Version classiqueVersion mobile

Les Chemins de la manifestation

 | 
Vincent Robert

Chapitre IX. Le consensus républicain (1880-1896)

Texte intégral

1Temps obscurs, années ternes : tels sont quelques-uns des qualificatifs que l’on trouve souvent appliqués à la vingtaine d’années qui suivit la conquête des institutions par les républicains. Temps obscurs : entendons par là qu’ils n’ont guère passionné les historiens. Années ternes : ce n’est pas seulement une allusion à une conjoncture économique morose, mais aussi l’expression du sentiment que plus rien d’exaltant ne se passe, pas de grands combats politiques, tout au plus une succession d’affaires et de scandales. Dans le cas de Lyon, le jugement ne serait guère différent : ce que nous savons sur l’inexpugnable majorité républicaine à l’Hôtel de Ville, sous la férule bonhomme de l’inamovible docteur Gailleton (jusqu’en 1900) nous la montre plus sagement occupée à l’administration de la cité que passionnée par les joutes politiques... Les Lyonnais, même bons républicains, et les historiens ultérieurs, ne semblent pas lui en avoir tenu véritablement rigueur : comme beaucoup de Français d’alors, ils auraient simplement soutenu que c’était normal dans le cadre progressiste et pacifique qu’assurait le régime républicain, auquel la ville était restée indéfectiblement fidèle pendant l’épisode boulangiste.

  • 1 Y. Lequin, « Classe ouvrière et idéologie... ».
  • 2 F. Delpech, « La presse et les partis... », pp. 34-39 : vers 1860, les trois quotidiens lyonnais t (...)

2Tout un ensemble de lois avait en effet défini, précisé et démocratisé le cadre de la vie politique et les conditions de sa pratique quotidienne. Primauté des assemblées issues du suffrage universel, à tous les niveaux ; reconnaissance du droit de chaque citoyen à se former une opinion individuelle permettant de voter en connaissance de cause : c’est ainsi que furent votées les lois scolaires, destinées à former les citoyens de demain, et que de manière plus immédiate, l’on garantit de manière à peu près totale les libertés de presse et de réunion. L’expérience du Second Empire avait en effet montré que sans ces dernières le suffrage universel pouvait être détourné, et que, loin de contribuer à l’affranchissement des citoyens, il avait fourni une légitimité au despotisme. Libérale, la Troisième République reconnaît de jure, en même temps qu’elle les délimite, un certain nombre d’espaces publics, également accessibles à tous les citoyens, qui seront le cadre d’une vie politique pleinement démocratique. Ces lieux légitimes seront d’abord les salles de réunion et les préaux d’écoles, dont on ne saurait sous-estimer le rôle pour la formation des citoyens, même les plus critiques vis-à-vis du régime1 : la liberté de parole y est quasiment illimitée, ce qui est essentiel pour les milieux populaires, en un temps où l’information continue de se transmettre autant et plus par oral que par écrit. Il s’agit ensuite des colonnes des journaux, désormais à peu près totalement à l’abri des pressions des pouvoirs ; en un temps où, grâce à une série d’améliorations techniques, la rotative de Marinoni en premier lieu, la presse quotidienne avait pu abaisser son prix de vente, conquérir enfin le public populaire, et augmenter démesurément son tirage2, cela permet à chaque citoyen d’avoir accès à une information libre. Comme, d’autre part, la fondation d’un journal demeurait peu onéreuse, et à la portée de tout groupe politique, on conçoit que, quelle que soit leur opinion, les contemporains aient eu la conviction que la libre communication des idées et des faits, nécessaire à l’expression démocratique du suffrage, était désormais assurée.

  • 3 Loi du 30. 06. 1881, article 8. Sur ces points, Ch. Seignobos, L’évolution de la Troisième Républi (...)
  • 4 Loi du 29. 07. 1881, article 24. L’article suivant concerne le fait de détourner les militaires de (...)
  • 5 Loi du 30. 06. 1881, article 6.

3Il importe de souligner en revanche que, dans le domaine de l’ordre public, et plus généralement des droits d’expression collective des citoyens, la législation antérieure demeura quasiment inchangée. La reconnaissance du droit syndical constitua un progrès sensible, mais la liberté d’association ne fut pas reconnue, et « les clubs [ou réunions publiques périodiques] demeurent interdits3 ». La loi de 1848 sur la répression des attroupements ne fut pas abrogée ; cris et emblèmes séditieux continuèrent d’être vigoureusement poursuivis4 ; il était bien entendu que les réunions publiques devaient se tenir dans un lieu clos, et jamais sur la voie publique5...

4Une seule limite, donc, à l’incontestable libéralisme politique du nouveau régime, mais essentielle pour notre sujet : en aucun cas le débat politique ne devait se dérouler dans la rue. Les passions politiques étant si vives, les risques d’affrontement entre les citoyens étaient encore trop grands ; le souvenir de la Commune et des précédentes révolutions continuait de terroriser une partie de l’opinion, à qui la République devait prouver qu’elle était bien un régime d’ordre. Le problème qui nous occupe, celui de l’apparente monotonie de la vie politique dans les années 1880, voire au-delà, n’en est pourtant pas résolu : l’absence d’événements politiques se déroulant sur la voie publique ne saurait s’expliquer uniquement par l’état contemporain de la législation. Cette absence nous invite à rechercher s’il ne s’est vraiment rien passé dans les rues et sur les places de Lyon en cette fin du xixe siècle, et pourquoi ceux qui contestaient le régime ou l’ordre social ne sont pas, à de très rares exceptions près, descendus dans la rue... ou bien pourquoi on n’en a pas gardé la mémoire.

Des foules républicaines aux sociétés patriotiques : figures de l’unanimité

  • 6 P. Nora (« Le retour de l’événement » in J. Le Goff et P. Nora, Faire de l’histoire, t. I) note : (...)

5Si l’on n’a rien retenu, ou presque, de la chronique des années 1880, c’est d’abord que l’essentiel de ce qui se produisait sur la place publique souffrait de deux handicaps pour accéder au statut d’événement digne de mémoire6 : à la différence, par exemple, des attentats anarchistes dont Lyon fut le théâtre à la même époque, il ne s’agissait pas de faits sensationnels, c’est à dire uniques, singuliers, dramatiques en eux-mêmes et se prêtant à dramatisation postérieure (par exemple au moment d’un procès), mais plutôt de circonstances heureuses, rituelles et généralement répétitives : fête nationale, venue du président de la République ou de ministres, inauguration de monument, accueil de délégations étrangères... Si l’on ajoute qu’ils ne fournissaient pratiquement pas matière à controverse et à polémiques, en l’absence de conséquences politiques immédiates et directes ; qu’ils étaient au contraire mise en scène et démonstration d’unanimité républicaine, parce qu’organisés ou encouragés par les autorités, et parce que la foule répondait à l’appel, on conçoit qu’ils n’aient suscité en leur temps que des relations dont l’enthousiasme peut aisément être pris pour de la complaisance. Pour prendre l’exemple de la fête nationale (la plus controversée de ces circonstances où la foule descendait dans la rue), il est évidemment difficile d’en mesurer le succès populaire si l’on ne se fie qu’aux comptes rendus dithyrambiques de la presse républicaine ou à ceux, maussades, des feuilles d’opposition

6Dans ces circonstances, l’étude des cortèges, qui désormais marquent chacune de ces circonstances où les Lyonnais descendent pacifiquement dans la rue, présente un particulier intérêt. D’une part parce que leur description, et les informations que la presse (ici principale source d’information) peut nous fournir sont relativement moins dépendantes de la subjectivité du commentateur ; d’autre part, elle permet à l’historien d’échapper à l’irritant tête-à-tête entre les organisateurs (parfois bavards, et qui se croient tout-puissants) et la foule, muette et passive. Apparaissent ainsi des acteurs collectifs intermédiaires, dont on peut présumer l’importance et la nouveauté en observant qu’ils étaient jusque-là absents des fêtes officielles : toutes les sociétés qui défilent en corps en ces occasions.

« La fête de notre chère République »

  • 7 R. Sanson, Les 14 juillet, fête et conscience nationale (1789-1975) ; C. Amalvi, « Le 14 juillet, (...)
  • 8 Jusqu’en 1914, jamais les crédits de la fête nationale n’ont été inférieurs à ceux des Quinze Août (...)
  • 9 Le défilé prévu rue Sainte-Elisabeth (aujourd’hui rue Garibaldi) fut interdit, car il devait avoir (...)

7Il n’est guère besoin d’insister sur l’extraordinaire et constant succès rencontré par la nouvelle fête nationale, de sa première célébration jusqu’à la Grande Guerre, et bien au-delà7. Chaque année, le treize juillet au soir, tandis que les aristocratiques demeures d’Ainay se claquemuraient derrière leurs volets, des foules joyeuses venaient au centre ville voir passer la grande retraite aux flambeaux, ou se contentaient d’acclamer celle de leur quartier. Le lendemain matin, revue des troupes sur la place Bellecour ; dans l’après-midi, joutes sur la Saône, jeux et démonstrations de gymnastique dans tous les quartiers ; le soir, illuminations, feu d’artifice et innombrables bals dans une ville presqu’entièrement pavoisée, et dont les rues étaient décorées d’arcs de feuillages... Par rapport aux Quinze Août impériaux, on notera donc assez peu de différences dans la nature des spectacles offerts aux citadins. Mais les autorités municipales consentent des crédits considérables, très supérieurs aux dépenses faites à l’occasion de la fête impériale8 ; cependant, à en juger par les nombreuses demandes adressées à l’administration pour obtenir l’autorisation de faire danser dans tel ou tel établissement ou sur telle ou telle place publique, la municipalité n’avait guère besoin de payer des orchestres de danse pour que l’on célébrât « la fête de notre chère République ». L’enthousiasme de la population à animer spontanément les quartiers de la ville l’amena même, les premières années, à prendre des initiatives concurrentes du programme officiel : certains citoyens se proposèrent ainsi en 1882 de mettre sur pied en l’honneur de Garibaldi un défilé des anciens compagnons d’armes du héros, à la Guillotière9... Sans aller jusque là, à la Belle Époque encore, des comités de quartier rivalisaient dans la décoration des rues et des places, et dans l’organisation des festivités de l’après-midi.

  • 10 Comme sous les régimes précédents, l’armée ne parcourt pas les rues de Lyon lors de la fête nation (...)

8Comme auparavant les promenades des vogueurs, les retraites aux flambeaux, et les autres défilés du Quatorze Juillet ont évidemment pour fonction d’annoncer la fête de manière spectaculaire tout en en donnant un avant-goût ; et tous sont évidemment précédés d’une musique10. Plusieurs caractéristiques les en différencient cependant : d’une part, l’éclat très supérieur des retraites aux flambeaux, d’autre part, le fait que désormais, pas plus que les autres défilés, elles ne rassemblent quelques jeunes gens du quartier, volontaires qui se costument pour l’occasion : elles font appel à des professionnels, soldats, sapeurs-pompiers, cantonniers, ou à des associations formelles prééxistantes... Enfin, les Quatorze Juillet présentent la particularité d’associer une retraite générale, qui parcourt le centre ville, et les retraites des arrondissements ou des quartiers : chaque année, la ville tout entière est en fête, plus qu’en aucune autre occasion.

  • 11 Lors de la première de la fête nationale, le Petit Lyonnais (14. 07. 1880) estimait à dix mille pe (...)
  • 12 ADR. 1M167 et 168. Programmes officiels du 14 juillet.

9La retraite générale était certainement la plus impressionnante, et elle attirait beaucoup de monde : pour la voir s’ébranler ou passer, bien sûr ; mais aussi bien souvent, pour la suivre ou même la précéder11. Constituée de la fanfare municipale des sapeurs-pompiers, et des musiques, tambours et clairons de la garnison, elle part de la place des Terreaux et y revient, dans les années qui nous occupent, comme elle le fera jusqu’en 1914 au moins. Elle a d’ailleurs du mal, les premières années, à se défaire du cadre psychologique de la ville ancienne12 : la retraite de 1880 enveloppe par les quais l’espace compris entre les Terreaux et Bellecour, et parcourt in fine les rues de la République et de l’Hôtel de Ville ; celle de 1882 et des deux années suivantes délaisse le quai de l’Hopital et celui de Retz, s’aventure sur la rive gauche, de la place du Pont jusqu’au pont Morand, mais sans guère s’éloigner des quais. On revint même brièvement au trajet de 1880-81 en 1885, avant de choisir de pénétrer davantage sur la rive gauche, jusqu’à l’avenue de Saxe. Notons tout de même que le coeur de la Guillotière n’est qu’effleuré, que l’on ne parcourt que la partie la plus bourgeoise des Brotteaux, et qu’à l’inverse, est ignoré le sud de la presqu’île, le seul quartier qui s’obstinait à envoyer des conservateurs au conseil municipal. Rien de très surprenant au total : en raison de son caractère officiel et spectaculaire, la retraite principale ne laisse guère de place à l’improvisation et à la fantaisie.

  • 13 Voir les programmes parus les jours précédents dans le Petit Lyonnais et le Lyon républicain.
  • 14 Progrès de Lyon, 14. 07. 1895. Pour les itinéraires, les numéros des jours précédents.

10Dépourvues de ce caractère officiel, les retraites d’arrondissement présentent davantage de souplesse et se révèlent plus riches d’enseignements. Les fanfares, les sociétés qui défilent sont certes encouragées et subventionnées pour l’occasion, mais elles ne sont pas absolument tenues de célébrer la fête nationale, et leur participation a donc plus d’intérêt. On peut penser qu’elles sont plus libres de leurs choix : celui d’un itinéraire par exemple, ou celui de défiler seules ou en compagnie de sociétés concurrentes. D’où l’intérêt d’observer leur évolution. Une première remarque s’impose si l’on compare les festivités de 1880 et de 1895 : le nombre des retraites a plus que doublé en quinze ans, ce qui se traduit par la multiplication des retraites au sein d’un même arrondissement : normalement, en 1880, chaque arrondissement a sa retraite13. Quinze ans plus tard, on en compte plus de trois par arrondissement : « ces retraites, toutes aussi intéressantes que leur sœur aînée la grande retraite de la ville (...) se sont partagé les rues de leurs quartiers respectifs ; de cette façon, tous les habitants ont pu jouir sans se déplacer d’une retraite aux flambeaux14 ». Un seul arrondissement, le sixième, demeure fidèle à la retraite unique ; les premier et quatrième arrondissements ont renoncé à faire cause commune, et dans le troisième, c’est l’explosion (sept défilés au lieu d’un seul). Ces défilés plus nombreux doivent être aussi moins spectaculaires, en tout cas moins complexes, puisque les cas de défilé d’une société unique sont bien plus fréquents. À la différence de 1880, les reportages insistent plus sur le confort du spectateur que sur le caractère massif ou expressif du défilé.

11Les retraites du premier Quatorze Juillet avaient en effet pris, dans les quartiers populaires, l’allure de véritables manifestations. Aux Brotteaux :

Quarante citoyens de bonne volonté portaient des torches Ruggieri et des lanternes vénitiennes. Une délégation ouvrière des différents ateliers des Brotteaux ouvrait le défilé et marchait drapeau en tête. Derrière cette délégation venait un superbe drapeau, tout flambant neuf, celui de la commission d’organisation de la fête pour le sixième arrondissement, M. Bouffer, maire du 6e arrondissement, ceint de son écharpe et M. Genevret, président de l’Harmonie du Rhône, entourés de MM. Genetier, Corsant, Barbier et tous les membres de la commission, précédaient des fanfares derrière lesquelles suivaient huit ou neuf mille personnes.

