Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Collot d'Herbois

 | 
Michel Biard

Introduction

Texte intégral

1Nombre de personnages incarnent, à des titres divers, la Révolution aux yeux de l’Histoire. La culture livresque, les noms de nos rues et places publiques, quelques rares musées, conservent ces patronymes qui ont fait vibrer les hauts lieux révolutionnaires parisiens. Deux siècles durant, les historiens ont distingué les héros des inconnus, ont séparé le bon grain de l’ivraie, ont décerné satisfecit et blâmes. Néanmoins, même ceux qui ont été poursuivis d’une haine implacable parce qu’ils étaient l'âme même des idéaux égalitaires comme de la Terreur en l’an II, ont fini par trouver des défenseurs.

2Grâce aux travaux de Mathiez et de beaucoup d’autres, la mémoire de Robespierre reste bien vivace et toute une France répond encore de son nom. Pourtant, pas la moindre ruelle de Paris ne porte ce nom et si sa ville natale l’a donné à l’un de ses lycées, son buste a soigneusement été écarté des places arrageoises. Pour sa part, Saint-Just, l’autre grand vaincu de Thermidor, a largement conservé son image mythique, celle de l’archange, celle de l’idéaliste fauché par la mort en pleine jeunesse. Même un homme comme Billaud-Varenne, qui pourtant joue un rôle décisif aussi bien dans les mesures terroristes que dans la perte de Robespierre, jouit encore d’une aura romantique et donc d’un intérêt soutenu.

3La liste pourrait s’enrichir de tous ceux qui ont bénéficié, dans un passé plus ou moins proche, d’au moins un colloque ou d’une plus modeste table ronde, tels Couthon, Condorcet, les Girondins, etc., sans omettre Carrier, même si l’hostilité à son égard demeure largement consensuelle.

4Au sein de ce véritable panthéon de l’histoire révolutionnaire, Jean-Marie Collot d’Herbois ne trouve guère sa place. Son image d’extrémiste et de massacreur, d’alcoolique débraillé et de déchristianisateur notoire semble justifier cette absence d’intérêt.

5La chape de plomb qui s’est abattue sur sa mémoire dès l’an III pèse encore lourdement et occulte les diverses nuances d’un personnage aux multiples facettes. Bien rares sont les ouvrages sur la période révolutionnaire qui ne recèlent pas l’un ou l’autre des clichés fidèlement recopiés par des générations d’historiens. Que dire de son rôle dans le Danton d’Andrzej Wajda... ?

6L’homme est tellement honni que ni les historiens les plus libéraux du siècle dernier, ni ceux qui se rattachent, plus près de nous, aux mouvances socialiste ou communiste, ne l’ont jugé digne d’une recherche ponctuelle. Tout au plus a-t-on nuancé les critiques les plus sévères, mais il ne pouvait pas être question de l’absoudre de sa position en Thermidor. Renégat il fut alors, renégat il devait rester.

7C’est avant tout l’opacité de ce véritable brouillard historiographique qui nous a paru stimulante. Pourtant dans cette quête de la lumière chère aux hommes du XVIIIe siècle, les écueils se révélèrent vite nombreux et d’un franchissement malaisé.

8Tout d’abord, l’étude de cas, monographie ou biographie, entre peu dans les courants dominants de l’histoire universitaire de cette seconde moitié du XXe siècle, même si le domaine du politique est actuellement en pleine redécouverte. Sur plus de deux cent cinquante colloques universitaires occasionnés par le Bicentenaire en 1988 et 1989, seuls une demi-douzaine ont centré leurs communications sur un ou plusieurs individus. Second problème, et l’on passe ici de Charybde en Scylla, le genre biographique se heurte à l’épineuse question des sources. Le biographe rêve souvent d’un travail idéal qui serait centré sur quelques lieux de dépôts d’archives, hélas telle n’est pas la réalité ! Suivre Collot d’Herbois dans ses pérégrinations théâtrales suppose non seulement de retrouver et de répertorier ses œuvres, mais aussi d’enquêter à Angers comme à Lyon, à Bordeaux comme à Genève, à Amsterdam comme à Nantes, à Montpellier comme à Anvers. Qui plus est, au sein d’un même centre d’archives, les sources sur le théâtre au XVIIIe siècle sont fréquemment dispersées : registres consulaires, police des spectacles, justice, fonds notariaux... La Révolution n’est par ailleurs pas à même de calmer quelque peu ses mouvements migratoires, puisqu’il nous a fallu retrouver sa trace à Nevers, Orléans, Beauvais ou encore Lyon. Quant aux fonds parisiens, si l’essentiel repose sur les rayons des Archives nationales et de la Bibliothèque nationale, la dispersion est également très forte et un très grand nombre de séries contiennent des documents sur Collot d’Herbois. Par bien des aspects, sa biographie s’est apparentée à un vaste puzzle, voire à une enquête policière vite rendue délicate par les nombreux fils qui se rompaient, troublant ainsi les continuités.

9Enfin, troisième obstacle, si l’homme n’a pas laissé de Mémoires et si ses papiers personnels, saisis en l’an III, ont disparu, un vaste corpus de textes existe : pièces de théâtre, discours révolutionnaires, rares écrits « théoriques », plaidoyers pro domo de la période thermidorienne, correspondance... Il nous a fallu les recenser, les analyser et les comparer, résister à tout instant à la tentation qu’a souvent le biographe de se laisser convaincre par son « héros ».

10Collot d’Herbois n’est pas plus un héros que nous ne sommes avocat ou procureur. Cependant la recherche, pour un tel personnage, est iconoclaste et les sources permettent de mettre à jour un homme très différent de celui qui fut campé pour l’éternité par la légende noire.

11Faut-il d’ailleurs écrire le personnage ou les personnages ? En effet, sa vie est incontestablement marquée du sceau de la dualité. Avant 1789, l’homme de théâtre emploie ses talents dans tous les domaines de cet art (acteur, auteur, directeur de troupe) qui le nourrit et lui vaut des succès réitérés. C’est probablement nanti d’une honnête fortune qu’il entre en Révolution dès 1789.

12De cette année décisive à 1796, il participe aux bouleversements révolutionnaires et se mue progressivement en homme de pouvoir, parvenant au sommet de celui-ci lorsqu’il entre au grand Comité de l’an II, porté comme tant d’autres sur le devant de la scène politique.

13Le théâtre, l’art de la rhétorique qu’il manie fort bien à diverses tribunes, assurent la liaison entre les deux séquences chronologiques. Ainsi son ultime pièce date-t-elle de 1792, année charnière pour lui comme pour la Révolution française. Homme de théâtre et homme de pouvoir ont brièvement coexisté entre 1791 et 1792, voire 1793 ; l’homme de théâtre subit depuis deux siècles l’opprobre jeté sur l’homme de pouvoir.

© Presses universitaires de Lyon, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540