Version classiqueVersion mobile

Collot d'Herbois

 | 
Michel Biard

Seconde partie. Les années d'apprentissage révolutionnaire

Chapitre III. La naissance de l’homme de pouvoir

Texte intégral

1Le militant élu député qui, dès l’année 1792, participe activement à la lutte des Montagnards contre les Girondins, a-t-il réellement des idées politiques, économiques, sociales, religieuses, qui lui soient personnelles ? Ou bien n’est-il que l’un des instruments, passif, d’un groupe de pression tout à la fois montagnard et jacobin qui ne le compte point au nombre de ceux qui décident ?

  • 1 A. Pitou, Voyage à Cayenne, dans les deux Amériques et chez les anthropophages, Paris, 1807, tome  (...)

2La tradition historiographique fait de lui davantage un activiste ouvertement violent, déchristianisateur, favorable à un égalitarisme forcené, plutôt qu’un intellectuel réfléchi dont la pensée aurait évolué avec le temps et les circonstances. Cette tradition s’est nourrie de ce que, à la différence de Billaud-Varenne, Collot d’Herbois n’a pas fait œuvre de théoricien et s’est avant tout comporté en homme de terrain. Il n’a pas laissé d’écrits théoriques majeurs qui témoignent de ses idées politiques. Tout au plus a-t-on mention d’annales de la Révolution qu’il aurait entrepris d’écrire lors de son bref et fatal séjour à Cayenne. L’esquisse de cet ouvrage aurait été soit détruite, soit récupérée par Billaud-Varenne1.

3Les circonstances mêmes de son décès nous privent de cette autobiographie, de cette mémoire de la Terreur, que beaucoup de ses collègues se sont efforcés de léguer à la postérité. Seuls subsistent le corpus de ses discours, ses textes théâtraux, quelques documents majeurs comme l'Almanach du Père Gérard ou l'Instruction publiée à Commune-Affranchie, ci-devant Lyon, sous son autorité directe. L'étude comparative de ces diverses sources permet de dégager deux conclusions provisoires.

4Tout d’abord, l’évolution politique de Collot d’Herbois, telle qu’elle se dégage de cette analyse, est peu originale. Il fournit un exemple typique de cette petite ou moyenne bourgeoisie qui, au contact de l’événement révolutionnaire, s’est progressivement radicalisée. Le mouvement de la Révolution a entraîné de tels hommes en avant, sans qu’il puisse y avoir l’idée d’un éventuel retour en arrière, d’une réaction (au sens propre du terme). Collot d’Herbois, comme Robespierre, comme Saint-Just, comme Billaud-Varenne et tant d’autres, n’a pas fait du célèbre axiome « La Liberté ou la mort » un simple exercice de rhétorique. Il a délibérément calqué sa vie, sa pensée et son action, sur ce concept, poussant cette logique jusqu’à ne rien renier de ses convictions en l’an III et à ne pas chercher à se soustraire au jugement de la Convention. Au même titre que Billaud, au même titre que ceux que l’on nomme les Crêtois, il s’intègre au groupe des inflexibles qui, à tort ou à raison, n’ont pas dévié d’un pouce de la ligne politique qu’ils s’étaient fixée.

5Cependant, cela n’est pas contradictoire avec le fait que cette ligne a évolué de 1789 à l’an III, portée par le flux révolutionnaire. Faut-il pour autant approuver François Furet lorsqu’il écrit que ces hommes :

  • 2 Préface de F. Furet à l’ouvrage de R. Palmer, op. cit., p. 7.

... sont transformés par l’air du temps, qui porte à l’excès. Dans ce registre, les derniers entrés sont imbattables, Billaud-Varenne et Collot d’Herbois, qui portent dans l’enceinte du Comité la surenchère terroriste des sans-culottes parisiens2 ?

6Sans débattre pour l’instant de la dernière partie de cette affirmation, notons simplement que ce n’est guère l’air du temps qui bouleverse les orientations politiques de Collot, mais plutôt des faits concrets, des événements qui dépassent largement le seul cadre de son action personnelle.

7La seconde conclusion qui s’impose à quiconque observe attentivement les écrits de Collot d'Herbois est que sa pensée, même dans ses évolutions successives, correspond peu aux clichés thermidoriens. L’homme n’est pas une girouette politique, ni un « anarchiste », pas davantage un quelconque précurseur des Babouvistes, pourfendeur du libéralisme économique, pas plus qu’il ne joue un rôle actif d’athée persécuteur de la foi chrétienne.

8Sa vision personnelle du régime politique français illustre à merveille la progressive radicalisation de ses positions. Dès avant la rupture de 1789, il célébrait les vertus des bons souverains et composait pour les Bourbons de véritables dithyrambes. S’il y avait là, nous l’avons vu, un intérêt avant tout financier, l’espoir d’un régime combinant la monarchie et les libertés fondamentales ne devait pas être étranger à ces louanges.

9Les mutations qui suivent l’irruption populaire sur la scène politique dans l'été 1789 ouvrent à son talent un formidable marché théâtral, grâce auquel il peut à loisir louer une fois encore les bons monarques. Louis XVI est certes devenu l’héritier d’Henri IV ou de Louis XII, le restaurateur des libertés françaises, mais néanmoins les choses ont bien changé... Pour Collot d’Herbois, il n’est plus roi de France :

  • 3 Almanach du Père Gérard, quatrième entretien.

