Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Collot d'Herbois

 | 
Michel Biard

Quatrième partie. La révolution déchirée

Chapitre I. L’impossible conciliation (Nivôse-Thermidor an II)

Texte intégral

1Pendant l’absence de Collot, la situation politique parisienne a rapidement évolué et ce que les historiens nomment la lutte des factions a commencé. Dans ce combat, Danton et les siens ont initialement semblé prendre le dessus. En frimaire, Camille Desmoulins lance son Vieux Cordelier dans lequel sont malmenés non seulement les Hébertistes, mais également la politique gouvernementale elle-même ; les Dantonistes s’enhardissent jusqu’à réclamer le renouvellement partiel du Comité de salut public et obtiennent l’arrestation de Vincent et Ronsin. Traditionnellement, l’historiographie présente le retour de Collot d’Herbois comme la césure fondamentale après laquelle les Hébertistes se ressaisissent, tandis que Robespierre dénonce le double péril qui menace le gouvernement.

2Étrange influence que celle d’un personnage qui parvient à lui seul non seulement à « endoctriner » (selon le mot d’Albert Soboul) les Jacobins et la Convention, mais également à faire changer d’orientation l’ensemble des membres du Comité, Robespierre compris ! De plus, tout cela est expliqué fondamentalement par le soutien, voire l’adhésion apportés par Collot d’Herbois au groupe hébertiste. Or tout concourt à prouver qu’il n’a jamais fait partie des affidés d’Hébert, Ronsin et Vincent.

3Les « preuves » fréquemment utilisées par les historiens pour attester son hébertisme visent avant tout ses relations avec Ronsin. Certes il prend la défense de celui-ci lors de son retour de Commune-Affranchie, mais cet engagement en faveur du général emprisonné ne vise-t-il pas à assurer sa propre défense ? À travers Ronsin, c’est l’ensemble de la politique menée sur les bords du Rhône et de la Saône qui est visé, donc implicitement Collot et ses collègues, ce que traduit bien le rapport d’un observateur de police daté de nivôse :

  • 1 P. Caron, Paris pendant la Terreur.... op. cit. tome I, p. 335 (Rapport du 2 nivôse an II).

Il n'est pas étonnant, dit-on, que Collot d’Herbois prenne la défense du ci-devant général Ronsin, puisque celui-ci n’était effectivement, pour l’affaire de Lyon, qu’un agent subordonné au représentant Collot d’Herbois ; la conduite de l’un et de l’autre doit donc être nécessairement et également examinée.1

4Ronsin n’intéresse Collot que dans la mesure où il se trouve visé par les mêmes adversaires. Il est à cet égard symptomatique que Collot ne fasse pas la moindre allusion à Vincent avant la fin de pluviôse, soit environ deux mois après son retour dans la capitale. Celui-ci n’ayant qu’un rapport très indirect avec la mission à Ville-Affranchie n’entre pas prioritairement dans l’offensive menée par Collot contre les Indulgents. Si Collot était affilié au groupe hébertiste, il aurait sans nul doute défendu aussi bien Vincent que Ronsin, tous deux incarcérés.

5Par ailleurs, nulle trace (sérieuse) n’existe sur d’hypothétiques liens privilégiés entre Collot d’Herbois et Hébert, Ronsin ou les divers chefs de l’armée révolutionnaire parisienne contrôlée par les Hébertistes. Seul un article du Père Duchesne fait l’éloge de Collot lors de son retour de Commune-Affranchie :

  • 2 No du 30 frimaire an II.

Heureusement l'intrépide défenseur de la sans-culotterie, le brave Collot d’Herbois, est arrivé pour débrouiller l'intrigue. Le géant a paru et tous les nains qui asticotaient les meilleurs patriotes sont rentrés à cent pieds sous terre.2

