Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Collot d'Herbois

 | 
Michel Biard

Troisième partie. Le missionnaire jacobin et les massacres de commune-affranchie

Chapitre I. Aux origines de la mission lyonnaise

Texte intégral

  • 1 Sur ses missions à Nice, dans la Nièvre, le Loiret et l’Oise, voir notre thèse de Doctorat, tome I (...)

1Alors qu’il n’avait guère de liens particuliers avec la Nièvre et le Loiret, pas plus qu’avec le département de l’Oise1, sa venue à Lyon, rebaptisée Ville-Affranchie, a suscité de multiples commentaires sur les origines mêmes de sa désignation. Si l’on admet le peu de crédibilité de la « thèse » des sifflets, il reste cependant nécessaire de s’interroger sur les marques d’intérêt que Collot d’Herbois a pu porter à Lyon avant cette mission.

  • 2 A. Aulard, Recueil des actes du Comité de salut public..., Paris, 1889-1897, tome I, p. 450 (lettr (...)

2Nous possédons tout d’abord la certitude qu’il s’est arrêté entre Rhône et Saône lors de son retour de Nice vers Paris, lorsqu’il regagnait la capitale avec Lasource et Goupilleau pour assister au procès de Louis Capet. Non seulement les trois hommes envoient alors à la Convention un courrier daté de Lyon2, mais deux lettres sont adressées à Paris pour dénoncer l’intervention de Collot dans les affaires locales. La première, anonyme, déclare que :

  • 3 A.N., F le III Rhône 8 (Lettre ms anonyme au président de la Convention nationale, de Lyon le 15 j (...)

Collot d’Herbois a voulu que la Commune de Lyon influençât les opinions de la Convention. À son arrivée ici, il a été au club de la révolution. Ses motions ont été des plus violentes. Il l’a sollicité de demander une assemblée générale de la Commune.3

3Apparemment sous son impulsion est rédigée une pétition, vite recouverte de plus de quarante mille signatures. La seconde missive précise que cette pétition :

  • 4 Ibid., Dxl 23 (Lettre ms de Jacob au président de la Convention nationale, de Lyon le 15 janvier 1 (...)

... demandait le jugement du Roy et la libre circulation des subsistances. Ce second objet adroitement réuni au premier que l’on avait adroitement déguisé, a surpris quelques signatures.4

4Faut-il, sur la base de ces sources, accorder à cette halte lyonnaise une signification quelconque, un intérêt particulier de Collot pour la situation locale ? Rien de plus n’abonde en ce sens. Il semble plutôt probable que Collot d’Herbois et ses compagnons firent cet arrêt tout simplement parce que Lyon était la cité la plus importante qu’ils traversaient sur le chemin du retour vers Paris. Il est naturellement possible, par ailleurs, que Collot en ait profité pour rencontrer telle ou telle ancienne connaissance. En tout état de cause, si sa visite était destinée à lui faire sentir l’état de l’opinion lyonnaise, il dut repartir avec le sentiment que la situation des patriotes locaux semblait bien précaire.

5De plus, comment pourrait-il afficher un intérêt aigu pour cette ville, alors même qu’avant l’automne 1793 il ne s’exprime jamais sur la question, si ce n’est incidemment, lors d’un discours de portée plus vaste ?

  • 5 J.-M. Collot d’Herbois, Rapport (...) contre l'ex-ministre Roland, Paris, 1793, pp. 5-6.

6Ainsi lorsqu’il présente son rapport contre Roland, en mars 1793, il précise que celui-ci fut « rejeté par les sans-culottes de Lyon, et bien accueilli à Paris par Brissot5 ». De même, lors de l’offensive jacobine contre les partisans de Jacques Roux, au début de l’été 1793, il dénonce Leclerc comme l’un des responsables indirects des événements de Lyon :

  • 6 A. Aulard, La Société des Jacobins..., op. cit., tome V, pp. 281-282 (Séance du 1er juillet 1793.)

Son imprudence a été la cause de l’oppression sous laquelle gémissent actuellement les patriotes de Lyon. Leclerc a dit aux lyonnais qu'ils allaient être guillotinés, qu’ils allaient être jetés dans la rivière, alors ces hommes, naturellement poltrons, sont devenus braves, et ils le sont devenus au détriment des patriotes.6

  • 7 À l’exception notable de P. Mansfield, historien australien qui a consacré une thèse aux missions (...)

