Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Collot d'Herbois

 | 
Michel Biard

Quatrième partie. La révolution déchirée

Chapitre II. Jean-Marie Collot, bouc émissaire ?

Texte intégral

1Ce même 11 thermidor, Collot d’Herbois voit la Convention briser le puissant instrument de gouvernement qu’a représenté le Comité de salut public. L’Assemblée décrète que les Comités doivent désormais être renouvelés par quart chaque mois et que les membres sortants ne peuvent être réélus qu’à l’issue d’un intervalle d’au moins un mois. Dès le surlendemain, le Comité de salut public se trouve profondément remanié. Prieur de la Marne et Jeanbon Saint-André, tous deux absents de Paris pour remplir des missions importantes, sont classés comme démissionnaires ; si l’on ajoute les trois membres exécutés le 10 thermidor, ainsi qu’Hérault de Séchelles, ce sont six places qui sont à pourvoir au Pavillon de Flore. Seuls subsistent six anciens du grand Comité de l’an II... De plus, le choix des six nouveaux membres ne peut qu’inquiéter rapidement Collot d’Herbois et Billaud-Varenne, d’autant que ce dernier a été pris à partie à la Convention, dès le 11, par Fréron et Dubois-Crancé. Si Laloy et Eschassériaux sont des Montagnards qu’il est difficile de ranger dans tel ou tel groupe, Bréard, Treilhard et Thuriot sont d’anciens Dantonistes qui peuvent mal s’accommoder de la présence au Comité de ceux qui ont perdu Danton. Quant au sixième élu, il n’est autre que Tallien, l’un des hommes les plus influents des lendemains du 9 thermidor, en passe de devenir l’une des figures de proue du mouvement antijacobin. Avec de telles arrivées, l’ambiance au Comité doit être sérieusement altérée, mais cela n’empêche nullement Collot d'Herbois de siéger fidèlement, comme le prouve sa signature au bas de divers arrêtés entre le renversement de Robespierre et le 14 fructidor.

2Moins d’un mois s’écoule cependant avant sa sortie du Comité. Le 15 fructidor, il annonce sa démission, à l’instar de Billaud-Varenne, Barère et Tallien quittant également le Comité. Le renouvellement d’un quart des membres offrait l’occasion de se retirer en douceur, d’autant qu’un véritable flot de dénonciations avait déjà vu le jour.

3Si l’on excepte quelques précurseurs téméraires qui osent les attaquer dès Thermidor, c’est bien ce mois de fructidor an II qui marque la première césure politique majeure de l’après-Thermidor. Le 9 fructidor, un certain Féthémési (nom derrière lequel se dissimule Méfiée de la Touche, très lié à Tallien) publie un pamphlet qui fait grand bruit, davantage par sa nouveauté que par son contenu, vite dépassé par la surenchère des libellistes. Le titre est dénué d’ambiguïté : La Queue de Robespierre, ou les Dangers de la liberté de la presse. Parmi les cibles privilégiées, Collot d’Herbois et Billaud-Varenne sont en bonne place.

4Ce pamphlet, immédiatement dénoncé aux Jacobins et à la Convention, contient déjà trois des accusations qui vont être portées contre Collot d’Herbois : être l’un des continuateurs de Robespierre, l’un des éléments de sa « queue » ; avoir organisé de gigantesques et effroyables massacres à Lyon, avec un nombre de victimes sur lequel la fantaisie la plus totale règne désormais ; avoir participé au groupe hébertiste, tout en échappant aux proscriptions de ventôse-germinal.

  • 1 Archives parlementaires, tome 96, pp. 78 et sq.

5Coïncidence ? Ce n’est que trois jours plus tard, le 12 fructidor, que les anciens membres des deux Comités sont ouvertement dénoncés à la Convention. C’est Le Cointre qui se charge d’asséner les premiers coups, mais probablement n’est-il que le porte-parole d’un groupe plus important de Réacteurs. Son discours, qui accuse sept anciens membres des Comités (Billaud-Varenne, Collot d’Herbois, Barère, Amar, Vadier, Voulland et David), provoque immédiatement de vives réactions dans l’Assemblée. Après Carrier qui traite Le Cointre de scélérat, après Goujon qui s’insurge contre un tel discours, c’est Billaud-Varenne qui réfute les propos de Le Cointre et le défie de prouver ses accusations1. La Convention décrète alors qu’elle rejette les accusations de Le Cointre et que la conduite des sept ne mérite aucun reproche.

