Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Collot d'Herbois

 | 
Michel Biard

Première partie. D'Herbois, homme de théâtre

Chapitre II. Itinéraires d’un acteur sous l’ancien régime

Texte intégral

  • 1 M. Fuchs, La Vie théâtrale en province au XVIIIe siècle, Paris, 1986.

1Lorsqu’il devient acteur vers 1767, il a environ dix-huit ans. Comme l’a montré Maximilien Fuchs, il était alors très rare qu’on opte pour le théâtre par vocation, tant les inconvénients sociaux étaient manifestes1.

  • 2 Cela explique, entre autre chose, que l’acte de mariage de Collot d’Herbois et d’Anne Catherine Jo (...)

2Au XVIIIe siècle, le « monde des ombres » connaît en effet une vogue considérable qui se transforme presque en fascination à partir des années 1750, alors même que le statut du comédien a finalement peu évolué. Grâce aux écrits des Philosophes, le jeu théâtral est désormais considéré comme un art à part entière et les acteurs sont parfois adulés, comme ont pu l’être des tragédiens aussi importants que Lekain ou Mademoiselle Clairon. Néanmoins, en dépit de ces progrès, les comédiens sont toujours voués à un certain mépris, rejetés par l’Église à la fois de son sein et de la société. Ils ne peuvent, par exemple, prétendre à ce qu’un prêtre accepte de les marier, sauf si, le cas échéant, ils font une déclaration solennelle par laquelle ils renoncent au théâtre2.

3Dans ces conditions, comment expliquer l’arrivée de Jean-Marie Collot dans cet univers ? S’agit-il là d’un jeune homme qui fuit le foyer familial pour courir l’aventure dans les provinces, de scène en scène, malgré le déclassement social qu’un tel choix implique ?

4Refuse-t-il de suivre les traces paternelles ? Il est alors fréquent que les artisans placent leur fils en apprentissage et il n’est pas à exclure que Jean-Marie choisisse la fuite plutôt qu’un métier pour lequel il a peut-être peu de goût. À moins qu’il ne se fasse comédien davantage par nécessité financière que par libre choix ?

5Si son père est réduit à gagner 3 ou 4 livres par jour chez un des ses anciens collègues, s’il a consommé la rupture avec son épouse au-delà de la seule séparation de biens et si, pour couronner le tout, la dynastie Hannen ne l’appuie pas de son crédit et de son influence, que peut espérer le jeune homme ?

  • 3 A.D. du Nord, 8 B 1ère série 16485 (Lettres de J-M. Collot d’Herbois à Desroziers ; lettre 58, de (...)

6Quelles que soient les véritables raisons de son choix, les années 1767-1770 constituent le cadre chronologique de ses débuts sur les planches. Il dit avoir joué six mois dans la troupe d’un nommé Bellement et mentionne à ce propos la ville de Saint-Brieuc3. Si l’on suit les analyses de Max Fuchs, cette troupe devait être itinérante et pouvait ainsi parcourir la Bretagne.

7Le peu que nous savons sur ses débuts atteste une entrée en matière plutôt difficile, puisque cinq ans plus tard il s’en plaint encore à son ami Desroziers, son compagnon de la première heure :

  • 4 Ibid.

Je crois inutile de parler des six mois que nous avons passé dans la troupe de Bellement. Nous ne devons pas avoir beaucoup de plaisir à rappeler ces époques ; je ne compte avoir commencé la comédie qu’en vous quittant, lorsque je partis pour Avignon, Si ces malheureux temps ne m'avaient pas procuré votre amitié, je voudrais les oublier toujours.4

8Ce triste semestre passé sous la direction de Bellement se situe apparemment de l’automne 1767 au printemps 1768. Soit qu’il effectue un remplacement, soit que la troupe se soit formée en cours de saison, le jeune homme n’est pas engagé pour une année théâtrale complète. En effet, depuis le XVIIe siècle, sous la pression de l’Église, les théâtres sont contraints de fermer leurs portes pour environ trois semaines (deux semaines avant Pâques, une semaine après), afin que des spectacles jugés par trop futiles ne troublent point les fêtes religieuses. L’usage de cette clôture annuelle implique que l’ouverture se fasse le lundi de Quasimodo et la fermeture le samedi qui marque la veille des Rameaux de l’année suivante. Cette interruption pascale est susceptible de variations, soit de faible ampleur (reprendre le mardi, et non le lundi), soit plus longues en raison d’événements majeurs (comme la maladie et le décès de Louis XV, qui occasionnent six semaines de fermeture, d’avril à juin 1774). Ce sont dès lors ces habitudes qui rythment la vie de Jean-Marie Collot et qui impliquent que ses engagements pour une saison théâtrale portent sur deux années civiles.

  • 5 Lettre non retrouvée, de Nantes le 10 juillet 1773, publiée par G. Lhotte, Le théâtre à Douai avan (...)

9Comment est-il recruté pour sa première expérience théâtrale ? Peut-être est-il engagé par un directeur soucieux de compléter sa troupe en venant faire ses choix dans la rue des Boucheries, qui est alors la « grêve » des comédiens. Mais, dès 1773, il stigmatise « la canaille comique qui assiège les cafés de la rue des Boucheries5 ». Plus probablement a-t-il connu ses premières expériences sur un théâtre amateur, nommé à cette époque théâtre de Société. Il existe alors à Paris deux à trois cents de ces petits théâtres privés qui, de plus, recrutent fréquemment dans les milieux artisanaux.

