Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Collot d'Herbois

 | 
Michel Biard

Seconde partie. Les années d'apprentissage révolutionnaire

Chapitre II. Premiers engagements militants (1789-1792)

Texte intégral

I – Des débuts politiques obscurs

1L’une des premières activités politiques de Collot d'Herbois a certainement été de suivre avec assiduité la vie, les débats et controverses de sa section. Hélas, cet engagement sectionnaire nous échappe totalement puisque la section des Champs-Élysées est l’une de celles sur laquelle nous sont parvenus le moins de renseignements.

  • 1 A. Aulard écrit ainsi : « Collot traversa tous les partis : on le vit tour à tour membre de la Soc (...)
  • 2 Règlement de la Société de 1789 et liste de ses membres, Paris, 1790.

2Selon certaines sources, il serait membre de la Société de 1789, aux côtés d’André Chénier, de Condorcet, Brissot, Roederer, Mirabeau, Sieyès, etc. Plusieurs historiens se sont emparés de cette assertion pour mieux stigmatiser le personnage capable de glisser aussi rapidement de la modérée Société de 1789 aux excès terroristes de l’an II1. Or, peu après sa création, cette société publie son règlement interne et la liste de ses membres2 ; on y trouve certes un nommé Collot... mais le personnage réside « Hôtel de la Chine, rue de Richelieu », alors que cette adresse nous est strictement inconnue et que Collot d’Herbois, à cette époque, vit à Chaillot. Si l’on ajoute que ce patronyme est assez répandu à Paris, il n’existe que des probabilités infimes pour que ce soit notre homme et on peut avancer, à peu de risques, que Collot d’Herbois n’a jamais participé à la Société de 1789 (qu’il critique avec vigueur en 1792).

3Si l’on rejette encore d’autres affirmations douteuses, telle sa prétendue adhésion à une loge maçonnique, il demeure une certitude, celle-là inébranlable et de loin la plus intéressante : Jean-Marie Collot d’Herbois adhère très tôt à la Société des amis de la Constitution, séante aux Jacobins. C’est avant tout dans ce vivier jacobin qu’il forme ses convictions et prend part à toutes les luttes politiques de la période.

  • 3 A. Aulard, La Société des Jacobins. Recueil de documents pour l'histoire du Club des Jacobins de P (...)

4Son nom fait partie de la première liste imprimée des membres de la Société, qui compte en décembre 1790 déjà plus de onze cents adhérents. Il est désigné comme secrétaire du bureau à plusieurs reprises, en mars et avril 1791, et sa première intervention orale (qui nous soit parvenue) date du 3 décembre 17903. Elle est encore bien discrète et il faut attendre mars 1791 pour qu’il se place davantage au premier plan.

  • 4 Ibid., tome II, p. 221.

5Lors de la séance du 20 de ce mois, il se livre à un éloge de Bonnecarrère, membre des Jacobins qui vient d’être nommé ministre plénipotentiaire à Liège, ce qui lui vaut une violente réplique de Danton, qui considère que l’éloge d’un homme désormais partie prenante du pouvoir exécutif ne saurait convenir qu’à des esclaves4. Plusieurs journaux rendent compte de l’orageuse discussion entre Collot et Danton, dont le Véritable Père Duchesne qui publie un récit d’anthologie :

  • 5 No 22, 1791.

... l’honneur de la sacrée bougre de tribune [...] a été enfumé de la colère de deux hommes fameux [...] Collot d’Herbois qui est un secrétaire qui sait écrire, foutre, comme on n’écrit pas, vous a campé dans le procès-verbal une belle tournure de phrase pitoyable, pour peindre les larmes du Buonne Carrère qui avaient fait pitié à tout le monde. V’là que Danton qui a un mâtin de cœur de lion, foutre, et qui ne pleurerait pas, foutre, quand il verrait tous les Cordeliers en patrouille, s’est foutu par le cou sa mâtine de voix des jours de grande parade, et a dégueulé sans hoquet, qu’il fallait, foutre, avoir le cœur gangrené de l’esclavage de l'ancien régime, pour mâtiner des louanges à un personnage qui n’avait que la figure d’homme de son semblable. Ce foutu d'Herbois qui, quoique jacobin, vous a une foutue bougre de tête qui prend comme une amorce de carabine, s'est foutu à la tribune, comme un cervolant que le vent fout à tous les cinq cents diables, et vous a foutu une gniole au carogan de Danton, qu’il vous lui en a fait une crinière de casque de dragon. L’autre lui a riposté par une giroflée à cinq feuilles, foutre, qu’il n’en faudrait, foutre, pas une botte de semblables, pour faire mourir un éléphant d’indigestion à la joue.5

  • 6 Ibid.

6Faut-il accréditer ce récit et penser que « les jacobins se peignent entre-eux [...] »6, ou est-ce le fruit d’une exagération ?

7En tout état de cause, c’est par cette tumultueuse explication que Collot d’Herbois marque son entrée dans les débats du club, ou à tout le moins de ce que nous en ont conservé les archives...

8Quelques mois plus tard, il se dévoue corps et âme à un combat qui va lui assurer sa première réputation politique, l’occuper l’essentiel de l’année 1791 et lui valoir une apparition remarquée dans la presse parisienne. Si son nom est jusqu’alors bien rarement mentionné dans les journaux, qu’ils soient patriotes ou royalistes, c’est que politiquement il semble désigné pour tenir des rôles de second plan. Aussi la quasi-totalité des références jusqu’à la fin de cette année 1791 sont liées à ses œuvres théâtrales.

9Tout change à partir de l’instant où il décide de s’occuper aux Jacobins de la défense des soldats « opprimés ». Ce sujet, brûlant à partir de l’été 1790, devient vite un thème porteur pour les Jacobins comme pour la propagande des adversaires du régime. Au cours de l'hiver 1790-1791, les troupes sont travaillées à la fois par les officiers, souvent hostiles à la marche révolutionnaire, et par les patriotes qui incitent les soldats à créer des comités pour négocier avec leurs supérieurs. Une telle atmosphère ne peut que s’envenimer rapidement et faire éclore de multiples incidents.

