Version classiqueVersion mobile

Les Chemins de la manifestation

 | 
Vincent Robert

Chapitre III. 1848 ou « la pratique pacifique de la liberté »

Texte intégral

  • 1 J. Benoît, Confessions d’un prolétaire, pp. 79-82 et (J.-B. Monfalcon) Annales lyonnaises de 1848,(...)

1Dans l’après-midi du vendredi 25 janvier, alors que la nouvelle de la proclamation de la République à Paris commençait à se répandre, que le préfet du Rhône et le maire provisoire se demandaient comment transmettre leurs pouvoirs en des mains capables de garantir l’ordre et la sécurité, quelques orateurs haranguaient les tisseurs rassemblés sur la Grande Place de la Croix-Rousse. Plusieurs centaines descendirent la Côte Saint Sébastien en chantant La Marseillaise, longèrent le quai du Rhône, grossis au passage de groupes venant des Brotteaux et de la Guillotière, atteignirent la place Bellecour puis se gagnèrent la place des Terreaux par le quai de la Saône, en « colonne profonde ». Peu désireux de faire couler le sang, les officiers qui commandaient les maigres troupes chargées de défendre l’Hôtel de Ville exhortaient Démophile Laforest, à qui le maire venait de confier ses pouvoirs, à proclamer la République du haut du balcon. Ainsi fut fait ; la foule s’engouffra dans l’édifice, et y acclama un comité exécutif, où figuraient une quarantaine des siens, ouvriers tisseurs pour la plupart, à côté d’une minorité de bourgeois républicains1.

  • 2 C’est cela qui détermina J. Benoit à remonter à la Croix-Rousse et à organiser la descente sur Lyo (...)

2Lorsque les témoins de ces événements nous les relatèrent, quelques mois ou quelques années plus tard, tous employèrent le mot de manifestation pour désigner ce qui s’était passé. Pas un, même des plus hostiles, ne parla d’émeute, ni d’insurrection : il n’y eut pas d’affrontement, tout au plus quelques pierres lancées ; et aucun pouvoir n’avait une légitimité incontestable dans la situation créée par la révolution parisienne. Dans ces circonstances exceptionnelles, le rôle de la pression de la foule, de la « manifestation » de l’opinion populaire a été à l’évidence déterminant : si les républicains modérés, n’envisageaient encore de ne confier des armes dans la garde nationale reconstituée, qu’à des citoyens payant patente, on peut imaginer le nombre de tisseurs qui auraient été admis à faire partie du conseil municipal provisoire2...

  • 3 F. Rude, L’insurrection lyonnaise de novembre 1831..., pp. 175-77.
  • 4 Le lendemain, la foule envahit à nouveau l’Hôtel de Ville et imposa encore des modifications dans (...)

3La forme prise par cette « manifestation d’opinion » est celle d’un cortège. Fait exceptionnel, nous l’avons dit, qu’un cortège nombreux qui ne soit pas organisé, patronné ou toléré officiellement ; mais ce n’est pas seulement le fruit d’une conjoncture révolutionnaire. Dix-huit ans plus tôt ne s’étaient produits sur la place des Terreaux que des rassemblements, d’ailleurs fort nombreux, et une démonstration de force de la garde nationale bourgeoise pour obliger les autorités à céder la place3 ; en février 1848, au contraire, l’organisation d’un cortège, descendu de la Croix-Rousse révèle la puissance du mouvement populaire venu des faubourgs, et la maturité politique de ceux qui se mettent à sa tête, un Joseph Benoît par exemple. Mais en même temps, ce cortège confirme pour la bourgeoisie lyonnaise l’assimilation entre cortège de manifestants et tentative de prise du pouvoir. Presque autant que la barricade, qu’il annonce ou qu’il suit, le cortège de manifestants est l’indice d’une situation révolutionnaire, anormale, à laquelle il faut mettre un terme au plus tôt. Les rares bourgeois républicains, comme les rédacteurs du Censeur, auront beau alléguer l’exemple de l’Angleterre, où de telles « processions » sont monnaie courante, leur argumentation ne tiendra pas devant l’évidence viscérale de l’assimilation. Les événements des jours et des mois suivants en apportent la preuve4.

Seize mois de liberté

  • 5 Cf. F. Dutacq, Histoire politique de Lyon pendant la révolution de 1848, et nombreux articles ulté (...)

4L’histoire politique de Lyon de la révolution de février au coup d’État du 2 décembre fut étudiée très tôt, dès le début du siècle, et reprise il y a une vingtaine d’années du point de vue du mouvement ouvrier5. Aussi nous contenterons-nous d’un simple rappel nécessaire à l’intelligence des événements et à fournir le cadre de notre étude des formes neuves que prend la vie politique et sociale dans l’espace urbain.

5La nouvelle de la révolution parisienne bouleversa l’équilibre des pouvoirs existants : l’autorité préfectorale s’évanouit ; les autorités militaires abandonnèrent au peuple, presque sans résistance, les ouvrages qui environnaient la Croix-Rousse, se cantonnant ailleurs dans une passivité prudente ; la commission municipale qui s’était saisie du pouvoir ne pouvait compter sur aucune force de police, à supposer même qu’elle eût la volonté de s’en servir. Le drapeau rouge flotta sur l’Hôtel de Ville, et le peuple fut le maître absolu trois jours durant, à la grande inquiétude des possédants.

6Le commissaire extraordinaire du gouvernement provisoire, Emmanuel Arago, arrivé à Lyon dans l’après-midi du 28, fut accueilli à l’Hôtel de Ville et obtint le remplacement du drapeau rouge par le drapeau tricolore. Mais, quelle que soit l’importance symbolique de ce succès, son autorité n’était rien moins qu’indiscutée : la commission municipale, dominée par les républicains de la veille, le maire provisoire en tête, l’admit sans réticence, mais dans la bourgeoisie conservatrice, qui vit en lui l’expression d’un pouvoir régulier et la promesse du rétablissement de l’ordre, on s’impatienta rapidement. Quant aux masses populaires, elles attendaient du nouveau régime des solutions immédiates à leurs problèmes – du travail et du pain – ou tout au moins des garanties pour l’avenir, qu’elles avaient commencé à prendre en saccageant les Providences et en s’emparant des forts de la Croix-Rousse et de leurs canons par l’entremise de ceux qu’on appelait les Voraces ; or les uns et les autres disposaient d’organes de mobilisation populaire pour faire pression, le cas échéant, sur le citoyen Arago. Du côté de la bourgeoisie, une partie de la garde nationale, qui s’organisa assez vite dans les quartiers aisés où l’on pouvait faire les frais de l’uniforme et de l’armement ; en face, les autres légions de la Garde nationale mais aussi les corporations et les clubs fédérés dans le Club démocratique central.

7De même qu’à Paris le gouvernement provisoire, Emmanuel Arago se vit contraint de « faire de l’ordre avec du désordre » et recourut aux services des milices ouvrières qui avaient instantanément vu le jour. La plus célèbre est celle des Voraces, compagnons ferrandiniers (tisseurs) dissidents, que leur nom prédestinait à une renommée de mauvais aloi auprès de la bourgeoisie, mais il y en eut d’autres, issues des sociétés secrètes, celle des carbonari par exemple. La prolifération des corps armés posa quelques problèmes, mais l’ordre public fut assuré : on vit même les Voraces disperser sans mollesse une foule ameutée contre les « étrangers », c’est à dire les Savoisiens. Il ne s’agissait cependant que d’un pis-aller aux yeux du commissaire du gouvernement, qui décréta la constitution d’une Garde mobile, tandis que la Garde nationale avait commencé à s’organiser. Pour parer aux conséquences sociales dramatiques de la crise économique furent organisés des ateliers nationaux selon le modèle traditionnel des ateliers de charité, mais Arago mit également sur pied une commission du travail pour régler les différends entre patrons et ouvriers, et négocia auprès du gouvernement provisoire une importante commande pour la Fabrique lyonnaise. Représentant du Gouvernement, il avait le pouvoir de se faire obéir de l’armée, mais il éprouva assez vite son impuissance à s’en servir. Les habitants de la Croix-Rousse avaient, de leur propre chef, commencé à démolir les murs qui les séparaient de Lyon ; il fallut s’y résigner. Les Voraces acceptèrent de laisser les forts à la Garde nationale de la Croix-Rousse (15 mars), mais lorsqu’un détachement de l’armée vint y reprendre possession des poudres et munitions, il fut bloqué par la foule et Arago lui-même molesté (26 mars). Pire encore, il put sembler que l’armée elle-même allait cesser d’être utilisable en dernier recours, dans la mesure où l’insubordination semblait s’y développer largement. L’affaire Gigou – ce sous-officier du4e régiment d’artillerie, puni pour propagande démocratique dans son unité, mais délivré puis porté en triomphe par la foule dans les rues de la ville – en était le signe le plus consternant. En attendant le retour à la normale, et bien qu’Arago, manifestement un peu dépassé par les événements, ait été épaulé, puis remplacé par Martin-Bernard, ancien de la Société des Saisons, il était urgent de désamorcer les tensions ; la prolifération des fêtes des arbres de la Liberté dans la deuxième quinzaine d’avril et au début mai ne s’explique guère autrement.

8Les étapes du retour à l’ordre sont sensiblement les mêmes qu’à Paris, mais leur chronologie diffère légèrement, et jamais cet ordre ne fut aussi parfait que l’oligarchie lyonnaise l’aurait souhaité. Première étape, les élections à l’assemblée nationale constituante (23 avril) qui semblèrent marquer la fin de l’omnipotence du Club central et de l’extrême-gauche ouvrière : des douze représentants du Rhône, seuls quatre venaient de ses rangs, tandis que conservateurs et républicains du lendemain découvraient avec soulagement leur puissance électorale, gage, pensaient-ils, d’un proche avenir plus sage. Ils appuyèrent donc de toute leur influence les efforts de républicains de la veille, modérés ou simplement réalistes, pour « rétablir l’ordre », un ordre dont divers incidents montraient combien il était encore fragile. En effet, à la suite de l’interception, le 13 mai, de chariots chargés de métiers appartenant au fabricant Claude-Joseph Bonnet puis leur destruction par les ouvriers du chantier national de Bellevue, furieux de voir les métiers, et donc le travail, quitter la ville pour la campagne, une tentative d’en poursuivre les auteurs mit la Croix-Rousse au bord de l’insurrection (15-19 mai) ; et la libération des ouvriers qu’on avait emprisonnés fut imposée aux autorités par les Voraces, qui prirent en otage le substitut du procureur de la République, sans réaction de la garde nationale... Une fois l’émotion calmée, Martin-Bernard obtint la dissolution du corps des Voraces, invités le 21 mai à entrer dans la garde nationale, mais s’abstint prudemment d’imposer aux travailleurs des ateliers « nationaux » le salaire à la tâche.

  • 6 Voir les rapports quotidiens du commissaire central Galerne (ADR, 4M 95).

9Malgré les craintes des autorités, et des journées d’évidente tension, il n’y eut pas à Lyon de révolte ouvrière en juin6. Mais le rapport de forces avait changé. Martin-Bernard fut remplacé début juillet par un véritable préfet, d’ailleurs républicain de la veille, Ambert ; des élections anticipées avaient donné le 13 juin une légitimité démocratique incontestable à un conseil municipal majoritairement modéré. Non sans précautions, il fut possible, au prix d’une réédition pacifique de l’assaut donné en 1834 à la Croix-Rousse, de récupérer à la fin de juin les pièces de canon encore aux mains des habitants du plateau... ; de désarmer la Garde nationale toute entière, puis de dissoudre les chantiers «nationaux», le 15 juillet ; de se défaire enfin, à l’automne, des gardes mobiles qui semblaient décidément inaptes au maintien de l’ordre, car moins disciplinés que les Voraces...

  • 7 D’après le Peuple souverain (14. 12), dans l’agglomération, 43 647 voix étaient allées à L.-N. Bon (...)

10Cela ne suffisait malheureusement pas. On sait que pour la bourgeoisie du milieu du dix-neuvième siècle, l’ordre social n’était finalement qu’un problème de police, et le socialisme proche parent du cambriolage, donc de la délinquance. Dès lors que les forces de police retrouvaient leur efficacité, le désordre ne devait pas subsister. Or, de l’été 1848 au printemps 1849, la bourgeoisie lyonnaise découvrit consternée qu’il n’en était rien. Toutes les élections démocratiques confirmaient la puissance de l’extrême-gauche montagnarde, solidement enracinée dans les quartiers populaires, et fournissant donc de fortes minorités au conseil municipal de Lyon, dominant totalement ceux de la Croix-Rousse et de la Guillotière, malgré les tentatives de dissolution. Bien que très officiellement dissous, tous les clubs, sauf les plus fragiles, s’étaient reconstitués à l’occasion d’une des innombrables campagnes électorales. Aussi bien la victoire de Louis-Napoléon Bonaparte aux élections présidentielles en décembre était-elle, à Lyon même, rien moins qu’une victoire du Parti de l’ordre : nul ne s’y trompa, et la minorité importante qui s’était comptée sur le nom de Raspail constituait un signe supplémentaire de l’urgence d’une reprise en main7.

  • 8 A.D.R., 4M97, com. central Galeme, 11. 05. 1849.

