Version classiqueVersion mobile

Les Chemins de la manifestation

 | 
Vincent Robert

Chapitre VI. De la clandestinité aux marches de l’Hôtel de Ville, l’opposition populaire à l’Empire

Texte intégral

  • 1 AN, BB30 379, juillet 1857.

1Commentant le résultat des élections en juillet 1857, qui avaient vu un candidat officiel à nouveau vaincu par un républicain, le docteur Hénon, le procureur général constatait amèrement que « ce n’est pas le besoin qui fait naître l’hostilité de nos ouvriers, c’est le résultat d’une situation morale ». Réfléchissant sur les remèdes, il n’en voyait que deux : un premier moyen serait de leur ôter le suffrage universel, un « second qui ne peut être l’œuvre que du temps et de l’habileté consisterait à enlever soigneusement à ces masses toute cohésion, toute organisation, à éteindre dans le silence les idées socialistes qui les agitent, les enfièvrent. L’organisation, qu’elle prenne le nom de société philanthropique, qu’elle se rattache à un journal professionnel, qu’elle soit faite sous une forme ou sous une autre, constitue la véritable force des pensées et de ce qu’on appelle les partis1... ».

2Là était sans doute le nœud du problème, sur lequel butait l’administration impériale. L’ordre régnait en apparence, et la chronique des désordres de rue reste désespérément vide de 1851 au milieu des années soixante ; avant le printemps 1870, pas d’émeute, ni rien qui rappelle les « saturnales de la terreur » des années 1848-49. Mais la menace subsistait, puisque même privé de tout moyen d’expression publique, le parti républicain conservait ses forces intactes, ce qui se vérifiait à toutes les élections. Il fallait donc, soit extirper la sociabilité ouvrière autonome – telle qu’elle pouvait se manifester dans les lieux publics ou dans la rue, ce qui fut la politique des premières années du régime –, soit encore lui laisser un certain espace de liberté en essayant de la canaliser pour qu’elle ne mette pas en péril l’ordre public ou le régime. Les deux politiques, tentées successivement, échouèrent en définitive.

Rassemblements et cortèges coutumiers

  • 2 ADR, 4M 99-104. Faute de rapports équivalents, on ne peut savoir si les incidents sont plus nombre (...)

3Pour la police, la première forme de désordre dans la rue est le rassemblement, quelle qu’en soit la cause, et la première tâche des forces de l’ordre consiste à le disperser. Etoffée et réorganisée au début des années 1850, pour gagner en efficacité, la police lyonnaise semble avoir rempli sa mission de façon plus satisfaisante que sous la Monarchie de Juillet, si l’on en juge du moins par la rareté du recours à l’armée. Cependant, à lire les rapports quotidiens des sergents de ville dans les dernières années de l’Empire, on a l’impression d’un contrôle superficiel, d’un ordre public fragile, surtout dans certains quartiers2.

  • 3 ADR, 4 M99, 102, 104. Huit charivaris retrouvés, entre 1864 et 70 (dont six pour les seules années (...)
  • 4 À l’inverse, la sérénade semble bien vivante : par exemple, une donnée au curé de Saint-Louis de l (...)

4Innombrables sont en effet les motifs de rassemblements, la plupart anodins. Une rixe entre deux charretiers justifie l’intervention des sergents de ville, mais ne représente pas une menace sérieuse à l’ordre public, du moins dans la mesure où le problème est affronté assez tôt ; si l’on tarde, l’attroupement peut devenir très vite considérable, et la situation plus délicate, vu l’hostilité que rencontrent parfois les policiers, et la tentation semble avoir été permanente de leur arracher ceux qu’ils souhaitaient arrêter. Mais il ne s’agit là que de démonstrations spontanées qui tournent court. De temps en temps pourtant, on rencontre encore des formes d’action collectives plus structurées, c’est-à-dire principalement des charivaris. Ils ne diffèrent apparemment de ceux que l’on avait pu observer quinze ans plus tôt que par peu de choses : généralement dirigés contre des remariages, ils débutent toujours dans la soirée, le plus souvent en été, et tendent à se répéter d’un jour à l’autre ; les personnes arrêtées par les sergents de ville sont toujours des jeunes gens du quartier, sinon de la rue, âgés de 18 à 25 ans qui jouent de divers instruments et frappent sur des ustensiles de ménage, puis refusent de se disperser. Notons cependant que les jeunes gens arrêtés sont de milieux beaucoup plus populaires qu’auparavant, et que les quartiers où on signale ce type d’incidents sont très peu nombreux : un seul cas dans la presqu’île, un à Perrache, les six autres sur la rive gauche du Rhône, dont quatre dans le seul quartier de la Guillotière3... Les indications dont nous disposons semblent donc indiquer une persistance de la coutume, et probablement des rapports sociaux à l’échelle du quartier qu’elle implique, mais dans des zones populaires un peu marginales : cependant, la répression étant rapide et sans faiblesse, on peut penser que ses effets joints à ceux de la croissance urbaine avaient à peu près réussi à désamorcer le potentiel contestataire du folklore traditionnel des quartiers populaires, ce que nous avions déjà entrevu à propos de Carnaval4.

  • 5 Ainsi les assauts de chant des cafés de la Croix-Rousse, un temps interdits par le général Gémeau, (...)

5Si la sociabilité informelle de type traditionnel pouvait sembler maîtrisée, l’administration savait bien que ce n’était pas là le véritable problème, et qu’il fallait se méfier des organisations bien plus que des pratiques coutumières, que l’on pouvait espérer dépolitiser5. Deux sortes d’organisations étaient concernées, que l’on ne pouvait interdire, puisqu’elles répondaient à des fins officiellement tout à fait louables : les compagnonnages et les sociétés de secours mutuels. Toutes deux intéressaient les autorités de police, dans la mesure où elles pouvaient être à l’origine de cortèges nombreux dans les rues.

  • 6 AN., BB18 379. Procureur général, 2. 07. 1850, signalant le refus des ouvriers « même fort honnête (...)

6Les secondes bénéficièrent de la sollicitude intéressée des pouvoirs publics, pour des raisons qui dépassent le cadre de l’agglomération lyonnaise, et que les magistrats chargés du maintien de l’ordre dans notre ville voyaient souvent avec réticence. La Chambre de commerce de Lyon avait déjà mis sur pied, à partir de l’automne 1848, un projet de caisse de retraite et de secours mutuels destinée à toucher la totalité des ouvriers en soie, et sans doute aussi à faire concurrence au mutuellisme reconstitué. On profita de la visite du président de la République en 1850 pour en faire l’inauguration solennelle ; mais l’on s’aperçut bientôt que malgré les avantages (notamment l’institution d’une caisse de retraite) dont elle devait faire profiter les ouvriers de la Fabrique, ceux-ci la boudaient, préférant leurs propres sociétés6...

  • 7 Ce qui manifestait bien la nature des liens entre sociétaires et membres honoraires : une relation (...)
  • 8 Lettre de Vaïsse aux maires (AML I1 262, 26. 12. 1856).
  • 9 ADR, 4Xp 46, 159° SSM, tanneurs et corroyeurs (1862).
  • 10 AML, Q5, 14° SSM, de tous les arts et métiers (1868).
  • 11 ADR, 4Xp1, 84° SSM des ouvriers et patrons menuisiers. AML, Q5, 170° SSM, des anciens compagnons d (...)

7L’acte essentiel du nouveau régime en ce domaine fut le décret-loi du 26 mars 1852. Il s’agissait de créer de nouvelles sociétés qui ne seraient pas seulement autorisées par le gouvernement, mais qui seraient approuvées par lui, et bénéficieraient en conséquence d’un certain nombre d’avantages. À deux conditions toutefois, qui marquaient une volonté évidente de les tenir en lisière : leur président serait nommé par le chef de l’État, et elles devraient comprendre un certain nombre de membres honoraires, généreux donateurs dont on espérait une influence modératrice face aux tentations des partis. La lecture des statuts-modèles proposés montre un élargissement de l’éventail des services offerts puisque la constitution d’un fonds de retraite venait compléter la distribution d’allocations aux malades et la prise en charge des funérailles (bien entendu, les caisses de chômage étaient toujours proscrites). La diminution de l’importance relative des funérailles se note aussi dans la brièveté de la description du convoi funéraire : on prévoyait simplement une délégation de ... sociétaires à la cérémonie, que le défunt soit sociétaire ou membre honoraire7. Une autre disposition laissait entendre que les frais funéraires devraient être limités, et l’on prévoyait ailleurs que les taxes municipales seraient réduites pour les sociétés de secours mutuels8.... Les statuts de sociétés conservés pour cette époque nous renseignent davantage. Ils marquent à n’en pas douter un recul de la place que tiennent dans leurs préoccupations les funérailles des sociétaires : la somme consacrée aux obsèques dépasse rarement cinquante francs (mais ce peut être l’effet de leur exonération partielle). Les modalités d’organisation du convoi sont moins détaillées, les exigences de tenue moins strictes, et si l’on demande le plus souvent l’assistance de tous, on se contente parfois d’une délégation de membres désignés ou choisis à tour de rôle9 ; quelquefois même sont prévues des procédures de remplacement d’un sociétaire par un autre, ou même par un non-sociétaire10. Mais tout à fait exceptionnelles sont les sociétés qui ne se préoccupent pas du tout des funérailles, et certaines, notamment dans les métiers à forte tradition compagnonnique, restent très exigeantes11.

  • 12 AML, Q5, liasse Char-cou., à propos de la société des crocheteurs, qui s’en voit accorder autant e (...)
  • 13 AML, I1 262.

8Il est intéressant d’observer cependant qu’à ce texte de loi ne se limitent pas les interventions des autorités dans le domaine des pratiques funéraires, au moins dans l’agglomération lyonnaise, et dans les premières années du second Empire. D’une part, nous savons que le cardinal de Bonald avait accordé à la société des ouvriers en soie patronnée par la Chambre de commerce l’assistance de deux ecclésiastiques et de deux enfants de chœur à un tarif sensiblement inférieur à celui pratiqué habituellement12. D’autre part, un arrêté du préfet du Rhône, en date du 21 juin 1853, accorde aux seules sociétés de secours mutuels le droit d’indiquer sur le drap mortuaire le numéro d’ordre de la société et la profession de ceux qui la composent13. Privilège bien sûr destiné à les favoriser au détriment des funérailles organisées directement par des sociétés secrètes, des corporations ouvrières, ou par des compagnonnages.

  • 14 AML, I1 262. Arrêté du maire de Lyon, 21. 02. 1851.
  • 15 AML, I1 262. Arrêté de Vaïsse, 25.04.1853.
  • 16 AML, I1 262. Arrêté du 21.06. 1853.