6Que penser de cette prose ? Comment Hébert ne se réjouirait-il pas de l’arrivée d’un membre du Comité dont il a approuvé totalement le type de mesures terroristes appliquées à Lyon ? Hébert, attaqué par les Indulgents, sait que Collot d’Herbois est ou sera mis en cause pour cette répression ; aussi cherche-t-il à le rallier à sa cause. Cela ne signifie pas pour autant qu’il y ait des liens personnels entre les deux hommes... Les seules relations réelles que Collot d’Herbois entretient avec un militant dont la tête tombe avec celles des Hébertistes sont celles qui concernent Desfieux. Mais François Desfieux, membre influent de la section Lepeletier (ex-section de la Bibliothèque, puis de 1792), celle où vit Collot, est joint au procès des Hébertistes selon le système de l’amalgame utilisé à plusieurs reprises et en raison de ses liens avec des personnages pour le moins louches tels Proli et Pereyra. Les liens de Collot d’Herbois et Desfieux tiennent d’affinités électives et non de leur participation commune à la nébuleuse hébertiste. Ce n'était certes pas la première fois qu’un militant se trouvait compromis par d'anciennes amitiés devenues suspectes. Bien d’autres exemples pourraient être cités, à commencer par les relations successives de Robespierre.

  • 3 Par exemple à la séance des Jacobins du 26 pluviôse an II (Moniteur, no du 30 pluviôse an II).

7L’offensive lancée par Collot d’Herbois contre les Indulgents confirme pleinement sa position. Loin de défendre les dirigeants hébertistes, ses interventions visent avant tout à assurer sa propre sauvegarde politique, ainsi qu’à justifier les choix du Comité de salut public. De plus, il ne prend pas parti contre les Indulgents en bloc, mais contre certains individus. Là où il porte des coups sévères contre Philippeaux ou Dufourny, il se montre relativement modéré dans ses tirades à l’encontre de Camille Desmoulins et surtout, à plusieurs reprises, il prêche ouvertement la concorde et l’union de tous les révolutionnaires face à l’ennemi commun3.

8Ces tentatives d’apaisement ne suffisent guère à convaincre les dirigeants hébertistes, qui intensifient leur action contre les Indulgents. Le 12 ventôse, Ronsin évoque aux Cordeliers la nécessité d’une insurrection, et la séance du 14 fait basculer le club vers l’illégalité. Le tableau qui renferme la Déclaration des droits de l’homme est voilé d’un crêpe noir ; il doit le rester jusqu’à la disparition des Indulgents. Carrier, soutenu vivement par Hébert, réclame ouvertement l’insurrection.

  • 4 La Société des Cordeliers dont je ne parlerai jamais qu’avec respect, ne sera pas longtemps la dup (...)

9La séance des Jacobins du 16 ventôse est presque entièrement consacrée à ces déclarations. En l’absence de Robespierre et Couthon, malades, mais aussi de Billaud-Varenne et Jeanbon Saint-André, en mission, Collot d’Herbois est le seul membre du Comité à fréquenter assidûment la Société. C’est lui qui monte à la tribune pour dénoncer le comportement des dirigeants cordeliers et son langage est beaucoup plus ferme que celui réservé plus tôt à Desmoulins et à ceux qui, comme lui, n’étaient qu’« égarés ». Ici, si les Cordeliers sont dans le même cas, les meneurs sont cependant traités d’intrigants et Collot évoque le sort de Jacques Roux qui lui aussi avait « séduit » les Cordeliers et que le Comité avait fait emprisonner4

10Ultime tentative de conciliation, les Jacobins décident d’envoyer une délégation, conduite par Collot d’Herbois, pour prêcher l’union aux Cordeliers. Tour à tour, Hébert, Ronsin et d’autres meneurs prennent le chemin de Canossa et soutiennent devant la délégation jacobine que leurs propos ont été déformés et que la fraternité des deux sociétés n’est point remise en cause. Collot d’Herbois croit-il sincèrement en cette réconciliation pour le moins plâtrée ? Si illusion réelle il y a, elle est en tout cas vite dissipée. De nouveaux discours menaçants de Vincent, la découverte d’affiches anonymes appelant à l’insurrection, le retour au sein du Comité de Robespierre, Billaud et Couthon... tout concourt à emporter la décision finale. Le Comité opte pour une frappe préventive. Dans la nuit du 22 au 23 ventôse, Hébert, Vincent, Ronsin et d’autres « suspects » sont appréhendés. Le 4 germinal, après un bref procès, leurs têtes tombent tandis que l’étau se resserre autour des Indulgents, dénoncés par Collot et ses collègues dès l’arrestation des Hébertistes. Dans la nuit du 10 germinal, Danton, Desmoulins et leurs amis sont incarcérés, puis guillotinés le 16 germinal après un simulacre de procès...

