Version classiqueVersion mobile

Les Chemins de la manifestation

 | 
Vincent Robert

Chapitre V. La fête impériale

Texte intégral

  • 1 B. Ménager (Les Napoléons du peuple..., pp. 145-157) en a pressenti l’intérêt, mais ses analyses n (...)

1Premiers utilisateurs de l’expression, les adversaires de l’Empire la chargèrent de tout leur mépris d’hommes graves, d’une rigueur morale inflexible, qui avaient refusé la violation du droit que constituait le coup d’État et l’avaient souvent payé de nombreuses années de prison, d’exil ou de privations. Nourris de leurs lectures latines, eux n’y voyaient que symptôme de corruption des mœurs, à la cour, ou entreprise délibérée d’avilissement des foules. Les faits sont évidemment un peu plus complexes, mais il est vrai que les fêtes de l’époque impériale se révèlent d’un singulier intérêt pour l’étude du régime1. Dans la mesure où il s’était voulu le sauveur de l’ordre et de la société menacés, le nouveau pouvoir ne pouvait tolérer les désordres de la rue ; en revanche, son caractère plébiscitaire lui imposait de donner des fêtes au peuple, ne serait-ce que pour compenser l’absence de toute vie politique réelle. En cela l’attitude du régime vis à vis des fêtes est un bon révélateur de sa nature et de ses contradictions : populiste sans être, au moins à Lyon, populaire ; militaire et clérical au plus haut degré, particulièrement dans notre ville ; gouvernement personnel enfin, ayant besoin de la popularité que procurent de nombreux contacts directs avec l’opinion, lors des voyages officiels du souverain.

La mise au pas des fêtes populaires : Mort de Carnaval

2Jamais plus après 1848 on ne revit la bande des Souffleurs, ni celles de Bourgneuf ou des Gagne-petit ; jamais plus on ne précipita dans le Rhône le mannequin de Carmentran ; et même la promenade de Saint-Fons tomba dans l’oubli en peu d’années. Archétype de la fête populaire, dans une ville réputée pour sa gravité, Carnaval est donc mort à Lyon dans les années qui suivirent la révolution de Février ; et jamais il ne ressuscita véritablement, même sous d’autres formes, comme à Paris.

3C’est peu dire qu’il n’a pas été regretté. Il est mort dans l’indifférence absolue de ceux qui portaient la plume à cette époque :

  • 2 Feuille du jour, 10. 03. 1848.
  • 3 Annuaire de Lyon et du département du Rhône pour 1854 (notice historique sur la ville de Lyon, à l (...)

Ces coutumes surannées ont fait leur temps. Elles convenaient à l’enfance des sociétés ; mais à une époque où le peuple devient chaque jour plus intelligent et plus curieux, elles doivent disparaître. Aux fêtes grossières et ridicules du moyen-âge doivent succéder d’autres fêtes splendides, imposantes et grandioses, en harmonie avec les idées, les mœurs et les institutions d’une nation grande et libre2.
...De sordides et ridicules mascarades qui ne sont plus de notre temps3.

4Ce n’est que beaucoup plus tard, après la chute de l’Empire, que certains se mirent à l’évoquer non sans nostalgie. Il était alors bien trop tard pour le faire revivre, et le climat d’ordre moral ne s’y prêtait guère. Reste à savoir pourquoi il a disparu, de quoi il est mort et comment. L’explication que donnèrent les contemporains est qu’il avait été victime de la révolution, en rappelant que déjà, les événements de 1830-34 lui avaient porté un rude coup dont il s’était à peine relevé. Pourtant les Carnavals de l’enfance de Clair Tisseur, en pleine Monarchie de Juillet, nous semblent dans tout leur éclat ; il ne suffisait donc pas d’une révolution et de quatre années de troubles pour tuer Carnaval. Pourquoi n’est-il pas revenu à la vie après 1848 ?

  • 4 Courrier de Lyon (19. 02. 1847) ; Nizier du Puitspelu, Vieilleries lyonnaises, p. 120.
  • 5 AML, I1 245 Carnaval. Lettre du maire aux commissaires de police, interdisant ce « divertissement (...)
  • 6 Nizier du Puitspelu, Oisivetés..., pp. 192-3. Notons aussi que Vaïsse avait été brièvement ministr (...)

5Carnaval peut être mort ou bien avoir été assassiné. Mort parce déjà en mauvaise santé : c’était la thèse du journal gouvernemental le Rhône pour lui refuser le rôle de baromètre de la prospérité publique et minimiser l’importance de la crise économique. D’autres indices vont dans ce sens : en 1847, une foule considérable attendit le mercredi des Cendres la bande des Souffleurs, et son attente fut trompée. Deux ans auparavant, à la suite de son plongeon dans les eaux glacées était mort le « souffleur » chargé de repêcher Carmentran dans le Rhône4. Soit que personne n’ait voulu reprendre le rôle, soit que les autorités l’aient interdit, cette part essentielle des festivités disparut5. Cependant les autres pratiques, la sortie des bandes le Mardi-Gras, et surtout la promenade du dimanche des Brandons restaient vivantes, comme le prouve le Carnaval révolutionnaire de 1848. Clair Tisseur penchait, lui, pour l’euthanasie : rappelant judicieusement que les bandes dépendaient pour leur déguisement de subventions municipales, il expliquait que la municipalité avait eu bien autre chose à faire en 1848 et les années suivantes et que Vaïsse s’était ensuite refusé à les rétablir, car « il avait horreur de tout ce qui était bruit, manifestation extérieure », et que « l’idée d’une bande, passant dans la rue, tambour en tête, l’eût fait frémir, encore qu’elle ne dût se composer que de turcs et de sauvages, sans le moindre républicain6 ». Plausible, probablement exacte pour l’essentiel, l’explication est partielle et lénifiante. En effet, Lyon a connu en 1853 et 1854, un ultime avatar du Carnaval, sous le régime impérial, et même sous l’administration de Vaïsse : l’épisode ayant été oublié, il vaut la peine de s’y étendre quelque peu.

  • 7 AML, I1 245 Les arrêtés du préfet du Rhône ne prévoient plus de dispositions spéciales pour éviter (...)
  • 8 Le maréchal de Castellane donnait ainsi chaque année un bal à l’occasion du Carnaval.
  • 9 Salut public, 14. 02. 1853.

6La coutume de la promenade de Saint-Fons, le dimanche des Brandons, n’avait pas disparu comme les autres parties des festivités et on la retrouve mentionnée en 1851, bien que l’on note dès lors qu’elle a perdu de son entrain, et que les masques y sont rares7. Rappelons quand même une caractéristique importante de cette journée : c’était la seule à laquelle la jeunesse bourgeoise prenait une part active, à côté des bandes qui étaient, elles, d’extraction très populaire. Au mois de février 1853, quelques jeunes gens de bonne famille eurent l’idée de couronner les bals costumés et autres réjouissances privées auxquelles on continuait de se livrer pendant la période précédant le Carême8, par une grande cavalcade, le dimanche des Brandons. De semblables cortèges se pratiquaient, nous dit-on, dans bien d’autres villes. Le fait est que ces jeunes gens s’y prirent un –peu tard, et que le premier essai parut quelque peu improvisé. Le cortège, peu nombreux huit ou dix voitures tout au plus – s’ébranla alors que la matinée était bien avancée, et n’avait pas parcouru la moitié de l’itinéraire prévu vers deux heures de l’après-midi : les spectateurs l’abandonnèrent pour rentrer dîner chez eux. Mais enfin, comme l’écrivait un journaliste : « le coup d’œil charmant qu’a offert cette cavalcade, malgré l’insuffisance du temps consacré à ses apprêts et le petit nombre d’amateurs qui y ont figuré, donne une idée de l’éclat que pourront revêtir des fêtes de ce genre, les années suivantes9 ».

  • 10 Programme dans leSalutpublic du mardi 21. 02. 1854.
  • 11 Ibid. Les travestissements prêtant à des allusions politiques ou religieuses étaient interdits ; n (...)

7L’année suivante en effet, on s’y prit beaucoup plus tôt, les souscriptions furent ouvertes dans les bureaux des trois journaux de Lyon, dans les principaux cercles et dans plusieurs maisons de commerce ; ce fut un très brillant spectacle, « organisé par les jeunes gens de la ville, avec le concours des autorités civiles et militaires », et le programme diffusé quelques jours avant nous permet d’en avoir une idée10 ; toutes les précautions avaient été prises pour assurer le succès, les musiques des dragons et des cuirassiers de la garnison ouvraient la marche en costumes arabes et turcs, les participants avaient été soigneusement choisis pour qu’il n’y ait ni incident ni désordre11 ; les décors étaient l’œuvre d’un artiste-peintre, les costumes, du costumier des théâtres ; se succédaient des groupes monumentaux et d’autres à vocation comique... et les sergents de ville étaient disséminés sur tout le parcours, des Brotteaux à Perrache. Le succès semble avoir été très grand, et pourtant sans lendemain : l’année suivante, il n’y eut pas de cavalcade.