... parce que ce titre semblait dire que toute la France était la propriété du Roi, ce qui n'est pas vrai. En l’appellant Roi des Français, chacun recouvrait l’expression de la volonté nationale...3

10Conforme aux idées dominantes de cette première phase de la Révolution, cette vision est encore mieux précisée par une chanson, jointe à l’une des éditions de l’Almanach du Père Gérard :

  • 4 Édition de Paris, 1792, Buisson, in-12, p. 71.

La loi seule est notre maître,
Et la loi commande au Roi (...)
Adorons la main suprême
Qui nous comble de ses bienfaits.4

  • 5 Ibid., quatrième entretien.

11Dieu excepté, le peuple français ne reconnaît plus de maître. Le roi, tout en conservant son aura et en échappant pour un temps aux traits sans pitié des caricaturistes, n’est guère plus que le premier fonctionnaire du pays. À ce titre, Collot d’Herbois expose ce que ses concitoyens attendent de lui : il est nécessaire qu’il « réponde à notre confiance, qu’il remplisse avec loyauté ses éminentes fonctions, voilà ce qu’il nous faut5 ». Pour le cas où il s’écarterait de ses devoirs, il serait fatalement considéré et traité comme n’importe quel représentant choisi par la Nation. Ainsi lorsqu’un paysan déclare au Père Gérard que les citoyens ne sont pas égaux, puisque certains sont distingués des autres par les places qu'ils occupent, celui-ci répond :

  • 6 Ibid., troisième entretien.

Oui ; mais ils ne sont en place précisément que parce qu’on leur a cru du mérite et de la vertu [...] D’ailleurs, les hommes en place rentrent dans la foule des citoyens, dès qu’ils ont cessé leurs fonctions ; et, devant la loi, ils ne sont en aucun temps plus que les autres. Personne ne peut se soustraire à la loi ; c'est l'expression de la volonté générale, à laquelle tout est soumis : aucun n’a le droit de s'opposer à ce que tous ont voulu.6

12Une telle phrase n’est certes pas réservée à la seule personne royale, néanmoins Collot d’Herbois signifie ainsi que sans la confiance du peuple, Louis XVI pourrait n’être plus que Louis Capet...

13Par ailleurs, le silence qu’il entretient aux Jacobins sur le compte du roi jusqu’à l’été 1792, alors qu’il pourfend régulièrement ministres et généraux, montre bien que, à l’instar de la plupart des patriotes, il souhaite retarder le plus possible la rupture avec le système de la monarchie constitutionnelle. Tous font leurs les principes exposés par les Philosophes, qui reconnaissent la monarchie tempérée sinon comme le meilleur, à tout le moins comme le plus acceptable des systèmes politiques. Montesquieu n’a-t-il pas conclu, dans L’Esprit des lois, que des trois formes de gouvernement, la monarchie convenait le mieux à la France et que, d’autre part, nul ne pouvait restaurer la république antique, pourtant modèle de vertu ? L’article « Monarchie » dans l'Encyclopédie, sous la plume de Jaucourt, n’exalte-t-il pas l’exemple anglais qui allie la liberté et la royauté ? Quant à Jean-Jacques Rousseau, son Contrat social, pour novateur qu’il soit, confirme, ne serait-ce que partiellement, la vision de Montesquieu. La démocratie, qu’il conçoit exclusivement comme directe, ne peut être pratiquée que dans des États de petites dimensions telle la cité grecque antique, voire le canton suisse.

14Imprégné de cette culture des Lumières, Collot d’Herbois peut difficilement concevoir une évolution qui verrait le trône être définitivement renversé. Et pourtant...

  • 7 Le 2 mars 1792, lors d’une séance au Club des Jacobins, Collot d’Herbois, faisant l’éloge des vert (...)

15C’est avant tout la politique de l’entourage royal, la fuite de 1791 et les liens de la famille régnante avec La Fayette qui poussent Collot à rompre avec son admiration pour la monarchie constitutionnelle. Pour lui, comme pour la plupart de ses compagnons, 1791 tranche en quelque sorte le cordon ombilical et 1792 voit le passage à l’acte. S’il n’affiche pas très tôt et ouvertement des convictions républicaines, malgré une querelle avec Robespierre à ce sujet7, Collot d’Herbois est cependant le conventionnel qui réclame, le premier, la république ; à plus d’un titre, cet acte le désigne comme l’un des pères fondateurs de la république française.

16Ultime étape de son évolution, il se range, en janvier 1793, parmi les régicides, ceux qui pensent éviter toute tentation de recul politique en faisant œuvre de « parricide ». Dès lors, tous ses discours sont emplis de mépris et d’invectives pour les tyrans d’Europe coalisés, pour tous ces trônes que le glaive national doit renverser.

17En l'an II, il appelle de ses vœux une république démocratique, ce qui suppose une véritable révolution dans la Révolution, ainsi qu’une profonde mutation dans les mentalités. Le rédacteur anonyme de l'Instruction lyonnaise, dont Collot d’Herbois revendique encore en l’an III la paternité spirituelle, réclame nettement cette nouvelle étape :

  • 8 Instruction adressée aux autorités constituées des départements de Rhône et Loire (...) par la com (...)

Républicains, pour être dignes de ce nom, commencez par sentir votre dignité, relevez avec fierté votre tête, et qu’on lise dans vos regards que vous comprenez enfin qui vous êtes, et ce qu’est la République ; car ne vous y trompez pas, pour être vraiment républicain, il faut que chaque citoyen éprouve et opère en lui-même une révolution égale à celle qui a changé la face de la France ; il n’y a rien, non absolument rien de commun entre l'esclave d’un tyran et l'habitant d’un état libre ; les habitudes de celui-ci, ses principes, ses sentiments, ses actions, tout doit être nouveau.8

18Mais au moment où la Terreur est mise à l’ordre du jour, où une partie des provinces se soulèvent contre Paris, ce seul constat ne peut suffire. Aussi le texte ajoute-t-il que le compromis n’est plus possible entre la république et ses adversaires :

  • 9 Ibid., p. 10.

