Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Collot d'Herbois

 | 
Michel Biard

Troisième partie. Le missionnaire jacobin et les massacres de commune-affranchie

Chapitre V. Le retour à Paris

Texte intégral

1Pendant que Collot était à Ville-Affranchie, la lutte des factions s’est engagée à Paris, opposant pour l’essentiel les « Indulgents » et les « Hébertistes ». C’est une lettre de Ronsin aux Cordeliers, que ceux-ci transforment en affiche, qui met le feu aux poudres et provoque une dénonciation contre Ronsin, Vincent et Maillard. La lettre, datée du 15 frimaire, décrit précisément la répression lyonnaise :

  • 1 Cette lettre est publiée par plusieurs journaux. Voir, par exemple, L'Abréviateur universel..., no(...)

La guillotine et la fusillade ont fait justice de plus de 400 rebelles, mais une nouvelle commission révolutionnaire vient de s’établir, composée de vrais sans-culottes ; mon collègue Parein en est le président, et dans peu de jours, la mitraille lancée par nos canonniers nous aura délivrés, en un seul instant, de plus de 4000 conspirateurs. Il est temps d’abréger les formes.1

2Le dernier chiffre cité doit paraître scandaleux à tous ceux qui réclament une atténuation de la répression ; or, presque au même moment, le Comité adresse aux représentants en mission une mise en garde :

  • 2 A. Aulard, Recueil des actes..., op. cit., tome IX, pp. 161-163 (non daté).

Il était bien difficile qu’un excès de zèle, respectable d’ailleurs, n’élançât pas quelques uns d’entre vous au-delà des principes [...] Ainsi, il n'appartenait à aucun de prononcer, dans des cas imprévus par la loi, la peine de mort : c’est exercer un acte législatif, qui appartient, non à un membre, mais au corps entier de la représentation nationale2.

3Partant de ces deux documents, nombre d’historiens ont écrit que Collot d’Herbois fut rappelé à Paris par le Comité, au même titre que d’autres proconsuls qui avaient outrepassé les ordres. Qui plus est, cette hypothèse se trouve renforcée par les Mémoires de Barère, qui pourtant regorgent d’erreurs et de faux bruits. Selon lui, aucun membre du Comité n’était au courant de ce qui se passait à Ville-Affranchie, Billaud excepté puisque chargé de la correspondance avec les représentants en mission. Barère prétend avoir reçu par la poste un exemplaire de la fameuse lettre de Ronsin aux Cordeliers. Consterné par ce qu’il découvre, il décide aussitôt d’en informer le Comité :

  • 3 Mémoires de Barère.... publiés par H. Carnot et David d’Angers, Paris, 1842-1844, tome II, pp. 275 (...)

À midi, quand la séance s’ouvrit, je lus la lettre de Lyon et la proclamation ; le Comité en fut unanimement indigné. On délibéra même que Collot viendrait sur le champ nous rendre compte des événements de Lyon et de l'exécution donnée aux décrets de la Convention. Billaud écrivit sur le champ à son ami Collot ; celui-ci accourut en très peu de jours à Paris. Mais au lieu de venir rendre compte au Comité, il lui laissa ignorer son arrivée pendant toute la nuit. Il ne vit que Billaud, qui garda aussi le silence. Enfin, il parut à la Convention à onze heures du matin, et pria l’Assemblée de vouloir bien entendre le récit des opérations des commissaires de la Convention envoyés à Lyon [...] On crut que Collot, membre du Comité, en venait à l’instant même, et lui avait fait part de son rapport. Il fut donc entendu, approuvé, applaudi [...] Collot, fier de ses succès, et regardant les membres du Comité, et moi surtout, comme ses ennemis [...] paraît inopinément dans la salle du Comité où nous délibérions. Il s’avance l’œil furieux, le regard menaçant, et lance sur moi un coup d’œil effrayant : Lisez ce décret, dit-il, la Convention connaît ma conduite, et vient d’approuver tout ce que ses commissaires et ses représentants ont fait à Lyon. Je ne sais pas pourquoi le Comité me rappelle ; mais je répondrais quand il le faudra aux dénonciations.3

  • 4 A. Kuscinski, Dictionnaire des Conventionnels, Paris, 1916, p. 147.

