Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Collot d'Herbois

 | 
Michel Biard

Quatrième partie. La révolution déchirée

Chapitre III. La « Guillotine sèche »

Texte intégral

  • 1 Moniteur, no du 14 germinal an III.

1Le 12 germinal, en début d’après-midi, des militants sans-culottes de plusieurs sections envahissent la salle de la Convention. Se présentant comme les hommes du 14 juillet, du 10 août et du 31 mai, ils réclament du pain, la Constitution de 1793 et « la liberté de plusieurs milliers de pères de famille patriotes qui sont incarcérés depuis le 9 thermidor1 ». Les noms de Collot, Billaud et Barère, qui sont absents de l’Assemblée en cette journée d’émeute, ne sont pas évoqués. Néanmoins, il paraît évident que leur sort est lié à celui des revendications populaires.

  • 2 A.N., F7 4443 plaq. 2 pièces 69 et 70.

2En fin d’après-midi, les bataillons des sections modérées appuyés par la Jeunesse dorée et quelques militaires chassent les manifestants ; dès lors, le procès, ou plutôt le pseudo-procès, peut être expédié tambour battant. Sur proposition d’André Dumont et de Fréron (ex-terroristes notoires), la Convention décrète la déportation immédiate de Collot, Billaud, Barère et Vadier (toujours en fuite)2. Seuls une cinquantaine de députés font une dernière tentative de retardement en demandant l’appel nominal, mais la manœuvre échoue et même certains membres des anciens Comités, tels Carnot et Lindet, semblent cette fois se taire... Le vent a définitivement tourné et le sort des inculpés est scellé ; reste à savoir si la déportation est un châtiment suffisant, ou s’il faut préférer une exécution, voire organiser un massacre des captifs par une « foule » en furie. Certains dirigeants de la réaction semblent avoir fortement hésité entre les trois solutions, ce qui a impliqué pour Collot et ses compagnons des dangers plus que divers.

  • 3 Arch, de la Préfecture de Police, AA 230 et 231.
  • 4 A.N., F7 4651 (Pièces liées à la succession de Collot en 1831).

3À minuit et demie, un inspecteur de police et le commissaire de police de la section des Tuileries se présentent au domicile de Collot, au 375 rue de la Convention, pour lui signifier sa déportation et apposer les scellés sur ses papiers. Collot n’oppose aucune résistance3. La même scène a lieu au domicile de Billaud et à celui de Barère, tandis que Vadier demeure introuvable. Mais ici le destin des trois hommes se sépare une première fois. Entre cinq et six heures du matin, un certain Sadous se présente à son tour rue de la Convention et emmène Collot à la barrière d’Enfer, au sud de Paris, pour y attendre les voitures de Barère et Billaud. Mais Sadous apprend que celles-ci ont été arrêtées par des manifestants, voit arriver des gens qui lui semblent suspects, et opte pour un départ immédiat4. Ce n’est que vers minuit que Billaud et Barère quittent Paris, escortés par deux cents soldats sous les ordres de Pichegru, et ils ne rejoignent Collot qu’au soir du 14 germinal.

  • 5 Procès-verbal des événements qui ont eu lieu à la maison commune d'Orléans relativement aux représ (...)

4Une seconde difficulté les attend à Orléans, le 15 germinal, puisque la population s’empare de Collot et Billaud, n’étant ramenée à la raison que d’extrême justesse par les officiers municipaux... « une pierre lancée sans accident dans la voiture du citoyen Collot d’Herbois est la seule voie de fait qui ait été commise5 ».

  • 6 A.N., F7 4651.

5Pour éviter des ennuis similaires, le convoi choisit de passer nuitamment à Tours, puis à Niort. Par contre, La Rochelle offre un cas de figure différent puisque l’escorte cherche ici à « éviter le rassemblement du peuple de cette ville, d’où est Billaud-Varenne qui y a toute sa famille6 ». Vu la tournure de cette phrase, les responsables de l’escorte craignent davantage un attroupement favorable aux déportés, voire l’action d’un petit groupe d’hommes décidés liés à la famille Billaud.

6Le 21 germinal, peu avant l’aube, les trois proscrits sont conduits dans une barque de pêcheur jusqu’à Oléron, où ils sont enfermés dans la citadelle. Ils y restent un mois et demi, avec pour seules occupations une promenade sur les remparts et la lecture des journaux parisiens.

  • 7 Ibid., Marine BB2 21 pièce 194 et BB4 85 pièce 4. Sur Claude-Vincent Polony, voir son dossier pers (...)

