Version classiqueVersion mobile

Les Chemins de la manifestation

 | 
Vincent Robert

Chapitre XI. La ville d’Augagneur et d’Herriot

Texte intégral

1On ne saurait affirmer que la ville de Lyon au tournant du siècle était très différente de ce qu’elle était une vingtaine d’années plus tôt, lorsque le docteur Gailleton en était devenu maire. Ce n’est pas dresser un constat d’immobilisme à l’encontre de sa longue administration, mais prendre acte des difficultés économiques du temps, et surtout du fait que les éléments primordiaux de la structure urbaine, ceux aussi qui changent le moins vite, c’est à dire le bâti et la voirie, avaient été remodelés sous le Second Empire. Jusqu’en 1914, d’ailleurs, ses successeurs ne marquèrent pas non plus la ville de leur empreinte : ni Victor Augagneur ni le jeune professeur radical-socialiste nommé Édouard Herriot qui le remplaça ne changèrent son aspect. Pourtant, à lire la presse de la Belle Époque, l’impression se dégage, très forte, qu’il s’agit d’une autre ville : que les Lyonnais ne sont plus exactement les mêmes, qu’ils ne vivent pas dans le cadre urbain dont ils ont hérité de la même manière que l’avaient fait leurs parents. Sans prétendre décrire les comportements des citadins avec toute la précision souhaitable – ce serait d’ailleurs difficile, la société urbaine ayant gagné en complexité au fur et à mesure que ses effectifs s’accroissaient –, il faut préciser sur quoi peut se fonder cette impression ; les conséquences en apparaîtront dans l’étude des cortèges coutumiers, non politiques, ceux que l’on ne songeait pas à baptiser manifestations. Ainsi pourrons-nous ultérieurement dégager les traits particuliers des cortèges manifestants.

Croissance de l’agglomération et ségrégation spatiale

  • 1 Pour ce paragraphe et le suivant, voir l’Histoire de Lyon (A. Kleinclausz), t. III, pp. 265-282 et (...)

2La ville avait grandi : un peu plus de quatre cent cinquante mille habitants d’après le recensement de 1906, alors que l’on n’atteignait pas les trois cent cinquante mille personnes en 1876. Soit une progression de l’ordre du tiers, un peu plus forte si l’on considère l’ensemble de l’agglomération. Ce n’est pas très considérable, d’autant que les dernières années du siècle voient s’amorcer une franche stagnation. Mais cela suffit à achever ce qu’avait amorcé le Second Empire : la dislocation du cadre urbain du passé, la transformation d’une ville en agglomération sans limites précises. C’est que la croissance démographique n’a pas concerné également toutes les parties de la ville : les quartiers du centre – le Lyon d’avant 1851 – voient leur population diminuer, la Croix-Rousse stagne, et Vaise fait à peine mieux. En revanche la rive gauche du Rhône continue de progresser à un rythme assez soutenu ; mais si la Guillotière et les Brotteaux ont accueilli l’essentiel des nouveaux Lyonnais pendant le dernier quart du dix-neuvième siècle, ils passent ensuite définitivement le relai à des quartiers situés sur le territoire punicipal, mais extra-muros, comme Gerland, Monplaisir ou la Villette, au delà de la ligne de chemin de fer qui ceinturait jusque-là les espaces bâtis ; ou encore aux communes de banlieue en pein essor, dont la part dans la population totale est désormais double de ce qu’elle était au début du second Empire, La Mulatière et Oullins au sud, Saint Fons et Vénissieux au sud-est, et Villeurbanne, qui dépasse à la veille de la guerre les quarante mille habitants, à l’est1.

  • 2 Histoire de Lyon (A. Kleinclausz), t. III, pp. 266-68, et surtout B. Meuret, Le Socialisme municip (...)
  • 3 Lyon et la région lyonnaise en 1906, t. II, p. 596. Soit grossièrement cent vingt voyages annuels (...)

3Paysages semblables, bâtisses d’un à trois étages, hangars et usines, de part et d’autre de voies ferrées qui restent des obstacles, mais ne constituent pas plus désormais une limite que les forts ennoyés dans le tissu urbain... L’espace urbain n’a plus de limites claires : c’est aussi le sens de l’abolition de l’octroi, œuvre de justice sociale enfin réalisée par la municipalité Augagneur, dont la suite logique aurait été ce à quoi le maire s’employa dans la suite de son mandat, c’est-à-dire l’annexion des communes suburbaines2. Il fallut y renoncer devant l’opposition des municipalités concernées, de Villeurbanne au premier chef, ce qui ne changeait pas grand-chose à la dépendance de fait dans laquelle se trouvaient quartiers périphériques et banlieues vis-à-vis du centre. De cette subordination pourtant, les formes sont transformées. Premier indice, le développement fulgurant du réseau de transports en commun à partir de 1880. D’abord tirés par des chevaux, puis convertis à la traction électrique au tournant du siècle, les tramways permirent un accès rapide aux places Bellecour et des Cordeliers depuis les banlieues les plus lointaines, Oullins, Saint-Fons ou Montchat. Transportant annuellement soixante quatre millions de personnes, ils font partie de la vie quotidienne des citadins de la Belle Epoque3, et ils ont sans doute facilité la dissociation du lieu de résidence et du lieu de travail qu’entraînaient l’évolution économique et la généralisation du rapport salarial. À la veille de la guerre, il est possible d’habiter en banlieue et d’y travailler ; mais on peut sans doute aussi y vivre tout en travaillant à Lyon.

