Version classiqueVersion mobile

Les Chemins de la manifestation

 | 
Vincent Robert

Introduction

Texte intégral

  • 1 Mona Ozouf, à peu près seule à en avoir fait une étude systématique, note que les cortèges des fêt (...)

1Les cortèges ne sont qu’à peine un objet historique, et guère plus pour l’anthropologie1. C’est qu’ils n’apparaissent que furtivement, au détour d’une description ou d’un rapport de police. Et pourtant, villes et campagnes du siècle dernier en étaient continuellement parcourues, par les routes et les chemins, dans les rues et sur les places. Que ce soit au premier sens que Littré reprend de Furetière, « suite de personnes qui en accompagnent une autre pour lui faire honneur dans une cérémonie », ou au second, moins fort, et plus récent, « réunion de personnes qui marchent en cérémonie », puis par extension, « toute suite nombreuse de personnes », les cortèges, quasi quotidiens, innombrables, étaient donc jugés insignifiants. Le spectacle des plus étranges peut-être d’entre eux, les conduites compagnonniques, n’avait jamais été décrit avec quelque détail avant Agricol Perdiguier ; sans doute même n’avait-il jamais attiré l’attention des observateurs... Que dire alors de cortèges banals, convois funéraires, promenades de conscrits ou de vogueurs, ou encore, plus tard dans le siècle, défilés de sociétés sportives ou d’anciens d’un régiment ?

  • 2 L. Marin, « Une mise en signification de l’espace social... », p. 13 parle des cortèges comme d’un (...)

2Pourtant, à l’analyse, les divers types de cortège présentent des caractères communs qui en font des objets d’une particulière complexité2, tout en dévoilant des pans de la réalité sociale tus ou du moins laissés dans l’ombre par d’autres pratiques mieux connues. On peut en effet étudier les cortèges suivant plusieurs axes concurrents mais simultanés : un cortège est d’abord la constitution et l’affirmation visible d’un groupe, que ce groupe soit ou non préexistant. À ce titre, il nous renseigne sur ce groupe, sur l’image que celui-ci donne et veut donner de lui-même, sur ses clivages et sur ses hiérarchies internes ; il peut également nous renseigner sur les rapports qu’entretient le groupe avec la société qui l’entoure, celle qui le regarde défiler. En deuxième lieu, le cortège, par son parcours, définit un ordre des espaces : il choisit certains itinéraires, en ignore d’autres, relie un point de départ à un point d’arrivée, en passant par des lieux qui ne sont probablement pas insignifiants ; il dessine une figure dans l’espace : trajets simples, en aller-retour, en boucle, ou convergeant en étoile vers un centre. Enfin, il est la marque et l’expression visible d’un temps propre : s’il y a des cortèges qui s’inscrivent dans un temps répétitif – ceux-là se reproduisent d’année en année, parfois plusieurs fois l’an –, d’autres doivent signifier une rupture dans la chaîne des temps, marquer l’événement exceptionnel. Peu d’objets, donc, comme celui-ci, pourraient prétendre pour nos sociétés à la dignité de « fait social total » ; ou tout au moins pourraient éclairer d’un jour si vif des domaines habituellement ou séparés, ou négligés. Histoire sociale, histoire de la sociabilité, dans la mesure où ce sont des groupes sociaux formels (confréries, associations, membres de telle ou telle institution...) ou informels (parents et amis, habitants d’un quartier, gens de même métier, d’une même classe... ou de même opinion), que le cortège met en scène ou même constitue devant un public, une fraction de la société, voire celle-ci toute entière. Une histoire des lieux, et de leur usage social, soit donc une histoire du rapport des groupes sociaux à l’espace dans lequel ils vivent ; ce qui suppose que celui-ci soit mieux connu, non seulement dans ses valeurs symboliques, mais même dans sa configuration matérielle. Une histoire des temps qui s’entrecroisent, temps cycliques du calendrier ou des générations, temps de l’histoire, de la politique et du pouvoir, temps de la mémoire enfin, puisque les cortèges ne tardent guère à prendre, s’ils ne l’ont déjà, un caractère rituel, qui est, au reste, le plus fort obstacle à la connaissance que nous souhaiterions en avoir.

