Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Collot d'Herbois

 | 
Michel Biard

Première partie. D'Herbois, homme de théâtre

Chapitre IV. L’expérience directoriale

Texte intégral

1Acteur aux mérites reconnus et ayant déjà une carrière plus qu’honorable, auteur de pièces qui ont le plus souvent drainé les spectateurs et connu le succès, Jean-Marie Collot d’Herbois pouvait très bien envisager sereinement d’achever ainsi son parcours théâtral. Recherché pour les emplois de premier rôle, son destin semblait tout tracé et les portes de la Comédie Française risquaient éventuellement de s’entrouvrir... Pourtant, au printemps 1784, après plus d’une quinzaine d’années passée sur les planches, il remet toute sa carrière en question et se lance dans une nouvelle aventure, celle qui consiste à prendre en main les destinées d’une troupe de comédiens et à assurer une part importante de la vie culturelle d’une cité.

2Son cas n’a cependant rien de très exceptionnel. Plusieurs acteurs ont, bien avant lui, tenté de passer de la scène aux coulisses, du jeu à la direction. Son ami Desroziers ou encore Neuville, son compagnon d’Angers et de Rouen, ont rapidement délaissé les planches pour tirer les ficelles d’un spectacle de province. Ne serait-ce que par l’intermédiaire de ces deux hommes, Collot d’Herbois a appris à connaître ce monde particulier qui est celui d’un directeur.

3Il exerce ces fonctions dans deux villes successives, Genève (1784-1787), puis Lyon (1787-1789). Cet autre côté des coulisses lui offre, au moins à Lyon, des revenus confortables, notamment par sa participation directe aux bénéfices de l’entreprise. Il acquiert d’autre part une expérience de gestionnaire qui lui manquait encore et son apparente assiduité dans ce travail administratif quotidien lui est assurément utile, quelques années plus tard, tant aux Jacobins qu’à la Convention nationale et surtout au Comité de salut public.

I – Genève (1784-1787)

  • 1 La plupart des historiens de la fin du siècle dernier ont écrit que Collot d’Herbois a pris la dir (...)

4Son séjour dans cette cité helvétique est longtemps resté l’un des points les plus obscurs de son itinéraire, ce qui a conduit nombre d’historiens à multiplier les assertions tout aussi péremptoires qu’erronées1. Pourtant les sources locales existent, qui autorisent une nouvelle vision de cette période.

5Pour des raisons religieuses et morales, Genève n’eut pas une vie théâtrale précoce. Lorsque le théâtre de Rosimond, bâti en bois en 1766, est la proie des flammes dans la nuit du 29 au 30 janvier 1768, il faut attendre près de quinze ans avant qu’une nouvelle salle de spectacle soit érigée, ce dans des conditions politiques pour le moins houleuses.

6En 1782, les conservateurs genevois font appel aux troupes helvétiques, françaises et piémontaises pour mettre fin au régime démocratique. Sitôt entrés dans la ville, les chefs de ces armées, notamment le marquis de Jaucourt, réclament la réintroduction de la Comédie dans la cité, afin d’offrir cette distraction aux troupes.

  • 2 Cf U. Kunz-Aubert, Le Théâtre à Genève. L'art lyrique et dramatique à Genève depuis le Moyen Âge, (...)

7Le Conseil de la ville donne son accord en juillet 1782 et le théâtre de Neuve (nommé ainsi parce qu’il donne sur la place de la Porte-Neuve) est inauguré officiellement le 18 octobre 1783, même si des représentations y ont lieu dès septembre 17822.

  • 3 Archives d’État, Genève, RC 286 fol. 369-379 (2-3 avril 1784), Journal ms d'Ami Dunant, tome I, fo (...)

8La troupe est alors dirigée par Saint-Géran, qui a assuré précédemment la gestion du théâtre de Châtelaine, près de Genève. Le moins que l’on puisse dire est que Saint-Géran ne réussit pas à faire de ce théâtre de Neuve une entreprise rentable, puisque fin mars 1784 il quitte précipitamment Genève, laissant beaucoup de dettes et sans avoir payé ses acteurs. Le comité des actionnaires, propriétaire du théâtre de Neuve, obtient qu’il soit banni de toute ville à moins de vingt lieues de Genève, y compris en France, ce pour deux ans3.

  • 4 W. Aeschlimann, « Collot d’Herbois et le théâtre de Genève », in Almanach du Vieux Genève, 1962, p (...)

9Pour lui succéder, le comité envisage initialement d’engager Pierre Joseph Delhomme, qui possède la direction des spectacles de Grenoble et Chambéry. C’est sans doute ce personnage qui transmet la proposition à Collot d’Herbois et à un nommé Desplace4.

  • 5 Arch. d'État, Genève, Fonds notariaux, étude de maître Masseron 1783-1787 (no 21, fol. 243-245 (15 (...)

10Collot d’Herbois arrive à Genève fin avril 1784 et loue une maison à compter du 1er mai. Le contrat de location5 porte sur deux années, du 1er mai 1784 au 1er mai 1786, ce qui laisse à penser que Collot d’Herbois et son associé, Desplace, se sont vu confier la direction du théâtre pour au moins deux saisons.

  • 6 Journal ms d’Ami Dunant, tome I, fol. 78 (9 mai 1784.)

11La troupe qu’ils dirigent fait ses grands débuts le 9 mai 1784, en donnant L'Orphelin de la Chine6, tragédie de Voltaire que Lekain a popularisée dans les décennies 1750-1760, l’une des pièces du maître les plus en vogue avec Mahomet.

12Nous possédons l’état du spectacle pour l’hiver 1786, c’est-à-dire lors de la dernière saison genevoise de Collot d’Herbois. Si les noms ont certes pu être partiellement renouvelés entre 1784 et 1786, les effectifs doivent cependant être proches de ce qu’ils étaient dès 1784. Dix acteurs et huit actrices pour la tragédie et la comédie, auxquels s’ajoutent onze comédiens et comédiennes plus spécialement chargés de l’opéra, soit un total de vingt-neuf personnes.

13Selon la représentation qui est choisie, la moitié des acteurs de tragédie et comédie doivent à l’occasion être capables de chanter quelques couplets d’opéra-comique. Si l’on ajoute les dix-neuf musiciens de l’orchestre, sans compter les probables accessoiristes, c’est une cinquantaine de personnes qui forme la troupe du théâtre de Neuve.

14Il semble que Collot d’Herbois en personne se soit chargé du recrutement, celui-ci se déroulant pour l'essentiel à Paris. Ainsi le journal manuscrit d’Ami Dunant, bourgeois de Genève, révèle-t-il que Collot d’Herbois quitte la ville après la clôture de Pâques 1786, pour se rendre

  • 7 Ibid., tome II, fol. 13 (7 avril 1786).