  • 15 Lyon républicain, 14. 07. 1880.
  • 16 Petit Lyonnais, 14. 07. 1880.
  • 17 En 1880, figuraient la fanfare de l’École militaire des cadets, la musique de la société des étude (...)
  • 18 Les exceptions, Vaise, Saint-Just et Saint-Irénée, noyaux de peuplement anciens, très loin de la m (...)

12À Vaise, cinq à six mille personnes derrière la fanfare L’Echo de Vaise, elle-même précédée de drapeaux français, suisses et américains15 ; des chars allégoriques qui montrent que l’expressionnisme populaire de 1848 n’était pas encore mort : « la République et ses enfants conduits par un vieillard16... ». Rien de tout cela ne se retrouve plus en 1895. La fête est devenue routine, même si elle n’est pas moins brillante. Les sociétés n’ouvrent plus le cortège, elles sont le cortège ; et parmi elles, se sont multipliées les sociétés de gymnastique et d’instruction militaire17. De la même façon, alors que dans le programme officiel de 1880-82 le clou de la matinée du 14 était le défilé des jouteurs, de Vaise à Saint-Georges, à partir de 1883 la matinée est largement consacrée à la revue du bataillon scolaire, sur la place des Terreaux. Après sa disparition, semble-t-il, se plaça en début d’après-midi un autre défilé : avant de se rendre dans les différents quartiers pour les fêtes gymniques qui s’y donnaient, l’ensemble des sociétés de préparation militaire, de gymnastique et de tir, se réunissaient place Bellecour et de là gagnaient celle des Terreaux par la rue de l’Hôtel de Ville... La fête ne cesse pas d’être républicaine, si l’on en juge par les itinéraires des retraites de quartier : pour toutes la mairie est au minimum un point de passage, souvent un point de départ, parfois aussi un point d’arrivée18. Elle ne cesse pas non plus d’être unanime : les sociétés patriotiques affirment ne pas être animées d’un esprit de parti. Mais le Quatorze Juillet est désormais un peu moins l’affaire de la population tout entière, et de plus en plus celle de certains groupes spécialisés : les figures imposées du patriotisme succèdent aux improvisations populaires nourries d’une culture républicaine.

La première visite de Sadi Carnot

13Quelques mois seulement après son élection, dans un contexte politique troublé, avec le développement de l’agitation boulangiste, le nouveau président de la République, Sadi Carnot, entreprit une série de voyages en province dans le but probable de redonner à sa fonction un lustre et une popularité ternis par le scandale des décorations. Aussi, lorsqu’on annonça sa venue à Lyon au début de l’automne 1888, la majorité républicaine du conseil municipal prit-elle la décision de fêter l’événement avec la solennité convenable. Si une ville aussi ardemment républicaine que Lyon célébrait chaque année avec faste la nouvelle fête nationale, pouvait-elle demeurer insensible à la première visite d’un chef de l’État sincèrement républicain ?

  • 19 ADR., 1M148. Programme daté du 28 septembre.
  • 20 Ibid., com. spé., 6 et 7. 10. 1888.

14En fêtant Sadi Carnot, les républicains lyonnais entendaient rendre hommage à la République, et manifester l’enthousiasme populaire pour le régime. C’est pourquoi l’on fit bien les choses : un crédit de cent mille francs pour l’organisation des réjouissances publiques dont la municipalité commença à élaborer le programme19. Salves d’artillerie à l’arrivée du chef de l’État, distribution de secours aux indigents, retraite aux flambeaux par les musiques militaires, revue des troupes de la garnison, représentation gratuite dans les théâtres, enfin feu d’artifice et bals populaires de quartier... Du samedi 6 octobre 1888 au lundi suivant, une foule énorme vint se presser sur le passage du chef de l’État, en chacune de ses apparitions publiques – le commissaire spécial l’évalua à deux cents mille personnes –. Foule sympathique et respectueuse, voire enthousiaste : malgré la pluie, l’on dansa en soirée sur les places publiques et l’unique manifestation d’opposition, quelques sifflets sur le quai de l’Hôpital, fut accueillie, nous dit-on, par la menace traditionnelle « au Rhône les siffleurs20 ! ».

  • 21 Petit Lyonnais, 7. 10. 1888.
  • 22 « Bonaparte, troisième du nom » avait passé en revue des députations des communes, et les vétérans (...)

15L’accueil réservé au chef de l’État avait en effet soulevé des polémiques, car le vote d’un crédit aussi considérable en un temps où les ouvriers sans ouvrage, les « meurt-de-faim », comme l’on disait alors, étaient si nombreux, avait scandalisé l’extrême-gauche lyonnaise. Les conseillers prud’hommes ouvriers s’étaient proposé de bouder la réception offerte au président de la République au palais du Commerce ; la veille de l’arrivée de Carnot, une réunion de protestation s’était tenue à la salle Rivoire, devant quinze cents personnes à l’initiative de la Fédération des syndicats ouvriers du Rhône. Les orateurs avaient fait remarquer que Carnot allait coucher à l’Hôtel de Ville « dans le lit de Bonaparte, troisième du nom », et le citoyen Choux, conseiller municipal socialiste, avait invité les assistants « à faire le vide autour du voyage officiel21 ». Ses conseils rencontrèrent d’ailleurs le succès éclatant que l’on sait. Dans quelle mesure ce parallèle malveillant était-il fondé ? Les festivités populaires sont calquées sur celles du Quatorze Juillet, ou des Quinze Août impériaux ; le programme présidentiel et les cérémonies prévues présentent aussi des points communs avec les visites impériales : réception à Perrache, cortège par les rues Victor Hugo et de la République, réception au palais du Commerce, visite des Hôpitaux, montée à la Croix-Rousse, visite du parc de la Tête d’Or... Des différences notables cependant. La première d’ordre topographique : la ville que visite Carnot est décidément centrée sur le Rhône et la partie est de la presqu’île. La Saône n’est ni longée ni franchie, la colline de Fourvière est évidemment ignorée, mais les quartiers populaires de la rive gauche tout autant. La seconde est d’ordre idéologique : c’est l’importance attachée aux institutions scolaires. Le président visite l’école de tissage de la Croix-Rousse, profite de son passage dans les nouveaux bâtiments des facultés pour remettre son drapeau à l’Association des étudiants des facultés de l’État. La troisième est une cérémonie qui n’avait pas eu jusque-là d’équivalent22 : le défilé et la revue des sociétés de toute nature que compte alors la ville de Lyon.

  • 23 Petit Lyonnais, 7 et 8. 10. 1888. Les présidents des sociétés offrent de « magnifiques bouquets » (...)

16Elles se réunirent en effet le dimanche sur la place Bellecour, dans un ordre fixé par la municipalité, et défilèrent me de la République pour se rendre par les quais du Rhône au Grand Camp, où le président de la République les passa en revue à la suite des régiments de la garnison, et reçut leur hommage23. Le défilé fut imposant : quatre-vingt-douze sociétés, formant vingt-sept groupes, constitués chacun d’une fanfare et de deux ou trois associations. Dans un ordre clairement hiérarchique se succèdent les anciens militaires, les compagnies de tireurs, les compagnies de sauvetage, la fédération colombophile, des chorales, les sociétés de gymnastique et de préparation militaire enfin. Le défilé fut nombreux et imposant, malgré la pluie... mais la place que les sociétés occupèrent dans la cérémonie du Grand Camp, après l’armée, l’ordre du cortège lui même, élaboré en fonction des relations de chaque groupe avec l’institution militaire, montrent que les sociétés sont encore et surtout conçues comme des supplétifs. Dans ces années de tension intérieure et internationale, le chef de l’État est le chef de l’armée, tout citoyen est, a été ou sera soldat.

L’inauguration du monument des Enfants du Rhône

  • 24 ADR, 1M147, lettre au ministre de l’Intérieur, 31. 10. 1887.

17Alors que la célébration de la fête nationale revient d’année en année, que la visite du président de la République, tout en étant un événement exceptionnel, peut se reproduire à intervalles irréguliers, la cérémonie que nous allons maintenant décrire, l’inauguration du Monument des Enfants du Rhône (le dimanche 30 octobre 1887) a été conçue comme absolument unique : un monument ne fait jamais l’objet que d’une seule inauguration. Elle se caractérise aussi par une autre singularité : tandis que les foules des Quatorze Juillet ou celles qui vinrent acclamer Sadi Carnot rendaient plus ou moins consciemment hommage à la République, la dimension proprement locale, lyonnaise, de l’hommage rendu par la ville aux mobiles et volontaires du Rhône dans la guerre de 1870-71 est éclatante. Or, comme l’affirmait (pour s’en féliciter) le préfet du Rhône au lendemain de la cérémonie24 : « Ce qui est remarquable en effet dans la journée d’hier, c’est l’unanimité avec laquelle tout le monde à Lyon, à quelque parti qu’il appartînt, l’a célébrée » ; et l’on peut avancer que ce fut l’occasion d’un des plus imposants et des plus nombreux cortèges des soixante-cinq années dont nous traitons : ce qui demande donc examen et explication.

  • 25 A. Coquet « Le monument des Enfants du Rhône »..., pp. 303-305.

18L’initiative d’édifier un monument aux mobiles et volontaires du Rhône ne provint pas de la municipalité, mais de la société des Légionnaires du Rhône, à la fin des années 1870, l’une des principales sociétés d’anciens combattants de la ville. La souscription qu’elle organisa ayant produit une somme manifestement insuffisante, elle dut s’adresser à la municipalité, qui accorda une subvention de 80 000 francs. Pour cette somme, on ne pouvait songer à ce qui aurait été évidemment le plus spectaculaire, et aurait le mieux satisfait le patriotisme local : l’édification d’un monument sur la place Perrache (bientôt rebaptisée Carnot). Il fallut se rabattre sur l’entrée principale du parc de la Tête d’Or, où le monument projeté « terminerait heureusement la longue perspective des quais, sans risquer d’être écrasé par les constructions voisines25 ». Le monument des Enfants du Rhône, dont le groupe principal représentait la ville de Lyon envoyant ses enfants au combat, était donc le fruit de la collaboration des sociétés d’anciens combattants et de la municipalité, et il les associait symboliquement. Il marquait aussi, d’une certaine façon, la limite nord d’une ville qui englobait désormais la rive gauche du Rhône.

  • 26 Programme publié par le Lyon républicain du 27. 10. 1887. Défilèrent les mêmes sociétés que lors d (...)
  • 27 Très nombreux, ce cortège ne comprend pas seulement les autorités, corps élus, magistrats, officie (...)

19Le déroulement de la cérémonie d’inauguration devait, lui aussi, mettre en scène cette collaboration pour la plus grande gloire de la cité. Comme ce devait être le cas l’année suivante lors de la venue de Carnot, se réunirent sur la place Bellecour l’ensemble des sociétés de la ville26, et plusieurs autres venues du reste du département. Mais ce ne furent pas elles qui se mirent en branle les premières : parti de la place des Terreaux, un cortège composé du bataillon de sapeurs-pompiers, des Touristes lyonnais au grand complet, et du bataillon scolaire vint les chercher pour les conduire à l’Hôtel de Ville. Là, derrière l’avant-garde, se placèrent le cortège officiel, dans l’ordre protocolaire27, puis les délégations des villes invitées à cette occasion, Beaune, Belfort... et une trentaine de groupes, chacun de deux ou trois sociétés, marchant derrière une fanfare. Lorsque la tête du cortège arriva devant le monument, un grand nombre de sociétés n’avaient pas quitté la place Bellecour. Vingt mille personnes peut-être défilèrent ainsi, devant la haie des spectateurs, dans les rues pavoisées, pendant deux heures.

  • 28 Après les invités venaient les sociétés gymniques, sportives et musicales. L’ordre des sociétés es (...)
  • 29 Lyon républicain, 31. 10. 1887.

20L’ordre du cortège devait à la fois respecter la primauté protocolaire des autorités, et mettre en valeur les sociétés d’anciens combattants. Celles-ci fermèrent donc la marche28. « Enfin les légionnaires arrivent. Ils sont accueillis par des vivats répétés. On remarque beaucoup une compagnie dont tous les membres avaient un œillet rouge à la boutonnière. (...) Cette compagnie n’est composée que des légionnaires de la Croix-Rousse, surnommée dans la légion par les officiers supérieurs la Compagnie des Voraces29 ».

  • 30 Rapport du Préfet à l’Intérieur, ADR, 1M147, 31. 10.1887.

21Même si la presse se félicite de voir rassemblés d’anciens éclaireurs de Garibaldi et des zouaves de Cathelineau, l’unanimisme de la cérémonie ne gomme pas les divergences d’opinion. Il est fondé sur le souvenir de l’année terrible et sur un patriotisme lyonnais qui peut se fondre dans le patriotisme général : en ce 30 octobre 1887, la ville de Lyon se célèbre elle-même. Moins encore que pour le Quatorze juillet, l’on ne saurait se tenir à l’écart. Fin politique, l’archevêque, Mgr Foulon, l’avait compris : en célébrant une messe pour les combattants morts pour la patrie, en encourageant le « parti religieux30 » à participer à la cérémonie, il commençait à réintégrer les catholiques lyonnais dans la cité.

L’accueil de sociétés étrangères

22Grande ville industrielle, dont les soieries faisaient l’admiration de visiteurs venus du monde entier, étape sur le chemin de la capitale, pour qui avait débarqué à Marseille, Lyon n’avait cessé de recevoir sous le Second Empire des hôtes de marque, souverains et potentats, ambassadeurs, ou missions commerciales et industrielles. La presse lyonnaise relevait ces visites avec satisfaction, mais l’on ne saurait dire qu’elles aient beaucoup ému la population : même parfois pittoresques, les délégations étrangères étaient peu nombreuses, et une discrétion de bon aloi allait de pair avec le peu de durée et le caractère technique de leur séjour lyonnais.

  • 31 Courrier de Lyon, 29. 07. 1871.
  • 32 ADR, 1M146 ; Préfet à Intérieur, 22. 08. 1871.
  • 33 Petit Lyonnais et Courrier de Lyon, 10, 11 et 12. 10.1871.

23En revanche, l’été de 1871 vit se produire un événement dont nous avons peine à imaginer l’importance qu’il eut à ce moment pour les Lyonnais : la réception solennelle d’un groupe de plusieurs centaines de visiteurs étrangers, à savoir des compagnies de tireurs suisses. Ce fut au vrai un beau moment d’improvisation. Les jours précédents, la presse avait évoqué pour s’en féliciter une initiative de la municipalité de Mâcon, qui avait organisé un concours de tir et y avait invité les sociétés de tireurs des différentes localités suisses qui avaient accueilli les soldats de l’armée de l’Est, forcés à l’exil par leur retraite devant les troupes prussiennes31. Mais on n’avait rien prévu pour le cas où ces sociétés visiteraient Lyon sur le chemin du retour. Dans la matinée du 9 août, débarquèrent ainsi à l’improviste sur les quais de la Saône un millier de tireurs, qui se rassemblèrent place Bellecour, et qui « précédés de deux musiques et portant dans leurs rangs serrés le drapeau fédéral entouré des drapeaux des cantons de Genève, du Valais, de Fribourg, de Vaud et de Neuchatel32 » parcoururent la rue de l’Hôtel de Ville aux acclamations de la foule (« Vivent les Suisses ! Vive la France ! Vive la République ! ») avant de déboucher place des Terreaux. Sur le perron de l’Hôtel de Ville, l’adjoint Barodet leur souhaita la bienvenue, et l’on organisa en l’honneur du groupe suivant une revue de la Garde nationale sur la place Bellecour, avant de revenir aux Terreaux pour un vin d’honneur33. Le lendemain, une nouvelle colonne débarquée à Perrache fut cette fois-ci accueillie et précédée par des musiques de la Garde nationale et par celle des pompiers. Escortée par des bataillons de la milice citoyenne, elle fut reçue par la municipalité, qui lui offrit ensuite un banquet à l’Alcazar, aux Brotteaux. Le départ eut lieu par la gare de Genève, le jour suivant.

