Version classiqueVersion mobile

Lyon et ses campagnes

 | 
Richard Sceau

Deuxième partie. Les lignes de force de l'influence lyonnaise

Chapitre I. Capitalisme commercial et industrialisation des campagnes

Texte intégral

1Il faut remonter jusqu’au XVIe siècle, et même plus avant, pour découvrir l’origine du travail du textile dans les campagnes lyonnaises. Il existe en effet depuis le Moyen-Âge une activité de tissage de la laine dans les villages du Lyonnais, du Beaujolais et du Bas-Dauphiné, mais le travail du textile ne devient véritablement une affaire importante qu’avec l’essor des foires de Lyon et du grand commerce international.

I – La diffusion de l’industrie textile sous l’égide des négociants lyonnais

A. Les premières initiatives

2Avec le dernier tiers du XVe siècle s’ouvre pour Lyon une période brillante d’activité économique intense et de grande prospérité. Le développement des foires internationales et l’arrivée des grands marchands-banquiers étrangers assurent le développement de la cité rhodanienne qui s’impose alors comme l’un des principaux centres d’affaires européens.

1. Le développement du tissage du chanvre

3« L’essor du grand commerce a dans son sillage multiplié les activités industrielles » (A. Latreille, 1975). Cet effet d’entraînement a joué tout particulièrement dans le travail des textiles.

4À Lyon, l’introduction de l’art de la soie, en 1536, s’est avérée un événement d’une grande portée pour l’avenir de la ville. Lorsque la cité rhodanienne cesse d’exercer son rayonnement au sein de l’Europe des banquiers et des marchands, le travail de la soie, dont les débuts ont été laborieux dans une ville toute entière dévorée par la passion du commerce, est suffisamment bien implanté pour prendre le relais et devenir le nouvel instrument de la fortune lyonnaise.

5Dans les campagnes, les négociants lyonnais se sont plus spécialement intéressés aux toiles de chanvre produites en Beaujolais, Lyonnais et Dauphiné. Par suite des vastes possibilités d’écoulement offertes par les foires internationales, le travail du chanvre sort progressivement de son cadre domestique pour se hisser au rang d’activité à vocation exportatrice. C’est le cas dans la montagne beaujolaise où le tissage des toiles, probablement apporté par des tisserands de Lyon en rupture de ban, connaît un développement rapide et constitue pour de nombreuses familles paysannes une ressource d’appoint. Au XVIe siècle, les paysans transportent souvent vers la ville voisine, outre des grains, « soit une pièce de bure ou d’étamine, soit quelques livres de chanvre cru ou filé, voire une ou deux pièces de toile » (R. Gascon, 1971). Vers le milieu du siècle, le tissage du chanvre est devenu une activité suffisamment importante pour retenir l’attention du géographe du roi qui nous apprend qu’à Lyon et dans les campagnes alentour « se fait une grande quantité de toiles de chanvre, de lin, fines, moyennes et grosses » (Nicolas de Nicolay, 1573).

6Ce premier essor du textile a posé les fondements sur lesquels plus tard, au temps de la révolution du coton, s’élèvera la puissance industrielle de la région (A. Latreille, 1975).

2. L’avènement du tissage du coton

7Le travail du coton est introduit d’abord à Rouen en 1534, puis à Lyon en 1549. L’installation d’ouvriers piémontais, attirés par les avantages consentis par le consulat, constitue un élément déterminant pour le développement de la nouvelle activité.

8Vers 1630, la fabrication des futaines s’établit dans les monts du Beaujolais. L’abaissement des prix de façon, par suite de l’alourdissement des taxes frappant les cotons du Levant à leur entrée dans le royaume, a sans doute contribué à accélérer le mouvement d’essaimage des métiers hors de Lyon où la cherté de la vie « n’autorise plus les ouvriers, vu leurs gains modiques, à vivre en ville » (Lambert d’Herbigny, 1697). L’association du métier à tisser et de la charrue apparaît aux négociants lyonnais comme une heureuse adaptation des structures de production aux impératifs commerciaux.

9Tandis que le tissage du coton gagne le Beaujolais, le Bas-Dauphiné reste fidèle à ses fabrications anciennes à base de laine et de chanvre. Ici aussi la dispersion est grande, mais le Mémoire de l’intendant Bouchu (1698) mentionne l’esquisse d’une spécialisation spatiale à partir de la fin du XVIIe siècle : à l’ouest, la laine dans le secteur de Vienne ; à l’est, le chanvre entre Crémieu et Saint-Jean-de-Bournay.

3. Les tentatives d’émancipation des campagnes

10Au milieu du XVIIe siècle, les marchands de Lyon détiennent un monopole de fait sur le commerce des toiles et des futaines. « Un patriciat commerçant avait peu à peu émergé parmi les maîtres-tisserands et les futainiers et réglementait la fabrique du dedans et du dehors. Ces marchands se rendaient dans les centres de tissage, achetaient les produits de la fabrication et les revendaient au loin » (J. Fayard, 1903). Point de passage obligatoire des toiles, Lyon organise ce trafic au mieux de ses intérêts. Mais cette hégémonie se heurte à l’opposition grandissante des bourgeoisies marchandes des petits centres de fabrique. La querelle entre Lyon et le Beaujolais est à cet égard instructive. Les Lyonnais tentent en effet d’obtenir l’installation d’un bureau de visite par lequel devraient transiter obligatoirement les toiles du Beaujolais. Pour les futainiers de la ville soutenus par le patriciat commerçant, il s’agit de s’opposer à la concurrence déloyale des tisserands du Beaujolais qui, profitant de l’éloignement des maîtres-gardes, produisent et vendent indûment sous la marque de Lyon des toiles à bon marché, plus étroites et moins longues que ne l’autorise le règlement. En réalité, l’enjeu est la maîtrise du commerce des toiles dont les négociants lyonnais n’entendent pas partager les avantages avec ceux du Beaujolais. Finalement, Lyon dut abandonner ses prétentions et laisser aux marchands de Villefranche, et plus encore de Thizy, le contrôle du trafic des toiles du Beaujolais, estimé par Louvet à plus de 40 000 livres par semaine (P. Louvet, 1920).

11Au début du XVIIIe siècle, la suprématie commerciale de Lyon se trouve ainsi battue en brèche par l’émancipation des bourgeoisies locales, dont les membres les plus éminents s’emparent des leviers de commande en Beaujolais comme en Dauphiné.

B. La situation de l’industrie textile dans la seconde moitié du XVIIIe siècle

12L’industrie textile se répartit pour l’essentiel entre la ville de Lyon vouée à l’art de la soie, les monts du Beaujolais dominés par le coton et le Bas-Dauphiné partagé entre la laine et le chanvre.

1. Lyon, ville de la soie

13La fabrique des étoffes de soie enregistre une forte progression à partir du milieu du XVIIe siècle. « Industrie de luxe, elle s’épanouit ou s’étiole suivant que les événements développent ou dépriment la fortune publique, et par suite le luxe, en France et dans les pays étrangers » (E. Pariset, 1901). À la fin de l’Ancien Régime, la soie est devenue la grande affaire de la ville « faisant vivre directement la moitié de sa population et indirectement la plus grande partie du reste » (A. Latreille, 1975).

14Autour de Lyon s’esquissent les contours d’une région soyeuse qui déborde les limites de la généralité loin vers le sud. Les plantations de mûriers ont par la vallée du Rhône gagné le Vivarais, le Dauphiné et même les environs de Lyon où Thomé, un propriétaire de Brignais, s’emploie vers 1750 à propager cette nouvelle culture. Parallèlement, des moulins à la bolonaise s’implantent à Virieu, Vienne et Neuville (C. Ballot, 1914). À la veille de la Révolution, Roland de la Platière cite le chiffre de 1 500 moulins à soie pour l’ensemble du royaume. À dire vrai, les campagnes autour de Lyon, en raison du développement modeste de la sériciculture, n’ont guère profité de l’essor du moulinage. Le Bas-Dauphiné septentrional, le plus touché par la culture du mûrier, apparaît déjà en marge des grandes régions séricicoles de la moyenne vallée du Rhône.

15Le tissage reste une activité purement urbaine dont Lyon se réserve jalousement le privilège. La Chambre de Commerce et la Communauté s’emploient fort efficacement à faire échouer toutes les tentatives visant à étendre la fabrication des étoffes de soie aux campagnes. La menace la plus sérieuse fut le fait de l’intendant de Gournay qui proposa, en 1754, d’établir la liberté de fabrication pour les étoffes unies dans les villes et les villages des généralités de Lyon et Tours. Cette mesure, destinée à lutter contre le renchérissement des prix de façon provoqué par la concentration urbaine de la main-d’œuvre, alors même que les fabriques étrangères, avantagées par leur liberté d’installation, ont toute latitude pour abaisser leurs coûts de production, se heurta à une vigoureuse opposition des milieux soyeux faisant valoir le manque de formation du paysan lyonnais et les risques d’affaiblissement de la qualité des étoffes produites (J. Godart, 1899).

16Ce sont là des arguments peu convaincants, les marchands-fabricants et les maîtres-ouvriers lyonnais craignant surtout de perdre l’exclusivité d’une activité qu’ils s’étaient depuis l’origine réservée. Un demi-siècle plus tard les termes du discours s’inverseront d’ailleurs, pour justifier cette fois le bien-fondé de l’essaimage des métiers.

17Féodalité économique d’un patriciat tout puissant, qui impose ses vues à la foule des petits producteurs semi-indépendants propriétaires de leur outil de travail, et concentration urbaine de la fabrication des étoffes, tels sont alors les traits essentiels de la fabrique lyonnaise. Il faut attendre le début du XIXe siècle, et l’émergence de conditions économiques nouvelles, pour voir les marchands fabricants abandonner leurs préventions à l’égard des campagnes et s’engager, timidement d’abord, résolument ensuite, dans la voie du tissage rural, suivant en cela l’exemple donné deux siècles plus tôt par la fabrique de futaines.

2. Le coton en Beaujolais

18Au XVIIIe siècle, l’histoire économique des monts du Beaujolais est dominée par l’essor du travail du coton. Tous les témoignages des contemporains concordent sur ce point. À l’exception des environs de Tarare où le tissage du chanvre reste l’activité de base, la tendance est à la production de toileries, tissus mélangés à chaîne de laine, de lin ou de chanvre et à trame de coton, et à la diversification de la production grâce à l’introduction d’articles nouveaux (J.-M. Roland de la Platière, 1783). Les étoffes mélangées, connues sous le nom de « garats » et de « guinées », deviennent la grande spécialité du secteur de Thizy, amorçant ainsi le passage vers les cotonnades pures, principale production de la fabrique beaujolaise à partir de la monarchie de Juillet. Parmi les innovations, il faut mentionner l’introduction de la filature de coton par l’inspecteur des manufactures Grobert, qui fit venir en 1731 des fileuses de Normandie pour former la main-d’œuvre locale.

19À la veille de la Révolution, le Beaujolais achète chaque année 100 000 balles de coton du Levant de 140 kg chacune et 600 balles de 200 kg des îles. C’est Lyon qui, approvisionné par Marseille, en assure l’entrepôt et la redistribution. Sans atteindre l’importance de Rouen, la cité rhodanienne est au milieu du XVIIIe siècle une place cotonnière assez prospère. Il faut attendre 1781 pour voir le coton d’Amérique commencer à arriver en petite quantité en Beaujolais par l’intermédiaire de Roanne.

20En même temps qu’elle se développe à un rythme soutenu, la fabrique beaujolaise achève de s’émanciper de la tutelle de Lyon et de s’organiser sous l’égide des bourgeoisies commerçantes des petits centres manufacturiers locaux, dont l’influence s’accroît en même temps que l’enrichissement. Les négociants lyonnais sont ainsi progressivement évincés des principaux marchés de la province. À dire vrai, leur résistance s’est trouvée amoindrie par les opportunités nouvelles offertes par l’ascension de la soierie qui, en suscitant les initiatives et en attirant les capitaux, a contribué indirectement à l’émancipation commerciale de la fabrique beaujolaise.

21Les marchands lyonnais, craignant que la vogue des toiles peintes ne vienne concurrencer les soieries, se sont opposés vigoureusement à l’introduction de la fabrication des indiennes dans le royaume. Faute d’y parvenir, ils se sont alors efforcés de la contrôler en s’associant avec des maisons suisses. Après la création en 1759 d’une première indiennerie à Fontaines-sur-Saône, d’autres établissements apparaissent aux abords de la montagne manufacturière, à Villefranche et Tarare, mais aussi aux environs de Lyon, à Oullins, Vernaison, Villeurbanne, Dagneux, Saint-Symphorien-d’Ozon, ainsi qu’à Vienne et Bourgoin. Le développement du marché des toiles peintes a largement bénéficié à la fabrique beaujolaise, avantagée par une situation géographique qui lui assure l’exclusivité de l’approvisionnement des indienneries de la région jusqu’en 1786, date à laquelle un arrêté du Conseil d’État autorise l’entrée en franchise des toiles d’importation.

22À la veille de la Révolution, alors que les métiers commencent à gagner le secteur de la haute Azergues, le cœur cotonnier du Beaujolais bat dans les vallées du Reins et de la Trambouze, autour d’Amplepuis et de Thizy. Au même moment, Tarare abandonne le chanvre pour s’orienter sur l’initiative de Georges-Antoine Simonet, fils d’un marchand toilier de la ville, vers une nouvelle fabrication, la mousseline de coton, promise à un brillant avenir. En 1789, la fabrique de Tarare regroupe 600 métiers, emploie 2 000 personnes et produit 150 000 pièces de mousselines (Commission des Affaires Culturelles de Tarare, 1985). À la fabrication de la mousseline est étroitement associée la broderie introduite par les sœurs Defrane, des parentes de Simonet, qui forment les premières brodeuses vers 1788 et répandent l’usage du crochet dans les campagnes des monts de Tarare, où dans chaque ferme, ou presque, tandis que les hommes tissent, les enfants et les vieillards préparent les canettes, les femmes et les filles brodent.

23Parallèlement au travail du coton se sont développées des activités annexes telles que le blanchiment et la teinture. Les blanchisseries se disséminent le long des cours d’eau dévalant les pentes de la montagne, comme l’Azergues, le Souanan, la Turdine, le Reins ou la Trambouze, ainsi qu’au voisinage de Villefranche sur le Morgon. Les activités de blanchissage sont souvent associées à des moulins ou à des domaines agricoles aux mains de grands propriétaires nobles ou bourgeois. En ce qui concerne les teinturiers, les mieux outillés et les plus habiles sont installés sur les berges du Morgon près de Villefranche. À la fin du siècle, Macors, un professeur de chimie lyonnais, introduit le blanchiment au chlore de Berthollet, mais ce n’est que sous l’Empire que cette activité prend une forme industrielle moderne sous l’impulsion du Nancéien Nicolas Mangin, venu s’installer à Tarare en 1808.

24En résumé, le Beaujolais se présente à la fin du XVIIIe siècle comme une région textile solidement tenue par la bourgeoisie de ses villes de fabrique, fondée davantage sur le coton que sur le chanvre, au sein de laquelle commence à s’ébaucher une différenciation spatiale des activités : étoffes mélangées à base de coton dans le secteur Reins-Trambouze, mousseline de coton dans les monts de Tarare, activités annexes à Villefranche et Tarare.

3. Le chanvre et la laine en Bas-Dauphiné

25Au XVIIIe siècle, l’industrie textile bas-dauphinoise, restée jusque-là très traditionnelle dans ses structures, ses techniques et ses productions, change de physionomie. Un double mouvement se produit :

  • d’une part, un renforcement de la concentration des entreprises de négoce qui permet à une aristocratie de marchands enrichis d’exercer une domination accrue sur les petits producteurs disséminés dans les campagnes ;
  • d’autre part, l’affirmation des fabriques de Vienne pour la laine et de Voiron pour le chanvre, qui réorganisent spatialement l’industrie textile à leur profit.
  • 1 La manufacture Charvet, dont l’influence a été déterminante dans l’essor de la draperie viennoise (...)

26Alors que la draperie du Bas-Dauphiné, handicapée par la qualité médiocre de ses fabrications, éprouve des difficultés pour conserver ses positions commerciales, la fabrique de Vienne fait figure d’exception par son insolente prospérité. C’est en 1718 qu’un sieur Buisson, originaire de Limoux et ayant travaillé dans les manufactures de Carcassonne, s’installe à Feyzin pour y fabriquer du drap. Après avoir transféré ses activités à Vienne, des difficultés financières l’obligent à recourir aux capitaux de marchands drapiers de Lyon, puis en 1727 à s’associer à trois d’entre eux. L’affaire finit par passer entièrement aux mains des Lyonnais Charvet et Martin, qui réussissent à lui faire conférer le rang de manufacture royale. Dès lors, la progression du travail du drap est rapide : 400 ouvriers y sont employés en 1728 à Vienne et dans les villages voisins, puis1 750 en 1765, dont 648 occupés dans les carderies et les filatures disséminées dans les campagnes de l’ouest des Terres Froides jusqu’aux environs de La Tour-du-Pin (J. Vaganey, 1976). En 1787, la fabrique de ratine de Vienne fait travailler 3 650 ouvriers. C’est, selon Perrin-Dulac, la seule à s’accroître sous la Révolution. Cette situation tient à la proximité de Lyon, dont les capitaux ont permis une organisation sur des bases déjà capitalistes', au voisinage de la Valloire, réputée pour la qualité de son élevage, encore qu’à la fin du XVIIIe siècle les laines utilisées viennent de plus en plus massivement de Provence, du Languedoc, voire d’Espagne, et à la présence de la Gère, rivière à forte pente et aux eaux pures, au cœur de la ville (G. Vialet, 1980).

