ne fermant pas le dimanche à midi ». Au mois de juillet précédent une campagne de boycottage des « Magasins universels », qui avaient renvoyé six employés.

55 ADR, 10 MpC35, mouvement des employés de commerce, mai-juin 1905, qui débouche le 26 juin sur une entrevue entre les présidents des syndicats patronal et ouvrier, en présence d’Augagneur ; toutefois, on signale encore en mars 1906 des distributions de tracts devant de grands magasins récalcitrants...

56 Les autorités locales pouvaient accorder des dérogations, et, par souci électoral, ne s’en faisaient pas faute. Elles disposaient aussi de moyens de pression sur les syndicats : ainsi, le mouvement des garçons coiffeurs pour la fermeture des boutiques à 8h du soir fut-il brisé net en octobre 1910, par la suspension des subventions municipales après quelques déprédations (com. spé. 25. 10. 1910, ADR, 10MpC44).

57 Dans le cas des traminots, des postiers et des cheminots, il ne s’agit pas de grève générale, puisqu’une seule entreprise était concernée. Mais la dispersion des lieux de travail rend leur situation très comparable à celle des teinturiers, par exemple.

58 Victor Darme, dirigeant (guesdiste) du syndicat O.T.L., 20. 11. 1900 (Progrès de Lyon, 21.11. 1900 ; ADR, 10MpC17).

59 Salut public du 22. 11. 1900, in ADR, 10MpC17. Le Progrès du lendemain signale que derrière le bureau du syndicat venaient les doyens d’âge des employés.

60 La bande en question l’avait copieusement conspué, et acclamé au contraire les journaux radicaux et socialistes.

61 ADR, 4M266, manifestation des travailleurs des chemins de fer, 13. 03. 1910. Pour la grève, Progrès de Lyon et Dépêche de Lyon, 14-18. 10. 1910.

62 ADR, 10 MpC25, corn. spé. 22. 12. 1901.

63 Par exemple le lundi 22 octobre 1906, la manifestation des travailleurs de la soirie, avec des délégations venues d’une centaine de communes, pour porter à la préfecture et à l’Hôtel de Ville une protestation contre le traité de commerce franco-suisse, qui abaissait les droits sur les soieries. En tête, un sénateur de l’Ardèche, quatre députés du Rhône (d’Aynard à Colliard en passant par les radicaux Fort et Godard), des conseillers généraux socialistes... Lyon républicain et Dépêche de Lyon, 23. 10. 1906.

64 À la différence des ouvriers du bâtiment, très mobiles et souvent d’origine rurale, tisseurs et teinturiers sont généralement de souche lyonnaise, et ne peuvent guère compter sur d’autres ressources en cas de grève, leurs femmes travaillant souvent dans la même branche. Cf. Y. Lequin, Les Ouvriers..., t. 1, pp. 253-57 et p. 264, et la remarque d’un meneur de 1909, sur le grand nombre de teinturiers grévistes dont l’épouse continue le travail pendant la grève (ADR, 10 MpC42, com. spé., 15. 12. 1909). À la fois très mobiles géographiquement et très dispersés en toutes petites entreprises spécialisées, les métallurgistes se lancent rarement dans des grèves générales, et semblent dotés d’une organisation syndicale très efficace, avec d’importantes caisses de secours : on ne les voit presque jamais dans la rue.

65 ADR, 10 MpC5, com. spé. 19 et 23. 06. 1890 et préfet, état récapitulatif des grèves de 1890.

66 ADR, 10 MpC49, com. spé, 16 et 18. 03. 1912 (grève Leplant).

67 ADR, 10 MpC34, com. spé. 12. 06. 1905, et 10MpC36 (grève du factage) gardiens de la paix, 11. 06. 1906. On comptait sur deux mille participants, il y en eut moins de deux cents dans un cortège qui s’effilocha peu à peu. Le secrétaire de la Fédération des métaux CGT, Merrheim, venu pour l’occasion le qualifia lucidement de « ridicule », en réunion publique le surlendemain à la Bourse du travail.

68 Le commissaire spécial, optimiste, escomptait le 8 près de deux mille manifestants, dont un demi-millier de maçons et autant de terrassiers. Il ne commettra plus semblable erreur, et s’en tiendra désormais dans de telles circonstances au chiffre des seuls grévistes. ADR, 10 MpC 48.

69 ADR, 10 MpC48, com. spé., 17 et 18. 03. Y participaient notamment « les maçons, les menuisiers et les coiffeurs, précédés de leur drapeau syndical respectif ». En revanche, les grévistes de la maison Leplant brillaient ce matin-là par leur absence. Le lendemain, le préfet interdit aux employés grévistes de manifester en colonne devant leurs magasins.

70 ADR, 10 MpC48, com. spé., 17. 06. 1912.

71 Ces occasions seront examinées dans le chapitre suivant.

72 Voir les textes de Jaurès rassemblés et présentés par M. Rebérioux, sous le titre La classe ouvrière, notamment « Grève générale et révolution » (1901), pp. 95-111, « Grève générale et organisation» (1908), pp. 157-160. Et les communications de R. Trempé et de J. Julliard au colloque Jaurès et la classe ouvrière, pp. 101-121.

73 ADR, 4M259, com. spé., 15.12. 03.

74 ADR, 10 MpC28, com. spé., 23. 12. 1903.

75 ADR, ibid., com. spé., 24. 12. 1903.

76 ADR, 10 MpC24, 23. 12. 1903.

77 Quatorze des dix-neuf grèves qui débutent (polisseurs-nickeleurs, chaudronniers en cuivre, en fer, mouleurs de cuivre ou d’aluminium, mécaniciens et similaires,... la Buire-construction mécanique et l’Auto-Buire, sans compter les mouleurs en fonte, en grève générale depuis la mi-mars). Mais il y a aussi trois mille teinturiers et un millier d’apprêteurs de tulle, puis deux mille peintres-plâtriers et autant de coupeurs-tailleurs et ouvriers en confection... ADR, 10 MpC38-40.

78 On aura noté qu’en 1914 défilaient des charpentiers allemands. Deux années avant, un drapeau rouge sans inscription, mais portant une croix de Genève dénote la présence d’ouvriers suisses (com. pol. Bellecour, 1. 05. 1912, ADR, 10 MpC142).

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search