Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Collot d'Herbois

 | 
Michel Biard

Troisième partie. Le missionnaire jacobin et les massacres de commune-affranchie

Chapitre III. « La ville de Lyon sera détruite »

Texte intégral

1Les prédécesseurs de Collot s’étaient déjà montrés peu optimistes à propos de l’avenir des Lyonnais. Couthon écrivait à Saint-Just, le 20 octobre 1793 :

  • 1 Papiers inédits trouvés chez Robespierre..., Paris, 1828, tome I, pp. 361-363.

Je crois que l'on est stupide ici par tempérament, et que les brouillards du Rhône et de la Saône portent dans l'atmosphère une vapeur qui épaissit également les idées.1

2Désespérant de la conversion prochaine des Lyonnais au républicanisme, Couthon préconisait l’adoption d’une double méthode. Tout d’abord, éloigner les Lyonnais de leur ville :

... que tous soient transplantés sur un autre sol, qu’ils soient disséminés dans toute la République ; l'air qu'ils respireront dans un pays où le patriotisme dominera, pourra changer leur nature et finira peut-être par en faire des hommes utiles à la patrie.

3Ce vaste transfert de population une fois achevé, Couthon suggérait :

  • 2 G. Couthon, Première partie du rapport sur le siège de Commune-Affranchie..., Paris, 1793, pp. 33- (...)

... qu’on envoie à Lyon des républicains prononcés pour y fertiliser le sol en principes et y faire croître l’arbre de la liberté. Il existe dans Lyon des patriotes qui formeront le noyau de cette peuplade révolutionnaire. Si l’on ne prend ce moyen, je doute que la République puisse jamais compter Lyon au nombre de ses communes.2

  • 3 A.N., F7 4435 plaq. 6 pièce 5 (3 frimaire an II).

4Albitte ne pensait pas autrement en ce mois d’octobre. Dès lors, comment Collot d’Herbois, arrivant quelques jours après, aurait-il pu ne pas reprendre cette idée ? Il l’exprime dans au moins deux lettres de frimaire. Dans la première, adressée à Robespierre, il confirme les impressions de ceux qu’il a remplacés à Lyon et chiffre à cent mille individus la masse des Lyonnais à transplanter. Sa vision est aussi pessimiste que celle de Couthon ; les Lyonnais peuvent acquérir des sentiments républicains si on les disperse, mais « ils ne les auront jamais, s’ils restent réunis3 ».

  • 4 Ibid., pièce 6(11 frimaire an II).

5Le 11 frimaire, il revient à la charge en s’adressant cette fois à Couthon pour lui demander d’intervenir auprès de Robespierre. Sa nouvelle estimation porte à soixante mille le nombre des « individus qui ne seront jamais républicains ». Il est donc vital « de les licencier, de les répandre avec précaution sur la surface de la République, en faisant pour cela les sacrifices que notre grande et généreuse nation est en état de faire ». À ses yeux, seule cette méthode permettra d’exécuter le décret du 12 octobre : « ... la population licenciée, il sera facile de la faire disparaître, et de dire avec vérité : Lyon n’est plus4 ».

6Cette gigantesque déportation ne fut, on le sait, jamais entreprise, ni même esquissée. Restaient donc pour faire « disparaître » la commune rebelle deux méthodes explicitement préconisées par le décret du 12 octobre : les démolitions et les exécutions.

7Concernant les premières, il convient de citer le texte lu par Barère à ce sujet devant la Convention nationale :

  • 5 A. Aulard, Recueil des actes..., op. cit., tome VII, pp. 375-376.

La ville de Lyon sera détruite : tout ce qui fut habité par les riches sera détruit. Il ne restera que la maison du pauvre, les habitations des patriotes égorgés et proscrits, les édifices spécialement employés à l’industrie, et les monuments consacrés à l’humanité et à l’instruction.5

8Le 22 octobre, Couthon et ses collègues assénaient les premiers coups de la démolition à Bellecour et Pierre-Scize. Une semaine plus tard, ils décidaient qu’après la place Bellecour, les quais de la presqu’île entre Rhône et Saône seraient les premiers visés, afin d’anéantir « tout ce qui porte avec soi le caractère de luxe et de l’insolent orgueil du riche [...} ».

  • 6 Cité par H. Wallon, Les Représentants du peuple en mission et la justice révolutionnaire, Paris, 1 (...)

9Il est classiquement admis par l’historiographie que Couthon, trop modéré et humain, ne put se résoudre à appliquer des consignes aussi sévères. En ce cas, pourquoi aurait-il publié l’arrêté susmentionné ? Comment interpréter ce qu’écrit Albitte, le 5 brumaire : « ... Lyon n’est pas dans un aussi grand état de délabrement qu’on le dit [...] L’exécution du décret demandera beaucoup de temps et de travail6 ». De plus, peu de preuves nous sont parvenues par lesquelles Couthon se signalerait par une volonté claire de modérantisme à cet égard. Il est simplement plus probable que cette première équipe de représentants en mission se soit heurtée aux mêmes problèmes qui vont être rencontrés par Collot, et qu’elle n’a guère eu le temps de se soucier des démolitions.

10La première missive adressée par Collot d’Herbois au Comité de salut public est à cet égard riche en enseignements :

  • 7 A.N., F7 4435 plaq. 6 pièce 3 (17 brumaire an II).