La république ne veut plus dans son sein que des hommes libres, elle est déterminée à exterminer tous les autres, et à ne reconnaître pour ses enfants que ceux qui ne sauront vivre, combattre et mourir que pour elle.9

19L’heure des exclusions est venue. En quelques années, Collot d’Herbois passe d’une confiance infinie dans la monarchie constitutionnelle à une république qui repose davantage sur l’acceptation d’un pacte social entre ses membres que sur une simple communauté nationale. Cette évolution n’est pourtant pas la conséquence inévitable d’un quelconque dérapage dans la surenchère et l’extrémisme, mais bien le fruit de ce que Saint-Just a nommé « la force des choses ».

20Il en est de même, dans les grandes lignes, en ce qui concerne ses idées économiques et sociales.

21Dès les lendemains de la chute de la Bastille, il s’enthousiasme pour les nouveaux principes, notamment pour la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Il glorifie les nouvelles idées dominantes dans ses pièces de théâtre, comme dans son Almanach du Père Gérard. À l’image des décisions adoptées par les Constituants, ses propos sont initialement largement empreints d’un optimisme presque béat.

22La propriété est reconnue comme une valeur sacrée. Le Père Gérard, en tranchant à l’amiable un différent entre un paysan et un pâtre, expose ainsi ses conceptions :

  • 10 Almanach du Père Gérard, cinquième entretien.

Une communauté, où la propriété d’un citoyen est violée impunément, est nécessairement mal gouvernée ; elle devient responsable du dommage que ce citoyen a éprouvé [...] Songez qu'on ne peut avoir sa propriété protégée qu’en protégeant celle des autres ; songez à ne pas faire à autrui ce que vous ne voudriez pas qu’on vous fît.10

23Même si Collot d’Herbois se livre dans ce même ouvrage, comme nous l’avons vu, à un vibrant éloge des classes populaires, il minimise encore les différences sociales et croit en un bonheur fondé sur l’utilité commune. Monticourt, l’aristocrate de La Famille patriote, ne s’écrie-t-il pas :

  • 11 La Famille patriote, acte II, scène 8.

Il faut les prendre tels qu’ils sont, puisque nous ne pouvons-nous en passer ; car s’ils ont besoin de notre or, de nos secours, nous avons encore plus besoin de leurs bras et de leur travail.11

24C’était déjà l’opinion exprimée dans Le Paysan magistrat dès 1777, mais issue cette fois de la bouche d’un paysan...

25Ces inégalités sociales peuvent même être réduites par le seul recours à la philanthropie. Ainsi l'écrivait-il dans Le Vrai Généreux en 1776, ainsi le répète-t-il par l’intermédiaire du Père Gérard :

  • 12 Almanach du Père Gérard, douzième entretien.

Le Père Gérard :... je me plais à le répéter, et vous le savez, le bonheur est plus souvent sous le toit des laboureurs que dans le palais des riches. Pourquoi cela ? C’est que nous sommes contents du nécessaire, lorsque les riches souvent sont inquiets et misérables avec le superflu.
Un paysan : Ma foi, si jetais riche, je ne saurais qu’en faire du superflu.
Le Père Gérard : Il peut toujours être bien employé ; il n'y a qu’à le consacrer à de bonnes actions. Une bonne action fait la joie du cœur, et la joie du cœur fait le bonheur.12

  • 13 Ibid., troisième et cinquième entretiens.

26Tout en précisant que la sueur des travailleurs est cependant plus importante que les richesses des possédants, Collot d’Herbois défend une égalité strictement confinée au domaine civil : « ... tous les Français sont aujourd’hui de plain-pied, ni plus haut, ni plus bas que les autres [...] » et seuls le mérite et la vertu peuvent engendrer des distinctions13.

27Pourtant c’est bien ce même homme qui, de 1793 à l’an III, tout comme la majorité des Montagnards, met au premier plan l’impérieuse nécessité d’une meilleure distribution des richesses nationales, afin de subvenir aux besoins des catégories subalternes sur lesquelles la Révolution doit s’appuyer pour survivre. L'Instruction de Commune-Affranchie témoigne de cette nouvelle pensée, qui postule que jamais la liberté et l’égalité ne seront irrémédiablement acquises tant qu’il existera un être malheureux sur la terre :

  • 14 Instruction..., op. cit., p. 6.

C’eût donc été une dérision insultante à l’humanité, que de réclamer sans cesse le nom de l’égalité, quand des intervalles immenses de bonheur eussent toujours séparé l’homme de l’homme, et qu’on eût vu étouffée, sous les distinctions de l’opulence et de la pauvreté, de la félicité et de la misère, la déclaration des droits qui ne reconnaissait d’autres distinctions que celles des talents et des vertus.14

  • 15 Ibid., p. 7.

28Là où le Père Gérard réclamait qu’on réduise les écarts de richesses, sans pour autant tout niveler, l’Instruction souhaite « un changement, une révolution totale, car on ne peut point tergiverser avec les principes »15.

29La société de l’avenir, la cité idéale imaginée par Collot en l’an II, doivent être axées sur la libre association de travailleurs indépendants, aux champs comme en milieu urbain, et sur l’absence de ces profits énormes qui dénaturent la dignité humaine. Pour éviter ce qu’il considère comme des tares, il conseille non seulement de limiter les inégalités sociales et d’assister les plus démunis, l’État forçant les nantis à pratiquer l’évergétisme, mais également de mépriser l’or et l’argent :

  • 16 Ibid., p. 15.