27Autre activité en expansion, le travail du chanvre, organisé autour de Voiron, anime l’est des Terres Froides et le seuil de Rives. Pourtant, la fabrique de Voiron ne retient guère l’intérêt de l’intendant Bouchu, dont le Mémoire, en 1698, mentionne surtout l’activité des secteurs de Crémieu, de Bourgoin, de Vienne et de Saint-Jean-de-Boumay. Le groupe de Crémieu fabrique principalement des toiles communes et des toiles d’emballage, celui de Saint-Jean-de-Boumay des cordages et des toiles à voile pour la marine. En 1730, les changements sont déjà profonds si l’on en juge d’après le Mémoire de l’intendant Fontanieu (G. Dubois, 1932). Le secteur de Saint-Jean-de-Bournay s’est effacé à la suite du transfert, en 1724, de la fabrication des toiles à voile vers Toulon. Par contre, celui de Voiron occupe désormais la première place et rassemble plus de la moitié des fileuses et des tisserands du Dauphiné. La croissance de la fabrique voironnaise s’accélère, surtout après 1760, avec l’élargissement du marché des toiles de belle qualité destinées à la confection du linge de table. Voiron reçoit directement la production d’une cinquantaine de villages de l’est des Terres Froides et du seuil de Rives, et par l’intermédiaire de Pont-de-Beauvoisin celle d’une vingtaine de localités des Terres Basses (P. Léon, 1953). Dans toutes les Terres Froides de l’Est, le travail du chanvre, que l’on fait venir du Grésivaudan, apparaît comme l’activité de complément par excellence de l’agriculture : « les femmes passent leur temps à filer ; les enfants et les vieillards préparent le fil ; les hommes ne cessent de s’occuper de la campagne que pour venir travailler à leur métier » (Perrin-Dulac, 1806).

28Parallèlement à cette expansion de la fabrique voironnaise, la production de toiles à voile a redémarré depuis 1740 dans le secteur de Saint-Jean-de-Bournay sur l’initiative de deux négociants marseillais, Portalis et Lagier, associés aux Lyonnais Rivail et Durand. En 1789, cette activité, redevenue prospère, fournit du travail à 600 fileuses et 300 tisserands.

29Au total, le travail du textile repose sur de solides assises à la fin du XVIIIe siècle et constitue le fer de lance des activités industrielles à Lyon, comme dans les campagnes où les initiatives, venues de la ville et relayées localement, en ont fait un appoint vital pour de nombreuses familles paysannes que la terre ne suffit ni à occuper, ni à nourrir. Cette suprématie du textile tend à reléguer dans l’ombre les autres activités industrielles présentes en milieu rural, dont le rôle est pourtant loin d’être négligeable, surtout en Bas-Dauphiné où se perpétue une vieille tradition métallurgique (P. Bozon, 1943) et papetière (R. Blanchard, 1926).

C. La marée soyeuse au XIXe siècle

30Alors que le travail du chanvre et du coton se développe au XVIIIe siècle en mobilisant la force de travail des campagnes, le tissage de la soie campe sur ses positions anciennes et reste fidèle à la ville qui l’a vu naître. Avec l’avènement de nouvelles conditions économiques au XIXe siècle, cet état de choses va se transformer : l’industrie de la soie, deux siècles après celle du coton, se décide à son tour à puiser dans les réserves de main-d’œuvre disponibles du milieu rural.

1. Nouvelles conditions économiques et redéploiement spatial de la fabrique

31La Révolution, en supprimant les corporations, a fait disparaître le carcan de la réglementation du travail sans pour autant modifier la localisation urbaine des activités de tissage. Les difficultés économiques de l’époque ne se prêtent guère, il est vrai, à une réorganisation de l’assise spatiale de la fabrique. Les riches étoffes façonnées, sur lesquelles Lyon avait assis son renom et sa fortune durant les siècles précédents, ne sont plus demandées par la clientèle nationale à la recherche de tissus moins ostentatoires à plus bas prix, comme les mousselines, les draps ou les basins, tandis que l’état de guerre entre la France révolutionnaire et l’Europe monarchique s’accompagne d’un effondrement des ventes extérieures. La relance de l’activité soyeuse sous l’Empire, brutalement interrompue par la grave crise de 1811 (C. Riffastère, 1908), s’est faite dans une ville appauvrie en hommes par les événements révolutionnaires et les guerres. Ce contexte démographique a vraisemblablement favorisé l’essaimage de la soie vers les faubourgs, où 1 400 métiers battent déjà en 1810, mais aussi en direction des villages proches du plateau lyonnais (P. Cayez, 1978). À la fin de l’Empire, le mouvement n’en est encore qu’à ses balbutiements. Il faut attendre le retour à la libre circulation des marchandises avec la paix retrouvée pour voir la contagion soyeuse faire sentir pleinement ses effets.

32Dès lors, la diffusion du tissage apporte une réponse aux problèmes posés par l’évolution de la demande dans un marché devenu fortement concurrentiel. « Industrie d’art, de haut luxe et d’élégance raffinée qu’elle était dans les siècles précédents, la fabrique de soieries s’efforce de devenir une industrie de grande consommation, et par des mélanges de la soie, de la bourre de soie et du coton, de satisfaire aux exigences nouvelles » (M. Morand, 1916). Les fabriques rhénanes et suisses ont retrouvé leur liberté d’approvisionnement et de production au lendemain de la chute de l’Empire, tandis que l’Angleterre, qui a profité des guerres continentales pour développer sa propre industrie en faisant appel aux soies asiatiques, poursuit sur sa lancée. L’abaissement des prix de façon apparaît donc comme une nécessité impérieuse pour pouvoir soutenir la concurrence étrangère, particulièrement vive dans le secteur en forte expansion des soieries légères et des étoffes mélangées.

33Deux solutions sont possibles : la première consiste à modifier les structures de la fabrique par le développement de la concentration usinière ; la seconde vise à redéployer spatialement le tissage pour pouvoir utiliser une main-d’œuvre rurale à meilleur marché. Tandis que la première option suppose une rupture avec le passé difficilement envisageable dans un milieu très attaché à ses traditions, la seconde présente l’avantage de concilier la fidélité à une production de prestige fondée sur le savoir-faire lyonnais et les nouvelles exigences du marché. L’importance prise par la fabrication des tissus mélangés, pour laquelle « il a fallu associer la campagne dans un rayon de plus de deux myriamètres » (V. Pelosse, 1902), est relevée dès 1819 par le jury de l’exposition universelle. À cette époque, la fabrique est déjà en mesure d’offrir une gamme étendue de soieries, depuis les beaux façonnés, obtenus à des prix moins élevés que dans le passé grâce à l’habileté des canuts au maniement du métier Jacquard, et réservés à une clientèle fortunée, jusqu’à des étoffes plus légères ou mélangées, produites sur des métiers plus simples tenus par des tisseurs ruraux, destinées à une consommation de masse.

34La diffusion du tissage dans les campagnes a accompagné le grand mouvement d’expansion de la fabrique entre 1820 et 1875. Le nombre des métiers passe de 30 000 en 1825, à 60 000 en 1853 et 120 000 en 1877. Malgré tout, les crises restent redoutées et la crainte du lendemain habite en permanence le milieu soyeux. Même lorsque la conjoncture est favorable, les bilans dressés par les contemporains laissent toujours transparaître le spectre de la concurrence étrangère. Il est vrai que les cantons de Zurich et de Bâle rassemblent quelque 25 000 métiers vers 1840, la Prusse et la Saxe sans doute un nombre équivalent, la Russie 10 000 et l’Angleterre plus de 100 000 (Arlès-Dufour, 1842).

35Si la réduction des coûts de fabrication s’avère une nécessité face aux ambitions affichées par les fabriques étrangères, les canuts lyonnais n’entendent pas pour autant faire les frais de la baisse des prix de façon. Les témoignages des contemporains insistent sur la faiblesse de leurs salaires et la précarité de leurs conditions de vie dans une ville où le poids de l’octroi pénalise durement les classes laborieuses. Le soulèvement de 1831, qui a pour cause immédiate le refus des fabricants d’appliquer le tarif fixé par le préfet Bouvier-Dumolart (F. Rude, 1969), n’est pas une émeute spontanée de la faim et du chômage, mais un mouvement aux racines plus profondes, fondé davantage sur la défense de principes jugés intangibles que sur la satisfaction de besoins immédiats, où l’idée de la juste rémunération du travail préfigure les luttes ouvrières de la seconde moitié du XIXe siècle.

36Même si les grands mouvements sociaux du début de la monarchie de Juillet ne déterminent pas l’essaimage des métiers, déjà bien engagé, du moins contribuent-ils à l’accélérer fortement. La peur de la coalition ouvrière va influencer durablement le comportement du patronat lyonnais et l’inciter à recourir à une nouvelle main-d’œuvre rurale plus docile. Bref, les conditions économiques et sociales se sont conjuguées pour assurer le triomphe du tissage rural.

  • 2 En 1840, le chiffre d’affaires de la fabrique était d'environ 280 millions de francs d’après Arlès (...)

37La dispersion du travail de fabrication dans les campagnes n’est guère conforme à l’image que donne la grande industrie au XIXe siècle. Elle n’est pas pour autant un archaïsme, car le raisonnement des milieux dirigeants de la fabrique procède d’une stratégie économique moderne, fondée sur la recherche du profit maximum par l’adaptation de l’outil de production aux impératifs du marché. En outre, l’utilisation d’une matière première chère2 est, aux yeux de beaucoup de fabricants, difficilement conciliable avec l’immobilisation de capitaux exigée par une transformation des structures de production et le passage au stade de la concentration usinière. L’émiettement des structures, instauré par le capitalisme commercial, reste donc de règle dans l’activité soyeuse au milieu du XIXe siècle, alors même que le capitalisme industriel et la concentration usinière triomphent dans les autres grands secteurs de l’industrie lyonnaise. Seuls quelques fabricants novateurs, tels Montessuy à Renage, J.-C. Bonnet à Jujurieux ou J.-B. Martin à Tarare, prenant prétexte des mauvais traitements infligés aux fils par les charges excessives des teinturiers ou de l’inexpérience de certains tisseurs, s’orientent vers la création de vastes établissements industriels (M. Laferrère, 1960). La grande majorité se contente de recourir à une main-d’œuvre rurale « habituée aux salaires minimes du tissage du fil et du coton et acceptant avec empressement des prix de façon avec lesquels le tisseur urbain ne pouvait pas subsister et qui ne posait pas de problème en cas de chômage » (E. Pariset, 1901). Moins exigeant que le canut lyonnais et souvent mal informé du fait de son isolement, le tisseur rural ne songe guère à discuter les prix de façon qui lui sont offerts.

38Une telle organisation assure à la fabrique une souplesse de fonctionnement bien adaptée aux fluctuations incessantes d’un marché soumis aux caprices de la mode et aux aléas de la conjoncture. Tantôt obligé de tourner à plein régime pour faire face à l’afflux des commandes, tantôt contraint à l’inactivité faute d’ordres, l’outil de production, dont la charge financière n’incombe pas au fabricant, est toujours prêt à réagir à la moindre sollicitation, le paysan-tisseur passant au gré des circonstances de l’activité de tissage au travail de la terre.

2. Les destinations géographiques successives des métiers

39La contagion soyeuse a touché d’abord le Lyonnais et le Beaujolais, puis plus tard le Bas-Dauphiné.

a) Les campagnes du Lyonnais et du Beaujolais dans la première moitié du XIXe siècle

40La diffusion des métiers à tisser a commencé très tôt sur le plateau lyonnais pour des raisons évidentes de proximité. Des métiers sont signalés à Saint-Romain en 1800, à Messimy en 1803 et à La Tour-de-Salvagny en 1808 (P. Cayez, 1978). Le mouvement gagne ensuite les environs de L’Arbresle où le fabricant Billet installe les premiers métiers en 1818 à Fleurieux.

41À partir de ces foyers, le tissage se propage très vite dans les villages environnants. En 1825, l’arrondissement de Lyon compte déjà 2 000 métiers ruraux. Après l’insurrection de 1831 la diffusion s’accélère. Aux environs de L’Arbresle où l’on tissait jusqu’alors indifféremment la soie et le coton, la première l’emporte définitivement sur le second. En 1833, la statistique du préfet Gasparin recense 1 022 métiers à bras autour de L’Arbresle sur les 5 263 installés dans la partie rurale du département. Sur un parc total de 40 000 métiers, 14 180, soit plus du tiers, battent déjà dans les campagnes qui produisent des étoffes mélangées et des tissus grossiers, principalement des velours, tandis que Lyon conserve l’apanage des riches façonnés. Le tissage du velours connaît un rapide essor dans les villages du plateau lyonnais. À Thurins, l’effectif des veloutiers s’élève de 30 en 1831 à 125 en 1836 (P. Guiot, 1949). À partir de L’Arbresle, véritable plaque tournante de la diffusion du tissage, les métiers remontent les vallées de la Brévenne vers les monts du Lyonnais, de la Turdine vers les monts de Tarare et de l'Azergues vers le Haut-Beaujolais. Au milieu du XIXe siècle, T. Ogier avance le chiffre de 1 200 métiers travaillant la soie dans la région de Tarare, où l’agriculture manque cruellement de bras devant la concurrence que lui fait l’industrie : « Là tout fabrique, les uns de la soie, d’autres du coton » (T. Ogier, 1866). Seuls échappent à la marée soyeuse le Beaujolais viticole, où la vigne fournit une occupation suffisante aux familles paysannes, et le foyer cotonnier des vallées du Reins et de la Trambouze, où le tissage du coton s’oppose victorieusement à la pénétration de la soie. À l’est de la chaîne des Mollières, celle-ci se répand autour de Lamure vers 1840 et, de là, remonte la vallée de l'Azergues pour gagner, par le col des Écharmeaux, Charlieu dans la Loire.

42Au milieu du siècle, plus des trois quarts des tisseurs ruraux se dispersent dans les massifs montagneux de la bordure orientale du Massif central. Les positions du tissage rural achèvent de se consolider sous le Second Empire avec la vogue des soieries unies renouvelées par les colorants artificiels. En 1877, les trois quarts des 120 000 métiers au service de la fabrique lyonnaise se localisent dans les campagnes et les petites villes, mais déjà une nouvelle direction s’impose, celle du Bas-Dauphiné.

b) Le Bas-Dauphiné dans la seconde moitié du XIXe siècle

43Alors que dans la plaine lyonnaise, pays d’exploitations agricoles assez grandes, les conditions ne sont guère propices à l’implantation du tissage de la soie, la situation est toute autre dans les Terres Froides, où depuis longtemps déjà la petite paysannerie a l’habitude du travail textile, plus particulièrement du tissage du chanvre. Bien que quelques installations se soient faites de bonne heure, les véritables débuts du tissage se placent sous la monarchie de Juillet et le grand essor après 1850.

44À la différence des campagnes de l’ouest très attachées au tissage à domicile, le Bas-Dauphiné s’oriente très vite vers le tissage en usine. L’essor est rapide sous le Second Empire : 3 600 métiers en 1850, 9 500 en 1862, 13 150 en 1869. Trois facteurs ont contribué à ce développement :

  • D’une part, l’industrie toilière, prospère jusque vers 1830, connaît ensuite des difficultés et même un véritable effondrement après 1850. Paralysée par l’archaïsme de ses structures et son attachement au tissage à bras, elle n’a pas su prendre le tournant de la mécanisation pour pouvoir soutenir efficacement la concurrence des grosses usines de tissage mécanique du Nord. Le tissage de la soie vient donc fort opportunément prendre le relais du chanvre, recrutant sans difficulté la main-d’œuvre habile au maniement du métier qui lui est nécessaire.
  • D’autre part, la diffusion de la soie s’est trouvée facilitée par la création d’un réseau de voies de communication moderne assurant le désenclavement des campagnes. L’œuvre, tant souhaitée de modernisation et d’extension du réseau routier, entreprise sous la monarchie de Juillet, est pratiquement achevée à la fin du Second Empire. Parallèlement, l’amélioration des chemins vicinaux permet aux villages à l’écart des itinéraires les plus fréquentés de sortir de leur isolement et de s’ouvrir sur l’extérieur (F. Crozet, 1869). De même, la voie ferrée constitue un autre élément fondamental depuis l’achèvement, en 1862, du chemin de fer de Lyon à Grenoble par la haute vallée de la Bourbre.
  • Enfin, la question de l’usine, occultée pendant la première moitié du XIXe siècle par l’utilisation de la force de travail des campagnes qui contribue à pérenniser le système d’organisation ancien de la fabrique, se pose en termes nouveaux avec l’avènement du métier mécanique. Or, le Bas-Dauphiné, plus particulièrement les Terres Froides de l’Est où abondent les petites rivières à forte pente et débit important, se trouve bien placé pour accueillir les nouveaux développements suscités par le tissage mécanique. À la fin du Second Empire, les principales concentrations d’usines sont établies le long de la Morge et de la Fure, tandis qu’à Bourgoin Théophile Diederichs, l’un des pionniers du tissage mécanique de la soie, se lance dans la construction des métiers (A. Comte, 1947).
  • 3 Les rivières de l’est des Terres Froides, plus particulièrement la Morge, la Fure, la Bourbre, l’A (...)