7Dès pluviôse, soit avant même le décret de déportation, la composition de la flottille destinée à la Guyane a été décidée. Cinq bâtiments ont été retenus : deux corvettes (L’Expédition et l'Aigle), une goélette (Le Cerf) et deux canonnières (Le Crocodile et le Bec d’Ambez). Le lieutenant de vaisseau Polony, à qui est confié le commandement, a quitté Brest pour rejoindre l’île d’Aix le 11 ventôse7. Cette mission ne constitue guère une découverte pour lui puisqu’il revient tout juste de Cayenne.

  • 8 Moniteur, no du 7 prairial an III.
  • 9 Ibid., no du 10 prairial an III ; A.N., F7 4651.

8Au moment même où ces préparatifs se précisent, la situation politique parisienne est une fois de plus explosive. Esquissée en floréal, l’insurrection gronde. Le 1er prairial, le tocsin retentit dans les faubourgs Antoine et Marceau, la foule envahit la Convention. Tout comme au 12 germinal, c’est avant tout la confusion qui domine, même si des députés montagnards tentent de canaliser le mouvement et font voter les décrets réclamés par les insurgés. Tout comme au 12 germinal, la force armée venue des sections modérées parvient à chasser les intrus de la salle, puis ceux-ci perdent l’initiative dès le 2 prairial. Tout comme au 12 germinal enfin, ce nouvel échec a des conséquences directes sur le sort de Collot et de ses compagnons. Tandis que les Crêtois sont décrétés d’arrestation, plusieurs députés réclament la mort pour les déportés de germinal et demandent qu’ils soient envoyés devant un tribunal criminel8. L’Assemblée rapporte donc son premier décret, le 5 prairial, et ordonne que Collot, Billaud, Barère et, en théorie, Vacher soient immédiatement traduits au tribunal criminel de Charente-Inférieure pour y être jugés9. Pour eux, c’est la quasi-certitude de porter leur tête à l’échafaud...

  • 10 Dans ses Mémoires, Barère soutient avoir été lui-même surpris de cette décision : « Ces ordres fur (...)
  • 11 A.N., Marine BB3 29.
  • 12 Ibid., F7 4443 plaq. 2 (Seules les épouses des deux déportés multiplient encore les démarches, inf (...)

9Seule la lenteur des communications empêche la réalisation de ce dessein. Sur la base d’ordres donnés le 30 floréal, Collot et Billaud (Barère est curieusement épargné10) quittent la France le 7 prairial, les nouvelles décisions de l’Assemblée n’arrivant que le 11 prairial11. La Convention, informée de ce dénouement, ne prend aucune mesure pour tenter d’obtenir leur retour. Probablement juge-t-on que la « guillotine sèche » a toutes les chances de suppléer au véritable couteau. À preuve, le 20 vendémiaire an IV, l’Assemblée rapporte son décret de prairial et charge les Comités de veiller à l’application de celui... du 12 germinal12 !

  • 13 Ibid., Marine BB3 75 pièce 223 ; BB2 21 pièce 217. De plus, voir surtout BB4 85 pièces 14 à 33 (Ra (...)

10La petite force commandée par Polony ne peut guère prétendre livrer combat à d’éventuels vaisseaux de ligne ou frégates anglais, ses trois plus puissantes unités ne comportant que dix canons et quelques obusiers. Les véritables périls commencent en fait à l’ouest du cap Finisterre, le 10 prairial, lorsque les trois frégates qui escortaient la flottille depuis Rochefort retournent à leurs bases13.

11Collot et Billaud ont été séparés pour la traversée, le premier embarqué sur le Cerf et le second sur l'Expédition. Les consignes des Comités sont rigoureuses :

  • 14 Ibid., F7 4443 plaq. 3 pièce 119 (Instructions adressées par les Comités à Polony, 30 floréal an I (...)

Ces deux condamnés ne pourront embarquer avec eux que les seuls effets à leur usage ; ils auront une place dans l’entrepont et recevront, tant qu’ils seront à bord, une ration de la chaudière de l’équipage. On veillera sur eux, on préviendra leur influence sur les marins et les soldats, et dans toutes les relâches que les avisos seraient dans le cas de faire, on les gardera à bord soigneusement pour empêcher leur désertion. On interceptera aussi toute communication entre eux.14

12De telles instructions illustrent bien à quel point les gouvernants craignent l'influence des deux captifs, notamment celle de Collot vis-à-vis des militaires, en raison de son passé politique.

