Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Collot d'Herbois

 | 
Michel Biard

Seconde partie. Les années d'apprentissage révolutionnaire

Chapitre I. Théâtre et révolution

Texte intégral

  • 1 La dernière lettre de sa main conservée aux A.M. de Lyon date du 23 février 1789 (GG 101 pièce 168 (...)
  • 2 L’autorisation de jouer sa pièce L’Inconnu, ou le Préjugé à vaincre, au Théâtre du Palais-Royal, e (...)

1En février 1789, René Le Conte, détenteur du privilège exclusif des spectacles de la ville de Lyon, cède celui-ci à un nommé Fages. Comme Le Conte a embauché Collot d’Herbois, on peut supposer que le nouvel arrivant a signifié qu’il souhaitait changer de directeur. Par ailleurs, il est également possible que Collot d’Herbois ait préalablement décidé d’abandonner son poste en 1789... Quoi qu’il en soit, il quitte bien les bords du Rhône, après le mois d’avril 17891, sans que l’on puisse préciser s’il s’installe dans la capitale avant ou après les événements de juillet. La seule certitude acquise est qu’il s'y trouve au plus tard en octobre2.

2Si le hasard ne semble pas jouer un rôle important dans ce retour aux sources, tant il est difficile d’imaginer qu’il ne puisse retrouver un emploi après avoir dirigé les troupes de Genève et de Lyon, deux raisons au moins peuvent l’avoir déterminé à regagner sa ville natale. D’une part, le désir de participer aux bouleversements révolutionnaires en cours ; d’autre part, le sentiment que la période qui s’ouvre peut fournir à sa plume féconde bien des thèmes à mettre en scène.

  • 3 Défense particulière..., op. cit.

3Cependant, en l’an III, il a nié implicitement ces deux versions, en affirmant qu’il n’avait loué une maison à Chaillot que dans le but de « vivre au sein de la solitude et de la philosophie3 » avec son épouse, après plus de vingt ans d’activités théâtrales.

  • 4 Plusieurs lettres conservées par les Archives de la Comédie-Française prouvent qu’il résidait enco (...)

4Le lieu choisi convient en tout cas parfaitement pour une retraite. Chaillot est alors un gros village de banlieue, très verdoyant, agrémenté de vastes parcs qui voisinent avec des prés et des vignobles. Bon nombre de Parisiens, soucieux de renouer le contact avec la nature tout en ne s’éloignant pas trop de leurs occupations citadines, s’installent à Chaillot. Collot d’Herbois ne quitte cette maison pour s’installer rue Favart, à Paris, qu’au début de février 1792, ce qui implique que ce soit la section des Champs-Élysées qui a constitué le cadre de ses premiers pas politiques (et non celle de la Bibliothèque, comme on l’a toujours écrit)4.

5Que ce soit à Chaillot ou, plus tard, rue Favart, il se lance dans le combat pour les idées nouvelles, tant par ses occupations théâtrales que par ses activités politiques qui l’accaparent rapidement. De ces deux formes d’intervention dans le mouvement révolutionnaire, c’est incontestablement la première qui s’impose à lui au moins en 1789 et 1790, avant que son rôle politique ne relègue progressivement l’homme de théâtre au second plan, derrière celui qui devient un homme de pouvoir.

6À cet égard, les années 1791 et 1792 marquent une césure fondamentale. Alors qu’il a monté quatre pièces pour la seule année 1790, une unique pièce voit le jour en 1791, suivie par son œuvre ultime en janvier 1792. Dès lors, son engagement total au service d’un idéal révolutionnaire ne lui laisse plus le loisir nécessaire à la création littéraire.

7Comment pourrait-il en être autrement si l’on songe à son rôle dans la campagne pour libérer les Suisses de Châteauvieux (qui culmine justement en ce début de 1792), à son action lors des journées de juillet et août 1792, à son élection à la Convention nationale ? Malgré cette évolution, il n’en reste pas moins que c’est tout d’abord dans son domaine de prédilection, le monde du théâtre, qu’il s’efforce d’apporter sa contribution aux formidables bouleversements qui se produisent à Paris et en province.

I – Collot d’Herbois contre la Comédie-Française ?

  • 5 M. Carlson, Le Théâtre de la Révolution française, Paris, 1970, p. 36.

8Si l’on en croit une certaine tradition, Collot d’Herbois fait une première apparition politique à Paris dès août 1789, lors des troubles occasionnés par la représentation du Charles IX de Marie-Joseph Chénier. La plupart des historiens ont affirmé que Danton, Fabre d’Églantine et Collot d’Herbois dirigeaient la contestation des patriotes contre la censure qui frappait encore ce drame trop ouvertement critique vis-à-vis de l’État et de l’Église catholique5. Aucun document ne permet encore de confirmer ou d’infirmer cette présence de Collot d'Herbois. Elle est certes plausible, mais on voit mal quels liens pourraient alors le rapprocher de Danton, alors même qu’il a vite des accrochages assez vifs avec celui-ci...

  • 6 S. Chevalley, « La civilisation des comédiens », in Revue dhistoire du théâtre, 1989, no 1, pp. 49 (...)

9De même, sa participation à la lutte pour la liberté du théâtre est plus ambiguë que ce que l’on a toujours soutenu. On sait que, dès le 24 décembre 1789, les comédiens sont réintégrés dans la Nation française, sur un pied d’égalité avec les autres citoyens6. Mais parallèlement se poursuit une autre lutte, en vue d’arracher à l’Assemblée l’abolition des privilèges des grands théâtres et la protection des auteurs.

  • 7 Adresse des Auteurs dramatiques à l’Assemblée nationale..., slnd, 46 p.

10Le 24 août 1790, une députation d’auteurs dramatiques se présente à l’Assemblée afin d’y lire une adresse, suivie d’une pétition. Par la voix de La Harpe, ces auteurs réclament le droit de tout individu à ouvrir une entreprise de spectacle, contestent le privilège du répertoire détenu par le Théâtre-Français et exigent de jouir en toute liberté de leur propriété littéraire. Cette députation était composée, selon la tradition historiographique, outre La Harpe, de Marie-Joseph Chénier, Mercier et quelques autres, dont Collot d’Herbois... Or l’adresse, imprimée sur ordre de l’Assemblée, ne comporte pas son nom parmi les signataires7. Qui plus est, un anonyme Mémoire pour les Comédiens du Spectacle de Lyon, contre les Auteurs dramatiques, paru en 1791, se félicite ouvertement de ce que certains auteurs ont refusé de participer aux attaques contre les Comédiens Français, dont « quatre auteurs justement célèbres, MM. Colin et Desfaucherets, Fabre d’Églantine et Collot d’Herbois ».

11Par contre, le manifeste lu par La Harpe entraîne toute une réaction en chaîne, une contre-pétition d’une vingtaine d’auteurs et, bien entendu, une véritable levée de boucliers de la part des Comédiens-Français. Or dès lors que deux « réponses » de ceux-ci ont été publiées, les auteurs font imprimer une Réponse aux observations pour les Comédiens-Français, signée par un nombre d’auteurs nettement plus important que lors de la première adresse et qui comporte cette fois la griffe de Collot d’Herbois. Ces débats, ainsi que les événements révolutionnaires eux-mêmes, finissent par scinder le monde du théâtre en deux camps antagonistes. La Comédie-Française n’est nullement épargnée et se déchire, dès 1790, entre les « rouges », comme Talma et Dugazon, et les « noirs », tels Fleury ou Naudet. Dès septembre 1790, la Chronique de Parts dénonce le Théâtre-Français comme un lieu infesté d’aristocrates et de rebelles en puissance.

12Toute l’évolution ultérieure de Collot d’Herbois, notamment son prétendu désir de voir, sous la Terreur, les Comédiens-Français être guillotinés, tendrait à le placer tout naturellement dans le camp opposé à la Comédie-Française (en dépit de son ralliement tardif au « camp » des auteurs). Les choses sont cependant moins simples qu’il n’y paraît, puisqu’il conserve fort longtemps des liens avec les Français. La correspondance qu’il échange alors avec eux, à propos de son Paysan magistrat, laisse bien percevoir l’existence de ces relations que la crise n’a pas sérieusement altérées. En décembre 1789, il écrit :

  • 8 Arch, de la Comédie-Française, dossier Collot d’Herbois (lettre ms de Collot d’Herbois à la Comédi (...)