à Paris chercher des acteurs et les engager pour 18 mois à commencer en octobre prochain.7

  • 8 Ibid., tome I, fol. 99 (21 mars 1785).
  • 9 Feuille d'avis de Genève, no du 10 janvier 1787.

15De plus, il ne se contente pas de diriger la troupe puisqu’il joue également, ainsi que Desplace8. Sa fonction de directeur ainsi que ses antécédents le désignent tout naturellement pour occuper le premier rôle, comme l’indique à plusieurs reprises la presse genevoise : en janvier 1787 la troupe donne Le Fou raisonnable, comédie de Poisson, dans laquelle « M. d’Herbois jouera le rôle du Fou raisonnable9 » ; en février de cette même année est à l’affiche :

  • 10 Ibid., no du 14 février 1787.

Soliman Second ou les Trois sultanes, comédie en trois actes à grand spectacle, dans laquelle M. d'Herbois remplira le rôle de Soliman [...]10,

  • 11 Ibid., no du 24 février 1787.

16puis quelques jours plus tard le public découvre Béverley ou le Joueur anglais, de Saurin, où il incarne Béverley11.

17Nous ignorons comment ses talents sont reçus à Genève, puisque la presse ne livre aucune indication et que le journal d’Ami Dunant est étrangement silencieux. Cependant, on peut observer que, lorsque Dunant évoque le jeu des acteurs, c’est essentiellement dans une perspective négative ; l’absence de d’Herbois est ainsi peut-être plus significative qu’une éventuelle présence dans ce journal. Il y a d’ailleurs peu de probabilités qu’il ait déplu là où il avait largement réussi sur bien d’autres scènes.

  • 12 Ibid., no du 14 septembre 1785.
  • 13 Arch. d’État, Genève, Fonds notariaux, étude de maître Mercier 1785-1788 (no 17) fol. 112 bis.

18Directeur, acteur à l’occasion, Collot d’Herbois profite également de sa situation pour faire donner certaines de ses œuvres, comme L'Amant loup-garou en 178512 ou Le Paysan magistrat en 178613.

  • 14 Feuille d'avis de Genève, no du 26 mai 1786.
  • 15 Ibid., no du 11 mai 1785.

19Comme le veut la coutume, les deux directeurs accueillent parfois des acteurs prestigieux en tournée, afin d’attirer un public plus nombreux, comme c’est le cas en mai 1786 lorsque Mademoiselle Saint-Val, pensionnaire du Théâtre-Français, vient à Genève pour jouer dans Tancrède, peut-être aux côtés de Collot d’Herbois14. Celui-ci et Desplace n’hésitent pas à organiser également quelques concerts dans le même but, tel le « grand concert vocal du Sieur Righetti, virtuose attaché à S.A.S. le duc de Brunswick15 ».

20Ces efforts sont-ils récompensés par les faveurs du public ? Si l'on se fie aux impressions de Dunant, cela semble assez douteux... L’ouverture du 9 mai 1784 ne lui laisse guère un sentiment favorable :

  • 16 Journal ms d'Ami Dunant, tome I, fol. 78 (9 mai 1784).

Il y eut fort peu de monde aux premières loges, les comédiens étaient mal habillés et jouèrent médiocrement.16

21Pire, deux années écoulées ne le font pas changer d’avis puisqu’il écrit à l’automne 1786 :

  • 17 Ibid., tome II, fol. 26 (1er octobre 1786).

... la troupe amenée par le Sieur d’Herbois a paru faible surtout pour la tragédie, passable pour l’opéra, il n’a point ramené de danseurs et danseuses.17

  • 18 Les abonnements étaient fréquemment le fait de couples. La salle du théâtre de Neuve comprenait un (...)

22Malgré ces réserves, ce sont près de trois cents personnes qui s’abonnent pour la période d’octobre 1784 à fin mars 1785. Ce chiffre encourageant ne doit cependant pas compenser la perte d’audience qui semble être assez rapide, puisque dès décembre 1784 Collot d'Herbois et Desplace se plaignent auprès du Conseil « que le nombre des abonnés et de ceux qui fréquentent le spectacle avait diminué [...] ».18

  • 19 Des danseurs de ballets espagnols, les débuts d’une chanteuse d’opéra, ou encore la réapparition d (...)

23Lorsque le théâtre de Neuve rouvre ses portes au printemps suivant, seuls cent abonnements ont été vendus, soit une chute spectaculaire des deux tiers ! Ami Dunant évoque des soirées théâtrales avec à peine une centaine de spectateurs épars dans une salle devenue trop vaste. Seules certaines représentations exceptionnelles19 attirent davantage de monde, sans pour autant que la capacité maximale de la salle, soit onze cents personnes, soit atteinte.

  • 20 Arch. d’État, Genève, RC 290 fol. 297 (28 mars 1786).

24Pour accentuer encore les difficultés financières de Collot et Desplace, leur budget est grevé par divers ennuis. Ce sont tout d’abord les incessantes démarches du Consistoire auprès du Conseil de la ville pour faire respecter les interdits religieux qui touchent certaines représentations. Les registres du Conseil sont emplis de ces réclamations auxquelles répondent les requêtes de Collot d’Herbois. Ainsi au printemps 1786, il demande aux autorités le droit de donner « encore une représentation le mardi de la semaine de Pâques.20 » Le Conseil refuse car le mardi est le jour de réception des catéchumènes, mais compense cette interdiction en autorisant une représentation le mercredi.

  • 21 Ibid., fol. 322 et 335 (4 et 8 avril 1786).

25Erreur de Collot d’Herbois ou volonté de faire la sourde oreille ? Le mardi 4 avril, les affiches du théâtre annoncent une représentation pour le soir même. Immédiatement, le Conseil dépêche l’un de ses membres pour rappeler le récalcitrant directeur à ses devoirs et interdire la soirée. Collot ne peut que se plier à ces exigences, ce qui n’empêche nullement le Consistoire de revenir à la charge quelques jours plus tard pour tenter d’obtenir qu’un interdit frappe une représentation autorisée à titre exceptionnel pendant les semaines de communion...21

26La rigueur morale genevoise ampute également le budget de la Comédie en l’obligeant à consacrer une représentation au bénéfice de l’hôpital, environ tous les deux mois. Ce sont en moyenne 55 louis, soit environ 1300 livres, qui disparaissent ainsi des caisses à intervalles plus ou moins réguliers.

  • 22 M. Fuchs, La Vie théâtrale..., op. cit., p. 65.

