Version classiqueVersion mobile

Les Chemins de la manifestation

 | 
Vincent Robert

Chapitre I. La ville du docteur Terme1

Texte intégral

  • 1 Jean-François Terme, médecin, fut maire de Lyon à partir de 1840, et député du Rhône de 1842 à sa (...)
  • 2 Chambet aîné, Nouveau guide pittoresque de l’étranger à Lyon, Paris-Lyon, 1853, p.178.

1Qu’ils soient ou non Lyonnais y change peu de chose : tous ceux qui, à la fin de la Monarchie de Juillet, visitent la cité ou veulent la présenter aux visiteurs étrangers, sont unanimes à dire ou à regretter que Lyon renferme dans ses anciens quartiers, « beaucoup de rues étroites qui paraissent tristes et humides à cause de la grande élévation des maisons2 » ; et il est bien rare que ne vienne pas sous leur plume, à un moment ou à un autre, une comparaison avec une ville du Moyen-Âge. L’aspect de Lyon reste pour eux celui d’une ville ancienne ; car si les guides lyonnais montent en épingle les quelques quartiers neufs aux rues longues, larges et bien percées, s’ils s’attardent volontiers à décrire les quais et promenades, ils ne peuvent dissimuler que le cœur de la ville présente un tout autre visage. À les lire, à comparer les descriptions qu’ils font et les gravures contemporaines, à regarder les plans de la ville datant de cette époque, vient la même impression d’un cadre urbain archaïque, sans que nous fondions nécessairement notre appréciation sur les mêmes critères que les contemporains, et sans que nous y attachions, comme eux, valeur négative. Cette ville était sans doute austère et belle ; mais si les rapports sociaux dont elle était le cadre apparaissaient alors dangereusement modernes, l’espace urbain était tout entier marqué du passé.

Une ville close

  • 3 Pour l’ensemble de ce chapitre, voir les cartes 1 et 2, Lyon à la fin de la Monarchie de Juillet.
  • 4 À preuve l’incident suivant, qui scandalisa l’opinion bourgeoise : au mois de septembre 1848, un c (...)

2Pour l’essentiel, le site qu’occupait la ville restait celui de la cité médiévale et moderne3. Abandonnant les hauteurs de Fourvière, celle-ci s’était développée à leur pied, autour de la primatiale Saint-Jean, sur l’étroite rive droite de la Saône, et sur la longue et basse langue de terre fréquemment inondée qui sépare cette rivière du Rhône, des Terreaux à l’abbaye d’Ainay. De là, depuis moins d’un siècle, la ville avait cherché à s’étendre, vers le sud, par l’aménagement de la presqu’île Perrache dans la direction du confluent, vers le nord, en montant à l’assaut de la colline de la Croix-Rousse et en aménageant le quartier Saint-Clair, au bord du fleuve. Là étaient les bornes traditionnelles de la cité, et ces limites étaient alors parfaitement sensibles et visibles. Si les remparts de la ville avaient disparu au siècle précédent, l’empreinte en subsistait dans la vie quotidienne, et les recensements distinguaient encore Lyon intra-muros des faubourgs, même situés sur le territoire de la commune. En effet, ces limites étaient matérialisées par des barrières d’octroi : au sud, à Perrache, sur le quai de la Charité, et à la Quarantaine, sur la rive droite de la Saône ; vers le nord, de part et d’autre de la rivière, à la porte de Vaise et à la barrière de Serin ; et le long du Rhône, à Saint Clair ; vers l’est, par les barrières aux têtes des ponts sur le fleuve, celles des ponts de la Guillotière et Morand principalement. Un véritable mur subsistait partout où la topographie le rendait nécessaire pour assurer l’étanchéité de l’octroi, c’est-à-dire au sommet des pentes menant à la Croix-Rousse, avec trois seuls passages, correspondant aux trois grandes voies d’accès au plateau, la Côte Saint Sébastien, la Grande Côte et la Côte des Carmélites, et sur le plateau de Saint-Just, derrière Fourvière. L’octroi de la ville de Lyon était alors spécialement lourd, en particulier sur le vin et la viande ; ses percepteurs étaient détestés, et il fournissait la matière d’une active contrebande, dont on ne peut pas dire que les héros fussent impopulaires parmi les petites gens4. Ajoutons que l’obstacle qu’il représentait était redoublé, côté Rhône, par le fait que tous les ponts, à l’exception de celui de la Guillotière, étaient payants.

Carte 1. Lyon à la fin de la Monarchie de Juillet (faubourgs et axes de communications)

Carte 1. Lyon à la fin de la Monarchie de Juillet (faubourgs et axes de communications)

3Ces murs n’avaient cependant plus guère de valeur militaire, sauf dans une certaine mesure celui qui séparait Lyon de la Croix-Rousse. Or Lyon était encore place de guerre, et nullement à l’abri d’une invasion, la Savoie étant toujours piémontaise. Pour ces raisons, et d’autres moins avouées de politique intérieure, la Monarchie de Juillet avait vu l’édification d’une redoutable ceinture de forts qui délimitait l’étendue réelle de l’agglomération et englobait donc les « villes suburbaines » en pleine expansion démographique de Vaise, de la Croix-Rousse, et de la Guillotière, sur la rive gauche du Rhône, où se trouvaient les espaces libres qui faisaient si cruellement défaut à la ville ancienne. Une ligne continue de neuf forts, reliés par un canal, entourait la Guillotière et les Brotteaux, du fort de la Vitriolerie, face à Perrache, à celui de la Tête d’Or, vis-à-vis de Saint Clair. Côté Croix-Rousse, le bastion d’Orléans protégeait la barrière Saint-Clair, et le fort Saint-Jean celle de Serin, tandis que l’approche du plateau était couverte par les forts de Cuire et surtout de Montessuy. De la même manière, si des fortins à Vaise, à Saint Just et un fort à Loyasse renforçaient le mur d’octroi, des ouvrages plus importants s’élevaient à La Duchère, Saint-Irénée et Sainte-Foy, dominant ainsi l’agglomération. C’était enfin à peu près au niveau de cette enceinte que se situaient les cimetières de l’agglomération : le cimetière de la ville et de Vaise, Loyasse, derrière Fourvière, où l’on n’accédait pas sans une longue et pénible côte ; le cimetière de la Croix-Rousse, sur le plateau ; dans la plaine enfin les cimetières de la Guillotière, celui de la commune, celui des Hôpitaux de Lyon, à la Madeleine, et celui de la communauté israélite.

4Cette seconde enceinte peut sembler plus lâche. Mais elle correspondait également à une ligne d’octrois, ceux des villes suburbaines, et elle déterminait les limites que reconnaissaient les habitants à l’agglomération. La plupart des sociétés de secours mutuels ne prenaient en charge les funérailles de leurs membres et n’y envoyaient de délégation que dans l’intérieur de la ville et des communes suburbaines... et lorsque les tisseurs de la Croix-Rousse protestaient contre l’émigration des métiers hors de la ville, ils ne pensaient, évidemment pas à leur commune. Autant la première enceinte les gênait dans leur vie quotidienne, au point que sa suppression était un de leurs vœux les plus chers en 1848, autant ils semblent ne pas avoir conçu de ville sans limites précises, qui la sépareraient du plat pays, de la campagne.

