Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Collot d'Herbois

 | 
Michel Biard

Troisième partie. Le missionnaire jacobin et les massacres de commune-affranchie

Chapitre IV. La politique religieuse et l’organisation économique et sociale

Texte intégral

  • 1 É. Herriot, Lyon n’est plus, Paris, 1937-1940, tome III, p. 350.
  • 2 L. Madelin, Fouché, Paris, 1900, p. 126.

1Ici encore, pour l’immense majorité des historiens, les représentants à Commune-Affranchie se saisirent de l’occasion qui leur était offerte par leurs pouvoirs, pour participer activement au mouvement déchristianisateur et pour appliquer des principes de nivellement des propriétés. Fouché possède à ce sujet une réputation qui n’est plus à faire, ainsi qu’Albitte. Quant à Collot d’Herbois, il est classique de le qualifier d’ardent déchristianisateur, d’en faire l’un des athées des Comités, ce qui expliquerait entre autres sa position politique en Thermidor. Une telle association ne pouvait qu’entraîner des excès antireligieux à Commune-Affranchie. « Nous sommes en pleine passion antireligieuse », écrit Édouard Herriot1 ; Madelin décrit Collot d’Herbois et Fouché qui parcourent la ville avec une cohorte armée de haches et de pics pour piller les églises et vandaliser tout ce qui peut rappeler la religion2

  • 3 A. Guillon de Montléon, op. cit., pp. 346 et sq.

2L’événement le plus souvent rapporté pour prouver et dénoncer cette hystérie anticatholique est la fête donnée en hommage à Châlier, le 20 brumaire an IL Un buste de celui-ci, une urne qui contient ses cendres, une colombe pour symboliser l’oiseau dont il s’amusait dans sa prison, sont portés à travers les rues de Commune-Affranchie, jusqu’à la place des Terreaux. L’abbé Guillon de Montléon décrit ainsi l’ordonnancement du cortège : « ... une horde de clubistes et de femmes perdues [...] suivis d’une troupe de bandits [...] »3, les représentants du peuple fermant la marche. Cette prose royaliste est tout à fait semblable à celle utilisée, au printemps 1792, pour décrier la fête en l’honneur des Suisses de Châteauvieux.

3Deux faits sont particulièrement reprochés à Collot d’Herbois et à ses collègues à propos de cette cérémonie. Premièrement, il aurait déifié Châlier, qualifié pour l’occasion de Dieu sauveur... Or voici le discours de Collot, tel que le donne Guillon de Montléon :

  • 4 Ibid.

Dieu sauveur, vois à tes pieds la nation prosternée qui te demande pardon de l'impie attentat qui a mis fin à la vie du plus vertueux des hommes. Mânes de Châlier, vous serez vengés : nous en jurons par la République.4

4Si l’on ne prend en compte que le début de cette phrase, il est aisé d’analyser la génuflexion de Collot face à un Dieu-Châlier comme le symbole même de son athéisme outrancier. Cependant, la tirade lue dans sa globalité prend un tout autre sens et peut difficilement signifier que la formule « Dieu sauveur » soit appliquée à Châlier !

5Seconde attaque contre les représentants, le fait que la cérémonie se soit transformée en mascarade antireligieuse, assortie d’un autodafé :

  • 5 Arch. Hist, de la Guerre, B3 103 (Lettre ms de Cailliez au ministre de la guerre, 22 brumaire an I (...)

... on a habillé un âne en monseigneur, on l’a mitré et crossé, et mis tous les plus beaux habits pontificaux ; et les vases d’église d’or et d’argent, on les portait devant l'âne et le long du chemin, l'on avançait et les dits vases ont été brisés sur la tombe et de suite envoyés à la monnaie.5

6Guillon de Montléon, horrifié, ajoute qu’un crucifix et la Bible étaient attachés à la queue de l’âne et furent livrés au feu, que des hosties devaient être piétinées, que l’âne fut abreuvé avec le calice... et que, Dieu merci, « un orage subit que le Ciel fit éclater en une pluie diluviale sur cette horde de démons, interrompit leurs attentats sacrilèges en les forçant à se disperser ».

  • 6 M. Vovelle, Religion et Révolution, Paris, 1976, pp. 240-248.