  • 4 E. Vingtrinier, La Vie lyonnaise..., p. 159. « Ces vastes restaurants des faubourgs, entourés de j (...)
  • 5 ADR, 4M482. Lettre au préfet (17. 08. 1898) d’un certain Poncet, propriétaire à Monplaisir, insult (...)

4La banlieue est beaucoup moins qu’autrefois un espace de loisir, ou plutôt elle ne l’est plus que très inégalement : sur la rive gauche subsistent de très vastes établissements offrant à une clientèle populaire, et aux sociétés réunies à l’occasion de leur banquet annuel de grandes salles, une nourriture abondante et bon marché, et des « clos » où l’on joue aux boules après le repas4... Les grandes vogues sont toujours à peu près les mêmes que sous le Second Empire, en lisière de la ville d’avant l’extension ; elles se succèdent tout au long de l’année, de celle du quai Claude-Bernard début avril à celle de la Croix-Rousse en octobre. Chassées du centre par le docteur Gailleton, les petites continuent d’être l’affirmation de l’identité des quartiers périphériques, et des banlieues éloignées, et les vogueurs, qui avaient ailleurs disparu, y jouaient toujours un certain rôle5. Mais l’essor de l’industrie, l’extension des zones habitées ont rendu seconde la fonction de loisir des espaces péri-urbains, sauf dans certaines directions privilégiées par le pittoresque de leurs paysages et par les commodités offertes par les transports en commun : celle de la Saône, vers l’Ile-Barbe ainsi que la rive droite du Rhône, vers Oullins.

  • 6 Y. Lequin, Les Ouvriers..., pp. 185-202.

5Les transformations des structures industrielles dans et par la grande dépression, l’essor ultérieur de l’industrie lyonnaise sont en effet le fait déterminant de la vie des quartiers périphériques et des banlieues6. Le plus spectaculaire fut la disparition brutale, en une décennie, des canuts de la Croix-Rousse et des pentes. Les colonnes les plus nombreuses des deux premiers Premier Mai venaient encore du plateau ; il n’en descendra désormais plus jamais personne puisque n’y restent plus que quelques centaines de tisseurs à bras, les usines et ateliers de tissage mécanique s’étant installés aux Charpennes, voire plus loin dans la région. Les secteurs industriels modernes qui animent la croissance de l’économie locale implantent en revanche leurs usines en banlieue : dans la direction de Villeurbanne, vers Monplaisir, où vont s’établir des fabricants d’automobiles, tel Berliet, à la recherche d’espaces bon marché, vers Gerland et Vénissieux, avec l’industrie chimique. Par conséquent, le centre de gravité de l’industrie lyonnaise s’est déplacé vers l’est et le sud-est, et la rive gauche du Rhône, de la Guillotière aux Brotteaux, son tissu dense de petites et moyennes entreprises du bâtiment, de la métallurgie, de la teinture et de l’apprêt, est désormais le coeur du mouvement ouvrier lyonnais.

  • 7 Sauf le Palais des Arts, salle municipale où se réunissent le plus souvent les associations de com (...)
  • 8 Cela reste insuffisant les jouis de grande affluence, ce que déplore l’Avenir socialiste, hebdomad (...)
  • 9 Malgré quelques efforts infructueux pour les intégrer dans la célébration des premier Mai 1911 et (...)

6Il n’y a au reste que là où l’on puisse se réunir. Les salles de grande taille n’abondent pas : il n’y en a pas, ou presque, dans le centre7. Chaque quartier populaire possède bien son lieu de réunion, la salle Iller à Vaise, la Brasserie des Écoles à la Croix-Rousse, la salle des Ambassadeurs, puis la salle Étienne-Dolet à Perrache, la salle Laroche à la Guillotière et, plus au sud, avenue des Ponts, le Chalet russe ; mais elles ne peuvent accueillir que quelques centaines de personnes. Ne font exception que la salle des Folies Bergère, avenue de Noailles, avant sa transformation en garage en 1907 ; et surtout le Nouvel Alcazar, ou cirque Rancy, à l’angle de l’avenue de Saxe et de la rue Moncey, où peuvent se presser trois à quatre mille personnes8. Encore l’une et l’autre salle doivent-elles être louées, ce que leur propriétaire peut refuser sous pression de l’administration. On comprend alors mieux l’importance pour le mouvement ouvrier de disposer de locaux et de salles de réunion propres, et donc celle de la Bourse du travail. Installée en 1890 par la municipalité dans l’ancien théâtre des Variétés, sur le cours Morand, elle est le cœur du Lyon ouvrier : lieu de réunion des syndicats, où se tiennent d’innombrables meetings et point de départ de tous les défilés du Premier Mai, et de bon nombre de cortèges grévistes. En revanche se trouvèrent marginalisés par la géographie les ouvriers de Vaise9, alors que ce quartier connaissait un véritable réveil industriel, et même les travailleurs des ateliers d’Oullins, seuls à manifester dans leur banlieue...