... les représentants de la Comédie [...] mûs par le zèle d’une vraie amitié à laquelle je rends pleinement justice, ont mis ma pièce à l'étude[...].8

13À cette date, le schisme du Théâtre-Français n’est pas encore consommé, mais que dire de cette seconde lettre, de janvier 1792, où il leur demande le droit de disposer librement de son ouvrage, puisqu’il n’a pas été repris par la Comédie :

  • 9 Ibid. (ibid., 28 janvier 1792).

J'aurais désiré toute autre occasion pour renouveler à mes anciens amis et camarades l’assurance de mon estime et de mon attachement, mais l'expression n’en est pas moins sincère et je les prie de la faire agréer à la Société [,..].9

  • 10 Ibid, (lettre ms des Comédiens-Français à Collot d’Herbois, 9 février 1792).

14De plus, Saint-Prix, qui se charge de la réponse et qui est loin d’être considéré comme le plus « rouge » de la troupe, lui donne du « ... mon cher camarade » et conclut : « Je suis fraternellement votre camarade »10.

15Sont-ce là des formules de politesse hypocrites qui dissimulent une haine viscérale pour le militant jacobin ? Cela paraît peu probable d’autant que, en ce début d’année 1792, Collot d’Herbois est encore considéré avant tout comme l’auteur de l'Almanach du père Gérard qui a reçu des louanges de certains journaux très modérés, voire royalistes. In fine, le ralliement de Collot d’Herbois à la cause des auteurs dramatiques n’a pas du tout entraîné une dégradation de ses rapports avec le Théâtre-Français, ceux-ci restant cependant de simples contacts de travail.

16Par ailleurs, il ne collabore guère avec la Comédie-Française dès lors que Le Paysan magistrat connaît l’échec sur cette prestigieuse scène. C'est la Comédie elle-même qui propose à Collot d’Herbois de reprendre sa pièce, au même titre que d’autres qui avaient été autrefois soigneusement tenues à l’écart de la capitale, car jugées trop dangereuses pour l’ordre établi. Le thème de la pièce plagié sur Calderon la plaçait tout naturellement dans cette catégorie des œuvres ostracisées avant 1789 et donc « intéressantes » pour des Français soucieux de donner des gages au nouveau pouvoir.

17La première a lieu le 7 décembre 1789 et la pièce est jouée cinq fois en douze jours, à un intervalle régulier de soixante-douze heures (7, 10, 13, 16 et 19 décembre). Le jour même de la première, la Chronique de Paris publie une lettre de l’auteur, encore sous couvert de l’anonymat. Il nie que sa pièce ait « été composée pour les circonstances actuelles » et donne explicitement la paternité de l’œuvre à Calderon.

18Immédiatement la presse multiplie les comptes rendus hostiles, comme celui de cette même Chronique de Paris :

  • 11 No du 8 décembre 1789.

Des allusions dont on commence à se lasser, beaucoup d'invraisemblance et un mauvais dénouement ont beaucoup nui à son effet ; et quoiqu’on ait demandé l'auteur, qui a paru, on peut dire qu'elle n’a pas eu de succès.11

19ou encore celui du Journal général de France :

  • 12 No du 17 décembre 1789.

Elle n’a pas réussi à Paris comme dans les provinces : les trois premiers actes ont été accueillis, mais les deux derniers ont excité des murmures.12

  • 13 Cf., par exemple, C. Étienne et A. Martainville, Histoire du Théâtre-Français, depuis le commenceme (...)
  • 14 Arch, de la Comédie-Française, dossier Collot d’Herbois (lettre ms des Comédiens-Français à Collot (...)

20Seuls quelques rares journalistes se hasardent à soutenir la pièce (Journal de Paris, Le Rôdeur français, Journal général de la Cour et de la Ville) et les historiens semblent s'être laissé abuser par ce dernier type de critiques, puisque tous soutiennent que la pièce fut couronnée de succès à Paris13 ! Pourtant, la sixième représentation est annoncée à partir du 23 décembre jusqu’en janvier 1790... et finalement n’est jamais donnée par les Comédiens-Français. L’échec est patent ; sur les quatre premières représentations, la pièce est tombée à deux reprises dans les règles14, formule d’usage qui signifie que la recette est inférieure au minimum fixé par la Comédie (1500 livres en hiver). Force est à Collot de reconnaître son infortune :

  • 15 Ibid, (lettre ms de Collot d’Herbois à la Comédie-Française, 14 décembre 1789).

Le Paysan magistrat n’a pas un grand succès, si j’en pouvais douter, la recette d’hier suffirait pour m’en convaincre.15

21Il reproche, de façon très diplomatique, aux Français leur trop grand empressement à donner Le Paysan magistrat :

  • 16 Ibid.

J’ai témoigné des craintes, j’ai dit que le moment était peu favorable. J’ai même voulu composer avec d’autres acteurs. On m’a dit de laisser faire ; j’ai laissé faire, j'ai vu casser mon pot au lait [...].16

22Il est à cet égard symptomatique que ce soient les deux derniers actes qui aient subi le feu le plus violent de la critique. Dans cette période de troubles, de rupture de confiance entre la Nation et une partie de son armée, il semblait peu habile de monter une pièce où des militaires s’apprêtent à massacrer tout un village...

23À dater de cette désillusion, Collot n’entretient que des rapports distants avec l’ex-Comédie-Française. Ce n’est que deux ans plus tard qu’il relance la question du Paysan magistrat, dans une lettre où il rappelle avoir sacrifié ses intérêts au profit de la Comédie :

  • 17 Ibid, (ibid., 28 janvier 1792).

Plusieurs d'entre vous, Messieurs, me firent alors la promesse que ma pièce serait jouée au moins huit fois pendant l'hiver [...] Cet hiver et bien d’autres saisons se sont écoulés sans que la promesse ait été acquittée.17

24Par conséquent, il réclame la jouissance de son ouvrage, devenu propriété du Théâtre-Français comme c’était l’usage dès qu’une pièce tombait dans les règles.

25Quelques jours après, Saint-Prix lui répond, au nom de ses camarades, que Le Paysan magistrat ne peut être donné avant Pâques car la troupe a déjà arrêté son programme. Tout en rappelant que la pièce fait partie du répertoire des Français, Saint-Prix concède à Collot :

  • 18 Ibid, (lettre ms des Comédiens-Français à Collot d’Herbois, 9 février 1792).

[La Comédie] verra néanmoins avec plaisir que vous tiriez de votre œuvre les avantages qui vous sont légitimement attribués par la révolution.18

  • 19 Mais il est vrai que cet almanach des Spectacles de Paris... fut rédigé par Collot d’Herbois lui-m (...)

26Sitôt dit, sitôt fait, dès avril 1792 Le Paysan magistrat est représenté au Théâtre Français de la rue Richelieu, là où ont émigré les « rouges » de la Comédie. Ce choix, sans être une déclaration de guerre au Théâtre de la Nation (ci-devant Comédie-Française), est hautement significatif. De plus, la pièce, si l’on en croit Les Spectacles de Paris (...) pour 1793, « a obtenu de justes applaudissements » sur ce théâtre19.

27Sa collaboration avec la Comédie échouant dans des conditions assez lamentables, Collot d’Herbois développe ses talents sur deux autres scènes, le Palais-Royal avec lequel il collabore de l’automne 1789 au printemps 1790, puis surtout le Théâtre de Monsieur qui s’attache ses services de 1790 à 1792. Ce dernier a ouvert au début de 1789, sous la direction d’Antié, et s’est ouvertement manifesté en faveur des changements révolutionnaires. Antié et Viotti inaugurent au début de 1791 une nouvelle salle, rue Feydeau, qui voit les dernières œuvres de Collot d’Herbois.

