Version classiqueVersion mobile

Les Chemins de la manifestation

 | 
Vincent Robert

Chapitre X. Vingt-cinq « premier mai » lyonnais (1889-1914)

Texte intégral

  • 1 Sur le Premier Mai, le livre récent de M. Rodriguez ne dispense pas de relire celui de M. Dommange (...)

1L’instauration du Premier Mai marque une rupture majeure, dont la portée fut méconnue tant des contemporains, que de l’historiographie politique traditionnelle. Il est vrai que lorsque le Congrès international ouvrier socialiste de Paris (tenu à l’occasion de l’Exposition universelle, du 14 au 20 juillet 1889) résolut dans sa dernière séance d’organiser « une grande manifestation internationale à date fixe afin de mettre en demeure les pouvoirs publics de réduire légalement à huit heures la journée de travail et d’appliquer les autres résolutions du Congrès international de Paris », il ne pensait probablement qu’à l’année suivante. Vu l’éclatant succès de la journée, les congrès de Bruxelles (1890) et de Zurich (1893) décidèrent de renouveler la manifestation d’année en année. La plupart des caractères originaux du Premier Mai ne se dégagèrent donc que peu à peu, par la répétition annuelle, qui en fit, autant qu’une manifestation, une fête1.

  • 2 Nous en avons donné des exemples avec les anniversaires des journées d’avril 1834, du 24 février, (...)
  • 3 M. Perrot a montré que ce mois était celui où commençaient le plus de grèves (Les Ouvriers en grèv (...)

2C’est en effet une première caractéristique, souvent relevée, que ce double visage de fête et de manifestation. Fête du travail, dit Guesde dès 1890, fête des travailleurs que l’on entend opposer au 14 juillet ; fête conquise, car on ne peut chômer qu’à ses risques et périls, ou quand on a pu l’imposer au patronat ; par là même manifestation, au sens le plus large. Mais l’originalité est plus profonde, car la date échappe aux calendriers rivaux de l’Église et de la République : ce n’est pas la Saint-Philippe qu’on célèbre ce jour-là, pas plus qu’on ne commémore un anniversaire républicain ou même socialiste. Or cette tradition de commémoration annuelle était si vivante (aussi bien dans les masses populaires que parmi les officiels2) que, dans les pays latins tout au moins, l’on ne tarda guère à la retrouver, en évoquant Fourmies ou les martyrs de Haymarket – mais il est clair qu’elle restera seconde. La coïncidence avec la tradition folklorique du mai, dans de nombreuses régions d’Europe, dont la région lyonnaise, n’est pas tout à fait fortuite, mais cela ne possédait pas de pouvoir mobilisateur particulier, surtout dans de grandes agglomérations où la rupture avec les traditions rurales s’était déjà effectuée. Ne restait donc qu’un symbolisme du renouveau printanier assez général, ce qui ne signifie pas sans efficacité3. Ce serait une fête, mais tournée vers l’avenir, et non vers le passé... Acte de foi dans l’avenir régénérateur de la classe ouvrière, constitutif lui-même de cette classe ouvrière, peut-être aussi mesure de la capacité du prolétariat à inventer de nouvelles fêtes. Nous nous efforcerons d’en juger, à partir des vingt-cinq Premier Mai d’avant 1914.

  • 4 Texte de Guesde, Le combat, 1er Mai 1890 (Dommanget, op. cit., p. 130). On notera que, bien qu’éma (...)

3Nous n’échappons pas pour autant à notre problématique générale. Car si le terme de manifestation était expressément employé dans la résolution, son sens n’était alors absolument pas clair, et prêtait à des interprétations fort diverses4. L’enjeu de cette étude sera donc aussi de déterminer quelles formes successives prit la manifestation et quand elle adopta celle qui nous est si familière, d’un défilé dans les rues de la ville. Chemin faisant, nous pourrons peut-être ainsi nuancer la vision courante qui fait de l’assistance à cette journée une sorte de baromètre de la conscience de classe.

La manifestation des 10 et 24 février 1889

  • 5 Seul Dommanget (op. cit., pp.74-80) s’étend quelque peu sur ces deux journées. Encore n’a-t-il tra (...)

4À l’origine de la résolution du Congrès international de Paris, deux militants guesdistes, Jean Dormoy et Raymond Lavigne, qui purent invoquer le succès récent de la double manifestation des 10 et 24 février 18895. Au congrès de Bordeaux-Le Bouscat de la Fédération nationale des syndicats (28 octobre-4 novembre 1888), ils avaient fait remarquer qu’il ne servait à rien d’adresser aux pouvoirs publics les résolutions d’un congrès tenu dans une seule ville, et obtenu que ces revendications deviennent l’affaire des syndicats ouvriers de toutes les villes de France : « Le dimanche matin 10 février, les délégués se rendront à la préfecture ou à la sous-préfecture dans les villes, ou à la mairie dans les autres localités, et autant que possible, remettront la pétition au destinataire en personne ». C’était mettre sur pied, à l’exemple britannique, une manifestation d’ampleur nationale, mais sans y impliquer la population ouvrière. La suite est plus originale et plus spectaculaire : « le dimanche 24 février, la délégation y retournera pour chercher la réponse ; elle sera appuyée et suivie par une foule ouvrière aussi nombreuse que possible, en s’y préparant dans l’intervalle ». Il s’agissait de mobiliser les travailleurs et de frapper l’opinion, en exigeant une réponse à une date, l’anniversaire de la révolution de février 1848, qui ne peut avoir été choisie au hasard. On escomptait naturellement des fins de non-recevoir ; mais les uns, guesdistes surtout, pensaient montrer ainsi leur capacité à représenter nationalement et localement le prolétariat, les autres, par exemple anarchistes, que cette « dernière mise en demeure solennelle » ayant prouvé son inefficacité, on pourrait alors passer aux choses sérieuses, la grève générale, dont le congrès venait d’acclamer le principe ; certains la voyaient même débuter dès le 25 février...

  • 6 Com. spé., 12. 01. 1889 (A.D.R., 10MpC129) : 230 assistants, dont au moins vingt prirent la parole (...)
  • 7 Ibid., Trois orateurs anarchistes, dont Bernard, conseiller prud’homme serrurier.
  • 8 Ibid., com. spé., 13. 02. 1889.

5À Lyon même, cette résolution fut connue par la presse, bien sûr, mais aussi par des réunions publiques où les délégués au congrès de Bordeaux et au congrès socialiste de Troyes, tenu peu après, vinrent rendre compte de leur mandat, salle Rivoire, le 24 novembre 1888, puis le 12 janvier suivant. Elle y rencontra un assentiment presque général. Ce n’est pas là que se décidèrent les modalités concrètes de l’organisation des deux journées ; le cadre se prétait mal à discussion précise et sérieuse6. Il n’empêche que dans ces réunions apparurent d’intéressantes divergences sur ce qu’il conviendrait de faire exactement. Certains anarchistes, hostiles ou du moins réservés à la perspective d’une manifestation pacifique, sans combattre ouvertement le projet, demandent avec insistance ce qui est prévu, « si nous sommes bousculés par la police, le 10 février7 ». Ils conseillent à mots couverts de s’armer, et concluent que, « dans tous les cas, il se présentera là une belle occasion de manifester énergiquement, comme nous, anarchistes, n’en avons jamais eu de pareille. Vous devez en profiter ». En clair, procéder à des actes révolutionnaires. Au jour dit, on les signalera sur la place des Terreaux, venus au cas où8...

  • 9 Ibid., 12. 01. 1889. Assister : Truckmann, blanquiste, verrier ; se réunir et se porter à la mairi (...)
  • 10 Ibid., réunion salle Rivoire, 19. 01. 1889. « Le 10 février prochain, les vingt ou trente mille ma (...)
  • 11 Ibid., réunion salle du Lion d’Or, 9. 02. 1889.
  • 12 Ibid., Com. spé. et com. pol. Hôtel de Ville, (réunion publique, Croix-Rousse, 2. 02. 1889) : pro (...)
  • 13 Ibid., Com. spé., 9. 02. 1889, (Conseil local lyonnais de la Fédération nationale des syndicats, l (...)