  • 12 En 1859 encore, quand la Société du Soleil, des jeunes gens de Saint-Just, se propose de fêter le (...)

8On a pu remarquer que le caractère de la promenade des Brandons était ainsi profondément modifié : n’y participe plus que la jeunesse bourgeoise, et le cortège se déroule avec l’assentiment des autorités à qui il fut même question, la première année, d’aller donner la sérénade. Si donc ce cortège-là a été autorisé, et que l’on ne revit plus de bandes dans les rues de Lyon, c’est très certainement que l’on craignait le caractère populaire des fêtes de Carnaval, et que sa date était dangereusement proche de l’anniversaire subversif du 24 février, que les républicains continuaient à fêter clandestinement. Les bandes, venues des faubourgs, étaient donc suspectes : pas question de leur donner une occasion de manifester12.

9Pourquoi donc n’y eut-il plus de cavalcades après le dimanche des Brandons de 1854 ? La fête n’avait pas fait l’unanimité :

  • 13 Salut public, 14. 02. 1853. Le journal prétend que les lettres étaient mal écrites et fort mal ort (...)

Il nous faut dire cependant pour rendre hommage à la vérité, qu’aujourd’hui nous avons trouvé dans notre boîte plusieurs lettres, non signées comme de raison, pleines d’invectives contre nous aussi bien que contre cet essai de mascarade charitable. Cette prose (...) prétend que la quête d’hier est de la mendicité en oripeaux de fête, protégée par la police, déshonorante pour l’indigence non moins que pour la cité qui l’encourag13...

  • 14 Le Salut public (27. 02. 1854) désigne à l’opprobre public une jeune femme qui s’était appropriée (...)

10Composées de jeunes gens des meilleures familles, qui prenaient plaisir à démontrer leur aisance sur leurs montures, les cavalcades avaient aussi une intention charitable : beaucoup de participants, déguisés en pélerins, portaient des aumônières, et les chars qui fermaient le cortège dissimulaient de gigantesques corbeilles où pièces d’or, d’argent ou de billon pouvaient être jetées des fenêtres. Gare au malheureux qui aurait empoché une piécette roulant au sol : les sergents de ville avaient vite fait de l’emmener au poste14... Le sens de Carnaval était ainsi inversé. Non seulement on en avait dépossédé les classes populaires mais on en faisait une insulte à leur dignité dans des années de misère. Gageons que si cela ne se renouvela pas, ce n’est pas simplement que l’année suivante fut meilleure, mais aussi que certains des administrateurs du département, connaissant mieux que l’oligarchie lyonnaise les milieux populaires, pouvaient en avoir vu les dangers politiques.

  • 15 A. Faure, Paris Carême-prenant. Du Carnaval à Paris au xixe siècle, pp. 129-131.
  • 16 AML,I1 245, Bœuf gras en promenade, 1855-63. Pétition de Tolly et Francallet, marchands bouchers à (...)
  • 17 Ibid., requête d’un boucher rue Vieille Monnaie (1e arr.) en 1860.
  • 18 Intéressante aussi la reprise dans un but de réclame d’une pratique traditionnelle : en quelque so (...)

11Ne subsista donc rien du Carnaval lyonnais. Une chose pourtant peut en être rapprochée : la promenade du Bœuf gras. On sait qu’à cela fut réduit sous l’Empire le carnaval parisien, privé de tous ses autres aspects potentiellement subversifs15. Les bouchers lyonnais, quant à eux, semblent n’avoir jamais joué le moindre rôle dans le Carnaval traditionnel, mais il est vrai que n’existait pas de grand concours agricole dont on aurait pu promener les animaux primés. Sous la Deuxième République, il s’en créa un, le lundi de Pâques, au marché aux bestiaux de Vaise. Nous ont donc été conservées une dizaine de requêtes émanant de marchands bouchers, à l’effet de « promener le bœuf dans le quartier de Vaise et le quai de Serin, accompagné de deux garçons bouchers et deux hommes pour le conduire, plus huit musiciens qui donneraient des sérénades aux personnes qui ont pour habitude de se servir chez les deux pétitionnaires » ; le tout devant avoir lieu pendant la journée du mercredi, de dix heures du matin à quatre heures du soir16. La réponse des services de la préfecture, généralement positive, restait méfiante : on peut lire en marge les mentions « Vaise seulement », « avec musique, mais sans tambour », et certains bouchers semblent l’avoir su, qui précisaient que cela se ferait sans tambour ni musique17.... Sans jamais avoir eu l’importance qu’elles avaient à Paris à la même époque, ces promenades révèlent néanmoins les conditions extraordinairement restrictives auxquelles était soumis tout cortège non officiel sous la vigilante administration du sénateur Vaïsse, préfet du Rhône et maire de Lyon18.

L’administration et les Vogues de quartier

  • 19 ADR, 4M96, 31. 07. 1848 par exemple, ou 4M97, 21. 03. 1849.
  • 20 À la Croix-Rousse, en octobre 1850, la police obligea « le nommé Sève, habillé en cantinière, acco (...)

12On aurait tort de penser que cette méfiance de l’administration vis-à-vis de tout ce qui ressemblait à un cortège populaire ou folklorique n’était que le fruit des obsessions policières de quelques-uns, le préfet du Rhône tout le premier. De fait, il semble que dans les mois et les années qui suivirent la révolution de Février, la moindre amorce de cortège semait l’épouvante dans une partie importante de la population, et que les directives policières ne faisaient que prolonger et systématiser une attitude assez générale19. Tout cortège compagnonnique était alors vu avec suspicion, et les vogueurs eux-mêmes furent un temps l’objet d’une surveillance serrée20.

  • 21 Lettre du préfet au maire de la Guillotière, 6. 05. 1856 (AML, Guil. I 16)
  • 22 Lettre de Richard Vitton, maire de la Guillotière, au secrétaire général pour la police, approuvan (...)

13Le carnaval disparu, Vaïsse semble bien avoir eu la volonté de s’attaquer aux vogues, dans le même souci de maintien de l’ordre public et de moralisation des classes inférieures. Mais son action dans ce domaine se révéla vouée à l’échec. Dans les premières années, il confiait la surveillance des vogues aux commissaires de police, et entendait exiger des organisateurs des garanties pour la moralité publique : les jeunes filles ne devaient pas être admises aux danses, qui devraient se terminer à onze heures. Il admettait les promenades des vogueurs, tambours et musique en tête, sous réserve de l’accord du commandant de la place. Sa position se durcit ultérieurement : « les vogues font plus de mal que de bien (...). Elles ne profitent qu’aux cabaretiers, aux placeurs et aux joueurs et (...) elles sont surtout nuisibles à la classe ouvrière qui dépense ou dissipe dans ces fêtes en quelques jours des économies presque toujours destinées à pourvoir aux besoins impérieux de famille. Tous ces motifs me font un devoir de ne point augmenter la durée des vogues et j’ajouterai que si je les maintiens à Lyon, ce n’est que par égard à d’anciens usages21 ». En conséquence de quoi, il refusait absolument au maire de la Guillotière une prolongation de la vogue au-delà de deux dimanches et deux lundis. Mais l’année précédente, son opposition résolue n’avait pas empêché la vogue de s’étendre sur quatre semaines. C’est que l’affaire était loin d’être aussi simple que l’interdiction du carnaval ; il y avait en jeu de fortes sommes d’argent destinées aux établissements de bienfaisance, auxquelles les maires des arrondissements tenaient beaucoup ; et des intérêts commerciaux non négligeables, ceux des débitants et restaurateurs notamment. D’autre part, il était sans doute irréaliste de vouloir régler une grande vogue comme celle de la Guillotière de la même manière que celle de Saint-Just, surtout si c’était au maire qu’était désormais confiée la police du champ de vogue. Pensant que l’étiolement des fêtes s’ensuivrait, Vaïsse essaya dans les années suivantes de prohiber absolument les jeux de hasard, en prenant prétexte de certains abus22 ; et il échoua non moins complètement : dès avant sa mort, les jeux furent en définitive tolérés, sous réserve que les enjeux restent modestes.

  • 23 Le secrétaire général pour la police met en avant les plaintes des industriels sur la célébration (...)
  • 24 AML I1 246. « 11 n’y aura pas de promenade à l’intérieur de la ville de Lyon » figure sur les form (...)
  • 25 Ibid. La vogue du Grand Trou, par exemple, apparaît en 1851, puis 1863 et les années suivantes... (...)
  • 26 Ibid. Vogues du boulevard du Nord (1862) de la place de la Croix (1864), du Prado (id), de la Part (...)
  • 27 On voit par exemple renaître (?) en 1863 une vogue à Pierre-Scize, et en apparaître une à Saint Je (...)