9Ceux-ci étaient en effet tenus en suspicion dans les années qui suivirent la Révolution de février. Les rixes entre compagnons, hantise des commissaires de police de la Monarchie de Juillet, semblent pourtant avoir disparu, mais la police pensait les compagnons républicains, et s’attachait à proscrire cannes et cortèges, dans les circonstances habituelles. Comme l’on ne pouvait interdire les cortèges funéraires, on vit se succéder les arrêtés à leur propos, rappelant les réglements en vigueur et prévoyant que pour éviter les rassemblements trop considérables, noms et professions des défunts seraient communiqués aux commissaires de police, avec l’heure des funérailles14 ; puis que l’on interdirait les convois de nuit et l’exhibition de marques extérieures de compagnonnage durant le parcours du convoi aussi bien qu’au cimetière15 ; enfin que les draps mortuaires ne pourraient se distinguer par des inscriptions ou des emblèmes de cultes autres que ceux reconnus par l’État16...

  • 17 AML, I1 262, arrêté du 31. 12.1856, remplaçant ceux de 1853.
  • 18 AML, I2 47, lettre au préfet du Rhône, 8. 03. 1859.
  • 19 AML, I1 139, par exemple p. 135, compagnons tailleurs de pierre, 31. 10. 1861.
  • 20 J. Godard, « Le compagnonnage à Lyon... », Revue d’Histoire de Lyon, II, p. 462.

10Peu à peu cependant, cette attitude s’assouplit : l’arrêté prohibant les marques de compagnonnage semble avoir été rapporté17 ; les compagnons ne furent plus surveillés avec la même rigueur, à l’exception de la société de l’Union, ou des quatre corps, soupçonnée de socialisme du seul fait qu’elle regroupait des ouvriers de corporations différentes18 ; et il est certain qu’à partir du début des années 1860, ils purent être autorisés à se rendre le jour de leur fête patronale, en corps, avec leurs couleurs (mais en général sans canne) de chez leur mère jusqu’à l’église, puis à tenir un banquet et un bal dans la soirée19. Un signe de ce changement fut par exemple la tenue à Lyon d’un Congrès réunissant des compagnons de tous les corps d’état et de tous les devoirs, à la Rotonde, le 2 avril 1865, avec un « cortège imposant et minutieusement réglé20 ». Les rapports des sergents de ville signalent dans les années suivantes une conduite de temps à autre, que la population vient contempler dans son trajet vers la gare...

Les revendications ouvrières

  • 21 AML, I2 47 B, grèves des teinturiers.

11Nous avons vu que, même au printemps 1848, les grèves ne donnaient pas nécessairement, ni même fréquemment lieu à des cortèges, sauf lorsqu’on pouvait espérer l’intervention des pouvoirs publics, ce qui limitait d’une certaine façon l’usage du cortège à des corporations ouvrières faiblement organisées, les autres traitant directement avec les patrons. Le retour à l’ordre dès l’automne ne changea rien à cet état de choses : si les ouvriers entrent en conflit avec leurs patrons, s’ils font grève, ils ont tout intérêt à la mener avec discrétion, car la police impériale a la main lourde, particulièrement les premières années : ainsi la grève des teinturiers du début mars 1857 fut-elle brisée par près d’une centaine d’arrestations21...

  • 22 A. Dalotel, A. Faure et J.-C. Freiermuth, Aux origines de la Commune, pp. 15-33.
  • 23 AN, BB 30 379, 1. 07. 1865 et ADR, 4M 102 (tullistes, les 5, 22 et 23 mai et teinturiers, le 14 ju (...)
  • 24 Rapporté par le com. spé., 20. 05. 1865, AML, I2 47B tullistes.
  • 25 AML, I2 47B, tullistes, 20. 06. 1867.

12De ce point de vue, la loi du 25 mai 1864, abrogeant les articles du Code pénal qui interdisaient les coalitions ouvrières, ne devait pas seulement se traduire par la multiplication des grèves, qui se produisit effectivement. Complétée par la loi du 6 juin 1868 sur les réunions publiques, conçue au départ pour permettre l’expression des intérêts économiques de la classe ouvrière22, elle aurait pu amener une modification sensible dans la manière de faire grève, puisque ce n’était plus un délit, du moins tant qu’il n’y avait pas entrave à la liberté du travail. Or cela ne changea rien ou pas grand-chose : sur un total de 56 grèves ayant eu lieu à Lyon de l’été 1864 à l’été de 1870, on ne trouve de cortèges ou de rassemblements sur la voie publique que dans 13 cas, soit moins du quart, et encore sept se situent-ils pendant la grande vague de grèves de l’été 1869 ; si l’on s’en tient maintenant aux cortèges et conduites attestés, on tombe à sept cas, trois en 1864-65 et quatre dans l’été 1869... Les cortèges restèrent donc rares : à lire les rapports de police, il semble que les premières corporations à se lancer dans la grève après le vote de la loi essayèrent de prendre possession de la rue : le procureur général signale ainsi comment les tullistes et les teinturiers dans l’été 1865, entendaient amener les non-grévistes à se joindre au mouvement : « après l’oppression latente pour les timides, vient l’oppression apparente de la rue. Celle-ci ne se manifeste pas toujours par des voies de fait, par des cris ou par des gestes menaçants. Elle n’en agit pas moins en plaçant des groupes pour surveiller, pour suivre silencieusement ceux qu’on appelle des traitres, pour leur montrer qu’ils sont connus et méprisés23 ». L’autorité ayant arrêté quelques manifestants, les grévistes auraient ensuite « embauché (des) gamins de la Croix-Rousse pour faire la conduite à ces misérables qui travaillent chez Baboin ; au moins ces roussins n’oseront pas faire arrêter les enfants et l’affaire continuera de plus belle24 ». N’est attestée ultérieurement qu’une seule « conduite », deux ans plus tard, à l’origine de quelques incidents25...

  • 26 Rapport au com. spé., 2. 07 1869, AML, I2 50.

13Les corporations les plus organisées se le tinrent pour dit : le 27 juin 1869, en conclusion de la réunion qui prélude à la généralisation de la grève des ouvriers sur métaux de la ville, devant la totalité de la corporation, le président recommande « le calme, de ne pas faire des attroupements, et surtout de n’exercer aucune violence sur ceux qui voudraient travailler ». Les seuls cortèges qui aient ponctué cette grève massive et victorieuse sont des enterrements qui traversent toute la ville pour se rendre à Loyasse : celui d’un vieil ajusteur dont le convoi composé de trois cents grévistes, « la plupart en tenue de travail », part de la Guillotière, celui d’un menuisier père d’un des membres de la commission, suivi depuis l’hospice de la Croix-Rousse par six cents ouvriers, dans le plus grand ordre26. La grande grève victorieuse des tisseurs en façonnés, en mai-juin 1870, qui entraîne huit à dix mille canuts ne se traduit par aucun cortège, et à peine quelques rassemblements sur la Grande Place de la Croix-Rousse : encore ne s’agit-il que de groupes informels particulièrement nombreux, mais qui ne tranchent guère avec les foules des soirées du samedi ou du dimanche. Aucun orateur n’entreprend de les haranguer : c’est en lieu clos, sinon toujours couvert, que se prennent les décisions, que l’on prononce les discours. Pas sur la place publique.

  • 27 AML, I2 47 B, apprêteurs, 4-10. 08. 1869.

14Ceux qui recourent à la pression de la rue sont donc de petits groupes. Deux formes possibles : l’une statique, et relativement anodine, le rassemblement, l’autre mobile, le cortège. Le rassemblement pacifique peut avoir pour but d’amener, à la fin d’un conflit, quelques patrons entêtés à adhérer aux conditions que la majorité de la profession vient d’accepter : trois cas attestés, des menuisiers en 1868, des apprêteurs de tulle en août 1869, des ouvriers corroyeurs en juin 1870. Plusieurs soirs de suite (quelquefois le matin aussi), on vient stationner sous les fenêtres du patron récalcitrant : en août 1869, « M. Bon en aurait pris une remontée de sang en voyant tant de monde réuni devant son atelier ». De soir en soir, pendant une semaine, on est plus nombreux, toujours sans la moindre menace ; la police ne sait que faire car le nombre de curieux, de femmes et d’enfants est considérable. Elle ne trouve pas de prétexte pour disperser le rassemblement tant qu’il ne se produit rien de plus ; finalement, le samedi, les ouvriers commençant à se promener de long en large devant l’atelier en chantant une chanson, elle arrête le dangereux meneur qui a donné le signal du « charivari ». L’instigateur présumé, appelé « le tambour-major », se révèle n’« être pas assez sérieux pour s’occuper de politique, il vote pour l’opposition, mais ce n’est ni un homme d’action ni un homme de désordre »...« il est connu pour un farceur, il a toujours quelque plaisanterie à dire pour faire rire27...». La revendication continue d’emprunter ses formes et ses acteurs au folklore, et la pression sur le patron reste indirecte : on recourt à ces procédés, nous dit-on, pour que « la police s’en mêle et le décider à signer au plus vite ».

  • 28 Cl. Auzias, A. Houel, La grêve des ovalistes. Lyon, juin-juillet 1869.
  • 29 AML, I1 141, p. 137, 5. 06. 1869 ; I2 47B, 24. 06.1869.
  • 30 Un policier note à propos de la grève des ovalistes : « dans ma tournée pour voir MM. les maîtres (...)
  • 31 Au contraire, lorsqu’une cinquantaine d’ouvriers boulangers, au sortir de la réunion qui a déclaré (...)

15Ne parcourent donc les rues en cortège que quelques groupes tout à fait particuliers et inexpérimentés : d’abord et avant tout des corporations féminines. La grande grève des ovalistes de la fin juin et du début juillet 1869 en est l’exemple le plus important et le mieux connu28 ; mais un peu avant, les guimpières (4 juin), et au même moment, une centaine d’ouvrières vermicellières, en grève elles aussi se promènent en cortège dans les rues de leur quartier, sur les pentes de la Croix-Rousse ; on aurait même vu guimpières et vermicellières danser place Sathonay29. Qu’il faille y voir la manifestation exubérante d’un sentiment de libération, de la part d’ouvrières souvent très jeunes, et soumises aux rudes disciplines de l’atelier n’est pas douteux. Mais la plupart de ces cortèges ont aussi une fonction précise : propager la grève, d’établissement en établissement, ce que l’organisation n’a pas pu faire auparavant, puisqu’elle était inexistante ; et l’on ne peut se contenter du passage d’une émissaire parce que, seule, elle serait chassée, et que l’on s’adresse à des ateliers relativement nombreux. Ce faisant, comme les cortèges féminins de 1848, ceux de l’été 1869 ont pour but de constituer le groupe, de le donner à voir30 ; et ils suscitent les mêmes réactions de dégoût : encore une fois, on parle de « bandes » alors que les rares descriptions montrent des groupes ordonnés, d’une soixantaine de femmes, marchant sur deux files sous la conduite d’une meneuse (on nous précise une fois qu’elle a une « badine à pomme de cuivre », et une autre qu’elle a un foulard rouge, évidemment suspect). Mais ces cortèges sont aussi rendus possibles par la certitude de l’impunité : pas plus que contre des enfants, on ne peut faire usage de la force contre ces femmes qui ne chantent guère, et qui n’ont pas de drapeau... De fait, tant que le conflit resta pacifique, avant les rassemblements houleux et les premiers jets de pierre devant l’usine du principal patron moulinier concerné, leurs cortèges furent tolérés31.

