Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Collot d'Herbois

 | 
Michel Biard

Première partie. D'Herbois, homme de théâtre

Chapitre III. L’auteur, ou la naissance réelle de Collot D’Herbois

Texte intégral

1Écrire est très en vogue au XVIIIe siècle et bon nombre de représentants des catégories privilégiées s’essayent à la poésie ou au théâtre. Il n’est alors pas rare de voir des directeurs de spectacle accueillir telle ou telle pièce issue de l’imagination plus ou moins fertile d’un marquis ou d’une comtesse, de même que les gazettes littéraires ouvrent leurs pages à une sorte de courrier des lecteurs réservé à la poésie.

2Comment ne serait-il pas naturel que les comédiens les plus lettrés ne cherchent eux aussi à se glisser dans ce monde des auteurs qui doit leur paraître source de maints avantages ?

3Cependant, le comédien-auteur est encore méprisé pour son état, nettement moins bien vu que l’auteur qui consacre la totalité de son activité à l’écriture. Le mépris que les « bonnes gens » vouent aux auteurs, bien qu’il soit efficacement combattu par les Philosophes, notamment Voltaire, n’épargne point, à plus forte raison, les acteurs qui se risquent à créer. Même Molière, dans son immense prestige, ne réussit jamais à faire oublier les multiples traits d’indécence dont ses pièces sont fréquemment emplies, et naturellement ces atteintes à la morale politique et sociale sont perçues comme autant de conséquences de la « polissonnerie » liée à son état.

4Dans ces conditions, l’écriture n’est pas une planche de salut pour un acteur. Il s’agit avant tout pour lui d’accéder à un autre stade de son métier, de tenter d’obtenir des résultats financiers immédiats grâce à sa plume. Nul doute que Jean-Marie Collot, devenu l’acteur d’Herbois, puis l’auteur Collot d’Herbois, n’ait eu une conscience aiguë de ces problèmes. N’étant pas fortuné, n’ayant probablement pas ou peu de secours financiers de sa famille, commençant tout juste sa carrière de comédien à l’aube des années 1770, l’écriture doit lui sembler l’un des moyens efficaces d’échapper à la gêne.

5Cependant, il doit évidemment savoir que l’auteur est alors soumis aux conditions souvent draconiennes tant des directeurs de spectacle que des imprimeurs, autant d’intermédiaires qui réduisent les bénéfices potentiels de l’écriture. Nombre de comédiens-auteurs tentent d’éviter ces écueils en obtenant la protection d’un personnage influent et Collot ne déroge pas à l’usage établi, notamment vis-à-vis du duc de Richelieu, puis en multipliant les protestations de respect et d’amour devant Monsieur, frère du roi.

6Ce statut peu satisfaisant des auteurs, doublé de la nécessité d’une rentabilité rapide de ses créations, amène Collot d’Herbois à écrire des pièces de genres variés. Cela lui est d’autant plus facile que chaque jour de représentation voit une entreprise de spectacle donner en général deux œuvres : une grande pièce (tragédie, drame ou comédie, en trois, quatre ou cinq actes) et une petite pièce (comédie ou opéra-comique en un, voire deux actes).

7L’œuvre théâtral de Collot d’Herbois, sous l’Ancien Régime, comprend justement des pièces qui se rattachent à chacun de ces genres. Sa première création, Lucie, ou les Parents imprudents, ainsi que deux autres œuvres correspondent à des grandes pièces, deux drames en cinq actes et une comédie de quatre actes.

8De plus, à ce premier genre doit être lié un second qui comporte deux pièces supplémentaires, une comédie en quatre actes et un drame en cinq actes. Celles-ci sont des adaptations au théâtre français de pièces en langue étrangère. Qu’elles sortent de l’imagination de Collot d’Herbois ou qu’elles soient reprises de grands auteurs étrangers, ces œuvres forment l’ossature de sa production théâtrale, la partie qui a dû nécessairement lui demander l’effort littéraire le plus intense.

9À un troisième genre viennent se rattacher six petites pièces (peut-être davantage ?), en un acte, parfois deux, destinées à une carrière courte ou à des représentations d’appoint lorsqu’une œuvre majeure est jouée. Ces créations sont le plus souvent des pièces de circonstance que les directeurs de spectacle, voire les autorités locales, commandent à Collot d’Herbois afin de célébrer un événement, voyage princier, naissance royale, faits d’armes nationaux. Dès lors qu’un des acteurs de la troupe est quelque peu doué, voire a déjà une expérience de l’écriture, on fait aussitôt appel à ses talents. Plusieurs de ces pièces se rattachent à ce que l’on appelle alors les opéras-comiques, c’est à dire de courtes œuvres qui s’achèvent par des couplets chantés sur des vaudevilles connus. Ces opéras-comiques se transforment d’ailleurs rapidement dès qu'on y mêle de véritables airs qui réclament les talents de professionnels et non plus les voix plus ou moins assurées des comédiens.

10Au travers des trames de ces différentes pièces issues de la plume de Collot d’Herbois, nous verrons combien le goût du public est totalement différent de ce qui pourrait être défini comme le nôtre. Le spectateur du XVIIIe siècle n’est pas celui de la fin du XXe siècle et quiconque l’oublierait se retrouverait contraint à ne pas comprendre ce qui a pu assurer le succès d’œuvres qui paraissent aujourd’hui bien fades.

  • 1 Voir, à titre d’exemple, V. Fournel, « Collot d’Herbois, acteur et auteur dramatique », in Le Corr (...)

11De la même façon, il est plus que nécessaire d’oublier totalement ce que devint Collot à partir de 1789. La plupart des auteurs qui ont décrit l’homme de théâtre se sont acharnés à retrouver les couplets ou tirades les plus « royalistes », afin de mieux prouver les contradictions, voire la perversité, du personnage1. Ce faisant, ils ont abouti à l’impasse la plus totale sur bien d’autres aspects des œuvres de Collot d’Herbois. Les hardiesses et l’irrévérence vis-à-vis de la société du temps n’y sont pas moins fréquentes que les louanges à l’égard de la famille royale. Mais il suffit de se plonger dans la production théâtrale de l'époque pour se convaincre que c’est alors assez peu original.

12Déclarer son amour pour le roi tout en critiquant sévèrement les privilégiés, se prosterner devant les Bourbons tout en maniant une imagerie de bonheur champêtre tout à fait rousseauiste, chanter la gloire de Monsieur et combattre les préjugés... tout cela fait partie de ce que l’on pourrait appeler le paysage théâtral de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Collot d’Herbois ne peut y échapper et sa production tout entière se fond dans ce moule.

I – Les trois créations les plus ambitieuses

13Collot d'Herbois, qui pour la première fois associe son patronyme à son nom d’acteur, a conçu sa première pièce en 1771, voire dès 1770, année de son arrivée à Bordeaux. L’ambition est importante puisque c’est là un drame en cinq actes, et non un écrit mineur destiné à être représenté à titre de petite pièce pour faire patienter le public avant (ou après) la représentation majeure.

  • 2 L’avant-propos de l’édition bordelaise de la pièce signale que « Le public [...] l’a vue plusieurs (...)