11À l’heure où le mouvement révolutionnaire s’automutile, Collot d’Herbois rêve pourtant encore d’unité et soutient plus que jamais le principe de la centralité législative :

  • 5 A. Aulard, La Société des Jacobins.... op. cit., tome VI, pp. 64-68 (Séance du 23 germinal an II).

On a beau faire, ce petit nombre d’hommes ne se désunira pas ; il restera fermement attaché à la République et à la liberté Un corps vivant est bien plus robuste quand on en a retranché tout ce qui pouvait nuire à la vie ; la Convention est bien plus forte depuis qu’on en a retiré ceux qui arrêtaient ses efforts et son énergie. Maintenant la Convention et les Comités de salut public et de sûreté générale ne font plus qu’un (...) Il n’est pas possible d’inventer un gouvernement plus central et plus fort, quoique amovible à l’heure et à la minute [...].5

12Malgré ce type de déclarations, peu de mois s’écoulent entre le drame de germinal et celui de Thermidor, avec à la clef une question fondamentale : comment expliquer l’attitude de Collot d’Herbois au 9 thermidor... ?

13L’historiographie admet le plus souvent que ce drame de ventôse-germinal a mené directement à celui de Thermidor. S’il paraît certain que l’élimination des dirigeants cordeliers et la répression politique qui l’accompagne transforment irrémédiablement le mouvement populaire, ouvrent des blessures qui ne peuvent être cicatrisées et aboutissent à une « Révolution glacée », selon l’expression de Saint-Just, l’évolution des différents acteurs de Thermidor, en ces mois, semble complexe. On ne peut se limiter à évoquer la vengeance des débris dantonistes et hébertistes contre le groupe lié à Robespierre. À preuve le fait que certains anciens amis de Danton sont spectaculairement discrets en thermidor et que, parallèlement, nombre de militants qui furent liés aux Hébertistes tombent aux côtés de Robespierre, tels Boulanger et Hanriot. Un personnage de l’envergure de Collot d’Herbois ne peut, à plus forte raison, se plier à des schémas par trop simplistes.

  • 6 Selon R. Palmer, « Collot portait les stigmates de l’hébertisme » (op. cit., p. 323). Pour F. Fure (...)
  • 7 A. Aulard, La Société des Jacobins.... op. cit., tome VI, pp. 129-130 (Séance du 26 floréal an II)

14L’hypothèse la plus fréquemment défendue pour justifier la position de Collot en thermidor consiste à rappeler ses liens prétendus avec la nébuleuse hébertiste6. Après avoir lâchement trahi le Père Duchesne, il aurait abandonné Robespierre... Cette analyse se heurte à des contradictions fondamentales. Premièrement, il est loisible de se demander pourquoi un homme si prompt à oublier ses amitiés passées à l’heure où le vent tourne n’effectue pas un nouveau revirement après Thermidor pour se joindre à la meute de la réaction ? Deuxièmement, nous l’avons vu, ses relations avec Hébert et ses amis sont beaucoup plus ténues que ne le veut la tradition historiographique. Troisièmement, son prétendu hébertisme est largement contredit par ses positions politiques du printemps 1794, puisqu’il est l’un des membres du Comité de salut public qui assène les coups les plus sévères au mouvement sectionnaire, lorsque les Jacobins tentent de contrôler les sociétés populaires des sections parisiennes, avant dans un second temps de les pousser à la dissolution. Il n’existe aucune tentative de Collot d’Herbois pour préserver ce qui reste d’autonomie dans le mouvement populaire parisien. Une fois encore, il réaffirme sa foi dans la centralité législative au moment même où, selon lui, les sociétés dénoncées veulent « faire de chaque section une petite République7 ». Entre ce fédéralisme supposé et le maintien d’un gouvernement fort, il ne peut en aucun cas hésiter. Si divergences il y a bien eu entre les membres du Comité dans les mois qui précèdent Thermidor, ce n’est certes pas ici qu’il faut en chercher les origines.

  • 8 R. Palmer soutient cette thèse en affirmant que Collot d’Herbois et Billaud-Varenne « s'étaient de (...)