4Même Kuscinski, qui fut pourtant l’un des premiers à consacrer une notice dépourvue d’hostilité à Collot d’Herbois, s’est laissé prendre au piège de cette longue tirade de Barère4. Que dire de ceux qui ne le portent guère dans leur cœur ? Celui qui a le plus fantasmé est incontestablement Madelin :

  • 5 L. Madelin, Fouché, op. cit., p. 138.

Une députation lyonnaise parut à la Convention, et appelée, poussée, applaudie par les Robespierristes qui voyaient déjà la revanche de Couthon, elle parla, fut écoutée. Les proconsuls durent frémir quand une lettre du Comité leur parvint, appelant Collot à venir se justifier.5

5Il est vrai que le témoignage de Barère est d’une grande précision et que, de plus, il permet d'innocenter l’auteur du rapport du 12 octobre, c’est-à-dire lui-même, mais aussi le Comité en bloc (sauf Billaud...). Pour les historiens soucieux d’affirmer que Robespierre désapprouvait les exécutions de Commune-Affranchie et que son aversion pour Collot datait de cette mission, les Mémoires de Barère représentent une véritable aubaine. De leur côté, ceux de Charlotte Robespierre abondent dans le même sens :

  • 6 Mémoires de Charlotte Robespierre..., Paris, 1987, p. 74.

... ils firent ruisseler le sang par torrents, et plongèrent la seconde ville de la République dans l’épouvante et la consternation. Robespierre en fut outré.6

  • 7 R. Cobb, Les Armées révolutionnaires..., op. cit., p. 537.

6Même Richard Cobb, qui pourtant juge Robespierre coresponsable des massacres, écrit que « les mitraillades l’ont certainement beaucoup choqué7 ».

  • 8 É. Herriot, op. cit., tome III, p. 235 ; P. Mansfield, thèse op. cil., pp. 445-447.

7L’un des premiers à suggérer que Collot ne fut pas rappelé par le Comité fut Édouard Herriot et plus récemment la même thèse a été défendue par Paul Mansfield8. Diverses sources permettent de pleinement valider leurs remarques, tout en affinant la chronologie.

8Tout concourt à prouver que les représentants à Ville-Affranchie ayant eu connaissance, d’une manière ou d’une autre, du projet d’envoi d’une délégation lyonnaise à la Convention, ont décidé de prendre les devants. Le propre témoignage de Collot d’Herbois, en l’an III, est à cet égard explicite :

  • 9 J.-M. Collot, Éclaircissements.., op. cit., p. 15.

... il fut arrêté que je partirais pour me rendre au Comité de salut public, lui faire part de la situation des choses, ainsi qu'à la Convention nationale.9

9Selon lui, son premier soin fut de donner des informations au Comité, avant même de se rendre à la Convention pour y présenter son rapport. Cela contredit formellement le témoignage postérieur de Barère. On peut certes objecter une fois de plus qu’une défense datée de l’an III n’est qu’un plaidoyer pro domo et qu’on ne peut lui accorder qu’une valeur limitée ; pourtant il existe d’autres évidences.

  • 10 A.N., F’4435 plaq. 5.
  • 11 Ibid., AF II 137 plaq. 1063 pièce 33.
  • 12 A.D. du Rhône, 31 L 50 pièce 32.

10Il est tout d’abord possible de dater les derniers indices de la présence de Collot d’Herbois à Commune-Affranchie. Le 22 frimaire, il signe encore avec ses collègues une lettre envoyée à la Convention10, ainsi qu’un arrêté autorisant les administrateurs de la Loire à faire démolir un château11. Le lendemain, il se présente au siège de la commission temporaire pour se plaindre d’un retard du courrier12. Enfin, le 25 frimaire, Laporte, Fouché et Albitte signent un arrêté sur lequel ne figure pas la griffe de Collot. Les mêmes ont écrit, la veille, au Comité de salut public une lettre qui anéantit à elle seule le récit de Barère :

  • 13 Lettre publiée par Collot dans ses Éclaircissements..., op. cit., p. 16.

