Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon et ses campagnes

 | 
Richard Sceau

Première Partie. Une terre ingrate chargée d'hommes

Chapitre II. Des campagnes fortement occupées

Texte intégral

1La densité de la population de la région, villes incluses, s’établissait, en 1954, à 161 habitants au km2, soit plus de deux fois la moyenne nationale. Si l’on exclut Lyon et les villes de plus de 20 000 habitants, le chiffre s’abaisse à 85, mais demeure élevé en regard de la densité des communes françaises de même catégorie, de l’ordre de 50 seulement. De prime abord, cette forte charge humaine peut surprendre étant donné la médiocrité des avantages consentis par la nature à l’agriculture, mais il faut tenir compte également de la trame urbaine et des emplois non agricoles dans des campagnes où P. George 1964), (au début des années soixante, constatait déjà l’émergence d’une nouvelle société dominée par une population restée rurale par sa résidence bien qu’ayant cessé d’être professionnellement agricole.

I – Une richesse en hommes incontestable, mais inégale

  • 1 Sont considérées comme rurales les communes ayant moins de 2 000 habitants agglomérés et ne faisant (...)

2Si l’on s’en tient à la définition statistique de l’INSEE1, la densité de la population rurale qui atteignait 60 habitants au km2 en 1954, n’est plus que de 51 en 1982. En fait, les données peuvent difficilement se comparer puisque dans le même temps, 161 communes, statistiquement rurales en 1954, sont passées dans la catégorie urbaine, la plupart par intégration à des agglomérations urbaines multi-communales. Le chiffre de 1982 se rapporte donc à un espace rural amputé de près du quart de ses communes et du cinquième de sa superficie par rapport à 1954. Sur la base des communes définies comme rurales en 1954, la densité s’élève à 95 habitants au km2. Le maniement des statistiques relatives à la population rurale s’avère très délicat dans les régions à forte vitalité urbaine où seules des comparaisons, effectuées à espace constant, sont à même de bien cerner la réalité.

A. Les contrastes des densités

I. Les densités rurales et agricoles

3La carte des densités communales que nous avons établie pour 1962 met en évidence de forts contrastes dans la répartition du peuplement (fig. 13). Si la densité moyenne s’établit à 56 habitants au km2, cette valeur est dépassée dans près de la moitié des communes. Les zones les plus peuplées se localisent aux abords de l’agglomération lyonnaise, mais aussi dans le vignoble beaujolais (78 habitants/km2), l’est des Terres Froides (72 habitants/km 2), les monts du Lyonnais (56 habitant/km2) et le Haut-Beaujolais textile (55 habitants/km 2). Par contre, d’autres régions sont moins bien pourvues : l’ouest des Terres Froides (40 habitants/km2), le plateau de Crémieu (35 habitants/km2) et surtout la Dombes (23 habitants/km2).

4Les activités industrielles contribuent certes à étoffer les densités rurales dans les Terres Froides et le Haut-Beaujolais, mais les densités agricoles sont également très fournies. La population agricole représentait, en 1962, 37 % de la population rurale de la région. Si l’on considère l’ensemble des 314 communes rurales dépassant ce taux, la densité moyenne s’établissait à 43 habitants au km2. Parmi ces communes à forte proportion de population agricole 115 ont de 40 à 60 habitants au km2 et 51 plus de 60. À cet égard, le contraste est accusé entre la forte charge humaine des monts du Lyonnais et du vignoble beaujolais et les faibles densités agricoles de la Dombes et de la plaine de l’Ain. En fait, la notion de densité agricole n’a de signification véritable que par rapport au territoire effectivement cultivé (fig. 14). La charge moyenne supportée par la terre s’établit à 30 personnes pour 100 ha de SAU. Mais cette valeur est dépassée dans 279 communes rurale sur 635. Trois ensembles présentent de fortes densités. Le premier coïncide avec les vallées de la Saône et du Rhône où la présence de cultures spécialisées, comme la vigne et les arbres fruitiers, s’accompagne de densités agricoles dépassant 40. Le second correspond aux montagnes de la bordure orientale du Massif central : si les revenus accessoires fournis par l’industrie concourent à maintenir les hommes dans le Haut-Beaujolais, la charge humaine des monts du Lyonnais surprend davantage étant donné le caractère contraignant du milieu physique et la nature du système d’utilisation du sol. Enfin, la dernière zone à paysannerie nombreuse recouvre l’est des Terres Froides avec des densités le plus souvent comprises entre 30 et 40 : ici, l’agriculture bénéficie du soutien de l’industrie qui a favorisé le développement du genre de vie mixte au sein des familles paysannes.

  • 2 La superficie des étangs de la Dombes est de l’ordre de 12 000 hectares. Les recensements de l’agri (...)

5Il existe aussi des régions à faibles densités agricoles. C’est le cas des plaines de l’Est lyonnais, de la Dombes2 et de l’île Crémieu, où les densités s’abaissent en dessous de 20 personnes pour 100 ha de SAU. Mais il est vrai que les exploitations y sont plus grandes et les systèmes de culture moins intensifs que dans les régions à forte charge humaine.

6Enfin, l’ouest des Terres Froides figure en quelque sorte une situation intermédiaire avec des densités comprises entre 20 et 30, tout comme les marges septentrionales du plateau dombiste où l’étoffement des contingents humains annonce le passage au monde bressan.

Figure 13. Densité de la population en 1962
Sources : RGP 1962

Figure 14. Densité des ménages d’agriculteurs en 1962
Sources : matrices cadastrales 1963, RGP 1962

7La carte de la répartition de la population familiale agricole se révèle donc singulièrement contrastée. Les différences enregistrées dans les densités s’expliquent par l’inégale richesse du sol, l’ancienneté et l’ampleur de l’émigration paysanne, le régime et la dimension des exploitations. Le rapport entre les surfaces cultivées et la charge humaine, représentée par le nombre de personnes vivant dans les ménages dont le chef est exploitant, doit tenir compte de l’insertion du travail industriel au sein des familles paysannes. La signification économique et sociale des fortes densités n’est pas la même dans les monts du Lyonnais à activité agricole quasi exclusive et dans les Terres Froides du Bas-Dauphiné, où agriculture et industrie sont étroitement associées.

  • 3 Le champ d’observation des recensements de l’agriculture diffère de celui des recensements de la po (...)

8Cette première approche doit être complétée par la connaissance de la charge de main-d’œuvre supportée par la terre. Les difficultés concernant la mesure du travail féminin dans l’agriculture font qu’il vaut mieux ne considérer que les seuls actifs de sexe masculin. La médiane cantonale de la surface exploitée par actif masculin agricole approche 11 ha, mais l’écart entre les extrêmes est élevé : 6,7 ha dans les cantons de Beaujeu et de Saint-Symphorien-sur-Coise contre 32 ha dans le canton de Lagnieu. Les fortes densités correspondent aux zones de cultures spécialisées du sillon Saône-Rhône et aux régions où les petites unités en polyculture sont encore nombreuses, soit qu’elles bénéficient du concours de l’industrie3 (Terres Froides), soit qu’elles restent authentiquement agricoles (monts du Lyonnais). Inversement, les densités s’abaissent dans les plaines de l’Est lyonnais et la Dombes, où la taille des exploitations devient plus imposante et les systèmes de production plus extensifs.

9Dans la région lyonnaise, la montagne n’est pas toujours désavantagée par rapport à la plaine (R. Lebeau, 1976). À l’exception des Terres Froides orientales, les fortes charges humaines dans l’agriculture se situent plus dans les massifs montagneux à l’ouest de la Saône et du Rhône qu’à l’est. Mais surtout la distribution des densités au début des années 60 fait ressortir de vigoureux contrastes entre des espaces, très étendus, surchargés d’hommes et d’autres, plus restreints, à population davantage clairsemée.

2. L’évolution des densités

10La comparaison entre les cartes des densités brutes établies pour 1962 et 1982 permet d’effectuer quelques constatations (fig. 13 et 15). Tout d’abord le renforcement des densités est particulièrement spectaculaire au voisinage de Lyon dans les communes de la plaine dauphinoise à l’est et du plateau lyonnais à l’ouest. Mais la forte poussée dépasse les franges suburbaines de l’agglomération lyonnaise et s’exerce d’une part le long du sillon Saône-Rhône, d’autre part sur les marges septentrionales des Terres Froides. Au-delà de ces espaces à croissance forte, la progression s’atténue, fait place à une stabilité relative ou à une légère diminution. Ainsi 141 des 635 communes classées rurales en 1962 ont vu leurs densités décroître entre 1962 et 1982, soit à peu près une sur quatre. L’essoufflement démographique du Haut-Beaujolais s’avère flagrant : ici, ce sont 85 % des communes qui sont touchés par une réduction de leurs densités. L’évolution des monts du Lyonnais et du vignoble beaujolais se révèle plus composite, juxtaposant des communes en croissance et d’autres en déclin. La baisse touche près d’une commune sur deux dans les monts du Lyonnais et une sur trois dans le vignoble beaujolais. La situation est en apparence plus satisfaisante dans le Bas-Dauphiné septentrional et la Dombes où les communes en décroissance deviennent des exceptions.