6D’accord pour que cette manifestation soit résolument pacifique, car « aujourd’hui nous sommes dans un moment de calme », et non d’« effervescence révolutionnaire » – c’est après tout une vision plus réaliste de la situation –, les autres participants aux discussions sont en fait assez divisés : malgré la confusion des positions développées, on peut noter que les uns, anarchistes, blanquistes, socialistes révolutionnaires indépendants insistent constamment sur le nombre des participants nécessaire, sur la propagande à faire pour y amener le plus d’ouvriers possible... « Il faut que nous soyons cent mille pour aller chez le maire et sa majesté le préfet, afin de leur en imposer ». Mais on ne voit pas bien s’il s’agit d’assister à la manifestation, c’est-à-dire à la remise des pétitions place des Terreaux, ou bien de se réunir pour se porter tous ensemble sur la mairie et la préfecture9. En revanche, d’autres mettent en garde contre les provocations possibles en cas de rassemblement massif : parmi eux les conseillers municipaux socialistes, Choux, Colliard, prêts à recevoir les participants sur le perron de l’Hôtel de Ville, mais soulignant, le premier la nécessité de « nommer une délégation par voie d’élection10 », le second celle de se conformer aux lois qui défendent toute manifestation sur la voie publique11. Or les guesdistes, qui dominent alors la Fédération des syndicats lyonnaise, en viennent rapidement à penser que la meilleure formule, et la moins dangereuse, serait le simple envoi de délégations syndicales à l’Hôtel de Ville. Après réunion préparatoire avec le maire, avec les conseillers municipaux socialistes, on s’en tint là, en escomptant toutefois que la foule se porterait en masse « voir passer (ses) délégués allant à l’Hôtel de Ville », comme elle l’avait fait lors de la toute récente visite du président de la République12. Les délégués des syndicats seraient mandatés pour déposer une pétition auprès du maire, demandant entre autres choses la création d’une Bourse du travail, et une autre au Préfet, réclamant les huit heures, la fixation d’un minimum local de salaire en fonction du coût de la vie. À dix heures du matin, se rassembleraient boulevard de la Croix-Rousse les délégués des tisseurs ; place Bellecour, ceux des corporations du quartier de Perrache ; enfin place Saint-Pothin, ceux des corporations habitant la rive gauche du Rhône ; mais on protesta, en réunion publique, contre les insinuations du Lyon républicain, tendant « à changer le caractère pacifique de la manifestation en provoquant des rassemblements sur les points désignés » ; et cela fut inscrit dans l’ordre du jour13.

7De leur côté, les autorités ne restaient pas inactives : informées très tôt de ce qui se tramait, et des dispositions pacifiques des organisateurs, elles ne semblent pas s’être beaucoup inquiétées. Le maire déclara qu’il recevrait la délégation, tout en multipliant les conseils de prudence ; le préfet fit savoir par les journaux que « la délégation des chambres syndicales ne sera reçue, le dimanche 10 février, que si elle se présente en petit nombre, et sans être accompagnée ni appuyée dans la rue d’une foule plus ou moins nombreuse. Aucun attroupement, aucune manifestation en bande ne seront tolérés sur la voie publique. L’ordre et la liberté de la circulation seront assurés ». On prévit simplement de doubler les postes de gardiens de la paix du centre-ville, de disséminer dans la foule place des Terreaux une cinquantaine d’agents de la sûreté et de faire occuper l’Hôtel de Ville par cinquante hommes et un tambour (pour d’éventuelles sommations). Les rapports du commissaire spécial insistaient sur le fait qu’« un grand nombre de syndicats ont accueilli froidement cette proposition de manifester », en raison notamment de l’appel lancé par la fédération aux groupes politiques, qu’« un certain nombre même des syndicats qui ont voté cette manifestation ne s’y rendront pas, à part les délégués, et (qu’) il y aura beaucoup plus de curieux que de manifestants. Ce sont principalement les blanquistes qui prendront part à la manifestation ». « Jusqu’alors il n’a été question d’exhiber aucun drapeau... » « En résumé tout paraît indiquer qu’il n’y aura pas d’agitation ni de tumulte dans la rue ».

  • 14 Ibid.. rapports au com. spé., et synthèse de celui-ci, 13. 02. 1889.

8Il n’y en eut guère, en effet. D’abord parce que la corporation la plus puissante refusa de se joindre aux délégations : les tisseurs apportèrent seulement une pétition aux autorités, légèrement différente de celle de la Fédération des syndicats. Ensuite probablement, parce que, à supposer qu’ils aient été désireux de participer, les simples ouvriers n’avaient pas de rôle bien défini, à part se trouver en spectateurs sur la place des Terreaux, où il fut bien entendu difficile de décompter les curieux des manifestants. Enfin sans doute à cause de la dispersion des cortèges prévus : si ne devaient y participer que trois ou quatre délégués par syndicat, ceux-ci étant une cinquantaine, on atteignit péniblement le chiffre de deux cents personnes, à répartir en trois groupes : soit les effectifs de cortèges compagnonniques, le folklore en moins... Aucun policier ni journaliste ne crut bon de suivre ces délégations dans leur trajet jusqu’aux Terreaux. Nous savons simplement qu’il dut y avoir quelque deux mille cinq cents personnes devant l’Hôtel de Ville pendant le temps où les délégués étaient reçus par les autorités. C’est ensuite seulement que se produisit ce qui pour nous ressemble le plus à une manifestation : à la sortie des délégués, que les policiers nous disent très satisfaits (« Farjat resplendissant »), la masse des spectateurs, « jusque-là gouailleuse », se précipite vers eux, « un grand diable zingueur de la Chambre syndicale (...) commandait la marche, et alors une colonne sur quatre de front se mit en mouvement et se dirigeant par la rue de l’Hôtel de Ville se rendit à la Fédération » ; à la salle du passage Coste, les délégués rendirent compte en un quart d’heure de ce qui leur avait été dit, devant quatre à cinq cents personnes. Les agents, trop éparpillés, n’avaient pu s’opposer à la formation de la colonne, à laquelle ils ne s’attendaient manifestement pas : il y aurait eu là deux à quatre cents personnes « de tous états, mal habillés, en tenue de travail surtout ». Ni chants, ni cris : ce cortège n’était pas, pour les participants, la manifestation, il n’en était qu’un prolongement improvisé Mais ç’avait été aussi le moment le plus spectaculaire de la journée14...

9Sur le succès de la manifestation, les avis divergeaient totalement. Pour l’administration, ce fut un échec du Conseil local lyonnais de la Fédération. Un millier de participants véritables au maximum, et des dissensions à prévoir parmi les syndicats lyonnais. Mais, lorsque le samedi, en réunion publique, on fit le bilan de ce qui s’était passé et des projets pour le 24 février, les agents de la Préfecture notent que les orateurs, convaincus d’avoir été dix mille sur la place, espèrent bien être le double le dimanche suivant...

10Entre temps, la situation politique nationale avait changé : le ministère Floquet, soupçonné d’inefficacité dans la lutte anti-boulangiste, trop à gauche pour la majorité de la Chambre des députés, avait été renversé le 14. Le nouveau ministre de l’intérieur, Constans, peu suspect de faiblesse vis à vis du boulangisme ou des pressions de la rue, donna ordre aux préfets de ne pas recevoir les délégations, et de ne pas tolérer les rassemblements, ni les marches processionnelles dans les mes. De son côté, le maire de Lyon faisait savoir aux syndicats que, puisque le conseil avait accepté le principe de la création d’une Bourse du travail, il était inutile qu’ils revinssent le 24.