  • 7 J-M. Collot d'Herbois, Rapport de l’affaire de six soldats du régiment ci-devant Bourgogne..., Par (...)

10Lors de la séance du 6 juin 1791, Collot d’Herbois lit son premier rapport à la Société des amis de la Constitution7. Celui-ci concerne des militaires du régiment de Bourgogne qui ont été condamnés à mort par un conseil de guerre. Collot s’en prend vivement tant aux officiers qu’au ministre de la guerre et réclame l’élargissement des condamnés.

11Mais à la fin du printemps 1791, il se voit offrir de plaider une affaire beaucoup plus importante, quoique similaire, celle des Suisses de Châteauvieux. Leur cas remonte justement à l’été 1790. La garnison de Nancy, commandée par le marquis de Bouillé, comprenait alors trois régiments : Infanterie-du-Roi (4000 hommes), Mestre de camp-cavalerie (500 hommes) et Lullin-Châteauvieux (1400 hommes). Ces troupes, considérées comme patriotes et qui se plaignaient amèrement de la dureté de la discipline, se révoltèrent en août 1790 afin d’obtenir des comptes sur les finances des régiments. L’Assemblée, effrayée des troubles dans l’armée, prit un décret punissant de la peine capitale les « meneurs » du mouvement. Bouillé vint de Toul à Nancy et lança ses 5000 soldats contre les Suisses qui refusaient de se rendre. Le combat fit plusieurs centaines de victimes et, dès le début de septembre, un conseil de guerre condamna quarante et un Suisses à purger trente années de galères à Brest, neuf autres étant exécutés sans plus de délai.

  • 8 J-M. Collot d’Herbois, Rapport (...) en réclamation de justice pour quarante-un soldats du régimen (...)
  • 9 J-M. Collot d’Herbois, Rapport (...) pour trente carabiniers, victimes d'une grande injustice ordo (...)

12Collot d’Herbois présente un premier rapport à leur sujet aux Jacobins le 26 juin 17918 ; puis, à peine deux semaines plus tard, il lit un nouveau rapport concernant trente carabiniers victimes du même Bouillé9. À travers eux, Collot d’Herbois vise plus loin :

« Il est nécessaire plus que jamais de donner aux soldats une preuve éclatante de justice et de protection. Ils n'ont été que trop souvent les victimes de la haine de leurs chefs. »

13Au-delà de ces trois affaires, il s’agit bien d’une attaque en règle de Collot, donc des Jacobins, contre les officiers jugés peu favorables à la Révolution. Quant au marquis de Bouille, les Jacobins sont d’autant moins enclins à le juger équitablement que c’est lui qui aurait dû escorter Louis XVI lors de sa fuite. On sait que le roi et sa famille, arrêtés à Varennes, rentrent à Paris le 25 juin au soir, dans un silence glacial qui préfigure en quelque sorte la mort prochaine du ci-devant souverain. C’est dans ce lourd contexte que Collot d’Herbois fait son rapport sur Châteauvieux le lendemain même, tandis que Bouillé a déjà franchi la frontière, choisissant d’émigrer plutôt que de rendre des comptes à la Nation.

14Aux yeux des patriotes, Collot, qui intervient encore en faveur des Suisses en octobre et novembre 1791, semble considéré comme l’un des spécialistes chargés des soldats « opprimés ». Mais cet automne 1791 lui apporte une seconde occasion politique de se mettre en valeur, avec la création par les Jacobins d’un concours dont la finalité est de désigner le meilleur almanach patriotique.

II – L’almanach du Père Gérard

15La Société se divise tout d’abord sur l’œuvre qui sera la plus apte à mettre en valeur les vertus de la nouvelle Constitution, les uns proposant une pièce de théâtre, les autres un almanach populaire. Collot d’Herbois intervient dans le débat pour faire repousser la première proposition, alors même que ce genre littéraire lui est le plus familier. L’almanach présente l’avantage fondamental d’avoir une plus grande capacité de diffusion ; là où les représentations théâtrales ne touchent pour l’essentiel que les centres urbains, ce petit ouvrage peut aisément apporter les idées jacobines dans les campagnes les plus reculées, participant ainsi à l’acculturation des citoyens en Révolution.

  • 10 A. Aulard, La Société des Jacobins..., op. cit., tome III, pp. 222-223.

16Le 20 septembre 1791, la Société annonce officiellement le concours, et un jury de six membres est désigné parmi les Jacobins : Grégoire, Condorcet, Polverel, Clavière, Lanthenas et Dussaulx. Ce jury examine quarante-deux ouvrages et rend son verdict le 23 octobre, soit à peine plus d’un mois après le début du concours. L’ouvrage de Collot d’Herbois est déclaré vainqueur et il s’attire les applaudissements du club en annonçant que les 25 louis du prix seront destinés aux Suisses de Châteauvieux et à une caisse de bienfaisance jacobine10.

  • 11 De la Constitution ; De la Nation ; De la Loi ; Du Roi ; De la Propriété ; De la Religion ; Des Co (...)

17Collot d’Herbois s’est peut-être inspiré du célèbre Almanach du bonhomme Richard que Benjamin Franklin commença à publier en 1732 et qui fut traduit en français en 1778, sous le titre La Science du bonhomme Richard. Son ouvrage, s’il reprend bien des aspects classiques des almanachs populaires, est totalement novateur par sa forme. Loin d’être un catéchisme, où les réponses succèdent invariablement aux questions, l'Almanach du Père Gérard est constitué d’un véritable débat entre le Père Gérard, député breton à l’Assemblée constituante, et des paysans. Rompant ainsi avec les formes traditionnelles, l'Almanach du Père Gérard se divise en douze entretiens, chacun portant sur un thème précis11. Lors de ces douze séquences, le Père Gérard s’efforce de répondre aux interrogations des paysans. Ceux-ci, ayant plus d’une fois un sens aigu de la répartie, permettent à Collot non seulement d’expliquer les fondements du nouveau régime, mais également d’en critiquer les limites.