Figure 15. Densité de la population en 1982

11Le délestage agricole revêt une ampleur considérable, d’environ 50 % entre les recensements de l’agriculture de 1955 et de 1980. Si l’on restreint l’observation à la période intercensitaire 1970-1980, c’est près du quart de la population agricole de la région qui disparaît en une décennie. La charge humaine passe de 28 personnes pour 100 ha de SAU en 1970 à 21 en 1980. Malgré tout, c’est encore beaucoup par rapport à la moyenne nationale, qui n’atteint pas 15. À dire vrai, il ne faut pas accorder trop de crédit aux moyennes, car les densités agricoles diminuent à des rythmes très inégaux selon les lieux. Les rythmes peuvent se révéler très dissemblables entre des communes présentant pourtant de grandes analogies sur le plan socio-économique. Néanmoins, cet enchevêtrement de situations communales laisse transparaître quelques tendances régionales. Le délestage démographique s’effectue à un rythme extrêmement rapide dans les communes suburbaines sous l’effet conjugué du vieillissement des hommes et de la concurrence des usages non agricoles du sol. Cette situation, déjà ancienne et devenue banale au voisinage de Lyon, contamine désormais la périphérie rurale des centres urbains de moindre envergure comme Villefranche, Bourgoin ou Vienne. Le recul est également sévère dans les régions éprouvées par les difficultés de l’industrie dominante (Terres Froides et Haut-Beaujolais). Enfin, les monts du Lyonnais et la lisière de la Bresse, du fait de l’étroitesse des exploitations, semblent condamnés à subir une hémorragie humaine salvatrice. Inversement, la Dombes et le vignoble beaujolais se singularisent par le recul modéré de leur population agricole. Alors qu’un certain équilibre paraît s’établir au pays des étangs entre de faibles densités agricoles et un système d’exploitation du sol assez extensif, le maintien des hommes en Beaujolais tient surtout à la remarquable réussite commerciale de la viticulture.

12En fait, l’allégement substantiel de la charge humaine dans les régions les mieux pourvues n’empêche pas la persistance de forts écarts (fig. 16). Si l’on en juge par la diminution du nombre des exploitations, l’amenuisement de la main-d’œuvre disponible en agriculture est considérable : 29 846 exploitations en 1980 au lieu de 57 172 en 1955, soit une chute de près de moitié. La régression de la main-d’œuvre disponible s’accompagne d’un fort vieillissement qui hypothèque gravement l’avenir de nombre de petites unités de production. Si l’âge élevé des actifs constitue un lourd handicap pour l’agriculture régionale, là encore le diagnostic doit tenir compte de la diversité des situations démographiques.

B. La variété des comportements démographiques

13Lorsque l’on analyse les structures démographiques des campagnes lyonnaises, c’est une impression d’hétérogénéité qui prévaut.

Figure 16. La densité des ménages d’agriculteurs en 1980
Sources : RGA 1980

1. Les structures démographiques

  • 4 Les modifications successives des limites cantonales, en particulier dans l’Est lyonnais, rendent d (...)
  • 5 On dénombre en moyenne 46 enfants de moins de 4 ans pour 100 femmes âgées de 20 à 45 ans dans les c (...)

14L’indice de vieillesse de la population rurale établi en 1962 par canton4 permet une première approche. Les cantons périurbains lyonnais présentent des situations assez favorables. Le rôle des pôles industriels d’emploi est également perceptible dans les cantons de Villefranche, Vienne-Nord et Roussillon, dont les indices s’échelonnent entre 28,5 et 35,5. Ceux-ci sont tout aussi satisfaisants dans les monts du Lyonnais, malgré la faiblesse des activités industrielles et l’éloignement relatif des pôles d’emploi urbains. C’est là le résultat d’un comportement démographique original fondé sur une fécondité encore peu entamée et une natalité vigoureuse. Lorsque l’on regarde les pourcentages des ménages ruraux ayant six enfants ou plus, c’est dans les monts du Lyonnais que l’on observe les taux les plus élevés : alors que la médiane cantonale s’établit à 13,5 %, le taux du canton de Saint-Symphorien-sur-Coise atteint 21,3 %. En revanche, le vieillissement est plus marqué dans le Haut-Beaujolais, la Dombes et les Terres Froides du Bas-Dauphiné. Ce vieillissement consécutif à l’émigration soutenue de l’entre-deux-guerres s’accompagne d’une réduction des gains naturels. Mais l’influence des comportements démographiques différents ne doit pas pour autant être négligée. Dans les cantons où l’agriculture est l’activité dominante, la chute de la natalité paraît davantage imputable à la dénuptialité qu’à une transformation profonde de la fécondité des familles paysannes, tandis que dans les cantons à forte importance de l’industrie textile, la fécondité est traditionnellement réduite du fait du travail féminin. Ainsi le nombre d’enfants de moins de quatre ans calculé en 1962 pour cent femmes âgées de 20 à 45 ans oppose les cantons textiles de l’est des Terres Froides aux cantons agricoles de l’ouest, les premiers s’avérant sensiblement moins prolifiques que les seconds5.

  • 6 Le taux théorique de remplacement est le rapport entre les agriculteurs actifs masculins de 20 à 35 (...)

15Cette approche doit être précisée par l’étude de la population agricole dont le vieillissement est incontestable quoique inégal. Les taux d’agriculteurs de plus de 55 ans mettent en relief un net contraste entre des régions à forte proportion d’exploitants âgés (Bas-Dauphiné, Haut-Beaujolais, plaine de l’Ain) et des régions à vieillissement moins accusé (monts du Lyonnais, Dombes, Beaujolais viticole). Les problèmes de renouvellement posés par ce vieillissement généralisé ont suscité des enquêtes de la part des organisations professionnelles agricoles. Les conclusions n’en sont guère optimistes puisque la succession des exploitants en place ne serait pas assurée dans plus d’un cas sur deux (CERSE, 1965). Le taux théorique de remplacement des agriculteurs6 confirme d’autre part ce vieillissement inquiétant des structures paysannes et les difficultés de renouvellement à venir. Mais, là aussi, des inégalités flagrantes se dessinent : bonne tenue des monts du Lyonnais et de la Dombes, vitalité moindre du Haut-Beaujolais et du vignoble, faiblesse affirmée de la plus grande partie du Bas-Dauphiné et de la plaine de l’Ain. Le taux de féminité pour les classes d’âge 20-30 ans est un autre élément d’appréciation de la vigueur de la démographie agricole. Lorsqu’il est faible (moins de 70), la surémigration féminine s’accompagne d’une sous-nuptialité par développement du célibat masculin et d’une baisse corrélative de la natalité. L’opposition entre les cantons de l’est et de l’ouest du Bas-Dauphiné se constate une nouvelle fois : les premiers, disposant d’un volant d’emplois féminins hors de l’agriculture plus étoffé que les seconds, conservent des taux de féminité plus élevés qui viennent compenser, au moins partiellement, une fécondité assez réduite. Les situations sont plus complexes dans les cantons périurbains lyonnais, car les effets de la mutation socio-professionnelle sur place se combinent avec l’exode des éléments féminins. Enfin, la montagne beaujolaise connaît une surémigration féminine inquiétante, tandis que les monts du Lyonnais sont beaucoup moins touchés.

16L’indice de potentiel démographique donne une vue synthétique des structures de la population fondée sur la combinaison de quelques éléments essentiels (fig. 17). L’indice régional s’établit à 35,3 mais les valeurs cantonales s’échelonnent de 25,6 (Saint-Geoire-en-Valdaine) à 66,6 (Saint-Symphorien-d’Ozon), les plus élevées se rencontrant dans les monts du Lyonnais d’une part et dans les cantons périurbains lyonnais d’autre part. Le vignoble beaujolais conserve un potentiel de renouvellement démographique somme toute honorable grâce à la stabilité relative de la nuptialité et de la fécondité chez les vignerons, mais l’avenir paraît plus compromis dans de nombreux cantons du Haut-Beaujolais, de Dombes et des Terres Froides.

17Les contrastes démographiques, qui se dessinent au sein des campagnes lyonnaises au début des années soixante, procèdent d’évolutions socio-historiques variées. Mais le poids des héritages ne doit pas masquer les changements profonds qui s’amorcent sous l’effet de l’urbanisation.