11Après quelques flottements de dernière heure, les syndicats lyonnais décidèrent de manifester quand même, car on ne pouvait reculer devant une simple fin de non-recevoir, et tout s’était bien passé deux semaines auparavant. Cette fois tous étaient d’accord pour essayer de rassembler les manifestants aux points de départ des cortèges, mais la réalisation présentait quelques difficultés : on envisagea différents subterfuges pour que les syndiqués soient amenés à se réunir le matin du 24, et qu’on puisse alors leur proposer de suivre leurs délégués, ruses grossières qui ne durent pas tromper grand monde. Il n’y eut pas plus de participants aux cortèges derrière les délégués, ni plus de monde que le 10 sur la place des Terreaux, et les délégations ne furent pas reçues. Mais la suite était prévue et organisée : « On refuse de nous recevoir, citoyens, tous à la salle Rivoire ! » ; la formation de la colonne derrière les délégués, à quatre de front sur la chaussée, « 1e mot d’ordre étant répété de distance en distance par les délégués des chambres syndicales, qui réunissent ainsi les membres de leurs groupes respectifs », quelques cris sous les fenêtres du maire. « Les négociants paraissent apeurés, et plusieurs dames se sauvent en poussant des cris de peur. » La manifestation semble avoir été un peu plus nombreuse que la fois précédente, et l’assistance à la réunion, annoncée par affiches, fut d’environ huit cents personnes. Elles se séparèrent après trois quarts d’heure au cri de « Vive la Commune ! ».

12Il est clair que, pour l’autorité, il n’y avait pas là de quoi fouetter un chat. La fermeté préconisée par le préfet avant même la circulaire de Constans semblait payante : la mise en demeure n’avait pas débouché sur grand-chose, ni le préfet ni le maire n’avaient perdu la face, et c’était un moindre mal qu’une colonne de cinq cents personnes s’éloignant de la place des Terreaux pour gagner une salle de réunion sur la rive gauche. Mais à l’inverse, les organisateurs avaient eux aussi sauvé la face, puisqu’ils n’étaient pas demeurés sur le refus de les recevoir, qu’ils avaient défilé nombreux dans les rues du centre, et ce sans désordre, donnant ainsi la preuve de leur maîtrise de leurs troupes. Le cortège de manifestants naît ainsi, comme un moindre mal de part et d’autre, comme une forme en deçà du rassemblement massif espéré, masquant la désillusion sous les apparences de l’organisation, mais au delà de l’échec entrevu et du ridicule, tout en conservant, fait essentiel, à cette mise en demeure finalement assez risquée son caractère pacifique. D’une certaine manière, la manifestation-cortège politique, la nôtre, accède pour la première fois à l’autonomie vis-à-vis des pouvoirs publics : indépendament de l’accueil escompté, elle se fixe des buts propres, autour d’un mot d’ordre, même si ce n’est encore que le nom d’un lieu de réunion. Acquis fragile : l’attitude des bourgeois dans la rue montre encore à quel point l’assimilation avec la révolution et l’émeute est dans tous les esprits. Les deux premiers Premier Mai se feront dans la même tension.

La classe ouvrière tout entière dans la rue

  • 15 Sauf exception, toutes les informations proviennent des cartons 10 MpC135 (Premier Mai 1890) et 10 (...)

13Jeudi, premier mai 1890 : depuis la veille, il pleut15. La manifestation a été annoncée par des affiches apposées sur les murs, des circulaires ont été distribuées, deux mille, notamment, aux Chantiers de la Buire. La veille, trois réunions « pour préparer le premier Mai », toutes organisées par la Fédération nationale des syndicats ouvriers. Succès mitigé à Vaise, mais deux mille personnes à la Bourse du travail, l’ancien théâtre des Variétés et douze cents à la Brasserie Gruard, à la Croix-Rousse. Il est prévu de se rassembler à une heure et demie sur sept points pour accompagner les délégués de la soixantaine d’organisations syndicales et de la dizaine de groupes socialistes qui iront porter à l’Hôtel de Ville la pétition demandant, entre autres choses, l’instauration de la journée de huit heures. Sont envisagées, dans l’après-midi, une grande réunion publique dans la salle de la Bourse du travail, et trois autres réunions de quartier, le soir : à Vaise, à la Croix-Rousse, et à la Guillotière, salle Rivoire. De son coté, le préfet, au vu de rapports alarmistes, a fait consigner toute la garnison, occuper militairement l’Hôtel de Ville, et déployer troupe et gendarmes pour interdire l’accès aux places des Terreaux et de la Comédie. Les commerçants des principales rues du centre baissent leurs rideaux, les armureries en particulier.

  • 16 Com. spé., 1er Mai 1890 (ADR, 10 MpC135). Voir la carte 5, p. 271.

14Les inquiétudes préfectorales s’avérèrent infondées : tout se passa comme prévu, il n’y eut pas de journée révolutionnaire. Si les rassemblements de la place Saint-Georges, de Vaise, de Saint-Clair et du cours du Midi furent peu nombreux, de quelques dizaines à quelques centaines de personnes, ceux de la Croix-Rousse, de la Guillotière et des Brotteaux furent massifs : cinq à six mille tisseurs au Gros-Caillou, qu’ordonnent les délégués de la Chambre syndicale des tisseurs, et qui descendent la Grand-Côte derrière le député Couturier, « tranquillement, sans se presser ». Quelque trois mille personnes, plâtriers, cordonniers et vitriers en tête place Mazenod, qui remontent en silence l’avenue de Saxe avant de franchir le Rhône par le pont Lafayette ; quatre à cinq mille manifestants, boulevard des Brotteaux puis place Kléber, les teinturiers au premier rang. Le plus grand calme ; nulle part, on n’arbore de drapeau, nulle part on n’entend de chants. Devant les barrages, les colonnes de manifestants n’insistent guère : puisque le préfet se refuse à recevoir les délégués, on remet le texte de la pétition aux commissaires de police. Seules quatre ou cinq personnes furent arrêtées pour tentative de passer outre. Les flots de participants s’écoulent paisiblement par les voies latérales, vers les quais et le pont Morand ; quand deux colonnes se croisent, elles se saluent du cri de « Vive la Sociale ! ». « La population qui stationne dans les rues ou qu’on aperçoit aux fenêtres ne parait pas beaucoup s’émouvoir16. »

  • 17 Et non, comme cela avait été envisagé, à barrer les ponts ou à disperser les rassemblements à leur (...)
  • 18 Com. spé., 02. 05. 1890 : les manifestants, estimés à dix-huit mille, étaient encadrés par « les s (...)

15Journée grandiose ou échec cinglant ? Dans son rapport au ministre de l’Intérieur, le préfet s’attache à minimiser l’ampleur de la manifestation, qu’il évalue à sept mille personnes, chiffre « misérable » par rapport aux « 320 000 personnes qui composent la population ouvrière du Rhône »... Pourtant, jamais manifestation n’avait atteint pareil nombre d’après les sources officielles, et, à les en croire, il n’y en aura guère qu’une ou deux qui l’atteindront avant 1914. Si échec il y a, c’est par rapport aux desseins prêtés aux meneurs : « au fond, qu’on le veuille ou non, le mouvement du Premier Mai a essayé d’être, non pas un mouvement ouvrier, mais un mouvement révolutionnaire : il a misérablement échoué. » On sent le préfet hanté par le spectre de la révolution lyonnaise du 4 septembre, et de toutes ses devancières, et la stratégie adoptée – faire de l’Hôtel de Ville une forteresse inexpugnable – en découle17. Mais, comme l’objectif des manifestants n’était justement pas celui-là, ce que tout démontre dans leur attitude, de leur défaut d’agressivité et de leur discipline jusqu’à leur silence, et à l’absence de tout emblème séditieux18, ce fut pour eux un très grand succès. Vingt-cinq ans après, la mémoire ouvrière vibrera encore au souvenir des cent mille manifestants. Que le chiffre du préfet doive être au minimum doublé, c’est ce que les journaux et les rapports du jour des commissaires de police, rédigés indépendamment les uns des autres, permettent d’affirmer, même sans aller comme le Petit Lyonnais jusqu’à trente mille personnes. Autre signe qui ne trompe pas, l’affluence aux réunions de compte rendu : deux mille personnes l’après-midi à la Bourse du travail, et le soir la salle Rivoire archi-comble avec peut-être seize cents assistants ; encore deux mille cinq cents à la Croix-Rousse, et un millier de personnes restent dehors. L’on comprend qu’un tel succès ait donné envie de renouveler semblable démonstration de force.

  • 19 D’après l’imprimeur, auraient été distribués sur la voie publique et dans les boîtes aux lettres c (...)
  • 20 Selon le Salut public, (2. 05.), à la Bourse du travail, le 30 avril au soir, aussi bien l’anarchi (...)

