Version classiqueVersion mobile

Les Chemins de la manifestation

 | 
Vincent Robert

Chapitre VII. « Deux Lions affrontés » : les temps de l’Ordre moral

Texte intégral

  • 1 Avaient-ils absolument tort ? Lorsque le Petit Lyonnais, organe de la république la plus avancée p (...)

1Avec l’écrasement par l’armée du soulèvement de la Guillotière, au printemps 1871, s’ouvre pour Lyon une époque indécise qui ne s’achèvera qu’à la fin de la décennie, au moment du triomphe définitif du parti républicain dans le pays tout entier. Période originale dans la mesure où les affrontements partisans y sont extrêmement vifs, la vie politique intense et animée, mais bridée dans ses formes par la conjonction de la vigilante surveillance à laquelle la ville est soumise de la part des autorités et de la tactique adoptée par le parti républicain, qui domine dans l’opinion lyonnaise. Pour les députés monarchistes ou conservateurs siégeant à Versailles, comme pour le gouvernement, Lyon est une ville dangereuse. Les souvenirs des trois insurrections de la première moitié du siècle ont été ravivés par les « six mois de drapeau rouge à Lyon », où l’emblème séditieux flottait au balcon de l’Hôtel de Ville, ainsi que par les journées insurrectionnelles qui en septembre, en décembre, au mois de mars et enfin en avril ont scandé les épisodes de la Commune lyonnaise ; une commission d’enquête parlementaire s’appliquera d’ailleurs à les étudier. Or, si le mouvement révolutionnaire avait été vaincu au printemps 1871, les conservateurs avaient bien des raisons de douter qu’il ait été aussi radicalement extirpé qu’à Paris. D’une part, la répression ne décapite pas la classe ouvrière lyonnaise ; même si les dirigeants de l’Internationale ont dû quitter la ville, et si la Guillotière a été rudement frappée, les autres quartiers rouges ont été à peine touchés, leur participation à l’insurrection ayant été minime. D’autre part et surtout, les conservateurs ne faisaient pas entre communards, internationaux et radicaux, les distinctions commodes et tranchées qu’ont établies le mouvement ouvrier ultérieur, puis les historiens1. Pour eux, Lyon venait d’élire un conseil municipal tout entier républicain, et de la nuance la plus extrême ; jusqu’à la fin de l’été, la garde nationale n’avait pas été dissoute, et ses uniformes étaient plus visibles dans les rues que ceux de l’armée ; enfin, des épisodes comme la fête des Écoles du 13 août 1871, même travestis par l’imagination des chroniqueurs parisiens, prouvaient que la municipalité lyonnaise n’avait aucunement reculé sur un point jugé essentiel : la politique scolaire et anticléricale.

  • 2 Histoire de Lyon, d’A. Kleinclausz, t. iii, De 1814 à 1940, pp. 253-265, et l’article de J.-C. War (...)

2Aussi la ville fit-elle l’objet d’une surveillance croissante au fil des mois qui culmina pendant les deux ans du « proconsulat » de Joseph Ducros, préfet de l’Ordre moral (1873-75)2. En vertu de l’état de siège en vigueur jusqu’en 1876, le général commandant la division militaire pouvait interdire ou suspendre la diffusion d’un journal, fermer les cabarets et empêcher les réunions publiques. Pour remplacer la garde nationale dissoute dans l’été 1871, et parer à toute éventualité, le corps des sergents de ville fut réorganisé, ses effectifs portés à six cents hommes, toujours à la charge de la ville, qui n’avait pourtant aucune autorité sur eux. Les préfets successifs, de plus en plus conservateurs, se heurtaient sans cesse au conseil municipal élu démocratiquement : à propos des écoles laïques, que le gouvernement voulait recongréganiser, de la célébration du quatre septembre, qu’il souhaitait éluder, des processions de la Fête-Dieu et du quinze août, des illuminations du huit décembre qu’il entendait encourager... C’est pourquoi les gouvernements d’ordre moral utilisèrent tous les moyens en leur pouvoir pour briser l’opposition du conseil municipal, des tracasseries procédurières à sa dissolution par Ducros en octobre 1873 et son remplacement provisoire par une commission nommée par le préfet dans la bourgeoisie locale, comme aux beaux temps de l’Empire. Le préfet put donc en toute liberté faire prévaloir une conception fort policière de l’ordre urbain, brider au maximum l’expression des idées démocratiques et s’efforcer de démanteler l’organisation radicale en essayant de lui appliquer l’anachronique délit de société secrète. Cela ne servit pourtant pas à grand-chose : l’ordre régnait dans la rue, mais les élections municipales de novembre 1874 confirmèrent la toute-puissance des radicaux ; débarrassé de Ducros à l’automne 1875, encouragé par la victoire républicaine aux élections législatives du printemps 1876, le président du conseil municipal se proposait, lors de la venue du Maréchal-Président, en septembre, de lui demander l’amnistie des communards, et sur le refus du préfet, bouda la visite présidentielle, tandis que la foule manifestait sous les fenêtres de l’Hôtel de Ville... La victoire définitive des républicains semblant désormais n’être plus qu’une question de temps, Lyon prenait patience, et faisait le gros dos.

Face à Versailles et à la réaction : le temps des fêtes

  • 3 Expression du docteur Crestin, citée par M. Moissonnier, La première Internationale et la commune. (...)
  • 4 Cf. infra, pp. 231-232.

3On sait que les républicains avancés qui dominaient le conseil municipal de Lyon considéraient qu’« entre Paris et Versailles, il y a du chemin3.» Refusant de prendre position pour la Commune, comme les y invitaient ses émissaires et une partie de la classe ouvrière lyonnaise, plus que réticents vis-à-vis d’une assemblée cléricale et monarchiste, où ils reconnaissaient leurs ennemis de toujours, ils tentèrent de s’entremettre entre les deux partis et évitèrent autant que possible de se couper de la population ouvrière qui les avait élus. Républicains, patriotes, anticléricaux comme elle, ils étaient plus qu’elle soucieux d’unanimité sociale et désireux d’éviter les affrontements. C’est pourquoi l’on ne s’étonnera pas qu’en dignes héritiers de la Révolution française, ils aient préféré la fête civique à l’insurrection. En moins de cinq mois, de la fin mars à la mi-août, la population se vit conviée à trois grandes fêtes, qui connurent un plein succès et donnèrent la place d’honneur à une milice citoyenne que la réaction regardait avec de plus en plus d’acrimonie : le 25 mars, l’accueil enthousiaste réservé aux mobiles du Rhône qui rentraient invaincus de Belfort ; la réception quelque peu improvisée d’une délégation de carabiniers suisses, les 9 et 10 août4 ; le 13 août enfin, une fête des Écoles organisée par la municipalité déclencha un tumulte tel qu’il se répercuta jusqu’à Versailles.

  • 5 M. Moissonnier, La première internationale..., p. 336. Tout a été minutieusement organisé, probabl (...)

4La première de ces fêtes fut aussi la moins contestée : toute la garde nationale convoquée, toute la population, mise au courant par affiches, vint escorter ou regarder défiler les bataillons des mobiles du Rhône, qui arrivaient de Grenoble. Le conseil municipal vint les attendre à l’entrée du pont de la Guillotière ; tous défilèrent par Bellecour et les quais de Saône jusqu’à l’Hôtel de Ville au milieu des plus vives acclamations. Une très belle journée assurément, sur un thème qui ne pouvait que faire l’unanimité. « Subtile trouvaille5 », en même temps que cette fête, qui mettait fin à la première tentative lyonnaise de se solidariser avec Paris, sans effusion de sang, sans combats, sans intervention ni participation d’une armée régulière plus que suspecte à la population.

  • 6 D. Halévy, La fin des notables, pp. 55-57. Analyse remarquable du sens donné à la Fête des Écoles (...)
  • 7 Echo de Fourvière, 29. 07.1871 ; Courrier de Lyon, 6. 08.1871.
  • 8 Courrier de Lyon, 27-31. 07. 1871.
  • 9 Programme dans le Petit Lyonnais du 12. 08. 1871.

5À l’inverse, la Fête des Écoles du 13 août 1871 provoqua un énorme scandale chez les conservateurs : « un tumulte de rue aurait eu moins de portée6 ». À propos d’une simple distribution des prix aux enfants des écoles laïques sur les pelouses du Parc de la Tête d’Or, on évoqua les fêtes de la Raison, on flétrit à l’avance « le caractère irreligieux » de cette « fête carnavalesque et pantagruélique7 », parce que ladite distribution des prix devait être suivie d’un goûter offert aux enfants et aux instituteurs. Les républicains firent simplement observer que tout s’était passé dans le plus grand ordre, et que de telles fêtes étaient monnaie courante en Suisse et en Allemagne ; ils semblent bien avoir espéré pérenniser cette fête, et nous-même avons peine à comprendre pourquoi la presse conservatrice s’enflamma. Ce n’est pas refus des fêtes, même après la défaite, en période de deuil national pour ainsi dire : quelques semaines plus tôt, la « fête de bienfaisance, donnée par les jeunes gens de Lyon », dans le même parc avait été accueillie avec faveur8. Annoncée par une promenade des jouteurs, compagnies de sauvetage, et gardes nationaux, elle avait compris concerts, jeux nautiques... Mais il s’agissait là d’évergétisme bourgeois, et non d’un gaspillage des deniers publics ; de concerts, où pouvait se rendre la meilleure société, et non d’une collation, qui alimenterait la rumeur d’une « leçon pratique d’ivrognerie donnée à la jeunesse lyonnaise » ; d’un défilé d’hommes adultes, non d’enfants des écoles, encadrés par leurs instituteurs ou institutrices, garçons et filles côte à côte, comme ils pouvaient l’être lors des processions de première communion... Et cette fête venait deux jours avant le quinze août, alors que les processions demeuraient interdites ; les cortèges d’écoliers tournaient trop évidemment le dos à Fourvière, certains parcouraient les quartiers les plus rouges, la Guillotière notamment, habituellement délaissée par les festivités officielles9... Cette fête était vraisemblablement fort innocente, mais l’opposition entre les cultures qui s’affrontaient, celle des radicaux lyonnais et celle des notables conservateurs était trop forte pour qu’il n’y ait pas scandale. Elle n’eut pas de suite.

  • 10 Protestation anticipée du Courrier de Lyon à ce propos, le 3 août : « nous n’en avons pas encore, (...)
  • 11 ADR, 4M246. Rapports des indicateurs pour le 4 septembre 1874.
  • 12 Les rapports des gardes urbains de la Croix-Rousse et de la Guillotière (ADR, 4M100 et 101, à la d (...)
  • 13 Comme au printemps 1870, les jeunes manifestants sont pour ainsi dire les délégués de la communaut (...)
  • 14 ADR, 4M246, rapport d’un informateur à propos de la célébration du 4 septembre 1874.

6La municipalité lyonnaise ayant dépassé les bornes, il ne pouvait être question, comme envisagé, de célébrer solennellement le quatre septembre10. On dut donc se contenter, cette année-là et les suivantes, de fermer à cette date les services municipaux. Mais la population des quartiers rouges prenait le relais : dans la journée, les ouvriers revêtaient leurs habits de fête (alors que c’était jour ouvrable) pour se promener dans les rues, avant de se rendre à des banquets démocratiques11. Dans la soirée, illuminations et pavoisements12, quand ce n’était pas une retraite qu’enfants et jeunes gens organisaient derrière une lanterne vénitienne rouge13. Les années passant, les démonstrations de rue se firent plus rares, puis les pavoisements et illuminations. Ce fut largement le fait de la répression policière ; mais c’était aussi que pour l’extrême-gauche radicale, comme « on doit se garder de compromettre (la République) par quelques étourderies et maladresses, il est recommandé d’avoir le plus grand calme14 ».