Une ville engorgée

  • 5 Flora Tristan, Le tour de France, journal inédit, 1843-1844, Paris, 1973 p. 90 ; J.-F. Bunel, Tabl (...)

5Circuler à l’intérieur de la ville était malaisé. Là encore, les contraintes du site jouaient un rôle important. Il n’y avait de part et d’autre de la Saône que deux voies pour entrer dans Lyon par le nord ; les montées pour accéder à Fourvière étaient selon Flora Tristan « des plus pénibles », et quant à celles qui menaient à la Croix-Rousse, elles étaient « si raides qu’on les a nommées avec raison la mort aux chevaux ; quelques-unes même sont tout à fait inaccessibles aux voitures et ne se composent que d’une longue suite de degrés5 ». La traversée du Rhône n’avait longtemps été possible que par le seul pont de la Guillotière ; à la fin de l’Ancien Régime, la construction du pont Morand, puis, sous la Monarchie de Juillet, celle de plusieurs ponts et passerelles l’avaient beaucoup facilitée. Cependant, la circulation restait extrêmement difficile dans le cœur de la ville.

  • 6 Haussmann, cité dans G. Duby, (dir.) Histoire de la France urbaine, t. iv, p. 169 (à propos de Par (...)
  • 7 Th. Ogier, La France par cantons et par communes, département du Rhône, arrondissement de Lyon, Ly (...)
  • 8 Annuaire de Lyon et du département du Rhône pour 1849, pp. 76-77.
  • 9 Mémoires d’un touriste, Paris, (Maspéro), 1981, t. 1, p. 146.
  • 10 Annuaire de Lyon... pour 1849, pp. 76-77.

6Le réseau des rues était en effet totalement inadapté aux « nécessités d’une circulation toujours plus active6 ». Non seulement il y avait beaucoup de « petites mes froides, humides, boueuses, sombres » et fort peu de belles et de régulières, mais ces dernières se trouvaient surtout au sud de la place Belle-cour ou au nord des Terreaux, c’est-à-dire que le centre de la ville en était presqu’entièrement dépourvu. Et, non contentes d’être « pavées en cailloux ronds et pointus, fort incommodes pour les piétons, dont la circulation est continuelle », les rues du centre étaient parfois « rétrécies par des dalles en pierre connues sous le nom de cadettes, placées le long des maisons pour garantir les boutiques et les magasins du danger des voitures »... Aussi les mes Neuve, Buisson, de la Gerbe, Gentil et la place de la Fromagerie étaient-elles «continuellement obstruées par de lourdes voitures7 ». Plus gênant encore, au nord de Bellecour, « aucune me ne va directement du Rhône à la Saône », et même la rue Grenette, dans le prolongement du pont Lafayette et de la place des Cordeliers, n’atteignait pas encore la Saône. Il n’y avait de toute façon pas de pont au débouché projeté. De même, si « deux voies de communication principales traversent le massif de maisons du nord au midi indépendamment des quais8 », ce sont d’une part les mes Mercière (« Essayez donc de suivre la rue Mercière d’un bout à l’autre ! » raillait Stendhal9) et Saint-Dominique (récente, mais trop étroite) ; et d’autre part la rue Centrale, encore inachevée, qui devait relier la place Confort (ou des Jacobins) aux Terreaux10.

  • 11 Nizier du Puitspelu, (Clair Tisseur, dit), Les vieilleries lyonnaises, (3e éd.), Lyon, 1927, p. 17 (...)

7L’explication de ces défauts, qui frappaient les contemporains et auxquels la municipalité envisageait de remédier, est sans doute à chercher dans le fait que la vie de la cité toute entière avait dépendu et dépendait encore des deux fleuves, et surtout de la Saône. Sur sa rive gauche, sept ports, avec 209 « crocheteurs des ports » en quatre compagnies ; sur la rive droite, sept également, avec 48 crocheteurs en trois compagnies ; le long du Rhône, trois ports seulement, avec une centaine de crocheteurs. La profession était strictement réglementée, et les Annuaires du Rhône rappelaient les tarifs du transport de telle ou telle charge de l’un ou l’autre des ports jusqu’à une me ou un étage donné. À l’intérieur de la ville, donc, le complexe système de « traboules » qui permettait alors, selon Clair Tisseur, d’aller à couvert d’un fleuve à l’autre en traversant tout au plus quelques mes de quatre mètres de largeur, avait longtemps suffi11. Ainsi, les seules voies de circulation ayant quelque ampleur étaient très logiquement les quais, constamment animés par « la circulation incessante des arrivages, soit par terre, soit par eau » du côté de la Saône, aménagés en agréables promenades ombragées du côté du Rhône, ce qui ne les empêchait pas d’être aussi le siège des compagnies de roulage ou de navigation et donc le théâtre d’une vie des plus actives. Autre preuve de l’importance des quais dans l’urbanisme lyonnais : la place récente et animée des Célestins ne communiquait qu’avec le quai du même nom, et plusieurs autres ne s’ouvraient largement que sur les fleuves...

Places et quartiers

8Étant donné leur largeur, on conçoit aisément que si les mes pouvaient connaître une circulation piétonne très dense, si elles étaient le cadre de la vie quotidienne, et si le moindre incident y provoquait aussitôt un rassemblement d’autant plus gênant qu’il obstruait immédiatement le passage, elles ne se prêtaient guère à une activité collective, à la réunion de personnes connues ou inconnues, bref, à la vie de société. Celle-ci ne se déroulait pas dans la rue, mais « sur la place publique ». Les guides touristiques tenaient un compte précis du nombre de places existant à Lyon – une cinquantaine –, mais spécifiaient aussitôt que la plupart ne méritaient guère ce nom. À la vérité, seule une petite dizaine leur paraissait digne d’intérêt, et il n’y en a que trois qui soient réellement des centres autour desquels s’organisait, de manière d’ailleurs très diverse, la vie d’une partie de la ville : la place Saint-Jean, la place Bellecour, la place des Terreaux enfin.

Carte 2. Lyon à la fin de la Monarchie de Juillet (places et monuments)

Carte 2. Lyon à la fin de la Monarchie de Juillet (places et monuments)
  • 12 Annuaire de Lyon et du département du Rhône, année 1849, p. 78.
  • 13 Th. Ogier, op. cit., (1852), p. 365.
  • 14 Liste et adresses dans l’Annuaire du Rhône pour 1847.
  • 15 Ce nom désignait les membres du corps de métier, chargé d’assurer le halage des bateaux dans la tr (...)