15La seconde hypothèse, éternellement reprise par les historiens, consiste à classer Collot d’Herbois et Billaud-Varenne parmi les athées qui auraient été irrités par le culte rendu à l’Être suprême et en auraient conçu une rancœur suffisante pour les précipiter dans le camp des acteurs de Thermidor8.

16Pourtant cette allégation ne repose que sur bien peu de choses, et un amalgame dénué de fondements semble avoir été opéré entre les deux hommes et les membres ouvertement athées du Comité de sûreté générale. Le seul témoignage apparemment décisif est celui de Saint-Just dans son discours inachevé du 9 thermidor :

  • 9 Saint-Just, Discours et Rapports, Paris, 1977, p. 212.

Billaud-Varenne et Collot d'Herbois insinuèrent qu’il ne fallait point parler de l’Être suprême, de l'immortalité de l’âme, de la sagesse ; on revint sur ces idées, on les trouva indiscrètes, et l’on rougit de la Divinité.9

17En soi, cette petite phrase semble incontournable. Cependant elle peut s’expliquer par la volonté de Collot et Billaud de gommer, autant que faire se peut, les difficultés entre les membres des deux Comités au moment des tentatives de réconciliation qui précèdent le 9 thermidor. Plusieurs interventions antérieures de Collot d’Herbois démentent en effet son athéisme et même son éventuel refus de l’Être suprême.

18Le 9 floréal, il évoque :

  • 10 A. Aulard, La Société des Jacobins.... op. cit., tome VI, pp. 102-105.

... cette raison forte qui fait le premier trait du caractère d’un homme libre ; raison qui n'est pas celle qu’on voulait transformer en divinité malfaisante pour étouffer les plus doux sentiments, mais raison majestueuse, auguste, qui agrandit le cercle des idées, qui entretient les vertus solides ; raison qui émane directement de cet Être sublime vers lequel nous portons notre pensée [...] Nos soldats victorieux, élançant aussi leurs regards satisfaits vers le ciel, s’écrient avec joie : Il est d’accord avec nous !... Quelle plus digne communication peut avoir l’âme d'un républicain10 ?

19Le 23 floréal, il dénonce avec vigueur ceux qui calomnient la fête préparée par David pour le 20 prairial, les accuse de complicité avec les prêtres et l'aristocratie. Non satisfait de cet acte ouvert d’allégeance au nouveau culte, il pourfend ceux qui ont organisé, quelque temps plus tôt, les fêtes de la Raison :

  • 11 Ibid., pp. 121-125.

... ils ont travesti et profané la raison, même dans les cérémonies qu’ils avaient indiquées pour la célébrer. Ils en ont promené les simulacres dans les rues, et c’était une de leurs femmes qui jouait cette pantomine. On voit même encore une de ces raisons mortelles et complaisantes qui, sous une chemise de gaze, se produit sur je ne sais quel théâtre, avec du rouge et des mouches [...] Cette Raison postiche, qui courait les rues avec les conspirateurs, terminait avec eux leurs prétendues fêtes dans de licencieuses orgies ; il n’y avait qu’une épingle à détacher de sa draperie pour en faire la Débauche, et tout le danger qu’elle pouvait courir était de mourir de l’excès de son intempérance.11

  • 12 Les travaux en cours de Françoise Brunei démontrent que rien n’indique une quelconque contestation (...)

20À ce type de discours peu suspect de sympathie pour les déchristianisateurs, même s’il associe étroitement l’Être suprême et ce qu’il définit comme la « véritable » Raison, que peut-on opposer ? La réponse tient du néant... Absolument rien dans les interventions ultérieures de Collot d’Herbois, y compris après Thermidor, ne permet d’en faire un repenti du culte de l’Être suprême. Comme de plus, à diverses reprises dans sa carrière politique, même à Ville-Affranchie, il a ouvertement exprimé sa croyance en un Être supérieur, en ce Grand Architecte cher aux hommes des Lumières, il semble bien difficile de le qualifier d’athée. Son attitude lors des événements de Thermidor ne peut donc être dictée par des motivations religieuses, ce qui semble par ailleurs également le cas de Billaud-Varenne12.

21Troisième hypothèse, l’idée d’un désaccord fondamental des deux hommes avec les diverses mesures importantes prises au printemps de l’an II paraît encore peu justifiée.