  • 32 ADR, 10MpD2 « manifestation contre le chômage, ouvriers en soie 1866-67 » ; et AML, I2 47B

16La meilleure preuve du calme de la rue sous l’Empire est encore constituée par l’épaisseur des dossiers consacrés par les autorités à une manifestation des tisseurs de la Croix-Rousse qui en définitive avorta, mais après leur avoir causé bien du souci32.

  • 33 AN, BB 30 379, 6.10. 1866.

17Le 7 octobre 1866, les sergents de ville trouvèrent sur les murs de la Croix-Rousse de nombreuses affiches manuscrites, intitulées « Avis aux tisseurs », qu’ils s’empressèrent d’arracher, mais qui furent renouvelées les jours suivants : « lundi les ouvriers tisseurs se rendront à la Préfecture pour demander à M. le Sénateur la suppression des métiers de la campagne, et du travail, car il en faut à tout prix ». La gravité de la situation économique était déjà connue : le procureur général indiquait par exemple que sur soixante-dix mille métiers de soierie, près de cinquante mille étaient entièrement arrêtés, et les autres « très incomplètement alimentés » ; « les bureaux de police étaient journellement visités, non seulement par des femmes et des enfants, mais par des hommes dans la force de l’âge qui viennent réclamer du travail ou des secours », ce qui tranchait avec l’attitude habituellement fière des canuts33. Le préfet prit donc la chose au sérieux, des troupes furent consignées, et l’Hôtel de Ville reçut une forte garnison de sergents de ville.

  • 34 ADR, 10 MpD2, note du préfet, 15. 10. 1866, une heure et demie de l’après-midi.

18Il ne se produisit en définitive pas grand’chose le lundi 15 octobre, pas de véritable attroupement sur la place des Terreaux entre dix heures et midi où « la circulation n’a pas été interrompue » ; il n’y eut pas à faire sortir la troupe : « la police seule fait le service, ce qui enlève à la manifestation tout caractère sérieux34 ». Mais ce non-événement mit toute la police lyonnaise sur les dents et nous fournit une masse d’informations sur l’usage de la manifestation et les différentes réactions qu’elle suscite.

  • 35 Affiche manuscrite (dont nous respectons l’orthographe) : « Avis aux tisseurs », AML, I2 47B : « U (...)
  • 36 ADR, 10MpD 2 ; Circulaire aux tisseurs, dans un rapport au préfet du 13 octobre.
  • 37 ADR, 10 MpD 2.

19Les organisateurs, tout d’abord, protégés par l’anonymat. Leur objectif proclamé est clair ; pour justifier le recours à ce moyen d’action, ils mettent en valeur deux arguments : la solidarité et le nombre comme moyen de peser sur les autorités, la nécessité de prouver à tous la dignité des tisseurs35. La manifestation doit être pacifique : « Pas un seul mot politique, respectons-nous et ceux qui sont chargés de maintenir l’ordre36. » Cependant, il est évident que le projet de manifestation a soulevé d’autres espoirs, beaucoup plus radicaux : ceux du déclenchement d’une insurrection. En témoignent des fragments d’affiches « Aux armes citoyens, à bas les négociants à dix mille francs chaque tête, à lundi »... Et au lendemain de l’avortement du mouvement, « Avis aux ouvriers tisseurs. Messieurs, nous devons vous remercier du zèle et du courage que vous avez montré dans la journée du quinze octobre, vous n’avez donc plus de sang dans les veines37... »

  • 38 « ... qui serait ici avant quinze jours s’il connaissait notre misère » AML, I2 47B. Com. spé., 11 (...)

20Un point de vue de tisseurs nous est fourni par un rapport d’un agent en civil. Il reproduit une conversation à la vogue du cours Napoléon, entre deux hommes de quelque cinquante et soixante ans, devant de nombreux témoins : pour le premier (qui dit avoir été condamné à dix ans de prison en 1849) « un piège tendu par la police pour arrêter des meneurs », vu que « des manifestations de ce genre doivent s’organiser secrètement ; qu’on n’avait pas l’habitude de les publier et qu’en conséquence, il serait prudent de se tenir à l’écart », l’autre approuvant mais faisant remarquer que la manifestation projetée pourrait pourtant appeler l’attention de l’Empereur38... Des émissaires passaient, dit-on, dans les cafés et cabarets, et on crut un moment que tullistes et charpentiers se joindraient à eux mais les commissaires de police signalent l’indifférence des autres quartiers, les Brotteaux exceptés. Le lundi matin des curieux se massèrent sur la place des Terreaux ; ils attendirent trois heures en vain.

21La position de l’autorité était quelque peu délicate.

Je regretterais vivement à tous les points de vue que l’on en arrivât à une démonstration de cette nature, car d’une part elle aurait tous les caractères d’une pression devant laquelle l’administration ne pourrait pas céder et qui neutraliserait forcément les bonnes intentions qu’elle peut avoir pour la classe ouvrière, et d’un autre côté en soi elle serait une menace pour les fabricants...

  • 39 AML, I2 47B, lettre à Intérieur, 11. 10. 1866.
  • 40 ADR, 10 MpD2, note du préfet (à l’Intérieur), 15. 10.1866 ; quelques jours plus tard, il proteste (...)

22Pour prévenir une « manifestation qu’il serait d’ailleurs difficile de dissiper autrement qu’en employant la force39 », le préfet Chevreau s’en alla le 12 visiter les chantiers de terrassement qui avaient été ouverts à la Croix-Rousse ; le dimanche 14 au soir, il fit placarder une affiche invitant les tisseurs à lui envoyer des délégués porteurs d’une pétition. Ce qui fut fait : l’administration ne s’opposa pas à une paisible réunion de compte rendu tenue au clos Jouve, le surlendemain, et l’on ouvrit de nouveaux chantiers de charité. L’essentiel était d’avoir évité le trouble grave à l’ordre public qu’aurait constitué une manifestation, et d’avoir limité au maximum le retentissement qu’on aurait pu donner aux événements : le préfet lui-même avait convoqué les trois rédacteurs de journaux, pour leur demander « de ne pas donner (à la manifestation) l’importance qu’elle n’a pas eue40... »

  • 41 ADR, 4M 102, 18. 09., et 28-29. 09. 1866.
  • 42 ADR, 4M 99, 11. 10. 1866. et, par exemple A. Audiganne, Les populations ouvrières... pp. 232 et 24 (...)
  • 43 Les courses, jeux de saute-mouton... à quoi se livrent les chômeurs de février 1868 sont sans dout (...)

23Le projet de manifestation révèle ainsi le caractère exceptionnel de ces événements. D’une part, la manifestation reste beaucoup trop proche parente de l’insurrection pour qu’elle soit envisagée sans une misère extrême. Si bien que les chefs d’atelier paraissent avoir été heureux qu’on leur offre une porte de sortie honorable (le recours à la pétition, procédé qu’eux-mêmes avaient déjà utilisé dans des circonstances semblables, et quelques semaines plus tôt41). Mais c’est peut-être aussi que l’espace public, où la manifestation devait avoir lieu, n’était pas familier aux tisseurs, bien moins en tout cas qu’à d’autres groupes ouvriers, ceux du bâtiment en particulier. En temps ordinaire, dans la journée, ce n’était pas leur domaine puisqu’ils travaillaient chez eux quand ils avaient de l’ouvrage42 ; de nombreux observateurs notaient aussi leur horreur de la mendicité, et leur propension, lorsque le travail manquait, à rester chez eux pensifs auprès des métiers vides ; leurs grèves, « chômages concertés », qui les opposent aux fabricants, ne se traduisaient pas par des troubles sur la place publique. S’en emparer, c’est vouloir attirer l’attention des autorités sur une situation exceptionnellement dramatique, à quoi elles seules peuvent et doivent remédier, bien que l’on sache qu’il s’agit d’une démarche périlleuse43.

Manifestations d’anticléricalisme et enterrements civils

  • 44 Dans ses premiers numéros du printemps et de l’été 1869, l’Excommunié décrivait en détail les rare (...)
  • 45 Annuaire du Rhône pour 1872, Ephémérides lyonnaises, p.VI.

24Entre l’été 1869 et le printemps 70, l’enterrement civil devint une pratique si fréquente dans les milieux populaires lyonnais que l’hebdomadaire libre-penseur de l’agglomération cessa même de les rapporter tous en détail, comme il l’avait pourtant fait jusque-là dans un but de propagande44. C’est également à ce moment que l’administration des Hospices « lasse du scandale causé par les enterrements civils, décide qu’à l’avenir les corps réclamés par les familles des défunts ne leur seront remis qu’en dehors de l’enceinte des Hospices45 » ; et que se produisent les premiers incidents à l’occasion de telles obsèques.

  • 46 L’Excommunié, 25.12.1869 (pour préconiser l’achat d’un drap mortuaire qui puisse distinguer le cer (...)
  • 47 Ibid., 4.09.1869.
  • 48 Ibid., 18.09.1869 « Le préjugé stupide qui leur interdit depuis si longtemps d’accompagner à leur (...)
  • 49 Des femmes ont ainsi participé en tant que sociétaires aux réunions de la Société d’enseignement l (...)
  • 50 Les grèves des ovalistes, des guimpières et des vermicellières en sont un signe. Des femmes assist (...)

25« Les libres manifestations de la conscience et de la raison se multiplient chaque jour en France », dit l’Excommunié, à propos des obsèques civiles « d’un simple ouvrier ». Manifestations en effet, les enterrements civils inspirés par la Libre-Pensée le sont à plus d’un titre, au point que les détails de leur mise en scène soulèvent parfois la polémique parmi leurs partisans. Un convoi civil ne doit pas passer inaperçu : l’absence de prêtres ne suffit pas, non plus que le défaut sur le cercueil de tout insigne religieux : « nous avons vu enterrer civilement des gens confessés, onctionnés et communiés, des spirites, des ivrognes morts sur le fumier, des je ne sais quoi retirés de la Saône et du Rhône46 ». Comment éviter de si fâcheuses équivoques ? Que le convoi soit à la fois digne et différent. Digne par le nombre de ceux qui affirmeront leur solidarité avec la famille endeuillée, et par leur attitude : comme dans les enterrements religieux, ils seront rangés deux à deux, et certains voulurent même un moment proscrire dans le cortège toute conversation (cela ne semble pas avoir duré). Différent : le signe le plus fréquemment attesté est l’immortelle à la boutonnière des assistants, ce qui pouvait rester discret ; il y eut pendant l’été 1869 des tentatives sans lendemain pour singulariser l’enterrement civil en plaçant « les assistants sur deux rangs, éloignés l’un de l’autre de toute la largeur de la rue, comme font les catholiques dans leurs processions » (mais comme ils ne faisaient pas dans leurs enterrements47). Mais la disposition qui eut le plus de succès par sa nouveauté et qui manifestait le plus clairement le caractère des obsèques fut la participation des femmes : en vertu d’un préjugé traditionnel en effet, celles-ci n’allaient pas aux enterrements, même ceux de leurs proches, dans l’agglomération lyonnaise48. En les appelant à participer, les libres-penseurs affirmaient en même temps leur volonté de rompre avec les traditions religieuses, leur intention de soustraire les femmes à l’emprise du clergé en concurrençant les processions qui étaient jusque-là la seule occasion légitime pour elles de paraître collectivement sur la voie publique, leur féminisme enfin49 ; et dans une certaine mesure, ils profitaient d’un mouvement plus profond qui semble s’être fait jour à cette époque parmi les femmes du peuple, de la Fabrique notamment50.