45Confrontée sur le marché intérieur aux lainages, qui ont la faveur des classes moyennes, et sur les marchés extérieurs aux tissus mélangés, produits à bas prix par les fabriques concurrentes, la soierie lyonnaise se trouve dans l’obligation de s’établir sur des bases financières et techniques différentes de celles du passé. Une ère nouvelle débute, celle de la soie au kilomètre, teinte en pièces, qui donne à l’usine et au métier mécanique une place essentielle dans le dispositif soyeux. Ce nouveau contexte avantage le Bas-Dauphiné, qui dispose d’une force motrice abondante et à bon marché3, alors que les massifs anciens à l’ouest de la Saône et du Rhône doivent recourir à la vapeur « toujours plus dispendieuse que les torrents de montagne » (V. Pelosse, 1902).

46Trois grandes phases se discernent dans l’évolution de la soierie en Bas-Dauphiné :

  • de 1875 à 1885, le tissage à domicile et le tissage en usine progressent de concert à un rythme rapide. Le métier mécanique n’évince pas le métier à bras, car les soies souples du type crêpe, tissées en écrus et teintes en pièces au gré des besoins du marché, peuvent être obtenues à bon compte du fait des bas prix de façon accordés aux tisseurs ruraux à domicile.
  • de 1885 à 1900, la concentration usinière s’accentue avec la création par les maisons lyonnaises de grands établissements à main-d’œuvre essentiellement féminine revêtant la forme d’usines-pensionnats, tandis que le tissage à domicile cède du terrain devant la multiplication des usines travaillant à façon.
  • de 1900 à 1914, le déclin du tissage à bras s’accélère devant la large diffusion du métier mécanique, dont la gamme des productions s’étend sans cesse par suite des progrès techniques4. Dans le même temps, les fabricants-usiniers délaissent le système de l’usine-pensionnat, objet de virulentes critiques (J. Godart, 1909), pour des établissements de plus petite taille.

47À la veille de la guerre, la mutation technique du tissage industriel dauphinois, qui compte 17 935 métiers mécaniques contre 232 métiers à bras, est achevée. Quant au tissage à bras à domicile, il poursuit son lent déclin et ne comporte plus que 2 000 métiers.

48En fait, les campagnes lyonnaises ne constituent que le noyau central d’un ensemble spatial soyeux beaucoup plus vaste. Les conquêtes de la soie débordent largement leurs limites, atteignant au nord le Charolais, au sud le Vivarais et le Bas-Dauphiné méridional, à l’est le Bugey.

D. La répartition géographique des activités textiles au début du XXe siècle

1. Les campagnes à l’ouest de la Saône et du Rhône

49À l’exception du Beaujolais viticole, où le travail de la terre suffit à l’entretien des fortes densités humaines, l’industrie textile est à peu près partout présente. Cependant, trois ensembles ressortent plus particulièrement en raison de leur importance.

a) Les monts de Tarare

50Le tissage de la soie est solidement établi dans la zone de diffusion du travail de la mousseline qui englobe une trentaine de communes des monts de Tarare et de la partie septentrionale des monts du Lyonnais. À lui seul, le canton de Tarare regroupe 2 050 métiers en soie sur 2 865 implantés dans la montagne manufacturière au nord de la vallée de la Brévenne.

51Malgré l’importance prise par la soie, la mousseline, qui a connu son apogée entre 1845 et 1865, reste l’activité dominante. Les rapports des expositions universelles de Paris, en 1858, et de Londres, en 1862, soulignent la grande variété et la haute tenue des articles produits par le groupe de Tarare, lequel compte une centaine de fabricants qui mettent à contribution la force de travail des campagnes où presque chaque ferme comporte un atelier (Ardouin-Dumazet, 1896). Ardouin-Dumazet avance le chiffre de 60 000 personnes travaillant pour Tarare. Ce nombre paraît cependant quelque peu excessif, même si l’on inclut la soierie, car la fabrication de la mousseline éprouve des difficultés depuis 1875. Le recul de l’emploi de ce tissu dans le costume féminin, la concurrence des fabriques suisses depuis la signature du traité de commerce franco-helvétique et le retard de la mécanisation pénalisent la fabrique tararienne, dont les difficultés sont réelles en dépit des efforts de diversification des productions. C’est tout un type d’organisation hérité du passé qui semble compromis.

b) Le Haut-Beaujolais

52Alors que le travail de la soie s’est imposé aux côtés de la mousseline dans la région de Tarare, sa place est modeste dans le Haut-Beaujolais, où le coton conserve sa primauté en dépit des difficultés rencontrées vers le milieu du XIXe siècle pour écouler les toiles communes que l’on produit dans les vallées du Reins et de la Trambouze par suite de la concurrence croissante des tissages mécaniques du Nord, de Normandie et d’Alsace. Tandis que les petites filatures locales, insuffisamment modernisées, sombrent après 1860, les négociants de Roanne, devenus industriels, vont par leurs innovations réactiver la fabrique beaujolaise (J.-P. Houssel, 1979). L’introduction du métier mécanique à quatre navettes à Thizy vers 1869 et la disparition de la concurrence de Mulhouse après le traité de Francfort ouvrent une ère de forte croissance et de grande prospérité sur la base d’une production de tissus à bon marché illustrée par le populaire vichy. Les petites usines utilisant la force motrice des eaux commencent à se multiplier le long du Reins et de la Trambouze, où l’on en dénombre 27 à la veille de la guerre représentant un potentiel de 7 300 métiers. Malgré tout, la mécanisation du tissage est loin d’être totale puisque l’ensemble cotonnier constitué par les monts de Tarare et le Haut-Beaujolais compte encore 18 000 métiers à bras sur un effectif national estimé à 27 000 (Y. Lequin, 1977).

c) Le plateau lyonnais

53Installé très tôt sur le plateau lyonnais, le travail de la soie a gagné de proche en proche vers l’ouest sans pour autant pénétrer beaucoup à l’intérieur de la masse montagneuse. La production de velours atteint son apogée vers 1875, puis décline en raison de la concurrence du métier mécanique, dont l’utilisation se généralise au sein de la fabrique lyonnaise. Les campagnes de l’ouest, à la différence de celle de l’est, sont en effet restées fidèles au tissage à domicile. En 1914, les métiers à bras représentent 29 % de l’effectif total des métiers de la fabrique, mais leur taux de pénétration atteint 56 % dans la partie rurale du Rhône où l’on en dénombre 3 345 sur 5 375. Les artisans ruraux subissent de plein fouet la concurrence du tissage mécanique et se trouvent dans l’incapacité d’enrayer la chute des prix de façon alors que les ordres se raréfient. Travail irrégulier et peu rémunérateur, le tissage, de plus en plus abandonné par les jeunes, cesse d’être l’activité principale, voire exclusive, pour redevenir une activité d’appoint subordonnée au travail de la terre.

54Dans la vallée de l’Yzeron aux abords de Lyon, le recul du tissage de la soie se trouve en partie compensé par l’essor du blanchissage, activité de service pratiquée dès le XVIIIe siècle par les paysans de Craponne, qui mettent à profit les périodes creuses du travail de la terre pour laver le linge des maisons bourgeoises et des communautés religieuses. Avec l’enrichissement de Lyon au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, la clientèle augmente, favorisant l’essaimage du blanchissage sur une demi-douzaine de communes autour de Craponne. En 1861, 400 ateliers de blanchissage font vivre 1 500 personnes dans le canton de Vaugneray où « tous les degrés existent entre l’artisan et le paysan qui lave seulement quelques jours par an » (H. de Farcy, 1950). L’électrification permet l’installation des premières machines industrielles vers 1910. La blanchisserie, alors à son apogée, anime 250 ateliers dans la seule commune de Craponne fournissant du travail à 873 personnes.

2. Les campagnes du Bas-Dauphiné septentrional

55À l’est de la Saône et du Rhône, le contraste s’avère saisissant entre la Dombes, pauvre en hommes, dépourvue d’industrie textile et le Bas-Dauphiné, à forte charge humaine, animé par le tissage.

a) Les Terres Froides de l’Est

56Nous avons vu plus haut les raisons qui ont conduit les métiers à tisser la soie à s’installer prioritairement dans la partie orientale des Terres Froides. En 1914, six cantons concentrent les neuf dixièmes des effectifs : Pont-de-Beauvoisin 2 159 métiers, Bourgoin 2 111, Le Grand-Lemps 1 931, La Tour-du-Pin 1 836, Saint-Geoire-en-Valdaine 1 279 et Virieu 898. Le tissage mécanique représente ici les huit dixièmes du potentiel de production, la survivance des métiers à bras tenant surtout aux difficultés financières rencontrées par les tisseurs pour s’équiper. L’électrification rapide des communes au lendemain de la guerre sonne le glas du métier à bras, mais ne signifie pas pour autant la fin du tissage à domicile qui se trouve au contraire régénéré par la diffusion du métier mécanique mû à l’électricité.

b) Les Terres Froides de l’Ouest

57La densité industrielle n’est pas comparable à celle du secteur oriental. On y trouve tout au plus une demi-douzaine de tissages mécaniques et quelques dizaines de tisseurs à domicile, soit à peine plus de 600 métiers. Quant au travail de la laine, il a disparu des campagnes pour devenir une activité purement urbaine avec l’emploi de la machine à vapeur et la mécanisation du tissage.

58Que ce soit pour le chanvre, le coton ou la soie, les initiatives lyonnaises ont été les vecteurs de la diffusion de l’industrie textile dans les campagnes. Cette association de la force de travail disponible en milieu rural aux destinées économiques urbaines se retrouve dans toutes les villes de fabrique, mais à Lyon le système s’est prolongé plus longtemps qu’ailleurs. C’est au moment même où triomphe la grande industrie urbaine que l’industrie rurale atteint son apogée dans les campagnes lyonnaises avec le tissage de la soie. Le paradoxe n’est pas mince...

II – Les conséquences sur la vie rurale

59La diffusion de l’industrie a eu des répercussions importantes sur la vie des campagnes, les unes d’ordre démographique, les autres d’ordre socio-économique.

A. Un frein à l’exode rural

60Pour cerner l’évolution démographique des « pays » textiles et en apprécier la spécificité, il faut la replacer dans le cadre général des campagnes lyonnaise et la comparer avec celle des « pays » restés à l’écart du mouvement de contagion industrielle.

1. Des campagnes à forte charge humaine au milieu du XIXe siècle

  • 5 Ces chiffres sont à manier avec précaution, car jusqu’en 1836 les statistiques de population appar (...)
  • 6 La population de Lyon est passée de 114 000 habitants en 1806 à 323 000 en 1866, mais entre ces de (...)

61La croissance démographique, poursuivant sur sa lancée du XVIIIe siècle, est restée très vive jusque vers le milieu du XIXe. La population totale de la région est passée de 648 000 habitants en 1806 à 1 107 000 en 1866, soit un accroissement de 70 %5. Certes, cette augmentation doit beaucoup à l’essor de Lyon, dont la population a triplé pendant cette période6. Alors que la ville rassemblait 17,6 % de la population totale en 1806, elle en regroupe 29,2 soixante ans plus tard. Mais cette puissante poussée démographique lyonnaise n’a pas nui au développement du reste de la région, dont la population s’élève dans le même temps de 534 000 âmes à 783 000. Les campagnes et les petites villes qui leur sont associées ont gagné 249 000 personnes en soixante ans, soit une progression de 46,6 %. Toutefois, cette croissance n’a pas été régulière : le mouvement s’effectue à un rythme rapide de 1806 à 1836 (+ 28,2 %), puis plus lent de 1836 à 1866 (+ 18,4 %). En réalité, la tendance à l’essoufflement se manifeste surtout après 1850.

62L’accumulation démographique se révèle ainsi très forte pendant la première moitié du XIXe siècle, faisant passer la densité (Lyon exclu) de 69 habitants/km2 en 1806 à 83 en 1836 et 97 en 1866. Pour les communes rurales proprement dites, les valeurs, bien qu’un peu plus basses, n’en sont pas moins remarquables : 60 en 1806, 76 en 1836, 80 en 1866.

63Au début du siècle, les densités cantonales oscillent entre 55 et 60 habitants/km2 dans les massifs montagneux de la bordure orientale du Massif central. Une exception, celle du canton de Thizy qui, malgré la rudesse de son cadre naturel, atteint 97. Les valeurs des cantons du plateau lyonnais ne sont guère différentes de celles de la montagne, sauf à proximité de Lyon où se dessine une ceinture de peuplement plus dense. La vigne est une culture peuplante, comme le montre la densité de 82 habitants/km2 du Beaujolais viticole. À l’inverse, la Dombes, handicapée par l’insalubrité de son sol, est faiblement peuplée : 22 habitants/km2 seulement. En Bas-Dauphiné, la différenciation s’établit entre les Terres Froides de l’Est, animées par le travail du chanvre, et celles de l’Ouest, plus authentiquement agricoles. La densité, qui est de 69 habitants/km2 pour l’ensemble du Bas-Dauphiné septentrional, s’élève à 95 dans les six cantons orientaux.

64De 1806 à 1836, la progression générale des effectifs humains s’accompagne d’une accentuation des différences de répartition. Dans les massifs montagneux de l’ouest, les relations s’établissent sans coup férir entre les noyaux de forte densité et la présence d’un artisanat textile qui fixe la population rurale et stimule son croît naturel. Les taux de croissance des cantons d’Amplepuis (+ 81,1 %), Thizy (+ 79,4 %), et Tarare (+61,7 %) sont tout à fait remarquables. De même, les premiers effets de la diffusion du tissage de la soie se font sentir sur le plateau lyonnais où la croissance se révèle plus vigoureuse dans les cantons de Vaugneray (+ 44,6 %) et L’Arbresle (+ 33,8 %) que dans ceux de Saint-Genis-Laval (+ 27,5 %) et Limonest (+ 24,1 %). Le vignoble beaujolais, avantagé par les relations commerciales nouées avec la capitale, enregistre également une forte progression pendant cette période : la population augmente d’un tiers, portant la densité à plus de 100 habitantsdan2. Les densités de la Dombes restent en revanche quasi stationnaires. Le spectre de la mort continue à hanter le pays des étangs où les choses n’ont guère changé depuis le début du siècle. Dans le Bas-Dauphiné enfin, les Terres Froides de l’Est et la région viennoise confirment leur prépondérance démographique.

65Force est donc de constater l’influence déterminante exercée par les activités textiles sur la répartition des hommes. Excepté le Beaujolais viticole et les abords immédiats de Lyon, ce sont les régions élevées, aux ressources agricoles limitées par un milieu physique contraignant, qui supportent les plus fortes charges humaines.

66Les lignes de force du peuplement s’affirment davantage en 1866. À l’ouest, le mouvement de croissance s’est poursuivi après 1836, mais à un rythme plus lent. L’expansion démographique fléchit nettement vers le milieu du siècle : la population tend à se stabiliser, sauf dans les cantons les plus déshérités de la montagne beaujolaise (Lamure-sur-Azergues et Monsols), où les maigres ressources agricoles ne suffisent pas à retenir les hommes, et les communes autour de Lyon, où s’établissent de nouveaux habitants. De 1836 à 1866, le poids des cantons industrialisés s’est notablement renforcé, surtout Tarare, favorisé par l’essor de la mousseline, mais aussi Givors, qui développe ses activités métallurgiques entre 1840 et 1850, et Chazelles-sur-Lyon, dont la production chapelière se trouve relancée vers 1850 grâce aux marchands lyonnais. De même, le vignoble beaujolais, à son apogée dans les années 1850-1865, a beaucoup accru sa charge humaine, atteignant en 1866 une densité de 125 habitants/km2. À l’est de la Saône et du Rhône, les situations démographiques se révèlent plus contrastées. L’amélioration du réseau routier et la pénétration du progrès agricole commencent à faire sentir leurs effets en Dombes où la croissance de la population est manifeste. Par contre, des signes d’essoufflement se produisent à partir de 1850 dans les Terres Froides, car l’introduction récente du tissage de la soie ne suffit pas encore à compenser l’effondrement de l’industrie toilière. Alors que la population du Bas-Dauphiné septentrional s’accroît de 5 % sur l’ensemble de la période 1836-1866, celle des Terres Froides de l’Est régresse de près de 3 %.

67Au milieu du XIXe siècle, la charge humaine supportée par les campagnes lyonnaises s’avère considérable, hormis en Dombes où la situation démographique est d’ailleurs devenue l’objet d’une vive polémique entre les adversaires et les partisans du système des étangs (fig. 42). Pour les uns, les eaux stagnantes sont directement responsables du raccourcissement de la durée de la vie dans une contrée où l’espérance de vie, calculée sur la période 1833-1858, est de 24 ans en moyenne (Valentin-Smith, 1860), tandis que pour les autres, les étangs permettent de tirer le meilleur parti possible de sols particulièrement ingrats et n’ont aucune incidence sur la mortalité. Partout ailleurs, les densités sont étoffées. Des valeurs communales supérieures à 100 sont fréquentes dans les zones viticoles et dans les cantons textiles du Beaujolais et des Terres Froides. La pression démographique se relâche un peu dans les secteurs moins fortement pénétrées par les activités textiles, comme les monts du Lyonnais et la partie occidentale des Terres Froides, qui ont cependant des densités bien souvent supérieures à 60 habitants/km2

68.Cette accumulation humaine est le résultat d’une part de la persistance d’une démographie de type ancien caractérisée par une forte natalité et d’autre part de l’importance prise par le travail textile qui contribue à fixer sur un sol ingrat une population trop nombreuse pour les seules ressources agricoles et donc à réduire le déficit migratoire. Dans les campagnes du Lyonnais et du Beaujolais, la persistance d’une forte natalité se traduit par un excédent naturel de l’ordre de 10 ‰ en 1851 (G. Garrier, 1973). La vitalité démographique s’avère incontestable même si un décalage commence à se produire dans les comportements face à la vie entre le monde toujours prolifique de la montagne, où petits paysans et tisserands fondent volontiers des familles nombreuses, et celui du plateau lyonnais et du vignoble beaujolais, où la composition des familles, déjà influencée par les attitudes urbaines, trahit un certain souci de contrôle des naissances. En Bas-Dauphiné, l’excédent naturel s’est réduit plus tôt. En 1841, pour un taux de mortalité de 24,5 ‰, le taux de natalité s’élève à 29,5 ‰, soit un excédent naturel de 5 ‰ (P. Dumolard, 1983).