Manifestations cléricales

  • 15 Echo de Fourvière, 7.12.1871, p. 589.

Les drapeaux rouges ont cédé la place aux oriflammes azurés, les torches incendiaires aux feux allumés par la foi, les blasphèmes aux saints cantiques ; le culte extérieur, proscrit par les arrêts d’un pouvoir oppresseur, a été rétabli par un élan du suffrage universel15.

  • 16 De Sugny, La révolution lyonnaise..., p. 43, cite le décret du 14 septembre 1870 : « Considérant q (...)
  • 17 À trois exceptions près le premier dimanche, mais seule l’aristocratique paroisse de Saint-Martin (...)

7Interdire toute manifestation religieuse sur la voie publique avait été en effet l’une des toutes premières mesures prises par le Comité de salut public en même temps que l’on laïcisait les écoles congréganistes16. C’est pourquoi l’Église s’était faite fort discrète pendant toute la durée de la guerre : l’archevêque de Lyon, Mgr Ginoulhiac, avait cependant fait le 8 octobre vœu solennel de construire un nouveau sanctuaire à Notre-Dame de Fourvière, si celle-ci préservait la ville de l’invasion ; mais le huit décembre 1870 n’avait pas été célébré par des illuminations qui auraient paru incongrues en présence des malheurs de la patrie, et au surplus fort impolitiques dans une ville dont Garibaldi était le héros ; depuis les églises, des femmes firent cependant dans la neige un pélerinage à Fourvière... Les processions de la Fête-Dieu 1871, interdites par la municipalité radicale, ne purent sortir des églises17 ; celles du quinze août non plus...

  • 18 Peut-être y eut-il aussi un double pélerinage, des hommes et des femmes (Echo de Fourvière, 9. 12. (...)

8Cependant, au fur et à mesure qu’à Versailles la situation politique évoluait en leur faveur, et qu’à Lyon la municipalité était réduite à la défensive face à des préfets de plus en plus conservateurs, les catholiques lyonnais se reprennaient à espérer. Sans doute avaient-ils pu mesurer la violence de l’anticléricalisme, mais ils s’obstinaient à y voir un phénomène artificiellement gonflé en des temps d’anarchie qui s’éloignaient peu à peu ; comme après chaque tourmente révolutionnaire, le retour à l’ordre devait permettre le rétablissement des processions, à commencer par celles de la Fête-Dieu et de l’Assomption, et de célébrer à nouveau avec éclat les grandes fêtes mariales du huit septembre et du huit décembre : le huit décembre 1871 vit ainsi la reprise des illuminations, à défaut d’autre chose18 ; mais au printemps suivant, les processions de la Fête-Dieu ne purent pas davantage sortir des églises, et il fallut attendre celles du vœu de Louis XIII, le quinze août...

  • 19 Cf. J. Gadille, La pensée et l’action politique des évêques français..., vol. 1, pp. 229-237, qui (...)

9Aux yeux des catholiques, et de l’épiscopat, il ne suffisait pas de revenir à la situation antérieure : l’étendue des malheurs de la patrie, puisqu’à la révolution, à la guerre étrangère et à l’amputation du territoire national s’était ajoutée la guerre civile, ne pouvait avoir été que la punition des péchés de la France. Pour en obtenir collectivement le pardon, pour que la France reprît son rang de « fille aînée de l’Église », il fallait que la foi des catholiques se manifestât de manière éclatante : ce fut le temps des grands pèlerinages, où l’on vint implorer l’intercession de la Vierge ou affirmer sa dévotion au Sacré-Cœur19. Ce mouvement reprenait en l’amplifiant une évolution entamée sous le Second Empire, avec le développement d’une spiritualité ultramontaine, qui se voulait plus populaire, et l’apparition de nouveaux sanctuaires mariaux, Lourdes et La Salette notamment : son ampleur, son caractère spectaculaire et sa nouveauté venaient de ce qu’il bénéficiait à la fois du climat d’attente messianique qui s’était emparé des foules catholiques dans ces années dramatiques, d’une solide organisation – les assomptionnistes avaient formé en février 1872 un Conseil général des pélerinages –, et de l’essor du réseau ferré depuis le milieu du siècle. Des foules considérables, de plusieurs dizaines de milliers de personnes, pouvaient se trouver ainsi rassemblées, et se conforter dans leur foi et dans leurs certitudes politiques – l’imminence de la Restauration en France et du rétablissement du pouvoir temporel du Saint Père – par leur nombre comme par la variété de leurs origines géographiques et par la diversité de leurs conditions sociales.

  • 20 Annuaire de Lyon...pour 1874, p. VII.
  • 21 On y renonça après 1871 : « Tout le monde a admiré le sentiment qui, sans aucune entente prélable, (...)
  • 22 Le contexte : le conseil municipal ayant démissionné pour protester contre la nouvelle loi municip (...)

10Un tel mouvement ne pouvait rester sans conséquences à Lyon même. D’une part, les catholiques lyonnais se devaient de participer nombreux aux grands pélerinages nationaux : moins à ceux de Chartres ou de Lourdes, un peu trop lointains, qu’à celui de Paray-le-Monial : du 7 au 10 juin 1873, plus de deux mille Lyonnais s’embarquèrent sur la Saône pour aller honorer le Sacré-Cœur20. À l’inverse, la chapelle de Notre-Dame de Fourvière attirait des pélerins plus nombreux, soit qu’ils vinssent spécialement au sanctuaire, soit que, venant du midi, ils s’arrêtassent sur le chemin de Paray... D’autre part, ce qui nous importe le plus, la forme même du pélerinage de Fourvière semble avoir changé : jusque là, on montait à Fourvière, individuellement ou par petits groupes, mais pas en procession. Ne montaient processionnellement que des groupes de clercs : les frères et sœurs de la Charité, ainsi que les vieillards et les orphelins de cet établissement, au printemps, le clergé de la primatiale par deux fois, pour l’anniversaire de la réouverture de la chapelle de Fourvière par Pie VII (19 avril 1805), et à l’occasion de la Nativité de la Vierge le 8 septembre, avant que l’archevêque procédât à la bénédiction de la cité ; quant à la célébration de la fête de l’immaculée Conception, elle ne donnait lieu qu’à un service religieux et aux festivités déjà décrites21. Or, le 7 décembre 1872, le clergé de la primatiale monte en procession au sanctuaire, avant la pose solennelle de la première pierre de la nouvelle basilique, en accomplissement du vœu de Mgr Ginouilhac ; pour le lendemain dimanche, l’Echo de Fourvière et la presse catholique annoncent qu’« une grande partie de la population s’ébranlera pour le pèlerinage de Fourvière ». Le double pélerinage, les femmes à midi, les hommes à une heure et demie fut effectivement massif : on a parlé, avec sans doute quelque exagération de dix-huit à vingt-cinq mille femmes, et de trois à quatre mille hommes. Le pélerinage se fait manifestation ; encore faut-il remarquer que si son caractère organisé et concerté ne fait plus guère de doute, il met à profit une festivité traditionnelle. Une étape supplémentaire sera franchie au mois de mai suivant, dans la mesure où l’on créera de toutes pièces un pélerinage des plus opportuns politiquement22.

  • 23 Le Télégraphe, samedi 24. 05. 1873 (répété le lendemain).

Sur tous les points de la France, de pieux pélerinages s’organisent pour courir en foule se prosterner aux pieds de la Sainte Vierge. On sent qu’une heure solennelle est arrivée et que Dieu seulement peut nous tirer du chaos. La cité lyonnaise ne peut pas rester spectatrice de ces grandes prières, elle la cité de la foi. Et comme beaucoup de pieux fidèles ne peuvent pas prendre le chemin de Chartres ou de Paray le Monial, il a été arrêté que dimanche prochain, 25 mai, les hommes se réuniront à midi et demie à Saint-Jean et sur la place pour monter ensemble en procession à Fourvières. Mgr l’archevêque de Lyon a bien voulu approuver ce pieux pélerinage, et nous sommes persuadés que cet appel à la foi ne restera pas sans être entendu23.

  • 24 Echo de Fourvière, 6. 06. 1873, p. 283.

11Plusieurs milliers de pélerins se rendirent à l’appel, formant « une longue procession de fidèles de toutes conditions, jaloux de prendre part de cette grande manifestation catholique », alors que « tout concourait à répandre la joie dans les cœurs : l’heureuse solution d’une crise politique qui aurait pu se prolonger encore plusieurs mois [Thiers ayant démissionné la veille, Mac-Mahon venait d’être élu président de la République, tous les espoirs semblaient permis...], le soleil qui illuminait...» Le samedi suivant, à l’initiative de quelques « dames zélées », un pélerinage des enfants, à une heure, montait lui aussi à la chapelle, suivi, à trois heures, par le pélerinage des femmes... Pour reprendre le commentaire de l’Echo de Fourvière24 : « toutes les classes de la société, tous les âges, tous les quartiers de l’agglomération ont donc été dignement représentés à Fourvière pendant le cours de cette semaine qui a débuté par la belle manifestation des hommes... ».

  • 25 Echo de Fourvière, 23. 08. 1873.

12Mieux encore : la ville étant désormais sous l’autorité d’un excellent administrateur, l’archevêque de Lyon envisagea de donner cette année-là un éclat particulier à la célébration de la Nativité de la Vierge, le huit septembre. Un mandement du 6 août prévit que, du 1er au 17 septembre, toutes les paroisses de Lyon monteraient processionnellement à Fourvière, à raison de deux par jour, l’une le matin à sept heures, l’autre le soir à six heures25... Un bref papal avait accordé des indulgences spéciales pour ces pieux exercices, et de nombreuses paroisses rurales du diocèse manifestèrent leur intérêt : si bien que pendant presque tout le mois, au-delà même de la clôture officielle, trois à cinq processions se succédèrent quotidiennement au sanctuaire : les paroisses rurales, celles de banlieue ou les communautés particulières, prenant place dans la journée, ouverte et close par une paroisse urbaine.

13Régulièrement ordonnés, dans un ordre toujours hiérarchique, les cortèges devaient impressionner les assistants, immanquablement nombreux, qui se presseraient sur leur parcours. Les bannières ne faisaient pas défaut : uniques, en tête des pélerinages lorsque la communauté qui fait l’ascension du Chemin Neuf est une, nombreuses si le pélerinage réunit des groupes différents. Sur celles-ci, l’image de la Vierge ou le signe de la croix sont associées à une maxime ou à une citation de l’évangile. Les pélerins prient et chantent : dans la montée, ils récitent le chapelet, mais arrivés à la hauteur de l’Antiquaille, sur le plateau où s’élève la chapelle, ils entonnent des chants religieux, souvent le Magnificat. L’harmonie des chants étant apparemment l’un des critères de la ferveur et de la réussite de la procession, chorales et associations de chant catholiques sont à la place d’honneur

  • 26 Nous pouvons bien utiliser le terme, comme le faisaient les observateurs de l’époque, cléricaux, a (...)

14Mais au-delà du spectacle offert, ces processions multipliées, spécialement celles de septembre 1873, nous fournissent des informations sur deux aspects essentiels de l’opposition entre catholiques et anticléricaux ; la représentation de l’espace de la cité et la pratique de cet espace d’une part, de l’autre la représentation de la société urbaine et la participation des différents groupes sociaux aux « manifestations » de l’un ou l’autre camp26.

