Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Collot d'Herbois

 | 
Michel Biard

Troisième partie. Le missionnaire jacobin et les massacres de commune-affranchie

Chapitre II. Prélude d’un massacre

Texte intégral

1Pour faire exécuter le décret du 12 octobre, Collot d’Herbois et ses collègues doivent naturellement trouver un certain nombre de relais et de leviers. Dans la Nièvre et le Loiret, comme dans l’Oise, Collot s’était appuyé sur les autorités constituées, quitte à parfois les épurer. D’emblée, la situation lyonnaise paraît totalement différente et ses premières impressions témoignent de la rareté des patriotes susceptibles de se voir accorder une totale confiance :

  • 1 A.N., F7 4435 plaq. 6 pièce 3 (Lettre ms de Collot d'Herbois au Comité de salut public, 17 brumair (...)
  • 2 Ibid., pièce 5 (Lettre ms de Collot d’Herbois à Robespierre, 3 frimaire an II).
  • 3 Ibid.

La ville est soumise [...] mais non convertie. Les sans-culottes laborieux, amis naturels de la liberté, n’y voient pas encore clair [...] Il faut les animer pour la République [...] L'esprit public est nul et toujours prêt à tourner en sens contraire de la Révolution.1
... point d'autorités agissantes [...] les vengeances particulières agitant les comités révolutionnaires établis, à tel point qu’ils étaient aveugles sur la vengeance publique [...].2
... ce qui a manqué ici, ce sont les hommes. Il en faut pour tous les postes, et les postes sont nombreux.3

2Ce sont avant tout des Jacobins, venus de Paris avec Collot d’Herbois ou arrivés avec Fouché, qui vont coloniser les diverses administrations lyonnaises, notamment celles créées ex nibilo par les représentants.

  • 4 Ibid., AF II 137 plaq. 1063 pièces 24 à 27 ; B.M. de Lyon, Fonds Coste 111083 pièce 4783 ; A.D. du (...)

3Parmi celles-ci figure au premier plan la commission temporaire de surveillance républicaine, à laquelle est en général imputé le début de la répression. Elle est mise en place par un arrêté du 20 brumaire4, c’est-à-dire presque au lendemain de l’arrivée de Fouché, ce qui laisse à penser que Collot d’Herbois est l’inspirateur initial de cette fameuse commission.

4Elle se compose de vingt membres, répartis en deux sections.

5La première, permanente, siège à Ville-Affranchie ; la seconde est dite ambulante car ses membres, par groupe de deux, doivent visiter les différentes localités du Rhône et de la Loire.

6Sous le contrôle direct des représentants, cette commission doit faire exécuter leurs arrêtés, superviser les autorités locales, prendre les diverses mesures de surveillance, s’occuper des approvisionnements et subsistances.

7Une troisième section est encore formée le 25 brumaire par un arrêté qui crée une commission militaire établie à Feurs.

8L’ampleur des tâches à accomplir aboutit rapidement à ce que la commission temporaire de surveillance républicaine possède une vie propre, en dehors du regard immédiat des représentants. De ce fait, il est fort possible qu’elle soit à l’origine de certains actes, dont les représentants ont endossé a posteriori la responsabilité.

  • 5 B.M. de Lyon, Ms Coste 673 ; A.D. du Rhône, 31 L 50.

9Les historiens n’ont en général vu dans cette commission qu’un organe d’exécution des décisions de Collot d’Herbois, Fouché et consorts ; or ses procès-verbaux, conservés dans les archives lyonnaises5, prouvent que les liens tissés avec les quatre missionnaires étaient plus lâches qu’on ne l’a souvent écrit.

10Bon nombre de séances font état de lettres envoyées par les représentants à la commission temporaire, ou inversement. La séance du 27 brumaire est à cet égard fort intéressante, dans la mesure où elle prouve que les militants désignés pour cette tâche doutent eux-mêmes de la force de leurs liens avec les représentants :

  • 6 B.M. de Lyon, Ms Coste 673 (27 brumaire an II).

Les membres de la commission étant réunis se sont rendus auprès des représentants du peuple [...] L’objet principal de leur députation en masse auprès des représentants est l’invitation de venir fréquemment aux séances de la commission, de fraterniser entièrement et de ne point laisser au peuple l'idée de l’isolement de la commission avec la représentation nationale. Les représentants du peuple font savoir qu’ils ne peuvent pour l’intérêt de la chose, à raison de leurs occupations multipliées, assister fréquemment aux séances de la commission, qu’ils ont toute confiance en elle [...] Ils proposent une réunion de la commission avec eux, une fois par décade et plus souvent si des circonstances impérieuses l’exigent, soit au lieu de leur domicile, soit en celui de l’établissement de la commission.6

11Une réunion semblable a lieu le 1er frimaire. Les membres de la commission temporaire et des diverses autorités constituées, escortés de cinquante dragons et vingt gendarmes, se rendent en cortège pour chercher les représentants à leur domicile.