  • 20 Arch, de la Comédie-Française, dossier Collot d’Herbois. Ce contrat a été publié par H. Welschinge (...)

28C’est le 17 mars 1791 que celui-ci signe un contrat en bonne et due forme avec ce théâtre, soit après le début de leur collaboration20. Ce contrat fixe la rétribution des pièces pour chacune des représentations :

  • 30 livres par acte pour les dix premières représentations qui doivent être données dans un espace de deux mois ;
  • 24 livres par acte pour les dix suivantes, à donner dans les quatre mois qui suivent la dixième représentation ;
  • 18 livres par acte pour les dix suivantes, à donner dans les huit mois qui suivent la vingtième représentation.
  • Si le théâtre conserve la pièce à son répertoire, la rétribution sera toujours de 18 livres par acte pour chaque représentation et la pièce devra être jouée au moins dix fois au cours d’une saison théâtrale.

29Naturellement de multiples clauses permettent aux directeurs d’envisager l’échec, toujours possible, d’une pièce. S’ils le veulent, ils peuvent prévenir l’auteur des changements, à condition de le faire avant la sixième représentation. Dès lors, la pièce n’est jouée que quinze fois, à la rétribution maximale, mais dans un délai de six mois. Ce temps écoulé, l’œuvre redevient propriété de l’auteur.

30Sur de telles bases, Les Portefeuilles, pièce en deux actes, qui connaît cinquante-cinq représentations, doit rapporter à Collot d’Herbois un peu plus de 2300 livres. Son Procès de Socrate, en trois actes, qui n’a que quatorze représentations, doit atteindre 1400 à 1500 livres. Par contre, L’Aîné et le Cadet, créé au début de 1792, en deux actes, semble ne connaître que huit représentations, ce qui suppose une rupture du contrat et donc un insuccès évident.

31À côté de ces sommes, Collot d’Herbois obtient aussi ce que lui rapporte la vente de ses ouvrages imprimés. En février 1792, par exemple, il traite avec son éditeur et reconnaît :

  • 21 Ibid, (pièce ms de la main de Collot d’Herbois, 2 février 1792).

... avoir cédé et vendu à Madame Veuve Duchesne mes deux pièces intitulées Les Portefeuilles, L'Aîné et le Cadet, pour qu'elle en jouisse comme de choses à elle appartenante, moyennant la somme de six cents livres que j’ai reçu d’elle. De plus reconnais avoir reçu le nombre d'exemplaires qui devaient me revenir de ces deux pièces [...].21

32Ce théâtre qui l’a nourri avant la Révolution continue donc à lui assurer des revenus non négligeables, même s’il ne renoue que des liens ténus avec l’ex-Théâtre-Français. De plus, la plupart de ses pièces lui valent une renommée d’écrivain patriote qui, parallèlement à son Almanach du Père Gérard, le lance sur la scène politique.

II – La collaboration avec le palais-royal

33Collot d’Herbois monte sa première pièce de la période révolutionnaire au Théâtre du Palais-Royal, nommé aussi Théâtre des Variétés, dirigé depuis quelques années déjà par Gaillard et Dorfeuille. Ces derniers connaissent alors le succès, en ayant eu l’intelligence de s’attacher quelques acteurs d’excellente réputation comme Madame Saint-Clair et surtout Monvel, ex-sociétaire de la Comédie-Française.

  • 22 C’est à la dixième représentation, le 28 février 1790, que ce nouveau titre fait son apparition.

34La première représentation a lieu le 17 novembre 1789, au moment même où Collot d’Herbois traite parallèlement avec les Français pour son Paysan magistrat. La pièce, qui marque son grand retour en tant qu’auteur, porte le titre de L’Inconnu, ou le Préjugé à vaincre, et repose essentiellement sur la dénonciation des usages qui voulaient que le déshonneur rejaillisse sur la famille d’un condamné. À l’égard de ce préjugé des peines infamantes, le succès est vite complet pour l’auteur puisque, le 21 janvier 1790, l’Assemblée en décrète l’abolition. La pièce est désormais jouée, et imprimée, sous le titre modifié de L’Inconnu, ou le Préjugé nouvellement vaincu22.

  • 23 La pièce de Lessing, créée en 1749, a été traduite en français en 1772. Le scénario de Collot d’He (...)

35Il est plus que probable qu’au-delà de ce fait particulier Collot d’Herbois entend dénoncer tous les préjugés qui rejettent encore certaines catégories de Français en dehors de la Nation, que ce soient les Protestants, les Juifs et, naturellement, les comédiens. La pièce, sans traiter de la question juive, est d’ailleurs presque entièrement calquée sur Les Juifs de Lessing23.

  • 24 Acte III, scène 7.

36Au-delà de cette dénonciation globale des préjugés (« La vertu pure, inviolable, sacrée, conserve dans une âme honnête un caractère que tous les préjugés [...] ne peuvent effacer [...]24), » la pièce comprend également de multiples allusions politiques et des attaques en règle. Contre les militaires tout d’abord :

  • 25 Acte I, scène 9.

... la gloire du soldat coûte trop à l’humanité, il est toujours à la veille d’égorger ses meilleurs amis, les plus dignes citoyens[...]25

37Si le thème reprend celui déjà évoqué dans les deux derniers actes du Paysan magistrat, il doit être compris par le public de novembre-décembre 1789 comme une allusion transparente aux événements de l’été écoulé.

38De plus, si le roi est considéré comme le restaurateur des libertés (ce qui est banal à cette date), la Cour n’en est pas moins sévèrement critiquée à travers celle, allemande, mentionnée dans la pièce. Un noble y affirme :

  • 26 Ibid.

J’avais une charge à la Cour, j'ai vu que les sueurs du misérable m’en payaient les intérêts, que chaque grâce du prince était une dépouille du peuple ; je l’ai vendue, le produit sera employé à faire du bien à mes bons paysans, à mes frères[...].26

39À cette tirade qui bannit distinctions et privilèges, à l’instar de la nuit du 4 août, sa fille joint une pointe d’humour :

  • 27 Acte II, scène 5.

Moi, je ne ressemble pas à certaines demoiselles de la Cour, qui ne savent que chanter une Ariette, parler pompons, médire et faire enrager leurs femmes de chambre. Je me plais à penser, à raisonner [...].27

40Pour Collot d’Herbois, comme pour l’immense majorité des partisans de la Révolution en 1789-1790, la césure majeure s’opère entre le bon roi et les nobles libéraux, favorables aux libertés, et d’autre part une Cour corrompue et infestée d’aristocrates qui ne rêvent que de maintenir l’ancien ordre des choses.

41La pièce est représentée au moins quinze fois entre novembre 1789 et août 1790, dont neuf fois lors des deux premiers mois (ce qui correspond presque exactement au contrat que Collot signe un an plus tard). Elle est également donnée dans plusieurs villes de province, comme Bordeaux, Rouen ou Douai.

  • 28 Tome III, mai 1790, lettre V, pp. 171-179.

42Si les avis sont assez partagés, la presse prend tout de même globalement parti pour l’ouvrage de Collot d'Herbois. La critique la plus sévère vient de L’Année littéraire qui, tout en lui reconnaissant des mérites et un certain allant, écrit que la pièce semble « pécher entièrement par le fond et peu intéressante pour les détails, semée trop souvent de mauvaises plaisanteries.28 » Par opposition, les autres feuilles sont pour la plupart enthousiastes :

  • 29 Gazette de Paris, no du 18 novembre 1789.
  • 30 Le Rôdeur français, no du 19 janvier 1790.
  • 31 Journal général de la Cour et de la Ville, no du 25 avril 1790.

Cette pièce a joui d'un brillant succès [...] Le public a demandé l’auteur avec enthousiasme [,..]29 ;
On a vu avec plaisir cette pièce dont le but moral est fort et hardi [...]30 ;
Le public y a goûté le plaisir que l'on éprouve aux bons ouvrages [...] La pièce de l’Inconnu fait toujours une impression violente dans l'âme des spectateurs, l’intérêt en est si véhément, le but si essentiellement moral [...]31.