2. Les profils démographiques

18La diversité des situations démographiques justifie un essai de regroupement cantonal sur la base des types de structures par âges. La recherche des corrélations repose sur la technique des profils démographiques fondée sur la méthode de l’écart à la moyenne. Le profil de référence a été élaboré à partir de la moyenne des classes d’âge quinquennales de la population régionale, à l’exception toutefois de la population de l’agglomération lyonnaise dont le poids risquait de trop infléchir les termes de la comparaison.

19Afin de faire ressortir les tendances de l’évolution, les profils démographiques cantonaux ont été établis pour 1962 et 1975. Les calculs ont été faits à espace constant sur la base des communes définies statistiquement comme rurales en 1962. Sept types de profils ont été distingués pour 1962, chacun d’eux étant figuré par un canton représentatif pour lequel nous donnons, à titre indicatif, le profil de 1975 (fig. 18). Leur traduction cartographique montre la très grande diversité des structures par âges (fig. 19).

  • 7 Les modalités des anciens contrats de vigneronnage interdisaient pratiquement aux jeunes agriculteu (...)

20La forte vitalité des monts du Lyonnais, déjà soulignée précédemment, ressort dans la relative jeunesse de leur population. Les réserves démographiques, entretenues par une forte fécondité, ne sont pas encore véritablement entamées par l’exode rural, si ce n’est dans le canton de Saint-Laurent-de-Chamousset caractérisé par un léger déficit de jeunes adultes. Par contre, les structures démographiques paraissent plus détériorées dans le Haut-Beaujolais où se juxtaposent des cantons à profils vieillis ou en voie de vieillissement et des cantons dans lesquels les rangs des jeunes adultes sont singulièrement réduits. Quant au vignoble, il semble moins menacé à terme ; le prélèvement réalisé par les villes sur les individus en surnombre ne s’accompagne pas encore d’un fort recul de la nuptialité7 et de la fécondité chez ceux qui restent. Il faut également prendre en compte le rôle des pôles d’emploi de la vallée de la Saône (Mâcon, Belleville, Villefranche) qui permettent à une fraction de la population résidant dans les campagnes viticoles proches de conserver un domicile rural tout en cessant d’être professionnellement agricole.

Figure 17. Indice de potentiel démographique en 1962
Sources : RGP 1962

Figure 18. Les types de profils démographiques

21L’état de santé démographique de la Dombes semble assez précaire si l’on en juge par le nombre de cantons à structure vieillie ou en voie de vieillissement qui attestent des méfaits d’une émigration paysanne prolongée. De même, dans certains secteurs du Bas-Dauphiné, touchés par la récession du tissage, le vieillissement risque de s’accuser à plus ou moins brève échéance.

22À l’opposé, les cantons périurbains autour de Lyon offrent des structures par âges en voie de rajeunissement, caractérisées par un excès de jeunes couples avec enfants en bas âge. Les transformations sous l’effet d’un apport de population d’origine externe sont moins spectaculaires dans les cantons dont le profil démographique s’aligne sur la moyenne régionale, l’installation de jeunes couples restant encore trop modérée pour pouvoir bouleverser radicalement les données traditionnelles de la démographie rurale. Enfin, quelques cantons, à l’instar de celui de Roussillon, présentent une structure par âges du type « mont » caractérisée par un excès d’adultes.

23À l’exception des monts du Lyonnais et dans une moindre mesure du vignoble beaujolais, les structures démographiques laissent assez mal présager de l’avenir dans les campagnes à dominante agricole. Le spectre de la dévitalisation du milieu et les affres du vieillissement se profilent aussi dans certaines zones rurales anciennement industrialisées touchées par le recul de l’activité industrielle majeure. À l’inverse, le rajeunissement des structures par âges dans les cantons situés sur les marges de l’agglomération lyonnaise annonce des transformations profondes liées à l’urbanisation.

24La carte que nous avons dressée pour 1975 confirme ces tendances. L’opposition centre-périphérie, déjà perceptible sur la carte de 1962, s’est considérablement renforcée : structures démographiques rajeunies dans les cantons voisins de Lyon où les profils à deux bosses soulignent un excès d’adultes de moins de 40 ans et de jeunes enfants ; structures plus dégradées dans les cantons périphériques où l’importance des phénomènes de dévitalisation et de vieillissement du milieu fait apparaître de fortes inégalités entre d’une part les monts du Lyonnais et le vignoble beaujolais et d’autre part le Haut-Beaujolais, la Dombes et les Terres Froides.

Figure 19. Types de profils démographiques 1962-1975
Sources : RGP (ensemble des communes rurales de chaque canton)

Figure 19. Types de profils démographiques 1962-1975
Sources : RGP (ensemble des communes rurales de chaque canton)

25En somme, la proximité de la ville, conditionnée par les facilités de communication, semble désormais jouer un rôle déterminant dans l’évolution de la population rurale. L’opposition s’affirme entre des campagnes où la forte vitalité démographique, impulsée par la ville, s’accompagne d’une profonde transformation des structures socio-professionnelles et des campagnes, appauvries en activités, où l’emportent des structures paysannes vieillies ou en voie de vieillissement.

II – Une terre âprement disputée : division de la propriété et morcellement des exploitations agricoles

26Les densités agricoles relativement fortes des campagnes lyonnaises sont à associer à l’exiguïté des exploitations et à des systèmes de production exigeants en main-d’œuvre.

27La connaissance des exploitations implique d’abord de se pencher sur la propriété du sol. Si la possession de l’exploitation revêt une signification sociale accrue dans les milieux agricoles modernistes dont les comportements empruntent largement aux modèles urbains, l’appropriation du sol a trop longtemps régi les rapports sociaux dans les campagnes pour ne pas marquer encore profondément les mentalités paysannes.

A. Les structures foncières

28La répartition de la propriété foncière est aujourd’hui connue dans de nombreuses régions grâce aux travaux que lui ont consacrés les géographes depuis près d’un quart de siècle.

1. Méthodologie

29La méthode d’étude de la propriété foncière étant bien établie, nous n’avons fait que suivre en la matière les principes énoncés par nos prédécesseurs. Il importe toutefois de préciser les conventions et les limites adoptées afin de faciliter les comparaisons avec les résultats obtenus en d’autres lieux.

a) Choix d’une méthode d’investigation

30L’ampleur du cadre d’étude (696 communes) justifiait la consultation d’un nombre considérable de matrices cadastrales et ne permettait pas d’envisager le relevé systématique de l’ensemble des cotes foncières. L’adoption d’une méthode de dépouillement sur la base de seuils dimensionnels s’imposait donc. Quels seuils devions-nous alors retenir ? Fallait-il considérer la propriété sous l’angle exclusif de l’appropriation citadine à l’instar de H. Elhaï (1965) en Normandie, élargir la recherche aux possessions des habitants des villes et des bourgs comme R. Brunet (1965) en Toulousain ou procéder par sondage à la manière de R. Dugrand (1963) en Languedoc ? En fait, le choix de critères de dépouillement dépend à la fois des objectifs assignés à la recherche et des spécificités de la région étudiée.

31Nous avons procédé selon une double approche. Dans un premier temps, nous avons effectué le relevé systématique et la mise en fiches de l’ensemble des propriétés égales ou supérieures à 10 ha, rejoignant ainsi le seuil dimensionnel choisi par J. Renard pour la région nantaise. Pour chaque bien recensé, le nom du propriétaire, son adresse et éventuellement sa profession ont été relevés. Ce travail a été étendu à l’ensemble des biens de 1 à 10 ha possédés par des citadins, tandis que pour les autres propriétés de surface analogue nous nous contentions de simples totalisations anonymes par commune. Restait encore l’épineux problème des cotes foncières de moins de 1 ha, dont le relevé, même anonyme, aurait trop alourdi le travail. Pourtant, il paraissait intéressant de connaître le degré d’émiettement de la propriété à une époque où l’emprise résidentielle s’affirme de plus en plus vigoureusement sur l’espace rural.

  • 8 Communes retenues pour la constitution de l’échantillon :

32Aussi une deuxième approche a-t-elle été pratiquée sur la base d’un échantillonnage. Nous avons sélectionné 36 communes représentatives des divers types de structures foncières régionales pour lesquelles la totalité des cotes foncières a été mise en fiches8. Les communes échantillons couvrent 40 610 ha, soit environ le vingtième de la superficie cadastrée de la région.

b) Cotes foncières communales et propriétés réelles

33Le fichier que nous avons constitué en 1975 ne donne en fait qu’une idée imparfaite de la réalité foncière. Certes, nous avons réuni systématiquement en une propriété unique les biens séparés des conjoints lorsque l’adresse mentionnée sur la matrice était identique, mais le problème de la dispersion sur plusieurs communes de terres appartenant à un même propriétaire reste entier. Alors que le regroupement des cotes foncières n’offre guère d’intérêt dans le cadre de la petite propriété et ne modifierait pas sensiblement nos conclusions, il en va différemment lorsqu’il s’agit de gros possédants. Les exemples abondent de grandes propriétés disséminées sur plusieurs communes. Le hasard des alliances matrimoniales, la volonté d’acquérir la terre là où elle se trouvait disponible ou plus simplement la recherche de placements complémentaires sont autant de conditions favorables à la dispersion géographique de la grande propriété. Ainsi en Dombes les grands domaines de chasse chevauchent allègrement les limites communales, tandis que dans le vignoble beaujolais l’inégale valeur commerciale des appellations joue en faveur de l’éclatement spatial des biens.