  • 51 L’assurance retrouvée de l’Église sous le régime impérial semble avoir eu pour conséquence de mult (...)
  • 52 AML, Il 262, Enterrement de Hugon, 31.12.1866. Commentaire d’une voisine ; une autre rétorque : «  (...)
  • 53 AML, série Q (sociétés de secours mutuels, liasse P-U).

26Tout devait donc montrer que ces enterrements avaient un sens et qu’ils étaient le résultat d’un choix délibéré. Reste à nous interroger sur ce sens et sur les raisons de ce choix, à partir du peu que nous savons des défunts et sur ce que nous entrevoyons des racines de l’anticléricalisme populaire. Jamais les enterrements civils n’avaient entièrement cessé à Lyon. Plusieurs militants démocrates socialistes de 1848 furent ainsi enterrés sans prêtres, ce qui pouvait s’expliquer par leur passé et par l’hostilité irréductible qu’ils manifestaient vis à vis d’une Église qui avait en tant d’occasions manifesté publiquement son alliance avec le parti de l’Ordre, puis avec le régime impérial51. Mais il s’agit ici de fidélité personnelle à un passé, ainsi que d’une manière d’affirmer ses convictions par une dernière manifestation, celle des amis qui suivront le cercueil. Tous les républicains qui mouraient n’étaient d’ailleurs pas enterrés sans prêtres, et le fait paraissait encore « étrange52 ». La nouvelle génération d’opposants à l’Empire semble y attacher plus d’importance : la 201e société de secours mutuels « la Tolérante » naît en juin 1868, dans le but principal de « pourvoir aux frais d’enterrement civil des sociétaires ». « La société ne compte que des hommes politiques appartenant presque tous au parti radical » notamment le docteur Crestin, conseiller d’arrondissement, et l’avocat Varambon, conseiller général. Mais ses effectifs n’ont jamais dépassé vingt-cinq personnes53...

  • 54 L’Excommunié, 23.10. et 11.12.1869.
  • 55 AML. I2 47, 26. 06. 1866, et ADR, 4M 99 (27. 06).

27Il faut donc chercher ailleurs que dans l’engagement politique les raisons qui amènent certains à se faire enterrer civilement. Première indication, la présence parmi les personnes dont l’Excommunié rapporte les obsèques, de deux compagnons. Aux funérailles du tonnelier-foudrier du Devoir de Liberté François Masson, le compagnon Bressand le Vainqueur refuse hautement le concours du prêtre en affirmant que les compagnons préfèrent remettre à la veuve l’argent que coûterait le clergé. Dans le second, il n’y eut pas d’obsèques civiles pour un maréchal-ferrant libre-penseur, le citoyen Bourguignon, malgré les protestations des compagnons qui « afin d’amener les prêtres à se retirer d’eux-mêmes, se sont revêtus de leurs insignes, et ont déposé les emblèmes de leur rit sur le cercueil et cela en pleine église (...) au cimetière ils ont accompli toutes leurs cérémonies légendaires... et les prêtres ont laissé faire, malgré le mandement de leur archevêque54 ». Or cette réaction curieuse des compagnons maréchaux ferrants peut être rapprochée d’un incident, qui avait motivé plusieurs rapports de police trois ans auparavant55. Les obsèques d’un compagnon charron, nommé Rivollet, avaient été retardées d’une heure parce que le vicaire avait refusé que les compagnons de plusieurs corporations posent leurs insignes sur le cercueil, à moins d’une autorisation de l’archevêque ; cela avait provoqué un rassemblement de deux mille personnes ; les fils du défunt étaient allés demander la permission à l’archevêché, qui la leur refusa. Malgré l’insistance des compagnons, qui auraient montré l’autorisation que leur avait accordée le préfet d’arborer leurs emblèmes, le prêtre tint bon, et finit par l’emporter, sous les huées.

  • 56 J. Maurain, La politique ecclésiastique du second Empire, pp. 752-3.

28Que conclure ? D’abord, il semble bien que le cardinal-archevêque lui-même, et le clergé à sa suite, se soient opposés publiquement aux rites du compagnonnage, à partir de 1866. C’est l’époque où l’Église durcit son attitude vis-à-vis de la franc-maçonnerie, avec qui le compagnonnage partageait certains symboles, le compas et l’équerre par exemple56. Mais cette opposition paraît avoir surpris les compagnons, puisqu’ils excipent de l’accord des autorités civiles, qui désormais tolèrent leurs insignes. Or ce que le clergé n’a vraisemblablement pas mesuré est l’importance de ces symboles et de ces rites pour les intéressés : refuser au défunt l’apposition des symboles sur le drap funéraire, c’est nier une dimension essentielle de son identité sociale d’artisan d’élite. Plus grave encore, c’est la refuser en même temps à tous ceux qui sont venus des quatre coins de Lyon témoigner de leur solidarité, dans une circonstance qu’ils jugent religieuse par excellence. En recourant au chantage à l’enterrement civil, le clergé n’offensait pas seulement la famille, mais le quartier et le compagnonnage dans son ensemble. Leur réaction consiste à prendre le clergé au mot : si le clergé ne veut pas de nous, nous ne voulons plus de lui, ce qui ne change rien à la dimension religieuse de la cérémonie. Celle-ci n’est pas fonction de la présence des prêtres, comme le pensait l’Église, pas plus qu’elle ne dépend de leur absence, comme le souhaitait le citoyen Denis Brack, rédacteur en chef de l’Excommunié, de son état clerc de notaire, qui regrettait qu’aux obsèques de Bourguignon les compagnons ne se soient pas retirés du moment que le clergé était présent... L’essentiel est d’accompagner tous ensemble le corps au cimetière, c’est ce que l’on doit au défunt : qu’il y ait ou non des prêtres est finalement secondaire. Faute de l’avoir compris, et par une intransigeance typique des périodes de réaction, le clergé provoque la rupture avec l’Église d’un milieu social qui n’est pourtant pas porté à l’extrémisme, à qui les autorités civiles savent que l’on peut faire confiance pour ne pas troubler l’ordre, et qui ne voyait sans doute pas au départ d’incompatibilité entre compagnonnage et catholicisme. Quelques expériences de ce genre, la possibilité de funérailles civiles dignes, ce à quoi s’emploient les libres-penseurs, et l’incompatibilité pourra devenir définitive et revendiquée, au grand dam du clergé.

  • 57 L'Excommunié signale ainsi, à la Croix-Rousse, le 17 juillet 1869, l’enterrement d’un « simple ouv (...)
  • 58 ADR, 4M 107, com. pol. Brotteaux, rapport de février 1869 sur la situation de l’industrie.
  • 59 A. Audiganne, Les populations ouvrières..., p. 237.
  • 60 Le Rhône était devenu, à la fin du second Empire, l’un des départements où la part des élèves d’éc (...)
  • 61 L’Excommunié, 11.12. 1869 et AML, I2 44, p. 45 ; surpris, le commissaire note la bonne réputation (...)

29Le compagnonnage concernait un milieu de petits artisans indépendants, mais peu ce qui était encore la grande masse des ouvriers lyonnais, à savoir la Fabrique, et les nouveaux secteurs engendrés par l’industrialisation. Pourtant, dès 1869-70, des enterrements civils considérables57 sont attestés dans ces groupes sociaux, ce qui incite à chercher d’autres causes à l’hostilité vis-à-vis du clergé. Nous avons déjà fait allusion à des causes proprement politiques, qui peuvent avoir été entretenues par les réseaux de sociabilité non politiques, coopératives de consommation ou de production, sociétés de secours mutuels, premières caisses de résistance à la fin des années 1860. Mais il y en a d’autres : les racines économiques de l’anticléricalisme subsistent dans la Fabrique, car le travail dans les Providences, sans atteindre l’importance qu’il avait eue sous la Monarchie de Juillet, pouvait encore constituer un facteur d’animosité à l’égard des communautés religieuses, surtout en période de crise, où, nous dit-on, il concurrençait le travail des femmes58. Le rôle des religieuses dans les couvents soyeux de la région est bien connu également. Mais peut-être l’anticléricalisme est-il devenu davantage, une caractéristique du milieu des tisseurs tout entier, face aux aux fabricants considérés comme globalement cléricaux. La mainmise croissante de l’Église sur l’enseignement est soupçonnée par les tisseurs de n’avoir d’autre but « que de les rendre plus dociles au joug59 ». Les écoles mutuelles, qui avaient connu un grand succès sous la Monarchie de Juillet, avaient périclité sous l’Empire, et leur enseignement se serait rapproché de celui qui se donnait dans les écoles des Frères. Du moins, les radicaux l’affirmaient et justifiaient ainsi leur effort pour développer un enseignement libre et laïque60. Les polémiques sur l’instruction publique dans la presse, quelques affaires de mœurs impliquant des instituteurs congréganistes, la dispense du service militaire que la loi Niel accordait aux ecclésiastiques firent le reste ; le 5 décembre 1869, aux funérailles civiles de la citoyenne Girard, à Perrache qui attirèrent entre huit et quinze cents personnes, il est procédé à deux quêtes : l’une pour l’enseignement libre et laïque, l’autre au profit des victimes d’Aubin61.

30Rien d’étonnant donc à ce que Lyon soit devenue à la fin du Second Empire une des citadelles de la Libre-Pensée, autour du journal L’Excommunié, dont les six mille exemplaires étaient diffusés bien au-delà de l’agglomération ; et que se soient multipliées ses manifestations publiques, conférences, banquets du « Vendredi dit Saint », fêtes qui attiraient la grande foule (ainsi le 8 décembre 1869, date expressément choisie pour faire pièce aux illuminations cléricales). L’ordre de la rue n’était pas troublé : républicaine, voire radicale, la Libre-Pensée n’était pas insurrectionnelle. Cependant, les foules qui se réunissaient nombreuses en ces occasions, et descendaient impunément dans la rue lors d’enterrements qui étaient aussi des manifestations d’opposition ont pu prendre progressivement confiance. Ainsi l’essor des enterrements civils, dans le temps qui sépare les grèves de l’été 1869 des désordres du printemps 1870, n’explique sans doute pas la forme que prirent ces derniers, mais peut-être le fait que la rue était alors redevenue un des théâtres de la vie politique.