69À la différence de la plupart des départements du Sud-Est, qui accusent une baisse de leur population entre 1836 et 1851, ceux qui entourent Lyon ont poursuivi leur croissance. Non seulement la population de la cité rhodanienne a beaucoup augmenté au cours de la première moitié du XIXe siècle, mais la croissance de la ville n’a pas porté sérieusement atteinte à celle de son environnement rural. Pourtant, l’appel à l’extérieur n’a pas faibli et l’immigration, comme au siècle précédent, continue à alimenter régulièrement la croissance urbaine. Alors que les Lyonnais de souche étaient largement majoritaires au début du XVIIIe siècle, ils sont dépassés par les gens de l’extérieur dans les années 1740-1750 et ne représentent plus que 41 % des époux et 47 % des épouses inscrits sur les listes de mariage de la ville à la veille de la Révolution (M. Garden, 1970). Ce mouvement d’immigration de jeunes adultes, loin de s’atténuer, s’est au contraire amplifié après les crises de la Révolution et de l’Empire. D. Dessertine (1980) a montré que seulement 39 % des hommes et 45 % des femmes s’étant mariés à Lyon entre 1816 et 1820 étaient nés dans la ville. L’origine géographique des migrants fait apparaître l’importance d’une aire de recrutement formée de 9 départements allant de la Saône-et-Loire et du Jura, au nord, à l’Isère et à l’Ardèche, au sud. Les trois quarts des hommes et les quatre cinquièmes des femmes en sont originaires. Parmi ces départements, quatre surtout connaissent une émigration intense vers Lyon : le Rhône d’abord, l’Ain et l’Isère ensuite, la Loire enfin. Ils fournissent la moitié des hommes et les deux tiers des femmes nouvellement installés dans la ville. À lui seul, le département du Rhône représente 23 % des immigrants et 27 % des immigrantes. À cette époque, les courants migratoires, surtout ceux originaires des campagnes de l’ouest, sont encore marqués par la tradition de recrutement des ouvriers en soie du XVIIIe siècle.

Figure 42. Densité de population en 1866

70Trente ans plus tard, les choses ont beaucoup changé. Si les trois quarts des ouvriers qui se sont mariés dans la ville ont une origine extérieure, le Lyonnais, le Beaujolais et le Bas-Dauphiné ne fournissent plus que le tiers des effectifs (Y. Lequin, 1977). Lyon fait davantage appel à des apports plus lointains. La contribution des montagnards, déjà importante au XVIIIe siècle, se renforce beaucoup. Les plus forts effectifs proviennent des bordures montagneuses qui encadrent le sillon rhodanien. À l’ouest, l’ensemble des massifs allant du Vivarais à l’Autunois participe, à des degrés divers, au peuplement de la ville. À l’est, c’est le Jura méridional, plus que les Préalpes de Savoie et du Dauphiné, qui alimente les courants migratoires les plus intenses. Reprenant les remarques formulées par M. Zimmermann, A. Chatelain (1954, b) n’hésite pas à attribuer un rôle fondamental à l’apport montagnard dans le peuplement de la ville et le façonnement de la mentalité de ses habitants. C’est peut-être aller un peu vite en besogne, comme le note J.-L. Pinol (1980) qui constate la forte participation des plaines et des plateaux du sillon séquano-rhodanien.

71Quoi qu’il en soit, les prélèvements humains opérés par Lyon sur son environnement rural pendant la première moitié du XIXe siècle paraissent limités. La ville ne joue pas un rôle accélérateur sur l’exode rural, mais fixe au contraire sur place la population des campagnes par l’essaimage de ses activités industrielles. C’est toute la différence entre Lyon et Toulouse, qui participe déjà activement à cette époque à la crise du monde rural aquitain. Par ailleurs, les ruraux montrent une nette préférence pour les migrations à courte distance. Ainsi le plateau lyonnais consomme les surplus démographiques de la montagne bien avant la grande ville voisine (P. Guiot, 1949). Les départs vers Lyon ne triomphent qu’en dernier ressort, une fois épuisées toutes les possibilités locales, en particulier celles des petites villes étroitement associées au milieu rural par leurs activités manufacturières. Si les rythmes d’accroissement ont été pratiquement identiques de 1806 à 1836 pour les communes rurales (+ 28,7 %) et les petits centres urbains (+ 30,8 %), un changement intervient ensuite. De 1836 à 1866, la population des petites villes augmente de 53,3 %, celle des communes rurales de 11,3 % seulement. Tarare, Villefranche, Givors et Vienne, déjà bien engagés dans un processus d’industrialisation, enregistrent des gains spectaculaires. Si l’on exclut la population de Lyon, les autres villes représentent, en 1866, 17 % de la population régionale. Plus que la cité des fleuves, ce sont elles qui absorbent les surplus démographiques des campagnes. Des surplus encore réduits il est vrai au milieu du XIXe siècle en dépit de la persistance de taux de natalité élevés, car l’appoint de l’industrie au travail de la terre contribue à un relatif équilibre entre la charge humaine et les ressources disponibles.

2. La persistance de fortes densités rurales malgré l’accentuation des prélèvements urbains

72Après avoir progressé de concert, villes et campagnes prennent des voies divergentes. Majoritaires en 1866, les campagnes ne le sont plus en 1896, l’élément urbain représentant 54 % de la population régionale. Pendant la seconde moitié du XIXe siècle, le délestage démographique du monde rural reste néanmoins limité : il ne porte que sur 7,8 % de 1866 à 1896. Le mouvement s’accentue au début du XXe siècle et se généralise après le premier conflit mondial. Les pertes de la guerre ne font qu’accélérer un processus de dépopulation déjà bien engagé antérieurement. Les évolutions cantonales pour les périodes 1866-1896 et 1896-1936 mettent en relief une opposition croissante entre d’une part les cantons périurbains lyonnais, les cantons à dominante urbaine (Villefranche, Vienne, Givors), les cantons en voie d’industrialisation (Pont-de-Chéruy, Roussillon), dont la population s’accroît fortement, et d’autre part les cantons ruraux, dont le déficit ne cesse de se creuser. En 1936, la part du rural s’est fortement réduite et ne représente plus que 36,5 % de la population totale comme le montre le tableau no 8. Pourtant, malgré cet amenuisement, les hommes restent nombreux dans les campagnes lyonnaises, qui n’ont perdu que 17 % de leurs effectifs humains en soixante-dix ans et conservent une densité de 67 habitants/Km2.

Tableau no 8. Évolution de la population de 1866 à 1936

Tableau no 8. Évolution de la population de 1866 à 1936
  • 7 Les travaux de J. Bienfait (1968) ont mis en évidence la forte surestimation de la population lyon (...)

(1) Après rectification des chiffres de la population lyonnaise en 1936 sur la base des estimations de J. Bienfait7.

73Pour apprécier la dépopulation rurale à sa juste valeur, il faut descendre au niveau de la commune, car les situations locales sont profondément contrastées (tableau no 9).

Tableau no 9. Distribution des communes rurales selon l’évolution de leur population entre 1866 et 1936

Tableau no 9. Distribution des communes rurales selon l’évolution de leur population entre 1866 et 1936

I : Haut-Beaujolais, II : Beaujolais viticole, III : monts du Lyonnais, IV : plateau lyonnais, V : Dombes et plaine de l’Ain, VI : Bas-Dauphiné.

74Le regroupement des communes sur la base des variations de leur population entre 1866 et 1936 permet de dégager cinq types d’évolution :

  • le type « effondrement » : chute des effectifs de plus de 50 % (52 communes) ;
  • le type « déclin accentué » : baisse de 20 à 50 % (414 communes) ;
  • le type « déclin modéré » : recul de 5 à 20 % (99 communes) ;
  • le type « stabilité » : maintien entre – 5 % et + 5 % (32 communes) ;
  • le type « croissance » : augmentation supérieure à 5 % (85 communes).

75Si le mouvement de dépopulation affecte les huit dixièmes des communes rurales, son intensité est très variable d’un lieu à l’autre. Dans les massifs montagneux occidentaux, les monts du Beaujolais apparaissent plus touchés que les monts du Lyonnais. C’est dans les communes à vocation essentiellement agricole de la haute vallée de l’Azergues, déjà en déclin en 1866, que l’hémorragie se révèle la plus considérable. Les cantons de Monsols et de Lamure perdent ainsi plus de la moitié de leurs habitants en soixante-dix ans.

76Le recul de la montagne manufacturière est moins spectaculaire, car plus tardif. Les monts de Tarare, touchés par les difficultés de la mousseline, amorcent un repli à partir de la fin du Second Empire, tandis que le Haut-Beaujolais cotonnier, débarrassé de la concurrence de Mulhouse, poursuit sa croissance jusque vers 1890. Les évolutions cantonales sont éloquentes : recul de 17,2 % du canton de Tarare entre 1866 et 1896 et progression de 14,5 % pour ceux d’Amplepuis et de Thizy. En réalité, cet essor est plus le fait des petites villes manufacturières de Thizy, Amplepuis et Cours que des communes rurales proprement dites déjà engagées dans une phase déclinante. La population tend en effet à abandonner les écarts des hauts versants pour s’installer dans les centres industriels des fonds de vallée qui bénéficient du mouvement de concentration usinière associé à la mécanisation du tissage. Bien que sa population ait diminué d’un quart entre 1896 et 1936, la montagne textile conserve toujours une charge humaine imposante. En 1936, les cantons de Thizy et Amplepuis ont encore plus de 100 habitants/km2, alors que ceux de Lamure et Monsols, à dominante agricole et forestière, n’en comptent pas 40. Cependant, la chute de la natalité, l’aggravation du déficit migratoire et les brèches creusées dans les rangs des jeunes adultes par la guerre sont autant de signes inquiétants pour l’avenir démographique de la région.

77Les monts du Lyonnais affichent quant à eux une remarquable vitalité démographique. Dans cette petite « Vendée lyonnaise » (A. Gibert, 1952), à vocation agricole prédominante sans être exclusive, le comportement nataliste de la paysannerie a contribué à maintenir de solides excédents naturels. Le déclin, par ailleurs très limité, s’amorce à partir de 1890 seulement. Il fait suite à une longue période de stabilité pendant laquelle les gains naturels ont suffi à couvrir les pertes dues aux courants migratoires vers le bas pays. Le canton de Saint-Symphorien-sur-Coise conserve le taux de natalité le plus élevé du département du Rhône pendant toute la période de l’entre-deux-guerres. Dans les années 1934-1936, il est presque le double de la moyenne départementale : 24,6 ‰ au lieu de 12,6 (J. Arminjon, 1940). La réserve de jeunesse importante et la fécondité vigoureuse de cette région à forte pratique religieuse font que son avenir démographique semble assez bien assuré. L’évolution communale en témoigne : aucune commune en situation d’effondrement, quelques-unes seulement en déclin prononcé, beaucoup en léger recul.

78Le Beaujolais viticole garde une relative stabilité démographique jusque vers 1875, puis amorce un lent déclin avec la propagation de la crise phylloxérique. Après quelques années de répit une fois la reconstitution du vignoble achevée, la chute s’amplifie parallèlement aux difficultés commerciales qui frappent la viticulture au début du XXe siècle. La population du vignoble baisse de 22 % entre 1896 et 1936, mais le déclin est plus sévère dans le Bas-Beaujolais, où les crises viticoles successives s’accompagnent d’un renoncement massif des petits propriétaires exploitants, que dans le Haut-Beaujolais, où la culture de la vigne résiste mieux dans le cadre du système de vigneronnage associé au régime de la grande propriété.

79Sur le plateau lyonnais, les situations locales permettent de discerner trois types d’évolution :

  • les communes à vocation agricole prédominante, bien représentées dans le secteur de Mornant, amorcent un lent déclin à partir de 1880, déclin qui va s’accélérant après 1906 en raison des difficultés persistantes de l’économie viticole ;
  • les communes à vocation soyeuse se caractérisent par une relative stabilité démographique jusqu’à la fin du siècle, puis subissent une dépopulation limitée ;
  • les communes proches de Lyon, bénéficiant d’une bonne desserte par le réseau des tramways suburbains et le chemin de fer de l’Ouest lyonnais, connaissent une forte croissance à partir de 1920 avec l’extension du phénomène résidentiel.
  • 8 À Birieux, par exemple, le pourcentage de ménages ayant plus de deux enfants tombe de 33 % en 1896 (...)
  • 9 Jean Saint-Cyr cite l’exemple d’une ferme qui, en 1896, occupait 14 personnes, dont 3 domestiques (...)

80Au-delà de la Saône, la Dombes, à l’inverse de la plaine de l’Ain en repli dès les années 1850-1860, maintient sa croissance jusque vers 1890. C’est le résultat de la persistance d’une natalité vigoureuse, alors que la mortalité, longtemps déterminante, recule rapidement à partir de la fin du Second Empire en raison des améliorations apportées par les progrès de l’agriculture et la construction du chemin de fer de Lyon à Bourg. Plus que les apports migratoires en provenance des régions voisines à forte charge humaine, ce sont désormais les excédents naturels qui jouent le rôle essentiel. Le solde naturel des 40 communes les plus riches en étangs est excédentaire de 5 452 individus sur la période 1851-1891 et le solde migratoire déficitaire de 3 621 (Passerai, 1897) Le dépeuplement ne commence véritablement qu’à la fin du XIXe siècle sous les effets conjugués de l’effondrement de la natalité8 et de l’intensification des courants migratoires vers Lyon9. De 1896 à 1936, la Dombes perd 17 % de sa population.

81En Bas-Dauphiné, l’équilibre démographique, qui s’établit vers 1850 entre des excédents naturels en repli et des déficits migratoires en hausse, constitue le prélude à un mouvement de baisse, lent jusqu’en 1890, plus rapide ensuite. La population diminue de 10 % au cours de la période 1866-1896. Les pertes sont faibles dans la plaine lyonnaise (-2 %), un peu plus marquées dans les Terres Froides de l’Est (-8 %), sévères dans les Terres Froides de l’Ouest (-15 %) et sur le plateau de Crémieu (-16 %). Comme le montrent ces chiffres, le phénomène de dépopulation affecte moins les zones touchées par la diffusion du tissage de la soie que celles restées à l’écart du mouvement. L’installation de la soierie a incontestablement ralenti la baisse de la population sans réussir pour autant à la juguler complètement. Le cas de la Valdaine, où le travail de la soie prend le relais du tissage du chanvre dans les années 1855-1860, en fournit l’illustration (R. Thiévoz, 1954). Sa population culmine entre 1840 et 1850 malgré l’apparition d’un déficit migratoire alimenté par les difficultés de l’industrie toilière. Après 1850, l’accélération des départs se traduit par une baisse sensible des effectifs humains. Avec l’implantation du tissage de la soie, l’émigration perd de sa vigueur. Toutefois, le redressement migratoire s’avère insuffisant pour enrayer totalement le mouvement de baisse de la population, car au moment de l’introduction du tissage de la soie le processus de dégradation démographique était déjà trop engagé pour que puisse se produire une inversion de la tendance. La perte, qui s’établit à 5,5 % sur la période 1866-1896, reste néanmoins limitée, en particulier si on la compare à celle affectant les plateaux de Crémieu et de Bonnevaux. En fait, le déclin démographique s’installe surtout après la première guerre mondiale et, comme dans l’ensemble des Terres Froides orientales, s’accentue brutalement dans les années 30 sous l’effet de la récession de l’activité soyeuse. Au total, la Valdaine perd près du tiers de sa population entre 1896 et 1936.

82Considérées dans leur ensemble, les campagnes du Bas-Dauphiné septentrional ont cédé le quart de leur population entre 1866 et 1936. Les pertes dépassent le tiers sur les plateaux de Bonnevaux et de Crémieu, privés de l’appoint de la soierie, mais s’abaissent en dessous du quart dans les Terres Froides de l’Est avec cependant de fortes disparités entre les communes par suite de l’inégale pénétration du tissage.

83Les évolutions démographiques se révèlent donc d’une grande diversité dans les campagnes lyonnaises où dénatalité et exode rural ont joué inégalement selon les lieux, de telle sorte qu’il est difficile d’établir les parts respectives des déficits naturels et des déficits migratoires dans le dépeuplement rural. À l’instar des campagnes françaises, elles ont enregistré un accroissement de la mobilité des hommes dans la seconde moitié du XIXe siècle, mais il convient d’opérer une distinction entre les « pays » dans lesquels le travail textile a contribué à freiner l’exode rural et ceux, à activité agricole dominante, qui ont été plus sévèrement touchés par les départs faute d’un volume d’emplois suffisant pour retenir les jeunes sur place.

