Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Collot d'Herbois

 | 
Michel Biard

Florilège

Texte intégral

1* « [Collot d’Herbois] qui a sauté des tréteaux de polichinelle sur les tréteaux de la démagogie [...] »

2(L’Indicateur, no du 12 juillet 1792)

3* « Collot d’Herbois nous menaçait depuis quelque temps d’une comédie de sa façon [...] Ses anciennes habitudes d’histrion de province semblaient lui présager une sorte de succès [...] »

4(Journal français ou Tableau politique et littéraire de Paris, no du 5 mars 1793)

5* « ... Collot d’Herbois, qui était toujours peigné comme un patient renfermé pendant six mois dans un des galbanum de Bicêtre. »

6(Ibid., no du 22 février 1793)

7* « [Collot d’Herbois] pour avoir été obligé de demander pardon sur le théâtre de cette infortunée cité pour impertinence envers le peuple, voulut se venger par détruire les propriétés d’innocents citoyens tous les plus considérables. »

8(Lettre de Pressenant à la Convention nationale, de Commune-Affranchie le 22 thermidor an II)

9* « ... il est comédien de son métier ; il a été hué, sifflé et humilié sur le théâtre à Lyon pour avoir insulté les spectateurs, et principalement le parterre ordinairement composé d’une nombreuse jeunesse qu’il a fait exposer en masse sous le feu du canon, parce qu’il avait juré de se venger. »

10(Anonyme, Pièce essentielle contre Collot d’Herbois pour les crimes qu’il a fait commettre à Lyon, an III)

11* « Pendant qu’il était comédien, les rôles sanguinaires étaient ceux qu’il jouait de préférence ; il fut constamment sifflé à Lyon, comme acteur [...] il fallut des atrocités inouïes pour satisfaire son amour propre offensé. » (Quenard, Portraits des personnages célèbres de la Révolution, 1797, tome III, p. 141)

12* « Une furie assise sur des monceaux de cadavres (...), le féroce Collot, l’œil enflammé de sang (...), le bourreau le plus sanguinaire, le satrape le plus insolent. »

13(Leboinel, Le Cri du sang qui demande vengeance, an III)

14* « La présomption, l’insuffisance et une perpétuelle irritation produite par l’abus du vin et des boissons fortes dont il faisait usage depuis sa jeunesse, ont rendu Collot d’Herbois l’un des hommes les plus atroces de la Révolution. »

15(A. V. Arnault, Biographie nouvelle des contemporains, 1820-1825, tome V, pp. 9-17)

16* « Collot d’Herbois avait des transports furieux ; mais chez lui, du moins, l’ivresse du sang avait besoin d’être soutenue par celle du vin [...] »

17(L. Blanc, Histoire de la Révolution française, 1868, tome II, p. 412)

18* « Collot, c’était l’ivresse (même à jeun), les bruyantes colères, vraies ou fausses, le rire et les larmes, l’orgie à la tribune. Ce puissant amuseur des clubs, le plus furieux des hommes sensibles, faisait peur même à ses amis. »

19(J. Michelet, Histoire de la Révolution française, édition de 1902, tome II, p. 1498)

20* « [Collot d’Herbois est] un médiocre cabotin en somme, lancé sur une scène trop vaste avec un rôle dont on lui laisse la fâcheuse improvisation. Ajoutez à cela qu'il buvait et mangeait, s'amusait grossièrement, toujours ivre, bientôt alcoolique [...], somme toute, un esprit grossier et vulgaire servi par une éloquence facile, sans finesse, et un débauché toujours ivre [qui n’allait] que des estrades aux filles [...] »

21(L. Madelin, Fouché, 1900, pp. 123-124)

22* « [Collot d’Herbois] ne voit que l’enseigne théâtrale : Lyon sera détruit. Et c’est à la lettre qu’il veut détruire Lyon : il n’y restera, si on le laisse faire, ni une pierre, ni un homme [...] [Il] s’enivre lui-même de sa puissance, comme un roi de théâtre dont le rôle se prolongerait soudain dans la vie [...] »

23(J. Jaurès, Histoire socialiste de la Révolution française, édition de 1972, tome VI, pp. 353 et 357)

24* « Bon comédien, mais mauvais génie de la politique [...], cruel avec les vaincus, comme il sera lâche dans sa propre infortune, indigne d’être comparé à un Robespierre ou à un Saint-Just ou à un Couthon, Collot d’Herbois est un démagogue, c’est-à-dire exactement le contraire d’un démocrate [...] En fait Collot avait trouvé un nouveau rôle dans la Révolution. »

25(Le Progrès de Lyon, no du 13 octobre 1991)

© Presses universitaires de Lyon, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540