6Collot d’Herbois ne prend la parole que le lendemain et en appelle une nouvelle fois à cette concorde qu’il a plus souvent qu’à son tour revendiquée :

  • 2 Ibid., pp. 121-125.

... cette séance produira un grand bien ; elle empêchera les dénonciations de se renouveler Ce sont les dénonciations qu’il faut mettre en état d'arrestation [...] Ne donnons plus lieu à aucun ressentiment ; ouvrons nos âmes au sentiment de la concorde et de l'union, prouvons à notre collègue qu'il s'est trompé, en faisant le bien chaque jour davantage [...] et par là augmentons à tous moments dans son cœur le regret de nous avoir dénoncés.2

7La première alerte est certes passée, mais le répit n’est que de courte durée. Dès lors que dénonciations et calomnies sont lancées, il est bien difficile de les arrêter, Collot d'Herbois et ses compagnons en font vite l’expérience.

8Ils tentent pourtant d’aller à contre-courant, de s’opposer à ce qui est en train de se mettre en place. Le 21 fructidor, Collot témoigne de ses inquiétudes à la Convention :

  • 3 Moniteur, no du 27 fructidor an II.

Il suffit d'ouvrir les yeux pour voir partout des aristocrates dans Paris [...] Les représentants du peuple sont trompés par des hommes qui se couvrent du masque du patriotisme [...] Il est temps d'ouvrir les yeux et de resaisir les rênes du gouvernement d'une main hardie et forte. Nous ne voulons pas un gouvernement effrayant, nous voulons un gouvernement robuste [...] Vous rendrez aux patriotes leur énergie ; vous empêcherez qu’ils ne soient influencés et tourmentés, et vous imposerez silence aux aristocrates qui lèvent en ce moment une tête insolente pour accuser les patriotes. Ce sont les patriotes qui doivent accuser les aristocrates.3

  • 4 Y. Baralère, Les Jacobins convaincus d'imposture, Paris, an II.

9Vouloir maintenir le cap qui fut celui du grand Comité ? Vouloir ressusciter les pouvoirs immenses de ce dernier ? Ce sont là vœux pieux et combats d’arrière-garde... Le 25 fructidor, Fréron lance à nouveau son Orateur du peuple, avec un ton totalement bouleversé. D’une feuille qui se voulait concurrente de celle de Marat, Fréron crée la principale tribune thermidorienne, notamment l’une de celles qui dénoncent le plus violemment les anciens membres des Comités. Parallèlement prolifèrent les libelles, tel Les Jacobins convaincus d’imposture, imprimé le 28 fructidor, dont le texte commence par une véritable déclaration de guerre : « Le plus difficile à dépouiller, c’est la queue4. »

10Dans ces conditions, peu de temps peut s’écouler avant qu’une nouvelle dénonciation soit portée à la tribune de la Convention. Le 12 vendémiaire an III, c’est Legendre, l’un des amis les plus proches de Danton, qui reprend le flambeau, tout en limitant son attaque à trois des sept membres visés par Le Cointre : Collot, Billaud et Barère. Est-ce le climat nouveau qui s’est instauré dans le pays, et tout spécialement à Paris, depuis un mois ? En tout cas, les trois députés cités prennent tour à tour la parole pour se défendre. Là où il s’était révélé concis en fructidor, Collot, qui depuis quelque temps n’utilise plus guère son nom de théâtre (tout comme Billaud-Varenne est redevenu Billaud...), se lance dans une longue justification. Il en appelle aux témoignages de Carnot, Lindet, Prieur de la Côte-d’Or, et affirme :

Je ne vois pas sous quel point de vue nous pourrions être accusés sur des faits qui ont eu pour base des délibérations unanimes.