9La place de la Primatiale est, comme l’ensemble des quartiers de la rive droite de la Saône, bien déchue de son ancienne importance. « Le quartier de l’ouest a peu de vie. Il serait même abandonné si le palais de justice n’y apportait quelque mouvement12...» La présence de la maison d’arrêt de Roanne, où l’on enfermait les prévenus, la construction d’un nouveau palais de justice par Baltard ne suffisaient plus à retenir les gens de loi dans ce quartier ; « le barreau formait autrefois la majeure partie du quartier Saint-Jean sur la rive droite de la Saône, mais depuis une dizaine d’années, il s’est répandu dans tous les quartiers de la ville13 ». Notons pourtant qu’en 1847, la moitié des avocats inscrits au barreau de Lyon vivait encore dans l’arrondissement, la plupart des autres n’ayait guère qu’à traverser le Pont de Tilsitt (ou de l’Archevêché14). Pour le reste, la rive droite de la Saône restait un quartier de petites gens, de tisseurs en soie – ceux qui correspondaient le plus au type traditionnel du canut, petit et contrefait, les maisons anciennes ne pouvant loger les modernes métiers Jacquard –, de crocheteurs et de modères15, de teinturiers et d’artisans... Le quartier ne reprenait vie que lors d’un procès important au Palais de Justice, ou à l’occasion des pompes de la Primatiale, grand-messe, funérailles solennelles ou procession.

  • 16 J. Lyons, Nouveau guide de l’étranger à Lyon, Lyon, (4e éd., 1838) p. 209 ; et\Annuaire du départe (...)

10Beaucoup plus animés apparaissaient en revanche les quartiers qui entouraient la place Bellecour ou Louis-le-Grand, dont chacun s’accordait à louer la taille et la beauté. Elle était bordée au sud par l’aristocratique et fort moderne quartier d’Ainay, dont les rues étaient exceptionnellement larges et bien percées, et qui était le fief de la noblesse légitimiste et cléricale, abritait l’hôtel du gouverneur militaire (rue Boissac) et de nombreuses fondations charitables et établissements religieux (dont les Jésuites, rue Sala). Les quartiers immédiatement au nord, autour de la Préfecture, place Confort (aujourd’hui des Jacobins) et de la place des Célestins étaient un peu moins noblement habités, mais la construction récente dans cette zone de passages couverts, la galerie de l’Argue notamment, attestait l’ambition d’en faire le centre du commerce de luxe lyonnais ; et même si les guides reconnaissaient que la place des Célestins, avec ses cafés-concerts, avec son théâtre qui venait d’être dévasté par un incendie était dans la soirée de ces lieux que « toute femme qui se respecte fuit (...) à moins qu’elle ne soit accompagnée », ce n’était pas là prostitution de bas étage16. Enfin, l’est de la place, côté Rhône, était caractérisé par la proximité des deux grandes institutions charitables de la ville, l’Hôtel-Dieu, et l’Hospice de la Charité, au milieu de rues assez populaires.

  • 17 Sur les menaces ayant pesé sur elle, F. Rude, L’insurrection lyonnaise p. 399. La ville ne comptai (...)
  • 18 A. Combe et G. Charavay, Guide de l’étranger à Lyon, Lyon, 1847, p. 61.

11La place elle-même présentait un aspect assez semblable à celui d’aujourd’hui. La partie nord était une vaste esplanade dominée par la statue équestre de Louis-le-Grand. Celle-ci, œuvre du sculpteur lyonnais Lemot, avait été érigée sous Charles X pour remplacer la statue de Desjardins, détruite à la Révolution (« iniquis temporibus », précisait l’inscription gravée sur le socle). Le moins que l’on puisse dire est que sa valeur de symbole de la Restauration n’était pas ignorée. Seule statue monumentale de la ville, sur sa plus belle place, elle avait déjà couru de grands périls en 1830 et 1831, et devait passer par d’autres temps agités17. En attendant, elle présidait à toutes les revues de la garnison, sur le seul espace urbain assez vaste pour lui permettre de se déployer, notamment les jours de la fête du Roi, et lors des anniversaires des journées de juillet 1830. La partie sud de la place, ombragée par de fort beaux tilleuls, pouvait être considérée comme « les Champs Elysées de Lyon » et la promenade la plus agréable de la ville, autrement dit l’endroit où la bonne société lyonnaise venait parader, en soirée et les jours de fête, selon un rite dont nous ne trouvons plus guère d’équivalent qu’en Espagne. « Ses ombrages servent de rendez-vous à la société fashionable. Le marché aux fleurs qui y est établi attire le dimanche pendant la saison d’été un grand nombre de promeneurs18 ». Un café restaurant y était établi, et la musique militaire venait jouer en soirée, une ou deux fois par semaine.

  • 19 Th. Ogier, op. cit., p. 509-10, avec la description des différents services abrités par l’Hôtel de (...)
  • 20 A.M.L., série Q, liasses non cotées. Même pour les sociétés les plus nombreuses, l’assiduité était (...)
  • 21 Fl. Tristan, op. cit., p. 65. « il est fortifié par de hautes grilles en fer - toutes les croisées (...)
  • 22 On se rassemblait parfois devant les boulangeries, mais plutôt pour fraude sur la qualité. Un débu (...)

12Le véritable centre de la ville était donc, non pas la place mondaine et aristocratique de Bellecour, mais celle des Terreaux. Beaucoup moins vaste, elle était aussi beaucoup plus animée à toute heure : c’était le centre des affaires commerciales, avec ses nombreux cafés fréquentés par les négociants en soieries, avec ses hôtels, l’Hôtel de Milan notamment, avec une station pour les « voitures de place », le départ de certaines diligences et l’unique succursale de l’Hôtel des Postes (situé, lui, place Bellecour), et, dans quelques salles du Palais Saint-Pierre, les locaux de la Chambre de commerce et la Bourse de Lyon. C’était aussi le centre de la vie municipale, avec, dans l’Hôtel de Ville, la réunion d’un très grand nombre de services qui y appelaient constamment la foule : qu’on en juge. Les bureaux de la mairie, bien entendu, mais aussi ceux de l’État-civil où devaient se rendre tous les habitants pour les déclarations de naissance ou de décès, et pour la cérémonie du mariage ; le Conseil des Prudhommes (dont il suffit de parcourir La Tribune lyonnaise, qui avait succédé à l’Echo de la Fabrique, pour voir l’importance dans la vie des ouvriers en soie et chefs d’atelier) et le Tribunal de Commerce, la Justice de paix du troisième arrondissement (« deux ou trois cents personnes se réunissent là deux fois par semaine pour obtenir justice ou se concilier, et peuvent à peine respirer, tellement l’air est vicié par la quantité de justiciables appelés à ces audiences19 »), les salles où se réunissait, au moins une fois l’an, chacune des quelque cent sociétés de secours mutuels20... Enfin, on y trouvait les bureaux de l’État-major, ceux de la police de sûreté, dont celui du commissaire central, le greffe de la police municipale, la prison provisoire (la « cave », où étaient conduits ceux qu’on venait d’arrêter), et la salle des audiences du petit parquet (ancêtre des flagrants délits). Le tout gardé par un poste de gardes municipaux, un autre de sapeurs-pompiers, et un détachement de la police de sûreté. S’il est donc possible de faire confiance à l’imaginative et perspicace Flora Tristan, qui comparait cet Hôtel de Ville à un château-fort21, on constate à la fois deux choses : la première est que la concentration de pouvoirs, réels et symboliques, était telle en ce lieu que n’importe quelle émotion populaire, ne fut-ce que pour délivrer un prisonnier emmené par la garde municipale, ou pour protester contre le prix du pain (alors fixé par l’autorité municipale) pouvait avoir cet objectif22... et la deuxième, que cet aspect de forteresse n’empêchait sans doute pas une très réelle familiarité des citadins avec ces lieux. En un temps où les administrations étaient relativement légères, le pouvoir municipal était à la fois quelque chose de très concret, beaucoup plus en temps ordinaire que celui du préfet, et d’immédiatement accessible...

