Version classiqueVersion mobile

Les Chemins de la manifestation

 | 
Vincent Robert

Chapitre IV. Vaïsse et la transformation du cadre urbain

Texte intégral

1Comme Paris, Lyon était une ville beaucoup trop dangereuse pour ne pas bénéficier en priorité de la bienveillante sollicitude du gouvernement du Prince-président, puis de l’Empereur. Comme Paris, elle fut profondément transformée pendant les premières années du nouveau régime, et c’est à cette époque que son centre prit l’aspect qu’il devait garder jusqu’après la Seconde Guerre mondiale. Comme à Paris enfin, les espoirs de l’administration furent déçus : loin de se convertir à l’Empire, la ville fut pendant vingt ans une citadelle de la République, et celle-ci y fut proclamée au matin du quatre septembre 1870, quelques heures avant la capitale ; mais la permanence des choix politiques ne doit pas cacher les changements qui affectent alors les formes de la vie publique. Dans la mesure où celle-ci exploite des possibilités offertes par un cadre urbain, il est difficile d’imaginer qu’elle puisse rester inchangée dans une ville bouleversée par « l’urbanisme autoritaire » du régime : tôt ou tard, tous devront inventer un nouvel usage de la ville.

L’administration de la cité

  • 1 Sur la réorganisation des structures administratives, F. Dutacq dans le t. III de l’Histoire de Ly (...)
  • 2 Et les « bons citoyens » de la commune, franchissant le pont, vinrent en cortège sur la place Bell (...)

2La question de l’extension des limites communales avait été posée plusieurs fois depuis le début du siècle, sans aboutir1. Beaucoup de Lyonnais n’y tenaient guère, et les habitants des communes suburbaines, sachant très bien quel en serait le coût fiscal, s’y refusaient absolument. Ce n’était somme toute qu’un problème de médiocre importance, jusqu’à ce que la combinaison des effets de la croissance urbaine, du suffrage universel et de la révélation du radicalisme politique des masses ouvrières lyonnaises en fassent un enjeu politique majeur, dont le chef de l’État lui même put juger lors de sa première visite officielle, dans une ville pourtant soumise à l’état de siège : le conseil municipal de la Guillotière refusa de venir le saluer2, et il fut sérieusement chahuté à la Croix-Rousse. Du coup, les plaintes des responsables de la police lyonnaise, notamment du commissaire central, et celles des autorités militaires, le maréchal de Castellane en tête, qui ne cessaient de pester contre les retards et les obstacles que leur suscitait la division administrative, prenaient beaucoup de poids. Enfin, un régime autoritaire pouvait faire fi des oppositions que ces projets n’avaient pas manqué de susciter.

  • 3 Nizier du Puitspelu, Vieilleries lyonnaises, p. 52.

3À l’automne 1849 en effet, un premier projet, prévoyant l’annexion des communes suburbaines avait avorté devant l’opposition des maires et des conseils municipaux. Léon Faucher, ministre de l’intérieur, fit cependant voter en juin 1851 une loi confiant au préfet du Rhône les pouvoirs de police dans les communes de Lyon, la Guillotière, la Croix-Rousse, Vaise, Caluire, Oullins, Sainte-Foy, mais aussi Villeurbanne, Vaulx-en-Velin, Bron et Vénissieux, dans l’Isère, Miribel, Rillieux et Montluel, dans l’Ain. Désormais, des réunions politiques ne pourraient plus se tenir dans des conditions de sécurité relative, à Caluire, commune dépourvue de forces de police, ni des grévistes se rassembler au Grand Camp, sur le territoire de Villeurbanne, ce qui entravait autant la police lyonnaise que la gendarmerie du Rhône. Assisté d’un secrétaire général pour la police, le préfet aurait à sa disposition des effectifs renouvelés et renforcés : les paisibles gardes municipaux furent remplacés par trois compagnies de sergents de ville, que les Lyonnais, après les avoir vus se promener quelques semaines avec un brassard bleu, dans des rues qu’ils découvraient, eurent bientôt surnommés « les bleus3 ». Il s’agissait en principe d’anciens militaires, aptes à se servir d’armes le cas échéant ; ils étaient casernés et l’on pouvait donc espérer d’eux une moindre familiarité avec la population ; enfin ils étaient deux fois plus nombreux que les anciens « Romains », trois cents au total pour une aire d’intervention il est vrai plus vaste.