27Pour comble de malheur, un incident fâcheux ternit la saison 1784-1785 presque dès le départ. En juin 1784, des commissionnaires chargés de véhiculer de Paris à Genève les malles et effets de trois actrices de la troupe (les dames Duchateau, Finer et Micallet) trouvent moyen de tout renverser dans le lac Léman ! L’essentiel étant soit perdu, soit très détérioré, les trois comédiennes réclament à Collot d’Herbois et Desplace un dédommagement car le directeur est normalement responsable du transport des biens de ses pensionnaires. Lorsque plus tard Desplace se trouve encore confronté à un problème semblable et refuse d’indemniser ses acteurs, la Comédie-Française consultée désapprouve son attitude et lui rappelle « qu’en pareil cas son ancien associé Collot d’Herbois a payé sans se faire tirer l’oreille22 ».

  • 23 Arch. d’État, Genève, Fonds notariaux, étude de maître Mercier 1785-1788 (no 17) fol. 112 bis et a (...)

28Les sociétaires de la Comédie paraissent pourtant bien mal renseignés. Les archives notariales de Genève prouvent qu’il fallut un procès, doublé d’un acte notarié, pour que Collot d’Herbois se résolve à verser les dédommagements. Encore faut-il préciser à sa décharge qu’il est contraint de payer aux trois femmes environ 5000 livres, c’est-à-dire presque l’équivalent de ce que l’une de ces actrices peut alors gagner pour toute une saison de travail23 !

29Le versement d’une telle somme doit achever de convaincre Collot d’Herbois et Desplace de la faible rentabilité de leur entreprise. Dès la fin de la première saison, ils doivent déjà déchanter. Si l’on se fie à Ami Dunant, fort bien renseigné, lors de la clôture du printemps 1785 :

  • 24 Journal ms d'Ami Dunant, tome I, fol. 99 (21 mars 1785).

... les comptes faits, les deux directeurs ont eu depuis de quoi payer leur troupe. Le Sieur Derbois a eu 6 mille livres argent de France comme acteur, le Sieur Desplace 4, ils ont eu comme directeur entre eux deux 3 mille livres argent de France.24

30Pour une rémunération somme toute banale pour un premier rôle, Collot d’Herbois perçoit donc des appointements quatre fois inférieurs en tant que directeur.

  • 25 Arch. d’État, Genève, Pièce historique 5130.

31Pour espérer des gains supérieurs, il tente de jouer sur l’article 4 de la convention passée en 1782 pour créer le théâtre de Neuve, qui stipulait que la salle serait réservée à la « Comédie ou autres spectacles [...]25 ».

32En décembre 1784,

  • 26 Journal ms d'Ami Dunant, tome I, fol. 96 (17 décembre 1784).

On lut en Conseil une requête des deux directeurs de la Comédie qui, vu qu'ils ne gagnaient pas assez pour se tirer d'affaire, que le nombre des abonnés et de ceux qui fréquentent le spectacle avait diminué, demandaient qu’on leur permit de donner des bals par souscription [...], que l'on n’admettrait que des gens honnêtes, qu’ils fourniraient la lumière et la musique, que chacun payerait au caffetier ce qu’il prendrait, que le comité des actionnaires voulait bien faire élever le plancher du spectacle à la hauteur des loges.26

33La demande est agréée par le Conseil, sous réserve que l’ordre et la décence ne soient point troublés. Quatre bals sont ainsi programmés pour l’hiver 1784-1785, la souscription étant fixée à 27 livres de France pour un couple, soit environ 7 livres pour chacune des soirées.

34Tout tend à prouver que l’opération réussit lors de cette première série de quatre bals. Près de deux cents souscripteurs se manifestent, et lors de la première expérience, le 22 janvier 1785, quatre cents personnes sont présentes :

  • 27 Ibid., tome I, fol. 93 (22 janvier 1785).

... il y a régné de l’ordre et de la décence [...], il y avait une vingtaine de parties de jeu dans une grande salle, point de jeux de hasard, la musique se retirat à onze heures [...].27

  • 28 Ibid., fol. 94 (4 février 1785).

35Le second bal, le 4 février, suscite un engouement encore plus net puisque six cent cinquante billets sont vendus et « ... qu’on s’est plaint qu’il y avait trop de monde28 ».

36Le troisième a lieu le 18 février, le quatrième et dernier se tient le 11 mars. Trop de bousculade en février ou rigueur de la saison (qui a obligé à repousser le bal du 4 au 11 mars) ? Toujours est-il que ce dernier bal attire moins de monde et près de cent billets restent invendus.

37Malgré tout, le bilan semble très largement positif pour les directeurs. Cent quatre-vingt-douze souscripteurs représentent environ 1300 livres de recette pour chacun des bals, somme à laquelle il convient d’ajouter les cent à trois cents billets supplémentaires vendus à chaque fois. La recette est donc supérieure à la moyenne atteinte par les représentations théâtrales, les frais n’étant guère plus importants puisque c’est l’orchestre de la troupe qui assure l’ambiance musicale.

  • 29 Ibid., tome II, fol. 7 (10 février 1786).

38Collot d’Herbois et son associé ne peuvent qu’être tentés de récidiver l’année suivante et, de fait, quatre nouveaux bals sont programmés entre le 30 décembre 1785 et le 3 mars 1786. Les résultats s’avèrent cette fois-ci beaucoup plus décevants : il semble n’y avoir qu’une centaine de souscripteurs et l’un au moins de ces bals ne rassemble qu’environ trois cents personnes. Ami Dunant, observateur sévère, qualifie cette soirée de médiocre et note que dans ce maigre public « [...] plusieurs étaient peu connus ou étaient très jeunes29 ». Le constat d’échec est encore plus patent pour l’hiver 1786-1787 puisque ce sont seulement deux bals qui sont proposés aux Genevois, au prix de 7 livres.

39Cet effondrement soudain peut certes s’expliquer par le côté répétitif de ces soirées, mais deux autres raisons déterminent aussi l’échec des plans financiers de Collot d’Herbois et Desplace. D’une part le fait qu’en janvier 1786 ils louent leur salle à sept sujets britanniques qui offrent 3000 livres pour y donner un bal. Or, quelques mois auparavant, un article du Morning Post avait fait grand bruit à Genève, tant il était peu flatteur pour la cité :

  • 30 Ibid., tome I, fol. 108-109 (juin ou juillet 1785).