18Cet ouvrage que la quasi-totalité des historiens ont qualifié de très modéré, voire de monarchiste, se révèle être beaucoup plus critique qu’il n’y paraît, reflétant ainsi l’opinion dominante aux Jacobins.

19Ainsi si les mérites de la monarchie constitutionnelle sont vantés, la distinction citoyen actif/citoyen passif est implicitement rejetée. Lorsqu’un paysan lui fait observer que cette césure dans la Nation est contestable, le Père Gérard ne parvient guère à emporter la conviction de son auditoire :

  • 12 Almanach du Père Gérard, deuxième entretien.

Un paysan : Il ne faut que du bon sens et de la probité pour bien choisir.
Le Père Gérard, un peu embarassé : Oui, mais les électeurs sont tenus à faire des dépenses, et cette charge serait trop lourde pour ceux qui n’ont pas le moyen de la faire.
Un paysan : Est-ce qu’on se rebute de si peu de choses pour servir la nation ?
Le Père Gérard : À parler franchement, cela a été difficile à arranger ; on s’y est pris à deux fois ; ce ne sera peut-être pas la dernière : mais le décret est rendu, il faut le respecter.12

  • 13 Ibid., premier entretien.
  • 14 Ibid., quatrième entretien.

20De même, si les paysans veulent bien accepter l’idée que pouvoir du roi et pouvoir de l’Assemblée fonctionnent de concert, de façon aussi inséparable que la tête et les bras d’un corps humain13, ils se montrent beaucoup plus réservés quant aux pouvoirs précis du monarque : « Le veto qui empêche la mauvaise loi me paraît bon ; mais celui qui retarde la bonne loi me fait de la peine14 ».

21Ces paysans d’Ille-et-Vilaine, par leurs questions, mènent fréquemment le Père Gérard à faire des déclarations contradictoires avec la politique de l’Assemblée. Ainsi, lorsqu’un paysan demande si les Noirs sont aussi partie intégrante de la Nation française, le Père Gérard répond par l’affirmative car :

  • 15 Ibid., deuxième entretien.

... la terre de France ne porte que des hommes libres. D'ailleurs, un nègre est souvent un bien bon, un bien brave homme : est-ce qu’il y a une couleur pour les vertus15 ?

22Mais son interlocuteur, réticent, se récrie que la situation est loin d’etre aussi idyllique dans les possessions françaises d’Amérique. Ainsi encouragé à développer son argumentation, le Père Gérard choisit plus ouvertement son camp :

  • 16 Ibid.

... quelques hommes d’esprit ont dit, à l’Assemblée nationale, que la politique voulait qu’il y ait des esclaves en Amérique ; ces beaux parleurs là sont de vrais démons, avec leur politique [...] Au reste, m’est avis que les orateurs qui plaident si fort pour le despotisme des blancs se sont furieusement noircis dans l'opinion publique.16

23Critiquant le droit de veto, critiquant le suffrage censitaire, critiquant le maintien de l’esclavage, le Père Gérard s’affirme décidément peu comme un modéré ! De plus, en matière sociale, il affiche des idées plus proches de Rousseau que de l’ordre établi par la nouvelle Constitution. Tout en soutenant que les propriétés doivent impérativement être respectées et qu’il faut se défier des oisifs, le Père Gérard se livre à un véritable éloge des classes populaires :

  • 17 Ibid., cinquième entretien.

Le bénéfice des sueurs du pauvre est la plus sacrée de toutes les propriétés ; le riche a besoin des bras de l’ouvrier, et l’ouvrier n’a besoin que du paiement du riche. La nature a rendu les bras bien plus nécessaires que l’argent.17

24Il y a là toute une rhétorique qui est reprise dès l’an II...

  • 18 Ibid., sixième entretien.
  • 19 Ibid., premier entretien.

25L’Almanach du Père Gérard contient enfin deux allusions précises au climat politique de la fin 1791. La première concerne les prêtres réfractaires, dont un paysan dénonce l’influence sur les femmes. Le bon vieillard répond que « le Dieu de justice, de bonté, qui protège tous les peuples qui aiment et défendent la liberté, est du nôtre. » Quant à ceux qui refusent de croire que « Dieu a [...] gagné aussi la Révolution » et qui ne prêtent pas le serment exigé, il faut les fuir, voire les dénoncer s’ils troublent l’ordre public18. L’heure est cependant encore à la clémence, les patriotes pensent toujours que leurs ennemis peuvent être convertis « par la seule force de la raison [...]19 ».

26Seconde allusion au contexte de la fin 1791, l’entretien qui porte sur l’armée. À ses interlocuteurs enthousiastes à l’idée de défendre les acquis révolutionnaires les armes à la main, le Père Gérard rétorque qu’il est certes louable de protéger la liberté, mais que :

  • 20 Ibid., neuvième entretien.

... la vertu guerrière ne tient pas lieu de tout ; car alors l’esprit militaire deviendrait dangereux. Il est des vertus dont la pratique est plus douce, et qui ne sont pas moins nécessaires au bonheur de la vie et à la tranquillité des citoyens.20

27Lorsqu’on songe que le débat sur la guerre est en train d’éclater et que Robespierre émettra l’idée d’un général victorieux imposant sa loi, cette phrase du Père Gérard prend tout son sens. De plus, Collot d’Herbois tient à préciser que :

  • 21 Ibid.

les abords d'Outre-Rhin sont garnis de tous ces officiers parjures [...] mais [que] les soldats sont demeurés fidèles à la nation, inébranlables, et [que] les bons officiers sont restés avec eux.21

28Ici encore se lit l’influence de l’auteur, spécialisé dans la défense des militaires brimés par leurs supérieurs.