10Quoi qu’il en soit, les premières années, en Avignon (1768-1769) et à Toulouse (1769-1770), le voient cantonné dans les rôles secondaires. Sans doute observe-t-il ses aînés, afin d’apprendre son métier. En effet, comme l’immense majorité de ses camarades, il n’a guère l’occasion d’obtenir une autre formation.

11Dès le début du siècle, nombre de projets ont vu le jour, qui réclament la création d’une école afin de parfaire le jeu des acteurs. Il faut néanmoins patienter jusqu’en 1786 avant que ne s’ouvre l’École royale de déclamation et, qui plus est, celle-ci est supprimée à la fin de 1789. De ce fait, de désillusion en désillusion, certains acteurs, et non des moindres, ont fini par se convaincre de ce que la seule formation correcte consiste à lancer les débutants face au public, afin qu’ils se perfectionnent, hélas parfois dans la douleur. La fameuse Mademoiselle Clairon écrit ainsi :

  • 6 Mlle Clairon, Mémoires de (...) et réflexions sur l’art dramatique publiés par elle-même, Paris, a (...)

Les seules écoles possibles et raisonnables sont les troupes de province : la nécessité de gagner les appointements qu’on reçoit, la vanité de l'emporter sur ses camarades, la crainte du public, la mémoire qu’on se forme par des travaux sans relâche, l’aisance et le maintien qu’on acquiert en montant tous les jours sur le théâtre, doivent plus former en six mois que deux ans de leçons données dans une chambre par quelque maître que ce puisse être.6

12L’apparition de Collot sur les planches ne doit guère s’éloigner de cette description. Il a, à cet égard, de nombreuses occasions de voir jouer Lekain, tant à Toulouse qu’à Bordeaux, et deux actrices qui accompagnent ses débuts bordelais sont rapidement appelées au Théâtre-Français.

  • 7 Annonces, Affiches et Avis divers pour la ville de Bordeaux, no du 27 septembre 1770.

13En tout état de cause, la première mention que l’on ait conservée de l’un des emplois du jeune acteur, qui choisit comme pseudonyme d’Herbois, date de septembre 1770 où la troupe qu’il a rejointe à Bordeaux donne une représentation de Samson. Les premiers rôles masculins sont remplis par Dufreny, qui incarne Samson, et Prin, tandis que « les sieurs Dumanois, Bressol et d’Herbois (sont chargés des) principaux rôles suivants [...]7 ».

  • 8 A.D. du Nord, Lettres à Desroziers, op. cit., lettre 58 (de Bordeaux, 28 juillet 1772).

14Cette première saison en Aquitaine (1770-1771) ainsi que la suivante sont encore partie prenante de ses années d’apprentissage. Ce n’est qu’au cours de la saison 1772-1773, sa troisième année bordelaise, qu’il obtient une promotion de choix. En juillet 1772, il écrit à Desroziers : « Je partage cette année les premiers rôles et on trouve que je fais bien8 ».

  • 9 M. Fuchs, La Vie théâtrale..., op. cit., pp. 68-69.

15La nomenclature admise par la Comédie-Française implique alors qu’un premier rôle puisse être en chef, en partage ou à l’alternative9. La première solution suppose qu’un seul acteur soit engagé pour tenir ce type d’emploi ; le partage ou la pratique de l’alternance tiennent au fait que certaines œuvres réclament deux comédiens du même emploi. Comme la troupe de Bordeaux joue fréquemment, il est probable que d’Herbois et son alter ego jouent à tour de rôle, sans pour autant que l’un se spécialise dans la comédie, l’autre dans la tragédie. Ces genres sont le plus souvent représentés par les acteurs de façon indifférenciée.

16Le choix des rôles se fait entre les deux acteurs, avec l’avis du directeur de la troupe. Une lettre de d’Herbois laisse bien apparaître ce type de situation puisqu’il écrit à l’un de ses camarades :

  • 10 Lettre non retrouvée, non datée, publiée dans L’Intermédiaire des chercheurs et curieux, no du 25 (...)

Vous m’obligerez fort [...] de jouer le rôle de Démocrite vendredi, de quelque emploi que vous le jugiez. Je crois même avoir eu tort de dire qu'il a été joué par Monvel [...] ; il n’est pas douteux cependant que je devrais payer ma méprise, et le jouer si vous le trouviez trop désagréable, ce que je ne pense pas. Si cela vous fatiguait trop même, je serais à vos ordres. Mais il faut que je remette Cinna non joué depuis cinq ans et je n’ai pas encore eu le courage de le regarder. Je vous offre en toute occasion ce qui dépend de moi.10

17Que le partage des rôles soit effectué de manière aussi courtoise ou que cela entraîne cabales et aigreurs, d’Herbois accède en cette année 1772 à un nouveau stade de sa carrière, cinq ans seulement après ses débuts, alors même que la troupe de Bordeaux est plus qu’honorable.