  • 34 Barodet achève son discours par « Vive la République helvétique, vive la République française ! » (...)
  • 35 L’Union patriotique du Rhône, no 20, juin 1892.
  • 36 Ibid., mai-juin 1894.
  • 37 Les sociétés françaises invitées ne bénéficient pas d’un tel honneur, et ne défilent que sur le li (...)
  • 38 Lors de la venue des Sokols tchèques, la fanfare des Touristes lyonnais joue ainsi la Marseillaise(...)
  • 39 La rue Bourbon (rebaptisée ensuite Victor-Hugo), la rue de l’Hôtel de Ville ou la rue centrale. On (...)
  • 40 Description nostalgique par P. Sambardier, La vie à Lyon... pp. 62-64. Notons cependant que l’Unio (...)
  • 41 Ibid., p. 63. Le cortège va ensuite de la mairie à la nouvelle préfecture, et de là au parc de la (...)

24Or cet événement, qui fit sensation, et que républicains comme conservateurs lyonnais s’efforcèrent d’exploiter34, constitue la première manifestation d’un type de festivités aujourd’hui bien oublié, mais assez fréquent dans les vingt dernières années du siècle, et au-delà : la réception, après défilé dans les rues de la ville, de sociétés étrangères, venues en corps dans la cité lyonnaise. Quelques exemples : la réception des gymnastes de la Section bourgeoise, de Genève, en mai 189235 ; celle des Sokols et des gymnastes suisses, venus à l’occasion de la XXe fête fédérale de l’union des sociétés de gymnastiques de France (12 mai 1894)36... La réception de tireurs suisses, malgré son improvisation, en préfigure les éléments essentiels. Ceux qu’on reçoit : une société de gymnastique ou de tir étrangère37, défilant dans un ordre impeccable, avec uniformes, fanions, drapeaux... Ceux qui accueillent leurs hôtes : des sociétés lyonnaises homologues, musique en tête, jouant les hymnes nationaux appropriés38. Le déroulement de la cérémonie : accueil à la gare, défilé jusqu’à l’Hôtel de Ville par les principaux axes39, réception par la municipalité, et souvent vin d’honneur. Le sens de ces cérémonies enfin, dont le caractère local ne devrait pas faire mésestimer l’importance psychologique, culturelle et politique : filles conjointes du développement des transports ferroviaires (comme les grands pélerinages) et de l’essor d’un sociabilité qu’on a pu baptiser conscriptive, elles exaltent à la fois des valeurs démocratiques et nationales : ceux que l’on reçoit avec tant de faste sont de simples gymnastes, représentant, pense-t-on, à la fois l’élite et la jeunesse de leurs peuples respectifs. Mais, suisses ou tchèques, ce sont aussi des alliés, dans un contexte international où la France est longtemps parue bien isolée. Aussi ne doit-on pas s’étonner de constater que, par un glissement presque naturel, on soit passé à la fin des années 1880 d’un patriotisme républicain et démocratique à un patriotisme tout court, qui pouvait être l’antichambre du nationalisme, et que la plus belle, la plus enthousiaste, la plus unanime des réceptions que nous venons d’évoquer ait été celle faite par toute la population lyonnaise, le 25 octobre 1893, aux marins russes de l’amiral Avellane, dont la venue semblait sceller l’alliance franco-russe, et signifier la fin de l’isolement international de la France... « C’est la seule fois que l’on ait vu à Lyon un pavoisement intégral des grandes rues. Rue de la République, pas une fenêtre, pas une seule n’était sans plusieurs drapeaux. Les deux côtés de la rue, de Bellecour à la place de la Comédie, ainsi que la rue Victor Hugo, étaient comme une interminable tenture frémissante. On ne voyait pas la muraille40 ». Au point même que cette réception s’apparentait à celle d’un chef d’État : alors que dans les autres cas, l’on empruntait généralement la rue de l’Hôtel-de-Ville, c’est cette fois-ci la rue de la République qui vit passer le cortège : « dans les landaus, l’amiral et ses compagnons, le préfet Rivaud, le maire Gailleton, députés et sénateurs, (...) et aussi le président du conseil municipal de Paris, M. Alphonse Humbert, ancien membre de la Commune et rédacteur du Père Duchène41 ».

L’Union patriotique du Rhône

  • 42 P. Chambat, « Les fêtes de la discipline... » in La naissance du mouvement sportif associatif en F (...)
  • 43 ADR, 1M169, Com. pol. Guillotière, 27. 10. 1890, et com. spé., 1. 11. Chaque année moins nombreux, (...)
  • 44 On allait du siège de la société (un café place du Pont, pour les anciens combattants de 1870-71) (...)

25On aura remarqué que dans aucune des cérémonies décrites précédemment ne faisaient défaut les sociétés de préparation militaire, de gymnastique, tir et colombophilie. Leur développement fulgurant dans les premières décennies de la Troisième République est un fait bien connu, dont on a vu les origines, dans la volonté, non seulement de préparer les combattants à l’armée nationale, dans la perspective d’une guerre de revanche, mais aussi, pense-t-on, d’encadrer les jeunes gens des classes populaires urbaines, qui jouissaient d’une inquiétante liberté entre leur sortie de l’école et leur incorporation sous les drapeaux42. Nous avons également vu, dans le défilé des Enfants du Rhône, se joindre à elles de nombreuses autres sociétés, sauveteurs, anciens militaires, anciens combattants, volontaires ou mobiles de 1870-71. En d’autres occasions, il arrivait à ces sociétés de défiler, drapeau et musique en tête, dans les rues de la ville : les sociétés d’anciens combattants, notamment celles des « Volontaires du Rhône de 1870-71 » et des « Combattants du Rhône » de 1871 venaient ainsi chaque année, le dimanche précédant la Toussaint, déposer des couronnes au monument des mobiles du Rhône, érigé en 1883-84 dans le cimetière de la Guillotière43 ; de même, plusieurs sociétés de gymnastique venaient le premier novembre fleurir les tombes de quelques-uns de leurs membres. Mais, quelque puisse être leur importance pour les participants, ces rites ne donnaient pas lieu à des déploiements spectaculaires dans les artères du centre de la ville44. Il en alla tout autrement après la fondation de l’Union patriotique du Rhône en 1888 : avec la bénédiction des autorités, celle-ci fédéra la majeure partie des associations patriotiques que leur commune présence dans le cortège des Enfants du Rhône avait sans doute conduites à se rapprocher.

  • 45 D’après son bulletin mensuel, L’Union patriotique du Rhône, no 17, mars 1892.
  • 46 Ibid., no 3 (janvier 1891).
  • 47 Ibid., no 5, mars 1891.

26Or, rassemblant quelque quatre-vingt sociétés et quatre mille adhérents dans ses premières années45, la nouvelle organisation avait une importance numérique et politique considérable, et ses assemblées générales annuelles emplissaient le cirque Rancy, alors la plus grande salle disponible à Lyon. De cette puissance, il était bien tentant de faire parade, et lorsqu’en novembre 1890 le bureau de l’Union patriotique fut saisi d’une proposition « tendant à organiser un défilé des sociétés, partant de la place des Terreaux, pour se rendre à l’assemblée générale », le vote fut unanime46. Les autorités n’y firent pas obstacle, si bien que le 15 février 1891, à une heure précise, les quinze sociétés « qui se préoccupent de fournir des éléments bien préparés à notre armée nationale », réunies place des Terreaux, se formaient en cortège dans un ordre prédéterminé. Derrière les quatre qui possédaient une fanfare, regroupées par trois ou par quatre suivant leur proximité dans l’ordre alphabétique, les sociétés défilèrent dans la rue de l’Hôtel-de-Ville, puis dans celle de la République, et gagnèrent le cirque Rancy par la rue de la Barre, le pont de la Guillotière, la place du Pont, la rue Moncey, chacune derrière son drapeau47 ; « le défilé a été remarquable de régularité et de discipline, et les Sociétés ont été sur tout le parcours l’objet d’ovations chaleureuses et méritées... ».

  • 48 Ibid., no 3 (janvier 1891). On le vérifia à la fin de l’année (Ibid., no 14, décembre 1891).

27Deux points remarquables dans ce défilé, comme dans ceux qui précédèrent les assemblées annuelles des quelques années suivantes : le premier est la volonté stricte d’égalité entre ces différentes sociétés qui sont après tout rivales. Il est bien spécifié que l’ordre a été tiré au sort, et que, pour l’avenir, les places des groupes sont interchangeables48. Le second est le fait que ne défilent que les sociétés de gymnastique, comme si elles seules avaient à cette date vocation à défiler en temps ordinaire. Ainsi en mars 1894, en l’absence des gymnastes, qui préparaient la XXe Fête fédérale de gymnastique, il n’y eut pas de défilé. Une nuance cependant : le cortège s’ouvre parfois pour faire place, en son centre, à un invité d’honneur : en février 1891, le drapeau de la Société de Tir de l’armée territoriale, à qui les Touristes Lyonnais rendent les honneurs, en mars 1893 une délégation de l’Association générale des étudiants des facultés de l’État avec leur drapeau.

  • 49 Ibid., no  67-68, mai-juin 1896. On doit remettre une médaille à cette société, les Anciens combat (...)
  • 50 Ibid., no 79-80, mai-juin 1897. Cette société doit également se voir remettre son drapeau lors de (...)
  • 51 bid, no 91-92, mai-juin 1898 ; no 102, avril 1899 ; no 114, mai 1900. En tête du défilé (1898, 189 (...)
  • 52 Notons à ce propos que l’on se découvre sur son passage, ce qui laisse supposer qu’il est désormai (...)

28En revanche, à partir de l’Assemblée générale de 1896, alors que les sociétés de gymnastique et de tir continuent de constituer, derrière les fanfares des plus importantes d’entre elles, l’essentiel du défilé, apparaissent d’autres sociétés adhérentes à l’Union patriotique du Rhône : à la fin de chaque section du cortège figure en effet une société de sauvetage, et même, pour clore le premier groupe, une association d’anciens combattants, qui doit il est vrai être à l’honneur dans la réunion qui suivra49. L’année suivante, nouvelle innovation : ouvre le cortège la musique des anciens militaires de la ville de Lyon, suivie de la Société des anciens combattants médaillés des colonies50 ; désormais, les anciens combattants défileront toujours en tête51. Si donc les sociétés de gymnastique constituent la masse des participants, elles ne servent plus que de faire-valoir à d’autres associations de citoyens plus âgés ; parallèlement, la volonté égalitaire qui présidait à l’ordonnance des premiers cortèges s’affaiblit : s’il ne s’agit pas d’un ordre d’honneur décroissant, puisque le drapeau de l’association des sociétés de gymnastique de Lyon et du Rhône, entouré de sa garde d’honneur, continue d’être au cœur du défilé52, et que venir immédiatement avant ou après lui est à l’évidence une distinction, la deuxième partie du cortège, où figurent surtout des sociétés de gymnastique, est un peu délaissée...

  • 53 Il est ainsi probable que la société fraternelle des engagés volontaires de la ville de Lyon, prés (...)
  • 54 ADR, 4M257. Les professions des douze membres du bureau en 1901 correspondent aux milieux dirigean (...)

29L’Union patriotique du Rhône ne se considérait évidemment pas comme une association politique, et c’est exact si l’on considère que les discussions partisanes en étaient bannies. Coexistaient d’ailleurs en son sein des sociétés dont on peut penser qu’elles avaient des sympathies radicales et d’autres de tendances manifestement plus modérées, pour ne pas dire cléricales53. On peut sans risque d’erreur considérer qu’elle n’avait rien d’une réunion d’extrémistes, que ses cadres, anciens militaires, industriels, employés, voire instituteurs, ne croyaient pas être autre chose que de bons Français, et de bons Lyonnais54 ; qu’il s’agissait, en un mot d’une association caractéristique des classes moyennes dont la République assurait l’influence, et chez qui elle trouvait habituellement un soutien. Ni les valeurs de l’association, ni ses conceptions sociales ne semblent avoir été spécialement originales. C’est d’ailleurs pour toutes ces raisons qu’elle pouvait si facilement défiler en corps dans les rues de la ville, partant ou se rendant à son centre naturel, la place des Terreaux, à l’heure où tout cortège de grévistes ou tout pélerinage était vu avec suspicion.

  • 55 Les cortèges compagnonniques semblent alors en voie de disparition, tués par le ridicule de leurs (...)
  • 56 Une exception possible cependant : les ex-cantinières ou infirmières, seules femmes, selon G. Doud (...)
  • 57 Dans les sociétés conscriptives, (P. Arnaud, « Pratique et pratiquants... », tableaux 2 et 3) les (...)

30Or, ce manque d’originalité est aussi ce qui en fait pour nous l’intérêt. Les sociétés qui défilent sont désormais les seuls groupes55, ou presque, à pouvoir le faire sans encombre. Leurs cortèges ont valeur de norme culturelle. Les associations assez diverses que rassemblent les cortèges de l’Union patriotique du Rhône défilent de la même façon, clairement calquée sur le modèle militaire, derrière une musique (on précise souvent : « fanfare de clairons ») et derrière le drapeau national. Les gymnastes sont en tenue, en uniforme ; les anciens combattants et les sauveteurs portent sans doute l’insigne de leur société, et ils sont en habit de fête ; seuls des hommes, ou des jeunes gens, défilent56. Ce type de cortège n’est pas sans rapport avec les cortèges populaires de la première moitié du siècle que nous avons évoqués, et l’explication en est simple : la source est commune. Mais alors que les sociétés populaires de la première moitié du siècle avaient puisé le modèle de leurs défilés dans l’expérience militaire de l’armée d’Ancien Régime, et de la Révolution, réinterprétée et adaptée aux circonstances, les sociétés patriotiques reproduisent presqu’à l’identique les défilés de l’armée de leur temps, celle dans laquelle leurs membres ou du moins leurs cadres ont servi et qu’ils voient évoluer les jours de revue. Une troupe en uniforme, d’anciens officiers qui encadrent des jeunes gens57, des défilés somme toute sclérosés. Cette sclérose n’est ni consciente, ni même nécessairement réactionnaire. À Lyon, une partie importante, probablement majoritaire, des anciens combattants est clairement républicaine, donc, jusqu’au début des années 1890, nettement à gauche. Sans doute les membres du bureau de leurs sociétés, comme les dirigeants de celles des sauveteurs, ou des tireurs marchent en tête, mais rien ne nous dit qu’ils n’ont pas été élus démocratiquement, et qu’ils ne sont pas les responsables que le groupe s’est lui-même choisi. Les trajets que dessinent dans la ville les sociétés de tous types montrent leur intégration dans l’ordre républicain de la cité : ils associent en effet des cortèges particuliers, généralement centrifuges (et discrets), du siège de la société au cimetière ou à la salle du banquet annuel, et des cortèges exceptionnels à valeur exemplaire. Or ceux-ci ont soit pour origine, soit pour but, la place des Terreaux, l’Hôtel de Ville (ou à la rigueur la mairie d’arrondissement). Ces sociétés ne se veulent pas politiques, mais elles sont l’expression d’une adhésion aux valeurs communes de la cité, valeurs qui n’ont pleinement de sens que dans le régime républicain.