29Nettement moins modéré qu’on ne l’a toujours décrit, l'Almanach du Père Gérard remporte un succès considérable, qu’il est possible de mesurer tant à travers la presse que grâce aux diverses éditions retrouvées.

  • 22 L'Auditeur national, no du 19 décembre 1791.

30Les journaux patriotes rendent compte avec ferveur de l’almanach, le décrivant comme « un excellent ouvrage plus particulièrement approprié à l’instruction des habitants des campagnes [...]22 » ; un ouvrage qui brille par :

  • 23 Chronique de Paris, no du 25 décembre 1791.

... une extrême pureté de principes, le cadre le plus heureux, la forme dramatique, une certaine naïveté de pensées et de style, un tour neuf, original, une exécution brillante et facile [...].23

  • 24 No des 6 et 27 novembre, 4 et 8 décembre 1791, 8 janvier 1792.

31Seuls certains milieux hostiles aux patriotes ne se privent pas d’attaquer l’ouvrage de Collot d’Herbois. C’est le cas de La Rocambole des journaux pour qui celui-ci n’est plus désormais que « Collot-Almanach », « l’étoile polaire de la horde enragée », « l’astrologue de la Jacobinière »24.

32L’almanach est également l’objet de nombreuses imitations destinées à le réfuter, comme l'Almanach de l’abbé Maury ou Les Entretiens de la Mère Gérard.

  • 25 No du 7 décembre 1791.
  • 26 No du 31 décembre 1791.

33Ayant une majorité de partisans et une minorité de détracteurs, le petit ouvrage de Collot connaît un succès d’édition prodigieux. Faut-il accréditer le Thermomètre du jour lorsqu’il annonce que « plus de douze mille exemplaires de cet almanach ont été débités le premier jour qu’il a été rendu public25 » ? Ce qui est certain, c’est que les trois premières éditions parisiennes sortent dans des délais très rapprochés en novembre 1791, et que plusieurs libraires de la capitale assurent la réédition en 1792, soit sous la forme originelle, soit inséré dans divers ouvrages patriotes. De plus, la Chronique de Paris signale que le district de Beauvais a décidé d’adresser à chacune des quatre-vingt-quinze municipalités de son ressort un exemplaire de l’almanach26.

  • 27 M. Biard, « L'Almanach du Père Gérard, un exemple de diffusion des idées jacobines », in Annales H (...)

34Peut-on extrapoler à partir de cet exemple ponctuel ? Il le semble bien si l’on considère l’effort de diffusion qui a été réalisé grâce aux diverses rééditions provinciales. L'ouvrage de Collot est réédité à Annonay comme à Auxerre, à Lille comme à Carpentras, à Reims comme à Nîmes, ou encore à Rennes, Bourg-en-Bresse, Chalon-sur-Saône et Nancy. De plus, il est traduit et imprimé dans des langues régionales ou étrangères, le provençal, le flamand, l’anglais et l’allemand, preuve de la volonté jacobine d’étendre ces idées au-delà des frontières27.

  • 28 Ibid.

35La fortune ultérieure de ce petit livre prouve, a fortiori, son importance telle qu'elle a été perçue dans le monde rural. Dès 1793 paraissent des versions républicaines librement inspirées de Collot (Boissel en France ou Cotta à Mayence) ; des Mères Gérard patriotes viennent appuyer les propos du Père Gérard ; même les événements des Trois Glorieuses ramènent l’ouvrage sur le devant de la scène, même si l’auteur n’est alors cité que très discrètement... Des almanachs du Père Gérard voient aussi le jour dans les années 1870-1880, en pleine renaissance de la République, et des historiens jugent utile de rééditer cet almanach en 1889 et 1905, bien que Collot d’Herbois ait alors une très mauvaise réputation28.

36Bref, le petit livre de Collot constitue le premier grand succès de diffusion des idées jacobines et lui vaut une célébrité nationale. Son nom est désormais connu bien au-delà des cercles patriotes ou théâtraux. L'Almanach du Père Gérard prend assurément place dans la liste des ouvrages qui firent connaître aux citoyens français ce que d’aucuns ont pu nommer la « petite monnaie des Lumières ».

III – La percée politique et l’affaire de Châteauvieux

  • 29 S. Lacroix, Actes de la Commune de Paris, Paris, 1914, tome VIII, 2e série, pp. 363 et sq.

37Immédiatement après le triomphe de son almanach, il mise sur sa popularité nouvelle pour se faire élire à un poste politique important dans la capitale. Manuel étant devenu procureur de la Commune, il s’agissait de trouver également un nouveau substitut du procureur. L’élection a lieu le 5 décembre 1791 et voit la victoire de Danton. 4137 électeurs ont pris part au scrutin ; Danton obtient 1162 (ou 1174 ?) voix, Collot d’Herbois 654, le candidat suivant 39929. L’échec est patent. Cette défaite venant s’ajouter à l’altercation assez vive du mois de mars précédent nous laisse envisager des rapports peu amènes entre les deux hommes, ce alors que certains historiens ont longtemps prétendu que Collot était lié à Danton et aux Cordeliers. À cette date, il est d’ailleurs intéressant de noter que Collot d’Herbois, aux yeux d’une partie de l’opinion publique, fait davantage figure de modéré que Danton. Ainsi la Gazette universelle, journal de tendance fayettiste, écrit :

  • 30 No du 9 décembre 1791.