14Ce qui frappe en fait, c’est le peu de prise que l’administration préfectorale a eu sur l’évolution des fêtes malgré le contrôle auquel elles étaient soumises : elle n’eut quelque efficacité que sur deux points. D’une part, les vogues furent réduites d’abord à deux dimanches et deux lundis seulement, puis dans les dernières années de l’Empire à deux dimanches, mais un seul lundi23. D’autre part, la promenade des vogueurs fut peu à peu limitée au quartier concerné, à l’exclusion du reste de la ville24. Il n’en reste pas moins que les unes et les autres subsistèrent, et que la limitation de la durée des vogues fut plus que compensée par la multiplication de leur nombre : car si les vogues qui existaient avant l’agrandissement du territoire municipal subsistèrent naturellement, et que l’on voit apparaître au grand jour dans les dossiers des fêtes baladoires qui devaient auparavant végéter dans l’indifférence des autorités25, il s’en ajouta bien d’autres, dans des quartiers jusqu’alors déserts, que la croissance urbaine peuplait rapidement26. Avoir sa propre vogue devint un moyen pour un quartier quel qu’il soit, parfois même à l’intérieur de la ville ancienne, d’affirmer sa personnalité, de se donner un peu d’animation, ou de ramener la vie dans un espace délaissé27 ; sous peine d’apparaitre tatillonne et tracassière, l’administration ne pouvait s’opposer au mouvement général.

  • 28 À noter pourtant que Nizier du Puitspelu considérait qu’à son époque (milieu des années 1870), les (...)

15Non seulement les fêtes baladoires ne disparurent pas, mais elles se multiplièrent ; l’échec était patent. Elles se transformèrent également, et l’on sent à quelques signes que leur évolution va dans le sens d’une professionnalisation : même de petites vogues ont leurs manèges dans les années 1860 ; et le rôle des vogueurs semble moindre. Mais ces changements furent suffisamment lents pour que la tradition populaire des cortèges de vogueurs ne soit pas totalement extirpée et qu’en se métamorphosant elle ait pu durer plus longtemps que le régime impérial28.

Le spectacle de la force

  • 29 Courrier de Lyon, 11. 02. 1851.

Ces revues, en montrant à la population, toujours empressée auprès de solennités pareilles, la belle tenue de notre armée, resserrent les liens de la discipline, perpétuent les bonnes traditions et fortifient l’esprit militaire, cet esprit du devoir que l’honneur du drapeau a su maintenir intact contre les atteintes de la révolution29.

16Inutile de multiplier les citations, les textes de l’époque sont d’une étonnante franchise. L’armée est à Lyon le rempart de l’ordre, et c’est ce spectacle rassurant ou intimidant, selon le point de vue, que la République conservatrice, puis l’Empire dans ses premières années surtout, s’employèrent à donner le plus souvent possible à la population. Nous avons déjà évoqué le rôle qu’avaient joué certaines revues générales en 1848-49, la revue du 30 avril 1848 et celle du 9 février 1849, où Bugeaud passa en revue la totalité des troupes déployées sur la place Bellecour, mais aussi sur les quais de la Saône jusqu’à la place des Terreaux. Avec le maréchal de Castellane, qui remplaça au printemps 1850 le général Gémeau, vainqueur de l’insurrection, mais sans doute trop républicain, le spectacle de l’armée devint un moyen de gouvernement : l’armée se montra.

  • 30 F. Linossier. Bluettes et croquis lyonnais, Paris & Lyon, 1868, « la promenade de Bellecour », pp. (...)

17Il imposa rapidement son personnage, d’ailleurs haut en couleur, et voulut restaurer la discipline de l’armée dans un sens tout conservateur : il commença par exiger de ses officiers la fidélité au costume militaire, même hors service, ce qui lui semblait le minimum pour une ville en état de siège. Tous les soirs, des musiques militaires donnèrent des concerts sur les places de la ville, Bellecour en premier lieu. Ce concert quotidien devint une institution et un haut lieu de la sociabilité lyonnaise, notamment féminine : pendant l’été, sous les marronniers de Bellecour se cotoyaient sans se mélanger toutes les couches du monde et du demi-monde, femmes de commerçants exceptées30.

  • 31 E. Vingtrinier, La vie lyonnaise... p. 296.

18C’est sans doute aussi de cette époque qu’il faut dater l’institution de la retraite militaire : partant de leurs casernes, tous les soirs, « tambours et clairons venaient se masser place Bellecour, place des Terreaux et pont Morand. Un roulement se faisait entendre ; après quelques mesures sur place, tapins et soufflants, battant et sonnant, regagnaient leurs casernes » suivis par des groupes nombreux d’enfants et de badauds31 : c’était « l’heure militaire »... qui d’une certaine manière, venait rythmer la vie civile.

  • 32 Castellane, Journal. IV, pp. 275-76 01. 05. 1852).
  • 33 Salut public, 15-16. 08.1852.

19Enfin, non content de passer, tous les quinze jours, le dimanche à midi, une revue de l’ensemble de la garnison à Bellecour, Castellane saisissait toutes les occasions de montrer les capacités guerrières de ses troupes ; comme avant lui Bugeaud, il organisait de petites guerres, et simulacres de combats, qui nécessitaient hélas, que la population vînt jusque dans la plaine du Grand-Camp, au nord des Brotteaux, ou près du fort de la Vitriolerie, à la Guillotière, voire au nouveau camp de Sathonay. Les fêtes officielles offraient le meilleur des prétextes pour déployer devant les foules la valeur de ses soldats, qui étaient le clou, et presque l’unique ingrédient des festivités dans les premières années. Ainsi, la première fête officielle après le coup d’État, la remise des Aigles aux régiments, ne comporta qu’une revue et un grand carroussel à l’hippodrome de Perrache32. Le quinze août 1852, première occasion de célébrer la nouvelle fête nationale, on reconstitua sur le pont de Tilsitt la bataille d’Arcole, propagande impériale oblige33. Cependant, les années passant, et surtout Castellane disparu, l’armée se fit un peu plus discrète : les simulacres de batailles disparaissent des programmes après 1862, et même, le quinze août 1869, la revue des troupes eut lieu dès sept heures du matin.

  • 34 ADR, 1M166 ; ordres aux troupes de la 8° division militaire pour la fête de S.M. l’Empereur, 1865 (...)

20Là ne se bornait pas la participation de l’armée aux fastes du régime, dont elle était un des piliers : la musique de la grand-messe chantée le quinze août à la primatiale était fournie par les régiments de la garnison, comme le cordon de troupes d’élite qui protégeait l’entrée de l’édifice ce jour-là. Les officiers qui n’étaient pas de service étaient d’ailleurs invités à s’y rendre en grande tenue34...

L’église triomphante

21Les méchants tremblants ou en prison, les bons rassurés, le spectacle de la rue devait en porter témoignage. Et comme le parti de l’Ordre était aussi celui de l’Église, le retour à la normale se marquait également par la réapparition du clergé sur la place publique. L’Église lyonnaise ne s’en priva pas : jamais depuis la Restauration elle n’avait été autant à l’honneur, jamais elle n’avait pu disposer d’une telle liberté pour déployer ses ors et ses pompes, et jamais ceux-ci n’avaient été plus éclatants. Dans ses manifestations publiques, l’Empire apparut comme la revanche et le triomphe de l’Église. Les républicains de toute nuance s’en souviendront, même après le refroidissement des relations entre l’archevêché et la préfecture.

  • 35 Quoi qu’en ait dit l’historien légitimiste Steyert, qui ne voyait d’anticléricaux que dans la bour (...)
  • 36 Ainsi signale-t-on des charivaris contre les desservants de Saint-Louis de la Guillotière et de Se (...)
  • 37 Décision du maire commentée favorablement par le commissaire central. ADR, 4M95, 21. 06.1848.
  • 38 ADR, 4M97, com. centr. 19. 04., « Hier, à la Croix-Rousse, (les forcenés) sont entrés comme en fur (...)
  • 39 Annuaire de Lyon... pour 1852, p. 101. Mais à la Croix-Rousse, note le procureur général [AN, BB30 (...)