11C’est pourquoi la bourgeoisie accueillit avec enthousiasme l’arrivée à Lyon, dans les premiers jours de février 1849, du maréchal Bugeaud dont la réputation d’homme d’ordre et de spécialiste de la guerre des rues n’était plus à faire. Les bonnets rouges des arbres de la Liberté, évoquaient désormais, disait-on, l’époque sanglante de la Terreur ; on leur fit la chasse. La presse était toujours libre : le journal Le Peuple souverain, né au printemps 1848, et un nouveau venu, Le Républicain servaient d’organes au parti démocratique. On multiplia les tracasseries à leur encontre. Les clubs furent dissous à grand renfort de troupes, on interdit de fêter l’anniversaire des journées de Février... Rien n’y fit. Les élections à la législative virent un triomphe montagnard, puisque la liste « démocratique et sociale » obtint, après une campagne particulièrement persuasive auprès des ruraux, la majorité absolue des voix et la totalité des sièges de représentants du Rhône. Pire encore, « le résultat du vote de l’armée dans le département est rouge, entièrement rouge...(...) Qui maintenant protégera le règne des lois, qui nous sauvera de l’anarchie8 ?».

12La panique des uns nourrissant la confiance, voire la présomption de certains autres, un mois plus tard, aux premières nouvelles venues de Paris, l’insurrection se déclenchait. Elle fut écrasée en quelques heures. Les meneurs, ou prétendus tels, furent pourchassés ; la ville fut soumise à l’état de siège, ce qui permettait de suspendre les journaux qui déplaisaient à l’autorité militaire, d’interdire les réunions publiques, et donc de priver de tout moyen d’expression publique le parti républicain, fût-il modéré. À quelques nuances près, cette situation devait durer trois décennies.

Le peuple en armes

  • 9 J. Benoit, Confessions d’un prolétaire, pp. 122-123.
  • 10 Ibid, p. 116.

13Les milices ouvrières surgies à Lyon dès la Révolution de février, les Voraces notamment, n’ont pas eu bonne presse : la bourgeoisie les haït instantanément comme l’incarnation du désordre, tandis que ceux qui en furent le plus proches, un Joseph Benoît par exemple, les défendirent sans chaleur excessive, convaincus au fond d’eux-mêmes que malgré leurs excellentes intentions, les membres de ces groupes armés avaient en définitive nui à la cause du peuple, et qu’il aurait mieux valu les intégrer rapidement à la garde nationale9. De la même manière, si la bourgeoisie ne trouva pas de mots assez durs, sa frayeur des premiers jours passée, pour condamner les saccages de providences et les bris de métiers, Benoît se désolidarisa de ces « actes isolés (...) vivement blâmés et désavoués par les républicains10 ». Or il semble bien que dans le premier cas, le mot de désordre ne convient pas plus que celui d’actes isolés dans le second : les Voraces se comportèrent comme une véritable armée, et les équipées des briseurs de métiers furent montées comme autant d’expéditions militaires.

  • 11 F. Dutacq, Histoirepolitique de Lyon... p. 107.
  • 12 F. Dutacq, op. cit., pp. 103-137, complété par la relecture des archives dont il s’est servi, nota (...)
  • 13 Même mise en scène spontanée à Rouen en 1830, par exemple (W. M. Reddy, « The Textile Trade and th (...)

14Le premier historien de la Révolution lyonnaise de 1848, François Dutacq, avait lui-même été frappé par le fait que, dans les dévastations des couvents-ateliers, providences et autres fabriques, il y avait « chez tous les pillards, (...) une certaine discipline, un certain plan d’opération, contrairement à ce qui se passe d’ordinaire dans les scènes de jacquerie. Ce n’est donc pas tant là une ruée de la misère contre la richesse que l’application d’un système médité, arrêté à l’avance11 ». Nous en sommes évidemment moins surpris, connaissant mieux ce type de mouvements populaires, grâce à des études ultérieures sur ce qu’il ne suffit pas de qualifier de « scènes de jacquerie ». Relire et confronter les témoignages sur ces événements, recueillis sur le moment ou un peu plus tard, en pleine période de réaction12, permet d’établir que l’on n’a pas affaire à des pillards et des vandales, mais aux exécutants de la justice populaire, qui veulent s’entourer d’un certain cérémonial13.

15En effet, lorsque les établissements visés ne se trouvent pas dans les quartiers ouvriers de Lyon ou de la Croix-Rousse, il ne s’agit pas d’attroupements, mais de véritables expéditions, vers Fourvière et Caluire, dans la soirée du 25, vers Vaise le dimanche 27, vers Oullins, le lendemain, vers Saint-Genis-Laval le surlendemain, voire vers Pont-de-Chéruy. Le point de rassemblement est généralement la Grande Place de la Croix-Rousse, où arrivent les nouvelles de la ville ou des campagnes. Lorsque le cortège s’organise, il est souvent dirigé par un homme portant une ceinture rouge, et marche derrière le drapeau rouge et un tambour, quand ce n’est pas derrière une véritable musique, avec tambours et clairons. Ceux qui ont pu se procurer des fusils vont en tête, les autres suivent armés de bâtons : l’expédition peut compter jusqu’à deux cents personnes, et ne cherche pas le moins du monde à passer inaperçue : la troupe qui se dirige vers le refuge d’Oullins dans la matinée du 28 février descend de la Croix-Rousse en cet appareil, et gagne la barrière de la Quarantaine au vu de tous, par les quais de la rive droite de la Saône. Sur place, la destruction des métiers se fait au grand jour : on les transporte sur la place publique pour les brûler ; autour du brasier on danse parfois, et l’on place des factionnaires armés pour éviter les vols. Enfin, on rentre à Lyon, musique en tête...

  • 14 ADR, 4U138. Identité des personnes-arrêtées. Une intervention des forces de l’ordre très tardive, (...)

16Si on ne peut affirmer que les Voraces étaient les briseurs de métiers, il est probable qu’ils venaient du même milieu, celui des tisseurs et passementiers de la ville et des faubourgs14. Et ils partageaient incontestablement la conviction d’être dans la légalité révolutionnaire : en constituant une milice ouvrière pour la garde des forts enlevés à l’armée, ils ne faisaient que défendre la Révolution. Cette conviction, les Voraces ne perdaient pas une occasion de la manifester par des démonstrations en ville, cherchant par là tout autant à se faire reconnaître des autorités, qu’à intimider les contre-révolutionnaires. Ainsi, lorsqu’ils acceptèrent de laisser les forts de la Croix-Rousse à la garde nationale :

  • 15 Tribun du peuple, 17 mars.

Ils ont descendu en ville par les montées Saint-Laurent et Saint-Sébastien. Arrivés à la Croix-Paquet, le poste du Grand Séminaire s’est joint à eux et ils ont continué leur marche débouchant par le port Saint-Clair sur le quai du Rhône qu’ils ont suivi jusqu’au pont de la Guillotière. Ils ont passé par la rue de la Barre et ont défilé dans le meilleur ordre sur la place de Bellecour. C’est là que nous avons vu ces hommes qui étaient depuis trois semaines l’épouvantail de l’aristocratie et que la malveillance s'efforçait de représenter comme des brigands... Au milieu d’eux était le conseil municipal de la Croix-Rousse ; venait ensuite un groupe d’hommes armés entourant un buste de la Liberté porté sur un brancard. Derrière suivait la Garde nationale de la Croix-Rousse. Ils se sont rendus à la préfecture, où le représentant Arago leur a fait une touchante allocution. Puis le cortège s’est mis en marche pour l’Hôtel de Ville. Il y a été reçu avec enthousiasme. On a déposé dans le musée du palais des arts le buste de la Liberté15...

  • 16 B. M. de Lyon, fonds Coste, no 729, dont est inspirée la couverture du présent ouvrage.

17« Drapeau déployé et au son du tambour », parcourant les quais avant d’être passés en revue place de la Préfecture par le commissaire du gouvernement, on voit qu’ils se considèrent comme un corps armé, dont ils adoptent l’ordonnance et les emblèmes. Plus étrange en revanche, ce buste de la Liberté posé sur un brancard qu’une lithographie16 nous montre attaché par des cordons que tiennent certains des porteurs, en blouse : manière d’affirmer leur républicanisme, souvenir des processions, sans doute, mais peut-être aussi tradition populaire du port par un cortège d’un objet destiné à être partagé entre les membres du groupe ou offert aux spectateurs : rappelons que les Voraces étaient à l’origine une sorte de compagnonnage...

  • 17 J. Benoît, Souvenirs de la République de 1848, Genève, 1855..., p. 58.
  • 18 Annales de Lyon, pp. 86-87 confirmé par J. Bergier, Journal p. 100.

18Il n’empêche que ces démonstrations populaires armées n’effrayèrent pas la seule réaction, mais, au-delà, toute une petite bourgeoisie susceptible de voter pour des républicains17 ; que l’assimilation entre Voraces et briseurs de métiers pouvait se faire d’autant plus facilement qu’un peu après les élections, lorsque les ouvriers du chantier national de Bellevue eurent détruit des métiers qui quittaient la ville, ce fut une centaine de Voraces, drapeau rouge et tambour en tête qui allèrent demander la libération des personnes arrêtées à la prison de Roanne18, puis ne l’obtenant pas, prirent en otage un substitut du procureur de la République qu’ils traînèrent jusque chez leur « mère », à la Croix-Rousse, par les quais de Saône, le pont de Nemours et la Grande Côte... Grâce à Martin-Bernard, l’effusion de sang fut évitée, et tout en conservant leur organisation, les Voraces acceptèrent la disparition de leur milice.

Les arbres de la Liberté

  • 19 Le tribun du peuple, 14. 03. 1848.

Funérailles du légitimisme . Une troupe assez nombreuse de citoyens accompagnant le bonnet de la liberté, porté par quatre hommes, a parcouru la ville pendant la journée du 12. Le cortège marchait sur deux rangs, en tête desquels était le saint emblème de notre délivrance, et vers le milieu, un autre emblème non moins significatif attirait surtout les regards, c’était un homme qu’on tenait comme enchaîné de toutes parts avec de grossiers cordons tenus par un groupe de citoyens formant le carré autour de lui et portant en tête le drapeau national. L’homme si bien entouré portait un misérable drapeau de pâle couleur et un crêpe noir ; c’était le drapeau blanc, porté presqu’horizontalement et fort peu attaché, semblable au cercueil d’une misérable et trop criminelle créature, qui va disparaître sans retour au grand contentement de tous19.

19Que ce cortège soit une « manifestation politique », au sens que donnent à cette expression les contemporains, nous pouvons le deviner. Le bonnet de la liberté, naturellement de couleur rouge, ne figure point en tête par hasard ; et le contraste entre le drapeau national flottant au vent et le drapeau blanc « porté presque horizontalement et fort peu attaché », n’est pas sans signification. Au surplus, le seul journal qui nous le décrit en détail est notoirement l’organe de l’extrême-gauche ouvrière. Mais le titre de l’article est pour nous difficilement compréhensible, et la présence d’un personnage enchaîné reste énigmatique, si l’on ne fait référence au modèle de ce cortège qui parcourt les mes de Lyon : nous sommes le dimanche 12 mars, autrement dit dimanche des Brandons, et les funérailles auxquelles ont assisté les Lyonnais sont évidemment aussi celles de Carmentran, que personne il est vrai, ne tente même de ramener à la vie.

  • 20 Peu de travaux récents sur ce sujet, sauf une communication de M. Agulhon, « Fête spontanée et fêt (...)

20Le folklore apparait donc comme le cadre naturel de l’expression politique, et c’est à travers lui que l’on peut comprendre ce que voulaient dire les classes populaires, même et surtout ce qu’elles voulaient dire de neuf. Il ne s’agira ici que d’expression, car nous réserverons pour un peu plus tard l’analyse des cortèges destinés à faire pression sur les uns ou sur les autres, porteurs de revendications ou d’un projet, ceux que nous pouvons considérer comme les ancêtres directs des manifestations que nous connaissons et pratiquons. Or, comme très probablement celui que nous avons décrit, la plupart de ces cortèges expressifs font partie intégrante de cérémonies qui se multiplient entre le début mars et le milieu du mois de mai : la plantation des arbres de la Liberté20.

Les fêtes des faubourgs

21Connaissant le lien entre pratique folklorique et expression politique populaire, on constatera sans surprise que, comme les vogues, les premières plantations d’arbres de la liberté ont eu lieu dans les communes suburbaines : à la Croix-Rousse le dimanche 12 mars, à Vaise et à la Guillotière le 19, aux Brotteaux le 26 et enfin à Saint-Just le 2 avril ; mais il n’y en eut pas dans la ville même avant la cérémonie funéraire de la place des Cordeliers, le dimanche 9 avril, et ce n’est qu’après de nouvelles fêtes à Perrache et à la Croix-Rousse le 16 avril que des quartiers urbains commencèrent à suivre l’exemple des faubourgs. On pourrait penser que cela reflète surtout la plus grande ardeur révolutionnaire de ces derniers, et l’exemple de la Croix-Rousse prouve que ce n’est pas entièrement faux. Mais des faubourgs à la modération politique manifeste (les Brotteaux, avec la participation de la garde nationale, de recrutement bourgeois, Saint-Just, où le clergé et l’armée sont pour la première fois invités) ont planté des arbres de la Liberté bien avant les quartiers les plus rouges de la cité.

  • 21 À partir du 10 mars, le Censeur signale des plantations d’arbres de la liberté, dans le Jura et da (...)
  • 22 À la première fête, celle de la Croix Rousse, il s’agissait sans doute d’un mât, non d’un arbre vi (...)
  • 23 J. Bergier, Journal..., p. 65. Comme précédemment, on peut voir là l’influence des processions, ma (...)
  • 24 Lors de la fête du 16 avril à la Croix-Rousse, le cortège gagne le faubourg de Saint Clair au bord (...)
  • 25 Ainsi entre la Guillotière et les Brotteaux, dont le Journal d’un bourgeois de Lyon, p. 74, attest (...)
  • 26 À Saint-Just, le 2 avril, mais les seconds arrivent en fin de cérémonie (Censeur ; 5. 04.) : répar (...)