Nous aurions cru qu’un travail aussi intéressant aurait servi de titre à M. Collot d'Herbois pour la place de second substitut du procureur-syndic de la Commune ; mais nous apprenons à l’instant que le fameux M. Danton lui a été préféré.30

38Collot va pourtant avoir une nette tendance à se radicaliser de l’hiver 1791 au printemps 1792. Il consacre l’essentiel de ces mois à la défense des soldats de Châteauvieux. Sa réputation, désormais bien assise, lui vaut parallèlement d’être désigné comme le défenseur de nombre d’autres militaires persécutés, ce qui lui permet d’attaquer à plusieurs reprises les ministres et le pouvoir exécutif en général, exercice de style alors très fréquent chez les patriotes. Mais c’est bien la libération des Suisses de Châteauvieux qui lui attire l’admiration des patriotes et la haine de tous ceux qui, pour une raison ou une autre, sont opposés à leur élargissement.

39Le 1er janvier 1792, il peut annoncer aux Jacobins le décret du même jour en faveur des quarante Suisses qui sont amnistiés. L’enthousiasme est à son comble, seuls les journaux conservateurs ne le partagent guère :

  • 31 La Feuille du jour, no du 7 janvier 1792.
  • 32 Les Sabats jacobites, no 58, janvier 1792.

M. Collot d’Herbois rend compte du décret rendu par l’Assemblée nationale [...] Il en répand des larmes d’attendrissement. L’émotion circule de proche en proche, et toute la société pleure à verse. Pour ramener la gaîté, M Collot d'Herbois parle du décret d’accusation décoché contre les princes. Applaudissements effrénés, trépignements, convulsions, bonheur suprême.31
M. Collot d’Herbois termine sa harangue en promettant à l’auguste Aréopage de le régaler sous peu de jours de la présence de ces quarante ex-galériens, et le Tripot clémentin se cottise pour donner une petite fête civique à ces martyrs de notre sainte Révolution. Ici la séance finit, parce que les plus belles choses ont une fin.32

  • 33 Annales monarchiques..., no du 3 avril 1792.

40Tout Paris est en effet convié à participer à la fête populaire que les patriotes souhaitent donner pour honorer les hommes de Châteauvieux. Il s’agit de faire oublier à ceux qui, le 14 juillet 1789, ont refusé de tirer sur le peuple parisien, qu’ils viennent de croupir de longs mois dans un bagne français. La préparation de la cérémonie suscite une vive polémique entre Collot et ceux qui considèrent ces Suisses comme de vulgaires rebelles et assassins. Ainsi André Chénier et Roucher l’attaquent à plusieurs reprises dans la presse ou par voie d’affiche, tandis que libellistes et journalistes royalistes se déchaînent contre « l’apologiste des crimes des galériens de Châteauvieux... »33.

  • 34 Un compte rendu très détaillé de cette journée se trouve dans Le Courrier des 83 départements, no (...)
  • 35 Discours de M. Collot d’Herbois, défenseur officieux des soldats de Châteauvieux..., Paris, 1792, (...)

41Le triomphe réservé aux Suisses commence à Versailles le dimanche 8 avril 179234. Après avoir assisté à une représentation au théâtre de Mademoiselle Montansier et de Neuville, deux vieilles connaissances de Collot d’Herbois, les Suisses sont reçus à la Société des amis de la Constitution de Versailles. Le cortège se rend ensuite à la maison commune, avant de gagner l’hôtel des Menus Plaisirs. La journée s’achève par un repas de six cents couverts, suivi d’une nouvelle soirée théâtrale où l’on donne naturellement Guillaume Tell. Le lendemain, le groupe quitte Versailles pour Paris afin de se présenter devant l’Assemblée nationale ; la séance y est alors très orageuse, les députés hostiles à l’admission des Suisses manifestent avec véhémence et réclament un appel nominal qui ne donne qu’une courte majorité de 281 voix pour, contre 265 refus. Les Suisses obtiennent les honneurs du pouvoir législatif, ce qui offre une nouvelle occasion à Collot d’Herbois de faire un discours35. Cette longue cérémonie déchaîne les foudres de la presse royaliste :

  • 36 Annales monarchiques..., no du 11 avril 1792.

Les ex-galériens sont donc présentés par l’histrion Collot d'Herbois ; et pendant que les honnêtes gens fuient ce spectacle d’infamie nationale, huit à dix mille hommes, dignes de partager les honneurs de ces suisses, obtiennent la permission de défiler, en présence de l’Assemblée. Ce ramassis de piquiers, de bonnets rouges et de femmes, était digne de la fête [...] De pareilles scènes sont trop dégoutantes pour se soutenir. Il est impossible que les yeux ne s’ouvrent incessament, et qu'on ne disperse ce groupe de gens improbes et sans pudeur. Jamais corruption ne parut si hideuse.36

  • 37 Tout a été soigneusement prévu et publié à l’avance dans une brochure de huit pages, intitulée Ord (...)
  • 38 L’Argus patriote, no 83, avril 1792 ; Le Gardien de la Constitution, no du 19 avril 1792.

42La fête populaire en l'honneur des quarante Suisses a lieu le dimanche suivant, 15 avril37. Le centre du spectacle est constitué d’un char de forme antique, sur les flancs duquel sont représentés les événements de Nancy. Toute une symbolique édifiante accompagne le cortège : un modèle réduit de galère et des rames pour rappeler le séjour des Suisses à Brest ; deux cercueils pour commémorer les morts des deux bords à Nancy, Suisses comme Gardes nationaux, etc., sans oublier les inévitables pierres de la Bastille gravées par Palloi. Les Suisses et Collot d’Herbois devaient figurer sur le char, mais s’y refusent, préférant marcher38. Le cortège, parti du faubourg Saint-Antoine, suit tout un itinéraire lourdement chargé de références : la Bastille, l’Assemblée, la rue Saint-Honoré (donc les Jacobins), les Invalides, le Champ-de-Mars où la fête doit se dérouler « autant que le jour, trop prompt à finir, le permettra. »

43Après cette marche triomphale, les Jacobins réservent d’autres honneurs aux Suisses et tout prouve que Collot d’Herbois a tenu à lier étroitement son sort politique et ses journées parisiennes à ses clients, source pour lui d’une popularité encore accrue dans les milieux révolutionnaires.