43Enhardi par ces critiques qui déjà jugent tout autant le fond politique que la forme littéraire, Collot d’Herbois présente sur la scène du même théâtre, deux mois après, une nouvelle pièce.

44Cette comédie, en trois actes, s’intitule La Journée de Louis XII. Comme le titre le suggère, cette pièce est l’antithèse parfaite du Charles IX de Chénier. Le portrait ici tracé est celui d’un souverain qui, à l’exemple d’Henri IV, fut placé au panthéon imaginaire des bons rois. Dans l’atmosphère de cette année 1790, qu’on a parfois qualifiée d'« année heureuse », l’allusion à Louis XVI est tout à fait limpide, tout un chacun aimant le roi et souhaitant simplement le voir soustrait à l’influence pernicieuse de la Cour. Fort peu de gens doutent alors de la sincérité de celui qui est devenu le roi des Français.

45Comme la pièce n’a pas été imprimée, ce qui reste encore inexpliqué, nous devons nous fier aux comptes rendus de presse pour en connaître la trame.

46Collot d’Herbois a placé le roi dans une situation différente à chacun des trois actes. Dans le premier acte, Louis XII se trouve entouré de sa famille, faisant étalage de ses qualités de père et d’époux. Il conseille notamment à sa femme :

  • 32 Le Spectateur national, no du 16 janvier 1790.

... de se faire plus aimer du peuple français qu'elle ne l’a été jusqu’alors, et par une fermeté douce, il l’amène à partager tous ses sentiments.32

47La référence à Marie-Antoinette est ici flagrante. Dans le même acte, une autre allusion est encore plus transparente puisque l’un des pages qui préparent une fête en l’honneur du roi se nomme La Fayette...

  • 33 Ibid. ; Le Rôdeurfrançais du 19 janvier 1790 écrit : « Un de ces pages, fils d'un capitaine La Fay (...)

Ce jeune homme dont le caractère est doux, égal, populaire, et ami de la liberté, a occasionné des applications qui ont été généralement saisies.33

48Nombre d’historiens du siècle dernier auraient beaucoup souri de cette estime pour un homme que Collot pourfend dès 1791. C’est oublier qu’en cet hiver 1789-1790, La Fayette est bien l’une des idoles des Parisiens.

49Au second acte, Louis XII est entouré de ses ministres, avant de l’être par son peuple au troisième et dernier acte. Toute sa grandeur éclate en permanence et il est proclamé « père du peuple ». Nul ne peut ignorer la référence à Louis XVI, comme l’écrit bien le journaliste du Spectateur national :

  • 34 No du 16 janvier 1790.

Les allusions aux affaires présentes naissent du fond du sujet. Réforme des abus, vénalité des charges abolie, la classe indigente de la nation protégée ; l’auteur s’est emparé de tout cela, et l’a rapproché des circonstances où nous sommes, d’une manière naturelle et fort heureuse.34

50De fait, dans ce troisième acte, Collot d’Herbois fait paraître devant le roi toutes les corporations de la capitale, son peuple et, allusion explicite aux journées d’octobre 1789 :

  • 35 Le Rôdeur français, no du 19 janvier 1790.

On n’en est pas moins attendri jusqu’aux larmes, lorsque le roi paraît pour jouir des transports et de l’allégresse qu’inspire sa présence : l’Hôtel de Ville arrive, et le proclame père du peuple.35

  • 36 Annales patriotiques et littéraires..., no du 17 janvier 1790.

51Utilisant une technique qu’il a maniée à plusieurs reprises sous l’Ancien Régime, Collot d’Herbois insère ainsi les événements les plus récents dans sa pièce et mène du début à la fin un étroit parallèle entre les deux règnes, entre Louis XII et Louis XVI. Nombre de journaux se félicitent ouvertement de ce rapprochement et jugent ce tableau réconfortant après les horreurs décrites par Chénier avec son « effrayant et plébicide Charles IX [...] »36 La critique est d’ailleurs presque unanime à décerner des louanges à la pièce de Collot :

  • 37 Le Rôdeur français, no du 19 janvier 1790.
  • 38 Journal général de la Cour et de la Ville, no du 21 mars 1790.

Le succès de cet ouvrage a été complet. L’esprit de fraternité, de concorde qu’il inspire, le respect qu’il imprime pour le caractère français, sont dignes des plus grands éloges.37 ;
Cet ouvrage fait grand honneur dans toutes les classes des spectateurs aux talents de Monsieur Collot d’Herbois, son auteur.38

52Par ailleurs, la réussite est confirmée par le nombre de représentations, soit vingt et une du 14 janvier au 21 mars 1790, dont dix-sept pendant les deux premiers mois. Chose assez rare, le succès est tel le 14 janvier que la pièce est redonnée dès le lendemain, et le public réclame même qu'elle soit à nouveau jouée le 16 !

53Les feuilles décrivent bien le grand nombre de spectateurs :

  • 39 Ibid.
  • 40 Almanach du Théâtre du Palais-Royal pour 1791, Paris, 1791, p. 32.

... la journée de Louis XII [..] a attiré une prodigieuse affluence.39 ;... toutes ces choses lui ont valu un succès [...] devenu plus brillant encore par le concours prodigieux des spectateurs [...] On y court en foule [...].40

54En mars 1790, certains spectateurs se plaignent encore de ne pas avoir réussi à obtenir des places. Pour Collot d’Herbois, c’est un triomphe total qui doit lui faire partiellement oublier l’échec du Paysan magistrat au Théâtre de la Nation, ci-devant Français.

55Fort de ces deux réussites sur la scène du Palais-Royal, il tente au printemps 1790 de rééditer une opération similaire à celle du Paysan magistrat, soit la reprise de l’une de ses œuvres prérévolutionnaires. Probablement rendu prudent, il choisit celle qui l’a lancé dans le cercle des auteurs et lui a valu une critique élogieuse, Lucie, ou les Parents imprudents.

  • 41 Acte I, scène 2.

56Le titre en est modifié pour devenir Adrienne, ou le Secret de famille, les cinq actes réduits à trois. Les changements sont limités au strict minimum, tous les personnages gardent leur nom à l’exception de Lucie, devenue Adrienne. Seules quelques nuances, introduites çà et là, évoquent les bouleversements survenus depuis 1772 ; point n’est besoin par contre de retrancher certaines références au roi : « Les Français sont des frères, vive Dieu... C’est le roi qui en est le père41 ».

57Pourtant, à près de vingt ans d’intervalle, l’ouvrage passe du succès au semi-échec. La première a lieu le 19 avril 1790, dans une ambiance des plus confuses :

  • 42 Le Spectateur national, no du 21 avril 1790. Collot d’Herbois explique ces désordres par une oppos (...)

Un parti très considérable n'a cessé de troubler à chaque instant la première représentation d'Adrienne [...] Des gens pris de vin, ou qui feignaient de l’être, parlaient tout haut, et faisaient les interpellations les plus bizarres.42

  • 43 No du 20 avril 1790. Collot d’Herbois écrit que les rédacteurs de cette feuille « ... ont toujours (...)

58De plus, certains journaux publient des critiques très négatives de la pièce, notamment la Chronique de Paris pour laquelle « l’intrigue de cette pièce est tirée du roman qui porte le même titre [sic]. Elle n’a point eu de succès43 ».

59Malgré le soutien de quelques feuilles, Collot d’Herbois décide de retirer sa pièce jusqu’à ce que, le 23 avril, une partie du public demande qu’elle soit à nouveau jouée... L’un des acteurs vient calmer les spectateurs en leur promettant qu’on fera part de leur vœu à l’auteur. L’Almanach du Théâtre du Palais-Royal pour 1791 ironise sur cette cabale en faveur de la pièce :

Après plusieurs jours de silence, la majorité du parterre, c’est à dire cinq ou six personnes, ont demandé à grands cris Adrienne, et l’on a redonné cette pièce avec de grandes coupures, faites indistinctement partout.