La démolition allait lentement : ils étaient beaucoup pour gagner leur journée et ne rien faire [...] La mine va accélérer les démolitions, les mineurs ont commencé à travailler aujourd’hui. Sous deux jours, les bâtiments de Bellecour sauteront. J’irai de suite partout où le moyen sera praticable pour les bâtiments proscrits.7

  • 8 Ibid., AF II 137 plaq. 1063 pièce 30 (23 brumaire an II).

11À s’en tenir à ce document, le doute n’est guère permis : à un Couthon trop sensible et par là même peu efficace, succède un Collot cruel et surtout méthodique. On imagine aisément les superbes façades sautant les unes après les autres et réduisant l’immense cité en gravats et poussières... Or, moins d’une semaine après, Collot d’Herbois, Fouché et Laporte sont contraints de rédiger un arrêté sur ces démolitions. Ils viennent d’être informés que l’on choisit insidieusement pour les travaux « les plus faibles bras des femmes et des enfants [...] » et que, au lieu de s’attaquer chaque jour à de nombreux édifices, on rassemble beaucoup de monde dans des chantiers éloignés. Les représentants rappellent avec force que tous les bâtiments désignés pour être détruits doivent l’être immédiatement, et réclament qu’il soit dressé des listes de travailleurs avec au maximum un cinquième de femmes et aucun enfant8.

12Apparemment les Lyonnais multiplient les efforts et les astuces pour éviter des dommages trop importants. Si Collot d’Herbois le constate lui-même une dizaine de jours après son arrivée, comment cela n’aurait-il pas concerné également Couthon ?

  • 9 Ibid., F7 4435 plaq. 6 pièce 52 (13 frimaire an II).

13Ces nouveaux ordres rigoureux sont-ils appliqués ? Pilot écrit à Gravier, le 13 frimaire, que « les maisons se démolissent à force9 » ; mais, le1er nivôse, la commission temporaire émet une proclamation spécialement destinée à désigner les maisons à raser, soit une quarantaine de bâtiments. Collot, en l’an III, ironise sur la ville en cendres où vivent encore cent quarante mille habitants ! Si l’on en croit sa défense, six maisons étaient réellement abattues lors de son départ et moins de quarante ont finalement été détruites :

  • 10 J.-M. Collot, Éclaircissements..., op. cit., p. 14.

Nous avions d’abord dirigé les démolisseurs sur le fort de Pierre-Scize, sur celui de Saint-Jean, et sur les remparts ; c’est là qu’on s’est servi de l'explosion de la mine [...].10

  • 11 R. Curtet, « Lyon n’est plus : Le décret et la réalité. Les démolitions de Lyon (1792-1795) », in (...)
  • 12 C. Kradaoui, « Collot est-il un monstre ? Un dément ? », in Résonance, 1988, no 36, p. 26.

14Des recherches récentes11 ont en quelque sorte confirmé ces propos, montré que les destructions furent moins importantes qu’on ne l’a en général écrit, et que le bilan final s’éloigne très nettement des mille six cents maisons rasées récemment évoquées par une historienne lyonnaise12.

15Mais si abattre des bâtiments nécessite des moyens humains et techniques non négligeables, la dernière partie du programme punitif appliqué à Lyon va s’avérer beaucoup plus grave, avec des exécutions massives.

16Les mises à mort ne commencent pas pour autant avec l’arrivée de Collot et Fouché. Dès la reprise de la ville insurgée, une commission militaire, créée le 10 octobre, a jugé les défenseurs pris les armes à la main, tandis qu’une commission de justice populaire (créée le lendemain) opérait à Lyon et à Feurs contre les non-combattants. La commission militaire condamna à mort trois membres de l’état-major de Précy dès le 12 octobre. De cette date au 28 novembre, elle eut à juger cent soixante-seize personnes, dont cent six furent vouées à la peine capitale.

17Ces premières exécutions semblent avoir eu lieu dans un désordre important si l’on se fie à ce qu’écrivent les membres de la commission temporaire à la commission militaire, le 24 brumaire :

  • 13 A.D. du Rhône, 42 L 1 pièce 8.

Il est essentiel, citoyens, de donner la plus grande publicité à la liste des hommes que vous avez condamnés à mort. Les citoyens doivent connaître ceux que la vengeance nationale a atteints, pour s’assurer mieux de ceux qu'elle a encore à atteindre. Cette mesure est d’autant plus indispensable que par un abus qui n’a pas d’exemple et qui, nous l’espérons, ne renaîtra plus, un grand nombre ont été exécutés dans les ténèbres de la nuit, sans qu’il fut possible de les reconnaître.13

18Le 21 octobre, c’était au tour de la commission de justice populaire, rebaptisée tribunal révolutionnaire le1er frimaire, d’entrer en action. Les jugements furent tout aussi sommaires, les verdicts tout aussi sévères. Ainsi le 19 brumaire, dix Lyonnais furent exécutés après avoir été collectivement interrogés par Dorfeuille ; leur seul crime consistait en leur participation à la municipalité provisoire pendant le siège.

19Deux jours plus tôt, Collot d’Herbois communiquait à ses collègues du Comité ses premières impressions sur ces deux commissions :

  • 14 A.N., F7 4435 plaq. 6 pièce 3 (17 brumaire an II). Cailliez, membre des Cordeliers, écrit des chos (...)