14Lucie, ou les Parents imprudents est donnée sur le théâtre de Bordeaux le 14 mars 1772, elle est probablement représentée plusieurs fois dans les semaines qui suivent et connaît une reprise le 3 décembre de la même année2.

15Cette œuvre constitue une attaque en règle contre les préjugés de l’époque sur les mœurs, notamment contre les mariages arrangés, fréquents dans les catégories sociales privilégiées par la naissance ou la fortune. La morale même de l’intrigue, où les amants triomphent des décisions parentales, ne pouvait que choquer les esprits les moins libéraux. D’autant que la pièce comporte d’autres signes évidents de critique contre la société. Le passage capital à cet égard se trouve à la scène 11 du quatrième acte, lors d’un émouvant duo entre Germain de Fontreuil (héros de la pièce) et Francœur (son valet). De Fontreuil, ancien officier, s’adresse ainsi à son valet qui fut autrefois soldat sous ses ordres :

Ah, mon ami ! [...] suis-je plus que toi ? [...]
peut-être moins ; la fortune et les dangers de notre
état, ne sont-ils pas les mêmes pour tous les deux ? [...]
Mon ami, nous sommes deux hommes, si [...] l’ignorance
et la vanité ont établi entre nous quelques distances,
le zèle qui t’attache à ma destinée, ton désintéressement,
et la bonté de ton cœur, me rendront toujours glorieux
de t'appeler mon égal.

  • 3 A.D. de l'Hérault, 1 B 9916. Cette procédure de justice contre Collot d'Herbois a été découverte e (...)

16Qu’un noble puisse s’exprimer ainsi à l’adresse d’un modeste homme de troupe devenu domestique après avoir eu son congé, ne peut que heurter durement certains préjugés bien ancrés ! Si les historiens se sont complu à publier des couplets louangeurs adressés par Collot d’Herbois à la famille royale, ils ont observé sur cet autre type de discours un singulier mutisme. Bien au contraire, les aristocrates les moins enclins à une certaine ouverture d’esprit contestent visiblement cette pièce. Collot l’apprend à ses dépens en 1777 à Montpellier3.

17Le 4 novembre, les Montpelliérains assistent à une représentation de Lucie donnée par une troupe venue d’Avignon ou de Marseille, dans laquelle d’Herbois figure comme premier rôle. À l’occasion de l’entracte qui suit son drame et précède une petite pièce, Collot d'Herbois se rend à l’une des loges où un spectateur le complimente pour le succès de sa pièce. Il répond :

... qu’à la vérité cinq ou six cents personnes trouvaient sa pièce excellente, mais que cinq ou six habillés de noir la trouvaient mauvaise, que c'était malheureux mais qu’au surplus ces personnes savaient à peine lire les affiches, que pour lui il honorait son état et que ces personnes déshonoraient le leur.

18D’autres témoins ajoutent qu’il dit tout haut souhaiter « soutenir thèse publique avec ces gens [...] », et que cela ne manque pas de déclencher une rumeur dans les loges. Le public de ces loges est constitué essentiellement de privilégiés et plusieurs témoignages attestent une véritable cabale contre Lucie, fortement critiquée par les occupants des loges, alors même qu’on a entendu « applaudir ladite pièce par le parterre [...] ».

19Après la petite pièce, dans laquelle il a également joué, Collot d’Herbois se retrouve face à deux de ces « habits noirs », encore vêtu de son costume de scène et l’épée au côté. Le ton monte rapidement pour aboutir à un véritable échange d’insultes. L’un des deux hommes, nommé Dupin,

... lui ayant demandé s’il avait quelque chose à lui dire puisqu’il le regardait d’une manière si marquée, non reprit ledit d’Herbois, mais ne peut-on donc vous regarder ; mais on ne regarde pas ainsi lui dit M. Dupin, pourquoi donc ajoute ledit d’Herbois, c’est qu’en vérité je vous trouve fort agréable à voir [...].

20Le second personnage intervient alors et lâche cette phrase d’un mépris tout aristocratique :

Monsieur, vous êtes auteur et acteur, remontez, Monsieur a son état.

21Tonnerre de Collot qui, loin de se laisser impressionner, riposte un ton plus haut :

... oui je suis auteur et acteur, je m’en fais gloire, je fais honneur à ces états et ceux qui me parlent déshonorent le leur [...].

22Les deux « habits noirs », l’un Trésorier de France en la Généralité de Montpellier, l’autre conseiller à la Cour des aides de cette ville, n’en restent pas là et font convoquer l’audacieux chez le major commandant la place. Comme on lui demande des excuses,

... il refusa de le faire et joignit à cette résistance un ton de persiflage et d’ironie qui aggravait l'insulte [...].

23Envoyé dans les geôles de la citadelle, puis devant la justice, Collot n’a plus le choix et fait amende honorable, s’engageant à « être à l’avenir plus circonspect et retenu dans ses propos et écrits [...] ».

24Cette affaire n’a donc pas de suites importantes, mais elle est révélatrice de deux choses essentielles. D’une part, le jeune homme ne baisse les armes qu’au dernier moment et repousse le plus loin possible l’instant où il devra courber l’échine, se plier face à cette stricte hiérarchie d’Ancien Régime. D’autre part, sa Lucie possède bien pour les privilégiés une odeur de soufre et ce n’est certes pas un hasard si les témoins qui viennent l’accabler sont tous issus de milieux aisés.

25Malgré de tels incidents, la pièce a droit à des critiques flatteuses dans l’ensemble. Au début de l’été 1772, L’Année littéraire, du prestigieux Fréron, lui consacre un article très élogieux (en dépit de quelques réserves sur le plan et le style) :

  • 4 No du 6 juillet 1772.

... cette pièce a le principal mérite qu’on doit exiger dans un drame, c’est-à-dire beaucoup d’intérêt. Elle a eu du succès à Bordeaux, et je ne doute pas qu’elle n’en eût aussi dans la Capitale, si nos Comédiens la mettaient au Théâtre [C’est] un des meilleurs ouvrages qu’on nous ait donnés dans ce genre : les caractères en sont variés et bien tracés.4

26En septembre 1772, le Mercure de France publie un compte rendu plus sévère, reconnaissant qu’« il y a des situations dans ce drame, situations que l’auteur aurait pu rendre plus intéressantes en écartant de sa fable tous les accessoires qu’il y a fait entrer pour donner plus d’embonpoint à sa pièce[...] ».

27Un an plus tard, à l’occasion de l’édition de sa pièce dans la capitale, Collot d’Herbois peut lire avec satisfaction le jugement, nettement plus positif, rendu par les Affiches de Paris :

  • 5 No du 1er octobre 1773.

Lucie paraît depuis quelques jours. L’intrigue de cette pièce, quoiqu’un peu romanesque, n’est point embrouillée : elle est conduite avec beaucoup d’art et d’intelligence5.