22L’anticléricalisme des masses ouvrières lyonnaises35 était patent dès 1848 et la révolution lui avait laissé libre cours. Mgr de Bonald, légitimiste notoire, avait eu beau se rallier très officiellement au nouveau régime, expliquant qu’il en attendait « la liberté qui rend nos frères des États-Unis si heureux », les premiers mois de la République furent bien difficiles pour l’Église lyonnaise. Après les assauts donnés aux «institutions charitables » qu’étaient pour elle les Providences, elle essuyait des marques d’hostilité ouverte36, et on ne semblait guère souhaiter sa participation aux cérémonies publiques. L’anticléricalisme officiel ne dura que le temps des pouvoirs provisoires, mais les processions de la Fête-Dieu ne purent sortir en 1848 par crainte d’incidents37 ; et si l’on invita ensuite le clergé à des fêtes comme la proclamation de la Constitution, l’hostilité à son égard prenait de telles proportions dans certains milieux, que même des cérémonies aussi innocentes et généralement populaires que les processions de premiers communiants rencontrèrent à la Croix-Rousse blasphèmes et injures au printemps 184938. En 1850 encore, il fallut se contenter d’une seule procession, celle de la cathédrale ; et ce n’est pas avant 1851 que les cortèges de toutes les paroisses purent « se déployer partout, au milieu du concours et de la satisfaction générale que cause à la population le retour de ces cérémonies du culte catholique39 ».

  • 40 Deux lettres d’avril 1853 adressées au préfet, dont celle du curé de Vaise particulièrement explic (...)
  • 41 ADR, V141 lettre du 3. 05. 1862. Il est difficile de savoir s’il s’agit d’une nouveauté ou pas. Le (...)
  • 42 Salut public, 16-17. 08. 1856. B. Ménager, op. cit., p. 157 parle de « fête laïque* à propos du Qu (...)
  • 43 Salut public, 15-16. 08. 1852 : « il faudrait remonter à bon nombre d’années pour retrouver les tr (...)
  • 44 ADR.V141, lettre au préfet du Rhône, 22. 06. 1853.

23Pour le clergé donc, l’état de siège, et plus encore le régime impérial durent apparaître comme une délivrance. Plus d’obstacle au passage dans les rues des processions de la Fête-Dieu ; ceux qui manquaient de respect au saint sacrement pouvaient être poursuivis avec une juste sévérité. L’administration s’enquérait même auprès des curés du nombre, de la nature et de l’itinéraire des processions que les troubles avaient obligé de suspendre40. Lors de leur fête patronale, des paroisses comme Saint-Nizier envisageaient désormais une procession extérieure41 Mieux encore, pour l’Assomption, qui, à partir du rétablissement de l’Empire allait revêtir « le double caractère de fête religieuse et nationale42 », on permettait la sortie des processions du Vœu de Louis XIII, qu’on n’avait pas vues dans les rues de Lyon depuis 1830, mais qui n’en furent pas moins considérées aussitôt comme « traditionnelles » par le clergé43. Il semble même que l’évidence de l’appui des autorités ait tourné la tête à certains, puisqu’en 1853, le président du consistoire dut se plaindre de l’obstruction faite au service divin « par suite du stationnement de la procession auprès du second reposoir établi sur les derrières du temple protestant44 ».

  • 45 L’état des « services pour les processions de la Fête et de l’octave de la Fête-Dieu » (ADR, 1M 14 (...)
  • 46 Le curé de Saint-Pierre se plaint cependant de ne pas pouvoir donner la bénédiction du Saint Sacre (...)
  • 47 ADR, V141, 12. 06. 1857. « La place enverra quelques cavaliers pour ouvrir et fermer la marche, et (...)

24Du déroulement de ces processions, il est difficile de traiter, car les renseignements sont fragmentaires, ou plus hyperboliques que descriptifs. L’aspect le plus évident est le soutien des autorités : les commissaires de police précèdent la procession en grande tenue, un grand nombre de sergents de ville sont mis à la disposition du clergé45, les reposoirs sont construits avec l’assentiment de l’administration, et toutes les dispositions sont prises pour détourner la circulation46. Se bornant à assurer l’ordre les sergents de ville prennent une part modeste au cérémonial, à la différence de l’armée : pas de procession qui ne bénéficie d’une musique militaire, ou à tout le moins de tambours, de quelques soldats pour former la haie devant les reposoirs, souvent aussi de cavaliers ou de fantassins pour ouvrir et fermer le cortège. Ainsi en 1863, les cortèges de Saint-Pothin et la Rédemption furent-ils accompagnés chacun de soixante fantassins, six tambours et quatre clairons, auquels s’ajoutent douze dragons à cheval, dans le premier cas, ou autant de hussards, dans le second... Saint-Jean parait un peu en retrait (peut-être les mes étroites ne rendraient-elles pas spectaculaire un plus grand déploiement ?) avec quarante fantassins, une musique de ligne et dix cavaliers. Parfois, notamment pour les processions de la primatiale, le maître des cérémonies se met d’abord directement en relation avec « la place », et demande ensuite (et il faut voir sur quel ton) au secrétaire général pour la police quelques sergents de ville47.

  • 48 Nizier du Puitspelu (Vieilleries lyonnaises..., p. 170) met en cause l’abandon de la ville par les (...)
  • 49 Nizier du Puitspelu, op. cit., p.l65 et Crestin, Souvenirs d’un Lyonnais, pp. 321-22.

25Les descriptions des processions sont assez rares. Ce n’est pas pour étonner : les processions, comme toutes cérémonies d’Église, sont censées être immuables et traditionnelles, ou on les considère comme dépourvues d’intérêt. Aussi est-il fort difficile d’évaluer la participation des fidèles, tant en nombre qu’en qualité. Tout ce qu’on peut dire, c’est que les enfants des écoles, que leurs mères viennent contempler avec émotion, sont fréquemment évoqués et que, culte marial oblige, les chœurs de jeunes filles connaissent un grand succès. Mais d’hommes adultes, il est fort peu question48. En ce qui concerne maintenant les ornements du cortège, nous sommes un peu mieux lotis : nous bénéficions de la polémique entre défenseurs de la liturgie lyonnaise, attachés aux traditions et à la gravité qui caractérisait la métropole des Gaules, et partisans ultramontains d’une liturgie romaine beaucoup moins sobre qu’ils réussirent à imposer jusque dans la procession de la cathédrale : s’il y eut un véritable tollé lorsqu’un chanoine voulut substituer une bannière nouvelle, avec fond blanc portant un Lyon d’or entouré d’abeilles, à la bannière traditionnelle bien usée49, Clair Tisseur rapporte qu’en 1873 :

  • 50 Aucun document ne parle avant 1848 de statue portée pendant les processions, mais le Salut public (...)
  • 51 Nizier du Puitspelu, Vieilleries lyonnaises..., p.l66.

de gentilles fillettes, vêtues de blanc, portaient sur leurs épaules un monstrueux cœur enflammé, en or avec des points rouges. C’était hideux. Plus loin on porte une petite statue de plâtre ou de cire, enluminée50. Jusqu’à des tableaux, avec leurs cadres. (...) Et ces petits enfants déguisés en Jésus-Christ avec une couronne d’épines sur la tête, c’est très mignon, peut-être, mais quoi qu’on fasse, cela sent la mascarade. Laissez-les, je le veux bien encore, dans les paroisses, pour la plus grande joie des parents et l’admiration des bonnes femmes, mais qu’au moins la sévérité de notre vieux rit lyonnais ne soit pas altérée où l’on doit surtout la chercher, à la Primatiale51...

  • 52 ADR V141 Même pour la Fête-Dieu, manquent les itinéraires d’au moins deux des plus importantes, ce (...)

26Comme il disait, « nous sommes en pleine dévotion romaine » et l’on devine les sarcasmes des anticléricaux. Quant aux parcours des processions, nous les connaissons mieux que pour les périodes précédentes, mais ils présentent peu d’intérêt ; d’année en année identiques, ils empruntent dans leur trajet circulaire les principales artères du quartier. Cependant certaines paroisses de la vieille ville sont manifestement gênées par des rues trop tortueuses et étroites, et l’on semble avoir eu aussi du mal à adapter les trajets à la restructuration du centre ville : les grandes artères nouvelles semblent peu empruntées52 ; enfin, il convient de noter le trajet remarquable, et sans doute spectaculaire, de la procession de la primatiale, la seule à parcourir les quais des deux rives de la Saône. Les maisons sont décorées de tentures, brillamment dans les quartiers aisés, mais aussi dans les quartiers les plus pauvres et les plus suspectés d’irreligion ; et l’on juge l’attitude des populations satisfaisante : on se découvre, quand on ne s’agenouille pas, au passage du dais. Les incidents sont rares avant les dernières années de l’Empire, et sans caractère de gravité.