La commission militaire a trop souvent employé à juger ceux contre lesquels elle n’a pas trouvé de preuves, et qu'elle a élargis, des moments dont chacun devait être un jugement terrible prononcé contre les coupables. Elle en a fait fusiller plusieurs. Le tribunal va plus ferme, mais sa marche est lente ; il avait encore peu opéré [...] Les exécutions même ne font pas tout l’effet qu’on en devrait attendre. La prolongation du siège et les périls journaliers que chacun a courus ont inspiré une sorte d’indifférence pour la vie, si ce n'est tout à fait le mépris de la mort. Hier un spectateur, revenant d’une exécution, disait : cela n’est pas trop dur. Que ferais-je bien pour être guillotiné ? Insulter les représentants14 ?

20Arrivant avec de telles dispositions, Collot d’Herbois ne peut que chercher, en concertation avec ses collègues, à accentuer la répression. Tout concourt à prouver que ce groupe de missionnaires porte la lourde responsabilité d’avoir ordonné les exécutions de masse. À leur décharge, on ne peut guère que rappeler l’état de guerre civile dans lequel se trouvait la région et préciser qu’ils semblent avoir abandonné les détails des exécutions à des responsables qui ont peut-être, comme nous le verrons, outrepassé les consignes.

21Ce nonobstant, dès le 5 frimaire, ils envoient, sous la plume de Fouché, une lettre à la Convention qui témoigne de leurs intentions :

  • 15 B.M. de Lyon, Ms 6627.

Point d’indulgence, citoyens collègues, point de délai, point de lenteur dans la punition du crime si vous voulez produire un effet salutaire. Les rois punissaient lentement parce qu’ils étaient faibles et cruels, la justice du peuple doit être aussi prompte que l’expression de sa volonté ; nous avons pris des moyens efficaces pour marquer sa toute puissance de manière à servir de leçon à tous les rebelles.15

22Le 11 frimaire, Collot d’Herbois confie à Couthon :

  • 16 A.N., F7 4435 plaq. 6 pièce 6.

Il est plus urgent que jamais d’user d’une grande sévérité ; aussi allons-nous la déployer [...] Des mesures révolutionnaires, qui sont continuellement méditées, mises en action [...] doivent couronner le grand événement de la destruction d’une ville rebelle et l'anéantissement de tous les traîtres.16

23Quelques jours avant les exécutions de masse, plusieurs militants jacobins ou cordeliers annoncent ce qui va suivre... C’est tout d’abord Baigue, juge au tribunal de justice populaire, qui écrit à Vincent :

  • 17 Ibid., F7 4394 (2) plaq. 1 pièce 19 (11 frimaire an II).

On a nommé une commission qui doit en faire exécuter cinq à six cents [..] Je t’enverrai le détail de la grande exécution qui se doit faire aujourd’hui.17

24C’est Dorfeuille qui écrit à Collot et à ses compagnons :

  • 18 Journal de Ville-Affranchie, supplément au no du 13 frimaire an II.

Citoyens représentants, un grand acte de justice nationale se prépare ; il sera de nature à épouvanter dans les siècles les plus reculés les traîtres qui penseraient encore à s'insurger contre la République française.18

25Le même écrit également à la Convention nationale pour annoncer que :

  • 19 Moniteur, no du 19 frimaire an II.

... quatre ou cinq cents contre-révolutionnaires dont les prisons sont remplies vont expier l'un de ces jours-ci tous leurs crimes. Le feu de la foudre en purgera la terre d'un seul coup [...].19

26Le directeur des postes, Pilot, se réjouit lui aussi à l’avance :

  • 20 A.N., F7 4435 plaq. 6 pièce 52 (13 frimaire an II).

... tous les jours il s’en expédie une douzaine, l’on vient même de trouver cet expédient trop long, tu apprendras sous peu de jours des expéditions de deux ou trois cents à la fois [...].20

27L’idée d’une telle exécution de masse n’est pas née dans le cerveau de Collot d’Herbois. Dès le 26 octobre, alors même que Collot n’était pas encore chargé de cette mission, Albitte avait évoqué une telle mesure :

  • 21 H. Wallon, Les Représentants.... op. cit., tome III, p. 107.

Le tribunal juge ici les prisonniers ; il ne se passe pas de jour qu'on n'en fusille ; tous affectent en mourant le courage et l’insolence ; mais qu’importe leur ton ? Pourvu qu’ils débarassent la terre de leur présence. J’ai conseillé à mes collègues d’établir plusieurs de ces tribunaux afin de juger tout d’un coup les misérables et de produire par leur supplice commun l’effet qu’on doit attendre d’un exemple terrible, effet qui se trouverait détruit par la punition singulière et successive de chacun d’eux.21

28Enfin, dernière pièce au dossier, l’arrêté décisif de la commission temporaire qui décrit par avance le programme des exécutions :

  • 22 A.D. du Rhône, 31 L 50 fol. 70-71 et 73-75 3 (frimaire an II).