3Processions de la Fête-Dieu, pèlerinages, cortèges compagnonniques, retraites militaires, défilés de gymnastes, d’enfants des écoles ou d’anciens combattants, cortèges officiels ou présidentiels, convois d’enterrement, manifestations de rue... autant de cortèges, mais inégalement repérables, décrits, lisibles dans nos sources ; phénomènes au surplus bien hétérogènes, ayant apparemment fort peu de choses en commun. Le risque apparaît donc grand de voir la recherche s’égailler, sans qu’au total en ressorte autre chose qu’un simple tableau des différents types de cortèges, dont l’intérêt ethnologique ne serait peut-être pas négligeable, mais auquel manquerait la dimension historique. Pour tenter d’y obvier, le choix a été fait d’une question centrale, destinée à servir de fil conducteur, dont l’importance m’est apparue de plus en plus nettement au fil de la recherche et pour laquelle les sources sont plus abondantes, quoique tout aussi dispersées : cette question est celle de l’origine de la manifestation.

  • 3 Dans son Histoire de la Révolution française, Michelet ne s’en sert ni pour la manifestation du Ch (...)

4Le mot lui-même n’appartient au vocabulaire politique courant que depuis un peu plus d’un siècle : les deux premiers dictionnaires à lui donner une acception politique sont ceux de Littré (1863) et de Larousse (1873). Le premier le définit comme : « mouvement populaire, rassemblement destiné à manifester quelque intention politique. Manifestation pacifique » ; le second, plus précis, mais moins concret dans sa définition (« démonstration publique, collective, expression publique d’une opinion, d’un vœu ») donne pour exemple « faire une manifestation en faveur de la Pologne » et une phrase de Proudhon. Les dictionnaires ne font que consacrer l’usage, avec plus ou moins de retard : le mot était déjà utilisé couramment en 1848, et « manifestant » est attesté l’année suivante, encore chez Proudhon. En revanche, des sondages pratiqués dans la presse de la Monarchie de Juillet, dans les écrits d’hommes politiques ou d’historiens de cette époque3 semblent indiquer que l’on ne peut guère dater d’avant 1840 l’apparition du terme manifestation, employé absolument et sans le complément auparavant indispensable : manifestation de joie, d’inquiétude ou « d’opinion ». Encore convient-il de souligner que le terme n’est alors absolument pas univoque : ce qui est désigné est le fait de manifester pacifiquement son opinion en dehors des cadres politiques légitimes ; la manière importe peu. Signer une pétition, organiser un banquet ou illuminer sa fenêtre à l’annonce d’un quelconque événement sont également des manifestations. Aujourd’hui, en revanche, si le mot peut renvoyer à plusieurs formes d’action, l’une d’elles est clairement privilégiée : un cortège dans les rues d’une ville, afin d’exprimer un vœu ou de manifester une opinion. C’est de celle-ci que nous nous occuperons essentiellement.

  • 4 Le livre pionnier de René Rémond, La vie politique en France, parut en 1969. Mais, limité à la pér (...)
  • 5 L’ouvrage dirigé par P. Favre, La manifestation ne date que de 1990... Même pour les manifestation (...)
  • 6 Histoire de la France urbaine, t. 4, p. 564-5.
  • 7 Ibid., p. 614 et 618.
  • 8 L’essentiel des travaux de Tilly est consacré à ces problèmes. Voir en français La France conteste(...)
  • 9 Mais ce qui est désigné par défilé, manifestation ou rassemblement n’est pas précisément explicité (...)