  • 5 Moniteur, no du 14 vendémiaire an III.

11Il évoque longuement le travail fourni au sein du Comité et soutient à nouveau que, s’ils ont attendu quelques mois avant de dénoncer Robespierre, c’était pour porter des coups plus sûrs, non pour l'épargner.5

12Bien que Carnot et Prieur se solidarisent aussitôt avec eux, la Convention décrète la constitution d’une commission d’enquête de douze membres. Non seulement l'attaque n’est cette fois-ci pas déclarée calomnieuse, mais de plus le soupçon entraîne l’investigation. Les pamphlétaires n’ont plus qu’à se déchaîner pour crier haro sur les futures victimes. Les mois qui suivent fructidor voient une véritable explosion de ces libelles, répandus à profusion dans Paris. Plusieurs utilisent sans scrupule le titre qui a si bien réussi à Méhée ; paraissent ainsi La Queue de Robespierre écorchée, ou la Tactique de ses rivaux dévoilée, ou encore La Tête à la queue, ou Première lettre de Robespierre à ses continuateurs.

13Lorsqu’il n’est pas associé à Billaud, Barère, voire Vadier, dans le même opprobre, Collot est particulièrement visé pour sa mission à Commune-Affranchie. Le pamphlet le plus sévère pour lui est issu de la verve d’un nommé Leboinel ; sous le titre Le Cri du sang qui demande vengeance, il reprend les accusations portées sur le passé théâtral de Collot, et surtout il se livre à une description particulièrement horrible des exécutions de Commune-Affranchie :

... j'ai, dans tes prouesses d'un an, plus qu'il ne faut pour te faire connaître et t’assommer. Tu fais semblant de sommeiller à présent, le sang t'a sans doute enivré ; mais ne crois pas que ton silence nous engage à t’imiter [...] Dans ton voyage à Lyon, tu as été le bourreau le plus sanguinaire, le satrape le plus insolent que ton ami Robespierre ait envoyé dans les départements [...] Je ne vois en place de Lyon, qu'un amas de ruines parmi lesquelles errent des cadavres vivants couverts de lambeaux, languissant dans la plus affreuse misère, tendant vers la Convention leurs bras décharnés pour demander vengeance.

14Ces préalables exposés, Leboinel décrit :

... le féroce Collot, l'œil enflammé de sang [qui] dicte ses arrêts de mort. C'est là, qu’au sortir d'une orgie, il ordonne le massacre d'un millier de Français avec le même sang-froid qu’il ordonnerait les apprêts d'un bal ou d’un festin.

  • 6 Leboinel, Le Cri du sang qui demande vengeance, Paris, an III.

15Leboinel, non content de cette fournée de mille victimes en une seule journée, chiffre à quatre le nombre des mitraillades, affirme que Ronsin précipitait les cadavres dans le Rhône et que si tous les représentants avaient agi ainsi, la France serait... un désert6 !

  • 7 Fonvielle aîné, Collot dans Lyon, tragédie, en vers et en cinq actes, sl, an III.

16D’autres libellistes recherchent davantage d’originalité. Fonvielle n’hésite pas à créer une véritable tragédie en cinq actes sur ce même thème, consacrant l’essentiel de sa trame aux massacres voulus par Collot7 :

Frapper ces Lyonnais, objets de mon courroux,
Les traîner dans la fange est mon vœu le plus doux.

17Tel autre poète promet à Collot le sort de ses victimes :

  • 8 Anonyme, Élégie sur la mort des malheureux Lyonnais victimes des terroristes, slnd.

Examinez Collot, l'opprobre de la terre,
C’est lui qui contempla d'un œil audacieux
Votre supplice rigoureux,
Et qui lança sur vous les foudres de la guerre
Pour vous faire expirer dans des tourments affreux.
Sur ce monstre affamé de sang et de victimes,
Dont l'aspect odieux souille encore nos climats,
Voyez nos bras armés ; nous poursuivons ses pas
Pour le précipiter dans le fond des abîmes.8

18L’exercice n’est pas de pure rhétorique si l’on considère ce qui se déroule à Lyon où, dès l’automne de l’an III, s’organise la chasse aux Jacobins. Nombre d’entre eux sont massacrés, que ce soit par la foule ou par des groupes organisés dans ce but, et les cadavres sont fréquemment jetés dans les eaux du Rhône ou de la Saône. Ainsi tombe Fernex, le 26 pluviôse an III, littéralement piétiné, assommé et noyé par les Lyonnais.