60Le 28 avril, Adrienne entame une nouvelle carrière, avec un mois presque normal puisqu’elle a six représentations jusqu’au 21 mai. Néanmoins ce n’est là qu’un feu de paille ; elle n’est reprise qu’une fois en juin et une fois en août. À ces dates, Collot d’Herbois a déjà traité avec les administrateurs du Théâtre de Monsieur auxquels il va désormais réserver sa prose. Il est bien sûr fort possible que ce départ soit occasionné par une quelconque brouille avec les directeurs du Palais-Royal, notamment à propos de l’insuccès d’Adrienne.

III – La collaboration avec le théâtre de monsieur

  • 44 Collot signale d’ailleurs lui-même que « le patriotisme a décidé le grand succès qu’a eu cette piè (...)

61La première œuvre qu’il donne à ce théâtre est curieusement l’une des plus connues par les historiens, alors même qu'elle est loin d’être la plus riche et la mieux développée. Seuls le thème et l’intérêt politique de La Famille patriote, ou la Fédération paraissent avoir assuré sa postérité. La célébration de la Fédération, en juillet 1790, inspire en effet beaucoup d’auteurs et la plupart des théâtres placent à leur programme une œuvre portant sur cet événement. Pour Collot d’Herbois, bien rodé à ce genre de situation, créer une pièce semblable est chose aisée. La lecture de La Famille patriote laisse penser à une œuvre écrite rapidement, dans la mesure où elle ne comporte aucun des quiproquos ou rebondissements chers à l’auteur, et se révèle assez plate, à condition d’oublier son effet patriotique dans l’ambiance survoltée de l’été 179044.

62La pièce est toute entière emplie de cet esprit de concorde qui règne alors. Comme les travaux au Champ-de-Mars, comme la célébration elle-même, elle symbolise l’unanimité retrouvée de la Nation, au-delà des anciens clivages sociaux et politiques. À l’exemple de la production iconographique, La Famille patriote laisse cependant percer quelques attaques contre les aristocrates au milieu de cet enthousiasme de façade.

  • 45 Acte I, scène 1

63Ainsi Collot d'Herbois a choisi trois personnages essentiels pour illustrer le tableau des trois ordres : Monsieur Gaspard fabricant parisien ; son frère que l’on nomme « le Prieur », mais qui a quitté « son abbaye dès qu’il s’est vu libre »45 ; Monsieur de Monticourt, beau-frère de Gaspard, aristocrate de fraîche date qui endosse le rôle du « méchant » et expose dès le début de la pièce son hostilité viscérale à la Révolution :

  • 46 Acte II, scène 6.

... ils auront beau faire, il y en aura toujours des classes différentes (...) Voilà un an que cela dure pourtant ; on croyait d’abord que ce serait un feu de paille... qu’ils seraient bientôt rebutés de cette vigilance, de cette activité militaire ; mais ils sont plus éveillés que jamais [...].46

64S’il sert de personnage repoussoir, l'ambiance de fraternité qui domine en juillet 1790 ne peut le laisser longtemps dans cet état d’esprit nocif. Et c’est bien là le seul rebondissement imaginé par Collot d’Herbois puisqu’au récit de la fête de la Fédération, Monticourt rejette ses titres nobiliaires et redevient citoyen...La ficelle peut sembler très épaisse, mais ce serait oublier que de telles scènes se produisirent effectivement en 1789-1790.

65Seule note réellement discordante à cet heureux tableau d’une unité retrouvée (dans lequel le roi n’est bien sûr pas oublié), le Prieur suggère qu’il existe encore des brebis égarées, des Français qui ne marchent toujours pas dans le sentier révolutionnaire :

  • 47 Ibid., scène 15.

Ah ! Si tous les cœurs pouvaient ainsi se rapprocher aujourd’hui... Si la France voyait tous ses enfants s’accorder pour le bonheur commun... Si tous les ressentiments étaient étouffés. Toutes les haines éteintes... Si chacun voulait donner le baiser de la paix à son ennemi... Cette journée serait alors la plus belle, non seulement de notre histoire, mais de l’histoire de tous les peuples.47

66L’unanimité et la concorde sont ici plus souhaitées que réalisées...

67Plus encore que La Journée de Louis XII, cette œuvre constitue le modèle de la pièce patriotique. Elle doit d’ailleurs son succès à un public tout acquis à sa cause. La première a lieu le 16 juillet 1790, dans une salle de la foire Saint-Germain où la troupe de Monsieur joue, en attendant l’ouverture de sa nouvelle salle de la rue Feydeau (en janvier 1791). La pièce a droit à vingt représentations à Paris, dont seize dans les deux premiers mois, la dernière ayant lieu le 15 juillet 1791 pour le premier anniversaire de la Fédération, dans un contexte politique beaucoup plus tendu. Elle est d’autre part donnée sur diverses scènes de province, dont Bordeaux, Lyon, Rouen, et à Brest pour célébrer en 1792 la libération des Suisses de Châteauvieux.

  • 48 No 54, juillet 1790.
  • 49 No 2, 1791.

68À l’image de l’unanimisme qui règne dans la pièce, les critiques sont quasiment toutes élogieuses. Il n’y a guère que les Révolutions de Paris pour affirmer que les pièces de circonstance données à l’occasion de la Fédération sont, sans exception, des « avatars dramatiques [qui] mourront comme l’engouement momentané auquel elles sont dues ou qu’elles ont excité48 ». Même Les Sabats jacobites, journal peu tendre avec les patriotes avancés, ne résistent point à la concorde décrite par Collot et affirment qu’on ne saurait dire trop de bien de La Famille patriote49 !

  • 50 Cf M. Carlson, op. cit., p. 78.
  • 51 Pour la première fois, l’édition de cette pièce porte comme nom d’auteur : « Jean-Marie Collot (ci (...)

69La pièce est-elle, comme l’ont affirmé plusieurs historiens50, la première réussite de la troupe de Monsieur ? Sans que cela soit bien certain, il apparaît en tout cas évident qu’Antié et Viotti doivent multiplier les avances pour que Collot d’Herbois réserve désormais ses œuvres à leur théâtre, et, de fait, il ne quitte plus le Théâtre de Monsieur jusqu’à sa dernière création. Dès l’automne 1790, il donne Le Procès de Socrate, ou le Régime des anciens temps, sa quatrième pièce créée depuis le début de l’année51 !

  • 52 La Harpe écrit : « Un nommé Collot d’Herbois s’est avisé de s’emparer d’une pièce de Voltaire [... (...)

70Loin d’être une œuvre issue de son seul esprit, cette pièce prend une part importante de son inspiration, à tout le moins son plan général, dans le Socrate de Voltaire. La Harpe et, après lui, nombre d’historiens se sont saisis de l’occasion pour dénoncer le vol littéraire ainsi commis52. Or Collot d’Herbois n’a jamais caché le moins du monde qu’il s’est inspiré de Voltaire. On se contente en général de remarquer qu’il l’évoque dans l’avant-propos de l’édition de 1790, mais nul ne cite cette lettre, encore quasi anonyme (« L’auteur du Procès de Socrate »), qu’il fait publier par Le Spectateur national le jour même de la première représentation :

  • 53 No du 9 novembre 1790.

M. de Voltaire avait déjà tracé l’esquisse de ce tableau. J’ai conservé dans le nouvel ouvrage plusieurs traits de cette esquisse précieuse, et s’il réussit, c’est à cela seul qu’il faudra, sans doute, en attribuer le succès.53

71Non seulement La Harpe et ses semblables sont pris en flagrant délit d’exagération, mais de plus le procédé utilisé ici par Collot d’Herbois n’est en rien nouveau puisqu’il reprend la même technique qui a porté ses fruits avec Shakespeare et Calderon : adapter une œuvre importante et proclamer que la réussite vient de son premier auteur. Fausse modestie ? Peut-être, mais en aucun cas il ne s’agit d’un plagiat soigneusement dissimulé.