28Le jeune auteur ne se laisse pourtant pas totalement griser par ce premier succès. S’il évoque une lettre élogieuse que de Belloy, auteur de pièces en vogue (notamment du Siège de Calais qui a fait grand bruit en 1765,) lui a envoyée, il reste prudent quant aux avis de L'Année littéraire :

  • 6 A.D. du Nord, Lettres à Desroziers, op. cit., lettre 59 (de Bordeaux, 28 août 1772). Deux réplique (...)

Fréron en dit un bien infini dans sa dernière feuille, il la met au-dessus de tous les drames qui ont paru jusqu'à présent, même du Père de famille, mais cela ne m’en fait pas accroire, je sais que ce n’est pas sa place6.

  • 7 Bordeaux, Toulouse, Nantes, Orléans, Tours, Angers, Nancy, Metz, Marseille, Arles, Montpellier, Br (...)

29Lucie est bientôt jouée sur de nombreux théâtres de province, et même à l’étranger7. L’une des meilleures preuves de son succès réside dans les multiples éditions qu'elle connaît, que ce soit dans la capitale ou dans les diverses villes où Collot d’Herbois est amené à travailler (Nantes, Marseille, Avignon, La Haye).

30Comme beaucoup d’auteurs de ce temps, il doit défendre sa paternité et répondre à des critiques qui l’accusent d'avoir volé sans scrupules l’intrigue de sa pièce :

  • 8 Avant-propos de l’édition bordelaise de 1772.

Il est pourtant un mérite dont je suis jaloux [..] c’est celui d’avoir imaginé le roman qui m’a fourni le sujet de mon drame. On a voulu que je l’ai tiré de certains Mémoires que personne ne connaît. On a prétendu qu’il était puisé dans une Nouvelle espagnole, qu’on ne connaît pas davantage ; tout cela est aussi faux, qu’il est vrai que j’ai créé moi-même le fonds de mon intrigue [...].8

31Cinq ans plus tard, les critiques n’ont visiblement pas désarmé puisqu’il doit toujours se justifier et démontrer que Julie, de Monvel, et Les Amants généreux, de Rochon de Chabannes, n’ont été créées qu’après la naissance de Lucie. Même l'Eugénie de Beaumarchais est parfois évoquée comme une possible source d’« inspiration « pour le jeune auteur...

32Monvel ? Beaumarchais ? Diderot ?... L’affaire est finalement de peu d’importance, seul subsiste le succès obtenu par un auteur qui ne compte guère plus de vingt-deux printemps. Cette première tentative lui ouvre la perspective d’échapper à sa condition d’acteur et de se transformer en auteur. Il doit néanmoins vite déchanter, mais ne cesse pas d’écrire pour autant.

  • 9 Œuvres de théâtre de M. Collot d’Herbois, La Haye, 1781. Cette édition regroupe Lucie, Le Paysan m (...)
  • 10 V. Fournel (op. cit., p. 54) s’est empressé d’affirmer que la pièce n’avait pas été imprimée, preu (...)

33En 1773, il récidive avec un drame en cinq actes, intitulé Clémence et Monjair. Les vers succèdent à la prose et, avec eux, se dessine probablement une nouvelle ambition. Pourtant aucun exemplaire de cette pièce ne nous est parvenu, pas plus qu’une quelconque critique, même si Les Spectacles de Paris, en 1781, assurent que toutes les pièces de Collot d’Herbois sont imprimées. Constapel, éditeur à La Haye, en annonce même la vente prochaine en 17819... Une erreur est certes toujours possible, mais la perte de tout exemplaire paraît également du domaine des probabilités. En tout état de cause, nul ne peut conclure ni à l’insuccès, ni au succès de cette pièce10.

34Hélas, le cas est similaire avec la troisième création de Collot d’Herbois, qui peut être apparentée à Lucie et Clémence : Rodrigue et Séraphine, comédie en quatre actes. La seule mention retrouvée est encore l’annonce faite par Constapel de sa prochaine édition dès lors qu’un certain Colizzi en aura achevé la musique.

35Il faut désormais attendre la période révolutionnaire pour voir Collot d'Herbois créer à nouveau de telles pièces. Il se cantonne pour le reste dans deux genres différents : l’adaptation au théâtre français de pièces étrangères importantes, ce qui ne représente pas forcément un moindre effort littéraire, et la création de petites pièces ne comportant qu’un ou deux actes.

II – Les adaptations de pièces étrangères

36Sous l’Ancien Régime, il utilise à deux reprises des œuvres en langue étrangère : Les Joyeuses Comméres de Windsor, de Shakespeare, devient L'Amant loup-garou, ou M. Rodomont ; L'Alcade de Zalamea, de Calderon, se transforme en une pièce intitulée lI y a bonne justice, ou le Paysan magistrat.

  • 11 No du 5 mai 1775.

37Le premier essai tient à la vague d’anglomanie qui submerge la France dès le début du XVIIIe siècle, tout spécialement de 1750 à la Révolution, avec notamment de multiples traductions de William Shakespeare. Les Affiches d’Angers annoncent d’ailleurs, lors du séjour de Collot d’Herbois en Anjou, la parution prochaine du théâtre de Shakespeare traduit en français 11 ; il est tout à fait possible que l’idée ait germé dans l’esprit de Collot d’Herbois à partir de la lecture de ce prospectus. En effet, si la première édition de L’Amant loup-garou date de 1778, la pièce semble avoir été sinon créée, tout au moins conçue à Angers. À preuve ce qu’écrit le Journal des Théâtres en 1776 :

  • 12 No du 1er octobre 1776.

On nous a annoncé du même auteur, deux pièces, l’une intitulée Clémence et Montjair, et l’autre L'Amant loup-garou, qu’on assure avoir été jouées dans la province.12

38Dans l’avant-propos de l’édition marseillaise de sa pièce, Collot d’Herbois affirme avoir voulu « réduire l’action à un plan plus simple », n’avoir conservé que les situations les plus comiques et avoir « été forcé d’être auteur plus qu’il n’aurait voulu ». De l’œuvre de Shakespeare, éditée en 1602, Collot d’Herbois ne garde effectivement qu’une partie de l’intrigue et recompose largement L’Amant loup-garou sur d’autres bases.

39Dans Les Joyeuses Commères de Windsor, Falstaff est un véritable chevalier ; avec Collot et son œuvre, Rodomont est ravalé au rang de prétendu chevalier qui a gardé la vantardise, mais non la bravoure, du guerrier mythique peint par l’Arioste... et peut-être peut-on voir là une critique implicite contre tous ceux qui brûlent d’imiter les nobles.

40Falstaff, escorté de trois compagnons, dont l’un se nomme Pistol (devenu Clarinet chez Collot d’Herbois), ne passe pas spécialement son temps à jouer les fanfarons. Pour créer Rodomont, Collot d’Herbois s’est plus ou moins inspiré du premier Falstaff, celui qui apparaît dans Henri IV (pièce antérieure, datée de 1597-1598).

41Autre différence notable, Collot d'Herbois a totalement omis l’histoire d’Anne Page et de ses trois prétendants, qui double chez Shakespeare le thème de Falstaff. C’est là probablement ce qu’il appelle un « plan plus simple ».