7Paul Mansfield suggère que cette fête fut avant tout l’œuvre des autorités et militants locaux, appuyés par les Jacobins et Cordeliers parisiens, et que ses objectifs étaient probablement davantage politiques que religieux. Michel Vovelle affirme également que ce qu’il appelle « l’équipe lyonnaise » était beaucoup plus préoccupée par des impératifs politiques et militaires que par la déchristianisation, qui fut plus spécialement l’œuvre d’Albitte, Javogues ou encore Maignet6.

  • 7 A.N., F7 4436 plaq. 4 pièce 219.
  • 8 136 prêtres, soit environ 7 % du total des individus mis à mort (selon P. Mansfield, thèse op. cit (...)

8De fait, Collot d’Herbois et Fouché écrivent à la Convention, le 5 frimaire : « ... les prêtres [...] n’ont pas le privilège de nous occuper en particulier [...]7 » Il n’existe, d’autre part, aucun arrêté spécifiquement relatif aux membres du clergé. Quant aux prêtres exécutés à Commune-Affranchie8, la plupart semblent avoir été désignés pour la mort comme réfractaires, or il ne s’agit là que de l’application pure et simple des lois votées à partir de mars 1793.

9Faut-il déduire de l’ensemble de ces constatations que Collot d’Herbois a joué une fois de plus la carte de l’opportunisme, déchristianisateur le 20 brumaire, combattant la déchristianisation à partir de l'instant où la Convention décrète la liberté des cultes le 16 frimaire, puis adorateur de l’Être suprême... ?

10Divers témoignages attestent l'influence des partisans de la Raison et de la lutte antireligieuse à Commune-Affranchie. Le 28 brumaire, Javogues, ardent déchristianisateur, écrit à Collot d’Herbois que :

  • 9 A.N., AF II 58 plaq. 430 pièce 2.

... la commune de Saint-Albin, district de Mâcon [...] a chassé son curé, fait de son église une société populaire, brisé les statues des charlatans de Rome et m’a apporté un ciboire, un ostensoir et un calice en argent pour en faire hommage à la Convention [...] ; cet exemple peut être d’un bon augure et je ne doute pas que dans deux mois, nous ne soyons délivrés de tous les calotins.9

11Le même jour, les représentants du peuple arrêtent que les autorités constituées de Ville-Affranchie devront veiller à la répression :

  • 10 Ibid., Af II 137 plaq. 1060 pièces 1112.

... de l’immoralité de la superstition encore scandaleusement affichée à jour nommé, ce qui est tout à la fois une coupable infraction des décrets relatifs à l’Êre républicaine, et une grossière insulte à la Raison et au bon sens [...].10

  • 11 Journal de Commune-Affranchie..., no du 27 frimaire an II.

12À la fin de frimaire, une fête de la Raison est encore programmée, avec un char de la Raison sur lequel doivent être installées la Liberté, la Philosophie et la Raison11. Si cette cérémonie est décalée chronologiquement par rapport à ce qui se passe à Paris, le reste peut être interprété d’une autre manière...

13La superstition affichée ? Depuis août 1792, la Convention a interdit le port ostentatoire des habits religieux ; dès le printemps 1793 Collot d’Herbois et Laplanche, à l’instar de nombre de leurs collègues, ont organisé dans la Nièvre une véritable chasse aux symboles catholiques.

14Les objets de culte en argent ou en or confisqués pour être fondus ? Cela s’inscrit dans le cadre de la réquisition, d’ordre beaucoup plus général, de ces métaux précieux.

15La haine vouée par Javogues aux « calotins » ? Est-ce là une attaque contre la religion en tant que telle, ou contre ceux qui l’exercent ?

  • 12 Instruction..., of. cit.
  • 13 M. Vovelle, Religion et Révolution, op. cit., pp. 232-235.