Le poids du centre-ville

7La diminution du poids démographique du centre-ville, de Perrache à Saint-Jean et aux Terreaux, l’abandon de ces quartiers par toute une population modeste d’ouvriers et artisans, ne doivent pas faire conclure à un affaiblissement du rôle du cœur de la cité, bien au contraire. C’est toujours là que résident les pouvoirs, politique, économique et financier ; c’est encore là que se trouvent les lieux d’influence, et les espaces où vient converger lorsqu’elle en a le loisir, la population de toute de l’agglomération.

  • 10 J.-B. Roch, Histoire des ponts de Lyon... pp. 87-147.

8L’espace des quartiers centraux s’est élargi, dans la mesure où il empiète désormais nettement sur la rive gauche, au moins pour sa partie la plus proche du Rhône. La plupart des ponts anciens avaient été rénovés et élargis ; on en inaugura un nouveau en 1899, pour relier les facultés au quartier d’Ainay, qui prit comme il se devait le nom de pont de l’Université10. S’élevèrent alors sur la rive gauche les bâtiments qui correspondaient aux priorités politiques et idéologiques du régime républicain : aux Brotteaux, la préfecture, mais aussi le nouveau lycée de jeunes filles, place Saint-Pothin ; à la Guillotière, les facultés emménagèrent dans des bâtiments vastes et modernes, à proximité desquels on construisit encore le palais de la Mutualité, place Raspail et la nouvelle école de Santé militaire, sur le cours du Midi... Dans le même temps, les maisons basses qui bordaient encore les principales artères des Brotteaux faisaient peu à peu place à de grands immeubles, évidemment plus bourgeoisement occupés. Mais l’expansion urbaine, sur la rive gauche, qui s’était faite selon un plan en damier, sans véritable place publique, sans lieu de convergence naturelle des passants, et sans repères monumentaux autres que de rares fontaines n’entraînait pas une véritable redistribution de la géographie symbolique de la ville. Les édifices nouveaux avaient une fonction sociale éminente, mais ils restaient visibles depuis les quais de la presqu’île, dont le point de vue demeurait en quelque sorte privilégié.

  • 11 Inauguré en 1900, ce groupe représentait « la ville de Lyon tournée vers le président dont elle im (...)
  • 12 Ce fut l’occasion de réparer les impairs de la première inauguration, soixante ans plus tôt : cett (...)
  • 13 Indicateur lyonnais Henry pour 1901.

9Les premier et deuxième arrondissements municipaux, plus exactement leur partie centrale, des Terreaux à Perrache, constituaient donc toujours le cœur de la ville. C’est là que se trouvaient toujours la Bourse, les banques, les bureaux des grandes sociétés ; là aussi qu’étaient les principaux lieux de loisir et de vie sociale, les théâtres, les grands cercles, les cafés et brasseries, les grands magasins.... Le caractère et l’aspect des artères et des places de la presqu’île ne se trouva pas modifié à la Belle Époque, car les grands ensembles monumentaux étaient déjà en place ; la seule nouveauté d’importance fut le monument Carnot sur la place de la République, non loin de l’endroit où le président avait été assassiné, mais aussi au débouché de la large voie ouverte vers le pont Lafayette par la rénovation du dernier grand îlot insalubre, le quartier Grôlée11. Bien qu’on fût alors en pleine “statuomanie”, on ne put élever une statue au Sergent Blandan qu’au prix du déplacement de celle de Jacquard, de la place Sathonay à la grande place de la Croix-Rousse12. Cependant, les principaux quotidiens affichaient alors, par la construction d’immeubles imposants, leur puissance et de leur influence alors à leur apogée13 : le Nouvelliste rue de la Charité, le Progrès rue de la République, le Lyon républicain, rue Childebert ; les journaux de moindre importance, souvent éphémères, se contentaient de locaux plus excentrés : ainsi le quotidien socialiste le Peuple rue de Condé, près de Perrache et non loin de la France libre démocrate-chrétienne....