Désordres

  • 62 A. Dalotel, A. Faure, A. Freiermuth, Aux origines de la Commune..., pp. 325-67, « le temps des éme (...)

31Comme à Paris, mais avec un temps de retard, la dernière année de l’Empire fut en effet fort agitée62. À part quelques incidents lors de la grève des ovalistes, quelques vitres brisées, il ne s’était en effet rien produit de grave depuis vingt ans, pas même aux élections de 1869 ou au moment de l’enterrement de Victor Noir ; or au printemps 1870, on revit pour la première fois le drapeau rouge dans les rues de Lyon ; en juillet, l’établissement des Jésuites me Sainte-Hélène fut assailli, et un sergent de ville fut tué à la Croix-Rousse en août, au cours d’une tentative prématurée pour proclamer la République ; enfin l’Empire s’écroule à Lyon dans la matinée du quatre septembre, sitôt connue la capitulation de Sedan. Manifestant la radicalisation d’une partie de la population lyonnaise ces événements effrayèrent beaucoup l’autre partie, qui conservait de l’année 1848 un souvenir terrifié et qui découvrit avec horreur que de tels faits pouvaient se reproduire. Mais au-delà, ils posent plusieurs questions, et notamment la suivante : pourquoi une population certes en majorité irréconciliable, mais calme depuis vingt ans, descendit-elle à ce moment dans la rue ?

  • 63 AML, I2 44. Gendarmerie Croix-Rousse, 18. 02.1870.
  • 64 ADR, 4M 99, sergents de ville 2e compagnie, 28. 04.1870, et 4M 231 corn. pol. Jardin des Plantes, (...)
  • 65 Mais l’on n’imagine guère les impérialistes les plus convaincus entonner dans ces circonstances " (...)
  • 66 Les républicains ont soutenu avoir manifesté au cri de Vive la République, vive la paix ! Mais, si (...)

32La réponse pourrait être cherchée dans ce que disaient, criaient, chantaient les manifestants ou émeutiers. Elle serait alors, selon les cas, trop simple ou trop confuse. Trop simple pour les événements de la fin de l’hiver et du printemps 1870 : les conscrits de la Croix-Rousse le 18 février, chantent à tue-tête La Marseillaise63, hymne alors révolutionnaire, en insistant sur le refrain « Aux armes citoyens ! »... Ceux qui descendent dans la rue à la fin du mois d’avril, pendant la campagne du plébiscite64, y ajoutent le Chant du Départ, le chant des Girondins, les cris de « Vive la République ! À bas l’Empereur ! À bas les Bonaparte ! Vive Rochefort ! » La police signale même le vieux cri de 1848 : « Vive la République démocratique et sociale ! » accompagné d’une proclamation d’espérance : « Elle viendra ! » Aucune équivoque, ni cri discordant, chacun sait à quoi s’en tenir et les adversaires, lorsqu’ils apparaissent sous l’aspect des sergents de ville et des commissaires de police, sont nommément désignés par les manifestants : « À bas la rousse ! À bas le préfet ! » En revanche, ce qui se passa en juillet et en août, pendant les premières semaines de la guerre, est beaucoup plus difficile à interpréter car si l’on signale toujours La Marseillaise, les Girondins et le Chant du Départ, qui prennent un caractère d’immédiate actualité65, la complexité de la situation politique fit que l’on n’entendit pas seulement les cris, complaisamment rapportés par la presse officielle, de « Vive la France ! » et « À Berlin ! » ; mais aussi « Vive la République ! vive la paix ! » et même « Vive la Prusse ! »66.

33Ce qui frappe néanmoins est que ces manifestations, même d’opinions divergentes, prennent à peu près la même forme. Elles naissent spontanément ou presque, dans des lieux fréquentés habituellement par une foule nombreuse : la place de la Croix-Rousse et le boulevard, où le soir se réunissent les tisseurs, la place des Célestins, la terrasse des cafés de la place des Terreaux, où l’on commente les nouvelles... Moins spontanés, mais aussi moins fréquents, les cortèges qui se forment à la sortie d’une réunion publique. Presque toujours, on se met en marche derrière un ou deux meneurs anonymes qui portent un bâton de commandement, ont confectionné ou emprunté un drapeau (rouge ou tricolore) ; les participants sont généralement des jeunes gens, ou des gamins...

  • 67 ADR, 4M108, commissaire de police Louis le Grand 19-20. 07., et Salut Public, 21 08. (lettre d’un (...)

34Que le cortège se forme spontanément ne signifie pourtant pas forcément que l’on ne sache pas où l’on va : les premières manifestations du printemps 1870 parcourent la Croix-Rousse, mais les jours suivants, elles descendent vers les Terreaux. Elles s’arrêtent toutefois à mi-pente, sachant qu’elles ne pourraient atteindre la forteresse de l’autorité. En juillet 1870, après que la manifestation patriotique du 19 ait parcouru le cœur de la presqu’île, elle change de signification en franchissant la place Bellecour, sur le mot d’ordre « à l’arsenal » ; peut-être grossie de « mauvais sujets de la Guillotière », venus par le pont, elle s’engage bientôt dans la rue Sainte-Hélène, où les cris à l’adresse des jésuites fusent, et bientôt les pierres. Le surlendemain, des groupes se détachent de la bande revenue au même endroit, et gagnent la gare de Perrache, où les troupes sont en train d’embarquer. Le commissaire spécial, après avoir fermé les grilles, s’avance vers le porte-drapeau et les manifestants s’égaillent à la vue des forces de l’ordre67.

  • 68 Sur le rôle de l’espace dans les émotions parisiennes du xviiie siècle, A. Farge, La vie fragile. (...)

35Logique du lieu, logique de la foule68. Comme il est spontané, le cortège n’est véritablement ordonné, voire mis en scène, que lorsqu’il parcourt le territoire d’une communauté homogène, en l’occurrence la Croix-Rousse, ou le faubourg Saint-Clair, et qu’il concerne des effectifs restreints :

  • 69 ADR, 4 M 231. Corn. pol. Jardin des plantes, 30. 04.1870.

Hier au soir, une bande composée de deux cents individus environ marchant un maître de cérémonies improvisé armé d’un bâton en tête et suivi de quatre porteurs de torches ayant un drapeau rouge au milieu porté par un individu paraissant âgé de seize ans, est descendue dans mon quartier, venant de la Croix-Rousse (...) Ces individus qui paraissaient âgés de quatorze à vingt-cinq ans étaient les deux tiers armés de bâtons et chantaient la Marseillaise et les Girondins, puis sur l’air des lampions criaient À bas l’Empereur ! Vive la République ! Cette bande était suivie, de chaque côté du trottoir, d’une trentaine d’individus environ, paraissant être des ouvriers dont l’âge pouvait varier de trente à quarante-cinq ans et qui semblaient être là pour la protéger69...

36Au contraire, dès que le cortège se fait plus nombreux, et sillonne la presqu’île, socialement plus mélangée, il devient protéiforme et varie avec les lieux dans lesquels il se déroule. On peut dès lors y voir ce que l’on veut, et y entendre ce que l’on souhaite y entendre : ce dont les commentateurs contemporains et ultérieurs ne se privèrent pas.

  • 70 AML, I2 44, p. 149 sqq..
  • 71 Salut public, 13. 04. 1870.
  • 72 ADR, 4M 99 et 231. Le 25, des groupes de gamins chantant les Girondins et La Marseillaise au Jardi (...)
  • 73 ADR, 4M104, rapports des commissaires de police. 27 arrestations place des Terreaux (qui aurait ét (...)

37De fait, les manifestations ne peuvent s’expliquer anachroniquement par un projet ou une organisation. Elles ne sont que l’exploitation de circonstances qui laissent le champ libre aux manifestants. Quand en effet se produisent-elles ? Première manifestation : à la Croix-Rousse, dans la soirée du 18 février après les opérations du tirage au sort70. Occasion traditionnelle de sortie en groupe des conscrits, que les autorités envisagent souvent avec nervosité. Cette fois-ci, avec les inquiétudes populaires à propos de la réforme militaire et des risques de guerre, les cortèges se politisent : agrafes et rubans rouges, d’où l’intervention de la police. Deuxième occasion : le soir du 9 avril, au sortir d’une réunion électorale à Saint-Clair, pour une législative partielle, on raccompagne aux flambeaux le candidat radical du faubourg de la Boucle jusqu’au pont Morand71. La troisième sera, du lundi 25 au samedi 30 avril, la semaine de la campagne pour le plébiscite72 : de soir en soir, les Croix-roussiens s’enhardissent, jusqu’à la parade nocturne, déjà décrite, du vendredi 29. Le samedi, l’autorité se résout à une démonstration de force et tout rentre dans l’ordre... Enfin, les manifestations du 19 au 22 juillet et du 8 au 13 août, déclenchées par les nouvelles de la déclaration de guerre, puis des premières défaites, se prolongent elles aussi plusieurs soirs de suite, crescendo, et cessent brutalement lorsque le préfet recourt aux grands moyens73. Avec, cette fois-ci, un signe inquiétant : tous les troubles précédents avaient eu lieu dans la pénombre propice des crépuscules et des débuts de la nuit – temps et rythme des charivaris. Or, c’est en plein jour qu’un groupe d’une cinquantaine d’individus, derrière quelques soldats et un chiffon rouge, défile rue Impériale jusqu’aux Terreaux, le 20 juillet ; à neuf heures du matin qu’à la Croix-Rousse le 13 août, le notaire républicain Lentillon, juché sur le socle de la croix de pierre qui orne la Grande Place, tente de proclamer la République...

  • 74 ADR, 4M 231, préfet à Intérieur, 3. 05. 1870.
  • 75 Salut public, 3. 05. 1870. L’expression désigne alors de faux manifestants ouvriers, et de vrais a (...)

38C’est qu’en fait l’autorité est dès lors en pleine déliquescence. Au printemps, le préfet avait cm pouvoir jouer de la tolérance qu’il accordait à l’occasion de la campagne électorale pour « secouer la traditionnelle apathie du conservateur lyonnais74 » et l’amener à bien voter (ce qui explique que des orateurs de réunions publiques aient pu incriminer les « blouses blanches75 »). Mais, une fois l’essentiel des troupes parti pour les frontières, il ne dispose plus guère que des sergents de ville, trop peu nombreux et dont la valeur au combat est douteuse (en tentant de disperser le rassemblement autour de Lentillon, l’un d’eux sera même tué par un manifestant qui lui a arraché son sabre). À qui distribuer des armes ? Ceux qui les réclament le plus ardemment seraient les premiers à les retourner contre le pouvoir...

Journées révolutionnaires

  • 76 Voir notamment J.-P. Donné, Une société en crise, la Commune à Lyon, M. Moissonnier, La première I (...)