Il était permis à des rois de ceindre leur front d’une couronne d’or, et de boire dans des coupes précieuses le sang, les sueurs et les larmes du peuple ; mais le républicain ne doit connaître que le fer ; c’est avec ce métal [...] qu’il féconde les campagnes, et qu’il attaque les ennemis Sparte commença d’être esclave lorsque Athènes eut fasciné ses yeux par le spectacle de ses métaux.16

30Une telle évolution de 1791 à 1793 s’explique essentiellement par les constats opérés par Jacobins et Montagnards sur la situation du pays. Pour eux, majoritairement issus de milieux sinon aisés, tout au moins échappant au quotidien des catégories populaires, seule une alliance avec ces dernières peut consolider les acquis révolutionnaires. Comme l’a montré Albert Soboul, cela ne pouvait qu’entraîner des contradictions énormes, et à terme mortelles, pour l'ensemble du mouvement révolutionnaire. Mais pouvait-il en aller autrement ?

31La position de Collot d’Herbois sur la liberté du commerce illustre également ces contradictions. Dans la première séquence de la Révolution, il affiche le même libéralisme économique que la majorité de ses amis :

  • 17 Almanach du Père Gérard, septième entretien.

Le Père Gérard : Tout ce qui sert à la subsistance et aux premiers besoins de l'homme circule aujourd'hui librement en France : gardons-nous de jamais gêner cette circulation.
Un paysan : Père Gérard, est-ce qu'il faut laisser faire les accapareurs ?
Le Père Gérard : S'il était des accapareurs, tels que ceux dont on se fait l'idée, ils seraient très blâmables, car ils détourneraient l’abondance et nourriraient un germe continuel de discorde et d’inquiétude ; mais le nom d’accapareur a été donné plus d'une fois à de bons citoyens, parce qu'on voulait exercer contre eux des vengeances particulières [...]Il ne tient qu’à nous, d'ailleurs, de dérouter les mal intentionnés.
Les paysans : Comment cela ?
Le Père Gérard : Il n’y a qu’à nous entendre pour tenir toujours les marchés bien garnis, et ne pas craindre d’y porter nos denrées nous-mêmes [...] C'est en maintenant la circulation et l’abondance, en rejetant toute spéculation avaricieuse, que l’agriculteur sera digne du bel emploi qu’il exerce, celui d’être le dépositaire des bienfaits du ciel, le nourricier de ses frères, et l’homme d’affaires de la Providence.17

32Très vite, la réalité s’avère bien éloignée de l’idylle ainsi décrite. S’il se contente initialement de ridiculiser aux yeux du public les accapareurs et les agioteurs, tant dans Les Portefeuilles (1791) que dans L’Ainé et le Cadet (1792), Collot invite la Convention dès le printemps 1793, lors de sa mission dans la Nièvre, à prendre des mesures contre l’accaparement. En juillet 1793, il rapporte le projet de décret qui considère cet acte comme un crime passible de la peine capitale, et assimile les spéculateurs aux comploteurs contre-révolutionnaires :

  • 18 Moniteur, no du 27 juillet 1793 (Séance de la Convention nationale du 26 juillet 1793.)

La nature a souri à notre révolution, et l'a sans cesse protégée ; et les accapareurs, d’accord avec les tyrans, nos ennemis, machinent chaque jour des calamités et des moyens de contre-révolution ; ils craignent que le véritable ami de la Liberté, le vertueux indigent n'ait trop de sang à verser pour cette belle cause [...} Cette engeance opulente et meurtrière exercera-t-elle à chaque heure, à chaque instant, en s’emparant de nos subsistances ou en les détruisant, le droit de vie et de mort sur la société toute entière ?18

  • 19 Journal des débats de la Société des amis de la Constitution, no du 27 février 1793 (Séance des Ja (...)

33De même, lui qui réclamait la liberté totale de circulation, qui proclamait que « [...] la famine serait... le résultat nécessaire de la taxe des denrées »19, qui multipliait les efforts dans la Nièvre pour faire revivre des marchés, en vient dans l’été 1793, vu l’urgence de la situation alimentaire, à impulser le mouvement taxateur dans l’Oise.

34Ici comme ailleurs, c’est bien le cours tumultueux de la Révolution qui l’a entraîné bien au-delà de ses positions initiales, voire jusqu’à la contradiction totale avec celles-ci, sans même parler du fait qu’il participe activement à l’élimination de Jacques Roux et des Enragés !

35Enfin, ultime exemple de son évolution, parallèlement à ses idées politiques, économiques et sociales, le fait religieux témoigne également de sa tendance irréversible à la radicalisation.

36Collot d’Herbois n’a jamais été ni un athée, ni le féroce déchristianisateur souvent évoqué avec horreur. Mais tout en croyant en un Être divin, il a fréquemment attaqué les vices du clergé, ce dès l’Ancien Régime où certaines de ses pièces contiennent des charges directes contre les desservants de l’Église catholique. Ses œuvres postérieures à 1789 témoignent initialement du même esprit. Nulle négation de l’existence de Dieu ne s’y trouve, mais on décèle rapidement une distinction entre les bons prêtres, rares selon lui, et la masse des corrompus.

37Dans La Famille patriote, Dieu est associé à la Révolution par la cérémonie du Champ-de-Mars :

  • 20 La Famille patriote, acte II, scène 10.