IV – Divisions internes aux jacobins (printemps 1792)

44L’unité de façade des patriotes n’empêche pas les querelles intestines de se poursuivre aux Jacobins, avec la formation de deux groupes antagonistes autour de Brissot et de Robespierre. C’est au printemps 1792 qu’est consommée la rupture entre les deux hommes, lors des désaccords sur la guerre, qui est déclarée le 20 avril.

45Collot d’Herbois intervient peu sur ce sujet aux Jacobins avant la dernière semaine d’avril. La plupart des historiens interprètent cette attitude comme la prudence d’un homme qui hésite à choisir son camp. S’il est vrai qu’il demeure plus en retrait que d’autres, comme Billaud-Varenne, Collot n’en est pas moins dénoncé par les bellicistes de tous bords comme partie prenante du groupe hostile au conflit. Ainsi L’Ami des patriotes l’unit-il à Robespierre dans une grande diatribe contre les partisans de la paix :

  • 39 No du 28 avril 1792.

Dans la guerre que nous venons d’entreprendre, M. de La Fayette sera notre ressource, et versera son sang s’il le faut pour son pays : sera-ce l’histrion Collot d’Herbois, ou Roberspierre armé d’une pique, qui affronteront la mort à la tête de nos troupes39 ?

  • 40 No du 28 avril 1792.

46La Chronique de Paris, journal très proche des Brissotins, n’hésite pas à renchérir, en dénonçant une faction (Collot d’Herbois, Camille Desmoulins, Fréron, Marat, Robert, « Roberspierre ») qui opprime les Jacobins et qui « sont d’un parti qui a toujours été opposé à la guerre »40.

  • 41 J-M. Collot d'Herbois, Opinion (...) sur notre situation actuelle..., Paris, 1791, 8 p.

47De plus, si Collot d’Herbois reste relativement discret sur le thème de la guerre avant la date clef du 20 avril, il a déjà proclamé que la priorité pour les patriotes était de combattre l’ennemi intérieur, non des puissances étrangères41. Par ailleurs, il porte des accusations très dures contre les partisans de Brissot, notamment contre Roederer, Condorcet, Guadet, Vergniaud et toute la députation de la Gironde.

48Les réactions de la presse aux divisions intestines des Jacobins sont de différents types. Les journaux ouvertement patriotes affichent nettement leur désir de voir la Société surmonter ses querelles, tandis que les feuilles royalistes et plusieurs journaux proches des Brissotins dénoncent la « faction » de Robespierre et Collot :

  • 42 Annales monarchiques..., no du 26 avril 1792.

Les fripons se brouillent toujours au partage, c’est ce qui vient d'arriver aux Jacobins. Désespérés de leur nullité politique, les Collot, les Roberspierre cherchent à intéresser à tel prix que ce soit. Leur but secret, en se dévouant publiquement à la cause atroce qu’ils défendent avec tant de férocité, était d’obtenir une place dans le ministère ou tout au moins une ambassade.42

49Même la Chronique de Paris a recours à ce type d’arguments :

  • 43 No du 28 avril 1792.

Dans cette hypothèse, M. Collot d’Herbois qui, dit-on, n'a pu pardonner à M. Roland [...] de lui être préféré pour le ministère de l’intérieur, aurait ce département ; M Camille Desmoulins, le ministère de la justice ; M. Fréron, la marine ; M. Marat, la guerre ; M. Robert, qui doit 200.000 livres, les contributions publiques ; M. Robespierre la mairie [...].43

50Rien de sérieux ne prouve que Collot ait souhaité participer au ministère brissotin que le roi nomme à la fin de mars 1792, pas plus que Robespierre au poste de maire ou Desmoulins au ministère de la justice. Au-delà de cette accusation qui fait de lui un simple ambitieux, il apparaît que Collot s’est rangé dans le camp des adversaires de la guerre extérieure, davantage que dans un hypothétique groupe de « ministrables » déçus. Il fait partie de ceux qui, à l’instar de Robespierre, préconisent de frapper les ennemis de l’intérieur, avant de se consacrer à ceux de l’étranger. Comme l’incorruptible, il pense que la guerre risque de tourner à la débâcle, tant l’armée semble gangrenée par les officiers aristocrates. Dès lors, il réserve justement ses coups aux généraux suspects de trahison (Rochambeau, Riccé et naturellement La Fayette, qui devient la cible préférée des Jacobins). Du Jacobin spécialisé dans la défense des soldats « opprimés », on passe aisément au Jacobin pourfendeur d’officiers parjures...

V – Printemps-été 1792 : un rôle croissant

  • 44 J-M. Collot d’Herbois, Opinion (...) sur les coupables démarches du général Lafayette, Paris, 1792 (...)

51Parallèlement à l’offensive qu’il mène contre La Fayette (en juin et juillet)44, Collot d’Herbois participe étroitement à l’agitation sectionnaire. Son déménagement de Chaillot à la rue Favart en fait un élément clef dans la tentative de prise de contrôle de la section de la Bibliothèque par les patriotes avancés. À l’aide de quelques militants, il parvient à réaliser une sorte de contre-pouvoir dans cette section très modérée.

  • 45 Mortimer Ternaux, Histoire de la Terreur, 1792-1794, d’après des documents inédits, Paris, 1862-18 (...)

52Lorsque les commissaires des différentes sections se réunissent en juillet à l’Hôtel de Ville, la section de la Bibliothèque est représentée par Collot d’Herbois, Marie-Joseph Chénier, Destournelles et Baudrais. Le 23 juillet, ces commissaires délibèrent sur la rédaction d’une adresse des Parisiens à l’armée ; Tallien, Collot et Audouin sont proclamés commissaires-rédacteurs de ce texte. Le lendemain, c’est Collot qui lit le projet d’adresse qui, après relecture et divers amendements, est adopté le 26 juillet par trente-neuf sections45. Il s’agit ici encore d’une dénonciation contre La Fayette, mais également d’une attaque frontale contre le roi.