La comédie, les pièces nouvelles, le mérite de tel ou tel acteur, les anecdotes scandaleuses des artistes, des bals publics, le jeu, voilà ce qui occupe maintenant cette ville qui était autrefois un séminaire distingué dans les sciences et dans les arts[...].30

40Si l’on ajoute les spectateurs, installés aux loges (payantes), et les danseurs, ce sont au total mille deux cents personnes qui se pressent dans une salle archicomble ! Or,

  • 31 Ibid., tome II, fol. 5 (27 janvier 1786).

... l'on eut la malice de répandre dans la salle entière du poivre ou un autre aromate pilé très fin qui donnait beaucoup d’odeur, faisait éternuer et moucher.31

41Si un tel acte de « sabotage » vise à l’évidence la nationalité des organisateurs du spectacle, il est néanmoins difficile de ne pas faire un lien avec le troisième bal voulu par Collot d’Herbois qui, deux semaines plus tard, ne rassemble que trois cents personnes...

42Pour assombrir davantage la situation, une véritable cabale voit également le jour, dirigée contre tout ce qu’organisent les deux directeurs, que ce soient des représentations théâtrales ou des soirées dansantes.

43À l’origine de cette querelle, le renvoi par Collot d'Herbois de Madame Duchateau, celle-la même qui lui fit procès dès 1784. Comme cette actrice, qui a décidément la dent acérée, lui réclame 8000 livres en lieu et place des 6000 pour lesquelles elle est engagée, Collot la limoge séance tenante en mars 1785.

44Mal lui en prend ! Il faut croire que la voix et les charmes naturels de la dame séduisaient un large public, car lors de la clôture du théâtre,

  • 32 Ibid., tome I, fol. 99 (21 mars 1785).

... le Sr Derbois, directeur de la troupe, n'a point fait le compliment d’usage, sachant que s’il le faisait, il y avait un parti nombreux qui demanderait avec insistance qu’il ne laissât pas partir la Delle Duchateau [...].32

45Hélas pour Collot d’Herbois, les choses ne font que commencer. Lorsque le théâtre rouvre ses portes au printemps 1785, il n’y a

  • 33 Ibid., fol. 100 (30 mars 1785).

... à peu près que 100 personnes, très peu aux loges, parce qu’il y a un parti nombreux contre la manière dont le comité dirige le spectacle et contre Derbois pour avoir renvoyé Madame Duchateau[...].33

46Menacé de voir son public fondre à grande vitesse, Collot d’Herbois doit composer et accepte de conserver l’encombrante actrice parmi ses pensionnaires, au prix d’un arrangement pour le moins singulier :

  • 34 Ibid., fol. 102 (11 avril 1785).

... comme elle ne jouera pas souvent, elle ne recevra que 2 mille livres et 3 mille argent de France des souscrivants au nombre de 50 qui s’intéressaient pour elle et qui ont promis de s’abonner, dès ce jour là il y a eu plus de monde au spectacle.34

47Mieux, les partisans de la comédienne donnent un souper qui réunit, au foyer du théâtre, Madame Duchateau et ses fidèles, les deux directeurs et leurs épouses, le comité des actionnaires... soit au total une cinquantaine d’invités, pour « célébrer leur pacification. »

  • 35 Ibid., tome II, fol. 14 et 20 (13 et 22 avril 1786).

48De tels ennuis, ajoutés aux gains relativement faibles qu’il semble devoir espérer, finissent par pousser Collot d’Herbois au départ. Il ne peut guère attendre de soutien de la part du comité des actionnaires soucieux avant tout de ses propres bénéfices. En avril 1786, alors qu’il s’apprête à gagner Paris pour engager de nouveaux acteurs, les scellés sont apposés sur les magasins d’accessoires du théâtre car le comité réclame le versement du loyer impayé de la salle de spectacle. Desplace doit céder au comité des actionnaires une partie des bénéfices sur les représentations à venir « jusqu’à ce qu’il ait retiré ce que Derbois lui doit35 ».

49Comme la saison 1786-1787 semble décidément s’engager de façon encore moins satisfaisante que les précédentes, dès le début de 1787 « le Sr d’Herbois, directeur du Spectacle, qui a eu peu de succès dans son entreprise [...] », remet son privilège au directeur des théâtres de Grenoble et Chambéry, tout en ayant obligation d’achever la saison. Le Conseil se borne à lui autoriser une représentation supplémentaire au début d’avril 1787 :

  • 36 Ibid., fol. 35 3 (avril 1787) ; Arch. d’État, Genève, RC 291 fol. 89 (2 février 1787) et fol. 278 (...)

L’on a fait la clôture du spectacle, le Sr Derbois qui remet sa place de directeur au Sr Saint-Géran a prononcé un compliment de reconnaissance et de justification sur quelques accusations à lui faites. Le consistoire a requis que selon l'usage et la promesse du conseil, à l’avenir le spectacle fut fermé le lundi soir avant la grande communion jusqu'au lundi soir lendemain de communion. Le Sr Derbois avait présenté une requête au conseil pour jouer le mardi et le mercredi, le conseil sachant qu’il n’avait pas gagné dans sa place et vu son départ avait cédé pour le mardi.36

50À force de lire qu’il n’a pas fait des affaires florissantes, on serait presque tenté de croire qu’il en fut réduit à quitter Genève nuitamment comme son prédécesseur (et successeur !). Comment en ce cas expliquer son compliment de clôture ? Comment comprendre l’absence de toute pièce allant en ce sens dans les registres du Conseil ? Comment, surtout, l’imaginer en fuite alors qu’il passe à deux reprises cette annonce dans une feuille genevoise :

  • 37 Feuille d'avis de Genève, no du 31 mars et du 4 avril 1787.

M. d’Herbois, directeur actuel du spectacle, devant partir après la clôture de Pâques, invite tous ceux qui ont des comptes à régler avec lui à se présenter incessamment37 ?

  • 38 Pourtant, en août 1793, les Anecdotes curieuses et peu connues sur différents personnages qui ont (...)

51S’il n’a pas fait de substantiels bénéfices, il a cependant réussi à payer ce qu’il devait, tant à ses acteurs qu’au comité des actionnaires et à ses créanciers. Mais il tire de Genève un bénéfice peut-être encore plus essentiel que toute somme d’argent : son expérience de direction d’un spectacle pendant trois saisons consécutives. Il est plus qu’évident que cela doit peser très lourd lorsque le choix des autorités lyonnaises se porte sur lui pour succéder à Rosambert38.

II – Lyon (1787-1789)

  • 39 P. Grosclaude, La Vie intellectuelle à Lyon dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Contribution (...)
  • 40 A.M. de Lyon, BB 347 fol. 312-314.