72La ressemblance avec son adaptation de Calderon ne s’arrête d’ailleurs pas là. Dans son Procès de Socrate, tout comme dans Le Paysan magistrat, Collot reprend très largement l’œuvre originelle, mais en change le dénouement. Si le viol transformé en simple rapt a quelque peu affadi la seconde de ces pièces, l'issue du procès de Socrate fait également naître des protestations parfois véhémentes... Il faut préciser qu’au moment de boire la fatale ciguë, Socrate est délivré par le peuple qui a pris d’assaut la prison ! Ce pourrait être une fin heureuse si Socrate n’ajoutait pas, au milieu de ses larmes, que, tôt ou tard, son destin le rattrapera :

  • 54 Acte III, scène 13.

Il faudrait pour me soustraire à mes ennemis une trop grande révolution à Athènes, et le moment n’est pas arrivé. Cet événement n’est pas mûr... Le fanatisme et l’ambition tiendront la ciguë encore longtemps préparée pour moi et pour tous les amis de la vérité.54

73Au-delà de cette évolution de la scène finale, Collot d’Herbois sème également dans sa pièce de multiples allusions à la situation de la France révolutionnaire. Lorsqu’il évoque :

  • 55 Acte I, scène 2.

... cette odieuse tyrannie des riches et des puissants qui, toujours divisés quand il faut opérer le bien, se réunissent dès qu’il s’agit d’opprimer le peuple et d’écraser les bons citoyens55,

74tout spectateur de 1790 saisit forcément que la référence ne concerne pas qu’Athènes ! De même, le parallèle est constamment mené entre Socrate et les philosophes des Lumières. Ceux-ci sont, aux yeux des privilégiés athéniens ou français,

  • 56 Acte II, scène 12.

... capables de tout.. Il n'y aurait qu’à les laisser faire, bientôt les hommes se croiraient tous égaux, indépendants, ils n’obéiraient qu’aux lois qu’ils voudraient se faire eux-mêmes.56

  • 57 Ces références existent déjà, partiellement, dans la pièce de Voltaire.

75Comme Socrate fut accusé d’avoir nié l’existence des dieux, Collot d’Herbois en profite pour placer de longs développements sur l’Être suprême, le Grand Architecte, cher tant aux hommes des Lumières qu’aux Maçons57. Ainsi lors de son procès, Socrate plaide pour l’unicité divine :

  • 58 Acte III, scène 4.

Il n’y en a qu'un, vous dis-je... et ce Dieu n’a d'autre épouse que la nature Lui seul est Créateur, tout le reste est créé par ses mains et par sa volonté ; il n'y a donc qu'un seul architecte, un seul conservateur.58

  • 59 Cette phrase, prononcée par le chef du tribunal athénien, est la suivante : « Les voilà donc connu (...)

76Ce genre de tirade doit probablement entraîner une adhésion quasi générale des spectateurs ; par contre une autre allusion, beaucoup plus précise, vaut à Collot d’Herbois des réactions parfois défavorables dans le public et dans la presse. En effet, au début du troisième acte, une petite phrase, prononcée par le chef du tribunal athénien, est apparue à beaucoup comme une référence au duc d'Orléans59, nombre de journaux s’empressant de dénoncer l’auteur comme membre de la « faction » orléaniste... Cette allusion et la controverse qu’elle a engendrée ont-elles un rôle décisif dans l’accueil réservé à la pièce ? Ce qui semble certain, c’est que le succès initial se transforme rapidement en semi-échec.

77Le Procès de Socrate a droit à neuf représentations successives au mois de novembre, ce qui correspond tout à fait aux termes du contrat puisqu’il s’agit du même nombre que La Journée de Louis XII et La Famille patriote ; mais là où ces deux pièces ont eu sept ou huit reprises le second mois, Le Procès de Socrate n’en a que trois ou quatre en décembre, aucune en janvier lorsque la troupe de Monsieur se transfère dans son nouveau local, et seulement deux en février 1791.

78Selon Collot lui-même, la critique s’est partagée sur la base des opinions politiques, davantage qu’en fonction de critères littéraires :

  • 60 Avant-propos de la pièce imprimée, pp. IV-V.

Le succès de cette comédie a été brillant et soutenu. Les bons patriotes, les Blancs par excellence, y ont fortement contribué. Les journalistes du même esprit et de la même couleur ont parlé de ce succès avec joie. Les journalistes Noirs ont décrié la pièce, et, pour un auteur patriote, cela vaut une apologie. Quant aux journalistes Pies, moitié Blancs et Noirs (...), ils ont sué sang et eau, disants que la pièce avait réussi, mais qu’elle n'aurait pas dû réussir [...].60

  • 61 Chronique de Paris, no du 10 novembre 1790 ; Journal de Paris, no du 10 novembre 1790 ; Le Lendema (...)

79De fait, la lecture des diverses feuilles laisse une impression semblable, puisque certains journaux sont enthousiastes (la Chronique de Paris, le Journal de Paris), d’autres très hésitants (le Moniteur), d’autres enfin franchement hostiles (Le Spectateur national, Le Lendemain, ou Esprit des feuilles de la veille). L’accueil réservé à la pièce61 laisse entrevoir la fin de l’ambiance unanimiste qui régnait encore dans l’été 1790 ; l'hiver 1790-1791 et plus encore toute l’année 1791 constituent déjà un tournant sensible dans la Révolution, avec une radicalisation progressive tant des opposants au mouvement révolutionnaire que des patriotes les plus avancés. Collot d’Herbois peut difficilement échapper à ce climat, sauf à « dépolitiser » quelque peu ses œuvres, ce qu’il fait avec Les Portefeuilles, en 1791.

80Comme cette comédie dénonce les agioteurs et les trafiquants en tout genre, elle ne peut que réunir des suffrages œcuméniques, pour peu que la forme littéraire en soit soignée. Tous les ingrédients traditionnels de l'œuvre théâtral de Collot d’Herbois sont présents (le parallèle entre le jeu des maîtres et celui des valets ; les multiples quiproquos ; le serviteur qui trahit...), mais les allusions politiques sont beaucoup plus ténues que dans les pièces précédentes. La situation sociale décrite ici n’est pas sans rappeler le temps de la grande union, déjà évoquée dans La Famille patriote, puisqu’un bourgeois y aide généreusement un ci-devant, somme toute assez favorable aux idées révolutionnaires.

81Cette discrétion politique, la simplicité de la trame, le thème au goût du jour, tout concourt à assurer le succès de la pièce. Celui-ci dépasse probablement les espoirs de Collot et en fait incontestablement son œuvre la plus jouée sous la Révolution.

82Le Théâtre de Monsieur la donne au moins cinquante-cinq fois de février 1791 à juillet 1792, soit un nombre de représentations presque triple de celui de La Journée de Louis XII ou de La Famille patriote. Si elle réalise un début de carrière proche de ces deux dernières pièces, avec neuf représentations en février et sept en mars, les mois qui suivent accentuent encore le succès puisqu’elle se maintient au rythme de trois à cinq représentations par mois, pendant plus d’une année, ce qui est assez rare à l’époque. Près de huit mois après la première, le succès est encore prodigieux comme en témoigne cette journée du 20 septembre 1791 où la pièce est donnée gratuitement, avec deux autres œuvres, pour célébrer la Constitution :

  • 62 Almanach général des spectacles de Paris... pour 1792, pp. 68-69.

Le peuple s’y est porté avec une telle affluence, que l’on comptait dans les premières loges, qui contiennent six personnes, jusqu’à douze ou treize spectateurs. Tout, jusqu’aux corridors, était plein de manière à ne pouvoir pas s'y remuer.62

83(notons que la capacité du Théâtre de Monsieur est d’environ 2200 places, sans être ainsi surchargé !).

  • 63 No 160, du 19 novembre 1859.

84Autre symbole de cette réussite : c’est également la seule pièce de Collot d’Herbois, datant de la période révolutionnaire, qui a droit à de nombreuses éditions. Elle sort des presses à deux reprises à Paris, probablement en raison de l’épuisement du premier tirage ; à deux reprises également en Avignon ; à Nyons en l’an III... et elle est même réutilisée en 1859 dans La Ruche parisienne63, l’un des journaux illustrés dont le public était si friand.