84L’exode rural a joué de façon sélective touchant d’abord les artisans et les travailleurs à domicile, puis dans un second temps seulement les éléments purement agricoles. En 1856, la probabilité d’émigrer est de 4 chances sur 100 pour un fils d’agriculteur dans le canton de Bourgoin, de 20 sur 100 pour un journalier et de 50 sur 100 pour un travailleur du textile (P. Dumolard, 1983). Au début du XXe siècle, le changement le plus visible concerne l’agriculture : l’exode rural est devenu aussi un exode agricole. Celui-ci a d’abord touché les dépendants – domestiques et journaliers – qui en 1911 ont pratiquement disparu du canton, puis dans un second temps les fils de cultivateurs, de plus en plus nombreux à abandonner la terre depuis la fin du XIXe siècle. La source utilisée, les registres du conseil de révision en l’occurrence, laisse en dehors du champ d’observation l’exode féminin, qui semble l’emporter jusque vers 1880 et se réduire ensuite. Dans les Terres Froides, la relation paraît évidente entre le ralentissement de l’exode des jeunes filles et la diffusion du métier mécanique en usine pour le tissage de la soie, qui autorise le recrutement d’une main-d’œuvre féminine. Les destinations des migrants soulignent par ailleurs le rôle fondamental joué par les petites villes en tant que lieu d’apprentissage de la vie urbaine.

  • 10 Amplepuis passe de 7 274 habitants en 1886 (maximum) à 5 372 en 1936, Cours de 6 246 en 1881 (maxi (...)

85Au total, les petites villes sont passées de 133 483 habitants en 1866 à 153 783 en 1936, soit un gain de 15,2 %. La croissance a davantage profité à celles de plus de 10 000 habitants qu’aux autres. Malgré tout, le progrès est somme toute assez modeste, ce qui montre bien que si les ruraux ont été nombreux à y affluer, l’installation ne fut pas définitive pour beaucoup d’entre eux. En fait, les situations se révèlent très contrastées. Villefranche a beaucoup grandi après 1890 pour atteindre 18 878 habitants en 1936. Givors et Bourgoin, qui ont progressé régulièrement sur l’ensemble de la période, dépassent 12 000 habitants. Chazelles, après avoir atteint 6 000 âmes en 1881, sombre ensuite dans une profonde léthargie. De même Vienne, handicapée par les difficultés du textile, stagne autour de 25 000 habitants depuis 1872. À Amplepuis, Thizy et Cours, l’essoufflement qui se manifeste à partir de la fin du XIXe siècle, après une période de forte croissance, constitue le prélude à un renversement de tendance10. Enfin Tarare, après avoir culminé à 15 092 habitants en 1866, perd le tiers de ses effectifs en soixante-dix ans. Qu’elles soient à même de fixer durablement les nouveaux venus par leurs activités ou qu’elles se trouvent au contraire condamnées à les laisser s’échapper dans des délais plus ou moins courts faute d’un dynamisme économique suffisant, les petites villes servent d’étapes et jouent le rôle de filtre migratoire à destination de Lyon.

  • 11 Villeurbanne, Bron, Caluire-et-Cuire, Oullins, La Mulatière, Saint-Fons, Sainte-Foy-lès-Lyon et Vé (...)

86Venus en droite ligne de leur village natal ou ayant le plus souvent fait le détour par une petite ville, les ruraux affluent sans cesse plus nombreux dans la cité des fleuves qui s’ouvre toute grande à l’immigration en même temps qu’elle se métamorphose en grande métropole industrielle dans les dernières décennies du XIXe siècle. Alors qu’en 1870 Lyon n’était encore que la capitale de la soie, à la veille de la première guerre mondiale, les hautes cheminées des usines chimiques, métallurgiques et électriques sont devenues la règle (F. Dutacq, A. Latreille, 1952). Cet essor industriel s’est tout naturellement accompagné d’un puissant mouvement de croissance urbaine. Lyon, avec ses faubourgs de la Guillotière, de la Croix-Rousse et de Vaise, est passé de 258 458 habitants en 1851 à 523 736 en 1911. Plus spectaculaire encore se révèle la poussée démographique dans les huit communes suburbaines11 qui servent d’exutoire aux activités industrielles et à la population que la ville ne peut absorber. En soixante ans, leurs effectifs ont presque quadruplé, passant de 22 061 habitants en 1851 à 87 757 en 1911.

87Les résultats des travaux que Y. Lequin a consacrés au monde ouvrier lyonnais font ressortir trois faits essentiels :

  • en premier lieu, la part de l’alimentation externe, bien que toujours largement majoritaire, est moins forte au début du XXe siècle qu’au milieu du siècle précédent ;
  • en second lieu, l’élargissement de l’aire d’attraction démographique de Lyon, qui se marque par un nombre de départements concernés nettement plus élevé en 1911 qu’en 1851, ne porte pas sérieusement atteinte à la primauté de la région Rhône-Alpes élargie dans l’alimentation de la ville en hommes ;
  • enfin, des reclassements notables se sont produits à l’intérieur du bassin migratoire traditionnel. Certains bastions se sont affaiblis : les monts du Lyonnais et du Beaujolais, le Bas-Dauphiné, le Bugey et l’avant-pays savoyard ne fournissent plus qu’un ouvrier sur cinq en 1911 au lieu d’un sur deux en 1851. En revanche, les migrants sont plus nombreux qu’autrefois à venir du Vivarais et des pays du Rhône moyen, des monts du Forez et de la dépression du Jarez, du Charolais et de l’Autunois, de la Bresse et de la Dombes. D’autre part, la proportion des migrants d’origine urbaine a fortement progressé par suite du mouvement général d’urbanisation.

88Les observations de J.-L. Pinol (1980) à partir des listes électorales de 1936 corroborent la baisse relative de l’attraction démographique de Lyon sur les espaces ruraux proches. Le contingent des électeurs lyonnais de plus de 50 ans nés dans le département de l’Isère est nettement plus fourni que celui des moins de 30 ans : 44,9 % contre 32,9. Si l’on examine de plus près les apports de l’Isère et du Rhône, les deux principaux départements pourvoyeurs de Lyon en hommes, une certaine complémentarité paraît s’être établie dans le temps. Les immigrants âgés de plus de 50 ans, originaires de l’Isère, sont proportionnellement plus nombreux que ceux du Rhône (44,9 % au lieu de 34,7), tandis que pour les moins de 40 ans, c’est la situation inverse qui prévaut (32,9 % contre 44,7). Faut-il en conclure pour autant à un fléchissement plus précoce des courants migratoires dans l’Isère que dans le Rhône ? Probablement, mais une grande prudence s’impose dans l’interprétation des données générales, car le mouvement départemental n’est en fait que l’addition de flux migratoires multiples, aux rythmes et aux causes divers, illustrant la variété des réalités économiques locales.

89Si Lyon a puisé dans les campagnes qui l’entourent pour assurer sa croissance démographique, l’industrie textile, en constituant un frein à l’exode rural, a en somme obligé la ville à limiter l’ampleur de ses prélèvements et à élargir son aire géographique de recrutement.

B. L’importance du genre de vie mixte

90La diffusion des activités textiles dans les campagnes s’est faite en étroite association avec le secteur agricole. Mais les formes d’association du travail industriel et du travail de la terre se sont modifiées dans le temps pour s’adapter aux transformations techniques et économiques du tissage.

1. L’âge ancien du paysan-tisseur

91Le travail à domicile pour le compte du fabricant a longtemps prévalu. Fondé sur le métier à bras, il illustre l’âge préindustriel de l’agriculture à temps partiel (P. Mignon, 1971). Par suite du retard pris dans la mécanisation du tissage, cette forme ancienne s’est perpétuée durant tout le XIXe siècle. En 1896, Ardouin-Dumazet, traversant les monts de Tarare, constate que la plupart des propriétaires ont un métier chez eux et que l’association commune de l’agriculture avec l’industrie vaut au pays « un aspect heureux ». Le travail agricole et le travail industriel s’entretiennent mutuellement, contribuant à fixer sur un sol ingrat et âprement disputé une population surabondante pour les seules ressources agricoles. La formule se révèle d’une grande souplesse, tantôt revêtant un caractère saisonnier et s’inscrivant dans les périodes creuses du calendrier agricole, tantôt s’accompagnant d’un partage des tâches au sein de la famille paysanne, le père, voire au besoin le fils aîné, réservant l’essentiel de leur temps au travail du sol et abandonnant le tissage et la préparation des canettes aux autres membres de la famille.

92Alors que certains témoignages lors de l’Enquête agricole de 1866 déplorent la rareté et la cherté de la main-d’œuvre par suite du développement du tissage, d’autres font l’éloge d’une activité considérée comme le complément par excellence de l’agriculture. L’union de l’industrie et de l’agriculture est activement prônée dans l’Isère par le maire de Voiron : « Dans la plupart des industries, la fabrication des métiers à la main, récemment encore cantonnée dans les grands centres, tend avec rapidité à les abandonner aujourd’hui, en vertu de l’invincible nécessité de produire à bas prix. Cette inévitable révolution, déjà deux fois heureuse au point de vue de la morale et de la saine politique, se montre encore providentielle au point de vue de l’agriculture. Partout, en effet, où le métier s’est introduit dans la maison rurale, la dette qui durait a disparu, l’aisance a remplacé la gêne et la culture s’est améliorée au moyen de l’épargne, jusque-là inconnue » (Enquête agricole, 1872). C’est sans doute oublier un peu vite la modicité des gains procurés par les interminables journées de travail passées sur le métier et les fluctuations brutales d’une activité soumise entièrement aux caprices de la mode et aux aléas de la conjoncture. Pourtant le tissage constitue la seule alternative à l’émigration pour les enfants du petit paysan. Pour les filles, c’est la promesse d’un mariage au village ; pour les garçons, l’espoir d’assumer en toute indépendance leur destin en accédant un jour à la terre.

93Beaucoup de monde donc dans les campagnes textiles du Beaujolais, du Lyonnais et du Dauphiné, où le système, malgré ses carences, se reproduit fidèlement de génération en génération. En réalité, c’est une insuffisance qui se prolonge, car le genre de vie mixte du paysan-tisseur illustre au fond les faiblesses de l’une et de l’autre activité. D’un côté, une terre trop chichement mesurée pour le nombre de bouches à nourrir, de l’autre, la précarité du statut de tisseur à domicile.

94À la fin du XIXe siècle, la mécanisation du tissage en usine s’accompagne d’une réduction spectaculaire du nombre des métiers à bras à domicile. Les plus jeunes sont les premiers à abandonner un système condamné par le progrès, tandis que les plus âgés continuent à le pratiquer dans des conditions de travail et de rémunération de plus en plus précaires. Les veloutiers du plateau lyonnais en fournissent l’illustration : ils sont 375 à Thurins en 1896, 238 en 1906, 101 en 1926 (P. Guiot, 1949). Alors que l’âge du velours s’achève, le tissage à domicile tend à devenir essentiellement l’affaire des personnes âgées.

2. Vers de nouvelles formes de mixité

95Si la mécanisation du tissage porte un coup fatal aux métiers à bras à domicile, le genre de vie mixte ne disparaît pas pour autant. L’association du travail industriel à celui de la terre est trop profondément enracinée dans les mentalités et les pratiques familiales pour ne pas se régénérer à la moindre occasion favorable. La diffusion de l’électricité dans les villages à partir de 1900, et surtout au lendemain de la guerre, en favorise le renouveau. « Depuis la guerre, remarque A. Allix (1928), la distribution de courant électrique a permis un retour au système de l’industrie à domicile unissant plus harmonieusement le travail de l’atelier avec la besogne des champs ». En 1926, le département du Rhône compte 210 communes desservies, dont 173 antérieurement à 1920, 46 en situation de l’être ou en négociation avec les sociétés productrices de courant et 13 encore réticentes (J. Guicherd, P. Ponsard, 1927).

96Avec la diffusion de l’électricité, le travail à façon connaît un regain de faveur. Les ateliers familiaux et les petites usines des façonniers se multiplient dans les années 1920-1928, période très florissante pour la soierie lyonnaise. À cause de leur souplesse de fonctionnement et aux bas prix de façon pratiqués, ils l’emportent sur les grands établissements de tissage, dont l’activité implique une mobilisation importante de capitaux et la mise en place d’une organisation lourde pour pourvoir à l’entretien de la main-d’œuvre féminine recrutée à l’extérieur. Les migrations lointaines de main-d’œuvre s’effacent définitivement devant les déplacements de travail à courte distance favorisés par la généralisation de l’usage de la bicyclette (A. Chatelain, 1970). Le temps n’est plus à la concentration, mais au fractionnement et à la dispersion, comme en témoigne l’éclatement des grandes fabriques de plusieurs centaines de métiers (A. Allix, 1921). Vers 1930, l’usine de 20 à 50 métiers est de loin la plus répandue en Bas-Dauphiné. D’une part, elle offre l’avantage d’une souplesse de fonctionnement bien adaptée aux fluctuations du marché des soieries tout en assurant la répartition des frais généraux sur une production déjà importante, d’autre part le recrutement local de la main-d’œuvre lui évite de supporter certaines charges incombant aux grands établissements telles que l’organisation de circuits de ramassage ou la réalisation de cités ouvrières. L’éparpillement est ainsi de règle dans les cantons des Terres Froides entre Bourgoin et Le Grand-Lemps où chaque commune, ou presque, a son usine de tissage.

97Beaucoup d’usines de dimension modeste donc, mais aussi des ateliers familiaux groupant de 2 à 6 métiers. Ces derniers sont implantés principalement dans les cantons de Bourgoin, La Tour-du-Pin, Morestel et Pont-de-Beauvoisin, où le tissage à domicile, malgré ses mécomptes, demeure une tradition familiale. En 1930, ces quatre cantons regroupent 930 métiers mécaniques à domicile sur les 1 221 que compte le Bas-Dauphiné et la plupart des 317 métiers à bras encore en activité pour honorer les commandes étrangères de tissus brochés (J. Jouanny, 1931). Ces petits ateliers familiaux sont tenus par des tisseurs à bras passés au tissage mécanique à la suite de l’acquisition de quelques métiers d’occasion ou dans le secteur de La Tour-du-Pin par des tullistes privés de leur gagne-pain par les changements de la mode.

98Plus que les capitaux, ce sont les compétences professionnelles qui importent pour s’installer comme tisseur indépendant, car les tissus ne tolèrent aucun défaut en raison du coût de la matière première. Le savoir-faire du tisseur, garant de la qualité du produit, se révèle un élément déterminant pour obtenir l’aide financière des fabricants (P. Moreau, 1927), favorables à l’extension d’un système qui occulte non seulement la question ouvrière, mais fait disparaître le risque industriel. Le soyeux garde sa mentalité spéculative et le goût pour l’aventure commerciale, mais abandonne volontiers le risque industriel à d’autres. Avec la crise économique des années 30 et son cortège de faillites et de fermetures d’usines, la méfiance à l’égard de l’investissement industriel s’accentue encore. Si le tissage directement lié aux fabricants-usiniers recule alors, c’est moins au profit des façonniers-usiniers, dont le nombre stagne sous l’effet de la crise, que des artisans à domicile. De nombreux gareurs, poussés par les nécessités du moment, mettent à profit la dispersion de l’outillage accompagnant les fermetures d’usines pour redevenir, du moins temporairement, artisans-tisseurs à domicile.

99Le renouveau du tissage à domicile touche aussi le coton. Dans la montagne beaujolaise la prolifération, à côté des maisons d’habitation, des appentis en briques pour loger les métiers montre bien l’intensité du mouvement. Ici le tisseur est tantôt un artisan indépendant, propriétaire de son matériel, ayant le choix de ses donneurs d’ordres, tantôt un salarié, le plus souvent un ancien ouvrier d’usine, travaillant chez lui sur les métiers de son employeur.

100Cette recrudescence de la dispersion du tissage s’accompagne de nouvelles formes d’association avec le travail de la terre.

101D’une part, le paysan-tisseur du passé s’efface devant le tisseur-paysan qui tire l’essentiel de ses ressources de l’activité non agricole. Si à l’époque du paysan-tisseur, le métier était subordonné au travail de la terre, gage de sécurité, c’est désormais l’agriculture qui joue le rôle d’appoint. Le tissage absorbe l’essentiel de la force de travail familiale et laisse bien peu de temps pour la pratique agricole qui vise avant tout à la satisfaction des besoins alimentaires de la famille.

102D’autre part, l’attirance de l’usine va croissant chez les jeunes. Deux systèmes coexistent : ou bien le partage des tâches se fait au sein de la famille selon les générations, ou bien le même individu partage son temps entre l’usine et la terre. Dans le premier cas, les parents s’occupent uniquement de l’exploitation agricole, tandis que les enfants contribuent à la formation du revenu familial par leurs salaires industriels et ne participent que de façon occasionnelle aux travaux des champs. Ces derniers abandonnent le toit familial à l’âge du mariage, à l’exception du fils aîné appelé à prendre à terme la succession paternelle à la tête de l’exploitation et assurer la reproduction du système avec ses propres enfants. Pour les filles, le passage à l’usine est souvent une étape provisoire avant le mariage et le retour aux travaux de la terre jamais totalement abandonnés. Les résultats d’une enquête menée par les Syndicats Libres du Bas-Dauphiné auprès de 37 usines en 1921 sont éloquents : les deux tiers des 5 906 ouvrières sont célibataires (A. Gauthier, 1983). Dans la seconde formule, les situations individuelles doivent être appréciées en fonction du temps de travail consacré à chacune des activités et de leur part respective dans la formation du revenu du ménage. Plutôt paysan ou plutôt tisseur, toutes les formes transitoires de mixité sont possibles vers l’une ou l’autre situation.