52À Lyon, le pouvoir de céder le privilège du spectacle était entièrement entre les mains du gouverneur, le duc de Villeroy. Depuis 1767, Madame Lobreau possédait ledit privilège, mais les vicissitudes de l’entreprise l’amenèrent à accepter, en 1780, deux associés, Gaillard et Hus. Deux ans plus tard, le trio concéda ses droits à Mademoiselle Destouches, demi-sœur de Madame Lobreau, associée à un avocat au parlement nommé Hachet de Villiers39. Ils ne réussirent pas mieux leurs affaires puisque le duc de Villeroy céda le privilège à René Le Conte, bourgeois de Paris, en avril 1786. Comme il régla les dettes du théâtre, on lui accorda une prorogation du privilège de dix-huit ans (soit jusqu’à 181l)40.

53Restait à choisir le directeur du spectacle, chose délicate si l’on en croit ce qu’écrit Tolozan de Montfort, prévôt des marchands et commandant de la ville de Lyon, au duc de Villeroy, en février 1786 :

  • 41 Cité par E. Vingtrinier, op.cit., p.74.

Pour tirer un parti vraiment utile de l’entreprise des spectacles et la conduire à la satisfaction du public, la direction doit être confiée, non pas à un danseur, à un comédien, à un musicien, mais à des personnes honnêtes et intelligentes, réunissant les connaissances des diverses parties du théâtre, pour ne pas sacrifier l’une à l’autre, et être au contraire toujours en état d’offrir un spectacle varié [...].41

54La première saison qui s’effectue sous le privilège nominal de Le Conte est dirigée par un nommé Rosambert, qui débute en mai 1786. Selon toute vraisemblance, il ne donne pas satisfaction puisque, la saison achevée, on fait appel à Jean-Marie Collot d’Herbois pour lui succéder.

55Acteur réputé sur la scène lyonnaise, auteur, son séjour à Genève lui a conféré l’envergure qui lui faisait encore défaut, celle d’un directeur. Dès lors, il peut arguer d’une intime connaissance des divers aspects du métier et correspondre à la définition donnée par Tolozan de Montfort.

  • 42 A.M. de Lyon, GG 100.

56Ce transfert des rives du Léman à celles du Rhône s’apparente pour lui à une promotion certaine. Il est engagé comme « directeur préposé et intéressé dans ladite entreprise (...) ». Il obtient un traitement fixe de 6000 livres par an, auquel il faut ajouter son intérêt dans les bénéfices du spectacle et parfois des gratifications exceptionnelles (ainsi, lors de sa première saison, il perçoit 1200 livres, ce qui correspond peut-être à la recette d’une représentation donnée à son bénéfice)42. Si l’on ajoute qu’il jouit d’un logement de fonction au théâtre, sa situation matérielle paraît infiniment plus confortable qu’à Genève. De plus, contrairement à ce qu’il vient de connaître pendant trois années, il se consacre exclusivement à son emploi de directeur et ne monte jamais sur les planches aux côtés de ses pensionnaires.

57Bien peu de temps s’écoule entre son départ de Genève et son arrivée à Lyon. Il est encore dans la première de ces villes début avril 1787 et le spectacle, sous sa direction, rouvre ses portes à Lyon le 16 avril 1787. À l’affiche de cette première représentation, deux comédies : Eugénie, de Beaumarchais, et Le Médecin malgrélui, de Molière.

  • 43 Ibid.

58C’est à la tête d’une entreprise considérable qu’il se trouve porté. Un tableau de la troupe pour 1787-1788 fait apparaître environ cent soixante personnes : une soixantaine d’acteurs et actrices, un orchestre d’environ trente musiciens, un ballet composé d’une quarantaine de danseurs, auxquels s’ajoutent une trentaine d’employés et gagistes43. La charge de personnel est donc trois fois plus lourde à gérer qu’à Genève.

59La situation est d’autant plus délicate qu’il semble probable que le nouveau directeur n’a pas eu voix au chapitre pour la composition de la troupe. Pourtant, un mois après son arrivée, il envoie aux autorités lyonnaises l'état du spectacle et précise à ce sujet :

  • 44 Ibid., GG 101 pièce 163 (lettre ms de Collot d’Herbois à M. Couturier, secrétaire du Commandement (...)

Il faudra ajouter encore plusieurs personnes pour que l'ensemble soit parfaitement complet, et alors je ferai dresser un état général, avec un extrait de l’engagement de chaque acteur.44

  • 45 Ibid, GG 99 et GG 100.

60La troupe est peu modifiée pour les comédiens (environ un quart de nouvelles recrues), davantage pour les chanteurs. L’acteur le mieux rémunéré est le premier rôle masculin, Chevalier, que Collot d’Herbois a eu comme compagnon sur cette même scène quelques années plus tôt. Il reçoit 8000 livres par an, soit plus que la rétribution du directeur ! La femme qui occupe les « 1ers rôles à grand opéra » touche la même somme, mais la comédienne la mieux payée se contente de 6000 livres, le maître de musique a 3000 livres, et derrière eux les gains descendent rapidement45.

61Les rémunérations assez élevées impliquent que la ville de Lyon a davantage de moyens que Genève pour s’offrir de bons acteurs. De plus, le théâtre accueille à plusieurs reprises d’illustres sujets de la scène parisienne. À l’automne 1787, Collot obtient le passage de Molé et de La Contat ; puis en mars 1788 c’est le tragédien Larive qui vient exercer ses talents sur la scène lyonnaise.

  • 46 Ibid., GG 100.

62Employant trois fois plus de personnel que celle de Genève, l’entreprise lyonnaise de spectacle offre également, sous la houlette de Collot d’Herbois, une fréquence particulièrement forte de représentations. Fêtes religieuses décomptées, le théâtre ouvre ses portes presque chaque jour. Ainsi lors de cette saison 1787-1788, ce sont trois cent vingt et une représentations qui sont proposées au public entre le 16 avril 1787 et le 15 mars de l’année suivante46.

63Comme partout ailleurs, la séance est rarement composée d’une pièce unique, même si cela peut arriver, notamment lorsque l’on met en scène un grand opéra comme Iphigénie en Aulide, de Gluck, ou Didon, de Piccini. Le cas le plus fréquent voit la succession d’une ou deux pièces, puis d’un opéra ou d’un ballet.

64En matière de répertoire, Collot d’Herbois ne se risque guère à innover. La tragédie et le drame occupent la place la plus restreinte, deux ou quatre seulement par mois, avec une prédilection pour les œuvres de Voltaire (Œdipe, L'Orphelin de la Chine, Mérope, Zaïre,..).

  • 47 Ibid. Le recueil pour la saison 1787-1788 livre toutes les pièces représentées.