Le départ de notre collègue Collot d’Herbois va nous causer un vide que tous nos efforts, toute notre activité ne pourront remplir. Cependant nous sentons la nécessité qu’il fasse un voyage à Paris, qu’il vous peigne notre situation, nos ressources et nos besoins Nous l’engageons donc nous mêmes à se rendre auprès de vous, en vous pressant, au nom du salut public, d’accélérer son retour.13

  • 14 A.N., AF II 58 plaq. 430 pièce 12.

11Selon Paul Mansfield, Collot d’Herbois quitte Commune-Affranchie le 24 ou le 25 frimaire et arrive à Paris le 29 frimaire. La note de frais présentée par Bourdet, courrier du Comité qui l’a accompagné dans cette mission, permet d’établir d’une façon presque certaine les dates. Nous l’avons vu, Bourdet écrit être parti de Paris le 9 brumaire, avoir « été neuf jours en route aller et revenir de Paris à Commune-Affranchie » et surtout il précise être revenu dans la capitale le 28 frimaire14. À l’aller, le voyage a duré cinq jours, celui du retour est plus rapide d’une journée, ce probablement pour deux raisons : tout d’abord, Collot est pressé d’arriver à Paris afin de devancer les pétitionnaires lyonnais ; ensuite, il est possible qu’il soit revenu avec peu de compagnons à ses côtés, à la différence du voyage aller.

  • 15 A. Aulard, Recueil des actes..., op. cit., tome IX, pp. 509-510 (il signe même l’un des arrêtés du (...)

12Collot d'Herbois est donc certainement parti dans la journée du 24 frimaire et arrive à Paris le 28 frimaire. Comme il présente son rapport à la Convention le 1er nivôse, il paraît bien difficile d’admettre avec Barère qu’il n’ait point paru au Comité, a fortiori qu’il soit arrivé dans la nuit du 30 frimaire ! Qui plus est, il participe à la séance du Comité du 29 frimaire aux côtés de Robespierre, Prieur, Billaud-Varenne, Carnot et... Barère15 !

  • 16 A.N., F7 4438 plaq. 7 pièces 275-276 (Ms de la pétition, avec environ vingt-cinq pages de signatur (...)

13Les Lyonnais présentent leur pétition à la Convention le 30 frimaire, le jour même où une fête civique en l’honneur de Châlier est prévue par les autorités parisiennes. Le cortège, portant une urne qui renferme les cendres du martyr, n’arrive à la Convention qu’après la séance. Selon Guillon de Montléon, l’orateur lyonnais n’est autre que Changeux, le même qui, en l’an III, porte à nouveau des coups sévères contre Collot. Il n’est naturellement pas impossible que celui-ci soit présent à cette séance ! La démonstration rhodanienne est habilement composée16. En préalable, l’orateur clame le repentir des Lyonnais, égarés par des traîtres, qui ont accueilli avec joie l’entrée des troupes républicaines dans leur cité : « ... nous avons respiré, et les vaincus ont applaudi aux vainqueurs [...] ». Couthon et ses collègues avaient décidé de ne châtier que les chefs de la conspiration, or par l’œuvre des deux commissions mises en place par Collot d’Herbois « quatre cents têtes sont tombées dans l’espace d’un mois [...] ». Les représentants sont dénoncés sans que leurs noms soient jamais cités ; les mitraillades, les blessés achevés sont évoqués et le texte chiffre à quatre mille le nombre de personnes qui « sont encore dévouées au même supplice ». Après avoir réaffirmé que seuls les chefs de la rébellion doivent être frappés, les Lyonnais donnent leur approbation, partielle, au décret du 12 octobre :

Que Lyon ne soit plus en effet ; que Ville-Affranchie, digne de son nouveau nom, enfante des soldats à la liberté [...], que dans ses murs s’élève un peuple nouveau, régénéré par un regard de la clémence nationale [...].