22Nous ne possédons pas une information également détaillée à propos de toutes ces premières fêtes. Les plus précoces furent celles où la part de la spontanéité populaire semble la plus forte : peut-être à l’imitation des campagnes ou de petites villes de la région, des groupes de citoyens lançaient une souscription pour organiser la fête21. Puis le mouvement fut repris par les gardes nationales des faubourgs, avec un soutien plus marqué des municipalités ; il y eut davantage de discours devant l’arbre – vif – et un banquet réservé aux officiers de la milice citoyenne terminait généralement les cérémonies22. De la fête populaire, cependant, on conservait l’habitude de faire précéder la plantation d’une promenade par les rues de la commune, encore que le sens en ait été légèrement différent : si elle servait bien évidemment à annoncer publiquement des réjouissances, elle manifestait également des opinions politiques, puisqu’on y promenait un bonnet rouge ou – aux Brotteaux – un buste de Paris affublé en déesse de la Liberté, destinés à figurer à la place d’honneur dans la cérémonie, au pied ou au sommet de l’arbre23. Itinéraire et composition du cortège ont aussi un sens : ils doivent montrer la fraternité en acte. Soit que le parcours relie des parties d’une commune qui sont séparées par des obstacles naturels24 ; soit que ce soient des dissensions traditionnelles qu’il s’agisse d’effacer25. Mais il est important également d’inviter à participer au cortège, ou aux cérémonies, les gardes nationales des quartiers voisins, un détachement de l’armée ou encore les Voraces26.

Cérémonies officielles... et révolutionnaires

  • 27 F. Dutacq, Histoire politique..., p. 268-70.
  • 28 Censeur, 11. 04. 1848.
  • 29 Mais les descriptions faites après la cérémonie n’en parlent pas ; de même, elles inversent les pl (...)

23La seule plantation d’arbre de la Liberté qui ait revêtu un caractère officiel eut lieu le dimanche 9 avril sur la place des Cordeliers, mais elle s’intègre dans une cérémonie funèbre, organisée en commémoration des journées d’avril 1834. L’initiative n’en revint pas aux autorités, mais au citoyen Hugon, condamné d’avril, qui fit remarquer que si Paris venait d’avoir une cérémonie à la mémoire des combattants de février, morts pour la liberté, les combattants d’avril 1834 n’avaient pas été honorés par leur cité natale27. Ayant accepté l’idée, les autorités révolutionnaires firent dresser sur la place des Cordeliers un catafalque drapé de noir, sur les faces duquel était répétée la formule « Honneur aux martyrs de la Liberté », avec les dates de juillet 1830, novembre 1831, juin 1832, avril 1834, mai 1839 et février 1848 ; puis les noms des différents pays et villes d’Europe qui venaient de s’insurger pour la liberté28. Annoncée par des salves d’artillerie, la cérémonie devait débuter par le déroulement dans les rues de la ville d’un cortège précédé par quarante tambours voilés, des musiques militaires, et comprenant dans l’ordre « le comité central exécutif de Lyon ayant à sa tête le maire, le citoyen Arago et les généraux commandant la division et le département, le crêpe au bras et la rosette rouge à la boutonnière ; des condamnés et détenus politiques de 1830 à 1848 aussi avec un crêpe au bras ; des membres des diverses autorités civiles et militaires qui voudront se joindre au cortège en costume ; des différent clubs avec leurs bannières » ; puis des députations des élèves de l’école de médecine et de l’école vétérinaire, de l’école des beaux-arts et de la Martinière, des professeurs et élèves de l’université en costume, de la jeunesse du barreau et de la jeunesse du commerce... On notera l’absence dans le cortège de tout membre du clergé, la présence peu protocolaire des condamnés politiques, à une place d’honneur29 ; enfin l’importance attachée à ce que soit représentée la jeunesse, studieuse ou déjà dans les affaires... Devant une foule qu’on nous assure immense, trois discours furent prononcés, par Hugon, par le citoyen Brosse, membre de la commission municipale, puis par Emmanuel Arago ; l’on planta ensuite l’arbre de la liberté, un peuplier, au chant de La Marseillaise, et l’on fit symboliquement disparaître tous les crêpes... Enfin, c’est en passant par les quais de Saône que le cortège rentra à l’Hôtel de Ville : « à la suite de la cérémonie, les membres du comité municipal se sont réunis et ont fraternellement dîné à 1,25 fr. » Inutile de dire que, quoiqu’elle se fût fort bien passée, cette cérémonie révolta l’opinion bourgeoise, ou du moins tous les républicains du lendemain, scandalisés de l’hommage officiel rendu à une insurrection...

24En revanche, si la cérémonie qui eut lieu le dimanche suivant sur la place Louis XVIII, à Perrache, choqua beaucoup moins sur le moment, elle n’en eut pas moins une importance symbolique plus durable et engendra ultérieurement de très vifs affrontements. On assista en effet à la plantation d’un arbre de la Liberté, le plus haut de la ville, et surtout à l’inauguration d’une statue du Peuple souverain, érigée au pied de l’arbre en une association alors courante. Comme dans les fêtes populaires que nous avons décrites, la cérémonie fut précédée d’un cortège, dont l’ordonnance et l’itinéraire étaient ainsi annoncés par les organisateurs, les clubs du quartier de Perrache :

  • 30 L’Organisateur lyonnais, 16. 04. 1848.

Le cortège partira de ladite place (de la Liberté, dite Charabara) à dix heures précises. Il suivra la rue de Condé, le quai du Rhône jusqu’au pont Morand, la rue Puits-Gaillot, la place des Terreaux, la place des Carmes, la rue d’Algérie, les quais de la Saône, la rue et la place de la Préfecture, la rue Saint Dominique, traversera la place Bellecour et arrivera sur la place de la Liberté par la rue de Bourbon. (...) 1° En tête, un piquet de gardes nationaux, 2° tambours et musiques civils, 3° les présidents des quatre clubs de Perrache, 4° les quatre porte-drapeaux desdits clubs, 5° une délégation du club central, 6° les membres du club de Perrache 7° la statue du peuple souverain et son cortège, précédés d’un corps de musique, 8° un buste de la Liberté, 9° les clubs et corporations de Lyon et des faubourgs avec leurs bannières, 10° un piquet de gardes nationaux fermera la marche30...

  • 31 Censeur, 18. 04., les clubs de Perrache auraient fermé le cortège, et celui-ci était escorté par u (...)

25Que l’ordre effectif du cortège ait pu être légèrement différent, importe peu31. Car il faut d’abord constater l’absence de tout représentant de l’autorité (à qui on rendit tout de même hommage en passant devant l’Hôtel de Ville et la Préfecture...), de tout ecclésiastique, mais aussi de tout détachement de l’armée. S’il s’agit d’une fête de la Fraternité, elle ne rassemble que le peuple, c’est à dire les clubs et les corporations, à l’initiative du club central et des clubs de Perrache...

  • 32 Reproduction d’un moulage de cette statue, conservé au Musée de Gadagne in F. Rivet, Le quartier P (...)

26En second lieu, si promener une statue avant son inauguration n’était pas très original, le sujet représenté présentait beaucoup d’intérêt, car, comme on le remarqua alors, ce n’était ni une « Liberté », ni une déesse de la République, mais le « Peuple souverain », appellation trop abstraite sans doute au gré des Lyonnais, qui eurent tôt fait de le rebaptiser « l’Homme du Peuple ». Œuvre d’un jeune statuaire lyonnais, Jean-Baptiste Lepind, elle figurait « un ouvrier aux bras nus, d’une grande force musculaire et d’une brutale énergie », tenant d’une main un fusil, montrant de l’autre les débris d’une couronne qu’il foule aux pieds, avec cette légende « Qui osera la relever ? 24 février 1848, à la barricade ». Symbole de la Révolution sociale, cette statue connut aussitôt une grande popularité, puisqu’on en éleva une copie sur la place du Perron quinze jours plus tard, et nous la retrouverons en allégorie vivante dans des cortèges festifs ou revendicatifs des semaines suivantes32...

  • 33 Censeur, 18. 04. ; l’accueil des Italiens constitue le pendant des cortèges d’adieu aux Allemands (...)

27La cérémonie elle-même ne présenta guère d’originalité, si ce n’est que les discours furent interrompus par l’annonce de l’arrivée d’un bataillon d’exilés italiens, qu’on alla en cortège chercher à la station du chemin de fer. On se revint en ordre place de la liberté, on forma un carré, au centre duquel se placèrent les Italiens. Après un échange de discours, la colonne de réfugiés défila autour de l’arbre de la liberté et quitta la place au Chant du départ, pour regagner sa patrie33...

« Un besoin général de concorde... »

  • 34 Alors qu’auparavant, il semble n’y en avoir eu que le dimanche, et parfois le lundi.

28Dans les jours qui suivirent l’inauguration de l’Homme du Peuple, les plantations d’arbres de la Liberté se multiplièrent dans tous les quartiers. Tous les jours ou presque, voyaient de nouvelles fêtes34 et les festivités se prolongèrent jusqu’à la mi-mai, quand la municipalité les fit cesser.

  • 35 Com. central, rapports des 4 et 6 mai, in ADR, 4M95.
  • 36 J. Benoit, Souvenirs..., p. 61.
  • 37 Peuple souverain du 4 mai : « plusieurs membres du clergé, oubliant que leur royaume n’est pas de (...)
  • 38 Ibid., 5. 05. (il s’agit du quartier Saint-Jean) : « je rappellerai à mes petits enfants ces fêtes (...)
  • 39 Ibid., 15. 05.

29Ces fêtes ont présenté des aspects assez contradictoires, et inspirèrent des sentiments mitigés. Jusqu’au début mai, tout le monde s’accorda à s’en féliciter, et à s’extasier sur l’aspect féerique des quartiers pavoisés, illuminés, rivalisant pour que leur fête soit la plus brillante possible ; mais ensuite les critiques se firent de plus en plus vives et curieusement convergentes. Parmi les conservateurs on commençait à penser qu’il « serait bien à désirer que cela cesse dans l’intérêt du travail, du commerce et de l’ordre », que les ivrognes étaient décidément trop nombreux, que les jeunes gens se livraient à des excès contre les maisons de prostitution, et que les décharges de fusils et autres tromblons finiraient par causer un malheur35 ; du côté des démocrates, on soupçonnait la réaction de venir à ces cérémonies « escortée de vivres et de tonneaux de vin36 », on protestait contre la place qu’y tenait désormais le clergé37, contre l’accaparement de ces fêtes par les plus aisés38... Enfin, « nous espérons que tout ce gaspillage d’argent et de santé finira bientôt39 ».

  • 40 Surprise de Mme Bergier, épouse d’un bourgeois républicain : « ou bien les fabricants s’humanisent (...)
  • 41 À preuve les incidents qui amènent des Croix-Roussiens à fermer les portes du faubourg à la musiqu (...)

30Aspects contradictoires, avons-nous dit : c’est précisément ce qui en fait l’intérêt. Certaines sont organisées par des groupes incontestablement populaires : ainsi la compagnie des crocheteurs du port La Feuillée avait-elle fait la collecte nécessaire à la plantation d’un arbre de la liberté devant le port, le samedi 22 avril, et nous pouvons penser qu’elle n’est pas la seule à avoir agi ainsi. Mais de plus en plus, l’organisation des festivités incomba aux compagnies de la garde nationale, dont l’orientation politique comme la composition sociale était fonction du quartier : très majoritairement bourgeoise dans les quartiers des Capucins ou Tholozan, les premiers à planter des arbres de la Liberté dans la ville même40, dans celui des Célestins ou celui de la primatiale Saint-Jean, ou bien encore aux Brotteaux, elle était plus populaire sans doute autour de la place Colbert ou de la place du Perron. Il reste qu’elle faisait l’objet d’une certaine méfiance de la part des clubs et des milices ouvrières, car même là, elle était soupçonnée de modérantisme41. Quand la garde nationale n’avait pas pris l’initiative de la plantation des arbres, elle la reprit en organisant une bénédiction générale des arbres de la Liberté sur toute la rive droite de la Saône, avec donc participation du clergé, l’archevêque de Lyon, Mgr de Bonald, en tête ; la rive gauche répondit par une cérémonie semblable, deux jours plus tard, avec les artistes des Célestins...

  • 42 Place Kléber, aux Brotteaux, d’après l’Annuaire du Rhône... p. 82.
  • 43 Fêtes et bénédictions du 2 et du 4 mai.
  • 44 Censeur, 4. 05. Voici Hercule, avec des enfants en personnages de tableau vivant.

31Quant au déroulement des festivités, il reprend le cérémonial des premières fêtes, à quelques nuances près. Si cortège il y a, musique en tête, c’est désormais surtout pour aller chercher la Garde nationale des quartiers voisins, voire le clergé de la paroisse42, ou pour assurer l’unité de la célébration, en allant par les quais d’un arbre à l’autre43. Dans ces cortèges, la garde nationale est à la place d’honneur, parfois l’armée ou la garde mobile, moins souvent les Voraces et les clubs ou corporations... Une certaine place a pu être faite aux enfants des écoles (mais seules les écoles mutuelles sont mentionnées, jamais celles des Frères...) ou aux étudiants (lors de la fête de la rive gauche de la Saône, ceux de l’Ecole vétérinaire sont invités, sans doute en tant que riverains). Le décor semble plus soigné : on parle de maisons pavoisées, d’illuminations le soir, d’arcs de verdure, et d’estrades décorées de branchages pour les orateurs – car toutes les fêtes comportent des discours ; il est même question de sortes de reposoirs « sur les gradins desquels prenaient place trois jeunes enfants de neuf à dix ans représentant le peuple entouré de l’union et de la force44 ». Enfin, tout se termine généralement par un banquet sous les arbres ou sous les feuillages, auquel tous sont conviés, et où le vin coule à flots, avec force détonations, tirs de boîtes et coups de fusils.