34Le regroupement des cotes foncières de plus de 1 ha contrôlées par des propriétaires lyonnais permet de préciser la marge d’erreur que l’on commet en restant dans le cadre communal. La surface occupée par les propriétés inférieures à 10 ha s’abaisse de 26 330 ha à 17 913, tandis que celle des biens supérieurs à 50 ha s’élève de 32 387 ha à 42 234. L’analyse de la place de la grande propriété peut donc donner lieu à des interprétations différentes selon que l’on observe les chiffres avant ou après regroupement puisqu’elle représente 37,9 % dans le premier cas et 49,5 % dans le second.

35S’il est nécessaire de connaître la propriété réelle pour apprécier le poids économique et social des grands possédants, les calculs communaux apparaissent néanmoins d’une grande utilité pour cartographier la répartition des types de propriétés.

c) Propriété rurale et propriété citadine

36La ventilation des biens entre l’une ou l’autre catégorie suscite des difficultés. Les concepts rural et urbain, autrefois bien tranchés, s’entourent aujourd’hui d’un halo d’imprécision, dans la mesure où le desserrement des fonctions urbaines tend à modifier profondément le contenu de l’espace rural. Le schéma classique, fondé sur la dichotomie ville-campagne, ne semble plus guère conforme à la réalité actuelle, notamment dans les régions à forte vitalité urbaine affectées par des mouvements généralisés de redistribution des hommes et des activités. Les deux milieux, longtemps définis en termes d’opposition, intensifient leurs échanges et tendent à s’imbriquer de plus en plus étroitement. En 1951, G. Friedmann annonçait déjà, non sans une certaine hardiesse de vue, la fusion des deux milieux séculairement distincts en « un milieu technique commun, participant à une civilisation unique, la civilisation technicienne ». Le terme d’urbanisation des campagnes que l’on retrouve sous la plume de maints auteurs, qu’il s’agisse de sociologues, d’économistes ou de géographes, s’il n’est pas dépourvu d’ambiguïté dans la mesure où il symbolise pour les uns les transformations générales des genres de vie et des comportements du monde rural sous l’influence des modèles sécrétés par la société industrielle et urbaine et pour les autres les processus de changement associés à la présence de la ville éclatant hors de son cadre initial et envahissant physiquement et sociologiquement les campagnes proches, a cependant le mérite de souligner l’ampleur des mutations contemporaines qui affectent l’espace rural et rendent caduques les anciennes définitions. On peut même s’interroger sur la validité d’une stricte distinction géographique entre citadins et ruraux, alors que la notion de résidence se trouve remise en question par l’installation hors des villes d’une population devenant rurale par la résidence, mais toujours urbaine par la profession ou la nature des activités. Une étude de la répartition de la propriété selon l’appartenance sociale des propriétaires serait plus riche d’enseignements que la simple distinction entre propriété citadine et rurale. Malheureusement, les sources cadastrales restent muettes sur ce point. Si l’enquête locale permet de lever le voile de l’anonymat des grands propriétaires, des difficultés subsistent pour les sociétés. L’appropriation sociétaire du sol, presque inexistante dans les monts du Lyonnais et le Bas-Dauphiné, s’établit solidement dans le Beaujolais et plus encore dans la Dombes où nous avons recensé quelque 130 sociétés civiles immobilières. A-t-on affaire à des sociétés d’origine familiale ou à des sociétés financières de placement ? Sont-elles contrôlées par des propriétaires ruraux résidents ou par des propriétaires citadins absentéistes ? L’enquête locale ne répond pas toujours à ces interrogations, car si le gérant est en général connu, il n’en va pas de même des autres membres. Les documents de la conservation des hypothèques nous ont été d’un précieux secours en la matière.

37Si l’identification des gros possédants s’avère possible, il est vain de vouloir percer l’anonymat de la masse des petits et des moyens propriétaires. La différenciation de la propriété des agriculteurs en activité de celle des non-agriculteurs, virtuellement possible à l’aide du fichier des exploitants de la Mutualité Sociale Agricole, se révèle irréalisable dans la pratique tant sont nombreuses les homonymies dans les communes rurales. Il faut donc se résoudre à utiliser les indications fournies par la répartition des superficies en faire-valoir direct. Les grands domaines d’obédience bourgeoise en gestion directe sont peu nombreux dans la région lyonnaise et peuvent être aisément isolés de la masse des terres paysannes exploitées par leurs propriétaires. Mais la question des innombrables arrangements fonciers, familiaux ou non, de pratique courante dans les campagnes, reste posée. Dans ces conditions, la part du faire-valoir direct ne peut donner qu’une vue approximative du patrimoine foncier de la paysannerie.

2. La répartition de la propriété

38L’élaboration d’un tableau de la propriété se heurte à l’épineux problème de la délimitation des seuils entre grande, moyenne et petite propriété.

39L’adoption d’un critère de classement de type dimensionnel suscite des difficultés, car des cotes foncières de contenance identique peuvent correspondre à des réalités économiques profondément différentes. Sans doute le critère taille pourrait-il être modulé en tenant compte des aptitudes du milieu physique et des systèmes de culture pratiqués. Encore faudrait-il connaître avec précision l’utilisation du sol et évaluer les changements de valeur d’une culture comme la vigne.

40Le revenu cadastral, établi d’après les natures de culture, constitue un autre critère susceptible de permettre l’établissement d’une hiérarchisation de la propriété. Mais les difficultés d’actualisation qui découlent de la nature fiscale des documents cadastraux font que la notion de revenu cadastral donne une image imparfaite des revenus réels de la terre. À défaut de critères plus satisfaisants, la notion de taille s’impose donc, malgré ses imperfections évidentes, pour fixer l’étalonnement des propriétés. À la différence des revenus cadastraux, les superficies sont aisément mesurables en tous lieux et ne souffrent d’aucune discussion.

41Nous avons opté pour la détermination de coupures significatives pour l’ensemble de la région plutôt que pour un échelonnement des classes de surface calquées sur les conditions économiques et sociales propres à chaque petite région géographique. Le seuil de passage de la moyenne à la grande propriété a été fixé à 50 ha. C’est là une limite un peu arbitraire, mais qui offre l’avantage de permettre des comparaisons intéressantes avec les autres régions françaises. Le seuil entre moyenne et petite propriété a été abaissé à 10 ha pour tenir compte de la structure générale des propriétés et des exploitations de la région. Il est évident que les catégories dimensionnelles retenues ne permettent pas d’analyser toutes les nuances et qu’il faut les moduler en fonction des systèmes de production pratiqués car, comme le remarque P. George (1956), « les notions de grande, de moyenne et de petite propriété ne peuvent être étalonnées que dans une région agricole homogène ».

a) La grande propriété

  • 9 La surface cadastrée considérée représente 768 327 hectares. Afin de ne pas fausser les résultats n (...)

42Les propriétés de 50 ha et plus couvrent, avant regroupement des fiches nominatives, 94 740 ha, soit 12,3 % des terres cadastrées9. Les surfaces se partagent très équitablement entre les biens de 50 à 100 ha et ceux plus étendus (tableau no 2).

43Mais ces chiffres, obtenus sur la base des calculs communaux, donnent, comme nous l’avons montré plus haut, une vue inexacte de la puissance de la grande propriété. Pour les propriétés lyonnaises de plus de 100 ha, le coefficient de concentration, obtenu sur la base du rapport entre la surface occupée par cette catégorie de biens avant et après regroupement (G. Macé, 1982), s’établit à 167. Le même calcul pour l’ensemble de la propriété citadine donne une valeur de 160.

  • 1 À l’exclusion des biens des communes et de l’État

Tableau no 2. Répartition des biens de plus de 50 hectares sur la base des relevés communaux en 19751

Classes

Nombre

%

Surface (ha)

%

50 – 100 ha

682

70,8

45 531

48,1

100 – 200 ha

204

21,2

26 935

28,4

200 – 500 ha

71

7,4

18 924

20,0

500 ha et plus

6

0,6

3 350

3,5

Total

963

100

94 740

100

Sources : Matrices cadastrales

44Si l’on s’en tient aux relevés communaux, les citadins contrôlent les deux tiers des cotes foncières de 50 ha et plus, les ruraux un tiers seulement. La prééminence de la grande propriété d’origine urbaine est suffisamment affirmée pour que les coefficients de concentration la concernant puissent être appliqués valablement à la totalité des biens fonciers de classe de superficie analogue. La part des propriétés de plus de 50 ha s’élèverait alors de 12,3 à 16 % du sol, dont 11 % pour les seuls biens de plus de 100 ha.