16Restait cependant qu’une aussi imposante mobilisation n’avait pas suffi à faire aboutir la revendication des huit heures, et que les pouvoirs publics étaient demeurés sourds. Aussi ne s’étonnera-t-on pas de voir reprises l’année suivante, avec beaucoup de force, des critiques entendues à mi-voix dès 1889 : les travailleurs ne sont pas des mendiants, pour aller trouver les pouvoirs publics. Malgré l’opposition résolue des guesdistes, qui voulaient conserver au Premier Mai le caractère de manifestation internationale pour des réformes économiques, et de certains blanquistes, qui estimaient que si l’on ne se dirigeait pas vers les bâtiments officiels dans un but révolutionnaire, manifester ce jour-là équivalait à « rétablir les processions, moins les cierges », la commission exécutive du Premier Mai prenait le parti d’affirmer la volonté d’autonomie de l’action ouvrière, en allant déposer sur les tombes des insurgés de 1831 et de 1834 une couronne d’immortelles rouges portant la devise célèbre « Vivre en travaillant ou mourir en combattant ». La virulence des polémiques comblait d’aise la presse conservatrice, qui en espérait un moindre succès de la journée. Pourtant, le jour venu tous furent présents : anarchistes, blanquistes ou même guesdistes, député en tête, répondant à un appel de la Fédération des syndicats ouvriers très largement diffusé, par affiches et par tracts19. Et tous escomptaient une manifestation pacifique20 ; le préfet en décida autrement.

Carte 5. Le premier Premier Mai (1890)

Carte 5. Le premier Premier Mai (1890)
  • 21 L’Express de Lyon, 2.05. 1891.

17Au matin, la Bourse du travail fut occupée par la troupe ; lorsque les manifestants descendus de la Croix-Rousse, ou bien venus de Saint-Clair ou des Brotteaux se présentèrent place Tolozan, le passage était barré ; après quelques incidents, et un long détour, la colonne put cependant gagner la Guillotière. Les portes du cimetière de la Madeleine étaient fermées, les abords gardés par l’armée, et les cuirassiers chargèrent place Saint-Louis pour enlever à la foule la couronne et autres emblèmes séditieux. Refoulés et tronçonnés, toutes les salles de réunion leur étant fermées, des manifestants errèrent par bandes durant toute la fin de l’après-midi, se heurtant aux barrages policiers sur les ponts et aux charges de cuirassiers surexcités à la vue de drapeaux rouges ou noirs. Il est donc absolument inutile d’incriminer, comme le fit la police, souteneurs et repris de justice venus des bas-fonds de la Guillotière. Le plus surprenant est encore qu’il n’y ait pas eu davantage de blessés, et que les heurts n’aient pas été plus graves ; et comme certains journaux le mirent en évidence dès le lendemain, la responsabilité des affrontements peut être imputée aux autorités21.

18Les manifestants différaient-ils de ceux de l’année précédente ? Nous avons plus d’indices que de certitudes. Ils étaient moins nombreux qu’un an auparavant : le commissaire spécial hésitait selon les destinataires de ses rapports entre deux et quatre mille ; mais même le Nouvelliste, peu suspect de sympathie pour les manifestants, estima la foule qui s’était présentée devant le marché Saint-Louis, près du cimetière, à plus du double. Le journaliste du Lyon républicain a vu «beaucoup de jeunes gens dans toutes les colonnes », mais sur la cinquantaine de personnes arrêtées, moins de la moitié n’atteignent pas la trentaine ; et près du quart dépassent quarante ans... À peu près tous les métiers sont représentés, même si l’on peut remarquer la faible place de la Fabrique proprement dite, et des corporations du bâtiment, quand on compte un nombre non négligeable d’employés de commerce ou de manœuvres. En somme, un échantillon relativement représentatif de la classe ouvrière lyonnaise, sans doute pas très différent de ceux qui avaient défilé l’année précédente.

  • 22 Qu’il y ait ici une adaptation lyonnaise du geste des socialistes parisiens au Mur des Fédérés ne (...)

19En revanche, l’attitude des manifestants diffère, elle, du tout au tout : l’heure n’est plus à la démarche du quatrième État auprès des pouvoirs publics, mais à l’affirmation des valeurs, des signes et des symboles propres à la classe ouvrière. Les manifestants veulent ignorer les autorités, et honorer leurs pères, leurs morts, avec lesquels la couronne qu’ils comptent déposer au cimetière affirme bien haut leur solidarité22. Ils font une halte devant l’église Saint-Bonaventure, haut lieu de la répression de 1834. Ils sont, nous rapporte-t-on, en habits de fête. Mais dès qu’ils se heurtent à l’armée ou à la police, les cris fusent : « Vive la Commune ! Vive la Sociale ! Vive le Premier Mai ! À bas les repus ! À bas la police ! ». Et si l’on chante La Marseillaise et la Carmagnole, on ne signale pas de drapeau tricolore, mais bien, pour la première fois depuis la Commune, de très nombreux drapeaux rouges, et des drapeaux noirs, en tête des colonnes.

Les années ternes, ou le Premier Mai à la recherche d’une formule

  • 23 Y. Lequin, Les Ouvriers de la région lyonnaise..., t.2, pp. 315-16 et 361-62 ; J.-P. Brunet, Saint (...)
  • 24 A. Hirschman, Bonheur privé, action publique, sur l’alternance des périodes de mobilisation et de (...)

20On sait que Maurice Dommanget, retraçant les succès et échecs du Premier Mai et du mouvement pour les huit heures, voit après quelques années la journée perdre de sa vigueur, et propose pour la période suivante, jusqu’à la reprise par la C.G.T. de la campagne pour la limitation de la journée de travail dans la perspective du Premier Mai 1906, le qualificatif d’années ternes ; les dernières années d’avant-guerre lui apparaissent tout aussi dépourvues d’éclat. Les études régionales tendent à confirmer ces appréciations, qu’il conviendrait de nuancer en fonction de la conjoncture locale, de telle ou telle grève, ou nationale, avec telle ou telle campagne d’opinion23. De telles oscillations dans l’ardeur militante peuvent être souvent établies, qu’on les déplore, ou qu’on s’attache à les expliquer24. Mais on ne doit pas oublier qu’aussi médiocre qu’il ait paru certaines années, le Premier Mai survécut à ces périodes ternes, que c’est dans ces périodes qu’il s’enracina et qu’il devint un « rituel de la classe ouvrière », malgré les critiques, notamment celles des anarchistes.

  • 25 Là encore, la source principale est constituée par les cartons des ADR, 10 MpC137-l43. La lacune q (...)
  • 26 Le Nouvelliste du 2 mai 1892, prêtant la parole à un « révolutionnaire » : « et puis, on ne manife (...)
  • 27 Dommanget, op. cit., p. 169 ; A.D.R., 10MpC137.
  • 28 L’Action, 30. 04 et 3. 05. 1892.

21Si l’on reprend l’analyse des vingt-cinq années en étudiant, outre le nombre des participants, évidemment sujet à évaluations divergentes, la forme qu’a prise la journée25 (graphique et carte 6), on constate en effet qu’il n’y a que deux années où il ne se soit absolument rien passé à Lyon : 1892 et 1904. Ce sont deux dimanches et si, ces jours-là, le Premier Mai perdait son caractère de journée de lutte26, cela ne suffit pas à expliquer l’abstention des ouvriers lyonnais puisque, en 1898 et 1910, sans être marquée par une participation exceptionnelle, la journée donna lieu à manifestation. En fait, dans les deux cas, les citoyens étaient appelés aux urnes pour élire leurs conseillers municipaux. En 1892, les dirigeants nationaux du Parti ouvrier avaient donné pour consigne de faire la manifestation du Premier Mai en votant pour des candidats ouvriers et on afficha à Lyon un placard dans ce sens ; les autres groupes socialistes semblent avoir partagé ce point de vue27. Si bien que personne ne tenait à manifester ce jour-là, sauf évidemment les anarchistes, dont la police refroidit l’ardeur par une quarantaine d’arrestations préventives. Le 30, la direction lyonnaise de la Fédération nationale des syndicats expliqua vouloir « laisser la rue libre afin que le gouvernement ne puisse trouver aucun prétexte pour annuler les résultats électoraux qui lui seraient défavorables. Nous n’abandonnons pas notre manifestation, au contraire, mais nous avons cru qu’il était possible de faire aboutir une revendication qui dépend de l’administration municipale » (la réouverture de la Bourse du travail). Après la clôture du scrutin, les ouvriers syndiqués pourraient se tenir aux abords des mairies, et une fois les résultats proclamés, se diriger en colonne vers le centre de la ville, vers le café où siégeait la fédération des comités socialistes ; en fait, rien ne se produisit et l’on s’en consola en disant que « la manifestation électorale qui a eu lieu en vaut bien une autre, car chaque bulletin socialiste déposé dans l’urne est une réclamation en faveur de la journée de huit heures28. » En 1904 on s’abstint de théoriser l’absence de toute activité du Premier Mai : le débat sur l’utilité de la participation aux élections était clos au sein du mouvement ouvrier, et l’habitude de fêter le Premier Mai ne paraissait pas devoir être mise en péril par une interruption d’une année.