16Enfin, le cinquième chapitre de l’Instruction12, sous le titre « Extirpation du fanatisme », paraît beaucoup plus nuancé que ce qu’une lecture rapide peut laisser à penser. Certes, les oppositions de vocabulaire, mises en évidence par Michel Vovelle13, se retrouvent ici :

Colifichets sacrés

Œil de la Raison

Imbéciles préjugés

Faux de la Philosophie

Infamie

Triomphe des Lumières

Impostures

Empire du bon sens et de la Raison

Erreurs

Leur règne expire

17Certes, les prêtres sont dénoncés comme « les seules causes des malheurs de la France » ; mais si le culte lui-même, ses objets et ses desservants sont attaqués, l'Instruction n’en demeure pas moins très éloignée de l'athéisme ! Plusieurs phrases sont à ce sujet révélatrices :

... les rapports de Dieu à l’homme sont des rapports purement intérieurs et qui n’ont pas besoin, pour être sincères, du faste du culte et des monuments apparents de la superstition.

18Tous ces ornements sont inutiles « pour l’homme vraiment religieux et pour l’Être qu’il prétend honorer ».

19Ce texte, bien proche d’une vision protestante, ne remet nullement en question l’existence d’un Dieu et se borne à réclamer le rejet des signes extérieurs du culte catholique. Ce rejet est impératif pour deux raisons essentielles. D’abord au nom de cette liberté des cultes que la Convention va décréter en frimaire : chemins et places publiques sont à tous les Français, dès lors il est impossible qu’ils soient envahis de symboles catholiques.

... tous les Français n’ayant pas le même culte, en flattant inutilement la crédulité des uns, vous attaqueriez les droits et vous choqueriez le regard des autres, parce que la France ne reconnaît pas de religion dominante, et qu’en les tolérant toutes, elle ne doit permettre à aucune d’usurper sur ses rivales une suprématie [...].

20Ensuite, la religion étant une affaire purement intérieure, c’est dans son comportement quotidien que le citoyen français doit l’exprimer :

... le républicain est essentiellement religieux, car il est bon, juste, courageux ; le patriote honore la vertu, respecte la vieillesse, console le malheur, soulage l’indigence, punit les trahisons. Quel plus bel hommage pour la Divinité !

21... Preuve, si besoin en est encore, que celle-ci existe pour les rédacteurs de cette Instruction.

22Ce texte, conçu sinon par Collot d’Herbois en personne, tout au moins sous son autorité directe, confirme ainsi en tout point ce que nous avancions. Comme dans ses missions précédentes, Collot ne combat pas le sentiment religieux. Pour lui, comme pour beaucoup de ses collègues, le mal vient du culte catholique et de ses desservants qui ont osé, pour une majorité d’entre eux, se dresser contre la République. Nulle trace d’un athéisme exacerbé dans tout cela. S’il fallait encore une preuve, les violentes attaques auxquelles Collot d’Herbois se livre contre les déchristianisateurs, après son retour à Paris, démontreraient la validité du raisonnement.

23La légende noire s’est encore imposée, occultant une vérité beaucoup plus complexe, comme pour d’autres aspects spécifiques de sa mission, notamment tout ce qui concerne l’organisation économique et sociale que les représentants ont voulu donner à Commune-Affranchie et à sa région.

24En ce domaine, Collot d’Herbois et ses trois collègues eurent à accomplir deux tâches primordiales : tout d’abord faire face aux nécessités du moment, c’est-à-dire assurer le ravitaillement de la cité et de l’armée des Alpes ; puis, dans un second temps, tenter de promouvoir toute une nouvelle organisation axée sur les idées publiées dans l'Instruction du 26 brumaire.

25Dès sa première lettre à ses collègues du Comité de salut public, Collot d’Herbois semble peu enclin à l’optimisme sur les subsistances : « ... il n’y a pas de subsistances pour trois jours. » Il ajoute, dans la même missive, que les vivres sont même réduits à quarante-huit heures :

  • 14 A.N., F7 4435 plaq. 6 pièce 3 (17 brumaire an II).

Voilà ce qui retarde, distrait et dérange tout. J’ai pris envers les départements voisins des arrêtés pressants, comme membre et d'après les intentions du Comité de salut public, pour ne pas être gêné par les autres réquisitions qui, toutes se croisant, nous font périr au milieu de nos ressources.14

26De fait, le même jour, un arrêté annonce la confiscation des grains non battus et, deux jours plus tard, les propriétaires fonciers sont déclarés responsables du bon approvisionnement des marchés, sous peine d’être considérés comme suspects. À la menace, l'Instruction joint la persuasion vis-à-vis des cultivateurs :

  • 15 Instruction..., op. citchapitre 4.