45La puissance de la grande propriété, telle que nous l’avons définie, s’avère relativement modeste, même après regroupement des biens des gros possédants. À cet égard, la comparaison est éloquente avec les superficies qu’elle mobilise dans l’Ouest : 22,6 % des terres dans la Sarthe (J. Dufour, 1981), 23,4 % dans les bocages nantais (J. Renard, 1975), 24,9 % en Mayenne (G. Macé, 1982). En fait, la réalité est beaucoup plus complexe que ne l’indiquent les données brutes, car les contrastes de répartition sont très accusés dans la région lyonnaise (fig. 20).

46La grande propriété est faiblement établie dans les monts du Lyonnais où elle ne représente qu’exceptionnellement plus de 10 % des superficies communales. La montagne est par excellence le bastion de la propriété paysanne et de la petite exploitation en faire-valoir direct, tandis que les dernières propriétés bourgeoises du plateau résistent difficilement aux sollicitations des sociétés immobilières.

Figure 20. Propriétés de plus de 50 ha
Sources : matrices cadastrales 1974-1975

47Les Terres Froides, où l’appropriation de la terre par la paysannerie s’est trouvée favorisée pendant la première moitié du XIXe siècle par la vente « en parties brisées » de nombreux domaines nobles (P. Vigier, 1963), sont également assez mal pourvues.

48La situation est plus diversifiée en Beaujolais : le Bas-Beaujolais sédimentaire apparaît comme le prolongement du Lyonnais, tandis que les coteaux viticoles du Haut-Beaujolais et la montagne, à un degré moindre, sont davantage pénétrés par la grande propriété. Dans la montagne, une large place est faite aux investissements forestiers, notamment dans les cantons de Tarare et de Monsols, où les biens de 50 ha et plus occupent entre 15 et 20 % du sol. Si les coteaux viticoles du Bas-Beaujolais échappent en partie à l’emprise de la grande propriété malgré l’intérêt précoce des bourgeoisies de Lyon et des villes de la Saône pour la culture de la vigne, il en va différemment dans ceux du Haut-Beaujolais qui portent les appellations les plus renommées. Les grands domaines couvrent de 12 à 15 % du sol dans les trois cantons de Villefranche, Belleville et Beaujeu. Ces chiffres relativement modestes reflètent mal la puissance réelle de la grande propriété viticole. Le seuil de 50 ha que nous avons retenu pour l’ensemble des campagnes lyonnaises est manifestement inapplicable dans une région où la spécialisation viticole affirmée crée des conditions particulières. Ici, la notion de taille dépend non seulement de l’indice de viticolité des biens considérés, mais aussi de la valeur des appellations concernées. Le vigneronnage, considéré de longue date comme l’unité familiale de travail et de production de base dans le vignoble, peut servir de modèle de référence. Il semble possible de fixer autour de 10 ha de vigne le seuil de séparation de la moyenne et de la grande propriété viticole, soit à peu près l’équivalent de deux vigneronnages en surface. Or, les biens de plus de 10 ha de vigne couvrent, avant regroupement, 25 % de la surface plantée dans les meilleurs terroirs du Haut-Beaujolais.

49La Dombes est plus encore la terre d’élection de la grande propriété. Les biens de 50 ha et plus dessinent un bloc compact dans la partie centrale du plateau où ils occupent toujours plus de 40 % du sol. Leur part dépasse même 70 % dans une dizaine de communes. Si la grande propriété est bien installée dans la région des étangs, où l’on dénombre après regroupement des cotes foncières une soixantaine de biens dépassant 200 ha, elle se fait plus discrète à la périphérie du plateau.

50Enfin, la grande propriété a mieux résisté sur le plateau de Crémieu que dans les Terres Froides, mais il s’agit le plus souvent de biens de médiocre valeur incorporant de vastes pans de bois et de landes.

51En résumé, il faut retenir la distribution géographique très contrastée de la grande propriété dans les campagnes lyonnaises. Les oppositions sont particulièrement vigoureuses entre la Dombes et le Beaujolais d’une part, le Lyonnais et les Terres Froides de l’autre. C’est là un élément de différenciation de première importance du fait des répercussions sur le statut social des agriculteurs et la structure des exploitations.

Figure 21. Part de la petite et de la très petite propriété en 1975
Sources : matrices cadastrales

Figure 22. Propriétés de moins de 10 ha en 1974-1975
Sources : matrices cadastrales 1974-1975

b) La petite propriété

52Elle est partout importante, sinon par la superficie contrôlée, du moins par le nombre des petits propriétaires, de 70 % des cotes foncières dénombrées en Dombes à plus de 90 % dans le vignoble beaujolais et sur le plateau lyonnais. La totalisation par commune de l’ensemble des cotes de 1 à 10 ha représente 43 % de la surface cadastrée.

53Ce sont les possesseurs de biens minuscules qui sont à l’origine de l’inflation des petites cotes foncières. À Fleurie dans le vignoble beaujolais, sur 499 cotes foncières relevées, 298 de moins de 1 ha totalisent 91 ha, soit 6,8 % du territoire communal, et 178 de 1 à 10 ha rassemblent 699 ha, soit 52 % du sol. À Aveize dans les monts du Lyonnais, 367 propriétaires de moins de 10 ha, sur les 415 recensés, se partagent la moitié de la commune. À Lieudieu dans les Terres Froides de l’Ouest, 10 propriétés de plus de 10 ha couvrent 370 ha (64 % du sol) et 125 autres, dont 63 de moins de 1 ha, les 208 ha restants. À Dompierre-sur-Veyle en Dombes, la situation est analogue malgré l’importance des grands domaines : 210 cotes foncières de moins de 10 ha forment 80 % du nombre des propriétés et contrôlent 20 % du territoire communal. Sur un effectif total de 11 958 petits possédants dans les 36 communes retenues pour un dépouillement exhaustif, 7 254 ont moins de 1 ha. Certes, le nombre des cotes de faible contenance est grossi artificiellement par des parcelles appartenant aux habitants des communes voisines, mais leur élimination laisse encore en présence 6 148 micropropriétés. Près de la moitié des biens de moins de 1 ha relève de propriétaires citadins. Si certaines parcelles ont perdu leur fonction agricole initiale pour ne conserver qu’une vocation paysagère au service de résidences secondaires, d’autres encore nombreuses fournissent un appoint à de petits agriculteurs. C’est le cas dans le vignoble beaujolais, où les micropropriétés occupent de 8 à 15 % du sol dans les communes échantillons.

54Les biens de moins de 10 ha couvrent 41,2 % du sol dans les communes échantillons, mais les valeurs s’échelonnent de 17,1 à 84,8 % selon les ensembles géographiques (fig. 21). C’est là une place considérable qui laisse deviner l’ampleur des problèmes de réorganisation foncière liés aux phénomènes de morcellement. Dans le vignoble beaujolais, la vallée du Rhône et ses abords, le centre et l’est des Terres Froides, la petite propriété représente presque toujours au moins la moitié des surfaces communales (fig. 22). Sa part dépasse le plus souvent 40 % dans les monts du Lyonnais, l’ouest des Terres Froides et File Crémieu, tandis qu’elle s’affaiblit quelque peu dans le Haut-Beaujolais montagneux où les biens de moins de 10 ha ne couvrent que 32 % du sol à Chénelette, 27 % à Ronno et 16 % à Joux. En réalité, seule la Dombes échappe largement à son emprise : 29 % de la surface cadastrée à Dompierre-sur-Veyle, 25 % à Ambérieux, 21 % à Servas, 9 % à Villars et à peine 7 % à Saint-André-le-Bouchoux.

55Alors que la division très poussée du sol semble constituer a priori un lourd handicap pour l’agriculture régionale, des nuances sont à apporter selon les lieux.

c) La moyenne propriété

56Nous avons relevé dans notre périmètre d’étude 15 441 cotes foncières d’une contenance comprise entre 10 et 50 ha représentant une surface totale de 274 205 ha. C’est donc plus du tiers des terres qui relève de la moyenne propriété. La distribution géographique en est assez harmonieuse : à l’exception du plateau lyonnais, la part des biens de 10 à 50 ha ne tombe jamais en dessous de 20 % de la surface cadastrée.