L’Autel où le prêtre est monté, levant les mains en haut, comme pour dire à Dieu, venez aussi mon Dieu, venez prendre votre place au milieu d’un peuple libre.20

38La pacification conclue entre les trois ordres fait l’objet d’une allusion transparente puisque Monsieur Gaspard (le bourgeois), Monticourt (l’aristocrate) et le Prieur finissent par se réconcilier ouvertement, ce qui permet entre autre à Gaspard de déclamer la tirade suivante :

  • 21 Ibid., acte I, scène 9.

Respectable et digne prêtre ! Quel cœur assez endurci pourrait lui résister... il met toujours en pratique le premier les vertus dont il prêche l’exercice ; c’est ainsi qu’on fait aimer la religion...21

39Dans Le Procès de Socrate, représenté cette même année 1790, le philosophe grec tente vainement d’expliquer à ses juges qu’il ne peut exister qu’un seul Grand Architecte, qu’en conséquence tous les autres dieux sont des leurres :

  • 22 Le Procès de Socrate, acte III, scène 4.

Le Dieu dont je vous parle, n’a rien créé qui ne soit entier, il n’a rien fait à moitié : Ses véritables enfants... ceux qui le représentent sur la terre sont les hommes justes et vertueux.22

40Le rapport à Dieu devient donc une affaire purement intérieure et chaque croyant accueille la divinité en son sein. Par opposition, les ministres du culte qui se refusent aux vertus ne peuvent être considérés comme les représentants de Dieu. Nul doute que les prêtres qui combattent les idées de Socrate ne sont pas les seuls visés par une telle allusion !

41Enfin, l'Almanach du Père Gérard clarifie encore la position religieuse de Collot d’Herbois, d’autant plus qu’il paraît au moment même où une partie importante du clergé bascule du côté de l’anti-Révolution, voire de la Contre-Révolution, ce qui amène une première poussée anticléricale dès l’été 1792.

42Michel Vovelle a fort justement fait remarquer que le choix de l’acteur central de ce petit ouvrage ne saurait être innocent :

  • 23 M. Vovelle, La Révolution contre l’Église. De la Raison à l’Être suprême, Bruxelles, 1988, p. 40.

... ce personnage selon Jean-Jacques, présenté comme le pacificateur, l'officier de morale et de civisme au village n’est pas un prêtre, mais un laïc. Le vicaire savoyard s’est transformé en bon paysan cossu et un peu âgé. Du prêtre on n'a déjà plus besoin [...].23

43Le brave Père Gérard profite d’ailleurs de sa situation de laïc pour réconcilier le curé catholique et le ministre protestant du village, même s’il n’arrive guère à convaincre le premier de chercher une épouse. Le discours est encore tolérant :

  • 24 Almanach du Père Gérard, sixième entretien.

Qui dit religion dit croyance en Dieu. Seulement la manière de l’adorer est différente entre nous et les protestants ; mais la manière ne fait pas la croyance ; Dieu peut être adoré en France aujourd'hui de toutes les manières.24

44Mais derrière cette concorde apparente, les paysans évoquent les prêtres réfractaires que le Père Gérard condamne aussitôt, sans la moindre équivoque :

  • 25 Ibid.

C'est toujours la damnation éternelle qu'ils ont dans la bouche ; car ils damnent tous ceux qui ne sont pas de leur avis [...], c’est dans les flammes d’enfer qu’ils voudraient jeter tous les patriotes ; c’est au feu d’enfer qu’ils voudraient brûler la Constitution [...] Ils sont indignes du nom de chrétiens, ceux-là ; ils ne sont que des fanatiques, et les fanatiques ont fait égorger des nations entières, pour leur plaisir.25

45Si pour l’heure le Père Gérard suggère aux paysans de tenir ces mauvais prêtres à l’écart et de ne pas hésiter à les dénoncer s’ils conspirent contre les autorités légales, Collot, dès le printemps 1793, applique les décrets de la Convention sur les insermentés, ainsi que sur les symboles du catholicisme. Pourtant, si sa mission nivernaise peut être taxée d’un anticléricalisme officiellement prescrit par l’Assemblée, elle entre peu dans le cadre de la déchristianisation. Ce n’est pas la religion qui est l’objet de mesures sévères, mais ses desservants qui ont rompu leurs derniers liens avec la Nation.

46Il en va largement de même lors de ses missions ultérieures dans l’Oise et à Commune-Affranchie. Si la crise fédéraliste confirme que les prêtres patriotes sont rares, tandis qu’une bonne partie du clergé constitutionnel choisit le camp de la Gironde, ce n’est pour Collot d’Herbois qu’une illusion de plus qui s’évanouit. Dès lors qu’il ne peut y avoir de compromis, sa tendance naturelle consiste à suspecter l’ensemble du clergé, y compris le clergé constitutionnel, et à faire appliquer les décrets avec une grande rigueur. Pourtant, même au plus fort de la répression lyonnaise, il n’œuvre pas ouvertement comme un déchristianisateur, même s’il cautionne la spectaculaire fête à la mémoire de Châlier.

47L’Instruction comprend bien un chapitre intitulé « Extirpation du fanatisme », qui pourfend le clergé dans son ensemble et attaque impitoyablement tous les symboles de la liturgie catholique, mais l’existence d’un Être divin n’est absolument pas niée.

48Dans ces conditions, non seulement Collot d’Herbois ne correspond point à son image de déchristianisateur, mais de plus il a eu toutes les facilités pour adhérer au culte de l’Être suprême, celui-ci ne contredisant en rien les croyances qu’il a affichées depuis toujours.

