Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Lyon et ses campagnes

 | 
Richard Sceau

Première Partie. Une terre ingrate chargée d'hommes

Conclusion de la première partie

Texto completo

1Ce sont donc des pays dans l’ensemble peu doués par la nature qui se disposent autour du carrefour fluvial et de la croisée de routes à l’origine de la fortune de Lyon. Malgré leurs handicaps, ils ont réussi à conserver, à quelques exceptions près, une forte charge humaine jusqu’à nos jours. De petites exploitations orientées vers des systèmes de production exigeants en travail ont permis le maintien de densités agricoles particulièrement étoffées. Il est vrai aussi que nombre d’entre elles doivent leur survie à l’existence de revenus extérieurs à la terre. Cette situation trahit une certaine faiblesse de l’agriculture régionale en même temps qu’elle souligne les liens étroits qui unissent Lyon à son environnement rural. Au début des années soixante alors que s’amorcent les grands bouleversements techniques et économiques de la période contemporaine, les campagnes placées dans la mouvance de Lyon sont loin d’être exclusivement agricoles et font déjà une place non négligeable aux populations et aux activités non agricoles.

2Une terre ingrate chargée d’hommes ! La contradiction n’est qu’apparente, car le facteur d’explication fondamental est à rechercher du côté de la ville. Derrière ce paradoxe, c’est bien le rôle de Lyon sur les campagnes avoisinantes qui se profile en filigrane. L’uniformité n’est pas pour autant de mise au sein du monde rural régional, où la diversité se révèle au contraire omniprésente. Dans quelle mesure cette diversité dans les paysages, dans la démographie et dans les activités reflète-t-elle l’inégale emprise lyonnaise sur son environnement rural ? Répondre à cette question suppose de remonter le cours du temps et d’interroger longuement le passé pour comprendre le présent.

© Presses universitaires de Lyon, 1995

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540