13Pour les deux hommes la traversée va être solitaire et difficile, d’autant que la division Polony doit rapidement faire face à de multiples surprises désagréables.

  • 15 Ibid., Marine BB4 85 pièces 14-15 (Rapport de Polony).

14Dès la nuit du 9 au 10 prairial, une tempête a séparé les deux canonnières du reste du convoi. Ne semblant guère s’en soucier, Polony continue vers le sud et parvient aux environs de Madère le 19. Là il rencontre plusieurs navires ennemis, en amarine un et découvre avec stupeur dans quel guêpier il s’est infiltré puisque ces navires font partie d’une flotte de trois cents unités protégée par huit vaisseaux de ligne ! Le surlendemain, scénario presque similaire face à plusieurs navires fortement armés15.

  • 16 Ibid., pièce 16 ; Arch. Hist, de la Marine, dossier C. V. Polony (Rapport de Polony au Directoire,1 (...)

15Pour les deux déportés, les conditions de traversée sont éprouvantes. Billaud souffre constamment du mal de mer ; quant à Collot, Polony le décrit « moins incommodé de la mer que son collègue, mais très échauffé [...] ». Selon son rapport, Billaud « toujours triste, ne descendant dans l’entrepont que pour la nuit, était continuellement sur l’arrière du bâtiment […] Collot d’Herbois placé sur l’aviso le Cerf, traité de la même manière, a toujours joui d’une bonne santé et d’un assez bel humeur16 ».

16Pourtant Collot, comme Billaud, se plaint amèrement des conditions dans lesquelles il fut placé :

  • 17 Lettre de Collot envoyée de Cayenne et publiée par le Journal des hommes libres..., no du 15 prair (...)

Jetés pendant la traversée dans une sentine appellée la Fosse-aux-lions ; et ce qui fut le plus dur, ne pouvant obtenir, lorsqu’on se disposait au combat, de nous faire tuer pour la patrie [...] mais alors renfermés par un étrange rapprochement avec des prisonniers anglais [...]17.

17Qui plus est, au-delà de ce voisinage dérangeant pour un militant révolutionnaire, Collot ne se trouve pas sur le navire le plus propice à une heureuse traversée puisqu’il fait continuellement de l’eau pendant le voyage...

  • 18 A.N., Marine BB4 85 pièces 15-16 ; ibid., Colonies Microfilm C14 carton 4 (Lettre ms de Cointet, 1 (...)

18L’expédition touche à sa fin dans la première moitié de messidor ; la traversée a donc duré près d’un mois et demi, ce qui est dans les normes de l’époque. Le 8 messidor, Polony, accompagné de l’une des canonnières, jette l’ancre devant Approuague, premier établissement français en Guyane à l’est de Cayenne ; puis il rentre dans ce port le 12 messidor. Collot se voit octroyer quelques jours de traversée supplémentaires puisque le Cerf n’entre à Cayenne que le 20, flanqué de trois navires capturés pendant le voyage18.

19Les deux proscrits sont tout d’abord dirigés vers l’hôpital, mais ne peuvent se rencontrer car lorsque Collot y arrive, Billaud a déjà rejoint son lieu provisoire de détention, le fort de Cayenne. Collot est ensuite détenu au Collège, transformé en prison au début de la Révolution.

  • 19 M. Devèze, Cayenne, Paris, 1965 ; M. Pierre, « Les bagnes de Cayenne », in L'Histoire, no 38, octo (...)

20Cette Guyane qui les « accueille » est alors un véritable désert humain planté en pleine région équatoriale, une sorte de « Sibérie de la zone torride » selon le mot de Billaud, 90 000 km19 de forêts et de savanes contraignent les hommes à s’installer essentiellement sur les littoraux, notamment à Cayenne. Guère plus d’un millier d'Européens ont choisi (plus ou moins) de vivre ici, cohabitant avec quelques centaines d’hommes de couleur déjà libres en 1789 et plus de dix mille esclaves libérés de leur joug en l’an II2. Le chef de la colonie se nomme Cointet. Ce lieutenant-colonel est gouverneur, mais fait également office de commissaire de la République car Jeannet-Oudin, cousin de Danton, a préféré quitter ce poste et la Guyane en frimaire an III.

21Cointet attend le 1er vendémiaire an IV avant d’effectuer son rapport sur l’arrivée des deux proscrits et son texte témoigne pour le moins d’un certain nombre de nuances :

  • 20 A.N., Colonies Micr. C14 carton 4.