4Le problème de l’ordre public était donc en voie de solution lors du coup d’État. De toute manière, pour plus de sûreté, la garnison avait été renforcée depuis l’insurrection de juin 1849, et portée à une douzaine de milliers d’hommes, commandés par l’énergique et pittoresque maréchal de Castellane ; elle comportait désormais en permanence deux régiments de cavalerie, pour lesquels on construisait une caserne dans les prairies de la Part-Dieu. Restait à résoudre le problème politique : une fois l’état de siège levé, il était inadmissible que le suffrage universel ne fût pas dirigé, que la ville de Lyon pût se donner des élus de son choix et même un maire, qui, on le savait, risquait de porter ombrage au prestige du préfet ; inadmissible enfin que les villes suburbaines continuassent de jouir d’une indépendance si grosse de risques politiques, alors que l’on pouvait penser que leur poids démographique allait encore croître. Leur réunion à la ville de Lyon fut donc décidée, sitôt accompli le coup d’État. Le décret du 24 mars 1852 prononça en outre l’incorporation au département du Rhône des quatre communes de l’Isère qui appartenaient à l’agglomération, et réorganisa l’administration municipale : Lyon aurait une commission municipale nommée, de trente membres, mais pas de maire, dont tous les pouvoirs seraient exercés par le préfet. Dans les cinq arrondissements créés, un maire et deux adjoints nommés rempliraient les fonctions d’officiers d’état-civil. L’opposition ne pouvait donc plus faire entendre sa voix que dans des élections administratives secondaires, ou bien pour l’élection des députés au corps législatif : encore dans ce dernier cas, avait-on adjoint à chacune des portions de la ville un certain nombre de cantons ruraux plus sages.

  • 4 Peu à peu, et non immédiatement, car le péage sur les ponts du Rhône ne fut racheté par la ville q (...)

5Les conséquences de cette réorganisation administrative ne se limitèrent pas aux domaines politique et policier : c’est toute la représentation de l’espace urbain qui s’en trouve modifiée, dans la définition des limites de la ville et dans la conception que l’on pouvait se faire du centre de celle-ci. L’octroi unifié, les barrières qui délimitaient la ville ancienne furent repoussées jusqu’aux bornes des communes annexées, coincidant ainsi à peu près avec l’enceinte militaire de la cité. Mais ces nouvelles limites étaient beaucoup moins nettement marquées dans la topographie que les anciennes : la Croix-Rousse, devenue le quatrième arrondissement, n’était séparée de Caluire que par un trait sur une carte, pas par un accident du relief ni par un cours d’eau ; il en allait de même entre la Guillotière, troisième arrondissement municipal, et Villeurbanne ou Vénissieux. D’autre part, les barrières d’octroi délimitaient un territoire dans la mesure où, avec les ports sur les fleuves, elles constituaient des points de passage obligés pour les voyageurs comme pour les marchandises. Dès lors que l’on peut entrer en ville par le chemin de fer, par des gares qui se situent à l’intérieur même du territoire municipal, la représentation de la ville comme réalité close se trouve affaiblie, même progressivement et de manière incomplète4.

Carte 4. Les transformations du Second Empire

Carte 4. Les transformations du Second Empire

En grisé, les axes nouveaux (la rue impériale - aujourd'hui de la République - va de Bellecour aux Terreaux en longeant la Bourse du commerce ; la rue de l'Impératrice - puis de l'Hôtel de Ville - lui est parallèle à l'ouest).

6La réorganisation de la municipalité avait eu également des effets plus ou moins directs sur la répartition des centres du pouvoir dans la ville. L’Hôtel de la Préfecture abandonné et bientôt détruit, le préfet emménagea à l’Hôtel de Ville à partir de 1858 ; mais une partie des services qui rendaient ce lieu familier à la population lyonnaise s’en éloignèrent : les mairies d’arrondissement prirent en charge l’état-civil, et accueillirent désormais les sociétés de secours mutuel ; les conseils des prud’hommes s’installèrent dans la nouvelle Bourse de commerce ; les services de police eux-mêmes déménagèrent. Les mairies des anciennes communes déchurent au rang de simples mairies d’arrondissement, celle de Vaise, rattachée au cinquième arrondissement étant purement et simplement désaffectée.