Figure 23. Structure de la propriété en 1974-1975
Sources : matrices cadastrales 1974-1975

57Les massifs montagneux de la bordure orientale du Massif central font une place importante à la moyenne propriété, de 45 à 55 % du sol selon les cantons. Dans le Bas-Dauphiné, près du tiers du sol appartient aux moyens possédants, mais la répartition souligne leur prépondérance dans les Balmes viennoises et les Terres Froides de l’Ouest. La moyenne propriété paraît également assez solidement établie dans le vignoble beaujolais, de 21 à 40 % des terres selon les cantons. Mais les seuils dimensionnels retenus atténuent quelque peu la vitalité indéniable de la moyenne propriété viticole. Le cas de la Dombes est plus surprenant puisque la répartition révèle une solidité des assises de la moyenne propriété dans cette région de grands domaines. En réalité, la contradiction n’est qu’apparente : d’une part, les calculs communaux majorent artificiellement le nombre des biens de 10 à 50 ha dans une région où le chevauchement des limites communales par les grandes propriétés est de règle ; d’autre part, il faut tenir compte des incidences du morcellement successoral. Les ventes éclatées, terres d’un côté, bois et étangs de l’autre, laissent aux fermiers la possibilité de se porter acquéreurs des biens qu’ils exploitent et aux propriétaires la liberté de spéculer sur les fonds en eau toujours très convoités par les chasseurs. Les moyennes propriétés de 30 à 50 ha correspondent le plus souvent à d’anciennes fermes dépouillées de leurs étangs et de leurs bois lors de liquidations successorales.

58Les propriétaires ruraux contrôlent les quatre cinquièmes des cotes foncières de 10 à 50 ha et les trois quarts des superficies correspondantes. C’est la catégorie de biens qui illustre le mieux l’acharnement déployé par les agriculteurs pour conquérir la terre.

59Une petite propriété omniprésente, une moyenne solidement installée et une grande inégalement développée, tels sont les traits essentiels de la répartition de la propriété dans les campagnes lyonnaises. Il va de soi que les combinaisons sont multiples à l’échelle communale : tantôt l’un des types l’emporte largement sur les autres, tantôt ce sont des formes associées qui prévalent. Le regroupement des communes selon les types de structure (fig. 23) confirme et précise la diversité des situations foncières que l’examen des diverses cartes analytiques établies sur la base de critères dimensionnels laissait pressentir.

60Le type de la petite propriété concerne les communes dont plus de la moitié de la surface est occupée par des biens inférieurs à 10 ha. C’est de loin le type le plus répandu : il règne sans partage sur les marges de l’agglomération lyonnaise, déborde sur les coteaux viticoles du Beaujolais par la vallée de la Saône, s’insinue le long des coteaux rhodaniens jusqu’au bassin de Roussillon, pénètre au cœur de la plaine de l’Ain par la côtière méridionale de Dombes, enfin domine largement dans les Terres Froides orientales.

61Le type de la grande propriété (plus de 40 % du sol pour les biens de plus de 50 ha) n’est représenté en dehors de la Dombes que par quelques noyaux isolés en Beaujolais et sur le plateau de Crémieu.

62Le type de la moyenne propriété (plus de 50 % du sol pour les propriétés de 10 à 50 ha) se limite presque exclusivement aux montagnes de l’ouest, où il occupe de solides positions dans les monts du Lyonnais, les monts de Tarare et le nord du Haut-Beaujolais.

Figure 24. Part du faire-valoir dans la SAU
Sources : RGA 1980

63Enfin, le type mixte recouvre deux situations profondément différentes : l’une, bien représentée dans les massifs montagneux de la bordure orientale du Massif central, les Terres Froides de l’Ouest et les Balmes viennoises, définit un certain équilibre entre petites et moyennes propriétés, qui occupent chacune de 40 à 50 % des surfaces ; l’autre illustre un partage équitable du sol entre les trois catégories de fonds et semble procéder, du fait de sa localisation au voisinage des noyaux de grandes propriétés, d’une forme de dégradation de ce type.

64En définitive, la répartition des types de structures foncières fait ressortir l’existence de vigoureux contrastes à l’intérieur de notre région. La carte du faire-valoir direct fournit quelques indications sur la part du sol revenant aux agriculteurs exploitants (fig. 24). Dans les monts du Lyonnais et les Terres Froides dauphinoises, la distribution du sol fait triompher la propriété paysanne et le faire-valoir direct. La situation se modifie en même temps qu’elle se complique dans la montagne beaujolaise où du fait de l’emprise forestière, qui restreint fortement la SAU, la part du faire-valoir direct majore la fraction du sol réellement détenue par la paysannerie. Enfin, la dualité du vignoble beaujolais, écartelé entre la grande propriété aristocratique et bourgeoise en faire-valoir indirect au nord et la petite propriété paysanne en faire-valoir direct au sud, contraste avec la simplicité apparente de la Dombes, où le sol échappe pour une large part à ceux qui le cultivent.

65La totalisation des surfaces communales exploitées en faire-valoir direct accorde 52 % du sol aux agriculteurs exploitants ; mais si l’on tient compte des biens forestiers d’une part et des grands domaines citadins exploités directement à l’aide de salariés d’autre part, la réalité s’établit plus probablement entre 45 et 50 %. Il semble donc possible d’affirmer que la moitié du sol environ est aux mains des agriculteurs exploitants, tandis que l’autre moitié se partage entre les citadins et les autres ruraux.

B. La prépondérance de la petite exploitation agricole

1. Problème de dénombrement et de classement

66Depuis le recensement de l’agriculture de 1955 qui, malgré ses insuffisances notoires, reste un document précieux, puisque sa réalisation a coïncidé avec les débuts du grand mouvement de transformation de l’agriculture de la période contemporaine, la statistique agricole officielle a fait de grands progrès. Pourtant, les chiffres d’exploitations avancés par l’administration sont l’objet de vives critiques de la part des milieux agricoles.

67Deux conceptions de l’exploitation agricole s’affrontent : l’une, relativement large, préside aux recensements réalisés sous les auspices du ministère de l’Agriculture ; l’autre, plus restrictive, prévaut dans le cadre des enquêtes lancées sur l’initiative de la profession. Les effectifs dénombrés varient dans de fortes proportions selon que l’on se réfère à des données émanant de l’une ou de l’autre source. Ainsi dans le département du Rhône, le recensement de l’agriculture de 1979-1980 relève 14 044 unités agricoles, tandis que l’inventaire, établi dans le même temps par les organisations professionnelles, n’en identifie que 11 742.

68Derrière les querelles de chiffres apparaissent en filigrane les difficultés que l’on rencontre pour cerner exactement les composantes d’un monde d’exploitations agricoles disparates, dont les contours sont extrêmement flous. Si la définition retenue par le ministère de l’Agriculture conduit à une majoration excessive des très petites unités, dont beaucoup n’ont pas de consistance économique véritable et se rattachent à des formes d’agriculture de plaisance, les enquêtes professionnelles, fondées sur la notion de travail effectif fourni par le chef d’exploitation ou son représentant, laissent hors de leur champ d’observation les surfaces des exploitations fictives qui, dans le Rhône, occupent 9 897 ha, soit 5,5 % de la SAU départementale. La conception malthusienne de l’exploitation, défendue par la profession, aboutit à exclure des surfaces relativement importantes mises en valeur par des entreprises de travaux agricoles. Cette question revêt une acuité particulière en Dombes où la notion d’exploitation fictive laisse largement hors du champ d’observation le système agro-piscicole de l’étang qui relève en général directement des propriétaires. Or, n’est-ce pas là faire fi de l’élément fondamental de la constitution et du maintien de la grande propriété ?

69Au demeurant, toutes les sources concernant les exploitations prêtent à contestation. Du moins faut-il s’efforcer de circonscrire et d’éliminer leurs défauts les plus apparents et ainsi mieux cerner la réalité.

  • 10 La MBS (Marge Brute Standard) pour une culture donnée correspond à la différence entre le produit b (...)

70Reste à résoudre la question du classement des exploitations. Le critère dimensionnel est le plus couramment employé en dépit de ses insuffisances, car il apparaît comme le moins arbitraire. Certes, on pourra toujours arguer qu’il s’agit d’un critère trop simpliste pour apprécier valablement une réalité aussi synthétique et complexe que celle des structures d’exploitation. Cela est sans doute vrai. Il n’empêche que la notion de surface conserve une signification profonde pour l’agriculteur qui a conscience que ses conditions de travail et son niveau de vie dépendent étroitement de l’étendue du bien dont il dispose. S’il faut « se résigner au classement par superficie » (J. Bonnamour, 1966), cela ne signifie pas pour autant rester dans le domaine de l’abstraction. La pondération des surfaces par l’introduction d’un coefficient d’intensification prenant en compte la nature de l’utilisation du sol pourrait constituer un réel progrès. Encore faudrait-il connaître précisément le système de production pratiqué dans chaque exploitation, ce qui rend la méthode inapplicable à notre échelle. En l’occurrence, nous sommes prisonnier des sources disponibles et pour l’administration la surface reste encore le principe fondamental de classement. Certes, les données du RGA de 1980 marquent une amélioration par rapport aux recensements antérieurs en introduisant un classement des exploitations sur la base de leur marge brute standard10. Mais cette approche, qui cherche à intégrer la dimension économique de l’exploitation, reste au demeurant imparfaite, car le degré d’intensification peut se révéler inégal entre des exploitations ayant la même orientation technico-économique. En fait, derrière les différences de résultats enregistrés par des exploitations pratiquant des systèmes de production analogues, c’est bien du rôle de l’homme qu’il s’agit. « À la fin du compte, tout bien pesé, écrit J. Renard, (1975), ce qui importe c’est la valeur même de l’individu à la tête de l’entreprise. À vouloir tout quantifier, tout mesurer, on oublie trop le rôle de l’homme et sa part d’irrationnel que nulle machine ne pourra réellement comptabiliser ». Nous souscrivons volontiers à ce point de vue.