18Cette promotion suivant de près le succès d’estime de sa première œuvre théâtrale, Lucie ou les Parents imprudents, représentée en mars 1772, le jeune homme peut désormais aspirer à de plus hautes destinées. Il sait déjà parfaitement que la seule solution consiste à passer sous les fourches caudines d’un personnage haut placé. Il révèle à son ami Desroziers que le maréchal de Richelieu lui a accordé sa protection et que, dès lors, la scène de la capitale peut lui devenir accessible :

  • 11 A.D. du Nord, Lettres à Desroziers, op. cit., lettre 58 (de Bordeaux, 28 juillet 1772).

S’il y avait quelqu’un pour me remplacer, il me ferait débuter cet hiver à Paris, son dessein est de m’y faire venir à Pâques (que ceci soit secret, je vous prie).11

19À l'époque, les Comédiens-Français ont perdu la possibilité de recruter leurs pensionnaires par libre cooptation. Pour débuter au Théâtre-Français, un acteur doit nécessairement obtenir l’appui d’un Grand et l’autorisation du premier Gentilhomme de la Chambre en exercice. Dans ces conditions, obtenir l’appui de Louis François Armand de Vignerot du Plessis, duc de Richelieu et maréchal de France, fils d’un neveu du Cardinal, est naturellement la meilleure porte d’entrée au Théâtre-Français.

20Pourtant, dès août 1772, d’Herbois doit modérer ses ambitions. Une nouvelle missive adressée à Desroziers le montre fort désenchanté :

  • 12 Ibid., lettre 59 (de Bordeaux, 28 août 1772).

L'état actuel de mes affaires me force, mon bon ami, à rester encore en province l’année prochaine. Je dois beaucoup ici et il n’y a que des avances qui puissent m’en tirer. J’irai sûrement à Marseille ou à Brest [...] Je dois finir sous quatre jours et on y attend mon engagement. On m’en avait proposé un pour une Cour étrangère (c’est Petersbourg, mais que cela soit secret), comme je ne puis en avoir réponse que dans six semaines, je m’assurerai toujours d’une place en France, si l’autre réussit, j’en serais quitte pour payer mon dédit [...]12

21En fait de Marseille, Brest ou la lointaine Russie, d’Herbois doit rester à Bordeaux jusqu’au printemps 1773, puis gagne Nantes pour la saison 1773-1774. Pourtant, le personnage est obstiné et s’accroche à l’espoir de « monter » à Paris ; en août 1773, il confie à Desroziers :

  • 13 Ibid., lettre 60 (de Nantes, 14 août 1773).

... je ne suis point engagé l’année prochaine, il est très décidé que je débuterai à Pâques à la Comédie-Française, tu sais qu'il n’y a que l'état de mes affaires qui m’en a empêché cette année, M. le Maréchal de Richelieu me protège beaucoup.13

22Hélas pour lui, cette nouvelle allusion à l’appui du gentilhomme est la dernière et jamais l’acteur d'Herbois ne fit ses débuts à la Comédie-Française. Seules ses fonctions ultérieures de directeur, ainsi qu’une brève collaboration avec les Français en 1789, vont lui offrir l’occasion d’approcher à nouveau cette scène prestigieuse.

23Faut-il pour autant le transformer en homme aigri, soucieux de vengeance à l’égard de tous ceux qui usent et abusent de leur fonction et de leur rang pour l’écarter ? La suite de sa carrière d’acteur tend à prouver exactement l’inverse...

24Après cette nouvelle désillusion, il finit par se retrouver à Angers, pour deux saisons 1774-1776). (Il y occupe les premiers rôles en partage avec Neuville, futur associé et futur époux de Mademoiselle Montansier. Ces deux années illustrent parfaitement la façon dont se conçoivent le partage et l’alternative, précédemment évoqués.

25Neuville et lui alternent parfois, jouent côte à côte dans d’autres circonstances. Ainsi écrit-il de Caen, en juillet 1774 :

  • 14 Ibid., lettre 61 (de Caen, 23 juillet 1774).

Il y a six semaines que je suis ici où je suis venu remplacer Neuville, qui m’a remplacé à Angers. Et ainsi ferons-nous la navette toute l’année.14

26Ce type d’arrangement permet d’utiliser au mieux les principaux acteurs en évitant la lassitude du public, cependant les Affiches d’Angers mentionnent fréquemment les succès des deux premiers rôles réunis.

  • 15 Ibid., pièce 62.

27À la même époque, Desroziers, qui a pris la direction du Spectacle d’Amiens, envisage d’engager son ancien camarade. Un projet de constitution de troupe, de sa main, contient en effet en tête de liste : « D’Herbois, premier rôle 2400 livres15 ». Si d’Herbois ne fut jamais embauché réellement par son ancienne relation, il s’agit néanmoins ici de la première indication, précieuse s’il en est, de ses appointements, ou tout au moins de ce qu’un directeur de troupe compte lui offrir. Il est de plus loisible d’estimer que Desroziers prévoit d’utiliser les talents de son ami contre un salaire supérieur à celui accordé par son ancienne troupe. Jusqu’à ces années, d’Herbois a donc dû percevoir probablement moins de 2000 livres par an.

  • 16 Ce contrat a été publié par J. Fransen, Les Comédiens français en Hollande au XVIIe et au XVIIIe s (...)