Le remodelage du centre ville

  • 5 Voir la carte 4 : Les transformations de la ville de Lyon sous le Second Empire. Une seule étude, (...)

7Les transformations que nous venons de décrire ne furent pas les plus spectaculaires de celles qui caractérisèrent la première décennie de l’Empire, mais elles en sont indissociables. Parce qu’il disposait de plus de pouvoir, et de plus de temps, que ses prédécesseurs préfets et maires de Lyon, Vaïsse put mener à bien, en une dizaine d’années, les entreprises qui lui valurent la réputation d’un Haussmann lyonnais et qui transformèrent le cœur de la ville5.

8L’essentiel de l’action de Vaïsse concerna la presqu’île, plus exactement la partie de celle-ci où le bâti était le plus ancien et la circulation la plus difficile, c’est-à-dire l’espace qui s’étend des Terreaux à la place Bellecour. Les autres parties de Lyon ne bénéficièrent qu’incidemment des transformations de l’époque impériale : l’élargissement ou l’aménagement des quais de la Saône et du Rhône profitèrent bien à l’ancienne ville, autour de la cathédrale, ou à la Guillotière, mais plus en les mettant enfin – passée la catastrophe de 1856 – à l’abri de l’inondation que par une modification du tissu urbain, des rues, des places ou de l’habitat. L’ouverture du cours de Brosses, au nord de la Grande Rue de la Guillotière, ne faisait que compléter le damier des voies qui quadrillaient la rive gauche ; enfin, l’aménagement du parc de la Tête d’Or, au nord des Brotteaux, équivalent de ceux qu’Haussmann créait à la même époque à Paris, permettait de conserver un « espace verdoyant », de récréation et de loisir accessible à tous et proche des nouveaux quartiers bourgeois.

  • 6 E. Vingtrinier, La vie lyonnaise... p. 288 signale ainsi que le premier grand magasin de nouveauté (...)

9Il n’existait pas de voie qui relie les quartiers résidentiels du sud de la place Bellecour aux quartiers des soyeux, proches des Terreaux. Vaïsse en fit percer deux, et acheva la troisième. De la place de la Comédie à Bellecour on ouvrit une large artère, la rue Impériale (aujourd’hui me de la République), sur laquelle s’installèrent banques, cafés, commerces de luxe et même les premiers grands magasins lyonnais6. À l’angle que formaient cet axe et la place des Cordeliers agrandie, on construisit le palais de la Bourse, et l’on disposa une fontaine monumentale sur la place Impériale (aujourd’hui place du président Carnot), un peu plus au sud. Parallèles à la rue Impériale, la nouvelle me de l’Impératrice, un peu moins large, et la rue Centrale qu’on avait terminé de percer, reliaient la place des Terreaux à la place des Jacobins agrandie et pourvue elle aussi d’une fontaine. Les Lyonnais parlaient de ces nouvelles artères avec admiration et se gobergeaient de constater qu’elles supportaient la comparaison avec celles que l’on traçait au même moment dans la capitale. Pour sa part, le maréchal de Castellane se félicitait de voir disparaître un entrelacs de voies étroites autour de l’Hôtel de Ville, où s’étaient déroulés les combats les plus violents en 1834, et où les opposants au coup d’État avaient envisagé de se barricader en décembre 1851.

  • 7 L. Niepce, Lyon militaire... p. 559.

10Moins spectaculaires, mais peut-être aussi importantes, la percée ou l’élargissement de voies transversales, les mes de la Barre, Childebert, Grenette et d’Algérie, reliaient commodément les deux fleuves et facilitaient grandement la circulation. En revanche, au nord et au sud, les transformations furent plus limitées : en éventrant le Jardin des Plantes, on ouvrit une voie d’accès supplémentaire au « plateau », et l’on relia celui-ci au quartier des Terreaux par la première « ficelle », funiculaire urbain destiné à épargner la peine des canuts et des commis de fabrique lors de leurs allées et venues entre la Croix-Rousse et les Terreaux. Au midi, le quartier Perrache fut coupé en deux par la construction de la grande gare du P.L.M. et, pour l’amère déception des propriétaires des terrains situés « au-delà des voûtes », l’extrémité de la presqu’île resta un quartier pauvre et industriel, ce qu’il est encore. La seule nouveauté fut le développement du Cours du Midi rebaptisé cours Napoléon, où le voisinage de la gare attira hôtels et brasseries. La place attenante, plantée d’arbres, vit s’élever une statue équestre du fondateur de la dynastie, qui supplantait là l’Homme du Peuple en témoignage de ce que l’ordre avait triomphé de l’anarchie. Pour que le message fût bien clair, les statues de bronze qui jouxtaient le socle représentaient l’une la Loi, et l’autre la Force7.