  • 45 « Un chenapan du quartier. Orné d’une ceinture rouge, avec pistolets, coiffé d’un bonnet rouge, ar (...)
  • 46 Au port Saint-Clair, le 20 avril, « travailleurs et capitalistes fraternellement unis » (Censeur d (...)
  • 47 Censeur, 12. 05.

32Au total, ce furent certainement de belles fêtes. Mais elles laissèrent un goût amer à tous les participants, quelques mois plus tard : fêtes d’une fraternité souvent feinte et qui devait voler en éclats. Fêtes copieusement arrosées, fêtes de diversion, et l’on ne peut donner tort à Joseph Benoît sur la responsabilité qu’il en fait porter à la « réaction ». Fêtes qui conservaient pourtant un caractère trop populaire pour l’orléaniste Monfalcon, qui dépeignit plus tard ces cortèges ramenant chez lui le héros du jour, la personnification de l’Homme du peuple45 ; quand il aurait à la rigueur pu admettre que soit porté un groupe représentant la Force, s’appuyant sur la Liberté et de l’Egalité46. En définitive, de quelque bord qu’elle soit, la presse loua la compagnie de la rue Bellecordière qui décida, au lieu de planter un arbre de la Liberté, de porter l’argent recueilli aux autorités pour venir en aide aux sans-travail : ce que firent ses officiers précédés de « jeunes filles vêtues d’une robe blanche, d’une écharpe bleue, la tête ceinte d’une guirlande de laurier, portaient une bannière et une corbeille qui contenait le don patriotique, 300 fr, montant de la souscription47. » C’était retrouver là une autre habitude des périodes de révolution : la démarche auprès des autorités.

Cortèges revendicatifs et manifestations

33« Éclairer l’autorité sur des besoins qu’elle peut ignorer, (...) renforcer le pouvoir dans ce contact avec le peuple », comme l’écrit Le Censeur à propos de la grande manifestation du 27 mars, n’a de sens qu’en période révolutionnaire : animés de la conviction que maintenant les autorités ont besoin de leur appui, et qu’en retour on peut en attendre beaucoup, en leur forçant un peu la main au besoin, très nombreux sont les groupes qui défilent dans les rues pour se rendre auprès du commissaire du gouvernement ou du comité municipal.

  • 48 C’est à ce moment-là que Monfalcon donne dans ses Annales la première définition que je connaisse (...)
  • 49 Monfalcon, Annales lyonnaises... p. 83 (à la date du 9 mai) : « personne ne prend plus garde aux m (...)

34Toutes ces démarches ne sont pas connues et tous les cortèges ne furent pas signalés, ni par la presse, ni par les témoins ni par les rapports de police. Aussi les analyses qui vont suivre ne peuvent-elles prétendre à une extrême précision. Première remarque, le rythme des manifestations. Les deux premières semaines du nouveau régime en voient très peu, une fois achevées (le 29 février) les expéditions de briseurs de métiers. Une brève flambée suit la démonstration des Voraces (15 mars) puis on revient au calme. Mais ensuite, en deux semaines se produisent au moins sept manifestations48, ce qui semble correspondre à la découverte, après la manifestation massive du 27, de la puissance et de l’ivresse du nombre, ainsi qu’à la gravité de la situation politique du moment... Puis retour à un rythme plus calme, d’une manifestation par semaine à peu près, plus nombreuse il est vrai : la manifestation entrerait-elle dans les mœurs ? Après les incidents de la mi-mai, les manifestations se raréfient pourtant49 avant de disparaître...

  • 50 Les Frères auraient organisé la manifestation où leurs élèves revendiquèrent d’être libérés de l’o (...)
  • 51 D’autres sources parlent de drapeau, ce qui est plus vraisemblable, s’il s’agit bien de la manifes (...)

35Le deuxième aspect à souligner est la disproportion entre les effectifs de beaucoup de ces cortèges, d’une cinquantaine à trois ou quatre cents personnes, et ceux de quelques autres si nombreux que les contemporains avouent leur impuissance à les dénombrer. Des premiers nous ont été rapportés quatre manifestations féminines, une manifestation des vieux soldats de l’Empire, une manifestation des enfants des écoles des Frères... il y en eut évidemment d’autres, celles des travailleurs des chantiers nationaux, auxquelles nous ferons un sort particulier et quelques promenades de grévistes. Mais il est intéressant, et sans doute significatif, que ce soit sur celles-là que les contemporains aient attiré l’attention. À l’exception de celle des vieux soldats, ces manifestations ont été unanimement jugées incongrues, voire scandaleuses : les journaux réactionnaires les relatent entre le sarcasme et le dégoût, les républicains ne cachent pas leur gêne, et les révolutionnaires accusent les prêtres de les avoir organisées en sous-main, ce qui est à la vérité peu probable50. Les manifestations de femmes surtout scandalisèrent : pour la bourgeoisie, il ne pouvait s’agir que de filles perdues, et les Voraces eux-mêmes auraient reproché aux manifestantes d’abandonner leur foyer et leurs enfants pour défiler dans la rue. En fait ce qui choque n’est pas tant qu’il y ait des femmes dans les mes et sur les places – leurs occupations quotidiennes les y appellent – mais qu’elles y stationnent, qu’elles se regroupent, qu’elles défilent en corps. Aucun des cortèges que nous avons détaillés au chapitre précédent ne comprenait de femmes : ni bien sûr les cortèges compagnonniques, ni les promenades des vogueurs ou des bandes de Carnaval (la cantinière traditionnelle est un rôle travesti), ni même les convois funèbres. L’unique exception étant les processions, on ne s’étonnera pas que Joseph Benoît décrive ses manifestantes avec une bannière51 et parvienne à leur faire avouer qu’elles avaient été organisées par les prêtres... »

  • 52 S’il se fonda bien une sorte d’atelier national pour les ouvrières sans ouvrage, c’est sans doute (...)

36Vu les moqueries qu’au mieux leurs démarches suscitent, pourquoi donc ces groupes recourent-ils à la manifestation ? D’abord parce que leur seul espoir de voir aboutir leurs revendications est l’intervention des pouvoirs publics : puisque ceux-ci sont révolutionnaires, peut-être seront-ils disposés à les écouter. De ce point de vue leurs espoirs furent bien déçus52 ; mais il faut sans doute aller plus loin et voir dans ces manifestations un processus délibéré de constitution d’un groupe, qu’on rend tout d’abord visible à lui-même, puis qu’on tente de faire prendre au sérieux, de faire reconnaître, par les spectateurs et peut-être les autorités. Les sarcasmes qui accueillirent ces groupes montrent à l’évidence leur échec... pour nous d’ailleurs fort instructif.

  • 53 Par exemple Annales de Lyon, p. 91.
  • 54 Organisateur lyonnais, 11. 04.
  • 55 ADR, 4M95, 16. 06.. Le 22 juin, « un ouvrier honnête-aurait été promené de Choulans à la Croix-Rou (...)

37Plus classiques sont les manifestations qu’organisent les ouvriers des chantiers nationaux ou les grévistes de tel ou tel corps de métier. Plus classiques, donc plus discrètes encore dans nos sources, car il s’agit de groupes préexistants, soit constitués et organisés par les autorités elles-mêmes, dans le cas des ateliers nationaux, soit qui se sont donné une organisation corporative, antérieure ou non à la révolution. Les promenades des ouvriers des chantiers nationaux ne surprennent guère, car elles sont quotidiennes : chaque matin en effet, depuis l’une ou l’autre des places de Lyon ou des faubourgs, les travailleurs gagnent les chantiers situés à la périphérie de la ville ; ils le font par groupes d’au moins une centaine d’ouvriers, chacun derrière son tambour et son drapeau tricolore53. Le soir, à leur retour et même dans la journée, quand ils viennent se faire payer, ils offrent le même spectacle. C’est peut-être pour cela que leurs manifestations sont les plus originales dans l’expression de leurs revendications, puisque dans leur cas le fait seul de se former en cortège ne signifie rien : d’après nos sources, ce sont presque les seuls qui aient arboré au printemps 1848 un écriteau en tête de leur manifestation (« De l’ouvrage, point d’aumône, les journées à 2 fr. 5054 ») ; et lorsque l’on introduisit le travail à la tâche, le commissaire de police rapporte que « à Monplaisir et à Fourvière, plusieurs (travailleurs) ont approuvé la mesure en se retirant et en abandonnant les perturbateurs. Ceux-ci ont attaché l’un d’eux de manière à simuler l’homme du peuple enchaîné et l’ont promené en criant “à bas la tâche !”55 ».

38Au contraire, les travailleurs organisés semblent peu enclins à manifester. Dans un premier temps, ils ont pensé faire aboutir leurs revendications grâce à la commission du travail créée par Arago, où leurs délégués rencontraient ceux des entrepreneurs. Le vent tournant, et les patrons commençant à revenir sur leurs promesses, plusieurs grèves se déclenchèrent en mai et juin. Mais, sauf peut-être dans le cas des cordonniers, au nombre de huit cents, il n’y eut pas de cortèges bien ordonnés de toute la corporation, mais simplement une tournée des ateliers ou des chantiers pour constater ou imposer la cessation du travail.

  • 56 Songeons que la ville ne comptait alors que deux cent quarante mille habitants, et que dans presqu (...)

39Reste maintenant à étudier un dernier type de manifestations, massives et spectaculaires sinon très fréquentes : des manifestations qui, à défaut d’être « modernes », étaient assurément très neuves en leur temps. Leurs effectifs furent considérables, même si nous devons évidemment renoncer à les chiffrer. Les observateurs enthousiastes vont jusqu’à trente, voire quarante mille participants ; les plus grincheux préfèrent parler de rassemblements considérables, mais lorsqu’ils osent les évaluer, ils ne descendent pas en dessous de six mille personnes. De quinze à vingt mille personnes semble une évaluation plausible pour la manifestation du 27 mars ; peut-être autant pour celles du 30 et du 31 mars, sans doute un peu moins les 22 et 30 avril. Ce sont là des chiffres énormes56.

  • 57 M. Treillard, La République à Lyon au temps du gouvernement provisoire, Paris & Lyon, 1849..., p.  (...)
  • 58 J. Benoît, Confessions, pp. 114-15.
  • 59 Le triomphe du fourrier Gigou a fait l’objet de deux gravures conservées à la BML, fonds Coste, no(...)
  • 60 On connaît d’autres conduites, faites par la garde nationale ou des ouvriers aux unités quittant l (...)

40De telles foules ne peuvent pas s’être concentrées spontanément : le premier de ces rassemblements, qui fut aussi le moins nombreux, six cents personnes environ, est issu d’une réunion organisée à la Rotonde pour obtenir l’expulsion des ouvriers étrangers, spécialement des savoisiens. À la sortie, on se dirigea sur la place Bellecour pour faire parvenir un vœu en ce sens au citoyen Arago, en menaçant même de venir chercher la réponse le dimanche suivant. Ceux des 30 et 31 mars ont une autre origine : le départ, annoncé la veille par affiche, de la colonne des volontaires savoisiens qui s’en allaient libérer leur patrie57. Leur point de rassemblement était la place Bellecour, mais très nombreux furent ceux qui voulurent leur manifester leur sympathie en les escortant : musique de la garde nationale en tête, les groupes étrangers derrière leur drapeau et encadrés par des compagnies de la garde nationale, suivis enfin par des délégations des clubs, chacun derrière sa bannière, et par quelques soldats en état d’insubordination. On les accompagna jusqu’aux limites de la ville, à Saint-Clair, et un grand nombre de Croix-roussiens vinrent aussi en corps les saluer... Au retour, « cette masse qui avait accompagné les Savoisiens, surexcitée par les chants et ivre de bonheur, se forma en trois colonnes et se répandit sur les places, les quais, et dans les rues... les ouvriers des ateliers nationaux quittèrent leur travail et vinrent se joindre à la fête58 ». À l’inverse, le lendemain, la rentrée en ville du fourrier Gigou, dont on avait demandé la libération dans les cortèges de la veille, prit la forme d’une sorte de triomphe, la foule venue l’accueillir grossissant au fur et à mesure de la promenade dans les rues59. Mais on voit que dans l’un et l’autre cas, la manifestation reprend des pratiques préexistantes et fort anciennes : la conduite faite aux partants60, ou l’accueil triomphal. Les autorités les avaient plus ou moins abandonnées sous la Monarchie de Juillet, mais elles restaient vivantes dans le peuple. La clôture de la ville demeurant une réalité dont chacun faisait quotidiennement l’expérience, y a-t-il lieu de s’en étonner ?

  • 61 Il est évident pour nous que des irrégularités mineures, oubli de quelques vieillards de la Charit (...)
  • 62 Le Peuple souverain, 23. 04.. « Le club central démocratique et corporations réunis invite les tra (...)