19Les Lyonnais ne se contentent d’ailleurs pas des pamphlets et envoient à la Convention une délégation pour dénoncer le :

  • 9 A.N., F7 4435 plaq. 5 pièce 29.

... règne du cannibale Collot [...], digne compagnon de Carrier, qui a fait assassiner des milliers de citoyens sans jugement, car ce n’est pas juger que de demander à un prévenu son nom et l’envoyer à l’échafaud sans autre question[...]9.

20Les quelque deux cents signatures qui figurent au bas du texte apporté à l’Assemblée n’ayant visiblement pas suffi à accélérer le cours de la justice, les Lyonnais présentent le 17 ventôse une seconde pétition. L’orateur n’est autre que Changeux, celui-là même qui a osé, un an plus tôt, exposer les doléances de ses concitoyens dans un tout autre contexte.

  • 10 Changeux, Matrat et Dutel, Le Peuple de Lyon à la Convention nationale, Paris, an III.

21Non seulement les habitants de la cité rhodanienne ont cette fois-ci retrouvé la mémoire pour vilipender l’ancien comédien (« ... vous entendrez dans cette journée de sang Collot d’Herbois s’écrier dans les transports d’une joie féroce : me voilà vengé des coups de sifflets que j’ai reçus au théâtre de Lyon10 »). Mais de plus ils appuient leur dénonciation sur l’Instruction qui, selon eux, proscrivait trois quarts des Lyonnais (sic !) et suffit à envoyer son auteur à l’échafaud.

  • 11 A.N., F7 4443 plaq. 5 pièce 264 (Lettre ms d’Isoré au Comité de sûreté générale).
  • 12 La Petite Feuille de Paris rapporte qu’ils ont été « forcés de s’esquiver à la faveur d’un passage (...)

22Enfin, parallèlement à ces agressions verbales, les menaces physiques ne tardent pas à faire leur apparition. Le 8 frimaire, un groupe de près de deux cents personnes manifeste sous les fenêtres de Collot, tandis que quelques uns tentent de forcer la porte de la maison aux cris de « À bas les Jacobins, les buveurs de sang, à bas Barère, Collot et Billaud11 ». Le lendemain, Collot et Billaud, qui se promènent dans les galeries du Palais-Royal, sont à nouveau couverts d’injures et poursuivis12.

23Devant une telle montée de la haine, le silence de Collot et de ses compagnons paraît d’autant plus spectaculaire, à un point tel que Lejeune leur reproche ouvertement de se taire, lors de la séance des Jacobins du 25 vendémiaire an III.

  • 13 Jean-Marie Collot (...) à ses collègues, Paris, an III.
  • 14 J.-M. Collot, Quelques idées sur les fêtes décadaires..., Paris, an III.

24Les motifs de ce silence sont de plusieurs ordres. Tout d’abord Collot souhaite éviter les prises de parole pour ne pas offrir des armes à la calomnie, dans la mesure où les libellistes s’empressent d'interpréter ses opinions afin de mieux le dénoncer. Mais se taire revêt également une autre signification, équivaut à manifester du mépris pour les accusations portées par les pamphlétaires (« ... je me taisais, retranché dans ma conscience, me confiant à la raison publique et à la justice des cœurs sincères. La calomnie et les libelles ne sont pas, selon moi, des autorités qui tiennent sous leur dépendance la vie et la réputation d’un citoyen irréprochable13 »). Enfin vient une troisième et dernière explication de son absence de la tribune des Jacobins, celle qui consiste à l’envisager plongé dans les divers documents nécessaires à sa défense (« Uniquement occupé des soins de notre défense, et m’étant résigné pour cela à une sorte de réclusion [...]14 »).

