Version classiqueVersion mobile

Les Chemins de la manifestation

 | 
Vincent Robert

Chapitre VIII. La ville du docteur Gailleton

Texte intégral

1Lorsque furent connus les résultats des élections sénatoriales du 5 janvier 1879, qui parachevaient la conquête des institutions par les républicains, Lyon illumina. Après une lutte d’une trentaine d’années contre le parti de l’Ordre, et huit ans d’une république incertaine, l’avenir semblait enfin se dégager, et l’on pouvait espérer que la ville, citadelle de la démocratie, majoritairement républicaine depuis l’Empire serait enfin maîtresse d’elle même. Ce ne fut jamais absolument le cas, car les représentants du pouvoir central continuèrent à considérer que le maintien de l’ordre dans la métropole rhodanienne était de trop d’importance pour qu’on pût le laisser entre les mains de ses édiles ; mais enfin à l’unisson du pays tout entier, les républicains lyonnais avaient les coudées plus franches, et le droit de leur côté ; enfin vainqueurs, ils entendaient que leurs adversaires le reconnussent, que le cadre urbain en rendît témoignage. Malheureusement pour eux, les difficultés économiques du temps ne leur rendaient pas la tâche facile : en attendant qu’elles se résorbent, ils étaient pratiquement condamnés à l’immobilisme.

La victoire sur le parti de l’Ordre

2Pendant des années, républicains et radicaux lyonnais s’étaient heurtés à un triple adversaire, qui avait déterminé les formes de leur opposition. Hostiles à la centralisation, comme du reste une partie de la bourgeoisie lyonnaise, ils l’avaient attribuée au despotisme impérial et revendiquaient contre lui les libertés communales. Méfiants vis à vis de l’armée qui leur était apparue comme le soutien résolu de ce même despotisme, ils exaltaient les vertus militaires du peuple en armes, et entretenaient le souvenir des hauts faits des « enfants du Rhône » et de Garibaldi contre l’armée de métier et les commandants de l’état de siège. Quant au clergé, nous avons vu de quelle haine ils l’entouraient et de quels antagonismes sociaux et culturels celle-ci était quotidiennement nourrie. La victoire républicaine permettait donc d’espérer que serait enfin secoué ce triple joug qui pesait sur la cité.

  • 1 A. Kleinclausz, Histoire de Lyon, t. III, pp. 261-65, que je résume ici.
  • 2 Jusqu’en 1914, pour protester contre « cette marque de défiance injustifiée », le conseil municipa (...)
  • 3 Où le préfet pouvait se substituer au maire pour interdire un rassemblement pacifique sur la voie (...)

3Il ne le fut qu’inégalement. D’une part, la République ne se montra pas plus décentralisatrice que l’Empire1. Les relations entre le conseil municipal et le préfet étaient incomparablement meilleures désormais, puisque le gouvernement était fermement républicain. Mais c’était toujours le préfet qui avait la haute main sur l’administration municipale... et les conseillers réclamaient à cor et à cri la fin du régime d’exception et le rétablissement des franchises de la ville. Les décisions tardèrent. Lyon retrouva d’abord le droit d’avoir un maire (loi du 25 avril 1881) qui fut le docteur Gailleton, ci-devant président du conseil municipal ; puis l’on rendit à la ville le choix de son premier magistrat et des adjoints ; mais la loi du 5 avril 1884, « charte de l’organisation municipale de la France républicaine », ne ramena pas Lyon au droit commun. En effet, si la police administrative revenait à la municipalité, la police de sûreté restait confiée au préfet et au secrétaire général pour la police qui l’assistait2. Pour notre sujet, cela signifie que la police des cortèges n’était ni du ressort exclusif du maire ni de celui du préfet : au premier revenait normalement le soin de régler la circulation sur les voies publiques et l’ordre des inhumations, en d’autres termes, tout ce qui était cortège coutumier et paisible ; mais s’il y avait menace pour l’ordre public, ce dont il n’était pas juge, la police du cortège lui échappait. Même si la situation n’était pas quant au fond très différente de celle des autres villes3, la présence immédiate d’un représentant du pouvoir exécutif, et le fait que le corps des sergents de ville, rebaptisés « gardiens de la paix », lui obéissait directement réduisait la marge d’autonomie de la municipalité : les rassemblements demeureraient sous haute surveillance.