  • 27 Echo de Fourvière, 23. 08. 1873, p. 406.
  • 28 Echo de Fourvière, 25. 04. 1874, p. 207. On peut penser que la présence des bonnes que l’on trouve (...)
  • 29 Echo de Fourvière, 6.09. 1873 : à la procession de Saint-Irénée un millier de personnes environ, d (...)

15En effet, pendant les cérémonies de septembre 1873, l’ordre de succession des paroisses semble ne rien devoir au hasard27 : d’abord viennent les plus proches géographiquement de l’archevêché et du sanctuaire, puis celles de la presqu’île, mordant timidement sur les quartiers ouvriers de celle-ci ; Vaise, la Guillotière, les Brotteaux et la Croix-Rousse ne viennent que dans la seconde période des processions, après le point culminant qu’a représenté la bénédiction de la ville le 8 septembre. Le moins que l’on puisse dire est que la représentation de l’espace ainsi révélée se situe totalement à contre-courant de l’évolution démographique, économique et politique de l’agglomération : c’est la ville d’avant l’annexion, d’avant la croissance urbaine du second Empire... L’image de la société que nous renvoient ces cortèges est moins radicalement tronquée, mais dément néanmoins les prétentions à la représentativité qu’affichent leurs discrets promoteurs. Le principe directeur est une double division, selon le sexe et selon l’âge : pélerinages ou groupes d’enfants – jusqu’à la première communion, vers douze ou quatorze ans – eux mêmes divisés, selon ce que nous pouvons entrevoir, en petites filles et petits garçons (dans l’ordre), chacun derrière leur bannière ; ces enfants ont été amenés par leurs mères, mais aussi sans doute par « les chefs d’institutions, frères et sœurs des écoles... » que la presse catholique invitait à le faire. Pélerinages de jeunes filles, vêtues, voire voilées de blanc, et de femmes : parmi celles-ci, les milieux aisés semblent les mieux représentés, puisque pour envisager le succès du pélerinage général de mai 1874, les organisateurs affirmaient espérer le retour à Lyon des dames déjà parties à la campagne28. Pélerinages ou groupes d’hommes, enfin. Mais à leur propos, les descriptions des observateurs catholiques eux-mêmes prêtent à deux remarques qui ne sont qu’en apparence contradictoires : l’une est le petit nombre d’hommes, spécialement dans les paroisses ouvrières, qui figurent dans les processions29 ; l’autre est l’extrême insistance mise à faire savoir que, dans certaines circonstances, la foule considérable qui emplissait successivement la chapelle de Fourvière n’était composée que d’hommes. La première remarque renvoie évidemment à l’indifférence religieuse bien connue, voire l’hostilité des hommes adultes. La seconde au contraire semble indiquer une mobilisation nouvelle d’une partie de ceux-ci. Qui sont-ils ?

  • 30 ADR, 4M 101, gardiens de la paix, 6-7. 09.1873 (sans doute à propos de la procession de Sainte-Bla (...)
  • 31 Echo de Fourvière, 6. 09. 1873 (p. 437) et 13. 09. 1873 (p. 443).

16Problème évidemment difficile. La presse catholique insiste sur la diversité sociale des participants, mais ne mentionne de groupes nombreux d’hommes que dans deux processions : celles de Saint-Jean et de Saint-Paul, car s’étaient joints à cette dernière les membres des cercles catholiques ouvriers. La première paroisse, comme Saint-Nizier, ne passe pas pour particulièrement ouvrière : quartier de juristes et d’employés, plutôt. Les réactions spontanées d’assistants hostiles mettent en cause : « ces coquins d’employés, qui font du mal aux braves gens30. » Dans le second cas défilèrent, en fin de cortège, les cinq cercles d’ouvriers catholiques, celui de Saint-Irénée, celui de Saint-Georges, celui de la Guillotière et ceux de la Croix-Rousse, soit « plus de cinq cents hommes chantant avec une ardeur extrême le cantique spécial composé pour les cercles. En tête de cette vaillante jeunesse31...» Ouvriers, c’est possible ; jeunes, et venus plus nombreux des quartiers de l’ancienne ville que de la nouvelle ; mais la place d’honneur qu’ils occupent dans le cortège et dans le compte rendu tient justement à ces deux caractères aussi exemplaires qu’atypiques.

  • 32 ADR, 4M 101, rapports de police, septembre 1873. Cris de « Vive la Commune ! Vive Garibaldi ! Vive (...)
  • 33 Déjà, le 8 décembre précédent, seules trois processions feminines étaient parties des églises (Sai (...)
  • 34 Autre indice de ce partage en 1878 : des trente paroisses urbaines ayant effectué un pélerinage à (...)

17Ainsi, même faite à partir des indications venant des milieux cléricaux, une sociologie sommaire des participants dément les prétentions des organisateurs à représenter l’ensemble de la population. Il y a plus : l’espace urbain dans son ensemble n’est pas parcouru ; ou plutôt, il a fallu renoncer à le parcourir. Au départ, les processions de septembre 1873 devaient se former dans chaque paroisse, atteindre Fourvière au terme d’un trajet plus ou moins long, et regagner ensuite leur église. En fait, elles partirent généralement de Saint-Jean, comme le reconnut l’Echo de Fourvière lui-même. C’est que les incidents lors des premières processions dans le centre de la ville semblent avoir été nombreux : applaudissements ironiques et huées, processions coupées sans nécessité par des passants ou des voituriers, voire jets d’excréments à la procession de Saint-Pierre, cris séditieux et jets de pierres à celle de Saint-Paul32... Le zèle des gardiens de la paix ne suffisait pas à éviter ces événements regrettables, que la coïncidence – peut-être imprudemment risquée – avec l’anniversaire républicain du quatre septembre devait avoir avivés : dans un souci de dignité, mieux valait donc se limiter à la rive droite de la Saône, périmètre politiquement plus sûr, où les « voyous » ne viendraient pas troubler la belle ordonnance des processions33. De la sorte, la manifestation perdait de son éclat, les journaux républicains pouvaient l’ignorer, et se dessinaient les bases d’un partage de l’espace lyonnais entre les deux camps opposés, partage qu’entérinera la Troisième République34.

Le temps des enterrements civils

  • 35 Mentionnés ponctuellement par des spécialistes d’histoire religieuse, à propos de l’essor de l’ant (...)

18L’on sait que l’une des premières mesures prises par Joseph Ducros, le préfet à poigne que le gouvernement d’Ordre moral avait nommé dans le département du Rhône, fut de tenter de faire cesser le scandale que constituaient les enterrements civils, en imposant au convoi le trajet de moindre parcours et surtout en leur fixant une heure des plus matinales, six heures en été, sept en hiver. L’arrêté qu’il publia le 18 juin 1873, moins de trois semaines après son arrivée, et qu’il compléta ensuite en reprenant les dispositions de Castellane qui limitaient à trois cents le nombre des assistants a été fréquemment cité par les historiens des débuts de la Troisième République, ou par ceux de la ville de Lyon ; dans la majorité des cas, suivant en cela la thèse que voulurent accréditer les républicains, l’on y voit surtout le signe de l’intolérance mesquine du nouveau préfet, de son caractère « buté et pervers ». Que Ducros ait donné en l’occurrence un aperçu de son autoritarisme n’est évidemment pas douteux. Mais à ne considérer que l’arrêté préfectoral et le débat parlementaire qui s’ensuivit, on escamote l’étude de tout ce contre quoi Ducros entendait lutter, c’est-à-dire des enterrements civils35. En cela d’ailleurs, on suit la direction suggérée par les républicains eux-mêmes, qui pour des raisons de politique nationale ou locale, ne tenaient pas tellement à les mettre en valeur : leur discrétion pourra bien être expliquée, mais nous ne sommes pas tenus d’en être dupes.

  • 36 Petit Lyonnais, 7 et 8. 09. 1872.
  • 37 Ibid., 3. 03. 1873.
  • 38 Ibid., 18. 09. 1872.
  • 39 Ibid., 2. 12. 1872.

19Evoquant le souvenir de la persécution des huguenots par Louis XIV, républicains et radicaux soutinrent que les enterrements civils étaient simplement des manifestations de la liberté de conscience, de la part d’individus choisissant, au besoin contre la pression du clergé et d’une partie de leur famille, d’être enterrés sans l’assistance d’aucun prêtre. Quoique l’assemblée ait finalement voté l’approbation de la politique du gouvernement, et donc entériné l’arrêté Ducros, c’était une position habile, qui permettait de faire jouer, au sein de la majorité d’ordre moral, les clivages entre orléanistes et légitimistes, entre ceux qui acceptaient les principes de 1789 et ceux qui les rejetaient. Mais il serait naïf de notre part de se contenter de cette interprétation lénifiante : parmi les quelques enterrements civils décrits par le Petit Lyonnais avant l’arrêté Ducros figure celui d’un adjoint au maire, le citoyen Chaverot, dont le cortège fut suivi par le conseil municipal tout entier, précédé du maire, de deux députés du Rhône, et d’un député du Var, Lyonnais d’origine. Venaient à la suite des députations des enfants des écoles, d’un grand nombre de dames et demoiselles, placées sur deux rangs, et enfin par les amis du mort et ceux qui avaient voulu se rendre au convoi, en tout cinq à six mille personnes36... Encore s’agit-il là d’un événement relativement exceptionnel. Mais lorsque des faire-part précisent que le défunt avait été « capitaine de l’armée des Vosges sous Garibaldi, et détenu politique du 30 avril37 », que la défunte était la « belle-mère du citoyen Soubie, détenu en Avignon38 » ou encore que « le citoyen Roset, libéré politique (affaire du 22 mars), prie ses amis et connaissances d’assister à l’enterrement civil de son beau-frère Pertus, cordonnier, décédé à l’âge de quarante ans39 », on a du mal à croire que ces notations soient là par hasard. Ajoutons qu’au cimetière on procède presque toujours à une collecte pour les familles des prisonniers politiques et au profit de l’enseignement libre et laïque...

20Pour leurs adversaires, au contraire, ce ne sont que « manifestations politiques », organisées, voire montées de toutes pièces, par la Libre-Pensée et les radicaux lyonnais, prétextes à exhibitions de drapeaux ou d’écharpes rouges, à chants révolutionnaires et à démonstrations antireligieuses. L’image qu’en donnèrent la presse conservatrice et le ministre de l’Intérieur au moment du débat parlementaire est édifiante : on relève avec soin les cas d’enterrements civils d’enfants, voire de nouveaux-nés, suivis par une foule considérable ; l’on cite tel jeune garçon, mort quelques jours après sa première communion, et enterré civilement par sa famille ; des personnes seules pratiquantes régulières, que leurs voisins font enterrer civilement, en l’absence de la famille ; on colporte l’accusation de vol de cadavres, que l’on étaye par des statistiques empruntées aux hôpitaux qui tendent à démontrer que ceux qui furent enterrés civilement avaient été préalablement confessés et avaient reçu l’extrême-onction. On insinue que les assistants aux enterrements civils doivent être payés, pour venir si nombreux, à des heures où ils devraient être au travail..., ou encore qu’ils agissent sous la contrainte : membres de sociétés de secours mutuels, ils risqueraient une amende en ne venant pas.