... il y aura chaque jour [...] 50, 100 et même 150 muscadins mis à mort (...) ils seront tous enchaînés et placés en plusieurs lignes, sur lesquelles un nombre déterminé de canons chargés à mitraille sera tiré, et à quelque distance desquelles seront placés des pelotons de républicains pour fusiller de suite ceux qui survivront à la décharge du canon.22

  • 23 lbid., 1 L 115 fol. 28 (14 frimaire an II).

29L’annonce de mesures aussi terribles provoque une tentative désespérée des Lyonnais pour sauver les condamnés. Ce sont les femmes qui se mobilisent pour tenter d’obtenir leur grâce auprès des représentants. Une pétition, signée par dix mille femmes, leur est adressée et surtout une manifestation se rend près de la maison où ils résident. Le directoire du département ordonne qu'elle soit dispersée23 ; quelques femmes sont arrêtées et exposées devant la guillotine. Quelques semaines plus tard, Collot d’Herbois présentera ces femmes à la Convention, de façon plus que caricaturale :

  • 24 Moniteur, no du 4 nivôse an II (Séance des Jacobins du 1er nivôse an II).

... les femmes sont toutes contre-révolutionnaires à Commune-Affranchie. Elles ont pris pour patronne Charlotte Corday. Tout ce que leur sexe offre de plus attrayant, tout ce que des formes aimables ont de plus enchanteur, a été mis en usage pour séduire cette armée qui nous était si nécessaire. Les philtres amoureux, les charmes ont été préparés par ces femmes qui prodiguaient avec rage la prostitution et l’adultère.24

  • 25 Dès son retour à Paris et, à plus forte raison, en l’an III, Collot défendra ces différentes thèse (...)

30Est-ce la peur d’une révolte des Lyonnais, la crainte d’une évasion collective, voire un risque de massacres de prisonniers commis par les militants révolutionnaires locaux25 ? Toujours est-il que les exécutions massives commencent aussitôt après les diverses tentatives des Lyonnaises.

  • 26 Dans ses rapports, le général Declaye, commandant de la place, écrit : « ... c’est dans la plaine (...)

31Le 14 frimaire, soixante condamnés sont tirés de leurs geôles et conduits aux Brotteaux. Liés deux par deux au bord d’une fosse commune, ils subissent le feu du canon26. Si l’on se fie au témoignage de Delandine, un tiers à peine des condamnés sont tués par la première décharge ; il faut encore fusiller les survivants, puis les achever à coups de sabre.

  • 27 A. F. Deiandine, Tableau des prisons de Lyon pour servir à l’histoire de la tyrannie de 1792 et 17 (...)

Ces soldats, peu exercés à manier les armes, et la plupart égorgeant pour la première fois, restèrent plus de deux heures à consommer ce massacre.27

  • 28 Le chiffre est flou puisque variant de 208 condamnés exécutés (A.N., BB 3 18 tableau 1) à 209 (Jou (...)

32Le 15 frimaire, ce sont deux cent huit personnes28 qui sont passées par les armes. La commission révolutionnaire entoure ce massacre de multiples précautions puisqu’elle requiert du général Declaye, commandant de la place, une force armée de mille deux cents hommes pour mener les captifs de la prison de Roanne (une des maisons de détention de Lyon) à la place de la Liberté où ils entendent la sentence qui les voue à la mort. La colonne, précédée par quatre canons, escortée par toute la troupe à cheval disponible et suivie par quatre autres canons, se rend alors aux Brotteaux.

33L’exécution semble avoir posé encore plus de problèmes que la précédente, à un point tel que le lieutenant-colonel Grandmaison, chargé de son organisation, rapporte que le déroulement a été très mauvais. Il en reporte la responsabilité sur le général Declaye qui, naturellement, la lui renvoie. La commission temporaire de surveillance républicaine, empiétant ici encore sur les attributions théoriques de la commission révolutionnaire, décide d’en référer sur le champ aux représentants car ce :

  • 29 B.M. de Lyon, Ms Coste 673 (15 frimaire an II).

.. nouveau mode d’exécution des coupables jugés à mort militairement (...) n’a pas eu l’exécution que l’on aurait désiré [et il faut] prendre d’autres moyens plus sûrs29.

34Ces deux sinistres journées sont la clef de voûte de toute l’accusation portée contre Collot d’Herbois et de tout l’opprobre déversé sur sa mémoire, ces seules quarante-huit heures occultant le reste de sa carrière révolutionnaire, a fortiori sa vie avant 1789.

35Deux questions importantes se posent dès lors : Collot d’Herbois était-il physiquement présent aux Brotteaux lors des massacres ? Est-il directement responsable de l’utilisation de la mitraille ?

  • 30 E. B. Courtois, Rapport (...) sur les événements du 9 Thermidor an II, Paris, an III, p. 18.
  • 31 On pourra, sur ce thème, se reporter à l’article de R. Giri, « Les mitraillades de Lyon dans l’ico (...)

36Dès l’an III, la réponse est doublement affirmative et les pamphlets ne se privent pas de noircir l’image du terroriste honni. Courtois, dans son célèbre rapport sur les événements de Thermidor, affirme que « Collot fit plus que d’être témoin de ces atrocités. » et qu’un jour, voyant un soldat refuser de fusiller les captifs, il n’hésita pas une seconde à s’emparer de son arme pour abattre lui-même « les malheureuses victimes dont il commandait la mort [...]30 ». L’iconographie n’est pas en reste qui nous montre Collot d’Herbois, seul représentant sur place, l’air terrible, qui pose devant une ville dont les ruines achèvent de se consumer. De même, les fantaisistes gravures décrivant les fusillades qui ont lieu sur la place des Terreaux laissent supposer sa présence dans le groupe des cavaliers qui observent les exécutions31.