Les catholiques sur l’aventin

31Si la grande masse de la population lyonnaise était de longue date acquise à la République, si une part non négligeable des catholiques libéraux l’avait acceptée sans trop d’enthousiasme, il demeurait dans la cité une minorité influente et irréconciliable, que ses adversaires désignaient sous le nom de « parti religieux » ou clérical, et qui ne cachait guère ses sympathies royalistes. Vaincus à la fin des années 1870, ils éprouvèrent les pires difficultés à manifester leur opposition autrement que par une attitude de bouderie systématique et impuissante. En effet, minoritaires dans l’opinion lyonnaise, comme ils le constataient à chaque élection, abandonnés par les pouvoirs publics qui les avaient si longtemps soutenus, ils voyaient leurs moyens d’influence traditionnels battus en brêche par une vigoureuse offensive anticléricale de la municipalité : l’enseignement public était laïcisé, les hôpitaux leur échappaient partiellement, la liberté des funérailles était désormais garantie par la loi, les pompes funèbres lyonnaises réorganisées et désormais aux mains des « libres-penseurs »... Tout ceci leur apparaissait comme des atteintes insupportables à l’ordre naturel des choses, et la marque irréfutable de temps de persécution, dont il s’agissait simplement d’attendre la fin avec confiance.

Sur la défensive

32L’établissement définitif du régime républicain n’avait pourtant pas été sans rencontrer de leur part une forte opposition. Elle ne pouvait s’exprimer au conseil municipal, où les conservateurs étaient réduits à la portion congrue ; à partir de 1879, elle disposait en revanche d’un quotidien, que son prix destinait expressément à un public catholique populaire et qui aspirait donc à concurrencer les grands journaux républicains, le Petit Lyonnais, le Lyon républicain, le Progrès enfin. Sans les supplanter, Le Nouvelliste, créé par Joseph Rambaud, connut rapidement le succès. Profondément conservateur en matière économique et sociale, il n’allait pas tarder à devenir l’organe le plus constant et le plus influent de ceux que préoccupait en premier lieu la défense religieuse... et se distinguer par la violence de ses invectives contre les républicains, radicaux et franc-maçons.

33En quelques rares occasions, enfin, cette opposition se manifesta dans la rue. Ce n’aurait pas dû être le lieu où les conservateurs aient à combattre. Ces « honnêtes gens » – car ainsi se définissaient les plus influents et les plus conservateurs des catholiques, qui ne voyaient en leurs adversaires que voyous et crapules – étaient des hommes d’ordre, influents socialement, habitués aux responsabilités et à être naturellement obéis. Pour qu’ils descendent dans la rue, il fallait que leurs adversaires les aient directement agressés en contestant leur pouvoir ou les signes de celui-ci : qu’ils se soient affrontés à l’intolérable, et à l’action de l’État ou des pouvoirs publics. Des autres atteintes, ils savaient avoir raison.

  • 58 Voir les rapports adressés à la sûreté par l’agent 47 (11.-16. 10. 1879, in APP. Ba 394).

34Dans deux circonstances, ils furent amenés à affronter directement leurs adversaires. La première fut l’affaire des Concerts Bellecour, en août 1879 ; la seconde, en novembre 1880, l’expulsion des congrégations sur ordre du gouvernement. Rappelons brièvement les faits : dans le premier cas, le scandale naquit sur la place Bellecour, dans l’enceinte close où des concerts se donnaient pendant les soirées de la belle saison. Le dimanche 10 août, un orchestre de tziganes invité à y jouer pour la première fois eut la malencontreuse idée de terminer par l’hymne national du pays dont ils étaient les hôtes... autrement dit La Marseillaise. Cela se termina par une bordée de sifflets venus du public choisi qui n’admettait pas que l’on jouât à ses oreilles le chant révolutionnaire. Le lendemain soir, même chose, mais c’est le public massé au delà des barrières qui avait demandé l’hymne national. Le surlendemain, après article dans le Progrès, la foule était plus nombreuse, et se retira furieuse, car pour éviter les incidents, l’on éteignit les becs de gaz dès la fin du concert. Le Lyon républicain ayant parlé dans son numéro du 13 août d’outrage à l’hymne national, la foule qui se pressait en fin d’après-midi sur la place Bellecour était plus considérable encore. Elle réclama La Marseillaise, qui fut jouée en fin de première partie ; quelques-uns des siffleurs furent arrêtés par les agents, ou leur furent remis par la population. Le 14, les faits se reproduisirent, et tout se termina par une manifestation de la foule qui alla acclamer les journaux républicains et huer leurs adversaires... Pour éviter des troubles plus graves, les concerts furent suspendus58.

  • 59 Ce qui figurait sur la couronne en tête du convoi mortuaire. Progrès de Lyon, 7.11. 1880.

35Les affrontements qui se produisirent dans les premiers jours de novembre 1880, au moment de l’expulsion des congrégations non autorisées, furent plus dramatiques, puisqu’ils entraînèrent la mort d’un jeune menuisier de vingt ans « assassiné par les sbires du cléricalisme59 ». Ils n’en présentent pas moins des caractères assez semblables : pour défendre les capucins, maristes et dominicains menacés d’expulsion, les cercles catholiques avaient mobilisé un certain nombre de jeunes gens, qui étaient venus monter la garde dans les couvents barricadés. Quand arrivèrent les forces de l’ordre chargées de l’exécution des décrets, elles durent forcer les portes et inviter les religieux à quitter les lieux, l’un après l’autre. Ils sortirent sous la protection de notabilités catholiques, escortés jusqu’en lieu sûr (en général l’église la plus proche) par des jeunes gens du même parti et firent l’objet de démonstrations enthousiastes d’une partie des assistants (des femmes se jettant à leurs pieds ou leur lançant des fleurs) tandis que les autres criaient « Vivent les décrets ! Vive la République ! »...

  • 60 Progrès de Lyon, 4. 11. 1880.

36Les incidents les plus graves se sont produits aux Brotteaux, au couvent des Capucins où « les sommités du catholicisme lyonnais se donnaient de préférence rendez-vous pour la grande manifestation depuis si longtemps annoncée », et où l’on avait même prévu que l’on pourrait, au matin du 3 novembre célébrer le « service anniversaire de Mentana, auquel avaient été conviés tous les anciens zouaves pontificaux60 ». Il s’agit en effet d’un haut lieu de la contre-révolution lyonnaise, puisque les Capucins s’étaient arrogé la garde de la chapelle du monument expiatoire des Brotteaux, à la mémoire des victimes lyonnaises de la terreur, où l’on célébrait chaque année à la fin de septembre une messe anniversaire qui attirait dans ce quartier populaire la fine fleur de l’aristocratie lyonnaise. Le matin de l’expulsion, la discussion qui oppose « quelques jeunes gens vêtus avec recherche » (mais néanmoins porteurs de cannes-épées et de casse-têtes) à d’« honnêtes ouvriers revêtus de leurs habits de travail » et qui s’achève par le coup mortel porté à Claudius Cros, se déroule à quelques centaines de mètres de là. Et le lendemain, quelques-uns de ceux que les journaux républicains surnomment les muscadins lyonnais, reviennent devant le couvent ; la police doit les escorter dans leur prompte retraite, sous les huées de la foule jusqu’au pont Morand...

37Le samedi 6 novembre, le convoi de Claudius Cros fut suivi par quelque dix mille personnes, du domicile mortuaire à l’église Saint Pothin, puis à la gare de Perrache. Devant le cercueil, une quinzaine de couronnes, et le prêtre. Derrière, la famille, puis le conseil municipal, des élus du département, et la presse républicaine, suivie d’innombrables citoyens, parmi lesquels une délégation des étudiants des facultés de l’État. Une foule recueillie faisait la haie sur le parcours, et affirmait par sa présence son soutien à la politique du gouvernement : les catholiques lyonnais étaient peut-être les « honnêtes gens », mais ils étaient minoritaires.

« De pieuses et paisibles manifestations de la foi lyonnaise61 »

  • 61 Echo de Fourvière, 8. 06. 1878.
  • 62 ADR, 4M266, com. spé., 24. 04. 1904.

38Les démonstrations de rue que certains catholiques avaient voulu organiser pour affirmer leur emprise sur la cité avaient donc été des échecs retentissants, se heurtant à la fois aux forces de l’ordre et à la population. Dans les deux cas, il s’était agi pour eux de protéger par leur action ce qu’ils croyaient intangible, et inviolable et sacré comme leur propriété : d’une certaine façon, le patrimoine des classes dirigeantes lyonnaises. En revanche, en deux autres occasions, leur volonté de protestation put s’exprimer dans la rue de façon massive et pacifique à défaut d’être efficace : au point qu’une vingtaine d’années plus tard, les responsables de l’ordre public conservaient un souvenir stupéfait de l’imposante manifestation du printemps 1885, qui les avait totalement pris au dépourvu62.

  • 63 Echo de Fourvière, 8. 06. 1878, p. 283.
  • 64 Echo de Fourvière, 1. 04.1885, pp. 158161 ; 11. 04., p.170. La presse conservatrice se contente de (...)
  • 65 Le Petit Lyonnais, 30. 03. et 4. 04. 1885. Ces considérations sans aménité ne sont pas nécessairem (...)

39La première de ces manifestations avait eu lieu le 30 mai 1878, le jour où la France républicaine entendait célébrer fastueusement le centenaire de la mort de Voltaire, et où les journaux radicaux lyonnais avaient appelé à pavoiser et à illuminer. La seconde, en fait double, les 29 mars et 3 avril 1885, au lendemain de la destruction, par ordre de la municipalité, de la croix des cimetières lyonnais. Ce furent des foules considérables qui s’ébranlèrent : d’après les milieux cléricaux, deux mille hommes le 30 mai 1878, malgré des circonstances peu favorables, nous dit-on (« la moitié de la population étant à la campagne63 ») ; dix mille hommes le 29 mars 1885, vingt-cinq à trente mille femmes cinq jours plus tard64. La presse républicaine s’efforça bien de minimiser ces chiffres, parfois dans des proportions peu crédibles ; elle proposa, comme à son habitude, une interprétation sociologique de ces manifestations destinée à discréditer les participants aux yeux de ses lecteurs65 («un certain nombre de frocards, de jeunes gens appartenant aux cercles catholiques, de cochers de bonne maison... » puis « les dames dites de l’œuvre, les cuisinières et les femmes de chambre, les femmes qui participent au secours de la paroisse, toutes celles en un mot que leur situation met à la merci des cléricaux »), il n’en reste pas moins que, ces jours-là, les foules catholiques étaient réellement descendues dans la rue.

  • 66 C’est ce qu’affirme le Petit Lyonnais (30. 03. 1885).
  • 67 Ce qui permet aux femmes d’aller prier au pied de la croix en ce jour anniversaire de la passion d (...)

40Pourquoi ces jours-là justement ? L’on peut évidemment alléguer l’intensité de l’émotion des catholiques devant ces « blasphèmes », et ces actes « sacrilèges ». Il n’est pas en notre pouvoir de la mesurer ; l’on observera simplement que les actes des autorités qui provoquaient cette forme de riposte de la part des catholiques étaient certes exemplaires, mais qu’ils furent exceptionnels, dans la mesure où ils créaient une situation irréversible : ils pouvaient donc engendrer une manifestation de protestation, sous le coup de l’émotion, mais pas habituer les catholiques à recourir à ce moyen d’expression... Quoi qu’il en soit, l’émotion n’est pas à elle seule, un facteur de mobilisation, et il ne suffit pas qu’une nouvelle soit connue par les journaux pour qu’elle conduise à l’organisation d’un pélerinage de réparation. En fait, sans qu’il s’agisse d’une explication exclusive, ni suffisante, on doit relever le rôle discret de l’Église. Dans la première circonstance, la publication du projet de pélerinage dans l’Echo de Fourvière vaut approbation de l’archevêché, même s’il n’y eut, nous diton, ni affiche, ni avis donné dans les églises. Dans le second cas, une lettre de protestation de l’archevêque fut lue en chaire : elle n’appelait pas à manifester contre la destruction des croix des cimetières, mais il est bien possible que les desservants l’aient complétée par des injonctions plus pressantes, et plus directes66. Enfin, il faut constater que la diffusion de l’information et sans doute le rassemblement des pélerins-manifestants sont facilités par une circonstance qui n’est vraisemblablement pas fortuite : si le bouche à oreille fonctionne si bien, c’est qu’il s’agit de jours où les communautés paroissiales sont rassemblées plus nombreuses qu’à l’ordinaire : le 30 mai 1878 est fête de l’Ascension, le 29 mars 1885, dimanche des Rameaux, le vendredi suivant, Vendredi saint67.

  • 68 Petit Lyonnais, 30. 03. 1885.

41Reste que ces manifestations furent absolument vaines. Le choix de la formule du pélerinage, qui leur permettait d’être tolérées, les cantonnait dans un espace restreint, de Saint-Jean à Fourvière et Loyasse. Une seule ne s’en contenta pas : pour protester contre la décision du conseil municipal, les milliers d’hommes montés à Loyasse redescendirent vers la place des Terreaux aux cris de « Rendez-nous la croix ! ». Mais ils le firent par le chemin le plus direct, sans emprunter les grandes artères de la presqu’île68 ; et une fois qu’ils furent arrivés devant l’Hôtel de Ville, leurs délégués s’entendirent répondre que le maire était absent. Le préfet les reçut, mais il n’avait dans ce domaine aucun pouvoir ; quant au docteur Gailleton, il voulut bien écouter leurs récriminations le surlendemain, mais il n’en tint naturellement aucun compte.

  • 69 G. Weill, Histoire de l’idée laïque..., pp. 255-61.
  • 70 J. Rambaud s’en indignait évidemment. Cf. L. de Vauzelles, Le Nouvelliste de Lyon..., p. 92 (17. 0 (...)

42L’organisation d’une manifestation d’opposition catholique ne pouvait donc se passer de l’aval, au moins implicite, de la hiérarchie ecclésiale. Or, en régime concordataire, l’archevêque de Lyon avait été nommé, comme tous les prélats, par le gouvernement, et l’on peut supposer que celui-ci ne le choisissait pas en vertu de l’indocilité de son caractère. De toute manière, le ministre des cultes disposait de moyens de pression sur les clercs récalcitrants, et l’on sait que c’est là une des raisons du maintien du concordat par les républicains parvenus au pouvoir69. Par contrainte ou par choix, les archevêques successifs, Mgr Foulon puis Mgr Coullié, optèrent pour une stratégie de discrétion en ce qui concerne les manifestations officielles de la puissance de l’Église : ils renoncèrent, par exemple, à faire une entrée solennelle dans la ville de Lyon, comme ils en avaient théoriquement le droit70. On les imagine donc mal patronner de véritables manifestations.

Les pélerinages du huit décembre

43En revanche, comme tous les catholiques lyonnais, ils tenaient beaucoup aux illuminations du 8 décembre en l’honneur de l’immaculée Conception, qui témoignaient à leur sens de la pérennité de la foi de la population, et au double pélerinage à quoi cette fête donnait lieu : les femmes le jour même, les hommes le dimanche le plus proche (afin que même ceux qui devaient gagner leur vie, les ouvriers, puissent y assister) se réunissaient place Saint-Jean, puis montaient à Fourvière par la montée du Chemin-Neuf en chantant des cantiques et en récitant des prières.