Réunions et manifestations du premier Mai (1890-1914)

Réunions et manifestations du premier Mai (1890-1914)

22Pour les autres années, le nombre des participants peut être reconstitué à partir des sources habituelles, en tenant compte des divergences bien connues : malgré les incertitudes de détail, le sens de l’évolution semble clair. Se détache largement le Premier Mai 1890 ; puis viennent, avec quelque six mille participants, ceux de 1891 et de 1906 ; n’a ensuite approché les quatre mille personnes que l’année 1914 ; n’atteignent les trois mille que 1901, 1911 et 1912. Si le début du palmarès ne surprend guère, encore que l’on aurait pu attendre mieux de 1906, le quatrième rang de 1901 est plus inattendu. Si l’on s’efforce maintenant de dégager des moyennes pluri-annuelles, on peut dégager trois phases : les premières années, marquées par une mobilisation exceptionnelle mais déclinant rapidement (1890-93) ; une vingtaine d’années (1893-1910) à un faible niveau, autour de deux mille personnes, avec les deux pics de 1901 et 1906 ; enfin les quatre dernières années d’avant-guerre, à un niveau plus proche de trois mille manifestants, en hausse sensible donc, mais qu’il semble difficile d’expliquer pour le moment, sans faire référence à la forme prise par la célébration de cette journée.

23Observons tout d’abord de quelle manière se rassemblaient les participants : dans dix-sept cas sur vingt-cinq, les organisateurs de la journée avaient prévu une réunion publique, qui fut, ou non, suivie de manifestation sur la voie publique. Dans six cas seulement, les manifestants furent convoqués directement sur une place ou dans la rue. Or, ces six Premier Mai appartiennent, à une exception près (1901), à la première ou à la dernière période, et ils sont tous au nombre des huit premiers par ordre d’affluence, seul 1913 faisant réellement exception. Au contraire, les dix-sept célébrations qui eurent pour forme initiale une réunion publique sont toutes situées dans la période 1893-1911, et leurs effectifs n’ont rien eu d’exceptionnel, Premier Mai 1906 mis à part. Comment expliquer cette corrélation ?

  • 29 Sauf le dimanche premier Mai 1910, où une réunion squelettique fut tenue le matin, les dirigeants (...)
  • 30 Com. spé. 20. 04. 1899 (A.D.R. 10MpC 140), à propos de la commission d’organisation du Premier Mai (...)
  • 31 Le Progrès, 2. 05. 1895.
  • 32 Ibid, 2. 05. 1899-

24Dans dix cas donc, le Premier Mai se réduisit à une simple réunion publique, tenue invariablement à la Bourse du Travail, presque toujours dans l’après-midi29. L’auditoire est assez constant, évalué par les organisateurs ou la presse sympathisante à deux mille personnes, et par les commissaires de police à douze ou quinze cents. Quelques années particulièrement sombres, l’assistance semble n’avoir même pas atteint le millier : en 1897, 1902 (entre les deux tours des législatives), en 1910. C’est la formule idéale des mauvais jours : on marque le Premier Mai quoi qu’il arrive, qu’il pleuve ou qu’il vente, sans s’exposer au ridicule et sans courir le risque inutile de se compter en public30. De leur côté, l’administration et la presse hostiles assistent narquoises aux événements, sans que la première juge utile d’intervenir, sauf en 1895, où un commissaire de police désireux de faire la preuve de son autorité mit à profit un incident mineur à la tribune pour dissoudre la réunion et faire évacuer la salle ; la presse, quant à elle, annonce régulièrement que le Premier Mai prend « le chemin qui conduit à l’oubli31 » ou bien qu’il « serait passé inaperçu si les uniformes n’avaient pas disparu des rues de Lyon32 » (la garnison était toujours consignée, par précaution). Formule des mauvais jours (1894-1899) ; formule de repli, en 1910 par exemple ; mais, non moins clairement, formule destinée à éviter tout incident : en 1906, après la scission de la commission d’organisation entre réformistes (les dirigeants de la Bourse du travail) et révolutionnaires de l’Union des syndicats, les premiers se contentèrent d’une réunion à la Bourse, qui se dispersa paisiblement.

  • 33 Com. pol. de la Part-Dieu, sur onze personnes arrêtées ce jour-là, une seule dépasse vingt-cinq an (...)

25Dans sept cas, pourtant, la réunion publique ne se dissout pas simplement, une partie des assistants se forme en cortège et commence à défiler dans les rues. Ainsi s’achève par exemple le Premier Mai 1893 : à la sortie de la Bourse du travail, une bande de manifestants composée de cinq ou six cents individus se rend à la gare de Perrache, accompagnant quelques-uns des orateurs qui doivent le soir même tenir une conférence à Givors. Ils sont encore une centaine pour se rendre ensuite devant Le Progrès, et vers les Terreaux, malgré l’arrivée de la police. Il est clair qu’il ne s’agit pas d’une manifestation massive, car seule une petite partie des assistants au meeting s’y est engagée. Et si Le Peuple a sans doute raison de protester contre les injures des bourgeois qui auraient traité certains des manifestants de « voyous » et de « souteneurs», le commentaire qu’il rapporte : « Oh la la, ce ne sont tous que des blancs-becs ! » semble correspondre à la réalité33. On voit que ce type de manifestation n’a rien de commun avec ce qui s’est produit les années précédentes, même s’il s’agit d’une certaine manière de la fin de la période héroïque du Premier Mai.

  • 34 Cinq cents personnes sur plus de deux mille en 1893, six cents sur quinze à seize cents assistants (...)

26Caractère improvisé de la manifestation, en fin d’après-midi ou en début de soirée, à laquelle n’a pas appelé la commission d’organisation ; des effectifs peu nombreux, la moitié au mieux des participants à la réunion34 ; beaucoup de jeunes et parfois très jeunes gens, des femmes quelquefois, en bandes très mobiles, qui chantent la Carmagnole derrière un drapeau rouge avant que la police n’intervienne ; des itinéraires marqués par l’improvisation, et par le souci d’éviter la police. Des objectifs que l’on pourrait qualifier de sentimentaux : la gare (1893), le journal socialiste Le Peuple, me de Condé (la proposition en fut faite dès 1899, mais on ne s’y rendit qu’en 1900 et 1901) ; le Progrès, que l’on va conspuer (1909)... ou bien pas d’objectif du tout, comme en 1906, où les manifestants semblent n’avoir eu que l’intention générale de tenir la rue, et éventuellement de passer le pont, ce que la police et les charges de cuirassiers s’employèrent à empêcher sans mollesse. Ces caractéristiques communes pourraient se résumer en une formule : il s’agit moins de manifestations que de raids dans la ville, et si possible dans le centre, dans la presqu’île.

De la « promenade » à la manifestation

  • 35 La manifestation du soir, au sortir du meeting, jusqu’au Peuple, se déroule sans incidents. Pour l (...)
  • 36 La visite au cimetière marque un ressourcement, vers l’autonomie ouvrière, symbolisée par ses disp (...)
  • 37 Plus de la moitié des assistants au meeting en 1903 d’après le Progrès ; en 1911, le nombre des as (...)
  • 38 La presse républicaine est désormais capable de nommer ceux qui sont en tête des colonnes, même s’ (...)
  • 39 Deux en 1903, un seul en 1905, mais au moins quatre, d’après le Progrès, en 1911.