85Seule la longueur inhabituelle de cette carrière finit par troubler le succès de la pièce. En effet, le climat politique encore peu tendu du début 1791 a largement disparu lors de l’été 1792. Si Les Portefeuilles ne comportent que peu d’allusions politiques, certaines n’en sont pas moins devenues quelque peu encombrantes, comme le note le Thermomètre du jour, à la veille du 10 août 1792 :

  • 64 No du 4 juillet 1792.

Nous ne parlerons de cette pièce que pour faire connaître le triomphe que les patriotes ont remporté sur les amis du roi. La dernière phrase de la pièce dit : allons aux Tuileries, nous verrons notre bon roi. Il y a eu quelques applaudissements partis des loges. Le parterre, indigné, a crié : à bas le roi et tous ses j.f. de partisans. On a chanté des chansons [...] les cris de vive la nation et l’air ça-ira, ont retentis dans toute la salle, et les patriotes ont fait la farandole au milieu du parterre.64

86Cependant, la critique du début de l’année 1791 est au contraire non seulement élogieuse, mais d’une grande unanimité dans les louanges. Rarement pièce de Collot d’Herbois eut droit à une critique aussi consensuelle, ce qui dut lui mettre quelque baume au cœur après les vives attaques auxquelles Le Procès de Socrate avait donné lieu.

87Réunissant tous les suffrages pour la teneur de son propos et la gaieté de sa forme, l’œuvre réussit même l’exploit d’obtenir des louanges de journaux traditionnellement hostiles à Collot. Le Spectateur national, qui a voué son Procès de Socrate aux gémonies, reconnaît le succès et émet le constat politique suivant :

  • 65 No du 12 février 1791 -

La pièce est de M. Collot d’Herbois. Elle prouve que dans la société des amis de la constitution, il y a des hommes qui savent aimer la révolution, l’ordre, la vérité, les principes, la monarchie et la loi.65

  • 66 No 2, 1791. On pourra aussi se reporter aux feuilles suivantes : La Feuille du jour, no du 11 févr (...)

88Il n’est pas jusqu’aux Sabats jacobites qui ne rendent compte du triomphe, en affirmant que « la représentation de cette petite comédie n’a rien laissé à désirer66 ».

89Est-ce cet indéniable succès qui pousse Antié et Viotti à signer un contrat avec Collot d’Herbois, en mars 1791 ? Cela est tout à fait possible car l’acte stipule expressément avoir un effet rétroactif pour Les Portefeuilles, mais non pour les pièces précédentes. Cependant, malgré ce contrat, il faut attendre près d’une année entière avant que le Théâtre de Monsieur n’affiche une nouvelle création de Collot. Dès l’année 1791 et, a fortiori, au début de 1792, ses activités politiques le contraignent à délaisser progressivement son écritoire, sans que l’on sache si cette rupture s’effectue sans déchirement.

90Symptomatique de ce relâchement dans son effort créateur est la pièce suivante, L’Ainé et le Cadet, qui s’avère l’ultime œuvre portée à la scène par Collot d’Herbois. Cette pièce contient bien peu d’allusions politiques précises, peut-être moins encore que la précédente. Seules ont compté pour l’auteur la peinture des sentiments d’un aristocrate encore orgueilleux, mais vaincu par l’amour, ainsi que l’action perverse d’un de ces trafiquants qu’il a déjà stigmatisés dans Les Portefeuilles.

91Est-ce en raison du caractère sommaire de l’intrigue, de l’absence de quiproquos et de rebondissements bien sentis... ? Toujours est-il que la pièce semble n’avoir qu’un succès des plus éphémères. La première a lieu le 17 janvier 1792, suivie par trois autres représentations en quatre jours, mais au total elle n’est jouée que six fois dans le mois. De plus, elle n’est reprise que le 7 février, puis le 11 mars dans une tentative ultime et certainement infructueuse.

  • 67 Journal des Théâtres, no du 20 janvier 1792 ; Chronique de Paris, no du 20 janvier 1792 ; Journal (...)

92Dans l’ensemble, la critique a pourtant été très correcte, sans cependant verser dans un enthousiasme semblable à celui de l’année précédente67.

  • 68 Arch, de la Comédie-Française, dossier Collot d’Herbois, reproduction d’un autographe passé en ven (...)
  • 69 En février 1792, il passe contrat avec son éditeur (Veuve Duchesne) dans ce but, moyennant 800 liv (...)

93Quelle que soit l’origine de cet insuccès relatif, la vie de Collot d’Herbois a de toute façon déjà basculé en ce début d’année 1792 ; la défense des soldats « opprimés », notamment des Suisses de Châteauvieux, les débats aux Jacobins se sont emparés de son esprit. Il ne reprend plus la plume, sous réserve de pièces inédites qu’il a pu conserver dans ses papiers saisis en l’an III et aujourd’hui disparus. Seules ses activités de critique théâtral qu’il a commencé à exercer dès 1790 (au plus tard), avec notamment divers comptes rendus d’œuvres livrés aux journaux et une petite notice extrêmement sévère pour Marie-Joseph Chénier (qualifié de « vain, puéril et ridicule. »)68, l’occupent encore jusqu’en 1793, voire 1794. En effet, il assure la rédaction de l’almanach des Spectacles de Paris, et de toute la France en 1792, 1793 et sans doute 179469.

94Au-delà de ces activités, des liens subsistent encore entre lui et certains acteurs qui ont opté pour des positions politiques avancées, comme Monvel, Paillardelle, Beaulieu ou Fusil. Par contre, rien ne permet d’affirmer que l’homme de théâtre a gardé des rancunes si vives quelles furent assouvies par l’homme de pouvoir. Dès le printemps 1792, Collot d’Herbois a eu bien d’autres sujets de préoccupations que de se soucier de rivalités de coulisses, réelles ou supposées...

  • 70 Étienne et Martainville, op. cit., tome III, pp. 145-146 ; M. Dreyfous, Les Arts et les Artistes p (...)

95Seule la légende noire pouvait s’emparer de ce thème et transformer Collot en un monstre avide de faire guillotiner les Comédiens-Français70 (au moment de leur arrestation, il est en mission dans l’Oise et n’est pas encore membre du Comité de salut public...) et de couper de nombreuses têtes lyonnaises. Mais entre le mythe et les réalités subsistent, fort heureusement, les archives...

Notes

1 La dernière lettre de sa main conservée aux A.M. de Lyon date du 23 février 1789 (GG 101 pièce 168). Par ailleurs, lorsque Collot d’Herbois a pris ses fonctions en 1787, l’ouverture s’est faite le 16 avril, or son prédécesseur (Rosambert) a encore signé en qualité de directeur le 13 avril (GG 99)-En 1789, le théâtre rouvre le 20 avril.

2 L’autorisation de jouer sa pièce L’Inconnu, ou le Préjugé à vaincre, au Théâtre du Palais-Royal, est donnée le 8 novembre 1789.

3 Défense particulière..., op. cit.

4 Plusieurs lettres conservées par les Archives de la Comédie-Française prouvent qu’il résidait encore à Chaillot en janvier 1792. Par ailleurs, la Chronique de Paris, du 28 février 1792, indique la rue Favart comme adresse de Collot.

5 M. Carlson, Le Théâtre de la Révolution française, Paris, 1970, p. 36.

6 S. Chevalley, « La civilisation des comédiens », in Revue dhistoire du théâtre, 1989, no 1, pp. 49-55.

7 Adresse des Auteurs dramatiques à l’Assemblée nationale..., slnd, 46 p.

8 Arch, de la Comédie-Française, dossier Collot d’Herbois (lettre ms de Collot d’Herbois à la Comédie-Française, 14 décembre 1789).

9 Ibid. (ibid., 28 janvier 1792).

10 Ibid, (lettre ms des Comédiens-Français à Collot d’Herbois, 9 février 1792).

11 No du 8 décembre 1789.

12 No du 17 décembre 1789.

13 Cf., par exemple, C. Étienne et A. Martainville, Histoire du Théâtre-Français, depuis le commencement de la Révolution jusqu'à la réunion générale, Paris, 1802, tome I, pp. 53-55 ; M. Carlson, op. cit., p. 44.