42Pour le reste, il hérite des morceaux de bravoure de Shakespeare : le désir de Falstaff/Rodomont de conquérir deux femmes à la fois ; l’union des deux belles contre lui et contre les maris jaloux ; les multiples scènes de quiproquos et surtout la scène finale qui terrorise et humilie Falstaff/Rodomont (le spectacle de démonologie est simplement « francisé »).

43Aucune critique de presse n’a pu être retrouvée et nous ne savons donc pas si L’Amant loup-garou, ou M. Rodomont a remporté, ou non, un succès d’estime. Cependant, la multiplicité et la qualité des situations comiques, telles qu’on peut encore les percevoir aujourd’hui, laissent à penser que le public n’a guère pu s’ennuyer. En tout état de cause, la pièce connaît plusieurs éditions puisqu’elle sort des presses simultanément à Marseille et Paris, avant d’être à nouveau proposée au public (à deux reprises) à La Haye où elle est représentée.

44Tout comme pour Lucie, Collot d’Herbois doit défendre ses droits d’auteur face à des entrepreneurs de théâtre peu scrupuleux. Ceux de Marseille, par exemple, n’hésitent pas à faire jouer l’œuvre sans mentionner le nom de l’auteur ! Après avoir plaidé sans succès sa cause auprès d’un journal phocéen, Collot d’Herbois fait parvenir une lettre aux Affiches de Provence pour réclamer, non sans humour, sa paternité :

... on a vu dimanche dernier afficher à Marseille une comédie de ma façon, intitulée M. Rodomont, ou l'Amant loup-garou ; les curieux ont couru en foule à la salle du Spectacle, quoique cette facétie eût été jouée plusieurs fois ; mais tout le monde s’est plaint que le donneur d’Annonces et d’Affiches (...) n'avait rien oublié [...] que le nom de son père [...] Que je te désavoue, mon pauvre Rodomont, toi si jovial ! Non, mon enfant, je ne te désavoue pas. Quoique Lucie, ta sœur aînée, ait plus de charmes que toi aux yeux de bien des gens, quoiqu'il y ait sous presse un cadet qui pourra faire du bruit dans le monde, mon cher loup-garou, tu seras toujours bien regardé dans la famille, et tu ne perdras rien de mon affection [...]

45Après cette véritable déclaration d’amour paternel pour sa pièce, il se livre à une charge directe contre tous ceux qui usurpent les droits des auteurs :

  • 13 No du 29 novembre 1778. L'œuvre sous presse, à laquelle il est fait allusion, est Le Paysan magist (...)

Qu’il se nomme donc celui qui veut faire mourir théâtralement le nom et la personne des Auteurs, et qu’il s'apprête à me voir comme le pélican m'ouvrir les veines pour l'existence de mes enfants.13

46Le 25 novembre 1778, soit le jour même où il écrit cette lettre, les autorités lui permettent d’imprimer et de représenter une nouvelle œuvre, également imitée du théâtre étranger, Il y a bonne justice, ou le Paysan magistrat.

  • 14 La Gazette de littérature, des sciences et des arts, no du 5 juillet 1774, écrit : « Je crois que (...)

47Collot d’Herbois utilise ici une production espagnole célèbre, due à Calderon, L'Alcade de Zalamea, traduite par Linguet en 1770. Ce faisant, il ne cède guère à une mode aussi marquée que l’anglomanie. Certains journaux ont certes vanté les mérites du théâtre ibérique14, mais il y a néanmoins peu d’imitations de l’espagnol. Ainsi Collot d’Herbois est-il en droit de soutenir qu’« on n’a pas encore essayé d’accommoder à notre théâtre une pièce de ce genre. S’il est vrai, comme on le pense, que celle-ci soit la première, on peut se flatter de n’avoir pas mal choisi ».

48Il est certain que les thèmes évoqués par Calderon ne peuvent qu’être appréciés dans cette France prérévolutionnaire... L’adaptation de Collot d’Herbois est très libre et, s’il garde la trame générale, il modifie complètement l’issue de la pièce. Là où l’héroïne était enlevée et violée dans l’œuvre de Calderon, puis le ravisseur étranglé par le père de la malheureuse, le rapt imaginé par Collot d’Herbois ne s’accompagne d’aucun outrage et s’achève par le mariage des deux jeunes gens... La pièce en perd indéniablement de sa force et de sa rigueur, mais elle n’en conserve pas moins un intérêt soutenu et surtout elle permet à Collot, reprenant en partie le texte de Calderon, de multiplier les allusions critiques à la société de son temps.

49Si Calderon a certes réservé ses flèches à la société espagnole, nul doute que le spectateur français ne comprenne ces traits acérés comme étant destinés au royaume de France. L’effort critique porte sur trois points clefs.

50Sont tout d’abord visés ceux qui prétendent se hisser au rang d’aristocrates, tels que les a déjà brocardés Molière dans Le Bourgeois gentilhomme et Collot d’Herbois lui-même dans L’Amant loup-garou. Lorsque son fils conseille à Crespo (le paysan cossu qui donne à la pièce son titre) d’acquérir des lettres de noblesse afin d’éviter des servitudes réitérées, comme celle de loger des gens de guerre, celui-ci lui répond par une tirade lourde de sens :

  • 15 Acte I, scène 8.

À quoi donc servirait ce parchemin que tu veux que je marchande ? En serais-je de meilleure race ? Dira-t-on que je vaux mieux qu’auparavant ?... Tout au contraire... on rira de me voir devenu noble pour quelques écus [...] La vraie noblesse, le cœur la reçoit de là-haut... Un roi, comme un autre homme, en vient toujours à occuper six pieds en terre.15

51On ne saurait être plus explicite, d’autant que si le début de la réplique appartient à Calderon, Collot d’Herbois a ajouté de sa propre inspiration toute la fin, notamment ce qui concerne l’égalité du souverain et de ses sujets devant la mort.

52Seconde critique, liée à la première : celle qui consiste à démontrer que les hommes sont tous égaux devant la justice ou dans l’honneur, et que chacun possède une place utile dans la société :

  • 16 Acte IV, scène 2.
  • 17 Acte V, scène 3.

... la justice est due à tout le monde, mais elle ne doit rien à personne16. Pour un gentilhomme, comme pour un laboureur, il y a bonne justice [...].17

53Lorsque Juan, le fils de Crespo, se querelle avec le capitaine qui a des visées sur sa sœur, il invoque son honneur... Le noble officier ironise :

Bel honneur... L’honneur d’un paysan !

54ce à quoi Juan réplique :

  • 18 Acte I, scène 13.

Aussi pur que le vôtre. S’il n’y avait point de paysans, il n’y aurait point de gentilshommes.18

55Une fois de plus il est difficile d’imaginer le spectateur français s’en tenant à une allusion qui concerne la seule péninsule ibérique. Si Lucie a pu susciter des troubles aristocrates contre Collot d’Herbois, nul doute que ce genre de tirade devait faire naître une tempête !

