Version classiqueVersion mobile

Collot d'Herbois

 | 
Michel Biard

Conclusion

Texte intégral

  • 1 J. Rancière, Les Mots de l'Histoire. Essai de poétique du savoir, Paris, 1992, p.177.

Il y a de l'histoire - une expérience et une matière de l’histoire - parce qu’il y a de la parole en excès, des mots qui incisent la vie, des guerres de l’écriture.
Et il y a une science historique parce qu’il y a de l’écrit qui apaise ces guerres et cicatrise ces blessures en revenant sur les traces de ce qui déjà fut écrit.1

1Au terme de ce cheminement à travers des sources multiples, découvertes ou revisitées, malgré les silences et les zones d’ombre, la figure de Jean-Marie Collot d’Herbois s’est peu à peu dégagée du brouillard historiographique où elle semblait irrémédiablement plongée.

2Si l’on tente de saisir l’homme dans ce qui pour lui est déjà le temps long, un demi-siècle, que découvre-t-on ? Nous devions mettre à jour un raté, un « Rousseau des ruisseaux » aigri par des échecs réitérés, voire un réprouvé social avide de revanche. Pourtant, l’insertion du personnage prérévolutionnaire dans son environnement social et surtout dans son milieu culturel, ce « monde des ombres » qui fut le sien, laisse apparaître une réalité bien différente.

3Certes, il n’a pu risquer ses talents de comédien au Théâtre-Français comme l’optimisme propre à la jeunesse le lui laissait espérer. Certes, il a longtemps erré de théâtre en théâtre, de ville en ville, au hasard des contrats et sans véritable stratégie pour mener sa carrière, ne parvenant pas à obtenir la réputation qui fut celle de Lekain, ni même celle de Monvel ou de Dazincourt. Quant à ses œuvres pour le théâtre, elles ne sauraient en faire l'égal de Beaumarchais et il ne peut rester que ce qu’il fut, un petit maître, un auteur de second rang.

  • 2 J. Godechot, La Révolution française. Chronologie commentée, 1787-1799, Paris, 1988, p. 297.

4Faut-il pour autant persister à affirmer avec les générations successives d’historiens, depuis deux cents ans, que l’homme de théâtre et ses activités sont méprisables ? Peut-on écrire comme le faisait encore récemment Jacques Godechot qu’« il parcourt la France, la Suisse et la Hollande avec une [sic] troupe de comédiens. Il écrit des pièces de théâtre, royalistes jusqu’en 1789, patriotiques ensuite2 » ?

5Dans son état actuel, en dépit de ses lacunes, notre recherche prouve au contraire que Collot d’Herbois a atteint une notoriété évidente dans son art, fût-elle limitée aux provinces de cette France d’Ancien Régime où les élites cultivées communient dans la « théâtromanie ».

6Là où ses contemporains affirment que l’immense majorité des comédiens sont des « enfants de misère », des jeunes gens dévoyés, des individus en rupture de société ou à tout le moins de famille, Collot d’Herbois peut sembler atypique. Ce serait oublier que dans cet univers particulier qu’est le théâtre d’avant 1789, les différences sociales existent aussi. Gens à talents et acteurs dans le besoin cohabitent dans une même troupe ; il y a place tout autant pour les comédiens qui perçoivent quelques centaines de livres par an et peuvent difficilement concevoir leur métier autrement que comme un gagne-pain, et pour ceux qui, comme d’Herbois, à force d’efforts et de patience, d’espoirs et de frustrations, finissent par obtenir des rétributions tout à fait correctes, qu’ils complètent grâce aux bénéfices issus de leur plume.

7L’homme de théâtre qui entre en Révolution dès 1789 ne saurait correspondre aux articles qui lui ont été consacrés et qui tiennent parfois davantage de la démonologie que d’une véritable pratique historique.

8Si l’on admet que l’image traditionnelle est ainsi brisée, reste cependant l’autre face de ce Collot-Janus, l’homme de pouvoir, la « tête chaude », l’un des terroristes les plus détestés que la Révolution ait créés. Or ici encore, lorsqu’après deux décennies de labeurs consacrés au théâtre le temps court de la Révolution s’impose à lui, Collot d’Herbois n’est guère un fidèle reflet de la légende noire.

9Ses dons d’orateur le font rapidement remarquer en cette période où la parole est reine, que ce soit aux Jacobins ou dans sa section (même si les documents font ici défaut). Insensiblement le personnage se mue en homme de pouvoir, tout d’abord dans les milieux politiques parisiens où il est incontestablement l’un des hommes en vue dès 1791-1792, puis à la Convention, dans ses missions vers les départements où les représentants disposent d’une autorité qui ne connaît guère de limites, enfin au Comité de salut public où il s’intègre à ce petit groupe qui doit diriger le vaisseau dans la tempête de l’an II.