  • 14 Progrès du 13. 07. 1895. Rectification de l’itinéraire qui inclut Ainay « selon le désir exprimé p (...)
  • 15 AML, I liasse non classée, « défilés, entrées du gouverneur militaire ».
  • 16 Avenir socialiste, 11-18. 01.1913. Article du député Rognon, évoquant « feu toqué Castellane » à p (...)

10On constatera sans surprise que l’espace des cérémonies et cortèges officiels à la Belle Époque diffère peu de ce qu’il était au lendemain du triomphe des républicains. Certes, dans les premières années de la magistrature d’Herriot, les retraites principales du Quatorze Juillet gagnent en ampleur et s’aventurent de Perrache dans les quartiers populaires du sud de la Guillotière ; parfois même elles s’approchent de la Part-Dieu avant de gagner les Brotteaux et de rejoindre l’Hôtel de Ville par le pont Morand. Mais elles avaient bien auparavant (en 1895) mis fin à l’exclusive pesant sur le quartier conservateur d’Ainay, reconstituant ainsi pour plus de dix ans une figure de la ville très traditionnelle. Il faut probablement voir là l’influence retrouvée des autorités militaires14. À la différence des dignitaires de l’Église, qui observèrent durant toute la période une discrétion de bon aloi, et malgré l’hostilité que continuait de témoigner aux militaires de carrière toute l’aile gauche du parti républicain, les commandants de la place de Lyon reprirent très vite, dès le milieu des années 1880, l’habitude de faire dans la ville une entrée solennelle, de la gare de Perrache à leur Hôtel, rue Boissac, en passant par la place Bellecour et souvent par la rue de la République15. Bien que spectaculaire, ce n’était encore qu’une cérémonie ponctuelle, exceptionnelle : les uniformes étaient toujours nombreux à Lyon, mais l’armée ne paradait plus. Cependant, les choses changèrent dans les toutes dernières années d’avant-guerre, car Alexandre Millerand, ministre de la guerre dans le cabinet Poincaré prit en février 1912 l’initiative d’organiser chaque samedi ou presque une retraite militaire dans les rues des villes de garnison. Désormais les beaux quartiers furent régulièrement parcourus par des soldats et des cavaliers en grande tenue tandis que les quartiers populaires de la rive gauche étaient témoins de démonstrations sensiblement moins fréquentes. Avec les socialistes lyonnais de l’époque, on peut voir là « un réveil lent, mais méthodique du chauvinisme16 »...

Carte 7. Le Lyon de la Belle Époque

Carte 7. Le Lyon de la Belle Époque

La multiplication des cortèges

  • 17 ADR, V14-2. L’article 1 interdit les cortèges et manifestations religieuses, à part les pèlerinage (...)
  • 18 Nous avons parlé des premiers de ces cortèges aux pages 233 sqq. Voir aussi par exemple les « fête (...)

11Dans les dernières années du dix-neuvième siècle, les cortèges semblent avoir été relativement rares dans la ville de Lyon. L’arrêté pris par la municipalité lyonnaise en septembre 1896, consacré à la police des cortèges et processions sur la voie publique17, nous permet d’en faire l’inventaire partiel. Outre les cortèges religieux, que cet arrêté vise expressément à interdire, ne sont mentionnés par ce texte réglementaire que les convois funéraires, évidemment admis, et deux autres catégories de cortèges, pour lesquels autorisation devait être demandée. Il s’agissait de ceux des « associations patriotiques ou de bienfaisance18 », autrement dit de cortèges explicitement non politiques, et des « sorties en corps » d’autres associations, fanfares, sociétés de gymnastique, groupes vélocipédiques, ou sociétés de secours mutuels, très vraisemblablement à l’occasion de leur banquet annuel, auquel il arrivait qu’on se rendît en musique à partir du siège de la société.

  • 19 E. Vingtrinier, La Vie lyonnaise..., p. 45.

12On ne peut évidemment faire une absolue confiance à un texte réglementaire pour décrire une réalité ; mais si écart il y avait par rapport à celle-ci, il ne pouvait être très considérable, à moins de susciter de très vives polémiques (ce ne fut pas le cas : les journaux d’opposition se contentèrent de protester contre l’interdiction des cortèges religieux). On pourrait donc penser que nous avons là une liste exhaustive des cortèges qui parcouraient la ville si n’y manquait le seul type de cortège mentionné par Emmanuel Vingtrinier lorsqu’à cette époque il entreprend de décrire la vie quotidienne à Lyon : les monômes étudiants19.

13Il s’agit là d’une nouveauté des dernières années du dix-neuvième siècle. À cela rien d’étonnant : si l’édification de nouveaux bâtiments universitaires fut la conséquence la plus visible de l’implantation à Lyon de véritables facultés de droit et de médecine, de leur croissance ultérieure, ainsi que de la métamorphose qui, dans les premières décennies de la Troisième République, fit des cours donnés dans les facultés de lettres et de sciences autre chose qu’une activité mondaine, c’est-à-dire de véritables études, débouchant désormais fréquemment sur des activités professionnelles, elle ne peut se séparer de la naissance d’un groupe social, celui que constituent les étudiants.