  • 23 F. Linossier, Bluettes et croquis lyonnais, Paris & Lyon, 1868, p. 72.
  • 24 Celle-ci avait été au cœur des combats d’avril 1834, et l’armée s’y était atrocement illustrée en (...)
  • 25 Sans faculté de droit, ni de médecine, Lyon n’avait qu’une école vétérinaire, aux limites de Vaise (...)
  • 26 Th. Ogier, op. cit., pp. 537-38.
  • 27 F. Linossier et F. Cajani, Les mystères de Lyon. Histoire anecdotique, politique et philosophique (...)

13La place des Terreaux avait donc une fonction d’agora qu’aucune autre ne pouvait lui disputer. Si ce n’était plus, depuis la Restauration, le lieu où l’on exposait les condamnés au pilori et où l’on guillotinait, c’est simplement que l’on commençait à douter du caractère édifiant de ces événements. En revanche, on y procédait encore à la vente publique aux enchères des biens saisis pour dettes23, et les badauds s’y arrêtaient volontiers discuter. Enfin, probablement ce rôle de centre névralgique de la vie lyonnaise, lui venait-il aussi de sa position, à proximité de quartiers très divers, mais également vivants. Au sud et à l’ouest de la place s’étendaient en effet des quartiers anciens de la ville. Ceux du sud, jusqu’à la place des Cordeliers24, possédaient un certain prestige ; on y trouvait des commerces de gros qui valaient à leurs rues de perpétuels encombrements, et il y avait là le Collège royal, et dans le même bâtiment, la bibliothèque municipale, le Palais Saint-Pierre abritant quant à lui les collections du musée, et les cours des facultés des sciences et des lettres, que ne fréquentaient alors que des amateurs éclairés, et rien qui ressemblât à un étudiant25. Ceux de l’ouest étaient unanimement considérés comme les plus sordides de la ville : « la cupidité, devenue plus grande, cherche à augmenter, le plus possible, les revenus de ses maisons, en entassant des familles entières dans d’ignobles et sombres réduits26...» ; les plus malsains aussi : (dans le quartier Saint-Vincent) « manque l’air pur si nécessaire à l’hygiène : on y est abassourdi (sic) par le vacarme des poêliers et autres professions non moins incommodes ; on a de plus le désagrément des odeurs fétides qu’exhalent de nombreux ateliers de teinture... » Les plus mal famés enfin : les garnis de ce quartier servaient de repaires aux prostituées, filous et mendiants27.

  • 28 F. Z. Collombet, (Revue du Lyonnais, XII, 1840, « Inauguration de la statue de Jacquard »), déplor (...)

14Au contraire, les quartiers situés au nord et au nord-est des Terreaux étaient aussi modernes qu’actifs ; c’était le royaume de la Fabrique, avec le quartier du Griffon et le nouveau quartier Saint-Clair où vivaient les fabricants, où leurs employés recevaient dans l’après-midi les canuts ou leurs femmes venus rapporter la pièce tissée et en demander une autre ; d’où les commis de fabrique partaient le matin inspecter les métiers dans les immeubles des pentes et du plateau de la Croix-Rousse, récemment construits, aptes à accueillir les hauts métiers Jacquard et à supporter leur poids. Tout un va-et-vient permanent, de haut en bas et de bas en haut, du matin au soir, de traboule en traboule, une circulation, une agitation permanente qui ne masquait pas, et sans doute aggravait l’antagonisme entre bourgeois et ouvriers. Faut-il rappeler que c’est au bas de la Grande Côte que la Garde nationale avait, sans sommation, tiré sur les ouvriers qui descendaient de la Croix-Rousse le 21 novembre 1831, déclenchant ainsi la première insurrection ? Et si l’érection d’un monument à Jacquard, place Sathonay, avait certainement pour objectif d’exorciser le souvenir de ces luttes sanglantes, il ne semble pas que la cérémonie d’inauguration elle-même, le 16 août 1840, ait su y parvenir28.

Faubourgs et villes suburbaines

  • 29 La population intra-muros passe de 109 500 à 177 965 entre 1801 et 1846 (Ch. Pouthas, La populatio (...)

15Si Lyon étouffait dans son cadre traditionnel, ce n’était pas seulement à cause d’un réseau de rues et de voies de communications inadapté ; c’était aussi que la ville abritait une population plus nombreuse29, alors que les espaces libres étaient limités : les pentes de la Croix-Rousse, le quartier Perrache essentiellement, tous deux de mise en valeur malaisée et assez récente. Mais la croissance urbaine du premier dix-neuvième siècle avait également gonflé rapidement la population des faubourgs, que protège et surveille à la fois la seconde enceinte. Or, cette croissance s’est accompagnée de transformations profondes, qui concernent autant la population elle-même que le cadre où elle vit, et ses activités comme la place des faubourgs dans la vie de la cité. Aussi peu fondées soient-elles, les craintes de certains Lyonnais devant le développement des villes suburbaines, et l’épouvantable perspective de voir Lyon devenir... un faubourg de La Guillotière, n’ont pas d’autre explication.

  • 30 Y. Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise, note 151 du chapitre 1 (t. 1, p. 281).
  • 31 Pour La Guillotière et Vaise, voir Y. Lequin, op. cit., t. 1, pp. 27-42 ; pour Perruche, ajouter T (...)
  • 32 Combe et Charavay, op. cit., p. 37.
  • 33 Th. Ogier, op. cit., p. 393.
  • 34 À la fin de la Monarchie de Juillet la place du Pont était le cœur d’un véritable « triangle du cr (...)