5De cette forme d’expression politique d’une immédiate évidence à nos yeux, à laquelle recourent aujourd’hui les groupes sociaux et politiques les plus divers, nous savons au fond fort peu de chose. En France, l’histoire politique a longtemps privilégié le récit, héroïque et fondateur, et négligé l’analyse historique des formes de la vie politique, pour laquelle il lui fallait prendre en compte les apports d’autres sciences sociales plus récentes, et traitant d’objets moins nobles telles que la sociologie, les sciences politiques ou l’ethnologie4. Aussi, il y a peu encore, n’existait-il aucun ouvrage spécifiquement consacré aux manifestations, et la bibliographie en la matière reste pauvre, même pour des épisodes de l’histoire la plus récente5. Autant dire qu’à propos du XIXe siècle, seules quelques pistes ont été tracées, et ce principalement par deux auteurs, Maurice Agulhon et Charles Tilly. Le premier, s’attachant à décrire, dans sa contribution à l’Histoire de la France urbaine, les formes particulières que prend la vie politique dans les villes, petites ou grandes, rencontre la manifestation à deux reprises ; sous les monarchies censitaires de la première moitié du XIXe siècle, pour marquer combien elle est peu dégagée de l’enterrement politique, et combien elle est fragile, puisque virant si facilement à l’émeute et à la barricade. Car il y avait alors, nous dit-il, « peu de chose (entre) deux voies en principe contradictoires, et en fait alternantes, la révolte et l’élection6 » ;’puis au tournant du siècle, comme l’une des formes de participation à une campagne d’opinion, la troisième par ordre d’importance, après « la réunion publique (en lieu généralement clos), le grand meeting (de plein air) ». Retenons-en donc deux points essentiels ; le premier est le caractère nettement urbain de la manifestation : ce sont les villes du Languedoc que les vignerons de 1907 choisissent comme cadre de leurs démonstrations, et c’est sur des éléments empruntés à la géographie symbolique de la ville qu’elle joue : « la statue de Barbès est tout aussi indispensable aux démocrates de Carcassonne que la colonne de la Bastille à ceux de Paris7 ». Le second est l’opposition entre deux mondes, séparés par une soixantaine d’années : l’avant 1848 où la manifestation n’est pas un mode d’expression normal et reconnu de la vie politique, une Belle Époque où elle l’est. Venu de plus loin, puisque son analyse couvre quatre siècles de « protestation populaire », du dix-septième siècle à nos jours, et un cadre géographique plus large, l’ensemble de l’Europe occidentale, le sociologue et historien Charles Tilly a voulu prendre en compte l’ensemble des moyens d’expression « politiques » à la disposition des populations8 ; il distingue ainsi deux grands « répertoires », l’un caractéristique des sociétés d’Ancien Régime, l’autre des sociétés d’après la Révolution industrielle. Tous deux comprennent un certain nombre de formes d’action déterminées, connues aussi bien des agents du pouvoir que des participants, par exemple les charivaris, émeutes de subsistances, sac et destruction de maisons privées, ou encore actes de justice populaire pour le répertoire d’Ancien Régime ; les formes d’action d’un même répertoire possèdent des caractéristiques communes qui s’opposent à celles de l’autre, le premier répertoire étant globalement communal dans son cadre d’action et patronné, c’est à dire placé sous des protections puissantes ou des sauvegardes traditionnelles, le second au contraire national et autonome. Manifestation et défilé figurent dans ce deuxième répertoire, qui est encore le nôtre, et dont Tilly voit les éléments se mettre en place peu à peu depuis l’époque de la Révolution française jusque vers le milieu du dix-neuvième siècle9. Selon lui, la modernisation décisive du « répertoire de l’action collective », avec l’apparition des manifestations, date des années 1848-52, du temps de la deuxième République.

  • 10 Les autres formes de l’action collective (charivaris ou clubs de 1848 ; rassemblements devant les (...)