49Aux personnages de La Famille patriote qui rêvent à haute voix de ce que chacun donne le baiser de la paix à son ennemi, au doux Père Gérard qui espère que la seule raison suffira à convaincre les contre-révolutionnaires, succède le Collot de 1793... En homme de terrain qu’il est, il comprend parfaitement que l’on ne peut éternellement se contenter de proclamer haut et fort ses principes, qu’il faut également veiller à leur mise en pratique et assurer leur triomphe. Son désir de concorde, il le réserve désormais aux patriotes, cherchant constamment à regrouper ceux-ci face à l’adversaire commun, à étouffer les discordes sans cesse renaissantes afin d’offrir un front uni.

50C’est cette évolution politique qui épouse fidèlement la marche révolutionnaire, quelle que soit la part du libre choix et de l’opportunisme, qui transforme insensiblement l’homme de théâtre en homme de pouvoir...

51Conventionnel élu dans l’épicentre de la Révolution, siégeant fidèlement sur les bancs de la Montagne, il est à ce titre envoyé plus d’une fois en mission vers les provinces. Dans le pays niçois, de novembre 1792 à janvier 1793, il est chargé d’enquêter sur les troubles de tous ordres qui ont suivi l’entrée des troupes françaises. De mars à mai 1793, la Convention lui confie le délicat problème du recrutement dans la Nièvre et le Loiret. En août et septembre de la même année, il s’efforce, dans l'Oise, de veiller à l’approvisionnement de la capitale et d’appliquer les mesures édictées par la Convention. Enfin, en brumaire et frimaire an II, il se rend à Commune-Affranchie, ci-devant Lyon, pour sa plus terrible mission, celle qui lui vaut aujourd’hui encore un mépris quasi universel.

52Il arrive dans l’ensemble de ces départements avec des idées préconçues, quelles s’appuient sur les décrets de la Convention ou sur les débats internes des Jacobins. Mais, comme beaucoup de ses collègues, il fait également preuve d’une grande sensibilité aux réalités locales et subit les pressions diverses des militants du lieu. Il en résulte que ses décisions, prises de concert avec le ou les représentants envoyés à ses côtés, sont parfois chronologiquement en avance par rapport aux volontés parisiennes et paraissent en quelque sorte forcer la main aux conventionnels, en favorisant les choix des militants locaux.

53Pourtant, il apparaît globalement comme un exécutant fidèle des décisions de la Convention et du Comité de salut public, ce qui contribue à le porter aux tout premiers rangs du groupe montagnard et des orateurs les plus écoutés des Jacobins. À ce titre, il n’est guère étrange qu’il finisse par être désigné comme membre du Comité de salut public.

  • 26 Moniteur, no du 8 septembre 1793 (Séance de la Convention nationale du 6 septembre 1793.)

54Il entre dans ce cercle restreint des dirigeants effectifs du pays le 6 septembre 1793, en même temps que Billaud-Varenne26. Comme cette double nomination se produit aux lendemains immédiats des journées révolutionnaires des 4 et 5 septembre, elle est fréquemment interprétée comme l'irruption au sein du Comité de deux fougueux Jacobins, proches des Hébertistes et du mouvement sectionnaire. Ainsi Albert Soboul écrit :

  • 27 A. Soboul, Précis d'histoire de la Révolution française, Paris, 1975, p. 277.

Le 6 septembre, Billaud-Varenne et Collot d'Herbois, qui ont appuyé les revendications populaires, furent nommés au Comité.27

55François Furet abonde dans le même sens :

  • 28 Préface de F. Furet au livre de R. Palmer, op. cit., p. 6.

Billaud-Varenne et Collot d'Herbois, qui ont soutenu le 5 les demandes des sans-culottes, sont élus au Comité de salut public le 628 ».

56Une telle analyse mérite cependant plusieurs nuances. Tout d’abord, si Billaud participe très activement à ces journées de septembre, il n’en va pas de même pour Collot. En mission dans l’Oise, c’est en son absence qu’il est désigné comme membre du Comité ; il ne peut par conséquent être considéré comme l’un des meneurs du mouvement de septembre, sauf à titre indirect. S’il a certes pris nettement position, dès l’été 1793, en faveur des mesures adoptées en septembre, il ne semble pas avoir de liens concrets avec les dirigeants qui mènent la foule parisienne et il ne peut, a fortiori, prendre la parole à Paris le 5 septembre !

57C’est donc plus probablement à Billaud-Varenne que fait allusion Prieur de la Côte-d’Or dans ses Mémoires lorsqu’il prétend que les deux hommes furent nommés au Comité afin d’étouffer leurs critiques politiques :

  • 29 G. Bouchard, Un organisateur de la victoire. Prieur de la Côte-d’Or, membre du Comité de salut pub (...)

Billaud-Varenne et Collot d'Herbois se montraient dans l'Assemblée les plus inquiets, les plus exigeants à l’égard du Comité, dont au reste ils n’avaient que de fausses idées. Pour en finir, leur adjonction fut formellement demandée par Barère au nom de ses collègues, et par suite Billaud et Collot vinrent prendre séance au Comité. C’était en effet le meilleur parti à prendre, car on s’assurait par là soit d’une utile coopération des nouveaux membres, soit de la facilité d’amortir leur opposition, en leur faisant voir de plus près les difficultés du travail.29

58Enfin, seconde nuance à apporter aux jugements des historiens évoqués précédemment, le fait que le même jour la Convention décide de la nomination de quatre nouveaux membres au Comité de salut public, et non des seuls Billaud et Collot. Or les deux personnages qui refusent finalement de siéger au Comité de salut public sont Danton et Granet, tous deux pouvant difficilement devoir leur nomination à la poussée hébertiste. La Convention ne fait donc pas que céder à la pression populaire, ses choix en sont la preuve évidente.