41Plus neuves en revanche apparaissent les manifestations organisées par le Club central démocratique, celles des 27 mars, 22 avril et 1er mai. À l’origine de ces cortèges, en effet, un organisme ayant pignon sur rue, qui se réunit dans la grande salle de la bibliothèque de la ville et fédère la grande majorité des clubs de l’agglomération, clubs de quartier et sans doute aussi clubs corporatifs. Les dirigeants démocrates les plus écoutés y siègent, ainsi que les délégués des clubs, qui pouvaient ensuite rapporter à leurs mandants les décisions prises. Lorsque le club central décide l’organisation d’une manifestation, il en définit d’abord les objectifs : la première fois, appuyer la pétition des délégués du club central au commissaire du gouvernement, pour obtenir l’armement général du peuple, la possibilité pour les soldats de fréquenter les clubs, ainsi que plus de soin dans la confection des listes électorales. La deuxième, la veille du scrutin, entendait faire connaître à la population les noms portés sur la liste présentée par le Club central démocratique ; la troisième enfin protestait contre les irrégularités qui avaient sans nul doute empêché le triomphe absolu de la liste démocratique61... Il en fixe ensuite les modalités, l’heure et le lieu de la convocation, et se préoccupe de les faire connaître. Dans deux cas, nous ne savons pas comment la décision fut transmise aux citoyens convoqués, probablement par l’entremise des délégués des clubs. Dans le troisième, au contraire, il y eut une affiche, dont le texte a été conservé62. Le lieu désigné pour le rassemblement des membres des clubs est par deux fois, Bellecour, la place la plus vaste de la cité. La troisième fois, en revanche, la place Bellecour devant être le théâtre d’une revue de l’armée et de la garde nationale, on choisit de se réunir en terrain sûr, la grande place de la Croix-Rousse, et de descendre sur Lyon...

Carte 3. Trois manifestations du printemps 1848

Carte 3. Trois manifestations du printemps 1848
  • 63 À l’exception de la manifestation préélectorale, qui s’adresse d’abord à la population, et pas aux (...)
  • 64 Qui d’ailleurs inquiètent en ce qu’elles révèlent l’organisation et la discipline ouvrière. Journa (...)
  • 65 Même souci de marcher en files, d’être précédés d’un drapeau ou d’une bannière, d’une musique ou à (...)

42En revanche, si la taille, l’organisation et les objectifs de ces manifestations portent décidément l’empreinte des temps nouveaux, leurs autres aspects semblent plus traditionnels : le parcours effectué, tout d’abord, qui correspond autant qu’il est possible dans une cité comme Lyon, à un « tour de ville », passant par les quais, ce qui permettait d’ailleurs d’être vu des habitants des rives opposées du Rhône et de la Saône (carte 3) ; en second lieu et surtout, l’aspect et la discipline de la manifestation qui frappèrent les observateurs, accoutumés à ne voir dans le peuple que désordre. En tête, probablement, une musique, et peut-être les délégués du club central. Puis chaque club, chaque corporation, chaque atelier national, chaque formation para-militaire défile à la place qui lui a été fixée, à quatre, six ou huit de front, derrière son drapeau ou sa bannière. Pas de cri autre que celui de « Vive la République ! » ; et l’on ne nous signale pas non plus d’écriteau portant des revendications63... Mais ces caractéristiques sont aussi celles des autres cortèges revendicatifs, moins nombreux, que nous avons mentionnés : même les manifestantes, qui sont pour la bourgeoisie un spectacles des plus scandaleux, même les « bandes » qui au retour de la conduite faite aux Savoyards, vont réclamer aux officiers d’une caserne de Perrache l’élargissement du fourrier Gigou, marchent dans « une espèce d’ordre », inspiré évidemment par les défilés compagnonniques et militaires. Autrement dit, ce qui définit la bande « dégoutante à voir » et l’oppose aux manifestations ordonnées64, n’est pas tant l’ordonnance du cortège65 que l’identité de ses membres et peut-être leurs chants : on n’en signale guère dans les grandes manifestations, alors que les « bandes » chantent La Marseillaise, Les Girondins, et parfois, horreur, le Ça ira !

43Quelle fut l’efficacité politique de ces cortèges massifs ? Le premier, celui du 27 mars, impressionna. Mais il ne parait pas avoir infléchi l’action d’Arago, les revendications avancées étant en définitive assez vagues. Au-delà de la libération de Gigou, ni la discipline militaire ni le rôle prépondérant dans l’armée de Lyon d’officiers peu sympathiques aux revendications populaires ne furent sérieusement menacées. L’effet électoral de la promenade du samedi 22 avril a été au mieux discret, au pire désastreux... Enfin, la dernière grande manifestation, en concurrence avec une grande revue des forces de l’ordre, armée et garde nationale sur la place Bellecour et sur les quais de Saône, dut regagner la Croix-Rousse déconfite ; la défaite du drapeau rouge n’était peut-être pas si complète que le proclame Monfalcon, mais dans les semaines suivantes, les clubs n’en organisèrent plus, dans la certitude où ils étaient qu’elles seraient squelettiques.

Cours nouveau

Nous irons plus loin que la loi : elle défend les rassemblements qui pourraient troubler la tranquillité publique. Nous n’en ferons plus du tout parce que nous sommes convaincus qu’en nous réunissant paisiblement et sans aucune intention de désordre, il se glisserait parmi nous quelques limiers de police qui gâteraient tout et nous rendraient passibles des peines prononcées par la loi de 1848, pendant parfait de celles de septembre. (...) Les mauvais jours passeront comme tout passe dans le monde. Jusque-là patience, ordre et courage ! Respect à la souveraineté de la Chambre !

44C’est ainsi que dans son numéro du 11 juin 1848, le Peuple souverain, organe de ceux qu’on allait bientôt appeler les montagnards, des républicains sincères, ouverts aux questions sociales, qu’on écoutait dans les clubs, mais qu’on ne pouvait taxer d’extrémisme, commenta le vote de la loi du 5 juin 1848 sur les attroupements. Sans remettre en cause le droit du peuple à manifester dans la rue, ces républicains l’invitent à s’en abstenir, au moins dans les circonstances présentes et en attendant que le suffrage universel, convenablement éclairé, leur ait donné la victoire.

45Le suffrage universel clôt l’ère des révolutions. Bien avant que la bourgeoisie ne s’en rende compte, les Montagnards l’affirmèrent et s’interdirent en conséquence le recours à l’insurrection, sauf défensivement. Et comme les manifestations évoquaient, pour toute une petite bourgeoisie qu’il s’agissait de conquérir, l’anarchie et le désordre des situations révolutionnaires, comme leur efficacité électorale apparaissait bien douteuse, les républicains lyonnais considérèrent que mieux valait y renoncer, ce qui était pourtant moins simple qu’il n’y paraissait dans une ville où le mouvement ouvrier avait été désarmé, mais pas écrasé.

  • 66 M. Agulhon, 1848 ou l’apprentissage..., p. 89.

46Les occasions pour le peuple de manifester étaient en effet multipliées par le suffrage universel. Pour élire le président de la République, pour remplacer un député démissionnaire, choisir les conseillers généraux ou bien les élus municipaux, les campagnes électorales se succédèrent tout au long de l’année ; de plus, les tentatives assez vaines de dissoudre les conseils municipaux des communes suburbaines venaient encore augmenter le nombre d’occasions d’affirmer son engagement politique ou bien de manifester sa joie ou sa déception à l’annonce des résultats. Mais ce n’était pas tout : le retour à l’ordre suscitait des oppositions car il lésait directement des intérêts populaires et paraissait remettre en question les acquis matériels de la révolution : la suppression des ateliers nationaux, le rétablissement des péages sur les ponts du Rhône, les tentatives pour renforcer l’enceinte de la Croix-Rousse ont suscité une forte opposition populaire, que ne pouvait canaliser le suffrage universel. Enfin, lorsque la réaction eut décidément triomphé en décembre, que l’on fut passé « de la réaction antisocialiste à la réaction antirépublicaine66 », les provocations délibérées venant des autorités ne manquèrent pas.

  • 67 ADR, 4M97, 18. 05. 1849. Tardif accès de lucidité du commissaire Galerne, qui n’était jamais jusqu (...)

47La tâche des Montagnards apparut donc singulièrement délicate : leur influence sur le peuple de la ville et des faubourgs était réelle, mais pas sans partage, du moins jusqu’à la fin de 1848 : l’extrême gauche ouvrière, organisée autour des anciennes et des nouvelles sociétés secrètes, n’avait pas renoncé aux perspectives insurrectionnelles et ne voyait pas forcément avec suspicion toute tentative de descendre dans la rue. Dans un deuxième temps, la victoire de Louis-Napoléon Bonaparte en décembre contribua à sceller l’unité du camp républicain, de ceux qui devinrent les Rouges, et permettait en principe de mettre à son service la discipline qui caractérisait les sociétés secrètes, et que redoutaient si fort les hommes d’ordre... mais elle risquait de multiplier aussi les provocations. Autrement dit, pendant une année, jusqu’au déclenchement de l’insurrection, la tension fut permanente entre l’état-major républicain légaliste, « quelques hommes qui, quoique rouges, ont horreur du désordre67 », et les milieux populaires, plus prompts à descendre, même désarmés, sur la place publique.

Les nouvelles formes de la protestation populaire

... les hommes de parti (...) poussent toujours les ateliers nationaux au désordre, depuis quelques jours et pour agiter la population, ils les placent à Bellecour ou au Jardin des Plantes et là les font asseoir avec ordre de ne point payer les chaises puis leur font tenir des propos sur la classe aisée qui épouvantent cette classe et la fait fuir de ces lieux, d’un autre côté le défaut de payement du droit de chaise cause l’intervention de la police et de là des rixes...

  • 68 ADR, 4M96, 28. 07. 1848.

48C’est ainsi que le commissaire central rapporte la protestation des ouvriers sans ouvrage après la fermeture des ateliers nationaux, et qu’il laisse entrevoir les perplexités de la police face à cette situation nouvelle68. Que des sans-travail se rendent dans un lieu public fréquenté par « la classe aisée » était habituel en période de crise économique, mais cette fois-ci, ils ne mendiaient pas, ce qui ôtait le meilleur des prétextes à la répression, tout en affirmant mieux encore leur dignité de citoyen. C’est pourquoi le Peuple souverain s’étonnait de cet acharnement soudain de la police à demander leurs papiers aux ouvriers qui fréquentaient la promenade des tilleuls... Depuis le désarmement de la garde nationale, toute démonstration de force était évidemment impraticable : le « sit-in » dans des lieux publics permettait de marquer la protestation au moindre coût pour les manifestants, de faire sentir à la bourgeoisie que, quoi qu’il arrive, elle aurait à compter désormais avec le peuple.

  • 69 ADR 4M96, 11. 07.

49Nous savons que des pratiques semblables firent reculer les autorités municipales lors d’une première tentative de rétablir le péage du passage sur les ponts du Rhône69. On n’y parvint qu’à la fin d’août, en dépit de rassemblements tumultueux trois soirs de suite à la tête du pont Morand : la police et l’armée durent les disperser en faisant usage de la nouvelle loi sur les attroupements, et en procédant à une soixantaine d’arrestations. Le commissaire central incrimine naturellement les chefs des clubs et des sociétés comme il le fera désormais en toute occasion, et explique que, passé le premier soir, ils se sont « contentés d’envoyer des gamins jeter des pierres ».

  • 70 Gazette de Lyon, (7. 12.) et rapports de police, ADR, 4M 96.
  • 71 Mais selon la gendarmerie, (10-11. 12., ADR 4M96), on brûla un mannequin ce soir-là.

50Enfin, dans les premiers jours du mois de décembre, en pleine campagne électorale pour les élections présidentielles, la municipalité faisant procéder à la reconstruction du mur d’octroi qui séparait la ville de la Croix-Rousse, quelques incidents opposèrent à la fin de la journée du mardi 5 des gamins « poussés par les contrebandiers » aux militaires du poste. Selon un processus connu, le lendemain soir, les gamins sont plus nombreux, deux à trois cents, et ils font reculer les militaires sous les pierres, ce qui rend nécessaire l’intervention du commissaire avec des renforts pour dégager un bastion que l’on commençait à démolir ; une bande de gamins aurait parcouru le quartier « portant un chiffon rouge en guise de drapeau70 ». Le jour suivant, c’est dès le matin que les rassemblements se forment afin d’empêcher la reprise des travaux ; la police locale une nouvelle fois débordée, il faut faire appel à un bataillon de l’armée, sans pouvoir procéder à des arrestations. Le soir venu, deux cortèges se forment et descendent sur Lyon : le premier, composé de quelques centaines de gamins aux cris de « à bas Cavaignac » et « vive la guillotine » et derrière un « dégoûtant drapeau » gagne la place des Terreaux, où la police le dissipe en arrêtant le porte-drapeau et deux comparses ; le second, comptant des femmes dans ses rangs, plutôt moins nombreux se disperse sur le quai de Retz. Le vendredi soir, le déploiement des forces de l’ordre évite tout incident au mur d’octroi ; mais une centaine de gamins de quinze à vingt ans, « dits en termes de Fabrique lanceurs », chantant La Marseillaise et criant « à bas Cavaignac, Cavaignac à la lanterne ! » se forment à nouveau en une bande qui parcourt les quais en fin d’après-midi, avec un mannequin représentant le chef de l’État, remonte ensuite à la Croix-Rousse, suivis de quatre à cinq cents hommes, en sillonne les rues et finit par brûler l’effigie sur la Grande Place, vers neuf heures du soir, sans qu’un adjoint au maire, présent, réagisse. Le samedi soir, veille d’élection, plus rien de tel ne se produisit71.