28En l'état actuel de la documentation, les saisons 1776-1777 (à Nancy), 1777-1779 (dans le sud du royaume, Marseille et/ou Avignon), 1779-1780 (à Anvers) n’apportent que peu de précisions sur ses conditions, si ce n’est la certitude qu’il occupe encore un emploi de premier rôle. À l’opposé, l’année théâtrale 1780-1781 nous offre une véritable mine de renseignements, puisque son contrat d’engagement a été conservé16. Ce contrat, paraphé par Collot d’Herbois à Douai le 24 juillet 1779, couvre la saison 1780-1781 ; il signe donc avec le Spectacle de La Haye alors même qu’il vient tout juste d’entamer sa saison à Anvers.

29La première obligation à laquelle souscrivent les acteurs ainsi engagés est de rejoindre la troupe aux dates mentionnées. Collot d’Herbois doit donc prêter ses talents au Spectacle de La Haye du lundi de Quasimodo de 1780 jusqu’au samedi veille des Rameaux de 1781.

30Seconde obligation de l’acteur : jouer tous les rôles de l’emploi spécifié par le contrat. Ainsi d’Herbois promet à Merillan, directeur du Spectacle, de :

... tenir et jouer dans ses troupes l’emploi des premiers rôles tragiques et comiques en chef et sans partage, ainsi que les premiers (joués par Monsieur Molé à Paris) lorsque j’en serais requis et tous les rôles analogues aux dits emplois, qui me seront distribués dans toutes les pièces représentées ou non à Paris et généralement pour prêter mes talents, services et bonne volonté pour le bien et l’avantage du directeur.

  • 17 M. Fuchs, La Vie théâtrale..., op. cit., p. 67.

31Si la dernière phrase entretient un flou artistique évident, le début relève d’une conception classique. La coutume consiste, de fait, à recruter les acteurs pour remplir les rôles de tel ou tel comédien célèbre à Paris, même si le Théâtre-Français conteste ce type d’usage17.

32Troisième obligation pour le comédien :

... fournir tous les habits nécessaires à [ses] emplois à l'exception de ceux qui d'usage sont fournis par le magasin.

  • 18 Ibid, p. 65. Max Fuchs cite des exemples de costumes pouvant être achetés d’environ 250 à près de (...)
  • 19 Ainsi Collot d’Herbois participe-t-il à une vente après-décès à Lyon, en juillet 1787, afin d’acqu (...)

33Les règles préconisées par les Français en la matière sont peu précises et l’on a pu estimer que les vêtements liés à ses rôles constituaient pour l’acteur une charge très lourde, pouvant représenter un mois de ses émoluments18. Comme ces frais vestimentaires grèvent leur budget, les comédiens n’hésitent pas à recourir, si une bonne occasion se présente, au fripier ou à l’achat de vêtements usagés d’autres provenances19.

34Au-delà de ces trois obligations classiques, le contrat d'embauche d’un acteur comporte bien sûr de multiples précisions sur le cachet que le directeur entend accorder à son nouveau pensionnaire. Dans le cas de La Haye, d’Herbois obtient 4800 livres de France, à payer chaque mois en douze portions égales (soit le double de la somme prévue par Desroziers quelques années plus tôt). Le directeur promet également une avance de 600 livres payable à la mi-Carême. Ces arrhes, d’environ 13 % du montant total, correspondent aux normes habituelles (entre un sixième et un dixième des appointements annuels).

35D’Herbois obtient aussi le remboursement de ses frais de voyage entre Anvers et La Haye, ainsi que l’assurance que ses déplacements avec la troupe seront dédommagés à concurrence d’un florin par jour. Enfin le contrat précise qu’il jouira des mêmes prérogatives que ses camarades, probablement des droits d’entrée, et qu’il obtiendra, en cours de saison, une demi-représentation à son bénéfice. Cette faveur lui est d’ailleurs accordée le 1er mars 1781, à l’occasion de la première de Guillaume Tell, tragédie de Lemierre.

  • 20 M. Fuchs rapporte le cas de Saint-Vallié à Bordeaux qui, le 4 septembre 1783, signe pour la saison (...)

36Bien que passés devant notaire, de tels engagements réciproques entre directeurs et acteurs sont souvent rompus. Il arrive qu’un comédien signe un contrat d’embauche et soit prévenu ultérieurement que, in fine, la troupe a décidé de se passer de ses services. De même, certains reçoivent une promesse de renouvellement, refusent donc d’autres offres, puis se retrouvent sans emploi20. En cas de rupture du contrat, la Comédie-Française estime correct que le dédit corresponde au tiers du cachet. À La Haye, Merillan et d’Herbois s’accordent sur la somme de cent louis, soit la moitié du montant promis pour la saison.

  • 21 Archives de la Ville de La Haye, Fonds notariaux, étude de maître Burnier, 9 avril 1781.

37Or le nouveau premier rôle du Spectacle français de La Haye a justement des difficultés avec son directeur... En avril 1781, un notaire de La Haye rédige une signification que d’Herbois souhaite voir porter à Merillan. L’acteur y déclare avoir « été averti par le susdit signifié par un billet signé de lui, qu’il avait un autre premier acteur à sa place et qu’il ne comptait plus sur lui21 ».