37Malgré ces diverses attaques, la présence à ces massacres de Collot ou de quelque représentant du peuple que ce soit semble impossible. En l’an III, Collot donne déjà une explication fort crédible :

  • 32 J.-M. Collot, Éclaircissements..., op. cit., p. 12.

... il y avait une grande absurdité et une atroce perfidie à supposer que les représentants du peuple auraient dû se trouver là précisément où ils ne doivent pas être, c'est-à-dire au lieu où aboutissent les jugements des tribunaux criminels, pour diriger les moyens qui en consomment l'exécution.32

38Cette version est totalement corroborée par les rapports qui existaient entre les représentants et les deux commissions, temporaire et révolutionnaire, ainsi que par la décision de la commission temporaire du 15 frimaire. Pourquoi voudrait-elle informer les représentants du mauvais déroulement des exécutions par canonnade si ceux-ci étaient sur place comme spectateurs ?

39L’abbé Guillon de Montléon, hostile à Collot d’Herbois, mais cherchant à faire preuve d’une certaine objectivité, écrit qu’il n’était pas présent aux Brotteaux et qu’il s’agit d’une fable inventée en l’an III pour soustraire Fouché à la condamnation, en mettant tous les crimes sur le compte du seul Collot d’Herbois. Quant à Delandine, qui décrit très précisément les mitraillades, il ne mentionne pas la présence des représentants.

40Cependant, s’il est physiquement absent du lieu où s’organisent les boucheries des 14 et 15 frimaire, Collot n’en porte pas moins de lourdes responsabilités dans les décisions initiales.

41Il est tout d’abord inconcevable que les quatre représentants n’aient pas approuvé l’idée des exécutions massives, puisqu’il s’écoule une dizaine de jours entre l’arrêté de la commission révolutionnaire du 3 frimaire et la première mitraillade. D’autre part, dans ses écrits immédiats, Collot d’Herbois se félicite de ces procédés :

  • 33 A.N., F 4435 plaq. 6 pièce 7 (15 frimaire an II).

La hache populaire faisait tomber vingt têtes de conspirateurs chaque jour, et ils n’en étaient pas effrayés... Soixante-quatre de ces conspirateurs ont été fusillés hier, au même endroit où ils faisaient feu sur les patriotes, deux cent trente vont tomber aujourd'hui.33

  • 34 Deux des textes qui accusent Collot d’Herbois en l’an III.

42Cette lettre adressée à Duplay, logeur et ami de Robespierre, est l’une des pièces fréquemment utilisées pour instruire le procès de Collot. Ainsi est-elle imprimée dans les Papiers inédits trouvés chez Robespierre et dans le rapport de Saladin34. Elle montre indubitablement qu’il a approuvé les massacres. Pourtant, il nie toute responsabilité dans l’usage de l’artillerie :

  • 35 J.-M. Collot, Éclaircissements.... op. cil., pp. 10-11.

Il fut rapporté aux représentants que, dans cette première exécution militaire, un appareil extraordinaire avait eu lieu, et que le feu de l'artillerie s’était joint aux moyens ordinaires, pour donner la mort aux condamnés. Les représentants du peuple en ressentirent de vifs regrets ; nous réprimandâmes très sévèrement ceux qui avaient dirigé l’exécution. Mes collègues peuvent se rappeler que je fis sentir avec force combien cet incident, commenté et dénaturé, pouvait fournir d’avantages à ceux qui calomniaient nos principes [...] Nous donnâmes des ordres sévères pour que désormais on n'ajoutât rien aux mesures indiquées par les lois militaires : ces ordres ont été depuis strictement exécutés. Il est donc bien certain que, loin que les représentants du peuple aient ordonné d’employer l’artillerie dans ces exécutions, ils l’ont au contraire empêché : cela est de toute vérité.35

43L’homme aux abois de l’an III est parfois contraint à la dissimulation, comme c’est ici le cas puisqu’il paraît quasi impossible que les quatre représentants aient ignoré que l’on allait recourir à l’artillerie. Ce qui est par contre probable, c’est qu’ils aient effectivement ordonné de renoncer à ce type d’exécutions, mais simplement parce que l’inefficacité était flagrante. Là où ils souhaitaient qu’une décharge mortelle anéantisse deux cents proscrits d’un seul coup, témoignage exemplaire de la punition encourue par les rebelles, la mitraillade avait tourné à la boucherie et avait semé le trouble dans les esprits de ceux-là même qui étaient chargés de la répression. On manque en effet d’en venir aux armes entre les membres de l’armée révolutionnaire et des dragons lorsque le chef de ces derniers, un certain Beaumont, ose protester devant les représentants contre le sale travail qui consiste à achever les blessés.