  • 4 E. Vingtrinier, La vie lyonnaise..., p. 296. Le général Farre, ministre de la guerre dans le cabin (...)
  • 5 ADR, 1M146 (22. 01. 1879).
  • 6 ADR, 1M147, entrées des généraux Lecointre (mars 1880) et Carteret-Trecourt (13. 04. 1881).

4En ce qui concerne l’armée, quels que fussent leurs sentiments, ni la population ni la municipalité n’avaient naturellement le moindre pouvoir de décision. On a beaucoup insisté sur les efforts déployés par les premiers gouvernements républicains pour lui redonner sa place dans la nation et un prestige terni par la défaite de 1870 ; ainsi le premier Quatorze Juillet fut-il marqué à Paris par la distribution des drapeaux aux régiments reconstitués et la revue des troupes, souvent précédée d’une retraite aux flambeaux la veille au soir, constituait une des clous de la fête nationale. Tout cela est incontestable, mais on a moins remarqué que si l’armée était à l’honneur ce jour-là (mais pas lors du premier Quatorze Juillet, fête purement civile à Lyon : la remise des drapeaux aux régiments n’y eut lieu que le 25 juillet), il lui fallait à Lyon se montrer quotidiennement beaucoup plus discrète que sous l’Empire : les revues attiraient toujours la grande foule place Bellecour, mais elles étaient désormais trimestrielles, bien plus rares donc. En outre, comme le regrettaient les conservateurs, « depuis le ministère trois fois maudit du général Farre, l’ennemi des tambours », la retraite avait disparu4. Il y avait toujours beaucoup d’uniformes dans les rues de Lyon, mais l’armée en corps n’était plus omniprésente ; et, en réparation sans doute du rôle par elle joué sous l’Ordre moral, ses chefs surent pendant quelques années montrer une discrétion de bon aloi. Ainsi la prise de commandement du général Farre n’avait-elle été marquée par aucune entrée solennelle, à la différence de ce qui se faisait traditionnellement5. Les commandants de la place de Lyon qui lui succédèrent rétablirent un cortège d’entrée, mais réduit au strict minimum6.

  • 7 Ainsi, quand en septembre 1883, la Ligue pour la suppression des armées permanentes invita l’orate (...)
  • 8 Rapports de gardiens de la paix (7-8 et 9-10. 06. 1874. ADR, 4 M109).

5De toute manière, quels qu’aient pu être les sentiments de la population, notamment ouvrière, vis-à-vis de cette armée7, ils n’avaient sans doute jamais atteint la violence de ceux qui se manifestaient à l’égard du clergé, et que partageaient les conseillers municipaux républicains. À leur requête, dès que ce fut possible, c’est à dire en juin 1879, les processions furent interdites par le préfet en alléguant des risques de troubles à cette occasion ; les maires de beaucoup de communes de banlieue en firent autant, et l’interdiction fut renouvelée d’année en année. Décision mineure, nous semble-t-il aujourd’hui. Ce n’était pas du tout l’avis des contemporains, comme le montre l’acharnement déployé par les radicaux et libre-penseurs pour l’obtenir, puis pour la généraliser à l’ensemble de l’agglomération ; et l’émotion, voire la rage, des catholiques lyonnais, qui s’épanchaient notamment par la plume de Joseph Rambaud, fondateur et éditorialiste du Nouvelliste, « organe de défense religieuse ». Le prétexte invoqué était passablement hypocrite : si troubles il devait y avoir, ils ne pouvaient être imputés aux processions elles-mêmes, et la police aurait pu les protéger des perturbateurs ; mais on serait ainsi revenu aux beaux jours de l’Ordre moral, quand les prêtres pouvaient s’adresser aux sergents de ville pour obtenir réparation des offenses au Saint-Sacrement, dresser contravention à ceux qui coupaient la procession, fumaient près des reposoirs au moment de l’arrivée du dais, ou faire fermer les débits de boisson sur son passage8. L’enjeu réel était tout autre : on veut chasser Dieu de nos rues, affirmait Joseph Rambaud. À condition de remplacer le mot Dieu par celui d’Église catholique, et de préciser que ces rues étaient aussi les leurs, les anticléricaux en auraient été d’accord.