7Mis à part ces quelques allusions directes, Collot d’Herbois ne fait guère plus référence à la cité rhodanienne que les autres Jacobins. Son premier discours capital sur la question date du 17 octobre 1793, soit quelques jours après le fameux décret sur la destruction de la ville. Cette intervention semble d’autant plus décisive qu'elle a peu été utilisée par les historiens7 :

  • 8 A. Aulard, La Société des Jacobins..., op. cit., tome V, p. 466 (Séance du 17 octobre 1793).

On a dit qu’une ville rebelle devait être anéantie, qu’on ne devait plus en reconnaître la trace ; mais, dans un terrain qui n'a plus que des épines et des ronces, que peut-on donner aux pauvres ? À l’égard de ces villes de commerce, il est encore quelques préjugés à détruire. Il est de ces hommes qui s'inquiètent que tel ou tel autre soit disparu ; il faisait vivre les pauvres, disent-ils. Est-ce qu’un homme qui a des bras et du patriotisme doit attendre sa subsistance de quelqu’un ? A-t-il besoin de l’existence d'un autre pour soutenir la sienne ? Les pauvres se passeront des riches, et Lyon n’en fleurira pas moins.8

8Ce discours, proche de ce qu’il faisait dire au Père Gérard en 1791 (« La nature a rendu les bras bien plus nécessaires que l’argent. »), tend à prouver qu’il n’interprète nullement le décret du 12 octobre au sens le plus strict, si tant est d’ailleurs que quelqu’un s’y soit risqué... De plus, cette attaque contre les riches s’inscrit dans une rhétorique alors bien banale dans les milieux révolutionnaires où l’on rêve d’une République de l'échoppe et de la boutique, d’une France où chaque individu exercerait une activité particulière, sans dépendre d’un autre.

9Un tel discours constitue cependant une véritable aubaine pour l’historien Robert Palmer qui conclut, après l’avoir cité :

  • 9 R. Palmer, op. cit., p. 147. On remarquera l’extrême méconnaissance du monde du théâtre chez Palme (...)

Il détestait tout spécialement la bourgeoisie de Lyon. Des années auparavant, alors qu’il dirigeait le théâtre de la ville, une position sociale qui n’était pas à l’époque vraiment respectable, il avait connu la morgue et les prétentions des riches. Il en avait conçu une certaine rancune, une animosité personnelle ainsi qu’un violent besoin de se venger.9

10À suivre ce raisonnement, la haine de Collot tient autant aux humiliations endurées à longueur de soirées théâtrales qu’à un véritable sentiment de « classe » ! Or les origines mêmes de la mission de Collot à Lyon rendent cette version totalement caduque.

11Après ce discours du 17 octobre, Collot d’Herbois semble pourtant plus préoccupé des affaires lyonnaises. Deux jours plus tard, c’est lui qui présente à la Société des Jacobins Gaillard, sorti des geôles de Lyon, qui fait le récit du siège. Lorsque le Comité de salut public, après le rappel de ses commissaires dans la ville vaincue, décide de nommer de nouveaux représentants en mission, c’est ce même Gaillard qui annonce à la Société le choix de Collot :

Le Comité de salut public a résolu de faire cesser l’état de révolte et de stupeur du Midi, en employant à la fois tous les moyens pour terrasser les aristocrates, relever le courage des patriotes, électriser les cœurs. Collot d’Herbois y est envoyé, et y fera ce que l’on doit attendre d’un tel patriote.

12Comme un membre pose une question sur les pouvoirs de ce nouveau commissaire, Collot d’Herbois répond par une tirade enflammée qui lui attire de vifs applaudissements :

  • 10 A. Aulard, La Société des Jacobins..., op. rit., tome V, pp. 486-487 (Séance du 29 octobre 1793).