71Si le critère dimensionnel est d’utilisation aisée, il va de soi que le classement de base des exploitations ainsi réalisé devra être affiné par l’introduction d’autres paramètres.

2. Les catégories dimensionnelles d’exploitations et leur répartition

72On dénombrait, en 1955, 57 172 exploitations dans les campagnes lyonnaises ; il n’en reste que 29 846 en 1980, soit une diminution de près de moitié. Cette réduction spectaculaire des effectifs ne doit pas faire illusion sur la taille des exploitations, qui demeure fort modeste.

73La répartition des exploitations par classes de taille (tableau no 3) souligne la primauté éclatante des unités de moins de 20 ha bien que 30 000 d’entre elles aient disparu entre 1955 et 1980. Si la suppression des petites unités s’est effectuée dans la région lyonnaise à un rythme comparable à celui de la France entière, la proportion des exploitations inférieures à 20 ha y demeure cependant plus forte : 72 % des effectifs totaux au lieu de 60 %. Par contre, les entreprises de plus de 50 ha restent très minoritaires, et ce malgré une impressionnante poussée en valeur relative.

Tableau no 3. Structures des exploitations agricoles

Tableau no 3. Structures des exploitations agricoles

Sources : RGA 1955 et 1980

74Quant aux exploitations de 20 à 50 ha, elles affichent une progression vigoureuse aussi bien en pourcentage qu’en nombre absolu, passant de 8 % des effectifs totaux en 1955 à 29 % en 1980, soit un gain appréciable de 1 944 unités. Cette catégorie est légèrement moins étoffée dans la région que dans l’ensemble de la France, mais elle y contrôle davantage de terre : 43 % au lieu de 37 %.

75En fait, la diminution d’ensemble rapide du nombre des exploitations dissimule deux mouvements contraires qui contribuent au remodelage des structures : réduction des effectifs des catégories inférieures, étoffement de ceux des autres catégories. Tous systèmes de culture confondus, le seuil de surface, où s’établit la limite entre diminution et augmentation, est de l’ordre de 25 ha en 1980 alors qu’il restait en deçà de 20 en 1970. Mais il est évident que le mouvement de concentration ne s’opère pas partout au même rythme et qu’il existe des décalages en fonction de la qualité des structures d’exploitations, de l’âge des exploitants et de la nature des productions.

76La définition de seuils entre grande, moyenne et petite exploitation se heurte à l’écueil de la diversité des conditions économiques et sociales de l’agriculture. Il va de soi que des exploitations de contenance identique peuvent avoir des significations économiques fort différentes selon la nature des spéculations pratiquées. Toute coupure opérée à l’échelle régionale est donc forcément arbitraire et donne une vue imparfaite de la réalité. Si on laisse de côté, pour l’instant, le cas particulier des exploitations spécialisées de la vallée du Rhône, du plateau lyonnais et du Beaujolais pour n’observer que les exploitations orientées vers des systèmes de production classiques à base de polyculture-élevage, il semble que les coupures les plus significatives prennent place autour de 20 et de 35 ha. Mais là encore les données apparaissent éminemment variables d’un lieu à un autre : des unités de 35-40 ha ont déjà valeur de grande exploitation pour les agriculteurs des monts du Lyonnais ou des Terres Froides tandis qu’il faut aller au-delà de 50 ha en Dombes. Pour établir la séparation entre la petite et la moyenne exploitation, il était tentant de retenir le seuil de renversement constaté pour l’ensemble des exploitations ; autrement dit 25 ha. Mais tout bien considéré, observant notamment la fréquence des installations de jeunes agriculteurs sur des surfaces d’une vingtaine d’hectares seulement, nous avons opté pour la coupure de 20 ha. La répartition de l’ensemble des exploitations de plus de 1 ha, en 1980, s’établit comme suit :

  • 19 478 exploitations de 1 à 20 ha, soit 70 % du total, représentant une SAU de 167 733 ha (35,3 % de la SAU régionale) ;

  • 130 exploitations de 20 à 35 ha, soit 18,5 % du total, couvrant une SAU de 134 235 ha (28,3 % de la SAU régionale) ;

  • 184 exploitations de plus de 35 ha, soit 11,5 % du total, occupant une SAU de 173 086 ha (36,4 % de la SAU régionale).

77Bien que la prépondérance numérique des petites unités de production de 1 à 20 ha soit écrasante à l’échelle régionale, les surfaces respectives occupées par les différents types d’exploitations révèlent un relatif équilibre. Toutefois, il convient de ne pas se laisser abuser par des moyennes qui masquent des situations locales très disparates. Tandis que la moyenne régionale de la répartition des types d’exploitations selon le nombre s’établit à 70 % de petites (1 à 20 ha), 18,5 % de moyennes (20 à 35 ha), 11,5 % de grandes (plus de 35 ha), les valeurs obtenues dans le cadre cantonal s’échelonnent de 95-4-1 (Beaujeu) à 35-12-53 (Villars). Une situation analogue se discerne lorsque l’on observe la surface de chacune des catégories d’exploitations : la moyenne régionale s’élève à 35,3 % de la SAU pour les petites, 28,3 % pour les moyennes, 36,4 % pour les grandes alors que les valeurs cantonales vont d’une répartition de 82-14-4 (Beaujeu) à 9-8-83 (Villars). Nous avons distingué et cartographie une distribution en sept types selon les pourcentages respectifs du nombre et de la surface des diverses catégories d’exploitations par rapport à la moyenne régionale.

78Si l’on considère d’abord la répartition du nombre des exploitations selon la taille (fig. 25), les types I, II et III correspondent à une domination écrasante des petites exploitations de 1 à 20 ha qui fournissent plus des deux tiers des effectifs.

79Dans le type I, l’emprise des exploitations de moins de 20 ha est quasi absolue (plus de 80 % du total). C’est le cas du vignoble beaujolais et de la banlieue maraîchère et fruitière de Lyon ; autrement dit de secteurs d’agriculture spécialisée où les spéculations pratiquées expliquent la faible taille des exploitations. Le classement par taille que nous avons adopté révèle ici ses limites et un ajustement s’impose. Rappelons simplement que le vigneronnage, considéré en Beaujolais comme le type représentatif de l’unité de travail et de production familiale moyenne, compte habituellement de 4 à 7 ha de vigne pour une surface totale d’environ 5 à 8 ha. D’après les fiches d’encépagement de l’ΙΝΑΟ, les neuf dixièmes des exploitations viticoles du Beaujolais disposent de moins de 7 ha de vigne et contrôlent près des trois quarts du vignoble (R. Sceau, 1975).

80Avec plus de 70 % des effectifs, la domination des petites exploitations est à peine moins exclusive dans le type II, dont l’originalité tient surtout à la présence de cantons à dominante d’élevage laitier des monts du Lyonnais (Saint-Symphorien-sur-Coise, Chazelles-sur-Lyon) et de l’est des Terres Froides (Bourgoin, La Tour-du-Pin, Le Pont-de-Beauvoisin) aux côtés de cantons d’agriculture spécialisée de la vallée du Rhône (Givors, Condrieu, Le Péage-de Roussillon). Le cas du canton de Saint-Symphorien-sur-Coise est significatif de l’étroitesse des structures dans les monts du Lyonnais : 80 % des exploitations ont moins de 20 ha, 18 % de 20 à 35 ha et 2 % seulement plus de 35 ha. Dans un contexte démographique offrant des perspectives d’agrandissement limitées, la survie de nombreuses exploitations de 15 à 20 ha dépend de l’intensification laitière et de la mise en place de productions annexes à forte valeur susceptibles d’assurer un complément de revenu. Dans les Terres Froides orientales, la forte proportion de doubles actifs (43 et 48 % dans les cantons de Bourgoin et Pont-de-Beauvoisin) contribue incontestablement à l’émiettement des structures.