22Comment Collot d’Herbois aurait-il pu désapprouver les décrets de ventôse, contester la célèbre formule de Saint-Just :

Les malheureux sont les puissances de la terre ; ils ont le droit de parler en maîtres aux gouvernements qui les négligent ?

23Lui-même, à Commune-Affranchie comme dans ses missions précédentes, a souvent pris de telles positions, a fait adopter des textes visant à faire disparaître la mendicité et à alléger les souffrances des plus démunis. Jamais il n’a nié la nécessité d’une alliance avec les couches populaires et, le 28 germinal, il rappelle que :

  • 13 Moniteur, no du 1er floréal an II.

... ce sont les ouvriers, ce sont les sans-culottes qui ont fait la Révolution ; ce sont eux qui l’ont maintenue, et qui l'ont couronnée du succès ; ce sont eux encore qui la finiront.13

24Que des membres du Comité tels Carnot ou Lindet aient pu se trouver en désaccord avec les décrets de ventôse, cela est du domaine du possible, mais ce ne peut être le cas de Collot d’Herbois.

25Reste la loi du 22 prairial, dont on sait que Billaud-Varenne dénonça, après Thermidor, le caractère non collégial de son adoption. Mais ici encore la reconstruction postérieure semble factice. Non seulement rien n’indique que Collot, Billaud ou Barère, les grands accusés de l’an III, aient été tenus à l’écart du projet, mais, de plus, l’objectif même de cette loi pouvait difficilement les irriter. Nul d’entre eux n’a contesté l’organisation, antérieure, de la commission d’Orange, aux méthodes très expéditives. Quant à Collot d’Herbois, n’a-t-il pas mis en place à Commune-Affranchie deux commissions tout aussi implacables ? Étant un partisan farouche de la Terreur, au nom de quoi aurait-il contesté cette loi de prairial, si ce n’est a posteriori pour mieux charger les membres du Comité déjà exécutés ? Saint-Just lui-même ne convenait-il pas le 9 thermidor que :

  • 14 Saint-Just, Discours..., op. cit., p. 207.

... si l’on examine ce qui pouvait avoir donné lieu à la discorde, il est impossible de le justifier par le moindre prétexte d’intérêt public. Aucune délibération du gouvernement n’avait partagé les esprits [...].14

26S’il n’y a ni désaccord politique fondamental, ni opposition religieuse conséquente, que reste-t-il ?

27Naturellement, on a mis en avant l’usure psychologique et physique des hommes du Comité, et cela n’a certes pu qu’aviver les tensions, froisser davantage les susceptibilités, aggraver les soupçons. Mais comment juger de l’état moral de cette poignée d’hommes à deux siècles de distance ? Et surtout comment croire que des nerfs qui craquent, une perte de sang froid, peuvent tout expliquer, que la querelle n’ait point de substrat ?

  • 15 Notamment Barère et Barras.

28À nos yeux, l’une des hypothèses les plus crédibles pour expliquer le retournement de Collot d’Herbois et Billaud-Varenne à la veille de Thermidor repose sur leur perception du rôle politique de Robespierre. Celui-ci leur semble vouloir se créer un « parti », lancer une nouvelle épuration et va jusqu’à dénoncer l’existence de nouvelles factions, un mois avant Thermidor. Il est probable que les personnages visés étaient avant tout des représentants en mission dont le rappel avait été compris comme une sanction, sans que cela ait forcément un rapport avec l’application de la Terreur dans les départements. Plusieurs conventionnels15 font référence à ces fameuses listes de proscription, mais ils ne les évoquent qu’après Thermidor et se contredisent fréquemment. Quoi qu’il en soit, de toute évidence, Fouché est rapidement l’une des cibles favorites de Robespierre. Il le dénonce dès germinal et obtient son rappel à Paris. En prairial et messidor, l’incorruptible se livre à de violentes attaques contre lui et réclame son exclusion des Jacobins. Or Collot d’Herbois ne peut qu’être irrité par des coups qui sont portés contre l'un des conventionnels qui lui est le plus lié. De plus, Fouché s’empresse de convaincre Collot que lui aussi risque d’être compris dans la proscription. Le 1er floréal, il l’en prévient déjà implicitement :

  • 16 Cette lettre est publiée par Collot dans ses Éclaircissements... (op. cit., p. 25). L’original n’a (...)