  • 71 ADR, V14-2, com. spé. 9. 12. 1889.
  • 72 ADR, V14-2. Huit décembre. Les estimations des simples policiers sont parfois très supérieures, pa (...)

44Comme il s’agissait aussi, en régime républicain, d’une occasion pour une partie de la population de manifester son opposition (« Le quatorze juillet des femmes et des prêtres », comme disait un commissaire de police71), les pélerinages du huit décembre étaient tolérés, dans la mesure où ils ne prenaient pas la forme d’une procession et où la participation des prêtres et religieux restait discrète, mais ils restaient attentivement surveillés par la police. Des rapports conservés, on ne peut pourtant pas tirer grand-chose, en raison de quelques lacunes, et surtout de divergences inhabituellement importantes entre policiers eux-mêmes, sinon une constatation et des ordres de grandeur72. Une constatation : les chiffres varient relativement peu d’une année à l’autre, ce qui ne doit guère surprendre. Si les rapports de police successifs mentionnent toujours les mêmes noms en tête des pélerinages masculins, c’est probablement que l’ascension du Chemin-Neuf était devenu un rite pour les plus fervents des catholiques lyonnais, rite auquel il devait être à peu près impossible de déroger. En revanche, hormis l’année 1880, où la proximité temporelle des incidents des Brotteaux amena une participation notablement plus forte, le pélerinage est peu sensible aux événements politiques extérieurs. Dans les années 1880, de deux à quatre mille hommes y participent, et un nombre de femmes largement supérieur, généralement plus du double. À partir du début de la décennie suivante, les chiffres retenus par la police sont un peu plus élevés en ce qui concerne les hommes, soit de trois à cinq mille, mais pas pour les femmes, qui restent à peu près au même niveau. Si bien qu’au total, on a l’impression que les deux pélerinages, toujours séparés, sont désormais à peu près de même importance. En somme, que la place des femmes dans les manifestations extérieures du catholicisme lyonnais diminue.

  • 73 ADR, V 14-2. Express de Lyon (5. 12. 1896), citant l’Echo de Fourvière.
  • 74 ADR, 4M243, com. spé., 6. 12. et V14-2, com. spé. 8. 12.1896.

45Ce caractère rituel, quelque peu routinier, ne convenait pas à tous les catholiques. À la fin du siècle, les jeunes rédacteurs du journal La France libre s’efforcèrent de lui redonner un véritable souffle militant, en faisant fi de la réglementation que venait d’imposer le maire de Lyon, en réponse à leurs provocations : pas de bannières ni de drapeaux, pas de groupe compact, pas d’ecclésiastiques. L’archevêque les désavoua discrètement, mais clairement : « le bien ne fait pas de bruit, et le bruit ne fait pas de bien. Il faut que ce pélerinage soit pour ceux qui y prendront part et le comprennent, comme pour ceux qui en seront témoins sans le comprendre, un acte de foi et de piété, et cela seulement73 ». Les commissaires de police rapportent avoir vu des prêtres inviter (avec succès) les pélerins à ne pas stationner place Saint Jean, à ne pas se former en cortège, mais à monter par petits groupes de vingt à trente personnes74...

Ralliement à la République ou restauration catholique ?

46Si les archevêques de Lyon semblent avoir pris leur parti du régime républicain, et des limitations qu’il imposait à l’expression publique et collective de la foi des fidèles, il n’en était pas de même des plus influents des catholiques. Ceux-ci semblent ne jamais avoir compris ni accepté avant la fin du siècle la laïcité de l’État ou de l’espace public. Dès lors que le gouvernement semblait mieux disposé à l’égard des catholiques, ils réclamaient que l’on mît fin à des mesures de persécution qui n’étaient pourtant à l’époque que l’application à leur encontre du droit commun. Ce à quoi ils aspiraient équivalait en fait à une restauration.

  • 75 L. de Vauzelles, Le Nouvelliste de Lyon..., p. 97 (article de J. Rambaud, 24. 06.1889).
  • 76 ADR, V14-2. Sur les pétitions et ceux qui les diffusent.

47Le premier thème qui leur était cher était celui du rétablissement des processions. Ils furent déçus de voir que Mgr Foulon, nouvellement nommé, n’entendait pas encourager une campagne en ce sens75 ; quelques années plus tard, la conjoncture politique nationale ayant changé, ils se reprirent à espérer. Pour prix de leur ralliement aux institutions républicaines, certains escomptèrent que, comme cela s’était produit ailleurs en France, le Saint Sacrement pourrait à nouveau paraître dans les rues de Lyon, tandis que d’autres demeurés monarchistes, s’associèrent à la campagne de presse et de pétitions de 1892-93 probablement persuadés que, quel que soit le succès de cette entreprise, elle ne pourrait qu’être profitable à leur cause76. Le rétablissement des processions aurait marqué un recul des républicains, et le maintien de leur interdiction montrerait que la municipalité était déterminée à persécuter les catholiques. Malgré l’ardeur déployée, et la reprise des sempiternels arguments sur le profit qu’en tirerait le petit commerce, la campagne n’aboutit pas.

  • 77 Cf. R. Sanson, « La fête de Jeanne d’Arc en 1894... ».

48C’est dans le même contexte politique, celui du ralliement, qu’il faut placer les tentatives faites à Lyon pour célébrer la fête de Jeanne d’Arc, de 1894 à 1897. L’initiative n’était pas venue des milieux catholiques, mais d’un sénateur républicain, Joseph Favre, qui fit prendre en considération par le Sénat, à la fin d’avril 1894, une proposition instituant une fête nationale en l’honneur de Jeanne d’Arc77. Cette année-là, les fêtes du 8 mai à Orléans revêtirent un éclat particulier, et l’on en organisa à la même date dans bien d’autres villes ; à Lyon même, à l’initiative du Salut public, tout ce qui comptait alors dans la presse lyonnaise, du Progrès au Nouvelliste, se réunit à la mi-mai afin d’organiser le 30 mai, pour l’anniversaire de la mort de l’héroïne « une grande fête populaire et patriotique » qui grouperait « tous les Lyonnais pour glorifier, en un jour de concorde, Jeanne d’Arc et la France ».

  • 78 ADR, 4M232, coupure de L’Echo du Rhône (17. 05. 94). Voir aussi le Peuple, même jour.

49Que des considérations commerciales proprement lyonnaises – il était bon d’attirer l’attention sur la ville, où se tenait une Exposition internationale – aient été présentes dans cet accord inattendu de la gauche républicaine et de la droite catholique n’est pas à exclure. Mais l’enjeu était d’une tout autre importance : la célébration de la fête de Jeanne d’Arc marquerait la réintégration définitive des catholiques dans le consensus patriotique, et le déplacement de celui-ci vers des valeurs plus nationalistes que républicaines : vers la droite. Les cérémonies du 8 mai ayant, semble-t-il, été l’occasion de démonstrations monarchistes, les petits quotidiens d’extrême-gauche se firent un plaisir de les monter en épingle, et suspectèrent aussitôt « les gens de la République ralliée (de vouloir) remplacer par cet anniversaire si longtemps oublié l’anniversaire de la prise de la Bastille (...), vraie fête nationale, fête du peuple, fête de l’affranchissement78 ».

  • 79 Ibid., compte-rendu officiel du conseil des ministres du 19 mai, après demande d’instructions préc (...)
  • 80 ADR, 4M232, com. spé., 31. 05. 1894. Confirmé par le journal conservateur La Mascarade.

50Le gouvernement alerté ayant invité les diverses administrations civiles, judiciaires et militaires à ne prêter aucun concours aux cérémonies projetées, « en raison du caractère politique qu’on paraît vouloir leur donner79 », les dissensions apparurent au sein du comité d’organisation. En définitive, la fête, pourtant brillante, fut très loin de faire l’unanimité : les jours précédents, la police multiplia les procès-verbaux à l’encontre de ceux qui avaient pavoisé aux couleurs de l’héroïne, bleues et blanches fleurdelisées. En fin de compte, seuls les quartiers du centre, de Perrache aux Terreaux, pavoisèrent (aux couleurs françaises, russes et vaticanes) et illuminèrent : « les rues des quartiers populaires avaient conservé leur aspect de tous les jours80 ». Le programme de la fête lui-même en montrait les limites sociales et idéologiques : grand-messe à Saint-Jean le matin, salut solennel l’après-midi. En soirée, une fête vénitienne sur la Saône, où les orchestres placés sur des bateaux-mouches ornés de lanternes vénitiennes tricolores jouent La Marseillaise et l’hymne russe, les inscriptions de feu sur la colline de Fourvière, « Dieu protège la France », « Lyon à Jeanne d’Arc », etc., un feu d’artifice tiré depuis la terrasse de Fourvière, dont la pièce principale représentait Jeanne...

  • 81 Ibid.. Ce quotidien modéré regrettait les manifestations politiques – sans doute monarchistes – «  (...)
  • 82 On vit une procession de trois cents jeunes filles d’une école libre des Brotteaux, le dimanche 3 (...)
  • 83 ADR, 4M232 ; Nouvelliste, 16. 03. 1897. Le programme mis sur pied dans les semaines suivantes veut (...)
  • 84 ADR, 4M232, rapport du com. spé., 31. 05. 1897.
  • 85 Un indice de l’attitude réservée de la hiérarchie catholique à l’égard de la partie extérieure de (...)

51« Espérons », concluait l’Exprès81, « que l’an prochain, la fête de Jeanne d’Arc devenue nationale, nous trouverons enfin l’unanimité désirée ». De ce point de vue, les débuts avaient été décevants et les jours suivants n’arrangèrent rien82. La célébration de la fête, devenue concurrente du Quatorze Juillet, fut l’apanage exclusif du « parti clérical » : en 1895 les illuminations furent rares, et seule la messe à Fourvière marqua la solennité. Un effort fut fait en 1896, avec une fête vénitienne en soirée, et surtout en 1897, afin d’éviter que « ce jour de concorde et de paix (ne tombe) dans l’oubli en attendant que les pouvoirs publics en fassent une fête nationale83 ». Mais les bateaux-mouches qui portaient les musiciens furent copieusement sifflés, et la loge maçonnique du Gourguillon avait participé à sa manière à l’illumination en éclairant une rampe qui formait ces mots « À Jeanne d’Arc, brûlée par les prêtres84 ». Les années suivantes ne subsista que la partie religieuse de la fête85 : messe à Fourvière le matin, salut solennel à Saint Jean l’après-midi.

52L’échec était donc complet, puisque les catholiques lyonnais n’avaient pas réussi à reconquérir l’espace public : ils n’avaient ni les moyens de rétablir la situation antérieure à leur défaite de 1879, ni la capacité à imposer, comme fête officielle, des cérémonies concurrentes du 14 juillet. Ils n’étaient plus l’État, mais de simples citoyens : s’ils voulaient exprimer leur opinion publiquement, il leur faudrait trouver d’autres formes pour le faire.

Les hésitations du mouvement ouvrier

  • 86 Y. Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise..., t. II, p. 216.
  • 87 Julliard Autonomie ouvrière, pp. 22-32 : intégration politique et autonomie sociale.

53On a déjà montré que « les événements de 1870 ne constituent en aucune manière une rupture dans le développement ni de l’association, ni du mouvement ouvrier de la région lyonnaise », contrairement à ce qui se passa dans la ville de Paris, saignée à blanc par la répression de la Commune86. Il n’y a donc pas, en région lyonnaise et à Lyon moins qu’ailleurs, de rupture des milieux ouvriers avec les conceptions politiques et les formes d’action du parti républicain, des opportunistes aux radicaux, et cela tout au long des années 1870, jusqu’au triomphe de la République, sinon bien plus tard : nous l’avons déjà entrevu à propos des fêtes officielles du nouveau régime, auxquelles l’adhésion populaire, voire ouvrière est manifeste. Autrement dit, comme on l’a fait observer, exclus socialement du pouvoir, les ouvriers en demeurent paradoxalement proches politiquement, et même idéologiquement87. C’est sans doute une des raisons pour lesquelles, dans les années 1880 et au-delà, sauf situation exceptionnelle, le mouvement ouvrier lyonnais ne recourt pas à la manifestation, alors même que les circonstances pourraient y être favorables. D’une part, la disparition de la garde nationale permettrait à l’administration d’envisager avec plus de sang-froid des situations jusque-là considérées avec la plus grande suspicion : le peuple étant désarmé, la charge insurrectionnelle que véhiculait toute protestation populaire sur la voie publique était pour l’essentiel désamorcée. D’autre part, à Lyon plus qu’ailleurs, les nouvelles autorités bénéficiaient au départ d’un capital de confiance : on pouvait les présumer ouvertes aux demandes populaires, et moins hésiter à s’adresser à elles. En attendant que gagne le désenchantement, ce qui ne tarda guère dans le cas du préfet, mais davantage pour la municipalité, restait cependant à savoir sous quelle forme on leur exprimerait ses vœux et ses souhaits.

Le temps des meurt-de-faim

  • 88 M. Offerlé, « Descendre dans la rue, de la « journée » à la « manif » », in P. Favre, La manifesta (...)

54Les raisons de manifester ne manquent pourtant pas à Lyon, frappée par une grave crise de la soierie dès 1877, et qui, du fait du krach de l’Union générale, subit de plein fouet le choc de la Grande Dépression. Or les conjonctures de crise industrielle constituaient le seul cas où la manifestation de rue pouvait être considérée comme une réponse appropriée aux exigences de la situation. Manifester était alors une manière – la plus énergique, certes, la plus désespérée, la plus grosse de périls – d’attirer l’attention des pouvoirs publics et notamment de la municipalité sur une détresse à laquelle il était de leur devoir de remédier. Il y eut donc à Lyon des manifestations de chômeurs, de « sans-travail » comme l’on disait alors. Elles firent un certain bruit, puisqu’à Paris, la veille du grand rassemblement du 8 mars 1883, la presse évoquait les modèles « genevois » ou « lyonnais » devant la perspective inédite d’une manifestation sur la voie publique88. Elles sont cependant difficiles à reconstituer, en raison notamment du fait qu’elles s’insèrent malaisément dans les grilles d’analyses policières, et dans les séries d’archives : la Commission des ouvriers sans-travail, qui les organisa un temps, n’apparaît qu’à peine dans les rapports de police de cette époque.

  • 89 Le no 47, auteur d’un volumineux ensemble de rapports conservés aux APP, Ba 392.