Billaud-Varenne et Collot d'Herbois ont été aussi remis à ma consignation par Polony. Ce présent embarrassant pour la colonie y a été accepté sous différents rapports, suivant la diversité et les dispositions des esprits : excitant dans les uns le sentiment de l'admiration, celui de la terreur et de l'indignation dans les autres, dans presque tous celui de la curiosité ; ils ont ainsi, à leur arrivée, occupé et partagé entre eux l’opinion. Je ne cacherai pas que les instructions qui me sont tracées à l’égard de ces déportés, sont en partie contradictoires dans l’exécution, et devenues telles par les inconvénients de la localité ; mais j’ai tâché de remplir le sens de ces instructions et d’atteindre le but du gouvernement qui est d’empêcher l’évasion et prévenir l’influence de ces individus [...] En général, j’ai mesuré toutes mes opérations à leur égard sur l’esprit de mes instructions et sur les sentiments de justice et d’humanité qui sont la base et les principes du gouvernement.20

22Avec de telles résolutions, le régime des deux proscrits n’est pas pour autant empreint de clémence dans les premières semaines et Collot écrit :

  • 21 Journal des hommes libres..., no du 15 prairial an IV.

... toujours séparés Billaud et moi, depuis notre départ, et toujours ici détenus, consignés et gardés, sans que la rigueur des ordres donnés y puisse être adoucie ; persécutés enfin par tous ceux qui voudraient se venger sur nous du décret de liberté des noirs.21

23Pourtant, assez rapidement, Cointet évolue vers d’autres attitudes. Tout d’abord, il dénonce violemment les officiers des navires venus avec Polony, les accuse d’avoir donné de la France un tableau hideux et d’avoir répandu à profusion des chansons contre-révolutionnaires, dont Le Réveil du peuple. Est-ce ce constat qui suscite chez lui des interrogations sur les motifs de la déportation de Collot et Billaud ? Est-ce, comme le soutient Billaud, le souvenir de l’action menée par Collot en faveur des soldats de Châteauvieux et d’autres militaires qui favorise la clémence de Cointet ? Quoi qu’il en soit, il multiplie insensiblement les visites à Collot et il en résulte des améliorations évidentes pour le sort des captifs.

24Billaud quitte Cayenne, au début de brumaire, pour s’installer à Sinnamary où ses conditions tiennent davantage de la résidence surveillée que d’une véritable prison. Quant à Collot, resté au centre même de Cayenne, il obtient tout d’abord le droit de se promener une heure par jour, accompagné d’un seul officier qui répond de lui. L’un de ces militaires a laissé des souvenirs qui évoquent probablement bien le personnage exilé de l’an IV :

  • 22 Mémoires du général J. D. Freytag, Paris, 1824, tome I, pp. 201 et sq.

J’ignorais alors le motif de la déportation de ces deux hommes à Cayenne, mais le jour où je fus commandé pour la promenade de Collot, j’appris de lui-même tous les crimes dont il était coupable ; il m’en faisait l’énumération et le détail avec une espèce d'orgueil, et je frémis du degré de scélératesse de cet homme [...].22

25Il est facile d’imaginer ce que Collot a bien pu lui raconter et en quoi cela a pu le choquer, l’anecdote montrant d’autre part un « mauvais esprit » pour le moins persistant. Mais bien au-delà des seules promenades, les relations de Collot avec Cointet s’affirment à un point tel que tout ce que la colonie compte d’antirévolutionnaires s’agite pour les dénoncer tous deux à Paris.

26Ce sont tout d’abord Polony et ses officiers qui rédigent une adresse à la Convention, en vendémiaire. Selon eux, le terrorisme, banni du sol français, vient de trouver asile en Guyane... Le bonnet rouge est porté en triomphe dans les rues de Cayenne, la chambre des déportés est devenue le siège véritable du gouvernement local,

  • 23 A.N., BB4 108 pièce 11 (5 vendémiaire an IV).

... les soldats y sont soudoyés et on cherche à insurger les équipages [...] On veut renouveler dans Cayenne les noyades de Nantes et les fusillades de Lyon.23

27Polony, lors de son retour en France, ne cesse de réitérer ces accusations et de pourfendre Cointet,

  • 24 Ibid., pièces 7-8 (12 pluviôse an IV).