25De fait, la quantité même des textes rédigés pour sa justification illustre bien ce travail. Si l’on ne prend pas en compte les ouvrages collectifs parus sous sa signature comme sous celles de ses collègues d’infortune, Collot est l’auteur de neuf opuscules édités de nivôse à germinal an III. Certes les plus brefs comportent de quatre à seize pages, mais deux d’entre eux dépassent la trentaine et les Éclaircissements nécessaires sur ce qui s’est passé à Lyon comportent soixante-douze pages. Au total, il consacre plus de deux cents pages à son autojustification. Tout comme ses collègues, il se plaint des difficultés rencontrées pour faire publier ses défenses. Ses trois premiers écrits sont édités par Guérin, à ses frais, ce qui doit représenter une charge non négligeable. Ce n’est qu’au début de nivôse que la Convention autorise l’Imprimerie nationale à accueillir leurs textes. Dès lors, tous sortent de ces presses de la seconde moitié de nivôse à germinal.

26Les écrits justificatifs de Collot d’Herbois peuvent être classés en trois catégories distinctes, même si les thèmes retenus finissent par se recouper. Une première catégorie, restreinte, concerne les textes destinés à contrer les attaques particulières de représentants du peuple, pour l’essentiel Tallien et Clauzel ; le second cas de figure est constitué par les opuscules destinés à rappeler les aspects positifs de son rôle politique et le caractère sans tache, selon lui, de sa biographie ; enfin, le troisième groupe de textes porte sur l’épineuse question lyonnaise, bien évidemment au centre des accusations portées contre lui.

27À cette dernière catégorie se rattachent deux écrits qui se succèdent à environ deux mois d’intervalle. Tout d’abord sortent des presses, en nivôse, les volumineux Éclaircissements, puis en ventôse une Réponse (...) à la pétition des Lyonnais.

28L’introduction des Éclaircissements illustre à elle seule la position de Collot en ces mois difficiles, puisqu’elle est entièrement construite sur la base d’une opposition très manichéenne de vocabulaire. Il appelle implicitement les lecteurs à mettre en balance les termes suivants :

Atroces pamphlets

Authentiques témoignages

Mensonges

Foi publique

Anecdotes barbares

Événements certains

Libelles mensongers

Rapport des représentants

29Cette dichotomie parcourt tout le texte, scandé régulièrement par les mots les plus utilisés : calomnie et mensonge.

30À ses yeux, les Éclaircissements forment l’ouvrage définitif, celui par lequel la lumière doit éclater, renvoyant les libellistes à l’obscurité qu’ils n’auraient jamais dû quitter.

  • 15 Ce type d’argument visant, à juste titre, à rejeter la responsabilité des textes sur l’ensemble de (...)

31Loin de nier les exécutions de masse, il tente d’en justifier la nécessité d’une double manière. Tout d’abord, il revient longuement sur l’état de la République au moment des faits, liant la révolte lyonnaise à l’ensemble des foyers soulevés contre Paris, et il soutient que les insurgés lyonnais n’ont pas hésité à commettre de multiples atrocités qu’il rapporte avec force détails. Dans ces conditions, il rappelle que c’est la Convention qui a adopté le décret portant que Lyon serait détruit15 et que, par ailleurs, les délibérations des quatre missionnaires furent toujours communes... Mais ici l’accusé se berce d’illusions : Fouché, aussi bien que Laporte et Albitte ont soin d’éviter de se compromettre au plus fort des attaques antijacobines. Aucun d’eux n’élève et n’élèvera la voix pour le défendre.

32À l’appui de ce mémoire justificatif, Collot publie les décrets de la Convention, quinze des arrêtés pris à Ville-Affranchie et certaines de ses proclamations. Naturellement il a effectué un tri préalable parmi les arrêtés et les plus violents sont absents ; cependant il en publie certains qui témoignent de sa fidélité à l’esprit et aux idéaux de l’an II, ce qui peut sembler courageux, voire suicidaire, en l’an III.