16Les faubourgs sont donc devenus de véritables villes : Vaise passée d’un peu plus de deux mille habitants au début du siècle à plus de huit mille à la veille de la révolution de février, la Croix-Rousse de quelque six mille à plus de vingt mille, la Guillotière, d’un chiffre équivalent à près de quarante mille30 ; et le poids démographique du quartier Perrache s’est également accru. Aux origines de cette croissance, l’essor de l’industrie et du commerce lyonnais. Vaise et la Guillotière étaient traditionnellement des centres importants de roulage, aux portes de la ville ; c’est dans le quartier Perrache qu’avaient été construits le « débarcadère » du chemin de fer de Saint-Etienne (la première gare lyonnaise), une nouvelle gare fluviale et l’entrepôt général des vins. Mais Vaise, la Guillotière ou Perrache étaient aussi devenus le siège des industries nouvelles, dangereuses, bruyantes et polluantes, que l’on préférait éloigner du centre et qui avaient de toute façon besoin d’espaces libres bon marché : à Vaise, des ateliers de mécanique, des scieries, des chantiers de construction de bateaux à vapeur ; à La Guillotière des vitrioleries et diverses fabriques de produits chimiques, fours à chaux et cristalleries ; à Perrache, au-delà de la manufacture des Tabacs qui, avec ses quelque six cents ouvriers et ouvrières, est sans doute alors le plus gros établissement industriel de la ville, et de la rue de Condé et ses établissements de fonderie et de mécanique, une usine à gaz, les ateliers du chemin de fer, des abattoirs, un moulin « à farine et à vapeur » et l’arsenal31. Voisinage peu engageant : l’aménagement récent d’un hippodrome sous les auspices du Jockey-Club, n’y attirait la grande foule... et la bonne société qu’une fois l’an, à l’occasion de la fête du Roi. De même, le cours du Midi, établi en 1810 à l’extrémité du quartier d’Ainay, est alors « planté de six magnifiques allées d’arbres qui s’étendent d’un fleuve à l’autre. (C’est) la plus belle promenade de la ville et (ce) serait la plus fréquentée, si elle était plus au centre et si les eaux pluviales n’y séjournaient pas, faute d’écoulement32 ». En fait, « l’éloignement de cette promenade n’est pas le seul motif du peu de visiteurs qu’elle reçoit. Jadis un triste entourage en avait éloigné la bonne société33...» La place adjacente, alors place Louis XVIII, était le lieu des exécutions capitales ; elle servait également de marché aux chevaux en 1848, d’où son nom populaire de Charabara... À peu de distance s’élevait la prison, construite par Baltard à partir de 1831 ; de nombreuses casernes, et leur voisinage obligé, cabarets et maisons de tolérance. De la même manière, c’est un lieu commun parmi ceux qui visitent la cité lyonnaise que de faire allusion à la Guillotière comme « le rendez-vous des gens tarés et sans aveu » et il est probable que cela correspond alors à une réalité dont le stéréotype perdurera longuement34. En revanche, les autres faubourgs ont meilleure réputation, qu’ils aient ou non conservé un aspect traditionnel.

  • 35 Flora Tristan, op. cit., pp. 87-90.
  • 36 Ils pouvaient servir à des fins plus subversives : ainsi un banquet de « communistes » à Sainte-Fo (...)

17Celui dont le développement est le moindre est sans aucun doute l’acropole lyonnaise, autour de Fourvière et de Saint-Just. Manifestement, les rudes montées qu’il fallait gravir pour accéder à ce plateau rebutaient les Lyonnais, sauf dans un but de mortification pieuse, pour se rendre en pèlerinage (« les jours solennels à reculons et pieds nus ») à la petite chapelle de Notre-Dame de Fourvières35. On trouvait à proximité du sanctuaire quantité de boutiques et d’échoppes où l’on vendait médailles, chapelets, images pieuses qui excitaient l’ironie de l’apôtre de l’Union ouvrière. Pour le reste, le plateau ne se singularisait des autres faubourgs que par la faiblesse de sa population ouvrière, quelques tisseurs à Saint-Just... ; comme les autres, il accueillait des établissements utiles auxquels la ville ne tenait guère : le dépôt de mendicité et l’Antiquaille, pour les déments ou les vénériens, tous deux situés sur le chemin de Fourvière. Enfin, on trouvait aussi, à l’extérieur des barrières, et à proximité du cimetière de Loyasse, de vastes restaurants, auxquels étaient joints des clos, espaces de plein air pour les banquets de la belle saison ; ceux-ci étaient fréquentés par les classes populaires lyonnaises, mais bien plus, vu l’éloignement, les dimanches, les jours de fête ou à l’occasion d’un événement exceptionnel, noce ou enterrement, que les soirs de semaine36.

18Cette fonction d’espace de loisir dominical et de lieu de sociabilité des classes populaires n’est évidemment pas une caractéristique originale du quartier de Saint-Just, ni même de certains autres faubourgs (à la Guillotière, près du débouché du pont Lafayette ; à Caluire, au-delà de la Croix-Rousse ; près de l’Ile-Barbe...). C’est une conséquence de la structure urbaine héritée du passé typique des villes françaises du siècle dernier, avant leur remodèlement par Haussmann et ses émules ; elle ne disparaîtra d’ailleurs que lentement et ne met pas en cause la subordination de la banlieue à la ville. En revanche la transformation de ce rôle qui caractérise les deux derniers faubourgs de la ville en fait des pôles d’attraction pour tout ou partie de la société lyonnaise, des espaces neufs où commença de se jouer, dès les premières années de la Monarchie de Juillet, une part méconnue mais essentielle de la vie sociale et politique de la cité : les Brotteaux (administrativement partie de la commune de la Guillotière) et la Croix-Rousse.

  • 37 Chambet, op. cit., pp. 196-97.
  • 38 Combe & Charavay, op. cit., p. 272.
  • 39 Auparavant, on ne trouve guère mentionnée que la salle de la Loterie (quinze cents personnes). En (...)
  • 40 A.D.R., 4 M 94, com. central, 23. 11. 1847.
  • 41 M. Agulhon, loc. cit., p. 84, fait remarquer qu’il n’y a guère de groupe ou d’association durable (...)
  • 42 Le passage d’une activité à l’autre peut ne réclamer ni changement de lieu, ni changement d’organi (...)
  • 43 Par pleinement urbaine, je reprends la définition de la ville actuelle par le sociologue Ulf Hanne (...)