55C’est la crise de 1877 qui semble avoir nourri les inquiétudes les plus vives des responsables du maintien de l’ordre. Il est certain qu’elle fut aussi la plus dure de la période, et de semaine en semaine, des rapports détaillés étaient adressés au ministère de l’intérieur. Il ne se passa pourtant rien : le meilleur des informateurs89 note en février, qu’en dépit des privations et des malheurs des tisseurs, « leur attitude n’a pas cessé d’être calme : ils n’osent pas trop élever la voix, dans la crainte de fournir des armes aux adversaires du gouvernement qui vont proclamant bien haut que la République est la cause unique de cette misère qui sévit aujourd’hui parmi eux (...) Il n’est pas douteux que sans cette considération, ils se fussent déjà livrés à des démonstrations aux abords de l’Hôtel de Ville pour réclamer du travail ou du pain ». On relève aussi que, dans ce contexte, l’attitude des légitimistes et des milieux catholiques, fort occupés à rassembler des fonds pour l’œuvre du Denier de Saint Pierre, et qui envisagent une nouvelle souscription pour offrir un objet d’art au souverain pontife à l’occasion de ses noces d’or, provoque « une surexcitation (qui) le cas échéant, se traduirait inévitablement comme après le 4 septembre, par l’envahissement et le pillage des établissements religieux ». En avril, alors que huit mille familles sont secourues, « il a même été question dans la journée de samedi de se réunir au clos Jouve pour se rendre de là à la Préfecture pour réclamer du travail ou du pain. La réunion n’a pas eu lieu mais le même jour une pétition était adressée à la Préfecture : ses auteurs y formulaient une revendication analogue et dans des termes peu conciliants » ; au début du mois de mai, un autre informateur, gagné par l’inquiétude, pronostique que l’« on n’est plus résigné, on ne se contente plus de paroles. L’émeute n’est pas loin, elle sera terrible... » Pourtant, un journal démocrate, le Censeur, avait averti les ennemis de la République qu’ils « avaient beau épier dans l’ombre le moindre tressaillement de douleur de la classe ouvrière pour la transformer en catastrophe, leur espoir serait déçu et que rien ne bougerait ». En effet, le déclenchement de la crise politique du 16 mai aidant, rien ne se produisit malgré la lenteur avec laquelle les difficultés économiques se résorbèrent.

  • 90 Les journaux conservateurs relèvent toujours avec plaisir la misère et le mécontentement ouvrier s (...)
  • 91 Comme le disait un anarchiste (ADR, 4M309, com. spé. 9. 10. 1886) « L’hiver approche, et il y a pl (...)
  • 92 APP, Ba 392, 15. 12. 1880, agent 47 ; Ba 394, 8. 11. 1882 « sommer la municipalité de pourvoir aux (...)
  • 93 APP, Ba 392, agent 47, 01. 03. 1881.
  • 94 ADR, 4M 309, réunion publique salle Robert, com. spé. 26. 08. 1886.
  • 95 APP, Ba 392, rapport du no 47 (15. 12.1880). On repoussa la manifestation au surlendemain lundi 13 (...)
  • 96 ADR, 4M309. com. spé. 26. 08. 1886. Bergues, anarchiste : « il n’y a pas que les tisseurs qui souf (...)
  • 97 ADR, 4M249, com. spé. 24. 12. 1888, réunion publique des ouvriers sans travail, 50 personnes.

56Une fois la République consolidée, la crainte de faire le jeu de la réaction en descendant demander aux autorités « du travail et du pain » ne semble avoir disparu que lentement90. Mais les difficultés étaient telles que l’agitation ne cessa guère de 1880 à 1888 : en décembre 1880, novembre 1882, à l’automne 1884, en décembre 188691... des délégations, appuyées souvent par une démonstration populaire vinrent à l’Hôtel de Ville exposer la misère des ouvriers sans travail, et demander un certain nombre de mesures, toujours les mêmes : l’ouverture de chantiers communaux, à quoi on ajoute généralement du pain pour les femmes, les enfants, les vieillards92 et les invalides du travail. Parfois plus précises, les revendications des tisseurs apparaissent soit archaïques (obtenir le monopole des travaux de tissage pour les Lyonnais, et empêcher le départ des métiers à la campagne93) soit bien modestes : le dégagement au mont-de-piété de tous les objets de literie et vêtements, ainsi que les ustensiles de métier94... Sur le point essentiel, satisfaction leur semble avoir été donnée les premières années, lorsque la crise touche la Fabrique, qu’elle est pleinement visible, et que les réunions de protestation sont suivies par une assistance nombreuse. Les organisateurs et la salle hésitent encore à provoquer une manifestation de rue : plusieurs fois, l’assistance consultée refuse d’accompagner immédiatement les délégués, ou l’on renvoie l’action à une date ultérieure, où rien ne se produisit en définitive95. Après 1885, les organisateurs de la commission des ouvriers sans travail ont acquis l’expérience des délégations, et mesurent mieux le poids du nombre des manifestants sur le conseil municipal. Mais ils se heurtent dès lors à un autre obstacle : l’incapacité où ils se trouvent à dépasser l’effectif des assistants à la réunion, quelques centaines de personnes, en l’absence d’une organisation qui puisse transmettre les mots d’ordre. Les sans-travail viennent alors de milieux plus diversifiés, et les réunions ne se tiennent plus seulement à la Croix-Rousse, mais aussi sur la rive gauche. Les tisseurs continuent cependant de raisonner comme s’ils étaient les seuls frappés par le chômage96, et la liaison avec les autres ouvriers sans travail se fait mal, sauf à passer par les syndicats ouvriers. Or les chômeurs trouvent que les cercles politiques et les syndiqués qui travaillent ne manifestent pas suffisamment de solidarité97...

  • 98 AN. F12 4462. Rapport du préfet, 5. 12. 1886. L’anarchiste Chautant accepte « cette manière de fai (...)
  • 99 ADR, 4M309. com. spé. 26. 08. 1886. Grumaud, anarchiste : « il n’y a que le palais Saint-Pierre, q (...)
  • 100 ADR, 4M249, com. spé. 27. 03. 1887. L’exemple anglais, pour la tenue de meetings en plein air, éta (...)
  • 101 ADR, 4M 309. La Bataille 18. 09. 1884, et Lyon socialiste, 30 11. 1884. La seconde aurait été disp (...)
  • 102 AN, F12 4462, coupure de l’Avenir national, 8. 12. 86. Une délégation accompagnée de la foule se r (...)

57Par conséquent, pour que la manifestation dont on rêve soit massive, pour qu’elle soit imposante dans le vaste cadre de la place des Terreaux, et que l’on puisse montrer ainsi aux autorités la foule des sans-travail lyonnais98, il ne reste qu’une solution : multiplier les réunions de quartier (car il n’y a pas de salle assez vaste et assez proche du centre pour accueillir une assemblée nombreuse99), et espérer qu’on arrivera ainsi à réunir un beau jour « les huit à dix mille crève-faim nécessaires (...) dans un meeting, semblable à ceux donnés en Angleterre100 » ; puis à se porter à l’Hôtel de Ville (ou piller les magasins et les banques, ce que suggèrent les anarchistes). On n’y arriva jamais : les seuls rassemblements nombreux semblent avoir été ceux de l’automne 1884101, et à un moindre degré une manifestation à la sortie d’une réunion organisée par les syndicats à la salle Rivoire, en décembre 1886102. En ce cas, il suffit aux autorités de demander à la délégation de revenir le lendemain, sous prétexte que le maire est absent. La délégation, de retour sans la foule... n’obtient rien, ou pas grand’chose.

  • 103 Rapport du préfet du 2.07.1885 (AN F12 4662) et journaux lyonnais de la fin juin (notamment le Pet (...)

58Au total donc, ces manifestations qui alimentèrent beaucoup d’espoirs parmi les anarchistes et socialistes révolutionnaires, n’aboutirent pas à la révolution, tout au plus à atténuer la misère par l’ouverture de chantiers communaux... Même la grande action revendicative des tisseurs en juin 1885, qui, bien que n’émanant pas des ouvriers sans ouvrage, emprunte l’essentiel de ses formes à leur action (après réunions publiques massives pour exiger des fabricants le retour au tarif de 1869, des délégations sont envoyées et accompagnées par les assistants, soit devant l’Hôtel de Ville – où la réponse, très classiquement libérale, est que l’administration n’a pas à s’en mêler –, soit devant la Chambre de commerce et aux bureaux des principaux fabricants103) n’obtint pas un succès plus durable : le tarif fut bien rétabli, et l’on pouvait croire que les tisseurs échapperaient ainsi à la misère, mais quelques années plus tard, la Fabrique avait perdu dans la ville même, l’essentiel de ses effectifs. D’une certaine manière, ces délégations sont un chant du cygne : elles accompagnent la crise économique, et la mort du monde de la Fabrique lyonnaise, un monde où les pouvoirs publics, la municipalité en tête, auraient dû jouer un rôle régulateur. Comme ils s’y refusaient, et surtout comme elles ne pouvaient avoir aucune efficacité dans des années de conjoncture meilleure et dans des secteurs industriels où primait le rapport salarial à l’état pur (ceux qui se développent justement au sortir de la grande dépression), ce type de manifestations disparut avec les conflits du monde qui leur avaient donné naissance, et dont elles étaient l’expression pacifiée.

Formes de la vie politique

59On se souvient que les démocrates-socialistes de 1848 n’avaient pas renoncé à l’organisation de manifestations pour des raisons de principe, mais d’opportunité : elles effrayaient la bourgeoisie, et donnaient prise à la provocation ; elles rendaient vulnérable le mouvement démocratique plus qu’elles n’affirmaient sa force. Chez leurs héritiers républicains, même radicaux, les événements survenus depuis 1870 avaient transformé cette renonciation en un refus délibéré, quasiment de principe : l’assimilation entre manifestation et insurrection, et la peur du désordre avaient été ravivées par la guerre et la Commune. C’était par le suffrage universel, et par lui seul, que devait se faire la conquête de la République par les républicains, dans le plus strict respect de la légalité et sans le moindre désordre dans la rue ; toute la force et la discipline des organisations radicales et ouvrières y avaient concouru année après année, et l’on n’en était pas peu fier. Ce qui était au départ contrainte avait ainsi été promu au rang de valeur, qui s’imposait à tous. Même ceux qui, dans la classe ouvrière organisée, rêvaient de révolution sociale et allaient rapidement déchanter au vu de la politique des opportunistes savaient après les massacres de la Commune qu’il était impossible de recourir à l’insurrection pour s’emparer du pouvoir. Ils pouvaient aussi penser que le socialisme conquerrait le pays par les mêmes moyens qu’avaient utilisés avec succès les républicains, d’autant qu’ils pouvaient désormais user sans guère d’entraves du droit de réunion ou de la liberté de presse.

  • 104 Deux exemples : 4M270, com. spé., 31. 03. 1882, enterrement du compagnon Charvieux, tisseur chef d (...)
  • 105 4M231, extrait de la séance du conseil municipal de Lyon du 8. 09. 1885.

60Les formes d’action et d’organisation des révolutionnaires se situent donc dans le prolongement direct de celles du grand parti républicain. Les formes d’action : ce sont désormais pour l’essentiel des réunions publiques, que les commissaires de police surveillent consciencieusement, mais dont on sait n’avoir pas grand’chose à redouter. Les propos les plus incendiaires y sont tenus, mais après le vote d’un ordre du jour enflammé, on rentre paisiblement chez soi... Les funérailles – évidemment civiles – de militants connus, qui peuvent rassembler plusieurs centaines de personnes, rendent également la police attentive mais il ne se passe habituellement rien104. L’administration municipale reste d’ailleurs en droit d’exiger communication des discours que l’on voudrait prononcer sur la tombe, ce qui est, pour le docteur Gailleton, une garantie de l’absence de manifestations dans les cimetières105...

61Quant aux formes d’organisation, il s’agit surtout de cercles de quartier, pouvant se transformer le moment venu en comité électoral, leur hypothétique coordination s’opérant par l’entremise d’un journal, ou encore, dans le cas des anarchistes, par l’intermédiaire d’une commission de soutien aux familles des prisonniers politiques (comme dans les années 1871-74)... Peu étoffés, ces groupes ne sauraient se risquer à descendre dans la rue, et à y déployer le drapeau rouge ; les pouvoirs publics ne paraissent d’ailleurs redouter semblable éventualité qu’à un seul moment de l’année, aux alentours du 18 mars, pour l’anniversaire de la Commune.

  • 106 ADR, 4M223. Rapport du préfet au ministère de l’Intérieur, 16. 06. 1880.
  • 107 Dossier très complet sur le sujet, pour les années 1880-97, in ADR, 4M320.

62La célébration du 18 mars est en effet commune à tous les groupes qui, à l’extrême-gauche, entendent marquer leur opposition à la République opportuniste, à la République bourgeoise. Il ne s’agit plus, comme dans les années 1870, de défendre dans les communeux des républicains égarés, ce sur quoi, à Lyon, le parti républicain tout entier était d’accord106, mais d’affirmer le caractère exemplaire de l’insurrection parisienne. Cette célébration permet donc de mesurer, d’année en année, les progrès du socialisme dans l’agglomération107.

  • 108 ADR, 4M320. Com. spé 17. 03. 1882. Annulation d’un banquet par les anarchistes : le compagnon Bern (...)
  • 109 Il y a naturellement contestation sur les chiffres. Faut-il compter les seuls assistants au concer (...)

63Remarquons d’abord que l’anniversaire du 18 mars ne donne généralement pas lieu à des activités de propagande. La forme dominante est, dans les années 1880, le banquet, ou une collation plus démocratique108, que chaque groupe organise pour son compte et qui ne rassemble que les adhérents et leurs familles. La réunion étant privée on peut décorer la salle de drapeaux rouges, ou rouges et noirs, et y chanter des chants révolutionnaires sans intervention policière. Dans la décennie suivante, les cercles et groupes locaux continuent de célébrer le 18 mars par une « soirée de famille », mais apparait aussi la formule du concert-conférence-bal du dimanche suivant, appelée à un succès notable : après la première tentative, largement unitaire, de 1892, les blanquistes rassemblent bon an mal quelque deux cents personnes, tandis que leurs concurrents du Parti Ouvrier se flattent d’en réunir un bon millier à la salle Laroche, cours Lafayette109. En 1897, la réunion fut même ouverte par l’arrivée triomphale, au son de L’Internationale, de la fanfare « La lyre du peuple », venue en cortège de Villeurbanne, drapeau rouge à franges dorées en tête...

  • 110 Il faut toutefois noter que femmes et enfants y participent pleinement, alors que les sociétés (no (...)
  • 111 En 1886, des révolutionnaires, surtout anarchistes (avec une cinquantaine d’adhérentes du groupe M (...)
  • 112 ADR, 4M320, gardiens de la paix, réserve, 18. 03.1890.

64Le 18 mars apparaît ainsi beaucoup plus comme l’équivalent socialiste de la fête patronale des corporations de métier, ou encore du banquet annuel des sociétés110, que comme une occasion (bien imprudente, vu le petit nombre des assistants) de s’imposer à l’attention de la population. La fin de la célébration ne donne normalement pas lieu à manifestation : il ne s’en produisit qu’en deux occasions, et malgré la satisfaction des participants, l’on doit bien constater que ce fut fort peu de chose, une cinquantaine de personnes retournant nuitamment vers le centre, derrière un drapeau rouge ou au son d’une Carmagnole qui leur vaut des poursuites pour tapage nocturne111... Les réunions publiques sont rares, et généralement liées à des circonstances exceptionnelles : il y faut l’accord de tous les groupes socialistes, le plus souvent rivaux et en assez mauvais termes, ce qui ne se produit qu’en période d’effervescence révolutionnaire (en 1889, peu après la double manifestation des 10 et 24 février ; en 1890 peut-être ; en 1894) et l’assistance ne fut pas très nombreuse : trois à quatre cents personnes. L’on n’aurait envisagé de démonstration de rue qu’en 1890, et encore faut-il faire la part de l’imagination des agents du maintien de l’ordre, bien anxieux dans la perspective du Premier Mai112.

Comment faire la Révolution ?