  • 22 Anonyme, De la Nullité ou de l’Existence d'un théâtre français à La Haye et à Amsterdam dans le mo (...)

38Le litige portant sur la saison 1781-1782, d’Herbois réclame donc « un dédit de mille écus ». Un petit pamphlet, paru à La Haye en 178122, fait allusion à ce différent. Merillan y est attaqué pour avoir clandestinement engagé un acteur pour succéder à d’Herbois, celui-ci ne le sachant pas encore fin février, autrement dit à l’approche de la clôture :

Cette conduite du Sr. de Merillan est d’autant plus inconcevable, qu’il y a entre lui et le Sr. d'Herbois pour toute cette année des engagements bien cimentés. Mais ce qui est le plus incroyable encore, c’est que dans cette occasion, pour faire taire le Sr. d’Herbois, le Sr. Merillan a osé lui écrire, et dire que sa conduite était fondée sur des ordres.

39L’acteur serait donc chassé sur les conseils, voire les pressions, des magistrats de la cité ou de quelque grand personnage, ce que l’auteur anonyme du pamphlet conteste vigoureusement.

  • 23 J. E. Bouteiller, Histoire complète et méthodique des théâtres de Rouen, Rouen, 1860, tome I, pp.  (...)
  • 24 L. Vallas, Un Siècle de musique et de théâtre à Lyon. 1688-1789, Lyon, 1932, p. 409.

40Collot d’Herbois ne touche sans doute pas les dommages et intérêts qu’il réclame, ce qui est alors un cas de figure fréquent, et se retrouve contraint de chercher in extremis un engagement. Cette nouvelle scène, il la trouve à Rouen, où le Spectacle est alors dirigé par Neuville et la Montansier. Ses rapports antérieurs avec ce duo ont sans doute facilité son insertion imprévue dans la troupe, où il occupe tout naturellement la place de premier acteur23. Cette année en Normandie ne constitue qu’un bref passage et une sorte d’ultime tremplin avant d’accéder à l’une des plus prestigieuses scènes de province, celle de Lyon. Il y exerce ses talents, comme premier acteur du répertoire dramatique24, en 1782-1783 et 1783-1784, les deux dernières saisons qu’il effectue en tant qu’acteur. Nous connaissons, hélas, peu de choses sur ses conditions d’emploi puisque les archives font défaut pour ces années. Comme par ailleurs c’est dans cette ville que va naître et se développer la fameuse légende des sifflets, il est nécessaire de se pencher sur la fortune critique qu’il eut en tant qu’acteur, que ce soit dans la cité rhodanienne ou sur les scènes précédentes.

41Pour juger l’acteur d’Herbois face à son public, nous possédons deux types de documents, les lettres qu’il écrit à Desroziers et à divers journaux, ainsi que des articles parus dans la presse de l’époque. Ces sources anéantissent la légende post-thermidorienne de l’acteur raté, conspué par des Lyonnais qui auraient payé leurs sifflets de leur tête en frimaire an II. Qui plus est, tout démontre que ses adversaires d’alors ignoraient non seulement son itinéraire personnel, mais également les conditions mêmes du métier de comédien.

42La toute première mention, si l’on se réfère à un ordre chronologique, vient de Collot d’Herbois lui-même lorsqu’il évoque à Desroziers, en juillet 1772, l’accueil qui lui a été réservé à Bordeaux, « les succès dont [il a] joui constamment dans cette ville [...] ». Il écrit même : « On dit que je ne suis pas mauvais comédien [...] on trouve que je fais bien. »

43Les années suivantes semblent confirmer cette tendance. De Nantes, il apprend à son ami :

  • 25 Lettre non retrouvée, de Nantes le 10 juillet 1773, publiée par G. Lhotte, op. cit.

La voix publique [...] a pu t’informer de nos succès, ils ont été au-delà de mon espérance et jamais des talents médiocres n’ont reçu plus d’honneur. Cela m'a rassuré à mon égard, et mon amour-propre a respiré [...] Notre troupe est assez gentille [...] et les spectateurs sont toujours contents.25

44Un an plus tard, il peut encore écrire :

  • 26 A.D. du Nord, Lettres à Desroziers, op. cit., lettre 61 (de Caen, 23 juillet 1774).

J’ai eu de bons succès dans toutes les villes où nous avons été, quoique j’ai toujours paru après des acteurs dont la mémoire était chère au public [...].26

45On pourrait certes objecter qu’il s’agit là de preuves bien ténues puisque l'auteur de ces lettres est son propre juge. Cependant le ton même qu’il adopte laisse envisager la sincérité et, dès les saisons suivantes, plusieurs journaux évoquent positivement son jeu d’acteur.

46Ce sont tout d’abord les Affiches d’Angers qui décrivent les succès réitérés des comédiens de cette ville entre 1774 et 1776, notamment ceux des deux premiers rôles, Neuville et d’Herbois. Les louanges restent cependant souvent collectives et peuvent à la rigueur ne témoigner que de succès purement locaux. Il ne saurait en être de même de l’article que consacre à Collot d’Herbois le Journal des Théâtres, ou le Nouveau Spectateur, rédigé principalement par Le Fuel de Méricourt. Il suffit de parcourir ce journal parisien pour réaliser que ses critiques (qui gardent l’anonymat) ont parfois une plume acérée contre tel acteur ou tel auteur ; or ce n’est pas là le sort qui échoit à Collot d’Herbois.