14Pour conclure, l’orateur expose que la répression n’a plus d’objet puisque les auteurs du crime et leurs agents « ne sont plus [...} » ; par trois fois, il en appelle à la grâce de la Convention.

  • 17 É. Herriot, op. cit., tome III, p. 243.

15Ce que Édouard Herriot désigne comme une « pathétique harangue17 » soulève dans l’immédiat bien peu de réactions au sein de l’Assemblée. La réponse de Voulland, président en exercice, est tout à fait concise :

Lyon a commis un grand crime ; Lyon n'est plus. La Convention prendra votre demande en considération ; sa clémence sera aussi grande que sa justice.

16Quant à la pétition, elle est renvoyée aux Comités de salut public et de sûreté générale.

  • 18 Ibid., p. 244.

17Pour Herriot, ce sont de la part du président de l’Assemblée « quelques mots bienveillants18 », donc un espoir donné aux Lyonnais. C’est ignorer qu’il est alors d’usage fréquent de renvoyer les pétitions aux Comités, sans faire de commentaires autres que laconiques. L'intervention des Lyonnais trouve cependant un certain écho dans l’opinion, si l'on se fie au rapport de Latour-Lamontagne sur ses impressions du 30 frimaire :

  • 19 Rapport du 1er nivôse an II, cité par P. Caron, Parti pendant la Terreur, rapport des agents secre (...)

On parle beaucoup de la pétition des députés de Commune-Affranchie. On blâme le mode de jugement et le mode d'exécution qu'on a adoptés dans ce pays. On se flatte que la Convention va mettre fin à ce carnage (c’est le terme qu’on emploie sans ménagements). Qu'on fasse comme à Paris, disait-on hier au soir dans plusieurs groupes ; la loi doit être sévère et non atroce, et le coupable doit marcher à l'échafaud et non à la boucherie.19

18De même, Le Courrier républicain note que le :

  • 20 No du 1er nivôse an II.

... malheureux peuple de Ville-Affranchie [...] ne peut voir, sans verser des larmes de sang, les épouvantables exécutions qui se font chaque jour sur les débris de leurs murs. L’Assemblée a donné des marques de sensibilité, lorsque l’orateur lui a rappelé les cruautés exercées dans cette ville contre ceux qui n’ont été que le jouet des conspirateurs.20

19Dès le lendemain, 1er nivôse, la riposte arrive avec la double intervention de Collot d’Herbois à la Convention et aux Jacobins. Il est précédé à l’Assemblée par trois députés de Ville-Affranchie qui apportent à la barre le buste de Châlier. Sur proposition de Couthon, le buste et les cendres du martyr républicain doivent être transférés au Panthéon.

  • 21 Moniteur, no du 4 nivôse an II.

20Collot rend alors compte de la situation à Commune-Affranchie21 et prend la précaution de se retrancher derrière les décisions adoptées par les conventionnels eux-mêmes. Tout y nécessitait une extrême rigueur dans la répression, sévérité « prescrite d’ailleurs textuellement par les décrets ». Il ne nie nullement l’utilisation de la mitraille, mais précise que :

... le canon a été tiré, une fois seulement, sur 60 des plus coupables, dont il n’y en avait pas un seul qui ne se fût baigné dans le sang des patriotes.

21Quant aux pétitionnaires lyonnais, ils sont tous qualifiés de contrerévolutionnaires.

22Aux Jacobins, même attitude. Mais il livre davantage de détails sur les exécutions. Là où il évoquait à la Convention les soixante morts du 14 frimaire, il mentionne à présent ceux du 15 frimaire (« Nous en avons fait foudroyer 200 d’un coup [...] ») pour mieux interpeller les Jacobins, leur faire réserver leur sensibilité pour les patriotes :

... on affecte de répandre qu’ils ne sont pas morts du premier coup... Eh ! Jacobins, Châlier est-il mort du premier coup ? Si les aristocrates avaient triomphé, croyez-vous que les Jacobins eussent péri du premier coup ? [..] Qui sont ceux qui ont des larmes de reste pour pleurer sur les cadavres des ennemis de la liberté, alors que le cœur de la patrie est déchiré ? Une goutte de sang versée des veines généreuses d’un patriote me retombe sur le cœur, mais je n’ai point de pitié pour des conspirateurs.