... homme faible, sans expérience, mal secondé, mal entouré, s’apitoyant beaucoup sur le sort des déportés Collot d'Herbois et Billaud-Varenne, et ne tardant pas à lier avec le premier la plus intime liaison.24

28Après Polony, le délateur le plus zélé est incontestablement Corio, chef d’administration faisant office d’ordonnateur aux côtés de Cointet. Non content d’avoir confié quelques lettres de dénonciation à Polony, il prend la plume le 5 brumaire an IV pour donner sa version des événements de Guyane où, selon lui, le terrorisme reprend vigueur :

... ce mal qui ne fait qu’augmenter ne peut être attribué qu’aux deux déportés, ils se sont fait des partisans dans les sous-officiers du 53e régiment, ceux-ci s'opposent à ce qu’on chante Le Réveil du peuple, ils préfèrent une parodie faite par Collot, j’en ai souvent les oreilles assourdies, j’en ai retenu ces quatre vers :

  • 25 Ibid., Colonies Micr. C14 73-74 pièce 106 (5 brumaire an IV).

Avec le fer de la vengeance
Ils ont détruit la liberté,
Ils ont déporté de la France
Les martyrs de l’égalité.25

29Corio estime que Billaud-Varenne est moins dangereux que Collot qu’il juge « souple, adroit et flatteur [...] » ;

  • 26 Ibid.

... je ne vois pas sans étonnement les égards qu’on prodigue à Collot, il est souvent mandé chez le gouverneur, ou celui-ci va le voir ; on lui laisse recevoir des visites ; quand il fait beau temps, on lui procure le plaisir de la promenade, l’officier de ronde l’accompagne, ses partisans l’entourent.26

  • 27 Ibid., pièce 124 (2 frimaire an IV).
  • 28 Ibid.

30Un mois plus tard, Corio expédie une seconde protestation pour dénoncer les liens de Cointet et Collot qui passent désormais des heures entières à discuter. De plus, selon lui, Collot reçoit ouvertement les visites d’« un petit nombre d’officiers, sous-officiers et d’habitants sans propriétés qui ont embrassé le système du terrorisme27 ». Bref, le premier fonctionnaire de la colonie, celui qui devait empêcher les déportés d’influencer les habitants, est lui-même tombé sous la coupe de Collot ! Corio n’hésite d’ailleurs pas à affirmer que le proscrit donne de multiples conseils au gouverneur, tous plus néfastes les uns que les autres. Ainsi a-t-on envoyé un bâtiment à la Guadeloupe pour monter une affaire financière, conçue par Collot, avec Victor Hugues, autre terroriste notoire (même s’il évolue rapidement vers des positions très opportunistes) ; de même, un règlement nouveau a été adopté à propos de l’agriculture du territoire28.

31En germinal an IV, un envoyé des colons de Guyane apporte à Paris une nouvelle protestation qui précise la nature des projets agricoles en question. Sur les conseils de Collot et de ses partisans, Cointet souhaite distribuer à tous les Noirs qui le désirent des terres vierges afin de les transformer en petits propriétaires. Le grand nombre de ces micro-exploitations donnera, selon eux, une quantité de denrées largement supérieure à celle que l’on peut tirer des grandes plantations, le tout en respectant le droit de tous à l’égalité. Les colons estiment, par la voix de leur émissaire, qu’un tel raisonnement est issu d’une imagination européenne totalement ignorante des réalités locales, que depuis l’abolition de l’esclavage les Noirs ne travaillent plus (« leur apathie naturelle a prévalu ») et que la seule solution serait de rétablir le système des plantations esclavagistes.

  • 29 Ibid., pièce 229 (16 germinal an IV).

32De plus, ces projets inspirés par Collot sont d’autant plus dangereux qu’ils pourraient, à plus ou moins long terme, entraîner des soulèvements violents dans la population de couleur. Aussi les colons de Guyane proposent-ils de rendre « nulle l’influence de Billaud-Varenne et de Collot d’Herbois en les reléguant à l’extrémité de la colonie vers la baie de Vincent Pinson29 ».

33Une telle multiplication des dénonciations ne peut qu’alerter sérieusement Paris, où plusieurs députés se font l’écho des plaintes de la colonie. Ainsi, en floréal an IV, Pomme, élu de Guyane, affirme :

  • 30 Moniteur, no du 28 floréal an IV.

Collot est roi à Cayenne ; les tribunaux révolutionnaires, les réquisitions [...] la loi sur les suspects, tout le régime decemviral y est en activité.30

  • 31 A.N., Colonies Micr. C14 74 pièces 26, 44 et 182.

34Parallèlement, le Directoire agit et procède avant tout au remplacement de Cointet, doublé du retour de Jeannet. En pluviôse an IV, le général La Gennetière est nommé Gouverneur de la Guyane ; il s’embarque avec Jeannet à la fin de ventôse et leur frégate mouille dans les eaux de Cayenne le 25 germinal an IV31.