  • 20 Lyon et la région lyonnaise en 1906..., t. 1, pp. 90175. Les effectifs donnés pour chacune des fac (...)

14Leur nombre a crû à Lyon dans des proportions considérables. On n’y comptait en effet, dans les premières années de la Troisième République que peu de personnes qui puissent se dire étudiants, quelques centaines tout au plus, en y comprenant les jeunes gens qui suivaient les cours de l’université catholique ; or, au début du vingtième siècle, les seuls effectifs de l’université d’État dépassent les deux mille étudiants, dont près de la moitié en médecine et pharmacie, un peu plus de quatre cents en droit, trois cents à trois cents cinquante en sciences et en lettres20. Si l’on y ajoute quelques autres établissements d’enseignement supérieur (l’École supérieure de commerce par exemple), et que l’on prend en compte le développement des effectifs de l’enseignement secondaire, public et privé, dont les élèves les plus âgés peuvent souhaiter s’associer aux manifestations du folklore étudiant, on obtiendra une masse de plus de trois mille jeunes gens, dont on ne peut dire qu’ils aient cherché à passer inaperçus.

  • 21 E. Vingtrinier, La Vie lyonnaise..., p. 45.
  • 22 Par ex., ADR, 4M266, com. spé. 21.11. 1911.
  • 23 ADR, 4M254, com. spé. 18. 02. 1898.

15À cinquante ou à cent, en file indienne et se tenant par les épaules (disposition qui explique le nom de monôme donné à cette sorte de procession, et qui est en même temps la meilleure manière d’attirer l’attention pour de petits effectifs, à une époque où tous les groupements qui défilent le font au moins à deux ou trois de front) un groupe d’étudiants parcourait les rues du centre, entrant dans les cafés ou les maisons de tolérance, et s’en allant conspuer bruyamment quelqu’un ou quelque chose sur l’air des lampions21. Quelqu’un ou quelque chose, ce peut être un de leurs professeurs, un ministre dont les décisions leur déplaisent ou leur nuisent, ou bien encore... le monôme lui-même. Mais il y avait aussi des occasions traditionnelles de monôme, la rentrée des étudiants en médecine, par exemple, ou la célébration par ces mêmes étudiants de succès à l’internat22 ; enfin, il semble bien que Carnaval donnait lieu, dans les dernières années du dix-neuvième siècle, à un grand monôme de la jeunesse des écoles tout entière, le samedi précédant le Mardi gras23.

  • 24 Cf. A. Prost, Histoire de l’enseignement en France, pp. 230-232 ; G. Weisz, « Associations et mani (...)
  • 25 Supra, p. 228. L’association avait été fondée la même année. Cf. Lyon 1906-1926, p. 75.
  • 26 ADR, 4M249, rapport au com. spé. 23. 04. 1888.
  • 27 ADR, 1M149, com. spé. 13. 02. 1892.

16Vis-à-vis de cette turbulente jeunesse, l’attitude des autorités était incontestablement bienveillante24. On sait que, de manière générale, les amicales étudiantes qui naquirent dans les premières années de la République ne furent pas seulement patronnées par de dignes universitaires, mais qu’elles furent encouragées par les gouvernements républicains pourtant fort soucieux de maintenir l’ordre, et peu enclins à développer par ailleurs l’esprit d’association. Nous avons vu que l’association générale des étudiants de Lyon avait reçu son drapeau des mains du président Carnot en personne25 ; en retour, la première génération des étudiants des facultés de l’État manifestait des sentiments clairement républicains, participant, comme on a pu le remarquer, aux funérailles de Claudius Cros, conspuant dans un monôme le général Boulanger26, acclamant Ferdinand Buisson, ministre de l’Instruction publique lors de sa visite à Lyon27... Nous avons également entrevu sa place dans de nombreuses cérémonies patriotiques.

  • 28 Notamment en 1893, où un bal d’étudiants scandaleux fit la une de la presse et où des pour suites (...)
  • 29 ADR, 4M 482 et 484, passim.