47Après avoir estimé les productions théâtrales de ce dernier, dans son numéro du 1er octobre 1776, le journal consacre un article à l’acteur d’Herbois. L’auteur anonyme de cette notice, probablement le « Voyageur » qui se charge de parcourir la France afin de passer en revue les diverses troupes de province, porte sur d’Herbois un jugement tout en nuances, mais globalement très élogieux :

  • 27 Journal des Théâtres..., no du 15 octobre 1776.

Le sieur d’Herbois a occupé les Théâtres de Bordeaux, Nantes et autres grandes villes de province, avec succès. On voit, avec plaisir, qu’il ne s’écarte jamais de son personnage, auquel il donne toujours le caractère qu'il doit avoir [...] Son jeu vif, étudié et savant, ne s’éloigne jamais du naturel [...] Sa diction est aisée, agréable, et ne fatigue point l’attention. Il fait valoir, avec art, les beautés qui ne sont pas toujours faciles à saisir. Il est doué d’un bel organe et de plusieurs avantages naturels [...] Au reste, les qualités dont je vous parle sont vraiment à lui ; elles ne tiennent aucunement de la servile imitation de quelques Acteurs de Paris, ni de la manière commune et routinière des Comédiens ordinaires de province.27

48Cet éloge des dons naturels et du métier de d’Herbois complète ce qui était déjà évoqué dans le numéro précédent :

  • 28 Ibid., no du 1er octobre 1776.

... il est étonnant qu’on ne l'ait point encore jugé digne de paraître sur le théâtre de la Capitale. Nous pensons qu’il serait essentiel qu’on donnât toujours la préférence aux Comédiens qui sont lettrés, et qui ne peuvent jamais devenir trop nombreux. Il n’est guère possible qu'ils soient plus rares qu’aujourd'hui.28

49Au-delà de ces louanges, le même journal tient à nuancer le jugement en signalant quelques défauts qui entachent le jeu de l’acteur. S’il ne s’écarte certes pas de son rôle,

  • 29 Ibid., no du 15 octobre 1776.

... il arrive souvent qu’il en charge trop les nuances, pour vouloir les rendre plus sensibles [...] On lui désirerait quelquefois plus de grâces et d’apprêt dans des rôles comiques qui en sont susceptibles ; peut-être aussi un peu moins d’emportement et de raideur dans quelques rôles tragiques.29

50Lors de son séjour à La Haye, les feuilles sont également élogieuses :

  • 30 L’Observateur des spectacles, no 2, 1780, p. 6.

Le Sr. Collot d’Herbois a remporté tous les suffrages. Cet acteur, doué de tous les avantages naturels, y paraît joindre une connaissance approfondie de son art. Il a rendu d’une façon supérieure le beau rôle de Tancrède. On a admiré avec raison la manière dont il a exprimé l’horreur et la surprise que lui causait la nouvelle de l'infidélité d’Aménaïde.30

51Peu de temps après, le même journal affine sa vision :

  • 31 Ibid., no 3, 1780, p. 18. Le journal précise, en note, les « taches » en question : d’Herbois est (...)

Le Sr. d’Herbois soutient l’idée avantageuse que ses premiers débuts avaient donnée de lui. Il joue bien dans les deux genres. Mais on désirerait dans la Tragédie qu’il fût moins monotone, et plus semblable à lui-même dans toutes les parties de son rôle. Il remplit très bien samedi dernier celui de Vendôme ; il se surpassa dans le dernier acte, et fit oublier les légères taches qui obscurcirent son jeu dans les premiers.31

52Taxé, en 1776, d’une tendance à l’emportement dans la tragédie, d’Herbois se voit reprocher ici sa monotonie ! Mais au-delà de ces nuances, l’important réside une fois de plus dans le caractère très élogieux de ces critiques. D’autant qu’en 1781 le pamphlet paru à La Haye, déjà cité, abonde dans le même sens :

  • 32 De la Nullité (...), op. cit., pp. 8-9.

Je connais la Comédie, je la connais si bien que j’ai vu dans le Sr. d'Herbois, malgré le grand plaisir qu’il fait, des défauts réels et considérables ; certains gestes trop répétés par exemple ; une consonation de certaines finales désagréables à l’oreille, des attitudes trop souvent négligées dans la tragédie ; une monotonie sensible lorsqu’il n’est pas encore animé, ce qui lui nuirait d’abord devant un spectateur qui le verrait pour la première fois. Mais cet acteur possède au suprême degré la vérité du caractère qu’il représente, il porte une intelligence précieuse et profonde dans les détails, il sait saisir la pensée dans toute sa candeur ; la sensibilité qui l’anime, il sait la répandre et la communiquer délicieusement. Un bel organe, une élocution nette, et des avantages naturels, le rendront partout précieux aux vrais amateurs.32

53Il est aisé d’observer à quel point ce jugement recoupe les précédents. La qualité fondamentale de Collot d’Herbois semble bien d’entrer profondément dans le rôle qu’il est chargé de rendre, de s’investir dans son personnage. Il est probable qu’il a usé de ce don, plus tard, aux Jacobins ou à la Convention nationale. Quant aux défauts qui sont le plus souvent mis en exergue, c’est avant tout la monotonie qui lui est reprochée, imperfection mineure qui peut mal contrebalancer les qualités évoquées, et donc difficilement déclencher un concert de sifflets.