11Les conséquences sociales du remodelage du centre de la ville sont encore mal connues. Les immeubles neufs construits de part et d’autre des nouvelles voies n’étaient ni destinés ni accessibles aux plus pauvres des précédents habitants, mais il subsistait à proximité des ilôts misérables, le quartier Grêlée notamment. Et l’on n’a pas l’impression que les opérations de rénovation du centre aient provoqué le déplacement géographique des élites lyonnaises : Ainay et Bellecour, d’une part, les Terreaux et le quartier des Capucins de l’autre, semblent avoir conservé leur spécificité. Si changement il y a, peut-être concerne-t-il surtout le clergé, dont l’influence à Lyon est alors considérable : auprès de la modeste chapelle de Notre-Dame de Fourvière, on érigea une statue monumentale de la Vierge, en bronze doré, qui semblait ainsi prendre la ville sous sa protection, et sur les flancs de la colline s’installaient des congrégations toujours plus nombreuses. De même, le transfert du Grand Séminaire, de la place Croix-Paquet où il était établi sur les pentes de la Croix-Rousse, vers la colline de Fourvière, obéissait sans doute à la volonté de le rapprocher d’un sanctuaire vers lequel le développement de la piété mariale drainait les foules ; mais le quartier qu’il quittait avait lui aussi valeur de symbole.

La croissance urbaine

12Dans le temps donc où Vaïsse remodelait le centre de la ville, et où l’Église paraissait vouloir quitter la « colline qui travaille », c’était sur la rive gauche du Rhône que s’opérait pour l’essentiel la croissance urbaine, et que commençait à se rassembler une classe ouvrière beaucoup plus diverse que ne l’était le monde de la Fabrique.

  • 8 Y. Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise, t. 1, p. 164. Sauf exception, tous les renseigneme (...)

13Dans la première décennie de l’Empire pourtant, la croissance de la population urbaine avait été relativement homogène, et tous les arrondissements y avaient contribué : la ville dans ses nouvelles limites passait de 234 531 à 297 251 habitants, soit un gain de 26 % en dix ans8. La Guillotière ne se distingue alors que par un rythme d’accroissement beaucoup plus élevé que les autres arrondissements (gain de 92 % en dix ans). Mais dès la décennie suivante (1861-72), quand toutes les autres parties de la ville stagnent voire reculent, la rive gauche continue de progresser, au point qu’il fallut scinder l’ancienne commune de la Guillotière, et créer pour les Brotteaux un sixième arrondissement. Les dix années suivantes, qui nous mènent jusqu’au triomphe de la République des républicains, confirmèrent la tendance.

  • 9 La tension entre chefs d’ateliers et ouvriers tisseurs est une composante normale de leurs relatio (...)
  • 10 72 % en 1866, chiffre calculé d’après les données d’Y. Lequin, op. cit., p. 173.
  • 11 Cf. les analyses d’Y. Lequin, in Garrier, G., Le Rhône et Lyon..., p. 253.
  • 12 Un indicateur de police, le no 47, bon connaisseur de la Fabrique signale en 1877 que les fabrican (...)

