Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon et ses campagnes

 | 
Richard Sceau

Et pour conclure...

Texte intégral

1Une terre ingrate, chargée d’hommes... Derrière cette apparente contradiction, c’est bien le rôle de Lyon sur son environnement rural qui se profile en filigrane. Si dans la région nantaise, comme le remarque J. Renard, les campagnes ont été le moteur de la personnalité régionale, il en va autrement dans la région lyonnaise, où la ville occupe le devant de la scène. Lyon a rassemblé et associé à ses destinées des ensembles territoriaux que tout semblait séparer, la géographie comme l’histoire. Autour du confluent de la Saône et du Rhône, l’espace se révèle d’une remarquable diversité. Diversité dans les structures socio-économiques entre des régions à forte proportion d’agriculteurs et d’autres à population et activités plus mêlées. Diversité dans les systèmes fonciers entre des pays façonnés par la grande propriété et d’autres entièrement voués à la petite. Diversité dans les modes d’utilisation du sol entre des campagnes restées fidèles au système de polyculture-élevage et d’autres à forte part de cultures spécialisées.

2C’est cette diversité qui exprime le mieux l’originalité des rapports ville-campagne dans la région lyonnaise. Loin d’effacer les cadres territoriaux anciens dans un puissant processus d’uniformisation, Lyon s’est au contraire incorporé par des combinaisons économiques variées à la trame des pays environnants, contribuant à la consolider pour mieux la perpétuer jusqu’à l’époque contemporaine.

3Le cas de Lyon est sans doute unique en France, en tout cas sans équivalent parmi les autres grandes villes. Paris, par son énorme marché de consommation surtout, ses investissements dans une moindre mesure, a stimulé les activités agricoles des campagnes proches, mais les a très vite épuisées démographiquement. Rouen, Toulouse et Montpellier ont vécu égoïstement en villes rentières du sol, prélevant beaucoup mais ne donnant guère. Strasbourg a grandi en ville insulaire, plus préoccupé d’investissements dans le commerce rhénan que dans son plat-pays. Rien de tel à Lyon, où la ville, loin d’obéir à une ligne de conduite rigide à l’égard de ses campagnes, a modifié ses positions selon les circonstances, prélevant des hommes pour les besoins de sa fabrique à certaines époques, les laissant à l’agriculture pour mieux les assujettir par les liens du travail industriel à d’autres, plaçant ses avoirs dans la terre lorsque les conditions sont favorables, les retirant lorsque les revenus fonciers se dégradent pour mieux les réinvestir ensuite.

4C’est sans doute dans les rapports fonciers et démographiques avec ses campagnes que Lyon a montré le plus d’originalité. À la recherche de la fortune foncière sous l’Ancien Régime pour satisfaire les aspirations sociales de sa bourgeoisie enrichie dans la marchandise, la cité rhodanienne s’ouvre ensuite toute grande aux nouvelles formes de placements mobiliers sécrétées par la révolution industrielle. Alors que l’on pouvait légitimement penser à une réduction de son influence foncière, à l’instar de villes comme Rouen, Toulouse ou Montpellier, il n’en a rien été, la chasse et la forêt relançant fort opportunément les ambitions terriennes lyonnaises dans la seconde moitié du XIXe siècle. Lorsque la ville abandonne certaines de ses positions anciennes en Lyonnais, c’est pour mieux se préparer à de nouvelles conquêtes en Dombes et en Beaujolais, voire même au-delà. L’engouement pour les investissements mobiliers n’a pas empêché la bourgeoisie lyonnaise de placer prudemment une partie de ses avoirs dans la terre en même temps que s’accroît sa puissance financière dans un contexte général propice à son enrichissement. Les campagnes proches restent le domaine d’élection des placements fonciers des Lyonnais bien qu’un essaimage se produise vers des régions plus éloignées mieux pourvues de terres de qualité. Loin de s’affaiblir depuis le milieu du XIXe siècle, l’emprise foncière de Lyon sur ses campagnes s’est consolidée tout en se diversifiant. Placements forestiers et domaines viticoles de rapport de type spéculatif en Beaujolais, propriétés cynégétiques de prestige en Dombes, petites propriétés de plaisance un peu partout, Lyon a su profiter au mieux des opportunités offertes par la variété de son environnement rural. Si de nouvelles motivations donnant aujourd’hui la première place à la fonction résidentielle de la propriété sont à l’origine de stratégies foncières et de formes d’accaparement du sol différentes de celles du passé, les héritages n’en continuent pas moins à imprimer vigoureusement leurs marques sur les structures foncières régionales.

5Tout aussi original a été le rôle de Lyon sur l’évolution démographique de ses campagnes. Après avoir puisé à la source d’alimentation rurale proche, jusqu’au début du XIXe siècle, les hommes nécessaires à l’expansion de sa fabrique de soieries, la ville réduit ensuite ses prélèvements et filtre les apports migratoires, trouvant plus intéressant, économiquement et socialement, de fixer sur place une main-d’œuvre rurale surabondante par l’introduction du métier à tisser. Lorsqu’elle s’ouvre de nouveau sans réserve à l’immigration après 1880 pour satisfaire les ambitions de son industrie triomphante, ce sont moins les ensembles territoriaux proches, trop accaparés par le textile, que des régions plus éloignées qui lui envoient les contingents massifs de travailleurs dont elle a besoin. Le développement de l’industrie textile en étroite symbiose avec le travail de la terre a contribué à façonner une société rurale originale, mi-industrielle, mi-agricole, et permis à des campagnes aux ressources agricoles restreintes de conserver des densités humaines étoffées. Paysans-tisseurs d’abord, ouvriers-paysans ensuite, ouvriers d’usine enfin, les relations de travail avec l’industrie ont revêtu des formes variées dans l’espace rural autour de Lyon, où la diversification socioprofessionnelle interne par mutation professionnelle sur place a précédé la diversification socio-professionnelle externe par mobilité résidentielle de la population urbaine. Cette ambiance industrielle dans laquelle baignent de larges pans des campagnes n’a cependant pas contribué à dynamiser une agriculture médiocre, dont les structures, sous l’effet de la double activité et des revenus complémentaires procurés par l’industrie, ont eu tendance à se figer en l’état.