  • 30 R. Palmer, op. cit.

59Troisième et ultime nuance, Collot comme Billaud ne peuvent être assimilés sommairement aux Hébertistes, ce que nous nous chargerons de prouver en son temps. Leur situation connue d’orateurs écoutés des Jacobins a probablement précipité les décisions de l’Assemblée, bien davantage que leurs prétendus liens avec Hébert. De tous les dirigeants montagnards, ils étaient presque les seuls à ne pas avoir encore participé au Comité. Leur intégration au gouvernement forme définitivement le grand Comité de l’an II, le « groupe des douze » pour reprendre l’expression de Palmer30.

  • 31 B. Gainot, Dictionnaire des membres du Comité de salut public, Paris, 1990, pp. 57-58.

60Depuis la publication des Mémoires de Carnot, il est classique de diviser ce Comité de salut public en plusieurs catégories et diverses tendances politiques, d’opposer notamment les « généralistes » et les « spécialistes ». Les premiers fixeraient les orientations politiques du gouvernement, tandis que les seconds se renfermeraient dans leur domaine de prédilection. Bernard Gainot a récemment rappelé que cette coupure ne doit pas être exagérée et que l’assignation d’un membre du Comité à un rôle particulier a souvent eu un côté très formel31.

  • 32 Moniteur, no du 14 vendémiaire an III (Séance de la Convention nationale du 12 vendémiaire an III).

61À suivre malgré tout cette distinction, Collot d’Herbois et Billaud-Varenne auraient été choisis comme représentants de l’aile gauche montagnarde, tout en se voyant confier expressément la correspondance avec les représentants en mission, les autorités constituées et les sociétés populaires. De fait, ils se dévouent à cette tâche puisque, selon les dires de Collot après Thermidor, ils auraient expédié trois cent mille pièces d’écriture dans les départements et rédigé au moins dix mille minutes de leur propre main32.

62Cependant leur rôle au sein du Comité ne se limite point à la correspondance, tout comme celui de Carnot ou Prieur de la Côte-d’Or n’est pas du seul domaine militaire. Il suffit d’observer les signatures au bas des arrêtés du Comité pour s’en convaincre.

  • 33 L. Carnot, Opinion (...) sur l'accusation proposée contre Billaud-Varenne, Collot d’Herbois, Barèt (...)

63Les membres du Comité délibèrent en commun de la plupart des affaires, au fur et à mesure de leur apparition, sans qu’il y ait un ordre du jour précis. Prieur de la Côte-d’Or évoque un travail qui commence vers sept heures pour les plus matinaux, pour se poursuivre jusqu’en fin d’après-midi, interrompu pour certains par la séance de la Convention ou les réunions des Jacobins. Après s’être brièvement restaurés, les membres présents se retrouvent vers huit heures du soir pour une réunion qui se poursuit tard dans la nuit, parfois jusqu’à une ou deux heures du matin, ce qui ne laisse guère plus d’une demi-douzaine d’heures de repos aux plus assidus. Carnot estime, pour sa part, à plusieurs centaines le nombre des affaires à traiter en une seule journée, avec comme corollaire « les veilles, les fatigues indicibles, essuyées pour tirer l’État de ses crises affreuses [...J33 ».

  • 34 Jean-Marie Collot, représentant du peuple, à ses concitoyens, Paris, an III.

64Collot d’Herbois chiffre à quinze heures sa journée moyenne de travail au Comité, mentionne également ces « longs travaux qui souvent consommaient des nuits entières34 », une activité qui :

  • 35 Défense particulière de J. M. Collot..., op. cit.

... offrait une telle continuité de détails, que je me suis vu privé pendant huit mois d'aller manger chez moi. Je prenais à la hâte, chaque jour, un repas frugal dans le voisinage du comité. Carnot était forcé de faire de même, ainsi que Prieur (de la Côte-d'Or). Ils savent quelle fut mon assiduité ; la leur et celle de Lindet pouvaient seules la surpasser.35

65Tous les membres du Comité en ont porté témoignage, les signatures en second se donnaient de confiance et la responsabilité était collective. Dès lors, les domaines réservés à tel ou tel membre pouvaient s’avérer très théoriques. Ainsi Collot d’Herbois, comme ses collègues, a-t-il suivi l’ensemble des affaires de l’État pendant près d’un an, parvenant au faîte de son pouvoir politique.

  • 36 Jean-Marie Collot (...) à ses concitoyens, op. cit.

66Qu’une telle ascension satisfasse ses ambitions, nul ne songerait à le nier ; cependant faire partie du Comité de l’an II tient davantage du sacerdoce que de la pure fonction honorifique et, au moins sous cet angle de vue, on peut croire Collot d’Herbois lorsqu’il écrit, en l’an III, qu’il fut « inquiet et chagrin d’avoir de telles fonctions à remplir36 ». Être l’un des douze signifie l’abandon désormais irrémédiable de ses activités théâtrales, déjà bien diminuées depuis l’été 1792, et donc la perte de sa principale source de revenus. Être l’un des douze le force à sacrifier une large partie de sa vie privée pour se dévouer au service de l’État. Être l’un des douze l’amène à mettre à l’écart certains sentiments afin de tout donner pour sa tâche politique, quelles qu’en soient les conséquences, notamment lorsqu’il endosse à nouveau le costume de représentant en mission pour punir le soulèvement lyonnais.