103Le sursis accordé au tissage à domicile par la crise économique ne doit pas faire illusion, car les statistiques de la fabrique lyonnaise font ressortir un net recul de ses positions. Entre 1914 et 1937, le nombre de métiers est resté stable autour de 60 000, mais la part des métiers à domicile s’est abaissée de 30 à 12,8 % (M.-L. Bourgeon, 1938). Bien que général, le recul du travail à domicile a davantage affecté les campagnes iséroises que les campagnes rhodaniennes, restées plus traditionnelles. En 1937, les premières ont 727 métiers chez l’habitant, soit 3,2 % de leur effectif total, alors que les secondes en conservent 2 402, soit 24,7 %.

104À la veille de la seconde guerre mondiale, le genre de vie mixte associé au tissage à domicile constitue une survivance du passé qui ne concerne plus qu’une frange très restreinte de la population rurale, tandis que les nouvelles formes de mixité suscitées par l’usine font chaque jour de nouveaux adeptes. De l’activité mi-agricole, mi-industrielle, à la condition ouvrière pure, il n’y a qu’un pas, vite franchi par les plus jeunes peu enclins à perpétuer un genre de vie mixte jugé trop contraignant. Pourtant la longue tradition d’association du travail agricole et du travail industriel continue malgré tout à imprégner les comportements des ruraux venus s’installer au voisinage des nouveaux pôles industriels en expansion. C’est en particulier le cas autour de Péage-de-Roussillon, bourg rural médiocre, transformé en ville champignon par le développement de la grande industrie chimique dans l’entre-deux-guerres (R. Rochette, 1964), où les achats de terre par les ouvriers des usines chimiques représentent, en 1955, 17,7 % des surfaces mises en marché. C. Caillot (1958) y voit « plus le désir d’acquérir un jardin ou une parcelle pour des cultures spéculatives que la volonté de retour ultérieur à la terre ». C’est sans doute vrai, mais la fibre terrienne n’a pas disparu et vibre toujours chez ces fils de petits paysans dauphinois ou ardéchois devenus ouvriers d’usine. Non seulement la possession d’un petit lopin de terre leur donne l’illusion de ne pas se couper de leurs racines, mais pour bon nombre d’entre eux l’association de deux activités s’inscrit dans le droit fil de la tradition familiale tout en constituant un gage de sécurité par rapport à un avenir en usine qui leur échappe.

105Par l’intermédiaire du tissage, Lyon a ainsi suscité une ambiance industrielle dans les campagnes, à l’origine d’une société rurale mi-agricole, mi-industrielle, profondément originale. Agriculture et industrie s’entretiennent mutuellement, la terre amortissant les à-coups du tissage, le métier compensant les aléas de la culture. Lorsque la récolte ne tient pas ses promesses, les revenus industriels font que la vie de la famille n’est point trop affectée, mais lorsque la terre se montre au contraire généreuse, c’est l’espoir d’une vie meilleure, voire même des possibilités d’épargne. Pour la petite paysannerie, le genre de vie mixte, quelle que soit la formule adoptée, présente l’avantage d’éviter l’éclatement de la cellule familiale en donnant à ses membres le moyen d’accéder à une vie décente sur de petites surfaces. L’activité industrielle, en favorisant la mutation professionnelle sur place sans rupture avec le milieu d’origine des éléments jeunes les plus susceptibles d’émigrer, réduit les effets traumatisants du déracinement engendrés par l’exode rural.

106Ces avantages ne doivent toutefois pas masquer les inconvénients d’une situation qui tend à perpétuer les structures anciennes et à freiner les innovations agricoles. Non seulement la pression démographique pèse lourdement sur les structures foncières des exploitations et contribue à pérenniser le morcellement du sol, mais l’activité agricole se complaît dans une médiocre polyculture de subsistance, alors même que les facilités de communication poussent à de nouvelles formes commerciales d’agriculture. La contribution de l’industrie aux ressources des familles paysannes n’incite pas à l’abandon du système agricole ancestral, dont la diversité apparaît à beaucoup comme le gage d’une relative sécurité face aux vicissitudes du tissage et aux risques de chômage. Pour le paysan-tisseur, le travail industriel servait d’appoint à l’activité agricole, c’est désormais l’inverse pour les nouvelles générations de doubles actifs soumises aux horaires contraignants de l’usine. Or, une telle subordination n’est à l’évidence pas faite pour engager l’agriculture dans des voies nouvelles.

107Au total, l’industrie a été une chance pour les campagnes lyonnaises en leur permettant de conserver une charge humaine importante, mais elle a aussi contribué à prolonger l’état agricole ancien et à retarder les nécessaires adaptations de l’agriculture.

III – La fin de l’hégémonie textile sur les campagnes

108Après la seconde guerre mondiale, l’accélération des mutations technologiques et économiques va bouleverser les fondements de l’industrie textile régionale. Notre propos n’est pas d’étudier dans le détail ces transformations, mais simplement d’en dégager les grandes lignes afin de faire ressortir la place qu’occupe aujourd’hui le textile dans les activités industrielles du milieu rural.

A. L’avènement de nouvelles conditions

1. Les mutations techniques

109Les changements concernent tout autant les matières travaillées que le matériel de tissage utilisé.

a) La généralisation des fibres chimiques

110À la différence des rubaniers stéphanois, les fabricants lyonnais, attachés au prestige de la soie naturelle et des étoffes de luxe, sont restés longtemps réticents à l’égard de la soie artificielle présentée par le comte de Chardonnet à l’exposition universelle de 1884. Il faut attendre 1920 pour voir la rayonne commencer à se substituer au coton dans la production de tissus mélangés et de cravates, mais les avantages techniques et économiques du « chardonnet » se révèlent très vite décisifs à l’usage. La fabrique en utilise 6 000 tonnes en 1928. La soie artificielle représente alors 40 % des matières transformées, la soie naturelle 45 % et les autres textiles 15 % (A. Pinton, 1930).

111Le taux de pénétration des fibres artificielles s’accroît avec la crise économique. La rayonne, mais aussi la fibranne, sont utilisées massivement par les fabricants à la recherche de tissus à bon marché. Après la guerre, l’introduction des fibres synthétiques, aux remarquables qualités à la teinture et à l’impression, accentue l’orientation de la fabrique vers une production de masse tout en permettant d’accélérer le rythme de la création sur un marché soumis à des changements de mode très rapides. En 1955, les fibres chimiques constituent 84 % des matières premières consommées et la soie naturelle 2,2 % seulement (tableau no 10). La soierie lyonnaise a cessé d’être l’industrie de la soie naturelle, même si celle-ci reste à la base des créations les plus prestigieuses du secteur de la Haute-Nouveauté.

Tableau no 10. Les changements de matières premières dans la fabrique lyonnaise

Tableau no 10. Les changements de matières premières dans la fabrique lyonnaise

Source : UNITEX

112Tissées au kilomètre de jour comme de nuit, les nouvelles fibres jouent en faveur de l’usine et du tissage industriel, tendance qui se trouve encore accentuée par l’avènement du tissage de la fibre de verre. La fabrique lyonnaise s’engage dans une nouvelle aventure, celle de la production de tissus à usages techniques et industriels. Matériaux composites à hautes performances à renfort de fibre de verre, de carbone ou d’aramide, mais aussi non-tissés, trouvent des débouchés toujours plus nombreux dans l’électronique, l’aérospatiale, la construction navale, le bâtiment ou les travaux publics. Du radôme de Concorde à la couverture du nouveau terminal pour charters de l’aéroport de Satolas en passant par le ballon-sonde Vénus et la voilure du bateau French Kiss, les applications sont multiples et concourent à intégrer le vieil héritage soyeux à l’univers des technologies avancées. La part des nouvelles matières premières, au premier rang desquelles se place la fibre de verre, passe de 6,1 % des fournitures totales de la fabrique lyonnaise en 1965 à 20,5 % en 1975 pour atteindre 42,4 % en 1992.

113L’emploi des fibres artificielles et synthétiques a également assuré le renouveau de la fabrique tararienne. Après avoir recherché une nouvelle voie au lendemain de la première guerre mondiale dans le développement de tissus mélangés de type crêpe à base de coton, de laine ou de soie, c’est l’introduction des fibres artificielles vers 1930 qui fixe son orientation définitive. La rayonne-viscose est utilisée pour produire du voile de second choix principalement destiné à l’Afrique du Nord, tandis que la rayonne-acétate assure la fabrication de voile d’ameublement pour le marché métropolitain. L’orientation vers le voile d’ameublement se développe surtout après la guerre en relation avec l’élargissement de la demande suscité par le mouvement d’urbanisation et grâce aux relations privilégiées nouées par les fabricants locaux avec le groupe Rhône-Poulenc. À partir de 1956, l’industrie textile des monts de Tarare est révolutionnée par l’introduction d’un nouveau fil polyester mis au point par la société Rhodiaceta, suffisamment résistant pour pouvoir être tissé sur des métiers automatiques en grande largeur. Les premières années du voile Tergal sont un véritable âge d’or pour la fabrique tararienne, qui retrouve la prospérité connue un siècle plus tôt aux belles heures de la mousseline. Non seulement l’artisanat textile renaît de ses cendres, mais on assiste à l’émergence de façonniers-usiniers qui mettent à profit la prospérité ambiante pour se lancer dans la construction de petites usines. Ils sont une vingtaine en 1968 avec un parc de 800 métiers. Les fabricants eux-mêmes investissent dans l’outil industriel : 10 fabricants-usiniers possèdent 1 650 métiers répartis à peu près également entre Tarare et les communes rurales des environs. Le système traditionnel de la fabrique tararienne, à base de négociants donneurs d’ordres et de tisseurs à domicile, fait place à des structures plus complexes associant fabricants sans usine, fabricants-usiniers, façonniers-usiniers et tisseurs à domicile (H. Plasson, 1970).

b) Les transformations du matériel de tissage

  • 12 Métiers à bras, à jet d’air ou à jet d’eau. Pour plus de détails sur les différentes techniques, v (...)

114Depuis la révolution du tissage sous l’effet de l’introduction du métier mécanique au siècle dernier, les innovations techniques se sont développées à un rythme lent pendant la première moitié du XXe siècle, portant essentiellement sur la vitesse du matériel employé. L’idée selon laquelle l’activité soyeuse va de pair avec le matériel traditionnel, bien ancrée dans les milieux de la fabrique, n’est pas faite pour accélérer le processus de modernisation. Cependant, l’introduction des fibres synthétiques pose en termes nouveaux les problèmes de productivité et de gestion. La modernisation du matériel devient alors pour beaucoup une question de survie, facilitant le passage, au cours de la décennie 1960-1970, du métier mécanique classique au métier automatique. Une nouvelle étape est franchie à la fin des années 60 avec l’introduction du métier sans navette12, beaucoup plus performant, dont le taux de pénétration s’accentue surtout à partir de 1980 pour représenter les quatre cinquièmes du parc en 1992 (tableau no 11).

Tableau no 11. La composition du parc de métiers de la fabrique lyonnaise

Tableau no 11. La composition du parc de métiers de la fabrique lyonnaise
  • 13 Cet accroissement de productivité s’est accompagné d’une forte baisse des effectifs et d’une certa (...)

115En trente ans, la fabrique lyonnaise a perdu les trois quarts de ses métiers, mais a multiplié sa production par trois13.

116Les innovations technologiques les plus récentes ont plus particulièrement porté sur le développement des processus d’automatisation par l’application de l’électronique aux procédés de fabrication. La lourdeur des investissements et la mobilisation de capitaux considérables constituent la contrepartie financière de cette modernisation industrielle.

2. Les mutations économiques

a) La fabrique de voile de Tarare

117À l’exception d’une sérieuse alerte en 1967, consécutive à la baisse brutale de la demande intérieure, dont les artisans furent les principales victimes, l’industrie du voile de Tarare n’a pas connu de difficultés majeures de 1960 à 1974, conservant pendant cette période un niveau d’activité satisfaisant.

118La hausse brutale du prix de la matière première liée à l’augmentation des cours du pétrole et la dégradation des conditions de marché dans un contexte de concurrence internationale exacerbée contribuent ensuite à un brusque retournement de tendance. La situation est d’autant plus délicate que ces difficultés surviennent dans un climat nouveau de profonde évolution de la demande qui s’est amorcé à la fin des années 60. La vogue du voile polyester pur décline devant l’engouement sans cesse croissant de la clientèle pour de nouveaux produits, comme les voilages fantaisie ou mélangés et surtout les rideaux tricotés. Or, si les fabricants locaux développent une production de voilages fantaisie et mélangés leur permettant de diversifier leur collection sans mise en œuvre d’un nouveau matériel de tissage, ils restent en revanche réticents à s’engager dans la voie des investissements lourds exigés par la maille et préfèrent se cantonner dans une activité de négoce en important des produits pour les intégrer à leur catalogue (F. Étaix, 1988). Outre des raisons financières, ce choix de ne pas fabriquer de produits tricotés tient aussi à une mauvaise appréciation de l’évolution profonde des goûts des consommateurs par des fabricants restés attachés à la qualité du voile polyester et marqués par les belles heures du Tergal.

  • 14 S.A. Tissus Fantaisie et Linder illustrent le lent cheminement conduisant sur plusieurs génération (...)

119Par suite d’un double mouvement de concentration industrielle et spatiale, les activités de production ont délaissé les campagnes pour se recentrer sur Tarare. Les artisans ont été les premiers à faire les frais des difficultés commerciales et ils ne sont plus qu’une poignée dans les monts de Tarare, pour la plupart âgés, à poursuivre une activité sporadique de tissage. De même, les façonnier-usiniers, placés dans l’impossibilité de faire face à leurs charges fixes en raison de la raréfaction des ordres et de la chute des prix de façon, sont en voie d’extinction. Enfin, les rangs des fabricants se sont singulièrement éclaircis. Alors que 60 d’entre eux adhéraient à la Chambre Syndicale Nationale des Fabricants de Voilages et de Rideaux en 1974, il n’en reste plus que 25 en 1990. Parmi ces derniers, 21 sont installés dans la région de Tarare, qui compte 6 fabricants sans usine et 15 fabricants-usiniers. Si de nombreuses petites affaires familiales, handicapées par la faiblesse de leurs assises financières et l’ancienneté de leur matériel, n’ont pas réussi à surmonter leurs difficultés, d’autres au contraire ont mis à profit la disparition de leurs concurrents pour accroître leurs parts de marché et asseoir plus solidement leurs positions. Bien que les entreprises de petite taille soient toujours les plus nombreuses, la production est en fait dominée par trois sociétés (Bel Air Industries, Linder et S.A. Tissus Fantaisie) qui ont servi de pivots à la restructuration de l’industrie du voile14. Leur stratégie de croissance, fondée sur le rachat d’entreprises complémentaires et la création de filiales spécialisées, s’est traduite par l’émergence de véritables groupes industriels au sein de la fabrique tararienne.

120À la différence de la fabrique de voile, dont les localisations sont restées à dominante rurale jusqu’à une période très récente, les activités annexes de blanchiment, teinture et apprêt se trouvent depuis longtemps concentrées à Tarare devenue, avec ses 8 entreprises employant 850 personnes, le premier centre d’ennoblissement de la région Rhône-Alpes. Certes, les ennoblisseurs entretiennent toujours des liens privilégiés avec les fabricants de voile, mais les plus importantes entreprises ont beaucoup élargi leurs activités et occupent désormais de solides positions sur le plan national.

121Les structures de la fabrique de Tarare, comme celles des activités qui lui sont traditionnellement associées, ont donc beaucoup changé. Ces transformations se sont accompagnées d’une réduction spectaculaire des effectifs, qui sont passés de 3 485 salariés en 1975 à 2 475 en 1990, soit une baisse de 28,9 % en quinze ans, et d’un abandon des communes rurales proprement dites au profit de la ville de Tarare, où se concentrent 80 % des emplois du canton. Aussi les déplacements diffus de main-d’œuvre suscités naguère encore par les petites usines et les ateliers de tissage disséminés dans l’espace rural sont-ils en voie d’extinction, remplacés par des flux migratoires centrés sur le pôle d’emploi urbain.

b) L’industrie textile du Haut-Beaujolais

122Les cantons du nord-ouest des monts du Beaujolais ont été sévèrement touchés par l’essoufflement de leur industrie textile qui, depuis le milieu des années 60, ne cesse de s’amenuiser. La crise, qui éclate à cette époque, est très révélatrice de l’inadaptation des structures d’une industrie de type ancien jusque-là masquée d’une part par la rente de situation procurée par les marchés coloniaux pour l’écoulement d’une production de qualité médiocre et d’autre part par la rente financière représentée par un matériel depuis longtemps amorti et le faible niveau de rémunération de la main-d’œuvre (J.-P. Houssel, 1979). Les conséquences en sont d’autant plus désastreuses qu’elle prend de court des industriels englués dans une fausse sécurité et mal préparés à l’affronter. Pour des entreprises petites, à gestion traditionnelle et à structure familiale, la recherche de produits différents de ceux du passé, l’emploi de techniques nouvelles et la modification des réseaux commerciaux ont constitué un ensemble de difficultés souvent insurmontables (ORÉAM, 1977).