21Certaines de ces assertions, répandues par la presse conservatrice parisienne, sont évidemment inventées de toutes pièces : Lyon avait de toute façon depuis la Commune une telle réputation dans certains milieux que l’on pouvait écrire n’importe quoi, par exemple sur la présence de drapeaux rouges dans les convois. Les informations fournies par l’administration préfectorale au ministre de l’Intérieur, et celles de certains journaux conservateurs lyonnais, sont plus fiables, et la plupart des cas rapportés ont quelque fondement ; restera donc à confronter les sources existantes, pour tenter d’entrevoir la réalité de ce qui était incontestablement dans cette ville, et à cette époque, une forme de manifestation politique. Forme d’autant plus précieuse pour les participants qu’elle était licite et quotidienne ; et pour nous parce qu’elle nous permet de juger de l’arrière-plan social de la Libre-Pensée et du radicalisme lyonnais des années 1870.

22Nous avons pu disposer pour ce faire d’un ensemble assez complet et divers. D’une part, les rapports des indicateurs de police, dont plusieurs infiltrés dans les milieux radicaux et libre-penseurs : certains manifestement médiocres et haineux, mais d’autres tout à fait remarquables. D’autre part, les notes qui servirent à préparer la réponse du ministre de l’Intérieur aux interpellations radicales ; puis les rapports sur les enterrements civils qui eurent lieu après l’arrêté Ducros, de juin à septembre 1873. Enfin l’on a relevé systématiquement dans le Petit Lyonnais, quotidien populaire qualifié par ses adversaires de « petit Moniteur des enterrements civils », tous les faire-part annonçant des obsèques civiles dans la ville de Lyon, du 1er juillet 1872 au 30 juin 1873 ; les défunts, un peu moins de quatre cents, ont été ensuite recherchés dans les registres de l’état-civil, ce qui nous donne des renseignements très précis sur leur âge, leur situation familiale, leur profession ou leur milieu social. On peut aboutir ainsi à un portrait que l’on a lieu de croire fidèle des libre-penseurs lyonnais anonymes. Pour vérification des hypothèses que nous suggéraient les images de l’enterrement civil données par les autres sources, ou d’autres travaux historiques, il a fallu en outre établir un tableau comparatif des décès dans la ville de Lyon dans la même période, en procédant par sondage au vingtième, ce qui permet une précision généralement suffisante.

  • 40 Petit Lyonnais, 28. 06. 1873. Ducros lui-même, dans son rapport au ministère de l’Intérieur avant (...)

23L’approche retenue ne permet pas d’avoir une idée de tous les enterrements civils qui se sont produits dans la ville de Lyon en 1872-73. Elle met l’accent sur ce qu’on pourrait appeler le noyau dur de cette pratique, ceux qui ont délibérément choisi de se passer de prêtres, et non ceux auxquels le clergé a refusé une sépulture chrétienne ; ceux dont l’entourage tient à le faire savoir hautement, non ceux pour lesquels la famille réticente a consenti à suivre les dernières volontés du défunt... Il n’empêche qu’il s’agit probablement là de la grande majorité des enterrements civils : lorsque le Petit Lyonnais, se défendant d’être « le petit Moniteur des enterrements civils », prétendait ne pas publier le quart de ceux qui se faisaient dans la ville de Lyon, il exagérait manifestement40.

Temps et lieux de l’enterrement civil

  • 41 Encore faut-il noter qu’après l’arrêté Ducros, en attendant le résultat de l’interpellation à la C (...)
  • 42 D’après les rapports de police, (ADR, 4 M510) malgré quelques lacunes mineures, 51 enterrements ci (...)

24Le premier fait frappant est le nombre de ces enterrements civils revendiqués hautement : en s’en tenant à la ville de Lyon stricto sensu, et aux seuls défunts dont on ait pu retrouver la trace dans l’état-civil, on atteint 3,8 % de l’ensemble des décès, pour les douze mois étudiés41. Un enterrement sur vingt-cinq, donc, peut-être un sur vingt si l’on prenait en compte des funérailles civiles plus discrètes : la manifestation est quotidienne. Notons cependant que leur nombre semble aller croissant, ou que tout du moins, la place que leur donne le « petit Moniteur des enterrements civils » est de mois en mois plus importante : avant décembre 1872, on ne dépasse jamais les trente funérailles civiles dans le mois, et le taux moyen de 3,8 % de l’ensemble des décès n’est jamais atteint ; février et avril dépassent quarante faire-part, c’est à dire un taux de 5 %, et l’on ne redescendra pas au dessous de 4 % jusqu’en juin. Malgré les tracasseries administratives, pendant les trois mois de juillet, d’août et de septembre 1873, le nombre de funérailles civiles reste à un niveau très élevé42.

25Deuxième élément remarquable, la répartition des enterrements civils par arrondissement : en chiffres bruts, la palme revient au quatrième arrondissement, à la Croix-Rousse, devant le troisième (la Guillotière) et le second arrondissement, c’est à dire le sud de la presqu’île. En moyenne, chacune de ces parties de la ville voit donc le départ d’un convoi civil au moins tous les quatre jours, tandis qu’ils apparaissent plus rares dans le premier ou le cinquième (deux enterrements par mois) et même aux Brotteaux, sixième arrondissement (à peu près un tous les huit jours) : mais ces derniers sont aussi relativement moins peuplés, ou bien leur population est moins concentrée. Ce sont donc les quartiers les plus populeux qui voient le plus souvent se dérouler des obsèques civiles : d’où peut-être le scandale qu’elles suscitent chez les bien-pensants... En revanche si l’on recherche la part des convois civils annoncés dans les décès de chaque arrondissement, le tableau se révèle assez différent : la Croix-Rousse vient toujours en tête, avec un taux de 8,7 %, soit près d’une cérémonie funéraire sur dix ; mais suivent les deux arrondissements de la rive gauche, le sixième et le troisième, tous deux ayant des taux nettement supérieurs à la moyenne (respectivement 5,5 et 4,9 %). Les autres quartiers sont très en retrait, avec environ un convoi civil revendiqué pour quarante décès. L’enterrement civil est bien une caractéristique du Lyon ouvrier et communard, celui que nous avons vu manifester en décembre 1870 et s’insurger en avril suivant.

  • 43 Le clergé pensait la Guillotière plus déchristianisée que la Croix-Rousse (idée reprise par exempl (...)

26Il n’est pas possible cependant d’aller plus loin dans l’analyse sans prendre en compte un fait fondamental, qui explique par exemple le contraste entre le nombre élevé de convois civils dans le deuxième arrondissement, et leur faible part dans l’ensemble des décès de cette partie de la ville. Il s’agit de la présence des hôpitaux, qui gonfle le nombre de décés des deuxième, quatrième et cinquième arrondissements : près des deux tiers des personnes décédées dans le deuxième arrondissement sont mortes à la Charité ou à l’Hôtel-Dieu, et presque la moité des morts du quatrième ont été déclarés à l’État-civil par des employés de l’Hôpital de la Croix-Rousse... Or, ces personnes ne vivaient évidemment pas toutes dans l’arrondissement, et certaines n’étaient même pas lyonnaises. Si bien que, pour obtenir un tableau exact du Lyon libre-penseur, il convient de reconstituer le chiffre réel de chaque arrondissement : comme les employés des hopitaux qui déclaraient le décès donnaient aussi l’adresse du défunt, on peut arriver à déterminer le nombre exact des personnes originaires de tel ou tel arrondissement qui se firent enterrer civilement. On obtient ainsi une image plus fidèle de la réalité, qui permet de mesurer le degré d’anticléricalisme et de radicalisme politique de chaque partie de la ville. Ce qui en ressort ne surprend pas absolument : les zones de faiblesse sont bien les mêmes : les premiers, deuxième et cinquième arrondissement. En revanche, les troisième et sixième sont nettement surreprésentés, et surtout la Croix-Rousse apparaît comme la citadelle de la Libre-Pensée puisque sa part dans les enterrements civils est triple (22,6 %) de sa part réelle des décès (7,7 %) ; contrairement à ce que l’on a pu penser, la rive gauche qui inquiète tant les notables et le clergé lyonnais ne vient qu’après43.

27Curieusement pourtant, les divers quartiers de Lyon ne réagirent pas de la même manière à l’arrêté Ducros. Passées quelques manifestations spectaculaires de protestation, la Croix-Rousse s’efface, par prudence ou par discipline. En revanche, la rive gauche fait preuve de beaucoup plus d’acharnement, qu’il s’agisse de la Guillotière ou des Brotteaux, et sa part grandit en conséquence : est-elle plus socialiste que radicale, ou simplement plus rebelle ?

Sociologie de la Libre-Pensée

28Qui sont ceux qui choisissent de se faire enterrer civilement ? Une majorité d’hommes (3/5), mais la part des femmes est beaucoup plus forte que ce à quoi on s’attendrait, surtout si l’on a en mémoire l’emprise du clergé sur la partie féminine de la population, et la satisfaction évidente manifestée par les journaux républicains lorsqu’ils mentionnent que, dans telle ou telle ville, une femme a été enterrée civilement pour la première fois.

  • 44 Le confirme le fait que parmi les enfants enterrés civilement, il n’y a qu’un seul cas où soit cit (...)

29Ces femmes qui passent outre au conformisme religieux sont difficiles à caractériser avec précision, puisque une bonne partie est déclarée à l’état-civil « sans profession ». Cela peut renvoyer à des situations aussi différentes que pensionnaire d’un hospice, femme de négociant ou d’ouvrier qualifié... Au total donc, on ne peut en tirer que trois conclusions : d’une part, il n’y a pas parmi les femmes enterrées civilement une seule « rentière », alors que celles-ci représentent environ le vingtième des décès féminins. D’autre part, la surreprésentation des ouvrières de la Fabrique dans les obsèques civiles : leur proportion est triple de leur part des décès. Enfin, la sous-représentation relative des ouvrières de l’habillement (couturières, blanchisseuses, lingères) et des non-qualifiées (journalières, marchandes ambulantes, domestiques...) montre que si la Libre-Pensée est manifestement populaire, elle ne recrute pas dans les catégories les plus démunies, les plus dépendantes de la population ouvrière44.

30Si l’on considère maintenant les indications que nous possédons sur les hommes, le portrait gagnera en précision, mais ne se révélera pas très différent La Libre-Pensée est manifestement enracinée dans les couches populaires, dans le monde du travail manuel : petits commerçants, artisans, ouvriers représentent neuf « libres-penseurs » sur dix. Il y a mieux : si l’on compare la part des différentes catégories socio-professionnelles dans l’ensemble des décès et dans les enterrements civils, on s’aperçoit que, chez les hommes, ne sont surreprésentés que les travailleurs de la boutique, de l’atelier ou de l’usine. Une exception toutefois les non-qualifiés (journaliers, manœuvres, marchands ambulants...). En revanche, très fortement surreprésentés, les ouvriers du textile (tisseurs essentiellement, tullistes, teinturiers...) représentent 36,5 % des enterrements civils pour seulement 15,3 % des décès, et, à un moindre degré, les ouvriers de métier travaillant le bois ou le métal (mécaniciens, balanciers, menuisiers... 21,7 % contre 14,7 %) La Libre-Pensée n’apparaît donc pas seulement comme le fait des travailleurs manuels, mais comme l’expression des plus qualifiés et des plus instruits, spécialement dans la fabrique (ce qui ne pouvait surprendre à voir les taux de la Croix-Rousse), mais aussi dans les industries plus modernes, dont le grand essor datait du Second Empire. Il est même frappant de constater qu’en ce qui concerne les enterrements civils d’enfants, rapportés à la profession des pères (ou, à défaut des mères), la surreprésentation de ces métiers neufs n’est pas moindre que celle des ouvriers de la Fabrique : dans la mesure où les pères d’enfants enterrés civilement sont, en moyenne, plus jeunes que les hommes qui, sur leur lit de mort, demandent à se passer de prêtres, cela signifierait que les ouvriers des métiers nouveaux – de la métallurgie notamment – n’étaient pas moins anticléricaux que les tisseurs.