56Enfin, troisième et ultime point clef des critiques adressées par Collot d’Herbois à l’ordre d’Ancien Régime : toutes les références à la violence gratuite des militaires, véritables meurtriers en puissance qui ne respectent rien. Contre les officiers pillards et leurs soudards, Crespo, loin de s’en tenir à une hypothétique intervention royale, n’hésite pas à recourir à l’armement de la population, citoyens-soldats avant la lettre. Lorsqu’à la fin de la pièce militaires et paysans en armes se retrouvent face à face, le dialogue est dénué d’ambiguïté :

  • 19 Acte V, scène 8.

Don Lope : Avancez, Soldats. Si l’on ne rend pas le Capitaine, brûlez la prison ; si le village résiste, mettez le feu au village.
Crespo : Avancez, Citoyens. Soutenez vos droits contre ce tyran ; la justice et le Roi sont pour vous.19

57Une telle situation n’est ni plus, ni moins, que l’application du droit légitime de résistance à l’oppression, cher aux Philosophes. Quant à la position du souverain, elle rappelle étrangement ce que beaucoup pensent en cette veille de Révolution. Le roi est fondamentalement bon, veille sur ses sujets, alors que les nobles écrasent la société de leurs privilèges, de leur morgue et de leurs exactions.

58La pièce a-t-elle du succès ? Les seules critiques que nous possédions datent de 1789-1790, il serait donc anachronique de les citer à ce stade de notre ouvrage. Cependant, plusieurs indices laissent à penser que Le Paysan magistrat a connu le succès.

59Dans une lettre adressée à un journal parisien, en 1782, Collot d’Herbois écrit :

  • 20 Journal de Paris, no du 13 octobre 1782.

Cette imitation a parfaitement réussi en province, et fut imprimée plusieurs fois [...] J'ai été très sensible aux éloges que l'on donne dans le recueil dont je viens de parler à la pièce du Paysan magistrat [...].20

60Le recueil en question n’a pu être identifié, mais un an plus tôt l’édition des Œuvres de théâtre de Collot d’Herbois, par Constapel à la Haye, signale que Le Paysan magistrat

... a été vu avec grand plaisir à Amsterdam en 1779. MM. Mercier, de la Harpe, et plusieurs autres gens de lettres distingués ont dit beaucoup de bien de cet ouvrage [...] De grands mouvements, des coups de théâtre frappants et redoublés, témoignent son origine, et lui attirent pour l'ordinaire beaucoup de spectateurs et d'applaudissements.

61Ces critiques ne sont pas parues dans L’Année littéraire, ni dans le Mercure de France. Malgré cette absence, il n’en reste pas moins que ce sont là deux des plus éminents connaisseurs du théâtre de cette époque et que Le Paysan magistrat a dû être couronné de succès s’il a obtenu de bons comptes rendus de ces deux plumes.

62Deux témoignages confirment d’ailleurs cette probable réussite : le nombre d’éditions de l’ouvrage, de 1778 à la Révolution (quatre éditions marseillaises, Paris, Lyon, La Haye et Bruxelles... plus des imitations à l’étranger), ainsi que le fait que Collot d’Herbois doive défendre sa paternité face à des directeurs de Spectacle peu scrupuleux :

  • 21 Ibid.

... dans plusieurs villes, les comédiens jugeant avec raison que le nom de M. Linguet sonnait mieux que le mien, ont annoncé tout simplement la pièce comme traduite par M. Linguet et sans me nommer [...].21

63Procéderait-on ainsi avec une pièce vouée à l’insuccès et à de faibles recettes ?

III – Les « petites pièces »

64La troisième veine de l’inspiration de Collot d’Herbois est représentée par diverses productions très brèves, le plus souvent en un acte, plus rarement deux. La nature même de ces pièces, souvent rédigées et créées en peu de temps, leur assure une carrière réduite.

65Elles doivent fréquemment être jouées au titre de ce que l’on appelle les « petites pièces », destinées à accompagner une œuvre majeure, tragédie ou comédie, un jour de représentation.

66Six d’entre elles ont été imprimées et sont toujours conservées, auxquelles il faut ajouter deux pièces qui ont disparu, soit qu’elles n’aient pas été confiées à un éditeur, soit que les exemplaires s’en soient progressivement raréfiés (L’Impromptu à la dragonne et Les Petits Don Quichottes, ou les Enfants de la Manche). Ce sont souvent ces écrits qui sont reprochés à l’auteur, tant à partir de la Révolution que par les historiens des siècles suivants, afin de démontrer qu’il n’était rien de plus qu’un flagorneur des privilégiés et de la monarchie... Version tout aussi partielle que partiale.

67Des six pièces concernées, trois paires peuvent être distinguées, qui se rattachent à une catégorie particulière. Soit ce sont des petites histoires de société, soit elles visent à célébrer un événement particulier, soit elles chantent les vertus d’un prince qui est de passage et qui, le cas échéant, assiste à la représentation.

68Au premier genre se rattachent Le Vrai Généreux, ou les Bons Mariages et Le Bénéfice. La première pièce est « un petit drame villageois », en un acte, imprimé à Paris en 1777, mais qui est créé en 1776, lorsque Collot d’Herbois se trouve à Angers.

69Inspirée d’un fait divers local, l’œuvre décrit les actes d’un aristocrate philanthrope pour mieux opposer les riches égoïstes et les évergètes du siècle des Lumières :

  • 22 Avant-propos de l'édition de Paris en 1777.

De bonnes œuvres ont remplacé ces bacchanales qui perpétuaient le goût du peuple pour les plaisirs qui l’abrutissent [...] Quel serait mon bonheur si, le hasard ou l’ennui la mettant sous les yeux de quelques riches embarrassés de se procurer des jouissances, cette lecture pouvait leur en indiquer une vraiment plus piquante que toutes les autres. Si l’exemple de l’homme sensible désigné dans le rôle du seigneur pouvait les entraîner... J’avoue que ce serait là ma plus douce récompense.22

70Comment ne pas sentir à travers cet appel à la philanthropie une critique amère contre une certaine société ? Qui plus est, Le Vrai Généreux est rempli d’allusions très rousseauistes ; ainsi lorsque le seigneur, travesti en simple intendant, s’exclame devant les paysans qui attendent leur bienfaiteur :

Quelle joie naïve ! Quelles scènes touchantes !... C’est ainsi qu’on sème dans le champ de l’humanité. Mêlons-nous parmi eux sous ce vêtement grossier. Plus on leur ressemble, plus on s’approche de la nature.

71Ce n’est certes pas là une image qui doit plaire à tous les privilégiés... Loin de louer la société dans laquelle il vit, Collot d’Herbois s’attache à en distinguer le bon grain de l’ivraie. Il oppose constamment dans cette pièce, comme dans beaucoup d’autres, les privilégiés intransigeants sur leurs droits et propriétés, et les nobles qui savent choisir le camp des Lumières ou, à tout le moins, font bénéficier leurs prochains de leurs bienfaits. S’il n’y a là certes rien de bien révolutionnaire, ce ne saurait être, en sens inverse, une apologie de l’Ancien Régime. La pièce intitulée Le Bénéfice confirme largement cette vision des choses.