33Dans la même optique, sa Réponse (...) à la pétition des Lyonnais prouve qu’il ne regrette rien, tout au moins en ce qui concerne les principes.

34Aux Lyonnais venus à la barre de la Convention le 17 ventôse an III pour démontrer l’horreur de l'Instruction, Collot réplique de façon audacieuse en publiant à nouveau ce document. Revoyant ce texte après plus d’une année écoulée, il en revendique pleinement la paternité et ne voudrait pas en retrancher plus d’une dizaine de lignes, même s’il concède que le style est parfois sévère.

35Cette Réponse constitue son dernier écrit imprimé, si l’on ne tient pas compte de son discours à la Convention du 4 germinal ; c’est pourquoi la conclusion en prend une importance extrême. Après avoir refusé de combattre une nouvelle fois les calomnies répandues depuis plusieurs mois, il amène le débat sur le terrain politique et soutient qu’à travers lui et ses collègues du grand Comité, c’est l’ensemble de la politique de l’an II qui est visé :

  • 16 J.-M. Collot, Réponse (...) à la pétition des Lyonnais, op. cit., p. 32.

... ayez la franchise de nous déclarer que ceux qui se dévouèrent à faire exécuter des lois rigoureuses, pour sauver des milliers de patriotes menacés et proscrits, sont désignés à leur tour à la proscription et à la mort par d’implacables vengeances [...] ; déclarez franchement que le partisan sincère et courageux de l’égalité doit être sacrifié à de nouveaux projets [...] C’est à la fin de la révolution, morts ou vivants, que nous serons tous jugés, et cette fin ce sera, malgré vous, la République démocratique : n’en doutez pas.16

36Ces phrases qui sonnent comme un testament politique sont aussi une dernière offensive, une ultime tentative pour renverser le courant qui anéantit progressivement tout ce que les Jacobins ont patiemment édifié. Mais même cette belle envolée lyrique n’y fait rien, la Convention a déjà arrêté la marche à suivre et le procès est jugé avant d’être commencé...

  • 17 La composition de cette commission ne peut réjouir Collot et ses amis. Les quelques Montagnards qu (...)
  • 18 J. B. M. Saladin, Rapport (...) pour l'examen de la conduite des représentants du peuple Billaud-V (...)
  • 19 No du 14 ventôse an III.

37Dès le 7 nivôse an III, les Comités rendent leur verdict. Les cas de David, Amar et Voulland, dénoncés par Le Cointre en fructidor, sont écartés, alors qu’une commission de vingt et un membres17 est désignée pour examiner les actes de Collot, Billaud, Barère et Vadier. Cette commission passe deux mois à recueillir les pièces nécessaires à son enquête et rend ses conclusions le 12 ventôse par la voix de son rapporteur, Saladin18 Comme elle estime « qu’il y a lieu à accusation (...) », l’Assemblée décrète l’arrestation immédiate des quatre représentants. Selon le Moniteur, « une immense majorité se lève pour l’adoption ; personne ne se lève à la contre-épreuve19 » ; tout comme lors du procès de Carrier, aucun des derniers Crêtois, ces députés qui osent encore se réclamer de la Montagne, ne dépasse le courage de la seule abstention...

38Des quatre accusés, seul Vadier choisit de se cacher ; Collot, Billaud et Barère sont placés en résidence surveillée à leur domicile respectif.

39Leur attitude est-elle dictée par la peur d’être mis hors la loi en cas de fuite, comme cela fut le cas de Robespierre et de ses amis ? Ou bien est-ce une soumission à la Convention dans l’espoir de gagner leur procès et de triompher comme Marat avait su le faire ? Pourtant les temps ont changé, et ils le savent mieux que quiconque. Plus probablement espèrent-ils qu’avec leur défense personnelle, ils vont contribuer à la lutte pour la sauvegarde des acquis de l’an II, tant il est vrai qu’en ventôse an III rien n’est encore définitivement joué. Le mouvement populaire survit dans de nombreuses sections, même si le ressort en est quelque peu brisé, même si les chefs capables de diriger une insurrection sont des plus rares. Une fois encore, c’est le dos au mur que Collot, Billaud et Barère sont contraints de se battre.