  • 32 Billaud-Varenne membre du Comité de salut public, Mémoires inédits..., Paris, 1893, pp. 373-374.

35L’arrivée de Jeannet annonce des effets néfastes pour les deux exilés, vu ses liens avec Danton et sa haine de la Terreur. Pourtant Billaud note dans ses Mémoires que La Gennetière, autrefois prisonnier en Espagne et libéré grâce à Collot, intervint en leur faveur32. Nul besoin, cependant, de comparer soigneusement l’étendue de sa protection par rapport à celle dont les déportés bénéficiaient avec Cointet. En effet, lorsqu’il arrive dans la colonie avec Jeannet, Billaud et Collot sont déjà touchés par les maladies qui vont entraîner le second dans la tombe.

36Les deux hommes sont soignés à l’hôpital militaire de Cayenne, alors dirigé par des sœurs grises de Saint-Paul de Chartres. C’est probablement la première fois depuis leur départ d’Oléron que les deux anciens conventionnels peuvent se voir et se parler.

  • 33 B.N., Dpt des ms, NAF 23060 fol. 2 ; A.N., Minutier central, étude XXII/290 pièce 13.

37C’est dans cet hôpital que meurt Collot d’Herbois, atteint par l’une des diverses fièvres du pays. Les deux seuls documents fiables sur cette mort sont l’acte de décès, dressé le 20 prairial an IV à l’hôpital de Cayenne33, ainsi qu’un bref billet de Jeannet au ministre de la marine et des colonies :

  • 34 Cité par A. Begis qui publie les Mémoires de Billaud-Varenne, op. cit., p. 93.

Je vous informe que le déporté Jean-Marie Collot est décédé à l'hôpital militaire de cette ville, le 20 prairial dernier. Ses effets ont été remis au déporté Billaud, en faveur de qui il en avait disposé verbalement.34

38Le même Billaud fait bien sûr référence à cette disparition :

  • 35 Ibid., p. 374.

... dans une rechute morbifique, attaqué depuis trois mois par une violente dyssenterie (...) étant ainsi tous les deux expirants, j'eus pour surcroît de douleurs l’affliction de voir, dans le lit à côté du mien, la mort précipiter sous la tombe ce compagnon trop à plaindre d’une infortune, prix assez ordinaire de l’austère intégrité et de l’immuable énergie du civisme.35

  • 36 Le plus célèbre « témoignage » est celui d’Ange Pitou, l’un des déportés de fructidor. Arrivé en G (...)

39Malgré cette version d’un trépas somme toute banal sous ces climats, l’imagination fertile des opposants à la Révolution ne faiblit pas. Collot d’Herbois mort, restait à tuer sa mémoire, à éviter qu’il ne devienne un jour un martyr, par le biais d’une héroïsation dont l’an II avait fourni de superbes exemples. Plusieurs plumitifs donnèrent à la postérité leur « témoignage » et, bien qu’ils ne fussent pas en Guyane au moment des faits, ce fut souvent ce genre de textes que reprit l’historiographie. Selon ces macabres versions, Collot aurait été soudainement pris de fièvres à Kourou et serait mort dans d’atroces souffrances après avoir bu une bouteille d’alcool, non sans appeler Dieu à son secours. Comble de l’horreur, les Noirs chargés de l’enterrer, pressés d’aller danser, l’auraient mal enseveli, ce qui fit la joie des cochons et des corbeaux avides de dépecer le cadavre...36

  • 37 Au « témoignage » ci-dessus, on peut ajouter celui de Freytag (op. cit., tome II, p. 16 : « ... il (...)
  • 38 J.-P. Giboury, Dictionnaire des régicides. 1793, Paris, 1989, pp. 100-102.

40La légende, pourtant déjà bien chargée, s’enrichit de nouveaux thèmes : Collot d’Herbois mourant par son péché favori, l'alcool ; Collot d’Herbois reniant toutes ses idées pour appeler à ses côtés cette religion qu’il a contribué à persécuter37 ; Collot d’Herbois victime de ces « nègres », bien enclins à la paresse, qu’il a pourtant défendus ; son cadavre même subissant une souillure particulièrement ignominieuse... L’exagération manifeste aurait dû entraîner la suspicion des historiens ; or l’immense majorité d’entre eux a avalisé ces relations, jusqu’à ce Dictionnaire des régicides, paru au moment du Bicentenaire, qui rapporte que Collot s’est jeté sur une bouteille d’alcool pour... se suicider38 !