39Avec l’invasion de l’Hôtel de Ville par la foule au matin du quatre septembre 1870, la proclamation de la République et la substitution du drapeau rouge au drapeau tricolore s’ouvre pour Lyon une période révolutionnaire, qui ne se clôt définitivement qu’après l’échec de l’insurrection de la Guillotière en avril de l’année suivante. Celle-ci lève l’hypothèque communarde, et les élections municipales quelques jours plus tard confirment la légitimité démocratique du pouvoir des radicaux lyonnais. L’histoire de ces huit mois agités ayant été déjà écrite76, nous n’y reviendrons guère, sauf pour éclaircir un problème : l’absence à cette époque de manifestations semblables à celles qui se déployèrent sur les places et les quais de la ville en 1848.

  • 77 Par exemple, le 4 février, au lendemain de l’invasion de l’Hôtel de Ville par des manifestants ven (...)

40Peut-être cette affirmation surprendra-t-elle. Le terme même de manifestation est en effet d’usage fréquent dans les relations de l’année terrible, telle que l’ont vécue les Lyonnais, acteurs ou témoins des événements. Rien d’étonnant à cela, car pendant ces quelques mois, les formes que prend la vie politique sont révolutionnaires : s’il y a un préfet, nommé par le gouvernement de la Défense nationale, Challemel-Lacour, puis Valentin, et si, grâce aux efforts du premier, dès le milieu du mois de septembre une municipalité élue s’est substituée au Comité de salut public acclamé par ceux qui avaient envahi l’Hôtel de Ville, l’un puis l’autre, fermement républicains, ne purent faire fi du soutien populaire. Quant aux nouveaux élus, tous républicains, la plupart radicaux, ils ne restreignent pas la démocratie au suffrage universel et considèrent qu’ils doivent être en permanence à l’écoute des masses, que celles-ci s’expriment dans la rue, les réunions publiques, par des pétitions ou des députations77. D’autre part, la population reste mobilisée, étant donné le caractère extraordinaire de la situation, l’urgence des solutions qu’il faut trouver à des problèmes cruciaux pour elle et pour la Défense nationale : elle cherchera à faire entendre sa voix, c’est à dire, pour reprendre les termes de l’époque, à « manifester ».

  • 78 Encore faut-il distinguer : le 21 décembre 1870, après l’émeute qui coûta la vie au commandant Arn (...)

41Une attitude tolérante, sinon toujours bienveillante des autorités78 ; une volonté populaire de contribuer activement à la vie politique : l’analogie avec la situation révolutionnaire du printemps 1848 est patente, et il n’est pas jusqu’à la résurrection des chantiers nationaux, en vue d’améliorer les défenses de la ville et de résorber le sous-emploi, qui ne contribuent à en donner l’illusion. Pourtant, passés les tout premiers temps de la révolution, les formes que prit l’activité révolutionnaire des foules furent bien différentes.

  • 79 De Sugny, La révolution lyonnaise..., pp. 3639.
  • 80 Ibid., pp. 61-62 pour les chantiers nationaux ; un extrait de journal (malheureusement anonyme et (...)
  • 81 De Sugny, La révolution lyonnaise..., pp. 24-25 et Steyert, Nouvelle histoire de Lyon, t. IV, p. 1 (...)
  • 82 De Sugny, op.cit., p. 39 et 119.
  • 83 Il a peut-être « perdu le contact avec le véritable prolétariat né de la poussée industrielle du s (...)

42Beaucoup d’agitation dans les premiers jours, voire les premières semaines, et déjà des nuances apparaissent par rapport à la révolution de Février : si des bandes armées sillonnent la ville, et qu’elles ont partiellement les mêmes objectifs, c’est à dire les établissements religieux, elles n’ont pas pour but la destruction de machines. Du quatre au huit septembre, les gardes nationaux qui les composent vont perquisitionner dans les couvents et établissements religieux (le grand séminaire de Saint-Irénée, le couvent des Jésuites, le séminaire des missions africaines79) à la recherche d’armes, de souterrains, et d’on ne sait trop quoi de louche... Comme vingt-deux ans plus tôt, on verra des délégations des chantiers nationaux venir exposer leurs revendications aux pouvoirs publics, et même, semble-t-il, des manifestations de femmes réclamant elles aussi de l’ouvrage80. Cortèges triomphaux enfin, comme autrefois celui du fourrier Gigou : le quatre septembre, les prisonniers politiques, l’avocat Andrieux et Lentillon en tête, que l’on est allé délivrer à la prison Saint-Joseph sont ramenés à l’Hôtel de Ville en fiacre, drapeau rouge, tambours et clairons en tête, aux acclamations de la foule qui se presse dans les artères de la presqu’île81. Plus nouveaux, les cortèges d’opprobre qui, en sens inverse, accompagnent à la prison des policiers du régime déchu, des religieux, suspects par définition, ou le général Mazure, destitué par le préfet82. Ils impressionnèrent fortement la bourgeoisie, par l’intensité de la haine qu’ils manifestaient, les menaces, les cris de « Au Rhône ! À l’abattoir ! À mort ! » qui entouraient les captifs. Même un vieux républicain comme Joseph Benoît avouait un peu plus tard ne plus reconnaître les Lyonnais83...

  • 84 Il y avait bien plusieurs milliers de personnes sur la place des Terreaux, lors des autres journée (...)
  • 85 Où l’on payait, semble-t-il, les ouvriers des chantiers nationaux.
  • 86 Appel à manifestation des Internationaux le 4 novembre. De Sugny, op.cit. p. 77 et 332.
  • 87 Lettre de démission (4. 02.1871) d’un membre de l’État-major de la Garde nationale. ADR, 1M121.
  • 88 Le 22 mars. M. Moissonnier, La première Internationale..., pp. 319-321.

43Dès la fin du mois de septembre, certains trouvèrent que les autorités locales, le préfet et le conseil municipal, n’étaient pas à la hauteur de ce qu’exigeaient les circonstances, qu’il fallait par des démonstrations énergiques les inciter à plus d’initiative, ou à quitter la place. Cependant, ces tentatives de pression sur les autorités, ces vagues qui le 28 septembre, le 4 novembre, le 20 décembre, les 3 février et 20 mars vinrent battre les marches de l’Hôtel de Ville ne prirent jamais une forme comparable aux manifestations de mars et avril 1848. Jamais elles ne furent massives, à une exception près, la première, le 28 septembre, où plusieurs milliers d’ouvriers des chantiers nationaux vinrent en cortège place des Terreaux, avant que Bakounine, Richard et le plâtrier Saignes ne tentent de s’emparer de la mairie84. Jamais non plus elles ne parcourent l’espace urbain : toutes se dirigent vers les Terreaux, par le plus court chemin à partir d’un point de rassemblement toujours proche, la place Morand (Louis XVI)85, la place Tolozan86, ou encore la Rotonde87 ; dans un cas seulement (l’après-midi du 20 décembre), la manifestation se forme un peu plus loin, sur le boulevard de la Croix-Rousse et descend la Grande Côte ; parfois même il ne s’agit que d’une assemblée tenue au palais Saint-Pierre qui nomme une délégation pour se rendre à l’Hôtel de Ville et traverse la place à sa suite88...

  • 89 Peut-être peut-on lui attribuer un rôle dans le fait qu’à la fin du Second Empire les militants ou (...)
  • 90 ADR, 4M231, com. spé. au préfet, des 5, 12, 14 et 15 mai. Prévue initialement pour un jeudi, elle (...)
  • 91 F. Dutacq, in A. Kleinclausz, Histoire de Lyon, III, p. 208.
  • 92 Récit dans M. Moissonnier, La première Internationale.... pp. 248-266. Beaucoup de confusion pour (...)
  • 93 Bon récit des événements par M. Moissonnier, La première Internationale..., pp. 294-96, mais la me (...)

44C’est qu’en fait on ne trouve pas en 1870-71 d’organisation qui puisse jouer un rôle comparable à celui du Club démocratique central du printemps 1848. L’Internationale, certes, aurait pu jouer ce rôle, et c’est une des raisons qui lui valaient sous l’Empire la surveillance des autorités89 : on lui attribua ainsi au début mai 1870 un projet de manifestation « aux bouquets » devant la caserne de la Part-Dieu, qui en définitive avorta90 ; en juillet 1870, ses dirigeants furent arrêtés pour prévenir des manifestations pacifistes91... Mais elle ne le joua à aucun moment : soit qu’elle ait été désorganisée par la répression du printemps 1870, soit que ses structures mêmes, beaucoup plus lâches que ne l’imaginaient les autorités (qui ne la concevaient pas autrement que comme une nouvelle société secrète), ne se soient pas prêtées à la mobilisation des masses aussi facilement que celles des clubs du printemps 1848... Le fait est que, lorsque Bakounine et Richard tentent un coup de main sur l’Hôtel de Ville, ils utilisent les chantiers nationaux, et non les membres des sections adhérentes à l’Internationale, comme masse de manœuvre, en dissimulant à la plupart des participants la nature exacte de leurs projets92. Une fois l’échec patent, les promoteurs en fuite, il ne reste plus d’organisation centrale véritablement solide : seul subsiste le cadre des bataillons de la garde nationale, organisés sur la base du quartier. Ce sont ces bataillons, qui rassemblent presque toute la population masculine, que l’on chercha par exemple à mobiliser à la Croix-Rousse, dans la matinée du 20 décembre, en profitant de l’émotion soulevée par les nouvelles désastreuses de la bataille de Nuits (à laquelle avaient participé les deux légions lyonnaises). Lorsque le cortège des cartouchières vêtues de noir en signe de deuil, précédé d’un drapeau rouge et d’un drapeau noir, et suivi d’un groupe de gardes nationaux, parcourt les rues de la Croix-Rousse, il s’efforce d’obtenir qu’on sonne le tocsin, et qu’on batte le rappel des bataillons de la garde nationale pour descendre sur l’Hôtel de Ville ; ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les mêmes manifestants s’en prennent au commandant (et chef d’atelier) Arnaud, qu’ils le jugent, puis vont en cortège le fusiller au Clos Jouve93. Car, dès lors que c’est la garde nationale qui devrait manifester, on ne peut faire fi de l’avis de ses officiers ; et, comme elle est armée, la manifestation risque de prendre des allures de sédition... ce que ses officiers n’envisagèrent jamais, sauf un moment à la fin de mars, puis à la fin d’avril (mais seulement pour les bataillons de la Guillotière).

  • 94 Le 9 mars 1871. ADR, 4M108, 10. 03. directeur de la sûreté au préfet. Parmi les participants, « un (...)
  • 95 Salut public, 23 et 27. 12. 1870 ; dans l’autre camp, commentaire de Norbert Truquin : « les obsèq (...)