14À côté d’un Lyon ouvrier traditionnel, dominé par la Fabrique, et que symbolisent parfaitement les pentes et le plateau de la Croix-Rousse, commence donc à s’affirmer l’importance d’une autre classe ouvrière, celle de la Guillotière et des banlieues. Elle n’est pas dominante encore : dans le troisième quart du siècle, jusqu’à la victoire définitive des républicains, ce monde ouvrier apparait à une place subordonnée. À cela plusieurs raisons : d’abord, c’est que la puissance de la Fabrique demeure intacte. Dans l’ensemble de la ville, elle emploie encore au recensement de 1866 un ouvrier sur deux. Et, au delà de l’infinie diversité des types de soieries et de la multiplicité des activités annexes, l’unité profonde du monde de la Fabrique est un fait incontestable, malgré les tensions que l’on peut retrouver en son sein9. Cette unité est le produit de plusieurs facteurs convergents, qui tous renforcent la conscience de classe des tisseurs. La vie quotidienne : à la Croix-Rousse, et sur ses pentes vivent encore les trois quarts des tisseurs de la ville ; une majorité de la population de ces quartiers ouvriers vit du travail de la soie : près des trois quarts des actifs sur le plateau10, presqu’autant sans doute un peu plus bas. C’est l’activité dominante, la trame de l’existence, et de la sociabilité des petites places qui parsèment le quartier. Cette unité est encore le fruit de l’organisation : clandestine sous l’Empire autoritaire, celle-ci ressurgit en pleine lumière dans les dernières années du régime, et elle disposera à ce moment des lieux de réunion nécessaires : la salle Valentino, sur la Grande Place de la Croix-Rousse sera le principal. Cette unité est enfin le produit des rapports et de la lutte de classes : aucun chef d’atelier, si prospère soit-il, ne peut envisager de devenir fabricant ; un chef d’atelier ne travaille normalement pas pour un seul fabricant, mais pour plusieurs successivement ou concurremment : le patronat ne revêt pas pour lui la figure d’un individu, mais celle d’un groupe social11. À l’inverse, il est dépendant, surtout en période de crise, du bon vouloir des fabricants, qui choisissent ceux à qui ils donnent le peu de travail qui reste ; et les critères de choix ne sont pas forcément professionnels12. Et, comme autrefois, l’objectif essentiel de la lutte des tisseurs lyonnais demeure l’obtention du tarif, revendication unifiante s’il en est.

15Aucun autre groupe, ni aucune partie de la ville ne peut prétendre à une telle influence sur l’ensemble du mouvement ouvrier. Alors que Vaise s’assoupit, le sud de la presqu’île, le quartier Perrache, a bénéficié de l’essor industriel mais il ne réunit que d’assez faibles effectifs, un millier de métallurgistes, un peu plus de cheminots, un peu moins d’ouvriers, et surtout d’ouvrières de la manufacture des Tabacs : en le prolongeant jusqu’à la banlieue industrielle d’Oullins et La Mulatière, ses installations sidérurgiques et les ateliers du chemin de fer, on n’augmente pas beaucoup son importance relative. Même les ouvriers de la Guillotière et des Brotteaux (3e et 6e arrondissements) pèsent encore en 1866 d’un poids démographique moindre que ceux de l’acropole lyonnaise (1er et 4e arrondissements) : ils sont un peu moins nombreux en chiffres absolus, alors que la population totale de cette partie de la ville est déjà au premier rang. Leurs quartiers sont donc des zones moins exclusivement ouvrières, où petits commerçants, cabaretiers, employés, petite bourgeoisie sont plus présents ; l’habitat, beaucoup moins dense (les photos prises lors de l’inondation de 1856 montrent la prédominance des maisons basses, alors qu’à la Croix-Rousse et sur les pentes les immeubles ont rarement moins de quatre étages), la disposition même des-mes, qui se croisent à angle droit, ne ménage guère d’espaces qui soient des lieux de confluence naturelle des habitants. Enfin la classe ouvrière y est beaucoup plus diverse elle-même, aussi bien par ses occupations que par la taille des établissements qui l’emploient. Pas de secteur dominant : le textile emploie un peu plus du quart de la main-d’œuvre ouvrière mais précède de fort peu le bâtiment ; le reste se répartissant à peu près à égalité entre des industries nouvelles (produits chimiques, verre et céramique, métallurgie, construction de matériel de transport) et les industries traditionnelles destinées à la consommation des citadins. On y trouve les plus grandes usines de l’agglomération : les Chantiers de la Buire, dont les effectifs peuvent varier en quelques mois de huit cents à quelque deux mille ouvriers, en sont l’exemple le plus spectaculaire, mais les usines employant plus d’une centaine de personnes ne sont pas rares. Et pourtant y prolifèrent les entreprises artisanales ou les ateliers de petite taille, qui peuvent le cas échéant éponger la main-d’œuvre en surplus et laissent à beaucoup l’espoir de s’installer à son compte. La conséquence en est que l'unité de la classe ouvrière ne naît pas ici du quartier, de l’histoire et de l’affrontement des classes. Ce n’est pas ici un fait acquis, mais un projet, une réalité à construire et qui demande des médiations, une organisation.