65Comme ailleurs également, Racine et Corneille sont rarement joués et davantage représentés par leurs comédies (notamment Les Plaideurs) que par leurs tragédies. Car c’est incontestablement la comédie qui se taille la part du lion, avec une ou deux pièces de ce genre chaque jour. Molière tient ici le premier rang (Le Tartuffe, Le Médecin malgré lui, Le Misanthrope, L’École des femmes,...), suivi par Marivaux, Regnard et Beaumarchais47.

66Symbole typique de son nouveau statut, nulle pièce de Collot d’Herbois n’apparaît ni dans les archives, ni dans la presse. À Lyon, on ne mélange pas les genres et le directeur du spectacle ne peut se livrer à l’écriture théâtrale, pas plus qu’à l’exercice toujours incertain de la scène.

67S’il en avait le désir, nul doute que les occupations quotidiennes dont il est chargé ôteraient à Collot d’Herbois le loisir même d’écrire. Comme à Genève, la direction de la troupe est source de multiples soucis et la lecture des archives donne une vision quelque peu sombre du métier de directeur.

  • 48 Ibid., GG 101 pièce 163 (op.cit.).

68Le handicap le plus fréquent vient du nombre à peine croyable des acteurs qui sont indisponibles pour raison... de santé ! Dès mai 1787, Collot d’Herbois se plaint de passer beaucoup de temps à visiter les malades et à solliciter ceux qui se portent bien (« Nous avons beaucoup de malades, et par conséquent d’embarras. Le répertoire arrêté devient très incertain. »)48. Et la situation ne fait qu’empirer de jour en jour...

69Un mois plus tard, il annonce que le répertoire, donné régulièrement au début de chaque semaine pour contrôle des autorités, devient encore plus difficile à suivre :

  • 49 Ibid., pièce 164 (ibid., 14 juin 1787).

... depuis lundi, aucune des pièces qui devaient être jouées n’ont pu l'être, et je ne sais encore ce que je donnerai demain, samedi et dimanche. Le chapitre des accidents s’étend et se multiplie de manière à me désespérer. Voilà plus d'un mois que chaque jour amène un événement nouveau et fâcheux, et cela deux minutes avant de faire l'annonce.49

70Une telle « épidémie », par son ampleur comme par sa longueur dans le temps, ne peut que surprendre. Collot en livre l’explication un peu plus tard, en décembre 1787, lorsqu’il annonce à Tolozan de Montfort la représentation du Mariage d'Antonio, seul opéra que la troupe est en état de donner, suite à une cascade de forfaits parmi les chanteurs :

  • 50 Ibid., pièce 167 (lettre ms de Collot d’Herbois à Tolozan de Montfort, 31 décembre 1787).

En fermant cette lettre, je reçois un billet de mademoiselle Olier, que j'ai l'honneur de joindre ici. Elle refuse de jouer, parce qu’elle a mal à la tête. Il faut observer que mademoiselle Olier n'a pas joué depuis mercredi dernier, et que, depuis ce temps, elle nous a fait connaître à tous, au théâtre, par sa vivacité et sa gaieté, qu'elle était très bien portante [...] Le rôle de ce soir est peu fatigant, et si on ne joue pas le Mariage d'Antonio, il faudra fermer la porte ; on ne peut substituer aucun autre opéra.50

71Ce type de problèmes le poursuit tout au long des deux saisons directoriales qu’il effectue à Lyon et illustre parfaitement les limites de l’autorité du directeur d’un spectacle, contraint de s'en remettre aux plus hauts personnages de la ville pour ramener les sujets de sa troupe à leurs devoirs. Au cours de sa seconde saison, il est même la cible d’une action en justice de la part d’une des actrices.

72Autre illustration de ces ennuis multipliés et de cette impuissance face à la fronde de ses pensionnaires, en décembre 1787, Collot d’Herbois, venu consoler une actrice des désagréments essuyés au cours d’une représentation, se voit littéralement expulsé de la loge par la demoiselle en furie... La lettre qu’il écrit à ce propos à Tolozan de Montfort est particulièrement intéressante :

  • 51 Ibid.

Je ne demande pas, Monsieur, qu’elle soit punie de cette insolence ; il n’est pas dans mes principes de faire punir une femme pour une offense personnelle ; je rougirais devant le public que cela pût arriver [...] Cependant, Monsieur, l’affront que j’ai reçu de cette demoiselle m’a rappellé ce que je dois au titre de directeur, à mon caractère particulier et à ma dignité de galant homme, que rien n’a flétri jusqu’à ce moment. Depuis que je suis chargé de la direction des spectacles, aucune attention, aucuns égards ne m’ont coûté pour maintenir un certain équilibre dans tous les caractères qui le composent. Au milieu d’un nombre infini d’accidents, de contrariétés, rien ne m’a rebuté. J’ai toujours sacrifié avec plaisir ma tranquillité pour assurer celle des autres. Mais cette marche, je le sens, n’est pas celle que je devais tenir ; être mis par une pensionnaire hors d’une loge en est un avertissement bien cruel.51

  • 52 Les A.M. de Lyon conservent deux manuscrits de Collot d’Herbois sur l’organisation interne et la p (...)

73Non seulement cette missive illustre à merveille l’absurdité de ce que l’on a pu écrire, bien plus tard, sur les rapports de Collot avec la ville de Lyon, mais de plus elle témoigne de l’état moral, voire physique (il évoque sa santé fragile et ses « fatigues si excessives »), du directeur. Tirant les conséquences de ce nouvel incident, qui semble indiquer que ses comédiens n’obéissent guère à un ancien camarade de scène, il propose à Tolozan de Montfort que ce soit désormais le régisseur du spectacle qui s’occupe de tout ce qui concerne la police intérieure du théâtre et qu’il soit également chargé de « demander à chacun suivant ses engagements », ce qui fut probablement adopté52.

  • 53 Lettre citée par E. Vingtrinier, op. cit., p. 80.

74Malgré ces multiples soucis, Collot d’Herbois semble avoir correctement assumé son rôle de directeur (il échange une correspondance assidue avec les autorités de la ville) et divers témoignages font état de la séduction qu’il opère et de la considération qui lui est offerte en retour. C’est tout d’abord le duc de Villeroy en personne qui loue, en octobre 1787, « le zèle et l’honnêteté de la nouvelle compagnie [...] »53. C’est encore Grimod de la Reynière qui écrit à Mercier :

  • 54 Grimod de La Reynière, Peu de chose. Hommage à l'Académie de Lyon, Neuchatel et Paris, 1788.