6On voit donc quels sont les traits communs de ces deux visions : deux modèles de vie politique, dont le premier connaît à peine la manifestation, ou de façon exceptionnelle, entre le vote et la barricade, et le second l’intègre parfaitement, à côté de l’exercice du suffrage ; l’idée qu’avant 1848 on est encore dans le premier de ces mondes, qu’en 1914 on est certes dans le second. La tâche que nous nous proposons n’est pas de remettre en cause cette opposition, mais d’étudier, à partir d’un exemple précis et pour la période de transition entre ces deux modèles, comment s’opère cette transition, et donc comment la manifestation en vint à faire partie du répertoire usuel de la vie politique et sociale, comment une forme particulière de manifestation, confondue avant 1848 avec bien d’autres qui nous sont aujourd’hui exotiques, prit une sorte de prééminence10.

  • 11 En attendant la publication de la thèse de Danielle Tartakowsky, sur les manifestations au XXe siè (...)
  • 12 Penser aux déboires de pays du Tiers monde, notamment africains, à vouloir copier les systèmes pol (...)

7Deux approches des origines de la manifestation sont théoriquement concevables. La première la verrait comme un phénomène politique sui generis, qui naquit un jour en un lieu précis, à définir, et se diffusa ensuite par un phénomène de contagion, dont il suffirait de marquer les étapes et si possible les vecteurs. Le cadre d’une telle étude, qui reste à faire, ne saurait être que national et sa réalisation exigeait un temps dont je ne disposais pas11. Je ne pense cependant pas qu’il y ait lieu de le regretter, dans la mesure où le moteur du changement proposé serait la simple imitation : or, l’étude de très nombreux changements sociaux a démontré que l’imitation ne peut être un facteur de modernisation que dans des circonstances extrêmement particulières, qui rendent possible la réussite de l’acclimatation d’un procédé technique, d’une forme d’organisation ou, dans le cas qui nous occupe, d’un type d’action collective12. Nous rencontrerons des cas d’imitation de modèles parisiens, ou étrangers, c’est bien évident, mais ils ne peuvent prendre que si le terreau est le même – et rien n’autorise à dire que ce sera toujours le cas.

  • 13 Cf. les travaux de Cl. Geertz, en particulier « Jeu d’enfer. Note sur le combat de coqs balinais » (...)
  • 14 Cf. Paul Nizan, Antoine Bloyé (Périgueux vers 1907) et Le cheval de Troie, et les remarques d’A. P (...)

8Sans être absolument contradictoire, la seconde approche, qui consiste à partir des multiples formes de cortèges que l’on pouvait rencontrer dans une grande ville, Lyon en l’occurrence, pour dégager à la fois l’originalité et les origines des manifestations de me, présente des avantages non négligeables. D’une part, on échappe assez largement à l’irritant et vain problème de la datation de la première manifestation. D’autre part, on déplace la problématique de l’imitation de manière à prendre en compte le « terreau », le tissu social, associatif de la communauté étudiée, la topographie et la symbolique de la ville, essentielle à notre sens. De la même manière que l’on a cherché, depuis une vingtaine d’années, à trouver dans des formes de sociabilité non politique, les pratiques de la réunion, occasionnelle ou régulière, qui ont pu donner naissance aux partis politiques « modernes », tels qu’on les voit se dessiner en 1848, et plus encore, après 1870 ; de la même façon que certains anthropologues, notamment Clifford Geertz, ont pu chercher dans une activité en apparence très éloignée de la politique et des conflits sociaux un modèle de comportement qui, transposé au monde politique, pourrait en expliquer certaines formes paroxystiques13, l’hypothèse qui a sous-tendu ce travail était que l’on pouvait rechercher les origines de la manifestation, non dans les phénomènes purement politiques, mais dans cette poussière de faits, de micro-événements à peine mentionnés dans les archives locales, et jamais dans les archives nationales. De ce point de vue, le choix de Lyon est apparu à l’usage comme un compromis heureux. Comme ce n’est pas la capitale, il est possible d’avoir une vue à peu près complète des différents quartiers, des différents événements sans dépouillements démesurés ; en outre, l’activité politique, non moins intense, y est d’un enjeu moindre, et l’attitude des autorités sera sans doute plus souple et plus tolérante, tout au moins sous la Troisième République. Mais il s’agit tout de même d’une grande ville : dans beaucoup de petites, il a fallu attendre l’extrême fin de la Belle Époque, sinon les années 30, pour voir de véritables manifestations14 alors qu’ici on en rencontre très tôt, assez fréquentes pour que leur comparaison ait un sens, pouvant jouer d’une symbolique complexe de l’espace urbain et de la diversité des parcours qu’il autorise, de telle manière que puisse se constituer une tradition locale. En outre la population est assez nombreuse pour que des groupes et associations très divers puissent se côtoyer, et que la police ait besoin de les surveiller attentivement...