Je n’ai pas encore eu l’occasion, mon ami, de te communiquer deux lettres importantes. La première est de Reverchon à Robespierre, dans laquelle tu trouveras un aveu précieux à recueillir. Reverchon convient qu’il est parti pour Lyon avec des préventions contre toi et contre moi, et qu’il est obligé d’avouer que nos principes et notre conduite sont conformes à la justice et à la probité publique la plus austère [...].16

29Que l’allégation de Fouché soit exacte ou non, elle ne peut qu’éveiller fortement la méfiance de Collot d’Herbois et renforcer d’éventuels soupçons.

  • 17 Sur cet attentat, voir essentiellement le dossier conservé aux A.N. sous la cote W 389 no 904.
  • 18 A. de Lestapis, « Autour de l’attentat d’Admiral », in Annales historiques de la Révolution frança (...)
  • 19 O. Blanc, Les Hommes de Londres, Paris, 1989.

30La seconde rupture qui se produit et semble accélérer la décision de Collot est l’attentat commis contre sa personne en prairial17, lorsqu’un nommé Admirat tente de l’abattre alors qu’il regagnait son domicile. Les historiens s’accordent en général pour affirmer que cette tentative de meurtre et celle de Cécile Renault contre Robespierre (le même jour) sont à l’origine de l’adoption de la loi du 22 prairial. Arnaud de Lestapis18, en 1957-1959, puis Olivier Blanc19, plus récemment, sont même allés jusqu’à affirmer que l’acte d’Admirat résultait d’un complot organisé par des membres des deux Comités (dont Collot dans le rôle de la victime qui sait par avance ne rien risquer !) afin de faire adopter la loi du 22 prairial pour mieux désigner Robespierre comme le seul monstre sanguinaire...

31Le seul problème pour valider cette thèse, séduisante pour mieux comprendre les événements de Thermidor, vient du peu de fiabilité des sources sur lesquelles elle repose. Mais quoi qu’il en soit, le résultat est le même. Après cet attentat, Collot d’Herbois disparaît presque de la tribune des Jacobins. Alors même qu’il en était l’un des orateurs les plus écoutés et que rares étaient les réunions où il n’intervenait pas, les comptes rendus de séance laissent apparaître un silence ou une absence physique qui dure plus de trois semaines. Il ne reprend la parole qu’au début de messidor, puis trois nouvelles semaines de silence prennent place du 19 messidor au... 8 thermidor.

32S’il est donc délicat de dater sa rupture avec Robespierre, les mois de prairial et de messidor sont remarquables par son retrait de la tribune des Jacobins, au moment même où Robespierre et ses amis l’occupent plus fréquemment. Après Thermidor, divers conventionnels ont daté cette rupture des événements de ventôse-germinal... deux mois ? Trois mois ? Quatre mois ? En tout état de cause, l’absence de Collot d’Herbois aux Jacobins (de même que celle de Billaud-Varenne) correspond singulièrement à celle de Robespierre au Comité de salut public, puisqu’il n’y vient que très rarement à partir du 13 messidor.

33La rupture a, semble-t-il, lieu le 11 messidor et Robespierre ne reparaît pratiquement plus au Pavillon de Flore avant les fameuses tentatives de réconciliation des 4 et 5 thermidor, où il n’assiste qu'à la seconde séance. Si l’on se fie à la tradition historiographique, le consensus n’aurait été que de façade lors de cette réunion plénière des deux Comités ; Saint-Just notamment rapporte, le 9 thermidor, que :

  • 20 Saint-Just, Discours..., op. cit., p. 212.

... Billaud-Varenne dit à Robespierre : Nous sommes tes amis ; nous avons marché toujours ensemble. Ce déguisement fit tressaillir mon cœur. La veille, il le traitait de Pisistrate et avait tracé son acte d'accusation [...].20

34Cependant, d’autres témoignages, notamment ceux de Voulland et de Barère, laissent à penser que des concessions mutuelles permirent d’envisager une issue heureuse. Néanmoins, les principaux protagonistes de la crise semblent être largement restés sur leurs positions et le 8 thermidor Robespierre déclenche le mécanisme qui conduit à sa chute.