  • 53 Où les processions de la Fête-Dieu ne sortaient pas des églises, sauf lorsque l’existence d’une co (...)
  • 54 Gazette de Lyon, 22 et 23. 11. 1848.
  • 55 Il n’y a pas foule sur les quais avant 1858, selon le secrétaire général pour la police (ADR, V 14(...)
  • 56 Salut public, 5-12. 12. 1852, et programme de la Fête in ADR, V141, lettre du maître des cérémonie (...)
  • 57 ADR, V 141, célébration du 8 décembre, avec les lettres du maître des cérémonies de la primatiale (...)

27Les processions dont nous avons fait état jusqu’ici n’étaient pas spécifiquement lyonnaises, même si elles prenaient à Lyon un caractère spectaculaire que l’on ne retrouve pas ailleurs, notamment à Paris53. Soucieuse d’affirmer plus encore la foi de la population et sa propre puissance, l’Église de Lyon s’attacha à donner plus d’éclat à la dévotion traditionnelle à Notre-Dame de Fourvière. Dès l’automne de 1848, Mgr de Bonald en personne rétablit la Confrérie Notre-Dame de Fourvière54. Chaque année, à la date du 8 septembre, les confrères monteraient processionnellement au sanctuaire après vêpres. Serait ensuite lue la consécration solennelle de la ville à la Vierge, et l’archevêque procéderait à la bénédiction de la ville de Lyon, comme avant 1789. Ainsi fut fait, et tous les ans, une foule relativement nombreuse se pressait sur les quais de la Saône pour assister à la bénédiction, annoncée par quelques coups de canon55. Une seconde manifestation de la dévotion lyonnaise à la Vierge est plus connue : la célébration de l’immaculée Conception, le 8 décembre par l’illumination de l’ensemble de la ville. À l’origine pourtant, il devait s’agir d’une cérémonie toute cléricale, puisque l’on n’avait prévu pour le jour de l’inauguration de la statue de Notre-Dame de Fourvière, le 8 décembre 1852, qu’une procession du clergé de la primatiale jusqu’à la chapelle, grand-messe, bénédiction de la statue à midi précis, annoncée par les cloches et salves d’artillerie et retour à Saint-Jean pour un Te Deum d’actions de grâces. Cependant, afin que « notre population laborieuse, la journée finie, pût prendre sa part de réjouissance de cette solennité religieuse », Mgr de Bonald autorisa une « petite fête ajoutée à la cérémonie » ; la statue serait illuminée dans la soirée et éclairée par des feux de Bengale, les particuliers pourraient également le faire lorsque le signal en serait donné depuis Fourvière. En raison du mauvais temps, le signal ne vint pas et comme cela avait été envisagé, le clergé et l’administration remirent les illuminations au dimanche 12. Mais la population illumina spontanément, et seuls les édifices religieux et publics restèrent dans l’ombre56... Dans les années suivantes, l’habitude s’établit donc à Lyon d’illuminer le huit décembre (plus que pour aucune fête officielle, ce que le remarquaient mélancoliquement les commissaires de police), et la proclamation du dogme de l’immaculée Conception en 1854 ne put que renforcer cette coutume. Le clergé s’employa à entretenir la tradition, illuminant la statue ce soir-là, inscrivant en lettres de feu sur les flancs de la colline « Lyon à Marie », donnant des concerts de chants religieux depuis la colonnade du Palais de Justice, puis, à partir de 1863, en plaçant des chœurs sur un bateau qui devait circuler entre le pont du Palais et le pont de Nemours. Cette dernière initiative ayant connu un grand succès, l’on ajouta l’année suivante un second « bateau-omnibus » et le parcours sur la Saône fut allongé57...

  • 58 ADR, 4M 231. Rapport au ministre de l’intérieur, 19.12.1866.
  • 59 Salut public, 13.12.1852.

28« Le parti clérical a donné cette année aux illuminations du 8 décembre (...) un éclat inaccoutumé qui n’était pas sans intention. En réalité, la population s’associe à cette manifestation pieuse avec l’élan qu’elle porte à toute fête et la pensée que beaucoup de petites industries y trouvent leur bénéfice » écrivait en 1866 le commissaire spécial58. D’année en année, depuis l’intervention en Italie, les relations s’étaient dégradées entre le régime et le clergé. Le temps n’était plus où la préfecture arborait dans la soirée un « transparent magnifique qui figurait deux anges supportant le chiffre de Marie59. »

Fêtes officielles et voyages du souverain

29Dès 1852, le quinze août était devenu la fête officielle du régime. La date, la même que sous le premier Empire, révélait les aspirations monarchiques de celui qui n’était encore que le Prince-Président ; nous avons déjà commenté la signification que lui donnait en outre la réapparition des processions du vœu de Louis XIII, mais notons encore la coïncidence avec la fête patronale de plusieurs corporations ouvrières. Sans doute s’agit-il là d’un hasard, mais la nouvelle fête nationale pouvait donc être interprétée de différentes façons. Et l’Empire eut la volonté d’en faire une fête populaire.

  • 60 Outre le carton 1M166 des ADR, ont été surtout utilisés les comptes rendus parus dans le Salut pub (...)
  • 61 « Le pourtour du cheval de bronze représentait des kiosques chinois du plus pittoresque effet », S (...)
  • 62 Salut public, 16-17. 08.1854.
  • 63 ADR, 1M166. Com. spé., 16. 08. 1865 : « dans plusieurs quartiers, les maisons n’ont été ni pavoisé (...)
  • 64 Notamment les restaurants et débits de boisson, désormais totalement à la merci de l’administratio (...)

30Dans leur monotone répétition, les épisodes principaux des festivités dénotent à première vue peu d’originalité60. D’année en année se succèdent, comme sous les régimes précédents, les salves d’artillerie, la distribution de secours aux indigents par les bureaux de bienfaisance à huit heures ; à dix, la messe à la primatiale Saint-Jean, où se rendent les autorités et les corps constitués en un long cortège protocolaire ; revue des troupes sur la place Bellecour, vers midi ; feu d’artifice sur la Saône, et illuminations des places principales et bâtiments publics dans la soirée... Pourtant le changement est sensible sur certains points. D’abord l’importance des illuminations dans la soirée. On ne se contente pas d’éclairer les bâtiments officiels, mais également les lieux publics les plus importants : la place Bellecour, où d’année en année on varie la décoration lumineuse du Cheval de Bronze, en fonction des thèmes que suggère l’actualité61 ; la place des Terreaux, où l’on admira en 1854 un transparent colossal sur la façade de l’Hôtel de ville représentant un arc de triomphe au centre duquel apparaissait le buste de l’Empereur entouré de faisceaux et supporté par des figures allégoriques62 ; la place Napoléon, à Perrache ; mais aussi, au moins dans les dernières années de l’Empire, les places du Pont (à la Guillotière), de la Pyramide (à Vaise), et de la Croix-Rousse. L’empressement à illuminer et à pavoiser varie évidemment selon les quartiers63. Certains établissements pouvaient difficilement s’en dispenser, au moins aux premiers temps du régime64. Mais il y a indéniablement plus de maisons particulières illuminées que sous la Monarchie de Juillet.

  • 65 « Mieux qu’un spectacle des yeux, c’était la solution d’un problème poursuivi depuis trente ans et (...)

31La ville doit donc être en ce jour un spectacle pour tous ses habitants, et pas seulement ceux du centre. Elle le devient aussi pour les habitants des campagnes environnantes, une fois achevées les lignes de chemins de fer qui les desservent, et les journalistes ne manquent pas de commenter cet afflux, qui fait la fortune des cafetiers et des restaurateurs. Enfin, c’est ce jour-là que l’on choisit habituellement pour mettre en valeur les transformations intervenues dans le paysage urbain : inauguration de la statue équestre de Napoléon, à Perrache, en 1854 ; illumination des fontaines monumentales de la place des Terreaux et de la place de la préfecture, en 185665 ; de la place Impériale, en 1857 ; inauguration de la statue du maréchal Suchet, place Tholozan, en 1858 ; puis en 1865, de la fontaine de la place Louis XVIII. Il s’agit de porter au crédit de l’Empire toutes les améliorations de la vie quotidienne et du décor urbain.

  • 66 Salut public, 15-16. 08. 1853
  • 67 ADR, 1M 166. Arrêté et réglement de police du Préfet du Rhône, 10. 08. 1869.

32Enfin, le quinze août doit être une fête populaire, et en cela la rupture est nette avec les régimes précédents. Les distractions organisées dans l’après-midi attirent la grande foule. Ce ne sont plus les courses de chevaux du Jockey-club, mais dès les premières années, des joutes sur la Saône dont on sait qu’elles plaisent particulièrement au public populaire, même si certains font la fine bouche devant ces péripéties grotesques66. À partir de 1855 elles furent accompagnées de régates, plus prisées des esprits distingués. D’autres spectacles furent parfois prévus : pantomimes militaires sur la place Napoléon en 1860 ; parade en plein vent l’année suivante (« les Français ont battu les Arabes aux applaudissements de la foule ») ; fantasia arabe au Grand Camp en 1862... Enfin, à partir de 186l, on donne en début d’après-midi des représentations gratuites au Grand Théâtre et aux Célestins. Dans la soirée, tandis qu’après le feu d’artifice, la foule se promène dans les rues du centre illuminées, des orchestres remplacent sur les places des quartiers populaires le mât de cocagne de l’après-midi, et l’on danse jusque vers minuit67.