45Ainsi, faute d’organisation propre, comme de perspectives stratégiques claires dans une situation dramatique (la guerre et les exigences de la Défense nationale), le peuple de Lyon ne manifeste pas : rassemblé par le rappel que l’on bat, il se porte là où, plus que jamais, tout se joue, c’est-à-dire au centre unique du pouvoir, à l’Hôtel de Ville. Or, si le préfet est un étranger, impatiemment supporté, le conseil municipal est après tout des siens... Les deux pouvoirs joueront constamment de l’équivoque : somme toute, il suffit d’attendre que la lassitude ait produit ses effets, et que l’on soit retourné dîner à la Croix-Rousse ou à la Guillotière... Quant à manifester simplement son opinion, chacun dispose pour cela d’autres moyens pacifiques et traditionnels, et c’est ainsi que le cortège funéraire de l’international Louis Palix94 répondait à celui du commandant Arnaud. Mais le premier ne fut autorisé à rejoindre le cimetière de la Guillotière que par les boulevards extérieurs tandis que, dans les rues de la Croix-Rousse, sur le boulevard puis jusque sur la place des Terreaux, derrière le cercueil du second on avait vu Gambetta, Spuller, le préfet, le maire, le conseil municipal, les compagnons de tous les devoirs réunis de la ville de Lyon, leurs présidents en tête, et un très grand nombre de gardes nationaux95. Un point commun toutefois, qui n’est pas décisif dans le contexte troublé de l’hiver 1870-71, lorsque les forces conservatrices sont hors jeu, mais qui pourra le redevenir dès lors que, l’Assemblée de Versailles ayant signé la paix et noyé dans le sang la Commune de Paris, la République semblera menacée : dans les deux cas, les obsèques furent civiles.

Notes

1 AN, BB30 379, juillet 1857.

2 ADR, 4M 99-104. Faute de rapports équivalents, on ne peut savoir si les incidents sont plus nombreux que dans les premières années du régime. Mais les effectifs de la police n’ont pas changé alors qu’en une quinzaine d’années la population a augmenté d’un quart.

3 ADR, 4 M99, 102, 104. Huit charivaris retrouvés, entre 1864 et 70 (dont six pour les seules années 1866 et 67).

4 À l’inverse, la sérénade semble bien vivante : par exemple, une donnée au curé de Saint-Louis de la Guillotière (5. 06.1866) [ADR, 4M 99]. Est-ce là un effet du développement des sociétés musicales sous l’égide du clergé dont parle J. Benoît (Confessions..., p. 258) ?

5 Ainsi les assauts de chant des cafés de la Croix-Rousse, un temps interdits par le général Gémeau, réapparurent-ils sans doute dès la levée de l’état de siège ; il semble y en avoir eu également, les samedis et dimanches soirs, dans les établissements de la Guillotière et des Brotteaux lorsqu’à la fin de l’Empire et sous l’ordre moral on s’inquiéta à nouveau de leur rôle subversif.

6 AN., BB18 379. Procureur général, 2. 07. 1850, signalant le refus des ouvriers « même fort honnêtes et fort rangés » de profiter « d’avantages dus à la tutelle généreuse de la bourgeoisie ou de l’autorité ».

7 Ce qui manifestait bien la nature des liens entre sociétaires et membres honoraires : une relation de patronage, tout à fait contraire à l’esprit égalitaire des sociétés d’avant 1848.

8 Lettre de Vaïsse aux maires (AML I1 262, 26. 12. 1856).

9 ADR, 4Xp 46, 159° SSM, tanneurs et corroyeurs (1862).

10 AML, Q5, 14° SSM, de tous les arts et métiers (1868).

11 ADR, 4Xp1, 84° SSM des ouvriers et patrons menuisiers. AML, Q5, 170° SSM, des anciens compagnons de tous les devoirs réunis, prévoyant que les insignes compagnonniques seraient posés sur le cercueil...

12 AML, Q5, liasse Char-cou., à propos de la société des crocheteurs, qui s’en voit accorder autant en 1856, vu son « bon esprit » : elle compte à cette date 157 membres honoraires pour 335 membres titulaires.

13 AML, I1 262.

14 AML, I1 262. Arrêté du maire de Lyon, 21. 02. 1851.

15 AML, I1 262. Arrêté de Vaïsse, 25.04.1853.

16 AML, I1 262. Arrêté du 21.06. 1853.

17 AML, I1 262, arrêté du 31. 12.1856, remplaçant ceux de 1853.

18 AML, I2 47, lettre au préfet du Rhône, 8. 03. 1859.

19 AML, I1 139, par exemple p. 135, compagnons tailleurs de pierre, 31. 10. 1861.

20 J. Godard, « Le compagnonnage à Lyon... », Revue d’Histoire de Lyon, II, p. 462.

21 AML, I2 47 B, grèves des teinturiers.

22 A. Dalotel, A. Faure et J.-C. Freiermuth, Aux origines de la Commune, pp. 15-33.

23 AN, BB 30 379, 1. 07. 1865 et ADR, 4M 102 (tullistes, les 5, 22 et 23 mai et teinturiers, le 14 juin).

24 Rapporté par le com. spé., 20. 05. 1865, AML, I2 47B tullistes.

25 AML, I2 47B, tullistes, 20. 06. 1867.

26 Rapport au com. spé., 2. 07 1869, AML, I2 50.

27 AML, I2 47 B, apprêteurs, 4-10. 08. 1869.

28 Cl. Auzias, A. Houel, La grêve des ovalistes. Lyon, juin-juillet 1869.

29 AML, I1 141, p. 137, 5. 06. 1869 ; I2 47B, 24. 06.1869.

30 Un policier note à propos de la grève des ovalistes : « dans ma tournée pour voir MM. les maîtres mouliniers, j’ai appris qu’une dame, la nommée Falconnet dite Grande Rose serait la principale meneuse de la grève, on dit que cette femme est celle qui en 1848portait le drapeau à mort à la préfecture ». (AML, I2 47 B, 2. 07. 1869).

31 Au contraire, lorsqu’une cinquantaine d’ouvriers boulangers, au sortir de la réunion qui a déclaré la grève de la corporation, eurent la malencontreuse idée de rentrer en bande vers la Croix-Rousse, en chantant et en criant à tue-tête « vive la grève », la police les dispersa par la force, procéda à 23 arrestations (AML, I2 49, 30. 06. 1869) et rechercha en vain l’instigateur.

32 ADR, 10MpD2 « manifestation contre le chômage, ouvriers en soie 1866-67 » ; et AML, I2 47B

33 AN, BB 30 379, 6.10. 1866.

34 ADR, 10 MpD2, note du préfet, 15. 10. 1866, une heure et demie de l’après-midi.

35 Affiche manuscrite (dont nous respectons l’orthographe) : « Avis aux tisseurs », AML, I2 47B : « Unissons nous tous avec persévérance, montrons digne du peuple français, nous ne sommes pas des laches ni des crèves fin ni des mendiants : réunissons nous tous à la préfectur le quinze octobre prochain a midi mais pas un seul mot politique. L’union fait la force. »

36 ADR, 10MpD 2 ; Circulaire aux tisseurs, dans un rapport au préfet du 13 octobre.

37 ADR, 10 MpD 2.

38 « ... qui serait ici avant quinze jours s’il connaissait notre misère » AML, I2 47B. Com. spé., 11. 10. 1866. Tous deux auraient été d’accord pour attribuer la crise au clergé et aux fabricants hostiles au gouvernement.

39 AML, I2 47B, lettre à Intérieur, 11. 10. 1866.

40 ADR, 10 MpD2, note du préfet (à l’Intérieur), 15. 10.1866 ; quelques jours plus tard, il proteste contre le récit de la Gazette de France, qui parle de six à huit mille ouvriers portant des rouleaux. Cependant, les gendarmes de la Croix-Rousse ont bien vu descendre le matin, et remonter dans l’après-midi des groupes de tisseurs fort nombreux... (ibid., gendarmerie Croix-Rousse, 16. 10.).

41 ADR, 4M 102, 18. 09., et 28-29. 09. 1866.

42 ADR, 4M 99, 11. 10. 1866. et, par exemple A. Audiganne, Les populations ouvrières... pp. 232 et 242. Au contraire, les travailleurs sans ouvrage qui se rassemblèrent place Bellecour, du 4 au 12 février 1868 (ADR, 4M 99 et 103) étaient surtout des charpentiers désireux d’être embauchés dans des démolitions envisagées à proximité ; et les plâtriers demandèrent en 1866 et 1870 de pouvoir •stationner chaque matin pendant deux heures sur une place publique dans le but d’y attendre l’embauchage des patrons ». Le secrétaire général refusa en arguant de difficultés en cas de grève. AML, I2 50, 14. 02. 1870.

43 Les courses, jeux de saute-mouton... à quoi se livrent les chômeurs de février 1868 sont sans doute une manière d’afficher leur situation sans manifester d’intention agressive. La police, d’abord passablement déroutée, dut en relacher plusieurs, sous la pression de la foule.

44 Dans ses premiers numéros du printemps et de l’été 1869, l’Excommunié décrivait en détail les rares cérémonies civiles ; elles se multiplièrent à l’automne (six obsèques civiles en octobre, autant en novembre) et la rédaction rappela à ses correspondants qu’elle ne pouvait insérer que les annonces comportant le nom et l’adresse du défunt. Leur nombre alla croissant de mois en mois, jusqu’aux vingt-sept d’avril 1870.

45 Annuaire du Rhône pour 1872, Ephémérides lyonnaises, p.VI.

46 L’Excommunié, 25.12.1869 (pour préconiser l’achat d’un drap mortuaire qui puisse distinguer le cercueil des adeptes de la Libre-Pensée).

47 Ibid., 4.09.1869.

48 Ibid., 18.09.1869 « Le préjugé stupide qui leur interdit depuis si longtemps d’accompagner à leur dernière demeure les êtres aimés que la mort leur enlève ». Le 28 août déjà, à un enterrement civil à la Guillotière, « nous avons compté (...) plus de soixante dames. Jamais peut-être les lyonnaises ne s’étaient affirmées avec autant d’éclat dans le sens de la libre-pensée »...

49 Des femmes ont ainsi participé en tant que sociétaires aux réunions de la Société d’enseignement libre et laïque, et l’on dit même qu’« elles ont pris part à la nomination des membres du bureau et toutes ont voté avec la plus grande satisfaction » (ibid. 17.07. 1869).

50 Les grèves des ovalistes, des guimpières et des vermicellières en sont un signe. Des femmes assistaient aux débats de l’association des tisseurs, et l’on vit dans l’hiver 1869-70 se dessiner un mouvement revendicatif autonome des tordeuses et remetteuses de soie, malgré les moqueries de certains chefs d’atelier. (AML, 12 47B, Com. spé. 11.04.1870).

51 L’assurance retrouvée de l’Église sous le régime impérial semble avoir eu pour conséquence de multiplier les cas d’intransigeance cléricale, ceux où les prêtres eux-mêmes refusaient à la famille l’enterrement religieux. Le procureur général appelait l’attention du ministre sur ce phénomène dont il devait mesurer la maladresse politique mieux que le clergé lui-même (AN BB 30 379 ; 5.04.1853). Or la sévérité du clergé à l’égard des suicidés, par exemple, était souvent mal acceptée par la population, surtout après quelques années d’indulgence.