53De plus, pour accentuer davantage les remous politiques, le manifeste de Brunswick est connu à Paris le 28 juillet. La plupart des sections se radicalisent, abolissent la distinction entre citoyens actifs et citoyens passifs, autorisent les passifs à s’armer pour servir dans la Garde nationale. Leur comité central siège désormais en permanence.

  • 46 Ibid., pp. 484-485.

54À l’initiative de la section de Mauconseil, le 3 août, quarante-sept sections sur quarante-huit demandent à l’Assemblée de décréter la déchéance du roi. Parmi les commissaires se trouvent ceux de la section de la Bibliothèque, Collot d’Herbois en tête. Ont-ils réellement l’appui de leurs mandants, ou prétendus tels ? Ils semblent bien n’agir que grâce au soutien des citoyens passifs, alors que la majorité de la section reste très conservatrice. À preuve, ce même 3 août, l’assemblée générale de section, forte de 178 votants, déclare n’avoir pas participé à la rédaction du texte contre le monarque, ne pas l’approuver et dénier aux commissaires de la section tout pouvoir réel. Mieux, cette déclaration est même répandue sous forme d’affiches, et une délégation de vingt membres vient la lire à l’Assemblée le 5 août46.

55Loin de neutraliser Collot et les siens, l’intervention des modérés de la section ne fait que les renforcer, et il est évident que Collot d’Herbois est l’un des hommes en vue dans le mouvement sectionnaire en cette veille du 10 août. Le jour même de cette offensive modérée, la Nouvelle Correspondance politique, journal peu suspect de sympathie pour les Jacobins, peut écrire :

  • 47 No du 5 août 1792.

Le rendez-vous de la troupe de Collot d’Herbois est aujourd’hui au Champ-de-Mars, celui de la Garde nationale et de tous les honnêtes gens est au Pont-Royal et au Pont-tournant.47

56Le 6 août, Collot préside l’assemblée des commissaires des sections parisiennes. Que fait-il lors des événements des 9-10 août ? Force est de constater que le fil se rompt ou, à tout le moins, qu’un rideau de brouillard voile les faits... Il semble bien être présent parmi les commissaires des vingt-huit sections formant la Commune insurrectionnelle du 9 au 10 août, mais son nom n’apparaît pas sur les listes établies postérieurement. Peut-être a-t-il démissionné rapidement pour s’occuper de sa section et des Jacobins, utilisant ce tremplin pour se faire élire quelques semaines plus tard à la Convention nationale.

  • 48 A.N., F7* 2483.

57Si son rôle lors des combats est totalement flou, il est cependant porté à la tête de sa section dès les lendemains de la chute du roi. Comme toutes les sections modérées, plus ou moins compromises par leur attitude au 10 août, la section de la Bibliothèque s’empresse de faire volte-face. Le 11 août est ouvert le livre des serments de cette section qui va désormais s’appeler « section de 1792 » ; à la première ligne se trouve la signature de Collot d’Herbois, tandis que les citoyens connus pour leur modérantisme viennent faire amende honorable et jurer d'être fidèles à la Nation48.

  • 49 Arch, de la Comédie-Française, dossier Collot d’Herbois (pièces des 15-16 août 1792) ; B.N., Dpt d (...)

58Le nouveau président entreprend d’armer les citoyens passifs pour régénérer l’esprit du bataillon de la section, dit des Filles Saint-Thomas, qui a pris part à la défense des Tuileries. Seconde priorité, la traque des suspects qui commence dans toute l'étendue du quartier...49

  • 50 E. Charavay, L’Assemblée électorale de Paris, Paris, 1890-1905, tome III, p. 10.

59Mais dès la fin du mois d’août, Collot d’Herbois s’oriente vers une destinée autrement plus importante. Chénier le remplace à la tête de la section et il se consacre aux élections qui doivent renouveler le pouvoir législatif. L’assemblée primaire de la section de 1792 siège du 28 août au 1er septembre et désigne vingt et un électeurs. Collot d’Herbois, « homme de Lettres », occupe la première place sur la liste50.

  • 51 La Sentinelle, no du 21 août 1792.

60Son prestige lui vaut d’être recommandé aux électeurs parisiens par des militants d’horizons divers. Ainsi Louvet le range-t-il parmi les candidats les plus intéressants, en raison de son Almanach du Père Gérard51. Sa liste très ouverte a le don de déplaire fortement à Marat qui fait placarder, le 5 septembre, une affiche où presque tous les citoyens mentionnés par Louvet sont rejetés, tandis que Collot d’Herbois est « cité avec un juste éloge dans la liste opposée ».

  • 52 Le Courrier des 83 départements, no du 6 septembre 1792.
  • 53 E. Charavay, op. cit., tome III, p. 111.

61L’assemblée électorale de Paris se réunit le 2 septembre et désigne à l’unanimité Collot comme président le52 septembre (Robespierre étant vice-président). Il fait alors partie du noyau jacobin le plus en vue et les résultats électoraux le confirment en tout point. Le 5 septembre, lors du premier scrutin, Robespierre devient le premier député de Paris avec 338 voix, devançant Pétion (136 voix), Collot d’Herbois (27 voix), Danton (13 voix) et Brissot (4 voix). Le lendemain, le second vote voit la victoire de Danton avec 638 voix contre un seul concurrent potentiel, Collot qui obtient 59 voix. Une troisième élection a lieu ce même jour qui aboutit au triomphe de ce dernier avec 553 voix (contre 10 à Billaud-Varenne)53.

62Son élection au sein de la députation parisienne, son rôle actif lors des événements d’août, son poids aux Jacobins, son association de plus en plus étroite à Robespierre, tout concourt à faire de lui l’un des Montagnards les plus influents de la nouvelle Assemblée sur le point de se réunir. Mieux, c’est encore à lui qu’échoit le rôle historique de réclamer la fin de la monarchie, même si la décision a probablement été prise collectivement par un groupe de députés. Certaines sources prétendent que c’est Grégoire qui fit le premier cette motion, mais les comptes rendus dans la presse parisienne indiquent clairement le rôle de Collot. Ainsi Le Courrier des 83 départements note que :

  • 54 No du 22 septembre 1792.