44De plus, Collot d’Herbois, Fouché, Laporte et Albitte perçoivent immédiatement les remous que ces mitraillades suscitent contre eux, et l’utilisation politique qui peut en être faite, ce qui explique également l’arrêt de ces massacres. Cependant ils rédigent toute une série de textes, proclamations, arrêtés ou lettres, pour annoncer que la répression va continuer, quoique sous une forme plus « classique » :

  • 36 A.N., AF II 137 plaq. 1060 pièces 41-42, et AF II 114 plaq. 859 pièce 17 (15 frimaire an II).

On veut arrêter la volonté du peuple [...] On ose insulter à sa toute puissance, circonscrire sa justice éternelle dans les limites des tribunaux ordinaires, où trop souvent les formalités ne servirent qu’à couvrir la scélératesse [...] On effraye votre imagination de quelques décombres, de quelques cadavres qui n'étaient plus dans l’ordre de la nature, et qui vont y rentrer [...] Les représentants du peuple resteront impassibles dans l’accomplissement de la mission qui leur a été confiée : le peuple leur a mis entre les mains le tonnerre de sa vengeance, ils ne le quitteront que lorsque tous ses ennemis seront foudroyés[...]36

45Même ton dans les lettres qu’ils envoient à la Convention nationale :

  • 37 Ibid., AF II 137 plaq. 1060 pièce 52 (16 frimaire an II).

On ne conçoit pas aisément jusqu’à quel point la mission que vous nous avez confiée est pénible et difficile [...] on employe tous les moyens imaginables[...] pour nous peindre comme des tyrans avides de sang et de destruction, comme si toutes nos mesures ne nous étaient pas impérieusement dictées par la volonté du Peuple. Nos ennemis ont besoin d’un grand exemple, d’une leçon terrible pour les forcer à respecter la cause de la justice et de la liberté ; [il faut] que leurs cadavres ensanglantés précipités dans le Rhône offrent sur les deux rives, à son embouchure, sous les murailles de l’infâme Toulon, aux yeux des lâches et féroces anglais, l'impression de l’épouvante et l'image de la toute puissance du peuple français.37

46Une semaine plus tard, le contenu n’a guère changé :

  • 38 Ibid., F 4435 plaq. 5 (22 frimaire an II).

Ah ! Si une sensibilité aussi mal conçue que dénaturée n’égarait pas la raison publique [...], ne paralysait quelquefois le bras nerveux qui est chargé de lancer la foudre populaire [...] Nous devons donner un témoignage public d’estime aux travaux de la commission révolutionnaire que nous avons établie ; elle remplit ses devoirs pénibles avec une sévérité stoïque et une impartiale rigueur. C’est en présence du peuple, sous les voûtes de la nature, qu’elle rend la justice, comme le ciel la rendrait lui-même. Des applaudissements nombreux et unanimes sanctionnent ses jugements [...] La terreur, la salutaire terreur, est vraiment ici à l’ordre du jour38

47Pour ceux qui espéraient une atténuation de la répression, la déception est totale. Seule l’utilisation de l’artillerie est désormais proscrite, les condamnés sont guillotinés ou fusillés. Les exécutions se succèdent même à un rythme soutenu, contrebalancées, il est vrai, par des acquittements souvent aussi nombreux.

  • 39 Ibid., BB 3 18 pièces 1-53 ; A.D. du Rhône, 42 L 27-29.

48Même si le chiffre quotidien n’atteint plus celui du 15 frimaire, ce sont chaque jour plusieurs dizaines de captifs qui sont passés par les armes dans la plaine des Brotteaux ou guillotinés place de la Liberté : soixante-treize exécutions le 18 frimaire, soixante-sept le1er nivôse, cinquante-cinq le 15 nivôse... le plus souvent entre vingt et quarante mises à mort par jour. Loin de s’arrêter avec le départ de Collot pour Paris, les exécutions se poursuivent. Les trois quarts des prisonniers envoyés à la mort le sont après le 25 frimaire. Si ce mois possède le chiffre record de cinq cent quatre-vingt-quatre exécutions (dont 80 % fusillés ou mitraillés), nivôse en compte cinq cent quarante-quatre, pluviôse encore trois cent soixante-dix-sept. Ce n’est qu’avec le début de ventôse que la répression baisse en intensité (cent quarante-trois en ventôse, dix-neuf dans la première quinzaine de germinal). De plus, si environ la moitié des condamnés sont encore fusillés en nivôse et pluviôse, tous ceux des mois suivants sont guillotinés. Le dernier recours au peloton d’exécution date, semble-t-il, du 22 pluviôse39.

49Si la responsabilité de Collot est donc bien établie dans la sévère répression qui s’abat sur Ville-Affranchie, celle de Fouché, mais aussi celles de Laporte et d’Albitte ne peuvent en aucun cas être oubliées. De plus, bien au-delà, la Convention n’a-t-elle pas permis cette sévérité par ses décrets ? Qui proteste en octobre 1793 contre un texte qui voue explicitement une ville à la destruction ? Enfin, une tradition, soigneusement entretenue par divers historiens en général favorables à l’action de Robespierre, place celui-ci en désaccord profond avec la répression lyonnaise, horrifié qu’il était par ce bain de sang. Combien d’ouvrages affirment qu’il fut à l’origine du rappel des sanguinaires proconsuls, notamment de Collot d’Herbois ! Pourtant, c’est bien lui qui écrit de sa main aux prédécesseurs de Collot une lettre, accompagnant le décret du 12 octobre, qui stigmatise leur trop grande indulgence :

  • 40 Arch. Hist, de la Guerre, B3 103 (21 vendémiaire an II).