  • 45 Les ouvriers meurent peut-être plus tôt que la moyenne des Lyonnais, mais ceux qui se font enterre (...)

31Deuxième caractéristique remarquable des enterrements civils lyonnais : la répartition par âge des défunts, qui diffère sensiblement de la distribution « normale », reconstituée grâce au sondage au vingtième. En s’en tenant pour le moment aux adultes, on remarque qu’il y a, dans les enterrements civils, surreprésentation des classes d’âge de quinze à soixante ans. Cette surreprésentation est suffisamment nette dès les classes d’âge 15-29 ans et 30-39 ans pour n’être pas due au hasard ; elle est particulièrement forte pour la classe d’âge des 40-49 ans, un peu moins pour les 50-59 ans. En revanche, au delà de 60 ans il y a sous-représentation, de plus en plus marquée avec les années. L’explication la plus plausible45 est qu’il s’agit là d’un phénomène de génération : ceux qui meurent entre quarante et cinquante ans en 1873 avaient en 1848 entre quinze et vingt-cinq ans : leur formation politique et idéologique s’est faite dans et par la révolution, la réaction, le coup d’État. Ces hommes (et à un moindre degré ces femmes) ont vu l’Église comme soutien de la réaction, comme le pilier et la principale bénéficiaire du régime impérial en ses premières années ; ils ne le lui ont pas pardonné, et leurs cadets, ou leurs fils, guère plus.

Le déroulement des obsèques

  • 46 Indicateur no 6, au ministère de l’Intérieur, 26. 06. 1873, APP, Ba 494.

Il n’y a ni vociférations ni chants de la Marseillaise. J’ai assisté à deux enterrements civils, c’est seulement piteux et mesquin. On va là comme on va chez le marchand de vin. À l’heure fixée, les libre-penseurs ôtent leurs savates, mettent des souliers, une casquette, sans se débarbouiller ni se laver les mains, et filent au convoi. À côté des enterrements grandioses et pompeux de Marseille, ceux de Lyon rappellent une échoppe de savetier à côté de la Maison Dorée. À Lyon, l’enterrement civil est un terrain de rendez-vous et de rencontre. Il est passé dans le langage familier des purs de dire en parlant d’un ami : « je le verrai demain à l’enterrement civil » comme on dit « je le verrai ce soir au café ». Le manque de tenue, les conversations à haute voix, l’allure dégingandée des frères, sont ce qu’il y a de plus choquant intérieurement46.

  • 47 ADR, 4M 510, Télégraphe, 12. 03. 1873 « Lettre de la Croix-Rousse, les enterrements » (signé « Un (...)

32Tempérons ces remarques d’un des indicateurs de la sûreté par un autre point de vue, provenant également de milieux hostiles, mais peut-être plus familier des enterrements populaires : même dans les convois religieux, si « derrière le cercueil le mari et les enfants pleurent, au second rang on jase politique, au troisième on se moque du curé qui va devant ; au quatrième on cascade des grivoiseries, au cinquième on fume47...». La mise des participants est peut-être plus soignée (gants, cravate, bottes cirées, veste brossée et chemise repassée), mais la participation des enfants n’est pas exclue, et la cérémonie se termine toujours au cabaret.

  • 48 Il semble qu’habituellement les funérailles religieuses se déroulaient dans la matinée (le success (...)

33Comme sans doute les autres funérailles, les enterrements civils étaient suivis par une assistance assez nombreuse48. Or, même s’il nous faudra rester prudents, nous sommes moins qu’à l’habitude dépourvus d’informations. Nous pouvons en effet compter sur deux sources, complémentaires : d’abord, les mentions portées dans les faire-part publiés par Le Petit Lyonnais, de juillet 1872 à juin 1873, pourraient permettre d’entrevoir l’assistance escomptée, souhaitée. Les rapports minutieux des sergents de ville de Ducros, aux mois de juillet-septembre 1873, nous donnent l’assistance effective, dans une période où les enterrements civils revêtaient un caractère hautement affirmé de manifestation.

  • 49 Six mille personnes aux obsèques du citoyen Chaverot, adjoint au maire (Petit Lyonnais, 8. 08. 187 (...)
  • 50 Petit Lyonnais, 3. 02 1873. Derrière les trois cercueils, le préfet du Rhône, le maire de Lyon, bo (...)
  • 51 ADR, 4M 510. Exactement 78 personnes. Mais les convois d’hommes adultes sont suivis par une moyenn (...)

34Combien de personnes suivaient les convois civils ? Les colonnes du Petit Lyonnais donnent très peu d’indications, sauf pour quelques cérémonies particulières, à valeur exemplaire, de véritables manifestations49. Il est difficile d’en tirer des conclusions précises, sinon qu’il s’est parfois agi de foules considérables, comparables à celle qu’on avait vu pour l’enterrement du commandant Arnaud. Notons toutefois que le plus nombreux de tous les cortèges funéraires mentionnés dans les colonnes des journaux n’est pas un enterrement politique, mais celui des victimes d’un fait divers, le « crime de Monplaisir50 ». En ce qui concerne les obsèques de citoyens ou de citoyennes ordinaires, nous disposons d’un décompte précis des participants pour 127 des 134 enterrements civils des mois de juillet, août et septembre 1873, après que Ducros eut imposé des horaires qu’il voulait dissuasifs : la moyenne des assistants est proche de quatre-vingts personnes, mais toutes n’accompagnent pas le cortège jusqu’au cimetière51. Faute de données comparables concernant les enterrements religieux, on ne peut qu’être prudent dans l’interprétation ; noter tout de même la hiérarchie des assistances, et notamment le contraste entre enterrements civils d’adultes et d’enfants, beaucoup moins suivis ; puis l’importance sociale que semble revêtir l’acte d’accompagner un convoi funéraire, et sa fréquence dans une société où la mort est plus présente – et moins cachée – que dans la nôtre.

  • 52 Petit Lyonnais, 11. 04. 1873.

35Qui étaient les assistants ? Nous ne disposons pas ici de sources directes : la police de Ducros pouvait bien compter les personnes qui faisaient partie du cortège, mais tout de même pas leur demander leurs noms... Force nous sera donc de recourir à des sources indirectes, qui ne nous disent pas qui venait au convoi, mais qui les proches du défunt souhaitaient y voir : les mentions figurant dans les faire-part du Petit Lyonnais. Certaines ne nous apprennent rien : « les amis et connaissances de la famille X. sont priés d’assister à l’enterrement civil de … » D’autres sont nettement plus explicites : « les dames et les demoiselles sont priées d’assister aux funérailles » ou bien « les dames sont priées d’y assister » ; « la corporation des marbriers est invitée à assister à l’inhumation de... » ; « les compagnons de tous les devoirs... » ; enfin, certaines indications biographiques figurant parfois constituent une sorte de réquisition muette : « ex-caporal de la garde nationale, 11e bataillon, 2e compagnie52 ».

  • 53 Ce n’est pas très surprenant : Van Gennep (Manuel de folklore français..., p. 815) notait que dans (...)

36On a vu que la participation des femmes ou des jeunes filles était l’un des moyens par lesquels pouvaient se singulariser les enterrements civils. C’est pourquoi on a recherché dans quels cas le faire-part comportait une invitation spéciale pour les dames, ou pour les dames et demoiselles. Première constatation : c’est une pratique relativement peu fréquente, puisqu’elle ne concerne que quarante-cinq funérailles civiles (soit donc 12 % du total). Dix-neuf invitations adressées aux dames, ou citoyennes ; vingt-six aux dames et demoiselles. Les invitations aux dames et demoiselles concernent presqu’exclusivement des convois de femmes (trois hommes seulement), souvent jeunes ou très jeunes, en général mortes à leur domicile ou à celui de leurs parents (cinq décès à l’hôpital seulement). Au contraire, la moitié des invitations adressées aux dames seules concernent des funérailles d’hommes, et les décès survenus à l’hôpital sont ici majoritaires. On a l’impression qu’il s’agit dans ce cas précis d’une pratique militante, franchement libre-penseuse, où l’on retrouve paradoxalement certains quartiers que nous avons vus réticents à l’enterrement civil, le cinquième arrondissement notamment. En revanche, les invitations aux dames et demoiselles, pour des enterrements situés majoritairement à la Croix-Rousse ou à la Guillotière, montreraient l’adhésion de toute la communauté, hommes et femmes, au deuil d’une famille lorsque le décès est celui d’une femme ou d’une jeune fille53. Comme si les républicains lyonnais, tout en encourageant la participation des femmes à la vie publique, et en les admettant aux funérailles, avaient recréé une distinction sexiste, qui maintenait la suprématie masculine dans l’espace public : alors que les hommes allaient à tous les enterrements, les femmes iraient surtout aux obsèques de femmes, et notamment à celles de jeunes filles. De toute façon, nous l’avons vu, les convois des hommes étaient toujours plus suivis...

37Comme la politique, les funérailles civiles restaient donc surtout l’affaire des hommes. Pour les conservateurs lyonnais, c’était même le fait de quasi-professionnels recrutés parmi les « frères et amis », appellation qui désigne sous leur plume les membres des sociétés secrètes, descendance des carbonari. Il est tentant de confronter cette image à celle que donnent les faire-part de décès publiés dans le Petit Lyonnais : or les convocations à des enterrements civils ne font que très rarement référence explicite à la Libre-Pensée, ou à la 201ème société de secours mutuels qui en est l’expression : quatre fois seulement, sur un total de cinquante-six faire-part qui précisent l’appartenance idéologique, des éléments de biographie ou le métier du défunt. En revanche, les indications de métier sont nombreuses (vingt-deux cas auxquels on peut ajouter quatre autres faisant figurer le numéro de la société de secours mutuels) ; et les mentions de l’appartenance à tel ou tel bataillon de la Garde nationale, ou encore à une des légions du Rhône pendant la guerre sont assez nombreuses (dix cas, plus deux où cette mention est complétée par un autre élément de biographie). Seuls huit faire-part ne comportent que des mentions explicitement politiques, et huit autres uniquement l’appartenance à une société ou l’exercice de responsabilités non directement politiques (société des tisseurs, conseil des prud’hommes, société d’enseignement professionnel du Rhône, société pour l’enseignement libre et laïque...). En d’autres termes, il est probable que la solidarité du métier reste essentielle, et prime sur les solidarités proprement idéologiques : les assistants aux funérailles sont sans doute des voisins, qu’il est inutile de prévenir par la presse ; des membres de la même société de secours mutuels, prévenus par circulaire le plus souvent ; des compagnons de métier enfin, ou de « régiment » que la presse peut aider à contacter. Sans doute y a-t-il aussi des libres-penseurs, ou des radicaux « purs », mais peu de funérailles paraissent de simples prétextes à manifestation.

  • 54 ADR, 4M510. Explication la plus fréquente lorsqu’il s’agit d’un homme adulte (la moitié des cas ré (...)
  • 55 Petit Lyonnais, 14. 08. 1872.