... favorisez la circulation des subsistances et vous trouverez dans un juste retour de la part des consommateurs, la récompense du zèle que vous aurez mis à exécuter des lois dont l’infraction causerait votre perte.15

  • 16 A.N., AF II 95 plaq. 699 pièces 25-27.

27Malgré tout, les relations avec les départements voisins s’avèrent peu aisées. Tous reçoivent des ordres des représentants à Ville-Affranchie pour participer à l’approvisionnement de la cité et des troupes. Ainsi les administrateurs de la Côte-d’Or sont fermement priés de faire un état des versements en grains faits à l’armée des Alpes. Lorsqu’ils ont satisfait à cette demande de Collot, ils reçoivent l’ordre de réquisitionner dix mille quintaux de légumes et de pois, ainsi que dix mille quintaux de seigle et d’orge pour les besoins de ladite armée16.

  • 17 A.D. du Rhône, 1 L 225.

28Les autorités départementales se retrouvent dans une situation peu confortable puisqu’il leur faut tout à la fois nourrir la population de leur département et répondre favorablement aux injonctions des représentants du peuple. Collot d’Herbois a déjà rencontré cette situation dans l’Oise, mais ici elle s’avère encore plus inextricable car, comme il l’a signalé dès le 17 brumaire, d’autres commissaires réquisitionnent les subsistances pour d’autres armées, notamment celle du Rhin. Les mêmes plaintes affluent du Jura, de Haute-Savoie, de l’Isère, du Mont-Blanc, de Haute-Vienne...17 Les administrateurs de Haute-Savoie exposent ainsi que leur département veut bien offrir le peu de subsistances dont il dispose à l’une ou l’autre des armées, mais qu’il n’est pas possible de satisfaire les deux.

  • 18 Ibid.

29Pour compliquer la situation, Collot et ses compagnons se heurtent également à d’autres représentants du peuple en mission, visiblement pas du tout impressionnés par le statut de membre du Comité que possède Collot. Ainsi, Bassal, délégué dans plusieurs départements de l’Est, n’hésite pas à leur envoyer un courrier, conçu dans des termes assez vifs, pour expliquer que les réquisitions de Ville-Affranchie doivent être adressées directement aux représentants sur place qui connaissent mieux la situation. Qui plus est, Bassal juge impossible de satisfaire les demandes lyonnaises et réclame la venue de l’un des représentants nommés à Commune-Affranchie, ainsi que d’un des envoyés à l’armée du Rhin, afin de décider de la marche à suivre18 !

30Naturellement, Collot d’Herbois fait part de ce problème au Comité, jugeant la situation presque désespérée :

  • 19 A.N., F 4435 plaq. 6 pièce 4 (19 brumaire an II).

J’ai observé que le débat croisé des réquisitions de nos collègues causait le plus grand embarras. Vous avez fait décréter que les représentants devaient user du droit de préhension pour soutenir leurs réquisitions. Il n’en résultera pas le bien que vous espérez. Tout ce qui est requis et contesté par plusieurs va être pris par celui qui se trouvera le plus près ; c’est celui-là qui souvent a moins de besoins, et qui, écartant la vue de ceux des autres, fait souvent les demandes les plus démesurées. S’il arrive que ses autres collègues envoient la force armée pour soutenir leurs réquisitions et le droit de préhension qui leur est commun, ne craignez-vous pas que la querelle des réquisitions, déjà bien vive et bien animée dans plusieurs départements, ne se tourne en combats ? Le droit de préhension sera exercé par nos collègues qui sont à Besançon et dans les départements environnants avant qu’on puisse nous envoyer un sac.19

31Un mois plus tard, les représentants à Ville-Affranchie sont obligés de rédiger un arrêté pour stigmatiser les administrateurs des départements voisins, notamment ceux de l’Isère, qui défendent la sortie des grains hors de leurs territoires. Quatre jours après, ils dénoncent le même type d’entraves dans le département du Mont-Blanc et fournissent à la Convention une explication tout à fait partielle du phénomène :

  • 20 Ibid., AF II 137 plaq. 1060 pièce 52 (16 frimaire an II).