Vous avez paru vous abandonner à un peuple qui flatte les vainqueurs, et la manière dont vous parlez d'une si grande quantité de traîtres [...], de la punition d’un très petit nombre et du départ de presque tous, a dû alarmer les patriotes [...] Il faut démasquer les traîtres et les frapper sans pitié [..] ; faites exécuter, avec une sévérité inexorable, les décrets salutaires que nous vous adressons.40

  • 41 R. Cobb, Les Armées révolutionnaires, instrument de la Terreur dans les départements. Avril 1793 - (...)
  • 42 Voir sa thèse (op. cit.) et, plus facile d’accès pour un lecteur européen, son article dans French (...)

50Richard Cobb a déjà affirmé que « la responsabilité morale des mitraillades incombe en premier lieu à Robespierre et à ses collègues du Comité de salut public »41 ; plus récemment Paul Mansfield a démontré qu'il n’existe guère de preuves pour supposer un désaccord fondamental entre Robespierre et Collot d’Herbois à propos de la répression lyonnaise42.

51De multiples témoignages arrivaient à Paris pour décrire la situation de Ville-Affranchie en frimaire, à commencer par les courriers envoyés par Collot lui-même ! Comment aurait-il pu écrire à Duplay pour se féliciter des exécutions s’il avait pensé être condamné par Robespierre ? Jamais la répression à Ville-Affranchie ne s’est accomplie en secret, puisqu’au contraire tous ceux qui l’assuraient voulaient que la plus grande publicité soit faite tant sur le nombre que sur les noms des personnes exécutées.

  • 43 Cité dans Robespierre, Textes choisis, Paris, 1958, tome III, p. 144.

52Comment ne pas citer les deux textes fondamentaux de l’incorruptible sur ce sujet ? Dans son discours, non daté, contre Fabre d’Églantine43, on peut lire :

Ce sont les mêmes hommes qui accueillaient avec un intérêt si tendre les femmes insultantes des conspirateurs de Lyon, qui venaient à la barre outrager, menacer les patriotes de la Montagne, les vainqueurs du fédéralisme et de la royauté ; ce sont les mêmes hommes qui, non contents de proscrire l’armée révolutionnaire et ses chefs envoyés à Lyon pour comprimer cette ville rebelle, calomniaient les intrépides représentants du peuple qui exécutaient contre elle les salutaires décrets de la Convention nationale.

53Hostile à la répression lyonnaise, Robespierre ? Voici ce qu’il dit encore sur Ville-Affranchie, le 23 messidor an II, soit bien après les faits :

  • 44 Journal des hommes libres..., no du 27 messidor an II.

Il est une autre cause de l'impunité des conspirateurs, c’est que la justice nationale n’a pas été exercée avec le degré de force et d’action qu’exigent et que commandent les intérêts d’un grand peuple. La commission temporaire déploya d’abord de l’énergie, mais bientôt elle céda à la faiblesse humaine qui se lasse trop tôt de servir la patrie[...].44

54Un tel texte peut difficilement être issu d’une plume écœurée par la trop grande sévérité de la répression... Par ailleurs, si Robespierre et, a fortiori, la majorité du Comité avaient désapprouvé la conduite de leurs envoyés à Commune-Affranchie, nous posséderions des témoignages. Or pas un seul, sérieux (nous excluons ici les Mémoires écrits a posteriori dans un but d’autojustification), n’existe et la thèse du rappel de Collot à Paris, nous le verrons, est également totalement erronée. Enfin, si les formes ont pu en être contestables et contestées d’ailleurs par Collot lui-même, sur le fond la répression qui bouleverse la grande cité rhodanienne n’est pas combattue par le Comité de salut public. De même, contrairement à une autre légende couramment répandue, les mesures adoptées par Collot d’Herbois, Fouché, Laporte et Albitte concernant les affaires religieuses, économiques et sociales, étaient peu originales et ne durent donc certainement pas être sévèrement jugées à Paris...

Notes

1 Papiers inédits trouvés chez Robespierre..., Paris, 1828, tome I, pp. 361-363.

2 G. Couthon, Première partie du rapport sur le siège de Commune-Affranchie..., Paris, 1793, pp. 33-34.

3 A.N., F7 4435 plaq. 6 pièce 5 (3 frimaire an II).

4 Ibid., pièce 6(11 frimaire an II).

5 A. Aulard, Recueil des actes..., op. cit., tome VII, pp. 375-376.

6 Cité par H. Wallon, Les Représentants du peuple en mission et la justice révolutionnaire, Paris, 1889-1890, tome III, p. 107.

7 A.N., F7 4435 plaq. 6 pièce 3 (17 brumaire an II).

8 Ibid., AF II 137 plaq. 1063 pièce 30 (23 brumaire an II).

9 Ibid., F7 4435 plaq. 6 pièce 52 (13 frimaire an II).

10 J.-M. Collot, Éclaircissements..., op. cit., p. 14.

11 R. Curtet, « Lyon n’est plus : Le décret et la réalité. Les démolitions de Lyon (1792-1795) », in 1793 : L’Année terrible à Lyon, Lyon, 1993, pp-89-105. Selon cette étude, le bilan total des destructions s’élevait au début de 1794 à vingt-sept maisons atteintes, tandis que les édiles lyonnais détournaient habilement le « marteau national » vers des quartiers insalubres, des voies à élargir... bref la répression était déviée vers une gigantesque opération d’urbanisme !