  • 9 L. de Vaucelles, Le Nouvelliste de Lyon et la défense religieuse..., p. 196 fait grief à J. Rambau (...)

6S’agissait-il d’un « combat obscur9 »? Certainement pas : cette interdiction est alors une mesure essentielle de laïcisation. À partir de 1879, l’Église ne peut plus imposer à tous son propre calendrier, les dates où elle imprime sa marque sur l’espace public, par la construction de reposoirs sur les places ou aux carrefours, où elle en prend possession en parcourant les rues et en bénissant les places, où elle donne à voir, par le déroulement même de ses cortèges, la conception hiérarchique et ordonnée qu’elle se fait de la société. Cette conception n’est plus à cette date celle de la majorité des Français, et cela faisait sans doute longtemps qu’elle ne correspondait plus à la vision qu’avaient la plupart des Lyonnais de la société urbaine dans laquelle ils vivaient. On conviendra que si les péripéties en furent mesquines, l’interdiction des processions n’était pas un mince enjeu.

Le triomphe de la République

  • 10 L. Niepce, Lyon militaire, p. 559.
  • 11 « Chef d’œuvre de Lemot, statuaire lyonnais » remplaça ainsi définitivement l’allusion aux « iniqu (...)

7Dès la chute de l’Empire, les républicains lyonnais avaient voulu effacer du paysage urbain toute trace du régime abhorré. La rue Impériale platement rebaptisée me de Lyon, la rue et la place de l’Impératrice prirent les noms de me de l’Hôtel de Ville et place des Jacobins. Mais, comme l’expérience de 1848 l’avait prouvé, rien ne serait plus facile à rétablir que les anciennes dénominations, tant que les nouvelles n’étaient pas entrées dans l’usage : ce serait œuvre de longue haleine. Il existait à Lyon d’autres traces du joug que l’Empire avait fait peser sur la cité : l’aigle impériale au fronton de quelques bâtiments publics, et surtout la statue équestre de l’Empereur Napoléon à Perrache. Nous avons vu à quoi elle s’était substituée, et les républicains lyonnais ne l’avaient sans doute pas oublié ; mais, même lorsqu’on ignorait ce point d’histoire locale, sa valeur symbolique était manifeste, et la construction de la gare du P.L.M. en avait fait le premier monument lyonnais qui s’offrait aux regards du voyageur. Aussi, à l’automne 1870, sous le patriotique prétexte de récupération des métaux pour la défense nationale, la municipalité avait-elle ordonné sa destruction et l’on s’était mis immédiatement à l’ouvrage10 ; l’opinion conservatrice resta indifférente, dans la mesure où le symbole qui lui tenait le plus à cœur, le « cheval de bronze » de Bellecour avait été sauvé au prix du rétablissement de l’inscription de 184811.

  • 12 AML I2, liasse non classée « Affichage et emblèmes séditieux (1879-98).
  • 13 La fontaine de la place des Jacobins représentait « quatre artistes célèbres que Lyon a vu naître (...)
  • 14 Voir les pages 229-231, au chapitre suivant. Inauguration fin octobre 1888.
  • 15 Du monument, mutilé et déplacé il y a une vingtaine d’années, ne subsiste plus qu’une République a (...)

8La victoire définitive des républicains permit de marteler les dernières aigles auxquelles l’Ordre moral avait accordé un sursis, au fronton de la caserne de la Part-Dieu ou sur le pont Tilsitt, par exemple12. Mais il fallut attendre une quinzaine d’années pour que la géographie symbolique de la ville soit réellement transformée : si par exemple la rue Sainte-Elisabeth redevint rapidement me Garibaldi, et la rue Bourbon prit le nom de Victor Hugo en juin 1885, les premiers monuments érigés sur les places publiques de la presqu’île furent la fontaine de la place des Jacobins (inaugurée le 14 juillet 1885), le monument à Ampère, sur l’ex-place Henri IV (8 octobre 1888) et la fontaine de Bartholdi, place des Terreaux (22 septembre 1892) ; dans les deux premiers cas, la célébration des gloires locales avait plus de poids que les considérations idéologiques, et quant au troisième, celles-ci étaient totalement absentes13. Le monument des Enfants du Rhône, à l’entrée du parc de la Tête d’Or, avait davantage d’envergure et d’importance symbolique, mais, trop excentré, il marque la limite nord de la ville plus qu’il ne cherche à lui imprimer un caractère14. Seul le gigantesque monument du centenaire de la République, place Carnot voulait manifester de façon éclatante le républicanisme de la ville, sur l’emplacement autrefois occupé par la statue équestre de l’Empereur. Mais la première pierre ne fut posée qu’en 1888 et l’inauguration officielle, prévue pour le 14 juillet 1894, n’eut jamais lieu, le président de la République Sadi Carnot ayant été assassiné six semaines auparavant15.