  • 20 A.N., F7 4443 plaq. 2 pièce 60 (Consignes ms du Comité de sûreté générale).

40Pendant les quatre semaines que dure cette première arrestation, les trois hommes sont étroitement surveillés, tant est grande la crainte d’une évasion. Deux gendarmes sont placés en permanence à l’intérieur de leur domicile, tandis qu’un officier effectue des visites de contrôle, deux à trois fois par jour à des heures différentes20. De plus, des observateurs de police sont en faction devant les bâtiments et notent soigneusement les allées et venues.

  • 21 Ibid., plaq. 2 (multiples rapports d’observateurs de police).

41Malgré la sévérité des consignes, les gendarmes montrent parfois des signes d’une faiblesse bien humaine. Ceux qui gardent Barère sont sévèrement tancés pour avoir pris l’air sur le balcon, en laissant leur prisonnier seul quelques instants. Quant à ceux qui sont postés chez Collot, ils « n’ont pu se défendre d’accepter une bouteille de vin, du pain et du fromage ». Sommés de rendre des comptes, les deux malheureux gendarmes expliquent qu’ils ont eu peur de « blesser la représentation nationale par un refus trop opiniâtre21 ».

42La garde à vue est adoucie par l’autorisation des visites et de nombreux personnages se risquent encore à visiter Collot, conventionnels, amis ou encore de ces anciens militaires qu’il a si souvent défendus. Il se trouve même des citoyens suffisamment audacieux (ou inconscients ?) pour tenter de prendre la parole en public pour défendre les accusés :

  • 22 A. Aulard, Paris pendant la réaction thermidorienne et le Directoire..., Paris, 1898-1902, tome I, (...)

Au café de Chartres un individu, inconnu aux habitués de ce café, a élevé la voix pour parler en faveur de Collot d'Herbois, Barère et autres ; il fut désapprouvé de tout le monde ; on se mit à crier : à bas le rejeton de Robespierre ! et il fut obligé de se retirer. Ce particulier a été suivi ; il demeure rue Croix-des-petits-champs, n° 108, maison à porte cochère.22

43Le Comité de sûreté générale n’a plus qu’à passer à l’ouvrage. Ces faits sont d’autant plus remarquables que la campagne de presse, menée principalement par l’Orateur du peuple, se déchaîne plus que jamais à l’approche du procès au sein de la Convention.

  • 23 C’est notamment le cas de Lindet, dont le discours dure près d’une demi-journée. Le Journal de Fra (...)

44Celui-ci commence le 2 germinal, en présence des accusés qui entendent tour à tour d’anciens membres des Comités rappeller la situation de l’an II, la solidarité de tous dans les actes du gouvernement, leur opposition à Robespierre23. Ce n’est que le 5 germinal que commence la lecture des divers chefs d’accusation et plusieurs conventionnels prennent à nouveau la défense des accusés (Maure, Danjou, Monestier, Thirion, Garnier de l’Aube, Ruamps, Frécine ou encore Levasseur de la Sarthe). Pourtant, il y a toujours ces silences qui doivent faire mal à Collot, notamment ceux de Fouché, Albitte et Laporte...

  • 24 Sur ce « procès », voir notamment le Journal de France à ces dates.

45Vu le nombre d’intervenants, le procès menace de traîner en longueur puisque ce n’est que le 11 germinal que Saladin lit le troisième chef d’accusation24. La veille, Merlin de Douai a réclamé que les trois hommes soient directement envoyés devant le Tribunal révolutionnaire, car selon lui le procès semble devoir durer au moins six mois et entretenir une agitation dans Paris. Fréron va beaucoup plus loin dans son Orateur du peuple qui lance de véritables appels au meurtre :

  • 25 No du 11 germinal an III.