  • 23 La Bibliothèque nationale ne la possède pas. Cela tend à prouver que d’autres œuvres de Collot d’H (...)

72Cette œuvre, relativement rare23, n’a peut-être été jouée sur aucun théâtre puisque l’auteur affirme qu’elle a été « représentée dans plusieurs Sociétés », avant d’être imprimée à Paris en 1778. Le thème semble effectivement tout à fait à même d’avoir été développé dans un cadre plus restreint qu’un théâtre, comme un salon privé. Elle ne comporte qu’un seul acte dans lequel l’action se trouve réduite à une discussion entre trois personnages : un vieux marquis, son épouse et un abbé qui fut autrefois épris de la future marquise.

73Pour ténue qu'elle soit, l’intrigue comporte de nombreuses charges satiriques. La conversation des personnages passe sans transition de la chienne de la marquise à la querelle des Gluckistes et des Piccinistes, de la jument du marquis aux Insurgents d’Amérique, en n’oubliant pas une danseuse qu’un prince et un duc se disputent et... ont jouée sur une course hippique ! Sans omettre la scène 13, qui évoque les promotions possibles dans la société du temps :

La marquise : Il est vrai qu’on avance aujourd’hui si lentement.
Le marquis : Surtout les cadets de famille.
La marquise (à l'abbé) : Mais pourquoi ne vous êtes vous pas fait Robin ?
Vous aviez tout pour réussir... les plus beaux cheveux.
Le marquis (riant) : Ah sans doute.
La marquise : Ne riez pas... Saluer de la chevelure avec grâce, se mordre les lèvres,
une taille élégante, un peu de fatuité, brochant sur le tout, voilà le mérite des
trois quarts de nos jeunes magistrats.

74Collot d’Herbois n’est certes pas Beaumarchais, ce nonobstant sa plume n’est guère tendre avec ceux qu’il n’aime point. Il est difficile d’imaginer que rien dans cette petite pièce n’ait suscité de critiques, en dehors des salons les plus ouverts aux idées nouvelles. Par opposition, ses autres œuvres mineures paraissent bien modérées.

75Au second genre précédemment évoqué se rattachent deux pièces, Les Français à la Grenade, ou l’Impromptu de la guerre et de l'amour et La Fête dauphine, ou le Monument français. Il s’agit ici d’utiliser à chaud un événement important et de le célébrer dans une petite pièce, technique qui suppose souvent que l'œuvre soit composée dans des délais très courts, technique que Collot d’Herbois ne se fait pas faute d’utiliser après 1789 dans un tout autre contexte.

  • 24 Une mention manuscrite portée sur l’exemplaire conservé à la Bibliothèque de l'Arsenal suggère que (...)

76La première de ces œuvres est une comédie en deux actes, représentée en septembre 1779 à Lille et à Douai, puis donnée sur d’autres scènes de province, s’inscrivant dans le cadre de cérémonies données par ces cités à l’occasion de la prise de la Grenade par les troupes françaises. Cette pièce, qui est probablement un plagiat24, fait figure d’œuvre très secondaire dans la production théâtrale de Collot d’Herbois, même si elle connaît plusieurs éditions successives (Lille et Douai, Paris, Bordeaux).

77Cet impromptu est totalement dédié à la France et à ses soldats, ainsi que naturellement au roi. En d’autres temps, on aurait pu le qualifier de chauvin tant l’exagération est manifeste. Le Français respecte le vaincu et n’inquiète nullement la population civile :

... on nous avait tant effrayés des droits du vainqueur ; j’en étais toute transie...

  • 25 Acte I, scène 1.

mais ils ne nous ont pas traité trop durement... ; les officiers en ont agi fort humainement avec le beau sexe.25

  • 26 Acte II, scène 6.

78Mais attention... si les Français sont nobles et galants, ils n’en sont pas moins empressés auprès du sexe prétendu faible : « Comme ces Français prennent feu. C’est de la poudre à canon »26.

79Quant à la description du héros masculin de la pièce, elle a de quoi réunir tous les spectateurs dans une même ferveur patriotique :

  • 27 Acte I, scène 5.

.. il est valeureux, comme notre général, il a la douceur d’un Parisien, la vivacité d'un Provençal, la franchise d’un Picard et la bonté d’âme d’un Flamand.27

80On ne saurait être plus rassembleur ! Enfin, au-delà des Français victorieux, le vaudeville qui complète la pièce célèbre la famille royale, chantée par les matelots et les soldats qui viennent de triompher :

Vive Louis ! Vive Antoinette !...
Chantons Bourbon, fêtons les lis :
Pour tout Français, c'est le cri de la gloire,
Vive Louis ! Vive Louis !

81Les historiens ont eu beau jeu de récupérer de tels couplets pour prouver que Collot était alors un fervent royaliste, tout aussi acharné qu’il fut plus tard terroriste... Encore convient-il de replacer cette prose dans son contexte ! Quoi qu’il en soit, deux ans plus tard, Collot récidive de façon encore plus spectaculaire.

82En 1781, il se trouve à Rouen, où l’ont accueilli la Montansier et Neuville, son ancien camarade et directeur d’Angers. Dès le 8 juillet, il est chargé de composer des couplets en l’honneur des maisons de Bourbon et de Condé. Lorsque naît le Dauphin, le 22 octobre 1781, on lui confie tout naturellement un travail similaire, puis il écrit une comédie en un acte, La Fête dauphine, ou le Monument français, destinée au même but et représentée le 5 novembre.

83L’intrigue est presque inexistante et se limite à une succession de couplets en hommage au roi et à sa famille :

Pour le bonheur des Français
Notre bon Louis Seize
S’est allié pour jamais
Au sang de Thérèse ;
De cette heureuse union
Il sort un beau rejeton [...]
Pour répandre en notre cœur
Félicité parfaite,
Conserve, ô Ciel protecteur !
Les jours d'Antoinette.
C’est à son relèvement
Qu’on chantera doublement.

  • 28 V. Fournel (op. cit., p. 66) : « Sans doute, tout le monde était royaliste en France, à cette date (...)

84Une fois encore, il est facile de dénoncer cet excès de zèle monarchiste28, mais ce serait oublier que les louanges à la famille royale sont alors des plus répandues et que des auteurs bien plus célèbres n’ont pas répugné à cet exercice de style. De plus, Collot d’Herbois trouve là un moyen simple de composer une pièce vouée à un succès occasionnel et à lui rapporter, à peu de frais, un bénéfice substantiel. Il procède exactement de la même façon en utilisant le passage de Monsieur, frère du roi, pour créer des pièces destinées à obtenir récompense.

85Il s’agit là du troisième genre de petites œuvres signalé initialement, celles qui célèbrent la venue d’un prince. Deux comédies se rattachent à cette catégorie : Le Bon Angevin, ou l’Hommage du cœur et Le Nouveau Nostradamus, ou les Fêtes provençales.