33Parler d’une « fête nationale vraiment populaire » est sans doute trop s’avancer, au moins pour la ville de Lyon. Ces fêtes sont explicitement destinées à toutes les classes de la société, elles savent mettre en valeur un cadre urbain rénové sans négliger les quartiers populaires, et les organisateurs ne reculent pas devant des distractions qui choquent l’opinion bien pensante par leur caractère folklorique et populaire. Mais toute spontanéité fait défaut, et l’affluence des spectateurs ne prouve guère leur soutien au régime, puisque la journée est traditionnellement fériée, et que les illuminations particulières restent, de l’avis même de la police, assez rares. Ce sont en définitive, des fêtes octroyées, que le peuple ne boude pas, mais qu’il ne s’approprie pas. Semblable ambiguïté pourra s’observer dans les rapports qu’entretiendront l’Empereur et la population, durant les visites officielles.

34« Contraste frappant, inconséquence regrettable »

Jamais la popularité de l’Empereur n’a été si éclatante. (...) Les ouvriers de toutes les professions se pressaient autour du souverain qu’ils regardent comme leur plus vrai protecteur. Viennent les élections et ils voteront mal ! (...) Chose étrange, il semble qu’ils veuillent séparer l’Empereur de son gouvernement !

  • 68 AN., BB18 379 ; procureur général, 1. 07. 1865.
  • 69 Ibid., du même, 29. 12. 1862.
  • 70 Le sous-préfet de Villefranche, en 1850, communiquait encore ses craintes au préfet : J’ai déjà eu (...)

35Ces réflexions désabusées étaient inspirées au printemps 1865 par le voyage du souverain dans la région lyonnaise68. Le souvenir du précédent, tout aussi triomphal, mais suivi d’élections désastreuses, tempérait l’enthousiasme du procureur général ; et il se lamentait de ce « contraste frappant (et de cette) inconséquence regrettable69 ». Cette visite devait être la dernière, mais c’était la cinquième en quinze ans. La différence avec les régimes précédents est éclatante, et tout nous permet de croire que les Lyonnais y furent sensibles. Les déplacements étaient devenus bien plus faciles, mais surtout la nature du pouvoir du souverain, avait changé, et sa personnalité70.

  • 71 Objectif des révolutionnaires de Lyon depuis trente ans. Rappelons l’expédition des Voraces en Sav (...)

36Ces voyages ne furent pas tous au même degré des succès : un des épisodes de la première visite (15-17 août 1850), l’excursion à la Croix-Rousse, tourna à la confusion du Prince-Président, et les manifestations hostiles des partisans de la République démocratique et sociale furent incessantes. Le deuxième, dix mois après le coup d’État (19-20 septembre 1852) avait été mieux préparé et, dans une ville où les opposants étaient baillonnés, fut plus détendu. Les trois derniers (au moment des inondations de 1856, après le rattachement de la Savoie en 1860, et au printemps de 1865) furent d’incontestables réussites... sans lendemain. L’explication habituelle est fonction du contexte politique : la mauvaise humeur des canuts en 1850 manifestait la profondeur de leurs sentiments républicains, l’accueil satisfaisant de 1852 viendrait de la bourgeoisie et serait allée au sauveur de l’ordre. Accourant en 1856 manifester sa sollicitude envers les sinistrés de la Guillotière, l’Empereur aurait ce jour-là gagné les cœurs des Lyonnais les plus modestes ; et sa politique italienne après l’attentat d’Orsini aurait parachevé son prestige, puisqu’elle avait permis l’annexion de la Savoie71, et qu’elle semblait aller dans le sens désiré par les ouvriers lyonnais, fervents admirateurs de Garibaldi et hostiles au pouvoir temporel du pape. Cela n’explique pourtant pas pourquoi des adversaires acharnés du régime impérial l’auraient acclamé, comme nous l’assurent les procureurs généraux, en 1860 et 1865, et pourquoi, l’empereur parti, ils seraient retournés à l’opposition. Parler de l’inconséquence des foules est certainement trop simple, et le contraste entre la réalité de l’administration et l’image du pouvoir impérial ne suffit peut-être pas : l’administration du Rhône ne s’est pas montrée, au moins dans la deuxième partie du règne, systématiquement hostile au mouvement ouvrier.

  • 72 Sur la première, F. Dutacq, « Une visite de Louis Napoléon Bonaparte... », le programme et quelque (...)
  • 73 Dossier de préparation du voyage de 1860, et programme dans ADR, 1M146, avec notamment les suggest (...)

37Une explication pourrait être aussi cherchée dans les programmes et le déroulement des voyages. Car il n’y a pas un, mais deux modèles de visites, très différentes, séparés par la venue de l’Empereur en 1856, largement improvisée dans des circonstances exceptionnelles. En 1850 et en 1852, il s’agit encore d’entrées royales72 : la deuxième fois, on présente même les clefs de la ville au Prince-Président à son arrivée au débarcadère du chemin de fer, et il gagne l’Hôtel de la Préfecture au milieu d’une haie formée, d’un côté par les régiments de la garnison, de l’autre par des délégués des corps constitués, ou des délégations des communes rurales ou de vieux soldats. De là, il se déplace peu, et uniquement pour aller et revenir en un lieu, où il assiste à un spectacle, où il inaugure (la statue de son oncle sur la place Napoléon, en 1852), où défile devant lui la population, comme à la parade. Au contraire, en 1860 et 1865, la démarche est inverse : naturellement, Leurs Majestés reçoivent les notabilités du département et de la région, bien évidemment elles inaugurent (le palais de la Bourse en 1860). Mais l’essentiel est leur promenade dans la ville, qui flatte les Lyonnais puisqu’elle permet de montrer à leur hôte tous les embellissements que Vaïsse n’a eu garde d’oublier en composant le programme de la visite73. On ne voit plus les populations rangées par délégation, attendant qu’on les passe en revue : ce sont les Lyonnais qui viennent voir le cortège impérial dans les artères flambant neuves, et se pressent pêle-mêle derrière la haie des sergents de ville. L’impression de spontanéité et d’enthousiasme de la part de la foule est sans doute beaucoup plus forte, et en retour, l’image que donne de lui-même le couple impérial est plus proche et plus humaine.

  • 74 F. Dutacq, « Les dessous d’un voyage officiel... » et M. Moissonnier, La première Internationale.. (...)

38Pourtant, en 1869, le voyage de l’Impératrice et du Prince impérial fut un échec retentissant, malgré le zèle de la claque des policiers en civil74. Les Lyonnais se montrèrent distants et à peine polis, et seul le concours de ruraux amenés d’urgence réussit à sauver la situation. Le régime s’affaiblissait de jour en jour, ses adversaires avaient le soutien de la majorité de la population de l’agglomération et l’impératrice n’était pas populaire : le programme de sa visite faisait en outre la part trop belle au clergé et aux institutions d’assistance. Mais on peut penser que la modification du cadre urbain jouait cette fois contre le régime : en 1850, sans l’imprudente visite à la Croix-Rousse, l’impopularité du Prince-Président auprès d’une fraction de la population aurait pu passer relativement inaperçue. En 1869, il n’en était plus de même : s’il n’y avait pas foule sur les trottoirs des larges artères tracées par Vaïsse, nul ne pouvait manquer de s’en apercevoir.

  • 75 Salut public, 21. 09. 1862 ; Salut public, 3. 09. 1864, Courrier de Lyon, Progrès de Lyon, 4. 09. (...)

39L’image que les fêtes et que la vie publique donnent du régime impérial est donc complexe et souvent contradictoire. Que l’on se soit employé à séduire les couches populaires en organisant leur participation aux festivités publiques, que la personne du Prince-Président, puis de l’Empereur ait pu bénéficier d’un incontestable courant de sympathie n’est pas douteux. Que ces mêmes classes populaires se soient en définitive montrées fort ingrates ne l’est pas non plus. C’est peut-être que, si en des occasions exceptionnelles, le masque du régime changeait pour elles, sa réalité quotidienne, telle que le spectacle de la rue la manifestait, présentait encore le visage détesté du parti de l’Ordre : l’armée et la police omniprésentes, le clergé processionnant sous leur protection. Comparons l’image de la société lyonnaise que donnent à quelques années d’intervalle les funérailles des trois personnages qui marquèrent de leur influence les grandes années de l’Empire autoritaire : le maréchal de Castellane, mort en septembre 1862 ; le sénateur-préfet du Rhône, Vaïsse, décédé deux ans plus tard ; le cardinal-archevêque enfin, Mgr de Bonald, disparu en mars 187075.