  • 7 Ibid. (1er frimaire an II) ; A.D. du Rhône, 31 L 50 pièce 12.

12Ceux-ci « se mettent à sa tête et se rendent au lieu de ses séances au milieu d’une affluence de peuple et des acclamations de vive la République, vive la Montagne, mort aux rebelles ». Collot d’Herbois, puis divers personnages prononcent des discours, avant que les représentants ne soient raccompagnés dans leur résidence7.

13Il est donc possible d’affirmer, au vu de ces documents, que si la commission temporaire est bien l’émanation directe des quatre représentants du peuple en mission à Ville-Affranchie, elle dispose également d’un pouvoir de décision important. Cependant, quels que soient les pouvoirs des uns et des autres, Collot d’Herbois, à l’heure des attaques de l’an III, a le courage de défendre ses subordonnés en dégageant leur responsabilité, se refusant

  • 8 J.-M. Collot, Réponse […] à la pétition des Lyonnais, Paris, an III, pp. 23-24.

... d’en rejeter aucune part sur les patriotes formant la commission temporaire, qui nous aidaient dans nos travaux. Se rejeter sur les agents secondaires, alors qu'on est attaqué ; sacrifier les hommes dont on a mis le zèle et le courage en réquisition ; les exposer aux coups, pour se soustraire soi-même à la calomnie et aux persécutions : c’est une indigne ressource. Mourir cent fois, plutôt que d’avoir recours à de tels subterfuges.8

  • 9 A.N., AF II 137 plaq. 1060 pièces 11-12 ; B.M. de Lyon, Ms Coste 674.
  • 10 Ibid., F7 4436 plaq. 4 pièce 233 (Lettre ms de Laporte à Couthon, 24 germinal an II).

14Il fallut rapidement définir les pouvoirs et le rôle de la commission temporaire vis-à-vis des autorités constituées et préciser à ces dernières que les vingt membres de la commission n’avaient pas à prendre en charge leur travail. C’est chose faite avec l’arrêté du 28 brumaire9 qui définit la commission temporaire comme un « ressort nouveau » destiné à donner davantage de force et d’énergie aux autres autorités, mais aussi à contrôler leurs actions (Laporte la définit comme « une autorité surveillant les autres autorités10 »). Le texte implique par ailleurs que désormais toute autorité doit être proclamée permanente.

  • 11 Ibid., AF II 137 plaq. 1060 pièces 20 à 22.

15Pour parachever cette distribution des rôles en vue de la grande répression qui s’annonce, une nouvelle autorité est créée le 7 frimaire11 : la commission révolutionnaire, fréquemment appelée tribunal des sept. Cette appellation est d’ailleurs fallacieuse puisque ce tribunal ne compta finalement que cinq membres : Parein, Brunière, Lafaye, Fernex et Corchand (Marcellin et Vauquoy ayant refusé leur nomination, Andrieux se faisant remplacer par Corchand). Cette commission révolutionnaire mélange donc tout à la fois des militants parisiens (Parein, Corchand), des militants originaires de la région (Fernex, Lafaye) et un Nivernais qui a précédemment siégé à la commission militaire (Brunière).

16Le préambule de l’arrêté qui crée cette commission préfigure clairement la suite des opérations :

... considérant que l’exercice de la justice n’a besoin d’autre forme que de l’expression de la volonté du peuple ; que cette volonté énergiquement manifestée doit être la conscience des juges ; considérant que presque tous ceux qui remplissent les prisons de cette commune ont conspiré l’anéantissement de la République, médité le massacre des patriotes, et que par conséquent ils sont hors de la loi, que leur arrêt de mort est prononcé ; considérant qu'à l’apparence d’un nouveau complot, qu’à la vue d'une seule goutte de sang d’un patriote, le peuple irrité d’une justice trop tardive, pourrait en diriger lui-même les effets, lancer aveuglément les foudres de sa colère, et laisser, par une méprise funeste, d'éternels regrets aux amis de la Liberté [...],

17les quatre représentants du peuple arrêtent que la commission révolutionnaire des sept fera traduire devant elle tous les prisonniers, remplaçant ainsi la commission militaire et le tribunal révolutionnaire. À l’issue de cet ultime interrogatoire, seules deux sentences sont possibles. Les innocents sont immédiatement libérés, les coupables exécutés :

  • 12 Ce texte est l’un de ceux qui ont été le plus souvent utilisés contre Collot d’Herbois. Il est à n (...)