  • 33 « Une salle élégante et bien distribuée, bâtie par le célèbre Soufflot, une des troupes les mieux (...)

54La fortune critique ainsi mise à jour permet de mieux comprendre comment il a pu accéder à la scène lyonnaise en 1782 et s’intégrer à l’une des troupes les mieux composées de province33. De plus, de ce séjour lyonnais où il est censé avoir été hué par le public, divers documents sont conservés, qui n’entament point l’image précédemment créée.

  • 34 Petite chronique lyonnaise, 10 mai 1782 (publié in Revue du Lyonnais, 1859, 2e série, tome XIX, p. (...)

55Ainsi, quelques semaines après son arrivée, un témoin local estime que : « Collot d’Herbois, nouvel acteur dans les grands rôles comiques, continue à faire plaisir34 ».

56Mieux, le 25 juillet 1782, un certain de Corsenville écrit au Journal de Paris pour rendre compte d’une représentation de Gabrielle de Vergy au grand théâtre de Lyon :

...Melle Sainval [..] y jouait le rôle de Gabrielle, avec toute la vérité possible. L’état de cette épouse infortunée contrastant avec les fureurs de Fayel, que représentait avec beaucoup d’âme M. Collot d’Herbois, ne tarda point à attendrir les spectateurs.

57Ceux-ci, non contents de verser des larmes, sont saisis d’horreur lorsque Gabrielle ouvre le vase qui contient le cœur de Raoul :

  • 35 Journal de Paris, no du 2 août 1782.

Ici vous eussiez vu les femmes fuir épouvantées, les loges désertes en un moment, et les acteurs réduits à finir la pièce presque seuls...35

58Quelque part d’exagération que puisse contenir ce récit, l’éloge de Collot d’Herbois est encore bien présent, et ce n’est pas la saison 1783-1784 qui rompt ce cycle de louanges. Cette année théâtrale est honorée par la présence entre Rhône et Saône de personnalités importantes, le frère de l’Empereur et celui du roi d’Angleterre. Le talent des acteurs emporte la conviction du public, notamment lors des tragédies, Guillaume Tell, Artaxerxès, Céphise... Le 12 mars 1784 est donné Venceslas, tragédie de Rotrou, qui fait :

  • 36 Journal de Lyon..., no du 17 mars 1784.

... le plus grand plaisir. Les principaux rôles ont été bien rendus. M. Collot d’Herbois qui y remplissait celui de Ladislas, s’en est acquitté avec le plus grand succès ; aussi le public s’est-il empressé de lui témoigner sa satisfaction, lorsqu'il a paru pour annoncer.36

59Quelques jours plus tard, Mademoiselle Saint-Val arrive de Paris pour donner un aperçu de ses immenses talents au public lyonnais :

  • 37 Ibid., no du 31 mars 1784.

Les applaudissements ont été unanimes. Elle a été heureusement secondée par MM. Chevalier et d’Herbois.37

  • 38 A. Guillon de Montléon, Mémoires pour servir à l’histoire de la ville de Lyon pendant la Révolutio (...)

60Si l’on ajoute des témoignages postérieurs peu suspects de sympathie pour Collot, notamment celui de Guillon de Montléon38, il paraît peu imaginable que son talent ait été réellement ignoré sur la scène lyonnaise. De plus, sans ces jugements élogieux, comment aurait-il pu accéder aux scènes les plus prestigieuses de province ? Comment imaginer les édiles lyonnais appelant à la direction du théâtre, en 1787, un homme qui aurait laissé des souvenirs pénibles à peine trois ans plus tôt ? Comme l’ont déjà avancé plusieurs historiens au siècle dernier, la thèse des sifflets n’est basée sur rien de sérieux. Si sifflets il y eut, ils durent être bien rares et largement compensés par les succès de Collot d’Herbois, d’autant que, pour tenter d’échapper à la condition de comédien, il a très tôt décidé de passer au statut d’auteur.

Notes

1 M. Fuchs, La Vie théâtrale en province au XVIIIe siècle, Paris, 1986.

2 Cela explique, entre autre chose, que l’acte de mariage de Collot d’Herbois et d’Anne Catherine Joséphine Catoir soit à ce jour introuvable. Celle-ci, qu’il épouse en 1780 ou au début de 1781, est née à Bruxelles le 23 décembre 1759 (son acte de baptême est conservé aux archives de la Ville de Bruxelles, paroisse de Saint-Géry). Nos multiples sondages à Bruxelles, comme à Anvers et La Haye (où il joue à cette période), n’ont rien apporté.

3 A.D. du Nord, 8 B 1ère série 16485 (Lettres de J-M. Collot d’Herbois à Desroziers ; lettre 58, de Bordeaux, 28 juillet 1772).

4 Ibid.

5 Lettre non retrouvée, de Nantes le 10 juillet 1773, publiée par G. Lhotte, Le théâtre à Douai avant la Révolution, Douai, 1881, p. 104.