16Si donc les quartiers ouvriers sont demeurés constamment hostiles à l’Empire, on peut en deviner les raisons : leur cadre de vie ne bénéficia guère des travaux d’aménagement de la presqu’île, dont ce n’était pas l’objectif ; les seuls à avoir été l’objet de l’attention des autorités étaient les tisseurs de la Croix-Rousse : en pure perte, vraisemblablement, puisque la communauté était déjà constituée autour de valeurs politiques d’opposition. En revanche, les autres quartiers ouvriers furent abandonnés, aussi bien de l’Église que de l’administration : on ne voit pas par quel miracle ils auraient pu se convertir à l’Empire. La place était libre pour ses adversaires, radicaux, libres-penseurs, internationaux, mais, à supposer même que toutes les restrictions légales à leur activité fussent levées, ceux-ci ne pouvaient adopter les formes de lutte anciennes. Le pouvoir et la ville ayant changé, il fallait en inventer d’autres. Ce fut long et difficile.

Notes

1 Sur la réorganisation des structures administratives, F. Dutacq dans le t. III de l’Histoire de Lyon, d’A. Kleinclausz, notamment p. 165 et 170.

2 Et les « bons citoyens » de la commune, franchissant le pont, vinrent en cortège sur la place Bellecour afin qu’il les passe en revue.

3 Nizier du Puitspelu, Vieilleries lyonnaises, p. 52.

4 Peu à peu, et non immédiatement, car le péage sur les ponts du Rhône ne fut racheté par la ville que vers 1860 et le mur d’enceinte qui séparait la Croix-Rousse de la ville ancienne ne fit place à un boulevard qu’après 1865. Dans les deux cas, l’initiative revint à l’Empereur lui-même, soucieux de sa popularité comme du bien-être des classes populaires. D’autre part, vers l’est et le sud, les nouvelles lignes du chemin de fer constituent un corset pour le développement de l’agglomération, qui redouble à peu près celui constitué par les forts.

5 Voir la carte 4 : Les transformations de la ville de Lyon sous le Second Empire. Une seule étude, assez décevante sur ce thème : Ch. M. Leonard, Lyon transformed...

6 E. Vingtrinier, La vie lyonnaise... p. 288 signale ainsi que le premier grand magasin de nouveautés pratiquant des prix fixes et soldant les dimanches soirs et les jours de fête, où toute la population était dans la rue, s’installa à l’angle de la place des Cordeliers et de la rue de la République, en face du nouveau palais de la Bourse.

7 L. Niepce, Lyon militaire... p. 559.

8 Y. Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise, t. 1, p. 164. Sauf exception, tous les renseignements qui vont suivre proviennent du chapitre iv de ce tome, « Les ouvriers de Lyon, de la Fabrique à l’automobile », en particulier les pages 166-182, « Ouvriers dans la ville, Le temps des canuts ».

9 La tension entre chefs d’ateliers et ouvriers tisseurs est une composante normale de leurs relations, et peut, cela va de soi, expliquer un plus grand radicalisme des compagnons que l’on retrouvera par exemple dans certains épisodes de la commune lyonnaise ; mais très souvent, les chefs d’atelier utilisent les revendications de leurs ouvriers pour peser sur les fabricants ; d’autre part, le nombre de compagnons diminue au profit des compagnonnes, depuis que des progrès techniques ont permis le recours plus aisé à une main-d’œuvre féminine, souvent familiale.

10 72 % en 1866, chiffre calculé d’après les données d’Y. Lequin, op. cit., p. 173.

11 Cf. les analyses d’Y. Lequin, in Garrier, G., Le Rhône et Lyon..., p. 253.

12 Un indicateur de police, le no 47, bon connaisseur de la Fabrique signale en 1877 que les fabricants se servent de ce pouvoir pour favoriser les ouvriers pieux... APP, Ba 392, dossier sur la crise de la soierie, 6. 02. 1877, p. 25.

Table des illustrations

Titre Carte 4. Les transformations du Second Empire
Légende En grisé, les axes nouveaux (la rue impériale - aujourd'hui de la République - va de Bellecour aux Terreaux en longeant la Bourse du commerce ; la rue de l'Impératrice - puis de l'Hôtel de Ville - lui est parallèle à l'ouest).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17001/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search