10Quel que soit le cadre adopté pour vérifier la validité de l’image traditionnelle, le personnage se dérobe aux clichés thermidoriens. Certes, ses engagements sont nettement affirmés, au moins à partir de 1791, et il fait partie de ceux que l’on nomme les patriotes avancés. De même, il est incontestable qu’il recourt à la sévérité parfois la plus extrême lors de ses missions. Ce nonobstant, fusillades de Commune-Affranchie mises à part, en quoi Collot d’Herbois diffère-t-il profondément de bon nombre d’autres Jacobins et Montagnards ?

11Par ailleurs, celui qui semblait irrémédiablement classé comme extrémiste, se révèle souvent homme de compromis, qui cherche le plus petit dénominateur commun susceptible de rassembler les militants révolutionnaires contre l’ennemi avéré ou potentiel.

12Néanmoins, comme d’autres, il se trouve pris dans cet engrenage fatal qui amène le personnel politique révolutionnaire à des épurations successives. Ce pouvoir qui de tout temps corrompt n’a pas conduit les dirigeants de l’an II à profiter de leur position pour s’assurer une aisance financière, ce pouvoir qui de tout temps pousse au reniement des idées préalablement affichées ne les a pas transformés en girouettes politiques, mais les luttes intestines pour ce même pouvoir les ont progressivement incités au suicide collectif, attestant ainsi le caractère irréductible de l’« événement » révolutionnaire.

13Si l’homme de pouvoir pas plus que l’homme de théâtre ne correspondent fidèlement aux notices biographiques traditionnelles, comment ne pas douter, ne serait-ce que partiellement, de la validité de deux siècles d’écriture historique ? Une monographie comme celle-ci, même si elle ne peut guère prétendre échapper au moule classique, amène in fine une réflexion sur la manière dont s’est écrite l’histoire de la Révolution française.

14On le sait, l’histoire est bien souvent un passé qui est écrit, voire réécrit, par les vainqueurs, tandis que les vaincus, au-delà de leur vie, y perdent parfois leur âme. À l’instar de la Rome antique où l’on martelait les inscriptions gravées dans la pierre pour effacer toute trace des dominants déchus, la Révolution a fait naître des idoles éphémères, ainsi que ces guerres de l’écriture évoquées par Jacques Rancière.

15Aux discours révolutionnaires, au discours de la Révolution sur elle-même, s’oppose dès 1789, a fortiori en l’an II, toute une rhétorique anti ou contre-révolutionnaire, tandis que l’analyse historique des événements voit le jour presque en même temps que l’objet de son étude. Que ce soit dans les mois qui suivent Thermidor, que ce soit sous la Restauration ou à l’ère de la République retrouvée, les enjeux politiques suscités par la césure révolutionnaire ont perverti les débats historiographiques et dans ce cadre un homme tel que Collot d’Herbois pouvait difficilement trouver une juste place.

16À l’heure où l’histoire de la Révolution était marquée avant tout par l’événementiel, avec le poids considérable des pères fondateurs de l’historiographie révolutionnaire, notamment de Michelet, les évolutions étaient mal senties et le rôle d’un personnage a souvent été raccourci en une image forte. C’est ainsi que Collot d’Herbois devint un mitrailleur et guère autre chose. Lorsque d’autres générations optèrent pour le primat (plus supposé que bien réel) de l’économique et du social, les personnages de « second rang » comme Collot, au demeurant avare en ouvrages théoriques sur ces thèmes, ne pouvaient pas davantage être placés sous les feux de la recherche. Il n’est pas jusqu’aux courants récents les plus novateurs (l’histoire dite « des mentalités », ou bien celle qui interroge le discours révolutionnaire lui-même) qui n’aient omis de prêter attention à Collot d’Herbois.

17Cette lacune dans la recherche a fatalement entraîné les historiens à recopier, plus ou moins servilement, des images pourtant usées par le temps. À ce titre, mais à lui seul, peut-on jeter la première pierre à ces historiens ? Néanmoins, pour un cas précis comme celui de Jean-Marie Collot d’Herbois, combien d’autres subsistent encore ? Quelle proportion du personnel politique de l’an II n’est encore connue que par un ensemble légendaire, en lieu et place de toute investigation historique sérieuse ? Et ce ne sont pas les « inconnus » délaissés par les historiens qui sont concernés, puisque, par exemple, un personnage clef comme Hanriot n’a guère suscité de travaux et attend toujours son biographe. À bien des égards, la période révolutionnaire est encore un terrain de recherches en friches où l’on peut, comme le dit Jacques Rancière, revenir « sur les traces de ce qui déjà fut écrit ».

Notes

1 J. Rancière, Les Mots de l'Histoire. Essai de poétique du savoir, Paris, 1992, p.177.

2 J. Godechot, La Révolution française. Chronologie commentée, 1787-1799, Paris, 1988, p. 297.

© Presses universitaires de Lyon, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search