123À partir de 1974, la baisse de la demande intérieure combinée à la concurrence effrénée des pays à bas salaire achève de déstabiliser les rares entreprises ayant réussi à échapper au naufrage collectif qui a laissé la région exsangue. La chute des effectifs dans le secteur du textile-habillement est particulièrement sévère dans les cantons de Thizy et d’Amplepuis : 2 472 salariés en 1990 contre 4 865 en 1974, soit un recul de près de moitié. Si l’industrie du coton apparaît véritablement sinistrée, quelques entreprises, comme Deveaux S.A. à Saint-Vincent-de-Reins ou Lapalud S.A. à Thizy, ont néanmoins réussi leur adaptation. La réussite de la société Deveaux est à cet égard exemplaire. Avec l’arrivée d’une nouvelle génération à sa tête, cette vieille affaire familiale languissante, largement tributaire des marchés coloniaux, a fait place à partir de 1968 à une entreprise dynamique à l’avant-garde du progrès technique qui s’est hissée au premier rang national pour la production de tissé-teint. La reprise de plusieurs tissages locaux, la prise de contrôle de la société de négoce Sprintex et la participation majoritaire dans les teintureries de la Trambouze et de Villefranche par l’intermédiaire de la Société Immobilière et Mobilière de Montagny, holding constitué avec les Chargeurs Réunis, constituent l’amorce d’un véritable groupe industriel dont l’effet d’entraînement sur le Haut-Beaujolais s’avère fondamental (Y. Delaigue, J.-P. Houssel, 1992).

124L’industrie lainière, dominée par Cours, assure encore aujourd’hui 40 % de l’effilochage de chiffons, 30 % des couvertures et 60 % des tissus d’entretien produits en France. La fabrication de couvertures n’anime plus que 4 entreprises, alors qu’il y en avait 25 en 1950. Pour résister à la concurrence et s’adapter à l’évolution du marché, celles-ci ont adopté de nouvelles stratégies de développement visant à associer l’exploitation de créneaux très spécialisés dans la couverture à une politique de diversification dans des produits complémentaires, voire même dans d’autres spécialités textiles. D’autres maisons ont complètement rompu avec la tradition de la couverture pour se reconvertir après la guerre dans les tissus d’entretien et en premier lieu la wassingue. À Cours, trois entreprises, Thion, Elie Plasse et Matex, emploient 200 personnes et fournissent plus de la moitié de la production nationale.

125Bien qu’en fort recul, l’industrie textile est toujours présente dans le Haut-Beaujolais, où les entreprises les plus performantes ont recherché des solutions nouvelles dans l’innovation et la diversification. Malgré une amorce de concentration, les structures industrielles n’ont pas fondamentalement changé. Les entreprises, le plus souvent de type familial, conservent une taille réduite (tableau no 12) et apparaissent par leur histoire solidement enracinées dans le milieu local.

Tableau no 12. Les entreprises du secteur textile-habillement en Haut-Beaujolais (année 1990)

Classes

Nbre d’entreprises

%

Nbre de salariés

%

10-49 salariés

24

61,5

596

29,4

50-99 salariés

7

17,9

510

25,1

100 salariés et +

8

20,6

924

45,5

Total

39

100

2 030

100

Source : Chambre de commerce et d’industrie de Lyon – Délégation de Tarare

c) La fabrique lyonnaise de soierie

126Aujourd’hui, la soierie n’est plus seulement une industrie de luxe au service d’une clientèle fortunée, mais aussi et surtout une industrie de grande consommation destinée à satisfaire les besoins de larges couches de la population. Cette adaptation, favorisée par l’utilisation massive des fibres synthétiques, a contribué à accroître la dimension industrielle du tissage. Si l’organisation de la fabrique s’est modifiée, le poids de la tradition n’a pas disparu et continue à marquer le secteur de la Nouveauté-Haute Nouveauté encore fidèle au système de relations du passé. En revanche, les entreprises tournées vers la fabrication de nouveaux produits, comme les tissus volumétriques ou les tissus techniques, s’appuient sur un type d’organisation industrielle fort différent.

— Fabricants et façonniers, une structure ancienne qui se perpétue

127Si la soierie, fortement éprouvée par la dégradation de la conjoncture, s’enfonce dans une profonde récession après 1974, ses difficultés ont en réalité commencé dès les années 1960-1965 avec l’introduction du métier automatique qui ouvre une crise de transition technologique très éprouvante pour les tisseurs à domicile et les façonniers-usiniers. Pourtant, les fabricants restent très attachés au travail à façon qui apparaît comme une constante au sein de la fabrique lyonnaise (A. Houssel, J.-P. Houssel, 1992).

  • 15 En 1971, on dénombrait 260 fabricants sans outil de production et 151 fabricants-usiniers.
  • 16 Si la moitié des fabricants sans usine ont encore leur siège social dans la ville de Lyon, la prop (...)

128Les effectifs des entreprises de soierie ont diminué de plus de moitié entre 1971 et 1992, passant de 540 à 21315. La localisation des sièges sociaux perpétue le clivage entre Lyon, place centrale de commandement, et l’environnement rural, lieu de production. Cependant, une distinction s’impose entre les fabricants sans usine, restés fidèles aux localisations intra-muros du premier et du sixième arrondissement, et les fabricants-usiniers, plus enclins pour des raisons de commodité industrielle et relationnelle à établir leurs sièges sociaux en milieu rural près des usines de tissage16.

129Comme au siècle dernier, les fabricants sans usine, au nombre d’une quarantaine encore en activité en 1992 parmi les 135 adhérents du Syndicat du Tissage du Sud-Est, une des composantes d’UNITEX (Union Interentreprises Textiles Lyon et Région), se cantonnent dans leur rôle de donneurs d’ordres et font tisser à façon par les tisseurs à domicile et les façonniers-usiniers. L’incompatibilité entre le négoce et la production constitue pour eux la spécificité de la fabrique et en conséquence apparaît comme une règle intangible qui ne saurait être transgressée.

130Les fabricants-usiniers, au nombre d’une cinquantaine, sont désormais majoritaires. Si certains, comme Bianchini-Ferrier, qui dispose d’une unité de tissage à La Tour-du-Pin et d’une usine de teinture à Saint-Vallier, s’inscrivent dans la lignée prestigieuse des vieilles maisons de Haute Nouveauté, d’autres au contraire sont d’anciens façonniers ayant monté leurs propres collections et pris une activité de vente. C’est, par exemple, le cas de Vérel de Belval, aujourd’hui contrôlé par le groupe Hermès, dont les établissements emploient une centaine de personnes à Saint-André-le-Gaz. À l’origine de cette affaire, créée en 1911, se trouve un façonnier devenu par la suite acheteur et transformateur de soie écrue pour son propre compte. La spécialisation dans les fonds d’impression pour carrés et écharpes a permis d’assurer la régularité des plans de charge de l’usine d’abord par des contrats passés avec diverses maisons parisiennes, puis par intégration au groupe Hermès. Bien que possédant en propre l’outil industriel, les fabricants-usiniers jouent souvent sur plusieurs registres de production et s’adressent alors aux façonniers pour la réalisation des articles les plus élaborés.

131Placés dans une situation de dépendance à l’égard du fabricant, les façonniers sont soit des tisseurs à domicile, soit des façonniers-usiniers.

132Le tissage à domicile symbolise l’histoire de la fabrique de soierie qui lui doit ses localisations rurales. Il en a longtemps entravé l’évolution vers des formes d’organisation de type industriel en se révélant un concurrent redoutable pour l’usine, particulièrement dans les périodes de crise lorsque les ordres se raréfiaient et que les prix de façon tombaient à des niveaux très bas. L’avilissement des tarifs de façon, qui pénalisait durement les façonniers-usiniers dans l’incapacité de faire face à leurs charges fixes, jouait en faveur des tisseurs à domicile travaillant sur un matériel ancien depuis longtemps amorti et n’hésitant pas à allonger leur temps de travail pour compenser la faiblesse des rémunérations obtenues. Mais les mutations techniques contemporaines du tissage ont remis en question cet état de choses. L’embellie constatée au début des années 50 n’a pas duré. Les tisseurs à domicile sont à peine plus d’une centaine aujourd’hui là où ils étaient 2 400 en 1955 (M. Rebottier, 1955). Par ailleurs, ceux qui restent en activité sont âgés et la plupart du temps sans successeur. D’après l’enquête sur la sous-traitance réalisée en 1983 par le Syndicat Textile du Sud-Est, l’âge moyen s’élevait à 51 ans. La succession était assurée dans 4 % des cas, aléatoire dans 19 % et non assurée dans 77 %. Longtemps privés de couverture sociale (C. Marie, 1980) et handicapés par leur éparpillement face aux donneurs d’ordres dans la négociation des prix de façon, les tisseurs à domicile ont entrepris de restructurer leur profession. La plupart adhérent aujourd’hui à Cooptiss, une coopérative ouvrière de tissage, créée en 1960, qui, outre son rôle de prestataire de services, assure également une activité de fabrication. Malgré tout, les rangs des tisseurs à domicile ne cessent de s’éclaircir rendant l’avenir de la profession des plus problématiques.

133De même, les façonniers-usiniers, très durement affectés par la dégradation de la conjoncture depuis 1974, ont enregistré une forte réduction de leurs effectifs. Il n’en reste plus qu’une quarantaine en activité aujourd’hui alors qu’ils étaient 186 en 1971. Parmi eux, une dizaine pourraient être qualifiés également de fabricants dans la mesure où ils ont cherché des solutions à leurs difficultés en court-circuitant le système traditionnel contrôlé par les donneurs d’ordres pour créer leur propre collection et commercialiser directement une partie de leur production.

134Longtemps paralysé dans son évolution par le poids d’une tradition dans laquelle rapports de domination et méfiance s’entretenaient mutuellement, le système de sous-traitance sécrété par la fabrique lyonnaise de soieries tend aujourd’hui vers une collaboration plus étroite et plus harmonieuse entre fabricants et façonniers, notamment en matière d’investissements nouveaux pour acquérir du matériel de tissage plus performant. Il est vrai que l’heure n’est plus aux tergiversations si les fabricants lyonnais veulent préserver l’avenir et conserver une indépendance de plus en plus menacée par les tentatives de pénétration de groupes externes, dont Hermès a ouvert la voie. Ce groupe de luxe, gros consommateur de soie naturelle (200 tonnes par an), s’est taillé un petit empire soyeux en prenant le contrôle d’une part des établissements Eugène Perrin et fils, Vérel de Belval et Sport-Soie dans le domaine du tissage, d’autre part de la Société d’impression du Grand-Lemps et des ateliers A.S. de Pierre-Bénite dans le secteur de l’impression. Le niveau de participation, qui passe de 51 % du capital pour Eugène Perrin à 100 % pour Vérel de Belval et les ateliers A.S., trahit la recherche d’une intégration destinée à contrôler totalement le cycle du produit.

— L’avènement de nouvelles structures industrielles

135Bien qu’adhérentes du Syndicat Textile du Sud-Est qui leur confère le label prestigieux de la soierie lyonnaise, les entreprises, engagées dans les voies nouvelles des tissus volumétriques et des tissus techniques obéissent à un modèle d’organisation industrielle fort différent de celui de la fabrique proprement dite.

136L’utilisation massive des fibres synthétiques, de médiocre valeur marchande à la différence de la soie naturelle, a conduit à la production en grande série de tissus à faible valeur ajoutée (J. Mollié, 1969). Il s’agit de tissus fabriqués au kilomètre pour doublures, vêtements de sports, sacs de couchage, couettes, mais aussi d’articles de petite nouveauté de grande diffusion que la qualité de l’impression permettra de valoriser auprès du consommateur. Si quelques façonnier-usiniers consacrent une partie de leur temps à ce type d’article, l’essentiel de la production est assuré par des entreprises très spécialisées pour lesquelles deux conditions s’avèrent essentielles :

  • d’une part, la mise en œuvre d’un matériel à hautes performances fonctionnant en continu pour amortir rapidement les investissements lourds engagés et réduire les délais de renouvellement ;
  • d’autre part, la spécialisation dans une gamme d’articles bien définie dans une optique d’accroissement de la productivité et d’efficacité commerciale face à la concurrence des pays à faibles coûts de main-d’œuvre.

137Si les impératifs financiers et commerciaux font la part belle aux grandes sociétés, les petites et moyennes entreprises n’ont pas pour autant abdiqué. Pour raccourcir le temps de réponse et satisfaire au mieux les vœux de la clientèle, les plus performantes s’efforcent d’établir une collaboration plus étroite et de renforcer leurs liens avec le secteur de l’ennoblissement. Certaines n’hésitent d’ailleurs pas à s’engager dans un processus d’intégration en faisant construire leur propre unité de teinture. C’est, par exemple, le cas de Frantissor, entreprise de tissage de Faverges-de-la-Tour, forte d’une quarantaine de salariés et réalisant la moitié de son chiffre d’affaires à l’exportation, qui dans un souci d’efficacité économique a construit, en 1990, une usine de teinture à Blyes sur la zone industrielle de la plaine de l’Ain.

138À une toute autre échelle, la stratégie d’Intextil, division des textiles industriels de DMC, dont le rôle est fondamental dans la production des tissus volumétriques, n’est guère différente puisqu’elle cherche à développer les synergies à l’intérieur du groupe entre les activités de tissage et d’ennoblissement. Issu de Texunion, passée sous le contrôle de DMC en 1969, le groupe réunit les participations textiles de Rhône-Poulenc dans la région lyonnaise, où la famille Gillet avait des intérêts depuis 1945 dans la Société Centrale des Écrus qui exploitait deux tissages dans l’Isère, à Aoste et Saint-Savin. Devenue majoritaire, celle-ci mène une politique active de rachats d’entreprises en difficultés dans les années 1960-1968, fermant des petits tissages obsolètes pour concentrer la production des tissus synthétiques alors en pleine expansion sur de grandes unités, comme la nouvelle usine du Mas des Chaumes, forte de 400 métiers, construite en 1964 au Grand-Lemps. À la fin des années 60 la production se partage entre les usines de Saint-Savin, Aoste, Le Grand-Lemps, Renage dans l’Isère et de Saint-Pierre-de-Bœuf dans la Loire disposant en outre d’installations communes pour la préparation du fil à Saint-Pierre-de-Bœuf, la teinture à Bussières et le stockage à Décines. Cet ensemble industriel intégré dispose alors d’un potentiel de production de plus de 1 700 métiers dans la région lyonnaise, qui entre ainsi de plein pied dans l’ère du tissage industriel. Après le passage dans le giron de DMC, le développement s’organise en deux ensembles distincts : d’un côté la division Habillement regroupant le tissage du Grand-Lemps et l’usine de teinture de Reventin-Vaugris, de l’autre la division Lyon-Textile Industriel avec les tissages de Saint-Pierre-de-Bœuf et de Saint-Savin ainsi que l’unité de teinture de Saint-Jean-la-Bussière. À la suite des revers financiers du groupe durement touché par la crise de 1974, une réorganisation conduit à la refonte totale des activités en 1980 et à un recentrage sur la division Lyon-Textile Industriel en meilleure posture que la division Habillement grâce à la production de tissus techniques, de doublures et d’articles sportifs.

139De même, si le secteur des tissus industriels s’inscrit dans la lignée soyeuse, perpétuant à la fois le savoir-faire en matière de tissage et l’esprit de créativité, il se rattache aux industries à haute technologie par la nature des matériaux mis en œuvre et l’importance de la recherche-développement, se démarquant ainsi de l’organisation traditionnelle de la fabrique par la taille des entreprises et les relations financières nouées avec des groupes extérieurs. Deux grandes catégories de produits se différencient :

  • les composites, qui en raison de leurs propriétés mécaniques et de leur résistance thermique, ont des applications multiples dans le génie civil, l’électronique, l’aérospatiale, la construction navale et le matériel sportif. Les fibres de renfort les plus utilisées sont issues du verre, mais les aramides et le carbone connaissent depuis quelques années une forte expansion.
  • les non-tissés, qui ont d’abord concerné la consommation des ménages avant de trouver des débouchés variés dans le génie civil (géotextiles de renforcement), l’agriculture (agrotextiles de couverture) et le secteur médical.
  • 17 Le groupe Porcher emploie 2 000 salariés en 1994, dont la moitié aux États-Unis.

140L’essentiel de l’activité se localise dans les cantons de l’est des Terres Froides où les tisseurs locaux ont été encouragés à s’orienter dans cette nouvelle voie par Saint-Gobain, qui souhaitait élargir les débouchés de la production de fibres de verre de son usine de Chambéry. C’est, par exemple, le cas de Mermet Tissage, petite affaire artisanale passée des articles d’orient au tissage du verre au début des années 50, qui emploie aujourd’hui une centaine de salariés à Veyrins. Fort d’une vingtaine d’entreprises, le secteur des tissus industriels est dominé par trois sociétés. Deux d’entre elles, Hexcel-Genin et Brochier, sont contrôlées par des capitaux étrangers. C’est en 1972 que la firme américaine J.-P. Stevens and Co. reprend les établissements Pierre Genin, une affaire de soierie de Villeurbanne qui exploite depuis 1931 un tissage aux Avenières et s’est orientée après la guerre dans le tissage de la fibre de verre. En 1985, le groupe Hexcel, un des grands spécialistes mondiaux des matériaux composites pour les applications électroniques et spatiales, devient majoritaire. Son soutien financier et commercial assure une forte croissance à la société, qui emploie plus de 400 personnes dans ses unités de production des Avenières. Brochier S.A. plonge ses racines dans plus d’un siècle de soierie lyonnaise où la famille fondatrice s’est illustrée dans le secteur de la Haute-Nouveauté. Simple département de l’affaire familiale de soierie au départ, le secteur des tissus techniques s’organise sur une base indépendante en 1969 et s’installe à Décines. La société, devenue filiale du groupe chimique suisse Ciba-Geigy en 1979, emploie 300 personnes dans ses établissements de Décines et de Dagneux et occupe désormais une place de premier plan dans la formulation chimique des résines de synthèse pour les composites hautes performances et dans l’architecture des renforts textiles. La troisième société, Porcher-Textile, illustre la réussite d’une petite entreprise dauphinoise de tissage à façon des Badinières qui a mis à profit la forte expansion du marché des tissus en fibre de verre pour assurer sa croissance. À partir de 1973, la reprise de plusieurs petites entreprises de tissage en difficulté amorce la naissance d’un véritable groupe qui s’étoffe encore par le rachat à Rhône-Poulenc du secteur fils industriels de Chavanoz. Devenu groupe intégré, Porcher mène alors une politique de diversification dans les tissus techniques en reprenant différentes sociétés comme Vassoilles à La Verpillière ou Sportiss à Bourgoin. En 1988, le rachat de la division verre de la société textile américaine Burlington lui donne une dimension internationale17.