Collot d’Herbois peut-il conférer des pouvoirs lui-même ? Il n’a que ceux qu’il tient du peuple, et c’est par le peuple seul qu’il en a. Lyon est sans commissaire, puisque ceux qui sont suspendus sont en chemin pour leur retour. Je demande dans quel état doit être cette ville abandonnée à elle-même. Je pars demain, et je proteste que je reviendrai vous dire que le Midi est purifié, qu’il n’y reste que des patriotes, ou que je mourrai à Lyon.10

  • 11 A.N., AF II 58 plaq. 422 pièce 64 (Arrêté du Comité de salut public, 9 brumaire an II).

13Pourquoi choisir justement Collot d’Herbois pour cette mission ? Il est certes probable que le Comité de salut public a décidé d’envoyer l’un de ses membres pour prendre la tête du groupe des représentants à Lyon et pour en obtenir une information plus directe et sans doute estimée plus fiable. Ce nonobstant, Collot d’Herbois ne possède vis-à-vis de Fouché, Laporte ou Albitte aucun pouvoir exceptionnel. Son statut de membre du grand Comité ne fait que renforcer son autorité, mais ne le place pas dans une position supérieure à ses collègues. Un arrêté du Comité de salut public, signé par Collot le jour même de son départ, abonde en ce sens puisqu’il y est invité à rendre compte aux membres restés à Paris « dès qu’il aura concerté avec ses collègues les mesures qui doivent assurer l’exécution des décrets de la Convention nationale11 ».

14Que le Comité dépêche l’un de ses membres témoigne donc d’un intérêt particulièrement vif pour la mission lyonnaise, sans pour autant constituer un phénomène exceptionnel. Bon nombre de conventionnels membres du grand Comité se sont d’ailleurs rendus en mission, que ce soit Couthon qui précède Collot à Lyon dès août 1793, Billaud-Varenne qui rejoint Ruamps à Saint-Malo en février 1794, Carnot et Saint-Just tour à tour envoyés auprès des armées, à plus forte raison Prieur de la Marne et Jeanbon Saint-André.

15Subsistent encore deux points d’interrogation... Le choix de Collot est-il un hasard ; Billaud, Saint-Just ou un autre membre du Comité auraient-ils pu être désignés à sa place ? La question ne peut obtenir une réponse assurée. Cependant, il est probable que sa connaissance antérieure de la ville de Lyon, de ses quartiers, de ses rues, le portait tout naturellement à être choisi pour cette tâche. De même, le fait qu’il ait rempli convenablement les objectifs qui lui étaient assignés lors de ses missions dans la Nièvre, le Loiret et l’Oise ne pouvait que plaider en sa faveur.

16Seconde interrogation, de loin la plus fondamentale : Collot d’Herbois s’est-il proposé pour partir à Lyon, ou ses collègues lui ont-ils demandé d’accepter cette mission ? Si l’on rejette l’image du revanchard, ivre de rage et de joie à l’idée d’écraser ceux qui l’avaient sifflé, que reste-t-il pour appuyer l’une ou l’autre de ces deux hypothèses ? À en croire le témoignage de Prieur :

  • 12 G. Bouchard, op. cil., p. 446.

Robespierre employa avec adresse les plus vives sollicitations pour l’y déterminer, alléguant que lui seul était capable d'allier la justice à la fermeté nécessaire, que Couthon s’était attendri sur les lieux et avait pleuré comme une femme ; enfin une foule de raisons pour faire ressortir l’importance d’une punition exemplaire à l’égard des rebelles de cette malheureuse ville.12

17En l’an III, dans l’un des plaidoyers composés pour sa défense, Collot soutient la même version :

  • 13 J. M. Collot, Éclaircissements nécessaires sur ce qui s'est passé à Lyon..., Paris, an III, p. 23.

On m’avait pressé depuis longtemps pour me faire accepter cette mission de Commune-Affranchie : mes collègues du Comité savent que l’effrayant tableau qu’on nous fit de la situation du Midi, put seul me résoudre à partir ; je ne m’y déterminais que d’après leur invitation fortement prononcée. J’ai toujours pensé que Robespierre, qui disait naïvement que je n’en reviendrais pas, me tendait un piège cruel en pressant mon départ[...]13.

  • 14 A.N., F7 4435 plaq. 6 pièce 5.