67Ce Comité, Collot d’Herbois le sert de toutes ses ressources, le défend du début à la fin, en fidèle exécutant. Fervent partisan de la centralité législative, il n’hésite pas à batailler tout autant avec les Indulgents qu’avec les Hébertistes pour préserver l’unité du Comité et de la Convention. Loin d’être l’extrémiste, voire le fou, que l’on décrit souvent, il se révèle homme de bureau efficace et remplit avec Billaud-Varenne les tâches quotidiennes qui leur sont confiées, avec le même soin du détail qu’il a mis à diriger ses entreprises théâtrales de Genève et de Lyon.

68Son travail est tellement évident pour tout historien qui se penche sur le Comité de salut public que même Palmer, qui lui voue un extrême mépris, écrit :

  • 37 R. Palmer, op. cit., p. 59.

Une fois au gouvernement, ces deux boutefeux, qui n’avaient ni l’un ni l’autre réussi dans leurs affaires personnelles avant la Révolution, se montrèrent étonnamment capables d’un travail assidu et régulier. Ils se révélèrent très vite utiles [...] Ils besognèrent sans relâche [...] même le dimanche, à n’importe quelle heure, plus ponctuels et plus appliqués qu’aucun de leurs collègues, à l’exception de Carnot et de Barère.37

69Il faudra le drame de ventôse-germinal pour faire éclater, au sein de ce groupe uni par le labeur et les périls, les dissensions qui conduisent à Thermidor, c’est-à-dire non seulement à la chute du prétendu triumvirat, mais également et surtout à la disparition du Comité lui-même, tout au moins dans sa forme de l’an IL Pour Collot, comme pour Billaud et, dans une moindre mesure, Barère, l’heure du dernier combat approche alors. Leur fidélité aux principes et aux acquis de l’an II les conduit directement à l’exil guyanais et, plus encore, à la disparition quasi totale de leur nom dans la mémoire collective du peuple français.

70Qui se souvient encore, en cette période de bicentenaire de la Révolution française, des missions de Collot d’Herbois en province, fusillades lyonnaises mises à part ? Qui se souvient de son rôle crucial de l’hiver 1793-1794 à Thermidor, de son ultime résistance post-thermidorienne ?... S’il existe un domaine où se rejoignent l’homme de théâtre et l’homme de pouvoir, c’est assurément celui de l’oubli et du néant.

Notes

1 A. Pitou, Voyage à Cayenne, dans les deux Amériques et chez les anthropophages, Paris, 1807, tome II, pp. 14 et 17.

2 Préface de F. Furet à l’ouvrage de R. Palmer, op. cit., p. 7.

3 Almanach du Père Gérard, quatrième entretien.

4 Édition de Paris, 1792, Buisson, in-12, p. 71.

5 Ibid., quatrième entretien.

6 Ibid., troisième entretien.

7 Le 2 mars 1792, lors d’une séance au Club des Jacobins, Collot d’Herbois, faisant l’éloge des vertus républicaines, s’attire une vive réplique de Robespierre qui conseille d’éviter les imprudences inutiles et de bannir le terme « républicain » (Journal des débats de la Société des amis de la Constitution, no du 4 mars 1792).

8 Instruction adressée aux autorités constituées des départements de Rhône et Loire (...) par la commission temporaire de surveillance républicaine, établie à Ville-Affranchie par les représentants du peuple, brumaire an II, pp. 8-9. Un manuscrit de ce texte se trouve aux AD du Rhône sous la cote 31 L 53.

9 Ibid., p. 10.

10 Almanach du Père Gérard, cinquième entretien.

11 La Famille patriote, acte II, scène 8.

12 Almanach du Père Gérard, douzième entretien.

13 Ibid., troisième et cinquième entretiens.

14 Instruction..., op. cit., p. 6.

15 Ibid., p. 7.

16 Ibid., p. 15.

17 Almanach du Père Gérard, septième entretien.

18 Moniteur, no du 27 juillet 1793 (Séance de la Convention nationale du 26 juillet 1793.)

19 Journal des débats de la Société des amis de la Constitution, no du 27 février 1793 (Séance des Jacobins du 24 février 1793).

20 La Famille patriote, acte II, scène 10.

21 Ibid., acte I, scène 9.

22 Le Procès de Socrate, acte III, scène 4.

23 M. Vovelle, La Révolution contre l’Église. De la Raison à l’Être suprême, Bruxelles, 1988, p. 40.

24 Almanach du Père Gérard, sixième entretien.

25 Ibid.

26 Moniteur, no du 8 septembre 1793 (Séance de la Convention nationale du 6 septembre 1793.)

27 A. Soboul, Précis d'histoire de la Révolution française, Paris, 1975, p. 277.

28 Préface de F. Furet au livre de R. Palmer, op. cit., p. 6.

29 G. Bouchard, Un organisateur de la victoire. Prieur de la Côte-d’Or, membre du Comité de salut public, Paris, 1946, pp. 433-457.

30 R. Palmer, op. cit.

31 B. Gainot, Dictionnaire des membres du Comité de salut public, Paris, 1990, pp. 57-58.

32 Moniteur, no du 14 vendémiaire an III (Séance de la Convention nationale du 12 vendémiaire an III).

33 L. Carnot, Opinion (...) sur l'accusation proposée contre Billaud-Varenne, Collot d’Herbois, Barète et Vadier..., Paris, an III.

34 Jean-Marie Collot, représentant du peuple, à ses concitoyens, Paris, an III.

35 Défense particulière de J. M. Collot..., op. cit.

36 Jean-Marie Collot (...) à ses concitoyens, op. cit.

37 R. Palmer, op. cit., p. 59.

© Presses universitaires de Lyon, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search