Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Collot d'Herbois

 | 
Michel Biard

Préface

Michel Vovelle

Full text

1La biographie n’est pas devenue un exercice de style académique et pour tout dire un peu désuet, il s’en faut. On a salué depuis quelques années son retour à part entière dans l’historiographie actuelle, au-delà même du cercle des lecteurs qui lui étaient toujours restés fidèles. Au même titre que la monographie elle a un rôle spécifique à tenir au rang des curiosités de la nouvelle histoire, et l’on valorise l’« étude de cas », quitte à procéder à d’injustes arbitrages, comme plus apte que l’histoire des masses à percer le secret des attitudes et représentations, à travers le récit des aventures individuelles. On a été tenté, dans cette voie, de s’attacher tout particulièrement à des héros anonymes, voire atypiques, « inconnus de l’histoire », comme on dit. Mais la galerie des héros, du premier ou du second rang, si l’on veut bien récuser la facilité du portrait en pied traditionnel, ne nous réserve-t-elle pas elle aussi des « cas » qui requièrent élucidation ?

2Parce qu’elle fut un vivier exceptionnellement riche d’aventures individuelles, la période révolutionnaire n’a jamais été véritablement délaissée sous ce rapport : l’attrait des masses y fait bon ménage avec l’évocation des héros. Mais la sélection est injuste, telle que nous la dictent les frayages de la mémoire historique et les inflexions de la sensibilité collective, voire l’air du temps. Si j’ai vu passer, en dix années de direction de l’Institut d’histoire de la Révolution, quatre à cinq Robespierre et autant de Saint Just, en hommage légitime, et si les nouveaux héros emblématiques s’appellent Condorcet ou Grégoire, je n’en suis que plus heureux d’avoir eu à mieux connaître par les travaux des chercheurs d’aujourd’hui Chaumette, Couthon... ou Collot d’Herbois.

3Non, dans ce dernier cas, pour la simple satisfaction de compléter la galerie de portraits de ces « Twelve who ruled » qu’évoquait naguère Palmer, mais bien parce que, au même titre que celle de Billaud Varennes, dont une récente publication de Françoise Brunei nous découvre un aspect, la personnalité de Collot d’Herbois interroge ; point tout à fait méconnue de l’historiographie traditionnelle, mais obscurcie, chez les uns par le poids obstinément reconduit de sa légende noire, chez les autres par une sorte de gêne, non sans ambiguïté, à l’égard de l’homme du 9-Thermidor.

4Collot d’Herbois a aujourd’hui trouvé son biographe en la personne de Michel Biard chercheur scrupuleux et passionné, aussi étranger à toute idée de réhabilitation hagiographique que soucieux de déconstruire l’image faussée d’un personnage à ce jour mal apprécié. Jouant, et plus qu’en apparence, le jeu de la biographie, il a fait œuvre originale et forte.

5Dans son clacissisme apparent cette approche confrontait à un certain nombre de difficultés que l’auteur a su heureusement surmonter : Collot d’Herbois n’est pas un théoricien et n’a pas laissé d’œuvres qui renseignent sur sa pensée, à part l’Almanach du Père Gérard, et sa vie privée reste impénétrable. Il est desservi par le poids écrasant de sa légende noire, et les études qui ont été menées sur lui laissent dans l’ombre des pans entiers de sa carrière. Enfin l’homme est double en apparence : l’homme de théâtre et l’homme politique invitaient presque à deux thèses... Michel Biard a eu le mérite de réunifier le portrait de son héros.

6Il l’a fait par une enquête minutieuse et avertie : ce travail de dimension érudite permet de mesurer l’ampleur des dépouillements archivistiques menés, le tour de France des archives théâtrales, les missions provinciales revisitées à partir des fonds départementaux... On apprécie la rectitude avec laquelle l’auteur a affronté les points et épisodes sensibles qui ont permis de dresser le réquisitoire contre Collot : l’auteur sifflé, la girouette politique des débuts de la Révolution, l’évolution politique qui le mène de Brissot à Robespierre, le bilan contesté des missions, les rapports avec l’hébertisme, l’attitude au 9 thermidor... Un chemin tout parsemé d’embûches qui confrontait aux pièges de l’histoire complot, de l’histoire légende et de l’histoire fantasme. L’auteur s’est tiré de façon convaincante de ces difficultés : et l’on se rallie sans peine à la démarche qui l’a fait débuter par l’évocation de la légende avant de s’engager dans la reconstitution des deux vies de Collot d’Herbois. Sur un thème qui pourrait être celui du « Directeur de théâtre », il nous présente une belle étude de parcours social, une carrière d’activité gestionnaire, qui exclut l’image d’un Collot « Rousseau des ruisseaux » marginal et déclassé. Issu d’un milieu parisien d’honnête bourgeoisie, Collot a suivi, en s’en tirant plutôt mieux que d’autres, un parcours qu’il serait tentant de confronter à celui d’autres protagonistes de l’aventure révolutionnaire, Fabre d’Églantine ou Dorfeuille dans le camp révolutionnaire, Du Rozoi dans celui d’en face, mais la rancune d’un auteur outragé tirant vengeance des Lyonnais tient de la légende. Michel Biard a su de façon convaincante réfuter l’argument anachronique de sa servilité monarchique, il aborde avec mérite le problème de savoir ce qui dans l’œuvre de Collot peut préfigurer son engagement révolutionnaire futur, et marque bien les étapes de son entrée en politique, avec l’importance du tournant que marque la publication de l’Almanach du Père Gérard en 1791.