6 Mlle Clairon, Mémoires de (...) et réflexions sur l’art dramatique publiés par elle-même, Paris, an VII, p. 100.

7 Annonces, Affiches et Avis divers pour la ville de Bordeaux, no du 27 septembre 1770.

8 A.D. du Nord, Lettres à Desroziers, op. cit., lettre 58 (de Bordeaux, 28 juillet 1772).

9 M. Fuchs, La Vie théâtrale..., op. cit., pp. 68-69.

10 Lettre non retrouvée, non datée, publiée dans L’Intermédiaire des chercheurs et curieux, no du 25 septembre 1869.

11 A.D. du Nord, Lettres à Desroziers, op. cit., lettre 58 (de Bordeaux, 28 juillet 1772).

12 Ibid., lettre 59 (de Bordeaux, 28 août 1772).

13 Ibid., lettre 60 (de Nantes, 14 août 1773).

14 Ibid., lettre 61 (de Caen, 23 juillet 1774).

15 Ibid., pièce 62.

16 Ce contrat a été publié par J. Fransen, Les Comédiens français en Hollande au XVIIe et au XVIIIe siècles, Paris, 1925, pp. 388-389. Lui-même l’a repris d’une publication néerlandaise : Mededeelingen van de Vereeniging tot Beœfening der Geschiedenis van’s Gravenhage, La Haye, 1863, tome II, pp. 68-70.

17 M. Fuchs, La Vie théâtrale..., op. cit., p. 67.

18 Ibid, p. 65. Max Fuchs cite des exemples de costumes pouvant être achetés d’environ 250 à près de 700 livres. Il paraît cependant peu évident que les acteurs aient systématiquement versé de telles sommes, si réellement un costume correspondait à un rôle et... à un mois de gages (ou davantage) !

19 Ainsi Collot d’Herbois participe-t-il à une vente après-décès à Lyon, en juillet 1787, afin d’acquérir plusieurs habits (Archives hospitalières de la Ville de Lyon, B 303 ; vente après le décès de Jean Tisseur, domicilié place de la Comédie. 27 juillet 1787).

20 M. Fuchs rapporte le cas de Saint-Vallié à Bordeaux qui, le 4 septembre 1783, signe pour la saison 1784-1785. Mais en mars 1784, dix jours avant la clôture de la saison 1783-1784, on lui fait savoir qu’il ne sera pas engagé ! (La Vie théâtrale..., op. cit., p. 57).

21 Archives de la Ville de La Haye, Fonds notariaux, étude de maître Burnier, 9 avril 1781.

22 Anonyme, De la Nullité ou de l’Existence d'un théâtre français à La Haye et à Amsterdam dans le moment présent, par un citoyen qui n’est ni Philosophe du jour, ni fanatique de l'Ancien temps, La Haye, 1781.

23 J. E. Bouteiller, Histoire complète et méthodique des théâtres de Rouen, Rouen, 1860, tome I, pp. 78-81.

24 L. Vallas, Un Siècle de musique et de théâtre à Lyon. 1688-1789, Lyon, 1932, p. 409.

25 Lettre non retrouvée, de Nantes le 10 juillet 1773, publiée par G. Lhotte, op. cit.

26 A.D. du Nord, Lettres à Desroziers, op. cit., lettre 61 (de Caen, 23 juillet 1774).

27 Journal des Théâtres..., no du 15 octobre 1776.

28 Ibid., no du 1er octobre 1776.

29 Ibid., no du 15 octobre 1776.

30 L’Observateur des spectacles, no 2, 1780, p. 6.

31 Ibid., no 3, 1780, p. 18. Le journal précise, en note, les « taches » en question : d’Herbois est entré sur scène le casque à la main, en guise de chapeau. Or un casque est supposé être lourd et c’est le devoir d’un écuyer de le porter ! Cependant cette menue erreur d’observation de la part de l’acteur constitue aux yeux du rédacteur de la feuille un péché véniel. Il a par contre des critiques plus qu’expéditives pour d’autres acteurs ; ainsi l’un des camarades de Collot se voit appliquer le précepte de Boileau : « Soyez plutôt maçon si c’est votre talent »...

32 De la Nullité (...), op. cit., pp. 8-9.

33 « Une salle élégante et bien distribuée, bâtie par le célèbre Soufflot, une des troupes les mieux composées qu’il y ait en province, un spectacle tous les jours et qui embrasse tous les genres [...] voilà ce que la plupart des villes pourraient envier à la nôtre. » (Journal de Lyon..., no du 8 janvier 1784).

34 Petite chronique lyonnaise, 10 mai 1782 (publié in Revue du Lyonnais, 1859, 2e série, tome XIX, p. 461).

35 Journal de Paris, no du 2 août 1782.

36 Journal de Lyon..., no du 17 mars 1784.

37 Ibid., no du 31 mars 1784.

38 A. Guillon de Montléon, Mémoires pour servir à l’histoire de la ville de Lyon pendant la Révolution, Paris, 1824 (« Quoique j’habitasse Lyon au temps où l’on prétend que Collot y fut sifflé [...] je n’ai jamais ouï dire que Collot eût reçu une pareille mortification dans notre ville où son espèce de talent plaisait beaucoup. » tome II, pp. 332-333).

© Presses universitaires de Lyon, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site