51Etait-ce une émeute ? Dans ses origines, oui. Réaction défensive d’un groupe menacé dans ses intérêts, s’amplifiant de soir en soir, et sans autre enjeu que local. Mais plusieurs traits l’en distinguent : d’une part, le fait que ce soit l’affaire exclusivement de gamins, de quinze à vingt ans. D’autre part, la transformation d’une émeute statique, limitée à la Croix-Rousse, en une manifestation politique qui s’efforce de parcourir la ville même : le drapeau, les cris, et même le mannequin ont une signification évidente dans ce contexte de campagne électorale. Enfin la façon dont se terminent les incidents : ni sur une victoire – le mur sera reconstruit – ni sur une défaite, car ce ne sont pas les arrestations qui ont brisé l’agitation, et l’on peut se demander si l’on ne peut pas faire intervenir ici l’influence des adultes.

Des armes dans les luttes politiques

  • 72 ADR, 4M96.
  • 73 Gazette de Lyon, 23. 07., AN. BB30 327, ADR 4M 96.

52Ce n’était pas en effet la première fois cet automne que la rue était troublée à l’occasion d’une campagne électorale, ou après sa conclusion. Déjà au début août, trois après-midi consécutives, la police avait dû intervenir à la Croix-Rousse pour faire évacuer la terrasse d’un café de la Grande Place, tenu par un conseiller municipal modéré qui venait d’être battu aux élections, et que ses opposants politiques venaient ainsi narguer. Une vingtaine d’arrestations au total, des adultes, tisseurs essentiellement, reprenant en quelque sorte la tactique des ouvriers des chantiers nationaux72. Au mois de septembre, l’élection d’un représentant du Rhône à la Constituante, en remplacement du docteur Lortet démissionnaire, avait donné lieu à des manifestations plus sérieuses : des réunions nombreuses s’étaient tenues pour soutenir la candidature de Raspail, prisonnier à Vincennes, et des assemblées pour soutenir d’autres candidats avaient été envahies. Le dimanche soir, des heurts se produisent entre dragons et ouvriers célébrant prématurément la victoire de Raspail. Enfin, le jeudi, jour de la proclamation des résultats sur la place des Terreaux, l’invasion de l’Hôtel de Ville s’avérant impossible, plusieurs centaines de personnes gagnent au pas de course la Préfecture, où le préfet les apaise en s’adressant à eux. Le soir cependant, l’agitation reprend et une bande de quelques centaines de personnes, qu’on nous dépeint « en guenilles et bien certainement payées par un parti » se masse aux Terreaux, puis, après avoir sillonné le quartier des Capucins, celui des fabricants, passe le Rhône avant de revenir dans la presqu’île par le pont de la Guillotière et d’aller brûler, place de la Préfecture, un mannequin représentant l’adversaire vainqueur, Rivet73. Le vendredi soir, l’agitation est stoppée net par deux heures de course sur la place des Terreaux, et une trentaine d’arrestations.

  • 74 ADR, 4M 97, com. centr., 26-29. 04. 1849.
  • 75 Monfalcon rapporte avoir été entouré dans la rue par un cercle d’ouvriers moqueurs chantant à son (...)
  • 76 ADR, 4M 97, com, centr. 16-18. 05. 1849.

53Plus d’incidents de ce type après l’élection présidentielle. Les occasions en sont moins nombreuses, et sans doute le contrôle du parti démocrate-socialiste sur ses troupes s’affermit-il. Dans la campagne pour l’élection de l’assemblée législative, il y eut quelques attroupements, mais de nature entièrement différente : à l’origine en effet, on trouve les efforts des autorités pour arrêter la propagande républicaine dans l’armée, en dispersant les attroupements devant les bureaux des journaux radicaux, place des Célestins et rue Centrale, où des militaires des divers régiments de la garnison venaient chercher les exemplaires destinés à leurs camarades ; plus d’une centaine d’arrestations furent opérées, du 26 au 29 avril, d’ailleurs sans aucun effet sur l’issue du scrutin qui fut comme on le sait « désastreux74 ». Au lendemain de la proclamation des résultats, l’enthousiasme des vainqueurs se traduisit par des propos goguenards au passage des bourgeois75 ; mais il ne fut donné aucune suite au projet d’une grande démonstration nocturne, à la lueur des torches, avec tambours, drapeaux rouges et illumination forcée des demeures bourgeoises76.

Combats pour des symboles

  • 77 La statue regardait vers le nord, donc en direction de Bellecour.
  • 78 La presse conservatrice et des historiens ultérieurs (A. Steyert, Nouvelle Histoire de Lyon, IV, p (...)

54En définitive, les affrontements les plus graves eurent pour objet des symboles. On sait que l’importance considérable qu’y attachaient les hommes de ce temps, quel que soit leur milieu. À preuve les conflits qui se nouèrent en mai 1848 et en février 1849 autour de la statue équestre de Louis XIV à la première date, de celle du Peuple souverain à la seconde, conflits dont la symétrie n’échappa pas aux contemporains. La statue de Louis XIV avait, nous l’avons dit, déjà connu une chaude alerte en 1831 ; et dans les premiers jours de la Révolution, il fut à nouveau question de la renverser. Elle fut sauvée par le badigeonnage de l’inopportune inscription contre-révolutionnaire qui ornait son socle, remplacée par la suivante : « Propriété nationale, chef-d’œuvre de Lemot, statuaire lyonnais ». Eriger la statue du peuple souverain, sur la place de la Liberté, ci-devant place Louis XVIII, avait valeur d’affirmation du triomphe populaire, aux limites du quartier blanc d’Ainay77. Mais le « cheval de bronze » n’était pas sauvé pour autant. L’opinion républicaine fut en effet exaspérée par la plantation de quatre arbres de la Liberté autour du monument, au début du mois de mai, alors qu’en aucun cas « le tyran ne pouvait être abrité par des arbres de la Liberté », et la commission municipale mit en adjudication les travaux nécessaires à l’enlèvement de la statue et sa dépose au musée (9 mai) ; l’affichage de l’arrêté horrifia la presse conservatrice, des attroupements considérables se formèrent pour protéger la statue que la garde nationale se disait prête à défendre tandis que les Voraces arrêtaient des citoyens qui critiquaient la décision78. Martin-Bernard sauva la situation en décrétant que c’était au gouvernement seul qu’il appartiendrait de prendre une décision à ce sujet.

  • 79 Les arrestations opérées par la police montrent une prédominance dans ces rassemblements des habit (...)
  • 80 Peuple souverain (22. 02.) ; com. centr., 22. 02. 1849, ADR 4M97.

55Dix mois plus tard, le vent ayant tourné, ce fut au tour des démocrates de s’inquiéter pour leur statue, celle de l’Homme du Peuple, à Perrache. Depuis l’arrivée du maréchal Bugeaud et la grande revue des troupes de la garnison le surlendemain, la bourgeoisie avait repris courage et les démocrates se préparaient à la lutte. Quelques jours après, le maire ordonna de faire disparaitre les bonnets rouges et les statues posées sur l’appui des arbres de la liberté. Le factionnaire posté auprès de l’arbre de Perrache ayant été retiré, le bruit courut qu’on en voulait à la statue. Une garde s’organisa spontanément tout autour pendant plusieurs jours79, et la police s’employa à faire cesser ces rassemblements. La tension monta tant et si bien que le 19 février, après une charge de dragons, un manifestant fut tué et un autre grièvement blessé. C’était le premier mort depuis la révolution ; mais là encore, les rassemblements se poursuivirent trois soirs durant, malgré de très nombreuses arrestations. Finalement, sur la menace de l’autorité de déposer la statue au musée et sur les conseils des dirigeants de la solidarité républicaine80, les attroupements cessèrent. La police put faire disparaître un à un les bonnets rouges, symboles d’anarchie : mais d’abord de nuit, avec la plus grande prudence, et en commençant par les quartiers les moins rouges. Pour les enlever enfin aux arbres de la Croix-Rousse, conformément aux ordres du préfet, on organisa sur le plateau une véritable expédition militaire, le 6 mars, en plein midi cette fois. Devant cette démonstration de force, la population ne bougea pas.

Canaliser l’ardeur populaire

  • 81 Outre le « sit-in », fut alors également inventée la réunion publique : les clubs, qui ouvraient t (...)
  • 82 À la Croix-Rousse, surtout, où l’on brûle sur la Grande Place les mannequins de Rivet en septembre (...)
  • 83 Furent arrêtés le jeune homme porté, un des porte-drapeaux et un condamné d’avril qui les suivait. (...)
  • 84 ADR, 4M 97, rapports du 6 au 21. 03.

56Privés par la loi du 5 juin de la possibilité d’organiser des manifestations de rue, leurs clubs fermés par l’autorité au moindre prétexte, les républicains durent reprendre des modes d’action anciens avec plus d’ampleur, et en inventer de nouveaux81. Ils y étaient d’autant plus obligés qu’ils étaient poussés par une base ouvrière jeune et ne doutant de rien, qui utilisait toutes les ressources de la tradition folklorique pour manifester et mettre en scène son désir d’action, avec peut-être d’autant plus d’entrain qu’elle se savait soutenue par la communauté des tisseurs82 et objet d’une tolérance relative des autorités : ainsi le soir du 25 février, la police dispersa-t-elle une centaine de gamins venant de la Croix-Rousse et marchant deux par deux, portant des drapeaux et sur un brancard un jeune homme de seize ans posé dans l’attitude de l’Homme du Peuple83... Cette année là, les conscrits dansèrent autour des arbres de la liberté au chant de La Carmagnole84.

  • 85 Gazette de Lyon, 21. 09. 1848.
  • 86 Aucun désordre à l’aller, mais au retour des jeunes gens se formèrent en colonne, et allèrent brûl (...)
  • 87 En revanche, les rouges s’abstinrent lors de la fête officielle du 4 mai, avec « une brillante rev (...)
  • 88 À noter que, honnis les périodes électorales, les grands banquets démocratiques se situent chronol (...)

57Lorsque la période ne se prêtait pas à la tenue de réunions électorales, les sociétés républicaines multiplièrent les banquets du dimanche, soit réunissant quelques dizaines d’affiliés dans les établissements des banlieues tenus par des sympathisants, soit dans quelques grandes salles pour commémorer un anniversaire en faisant nombre : celui de la première République, le dimanche 25 septembre fut autorisé par le préfet, après qu’on lui eut garanti « l’absence de toute manifestation extérieure, soit à l’aller, soit au retour85 » ; il rassembla près de deux mille personnes, à la Rotonde des Brotteaux, et beaucoup d’autres restèrent à la porte86. L’anniversaire de l’exécution de Louis XVI fut célébré plus discrètement, mais celui de la révolution de février, boudé par les autorités fut l’occasion d’un banquet de cinq à six mille couverts chemin du Sacré-Cœur87... Enfin, à la mi-mai, à défaut d’une grande manifestation pour célébrer la victoire on clôt la série des banquets de campagne électorale par un grand repas « de famille » à la Croix-Rousse, le 20 mai : un millier de personnes, dont un tiers de femmes et d’enfants. Même le drapeau rouge n’y fut pas arboré, car l’on parvint à convaincre les voraces d’y renoncer88...

58Le déclenchement de l’insurrection sur de fausses nouvelles venues de Paris ruina tous ces efforts : il marque aussi bien l’échec du projet démocrate-socialiste d’une révolution par les urnes, sans agitation de rue, que l’écrasement du rêve de révolution armée des Voraces. Encore ne faut-il pas exagérer les intentions belliqueuses de ceux-ci : se sachant mal armés, ils espéraient surtout, semble-t-il, que les soldats refuseraient de tirer, comme le résultat des élections pouvait le laisser croire. Aussi s’efforcèrent-ils de s’approcher de la troupe, drapeau rouge en tête. Celle-ci fit feu ; des barricades s’élevèrent, qui furent emportées au canon, et dont les défenseurs furent tués au combat ou emprisonnés.

Épilogue : les enterrements socialistes

  • 89 Avec la majorité absolue des suffrages exprimés dans le Rhône, et près des deux tiers dans l’agglo (...)
  • 90 F. Dutacq, « Une visite de Louis Napoléon Bonaparte à Lyon », Bulletin de la société littéraire, h (...)

59L’état de siège proclamé, les journaux démocrates socialistes, voire simplement républicains interdits, le droit de réunion suspendu hormis les périodes électorales, les cafés signalés comme lieux de réunion de voraces ou autres sociétés secrètes fermés, ses militants et ses associations poursuivis ou à tout le moins harcelés, le parti républicain dans son ensemble était désormais privé de tout moyen d’expression publique. Il conservait pourtant la confiance de la population : dès le début de juillet, c’est un républicain, Jules Favre qui fut élu représentant du Rhône pour remplacer Sébastien Commissaire déchu89 ; il n’hésitait pas à se manifester lorsqu’on lui en donnait imprudemment l’occasion : dans sa visite de l’année suivante, le prince-président aura maille à partir avec la population de la Croix-Rousse, qui appréciera fort peu sa venue sur le plateau90. C’est pourquoi on ne peut s’étonner que les rouges aient choisi pour se redonner confiance et pour démontrer à tous leur emprise invisible sur les populations le seul type de cortège qui ne pouvait être poursuivi, et qui manifestait traditionnellement la solidarité de toute une communauté, les convois funèbres.

  • 91 ADR, 4M96, com. centr., 19. 09. ; Gazette de Lyon, 21. 09. 1848.
  • 92 8. 01.1849 (enterrement civil à Vaise, 4-500 personnes) ; 20. 01 (enterrement d’un socialiste, 6-8 (...)