86La première est représentée à Angers, en juin 1775, dans le cadre de festivités organisées en l’honneur de Monsieur, qui a reçu en 1771 le duché d’Anjou. Tout comme les pièces de circonstance précédemment évoquées, Le Bon Angevin, deux siècles après, laisse une impression de malaise devant un tel cortège de louanges, ainsi que le sentiment d’une œuvre bien fade. Néanmoins, nous possédons cette fois-ci toute une fortune critique qui se révèle fort intéressante...

87Là où nous ne voyons qu’une pièce mineure,

  • 29 A.M. d’Angers, BB 127 fol. 38 et 46 ; Affiches d'Angers, no du 23 juin 1775.

... le public a applaudi avec les plus grands transports aux couplets chantés pour la Reine et pour Madame, et tous les traits de bienfaisance et de sensibilité du Roi, de Monsieur et de la famille royale, répandus dans cette pièce, ont fait verser des larmes à tous les spectateurs.29

  • 30 Ibid., BB 126 fol. 36 : « ... si la pièce est trouvée bonne, elle sera imprimée aux frais de l’Hôt (...)
  • 31 Affiches d’Angers, no du 14 juillet 1775.

88Mieux, le succès est tel que la troupe donne une représentation gratuite dès le lendemain et que, le 1er juillet, une seconde reprise a lieu au bénéfice de l’auteur. Une telle pratique n’est pas chose rare ; ce qui l’est davantage est l’attribution à Collot d’Herbois des bénéfices de l’impression et de la vente de sa pièce par la ville d’Angers30. De plus, l’heureux auteur reçoit de Monsieur la somme de 1200 livres, gratification plus qu’honorable puisque représentant la moitié de ce que peut alors toucher un premier rôle pour une saison théâtrale entière31.

89Succès purement local ? En ce cas, comment juger le collaborateur du très sérieux Journal des Théâtres lorsqu’il procède à l’analyse suivante :

  • 32 No du 1er octobre 1776.

Nous avons trouvé dans la pièce [...] beaucoup moins d’idées et de choses communes, qu’on en met ordinairement dans ces sortes d’ouvrages, dont le succès est toujours assuré. Le plan de celui-ci est d’un genre neuf, duquel il résulte des tableaux francs, piquants et variés. Le sentiment y touche d’autant plus, qu’il s’y présente toujours sous une forme gaie et réjouissante.32

90L’occasion de réitérer ce genre d’opération est offerte à Collot d’Herbois deux ans plus tard, lors du passage de Monsieur dans le sud du royaume, dans cette Provence dont il est également le comte.

91Il compose alors Le Nouveau Nostradamus, comédie en un acte, représentée à Marseille le 1er juillet 1777. Cette œuvre reprend largement des schémas déjà utilisés et vise avant tout à évoquer les réjouissances et les grandes déclarations d’amour adressées au frère du roi, « père de notre patrie, l’idole des Provençaux. » Une fois de plus, la pièce tourne au panégyrique avec des couplets qui frôlent parfois l’anthologie :

Amis, chantons à l'unisson,
C’est pour célébrer un Bourbon [...]
Provence, Terre fortunée !
Il partage avec ses Sujets,
Le nom qu'il donne à ta contrée,
Il l’a gravé par ses bienfaits.

92Le fait que la pièce connaisse deux éditions successives en Avignon laisse à penser qu’elle doit avoir eu quelque succès d’estime. Reste à savoir si Monsieur se montra aussi généreux qu’à Angers vis-à-vis de l’auteur... Le fait même qu’il crée encore des petites pièces de ce genre en 1779 et 1781 tend à prouver que le résultat a été positif.

93Lorsqu’en novembre 1781 il compose La Fête dauphine, à Rouen, il s’agit là de sa dernière création avant la Révolution. L’année suivante, il a rejoint la troupe qui se produit à Lyon, où il signe un contrat pour deux saisons consécutives, 1782-1783 et 1783-1784. Aucune pièce de théâtre, s’il en a écrit au cours de ces années, ne nous est parvenue et, sauf une très improbable lacune de notre documentation, tout porte à croire qu’il cesse alors son travail d’auteur. Que de 1784 à 1789, ses fonctions de directeur, successivement à Genève puis à Lyon, retiennent beaucoup de son énergie et l’empêchent d’écrire, rien n’est plus crédible. Mais comment expliquer ce vide des années 1782-1784 ?

  • 33 Journal de Lyon..., no du 17 mars 1784
  • 34 Sur cet événement lyonnais, cf B.M. de Lyon, Fonds Coste 111733-1 1 1734.
  • 35 Couplets chantés dans une fête donnée à Lyon le 24 janvier 1784, par ceux qui ont coopéré à l'expé (...)

94Il est encore mis à contribution pour rédiger des compliments, pour paraître sur la scène afin « d’annoncer »33, ainsi que pour offrir des tirades à certaines réceptions de l’intendant. De même, lors de l’expérience aérostatique de janvier 1784 qui voit Pilâtre de Rozier et l’un des frères Montgolfier, accompagnés de cinq voyageurs des plus sélectionnés, s’élever à plus de cinq cents toises, acclamés par au moins cent mille personnes34, Collot d’Herbois s’empresse de prendre part aux célébrations par des Couplets chantés en l’honneur des héros du jour35. On y retrouve le versificateur habile à tourner une rime flatteuse :

O Montgolfier ! Ton nom couvert de gloire,
Ne craint plus rien des outrages du temps,
Si haut que soit le Temple de Mémoire,
Pour y monter, tu n’a mis qu’un instant.
O Montgolfier ! (bis les deux premiers vers)
Tous les Français sont fiers de ton génie.
Depuis Newton qui mourut son amant,
Toi seul as pu consoler Uranie,
Dont le veuvage aurait duré longtemps.
O Montgolfier ! La douce modestie,
Donne encore plus d’éclat à ton talent.

95Malgré ces divers indices, aucune œuvre pour le théâtre, mineure ou ambitieuse, ne semble plus naître de sa plume. La raison tient peut-être à l’importance du théâtre de Lyon. Il ne s’agit pas là d’une entreprise de second ordre, mais de la principale scène de province. Il n’est alors pas rare que l’on y joue chaque jour, ou presque. Dès lors occuper l’emploi de premier rôle dans cette troupe nombreuse doit demander à d’Herbois un travail nettement supérieur à ce qu’il a déjà connu. D’ailleurs, lorsque son tailleur lui réclame un paiement en juin 1783, la réponse est sur ce point très claire :

  • 36 Archives hospitalières de la Ville de Lyon, G 244 (Lettres publiées par F. Rolle, « Quatre lettres (...)

J’ai joué cinq fois depuis huit jours ; par conséquent, j’étais très visible au théâtre, matin et soir, pour qui aurait eu l’envie de me trouver.36

  • 37 A.M. de Lyon, GG 99 et 100.

96Seconde hypothèse : le salaire nettement supérieur qu’il doit percevoir en accédant à la scène lyonnaise l’incite peut-être à ne plus s’épuiser dans des créations littéraires d’une rentabilité variable. Ses appointements de cette époque nous sont inconnus, mais à titre de comparaison, Chevalier, premier rôle à Lyon en 1784-1785, reçoit pour la saison 7400 livres, somme portée à 8000 livres pour 17 8 5-17 8637. Ultime hypothèse, celle qui semble la moins solide : Collot d’Herbois a pu interrompre sa production théâtrale en raison d’échecs réitérés. Mais vu la faible probabilité de ces insuccès, cette troisième solution s’effondre presque d’elle-même.