27Après le tournant du siècle apparaissent pourtant des manifestations d’un autre style. Le modèle en serait fourni par la « promenade » de 1901, curieusement sans réunion publique préalable. Parti de la Bourse du travail, le cortège de trois à quatre mille manifestants était précédé par un peloton de gardiens de la paix. Aux premiers rangs, les dirigeants de la Bourse du Travail, les conseillers prud’hommes ouvriers, les secrétaires des syndicats, délégués par leurs camarades pour porter leurs revendications aux pouvoirs publics... ensuite venaient des « bannières rouges ornées d’un galon d’or, ce qui leur enlevait tout caractère séditieux» ; des anarchistes, derrière un fanion noir portant l’inscription « Vive la grève générale ! », et enfin « la foule, parfaitement en ordre, marchant sur quatre rangs, telle une troupe bien disciplinée ». À la fin du cortège, un groupe d’ouvriers portant une pancarte (« Victimes de la calotte, ouvriers licenciés des Arsenaux de Lyon demandent du pain ou du travail »). Le cortège emprunte le cours Morand au milieu d’une haie de spectateurs silencieux, traverse le Rhône et se rend place des Terreaux, devant l’Hôtel de Ville où des délégués sont reçus par le maire, le socialiste indépendant Victor Augagneur, que la foule acclame. Ensuite la colonne gagne la préfecture ; ses délégués y sont courtoisement accueillis, avant que tous rejoignent la Bourse du travail. Manifestation nombreuse, préparée à l’avance, aussi bien dans son ordonnance que dans ses accessoires ; manifestation toute pacifique, dont le trajet en boucle emprunte les grands axes de la ville et obéit sans doute à une volonté de réunir symboliquement les trois édifices où le cortège fait halte, s’achevant, pour plus de sûreté, par un grand meeting de compte-rendu. Démonstration de soutien du mouvement ouvrier aux pouvoirs publics, en retour inhabituellement bienveillants35, cet épisode est tout à fait exceptionnel. Mais certains traits s’en retrouvent dans le cortège qui va deux années plus tard fleurir la tombe du secrétaire de la Bourse du travail36 ; et dans ceux de 1905 et de 1911. Le trajet est annulaire : parti de la Bourse du travail, où l’on a pu s’assurer que les assistants sont assez nombreux, le cortège passe les ponts – ou du moins tente de le faire en 1903 – avant de revenir à son point de départ, au bout d’une heure ou d’une heure et demie. Les manifestants sont relativement plus nombreux que dans les cas précédents37, ils défilent derrière les dirigeants de ces mêmes syndicats, ou ceux de la Bourse du travail38, et derrière des drapeaux rouges de plus en plus nombreux, ceux des organisations syndicales, que la police ne cherche pas à saisir39 ; autrement dit, la manifestation a été organisée à l’avance. La couronne d’immortelles rouges de 1903 (« La Bourse du travail à Thozet »), ne se trouvait pas là par hasard, pas plus que la pancarte des verriers en 1911 : « Les nègres verriers. À égalité de travail, égalité de salaire ». Dans les premières années du siècle, le commissaire spécial fait encore mention des réticences des dirigeants de la Bourse, vis-à-vis d’une manifestation dont ils n’attendent pas grand’chose, mais on a un peu l’impression qu’il s’agit surtout de se couvrir en cas d’incidents. Il n’y a pas nécessairement négociation préalable avec les autorités de police, mais pas non plus volonté de les surprendre ; les gardiens de la paix, quant à eux, se contentent d’encadrer le cortège.

Carte 6. Parcours en boucle, de la Bourse du travail à la Bourse du travail

Carte 6. Parcours en boucle, de la Bourse du travail à la Bourse du travail
  • 40 Com. spé., 24. 04. 1912, ADR, 10MpCl42.

28Les derniers Premiers Mai d’avant-guerre semblent parachever cette évolution. Depuis le tournant du siècle, pas de Premier Mai sans tentative de manifestation après le meeting. L’attitude des forces de l’ordre restait variable : une certaine tolérance, toujours révocable en fonction du contexte politique général mais les incidents se faisaient décidément rares. La seule exception fut la flambée de violences du Premier Mai 1906, qui ne serait comparable qu’aux heurts ayant marqué le deuxième Premier Mai, celui de 1891. Encore faut-il insister sur le fait que celui-là, dont nous reparlerons, apparaît de toute manière atypique par son incontestable charge révolutionnaire, et qu’on peut voir en lui davantage un chant du cygne que l’aurore des temps nouveaux : quelques années plus tard, si les autorités continuent de prendre des mesures de précaution, elles ne craignent plus rien de grave. Ce qui change autour de 1910, ce n’est donc pas le fait que se soient produites des manifestations à l’occasion du Premier Mai, ni même qu’elles aient pris la forme de cortège, mais le fait que le cortège accède à l’autonomie au lieu de n’apparaître que comme une conclusion ou un prélude, et parfois les deux, à un meeting réussi ; le cortège prend alors la première place et devient l’essentiel de la manifestation. Plus d’itinéraires tortueux ou en boucle, variant d’une année à l’autre, commençant et s’achevant pour plus de sûreté à la Bourse du travail : on se réunit dans le centre ville, généralement place Bellecour ou à proximité, et l’on parcourt la rue de la République, l’on emprunte le pont Morand, et l’on poursuit jusqu’à la Bourse du travail. Pour si peu d’années, on ne peut encore parler de trajet rituel, stéréotypé ; mais ce parcours commence à paraître traditionnel, et il présente des avantages que nous révèle la dernière discussion dans les milieux syndicaux dont nous ayons retrouvé la trace, à propos de l’organisation du défilé de 1912. Hostiles aux propositions d’un syndicaliste révolutionnaire, l’ouvrier boulanger Darbon, les dirigeants modérés de la Bourse du Travail écartent l’idée de se rassembler devant l’Hôtel de Ville (il ne s’agit pas de faire démonstration d’hostilité, forcément politique, au maire radical) et de passer devant la préfecture avant de regagner la Bourse du Travail. En évitant les lieux du pouvoir, on limite les risques de collision, sans renoncer pour autant au passage par les rues du centre, devant les journaux. C’est l’opinion publique qu’il s’agit de prendre à témoin de la force et de la sagesse du mouvement ouvrier40. Toutefois cet itinéraire, initialement envisagé en 1913 et sur lequel se déroula le défilé de 1914, laisse également à l’écart les quartiers les plus populaires : il ne parcourt pas la Guillotière...

  • 41 ADR, 10MpC142, lettre du 28. 04. 1913, aux dirigeants de la Bourse du travail et de l’Union des sy (...)

29Du côté des autorités les choses ont également changé, comme le prouvent les tractations qui entourèrent le Premier Mai 1913. La manifestation traditionnelle semblait présenter cette année-là plus de risques que précédemment : en pleine campagne contre la loi de Trois ans, les dirigeants des syndicats, appuyés par le Parti socialiste, entendaient bien que le défilé fût par la puissance et par ses slogans, à la hauteur de ce qu’exigeaient les circonstances. Aussi le préfet voulut-il l’interdire ; il signifia sa décision aux journaux, et aux organisateurs41. Mais, après des négociations de dernière minute entre le secrétaire général pour la police et les élus socialistes, la manifestation eut lieu quand même. Simplement, l’heure en fut avancée, et le parcours modifié : on gagnerait le lieu du meeting prévu par les artères de la rive gauche, en évitant la presqu’île. Le préfet prétendit avoir obtenu l’interdiction des cris séditieux (« à bas les trois ans ! ») et des pancartes. On sauve la face comme on peut, car si le cortège fut maigrelet, son peu d’importance s’explique bien plus par le temps exécrable que par l’énergie du représentant du gouvernement ; quant au cri séditieux, lui seul, à en croire les journaux, ne l’avait pas entendu.

  • 42 Qui expliquent que cette année-là, après les incidents de la soirée du 16 décembre précédent, on a (...)
  • 43 ADR, 10 MpC143, com. spé. 23. 04. 1913. Il prévoit trois mille manifestants.