35Lorsqu’il lit à la Convention ce discours qui constitue son véritable testament politique, le doute et les hésitations ne sont plus permis pour Collot d’Herbois, Billaud-Varenne, Vadier, Amar, Cambon et bien d’autres. Bien que l’on affirme souvent qu’il commit l’erreur de ne pas citer de noms, certains sont pourtant offerts en pâture aux députés et d’autres font l’objet d’allusions bien explicites. De plus, il dénonce un complot qui a des ramifications au cœur même de l'Assemblée, dans le Comité de sûreté générale, et dans lequel entrent plusieurs membres du Comité de salut public.

  • 21 Voir un compte rendu détaillé de cette séance des Jacobins dans Le Conservateur décadaire, no des (...)

36Son discours soulève une multitude d’interventions, mais qui parfois se contredisent, montrant bien que le 9 thermidor n’a pas été le complot soigneusement prémédité que l’on décrit en général. C’est la séance du soir aux Jacobins qui tranche définitivement le peu de liens qui subsistaient entre Robespierre et les siens face à Collot et Billaud. Tous deux cherchent à répliquer alors que Robespierre relit son discours de la Convention, mais ils ne sont soutenus que par une minorité de Jacobins. Couverts par les huées des tribunes, ils sont expulsés du club au cri de « Les conspirateurs à la guillotine21 ».

37Une nouvelle altercation, cette fois avec Saint-Just, a lieu au Comité et avive encore les tensions. Cependant, une lettre écrite par Voulland le jour même du 9 thermidor, avant la crise, laisse entendre que tout n’était pas encore figé :

  • 22 Lettre publiée par A. Mathiez, Girondins et Montagnards, Paris, édition de 1988, pp. 177-178.

Le discours de Robespierre, jeté hier au milieu de la Convention, y a laissé l'impression la plus douloureuse [...] Les deux comités ont passé la nuit pour aviser aux moyens d’une juste et légitime défense. Je ne la préviendrai pas ici, je me bornerai à vous dire que je ne vois dans tout ce qui se passe autour des deux comités que de petits amours blessés qui se sont aigris avec le temps, et dont l'explosion a été terrible.22

38Le témoignage est ici sans appel, les deux Comités se sont bien réunis dans la nuit du 8 au 9 thermidor pour déterminer leur position commune. Cependant, dans cette même lettre, Voulland affirme avec force que Robespierre a été trompé, qu’il n’existe aucun complot dans les Comités, et à aucun moment il n’évoque la possibilité de le renverser..., preuve supplémentaire du caractère improvisé du 9 thermidor.

39Quoi qu’il en soit, la séance de la Convention de ce jour s’ouvre à onze heures, sous la présidence de Collot d’Herbois, puisqu’il a été porté à cette fonction au soir du 1er thermidor. Saint-Just arrive environ une heure plus tard pour lire son discours, vite interrompu par Tallien, puis par les attaques frontales portées par Billaud-Varenne. L’arrestation de Robespierre et de ses compagnons décrétée, il revient à Collot d’Herbois de prononcer l’un des premiers discours qui fondent l’événement thermidorien :

  • 23 Moniteur, no du 12 thermidor an II.

Citoyens, il est vrai de le dire, vous venez de sauver la patrie [...] ; vos ennemis disaient qu’il fallait encore un 31 mai [..] ; ils étaient déjà tout radieux, les participants de la contre-révolution ; mais la journée sera sinistre pour eux. Ce n'était pas une insurrection à leur manière qu'il fallait, c’était une insurrection contre la tyrannie, et c’est vous qui l’avez faite [...} Jamais, non, jamais le peuple français n’aura de tyran [...].23

40Ce qui n’est encore qu’une sorte de coup d’état parlementaire devient par son organe tout à la fois la mise en échec d’une nouvelle tentative de « contre-révolution », autant dire la chute d’une énième faction surgie sur les débris des précédentes, et une véritable révolte des députés contre le despotisme, ou prétendu tel, exercé par Robespierre.

41Ce n’est que le 11 thermidor, après l’exécution de Robespierre et de ses fidèles, que Collot et Billaud reviennent aux Jacobins afin de convaincre cette Société qui les a si violemment rejetés quelques jours plus tôt. Le Journal de la Montagne note que :

  • 24 No du 13 thermidor an II.