18On peut certes objecter que ces deux textes datent de l’après Thermidor et, par là même, n’ont que peu de crédibilité, notamment le second qui est avant tout un plaidoyer pro domo... Rien ne prouve, en effet, que Collot d’Herbois ait flairé un quelconque piège imaginé par Robespierre, si tant est qu’il ait existé. Néanmoins, une pièce incontournable vient confirmer l’influence de l’incorruptible dans le choix de Collot pour cette mission. Le14 frimaire an II, ce dernier écrit à Maximilien :

  • 15 Ibid., AF II 58 plaq. 430 pièce 12.

Les craintes pour la chose publique souffrante, qui m’ont décidé à venir ici sur ton invitation, n’étaient point vaines.15

19Si la motivation de Robespierre nous échappe, il paraît néanmoins évident que c’est le Comité, sous son influence, qui a incité Collot d’Herbois à accepter cette mission pour le moins délicate. Ne serait-ce qu’en raison de cela, la légende de la vengeance personnelle s’effondre. Superviser la répression à Commune-Affranchie ne fut pas pour Collot d’Herbois l’« aubaine » décrite par Robert Palmer.

  • 16 Ibid., pièce 36 (Mémoire ms du traiteur qui affirme les avoir nourris à partir du 14 brumaire).

20Il quitte Paris pour Lyon dans la journée du 9 brumaire. Plusieurs arrêtés du Comité de salut public, en date de ce jour, portent encore sa griffe ; mais une note de frais d’un courrier du Comité indique : « Je suis parti de Paris avec le représentant du peuple Collot d’Herbois le 9 brumaire [...]16 ». La même source précise que le voyage aller et retour dura neuf jours. Plusieurs indices montrent que Collot arrive à Commune Affranchie le 14 brumaire', après environ cinq jours de route. Il y trouve Laporte resté sur place par ordre du Comité, tandis que Couthon et Maignet rentraient à Paris.

  • 17 Ibid., F7 4435 plaq. 6 pièce 6 (Lettre ms de Collot d’Herbois à Couthon, 11 frimaire an II).

21Les deux hommes demeurent seuls quelques jours puisqu’Albitte a également quitté la place, la veille de l’arrivée de Collot, et que Fouché n’arrive que le 18 ou 19 brumaire. Lorsqu’Albitte revient du Midi à Commune-Affranchie, le 24 ou 25 brumaire, Laporte abandonne la ville pour se reposer quelque temps à la campagne. Si l'on ajoute que Collot d’Herbois considère Albitte comme utile avant tout auprès des troupes17 et que, de plus, il semble ne pas être à Commune-Affranchie entre le 18 et le 25 frimaire, c’est donc l’équipe Collot d’Herbois-Fouché qui a pris en main l’essentiel de la politique menée dans la cité vaincue.

22Il est symptomatique à bien des égards que Laporte, Albitte, voire Fouché, soient oubliés parfois dès l’an III, a fortiori aux XIXe et XXe siècles, comme coresponsables des exécutions de Lyon. Une telle version se retrouve encore dans la plupart des ouvrages récents ; Michel Vovelle évoque :

  • 18 M. Vovelle, La Révolution française. Images et récit, Paris, 1986, tome IV, p. 63.

... Collot d’Herbois à qui on imputera la responsabilité des fusillades dans la plaine des Brotteaux. Il y est rejoint par Fouché qui, dans la Nièvre, avait déjà fait preuve de son activisme terroriste.18

  • 19 F. Furet, article « Terreur », in Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, 1988, p (...)

23François Furet stigmatise « Collot d’Herbois et Fouché, qui multiplient les jugements expéditifs et les exécutions sommaires19 ». Jean-René Suratteau écrit à propos de Fouché qu’

  • 20 J.-R. Suratteau, article « Fouché », in Dictionnaire historique de la Révolution française, op. ci (...)

... il est difficile de savoir quel fut au juste son rôle dans la répression sanglante qui se poursuivit pendant près de trois mois à Lyon, d'autant plus qu’il eut soin de ne pas s’en glorifier, contrairement à d'autres, et de se réfugier vite derrière l’autorité de Collot, membre du Comité et, somme toute, son supérieur hiérarchique.20

  • 21 B. Gainot, op. cit., p. 98.