19« On trouve aux Brotteaux une foule de promenades charmantes, des restaurateurs, des cafés, des brasseries de bière, des bains, des guinguettes, des tirs au pistolet et des plaisirs de toute espèce. L’étranger qui visitera les Brotteaux fera bien d’aller dans les îles Rousseau et les bois de la Tête d’Or : rien d’aussi frais, d’aussi varié et d’aussi champêtre que ces lieux37... » C’est ce sur quoi insistaient les guides touristiques de l’époque. Mais il y avait désormais autre chose. « Les Brotteaux sont un quartier de bourgeois. Beaucoup de négociants ont leurs magasins à Lyon et leurs appartements aux Brotteaux38 ». C’était alors exagéré, les immeubles bourgeois ne dépassant guère les environs immédiats de la place Louis XVI, au débouché du pont, et le début du cours Morand ; et c’était faire bon marché de la population ouvrière qui habitait les maisons basses bordant les avenues et les mes rectilignes, et travaillait sur ses métiers à tisser, ou dans les blanchisseries des Charpennes. Mais c’était une des causes de l’originalité du quartier par rapport à la Guillotière proprement dite : ici se côtoyaient des groupes sociaux différents. Sans pratiquer exactement les mêmes lieux, ils pouvaient se rencontrer, car on avait construit dans les dernières années de la Monarchie de Juillet de grands établissements modernes, entièrement couverts, que les guides ne manquent pas de signaler. Le Jardin d’Hiver, qui ouvre à la fin de 1847, cherche manifestement à attirer une clientèle choisie sous son immense verrière, mais aussi bien le Colisée que la Rotonde, salles de danse et de spectacle, drainaient depuis 1844 un public beaucoup plus mélangé, et pouvaient servir à d’autres fins, les propriétaires acceptant de les louer pour la soirée ou la journée39. En novembre 1847, le banquet réformiste de Lyon fut ainsi donné au Colisée, brillamment décoré et éclairé, et le commissaire de police vit sans plaisir que « tout le monde était admis en payant 5 francs, car il s’y trouvait des crocheteurs, des artistes des deux théâtres et des ouvriers de différentes corporations40 ». Et la Rotonde, qui pouvait renfermer jusqu’à six mille personnes, l’établissement le plus vaste et le plus populaire, accueillit tous les grands rassemblements corporatifs ou politiques de 1848-49. Gardons-nous de minimiser l’importance de ces salles nouvelles, dont l’originalité ressort de la comparaison avec les lieux de rencontre traditionnels41. Ce qui les oppose au cercle bourgeois ou à la société de cabaret est l’anonymat des personnes, et leur multitude : plusieurs centaines, voire plusieurs milliers, au lieu de quelques dizaines. Ce qui les différencie de la place publique est leur caractère fermé. N’y auront accès que des gens qui manifesteront leur volonté d’entrer : on ne s’y trouve pas par hasard ; on peut également en empêcher l’accès aux participants indésirables, et à l’inverse, le désordre éventuel demeurera facile à circonscrire. Enfin, ce sont des lieux couverts, profanes et d’une relative polyvalence : seuls les théâtres et le service des cultes reconnus jouissaient jusque-là d’une protection contre les intempéries. Dorénavant les bals, mais aussi, si le contexte s’y prête, des activités politiques, syndicales ou coopératives de masse pourront échapper aux aléas de la météorologie, et assurer à leurs réunions ou banquets permanence et régularité en toute saison42. On voit donc comment la permanence d’une fonction, celle du faubourg comme lieu de divertissement, notamment dominical, peut cacher une évolution importante, dans la mesure où elle crée les espaces nécessaires à une vie politique démocratique et pleinement urbaine43.

  • 44 J.-F. Bunel, op. cit., pp. 31-32 et p. 52.
  • 45 L.-R.Villermé, Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de (...)
  • 46 Audiganne, op. cit. p. 235.
  • 47 A.M.L., Croix Rousse, I2, police 1790-1851. Commissaire de police au maire, 19. 09.1839.

20Reste que le faubourg par excellence, celui qui inquiète par dessus tout la bourgeoisie lyonnaise est alors la Croix-Rousse. Faubourg, malgré sa vingtaine de milliers d’habitants, par sa subordination économique vis-à-vis de la métropole soyeuse, par son absence de poste, d’hopitaux, d’hospices, de mont-de-piété, et de bureau de bienfaisance propres, ce qui rend nécessaire de recourir à ceux de Lyon44. Mais faubourg dangereux, parce qu’habité presqu’exclusivement par des ouvriers en soie, et parce qu’il constituait pour une bonne partie des autres, ceux des pentes de la colline, un pôle d’attraction naturel. Au sommet de la Grande Côte, une fois franchi le mur d’enceinte, on débouche sur la place principale du faubourg, avec au centre la croix de pierre qui lui a valu son nom (excellente tribune pour les jours d’agitation). Le marché s’y tient le matin ; c’est le centre de la vie sociale, où se rassemblent les ouvriers sans ouvrage lorsqu’ils ne restent pas chez eux, pensifs auprès de leurs métiers vides. Tout autour, de nombreux cafés, qu’à quinze années d’intervalle, Villermé comme Audiganne sont allés observer, et que tous deux, admiratifs, nous ont décrits45 : peu bruyants, fréquentés par une clientèle bien mise quoiqu’ouvrière et étonnamment sobre (on y boit de la bière, pourtant plus chère que le vin, et il s’y rencontre peu d’hommes ivres)... Le goût des canuts pour les cafés chantants, comme à Paris, témoigne pour Audiganne d’un souci de leur dignité qui les éloigne des cabarets46. Le commissaire de police de la ville exprimait un point de vue quelque peu différent : lui était sensible aux désordres qu’entraînait la venue, tous les soirs de semaine, des habitants des pentes, montés sur le plateau profiter d’un vin meilleur marché que dans la ville même47 ; et il savait fort bien que les sociétés compagnonniques qui avaient leur siège dans ces cafés pouvaient être, par leurs rivalités, source de situations délicates... Quant au chef de la police lyonnaise, il entrevoyait clairement que beaucoup de ces innocents cafés, où l’on se livrait des « assauts de chant » les samedis et dimanches dans la soirée, servaient aussi de lieu de réunion des « sociétés secrètes » ouvrières et républicaines, voire communistes, qu’il était impuissant à poursuivre et à démanteler. Car ces sociétés pouvaient toujours, étant donné la grande taille (relative) des logements de tisseurs croix-roussiens, s’y réfugier et s’y dissimuler en innocentes réunions « de famille », ou encore émigrer les dimanches vers les clos de la commune voisine de Caluire. La Croix-Rousse apparaissait ainsi comme le cœur d’une autre ville, comme le centre occulte et la forteresse d’un Lyon ouvrier, dont on craignait la puissance, que l’on s’efforçait d’isoler et de surveiller militairement, mais qui dominait la ville, et échappait presque totalement au contrôle des autorités.

Maintenir l’ordre dans la rue

21Une agglomération de cette taille, que deux insurrections avaient rendue célèbre dans toute l’Europe, posait évidemment de très délicats problèmes de police. Or celle-ci était manifestement mal faite : l’insuffisance des effectifs et des hommes, et une organisation déplorable n’étaient sans doute pas propres à Lyon, mais dans aucune ville française ces défauts n’apparaissaient de façon aussi criante.

  • 48 Annuaire départemental pour 1847, p. 181.
  • 49 Nizier du Puitspelu, op. cit., p. 52.

22L’ordre public étant officiellement du ressort des municipalités, il existait à Lyon une garde municipale comprenant, sous les ordres d’un inspecteur et de deux sous-inspecteurs, un sergent-major, six sergents, dix-huit brigadiers, quatre-vingt-onze surveillants et trente surnuméraires48. Cent cinquante agents pour une population dépassant 180 000 personnes, soit un « romain » pour douze cents habitants... Ajoutons que la police qu’ils exerçaient était fort débonnaire : « c’était comme qui dirait les gardes champêtres de la ville49...» ; connus de tous, vivant avec leur famille dans leur quartier, ils n’en imposaient guère à leurs concitoyens.

  • 50 A.D.R., 4 M 92, 18. 02. 1847.
  • 51 A.M.L., Croix-Rousse, I2, police 1790-1851. Commissaire de police au maire, 19. 09. 1839.
  • 52 Lettre au préfet du commissaire de la Croix-Rousse, révoqué après les troubles de septembre 1847, (...)