... les subsistances n’arrivent qu'à force de réquisitions réitérées dans une ville qui n’inspire que de l’indignation et qu’on ne veut plus compter qu’au rang des ruines de la Monarchie [...].20

  • 21 A.D. du Rhône, 1 L 225 (Lettre ms du régisseur des subsistances député à l’Armée des Alpes, envoyé (...)

32Ne se contentant bien évidemment pas de cette simple rhétorique, Collot d’Herbois a dépêché très tôt un homme de confiance à Genève pour se mettre en rapport avec un négociant, ami de la France républicaine, qui a promis quelque ravitaillement21.

33Mais quelle que soit la nature de leurs efforts, Collot et ses collègues eurent jusqu'au bout une partie essentielle de leur temps absorbée par cette épineuse question des subsistances.

  • 22 A.N., AF II 137 plaq. 1063 pièce 15.
  • 23 Arrêté publié par Collot dans ses Éclaircissements..., op. cit., p. 60.

34Au-delà du seul ravitaillement alimentaire de la ville et de l'armée, ils adoptent également une série de mesures pour réquisitionner marchandises et main d’œuvre au service de la troupe. Le 17 brumaire, c’est le charbon de terre qui est concerné, en vue de contribuer au chauffage de la cité ; des bateaux et soixante chevaux de tirage sont requis à Rive-de-Gier et dans les environs pour convoyer cette matière première à Ville-Affranchie22. Le 21, « considérant que si les guerriers ont besoin d’une chaussure souple pour la facilité de la marche, des chaussures de bois suffisent à ceux qui restent dans leurs foyers », les représentants ordonnent à tous les citoyens d’apporter leurs souliers neufs à leur municipalité respective23, et la même mesure est prise pour les manteaux.

  • 24 A N., AF II 137 plaq. 1063 pièces 30-31.

35Le 24, toutes les marchandises et matières premières nécessaires à l’habillement des soldats sont mises en réquisition, tandis que tailleurs, cordonniers et autres artisans de ces métiers doivent être employés à la confection de vêtements pour les troupes, dans des ateliers qui doivent ouvrir prochainement24.

36Il a souvent été prétendu que l’action des représentants avait ruiné l’économie lyonnaise et que tel était là le dessein de Collot d’Herbois. Plusieurs arrêtés attestent au contraire un intérêt soutenu pour la vitalité des activités locales. Celui du 16 frimaire en constitue un bon exemple :

Informés que dans plusieurs départements des malveillants cherchent à insinuer au peuple qu’il faut détruire les mûriers, sous prétexte que les ouvrages en soie ne peuvent convenir à des républicains ; considérant que, quoique la Soierie ne soit pas un objet de première nécessité dans une République, néanmoins elle peut former une branche de commerce importante, surtout avec l'étranger [...],

  • 25 Ibid., plaq. 1060 pièce 48 ; AF II 114 plaq. 859 pièce 19.

37les représentants invitent la population et les autorités locales à veiller à la conservation de ces mûriers, et par là même de « cette branche intéressante d’industrie25 ». Pour des tyrans avides d’anéantir la Fabrique lyonnaise, un tel texte est pour le moins curieux ! De même, deux jours plus tard, ils réclament la réunion de deux rivières près de Saint-Étienne afin de favoriser l’activité des usines.

  • 26 B.M. de Lyon, Ms 6627 ; A.N., AF II 137 plaq. 1060 pièces 23-26.

38Les seules décisions qui mettent réellement un frein au libre commerce sont celles qui concernent les métaux précieux. Le 5 frimaire, ils alertent la Convention sur l’urgence des mesures à adopter pour empêcher l’or et l’argent de sortir du territoire de la République. Ils s’occupent sans tarder de ce problème et ordonnent aux autorités constituées et aux chefs de la force armée de surveiller plus étroitement les frontières. Celui qui saisira de l’or ou de l’argent passés en fraude, obtiendra une récompense égale au vingtième de la somme ainsi récupérée, mais naturellement payée en assignats26.