24Bernard Gainot dresse le portrait de Collot qui « avec Fouché [...] organise la terreur à Lyon, notamment les terribles fusillades de la plaine des Brotteaux21 »... La liste des citations possibles est très loin d’être close ! Point commun de toutes ces analyses, l’absence totale de Laporte et d’Albitte. Pour qui ignore les détails de cette mission, Collot d’Herbois et Fouché semblent avoir été totalement seuls à Lyon...

25Si leur part de responsabilité est certes plus grande, comment pourrait-on oublier la présence de leurs collègues ? Collot d’Herbois lui-même écrit alors à Couthon :

  • 22 A.N., F7 4435 plaq. 6 pièce 6 (Lettre ms de Collot d’Herbois à Couthon, 11 frimaire an II)

Ici, il y a une telle complexité d’opérations qu’il faut au moins trois hommes qui travaillent seize heures par jour, bien accordés sur les faits et les principes, et sans se quitter.22

  • 23 R. Palmer, op. cit., p. 234.

26De plus, les quatre représentants en mission sont réunis au moins du 7 au 17 frimaire, or les deux journées les plus sanglantes de la répression sont les 14 et 15 frimaire... Sans même évoquer pour l’instant les responsabilités du Comité de salut public et de la Convention, bornons-nous à constater qu'ils furent bien quatre à superviser les exécutions et que seuls leurs itinéraires ultérieurs ont distingué les individus. Là où Collot d’Herbois entrait dans l’Histoire comme un « boucher »23, Albitte et Fouché étaient peu inquiétés, tandis que Laporte opérait de salutaires revirements...

Notes

1 Sur ses missions à Nice, dans la Nièvre, le Loiret et l’Oise, voir notre thèse de Doctorat, tome II, pp. 368-485.

2 A. Aulard, Recueil des actes du Comité de salut public..., Paris, 1889-1897, tome I, p. 450 (lettre datée du 10 janvierl793).

3 A.N., F le III Rhône 8 (Lettre ms anonyme au président de la Convention nationale, de Lyon le 15 janvier 1793).

4 Ibid., Dxl 23 (Lettre ms de Jacob au président de la Convention nationale, de Lyon le 15 janvier 1793).

5 J.-M. Collot d’Herbois, Rapport (...) contre l'ex-ministre Roland, Paris, 1793, pp. 5-6.

6 A. Aulard, La Société des Jacobins..., op. cit., tome V, pp. 281-282 (Séance du 1er juillet 1793.)

7 À l’exception notable de P. Mansfield, historien australien qui a consacré une thèse aux missions de Collot d’Herbois : The Missions of Collot d'Herbois : A study in his political career, Sidney, 1985 (thèse dactylo.), pp. 295-296.

8 A. Aulard, La Société des Jacobins..., op. cit., tome V, p. 466 (Séance du 17 octobre 1793).

9 R. Palmer, op. cit., p. 147. On remarquera l’extrême méconnaissance du monde du théâtre chez Palmer...

10 A. Aulard, La Société des Jacobins..., op. rit., tome V, pp. 486-487 (Séance du 29 octobre 1793).

11 A.N., AF II 58 plaq. 422 pièce 64 (Arrêté du Comité de salut public, 9 brumaire an II).

12 G. Bouchard, op. cil., p. 446.

13 J. M. Collot, Éclaircissements nécessaires sur ce qui s'est passé à Lyon..., Paris, an III, p. 23.

14 A.N., F7 4435 plaq. 6 pièce 5.

15 Ibid., AF II 58 plaq. 430 pièce 12.

16 Ibid., pièce 36 (Mémoire ms du traiteur qui affirme les avoir nourris à partir du 14 brumaire).

17 Ibid., F7 4435 plaq. 6 pièce 6 (Lettre ms de Collot d’Herbois à Couthon, 11 frimaire an II).

18 M. Vovelle, La Révolution française. Images et récit, Paris, 1986, tome IV, p. 63.

19 F. Furet, article « Terreur », in Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, 1988, p. 163.

20 J.-R. Suratteau, article « Fouché », in Dictionnaire historique de la Révolution française, op. cit., p. 463.

21 B. Gainot, op. cit., p. 98.

22 A.N., F7 4435 plaq. 6 pièce 6 (Lettre ms de Collot d’Herbois à Couthon, 11 frimaire an II)

23 R. Palmer, op. cit., p. 234.

© Presses universitaires de Lyon, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540