  • 16 L. Bonnevay, Histoire politique et administrative..., t. 2, p. 168.
  • 17 L. Bonnevay, op. cit., t. 2, pp. 92-95.

9De la même manière, l’on put bien donner à la Croix-Rousse une satisfaction symbolique en y bâtissant les locaux des écoles normales d’instituteurs et d’institutrices (1882-1885)16 ; mais, malgré les réclamations incessantes de la ville et du conseil général, la construction d’une nouvelle préfecture traîna en longueur : dès 1879, l’emplacement avait été choisi, légèrement en retrait sur la rive gauche du Rhône, un peu au nord du cours Lafayette, qui séparait le sixième arrondissement – les Brotteaux – du troisième ; et pourtant, l’inauguration des nouveaux bâtiments, et le transfert des services administratifs n’eurent lieu qu’en août 1890 et il fallut attendre l’année suivante pour que le préfet quittât, comme à regret, l’Hôtel de Ville17. Un terme était ainsi mis à une quarantaine d’années d’abaissement du pouvoir municipal, la ville redevenait symboliquement maîtresse d’elle-même.

Le poids de la crise économique

  • 18 Sur la crise économique, J. Bouvier, le krach de l’Union générale... et P. Cayez, Crises et croiss (...)

10Autant les années de l’Empire et de l’Ordre moral avaient été, pour la ville comme pour la région, des années de prospérité, malgré quelques sévères crises sectorielles, autant les premières années de la « République des républicains » furent difficiles18. La crise frappa en effet très tôt la Fabrique lyonnaise, activité jusque-là essentielle, qui en sortit profondément transformée. L’année 1877 fut marquée par la pire crise que la soierie ait connue en une quarantaine d’années, mais à la différence des précédentes, celle-ci ne fut pas suivie de la récupération habituelle : tandis que la valeur globale de la production restait en dessous de celle atteinte avant la crise, se trouvaient bouleversés tant la nature des produits fabriqués que leur mode de fabrication. Par plusieurs années de conjoncture difficile (1880-81 ; 1882-83, puis 1884-85) s’achèvent les temps du métier à bras, et de nouveaux métiers mécaniques s’implantent dans des usines pour la plupart situées sur la rive gauche du Rhône et à Villeurbanne. De la même manière, c’est à cette époque que la teinture, appliquée désormais après tissage à des produits de moindre qualité, prend une place déterminante dans la Fabrique. Là encore, la majorité des usines et ateliers sont situés sur la rive gauche du Rhône, et la transformation se produit pendant ces années de conjoncture médiocre, consécutives au krach de 1882...

  • 19 P. Cayez, Crises et croissance..., pp. 262-63.

11Les crises de la métallurgie et de l’industrie chimique, plus tardives que celle de la soierie, moins lourdes de conséquences pour l’avenir, ne furent pas moins sévères. Après avoir bien résisté aux premiers contrecoups du krach, ces deux branches furent atteintes en 1883-84, et ne retrouvèrent pas la prospérité avant la fin de la décennie. Recul du chiffre d’affaires et sans doute de l’emploi chez les principaux entrepreneurs, faillites d’entreprises plus petites et difficultés persistantes pendant plusieurs années. La relative bonne santé du bâtiment, activité refuge pour les capitaux dans ces années19, ne suffit sans doute pas à atténuer le marasme de l’économie lyonnaise.

  • 20 L. de Vaucelles, Le Nouvelliste de Lyon…, pp. 10-13.
  • 21 J. Bouvier, Le Krach de l’Union générale..., pp. 264-65 montre le doublement du nombre des faillit (...)