30Ainsi se trouve confirmée la banalisation de la manifestation du Premier Mai : en 1913, un préfet ne peut plus l’interdire et le droit à la rue en cette occasion parait acquis. La presse de droite s’indigne naturellement de ce recul de l’autorité, qu’elle oppose à l’énergie parfois déployée contre des catholiques. Mais il ne subsite rien des craintes disproportionnées qui se faisaient jour en semblable occasion, un quart de siècle plus tôt : le ton est parfois haineux, scandalisé lorsqu’on rapporte les chants et les cris antipatriotiques entendus, mais l’on traite surtout par l’ironie « la procession syndicaliste » et la satisfaction des dirigeants syndicaux en tête de la colonne. À l’inverse, si les dirigeants les plus modérés de la Bourse du travail continuent de nourrir quelques craintes42, et redoutent un débordement de la part des révolutionnaires de l’Union des syndicats, le commissaire spécial, à la veille du Premier Mai 1913, après avoir noté que « la plupart du temps, les efforts (des révolutionnaires) sont endigués par les réformistes, et même annihilés par l’indifférence avec laquelle la majeure partie des travailleurs accueille leurs projets », croit bon de signaler que « la manifestation du Premier Mai sera néanmoins assez importante, bien que l’enthousiasme ne soit pas grand, car elle est considérée comme une démonstration pacifique, mais nécessaire43 ». L’Union des syndicats avait prévu de disposer de brochures, journaux et cartes postales de propagande contre la vie chère, la loi de trois ans et en faveur de la semaine anglaise, pour les vendre au cours de la manifestation et pendant la réunion : comment croire encore à cette date que la manifestation est l’antichambre de la révolution ?

Les enseignements du Premier Mai

31Suivre le déroulement de la journée du Premier Mai pendant le quart de siècle qui s’écoule de son instauration jusqu’à la guerre permet de mettre en évidence des transformations importantes. Reste cependant à marquer quelques constantes, et à s’interroger sur les rapports qu’entretiennent la manifestation du Premier Mai et les autres formes d’occupation pacifique de l’espace public, que celles-ci prennent ou non la forme d’un cortège dans les rues de la ville, qu’elles soient le fait de manifestants ouvriers et socialistes ou non.

  • 44 ADR, 10 MpC 142, com. spé. 26. 04.1908. L’anniversaire du 18 mars, en revanche, est toujours marqu (...)
  • 45 Nouvelliste, 2. 05. 1914.

32Première remarque : à aucun moment le Premier Mai lyonnais ne prend l’allure d’une fête, et en ce sens le contraste est fort avec ce que l’on connaît dans d’autres pays, ou même dans d’autres régions de France. Il est vrai que l’organisation de véritables festivités publiques réclamait à tout le moins une certaine bienveillance des autorités ; or jamais celle-ci ne fut acquise, sauf en 1901 ; dans la majorité des cas, on peut tout juste parler de tolérance. Rappelons aussi que la commémoration annuelle du 18 mars, que la SFIO continue de cultiver après les divers partis socialistes, donne à une partie du prolétariat l’occasion de se rassembler de façon festive. Mais il est frappant de constater que les syndicalistes qui organisent le Premier Mai ne conçoivent pas eux-mêmes la journée comme une fête. Les réunions qui se tiennent dans l’enceinte de la Bourse du travail sont austères : des discours, essentiellement. Et si l’on envisagea, une année, une modification du programme habituel pour « faire quelque chose de nouveau pour le Premier Mai, soit un meeting en plein air, soit une représentation théâtrale avec conférence », on reconnut bien vite que l’on s’y était pris un peu tard... et nous n’entendons plus parler de semblables projets les années suivantes44. Quant aux travailleurs, on sait bien, et on le déplore, que la plupart de ceux qui chômeront occuperont une partie de la journée à jouer aux boules ; mais les plus conscients et organisés, ceux qui prennent part au meeting et à la manifestation ne veulent pas que la journée soit considérée comme autre chose que comme une journée de lutte : en témoigne le fait que les participants au défilé ne sont plus en habit de fête, mais en tenue de travail. Par contraste feront sensation les charpentiers allemands, venus pour l’exposition universelle, dans le cortège du Premier Mai 1914 : héritiers d’une autre tradition, ils ont revêtu leurs plus beaux habits, et défilent en haut de forme et en pantalons à pattes d’éléphant, suscitant d’ailleurs des commentaires moqueurs45.

33Deuxième aspect remarquable, et qui amène à poser une question. Le Premier Mai a été pendant toute la période l’affaire des syndicats : quelle que soit la sensibilité politique qui y domine – guesdiste tout d’abord, blanquiste et anarchisante ensuite – c’est la Fédération lyonnaise des syndicats que l’on trouve à l’origine des toutes premières manifestations, jusqu’au tournant du siècle ; puis le relais est pris par des commissions d’organisation du Premier Mai, où tous les syndicats semblent représentés. Les tensions entre révolutionnaires et réformistes, qui vont jusqu’à la scission et l’affrontement physique en 1905-1906, ne se traduisent pourtant qu’en cette seule occasion par la division au jour du Premier Mai : les années suivantes, les dirigeants de l’Union des syndicats et ceux, plus modérés de la Bourse du travail, collaborent pour l’organisation de la journée. En revanche, il faut constater que les grandes années du Premier Mai, celles qui voient les foules descendre dans la rue, sont celles où syndicats et partis collaborent : 1890-91, 1901, 1911-1914 ; le Premier Mai 1906 faisant ici figure d’exception. Autrement dit, nous aurions ici un modèle dont la validité restera à tester dans les chapitres suivants en examinant d’autres manifestations de masse, s’il s’en produisit. On pourrait le formuler ainsi : il n’y a pas de cortège massif à gauche sans que ce soit à l’initiative et avec l’encadrement des syndicats ouvriers ; mais il n’y aurait pas non plus de succès possible sans l’engagement, ou du moins la caution des partis politiques qui entendent représenter la classe ouvrière...

34Troisième remarque, qui elle aussi pose un problème : la panique que suscitèrent les deux premières célébrations suffirait à montrer que le cortège de manifestants n’était pas alors une forme normale de la vie politique ou syndicale. En revanche, le peu d’émotion que suscitent les défilés de l’immédiate avant-guerre permet de supposer que la pratique s’est alors considérablement banalisée. Deux hypothèses sont alors concevables sur le rôle qu’a pu jouer le Premier Mai dans cette banalisation : pour schématiser, il a pu en être l’agent, ou bien le témoin. S’il en fut l’agent, cela signifierait que l’évolution des manifestations du Premier Mai a précédé celle des autres manifestations : manifestation annuelle, devenue plus ou moins routinière après le tournant du siècle, le cortège du Premier Mai aurait-il constitué un banc d’essai pour organisateurs, autorités et manifestants ? S’il n’en fut que le témoin, ce serait que l’habitude de défiler dans les rues aurait été prise dans d’autres circonstances : soit que les habitudes de la vie publique se soient transformées au point que des cortèges nombreux – qui pourraient très bien d’ailleurs n’être ni politiques, ni syndicaux – soient devenus monnaie courante à la Belle Époque, soit encore que ce soit dans les grèves, ou dans les affrontements politiques, qu’une partie du prolétariat ait appris à manifester.

Notes

1 Sur le Premier Mai, le livre récent de M. Rodriguez ne dispense pas de relire celui de M. Dommanget. Pour une réflexion sur la place du Premier Mai dans les rituels de la classe ouvrière, E. J. Hobsbawm, « The Transformation of Labour Rituals... » qui montre que le mouvement d’institutionnalisation du Premier Mai vint de la base, et des masses ouvrières ; et les pages de Michelle Perrot sur le premier Premier Mai (« The First of May 1890 in France : the Birth of a Working-Class Ritual »),

2 Nous en avons donné des exemples avec les anniversaires des journées d’avril 1834, du 24 février, du 4 septembre et du 18 mars, et l’on en trouve ailleurs qu’à Lyon (par exemple, dans le Gard aux temps de l’Ordre moral ; cf. R. Huart, Le Mouvement républicain en Bas-Languedoc, pp. 374-378).