41Pour leur part, les milieux parisiens de l’an IV et de l’an V se chargèrent également d’assurer la damnatio Memoriae de Collot. La consigne de l’oubli par le silence s’imposa et ce fut une chape de plomb qui s’abattit sur la mémoire de Collot. Qui connaît encore en cette fin de XXe siècle le nom de Jean-Marie Collot d’Herbois ? Parmi ceux pour qui le patronyme évoque encore quelque chose, combien le citent sans frémir ? Si l’Histoire possède ses héros et leur cohorte d’hagiographes, elle possède également ses inconnus et ses maudits. Pour eux, l’étude de cas se fait rare tant l’opprobre est consensuel, tant la compassion posthume semble surréaliste. À coup sûr, Collot d’Herbois appartient, bien davantage que Robespierre ou Saint-Just qui trouvèrent leurs défenseurs, au cercle des maudits. Proscrit par ses compatriotes, il le fut une seconde fois aux yeux des générations successives d’historiens et donc fatalement aux yeux des générations successives de citoyens.

Notes

1 Moniteur, no du 14 germinal an III.

2 A.N., F7 4443 plaq. 2 pièces 69 et 70.

3 Arch, de la Préfecture de Police, AA 230 et 231.

4 A.N., F7 4651 (Pièces liées à la succession de Collot en 1831).

5 Procès-verbal des événements qui ont eu lieu à la maison commune d'Orléans relativement aux représentants Barère, Collot d’Herbois et Billaud-Varenne, condamnés à la déportation..., Orléans, an III. Voir aussi A.N., F7 4443 plaq. 2 pièces 53 et 54.

6 A.N., F7 4651.

7 Ibid., Marine BB2 21 pièce 194 et BB4 85 pièce 4. Sur Claude-Vincent Polony, voir son dossier personnel aux Arch. Hist, de la Marine à Vincennes.

8 Moniteur, no du 7 prairial an III.

9 Ibid., no du 10 prairial an III ; A.N., F7 4651.

10 Dans ses Mémoires, Barère soutient avoir été lui-même surpris de cette décision : « Ces ordres furent exécutés avec une promptitude qui me laissa à peine le temps de serrer la main à mes collègues, très étonnés de ce qu’on me laissait seul à l’île d’Oléron, sans être déporté comme eux. Je crois bien, me dit Collot d’Herbois, que tu as des amis à la Convention et que cette mesure ne te regarde point. » (Mémoires de Barère..., op. cit., tome III, p. 35). Barère fut finalement transféré à la prison de Saintes, puis s’évada. Amnistié avec l’arrivée au pouvoir de Bonaparte, il fut proscrit une dernière fois en 1815 et vécut en exil à Bruxelles jusqu’en 1841.

11 A.N., Marine BB3 29.

12 Ibid., F7 4443 plaq. 2 (Seules les épouses des deux déportés multiplient encore les démarches, infructueuses, pour retarder l’inévitable puis pour rejoindre Collot et Billaud en Guyane.).

13 Ibid., Marine BB3 75 pièce 223 ; BB2 21 pièce 217. De plus, voir surtout BB4 85 pièces 14 à 33 (Rapport de mission de Polony.).

14 Ibid., F7 4443 plaq. 3 pièce 119 (Instructions adressées par les Comités à Polony, 30 floréal an III ; Marine, BB4 85 pièces 22-23.

15 Ibid., Marine BB4 85 pièces 14-15 (Rapport de Polony).

16 Ibid., pièce 16 ; Arch. Hist, de la Marine, dossier C. V. Polony (Rapport de Polony au Directoire,1er ventôse an IV).

17 Lettre de Collot envoyée de Cayenne et publiée par le Journal des hommes libres..., no du 15 prairial an IV.

18 A.N., Marine BB4 85 pièces 15-16 ; ibid., Colonies Microfilm C14 carton 4 (Lettre ms de Cointet, 1er vendémiaire an IV).

19 M. Devèze, Cayenne, Paris, 1965 ; M. Pierre, « Les bagnes de Cayenne », in L'Histoire, no 38, octobre 1981 ; G. Martinière, « L’indépendance des Amériques et la Révolution française : l’enjeu géopolitique des Caraïbes aux Guyanes » in Cahiers des Amériques latines, 1987, pp. 5-35 ; J. Adélaïde-Merlande, La Caraïbe et la Guyane au temps de la Révolution et de l'Empire, Paris, 1992.