  • 15 M. Ozouf, art. cit., p. 54.

9Un risque existe cependant : celui de séparer à l’excès l’évolution lyonnaise de celle de la vie politique nationale, c’est à dire largement, mais pas uniquement parisienne ; et d’arriver à donner au cas lyonnais une valeur d’exemplarité quand il n’y a que singularité. Ce risque est pris consciemment. Cependant, pour plagier une formule célèbre de Marx, nous dirons que si les citoyens manifestent, ils ne le font pas arbitrairement, dans les conditions choisies par eux, mais dans des conditions directement données et héritées du passé ; il faudra donc examiner ces conditions pour distinguer, d’une part, celles qui manifestent une relative permanence, de celles qui sont passagères, voire éphémères ; d’autre part, celles qui tiennent aux caractéristiques nationales de la vie politique et sociale, de celles qui sont proprement lyonnaises. Durable et fondamentale, bien que fort discrète, l’influence du cadre urbain, la topographie de la cité, la trame des rues : car comme l’écrivait non sans ironie Mona Ozouf, « la forme d’une ville change malgré tout moins vite que le cœur des mortels15 »... Ephémère et locale, par exemple, l’action répressive du préfet Ducros aux temps de l’ordre moral, ou l’attitude d’Edouard Herriot vis à vis des grèves ; mais le premier est l’instrument trop zélé d’une politique nationale, quand le second dispose de davantage d’autonomie. Les unes et les autres seront donc examinées en leur temps et lieu.

  • 16 C’est très clair chez M. Agulhon, moins chez Ch. Tilly, surtout dans son dernier livre sur le suje (...)

10Dès lors nous restent à dégager pour le moment les caractéristiques nationales durables de la vie politique qui peuvent influer sur la pratique de la manifestation. L’établissement définitif du suffrage universel masculin en est une. Si Charles Tilly et Maurice Agulhon s’accordent à caractériser clairement un « avant 1848 », et à l’opposer à un « après 1848 », c’est évidemment pour des raisons politiques16. À partir de ce moment, tous les citoyens – pas les citoyennes – ont un droit égal à participer à la vie politique ; mais cette participation doit être pacifique ; et quelles que soient les velléités conservatrices de revenir sur le droit de suffrage, ou les tentatives révolutionnaires d’en anticiper les effets, ce fait essentiel est acquis. Or une manifestation est avant tout une mise en scène pacifique du nombre ; elle ne prend tout son sens que si le nombre a un poids politique propre, ce qui n’était pas le cas en temps ordinaire avant 1848. C’est de ce temps donc que date l’existence d’une vie politique nationale, ce que l’on a appelé l’ère des masses, et non de la fin du siècle, comme l’ont cru les théoriciens de « l’âge des foules ».

11Le second élément durable est moins connu et sa permanence peut paraître contingente : ce sont les lois qui définissent un ordre public, veillent à son maintien, qui constituent en somme le cadre légal de l’activité manifestante. Or, curieusement, ce cadre légal demeure pratiquement inchangé tout au long de notre période, et au-delà ; et le mot manifestation n’y figure pas plus que le mot cortège. Au regard de la loi, n’existaient sur la voie publique que deux choses : des cérémonies extérieures des cultes, en fait du culte catholique exclusivement, et des « attroupements », sous haute surveillance.