23Les Jacobins comme les membres de la Convention applaudissent ces interventions de Collot. Latour-Lamontagne note, le 2 nivôse :

  • 22 Rapport du 2 nivôse an II, cité par P. Caron (op. cit., tome I, p. 333).

Ceux qui hier au soir s’apitoyaient sur le sort des habitants de Commune-Affranchie, gardent le silence depuis qu'ils ont entendu Collot d'Herbois ; quelques uns même chantent aujourd’hui la palinodie.22

24Les militants révolutionnaires de Ville-Affranchie se réjouissent ouvertement et, le 11 nivôse, des Jacobins lyonnais viennent à la barre de la Convention pour dénoncer la pétition de leurs prédécesseurs comme contre-révolutionnaire.

25L’enthousiasme n’est pas moins grand à Commune-Affranchie, tout au moins dans les milieux qui approuvent la répression... Le procès-verbal de la Société des Jacobins de cette ville illustre bien ces réactions :

Heureusement le flambeau de la vérité est arrivé à Paris. Les vrais patriotes ont reconnu la voix de leur ami Collot d’Herbois et les auteurs de cette infâme pétition ont été dévoués à la peine qu’appelle leur crime [...] L’orateur lit l'intéressant antidote au poison que souffle à chaque mot l'infâme pétition rédigée au nom du peuple. Il lit le rapport du représentant Collot d’Herbois. Les nombreux applaudissements qui l'ont suivi et qui ont interrompu souvent le cours de cette attachante lecture ont assez attesté, si en était besoin encore, que l’auteur de cet énergique rapport avait bien interprété les dispositions du peuple.

  • 23 A.D. du Rhône, 34 L 10 (Procès-verbal de la Société des Jacobins de Lyon, Décadi nivôse an II).

26La Société décide d’une adresse à Collot d’Herbois pour « lui prouver combien son rapport contient vérité23 ».

27De son côté, la commission temporaire de surveillance républicaine donne des arguments similaires aux militants parisiens :

  • 24 Ibid., 31 L 54 pièce 512 (Lettre ms de la commission temporaire à la Société populaire de la Maiso (...)

Vous avez appris [...] le complot affreux par lequel on a travesti et calomnié les grandes mesures révolutionnaires qui ont été prises ici pendant que l'on faisait marcher de front la sévérité et l'humanité (...) ; pendant que la commission révolutionnaire distinguait avec une précision étonnante le coupable de l’innocent, envoyait l'un à la mort, rendait l’autre à la liberté, on proclamait jusqu’à la barre de la Convention nationale que les membres de ces commissions étaient des cannibales altérés de sang [...] Heureusement, Collot d’Herbois est arrivé à temps pour déjouer cette intrigue infernale, qui ne peut manquer de retomber sur ses auteurs.24

  • 25 Arch. Hist, de la Guerre, B3 103 (Lettre ms de Declaye, 22 nivôse an II).

28Pour Collot, le principal danger est momentanément écarté. Cependant, loin de retourner à Commune-Affranchie comme il semblait l’espérer, il se trouve aussitôt pris dans la lutte des factions, ce qui implique sa présence au Comité. Les événements se précipitant, il ne devait plus revenir à Commune-Affranchie. Cela ne l’empêche nullement de suivre de près la situation lyonnaise et il est fréquent que les lettres du Comité adressées à Fouché et ses collègues soient de sa main. Certains de ces courriers prouvent d’ailleurs que Collot d’Herbois est loin de soutenir sans faille l’action de l’armée révolutionnaire. Ainsi lorsque le général Declaye rend compte, fin nivôse, d’incidents armés qui ont opposé des artilleurs de Valenciennes aux cavaliers révolutionnaires25, Collot et Billaud-Varenne écrivent à Bouchotte qu’il est nécessaire de rappeler à l’ordre Mauban, commandant de l’armée révolutionnaire à Commune-Affranchie, pour éviter que sa conduite déplacée

  • 26 Ibid. (Lettre ms de Collot d’Herbois et Billaud-Varenne au ministre de la guerre, 26 pluviôse an I (...)