17Il ne pouvait donc être question de sévir vis-à-vis de jeunes gens, dont la plupart étaient d’excellente famille, et qui représentaient l’avenir de la nation : les monômes étaient tolérés sans qu’il y eût besoin de leur consacrer une ligne d’un arrêté de police municipale. Les étudiants lyonnais semblent au surplus avoir su se tenir dans les limites de la bienséance bourgeoise, à la différence de leurs camarades parisiens28. Aussi leur reconnaissait-on un rôle quasi officiel dans la vie de la cité : chaque année, au moment de Carnaval, l’Association lyonnaise des étudiants organisait un grand bal de bienfaisance, paré, masqué et travesti. Le Grand Théâtre était mis à sa disposition par la municipalité, le concours d’une musique militaire lui était assuré, et un objet d’art offert par le président de la République constituait l’un des prix de la tombola. Les bénéfices de cette dernière, qui atteignaient plusieurs milliers de francs, allaient aux pauvres de la ville de Lyon29. Qu’il y ait là reprise, par le groupe le plus qualifié pour représenter la jeunesse, du rôle traditionnel d’organisateur des festivités publiques ne peut guère surprendre ; en revanche, il est à noter que, pour ce faire, sauf situation exceptionnelle, l’on reste dans un espace clos. Le loyalisme républicain de l’association des étudiants lui permettait sans doute de reprendre le rôle jadis joué par la « jeunesse du commerce », mais il valait sans doute mieux éviter les cavalcades de charité.

  • 30 ADR, 4M 484 lettre du 2. 03. 1911. Elle n’avait jamais existé à Lyon. Sur la Mi-carême parisienne, (...)

18Il y eut pourtant dans ce domaine un changement dans les années d’avant-guerre. L’Association des étudiants lyonnais se mit en tête, comme disait le président du Syndicat d’initiative, de « ressusciter l’antique fête de la mi-carème30 » et d’organiser dans les rues de la ville une grande cavalcade. Elle n’obtint qu’un succès mitigé : en 1908 et 1909, seuls quelques chars défilèrent. En 1910 et 1911 pourtant le cortège fut plus important. À l’exemple parisien, y figuraient le char des « blanchisseuses » et celui des « reines » (de la soierie, de la couture et des grands magasins, que la municipalité accueillait d’ailleurs à l’Hôtel de Ville), mais en tant que figures obligées de ce type de défilé, et non comme un témoignage ou un vestige de l’origine populaire de ces festivités. La quasi-totalité des autres chars émanaient des différentes communautés étudiantes de la ville, dont elles illustraient simplement le folklore. L’accueil du public semble avoir été chaleureux, mais cette résurrection resta des plus fragiles : à la différence de ceux de la capitale, les milieux du commerçants ne semblent pas y avoir attaché grand intérêt à cette cavalcade de mi-carème ; et rien ne se produisit en 1913 et 1914.

  • 31 Lyon républicain, 2. 11. 1911. Depuis les Terreaux, l’ensemble des sociétés de joutes se rend pour (...)
  • 32 AML, I-défilés-, autorisation à la fanfare le Réveil lyonnais, le 19 février 1914 « d’organiser le (...)
  • 33 AML, I « défilés », autorisations à l’Étoile de Saint-Vincent de Paul le 20. 06., et à la Notre-Da (...)
  • 34 ADR, 4M 260, com.spé. 22. 04. 1912. Défilé des congressistes de l’ACJF, au nombre de 1700 dans les (...)
  • 35 Par ex., Avenir socialiste, 5-12. 10. 1912. Fête de la section du septième arrondissement, précédé (...)

19La résurrection des défilés de Carnaval n’est pas à vrai dire un fait isolé. À dépouiller les quotidiens de 1910-1914, on s’aperçoit que les cortèges sont innombrables : non seulement chaque fête de quartier est précédée la veille au soir d’une retraite aux flambeaux, le plus souvent par les patronages scolaires laïques de l’arrondissement, mais beaucoup d’associations peuvent défiler, à l’occasion d’un congrès, de la fête qu’elles organisent ou bien encore pour le Jour des morts31. Or, si dans le nombre on compte des fanfares32 ou de traditionnelles associations de jouteurs, on rencontre aussi des patronages dont le nom seul est une affirmation idéologique33, les militants catholiques de l’A.C.J.F. ou la Libre-Pensée du troisième arrondissement34 et même les sections socialistes de quartiers périphériques, lorsqu’elles organisent leur fête-concert-conférence annuelle35... Or, quinze ans plus tôt, nul n’aurait songé à mettre en doute le caractère politique ou religieux de ces associations, qui devait a priori les exclure de la voie publique. Il est donc clair que la tolérance dans ce domaine est beaucoup plus large sous la magistrature d’Herriot qu’elle ne l’était sous Gailleton.

20Peut-il ne s’agir que d’une question de génération ? Ce n’est évidemment pas à exclure. Le docteur Gailleton avait vécu la révolution de Février, la réaction républicaine, l’Empire et l’Ordre moral : il était de cette génération d’administrateurs républicains pour qui la présence d’une foule dans la rue est a priori jugée anormale, et pour qui la tutelle de l’administration sur les associations allait de soi. Edouard Herriot, devenu en 1905 maire de Lyon à trente-trois ans, n’avait rien connu d’autre que le régime républicain : il ne pouvait considérer la rue comme l’endroit où se faisaient et se défaisaient les régimes, ni la liberté d’association comme suspecte, puisque c’était une des récentes conquêtes de son propre parti.