  • 17 Sous la Monarchie de Juillet, les enterrements religieux ne sont pas compris dans les cérémonies e (...)
  • 18 J. Maurain, La politique ecclésiastique du Second Empire, pp. 66-68.

12La définition des premières est assez simple, et ne prête guère à discussion : en ville, il s’agit essentiellement des processions17. Jusqu’à la séparation de l’Église et de l’État, elles sont régies par la législation napoléonienne des articles organiques, soit l’article 45 de la loi de Germinal An X, qui les interdisait dans les localités où il existait des communautés d’une autre religion ; en fait, l’interprétation qui en fut donnée par les régimes successifs était que cette loi permettait aux autorités de les interdire, pour autant que ce fut dans l’intention d’éviter les troubles de l’ordre public ; et la définition des conditions nécessaires pour que l’on considérât qu’il existait des communautés d’une autre religion était singulièrement restrictive18. Les cérémonies extérieures du culte catholique, en principe interdites dans beaucoup de villes, étaient donc généralement tolérées ; et une grande latitude était souvent laissée aux autorités municipales ou au préfet. Beau prétexte à d’innombrables conflits locaux, par conséquent, et bon révélateur des tendances profondes d’une municipalité ou d’un administrateur, mais aussi sans doute de l’opinion. Plus profondément, ce texte de loi manifeste la méfiance post-révolutionnaire à l’égard de tout ce qui a pour théâtre la voie publique, et qui risque d’être occasion de désordre.

  • 19 Sur cette loi, abrogée en 1960, G. Carrot, Le maintien de l’ordre... pp. 487-88, et Ch. Seignobos, (...)

13Même méfiance à propos des attroupements, qui se traduit dans la législation par un même pouvoir, quasi discrétionnaire, conféré aux autorités. Comme la loi du 10 avril 1831 qu’elle remplace, celle du 7 juin 1848 est marquée par le souci de faire renaître l’ordre et la tranquillité après une période révolutionnaire que les nouveaux pouvoirs entendaient clore : ce fut la « première loi de répression » depuis la Révolution de février. Apparemment simple texte de circonstance, permettant de disperser les attroupements quotidiens d’ouvriers désœuvrés sur les boulevards parisiens, cette loi demeura en vigueur jusqu’en... 1914, et même au-delà19. Participer à un attroupement désarmé n’est pas un délit, mais qu’un magistrat ou officier civil chargé de la police judiciaire estime que l’attroupement est de nature à troubler la tranquillité publique (même sans la troubler effectivement), et il faudra se disperser sans délai. Faute de quoi, après trois sommations précédées d’un roulement de tambour, l’usage de la force devient possible, et les partipants pourront être condamnés à des peines de prison allant jusqu’à deux ans. Quant aux attroupements armés, ils sont totalement interdits, et doivent se disperser immédiatement ; les porteurs d’armes apparentes ou cachées sont dès lors passibles de prison. Si la dispersion tarde, en particulier de nuit, et plus encore s’il faut utiliser la force ou s’il a été fait usage d’armes, les peines encourues peuvent atteindre cinq, voire dix ans d’emprisonnement. Plus rigoureuse encore que le régime de Juillet, traumatisée par le souvenir de la « journée » du 15 mai précédent, l’Assemblée nationale qui votait cette loi reconnaissait d’autant moins le droit de manifester sur la voie publique que, d’une part, il était à peu près impossible à un manifestant de savoir si l’attroupement auquel il participait était ou non armé (il était considéré comme tel si une personne portait des armes apparentes, ou plusieurs des armes cachées) et que, d’autre part, la provocation à attroupement, par discours ou par écrits, même non suivie d’effets, était elle-même passible de prison.

  • 20 Les commissaires de police, peu avant les journées des 10 et 24 février 1889, s’efforcèrent d’étab (...)
  • 21 C’est pourquoi l’on peut citer des textes de 1848, de 1890 ou même de la Belle Epoque, qui défende (...)