7Il l’inscrit à sa juste place au rang des cadres jacobins dont la notoriété s’affirme lors de la défense des Suisses de Chateauvieux, justifiant ensuite son élection à la Convention en troisième place par les électeurs de la capitale, ce qui lui vaut des responsabilités de terrain comme représentant en mission à Nice, Orléans, dans la Nièvre puis dans l’Oise, avant la redoutable consécration de son accession au Comité de Salut Public.

8La seconde séquence, portant sur sa carrière politique ultérieure affronte à la difficulté de présenter dans son ensemble le corps de doctrine de Collot d’Herbois : l’auteur a eu le mérite de tenter cette synthèse, il a posé le problème des idées sociales et économiques de son héros, celui de la violence et du recours assumé à la Terreur notamment à Lyon, celui du rôle de la déchristianisation dans son projet global, de sa place à l’intérieur du Comité de Salut Public, et de son action au 9-Thermidor.

9À défaut d'écrits théoriques – à la différence de Billaud Varennes à qui on l’associe traditionnellement un peu trop facilement – c’est bien sur ses actes que l’on est amené à juger Collot d’Herbois, comme l’ont fait d’ailleurs ses contemporains. Michel Biard n’esquive pas le reproche majeur qui lui est fait d’avoir présidé à la répression lyonnaise, ou à tout le moins d’y avoir pris sa part de responsabilité aux côtés de Fouché, d’Albitte et de Laporte. Sans doute Collot eut-il pu écrire avec moins de cynisme, si l’histoire avait tourné autrement, ce qu’en dit Fouché – singulièrement laconique – dans ses Mémoires : j’ai fait ce qu’ont fait les autres et ce que commandaient les circonstances. Aussi sujette à controverses, sa position particulière au sein du Comité de Salut Public : un gauchiste, proche de l’hébertisme, Collot d’Herbois ? Michel Biard éclaire de façon nuancée sa participation aux luttes des factions, l’évolution qui le fait basculer au 9-Thermidor dans le complot anti-robespierriste, au point d’y jouer un rôle capital. Et comment Collot, fidèle à la ligne du Comité de Salut Public, mais aussi victime du personnage qu’il s’est donné deviendra l'un des chaînons du prétendu « complot thermidorien ».

10Doit-on conclure avec Claude Mazauric que ce portrait nous livre le profil d’un jacobin convaincu mais avant tout pragmatique, ni visionnaire ni sans doute politique subtil ? Le verdict paraîtra rude et l’on préfère conclure avec Michel Biard, qui nous en livre un récit de belle venue, sur le tableau d’un exotisme tragique de la fin du déporté sous les tropiques.

11Attachons nous à garder la même réserve que celle à laquelle l’auteur s’est tenu, même si la longue fréquentation d’un homme, à travers les archives qui en dévoilent, par bribes ou par éclairs, la personnalité ne peut laisser sur un sentiment d’indifférence qui s’apparenterait trop à de l’incompréhension. Le temps n’est plus, certes, où Alphonse Aulard pouvait avoir l’héroïque naïveté d’écrire « la Révolution, pour la comprendre il faut l’aimer ». Et les Révolutionnaires, qui comme Collot ont tracé leur voie, sans reniement, sinon sans haine, et y ont consacré un engagement sans limites ? Ni l’auteur ni moi-même ne vous demanderont de les aimer : simplement de mieux les comprendre. C’est à cette tâche que s’est consacré Michel Biard. Je crois qu’il y a réussi.

© Presses universitaires de Lyon, 1995

Terms of use: http://www.openedition.org/6540