12Les conséquences pour la ville sont doubles : d’une part, on peut penser que les recettes du budget municipal ont dû souffrir des nombreuses faillites de commerçants et du recul du pouvoir d’achat de très nombreux citadins... La municipalité dut repousser sine die le projet éminemment démocratique (et fort populaire) d’abolition des octrois, et l’on renonça pour l’heure à entreprendre de grands travaux, comme par exemple le remodelage du quartier Grôlée : l’opposition conservatrice semble avoir veillé attentivement au moindre gaspillage20, et une municipalité républicaine devait prouver qu’elle était aussi lyonnaise, c’est à dire... économe. Mais, d’autre part, dans l’immédiat, c’est la question du chômage qui se posa avec acuité et qui constitua le principal problème auquel se trouvèrent confrontés militants ouvriers et administrateurs de la ville et du département. Avec la dépression apparut en effet une masse de miséreux considérable, permanente et diverse. Le chômage ne frappe plus de manière sectorielle et conjoncturelle, comme ç’avait été le cas lors des crises industrielles de l’Empire, ou du début des années 1870, mais de façon générale et durable, de 1877 à la fin des années 1880 : la soierie, puis dans un second temps l’industrie de la teinture, la métallurgie lyonnaise, et par voie de conséquence le petit commerce dépendant de la clientèle populaire21. La relative prospérité du bâtiment ne peut avoir constitué une soupape de sûreté, pour plusieurs raisons. D’une part, il semble bien que, pour partie, la main-d’œuvre de ce secteur se recrutait habituellement ailleurs qu’à Lyon, notamment en Limousin. D’autre part, si des canuts ou des métallurgistes faisaient déjà de piètres terrassiers, l’on ne peut les imaginer transformés du jour au lendemain en maçons ou en charpentiers... et ces activités de substitution présentaient le grave défaut d’être saisonnières : l’hiver venu, le complément de ressources qu’elles représentaient disparaissait au moment où les besoins étaient les plus grands.

  • 22 En témoigne la chanson de Bruant « C’est nous les canuts », écrite à ce moment. Les aspects sociau (...)
  • 23 Aux A.M.L., série Q5, plusieurs liasses fort épaisses consacrées aux souscriptions et distribution (...)
  • 24 J. Maitron, Le mouvement anarchiste... pp. 167-176.
  • 25 Les histoires de Lyon, de celle de Kleinclausz à celles de Latreille et de Garrier, font peu d’all (...)

13Dans ces années de crise, donc, Lyon semble avoir eu la triste réputation d’être la ville des « meurt-de-faim22 ». Citadelle de la démocratie et de la République, elle a pu bénéficier de nombreux subsides venant de villes tout aussi républicaines, mais moins précocement ou moins profondément touchées par la récession23 ; mais le problème n’en était pas pour autant résolu pour la municipalité. Se multiplièrent donc des initiatives charitables plus ou moins officielles, et sans doute concurrentes : fêtes au bénéfice des malheureux, données par exemple sous le patronage de l’État-major ; œuvre des « fourneaux de la presse », émanant des journaux républicains, probablement en liaison avec la municipalité ; charité des milieux catholiques, dispensée par les curés dans le cadre paroissial. On peut donc supposer que la situation de crise économique n’a pas dû influer sur l’équilibre des forces politiques au sein de la cité, à une exception près toutefois : dans une ville où l’extrême-gauche ouvrière était traditionnellement puissante, la crise économique précoce pourrait peut-être contribuer à expliquer l’influence croissante des socialistes de toutes écoles (quelques-uns entrent au conseil municipal dès 1887), et surtout l’importance locale des anarchistes, révélée notamment par l’attentat du restaurant Bellecour et le procès monstre qui s’ensuivit24..., mais qui persista plus discrètement tout au long des années 1880. Si donc, sous la houlette du docteur Gailleton, Lyon n’est plus la cité rebelle par excellence, elle n’en était pas pour autant devenue, du point de vue des gouvernements, une ville de tout repos dont on pût se désintéresser : nous l’avons peut-être trop oublié25

Notes

1 A. Kleinclausz, Histoire de Lyon, t. III, pp. 261-65, que je résume ici.

2 Jusqu’en 1914, pour protester contre « cette marque de défiance injustifiée », le conseil municipal refusa chaque année de voter les crédits de la police générale.