12 C. Kradaoui, « Collot est-il un monstre ? Un dément ? », in Résonance, 1988, no 36, p. 26.

13 A.D. du Rhône, 42 L 1 pièce 8.

14 A.N., F7 4435 plaq. 6 pièce 3 (17 brumaire an II). Cailliez, membre des Cordeliers, écrit des choses semblables à Vincent : « ... il n’y a que le comité soi-disant révolutionnaire, moi je dis contre ; ils font des arrestations tous les jours, mais la plupart par des gens induits en erreurs, pères de famille, et les grands coupables sont blanchis au mépris de toutes les lois [...] » (Arch. Hist, de la Guerre, B’ 103 (22 brumaire an II). Voir aussi A.N., F 4394 (2) plaq. 1 pièce 18 (Lettre ms de Vincent à Baigue, de Paris le 28 brumaire an II).

15 B.M. de Lyon, Ms 6627.

16 A.N., F7 4435 plaq. 6 pièce 6.

17 Ibid., F7 4394 (2) plaq. 1 pièce 19 (11 frimaire an II).

18 Journal de Ville-Affranchie, supplément au no du 13 frimaire an II.

19 Moniteur, no du 19 frimaire an II.

20 A.N., F7 4435 plaq. 6 pièce 52 (13 frimaire an II).

21 H. Wallon, Les Représentants.... op. cit., tome III, p. 107.

22 A.D. du Rhône, 31 L 50 fol. 70-71 et 73-75 3 (frimaire an II).

23 lbid., 1 L 115 fol. 28 (14 frimaire an II).

24 Moniteur, no du 4 nivôse an II (Séance des Jacobins du 1er nivôse an II).

25 Dès son retour à Paris et, à plus forte raison, en l’an III, Collot défendra ces différentes thèses. Dans ses Éclaircissements... (op. cit., p. 10), il cite même une lettre envoyée par Parein qui réclame que l’on presse la mise à mort de trois cents condamnés pour « imprimer la terreur sur les fronts des rebelles, si nous ne voulons pas courir les risques d’être assassinés ».

26 Dans ses rapports, le général Declaye, commandant de la place, écrit : « ... c’est dans la plaine des Brotteaux que je fais expier les crimes de ces traîtres, là attachés à une corde tendue le long d’une rangée d’arbres, une décharge suffit pour les exterminer de la foudre nationale [...] » (Arch. Hist, de la Guerre, B3 103 (Lettre ms de Declaye au Comité de salut public, 17 frimaire an II).

27 A. F. Deiandine, Tableau des prisons de Lyon pour servir à l’histoire de la tyrannie de 1792 et 1793, Lyon, 1797, p. 142.

28 Le chiffre est flou puisque variant de 208 condamnés exécutés (A.N., BB 3 18 tableau 1) à 209 (Journal de Ville-Affranchie, supplément au no du 16 frimaire an II) et même 211 (Arch. Hist, de la Guerre, B3 103 (Rapport de Declaye). La commission révolutionnaire néglige ce type de « détails » lorsqu’elle prévient Declaye qu’il devra « diriger ses opérations sur environ deux cents hommes qui sont condamnés à mort. » (A.D. du Rhône, 42 L 19 pièce 19 (14 frimaire an II).

29 B.M. de Lyon, Ms Coste 673 (15 frimaire an II).

30 E. B. Courtois, Rapport (...) sur les événements du 9 Thermidor an II, Paris, an III, p. 18.

31 On pourra, sur ce thème, se reporter à l’article de R. Giri, « Les mitraillades de Lyon dans l’iconographie révolutionnaire », in 1793 : L'Année terrible à Lyon, op. cit., pp. 83-88.

32 J.-M. Collot, Éclaircissements..., op. cit., p. 12.

33 A.N., F 4435 plaq. 6 pièce 7 (15 frimaire an II).

34 Deux des textes qui accusent Collot d’Herbois en l’an III.

35 J.-M. Collot, Éclaircissements.... op. cil., pp. 10-11.

36 A.N., AF II 137 plaq. 1060 pièces 41-42, et AF II 114 plaq. 859 pièce 17 (15 frimaire an II).

37 Ibid., AF II 137 plaq. 1060 pièce 52 (16 frimaire an II).

38 Ibid., F 4435 plaq. 5 (22 frimaire an II).

39 Ibid., BB 3 18 pièces 1-53 ; A.D. du Rhône, 42 L 27-29.

40 Arch. Hist, de la Guerre, B3 103 (21 vendémiaire an II).

41 R. Cobb, Les Armées révolutionnaires, instrument de la Terreur dans les départements. Avril 1793 - Floréal an II, Pans, 1961-1963, p. 537.

42 Voir sa thèse (op. cit.) et, plus facile d’accès pour un lecteur européen, son article dans French History, 1988, notamment pp. 96-101.

43 Cité dans Robespierre, Textes choisis, Paris, 1958, tome III, p. 144.

44 Journal des hommes libres..., no du 27 messidor an II.

© Presses universitaires de Lyon, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540