97Quoi qu’il en soit, il ne reprend sa plume qu’à partir de 1789 pour une seconde carrière féconde, qui dure de 1789 à 1792, avant que ses engagements politiques ne viennent l’empêcher à nouveau de créer des pièces.

98Au-delà des aléas qui jalonnent le cours de son œuvre théâtral, que reste-t-il de celui-ci deux siècles après ? À vrai dire peu de choses. À l’instar de la majorité de ses camarades, l’auteur Collot d’Herbois n’a guère survécu au temps qui passe. Les rares noms qui soient restés du théâtre révolutionnaire ou prérévolutionnaire (rarement dissociés) sont avant tout ceux de Beaumarchais et de Chénier ; force est de constater que l’immense majorité des auteurs de ce temps ont disparu de la mémoire collective, n’ont pas donné leur patronyme à une place ou à une rue, ne sont évidemment plus joués sur nos scènes. L’opprobre déversé sur l’homme politique qu’il devint ne devait guère aider Collot d’Herbois à passer à la postérité. Ses pièces sont désormais des reliques, plus ou moins bien conservées dans diverses bibliothèques et il est à cet égard symptomatique de constater qu’elles passent très exceptionnellement sur le marché du livre ancien.

99Pourtant si l’on cesse d’observer ces pièces avec le prisme déformant de notre goût actuel et des préjugés politiques, quelques-unes ne sont guère-plus fades que certaines créations de Beaumarchais. Elles sont certes beaucoup plus rares, mais il n’est pas si évident que Lucie ne parviendrait, sous réserve d’une mise en scène correcte, à attirer un public contemporain. Encore faudrait-il que ce dernier se replonge dans la mentalité et les mœurs de la société de 1772 !

Notes

1 Voir, à titre d’exemple, V. Fournel, « Collot d’Herbois, acteur et auteur dramatique », in Le Correspondant, 10 juillet 1893, pp. 50-83.

2 L’avant-propos de l’édition bordelaise de la pièce signale que « Le public [...] l’a vue plusieurs fois avec plaisir ». Le célèbre calendrier manuscrit du comédien Lecouvreur, conservé à Bordeaux, ne commence hélas qu’après Pâques 1772 ; il mentionne une seule reprise pour la saison 1772-1773 (le 3 décembre 1772).

3 A.D. de l'Hérault, 1 B 9916. Cette procédure de justice contre Collot d'Herbois a été découverte et utilisée pour la première fois par M. Guyot, « Le passage de Collot d'Herbois à Montpellier en 1777 d’après des documents inédits », in 110e Congrès des Sociétés savantes, Montpellier, 1985, section Histoire moderne,1985, tome II, pp. 99-114.

4 No du 6 juillet 1772.

5 No du 1er octobre 1773.

6 A.D. du Nord, Lettres à Desroziers, op. cit., lettre 59 (de Bordeaux, 28 août 1772). Deux répliques du Père de famille de Diderot (1758) sont insérées par Collot d’Herbois dans l’édition bordelaise de sa Lucie.

7 Bordeaux, Toulouse, Nantes, Orléans, Tours, Angers, Nancy, Metz, Marseille, Arles, Montpellier, Bruxelles, La Haye (et sans doute d’autres cités...).

8 Avant-propos de l’édition bordelaise de 1772.

9 Œuvres de théâtre de M. Collot d’Herbois, La Haye, 1781. Cette édition regroupe Lucie, Le Paysan magistrat et L'Amant loup-garou. L’annonce de l’édition prochaine des pièces de Collot d’Herbois se trouve dans l’avant-propos.

10 V. Fournel (op. cit., p. 54) s’est empressé d’affirmer que la pièce n’avait pas été imprimée, preuve de son insuccès, et que « Collot, un peu refroidi, resta deux ans sans rien produire [...] », ce qui est totalement erroné puisqu’il se maintient au rythme d’une pièce chaque année.

11 No du 5 mai 1775.

12 No du 1er octobre 1776.

13 No du 29 novembre 1778. L'œuvre sous presse, à laquelle il est fait allusion, est Le Paysan magistrat.

14 La Gazette de littérature, des sciences et des arts, no du 5 juillet 1774, écrit : « Je crois que les Auteurs dramatiques, tant en France qu’en Angleterre, pourraient féconder et échauffer leurs imaginations et leur génie, par l'étude des pièces espagnoles, surtout par celles de Calderon et de Lope de Vega. »

15 Acte I, scène 8.

16 Acte IV, scène 2.

17 Acte V, scène 3.

18 Acte I, scène 13.

19 Acte V, scène 8.

20 Journal de Paris, no du 13 octobre 1782.

21 Ibid.

22 Avant-propos de l'édition de Paris en 1777.

23 La Bibliothèque nationale ne la possède pas. Cela tend à prouver que d’autres œuvres de Collot d’Herbois ont pu totalement disparaître.

24 Une mention manuscrite portée sur l’exemplaire conservé à la Bibliothèque de l'Arsenal suggère que cette oeuvre imite L’Impromptu de garnison de Dancourt.

25 Acte I, scène 1.

26 Acte II, scène 6.

27 Acte I, scène 5.

28 V. Fournel (op. cit., p. 66) : « Sans doute, tout le monde était royaliste en France, à cette date ; on ne saurait s’étonner, dès lors, que Collot le fût, mais rien ne le forçait à l’être avec cette exubérance et cette ardeur, avec cette expansion lyrique et cette inépuisable prolixité. » Cf. aussi l’opinion de J. Félix, « Collot d’Herbois à Rouen », in La Normandie historique, archéologique et littéraire, juillet-août 1899, pp. 337-351 et 405-415.

29 A.M. d’Angers, BB 127 fol. 38 et 46 ; Affiches d'Angers, no du 23 juin 1775.

30 Ibid., BB 126 fol. 36 : « ... si la pièce est trouvée bonne, elle sera imprimée aux frais de l’Hôtel de Ville qui fera cadeau de l’édition à l’auteur. »

31 Affiches d’Angers, no du 14 juillet 1775.

32 No du 1er octobre 1776.

33 Journal de Lyon..., no du 17 mars 1784

34 Sur cet événement lyonnais, cf B.M. de Lyon, Fonds Coste 111733-1 1 1734.

35 Couplets chantés dans une fête donnée à Lyon le 24 janvier 1784, par ceux qui ont coopéré à l'expérience de l’aérostate (...) par M. Collot d'Herbois, Lyon, 1784, 8 p. (B.M. de Lyon, Fonds Coste 111735).

36 Archives hospitalières de la Ville de Lyon, G 244 (Lettres publiées par F. Rolle, « Quatre lettres inédites de Collot d’Herbois », in Revue du Lyonnais, 1879, pp. 443-454).

37 A.M. de Lyon, GG 99 et 100.

© Presses universitaires de Lyon, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540