  • 76 Courrier de Lyon, 4. 09. 1864.

40L’ordonnance des cortèges, tous trois extrêmement nombreux puisqu’on parle à chaque fois de plus de dix mille personnes, est assez semblable, avec les nuances qu’apporte l’ordre auquel appartient chacun des défunts : nul ne s’étonnera du nombre de soldats qui firent cortège à Castellane, ni de l’affluence du clergé aux obsèques du cardinal-archevêque. Dans tous les cas, les corps constitués sont à la place d’honneur, d’ailleurs prévue par le protocole ; et les titres de ceux qui furent appelés à tenir les cordons du poêle sont étrangement semblables : l’image que la ville donne d’elle même n’est certes pas bouleversée. Mais seul le convoi de Vaïsse comprend des représentants de la nouvelle société urbaine, bourgeoise ou populaire, sur laquelle l’Empire a voulu s’appuyer : ingénieurs des ponts et chaussées, des mines, des chemins de fer et de la ville ; membres des administrations fiscales, des postes et des tabacs ; présidents des sociétés de secours mutuels ; employés de la préfecture, employés municipaux, agents voyers, médaillés de Sainte-Hélène... Certes à un rang modeste, ils figurent dans le cortège ès qualités, avant les milliers d’invités. Et pourtant les premiers de ceux-ci, l’ancien maire de Lyon Réveil, le député du Rhône Mortemart, représentent « l’élite de la population lyonnaise, de la propriété, du commerce et de l’industrie76 ».

41Claude-Marius Vaïsse fut inhumé dans sa ville natale, Marseille ; mais le maréchal de Castellane dans un tombeau qu’il s’était fait construire non loin de Lyon, près du Camp de Sathonay ; et Mgr de Bonald dans sa cathédrale. Le premier était roturier, les deux autres nobles. En dépit des efforts de séduction du régime, le visage du pouvoir pouvait-il avoir vraiment changé aux yeux des Lyonnais ?

Notes

1 B. Ménager (Les Napoléons du peuple..., pp. 145-157) en a pressenti l’intérêt, mais ses analyses ne convainquent guère.

2 Feuille du jour, 10. 03. 1848.

3 Annuaire de Lyon et du département du Rhône pour 1854 (notice historique sur la ville de Lyon, à la date du 13. 02.1853).

4 Courrier de Lyon (19. 02. 1847) ; Nizier du Puitspelu, Vieilleries lyonnaises, p. 120.

5 AML, I1 245 Carnaval. Lettre du maire aux commissaires de police, interdisant ce « divertissement qui peut faire courir des dangers à la vie d’une personne ». (25.2.1846).

6 Nizier du Puitspelu, Oisivetés..., pp. 192-3. Notons aussi que Vaïsse avait été brièvement ministre de l’intérieur, du 31 janvier au 11 avril 1851 : un moment où les possibilités séditieuses et rouges du Carnaval avaient pu lui apparaîre clairement.

7 AML, I1 245 Les arrêtés du préfet du Rhône ne prévoient plus de dispositions spéciales pour éviter les encombrements à la rentrée dans Lyon.

8 Le maréchal de Castellane donnait ainsi chaque année un bal à l’occasion du Carnaval.

9 Salut public, 14. 02. 1853.

10 Programme dans leSalutpublic du mardi 21. 02. 1854.

11 Ibid. Les travestissements prêtant à des allusions politiques ou religieuses étaient interdits ; nulle femme n’était admise dans la cavalcade (en fait une jeune fille accepta d’y figurer, selon le compte rendu ultérieur, sur le char de la ville de Lyon) ; personne ne pouvait être admis dans les rangs de la cavalcade sans avoir été préalablement inscrit comme souscripteur et sans porter ostensiblement une médaille frappée spécialement en souvenir de la fête...

12 En 1859 encore, quand la Société du Soleil, des jeunes gens de Saint-Just, se propose de fêter le carnaval, la police accepte le bal (le cabaretier est responsable de son bon déroulement, sous peine de fermeture de son établissement) ; mais refuse le cortège et les insignes, car-cela est tombé en désuétude depuis 1853..." AML, I1 139, 9. 03. 1859.

13 Salut public, 14. 02. 1853. Le journal prétend que les lettres étaient mal écrites et fort mal orthographiées.

14 Le Salut public (27. 02. 1854) désigne à l’opprobre public une jeune femme qui s’était appropriée la somme de cinquante centimes (le total de la recette atteignit 17 572 francs).

15 A. Faure, Paris Carême-prenant. Du Carnaval à Paris au xixe siècle, pp. 129-131.

16 AML,I1 245, Bœuf gras en promenade, 1855-63. Pétition de Tolly et Francallet, marchands bouchers à Vaise, 1863.

17 Ibid., requête d’un boucher rue Vieille Monnaie (1e arr.) en 1860.

18 Intéressante aussi la reprise dans un but de réclame d’une pratique traditionnelle : en quelque sorte une adaptation commerciale de la promenade des vogueurs.

19 ADR, 4M96, 31. 07. 1848 par exemple, ou 4M97, 21. 03. 1849.

20 À la Croix-Rousse, en octobre 1850, la police obligea « le nommé Sève, habillé en cantinière, accompagnant le cortège des hommes qui annoncent la fête, à quitter une double cocarde rouge qu’il avait à son chapeau... », ADR, 4M97, 7. 10. 1850.

21 Lettre du préfet au maire de la Guillotière, 6. 05. 1856 (AML, Guil. I 16)

22 Lettre de Richard Vitton, maire de la Guillotière, au secrétaire général pour la police, approuvant hautement la mesure avant de demander qu’elle soit appliquée de façon plus souple ! AML, Guil. I 16.

23 Le secrétaire général pour la police met en avant les plaintes des industriels sur la célébration des vogues le lundi. Lettre du 30. 08. 1865, in AML, Guil. I16.

24 AML I1 246. « 11 n’y aura pas de promenade à l’intérieur de la ville de Lyon » figure sur les formulaires multigraphiés que l’on trouve après 1866 pour toutes les vogues.

25 Ibid. La vogue du Grand Trou, par exemple, apparaît en 1851, puis 1863 et les années suivantes... celle du quartier des Rivières demande en 1853 une autorisation alors qu’elle existe « depuis de longues années ».

26 Ibid. Vogues du boulevard du Nord (1862) de la place de la Croix (1864), du Prado (id), de la Part-Dieu (id.), de la Villette (1865, après qu’elle ait été refusée l’année précédente en arguant de la proximité géographique de la vogue du Sacré-Cœur).

27 On voit par exemple renaître (?) en 1863 une vogue à Pierre-Scize, et en apparaître une à Saint Jean, donc intra muros, en 1870. Toutes deux prévoient des joutes, mais la première ne se les voit pas accorder. AML I1 246.

28 À noter pourtant que Nizier du Puitspelu considérait qu’à son époque (milieu des années 1870), les promenades des vogueurs n’existaient plus en ville « que pour la forme ».

29 Courrier de Lyon, 11. 02. 1851.

30 F. Linossier. Bluettes et croquis lyonnais, Paris & Lyon, 1868, « la promenade de Bellecour », pp. 98-128.

31 E. Vingtrinier, La vie lyonnaise... p. 296.

32 Castellane, Journal. IV, pp. 275-76 01. 05. 1852).

33 Salut public, 15-16. 08.1852.

34 ADR, 1M166 ; ordres aux troupes de la 8° division militaire pour la fête de S.M. l’Empereur, 1865 et 1866. L’un des tout premiers actes de Castellane en 1851 fut de punir de huit jours d’arrêts un capitaine qui avait coupé une procession... (Journal, IV, p. 321).

35 Quoi qu’en ait dit l’historien légitimiste Steyert, qui ne voyait d’anticléricaux que dans la bourgeoisie orléaniste qu’il haïssait, quoi qu’on lise trop souvent sur les bénédictions d’arbres de la liberté...

36 Ainsi signale-t-on des charivaris contre les desservants de Saint-Louis de la Guillotière et de Serin.

37 Décision du maire commentée favorablement par le commissaire central. ADR, 4M95, 21. 06.1848.

38 ADR, 4M97, com. centr. 19. 04., « Hier, à la Croix-Rousse, (les forcenés) sont entrés comme en fureur en voyant la procession des enfants de la première communion, ils ont hué cette innocente jeunesse et troublé la joie des plus beaux jours de sa vie. C’est surtout au moment où les ecclésiastiques ont passé que la démonstration s’est montrée le plus violente ; les cris désapprobateurs, les sifflets ont redoublé, un individu même a poussé l’oubli des convenances et de la morale jusqu’à faire devant eux des gestes indécents ».

