Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Collot d'Herbois

 | 
Michel Biard

Troisième partie. Le missionnaire jacobin et les massacres de commune-affranchie

Le missionnaire Jacobin et les massacres de commune-affranchie

Texte intégral

1Dès son élection, la Convention a vite perçu la nécessité impérieuse de détacher certains de ses membres en province, afin tout à la fois d’expliquer ses décisions et de contribuer à leur application concrète, mais aussi d’enquêter sur des troubles éventuels, voire de les réprimer. Le représentant en mission relève donc du proconsul comme du relais entre la Convention et les autorités locales. Ces missionnaires sont fréquemment choisis sur les bancs de la Montagne, où rares sont ceux qui n’ont accompli aucune mission d’importance, tel Maximilien Robespierre.

2Collot d’Herbois est fortement mis à contribution puisqu’il effectue quatre missions successives en l’espace d’environ une année, soit une absence globale hors de Paris de près de huit mois. Les deux premières, dans le pays de Nice, la Nièvre et le Loiret, ont lieu pendant ce que l’on appelle communément la « phase girondine » de la Révolution ; les deux suivantes se placent au contraire après la chute de Brissot et de ses amis.

3Si la première se situe encore dans un cadre quelque peu informel, les trois autres sont directement issues des décrets de mars et avril 1793 qui envoient des représentants du peuple en mission dans les départements et auprès de chacune des armées de la République.

4Collot d’Herbois n’est évidemment jamais seul lors de ces véritables tournées politiques dans les provinces. À Nice, ils sont trois ; dans la Nièvre et le Loiret comme dans l'Oise, ils sont deux. Le cas plus particulier de Commune-Affranchie le place dans un groupe de quatre députés, étroitement liés en outre à certains de leurs collègues envoyés dans les départements limitrophes.

5Le déroulement de ces missions, comme le fait même qu’on lui en confie plusieurs successivement, semblent témoigner de son efficacité, de son rôle de fidèle exécutant de la volonté du pouvoir central, même si le missionnaire qu’il est conserve par ailleurs une latitude étendue pour interpréter les décrets de l’Assemblée. C’est tout à la fois le débat sur l’interprétation des textes votés par la Convention nationale, ainsi que son insertion dans un groupe, qui posent d’ores et déjà le problème des responsabilités...

6Ses missions confirment son rôle d’homme de terrain, ce sont donc elles qui lui valent en l’an III les plus terribles accusations. Si celle de Nice, voire même les deux suivantes, sont partiellement oubliées par ses détracteurs (sans doute parce qu’il s’y montre beaucoup plus modéré que nombre de ses collègues), la spectaculaire équipée rhodanienne contribue à le clouer au pilori de l’opinion thermidorienne. Comme certains de ses collègues, il incarne alors l’image du proconsul le plus odieux, sur lequel se décharge une Convention soudainement frappée d’amnésie quant à ses propres responsabilités, soucieuse d’exorciser un passé proche en ostracisant des boucs émissaires.

7Enfin, même si le hasard entre partiellement en ligne de compte, chacun de ses retours de mission le voit hâter son départ pour Paris afin de participer aux luttes politiques en cours. De Nice, il revient à bride abattue pour joindre in extremis sa voix à celles des régicides. De Nevers, il rentre se placer au sommet de la Montagne au moment où celle-ci engage la lutte finale contre la Gironde. De l’Oise, il regagne Paris au lendemain des journées de septembre 1793, afin d’occuper sa place au sein du Comité dans lequel ses collègues l’ont nommé. Enfin, de Commune-Affranchie, il arrive à Paris pour justifier son action, ainsi que pour participer au conflit qui oppose non seulement les factions entre elles, mais aussi le gouvernement et les factions.

8Quelles que soient les dates de ces éternels retours, Collot d’Herbois reste fidèle à ses engagements, fidèle à la Montagne comme, plus tard, à ses collègues du Comité (tout au moins jusqu’en germinal an II). Le missionnaire reste avant tout un Jacobin et un Montagnard qui ne peut guère dissocier ses actes de la situation politique parisienne.

© Presses universitaires de Lyon, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540