65Au total donc, malgré les constants et flamboyants appels à la révolution dont résonnent les salles de réunion, l’ordre de la rue n’est guère troublé dans les années 1880, et à peine plus au début de la décennie suivante. L’interprétation que donnaient de ce calme les militants révolutionnaires dépités était toute morale : les ouvriers, notamment les tisseurs croix-roussiens, étaient au fond des « endormis », des « contents », des lâches. Nous ne sommes évidemment pas tenus de les suivre dans leurs malédictions ; cependant, il vaut la peine de chercher à expliquer leur dépit en considérant l’idée qu’ils se faisaient des voies et des moyens de la révolution.

  • 113 ADR, 4M 309. Toussaint Bordat, en réunion publique, com. spé., 31. 07. 1886.
  • 114 Ibid. À cette date (5. 10. 1886), le compagnon Tortelier n’a pas encore découvert la grève général (...)

66« Travailleurs, vous le savez, qu’on le veuille ou non aujourd’hui la Révolution est à nos portes, elle est dans les nuages, on ne peut l’éviter. Je ne crains qu’une chose, c’est qu’elle nous surprenne avant d’être prêts113 ». « Il n’y a rien à faire avec la société actuelle. La Révolution est proche, des émeutes vont se produire de tous côtés, sur tous les points du territoire, et N... de D..., que l’on crève d’une manière ou d’une autre après tout qu’est-ce que cela fait114 ?» Les deux orateurs sont anarchistes, mais les socialistes-révolutionnaires qui fréquentent les réunions publiques ne s’expriment guère autrement. La révolution apparaît ainsi aux révolutionnaires comme un phénomène cosmique, inéluctable, incontrôlable, qui se déclenchera quoi qu’on fasse, et qu’il s’agit simplement d’orienter, de mettre à profit. Millénarisme révolutionnaire, dira-t-on, évidemment pas à tort. Il convient cependant d’en souligner deux aspects, qui ont pour notre sujet une particulière importance : l’un tient aux justifications de ce millénarisme, et l’autre touche à ses conséquences du point de vue de l’action politique des révolutionnaires, anarchistes ou non.

  • 115 J.M. Mayeur, La vie politique..., p.120 cite des pronostics pessimistes de P. Cambon en 1885.
  • 116 Toussaint Bordat notamment, à qui la République avait offert l’occasion d’étudier durant son séjou (...)

67Comment expliquer la manière dont les révolutionnaires se représentent la révolution ? Il ne s’agit pas nécessairement de la croyance naïve d’âmes simples : toute l’expérience politique du mouvement ouvrier montre alors que c’est ainsi que sont survenues les révolutions précédentes, comme un coup de tonnerre dans un ciel serein, à partir d’une émeute déclenchée à Paris L’histoire du siècle montre en outre que ces révolutions se sont produites à intervalles réguliers, d’une quinzaine ou d’une vingtaine d’années : si les observateurs bourgeois s’en étaient aperçus et alarmés115, pourquoi les militants ouvriers n’auraient-ils pas pu le faire ? Ce que les meilleurs d’entre eux y ajoutent116, c’est une nouvelle justification, empruntée à la science économique, et aux premiers théoriciens des crises : en ces temps de misère et de chômage, elle parait d’autant plus convaincante. Millénarisme révolutionnaire peut-être, mais qui ne manque point d’arguments.

  • 117 4M232. Com. spé. sur les réunions du 3. 12. 1887, salle Rivoire, et salle de la Perle ; un millier (...)
  • 118 ADR, 4M 232. Préfet à Intérieur, 4. 12.1887.

68Du point de vue qui nous occupe, celui de la forme prise par l’action politique des masses, cette conception de la révolution a des conséquences importantes : comme la révolution ne se déclenche pas, ne se provoque pas, qu’elle advient, il s’agit d’être prêts à descendre dans la rue le moment venu pour y combattre, et non pas d’y aller manifester pacifiquement. Qu’on s’attende à des troubles à Paris, par exemple au moment des manifestations devant le Palais Bourbon, après la démission de Grévy, et pour éviter l’élection de Ferry-famine, et les révolutionnaires lyonnais se tiennent prêts117 : ils organisent deux réunions publiques destinées à tenir la population en haleine, au cas où... À la Croix-Rousse, on déplore que les citoyens, à Paris comme à Lyon n’aient pas été préparés, et que les armes aient fait défaut ; on déclare qu’« il faut s’organiser en groupes secrets de façon que lorsque le moment sera venu nous soyons prêts », avant de « s’unir pour exproprier au plus tôt la République bourgeoise » (ce qui n’engage à rien). Les orateurs de la salle Rivoire, quant à eux, se gaussent des canuts qui prétendent « faire une révolution en descendant à l’Hôtel de Ville et en fuyant devant quatre argousins ; c’est de la blague, l’avenir est dans les barricades et pas ailleurs ». Et en attendant, « l’assemblée déclare avoir confiance dans les organisateurs qui feront appel à la masse s’il y a lieu... » Dans le même temps, le préfet a pris des mesures pour parer à toute éventualité, mais « si discrètement qu’elles sont restées ignorées de la population118 ».

  • 119 ADR, 4M309. Com. spé. 14. 06. 1886. Une centaine de compagnons anarchistes, réunis dans un restaur (...)

69Plus optimistes, ou plus volontaristes, certains anarchistes : eux sont tellement convaincus que la situation est explosive qu’ils envisagent de déclencher la révolution. La manière dont ils comptaient s’y prendre est un peu surprenante, et nous laisse évidemment sceptiques : écoutons à nouveau Bordat, cette fois-ci en réunion privée. « Vous savez bien qu’on attendait de Genève des placards qui ne sont pas arrivés. Eh bien si ces placards étaient arrivés, nous ne serions pas ici à présent, mais nous serions au milieu de la ville de Lyon, en train de nous faire tuer ou de piller les magasins. Et quelles sont les villes qui ont reçu leurs placards ? Point119 ».

70La vertu catalytique des affiches attendues en vain nous paraît chimérique. Il n’empêche que la police semblait prendre au sérieux ces menaces, et les placards anarchistes étaient promptement lacérés. Et il est curieux de constater que les réactions policières étaient tout aussi nerveuses vis-à-vis d’un autre catalyseur potentiel : le drapeau rouge. Lorsque les administrateurs voulaient parler d’une situation dangereuse, ils faisaient toujours allusion à la redoutable éventualité qu’on déployât un drapeau rouge... Autrement dit, ni les révolutionnaires ni les policiers ne concevaient vraiment qu’on pût descendre pacifiquement dans la rue pour faire une démonstration du soutien populaire à telle ou telle revendication ; ni les uns ni les autres n’imaginaient autre chose qu’une organisation secrète, surgissant de l’ombre au moment décisif : pour tous, d’une certaine manière, ni Blanqui ni Bakounine n’étaient morts. On ne peut autrement comprendre la panique, et les espoirs qui entourèrent les deux premiers Premier Mai, quand entrèrent en scène des acteurs jusque-là absents de la voie publique, mais qui n’avaient aucun goût particulier pour la clandestinité : les chambres syndicales.

Notes

1 Y. Lequin, « Classe ouvrière et idéologie... ».

2 F. Delpech, « La presse et les partis... », pp. 34-39 : vers 1860, les trois quotidiens lyonnais tiraient ensemble à quinze mille exemplaires ; la dizaine de titres de 1880 dépasse les deux cent mille. En 1881, le Progrès réduit son prix à cinq centimes, et passe en deux ans de cinq mille exemplaires quotidiens à soixante-quinze mille...

3 Loi du 30. 06. 1881, article 8. Sur ces points, Ch. Seignobos, L’évolution de la Troisième République pp. 71-74, G. Carrot, Le maintien de l’ordre... pp. 642-43 ; J.-P. Machelon, La République contre les libertés ?

4 Loi du 29. 07. 1881, article 24. L’article suivant concerne le fait de détourner les militaires de l’obéissance qu’ils doivent à leurs chefs.

5 Loi du 30. 06. 1881, article 6.

6 P. Nora (« Le retour de l’événement » in J. Le Goff et P. Nora, Faire de l’histoire, t. I) note : « Il n’y a pas d’événement heureux, ce sont toujours des catastrophes » (p. 220) et date son « apparition du dernier tiers du xixe siècle, (...) entre la Commune et l’affaire Dreyfus » (p. 211).

7 R. Sanson, Les 14 juillet, fête et conscience nationale (1789-1975) ; C. Amalvi, « Le 14 juillet, du dies iroe au jour de fête » ; J.-P. Bois, Histoire des 14 juillet. Pour Lyon même : J. Prevosto, « La célébration du 14 juillet à Lyon (1880-1914) ».

8 Jusqu’en 1914, jamais les crédits de la fête nationale n’ont été inférieurs à ceux des Quinze Août de la fin de l’Empire (44 398 F en 1864, ADR, 1M166) même lorqu’après 1906 la municipalité Herriot voulut, par économie, limiter ces dépenses devenues de routine. Auparavant, les crédits avaient toujours représenté au moins le double, pour atteindre même le triple (140 000 F) en 1889. J. Prévosto, art. cit., p. 167-8.

9 Le défilé prévu rue Sainte-Elisabeth (aujourd’hui rue Garibaldi) fut interdit, car il devait avoir lieu à l’heure même de la revue place Bellecour, et on craignait les incidents dans un quartier où « les anarchistes comptent le plus de compagnons et de partisans »... (Com. spé., 13. 07.1882, ADR 1M167).

10 Comme sous les régimes précédents, l’armée ne parcourt pas les rues de Lyon lors de la fête nationale. Elle est seulement passée en revue place Bellecour, puis défile devant la tribune officielle.

11 Lors de la première de la fête nationale, le Petit Lyonnais (14. 07. 1880) estimait à dix mille personnes le nombre de ceux qui suivirent, sur la chaussée, la retraite principale.

12 ADR. 1M167 et 168. Programmes officiels du 14 juillet.

13 Voir les programmes parus les jours précédents dans le Petit Lyonnais et le Lyon républicain.

14 Progrès de Lyon, 14. 07. 1895. Pour les itinéraires, les numéros des jours précédents.

15 Lyon républicain, 14. 07. 1880.

16 Petit Lyonnais, 14. 07. 1880.

17 En 1880, figuraient la fanfare de l’École militaire des cadets, la musique de la société des études militaires, la société des touristes militaires ; en 1895 les Touristes lyonnais, l’Avant-garde, l’Etendard, l’Espérance, la Française, la Martiale, les Volontaires croix-roussiens, les Excursionnistes lyonnais, l’Alsace-Lorraine... P. Arnaud, in « Pratique et pratiquants. Les transformations de la sociabilité sportive » (La naissance du mouvement sportif associatif…) p. 189 et tableau 2 (p. 193) montre que ces nouvelles sociétés « conscriptives » se distinguent des sociétés de jeux traditionnels, de joutes, de sauvetage par un encadrement nettement plus âgé et plus bourgeois que la plupart de leurs membres.

18 Les exceptions, Vaise, Saint-Just et Saint-Irénée, noyaux de peuplement anciens, très loin de la mairie de leur arrondissement de rattachement, avaient leur vie propre et, dès 1880, leurs retraites. Au contraire les retraites du troisième arrondissement relient à la mairie des quartiers excentrés, en développement rapide : Gerland, le Grand Trou, La Mouche... Dans ces retraites qui parcourent, une fois l’an, le territoire du quartier, et souvent même le circonscrivent au départ de la mairie, on peut voir le substitut laïque des processions interdites. Ni prêtres, ni femmes ni jeunes filles ne défilent, mais il y a la musique, les drapeaux aux fenêtres, parfois des bustes de Marianne coiffés du bonnet phrygien... (J. Prévosto, art. cit., parle p.181 de « véritables reposoirs républicains »).

19 ADR., 1M148. Programme daté du 28 septembre.

20 Ibid., com. spé., 6 et 7. 10. 1888.

21 Petit Lyonnais, 7. 10. 1888.

22 « Bonaparte, troisième du nom » avait passé en revue des députations des communes, et les vétérans de l’Empire (1850 et 52) ; mais il n’y eut rien de tel en 1856 et 1860. En 1865, un défilé des sociétés chorales et musicales, derrière leur bannière, s’était dirigé vers la place de la Comédie, avant une représentation au Grand Théâtre (Salut public, 29. 04.-1. 05. 1865).

23 Petit Lyonnais, 7 et 8. 10. 1888. Les présidents des sociétés offrent de « magnifiques bouquets » au chef de l’État.

24 ADR, 1M147, lettre au ministre de l’Intérieur, 31. 10. 1887.

25 A. Coquet « Le monument des Enfants du Rhône »..., pp. 303-305.

26 Programme publié par le Lyon républicain du 27. 10. 1887. Défilèrent les mêmes sociétés que lors de la réception de Carnot, mais dans cette mise en scène de la société lyonnaise, on n’oublia pas les ressortissants des peuples voisins et amis : la fanfare helvétique, la société suisse de gymnastique, l’Harmonie italienne...

27 Très nombreux, ce cortège ne comprend pas seulement les autorités, corps élus, magistrats, officiers et hauts fonctionnaires, mais aussi la presse, les conseils de prud’hommes, les fonctionnaires et employés municipaux... (Lyon Républicain, 30. 10.).

28 Après les invités venaient les sociétés gymniques, sportives et musicales. L’ordre des sociétés est donc l’inverse de celui de l’année suivante. Ce ne sont pas cette fois les officiers retraités qui sont à la place d’honneur (en queue de cortège), mais les anciens mobiles du Rhône et les ex-légionnaires...

29 Lyon républicain, 31. 10. 1887.

30 Rapport du Préfet à l’Intérieur, ADR, 1M147, 31. 10.1887.

31 Courrier de Lyon, 29. 07. 1871.

32 ADR, 1M146 ; Préfet à Intérieur, 22. 08. 1871.

33 Petit Lyonnais et Courrier de Lyon, 10, 11 et 12. 10.1871.

34 Barodet achève son discours par « Vive la République helvétique, vive la République française ! » (Petit Lyonnais du 12) ; et le Courrier de Lyon concède que ces républicains-là (les Suisses) vous réconcilieraient avec la République...

35 L’Union patriotique du Rhône, no 20, juin 1892.

36 Ibid., mai-juin 1894.

37 Les sociétés françaises invitées ne bénéficient pas d’un tel honneur, et ne défilent que sur le lieu du concours, pas dans les rues de la ville.

38 Lors de la venue des Sokols tchèques, la fanfare des Touristes lyonnais joue ainsi la Marseillaise et... l’hymne impérial russe. (L’Union patriotique du Rhône, mai juin 1894).

39 La rue Bourbon (rebaptisée ensuite Victor-Hugo), la rue de l’Hôtel de Ville ou la rue centrale. On semble éviter la rue de la République.

40 Description nostalgique par P. Sambardier, La vie à Lyon... pp. 62-64. Notons cependant que l’Union des Chambres syndicales avait décidé de faire de ce mercredi un jour férié dans le commerce et l’industrie ; et qu’au prône du dimanche précédent, les curés avaient exhorté les fidèles à pavoiser et à illuminer...

41 Ibid., p. 63. Le cortège va ensuite de la mairie à la nouvelle préfecture, et de là au parc de la Tête d’or, où un banquet est offert aux hôtes de la population lyonnaise.