39Enfin, le 10 frimaire, ils créent une commission de sept membres, dite de dépôt central, pour administrer l’ensemble des monnaies et objets, or, argent, assignats qui doivent être déposés à l’hôtel des monnaies. Tous ces dépôts proviendront soit des saisies aux frontières, soit du superflu prélevé sur les riches.

  • 27 A.N., AF II 137 plaq. 1060 pièces 8 et 10 (24 brumaire an II).

40Dès la fin de brumaire, ils adoptent en effet toute une série de mesures pour établir le « règne de l’Égalité ». Le texte le plus connu en la matière est bien sûr la fameuse Instruction du 26 brumaire, mais un arrêté antérieur faisait déjà figure d’esquisse27. Afin que l’égalité ne reste pas une « illusion trompeuse », afin que la misère cesse de côtoyer le luxe à Ville-Affranchie, les représentants annoncent la levée d’une taxe révolutionnaire sur les riches, dans le but de financer tout un programme social. La mendicité et l’oisiveté seront prohibées car elles déshonorent la République et parce que bon nombre de suspects se dissimulent sous les haillons de la misère. Mais chacun aura du travail qui lui sera fourni par la République ; les infirmes, les vieillards et les orphelins seront logés et nourris aux dépens des riches. Comme en d’autres lieux, le symbole de ce nivellement des richesses est le pain, car

... il ne sera plus composé de pain de fleur de farine pour le riche, et un pain de son pour le pauvre. Tous les boulangers sont tenus, sous peine d’incarcération, de fabriquer une seule et bonne espèce de pain, le pain de l'égalité.

41L'Instruction ne fait que reprendre et développer ces thèmes. Plusieurs précisions sont cependant apportées, notamment sur la définition même du peuple :

  • 28 Instruction..., op. cit., chapitre 1.

Il est bien aisé de comprendre que par le peuple, on n’entend pas cette classe privilégiée par ses richesses, qui avait usurpé toutes les jouissances de la vie et tous les biens de la société. Le peuple est l’universalité des citoyens français ; le peuple, c’est surtout la classe immense du pauvre, cette classe qui donne des hommes à la patrie, des défenseurs à nos frontières, qui nourrit la société par ses travaux, qui l’embellit par ses talents, qui l’orne et qui l’honore par ses vertus.28

42Certains contemporains, comme plus tard les historiens, ont vu dans ce texte des principes de nivellement des propriétés et l’ont parfois qualifié de programme précommuniste. Pourtant la lecture intégrale de ce document permet de distinguer plusieurs restrictions qui lui confèrent non un caractère communiste précoce, mais le rôle d’une synthèse d’idées préalablement émises en 1793 et même avant. Car enfin, immédiatement après le paragraphe cité ci-dessus, il est écrit que « l’égalité parfaite de bonheur » est impossible entre les hommes, mais qu’il est nécessaire « de rapprocher davantage les intervalles ».

43De plus, l'Instruction affirme que

  • 29 Ibid., chapitre 3.

Tout homme qui a au-delà de ses besoins ne peut plus user, il ne peut qu'abuser : ainsi, en lui laissant ce qui lui est strictement nécessaire, tout le reste, pendant la guerre, appartient à la République et à ses membres infortunés.29

44Il ne s’agit donc que de prélever le superflu de richesse et pour un temps limité aux circonstances d’exception que connaît le pays. S’il s’agit là d’un programme communiste, alors une partie importante des décrets de la Convention en 1793 l’est tout autant.

45Une autre phrase a souvent été isolée de son contexte pour illustrer la prétendue violence, l’extrémisme outrancier de l'Instruction. La commission temporaire, en préambule, déclare que le texte vise certes à définir un but vers lequel doivent tendre les républicains, mais qu’en aucun cas elle ne souhaite fixer des bornes où s’arrêter, car « tout est permis pour ceux qui agissent dans le sens de la révolution ; il n’y a d’autre danger pour le républicain, que de rester en arrière des lois de la République ». Cette formule peut sembler porteuse de tous les ferments imaginables de l’anarchie la plus totale. Pourtant, lors de ses missions précédentes, Collot d’Herbois préconisait déjà aux administrateurs locaux de ne pas hésiter à anticiper, à devancer des mesures réclamées par les représentants. Ainsi agir dans le sens de la Révolution ne signifie en aucun cas prendre n’importe quelle décision !