39 Annuaire de Lyon... pour 1852, p. 101. Mais à la Croix-Rousse, note le procureur général [AN, BB30 379, 3. 07. 1851] « les confréries qui existaient naguère sont dissoutes : le clergé a eu beaucoup de peine à y trouver, même à prix d’argent, des porteurs pour les bannières et pour le dais ».

40 Deux lettres d’avril 1853 adressées au préfet, dont celle du curé de Vaise particulièrement explicite. ADR, V141.

41 ADR, V141 lettre du 3. 05. 1862. Il est difficile de savoir s’il s’agit d’une nouveauté ou pas. Les dossiers d’archives conservés sont incomplets, et beaucoup de démarches écrites des curés peuvent avoir disparu ; détacher quelques sergents de ville pour une seule procession ne posait pas de problème, et le commissaire de police pouvait sans doute en prendre la responsabilité, alors que lors des grandes processions, le dispositif était plus important. Mais le clergé à cette époque ne prétend jamais innover : il rétablit l’ordre antique, ou il ne prend pas la peine de se justifier. Sans pouvoir donc le prouver absolument, je pense qu’il y eut multiplication des processions sous le Second Empire et l’Ordre moral. En revanche, la nouveauté (ou résurrection) de la procession du quinze août, et de la bénédiction du 8 septembre ne sont pas le moins du monde douteuses.

42 Salut public, 16-17. 08. 1856. B. Ménager, op. cit., p. 157 parle de « fête laïque* à propos du Quinze août impérial, et de « coïncidence » avec le culte marial. Le hasard faisait bien les choses.

43 Salut public, 15-16. 08. 1852 : « il faudrait remonter à bon nombre d’années pour retrouver les traces des processions en exécution du vœu de Louis XIII ».

44 ADR.V141, lettre au préfet du Rhône, 22. 06. 1853.

45 L’état des « services pour les processions de la Fête et de l’octave de la Fête-Dieu » (ADR, 1M 146) pour 1863 montre qu’était mobilisé cet après-midi près du tiers des effectifs (au moins 89 sergents de ville, à la Fête-Dieu).

46 Le curé de Saint-Pierre se plaint cependant de ne pas pouvoir donner la bénédiction du Saint Sacrement à la place des Terreaux, depuis que le préfet refuse l’installation d’un reposoir contre l’Hôtel de Ville. ADR, V141, 7. 06. 1857.

47 ADR, V141, 12. 06. 1857. « La place enverra quelques cavaliers pour ouvrir et fermer la marche, et quelques fantassins pour stationner près des reposoirs, mais pour plus d’ordre et de sûreté il serait bon, je crois, que quelques sergents de ville accompagnent la procession à une certaine distance. Veuillez donc... »

48 Nizier du Puitspelu (Vieilleries lyonnaises..., p. 170) met en cause l’abandon de la ville par les Lyonnais aisés à la belle saison, hormis les confrères du Saint-Sacrement, et l’hostilité au clergé de « la grande masse des artisans ». Si bien que les confréries féminines forment l’essentiel des cortèges.

49 Nizier du Puitspelu, op. cit., p.l65 et Crestin, Souvenirs d’un Lyonnais, pp. 321-22.

50 Aucun document ne parle avant 1848 de statue portée pendant les processions, mais le Salut public signale en 1860 (16-17. 08.) qu’« on a particulièrement remarqué (la procession) de Saint-Nizier. Une statue de la Vierge était portée triomphalement, précédée d’un chœur de jeunes filles vêtues de blanc et suivie de la fanfare de Lyon ».

51 Nizier du Puitspelu, Vieilleries lyonnaises..., p.l66.

52 ADR V141 Même pour la Fête-Dieu, manquent les itinéraires d’au moins deux des plus importantes, celles de Saint-Bonaventure, dans la presqu’île, et de Saint-Pothin, sur la rive gauche...

53 Où les processions de la Fête-Dieu ne sortaient pas des églises, sauf lorsque l’existence d’une colonnade autour de l’édifice le permettait. Salut public, 27. 05. 1856.

54 Gazette de Lyon, 22 et 23. 11. 1848.

55 Il n’y a pas foule sur les quais avant 1858, selon le secrétaire général pour la police (ADR, V 141, 1er septembre 1858). On ne parle de foule « considérable », tant du coté du recteur de la confrérie que de celui de la police qu’après 1860.

56 Salut public, 5-12. 12. 1852, et programme de la Fête in ADR, V141, lettre du maître des cérémonies au Secrétaire général pour la police. Le clergé parla de « miracle », et se félicita de la dévotion ainsi manifestée... Rappelons cependant que quelques jours plus tôt, la Fête de la proclamation de l’Empire avait eu lieu sur la place Bellecour, avec une nombreuse participation officielle, mais sans réjouissance publique, pas de feu d’artifice par exemple. On peut donc voir dans les illuminations du 8 décembre, outre l’expression de la ferveur religieuse, une volonté de s’approprier une fête confisquée par les notables.

57 ADR, V 141, célébration du 8 décembre, avec les lettres du maître des cérémonies de la primatiale au secrétaire général pour la police.

58 ADR, 4M 231. Rapport au ministre de l’intérieur, 19.12.1866.

59 Salut public, 13.12.1852.

60 Outre le carton 1M166 des ADR, ont été surtout utilisés les comptes rendus parus dans le Salut public, pour ces dix-neuf années.

61 « Le pourtour du cheval de bronze représentait des kiosques chinois du plus pittoresque effet », Salut public, 17-18. 08. 1862.

62 Salut public, 16-17. 08.1854.

63 ADR, 1M166. Com. spé., 16. 08. 1865 : « dans plusieurs quartiers, les maisons n’ont été ni pavoisées ni illuminées. Saint-Jean, Saint-Paul, une partie de Bellecour et les quartiers pauvres ont été principalement remarqués. Mais les raisons de l’abstention ne sont évidemment pas les mêmes dans les premiers que dans les derniers... »

64 Notamment les restaurants et débits de boisson, désormais totalement à la merci de l’administration. Au lendemain de l’attentat manqué contre l’empereur de Russie et contre Napoléon III, en juin 1867, les rapports de police notent précisément quels cafés de la Croix-Rousse ont pavoisé et illuminé, lesquels n’ont que pavoisé, et ceux qui n’ont fait ni l’un ni l’autre. Deux maisons particulières sont illuminées ce soir-là à la Croix-Rousse. ADR, 4M 231, Com. spé. au préfet, 8. 06. 1867.

65 « Mieux qu’un spectacle des yeux, c’était la solution d’un problème poursuivi depuis trente ans et qui intéresse la santé publique », Salut public, 16-17. 08. 1856.

66 Salut public, 15-16. 08. 1853

67 ADR, 1M 166. Arrêté et réglement de police du Préfet du Rhône, 10. 08. 1869.

68 AN., BB18 379 ; procureur général, 1. 07. 1865.

69 Ibid., du même, 29. 12. 1862.

70 Le sous-préfet de Villefranche, en 1850, communiquait encore ses craintes au préfet : J’ai déjà eu l’honneur de vous parler du déplorable effet produit il y a quelques années par le passage d’un prince de l’ex-famille royale qui franchit le territoire de Villefranche sans s’apercevoir des honneurs qui lui avaient été préparés. J’ai retrouvé encore chez beaucoup de gens la crainte d’une mystification de ce genre. ADR, 1M 145.

71 Objectif des révolutionnaires de Lyon depuis trente ans. Rappelons l’expédition des Voraces en Savoie, mais aussi celle, avortée, de 1831 (F. Rude, L'insurrection lyonnaise de novembre 1831..., pp. 215-232)

72 Sur la première, F. Dutacq, « Une visite de Louis Napoléon Bonaparte... », le programme et quelques-unes des étapes de sa mise au point dans ADR, 1M145 ; sur la seconde, le même carton, et les pp. 171-172 de l’Histoire de Lyon, t. III (dir. A. Kleinclausz). Sans compter l’enthousiaste compte-rendu de l’Annuaire du Rhône, pour 1853.

73 Dossier de préparation du voyage de 1860, et programme dans ADR, 1M146, avec notamment les suggestions de Vaïsse.

74 F. Dutacq, « Les dessous d’un voyage officiel... » et M. Moissonnier, La première Internationale..., pp. 89-90.

75 Salut public, 21. 09. 1862 ; Salut public, 3. 09. 1864, Courrier de Lyon, Progrès de Lyon, 4. 09. 1864 ; Salut public, 2 et 3. 03. 1870.

76 Courrier de Lyon, 4. 09. 1864.

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search