23La situation était pire encore dans les villes suburbaines : le commissaire de police de Vaise disposait de deux agents50 ; celui de la Croix-Rousse de cinq... Même pour assurer l’ordre sur les marchés, réprimer les infractions aux règles de la circulation et obtenir que les cafés ferment à l’heure dite, c’était insuffisant51... Comment faire alors en cas d’urgence ? Le renfort de la gendarmerie locale, un brigadier, quatre ou cinq gendarmes, était d’un maigre recours... Face à la foule ameutée contre un boulanger ou entre deux groupes de compagnons rivaux, le commissaire de police, seul ou accompagné d’un garde, en était réduit à parlementer en attendant d’hypothétiques renforts, et souvent à céder, à relâcher l’individu qu’il avait voulu arrêter pour faire la preuve de son autorité... ce que ses supérieurs ne manqueraient pas de lui reprocher par la suite52.

  • 53 Ses rapports quotidiens (A.D.R., 4 M 90 et suiv.) vantent trop fréquemment ses succès pour que l’e (...)

24Quant à la police de sûreté, dépendant à la fois du maire de Lyon et du préfet du Rhône, elle avait pour tâche principale la lutte contre la délinquance et la criminalité, ce qu’elle fait bien à en croire son chef, le commissaire central53. Mais elle devait également prêter main-forte à la police municipale en cas d’incident, et remplir tant bien que mal son rôle de police politique. Là encore, on manque de moyens : une cinquantaine d’hommes répartis entre le commissariat central et une douzaine de commissariats, dont les responsables manifestent aux yeux de leur supérieur hiérarchique une alarmante indépendance. Mais la faiblesse la plus grave de cette police de sûreté est de ne pouvoir agir sur le territoire des villes suburbaines, asiles des malfaiteurs véritables, des organisations compagnonniques ou des sociétés secrètes...

  • 54 F. Rude voit dans la pénurie d’armes l’explication principale de la faiblesse numérique des insurg (...)

25La police de l’agglomération était donc divisée en de nombreux corps rivaux, de capacités assez diverses, et dont les effectifs étaient de toute manière insuffisants. Il n’y a là rien de surprenant, et la police parisienne de la même époque présentait semblable mosaïque. Mais à Lyon, les responsables du maintien de l’ordre ne pouvaient pas compter sur la force supplétive essentielle que constituait la Garde nationale. Les gardes nationales de l’agglomération avaient été en effet dissoutes en 1831, et l’on s’était bien gardé de les reconstituer depuis. Car les armes des légions des communes suburbaines et de certaines unités de la métropole avaient été celles de l’insurrection, et celles des quartiers bourgeois s’étaient révélées, une fois l’émeute déclenchée, fort pusillanimes dans le meilleur des cas (les gardes nationaux ne répondant pas au rappel, cachant leur uniforme, et cédant parfois leur fusil à la réquisition des insurgés), et au pire, aveuglément téméraires (la fusillade du pied de la Grande Côte, le 21 novembre 1831). La seconde insurrection avait ensuite surabondamment prouvé la sagesse de la mesure : malgré le petit nombre d’armes dont disposaient les insurgés, il fallut aux vingt mille soldats une semaine de combats acharnés pour en venir à bout54.

  • 55 Par exemple, A.D.R., 4 M 92 (16. 08. 1846) ; 4 M 93 (28. 03. 1847).
  • 56 Deux régiments d’infanterie légère, deux de ligne, un d’artillerie, et quelques escadrons de hussa (...)
  • 57 Ce qui alimente les craintes en période de tension, ainsi à la veille de la révolution parisienne. (...)

26La conséquence en est simple : comme les effectifs de la garde municipale ne suffisent souvent pas à maintenir ou rétablir l’ordre, même lors de rixes entre devoirs rivaux55, il faut faire immédiatement appel à l’armée. Cinq régiments, soit plus de dix mille hommes, sont le rempart de la propriété des fabricants et des possédants lyonnais contre la subversion et les quartiers ouvriers56. Nul ne l’ignore, ni les fabricants, traumatisés par les deux insurrections, ni les ouvriers, qui savent qu’ils ne pourraient l’emporter qu’à la condition de neutraliser l’armée, ou tout au moins de s’emparer des forts et des casernes. Tous les lundis, une partie des troupes de la garnison défile sur la place Bellecour57.

Notes

1 Jean-François Terme, médecin, fut maire de Lyon à partir de 1840, et député du Rhône de 1842 à sa mort en décembre 1847.

2 Chambet aîné, Nouveau guide pittoresque de l’étranger à Lyon, Paris-Lyon, 1853, p.178.

3 Pour l’ensemble de ce chapitre, voir les cartes 1 et 2, Lyon à la fin de la Monarchie de Juillet.

4 À preuve l’incident suivant, qui scandalisa l’opinion bourgeoise : au mois de septembre 1848, un contrebandier célèbre, Pierre Prost, dit Cheval-Gris, fut tué dans l’exercice de son activité. La population de la Croix-Rousse, et notamment le corps des Voraces auquel il avait appartenu, lui fit des funérailles solennelles, huit tambours en tête. Gazette de Lyon, 21. 09. 1848, et com. central, in A.D.R. 4M 96.

5 Flora Tristan, Le tour de France, journal inédit, 1843-1844, Paris, 1973 p. 90 ; J.-F. Bunel, Tableau historique, administratif et industriel de la ville de la Croix-Rousse, La Croix-Rousse, 1842, p. 15.

6 Haussmann, cité dans G. Duby, (dir.) Histoire de la France urbaine, t. iv, p. 169 (à propos de Paris).

7 Th. Ogier, La France par cantons et par communes, département du Rhône, arrondissement de Lyon, Lyon ancien et moderne, Lyon, s.d. (1852), p. 469.

8 Annuaire de Lyon et du département du Rhône pour 1849, pp. 76-77.

9 Mémoires d’un touriste, Paris, (Maspéro), 1981, t. 1, p. 146.

10 Annuaire de Lyon... pour 1849, pp. 76-77.

11 Nizier du Puitspelu, (Clair Tisseur, dit), Les vieilleries lyonnaises, (3e éd.), Lyon, 1927, p. 170.

12 Annuaire de Lyon et du département du Rhône, année 1849, p. 78.

13 Th. Ogier, op. cit., (1852), p. 365.

14 Liste et adresses dans l’Annuaire du Rhône pour 1847.

15 Ce nom désignait les membres du corps de métier, chargé d’assurer le halage des bateaux dans la traversée de Lyon, à la remontée.

16 J. Lyons, Nouveau guide de l’étranger à Lyon, Lyon, (4e éd., 1838) p. 209 ; et\Annuaire du département pour 1849.

17 Sur les menaces ayant pesé sur elle, F. Rude, L’insurrection lyonnaise p. 399. La ville ne comptait alors que deux autres statues, celle de Jacquard, place Sathonay, et celle de Jean Kléberger, dit « l’homme de la Roche », quai de Bourgneuf.

18 A. Combe et G. Charavay, Guide de l’étranger à Lyon, Lyon, 1847, p. 61.

19 Th. Ogier, op. cit., p. 509-10, avec la description des différents services abrités par l’Hôtel de Ville.

20 A.M.L., série Q, liasses non cotées. Même pour les sociétés les plus nombreuses, l’assiduité était remarquable, presque toujours plus des trois quarts des adhérents.