.. n’expose pas les patrouilles à se charger mutuellement, comme cela a failli arriver, parce que Mauban n'avait pas voulu recevoir le mot d'ordre donné par le Commandant Declaye.26

29Propos étranges pour deux hommes qui sont traditionnellement classés comme les soutiens des Hébertistes et de l’armée révolutionnaire au sein du Comité de salut public... Propos moins étranges si l’on observe au plus près la position de Collot en ce printemps 1794 où la Révolution, comme Saturne, continue à se repaître du corps de ses enfants. Pour lui, comme pour quelques autres, les temps missionnaires sont désormais révolus, il n’est plus question de s’absenter de longs mois loin de Paris, a fortiori en un moment où les dangers fédéralistes semblent s’amenuiser. C’est au cœur même de la France révolutionnaire que s’opèrent les déchirements successifs qui vont mener le gouvernement de l’an II vers son autodestruction. Plus que jamais peut-être, le rôle de Collot d’Herbois apparaît comme l’un des éléments majeurs des évolutions politiques au plus haut niveau.

Notes

1 Cette lettre est publiée par plusieurs journaux. Voir, par exemple, L'Abréviateur universel..., no du 27 frimaire an II, ou Le Courrier républicain, no du 22 frimaire an II.

2 A. Aulard, Recueil des actes..., op. cit., tome IX, pp. 161-163 (non daté).

3 Mémoires de Barère.... publiés par H. Carnot et David d’Angers, Paris, 1842-1844, tome II, pp. 275-277.

4 A. Kuscinski, Dictionnaire des Conventionnels, Paris, 1916, p. 147.

5 L. Madelin, Fouché, op. cit., p. 138.

6 Mémoires de Charlotte Robespierre..., Paris, 1987, p. 74.

7 R. Cobb, Les Armées révolutionnaires..., op. cit., p. 537.

8 É. Herriot, op. cit., tome III, p. 235 ; P. Mansfield, thèse op. cil., pp. 445-447.

9 J.-M. Collot, Éclaircissements.., op. cit., p. 15.

10 A.N., F’4435 plaq. 5.

11 Ibid., AF II 137 plaq. 1063 pièce 33.

12 A.D. du Rhône, 31 L 50 pièce 32.

13 Lettre publiée par Collot dans ses Éclaircissements..., op. cit., p. 16.

14 A.N., AF II 58 plaq. 430 pièce 12.

15 A. Aulard, Recueil des actes..., op. cit., tome IX, pp. 509-510 (il signe même l’un des arrêtés du jour). Sa présence n’est par contre pas mentionnée ni le 28, ni le 30 frimaire.

16 A.N., F7 4438 plaq. 7 pièces 275-276 (Ms de la pétition, avec environ vingt-cinq pages de signatures) ; voir aussi B.N., Lb41 3567 (le même texte imprimé en l’an III).

17 É. Herriot, op. cit., tome III, p. 243.

18 Ibid., p. 244.

19 Rapport du 1er nivôse an II, cité par P. Caron, Parti pendant la Terreur, rapport des agents secrets du ministère de l'Intérieur (27 août 1793-31 mars 1794), Paris, 1910-1964, tome I, pp. 307-308.

20 No du 1er nivôse an II.

21 Moniteur, no du 4 nivôse an II.

22 Rapport du 2 nivôse an II, cité par P. Caron (op. cit., tome I, p. 333).

23 A.D. du Rhône, 34 L 10 (Procès-verbal de la Société des Jacobins de Lyon, Décadi nivôse an II).

24 Ibid., 31 L 54 pièce 512 (Lettre ms de la commission temporaire à la Société populaire de la Maison commune de Paris, 14 nivôse an II).

25 Arch. Hist, de la Guerre, B3 103 (Lettre ms de Declaye, 22 nivôse an II).

26 Ibid. (Lettre ms de Collot d’Herbois et Billaud-Varenne au ministre de la guerre, 26 pluviôse an II).

© Presses universitaires de Lyon, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540