141Tradition et modernité coexistent donc au sein de la soierie lyonnaise, dont l’adaptation aux nouvelles conditions économiques s’est accompagnée d’une forte réduction des effectifs. De nombreuses petites entreprises ont cessé leur activité et plus de 20 000 emplois ont disparu depuis 1966. Malgré tout, le tissage reste toujours un secteur concentré-dispersé, comme en témoigne la répartition des entreprises adhérant au Syndicat Textile du Sud-Est. La part dans l’emploi total de celles qui ont plus de 10 salariés s’établit comme suit :

  • cinq groupes de plus de 200 salariés (1/3 des emplois) ;
  • une vingtaine d’entreprises de 50 à 200 salariés possédées par des fabricants-usiniers ou des façonniers ayant pris une activité de vente (1/2 des emplois) ;
  • une cinquantaine d’entreprises de 10 à 50 salariés appartenant soit à des fabricants purs, soit à des fabricants-usiniers ou encore à des façonniers (1/5 des emplois).

B. Une place secondaire du textile dans l’emploi industriel

142Dans la région Rhône-Alpes, les effectifs salariés du secteur textile-habillement sont passés de 106 000 en 1975 à 53 000 en 1991, soit une baisse de moitié. Dans le même temps, la part de cette activité dans l’emploi industriel régional s’est abaissée de 12,5 à 10 %. Après l’effondrement spectaculaire des années 1975-1981 durant lesquelles 32 000 emplois ont disparu, le recul s’est poursuivi à un rythme encore rapide de 1982 à 1991 (-21 000 emplois). Les industries rhônalpines de l’habillement ont perdu plus du tiers de leurs effectifs salariés en 10 ans avec des baisses record de 43 % dans la confection masculine et de 48 % dans la confection féminine. Quant à l’industrie textile, elle a abandonné 28,5 % de ses emplois pendant cette période (J. Dupont, Y. Poriol, 1993). Le recul a été particulièrement sévère dans le tissage des soieries avec une chute des effectifs du tiers (7 700 salariés en 1991 contre 11 500 en 1982). Cette réduction invite à s’interroger sur la place désormais occupée par le textile-habillement dans l’emploi industriel en milieu rural.

1. L’emploi industriel dans les petites villes et les communes rurales

143Le tableau no 13 donne la répartition des emplois industriels, à l’exclusion de ceux du bâtiment et des travaux publics, dans les villes de moins de 10 000 habitants et les communes rurales.

144Diverses sources ont été utilisées pour cerner au plus près la réalité. Les données des ASSEDIC ont été complétées par l’enquête directe auprès des entreprises, l’exploitation des données des chambres de commerce et d’industrie et l’utilisation des enquêtes semestrielles de conjoncture de l’INSEE sur la situation de l’emploi dans les établissements de plus de 100 salariés.

Tableau no 13. L’emploi industriel dans les communes de moins de 10 000 habitants en 1990 (bâtiment et travaux publics exclus)

Taille des communes

Nombre total d’emplois

Nombre d’emplois féminins

%

Moins de 2 000 hab.

29 918

8 856

29,6

2 000 à 5 000 hab.

24 973

8 216

32,9

5 000 à 10 000 hab.

31 455

8 870

28,2

Total

86 346

25 942

30,0

Sources : ASSEDIC et enquêtes

145Au total, les communes de moins de 10 000 habitants regroupent, en 1990, 86 346 emplois industriels, dont 30 % occupés par une main-d’œuvre féminine. La carte de répartition des emplois industriels (fig. 43) fait ressortir l’attraction lyonnaise, le rôle de la grande voie méridienne de circulation Saône-Rhône et des axes transversaux Lyon-Chambéry et Lyon-Genève, mais aussi la place occupée par les régions à vieille tradition textile de l’est des Terres Froides et du Beaujolais.

2. La part des emplois représentée par le secteur textile-habillement

146L’ensemble constitué par les industries du textile-habillement représente un effectif de 11 907 salariés en 1990, soit 13,8 % de l’emploi industriel des petites villes et des communes rurales (tableau no 14).

Tableau no 14. Les emplois dans les industries du textile et de l’habillement dans les communes de moins de 10 000 habitants en 1990

Taille des communes

Nombre total d’emplois

Nombre d’emplois féminins

%

Moins de 2 000 hab.

5 285

2 927

55,3

2 000 à 5 000 hab.

3 943

1 853

47,0

5 000 à 10 000 hab.

2 677

1 654

61,2

Total

11 905

6 434

54,0

Sources : ASSEDIC et enquêtes

147Alors qu’elle exerçait une domination sans partage sur les campagnes du Bas-Dauphiné et du Beaujolais avant la seconde guerre mondiale, l’industrie textile se trouve fortement amoindrie puisqu’un emploi sur sept seulement en dépend aujourd’hui. En fait, sa part doit être appréciée en fonction de la taille des communes. Elle est deux fois plus élevée dans les communes de moins de 2 000 habitants que dans les petites villes de 5 000 à 10 000 habitants : 17,7 % contre 9,5 %. Cette différence traduit une croissance industrielle à l’époque contemporaine, plus vive et plus diversifiée dans les petites villes que dans les communes rurales stricto sensu.

Figure 43. Les emplois dans les établissements industriels de plus de 10 salariés en 1990
Bâtiment et travaux publics non compris
Sources : assedic et enquêtes

148Bien que le nombre d’emplois ruraux liés aux activités textiles ne soit plus ce qu’il était dans le passé, il n’en reste pas moins notable et contribue à fixer sur place la main-d’œuvre féminine. Le taux moyen de féminisation de l’emploi industriel atteint 30 % dans l’ensemble des communes de moins de 10 000 habitants, mais dépasse 50 % pour le textile-habillement. Alors que les localisations de l’habillement sont surtout urbaines, celles du textile restent à dominante rurale : 54,5 % des emplois dans les communes de moins de 10 000 habitants (tableau no 15).

Tableau no 15. Ventilation des emplois du secteur textile-habillement en 1990

Tableau no 15. Ventilation des emplois du secteur textile-habillement en 1990

Sources : ASSEDIC et enquêtes

149Si le passé imprime toujours sa marque sur la géographie de l’industrie textile, les aires de localisation se sont singulièrement rétrécies, ainsi qu’en témoigne la carte de répartition des établissements de plus de 10 salariés selon l’activité principale pratiquée (fig. 44).

150L’est des Terres Froides demeure la terre d’élection du tissage des soieries. Cependant, la situation est profondément différente de celle donnée par la carte établie par M.-L. Bourgeon en 1937, où presque chaque commune possédait son usine de tissage. Au total, les usines de tissage du Bas-Dauphiné, au nombre de 45, emploient 2 400 personnes (tableau no 16).

151Les établissements restés en activité s’ordonnent désormais selon deux axes principaux, l’un de Bourgoin à Aoste le long de l’autoroute A 43, l’autre de Bourgoin au Grand-Lemps suivant la R.N. 85. Entre ces deux axes à forte densité industrielle, l’intérieur des Terres Froides s’est fortement appauvri.

152Dans les monts du Beaujolais, de nombreuses usines ont fermé dans les communes rurales, où il n’en reste que 27 représentant un millier d’emplois. L’essentiel de l’activité se localise désormais dans les petites villes de Tarare, Amplepuis, Cours et Thizy, qui regroupent 3 700 emplois, soit les huit dixièmes du total (tableau no 17).

Figure 44. Les établissements du textile et de l’habillement (+ 10 salariés) en 1990
Sources : assedic et unitex

Tableau no 16. Les tissages de plus de 10 salariés dans le Bas-Dauphiné (en 1990)

Tableau no 16. Les tissages de plus de 10 salariés dans le Bas-Dauphiné (en 1990)

Tableau no 17. Les établissements de plus de 10 salariés des industries du textile et de l’habillement dans les monts du Beaujolais en 1990

Tableau no 17. Les établissements de plus de 10 salariés des industries du textile et de l’habillement dans les monts du Beaujolais en 1990

1 : Nombre d’établissements
2 : Nombre de salariés
Sources : ASSEDIC et enquêtes

153Lyon a joué un rôle déterminant dans l’industrialisation des campagnes. Du chanvre au coton et à la soie, les initiatives des négociants de la cité rhodanienne se sont révélées décisives, mettant au service de l’économie urbaine la force de travail du monde rural. Le développement de l’industrie textile en étroite symbiose avec le travail de la terre a contribué à façonner une société rurale originale, mi-industrielle, mi-agricole, et permis à des campagnes peu favorisées par la nature de conserver une forte charge humaine. Paysans-tisseurs d’abord, ouvriers-paysans ensuite, ouvriers d’usine enfin, les relations de travail entre la population rurale et l’industrie ont revêtu des formes diverses et donné lieu à des statuts variés. Quoi qu’il en soit, pour de nombreux ruraux la mutation professionnelle, partielle ou totale, a pu s’effectuer sans recourir à la mobilité résidentielle.

154Les nouvelles conditions économiques de l’époque contemporaine ont bouleversé les données anciennes et remis en question la vieille hégémonie du textile sur les activités industrielles en milieu rural. L’héritage n’a pas complètement disparu, tant s’en faut, mais l’industrie textile, dont la part dans l’emploi industriel s’est considérablement amenuisée, ne constitue plus aujourd’hui qu’une activité parmi d’autres dans les campagnes lyonnaises, comme en atteste la carte de répartition (fig. 43). La crise du textile a ouvert la voie à une diversification industrielle qui s’est trouvée facilitée par la présence de Lyon. Les créations ont davantage profité au Bas-Dauphiné, d’accès facile, qu’aux monts du Beaujolais, plus enclavés. Mais plus que les communes rurales proprement dites, ce sont les villes qui ont surtout bénéficié du mouvement de desserrement de l’industrie lyonnaise. L’importance prise par les migrations alternantes en constitue la traduction concrète. En 1975, le taux de sortie des actifs résidents dépassait déjà 20 % dans 644 communes de moins de 10 000 habitants sur 675 et même 50 % dans 351. Migrations de travail vers Lyon certes, mais aussi vers les nombreux pôles d’emploi secondaires qui irriguent l’espace rural (fig. 45), contribuant ainsi à l’affirmation d’une vocation résidentielle depuis longtemps amorcée par la dispersion des activités de la fabrique.

Figure 45. Les migrations alternantes en 1975
Sources : RGP 1975

Notes

1 La manufacture Charvet, dont l’influence a été déterminante dans l’essor de la draperie viennoise au XVIIIe siècle, associait un tissage d’une cinquantaine de métiers, un foulon et une teinturerie tout en faisant travailler plusieurs centaines de personnes à l’extérieur.

2 En 1840, le chiffre d’affaires de la fabrique était d'environ 280 millions de francs d’après Arlès-Dufour, dont 160 millions à l'exportation. Or, l’achat de la matière première représentait les deux tiers du total.

3 Les rivières de l’est des Terres Froides, plus particulièrement la Morge, la Fure, la Bourbre, l’Ainan et l’Agny, présentent des conditions de pente et de débit favorables à l’installation de roues destinées à actionner les métiers. Des améliorations sont en outre apportées par les syndicats d’usagers, comme celui de la Fure qui, après sa constitution en 1865, entreprend des travaux pour régulariser le débit de la rivière à partir de son réservoir d’alimentation, le lac de Paladru.

4 Le tissage mécanique, après s’être appliqué aux tissus les plus simples, touche les façonnés vers 1900

5 Ces chiffres sont à manier avec précaution, car jusqu’en 1836 les statistiques de population apparaissent très incertaines et ne reposent pas sur des listes nominatives exhaustives (A. Chatelain, 1954, a).

6 La population de Lyon est passée de 114 000 habitants en 1806 à 323 000 en 1866, mais entre ces deux dates les faubourgs (Croix-Rousse, Vaise, Guillotière) ont été rattachés à la ville en 1852.

7 Les travaux de J. Bienfait (1968) ont mis en évidence la forte surestimation de la population lyonnaise par les recensements dans l’entre-deux-guerres, surestimation qui rejaillit sur l’évolution globale du département du Rhône. En 1936, la population de la ville de Lyon serait ainsi comprise entre 443 000 et 459 000 habitants alors que le recensement avance le chiffre de 570 000 Lyonnais.

8 À Birieux, par exemple, le pourcentage de ménages ayant plus de deux enfants tombe de 33 % en 1896 à 21 en 1931 (SIVOM du Centre de la Dombes, 1977).

9 Jean Saint-Cyr cite l’exemple d’une ferme qui, en 1896, occupait 14 personnes, dont 3 domestiques et 2 ouvriers agricoles. En 1936, il n’y a plus que 4 personnes présentes, dont un seul domestique (SIVOM du Centre de la Dombes, 1977).

10 Amplepuis passe de 7 274 habitants en 1886 (maximum) à 5 372 en 1936, Cours de 6 246 en 1881 (maximum) à 5 706 en 1936 et Thizy-Bourg-de-Thizy de 9 496 en 1906 (maximum) à 7 660 en 1936.

11 Villeurbanne, Bron, Caluire-et-Cuire, Oullins, La Mulatière, Saint-Fons, Sainte-Foy-lès-Lyon et Vénissieux.

12 Métiers à bras, à jet d’air ou à jet d’eau. Pour plus de détails sur les différentes techniques, voir Jacomet (D.), Le textile-habillement, une industrie de pointe, Économica, 1987, 236 p.

13 Cet accroissement de productivité s’est accompagné d’une forte baisse des effectifs et d’une certaine masculinisation de la main-d’œuvre en raison de l’interdiction de faire travailler le personnel féminin de nuit. De 1965 à 1973, le taux de féminisation des emplois dans le tissage est passé de 52,3 à 47,5 % (Chambre de commerce et d’industrie Rhône-Loire, 1975).

14 S.A. Tissus Fantaisie et Linder illustrent le lent cheminement conduisant sur plusieurs générations du statut de tisseur à domicile à celui de fabricant-usinier, mais la première, à la suite de difficultés financières en 1994, s’est recentrée sur le négoce. Bel Air industrie, première entreprise française de voile d’ameublement, tire son origine de la Société Godde-Bedin, filiale de Rhône-Poulenc Textiles, reprise par ses cadres en 1987 après que le groupe chimique se soit désengagé du secteur textile.

15 En 1971, on dénombrait 260 fabricants sans outil de production et 151 fabricants-usiniers.

16 Si la moitié des fabricants sans usine ont encore leur siège social dans la ville de Lyon, la proportion n’est que de 1/5 pour les fabricants-usiniers.

17 Le groupe Porcher emploie 2 000 salariés en 1994, dont la moitié aux États-Unis.

Table des illustrations

Légende Figure 42. Densité de population en 1866
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16806/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Titre Tableau no 8. Évolution de la population de 1866 à 1936
Légende (1) Après rectification des chiffres de la population lyonnaise en 1936 sur la base des estimations de J. Bienfait7.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16806/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Tableau no 9. Distribution des communes rurales selon l’évolution de leur population entre 1866 et 1936
Légende I : Haut-Beaujolais, II : Beaujolais viticole, III : monts du Lyonnais, IV : plateau lyonnais, V : Dombes et plaine de l’Ain, VI : Bas-Dauphiné.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16806/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau no 10. Les changements de matières premières dans la fabrique lyonnaise
Légende Source : UNITEX
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16806/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Tableau no 11. La composition du parc de métiers de la fabrique lyonnaise
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16806/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Figure 43. Les emplois dans les établissements industriels de plus de 10 salariés en 1990Bâtiment et travaux publics non comprisSources : assedic et enquêtes
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16806/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Tableau no 15. Ventilation des emplois du secteur textile-habillement en 1990
Légende Sources : ASSEDIC et enquêtes
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16806/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Figure 44. Les établissements du textile et de l’habillement (+ 10 salariés) en 1990Sources : assedic et unitex
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16806/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Titre Tableau no 16. Les tissages de plus de 10 salariés dans le Bas-Dauphiné (en 1990)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16806/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau no 17. Les établissements de plus de 10 salariés des industries du textile et de l’habillement dans les monts du Beaujolais en 1990
Légende 1 : Nombre d’établissements2 : Nombre de salariésSources : ASSEDIC et enquêtes
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16806/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Figure 45. Les migrations alternantes en 1975Sources : RGP 1975
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16806/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 284k

© Presses universitaires de Lyon, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search