  • 30 J-M. Collot, Réponse (...) à la pétition des Lyonnais, op. cit., pp. 2-3.

46En l’an III, Collot d’Herbois n’a aucun problème de conscience à défendre ce texte, contresigné par lui et Fouché, et il dénonce la commission des vingt et un qui décrit l’Instruction comme « un catéchisme barbare où l’on prêchait la violation des propriétés, le pillage et le renversement de tout ordre social ; où l’on posait en principe que tous les crimes étaient légitimes30 ». Tout en admettant qu’il puisse y avoir « une sorte d’enthousiasme, un flot démocratique abondant et rapide, de l’hyperbole même dans cette instruction [...] », Collot se réclame encore de l’esprit qui a dicté ces idées. Comme preuve de sa volonté de ne pas renier ce texte, il le fait imprimer avec sa Réponse (...) à la pétition des Lyonnais.

47D’ailleurs, plus largement que cette Instruction, c’est l’ensemble de sa mission qu’il défend en l’an III. La tâche n’est pas impossible car, si l’on excepte les terribles mitraillades et les quelques démolitions, son action dans la région lyonnaise ressemble beaucoup à celle de ses précédentes missions. À ne considérer que les problèmes d’administration, la question des subsistances ou encore l’application des décrets de la Convention nationale, cette mission à Commune-Affranchie pourrait presque paraître banale. Ce sont les exécutions de masse liées à l’évolution du climat politique parisien qui la placent au centre des débats dès frimaire et nivôse an II.

Notes

1 É. Herriot, Lyon n’est plus, Paris, 1937-1940, tome III, p. 350.

2 L. Madelin, Fouché, Paris, 1900, p. 126.

3 A. Guillon de Montléon, op. cit., pp. 346 et sq.

4 Ibid.

5 Arch. Hist, de la Guerre, B3 103 (Lettre ms de Cailliez au ministre de la guerre, 22 brumaire an II).

6 M. Vovelle, Religion et Révolution, Paris, 1976, pp. 240-248.

7 A.N., F7 4436 plaq. 4 pièce 219.

8 136 prêtres, soit environ 7 % du total des individus mis à mort (selon P. Mansfield, thèse op. cit., p. 438).

9 A.N., AF II 58 plaq. 430 pièce 2.

10 Ibid., Af II 137 plaq. 1060 pièces 1112.

11 Journal de Commune-Affranchie..., no du 27 frimaire an II.

12 Instruction..., of. cit.

13 M. Vovelle, Religion et Révolution, op. cit., pp. 232-235.

14 A.N., F7 4435 plaq. 6 pièce 3 (17 brumaire an II).

15 Instruction..., op. citchapitre 4.

16 A.N., AF II 95 plaq. 699 pièces 25-27.

17 A.D. du Rhône, 1 L 225.

18 Ibid.

19 A.N., F 4435 plaq. 6 pièce 4 (19 brumaire an II).

20 Ibid., AF II 137 plaq. 1060 pièce 52 (16 frimaire an II).

21 A.D. du Rhône, 1 L 225 (Lettre ms du régisseur des subsistances député à l’Armée des Alpes, envoyée à Collot d’Herbois, de Genève le 21 brumaire an II).

22 A.N., AF II 137 plaq. 1063 pièce 15.

23 Arrêté publié par Collot dans ses Éclaircissements..., op. cit., p. 60.

24 A N., AF II 137 plaq. 1063 pièces 30-31.

25 Ibid., plaq. 1060 pièce 48 ; AF II 114 plaq. 859 pièce 19.

26 B.M. de Lyon, Ms 6627 ; A.N., AF II 137 plaq. 1060 pièces 23-26.

27 A.N., AF II 137 plaq. 1060 pièces 8 et 10 (24 brumaire an II).

28 Instruction..., op. cit., chapitre 1.

29 Ibid., chapitre 3.

30 J-M. Collot, Réponse (...) à la pétition des Lyonnais, op. cit., pp. 2-3.

© Presses universitaires de Lyon, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540