Le Directeur est votre ami ; ce mot renferme son éloge et me dispensera de vous répéter combien il est fait pour être celui de tous les gens de lettres, par les qualités de son cœur et de son esprit.54

75Enfin, témoignage beaucoup plus mineur, mais justement significatif parce qu’il est plus humble, celui d’un notaire lyonnais du nom de Rivat qui écrit à Tolozan de Montfort, en mars 1788, à propos de heurts qu’il a eus au théâtre :

  • 55 A.M. de Lyon, GG 101 pièce 226 (lettre ms de Rivat à Tolozan de Montfort, 11 mars 1788).

J'ai reçu hier une lettre de M. d’Herbois, remplie d’excuses sur le procédé de ses portiers. Peu après, je l’ai rencontré et je ne puis rien ajouter à son honnêteté.55

76Comme lors des querelles entre ses pensionnaires, le directeur de la Comédie de Lyon manie donc aisément la conciliation, d’autant plus qu’il s’agit ici de préserver son public. Celui-ci récompense d’ailleurs ses efforts en assistant fidèlement aux représentations. Quelque six cents personnes sont abonnées pour la saison théâtrale, soit bien plus que ce que pouvait espérer Collot d’Herbois à Genève. Divers témoignages attestent également ce succès.

77Grimod de la Reynière estime que,

  • 56 Grimod de La Reynière, op. cit.

... le spectacle est ici le principal et presque seul amusement ; c'est le rendez-vous diurne de tous les gens occupés ; c’est là qu’ils viennent se délasser l'esprit et lier pour le soir quelques soupers aimables. Ce spectacle présente un bon ensemble [...]56.

78En mars 1788, un voyageur de passage entre Rhône et Saône décrit une salle comble :

  • 57 Cité par L. Vallas, op. cit., pp. 445-446.

Larive était venu remplir le rôle d’Osmane dans Zaïre, et la curiosité y avait conduit un très grand nombre de spectateurs. Les loges étaient garnies d'un cordon ondoyant de chapeaux, de bonnets, de plumes et de rubans. Aucun homme n'eût osé y prendre place sur le devant, le parterre, d'ailleurs très bruyant et peu contenu, en eût fait justice. Le moins intéressant du spectacle était les comédiens, paraissant encore plus mauvais par le voisinage de Larive [...].57

79Troisième témoignage, celui de Madame Roland :

  • 58 Ibid., p. 447 (lettre du 7 mars 1789).

Nous avons ici de grands opéras qui ne sont pas mal rendus pour la province, et j’ai pleuré comme une novice à Œdipe à Colone [...].58

  • 59 A.M. de Lyon, BB 348 fol. 122 (1er février 1788).

80Comment concilier tout cela avec les démarches effectuées par Collot d’Herbois auprès du Consulat, en février 1788, au cours desquelles il soutient que son « entreprise éprouvait des pertes considérables [...]59 » ? Comme il souhaite convaincre les autorités lyonnaises du bien-fondé de ses demandes, il est possible qu’il noircisse volontairement la situation. Ce qu’il réclame et, qui plus est, la manière dont il le réclame semblent bien témoigner en ce sens.

  • 60 Ibid., fol. 122 et fol. 127-128 (21 février 1788).

81L’un des handicaps majeurs de l’exploitation du spectacle de Lyon tenait au nombre très élevé des entrées de faveur réservées aux officiels et aux personnalités importantes. Près de soixante-dix privilégiés étaient admis au théâtre sans bourse délier et, de plus, une soixantaine de particuliers possédaient un droit d’entrée dans la grande loge du commandant de la cité. Augmenter la capacité de la salle en construisant un quatrième rang de loges paraissait depuis quelques années la solution la mieux adaptée pour contourner les abus occasionnés par les entrées gratuites. Dès 1786 cette modification avait été proposée, mais refusée par le Consulat pour des raisons d’esthétique et d’acoustique. Collot d’Herbois reprend à son compte ce projet et, après un premier refus, obtient l’accord des autorités. Il est vrai qu’il propose de payer la dépense sur ses propres fonds, ce qui doit diminuer les scrupules qu’ont les édiles lyonnais vis-à-vis de... l’acoustique. Si le spectacle se trouvait véritablement dans un état de déficit très grave, on imagine mal le directeur proposer d’engager les frais de modification de la salle avec ses propres deniers. Collot d’Herbois doit être assez sûr du résultat pour suggérer une telle solution60.

  • 61 Ibid., fol. 134-135 (31 mars 1788).

82La construction de ce quatrième rang de loges porte la capacité de la salle à environ deux mille spectateurs, soit le double de celle de Genève. De plus, une ordonnance royale de mars 1788 accorde à Collot d’Herbois le droit d’augmenter les tarifs pour compenser ses frais61. Même si les renseignements font défaut sur cette seconde saison de Collot à Lyon, il paraît probable que cette capacité accrue, assortie de la hausse des tarifs, fait progresser les bénéfices de l’entreprise, et donc de son directeur. La bourse de ce dernier doit être loin d’être vide lorsqu’il quitte Lyon pour rejoindre Paris. En l’an III, il évoque à ce propos sa :

  • 62 Défense particulière de Jean-Marie Collot, représentant du peuple, Paris, an III.

... fortune [qui] était alors composée du fruit de vingt-cinq années de travaux et du bien de mon épouse, première source de quelques bénéfices toujours arrosés de nos sueurs dans les entreprises importantes que nous avons eu à conduire.62

  • 63 R. Palmer, Le Gouvernement de la Terreur. L'année du Comité de salut public, Paris, 1989 (1ére édi (...)

83Tout comme son jeu d’acteur a le plus souvent enlevé les suffrages des publics provinciaux, tout comme ses pièces lui ont apporté une notoriété et parfois un appréciable complément de revenus, les fonctions directoriales confèrent à Collot d’Herbois les qualités d’un gestionnaire opiniâtre et efficace. De plus, les années passées à Genève et surtout à Lyon achèvent de l’éloigner des planches, de lui donner cette dignité qui est toujours refusée aux comédiens, même s’ils s’essayent à l’écriture. À plus d’un titre, l’homme est, à la veille de la Révolution, au sommet de son art. Il ne correspond en rien à l’image qu’a forgée l’historiographie, il ne sort pas de la fange chère à Taine, pas plus qu’il n’est l’unique « raté » du Comité de salut public évoqué par Palmer63. Son entrée en Révolution constitue un choix délibéré, même si l’homme de théâtre de 1789 est sans doute bien loin d’imaginer l’homme de pouvoir de l’an II.