42 P. Chambat, « Les fêtes de la discipline... » in La naissance du mouvement sportif associatif en France, p. 92.

43 ADR, 1M169, Com. pol. Guillotière, 27. 10. 1890, et com. spé., 1. 11. Chaque année moins nombreux, ces anciens combattants continueront jusqu’en 1914 de se rendre en corps au cimetière de la Guillotière. Une note d’un témoin oculaire (le petit-fils du trésorier de la Société des anciens combattants de 1870-71, qui accompagnait son grand-père avant 1914) précise l’ordre de ces cortèges : en tête, le drapeau de la société, puis les membres du bureau, une ancienne infirmière alsacienne, et l’ex-cantinière. Cf. G. Doudon, « Les anciens combattants de 1870-71 », Rive gauche, no 102 (09-1987), p. 14.

44 On allait du siège de la société (un café place du Pont, pour les anciens combattants de 1870-71) au cimetière de la Guillotière. G. Doudon, art. cit.

45 D’après son bulletin mensuel, L’Union patriotique du Rhône, no 17, mars 1892.

46 Ibid., no 3 (janvier 1891).

47 Ibid., no 5, mars 1891.

48 Ibid., no 3 (janvier 1891). On le vérifia à la fin de l’année (Ibid., no 14, décembre 1891).

49 Ibid., no  67-68, mai-juin 1896. On doit remettre une médaille à cette société, les Anciens combattants de Crémieux.

50 Ibid., no 79-80, mai-juin 1897. Cette société doit également se voir remettre son drapeau lors de l’assemblée générale.

51 bid, no 91-92, mai-juin 1898 ; no 102, avril 1899 ; no 114, mai 1900. En tête du défilé (1898, 1899), puis de chacune de ses sections... (1900).

52 Notons à ce propos que l’on se découvre sur son passage, ce qui laisse supposer qu’il est désormais unique. Il occupe dans le cortège la même place que le Saint Sacrement dans les processions de la Fête-Dieu et la réaction des spectateurs est semblable...

53 Il est ainsi probable que la société fraternelle des engagés volontaires de la ville de Lyon, présidée par le docteur Chambard-Hénon figurait parmi les premières ; en revanche, la Sentinelle (fondée en 1888 par un Brac de la Perrière) peut être considérée comme réactionnaire... P. Arnaud, Le sportsman, l’écolier..., p. 305. La crise qui fut fatale à l’Union patriotique du Rhône le montrera clairement. Cf. infra, pp. 343-344.

54 ADR, 4M257. Les professions des douze membres du bureau en 1901 correspondent aux milieux dirigeants des sociétés conscriptives, que P. Arnaud relève pour cette période (« Pratique et pratiquants... », p.191).

55 Les cortèges compagnonniques semblent alors en voie de disparition, tués par le ridicule de leurs rubans et de leurs rites surannés, à un moment où, plus que jamais, les compagnons aspirent à la respectabilité. J. Godard s’en félicite, alléguant en 1903 « les lazzis des passants et la malsaine gloriole des compagnons qui les composent » (« Le compagnonnage à Lyon », p. 466).

56 Une exception possible cependant : les ex-cantinières ou infirmières, seules femmes, selon G. Doudon (art. cit.), dans le défilé qui va rendre hommage aux morts, mais aussi les seules admises dans la même salle que les hommes, au banquet annuel.

57 Dans les sociétés conscriptives, (P. Arnaud, « Pratique et pratiquants... », tableaux 2 et 3) les moins de 30 ans représentent 61,5 % des membres actifs pour 1860-90, et 81,3 % pour la période 1890-1914.

58 Voir les rapports adressés à la sûreté par l’agent 47 (11.-16. 10. 1879, in APP. Ba 394).

59 Ce qui figurait sur la couronne en tête du convoi mortuaire. Progrès de Lyon, 7.11. 1880.

60 Progrès de Lyon, 4. 11. 1880.

61 Echo de Fourvière, 8. 06. 1878.

62 ADR, 4M266, com. spé., 24. 04. 1904.

63 Echo de Fourvière, 8. 06. 1878, p. 283.

64 Echo de Fourvière, 1. 04.1885, pp. 158161 ; 11. 04., p.170. La presse conservatrice se contente de quatre à huit mille hommes.

65 Le Petit Lyonnais, 30. 03. et 4. 04. 1885. Ces considérations sans aménité ne sont pas nécessairement fausses pour autant.

66 C’est ce qu’affirme le Petit Lyonnais (30. 03. 1885).

67 Ce qui permet aux femmes d’aller prier au pied de la croix en ce jour anniversaire de la passion du Christ, et à leur délégation d’aller demander la restitution des fragments de la croix abattue.

68 Petit Lyonnais, 30. 03. 1885.

69 G. Weill, Histoire de l’idée laïque..., pp. 255-61.

70 J. Rambaud s’en indignait évidemment. Cf. L. de Vauzelles, Le Nouvelliste de Lyon..., p. 92 (17. 08. 1887).

71 ADR, V14-2, com. spé. 9. 12. 1889.

72 ADR, V14-2. Huit décembre. Les estimations des simples policiers sont parfois très supérieures, parfois très inférieures à celles du commissaire spécial. Cela peut s’expliquer par le fait que l’on ne dit jamais où est évalué le cortège (place Saint-Jean, ou à l’arrivée à Fourvière, que l’on peut aussi atteindre par la « ficelle », le funiculaire urbain).

73 ADR, V 14-2. Express de Lyon (5. 12. 1896), citant l’Echo de Fourvière.

74 ADR, 4M243, com. spé., 6. 12. et V14-2, com. spé. 8. 12.1896.

75 L. de Vauzelles, Le Nouvelliste de Lyon..., p. 97 (article de J. Rambaud, 24. 06.1889).

76 ADR, V14-2. Sur les pétitions et ceux qui les diffusent.

77 Cf. R. Sanson, « La fête de Jeanne d’Arc en 1894... ».

78 ADR, 4M232, coupure de L’Echo du Rhône (17. 05. 94). Voir aussi le Peuple, même jour.

79 Ibid., compte-rendu officiel du conseil des ministres du 19 mai, après demande d’instructions précises par le préfet du Rhône, publié dans le Nouvelliste du 20 mai.

80 ADR, 4M232, com. spé., 31. 05. 1894. Confirmé par le journal conservateur La Mascarade.

81 Ibid.. Ce quotidien modéré regrettait les manifestations politiques – sans doute monarchistes – « qui pouvaient enlever à la fête de Jeanne d’Arc son caractère vraiment national et mettre obstacle à sa consécration par les pouvoirs publics ». Express de Lyon, 20. 05.1894.

82 On vit une procession de trois cents jeunes filles d’une école libre des Brotteaux, le dimanche 3 juin 1894 (Com. pol. Saint Pothin, 3. 06.1894, in ADR, 4M232) ; et la veille, une conférence du baron d’Allemagne, au cirque Rancy, devant plusieurs milliers de personnes, sur « Jeanne d’Arc et son œuvre ». À la sortie quelques dizaines de jeunes gens vont conspuer le préfet et le journal Le Progrès. (ibid., coupures du Nouvelliste, de la Mascarade et de La France libre).

83 ADR, 4M232 ; Nouvelliste, 16. 03. 1897. Le programme mis sur pied dans les semaines suivantes veut associer étroitement les écoles libres aux festivités : sont prévues, pour les garçons une représentation théâtrale de la vie de Jeanne, pour les filles, des projections cinématographiques sur le même thème. Les catholiques de l’Union nationale, qui se chargent de l’organisation, sont décidément résolument modernes. (ibid., lettre programme pour le 9 mai).

84 ADR, 4M232, rapport du com. spé., 31. 05. 1897.

85 Un indice de l’attitude réservée de la hiérarchie catholique à l’égard de la partie extérieure de la fête : en 1895, M. Chavent, conseiller municipal, président du comité des fêtes de Jeanne d’Arc, aurait expliqué le peu de succès par le fait « que M. l’archevêque avait manifesté la crainte que cette fête nuisît à celle du huit décembre » (ADR, 4M232, 5. 07. 1895, sur « l’Union nationale »),

86 Y. Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise..., t. II, p. 216.

87 Julliard Autonomie ouvrière, pp. 22-32 : intégration politique et autonomie sociale.

88 M. Offerlé, « Descendre dans la rue, de la « journée » à la « manif » », in P. Favre, La manifestation, p. 91.

89 Le no 47, auteur d’un volumineux ensemble de rapports conservés aux APP, Ba 392.

90 Les journaux conservateurs relèvent toujours avec plaisir la misère et le mécontentement ouvrier sous la République ; et les républicains incriminèrent lors des premiers mouvements la caisse noire des cléricaux (Lyon républicain, 12. 12. 1880, APP Ba 392). Quant aux anarchistes ils soulignaient que « quel que soit le gouvernement, il y a crise » AN, F12 4462 Secrétaire pour la police au ministre du commerce, 17. 03. 1886.

91 Comme le disait un anarchiste (ADR, 4M309, com. spé. 9. 10. 1886) « L’hiver approche, et il y a plus de dépenses de consommation à faire en hiver qu’en été. Le travail manquant, on vous dira qu’il faut descendre faire une manifestation à la préfecture... ». On trouve aussi trace de mouvements de protestation à la fin de l’hiver, mais qui ne semblent avoir jamais débouché sur grand-chose (mars 1881, mars 1886, février 1888) : de simples réunions publiques.

92 APP, Ba 392, 15. 12. 1880, agent 47 ; Ba 394, 8. 11. 1882 « sommer la municipalité de pourvoir aux besoins des ouvriers tisseurs actuellement sans travail » ; AN F12 4462, réunion publique des ouvriers sans travail, 15. 03. 1886.

93 APP, Ba 392, agent 47, 01. 03. 1881.

94 ADR, 4M 309, réunion publique salle Robert, com. spé. 26. 08. 1886.

95 APP, Ba 392, rapport du no 47 (15. 12.1880). On repoussa la manifestation au surlendemain lundi 13 décembre, après la grande réunion prévue pour le dimanche (qui fut interdite).

96 ADR, 4M309. com. spé. 26. 08. 1886. Bergues, anarchiste : « il n’y a pas que les tisseurs qui souffrent (...) Si vous voulez vous aplatir encore devant les valets du gouvernement au moins faites-le logiquement et avec toutes les corporations » (allusion à la Fédération des chambres syndicales lyonnaises).

97 ADR, 4M249, com. spé. 24. 12. 1888, réunion publique des ouvriers sans travail, 50 personnes.

98 AN. F12 4462. Rapport du préfet, 5. 12. 1886. L’anarchiste Chautant accepte « cette manière de faire (manifester auprès des autorités) parce que cette manifestation fera au moins voir à l’administration le grand nombre d’ouvriers qui sont sans travail ».

99 ADR, 4M309. com. spé. 26. 08. 1886. Grumaud, anarchiste : « il n’y a que le palais Saint-Pierre, qu’on ne nous prêtera pas » ; et comme la salle demande qu’on se réunisse à Bellecour, un socialiste-révolutionnaire rétorque « ne dites donc jamais « allons à tel endroit ! » car vous vous ferez arrêter». Des orateurs sont parfois poursuivis pour provocation à l’attroupement (par ex. ADR, 4M 249, com. spé. 10. 05. 1887).

100 ADR, 4M249, com. spé. 27. 03. 1887. L’exemple anglais, pour la tenue de meetings en plein air, était déjà évoqué par Toussaint Bordat en 1880 (APP, agent 47, réunion du 9.12. 1880, rapport du 15).

101 ADR, 4M 309. La Bataille 18. 09. 1884, et Lyon socialiste, 30 11. 1884. La seconde aurait été dispersée par un régiment de cavalerie.

102 AN, F12 4462, coupure de l’Avenir national, 8. 12. 86. Une délégation accompagnée de la foule se rend à l’Hôtel de Ville. Cris nourris et répétés « du travail ! Les fossés d’enceinte ! ». Comme il est tard, on prie la délégation de revenir le lendemain. À l’automne suivant, les dirigeants en conservent un souvenir cuisant : ils estiment avoir été suivis par la population ce soir là, et avoir été joués ; ils ne croient plus guère aux délégations, mais encore aux manifestations de foule.(ADR, 4M249, com. spé., réunion publique du 14. 09.1887).

103 Rapport du préfet du 2.07.1885 (AN F12 4662) et journaux lyonnais de la fin juin (notamment le Petit Lyonnais, 14., 16., 28. 06. 1885).

104 Deux exemples : 4M270, com. spé., 31. 03. 1882, enterrement du compagnon Charvieux, tisseur chef d’atelier, 360 personnes, « presqu’exclusivement des ouvriers, la plupart en tenue négligée », parmi lesquels une vingtaine de femmes du groupe Marie Ferré (ex-groupe Louise Michel). 4M247, com. spé. 3. 11. 1884, douze cents personnes aux funérailles du nommé Deville, membre du Parti Ouvrier et de la Libre-Pensée, poursuivi au coup d’État, en 1868 et 1874, chez qui se réunit habituellement la commission des ouvriers sans travail. Cependant les funérailles des dirigeants historiques du radicalisme lyonnais, souvent des ouvriers ou des artisans, attirent nettement plus de monde : trois mille personnes à l’enterrement de J. Benoît (mars 1880. M. Moissonnier, présentation des Confessions..., p. 26) ou du relieur Favier... (ADR, 4M270, com. spé. 19. 03. 1882).

105 4M231, extrait de la séance du conseil municipal de Lyon du 8. 09. 1885.

106 ADR, 4M223. Rapport du préfet au ministère de l’Intérieur, 16. 06. 1880.

107 Dossier très complet sur le sujet, pour les années 1880-97, in ADR, 4M320.

108 ADR, 4M320. Com. spé 17. 03. 1882. Annulation d’un banquet par les anarchistes : le compagnon Bernard a dit que « les révolutionnaires anarchistes n’avaient pas d’argent à jeter dans les casseroles d’exploiteurs comme le feraient de vulgaires opportunistes ». En conséquence les années suivantes, on se réunit autour de pain, de saucisson et de quelques bouteilles.

109 Il y a naturellement contestation sur les chiffres. Faut-il compter les seuls assistants au concert (soit quelque trois cents personnes), ou tous ceux qui sont venus un moment au bal, qui s’achève après minuit ? Le commissaire de police note en 1892 que les discours sont « peu écoutés »...

110 Il faut toutefois noter que femmes et enfants y participent pleinement, alors que les sociétés (notamment celles d’anciens combattants) réservent aux femmes une salle de banquet particulière.

111 En 1886, des révolutionnaires, surtout anarchistes (avec une cinquantaine d’adhérentes du groupe Marie Ferré, et presque tous les ex-détenus politiques). L’année suivante, les blanquistes.

112 ADR, 4M320, gardiens de la paix, réserve, 18. 03.1890.

113 ADR, 4M 309. Toussaint Bordat, en réunion publique, com. spé., 31. 07. 1886.

114 Ibid. À cette date (5. 10. 1886), le compagnon Tortelier n’a pas encore découvert la grève générale, dont il sera le premier apôtre dans les réunions publiques.

115 J.M. Mayeur, La vie politique..., p.120 cite des pronostics pessimistes de P. Cambon en 1885.

116 Toussaint Bordat notamment, à qui la République avait offert l’occasion d’étudier durant son séjour à Clairvaux... AN, F12 4662, Secr. gén. pol. à Intérieur, 17. 03. 1886.

117 4M232. Com. spé. sur les réunions du 3. 12. 1887, salle Rivoire, et salle de la Perle ; un millier de personnes au total.

118 ADR, 4M 232. Préfet à Intérieur, 4. 12.1887.

119 ADR, 4M309. Com. spé. 14. 06. 1886. Une centaine de compagnons anarchistes, réunis dans un restaurant de banlieue.

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search