60Ceux-ci n’avaient naturellement jamais cessé. Une des victimes de l’assaut donné à la caserne des Bernardines en février 1848 avait ainsi été enterrée au cimetière de la Croix-Rousse, et son convoi, qui n’était précédé d’aucun prêtre, avait parcouru toute la ville escorté par des citoyens armés, la crosse en l’air en signe de deuil. À l’automne, le cortège funéraire du contrebandier « Cheval-gris », avait été précédé des tambours voraces, qui avaient préalablement battu le rappel dans les rues du faubourg : le cercueil recouvert d’un drapeau rouge portant la mention « Vorace », plusieurs gardes mobiles en tenue suivaient le corps, des torches à la main, et il y aurait eu une banderole rouge déployée avec une inscription91. On en trouve mentionnés92 dans l’hiver 1849, puis après une tentative de cérémonie anniversaire en avril sur la tombe d’un des morts de l’expédition de Chambéry (à Loyasse), dans les jours qui précédèrent l’insurrection.

  • 93 AN BB18 379 Procureur gén. 22. 05. 1850 « l’un de ces enterrements dont les socialistes nous donne (...)
  • 94 Novembre 1849 « convoi funèbre suivi de bonnets rouges et de torches allumées » ; avril ou mai 185 (...)

61Les enterrements « socialistes » reprirent dès l’automne de 1849, et ils montraient aux yeux du procureur général qu’« à Lyon, au centre de l’état de siège, (...) les hommes du parti socialiste n’abaissent point ici leur audace et sont loin de tenir leurs espérances pour abattues93 ». Assez rares94, ils frappaient cependant par « l’affectation publique de dédain pour les pratiques du culte catholique »

  • 95 12 février, enterrement du pharmacien Liron, membre du conseil municipal, sans prêtres, maire et c (...)
  • 96 AN, BB18 379, proc. gén. 23. 04. 1851.
  • 97 « l’enterrement d’un socialiste hier à la Croix-Rousse devait avoir lieu sans prêtres. Sur les rep (...)

62En revanche le phénomène prit une toute autre ampleur en février-mars 1851 ; ces enterrements se multiplièrent, rassemblant des foules considérables et provoquant à chaque occasion la mise en état d’alerte de la garnison de Lyon95. Comme l’écrivait le procureur général cela témoignait « d’une recrudescence manifeste de l’esprit d’agitation », qu’il attribuait à la division du parti de l’ordre, et au grand nombre d’ouvriers sans ouvrage qui « cèdent facilement aux excitations des anarchistes ». Explication plausible, mais il doit falloir ajouter la dynamique du mouvement : les premiers grands enterrements sont ceux d’un conseiller municipal de la Croix-Rousse, donc une notabilité républicaine, puis celui d’un martyr de la cause démocratique, pour lequel « on assure que des campagnards et des habitants des villes voisines ont marché toute la nuit pour se trouver à cette réunion et développer leurs sections aux regards de la population96 » ; en revanche, à la mi-mars, l’enterrement qui fut le plus nombreux au dire des autorités chargées du maintien de l’ordre fut celui d’un « socialiste » sans notabilité particulière. L’on s’efforçait de donner à la démonstration davantage d’ampleur, en évitant l’itinéraire le plus direct ; et surtout, on s’attache à ce que le caractère démocratique de la manifestation soit rendu évident par l’absence de prêtres, surtout si le défunt n’a pas de notoriété personnelle97.

  • 98 Une phrase en ce sens dans le Journal, de Castellane, IV, p. 303, 26 mars. Nous retrouverons cette (...)
  • 99 En date du 18 mars 1851, reproduit dans Castellane, Journal, t. 4, p. 301.
  • 100 Par exemple, le procès du complot de Lyon ; les avocats de la défense furent suivis par la foule d (...)

63Si l’occasion en était fournie par l’hommage qu’on rendait à un disparu, l’objectif principal de ces démonstrations était évidemment « l’exhibition intentionnelle de la force des sociétés secrètes », si l’on désigne par là le parti démocrate-socialiste ; peut-être servaient-elles aussi de lieu de rendez-vous entre militants trop surveillés98. D’abord prises au dépourvu, les autorités se trouvèrent impuissantes devant l’ampleur du phénomène : le commissaire de police avait pu empêcher que le premier convoi ne passe devant l’église de la Croix-Rousse, puis interdire tout discours sur la tombe, mais le rassemblement avait été massif, et c’était bien là l’intolérable. Comment les interdire ? L’ordre des cortèges funéraires était normalement du ressort des municipalités, mais celle de la Croix-Rousse était démocratique, donc rétive ; et puis, pouvait-on sans se montrer odieusement répressif disperser par la force les assistants à des funérailles ? Aussi Castellane dut-il prendre, en vertu des pouvoirs (mal définis) que lui conférait l’état de siège, un arrêté interdisant dans toute la région militaire ces manifestations qui « inquiètent les populations et fatiguent les troupes, dont le devoir est d’être toujours prêtes à réprimer les désordres », et prohibant par conséquent tout enterrement de plus de trois cents personnes, sous peine de voir appliquer la loi sur les attroupements99. « Généralement approuvée par les amis de l’ordre », la mesure privait les républicains du dernier moyen d’exprimer publiquement leurs opinions sans devoir attendre une circonstance exceptionnelle100. Bientôt après, la brutalité de la répression qui suivit le coup d’État fit disparaître jusqu’à ces occasions. L’ordre régnait désormais et « les saturnales de la Terreur » n’étaient plus à Lyon qu’un souvenir.

Notes

1 J. Benoît, Confessions d’un prolétaire, pp. 79-82 et (J.-B. Monfalcon) Annales lyonnaises de 1848, p. 18.

2 C’est cela qui détermina J. Benoit à remonter à la Croix-Rousse et à organiser la descente sur Lyon. Cf. Confessions... p. 79.

3 F. Rude, L’insurrection lyonnaise de novembre 1831..., pp. 175-77.

4 Le lendemain, la foule envahit à nouveau l’Hôtel de Ville et imposa encore des modifications dans la composition du comité municipal provisoire. J. Benoît, Confessions, pp. 85-87.

5 Cf. F. Dutacq, Histoire politique de Lyon pendant la révolution de 1848, et nombreux articles ultérieurs ; M.-L. Steward-Mac Dougall, The Artisan Republic. Revolution, reaction and resistance in Lyon 1848-1851.

6 Voir les rapports quotidiens du commissaire central Galerne (ADR, 4M 95).

7 D’après le Peuple souverain (14. 12), dans l’agglomération, 43 647 voix étaient allées à L.-N. Bonaparte, 14 961 à Cavaignac, 7425 à Raspail (soit le cinquième du total de ses électeurs !), et 1188 à Ledru-Rollin.

8 A.D.R., 4M97, com. central Galeme, 11. 05. 1849.

9 J. Benoit, Confessions d’un prolétaire, pp. 122-123.

10 Ibid, p. 116.

11 F. Dutacq, Histoirepolitique de Lyon... p. 107.

12 F. Dutacq, op. cit., pp. 103-137, complété par la relecture des archives dont il s’est servi, notamment AML, I2 40, (Tribunal civil de Lyon, 25. 03. 1852, providence de l’abbé Collet) et par le Journal d’un bourgeois de Lyon en 1848 (présenté et annoté par J. Godard, Paris, 1924) de J. Bergier, p. 34.

13 Même mise en scène spontanée à Rouen en 1830, par exemple (W. M. Reddy, « The Textile Trade and the Language of the Crowd... »).

14 ADR, 4U138. Identité des personnes-arrêtées. Une intervention des forces de l’ordre très tardive, notamment dans le cas du refuge d’Oullins, peut expliquer la place à première vue modeste des ouvriers en soie et passementiers.

15 Tribun du peuple, 17 mars.

16 B. M. de Lyon, fonds Coste, no 729, dont est inspirée la couverture du présent ouvrage.

17 J. Benoît, Souvenirs de la République de 1848, Genève, 1855..., p. 58.

18 Annales de Lyon, pp. 86-87 confirmé par J. Bergier, Journal p. 100.

19 Le tribun du peuple, 14. 03. 1848.

20 Peu de travaux récents sur ce sujet, sauf une communication de M. Agulhon, « Fête spontanée et fêtes organisées à Paris en 1848 ». Sur le symbolisme de l’arbre de liberté, à ses origines révolutionnaires, M. Ozouf, « Du mai de liberté à l’arbre de la liberté... ».

21 À partir du 10 mars, le Censeur signale des plantations d’arbres de la liberté, dans le Jura et dans l’Ain ; pour les souscriptions, Journal, 14. 03., puis une adresse « aux braves citoyens du comité », signée des « bons patriotes de la Croix-Rousse », AML, Croix-Rousse I2, événements et troubles politiques.

22 À la première fête, celle de la Croix Rousse, il s’agissait sans doute d’un mât, non d’un arbre vif ; par ailleurs, il n’y eut ni discours ni banquet, mais un ouvrier chanta devant l’arbre quelques couplets de son cru, et tout se termina par un bal (Tribun du peuple, 17. 03.).

23 J. Bergier, Journal..., p. 65. Comme précédemment, on peut voir là l’influence des processions, mais aussi songer aux corbeilles portées par les compagnons dans leurs conduites, ou par les vogueurs.

24 Lors de la fête du 16 avril à la Croix-Rousse, le cortège gagne le faubourg de Saint Clair au bord du Rhône, avant de remonter sur le plateau et de redescendre sur Serin, sur la rive de la Saône. (AML Croix-Rousse I2, événements..., programme de l’inauguration...)

25 Ainsi entre la Guillotière et les Brotteaux, dont le Journal d’un bourgeois de Lyon, p. 74, atteste l’hostilité.

26 À Saint-Just, le 2 avril, mais les seconds arrivent en fin de cérémonie (Censeur ; 5. 04.) : réparation tardive d’un oubli ou vigilance de révolutionnaires méfiants ?

27 F. Dutacq, Histoire politique..., p. 268-70.

28 Censeur, 11. 04. 1848.

29 Mais les descriptions faites après la cérémonie n’en parlent pas ; de même, elles inversent les places de la jeunesse des écoles et des clubs et corporations : ces derniers semblent avoir en définitive figuré en fin de cortège, avant tout de même les députations des bataillons de la garde nationale.

30 L’Organisateur lyonnais, 16. 04. 1848.

31 Censeur, 18. 04., les clubs de Perrache auraient fermé le cortège, et celui-ci était escorté par un détachement de Voraces.

32 Reproduction d’un moulage de cette statue, conservé au Musée de Gadagne in F. Rivet, Le quartier Perruche, pl. XXVII. Cette statue constitue apparemment une exception dans la statuaire politique en France au xixe siècle. On sait qu’alors presque toutes les allégories révolutionnaires, qu’elles représentent la République ou la Liberté, sont féminines. (M. Agulhon, Marianne au combat...) Au printemps 1848, la ville de Valence inaugura « une belle statue représentant la France qui foule aux pieds les attributs de la royauté et qui brise ses fers l’épée à la main » (Censeur, 16. 03). Le choix d’un personnage masculin est donc significatif : la statue de la place Perrache était l’affirmation du rôle du peuple dans la chute de la monarchie. Il y a plus : le statuaire n’a pas davantage repris une autre tradition iconographique figurant le peuple fiançais, sous la forme d’un Hercule amenant l’égalité et la liberté à se donner la main (M. Agulhon, op. cit., p. 123). Or, nous avons la preuve que cette tradition empruntée à la numismatique, bien que moins courante et sans doute moins populaire, était connue à Lyon. Il est donc probable que la statue du Peuple souverain manifeste également une volonté de réalisme, tempérée cependant par les conventions artistiques : l’Homme du peuple n’est tout de même pas en blouse ! (Censeur, 25. 03.)

33 Censeur, 18. 04. ; l’accueil des Italiens constitue le pendant des cortèges d’adieu aux Allemands ou aux Savoyards, quelques semaines plus tôt.

34 Alors qu’auparavant, il semble n’y en avoir eu que le dimanche, et parfois le lundi.

35 Com. central, rapports des 4 et 6 mai, in ADR, 4M95.

36 J. Benoit, Souvenirs..., p. 61.

37 Peuple souverain du 4 mai : « plusieurs membres du clergé, oubliant que leur royaume n’est pas de ce monde, y assistaient ».

38 Ibid., 5. 05. (il s’agit du quartier Saint-Jean) : « je rappellerai à mes petits enfants ces fêtes féeriques, et les démocrates auront le dessous ; le barreau conservera ses places... »

39 Ibid., 15. 05.

40 Surprise de Mme Bergier, épouse d’un bourgeois républicain : « ou bien les fabricants s’humanisent, ou ils ont envie d’acheter les ouvriers », Journal..., p. 88.

41 À preuve les incidents qui amènent des Croix-Roussiens à fermer les portes du faubourg à la musique de la garde nationale du quartier de la place du Perron qui venait chercher les compagnies croix-roussiennes pour participer à l’inauguration d’un Homme du peuple sur la dite place, entre quatre peupliers. (ADR, 4M 95, 29. 04.1848).