Tous les condamnés seront envoyés à plein jour, en face du lieu même où les patriotes furent assassinés, pour y expier sous le feu de la foudre une vie trop longtemps criminelle.12

18C’est ce tribunal, présidé par Parein, qui va faire exécuter l’immense majorité des condamnés à mort de Lyon. Ses opérations devaient être quotidiennes ; le 10 frimaire, Collot d’Herbois et Fouché écrivent à ses membres :

  • 13 A.D. du Rhône, 42 L 19 pièce 10.

Après avoir applaudi à l'activité de votre zèle, nous vous observons que la marche révolutionnaire n’a point de jour de repos, elle ne s'arrête pas plus que la volonté, que la justice du peuple.13

  • 14 J.-M. Collot, Éclaircissements..., op. cit., p. 12.

19Tout comme la commission temporaire de surveillance républicaine, cette nouvelle autorité possède très vite une autonomie non négligeable. Ainsi, les observations sur les détenus, a fortiori sur les coupables à exécuter, doivent être adressées à ses membres et non aux représentants. Ceux-ci ne semblent pas intervenir dans les jugements et Collot se fait fort de le rappeler en l’an III : « Les représentants n’exercèrent jamais à Lyon aucune influence sur la commission qui jugeait [,..]14 ».

20Les juges de ce terrible tribunal se démarquent également rapidement de la commission temporaire et se plaignent aux représentants des interventions fréquentes de celle-ci dans leurs affaires :

  • 15 A.D. du Rhône, 42 L 21 fol. 3 (22 frimaire an II).

Quand nous avons accepté la place honnête, mais pénible, de juges de la commission, nous ne pensions pas avoir pour censeurs de nos actions les membres de la commission temporaire. Nous nous ferons toujours un devoir d’obéir à la puissance nationale que vous représentez et de nous soumettre à toutes les observations judicieuses que vous nous ferez, mais si nous sommes obligés d’être sous la férule de la commission temporaire, nous croyons devoir vous prévenir qu’il nous est impossible de conserver nos places plus longtemps [...].15

  • 16 A.N., F7 4435 plaq. 6 pièce 3.
  • 17 Ibid., pièce 4.

21Non seulement, Collot d’Herbois et ses compagnons de mission doivent donc créer ex nihilo les diverses autorités qui sont chargées de la direction de la répression, mais de plus ils doivent trancher les conflits qui s’élèvent entre elles, ce qui prouve bien qu’il n’existe aucun bloc uni à la tête des opérations lyonnaises. Tout cela est d’autant moins simple qu'il s’avère nécessaire, avant de lancer la grande « punition » des rebelles ou prétendus tels, de trouver les forces militaires sans lesquelles rien n’est possible. Or, dès le début de sa mission, Collot d’Herbois se plaint amèrement des troupes qui sont stationnées dans la place. Le 17 brumaire, il écrit au Comité de salut public que le général Dours a dépêché un grand nombre de soldats vers Toulon et qu’il s’est ainsi « dégarni au point qu’il ne reste pas ici trois mille hommes de garnison effective ; elle est véritablement insuffisante16 ». Deux jours plus tard, il estime qu’il « n’y a pas plus de 2050 hommes de garnison17 ».

22La situation ne s’améliore guère rapidement, d’autant que le nombre des hommes ne peut remplacer leur qualité et leur entraînement. Le 3 frimaire, il se plaint encore à Robespierre de la persistance du problème :

  • 18 Ibid., pièce 5.

... un jour la garnison épuisée, le lendemain trois fois trop abondante par des levées de la première réquisition, qui n’étaient seulement pas annoncées [...].18

23De plus, ces volontaires sont peu sûrs. Certains se débandent dès qu’une rumeur annonce qu’ils peuvent retourner dans leurs foyers, tandis que la plupart paraissent peu aptes au service qui est exigé d’eux à Ville-Affranchie. L'un des officiers responsables de la répression se plaint même que certains de ses gendarmes ont laissé fuir des prisonniers, que

  • 19 A.D. du Rhône, 1 L 115 fol. 31-32 (18 frimaire an II).

... d'autres boivent dans les prisons avec les rebelles, reçoivent même leurs portefeuilles de leurs mains, causent avec eux et s’abaissent même jusqu'à les embrasser.19

  • 20 A.N., F7 4435 plaq. 6 pièce 5.