Notes

1 La plupart des historiens de la fin du siècle dernier ont écrit que Collot d’Herbois a pris la direction du théâtre de Genève après son départ de Lyon, en février 1789 (Cf., par exemple, E. Vingtrinier, Le Théâtre à Lyon au XVIIIe siècle, Lyon, 1879, p. 99 ; V. Fournel, op. cit., p. 72). C’est en 1926 que M. Fuchs démontre que Collot d’Herbois a dirigé le théâtre de Genève avant celui de Lyon, mais il affirme que ce théâtre était celui de Carouge, aux portes de Genève (« Collot d’Herbois comédien », in La Révolution française, 1926, tome 79, pp. 14-26 et 112-139).

2 Cf U. Kunz-Aubert, Le Théâtre à Genève. L'art lyrique et dramatique à Genève depuis le Moyen Âge, Genève, 1963 ; A. Girard-Cherpillod, « Le théâtre des Bastions », in Revue du Vieux Genève, 1992, pp. 14-21.

3 Archives d’État, Genève, RC 286 fol. 369-379 (2-3 avril 1784), Journal ms d'Ami Dunant, tome I, fol. 74 (31 mars 1784). Ce manuscrit, conservé par la Bibliothèque nationale et universitaire de Genève, retrace la vie culturelle genevoise de cette époque.

4 W. Aeschlimann, « Collot d’Herbois et le théâtre de Genève », in Almanach du Vieux Genève, 1962, pp. 61-62.

5 Arch. d'État, Genève, Fonds notariaux, étude de maître Masseron 1783-1787 (no 21, fol. 243-245 (15 sept. 1784.)

6 Journal ms d’Ami Dunant, tome I, fol. 78 (9 mai 1784.)

7 Ibid., tome II, fol. 13 (7 avril 1786).

8 Ibid., tome I, fol. 99 (21 mars 1785).

9 Feuille d'avis de Genève, no du 10 janvier 1787.

10 Ibid., no du 14 février 1787.

11 Ibid., no du 24 février 1787.

12 Ibid., no du 14 septembre 1785.

13 Arch. d’État, Genève, Fonds notariaux, étude de maître Mercier 1785-1788 (no 17) fol. 112 bis.

14 Feuille d'avis de Genève, no du 26 mai 1786.

15 Ibid., no du 11 mai 1785.

16 Journal ms d'Ami Dunant, tome I, fol. 78 (9 mai 1784).

17 Ibid., tome II, fol. 26 (1er octobre 1786).

18 Les abonnements étaient fréquemment le fait de couples. La salle du théâtre de Neuve comprenait un peu plus de neuf cents places assises.

19 Des danseurs de ballets espagnols, les débuts d’une chanteuse d’opéra, ou encore la réapparition d’une actrice qui entraîne « un monde prodigieux [...] » (Journal ms d'Ami Dunant, tome I, fol. 102-103 ; tome II, fol. 14).

20 Arch. d’État, Genève, RC 290 fol. 297 (28 mars 1786).

21 Ibid., fol. 322 et 335 (4 et 8 avril 1786).

22 M. Fuchs, La Vie théâtrale..., op. cit., p. 65.

23 Arch. d’État, Genève, Fonds notariaux, étude de maître Mercier 1785-1788 (no 17) fol. 112 bis et avant (28 mars et 12 avril 1786).

24 Journal ms d'Ami Dunant, tome I, fol. 99 (21 mars 1785).

25 Arch. d’État, Genève, Pièce historique 5130.

26 Journal ms d'Ami Dunant, tome I, fol. 96 (17 décembre 1784).

27 Ibid., tome I, fol. 93 (22 janvier 1785).

28 Ibid., fol. 94 (4 février 1785).

29 Ibid., tome II, fol. 7 (10 février 1786).

30 Ibid., tome I, fol. 108-109 (juin ou juillet 1785).

31 Ibid., tome II, fol. 5 (27 janvier 1786).

32 Ibid., tome I, fol. 99 (21 mars 1785).

33 Ibid., fol. 100 (30 mars 1785).

34 Ibid., fol. 102 (11 avril 1785).

35 Ibid., tome II, fol. 14 et 20 (13 et 22 avril 1786).

36 Ibid., fol. 35 3 (avril 1787) ; Arch. d’État, Genève, RC 291 fol. 89 (2 février 1787) et fol. 278 (2 avril 1787).

37 Feuille d'avis de Genève, no du 31 mars et du 4 avril 1787.

38 Pourtant, en août 1793, les Anecdotes curieuses et peu connues sur différents personnages qui ont joué un rôle dans la Révolution (Genève et Paris, 1793) n’hésiteront pas à soutenir que Collot fut chassé de Genève, puis de Lyon... pour vol !

39 P. Grosclaude, La Vie intellectuelle à Lyon dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Contribution à l'Histoire littéraire de la Province, Paris, 1933, pp. 252-254.

40 A.M. de Lyon, BB 347 fol. 312-314.

41 Cité par E. Vingtrinier, op.cit., p.74.

42 A.M. de Lyon, GG 100.

43 Ibid.

44 Ibid., GG 101 pièce 163 (lettre ms de Collot d’Herbois à M. Couturier, secrétaire du Commandement de la Ville, 16 mai 1787).

45 Ibid, GG 99 et GG 100.

46 Ibid., GG 100.

47 Ibid. Le recueil pour la saison 1787-1788 livre toutes les pièces représentées.

48 Ibid., GG 101 pièce 163 (op.cit.).

49 Ibid., pièce 164 (ibid., 14 juin 1787).

50 Ibid., pièce 167 (lettre ms de Collot d’Herbois à Tolozan de Montfort, 31 décembre 1787).

51 Ibid.

52 Les A.M. de Lyon conservent deux manuscrits de Collot d’Herbois sur l’organisation interne et la police du Théâtre (BB 348).

53 Lettre citée par E. Vingtrinier, op. cit., p. 80.

54 Grimod de La Reynière, Peu de chose. Hommage à l'Académie de Lyon, Neuchatel et Paris, 1788.

55 A.M. de Lyon, GG 101 pièce 226 (lettre ms de Rivat à Tolozan de Montfort, 11 mars 1788).

56 Grimod de La Reynière, op. cit.

57 Cité par L. Vallas, op. cit., pp. 445-446.

58 Ibid., p. 447 (lettre du 7 mars 1789).

59 A.M. de Lyon, BB 348 fol. 122 (1er février 1788).

60 Ibid., fol. 122 et fol. 127-128 (21 février 1788).

61 Ibid., fol. 134-135 (31 mars 1788).

62 Défense particulière de Jean-Marie Collot, représentant du peuple, Paris, an III.

63 R. Palmer, Le Gouvernement de la Terreur. L'année du Comité de salut public, Paris, 1989 (1ére édition 1969).

© Presses universitaires de Lyon, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540