42 Place Kléber, aux Brotteaux, d’après l’Annuaire du Rhône... p. 82.

43 Fêtes et bénédictions du 2 et du 4 mai.

44 Censeur, 4. 05. Voici Hercule, avec des enfants en personnages de tableau vivant.

45 « Un chenapan du quartier. Orné d’une ceinture rouge, avec pistolets, coiffé d’un bonnet rouge, armé d’un fusil de munition, il est porté sur un brancard par quatre hommes, comme déification de la révolte. Pour bien faire l’Homme du peuple, il faut que le citoyen ait l’air farouche d’un détrousseur de grand chemin, aux bras nus et nerveux » (Annuaire administratif... pour 1853, p. 74). Ce texte, à la différence de celui de 1849, est de tel parti pris et déforme si souvent les faits que l’on ne pourrait s’y fier si un article du Peuple souverain (3. 05. 1848) ne confirmait le fait, à propos d’une fête organisée par les enfants des rues de la Barre, Bourgchanin, etc., avec le concours de ceux de la Guillotière...

46 Au port Saint-Clair, le 20 avril, « travailleurs et capitalistes fraternellement unis » (Censeur du 23). De manière générale, le fait de promener une allégorie vivante semble alors caractéristique d’une culture populaire et enfantine, quand la culture lettrée admettait les allégories, à condition qu’elles fussent fixes. M. Agulhon, « Fête spontanée... » p. 261-62.

47 Censeur, 12. 05.

48 C’est à ce moment-là que Monfalcon donne dans ses Annales la première définition que je connaisse d’une manifestation (au sens d’aujourd’hui).

49 Monfalcon, Annales lyonnaises... p. 83 (à la date du 9 mai) : « personne ne prend plus garde aux manifestations, elles sont usées... »

50 Les Frères auraient organisé la manifestation où leurs élèves revendiquèrent d’être libérés de l’obligation des vêpres du dimanche soir..., et les demandes des blanchisseuses - qu’on ne donne pas à blanchir à l’extérieur de la ville -, des ovalistes - une élévation de leurs salaires et une réduction des heures de travail -, ou encore des travailleuses sans ouvrage, réclamant leur admission aux ateliers nationaux semblent-elles vraiment dues, comme l’affirmait J. Benoît (Confessions.... p. 115), « à un mot d’ordre plutôt qu’à un besoin réel » ?

51 D’autres sources parlent de drapeau, ce qui est plus vraisemblable, s’il s’agit bien de la manifestation des ovalistes du début mars (J. Benoît dit « deux jours après » l’installation du comité municipal. Confessions, p. 88), le temps ayant manqué pour faire une bannière.

52 S’il se fonda bien une sorte d’atelier national pour les ouvrières sans ouvrage, c’est sans doute plus grâce au produit de souscriptions que par l’intervention des pouvoirs publics. Voir le Peuple souverain (8. 04.) et Spartacus, no 2. La vice-présidente et la secrétaire de la commission d’organisation sont Elisa Morellet et Aline Juif, épouses de deux avocats fouriéristes, influents auprès de la commission municipale.

53 Par exemple Annales de Lyon, p. 91.

54 Organisateur lyonnais, 11. 04.

55 ADR, 4M95, 16. 06.. Le 22 juin, « un ouvrier honnête-aurait été promené de Choulans à la Croix-Rousse, avec au cou un papier portant le mot « mouchard »...

56 Songeons que la ville ne comptait alors que deux cent quarante mille habitants, et que dans presque tous les cas, seuls les hommes défilèrent. Jamais avant 1914 on ne retrouvera de cortège revendicatif proportionnellement si nombreux, même si ces effectifs absolus ont pu être atteints, voire dépassés à deux ou trois reprises.

57 M. Treillard, La République à Lyon au temps du gouvernement provisoire, Paris & Lyon, 1849..., p. 44.

58 J. Benoît, Confessions, pp. 114-15.

59 Le triomphe du fourrier Gigou a fait l’objet de deux gravures conservées à la BML, fonds Coste, no°730 et 731 ; elles montrent clairement que ce cortège est peut-être tumultueux, mais qu’il revêt un certain ordre : par exemple, les manifestants marchent au pas...

60 On connaît d’autres conduites, faites par la garde nationale ou des ouvriers aux unités quittant la ville pour la frontière, par exemple dans le Peuple souverain (12. 04.), avec remise à la municipalité du drapeau confectionné spécialement pour l’occasion.

61 Il est évident pour nous que des irrégularités mineures, oubli de quelques vieillards de la Charité ou de gardes mobiles, ne pouvaient avoir infléchi les résultats. Mais semblable erreur fut à l’origine des incidents de Rouen, au même moment (M. Agulhon, 1848 ou l’apprentissage..., p. 56).

62 Le Peuple souverain, 23. 04.. « Le club central démocratique et corporations réunis invite les travailleurs des chantiers nationaux, les frères Voraces et tous les citoyens qui veulent la devise : liberté, égalité, fraternité à se rendre sans armes place Bellecour, pour une promenade autour de la ville qui aura lieu aujourd’hui, à deux heures précises.
Notre but est de faire connaître les quatorze candidats sortis de l’urne démocratique, et de prouver aux agitateurs que l’union règne parmi le peuple, et que le peuple est assez fort pour être calme.
Tous les citoyens doivent se grouper autour de la bannière de leur club respectif et ceux qui ne font partie d’aucun club sont priés de se réunir à celle qu’ils affectionnent.
Des commissaires seront nommés pour procéder à l’organisation par compagnies de vingt hommes de front.
Vive la République ! Vive le peuple souverain ! Vive le gouvernement provisoire ! »

63 À l’exception de la manifestation préélectorale, qui s’adresse d’abord à la population, et pas aux autorités : en tête était portée, nous dit-on, une lanterne à trois faces avec les noms des candidats du Club central, noms répétés sur des feuilles de papier que d’aucuns portaient sur eux ou à leurs chapeaux. Courrier de Lyon, 23. 04. 1848.

64 Qui d’ailleurs inquiètent en ce qu’elles révèlent l’organisation et la discipline ouvrière. Journal d’un bourgeois de Lyon..., p. 66.

65 Même souci de marcher en files, d’être précédés d’un drapeau ou d’une bannière, d’une musique ou à tout le moins d’un tambour ; sans doute même direction pour le groupe : J. Benoît, le 30 mars, convainc une des colonnes de manifestants de se disperser, en faisant appel « à son tambour-major, jeune homme très intelligent » (Confessions, p. 115). Non que lui-même soit inquiet, mais le maire provisoire est submergé sous les délégations de bourgeois affolés devant le spectacle du peuple fraternisant avec les soldats...

66 M. Agulhon, 1848 ou l’apprentissage..., p. 89.

67 ADR, 4M97, 18. 05. 1849. Tardif accès de lucidité du commissaire Galerne, qui n’était jamais jusque-là entré dans de telles subtilités...

68 ADR, 4M96, 28. 07. 1848.

69 ADR 4M96, 11. 07.

70 Gazette de Lyon, (7. 12.) et rapports de police, ADR, 4M 96.

71 Mais selon la gendarmerie, (10-11. 12., ADR 4M96), on brûla un mannequin ce soir-là.

72 ADR, 4M96.

73 Gazette de Lyon, 23. 07., AN. BB30 327, ADR 4M 96.

74 ADR, 4M 97, com. centr., 26-29. 04. 1849.

75 Monfalcon rapporte avoir été entouré dans la rue par un cercle d’ouvriers moqueurs chantant à son intention : « montagnards, enflez vos musettes, les aristos vont la danser ».

76 ADR, 4M 97, com, centr. 16-18. 05. 1849.

77 La statue regardait vers le nord, donc en direction de Bellecour.

78 La presse conservatrice et des historiens ultérieurs (A. Steyert, Nouvelle Histoire de Lyon, IV, p. 87) soulignent à l’envi le caractère populaire de la foule réunie pour défendre la statue : des crocheteurs, des travailleurs des ports. Nous ne pouvons dire avec exactitude quelles furent les personnes arrêtées en cette occasion, mais parmi les quelques personnes poursuivies pour « incitation à la révolte », il y a un rentier et un médecin, deux situations sociales bien rares parmi les manifestants interpellés pour attroupement les mois suivants. Lorsqu’on sait la timidité habituelle de la bourgeoisie lyonnaise en cas de conflit, on peut mesurer l’importance de l’enjeu.

79 Les arrestations opérées par la police montrent une prédominance dans ces rassemblements des habitants du quartier Perrache et de la Guillotière ; surtout de jeunes ouvriers, particulièrement aux tout derniers jours. ADR, 4 M 97, 16-22. 02. 1849.

80 Peuple souverain (22. 02.) ; com. centr., 22. 02. 1849, ADR 4M97.

81 Outre le « sit-in », fut alors également inventée la réunion publique : les clubs, qui ouvraient tous les soirs, ou bien deux ou trois fois par semaine, supposaient une assistance régulière du public, et un gros effort des animateurs, s’ils ne voulaient pas se contenter de lire les journaux. Ils n’étaient donc pas adaptés aux quartiers moins militants, dont on ne pouvait pourtant, suffrage universel oblige, se désintéresser ; d’où l’apparition de la réunion publique politique, dans l’automne, sous couvert de constitution d’associations ouvrières de production, et à l’exemple parisien. ADR, 4M96.

82 À la Croix-Rousse, surtout, où l’on brûle sur la Grande Place les mannequins de Rivet en septembre (le soir du 25), de Cavaignac en décembre ; où des Voraces, la veille de la proclamation de la constitution - 18 novembre - entourent l’arbre de la Liberté en criant « Vive la République rouge, à la lanterne les aristocrates ! » ADR, 4M96.

83 Furent arrêtés le jeune homme porté, un des porte-drapeaux et un condamné d’avril qui les suivait. ADR, 4M97, 24-25. 02.1849.

84 ADR, 4M 97, rapports du 6 au 21. 03.

85 Gazette de Lyon, 21. 09. 1848.

86 Aucun désordre à l’aller, mais au retour des jeunes gens se formèrent en colonne, et allèrent brûler une effigie de Rivet à la Croix-Rousse.

87 En revanche, les rouges s’abstinrent lors de la fête officielle du 4 mai, avec « une brillante revue présidée par l’illustre maréchal qui... ».

88 À noter que, honnis les périodes électorales, les grands banquets démocratiques se situent chronologiquement peu après une période de tension dans la rue, à laquelle ils mettent fin : aussi bien en septembre, après l’élection de Rivet, qu’en février, après l’affaire de Perrache, ou en mai, après la victoire. Sans doute n’est-ce pas un hasard.

89 Avec la majorité absolue des suffrages exprimés dans le Rhône, et près des deux tiers dans l’agglomération lyonnaise.

90 F. Dutacq, « Une visite de Louis Napoléon Bonaparte à Lyon », Bulletin de la société littéraire, historique et archéologique de Lyon, 1913, pp. 242-279.

91 ADR, 4M96, com. centr., 19. 09. ; Gazette de Lyon, 21. 09. 1848.

92 8. 01.1849 (enterrement civil à Vaise, 4-500 personnes) ; 20. 01 (enterrement d’un socialiste, 6-800 personnes) ; 27. 05., à Vaise, convoi d’un charpentier, qui passe devant l’église mais y abandonne le clergé

93 AN BB18 379 Procureur gén. 22. 05. 1850 « l’un de ces enterrements dont les socialistes nous donnent de temps en temps le triste spectacle ».

94 Novembre 1849 « convoi funèbre suivi de bonnets rouges et de torches allumées » ; avril ou mai 1850, trois ou quatre cents ouvriers derrière le convoi, sans prêtre, de la femme d’un « affilié » ; novembre 1850, un ouvrier en soie mort sans le concours du clergé, enterrement suivi par deux cents démocrates...

95 12 février, enterrement du pharmacien Liron, membre du conseil municipal, sans prêtres, maire et conseil municipal en tête, 3-4000 personnes ; 27 février, un ex-conseiller municipal de la Guillotière, avec un prêtre « malgré une vive opposition » et deux mille participants ; à Lyon, le 7 mars, enterrement de M. Imbert, ex-directeur du Peuple souverain de Marseille, mort en prison où il était détenu sous l’inculpation d’avoir participé au « complot du Midi », plus de cinq mille personnes, et un autre convoi moins nombreux à la Croix-Rousse - deux à trois mille assistants ; 17 mars, à la Croix-Rousse, sept à huit mille personnes aux obsèques d’un nommé Mathey.

96 AN, BB18 379, proc. gén. 23. 04. 1851.

97 « l’enterrement d’un socialiste hier à la Croix-Rousse devait avoir lieu sans prêtres. Sur les représentations du commissaire de police, la famille en a fait venir un. Le convoi n’a alors été suivi que de cent cinquante personnes ». Castellane, in AN, BB18 379, 16 ; 03. 1851. Peut être est-il possible d’expliquer le passage de l’enterrement d’un ex-conseiller municipal de la Guillotière par des rues mal famées ; le souci qui guida le cortège ne fut peut-être pas tant celui de recruter « ceux qui hantent ces mauvais lieux, afin de grossir le nombre déjà trop considérable du cortège » (AML, Guil. I 18, révocation de l’inspecteur des convois funèbres 12. 3. 1851) que celui de faire fuir le prêtre dont on n’avait pu se défaire.

98 Une phrase en ce sens dans le Journal, de Castellane, IV, p. 303, 26 mars. Nous retrouverons cette interprétation à propos des enterrements civils de l’ordre moral : le convoi comme lieu de réunion, et de communication entre les individus.

99 En date du 18 mars 1851, reproduit dans Castellane, Journal, t. 4, p. 301.

100 Par exemple, le procès du complot de Lyon ; les avocats de la défense furent suivis par la foule de leur hôtel au palais de justice ; mais la troupe se chargea de disperser les assistants. M.-L. Steward-Mc Dougall, The Artisan Republic..., pp. 145-6.

Table des illustrations

Titre Carte 3. Trois manifestations du printemps 1848
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16998/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search