21 Fl. Tristan, op. cit., p. 65. « il est fortifié par de hautes grilles en fer - toutes les croisées sont bardées de barreaux de fer, les grands escaliers en défendent l’abord et pourraient au besoin servir de bastions ».

22 On se rassemblait parfois devant les boulangeries, mais plutôt pour fraude sur la qualité. Un début d’émeute pour délivrer un prisonnier in A.D.R., 4M 91, 16. 06. 1846.

23 F. Linossier, Bluettes et croquis lyonnais, Paris & Lyon, 1868, p. 72.

24 Celle-ci avait été au cœur des combats d’avril 1834, et l’armée s’y était atrocement illustrée en massacrant des blessés dans l’église Saint Bonaventure même. « Chaque année au mois d’avril, un prêtre dit une messe pour les morts. Il ne mêle aucun nom à ses prières ; mais on pourrait voir dans le fond d’une chapelle de pauvres mères qui pleurent et des amis qui se recueillent » (Th. Ogier, op. cit., pp. 491-2).

25 Sans faculté de droit, ni de médecine, Lyon n’avait qu’une école vétérinaire, aux limites de Vaise et une école de médecine, rue de la Barre.

26 Th. Ogier, op. cit., pp. 537-38.

27 F. Linossier et F. Cajani, Les mystères de Lyon. Histoire anecdotique, politique et philosophique de la ville de Lyon, Lyon, 1852-54, t. 1, pp. 125-134.

28 F. Z. Collombet, (Revue du Lyonnais, XII, 1840, « Inauguration de la statue de Jacquard »), déplore la froideur de la cérémonie, et la laideur de la statue.

29 La population intra-muros passe de 109 500 à 177 965 entre 1801 et 1846 (Ch. Pouthas, La population française..., p. 101).

30 Y. Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise, note 151 du chapitre 1 (t. 1, p. 281).

31 Pour La Guillotière et Vaise, voir Y. Lequin, op. cit., t. 1, pp. 27-42 ; pour Perruche, ajouter Th. Ogier, op. cit., p. 392, Combe et Charavay, op. cit., pp. 29 sqq.

32 Combe et Charavay, op. cit., p. 37.

33 Th. Ogier, op. cit., p. 393.

34 À la fin de la Monarchie de Juillet la place du Pont était le cœur d’un véritable « triangle du crime » (A. Chassin, maîtrise citée dans Y. Lequin, op. cit., t. 1, p. 329, note 45.) Flora Tristan, qui avait pourtant vu des quartiers homologues de Londres, fut horrifiée par les maisons de prostitution de la Guillotière.

35 Flora Tristan, op. cit., pp. 87-90.

36 Ils pouvaient servir à des fins plus subversives : ainsi un banquet de « communistes » à Sainte-Foy, le dimanche 29 août 1847 (A.D.R., 4 M 94) auquel participaient « deux cents personnes environ, hommes, femmes et enfants ». Cf. les remarques de M. Agulhon sur une double sociabilité ouvrière, celle du dimanche, familiale, complétant celle des soirs de semaine, masculine, qui se tiendrait dans des cabarets intra-muros (« Sociabilité populaire et sociabilité bourgeoise au xixe siècle », p. 86).

37 Chambet, op. cit., pp. 196-97.

38 Combe & Charavay, op. cit., p. 272.

39 Auparavant, on ne trouve guère mentionnée que la salle de la Loterie (quinze cents personnes). En juin 1831, devant l’afflux d’auditeurs, les premiers prédicateurs saint-simoniens durent se transporter au Cirque des Brotteaux, deux fois plus vaste, mais à ciel ouvert. Cf. F. Rude, Les révoltes des canuts, p. 24.

40 A.D.R., 4 M 94, com. central, 23. 11. 1847.

41 M. Agulhon, loc. cit., p. 84, fait remarquer qu’il n’y a guère de groupe ou d’association durable et cohérent sans lieu de réunion propre. Aucune difficulté pour les classes aisées, le plus souvent grandement logées ; en revanche, « la sociabilité populaire sera dirigée vers le lieu public en pensant surtout que ça va être le cabaret ».

42 Le passage d’une activité à l’autre peut ne réclamer ni changement de lieu, ni changement d’organisation : Flora Tristan assiste ainsi au bal des tailleurs de pierre, à la Rotonde, le 16 mai 1844 (Le tour de France, p. 78).

43 Par pleinement urbaine, je reprends la définition de la ville actuelle par le sociologue Ulf Hannerz (Explorer la ville. « une ville est un lieu où des inconnus se rencontrent »). En ce sens, les villes d’avant l’urbanisation du xixe siècle n’étaient que de grands villages, ou du moins la juxtaposition de quartiers-villages, comme par exemple la Croix-Rousse.

44 J.-F. Bunel, op. cit., pp. 31-32 et p. 52.

45 L.-R.Villermé, Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie, Paris, 1840, t. 1, p. 375 (mars 1835) et A. Audiganne, Les populations ouvrières et les industries de la France, Paris, 1854, t. 1, p. 232 sqq. (en 1850).

46 Audiganne, op. cit. p. 235.

47 A.M.L., Croix Rousse, I2, police 1790-1851. Commissaire de police au maire, 19. 09.1839.

48 Annuaire départemental pour 1847, p. 181.

49 Nizier du Puitspelu, op. cit., p. 52.

50 A.D.R., 4 M 92, 18. 02. 1847.

51 A.M.L., Croix-Rousse, I2, police 1790-1851. Commissaire de police au maire, 19. 09. 1839.

52 Lettre au préfet du commissaire de la Croix-Rousse, révoqué après les troubles de septembre 1847, pour ses concessions aux trois mille émeutiers à qui il ne pouvait opposer qu’une vingtaine d’hommes. A.M.L., Croix-Rousse, I2, police 1790-1851.

53 Ses rapports quotidiens (A.D.R., 4 M 90 et suiv.) vantent trop fréquemment ses succès pour que l’efficacité de sa police ait été indiscutée.

54 F. Rude voit dans la pénurie d’armes l’explication principale de la faiblesse numérique des insurgés (environ un millier de combattants ; Les révoltes des canuts, p. 170 et 172).

55 Par exemple, A.D.R., 4 M 92 (16. 08. 1846) ; 4 M 93 (28. 03. 1847).

56 Deux régiments d’infanterie légère, deux de ligne, un d’artillerie, et quelques escadrons de hussards ou de dragons... mais toutes les unités ne sont sans doute pas au complet. Cf. P. Montagne, Le comportement politique de l’armée à Lyon..., p. 211.

57 Ce qui alimente les craintes en période de tension, ainsi à la veille de la révolution parisienne... (A.D.R., 4M 95, 21. 02. 1848).

Table des illustrations

Titre Carte 1. Lyon à la fin de la Monarchie de Juillet (faubourgs et axes de communications)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16992/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Carte 2. Lyon à la fin de la Monarchie de Juillet (places et monuments)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16992/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 173k

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search