... cette séance a été courte, mais énergique. La société était peu nombreuse, mais elle était composée de Jacobins. Les tribunes n'étaient pas pleines, mais elles étaient occupées par de bons citoyens et de bonnes citoyennes.24

42Pour parler plus directement, la quantité a laissé place à la « qualité » !

43Billaud et Collot interviennent tour à tour afin de livrer des détails sur la « conspiration » de Robespierre et affirment :

  • 25 A. Aulard, La Société des Jacobins..., op. cit., tome VI, p. 300.

... la Convention frappera tous les conspirateurs [...] Malheur aux ambitieux ! Ce sont des colosses ; ce sont des monstres. Mais la liberté tue les monstres ; elle abat les colosses.25

44Une telle tirade ne vise-t-elle que Robespierre et ses amis, ou bien a-t-elle des velléités préventives contre de futurs dominateurs ? Si Collot d’Herbois et Billaud-Varenne pensaient avoir accompli le plus difficile, ils doivent vite déchanter dès les lendemains de Thermidor, et d’accusateurs devenir accusés. Pour eux, le temps de l’exclusion est proche...

Notes

1 P. Caron, Paris pendant la Terreur.... op. cit. tome I, p. 335 (Rapport du 2 nivôse an II).

2 No du 30 frimaire an II.

3 Par exemple à la séance des Jacobins du 26 pluviôse an II (Moniteur, no du 30 pluviôse an II).

4 La Société des Cordeliers dont je ne parlerai jamais qu’avec respect, ne sera pas longtemps la dupe des intrigants qui l’ont jouée. Ce n’est pas la première fois qu’on l'égare [...] Jacques Roux aussi avait tâché de la séduire. Elle en a fait justice. » (Moniteur, no du 19 ventôse an II).

5 A. Aulard, La Société des Jacobins.... op. cit., tome VI, pp. 64-68 (Séance du 23 germinal an II).

6 Selon R. Palmer, « Collot portait les stigmates de l’hébertisme » (op. cit., p. 323). Pour F. Furet, « Collot d’Herbois, probablement le terroriste le plus exagéré du grand Comité, l’homme de la répression aveugle à Lyon et l’un des grands partisans de la déchristianisation, échappe à la liquidation de l’hébertisme en mars. » (Préface au livre de R. Palmer, op. cit., p. 8).

7 A. Aulard, La Société des Jacobins.... op. cit., tome VI, pp. 129-130 (Séance du 26 floréal an II).

8 R. Palmer soutient cette thèse en affirmant que Collot d’Herbois et Billaud-Varenne « s'étaient depuis longtemps montrés violemment anticléricaux [...] », (op. cit., p. 328).

9 Saint-Just, Discours et Rapports, Paris, 1977, p. 212.

10 A. Aulard, La Société des Jacobins.... op. cit., tome VI, pp. 102-105.

11 Ibid., pp. 121-125.

12 Les travaux en cours de Françoise Brunei démontrent que rien n’indique une quelconque contestation du culte de l’Être suprême par Billaud-Varenne.

13 Moniteur, no du 1er floréal an II.

14 Saint-Just, Discours..., op. cit., p. 207.

15 Notamment Barère et Barras.

16 Cette lettre est publiée par Collot dans ses Éclaircissements... (op. cit., p. 25). L’original n’a pas été retrouvé et faisait peut-être partie des 77 lettres de Fouché saisies au domicile de Collot lors de son arrestation en l'an III (et disparues depuis...).

17 Sur cet attentat, voir essentiellement le dossier conservé aux A.N. sous la cote W 389 no 904.

18 A. de Lestapis, « Autour de l’attentat d’Admiral », in Annales historiques de la Révolution française, 1957, pp. 6-18 et 106-120 ; 1959, pp. 209-226.

19 O. Blanc, Les Hommes de Londres, Paris, 1989.

20 Saint-Just, Discours..., op. cit., p. 212.

21 Voir un compte rendu détaillé de cette séance des Jacobins dans Le Conservateur décadaire, no des 10 et 20 fructidor an II.

22 Lettre publiée par A. Mathiez, Girondins et Montagnards, Paris, édition de 1988, pp. 177-178.

23 Moniteur, no du 12 thermidor an II.

24 No du 13 thermidor an II.

25 A. Aulard, La Société des Jacobins..., op. cit., tome VI, p. 300.

© Presses universitaires de Lyon, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540