14 Arch, de la Comédie-Française, dossier Collot d’Herbois (lettre ms des Comédiens-Français à Collot d'Herbois, 18 décembre 1789).

15 Ibid, (lettre ms de Collot d’Herbois à la Comédie-Française, 14 décembre 1789).

16 Ibid.

17 Ibid, (ibid., 28 janvier 1792).

18 Ibid, (lettre ms des Comédiens-Français à Collot d’Herbois, 9 février 1792).

19 Mais il est vrai que cet almanach des Spectacles de Paris... fut rédigé par Collot d’Herbois lui-même...

20 Arch, de la Comédie-Française, dossier Collot d’Herbois. Ce contrat a été publié par H. Welschinger, Le Théâtre de la Révolution. 1789-1799. Avec documents inédits, Paris, 1880, pp. 69-71.

21 Ibid, (pièce ms de la main de Collot d’Herbois, 2 février 1792).

22 C’est à la dixième représentation, le 28 février 1790, que ce nouveau titre fait son apparition.

23 La pièce de Lessing, créée en 1749, a été traduite en français en 1772. Le scénario de Collot d’Herbois est très proche de celui de Lessing.

24 Acte III, scène 7.

25 Acte I, scène 9.

26 Ibid.

27 Acte II, scène 5.

28 Tome III, mai 1790, lettre V, pp. 171-179.

29 Gazette de Paris, no du 18 novembre 1789.

30 Le Rôdeur français, no du 19 janvier 1790.

31 Journal général de la Cour et de la Ville, no du 25 avril 1790.

32 Le Spectateur national, no du 16 janvier 1790.

33 Ibid. ; Le Rôdeurfrançais du 19 janvier 1790 écrit : « Un de ces pages, fils d'un capitaine La Fayette, dès lors célèbre, est du caractère le plus intéressant, et son nom réveille des idées bien chères aux citoyens. »

34 No du 16 janvier 1790.

35 Le Rôdeur français, no du 19 janvier 1790.

36 Annales patriotiques et littéraires..., no du 17 janvier 1790.

37 Le Rôdeur français, no du 19 janvier 1790.

38 Journal général de la Cour et de la Ville, no du 21 mars 1790.

39 Ibid.

40 Almanach du Théâtre du Palais-Royal pour 1791, Paris, 1791, p. 32.

41 Acte I, scène 2.

42 Le Spectateur national, no du 21 avril 1790. Collot d’Herbois explique ces désordres par une opposition aux idées nouvelles, tout en se défendant d’avoir cédé à une mode : « Ces journalistes se persuadent que toutes les idées mâles et patriotiques ne peuvent avoir muri que depuis l’automne dernier [...] Je suis bien aise de leur observer que, soit dans Le Paysan magistrat, soit dans mes autres ouvrages, j’avais professé ces principes dans un temps où il y avait peut-être du courage à les établir au théâtre ; et que tout en respectant les Lois, et célébrant à l’occasion les vertus des bons Rois, je n’ai pas attendu comme certains Patriotes de nouvelle date, l’époque dul4 juillet 1789, pour écrire et penser en homme libre. » (Avant-propos de l’édition parisienne).

43 No du 20 avril 1790. Collot d’Herbois écrit que les rédacteurs de cette feuille « ... ont toujours honoré [ses] pièces de Théâtre d’une critique outrageante, acérée, venimeuse. C’est avec peine qu’ils ont été forcés d’avouer le succès de La Journée de Louis XII. Ils ont imprimé qu’Adrienne était une pièce d’un genre libre, le lecteur en jugera ; qu'elle était prise d’un Roman du même titre, j’affirme le contraire. Cela prouve qu’ils n’ont pas lu ce Roman ou qu’ils n’ont pas vu la pièce. » ('Avant-propos de l’édition parisienne.).

44 Collot signale d’ailleurs lui-même que « le patriotisme a décidé le grand succès qu’a eu cette pièce. Quoiqu’apprise à la hâte, elle a été très bien jouée. » (note 2, p. 23 de la pièce imprimée).

45 Acte I, scène 1

46 Acte II, scène 6.

47 Ibid., scène 15.

48 No 54, juillet 1790.

49 No 2, 1791.

50 Cf M. Carlson, op. cit., p. 78.

51 Pour la première fois, l’édition de cette pièce porte comme nom d’auteur : « Jean-Marie Collot (ci-devant d’Herbois), de la Société des amis de la Constitution ». Une telle référence indique son engagement politique de façon encore plus nette.

52 La Harpe écrit : « Un nommé Collot d’Herbois s’est avisé de s’emparer d’une pièce de Voltaire [...] intitulée La mort de Socrate [...] L’auteur, sans prendre aucune peine pour déguiser son larcin, s’est conduit comme ces voleurs qui se persuadent que le bien d’autrui est à eux. » (Cité par H. Welschinger, Almanachs de la Révolution, Paris, 1884, pp. 215-216) ; cf. aussi V. Fournel, op. cit., p. 78.

53 No du 9 novembre 1790.

54 Acte III, scène 13.

55 Acte I, scène 2.

56 Acte II, scène 12.

57 Ces références existent déjà, partiellement, dans la pièce de Voltaire.

58 Acte III, scène 4.

59 Cette phrase, prononcée par le chef du tribunal athénien, est la suivante : « Les voilà donc connus ces secrets pleins d’horreurs. » (Acte III, scène 3) ; or une phrase semblable fut prononcée par le Procureur du Châtelet de Paris lorsqu’il rapporta à l’Assemblée les conclusions de la procédure engagée contre le duc d’Orléans, à la suite des journées d’octobre 1789 (Moniteur, no du 8 août 1790).

60 Avant-propos de la pièce imprimée, pp. IV-V.

61 Chronique de Paris, no du 10 novembre 1790 ; Journal de Paris, no du 10 novembre 1790 ; Le Lendemain..., no du 11 novembre 1790 ; Le Spectateur national, no du 13 novembre 1790 ; Moniteur, no du 13 novembre 1790 ; Journal général de France, no du 14 novembre 1790 ;Journal général de la Cour et de la Ville, no du 18 novembre 1790 ; Révolutions de Paris, no du 13-20 novembre 1790 ; Mercure de France, no du 27 novembre 1790 ; Les Sabats jacobites, no 2 (1791) ; Le Consolateur..., no du 20 avril 1792.

62 Almanach général des spectacles de Paris... pour 1792, pp. 68-69.

63 No 160, du 19 novembre 1859.

64 No du 4 juillet 1792.

65 No du 12 février 1791 -

66 No 2, 1791. On pourra aussi se reporter aux feuilles suivantes : La Feuille du jour, no du 11 février 1791 ; Chronique de Paris, no du 12 février 1791 ; Journal général de France, no du 14 février 1791 ; Moniteur, no du 17 février 1791.

67 Journal des Théâtres, no du 20 janvier 1792 ; Chronique de Paris, no du 20 janvier 1792 ; Journal de Paris, no du 27 janvier 1792 ; Le Consolateur..., no du 7 février 1792.

68 Arch, de la Comédie-Française, dossier Collot d’Herbois, reproduction d’un autographe passé en vente en 1960. Ce texte peut être daté de fin janvier ou février 1790.

69 En février 1792, il passe contrat avec son éditeur (Veuve Duchesne) dans ce but, moyennant 800 livres pour la rédaction des deux années (Ibid., pièce ms de la main de Collot d’Herbois, 2 février 1792).

70 Étienne et Martainville, op. cit., tome III, pp. 145-146 ; M. Dreyfous, Les Arts et les Artistes pendant la période révolutionnaire (1789-1795), Paris, 1906, p. 340 ; M. Carlson, op. cit., pp. 212-213 ; N. Guibert et J. Razgonikoff, « En marge d’une chronique de la Comédie-Française pendant la Révolution », in Revue d'histoire du théâtre, 1989, no 1, pp. 25-26.

© Presses universitaires de Lyon, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540