52 AML, Il 262, Enterrement de Hugon, 31.12.1866. Commentaire d’une voisine ; une autre rétorque : « Oh, oui, il y en aura bien d’autres plus tard".

53 AML, série Q (sociétés de secours mutuels, liasse P-U).

54 L’Excommunié, 23.10. et 11.12.1869.

55 AML. I2 47, 26. 06. 1866, et ADR, 4M 99 (27. 06).

56 J. Maurain, La politique ecclésiastique du second Empire, pp. 752-3.

57 L'Excommunié signale ainsi, à la Croix-Rousse, le 17 juillet 1869, l’enterrement d’un « simple ouvrier », suivi par deux mille personnes ; le 18 septembre, celui d’une jeune fille (un millier d’assistants) ; le 9 octobre, trois mille personnes aux obsèques de la « citoyenne Roussel », et le 30, encore deux mille aux funérailles d’un membre du conseil d’administration de l’association des tisseurs de Lyon...

58 ADR, 4M 107, com. pol. Brotteaux, rapport de février 1869 sur la situation de l’industrie.

59 A. Audiganne, Les populations ouvrières..., p. 237.

60 Le Rhône était devenu, à la fin du second Empire, l’un des départements où la part des élèves d’écoles congréganistes dans les effectifs de l’enseignement primaire était la plus forte (Cf. les cartes jointes à la thèse de J. Maurain, La politique ecclésiastique...).

61 L’Excommunié, 11.12. 1869 et AML, I2 44, p. 45 ; surpris, le commissaire note la bonne réputation de la défunte et de son mari !

62 A. Dalotel, A. Faure, A. Freiermuth, Aux origines de la Commune..., pp. 325-67, « le temps des émeutes ».

63 AML, I2 44. Gendarmerie Croix-Rousse, 18. 02.1870.

64 ADR, 4M 99, sergents de ville 2e compagnie, 28. 04.1870, et 4M 231 corn. pol. Jardin des Plantes, même jour.

65 Mais l’on n’imagine guère les impérialistes les plus convaincus entonner dans ces circonstances " partant pour la Syrie... "

66 Les républicains ont soutenu avoir manifesté au cri de Vive la République, vive la paix ! Mais, si manifestation pacifiste il y eut, elle ne prit pas beaucoup d’ampleur. Les conservateurs entendirent crier Vive la Prusse ! (de Sugny, La révolution lyonnaise..., p. 20), ce que nièrent naturellement les républicains, même radicaux, après le 4 septembre (L. Garel, La révolution lyonnaise..., p. 15). Mais la haine de l’Empire pouvait suffire à inspirer ce cri, et à expliquer des positions qui anticipaient le défaitisme révolutionnaire de Lénine... (ADR, 4M 104, com. pol. Hôtel de Ville, 10-11. 08.1870 : Noël Gagneur, veloutier, arrêté dans un rassemblement place des Terreaux « où il pérorait, disant que tous nos généraux ne valent rien, qu’il n’y a pas de patrie, que le jour de la délivrance arrivera, que la république nous délivrera de tous les assommeras... »).

67 ADR, 4M108, commissaire de police Louis le Grand 19-20. 07., et Salut Public, 21 08. (lettre d’un « témoin oculaire ») ; AML, 12 44, com. spé. chemins de fer, 22. 07. 1870.

68 Sur le rôle de l’espace dans les émotions parisiennes du xviiie siècle, A. Farge, La vie fragile. notamment p. 311.

69 ADR, 4 M 231. Corn. pol. Jardin des plantes, 30. 04.1870.

70 AML, I2 44, p. 149 sqq..

71 Salut public, 13. 04. 1870.

72 ADR, 4M 99 et 231. Le 25, des groupes de gamins chantant les Girondins et La Marseillaise au Jardin des Plantes ; le 26, une centaine de gamins descend de la Croix-Rousse vers la place Sathonay, escortée par de jeunes ouvriers ; le 27, un rassemblement de cinq à six cents personnes, sur la Grande Place de la Croix-Rousse, entourant des gamins qui chantent La Marseillaise ; le 28, alors que la salle Valentino est comble, des gamins parcourent le boulevard de la Croix-Rousse en criant « vive la République ! » et « à bas les Bonaparte ! », toujours sans intervention des forces de l’ordre...

73 ADR, 4M104, rapports des commissaires de police. 27 arrestations place des Terreaux (qui aurait été dégagée la veille par les lanciers) le soir du 22 juillet (com. pol. Hôtel de Ville 22-23. 07.) ; 25 le 12 août sur la même place (id., 12-13 08 ; 4M108) ; AML, I2 44, onze arrestations après l’affaire Lentillon...

74 ADR, 4M 231, préfet à Intérieur, 3. 05. 1870.

75 Salut public, 3. 05. 1870. L’expression désigne alors de faux manifestants ouvriers, et de vrais agents provocateurs.

76 Voir notamment J.-P. Donné, Une société en crise, la Commune à Lyon, M. Moissonnier, La première Internationale et la Commune à Lyon, et les articles de J. Archer, « La naissance de la Troisième République à Lyon (4-15 septembre 1870) », « La Commune de Lyon (mars-avril 1871) », « The Crowd in the Lyon Commune and in the Insurrection of La Guillotière ».

77 Par exemple, le 4 février, au lendemain de l’invasion de l’Hôtel de Ville par des manifestants venus de la Rotonde, le conseil municipal réaffirme dans une affiche que « les délégations non tumultueuses seront toujours admises par la municipalité, qui recevra leurs demandes et réclamations » ADR, 4M223. Nombreuses pétitions de gardes nationaux au préfet en ADR, 1M 121.

78 Encore faut-il distinguer : le 21 décembre 1870, après l’émeute qui coûta la vie au commandant Arnaud, le préfet du Rhône prit l’arrêté suivant : « art. 1. Les réunions publiques sont interdites jusqu’à nouvel ordre, art. 2. Les manifestations, de quelque nature qu’elles soient sont également interdites ; ceux qui les auront provoquées seront poursuivis comme fauteurs de désordre et excitation à la guerre civile. » Salut public du 23 ; les unes et les autres furent à nouveau permises ou tolérées à partir de la fin de janvier, pour les nécessités de la campagne électorale.

79 De Sugny, La révolution lyonnaise..., pp. 3639.

80 Ibid., pp. 61-62 pour les chantiers nationaux ; un extrait de journal (malheureusement anonyme et non daté, mais probablement des tout derniers jours de septembre) relatant un défilé de deux cents femmes, revenant de l’Hôtel de Ville, entre deux haies de gardes nationaux (ADR 4M223).

81 De Sugny, La révolution lyonnaise..., pp. 24-25 et Steyert, Nouvelle histoire de Lyon, t. IV, p. 124. Contrairement aux calomnies des conservateurs, pas un seul droit commun n’est libéré par la foule, mais beaucoup de manifestants de juillet et d’août, inculpés principalement de cris séditieux : voir la pièce no 4 dans De Sugny, op.cit., pp.l64 sqq.

82 De Sugny, op.cit., p. 39 et 119.

83 Il a peut-être « perdu le contact avec le véritable prolétariat né de la poussée industrielle du second Empire... », M. Moissonnier, Présentation des Confessions... de J. Benoît, p. 24. Mais il y a sans doute autre chose : les passions déchaînées par la fin de vingt années de dictature, d’une répression policière incomparablement plus forte que celle de la monarchie bourgeoise ; et peut-être la disparition sous l’Empire de l’expression folklorique de la louange ou de la réprobation, qui canalisaient la violence dans des formes traditionnelles...

84 Il y avait bien plusieurs milliers de personnes sur la place des Terreaux, lors des autres journées, mais c’est que tous les jours, presqu’à toute heure se tenait sur la place, comme on disait en 1848, club en plein vent. Un exemple en 4M108 : com.pol. attaché à l’État-major général, 19-20. 02. 1871 : « toujours de nombreux groupes d’individus sur les places publiques qui discutent des affaires de la guerre... »

85 Où l’on payait, semble-t-il, les ouvriers des chantiers nationaux.

86 Appel à manifestation des Internationaux le 4 novembre. De Sugny, op.cit. p. 77 et 332.

87 Lettre de démission (4. 02.1871) d’un membre de l’État-major de la Garde nationale. ADR, 1M121.

88 Le 22 mars. M. Moissonnier, La première Internationale..., pp. 319-321.

89 Peut-être peut-on lui attribuer un rôle dans le fait qu’à la fin du Second Empire les militants ouvriers n’hésitent pas à descendre dans la rue à Paris, sans avoir l’intention de chercher l’affrontement armé. Une notation en ce sens dans A. Thomas, Le Second Empire p. 281. Au moment de Mentana, les Internationaux, ne pouvant envisager l’insurrection, forment le projet d’une manifestation...

90 ADR, 4M231, com. spé. au préfet, des 5, 12, 14 et 15 mai. Prévue initialement pour un jeudi, elle fut repoussée au dimanche, mais n’eut pas lieu, « beaucoup la trouvant ridicule ».

91 F. Dutacq, in A. Kleinclausz, Histoire de Lyon, III, p. 208.

92 Récit dans M. Moissonnier, La première Internationale.... pp. 248-266. Beaucoup de confusion pour savoir si la manifestation doit ou non être armée (« comme vous voudrez ! » répond Cluseret, Bakounine est pour, les Lyonnais sont en majorité contre...) ; et quel est son objectif réel : pour se débarrasser des officiers réactionnaires (ce sur quoi tous les participants sont d’accord), faut-il dissoudre le conseil municipal ou l’appuyer ?

93 Bon récit des événements par M. Moissonnier, La première Internationale..., pp. 294-96, mais la meilleure description des cortèges de cette matinée dramatique (probablement un rapport au procureur de la République, et son brouillon) se trouve aux ADR, 4M 223, et montre que les deux cortèges comportaient, et des gardes nationaux, et des femmes (les cartouchières de la rue de Cuire). Les Mémoires et aventures... de N. Truquin, p. 171, éclairent les objectifs des « émeutiers » : exiger des autorités la levée en masse, contre les Prussiens qui marchaient sur Lyon. Dans l’après-midi, après un nouvel échec à rallier la garde nationale, seule une poignée de femmes descendirent vers l’Hôtel de Ville... se heurter aux bataillons des quartiers bourgeois. Après coup, les manifestants reprochèrent à Deloche (le principal accusé, qui fut condamné à mort) d’avoir fait échouer la manifestation en perdant du temps à exécuter Arnaud. Cf. Truquin, op. cit., pp. 181-2.

94 Le 9 mars 1871. ADR, 4M108, 10. 03. directeur de la sûreté au préfet. Parmi les participants, « un nommé Leblanc, venu de Paris ».

95 Salut public, 23 et 27. 12. 1870 ; dans l’autre camp, commentaire de Norbert Truquin : « les obsèques d’Arnaud ont été une manifestation en faveur de la réaction », Mémoires et aventures..., p. 186.

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search