Quand finiront tous ces délais ? Quand la malveillance des factieux cessera-t-elle d’entraver cette affaire ? Quand la justice frappera-t-elle les plus grands criminels qui jamais aient existé ? On parle de remettre leur procès à la prochaine législature [...] Représentants du peuple, voulez-vous que la nation se fasse justice elle-même ? Voulez-vous provoquer les derniers excès de l’indignation populaire ? Voulez-vous que les cadavres sanglants des coupables traînés par les mains du peuple vous accusent de faiblesse ou de complicité avec ses bourreaux ?25

46Ce n’est pas seulement le nombre important de conventionnels qui prennent la défense des accusés qui inquiète Fréron, Merlin et consorts ; c’est également le fait que le mouvement populaire redresse la tête en ce début de germinal, même si cela paraît davantage lié au problème des subsistances qu’à la défense des trois prévenus. Hélas pour Collot et ses compagnons, c’est ce même mouvement populaire qui, par son caractère improvisé et désordonné, va précipiter le dénouement du procès.

Notes

1 Archives parlementaires, tome 96, pp. 78 et sq.

2 Ibid., pp. 121-125.

3 Moniteur, no du 27 fructidor an II.

4 Y. Baralère, Les Jacobins convaincus d'imposture, Paris, an II.

5 Moniteur, no du 14 vendémiaire an III.

6 Leboinel, Le Cri du sang qui demande vengeance, Paris, an III.

7 Fonvielle aîné, Collot dans Lyon, tragédie, en vers et en cinq actes, sl, an III.

8 Anonyme, Élégie sur la mort des malheureux Lyonnais victimes des terroristes, slnd.

9 A.N., F7 4435 plaq. 5 pièce 29.

10 Changeux, Matrat et Dutel, Le Peuple de Lyon à la Convention nationale, Paris, an III.

11 A.N., F7 4443 plaq. 5 pièce 264 (Lettre ms d’Isoré au Comité de sûreté générale).

12 La Petite Feuille de Paris rapporte qu’ils ont été « forcés de s’esquiver à la faveur d’un passage qu’ils ont trouvé dans la boutique d'un marchand. » (No du 11 frimaire an III).

13 Jean-Marie Collot (...) à ses collègues, Paris, an III.

14 J.-M. Collot, Quelques idées sur les fêtes décadaires..., Paris, an III.

15 Ce type d’argument visant, à juste titre, à rejeter la responsabilité des textes sur l’ensemble de la Convention a déjà été utilisé par Carrier lorsqu’il fut accusé, à la fin de brumaire an III (« Tout ici est coupable, tout, jusqu’à la sonnette du président ! »). Collot, qui écrit après la condamnation et l’exécution de Carrier, peut-il espérer convaincre ?

16 J.-M. Collot, Réponse (...) à la pétition des Lyonnais, op. cit., p. 32.

17 La composition de cette commission ne peut réjouir Collot et ses amis. Les quelques Montagnards qui en sont membres ne figurent pas parmi ceux qui osent fermement résister à la réaction, sauf à la rigueur Sergent et Bernard de Saintes (tous deux décrétés d’arrestation en prairial an III).

18 J. B. M. Saladin, Rapport (...) pour l'examen de la conduite des représentants du peuple Billaud-Varenne, Collot d'Herbois, Barère et Vadier..., Paris, an III.

19 No du 14 ventôse an III.

20 A.N., F7 4443 plaq. 2 pièce 60 (Consignes ms du Comité de sûreté générale).

21 Ibid., plaq. 2 (multiples rapports d’observateurs de police).

22 A. Aulard, Paris pendant la réaction thermidorienne et le Directoire..., Paris, 1898-1902, tome I, p. 390.

23 C’est notamment le cas de Lindet, dont le discours dure près d’une demi-journée. Le Journal de France note que « Lindet parle encore longtemps ; personne ne l’écoute, une grande partie de l’Assemblée est allée prendre de la nourriture, les autres membres causent entre eux ». (No du 3 germinal an III). Le lendemain, 3 germinal, c’est au tour de Carnot et Prieur de la Côte-d’Or, suivis par des membres de l’ancien Comité de sûreté générale, de défendre les accusés.

24 Sur ce « procès », voir notamment le Journal de France à ces dates.

25 No du 11 germinal an III.

© Presses universitaires de Lyon, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540