20 A.N., Colonies Micr. C14 carton 4.

21 Journal des hommes libres..., no du 15 prairial an IV.

22 Mémoires du général J. D. Freytag, Paris, 1824, tome I, pp. 201 et sq.

23 A.N., BB4 108 pièce 11 (5 vendémiaire an IV).

24 Ibid., pièces 7-8 (12 pluviôse an IV).

25 Ibid., Colonies Micr. C14 73-74 pièce 106 (5 brumaire an IV).

26 Ibid.

27 Ibid., pièce 124 (2 frimaire an IV).

28 Ibid.

29 Ibid., pièce 229 (16 germinal an IV).

30 Moniteur, no du 28 floréal an IV.

31 A.N., Colonies Micr. C14 74 pièces 26, 44 et 182.

32 Billaud-Varenne membre du Comité de salut public, Mémoires inédits..., Paris, 1893, pp. 373-374.

33 B.N., Dpt des ms, NAF 23060 fol. 2 ; A.N., Minutier central, étude XXII/290 pièce 13.

34 Cité par A. Begis qui publie les Mémoires de Billaud-Varenne, op. cit., p. 93.

35 Ibid., p. 374.

36 Le plus célèbre « témoignage » est celui d’Ange Pitou, l’un des déportés de fructidor. Arrivé en Guyane en juin 1798, gracié en 1803, il publie un Voyage... (op. cit., tome II, pp. 14-16) qui a une longue fortune. Selon lui, Collot aurait contracté une fièvre inflammatoire à Kourou ; le chirurgien du poste ayant prescrit « des calmants et, d’heure en heure, une potion de vin mouillé de trois quarts d’eau, le nègre qui le gardait pendant la nuit s’éloigna ou s’endormit. Collot dans le délire, dévoré de soif et de mal, se leva brusquement et but d’un seul trait une bouteille de vin liquoreux, son corps devint un brasier [...] ». Dès cet instant fatal commencent l’agonie et d’affreuses souffrances. Le chirurgien ordonne qu’on le transfère à l’hôpital de Cayenne, mais les Noirs chargés de le porter ne tardent pas à le jeter au milieu du chemin, en s’écriant : « Yé pas vlé poté monde-là qui tué bon Dieu que hom (Nous ne voulons pas porter ce bourreau de la religion et des hommes). »
Fort heureusement, des colons mettent promptement de l’ordre dans cet embryon de révolte de « nègres » pourtant apparemment bien christianisés, et Collot se retrouve face à la mort et... au même médecin : « Qu’avez-vous ? lui dit en arrivant le chirurgien Guisouf - J’ai la fièvre et une sueur brûlante - Je le crois bien, vous suez le crime. Collot se retourna et fondit en larmes ; il appellait Dieu et la Vierge à son secours. Un soldat à qui il avait prêché en arrivant le système des athées, s’approche et lui demande pourquoi il invoque ce Dieu et cette Vierge dont il se moquait quelques mois auparavant ? Ah mon ami, ma bouche en imposait à mon cœur. Puis il reprenait : mon Dieu, mon Dieu, puis-je encore espérer un pardon ? »
Fort de cette conversion quelque peu tardive, le médecin envoie chercher un prêtre ; hélas, il est trop tard pour cet ultime secours de la religion, Collot expire « les yeux entrouverts, les membres retournés en vomissant des flots de sang et d’écume [...] Son enterrement se fit un jour de fête. Les nègres fossoyeurs, pressés d’aller danser, l’inhumèrent à moitié ; son cadavre devint la pâture des cochons et des corbeaux ».
Rappelons qu’un tel luxe de détails vient d'un auteur qui n’arrive à Cayenne que deux ans après le décès de Collot et qui n’a donc pu décrire cette fin sordide que par « témoins » interposés...

37 Au « témoignage » ci-dessus, on peut ajouter celui de Freytag (op. cit., tome II, p. 16 : « ... il ne cessait d’appeler le bon Dieu à son secours. Le capitaine Frisson, un alsacien, aussi malade et couché dans la même salle, auprès du lit de Collot, lui criait : Qu’es que tu feux tonc à pressent à ton pon Tieu ? Poucrè ! N’as-tu pas touchours tit qu’il n’y en a bas ? Appèle tonc lé tiaple bour qu’il t’emporte uné fois qué ché sois tranquille, tu m’énuies ».

38 J.-P. Giboury, Dictionnaire des régicides. 1793, Paris, 1989, pp. 100-102.

© Presses universitaires de Lyon, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540