14Il ne convient pas d’exagérer l’importance de ce texte de loi, passée la crise révolutionnaire de 1848. L’Empire disposait de bien d’autres moyens de dissuader d’éventuels protestataires ; et dans leur sévérité, ses dispositions restaient difficilement applicables en temps normal, et sous un gouvernement républicain. Elles n’en subsistèrent pas moins et, en cas de troubles sérieux, continuèrent à peser comme une épée de Damoclès sur les organisateurs et les manifestants20. Leur non-abrogation signifie sans doute aussi que jamais, avant 1914, la République ne reconnut le droit des citoyens à la rue, revendiqué pourtant par les radicaux, puis par les socialistes, qui alléguaient la tolérance dont les manifestations bénéficiaient dans les monarchies voisines, britannique et belge. Rien n’y fit : jusqu’à la Grande Guerre, descendre dans la rue pour manifester resta en France un acte aux marges de la légalité, une simple tolérance21.

15La conséquence pour notre sujet en est simple : tous les événements que nous rapporterons se déroulent en fait dans une zone juridiquement imprécise, où l’attitude des pouvoirs publics et des forces de l’ordre, d’une part, celle des organisateurs – s’il y en a – et des manifestants, celle enfin des témoins et de la presse est fonction du contexte politique particulier, de rapports de force, et d’une tradition que les manifestations successives elles-mêmes contribuent à créer : la manifestation telle que nous la connaissons est pour tous les acteurs, le résultat d’un processus d’apprentissage, qui se fait essentiellement au niveau local, lyonnais en l’occurrence, et dont il nous reviendra de déterminer les étapes et peut-être le terme. Si donc il n’est évidemment pas question de décrire toutes les manifestations qui se produisirent à Lyon au cours de ce long demi-siècle, il nous faudra pourtant en retracer un certain nombre et par ce biais retrouver une forme traditionnelle de récit historique, que l’on aurait en d’autres temps qualifiée d’« histoire-bataille »... Non que je pense que celle-ci soit à récuser absolument : les points de vue que j’ai essayé d’adopter dans ces descriptions, ceux du participant de base, du témoin ou du responsable du maintien de l’ordre peuvent amener à réviser certaines hypothèses ou l’interprétation de faits considérés comme bien connus. Mais ce sera au lecteur de dire si les pièges de cette forme d’histoire, sa monotonie et son caractère superficiel auront été évités.

Notes

1 Mona Ozouf, à peu près seule à en avoir fait une étude systématique, note que les cortèges des fêtes révolutionnaires parisiennes et caennaises (et leurs itinéraires) marquent une volonté de rupture avec les cortèges rituels, immémoriaux, irrationnels, qui « se perdent dans l’opacité de la conscience sociale » (« Innovation et tradition dans les itinéraires des fêtes révolutionnaires... », p. 45).

2 L. Marin, « Une mise en signification de l’espace social... », p. 13 parle des cortèges comme d’un « objet ethnosémiotique complexe ». L’analyse générale menée à la suite s’appuie sur cet article, et sur les travaux de M. Ozouf.

3 Dans son Histoire de la Révolution française, Michelet ne s’en sert ni pour la manifestation du Champ de Mars, ni pour les journées du 20 juin 1792, ou des 31 mai - 2 juin 1793, que nous baptiserions sans hésiter « manifestations »... Mais, comme des textes révolutionnaires, il utilise le terme étonnant d’« insurrection morale ». V. Robert, « Aux origines de la manifestation en France (1789-(1789-1848)», in P. Favre, La manifestation, pp. 69-71.

4 Le livre pionnier de René Rémond, La vie politique en France, parut en 1969. Mais, limité à la période 1789-1879 et exploitant des travaux antérieurs, il ne faisait qu’ébaucher l’étude de la pratique politique populaire, domaine où les historiens français étaient très en retard sur les anglo-saxons : rappelons simplement les noms de G. Rudé, E. Hobsbawm, et E. P. Thompson...