24Dans ces conditions, Collot d’Herbois compte beaucoup sur l’arrivée de l’armée révolutionnaire parisienne. L’un des arrêtés qu’il a signés, à la veille de son départ de Paris, stipulait que le ministre de la guerre ferait passer à Commune-Affranchie un détachement de cette armée révolutionnaire, fort de mille deux cents fusiliers, six cents canonniers et cent cinquante cavaliers. Ce sont donc près de deux mille hommes, militants motivés s’il en est, qui vont suivre Collot d’Herbois à Ville-Affranchie, mais avec un décalage chronologique d'environ trois semaines. Un tel délai semble bien trop long à Collot d’Herbois qui réclame à plusieurs reprises que l’on presse le départ du détachement. Sa satisfaction est dénuée de toute ambiguïté lorsqu’il écrit à Robespierre, le 3 frimaire : « L’armée révolutionnaire arrive enfin après-demain, et je pourrais accomplir de plus grandes choses[...]20 ».

25La description donnée par Ronsin de l’arrivée de ses troupes à Commune-Affranchie est également significative :

  • 21 Lettre de Ronsin aux Cordeliers, du 15 frimaire an II, publiée par L’Abréviateur universel... du 2 (...)

L’armée révolutionnaire est entrée le 5 frimaire dans cette ville coupable (...) La terreur était peinte sur tous les fronts, et le profond silence que j'avais eu soin de recommander à nos braves soldats, rendait leur marche encore plus menaçante, encore plus terrible.21

  • 22 B.M. de Lyon, Ms Coste 673 (6 frimaire an II).

26Si la participation directe des hommes de Ronsin aux massacres des 14 et 15 frimaire n’est pas clairement établie, il est indéniable que Collot d’Herbois et ses collègues ont attendu leur arrivée avant de déclencher les opérations de répression, ne serait-ce que pour réprimer préventivement toute velléité de révolte lyonnaise. À preuve, le fait que la commission temporaire de surveillance républicaine réclame aussitôt d’être « investie de ses forces et les appelle au poste qui jusqu’ici a été confié à des militaires22 ».

27Après de longues semaines de préparation, tout est désormais en place pour que la répression s’opère et, indirectement, pour que la vie de Collot bascule.

Notes

1 A.N., F7 4435 plaq. 6 pièce 3 (Lettre ms de Collot d'Herbois au Comité de salut public, 17 brumaire an II).

2 Ibid., pièce 5 (Lettre ms de Collot d’Herbois à Robespierre, 3 frimaire an II).

3 Ibid.

4 Ibid., AF II 137 plaq. 1063 pièces 24 à 27 ; B.M. de Lyon, Fonds Coste 111083 pièce 4783 ; A.D. du Rhône, 31 L 53.

5 B.M. de Lyon, Ms Coste 673 ; A.D. du Rhône, 31 L 50.

6 B.M. de Lyon, Ms Coste 673 (27 brumaire an II).

7 Ibid. (1er frimaire an II) ; A.D. du Rhône, 31 L 50 pièce 12.

8 J.-M. Collot, Réponse […] à la pétition des Lyonnais, Paris, an III, pp. 23-24.

9 A.N., AF II 137 plaq. 1060 pièces 11-12 ; B.M. de Lyon, Ms Coste 674.

10 Ibid., F7 4436 plaq. 4 pièce 233 (Lettre ms de Laporte à Couthon, 24 germinal an II).

11 Ibid., AF II 137 plaq. 1060 pièces 20 à 22.

12 Ce texte est l’un de ceux qui ont été le plus souvent utilisés contre Collot d’Herbois. Il est à noter que lui-même évite soigneusement de le publier, en l’an III, parmi les quinze arrêtés qu’il a choisis pour illustrer sa mission lyonnaise.

13 A.D. du Rhône, 42 L 19 pièce 10.

14 J.-M. Collot, Éclaircissements..., op. cit., p. 12.

15 A.D. du Rhône, 42 L 21 fol. 3 (22 frimaire an II).

16 A.N., F7 4435 plaq. 6 pièce 3.

17 Ibid., pièce 4.

18 Ibid., pièce 5.

19 A.D. du Rhône, 1 L 115 fol. 31-32 (18 frimaire an II).

20 A.N., F7 4435 plaq. 6 pièce 5.

21 Lettre de Ronsin aux Cordeliers, du 15 frimaire an II, publiée par L’Abréviateur universel... du 27 frimaire an II.

22 B.M. de Lyon, Ms Coste 673 (6 frimaire an II).

© Presses universitaires de Lyon, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540