  • 36 E. Vingtrinier, La vie lyonnaise, p.159.

21Mais cette divergence de vues probable n’est pas seulement affaire de tempérament ou de formation. Il faut sans doute y voir le résultat de l’extraordinaire floraison de la vie associative qui frappait même les contemporains36, et que le vote de la loi de 1901 avait à la fois consacrée et stimulée. Or il n’y a aucune raison de penser que la multiplication des associations ait entraîné une modification de leurs coutumes, notamment en ce qui concerne l’organisation d’un banquet, ou d’une fête annuelle, ou bien encore la participation au convoi funéraire de leurs membres décédés ; le nombre d’occasions de défilés était donc considérablement accru, même si l’on fait abstraction de la prolifération des fanfares, cliques et orphéons, dont la vocation à paraître en corps sur la place publique est évidente. Mieux encore, comme les associations avaient désormais la possibilité de se fédérer librement, les effectifs des cortèges qu’elles organisaient n’étaient plus limités par le nombre de leurs membres. Dès lors, des organisations préexistantes, comme les chambres syndicales ou cercles et associations politiques, jusque-là soumises à un régime d’exception qui leur interdisait de paraître en corps dans la rue sauf occasions extraordinaires, se trouvaient ramenées au droit commun par l’évolution de la législation. Dans ces conditions, comme, outre leur fonction politique ou syndicale, elles assumaient aussi des fonctions de sociabilité et que leurs activités en ce domaine (organisation de fêtes et de concerts-conférences, par exemple) n’étaient pas si nettement différentes de celles des autres associations, pourquoi n’auraient-elles pas pu profiter elles aussi de la tolérance municipale envers les cortèges associatifs ?

Notes

1 Pour ce paragraphe et le suivant, voir l’Histoire de Lyon (A. Kleinclausz), t. III, pp. 265-282 et les Ouvriers de la région lyonnaise (Y. Lequin), t. I, pp. 164-166.

2 Histoire de Lyon (A. Kleinclausz), t. III, pp. 266-68, et surtout B. Meuret, Le Socialisme municipal, Villeurbanne..., pp. 83-107.

3 Lyon et la région lyonnaise en 1906, t. II, p. 596. Soit grossièrement cent vingt voyages annuels par habitant de l’agglomération.

4 E. Vingtrinier, La Vie lyonnaise..., p. 159. « Ces vastes restaurants des faubourgs, entourés de jardins et d’immenses espaces pour jeux de boules, plantés de bosquets et de tonnelles ».

5 ADR, 4M482. Lettre au préfet (17. 08. 1898) d’un certain Poncet, propriétaire à Monplaisir, insulté après avoir refusé de donner son obole aux vogueurs.

6 Y. Lequin, Les Ouvriers..., pp. 185-202.

7 Sauf le Palais des Arts, salle municipale où se réunissent le plus souvent les associations de commerçants, et le Casino, rue de la République pour un petit millier de personnes.

8 Cela reste insuffisant les jouis de grande affluence, ce que déplore l’Avenir socialiste, hebdomadaire de la SFIO, no 4 (10-18. 03. 1907). Aussi, malgré la loi, envisage-t-on dans les dernières années d’avant guerre la tenue de meetings sur les places publiques, ou en banlieue.

9 Malgré quelques efforts infructueux pour les intégrer dans la célébration des premier Mai 1911 et 1912. ADR, 10MpC 142. Sur Vaise, Y. Lequin, Les Ouvriers..., t. I, p.196.

10 J.-B. Roch, Histoire des ponts de Lyon... pp. 87-147.

11 Inauguré en 1900, ce groupe représentait « la ville de Lyon tournée vers le président dont elle implore le pardon », mais comportait aussi, deux jeunes gens tenant des boucliers armoriés symbolisant la ville de Toulon et celle de Cronstadt (allusion au rôle prêté à Carnot dans la conclusion de l’alliance franco-russe). Cf. Grande encyclopédie de Lyon et des communes du Rhône, t. III, p. 118. Le monument du sergent Blandan, élevé également par souscription publique, exalte les mêmes valeurs nationalistes.

12 Ce fut l’occasion de réparer les impairs de la première inauguration, soixante ans plus tôt : cette fois-ci, les tisseurs étaient à la place d’honneur, tous leurs syndicats défilant sur le boulevard de la Croix-Rousse, de la mairie à la grande place, précédés et suivis de fanfares et de sociétés de gymnastique. Progrès de Lyon, 28-30. 09.1901.

13 Indicateur lyonnais Henry pour 1901.

14 Progrès du 13. 07. 1895. Rectification de l’itinéraire qui inclut Ainay « selon le désir exprimé par M. le Gouverneur », comme le précise la mairie.

15 AML, I liasse non classée, « défilés, entrées du gouverneur militaire ».

16 Avenir socialiste, 11-18. 01.1913. Article du député Rognon, évoquant « feu toqué Castellane » à propos de la remise des décorations aux militaires place Bellecour et non plus dans la cour des casernes.