38Presque toutes, en revanche, ont une dimension politique : elle est éclatante dans l’examen des motifs que relève la police (après l’arrêté Ducros) pour expliquer le refus de l’enterrement religieux : « le défunt était socialiste et libre-penseur » ou simplement libre-penseur54 ; « les parents (ou le père) sont libres-penseurs », pour les enterrements d’enfants ; très rares sont les situations où l’on évoque la pression du groupe professionnel (quatre cas au total) ; sept fois seulement, la misère de la famille est évoquée... Le caractère politique de ces obsèques ne peut se manifester par des discours sur la tombe, toujours prohibés, mais il peut l’être parfois par le convoi lui-même : le Petit Lyonnais relate ainsi les funérailles d’une enfant de douze ans, avec la participation de toutes ses camarades de l’école laïque qu’elle fréquentait, l’institutrice en tête55. Dans la très grande majorité des cas, il est procédé à une double collecte au profit de l’enseignement libre et laïque et des familles des prisonniers politiques (et on la trouve même dans bon nombre de funérailles religieuses). Pourtant, soit que Ducros lui-même n’en ait rien su, soit qu’il ait résolu de taire le fait au ministre, il ne justifia l’interdiction des quêtes que par la nécessité de prévenir les désordres dans les cabarets, tenus par des sympathisants, où l’on se retrouvait après la cérémonie.

L’enterrement civil et la société urbaine

  • 56 J. Chastenet cite ainsi un cas d’enterrement civil d’enfant (L’enfance de la troisième, p. 153) ; (...)

39« Des cadavres volés » : la presse conservatrice colporte trois images fortes de l’enterrement civil, trois images également scandaleuses à ses yeux, symptomatiques de la pathologie sociale particulière des grandes cités. Première image : le cercueil d’un bébé de dix-huit mois traversant tout le centre de la ville, suivi par une foule considérable. Le malheur utilisé sans vergogne par des parents indignes, preuve de la malignité des Libre-Penseurs, qui ne respectent pas même l’innocence des tout-petits. Deuxième image : les enterrements civils de personnes mourant de maladie à l’hôpital, ou de vieillesse à l’hospice. Trahison double, bien qu’informulée : le malade ou le vieillard a été abandonné par sa famille qui s’en est déchargée sur les personnes charitables que sont les sœurs hospitalières ; celles-ci prennent soin de son âme autant que de son corps, lui proposent les derniers sacrements ; et la famille prétendrait encore disposer du cadavre ! Troisième scandale : celui de personnes religieuses, mais isolées, mourant à l’improviste sans pouvoir compter sur l’aide de quiconque, et que leurs voisins – qui ne se sont pas dérangés – font pourtant enterrer civilement. Ces images, empruntées à la presse conservatrice lyonnaise, correspondent sans doute à des faits réels, ce qui est d’ailleurs la condition de leur efficacité politique56. Mais elles peuvent pourtant être trompeuses, sans qu’il y ait intention délibérée de tromperie.

40Premier malentendu : les enterrements civils d’enfants. Qu’il y en ait eu, c’est une évidence. Mais leur part dans le total des enterrements civils annoncés est très nettement inférieure à celle des décès d’enfants dans le total des décès : les libres-penseurs ne gonflaient donc pas le nombre de leurs manifestations par la publicité donnée aux obsèques d’enfants ; ils ne volaient pas non plus de cadavres d’enfants : les milieux concernés sont les mêmes que pour les funérailles d’adultes. Deux précisions toutefois : ponctuellement, ce pouvait être l’occasion d’affirmer la confiance de la population à tel élu démocrate frappé par le malheur (on a vu plus haut l’exemple du citoyen Barbecot) ; et d’autre part, après l’arrêté Ducros, la proportion des enterrements civils d’enfants s’élève jusqu’à des taux normaux. Dans l’été 1873, pour protester contre les tracasseries, l’on fit flèche de tout bois... ; mais pas avant.

  • 57 Les échantillons sont trop minces pour garantir la représentativité, mais les ouvriers du textile (...)

41Deuxième thème favori des conservateurs : les enterrements civils de personnes mortes à l’hôpital. Ces personnes ne représentent que 27 % des enterrements civils, alors que 33,1 % des Lyonnais sont morts à l’Hôtel Dieu, à la Charité, ou à l’hôpital de la Croix-Rousse. Là encore, on ne peut prétendre que les libres-penseurs multipliaient les obsèques civiles par le racolage systématique des défunts dans les hôpitaux. Et si l’on examine les professions de ceux qui s’y firent enterrer civilement, on retrouve surreprésentés les mêmes milieux, ouvriers, mais pas des plus pauvres57. Enfin, les « vols de cadavres » : il faut en faire justice même si l’accusation repose sur quelques exemples certainement exacts. Car si l’on considère l’ensemble des données dont nous disposons, on s’apercevra qu’il est faux que les enterrés civilement aient été volés à la famille, parce qu’isolés : en repérant les liens de parenté entre le défunt, ou la défunte, et les deux personnes (toujours des hommes), qui viennent déclarer le décès, et dont on peut présumer qu’ils organisent les funérailles, on s’aperçoit que la proportion des personnes enterrées civilement dont le décès est déclaré par deux membres de leur famille est sensiblement égale à celle que l’on rencontre dans l’ensemble des décès. À l’inverse, la proportion des personnes enterrées civilement dont la déclaration de décès est faite par deux étrangers est nettement inférieure à la moyenne. Les différences sont plus marquées pour les hommes que pour les femmes, mais la réalité est incontournable : l’enterrement civil n’est pas plus le fruit du relâchement des liens familiaux que celui de la misère. Ce n’était pas le résultat de l’action maléfique d’une secte libre-penseuse : c’était le fait d’une portion de la société tout entière, celle qui, arc-boutée sur ses propres formes d’organisation, sur ses propres formes de sociabilité, refusait l’ordre moral que les notables entendaient lui imposer.

La fin de l’ordre moral

  • 58 4M246, rapport de Delmas, commissaire à Bellegarde, 2. 10. 1875. Quatre enterrements civils en dix (...)
  • 59 Deux rapports d’indicateurs (ADR, 4M 246, 27. 08. 1874 et 11. 04.1875). Pour le second « l’entrée (...)
  • 60 ADR, 4 M246, 3. et 5. 09. 1874, rapports anonymes. On pavoise, mais la police fait enlever les dra (...)

42À l’automne 1873, l’Ordre moral règne à Lyon, et les rues ne sont plus quotidiennement le théâtre où des foules manifestent et s’affrontent symboliquement. Les enterrements civils n’ont évidemment pas disparu ; quelques-uns sont encore fort nombreux, au point que la police doit couper le cortège. Mais leur fréquence a considérablement diminué ; à en croire l’ex-commissaire central, il ne s’en produirait plus qu’une dizaine chaque mois58, et les prescriptions de l’autorité quant aux horaires et aux itinéraires, fidèlement exécutées, en limiteraient la publicité. On cite même avec plaisir le cas de radicaux connus dont l’enterrement ne put donner lieu à manifestation, en raison de son caractère religieux59. Pour le reste, les « manifestations » radicales se bornent à l’organisation de banquets privés pour les anniversaires chers aux républicains : ceux du 24 février, du 14 juillet, du 4 septembre (toujours chômé à la Croix-Rousse, aux Brotteaux et à la Guillotière, ce qu’on met en évidence en revêtant ses habits de fête60), du 21 septembre... et au refus d’illuminer le 8 décembre.

  • 61 Peut-être à cause du peu de succès de l’année 1874 : l’Echo de Fourvière (16. 05., p. 245) ne ment (...)

43À l’inverse, l’Église peut désormais disposer de la rue, et l’on se hasarda même à faire passer, sans incident (mais au prix de quelles émotions !), une procession de la Fête-Dieu dans l’antre du radicalisme libre-penseur, la célèbre rue Grolée. Elle impose à nouveau son temps propre : le dimanche des Rameaux, pour la Fête-Dieu, pour l’Assomption, et dans certaines paroisses au moment de la fête patronale, les processions sortent des églises. Le soir du huit décembre voit Lyon s’illuminer, bâtiments municipaux exceptés, et dans la journée, les femmes de la ville sont montées à Fourvière ; les hommes en font autant le dimanche le plus proche de la fête de l’immaculée Conception, au départ de la place Saint-Jean. L’année 1874 fut celle du sixième centenaire de la mort de saint Bonaventure : la commémoration donna lieu, les 13 et 15 juillet, à deux cortèges solennels, le clergé de Saint-Bonaventure se rendant à la primatiale le premier jour, le chapitre lui rendant la politesse le surlendemain. À l’initiative de Rome, 1875 fut une année jubilaire : les processions paroissiales se multiplièrent... L’Église a donc entendu mettre à profit l’Ordre moral pour réaffirmer sa place dans la cité, mais semble avoir échoué à mobiliser les catholiques autant qu’elle l’aurait souhaité : on essaya de pérenniser le triple pélerinage général du mois de Marie, mais il fallut se contenter, à partir de 1875, de la succession de pélerinages partiels des communautés religieuses, des confréries et des paroisses. De la difficulté de transformer ce qui avait été essentiellement une manifestation en rite61...

  • 62 Echo de Fourvière, 17. 06. 1876, p. 309.

44En revanche, il demeurait relativement aisé de transformer un acte rituel en manifestation. À partir du printemps 1876, et de la victoire républicaine aux élections législatives, s’ouvre une nouvelle période indécise, où un gouvernement républicain conservateur montre aux yeux des catholiques et monarchistes une coupable faiblesse vis-à-vis des républicains libres-penseurs, sans que ceux-ci jouissent encore de toutes les libertés auxquelles ils aspirent. Revient le temps des manifestations : ainsi en juin 1876, après que l’Echo de Fourvière eut proclamé que c’était « le moment où jamais de fouler aux pieds le respect humain, de rendre le témoignage de sa foi, de protester ainsi paisiblement, mais énergiquement contre les blasphèmes de l’impiété62 »:

  • 63 Echo de Fourvière, 24. 06. 1876, p. 315.

Une centaine d’étudiants appartenant aux écoles de droit et de médecine de Lyon se sont donné rendez-vous à la suite du Saint-Sacrement. Ils ont choisi la procession qui leur a paru la plus délaissée, celle de la paroisse de Sainte Blandine, ils ont édifié la population de Perrache, et ont entouré de leurs rangs serrés le beau reposoir construit avec des armes et des instruments de guerre par les officiers et les soldats de l’Arsenal63.

  • 64 Echo de Fourvière, 19. 08. 1876, pp. 425-27. Devant une foule considérable le cortège de voitures (...)

45Il est permis de douter de l’efficacité d’un prosélytisme aussi maladroit, comme des effets attendus de la cérémonie solennelle qui marqua l’entrée à Lyon de Mgr Caverot, successeur de Mgr Ginoulhiac, en août de la même année64. De toute manière, ce fut là un chant du cygne.

  • 65 Dossier aux APP, Ba 494 couvrant la période de l’automne 1876 à la fin du printemps 1877.
  • 66 En date du 23. 12. 1876. AML, I non classé. Pompes funèbres organisation 1875-1905.
  • 67 Le gouvernement conservateur issu de la crise du 16 mai le comprit, puisqu’il ne revint pas sur l’ (...)