3 Où le préfet pouvait se substituer au maire pour interdire un rassemblement pacifique sur la voie publique, étant bien entendu qu’aux termes de la loi du 30 juin 1881 relative à la liberté de réunion, toute prise de parole y était en principe prohibée.

4 E. Vingtrinier, La vie lyonnaise..., p. 296. Le général Farre, ministre de la guerre dans le cabinet Freycinet (février 1880) avait auparavant commandé la garnison de Lyon.

5 ADR, 1M146 (22. 01. 1879).

6 ADR, 1M147, entrées des généraux Lecointre (mars 1880) et Carteret-Trecourt (13. 04. 1881).

7 Ainsi, quand en septembre 1883, la Ligue pour la suppression des armées permanentes invita l’orateur blanquiste Eudes quatre mille personnes seraient venues au meeting (La bataille, 19. 09.1883, in APP, Ba 394, p. 224).

8 Rapports de gardiens de la paix (7-8 et 9-10. 06. 1874. ADR, 4 M109).

9 L. de Vaucelles, Le Nouvelliste de Lyon et la défense religieuse..., p. 196 fait grief à J. Rambaud de n’avoir pas discerné les escarmouches des enjeux essentiels...

10 L. Niepce, Lyon militaire, p. 559.

11 « Chef d’œuvre de Lemot, statuaire lyonnais » remplaça ainsi définitivement l’allusion aux « iniquis temporibus », cf. A. Kleinclausz, Histoire de Lyon, t. III, p. 235.

12 AML I2, liasse non classée « Affichage et emblèmes séditieux (1879-98).

13 La fontaine de la place des Jacobins représentait « quatre artistes célèbres que Lyon a vu naître et dont la gloire a rayonné sur l’art français ». Celle de la place des Terreaux était à l’origine un « char triomphal de la Garonne », pour la ville de Bordeaux. Cf. Grande encyclopédie de Lyon..., t. III, pp. 107, 110 et 111.

14 Voir les pages 229-231, au chapitre suivant. Inauguration fin octobre 1888.

15 Du monument, mutilé et déplacé il y a une vingtaine d’années, ne subsiste plus qu’une République au lion et au rameau d’olivier. La base en forme de navire – aujourd’hui disparue – portait en proue, face à la gare, « la ville de Lyon en timonier de la République », flanquée à sa droite et à sa gauche par la Liberté et l’Egalité, et en poupe la Fraternité. Cf. Grande encyclopédie..., t. III, p. 114.

16 L. Bonnevay, Histoire politique et administrative..., t. 2, p. 168.

17 L. Bonnevay, op. cit., t. 2, pp. 92-95.

18 Sur la crise économique, J. Bouvier, le krach de l’Union générale... et P. Cayez, Crises et croissance de l’industrie lyonnaise, 1850-1900, notamment pp. 321-332.

19 P. Cayez, Crises et croissance..., pp. 262-63.

20 L. de Vaucelles, Le Nouvelliste de Lyon…, pp. 10-13.

21 J. Bouvier, Le Krach de l’Union générale..., pp. 264-65 montre le doublement du nombre des faillites commerciales, d’une centaine en 1879 à près de deux cent cinquante-cinq ans plus tard ; ce niveau élevé perdure jusqu’en 1888-89. Plus de la moitié des faillites de la décennie concernent des commerces d’alimentation et de charbons.

22 En témoigne la chanson de Bruant « C’est nous les canuts », écrite à ce moment. Les aspects sociaux de la crise n’ayant jamais été étudiés, le développement suivant ne constitue qu’une esquisse.

23 Aux A.M.L., série Q5, plusieurs liasses fort épaisses consacrées aux souscriptions et distributions de secours dans ces années de crise...

24 J. Maitron, Le mouvement anarchiste... pp. 167-176.

25 Les histoires de Lyon, de celle de Kleinclausz à celles de Latreille et de Garrier, font peu d’allusions aux événements de la Troisième République. Beaucoup d’éléments, mais dispersés puisque la ville de Lyon n’est pas au centre de sa thèse, dans le deuxième volume d’Yves Lequin (Les intérêts de classe et la République).

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search