5 L’ouvrage dirigé par P. Favre, La manifestation ne date que de 1990... Même pour les manifestations du Front populaire, il avait fallu attendre les articles d’A. Prost (Le Mouvement social, 1966), et vingt ans plus tard, de D. Tartakowsky (ibid, 1986)...

6 Histoire de la France urbaine, t. 4, p. 564-5.

7 Ibid., p. 614 et 618.

8 L’essentiel des travaux de Tilly est consacré à ces problèmes. Voir en français La France conteste et surtout « Les origines du répertoire de l’action collective... » (in Vingtième siècle, 1984).

9 Mais ce qui est désigné par défilé, manifestation ou rassemblement n’est pas précisément explicité, sans doute parce que ce qui est moderne est supposé bien connu. Il y a là des équivoques que ce travail voudrait lever, d’autant que les démonstrations statistiques et la datation proposées par Tilly (« How Protest Modernised in France, 1845-1855 »...) me semblent contestables. Nous y reviendrons.

10 Les autres formes de l’action collective (charivaris ou clubs de 1848 ; rassemblements devant les journaux, ou réunions publiques de la Belle Epoque) ne seront pas étudiées pour elles-mêmes, mais pour autant qu’elles éclairent le problème central.

11 En attendant la publication de la thèse de Danielle Tartakowsky, sur les manifestations au XXe siècle, deux analyses de campagnes nationales : les derniers jours de juillet 1914 dans la thèse de J.-J. Becker {1914, comment les Français sont entrés dans la guerre, pp.146-187) et la protestation contre l’assassinat légal du pédagogue anarchiste catalan Ferrer, en octobre 1909 (V. Robert, « La protestation universelle... »).

12 Penser aux déboires de pays du Tiers monde, notamment africains, à vouloir copier les systèmes politiques et le modèle de développement des pays occidentaux.

13 Cf. les travaux de Cl. Geertz, en particulier « Jeu d’enfer. Note sur le combat de coqs balinais » in Bali, interprétation d’une culture.

14 Cf. Paul Nizan, Antoine Bloyé (Périgueux vers 1907) et Le cheval de Troie, et les remarques d’A. Prost, art. cit., sur les manifestations du 12 février 1934 en province.

15 M. Ozouf, art. cit., p. 54.

16 C’est très clair chez M. Agulhon, moins chez Ch. Tilly, surtout dans son dernier livre sur le sujet, La France conteste.

17 Sous la Monarchie de Juillet, les enterrements religieux ne sont pas compris dans les cérémonies extérieures du culte ; mais des municipalités d’extrême-gauche de la Troisième République affecteront de les considérer comme telles.

18 J. Maurain, La politique ecclésiastique du Second Empire, pp. 66-68.

19 Sur cette loi, abrogée en 1960, G. Carrot, Le maintien de l’ordre... pp. 487-88, et Ch. Seignobos, t. 6 de l’Histoire de la France contemporaine de Lavisse, p. 95. Le premier décret consacré aux cortèges de manifestants date de 1935.

20 Les commissaires de police, peu avant les journées des 10 et 24 février 1889, s’efforcèrent d’établir le délit de provocation à attroupement (ADR, 10M 129) ; en 1903, le préfet du Rhône leur rappelait, à la veille de grandes manifestations, les dispositions légales et la marche à suivre pour effectuer les sommations.

21 C’est pourquoi l’on peut citer des textes de 1848, de 1890 ou même de la Belle Epoque, qui défendent ou attaquent le droit de manifester dans des termes comparables. Aujourd’hui encore, il n’y a pas à proprement parler de droit de la manifestation, et cette liberté démocratique reste une liberté en creux, en négatif. Cf. H. Hubrecht « Le droit français de la manifestation », in P. Favre, (dir.) La manifestation, p. 185.

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search