46Dans l’autre camp, l’on s’efforça, dès la victoire aux législatives, d’obtenir par des moyens légaux que soit rapporté l’arrêté Ducros sur les enterrements civils. Mais devant un pouvoir qui faisait la sourde oreille, la presse d’extrême-gauche recommença à publier des avis d’enterrements civils, dont le nombre et surtout les assistances augmentèrent65. Les milieux conservateurs s’inquiétèrent à tort. Il suffit qu’au mois de décembre 1876 le successeur de Ducros, le préfet Welche, lève par un nouvel arrêté66 la plupart des restrictions qui pesaient sur les enterrements civils pour que ceux-ci se banalisent, et ne constituent pas plus un motif de trouble que les autres funérailles. Car l’enterrement civil n’avait valeur de manifestation politique que dans la mesure où il pouvait être opposé à un pouvoir agressivement clérical : une fois que les formes de la laïcité sont respectées, et qu’il est d’une certaine manière entré dans les mœurs, il ne conserve qu’une valeur d’affirmation individuelle. Cela suffit à scandaliser certains, mais laisse les autorités indifférentes : l’intérêt politique que celles-ci peuvent prêter à des obsèques n’est plus fonction de la nature des funérailles, et varie simplement avec la notoriété du défunt et le nombre d’assistants que l’on peut prévoir67.

47Que conclure donc de cette période ? Au delà des tracasseries et des péripéties locales, semble s’esquisser un nouveau style de vie politique, marqué par l’occupation régulière et pacifique de la voie publique par des groupes politiquement antagonistes. La nouveauté n’est pas tant dans la renaissance et la diffusion de l’enterrement civil que dans l’utilisation qui est faite par les catholiques des pélerinages et processions, désormais signes de mobilisation polémique des individus autant, et parfois plus que manifestation de la puissance d’une Église établie : en ce sens, les années 1871-73 constituent un peu l’équivalent, pour les conservateurs lyonnais, de ce que furent les années 1848-51 pour les républicains. Aussi bien dans un camp que dans l’autre, il y a mise en scène du cortège, pour démontrer une influence et affirmer face à l’adversaire un certain nombre de valeurs. Deux réserves cependant. La première est qu’aucune de ces manifestations ne peut avoir d’effets propres : entendons par là qu’elles ne viennent qu’exprimer une opinion, une appartenance à un camp, et qu’elles ne peuvent prétendre influer directement sur le cours des événements. La seconde, c’est que ni les uns ni les autres ne reconnaissent la légitimité des démonstrations de leurs adversaires : au nom de l’ordre public, on se dénie réciproquement le droit d’occuper la rue... La manifestation est donc encore limitée dans ses formes, et aussi fragile qu’est instable la situation politique qui lui donne naissance.

  • 68 Contrairement à la tradition, des sociétés de secours mutuels en viennent à dispenser leurs membre (...)
  • 69 Echo de Fourvière, 8. 06. 1878, p. 283 décrivant la procession du 30 mai précédent. Il cite en pre (...)

48Aussi bien peut-on penser que tous ces cortèges ont davantage eu pour effet de cristalliser l’opposition des deux camps que de contribuer à la victoire de l’un d’eux. Les républicains modérés ne s’y trompèrent guère, qui ne semblent pas avoir goûté la renaissance des enterrements civils en 1876, au moment où leur stratégie de conquête des masses paysannes portait ses fruits. En revanche, du fait qu’enterrements civils et processions étaient la seule forme collective d’expression politique praticable, le fossé entre les deux camps se voyait approfondi68, et le critère de démarcation qui fondait ces manifestations prenait une importance décisive tout en contribuant à en masquer d’autres : laïcs et libres-penseurs d’un coté, catholiques de l’autre ; et non pas, ce qui aurait davantage correspondu à la réalité sociale, ouvriers et artisans face aux employés, aux « membres de 1 aristocratie, du commerce et du barreau69 ». La nuance n’est évidemment pas mince.

Notes

1 Avaient-ils absolument tort ? Lorsque le Petit Lyonnais, organe de la république la plus avancée paraît dans l’été 1871, il publie en bas de première page un feuilleton d’Arthur Ranc, un temps membre de la Commune. Tous les jours, sous le titre « le roman d’une conspiration », figure la mention suivante : « ce livre est dédié à Auguste Blanqui ».

2 Histoire de Lyon, d’A. Kleinclausz, t. iii, De 1814 à 1940, pp. 253-265, et l’article de J.-C. Wartelle, « Lyon, 1873. Joseph Ducros, préfet de l’ordre moral ».

3 Expression du docteur Crestin, citée par M. Moissonnier, La première Internationale et la commune..., p. 369.

4 Cf. infra, pp. 231-232.

5 M. Moissonnier, La première internationale..., p. 336. Tout a été minutieusement organisé, probablement par l’adjoint – et futur maire – Barodet. (Cf. ses Eclaircissements historiques..., p. 39). Mais M. Moissonnier se méprend sur l’interprétation de l’itinéraire : ce n’est pas « un véritable mouvement tournant destiné à envelopper le quartier de l’Hôtel de Ville » mais plutôt une entrée en ville solennelle, inspirée par la même image archaïque de la cité qui prévalait en 1848, par exemple lors du départ des Savoisiens.

6 D. Halévy, La fin des notables, pp. 55-57. Analyse remarquable du sens donné à la Fête des Écoles par les conservateurs, et de sa signification pour les années ultérieures : « la municipalité lyonnaise prenait l’initiative d’une politique religieuse et scolaire qui sera la politique même de la IIIe République : proscription du catholicisme visible, de ses fêtes publiques et populaires ; institution d’une contre-église, mainmise sur les enfants... ». Mais D. Halévy n’a pas vu que la municipalité a fort bien pu se passer de l’aval du préfet, et de l’autorisation de Thiers.

7 Echo de Fourvière, 29. 07.1871 ; Courrier de Lyon, 6. 08.1871.

8 Courrier de Lyon, 27-31. 07. 1871.

9 Programme dans le Petit Lyonnais du 12. 08. 1871.

10 Protestation anticipée du Courrier de Lyon à ce propos, le 3 août : « nous n’en avons pas encore, à ce qu’il paraît, fini avec les gaspillages et les parades démocratico-révolutionnaires ».

11 ADR, 4M246. Rapports des indicateurs pour le 4 septembre 1874.

12 Les rapports des gardes urbains de la Croix-Rousse et de la Guillotière (ADR, 4M100 et 101, à la date du 4 septembre) sont pleins de contraventions pour refus de retirer les drapeaux (parfois rouges) placés aux fenêtres, ou pour n’avoir pas éteint les lampions. Parfois, l’occupant du logement laissait ses croisées illuminées et s’en allait pour que les policiers trouvent porte close.

13 Comme au printemps 1870, les jeunes manifestants sont pour ainsi dire les délégués de la communauté. Les policiers qui retiennent le père du jeune Vauvert, pour avoir fourni le drapeau que son fils arborait à la tête d’un défilé de 200 personnes, savent ce qu’ils font. ADR, 4M100, Gardes urbains 3e cie, 4-5. 09.1872. La même année, près de l’avenue de Saxe, « une bande de gamins qui se sont promenés avec des lanternes et des drapeaux, chantant la Marseillaise » (ibid., même date, 1e cie). En 1873, rue Voltaire, à la Guillotière, 25 à 30 personnes derrière une lanterne vénitienne. Un tisseur emmené au poste, malgré la foule ameutée par ses cris « Citoyens, vous ne laisserez pas emmener par ces canailles, ces fainéants, la bande à Ducros, les soldats de la Commune de Paris ». ADR, 4M101, 4-5. 09.1873.

14 ADR, 4M246, rapport d’un informateur à propos de la célébration du 4 septembre 1874.

15 Echo de Fourvière, 7.12.1871, p. 589.

16 De Sugny, La révolution lyonnaise..., p. 43, cite le décret du 14 septembre 1870 : « Considérant que tout rite religieux sur la voie publique n’est qu’une ostentation délictueuse et provocatrice : le comité de salut public décide la suppression de toutes manifestations religieuses en dehors des temples, des églises, du domicile de chaque citoyen et des lieux de sépulture ».

17 À trois exceptions près le premier dimanche, mais seule l’aristocratique paroisse de Saint-Martin d’Ainay, put parcourir les rues du quartier. Echo de Fourvière, 17. 06. 1871, pp. 284-5.

18 Peut-être y eut-il aussi un double pélerinage, des hommes et des femmes (Echo de Fourvière, 9. 12. 1871 p. 589) ; mais il n’avait pas été ouvertement organisé par les milieux cléricaux, (ibid., 7. 12. 1871, p. 577) et la presse conservatrice ne s’est extasiée que sur les illuminations ; sans doute les pélerins furent-ils très peu nombreux.

19 Cf. J. Gadille, La pensée et l’action politique des évêques français..., vol. 1, pp. 229-237, qui en sous-estime cependant, sinon la dimension politique, du moins le caractère organisé jusque dans ses origines ; celui-ci est relevé au contraire par M. Cinquin (Deux pélerinages au xixe siècle..., p. 188), dans le cas de Paray ; des indications dans le même sens à propos de Chartres dans l’Echo de Fourvière du début de 1873...

20 Annuaire de Lyon...pour 1874, p. VII.

21 On y renonça après 1871 : « Tout le monde a admiré le sentiment qui, sans aucune entente prélable, a fait supprimer cette année les démonstrations joyeuses, telles que les fusées, les ballons lumineux, les chants, les fanfares... » Echo de Fourvière, 14. 12. 1871, p. 605.

22 Le contexte : le conseil municipal ayant démissionné pour protester contre la nouvelle loi municipale, des élections sont prévues pour le 8 juin ; d’autre part, le 27 avril, contre le modéré Rémusat, les électeurs parisiens ont choisi le radical lyonnais Barodet. Dès lors, les conservateurs envisagent de se débarrasser de Thiers et de mettre en place un véritable régime d’ordre moral, prélude à la restauration monarchique.

23 Le Télégraphe, samedi 24. 05. 1873 (répété le lendemain).

24 Echo de Fourvière, 6. 06. 1873, p. 283.

25 Echo de Fourvière, 23. 08. 1873.

26 Nous pouvons bien utiliser le terme, comme le faisaient les observateurs de l’époque, cléricaux, anticléricaux ou modérés.

27 Echo de Fourvière, 23. 08. 1873, p. 406.

28 Echo de Fourvière, 25. 04. 1874, p. 207. On peut penser que la présence des bonnes que l’on trouve mentionnées ça et là dépend aussi de ce retour.

29 Echo de Fourvière, 6.09. 1873 : à la procession de Saint-Irénée un millier de personnes environ, dont cent cinquante hommes et enfants et huit à neuf cents femmes ou jeunes filles. « C’était beaucoup pour une paroisse d’ouvriers, de trois mille cinq cents âmes en tout, un jour ouvrable et à une heure où le travail n’est pas terminé ». On a pu déjà noter la disproportion entre les nombres avancés pour le 8 décembre 1872.

30 ADR, 4M 101, gardiens de la paix, 6-7. 09.1873 (sans doute à propos de la procession de Sainte-Blandine).

31 Echo de Fourvière, 6. 09. 1873 (p. 437) et 13. 09. 1873 (p. 443).

32 ADR, 4M 101, rapports de police, septembre 1873. Cris de « Vive la Commune ! Vive Garibaldi ! Vive la République ! » poussés par un vernisseur de 17 ans (7-8. 09.).

33 Déjà, le 8 décembre précédent, seules trois processions feminines étaient parties des églises (Saint-Nizier, Saint-François et Saint-Martin d’Ainay) ; les hommes, s’étaient formés à Saint-Jean. Et la presse catholique soulignait le courage de ces femmes qui manifestaient publiquement leur foi « en ce temps de radicalisme libre-penseur ». Le Télégraphe, 9 et 10. 12. 1872.