3 M. Perrot a montré que ce mois était celui où commençaient le plus de grèves (Les Ouvriers en grève, p. 110). Bien des ouvriers travaillaient encore au dehors : faut-il s’étonner de voir tant de terrassiers et de maçons dans les cortèges ?

4 Texte de Guesde, Le combat, 1er Mai 1890 (Dommanget, op. cit., p. 130). On notera que, bien qu’émanant des « pionniers » du Premier Mai, l’énumération n’inclut pas ce que Clemenceau, comme les hommes politiques du temps, appelait « les marches processionnelles dans les rues ».

5 Seul Dommanget (op. cit., pp.74-80) s’étend quelque peu sur ces deux journées. Encore n’a-t-il traité les manifestations provinciales que d’après les comptes rendus de la presse guesdiste.

6 Com. spé., 12. 01. 1889 (A.D.R., 10MpC129) : 230 assistants, dont au moins vingt prirent la parole en moins de trois heures.

7 Ibid., Trois orateurs anarchistes, dont Bernard, conseiller prud’homme serrurier.

8 Ibid., com. spé., 13. 02. 1889.

9 Ibid., 12. 01. 1889. Assister : Truckmann, blanquiste, verrier ; se réunir et se porter à la mairie : Monnier, parqueteur, anarchiste.

10 Ibid., réunion salle Rivoire, 19. 01. 1889. « Le 10 février prochain, les vingt ou trente mille manifestants qui iront à l’Hôtel de Ville ne pourront pas tous y entrer... ».

11 Ibid., réunion salle du Lion d’Or, 9. 02. 1889.

12 Ibid., Com. spé. et com. pol. Hôtel de Ville, (réunion publique, Croix-Rousse, 2. 02. 1889) : pro pos du tisseur Gabriel Farjat, dirigeant du P.O., dont on appréciera la comparaison, et le réalisme.

13 Ibid., Com. spé., 9. 02. 1889, (Conseil local lyonnais de la Fédération nationale des syndicats, le 7 ; et réunion publique du 9 dans le local de la fédération, passage Coste). Com. pol. Saint-Pothin, même jour.

14 Ibid.. rapports au com. spé., et synthèse de celui-ci, 13. 02. 1889.

15 Sauf exception, toutes les informations proviennent des cartons 10 MpC135 (Premier Mai 1890) et 10 MpC136 (Premier Mai 1891) des ADR.

16 Com. spé., 1er Mai 1890 (ADR, 10 MpC135). Voir la carte 5, p. 271.

17 Et non, comme cela avait été envisagé, à barrer les ponts ou à disperser les rassemblements à leur formation, méthodes qui n’auraient peut-être pas suffi face à une foule aussi nombreuse qu’elle s’annonçait, et qui provoquaient instantanément l’affrontement.

18 Com. spé., 02. 05. 1890 : les manifestants, estimés à dix-huit mille, étaient encadrés par « les syndics ou membres du bureau (des syndicats, qui) se tenaient en serre-file, pour maintenir les hommes dans leurs rangs ».

19 D’après l’imprimeur, auraient été distribués sur la voie publique et dans les boîtes aux lettres cinquante mille exemplaires de cet appel qui exhortait à l’unité face à « tous les potentats politiques et économiques », et s’achevait par ces mots « Vive l’Internationale ouvrière ! Vive la révolution sociale ! » ADR, 10MpC136.

20 Selon le Salut public, (2. 05.), à la Bourse du travail, le 30 avril au soir, aussi bien l’anarchiste Boriasse que Nachury, du Parti ouvrier sont très clairs. Le Petit Lyonnais du même jour dit que tous les ouvriers qui arrivaient place Tolozan étaient en habit de fête.

21 L’Express de Lyon, 2.05. 1891.

22 Qu’il y ait ici une adaptation lyonnaise du geste des socialistes parisiens au Mur des Fédérés ne fait guère de doute, mais on a déjà vu que l’attachement aux morts est un élément essentiel des mentalités des classes populaires. L’attitude du préfet ne diffère pas non plus de celle des autorités de police parisiennes lors des premiers cortèges au Mur. Cf. M. Rebérioux, « Le mur des fédérés », Les Lieux de mémoire, t. 1, La République, pp. 626-629.

23 Y. Lequin, Les Ouvriers de la région lyonnaise..., t.2, pp. 315-16 et 361-62 ; J.-P. Brunet, Saint-Denis..., pp. 109-110.

24 A. Hirschman, Bonheur privé, action publique, sur l’alternance des périodes de mobilisation et de vie politique intense et des époques de repli sur la vie privée.

25 Là encore, la source principale est constituée par les cartons des ADR, 10 MpC137-l43. La lacune qu’ils présentent pour les années 1900-1904 a été comblée en recourant à la presse, et aux informations du carton 4M256 (premier Mai 1901).

26 Le Nouvelliste du 2 mai 1892, prêtant la parole à un « révolutionnaire » : « et puis, on ne manifeste pas un dimanche, ce jour-là est un jour de chômage habituel et les ouvriers ne sont pas surpris de se trouver sans rien faire ».

27 Dommanget, op. cit., p. 169 ; A.D.R., 10MpC137.

28 L’Action, 30. 04 et 3. 05. 1892.

29 Sauf le dimanche premier Mai 1910, où une réunion squelettique fut tenue le matin, les dirigeants syndicaux sachant, dit le Nouvelliste, que l’après-midi était consacrée aux parties de boules en banlieue.

30 Com. spé. 20. 04. 1899 (A.D.R. 10MpC 140), à propos de la commission d’organisation du Premier Mai : « l’anarchiste Bonasse rappelle la proposition (...) tendant à organiser une manifestation et déclare qu’elle ne peut être prise au sérieux. Beau (secrétaire de la commission) dit qu’on se couvrirait de ridicule ».

31 Le Progrès, 2. 05. 1895.

32 Ibid, 2. 05. 1899-

33 Com. pol. de la Part-Dieu, sur onze personnes arrêtées ce jour-là, une seule dépasse vingt-cinq ans, et la plupart ont moins de vingt ans. A.D.R., 10MpC 138.

34 Cinq cents personnes sur plus de deux mille en 1893, six cents sur quinze à seize cents assistants à la réunion en l900 ; la moitié des mille participants au meeting de 1903...

35 La manifestation du soir, au sortir du meeting, jusqu’au Peuple, se déroule sans incidents. Pour la description de cette journée, on a recouru à la presse (Le Progrès, Le Lyon républicain, Le Nouvelliste, l’Express) ainsi qu’aux rapports du commissaire spécial, in ADR, 4M256.

36 La visite au cimetière marque un ressourcement, vers l’autonomie ouvrière, symbolisée par ses disparus, et fait suite, comme en 1890-91, à l’échec, ou aux résultats décevants de la démarche vers les pouvoirs publics.

37 Plus de la moitié des assistants au meeting en 1903 d’après le Progrès ; en 1911, le nombre des assistants et des manifestants sont à peu près équivalents.

38 La presse républicaine est désormais capable de nommer ceux qui sont en tête des colonnes, même s’ils ne sont pas titulaires de mandats électoraux.

39 Deux en 1903, un seul en 1905, mais au moins quatre, d’après le Progrès, en 1911.

40 Com. spé., 24. 04. 1912, ADR, 10MpCl42.

41 ADR, 10MpC142, lettre du 28. 04. 1913, aux dirigeants de la Bourse du travail et de l’Union des syndicats.

42 Qui expliquent que cette année-là, après les incidents de la soirée du 16 décembre précédent, on ait décidé de manifester dans la matinée, contrairement à l’habitude.

43 ADR, 10 MpC143, com. spé. 23. 04. 1913. Il prévoit trois mille manifestants.

44 ADR, 10 MpC 142, com. spé. 26. 04.1908. L’anniversaire du 18 mars, en revanche, est toujours marqué par un concert-conférence, suivi de bal...

45 Nouvelliste, 2. 05. 1914.

Table des illustrations

Titre Carte 5. Le premier Premier Mai (1890)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17019/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Réunions et manifestations du premier Mai (1890-1914)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17019/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Carte 6. Parcours en boucle, de la Bourse du travail à la Bourse du travail
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17019/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 163k

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search