6Or, cette situation n’a pas trouvé de véritable contrepartie dans les investissements urbains, Lyon n’accordant qu’avec beaucoup de parcimonie son concours financier à l’agriculture. L’échec de la tentative séricicole dans la première moitié du XIXe siècle a mis fin aux efforts déployés par plusieurs générations d’agronomes lyonnais pour associer plus étroitement les campagnes au fonctionnement de l’économie urbaine bien que quelques propriétaires s’emploient toujours à planter le drapeau du progrès agricole en Dombes. Les Lyonnais semblent désormais se contenter de leur statut de propriétaire foncier et, hormis dans le vignoble beaujolais, ne montrent guère d’enthousiasme à s’engager financièrement aux côtés de la paysannerie. C’est donc moins par les investissements productifs de sa bourgeoisie que par les besoins de son marché de consommation que Lyon a stimulé l’agriculture et pesé sur l’orientation des systèmes de production agricole au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. Après la viticulture et la pisciculture depuis longtemps déjà conditionnées par le débouché urbain, c’est au tour de l’élevage laitier, de l’arboriculture fruitière et des cultures maraîchères de se développer en étroite association avec la ville. Si Lyon a joué un rôle moteur dans le développement de systèmes de production agricole destinés à satisfaire ses besoins, ce temps est aujourd’hui révolu. L’apparition successive de moyens de transport de plus en plus efficaces a affranchi la ville des limites imposées par le milieu immédiat, et privé les producteurs de la rente de situation qu’ils détenaient par rapport au marché urbain. L’élargissement des marchés à l’époque contemporaine s’est accompagné d’une autonomie des systèmes de production nés dans la mouvance de la ville, dont le fonctionnement économique s’est déterritorialisé pour s’établir sur des bases lointaines. Cet effacement de la fonction organisatrice engendrée par le marché urbain s’est produit avec des décalages plus ou moins grands dans le temps selon la nature et le degré d’ouverture des différents systèmes. Alors que le vignoble beaujolais s’est émancipé très vite de la tutelle économique de Lyon, les producteurs du bassin laitier lyonnais sont restés plus longtemps dans le giron de la ville.

7Le schéma de l’organisation économique des campagnes et de l’agriculture sous l’égide de la ville « urbanisante » (E. Juillard, 1961), dont la région lyonnaise paraissait être une bonne illustration, n’est plus de mise. Ce n’est plus Lyon qui détient le pouvoir économique et façonne les systèmes agricoles régionaux, mais bien le marché national et international, dont les décisions s’imposent aux deux parties, à la ville comme à ses campagnes.

8Somme toute, Lyon a cessé d’être le pivot des campagnes qui l’entourent. Simple rouage de la vie économique et sociale, « la ville est pratique, elle n’est plus fondamentale ». Cette remarque de J. Beaujeu-Garnier (1979) vaut pour Lyon comme pour les autres métropoles urbaines. Avec les stratégies verticales de l’industrialisation et la délocalisation des circuits économiques de la ville, la notion même de zone d’influence se trouve fortement modifiée. C’est une ère nouvelle profondément différente de celle du passé qui s’ouvre aujourd’hui dans les rapports ville-campagne, même si dans le cas de Lyon les héritages conservent une grande importance. La ville envahit physiquement et sociologiquement la campagne environnante qui s’urbanise et perd son ancienne spécificité. Les processus de périurbanisation, et plus particulièrement le desserrement résidentiel, dont l’ampleur est à la mesure de la puissance démographique et économique de la deuxième agglomération urbaine française, s’appliquent sur l’ensemble de l’espace et effacent les anciennes limites. L’organisation fonctionnelle sur la base de petites régions bien individualisées, unies à Lyon par toute une série de liens économiques, démographiques et socio-culturels fait place à un espace intégré dans lequel la mobilité résidentielle de la population urbaine se conjugue avec des migrations de travail généralisées. L’opposition simple entre une ville et une campagne bien définies, aux limites clairement établies, n’est plus de mise. Autour de la ville-centre et de ses appendices suburbains se dessine une vaste frange périphérique d’urbanisation diffuse dans laquelle s’inscrivent des changements rapides d’usage des sols et de composition socio-démographique. Bref, la périphérie lyonnaise n’échappe pas à la tendance générale à l’uniformisation et à la banalisation de l’espace, perdant ainsi ce qui faisait son originalité. L’approche classique des rapports ville-campagne devenant inopérante par suite de l’interpénétration croissante des deux milieux séculairement distincts, c’est désormais sur l’intensité des processus d’intégration et les nouvelles formes d’organisation spatiale qui leur sont associées dans le cadre de la région urbaine de Lyon qu’il convient de s’interroger.

© Presses universitaires de Lyon, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site