34 Autre indice de ce partage en 1878 : des trente paroisses urbaines ayant effectué un pélerinage à Fourvière pour le mois de Marie, quatre seulement l’ont fait en procession : Saint-Paul, Saint-Georges, Saint-Just, Saint-Irénée (Echo de Fourvière du 8. 06.1878).

35 Mentionnés ponctuellement par des spécialistes d’histoire religieuse, à propos de l’essor de l’anticléricalisme et de la Libre-Pensée, les enterrements civils ont fait l’objet de peu de recherches. L. Pérouas a étudié le Limousin de la Belle Epoque, (Refus d’une religion, religion d’un refus...), mais le phénomène est surtout urbain, et son traitement statistique exige de longs dépouillements, pour un sujet apparemment mineur. Deux exceptions cependant : l’étude de G. Jacquemet (« Edmond Lepelletier et la Libre-pensée... ») confronte systématiquement, pour l’Est parisien aux débuts de la IIIe République, les enterrements civils aux autres ; plus qu’à la Libre-Pensée, les premiers sont surtout associés à une mortalité infantile importante, une forte illégitimité, aux décès de célibataires, de veufs, et plus généralement d’ouvriers. G. Pollet et B. Desmons traitent de la banalisation de l’enterrement civil à Lyon, à partir des années 1880.

36 Petit Lyonnais, 7 et 8. 09. 1872.

37 Ibid., 3. 03. 1873.

38 Ibid., 18. 09. 1872.

39 Ibid., 2. 12. 1872.

40 Petit Lyonnais, 28. 06. 1873. Ducros lui-même, dans son rapport au ministère de l’Intérieur avant interpellation à l’Assemblée, devait montrer l’étendue du mal pour justifier ses mesures de rigueur : or il dénombre pour les mois d’avril et de mai 107 enterrements civils (ADR, 4M510). Le Petit Lyonnais en annonce un peu plus de quatre-vingts.

41 Encore faut-il noter qu’après l’arrêté Ducros, en attendant le résultat de l’interpellation à la Chambre, le Petit Lyonnais cessa pendant deux semaines d’annoncer des funérailles civiles.

42 D’après les rapports de police, (ADR, 4 M510) malgré quelques lacunes mineures, 51 enterrements civils en juillet, 47 en août, 35 en septembre. Et sur 107 motifs connus il n’y a que six cas où le défunt ait reçu les derniers sacrements, et où l’entourage a probablement passé outre à ses dernières volontés ; sept autres où l’on invoque la misère ou l’économie.

43 Le clergé pensait la Guillotière plus déchristianisée que la Croix-Rousse (idée reprise par exemple dans l’Histoire du diocèse de Lyon dirigée par J. Gadille) et le père Chevrier en s’installant au Prado voulait réagir contre l’abandon dans lequel l’Église laissait ces populations.

44 Le confirme le fait que parmi les enfants enterrés civilement, il n’y a qu’un seul cas où soit citée la profession de la mère (en l’absence de père), alors que cela se produit environ une fois sur cinq dans notre échantillon témoin.

45 Les ouvriers meurent peut-être plus tôt que la moyenne des Lyonnais, mais ceux qui se font enterrer civilement ne sont ni les plus misérables, ni les plus vulnérables.

46 Indicateur no 6, au ministère de l’Intérieur, 26. 06. 1873, APP, Ba 494.

47 ADR, 4M 510, Télégraphe, 12. 03. 1873 « Lettre de la Croix-Rousse, les enterrements » (signé « Un tisseur ») : « chez nous les enterrements, c’est toute une histoire. J’imagine que les chrétiens y perdent bien une journée par semaine, les unes dans les autres... » ; la suite de l’article fait dialoguer une ménagère et son époux qui doit s’en aller à un enterrement, demande quelques sous pour le cabaret après la cérémonie, et qui y « mènera le petit ».

48 Il semble qu’habituellement les funérailles religieuses se déroulaient dans la matinée (le successeur de Ducros précisa dans l’arrêté qui remplaça celui de juin 1873, que les convois ont normalement lieu le matin), mais pas très tôt, mis à part les convois d’enfants. La plupart des funérailles civiles annoncées dans le Petit Lyonnais avaient lieu dans l’après-midi, ce qui devait permettre une plus grande affluence.

49 Six mille personnes aux obsèques du citoyen Chaverot, adjoint au maire (Petit Lyonnais, 8. 08. 1872) ; cinq à six mille à celles de M. Bony, qui n’avaient pourtant pas été annoncées (ibid., 17. 09. Sans doute père d’un caporal fédéré, qui venait d’être condamné par le conseil de guerre à une lourde peine d’emprisonnement –Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, t. IV, p. 353) ; trois mille à celles du fils (âgé de 9 mois) du conseiller municipal Barbecot (ibid., 12. 03) ; quatre mille pour un artiste dramatique, nommé Perron (ibid., 15. 04). Enfin, dans les derniers jours de juin 1873, cinq à six mille à celles du citoyen Rochet, trois à quatre mille à celles de Jenny Odin et de Claude Lescuyer, en guise de protestation contre l’arrêté Ducros.

50 Petit Lyonnais, 3. 02 1873. Derrière les trois cercueils, le préfet du Rhône, le maire de Lyon, bon nombre de personnalités puis « la foule, et quelle foule ! Vingt mille personnes avaient tenu à protester par leur présence aux funérailles contre ce crime odieux qui n’atteint pas seulement une famille, mais la société tout entière... »

51 ADR, 4M 510. Exactement 78 personnes. Mais les convois d’hommes adultes sont suivis par une moyenne de 113 assistants ; ceux des femmes adultes par 90 ; une quarantaine pour les décès d’enfants et de nourissons.

52 Petit Lyonnais, 11. 04. 1873.

53 Ce n’est pas très surprenant : Van Gennep (Manuel de folklore français..., p. 815) notait que dans les campagnes françaises, où les femmes figuraient normalement aux obsèques, « au convoi participent toujours, soit les conscrits du garçon, soit les membres de la confrérie (de la Vierge, du Rosaire, etc.) de la jeune fille, devant les parents, après ou même avant le cercueil ».

54 ADR, 4M510. Explication la plus fréquente lorsqu’il s’agit d’un homme adulte (la moitié des cas répertoriés, étant entendu que sur un autre quart des cas nous n’avons pas d’explication) ; rarissime (un cas) à propos des femmes, qui, à en croire la police, seraient toujours enterrées civilement de par la volonté de leur mari, ou de leur fils... On trouve pourtant quelques hommes « enterré civile ment par la volonté de ses trois filles », ou « par la volonté de sa concubine » ; et des femmes mises en cause pour outrage public au culte catholique, lors des processions.

55 Petit Lyonnais, 14. 08. 1872.

56 J. Chastenet cite ainsi un cas d’enterrement civil d’enfant (L’enfance de la troisième, p. 153) ; pour les décés à l’hôpital, P. de Léoni, dans Le pays (APP, Ba 494, 1. 02. 1873) cite le Télégraphe, et affirme que les radicaux proposeraient de superbes funérailles, gratuites, mais évidemment civiles, à des familles pauvres dont un des membres, mort à l’hôpital, serait autrement promis à « l’horrible corbillard » et à la fosse commune. Pour les enterrements d’isolés, les cas du nommé Jobin (Télégraphe, 13. 03. 1873), et de la demoiselle Favier, morte à la Croix-Rousse le 11. 01. 1873 (citée par le secrétaire général pour la police, dans le dossier préparé pour le ministre 23. 06., ADR, 4M 510).

57 Les échantillons sont trop minces pour garantir la représentativité, mais les ouvriers du textile représentent près de 4 sur 10 (24/62) des funérailles civiles masculines des hôpitaux, et trois autres dixièmes (18/62) reviennent aux ouvriers qualifiés (bois, métal, etc.) ; dans l’échantillon-témoin, les premiers sont à moins du cinquième (10/54), et les seconds autour du dixième (6/54).

58 4M246, rapport de Delmas, commissaire à Bellegarde, 2. 10. 1875. Quatre enterrements civils en dix-huit mois auraient dépassé les trois cents personnes.

59 Deux rapports d’indicateurs (ADR, 4M 246, 27. 08. 1874 et 11. 04.1875). Pour le second « l’entrée à l’église des corps reconnus libre-penseurs affecte les frères et amis, (... mais) il est nécessaire de faire de grands sacrifices pour ne point effaroucher l’opinion publique et ne pas compromettre la cause radicale qui est en bonne voie ».

60 ADR, 4 M246, 3. et 5. 09. 1874, rapports anonymes. On pavoise, mais la police fait enlever les drapeaux. Consigne a été donnée d’être prudents dans les toasts portés pendant les banquets.

61 Peut-être à cause du peu de succès de l’année 1874 : l’Echo de Fourvière (16. 05., p. 245) ne mentionne que quinze cents pélerins, qui ne remplirent qu’une seule fois la chapelle... Les femmes, quelques jours auparavant, avaient été trois fois plus nombreuses (9. 05, p. 232). Aussi le pélerinage des mères de famille et celui des enfants durèrent-ils un peu plus.

62 Echo de Fourvière, 17. 06. 1876, p. 309.

63 Echo de Fourvière, 24. 06. 1876, p. 315.

64 Echo de Fourvière, 19. 08. 1876, pp. 425-27. Devant une foule considérable le cortège de voitures parti de la gare de Perrache voit venir à sa rencontre place Bellecour le clergé de la primatiale. Conclusion : « Notre cité gardera un bon souvenir de la cérémonie de samedi. Cette cérémonie, que rien n’a troublée, a été une mémorable victoire remportée sur l’esprit d’erreur qui souffle au milieu de nous, sur le mépris de tout ce qui est respectable. Lorsque les institutions sociales se désagrègent et semblent tomber en poussière, lorsque le corps politique n’offre plus qu’un gouvernement désorganisé et des fonctionnaires sans prestige, cette grande journée a montré que l’Église catholique conserve encore une autorité hiérarchique remontant à Dieu et que ses dignitaires portent un caractère sacré qui attire l’amour et impose le respect ».

65 Dossier aux APP, Ba 494 couvrant la période de l’automne 1876 à la fin du printemps 1877.

66 En date du 23. 12. 1876. AML, I non classé. Pompes funèbres organisation 1875-1905.

67 Le gouvernement conservateur issu de la crise du 16 mai le comprit, puisqu’il ne revint pas sur l’arrêté Welche, et qu’au dire de son agent no 47 (fin juillet 1877) « en ce qui concerne la question des enterrements civils en elle-même, il n’y a pas lieu de s’en préoccuper jusqu’à nouvel ordre. L’administration se montre d’ailleurs très libérale dans l’application du nouvel arrêté » (APP, Ba 492).

68 Contrairement à la tradition, des sociétés de secours mutuels en viennent à dispenser leurs membres d’assister à des obsèques, si celles-ci sont civiles. (ADR, 4Xp 65 bis1, 199e société, papetiers et régleurs de la ville de Lyon, 1875) ; les libre-penseurs s’en scandalisent désormais (L’Excommunié, 21. 12. 1878).

69 Echo de Fourvière, 8. 06. 1878, p. 283 décrivant la procession du 30 mai précédent. Il cite en premier lieu la présence de magistrats, d’officiers supérieurs puis termine (comme de droit) par " beaucoup d’ouvriers et un grand nombre de jeunes gens ».

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search