17 ADR, V14-2. L’article 1 interdit les cortèges et manifestations religieuses, à part les pèlerinages annuels des 8 septembre et 8 décembre.

18 Nous avons parlé des premiers de ces cortèges aux pages 233 sqq. Voir aussi par exemple les « fêtes croix-roussiennes de bienfaisance » de 1898, avec le samedi soir retraite aux flambeaux à la Croix-Rousse, et l’après-midi du lendemain, défilé dans les rues de l’arrondissement des sociétés de gymnastique qui ont participé aux concours du matin, avec les fanfares. (Progrès et Lyon républicain, 12. 09. 1898, ADR, 4M232).

19 E. Vingtrinier, La Vie lyonnaise..., p. 45.

20 Lyon et la région lyonnaise en 1906..., t. 1, pp. 90175. Les effectifs donnés pour chacune des facultés ne correspondent pas au total annoncé (p. 100) de 2551 étudiants. Lyon est à cette époque la seconde ville universitaire de France, loin derrière Paris (plus de treize mille étudiants), et légérement devant Bordeaux et Toulouse. Les facultés catholiques ne comptent guère plus de cent cinquante étudiants à la Belle Epoque (C. Ponson, Les Catholiques lyonnais..., pp. 30-32).

21 E. Vingtrinier, La Vie lyonnaise..., p. 45.

22 Par ex., ADR, 4M266, com. spé. 21.11. 1911.

23 ADR, 4M254, com. spé. 18. 02. 1898.

24 Cf. A. Prost, Histoire de l’enseignement en France, pp. 230-232 ; G. Weisz, « Associations et manifestations : les étudiants français de la Belle Epoque ».

25 Supra, p. 228. L’association avait été fondée la même année. Cf. Lyon 1906-1926, p. 75.

26 ADR, 4M249, rapport au com. spé. 23. 04. 1888.

27 ADR, 1M149, com. spé. 13. 02. 1892.

28 Notamment en 1893, où un bal d’étudiants scandaleux fit la une de la presse et où des pour suites judiciaires déclenchèrent plusieurs journées de manifestations tumultueuses.

29 ADR, 4M 482 et 484, passim.

30 ADR, 4M 484 lettre du 2. 03. 1911. Elle n’avait jamais existé à Lyon. Sur la Mi-carême parisienne, du début des années 1890 jusqu’à la Belle Epoque, cf. A. Faure, Paris carême prenant, pp.138-159 ; des étudiants y participent à partir de 1893.

31 Lyon républicain, 2. 11. 1911. Depuis les Terreaux, l’ensemble des sociétés de joutes se rend pour la cinquième année à Loyasse, tambours et fifres en tête, sur les tombes des jouteurs disparus...

32 AML, I-défilés-, autorisation à la fanfare le Réveil lyonnais, le 19 février 1914 « d’organiser les dimanches et jours fériés pendant l’année 1914 un défilé en musique des membres de la société », à condition qu’il n’y ait pas d’entrave à la circulation et que les spectateurs obéissent aux injonctions des agents de l’autorité.

33 AML, I « défilés », autorisations à l’Étoile de Saint-Vincent de Paul le 20. 06., et à la Notre-Dame, le 3. 07. 1914.

34 ADR, 4M 260, com.spé. 22. 04. 1912. Défilé des congressistes de l’ACJF, au nombre de 1700 dans les mes de Lyon, de Fourvière au cirque Rancy et retour à Saint-Jean ; « aucun cri hostile ». 4M266, 10. 10. 1911, lettre au préfet du Rhône du secrétaire du groupe de Libre-pensée Villette-Paul Bert, afin « d’organiser une manifetation antireligieuse pour le dimanche 5 à 9h du matin avec les emblèmes de la Libre-Pensée de tous les groupements de Lyon pour honorer la mémoire de nos camarades morts dans l’année. La manifestation toute pacifique partirai (sic) de notre siège me Paul-Bert 252 pour se rendre au cimetière de la Guillotière ». Réponse positive « pourvu qu’il n’y ait que les emblèmes de la Libre-Pensée. Pas d’outrages pour la religion ni de cris délictueux ». On peut à nouveau constater combien le culte des morts était vivace dans tous les groupements et associations de la Belle Epoque.

35 Par ex., Avenir socialiste, 5-12. 10. 1912. Fête de la section du septième arrondissement, précédée par un défilé de l’Union instrumentale du Grand Trou et de la Lyre socialiste du 7e arrondissement, de la place du Moulin-à-Vent jusqu’au 129, route de Vienne par l’avenue Berthelot.

36 E. Vingtrinier, La vie lyonnaise, p.159.

Table des illustrations

Titre Carte 7. Le Lyon de la Belle Époque
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17022/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search