... sur la proposition de Collot, appuyée et développée par l’évêque Grégoire, l’Assemblée a décrété que la Royauté était abolie en France.54

63Le Thermomètre du jour précise davantage son rôle :

  • 55 No du 22 septembre 1792.

Le citoyen Collot prend la parole : Vous venez, dit-il, de faire de belles déclarations ; il vous en reste encore une à faire avant de lever la séance, c’est l’abolition de la royauté. [Après plusieurs intervenants] le président met sous les yeux de la Convention nationale les diverses rédactions de la proposition ; celle de M. Collot paraît réunir les suffrages ; elle est ainsi conçue : la Convention déclare que la royauté est abolie en France. Cette rédaction est adoptée au milieu des plus vifs applaudissements.55

Notes

1 A. Aulard écrit ainsi : « Collot traversa tous les partis : on le vit tour à tour membre de la Société de 89, Jacobin, Girondin en 1792 Montagnard en 1793, Hébertiste, Thermidorien. Ce cabotin voulut se montrer sous toutes les faces, jouer sur tous les tréteaux. » (Les Orateurs de la Convention, Paris, 1886, p. 505.)

2 Règlement de la Société de 1789 et liste de ses membres, Paris, 1790.

3 A. Aulard, La Société des Jacobins. Recueil de documents pour l'histoire du Club des Jacobins de Paris, Paris, 1889-1897, tome I, p. 403.

4 Ibid., tome II, p. 221.

5 No 22, 1791.

6 Ibid.

7 J-M. Collot d'Herbois, Rapport de l’affaire de six soldats du régiment ci-devant Bourgogne..., Paris, 1791, 10 p.

8 J-M. Collot d’Herbois, Rapport (...) en réclamation de justice pour quarante-un soldats du régiment de Châteauvieux..., Paris, 1791, 31 p.

9 J-M. Collot d’Herbois, Rapport (...) pour trente carabiniers, victimes d'une grande injustice ordonnée par le général Bouillé, à la suite de l’affaire de Nancy, Paris, 1791, 11 p.

10 A. Aulard, La Société des Jacobins..., op. cit., tome III, pp. 222-223.

11 De la Constitution ; De la Nation ; De la Loi ; Du Roi ; De la Propriété ; De la Religion ; Des Contributions publiques ; Des Tribunaux ; De la Force armée ; Des Droits de chaque citoyen et de ses devoirs ; De la Prospérité publique ; Du Bonheur domestique.

12 Almanach du Père Gérard, deuxième entretien.

13 Ibid., premier entretien.

14 Ibid., quatrième entretien.

15 Ibid., deuxième entretien.

16 Ibid.

17 Ibid., cinquième entretien.

18 Ibid., sixième entretien.

19 Ibid., premier entretien.

20 Ibid., neuvième entretien.

21 Ibid.

22 L'Auditeur national, no du 19 décembre 1791.

23 Chronique de Paris, no du 25 décembre 1791.

24 No des 6 et 27 novembre, 4 et 8 décembre 1791, 8 janvier 1792.

25 No du 7 décembre 1791.

26 No du 31 décembre 1791.

27 M. Biard, « L'Almanach du Père Gérard, un exemple de diffusion des idées jacobines », in Annales Historiques de la Révolution française, janvier-mars 1991, pp. 19-29.

28 Ibid.

29 S. Lacroix, Actes de la Commune de Paris, Paris, 1914, tome VIII, 2e série, pp. 363 et sq.

30 No du 9 décembre 1791.

31 La Feuille du jour, no du 7 janvier 1792.

32 Les Sabats jacobites, no 58, janvier 1792.

33 Annales monarchiques..., no du 3 avril 1792.

34 Un compte rendu très détaillé de cette journée se trouve dans Le Courrier des 83 départements, no du 10 avril 1792.

35 Discours de M. Collot d’Herbois, défenseur officieux des soldats de Châteauvieux..., Paris, 1792, 2 p.

36 Annales monarchiques..., no du 11 avril 1792.

37 Tout a été soigneusement prévu et publié à l’avance dans une brochure de huit pages, intitulée Ordre et marche de l’entrée triomphante des martyrs de la Liberté du régiment de Châteauvieux dans la ville de Paris.

38 L’Argus patriote, no 83, avril 1792 ; Le Gardien de la Constitution, no du 19 avril 1792.

39 No du 28 avril 1792.

40 No du 28 avril 1792.

41 J-M. Collot d'Herbois, Opinion (...) sur notre situation actuelle..., Paris, 1791, 8 p.

42 Annales monarchiques..., no du 26 avril 1792.

43 No du 28 avril 1792.

44 J-M. Collot d’Herbois, Opinion (...) sur les coupables démarches du général Lafayette, Paris, 1792, 16 p.

45 Mortimer Ternaux, Histoire de la Terreur, 1792-1794, d’après des documents inédits, Paris, 1862-1881, tome II, pp. 389-392.

46 Ibid., pp. 484-485.

47 No du 5 août 1792.

48 A.N., F7* 2483.

49 Arch, de la Comédie-Française, dossier Collot d’Herbois (pièces des 15-16 août 1792) ; B.N., Dpt des ms, NAF 22735 fol. 178.

50 E. Charavay, L’Assemblée électorale de Paris, Paris, 1890-1905, tome III, p. 10.

51 La Sentinelle, no du 21 août 1792.

52 Le Courrier des 83 départements, no du 6 septembre 1792.

53 E. Charavay, op. cit., tome III, p. 111.

54 No du 22 septembre 1792.

55 No du 22 septembre 1792.

© Presses universitaires de Lyon, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540