81Bien que le type III reste dominé par les petites unités, la proportion des exploitations de dimension moyenne s’étoffe sensiblement pour représenter 20 à 30 % des effectifs. Les grandes exploitations y sont en revanche toujours très minoritaires (moins de 10 % du total). Ce type se rencontre essentiellement dans les terroirs accidentés marqués par l’omniprésence des pentes fortes : Haut-Beaujolais forestier, monts du Lyonnais au nord de la vallée de la Brévenne, Terres Froides du Sud-Est. L’émergence d’un noyau d’unités agricoles de taille moyenne ne doit pas dissimuler les problèmes posés par la fragilité des structures dans des régions à vocation herbagère.

Figure 25 A. Les types de répartition des exploitations agricoles en 1980 en % du nombre
Diagramme triangulaire de classification
Sources : RGA 1980

Figure 25 B. Les types de répartition des exploitations agricoles en 1980 en % du nombre
Représentation cantonale

Figure 26 A. Les types de répartitions des exploitations agricoles en 1980 en % de la SAU
Diagramme triangulaire de classification
Sources : RGA 1980

Figure 26 B. Les types de répartition des exploitations agricoles en 1980 en % de la SAU
Représentation cantonale

82Les cantons correspondant aux trois types précédents se retrouvent pour la plupart dans les types I, II et III de répartition des surfaces dominés par la petite exploitation (fig. 26). Celle-ci représente en effet toujours plus de 40 % de la SAU et même plus de 70 % dans le type I.

  • 11 Dans le canton de Chatillon-sur-Chalaronne, par exemple, la répartition est de 59-12-29 pour la com (...)

83Le type IV dénote un meilleur équilibre entre les diverses catégories d’exploitations selon la taille, encore que les moins de 20 ha représentent toujours plus de la moitié des effectifs. La proportion des exploitations moyennes oscille entre 20 et 30 % ; celle des grandes entre 10 et 20 %. Ce type rassemble des cantons très divers. Si les structures communales présentent un relatif équilibre dans les Balmes viennoises, le sud de la plaine lyonnaise et les monts de Tarare, elles peuvent se révéler très contrastées lorsque les limites cantonales chevauchent des régions naturelles différentes. C’est le cas dans le canton de Morestel entre les communes du plateau de Crémieu, qui font une assez large part aux exploitations moyennes et grandes, et les communes des Basses Terres davantage marquées par les petites exploitations. Ainsi les structures communales de Mépieu et de Courtenay (plateau de Crémieu) sont respectivement de 35-30-35 et 45-20-35, tandis que celles de Sermérieu et de Brangues (Basses Terres) s’établissent à 73-18-9 et 84-12-4. Un contraste analogue se dessine dans les cantons de Châtillon-sur-Chalaronne et de Pont-d’Ain entre les communes du plateau de Dombes et celles de la lisière méridionale de la Bresse11. L’opposition est également présente, bien que moins spectaculaire, dans les cantons correspondant à la retombée des Terres Froides sur le couloir de Bièvre-Valloire (Beaurepaire, Le Grand-Lemps). C’est la rançon du cadre d’observation cantonal dans une région composite où les moyennes, fondées sur les limites administratives, sont souvent fallacieuses.

84Le type V, représenté par deux cantons seulement (Amplepuis et La Côte-Saint-André), offre des similitudes évidentes avec le type IV. Les exploitations moyennes de 20 à 35 ha y confortent leurs positions pour constituer entre 30 et 40 % des effectifs.

85La traduction sur le plan des surfaces des types IV et V révèle un remarquable équilibre entre la part des diverses catégories d’exploitations. On retrouve les mêmes cantons dans les types IV et V sur les deux cartes de répartition, mais le passage se fait indifféremment d’un type à l’autre avec un léger avantage tantôt aux unités moyennes, tantôt aux grandes.

86Enfin, les types VI et VII traduisent une emprise croissante des exploitations de plus de 35 ha. Celles-ci forment de 25 à 40 % des effectifs dans le type VI et deviennent majoritaires dans les deux cantons du type VII. Leur domination s’accentue encore sur le plan des surfaces puisqu’elles couvrent toujours plus de 60 % de la SAU, voire même plus de 80 % dans le type VII.

87Au total, c’est donc l’hétérogénéité qui caractérise la distribution géographique des catégories d’exploitations. Et encore, la réalité se trouve-t-elle passablement édulcorée par l’analyse à l’échelle cantonale ! Aussi l’approche géographique mérite-t-elle d’être affinée à l’aide d’une carte établissant la répartition par commune des exploitations de 1 à 20 ha par rapport à celle des plus de 20 ha (fig. 27).

Figure 27. Taille des exploitations agricoles (+ 1 ha) en 1980
Sources : RGA 1980

88La domination écrasante des petites exploitations se confirme dans l’ensemble du vignoble beaujolais où les rapports communaux excèdent presque toujours 10 pour 1. Les exceptions les plus notables concernent les communes des marges méridionales et orientales de l’aire d’appellation dans lesquelles les contrastes de terroirs sont à l’origine de la coexistence de petites exploitations spécialisées et d’exploitations de plus de 20 ha faisant une large place aux céréales et à l’élevage.

89Les petites unités agricoles restent omniprésentes dans les communes du plateau lyonnais et de la vallée du Rhône (fréquence des rapports supérieurs à 5 pour 1), mais l’intensité du morcellement semble fonction de la place qu’occupent les coteaux en forte pente dans les finages.

90Dans les montagnes de l’ouest, le contraste est accusé entre les monts du Lyonnais à exploitations de moins de 20 ha majoritaires (rapport de 3 à 5 pour 1) et ceux du Beaujolais qui s’individualisent par de meilleures structures, notamment les monts de Tarare.

91Sous une apparence d’unité développée par la prépondérance de la petite exploitation, les Terres Froides manquent en fait d’homogénéité. L’enchevêtrement des situations communales laisse cependant percer une opposition dans le degré de morcellement entre l’ouest et l’est, tandis que la part des exploitations de plus de 20 ha s’étoffe au sud avec le passage à la Bièvre.

92Enfin, la concentration foncière s’accroît fortement à l’est de Lyon, dans la partie septentrionale du Bas-Dauphiné (plaine lyonnaise et plateau de Crémieu), la plaine de l’Ain et surtout la Dombes. Les exploitations de plus de 20 ha dépassent en nombre celles de moins de 20 dans le centre de la Dombes et certains secteurs de la plaine de l’Ain ; ailleurs, elles sont inférieures, mais d’assez peu (rapport de 1 à 2 pour 1).

93La répartition des types d’exploitations souligne avec force le manque flagrant d’homogénéité des campagnes lyonnaises. Si la petite exploitation donne le ton et contribue aux fortes densités humaines, elle n’est pas exclusive, tant s’en faut. Cette population paysanne abondante détermine une forte pression sur le marché foncier, accentuée de surcroît par la poussée urbaine. Le manque de terre rend malaisé l’installation des jeunes agriculteurs sur des exploitations de dimension viable. Dans notre région, morcellement du sol et étroitesse des exploitations agricoles semblent aller de pair. Encore faut-il préciser la nature exacte des rapports qui s’établissent entre la structure des propriétés et celle des exploitations.

C. Une correspondance imparfaite entre propriétés et exploitations

94L’observation des modes de faire-valoir donne quelques indications sur les rapports fonciers qui unissent propriétés et exploitations.

1. Les enseignements des modes d’exploitation du sol

95Il existe une corrélation indéniable entre la dimension des propriétés et le mode d’exploitation. Ainsi les bastions de propriété paysanne que sont les monts du Lyonnais et les Terres Froides se révèlent les domaines par excellence du faire-valoir direct, tandis que la Dombes, terre d’élection de la grande propriété, consacre le fermage. Cependant, la correspondance entre dimension des propriétés et régime de faire-valoir est loin d’être totale. Dans la plaine lyonnaise, la division de la propriété ne s’accompagne pas pour autant d’une supériorité des petites unités de production en faire-valoir direct. Le canton de Saint-Symphorien-d’Ozon en fournit l’illustration : les biens de moins de 10 ha couvrent plus de 50 % du sol, mais les moyennes et les grandes exploitations dominent avec respectivement 33 et 40 % des terres cultivées. Une situation analogue se dessine dans la plaine de l’Ain, où les propriétés de moins de 10 ha et les unités de production de plus de 35 ha contrôlent une fraction comparable du sol dans le canton d’Ambérieu, de l’ordre de 60 %.

96À dire vrai, en ce qui concerne le faire-valoir, les campagnes lyonnaises révèlent un grand éclectisme. Les formes associées sont particulièrement développées : 54,9 % des exploitations contre 45,5 % dans l’ensemble de la France. La forte proportion d’unités de production combinant plusieurs modes de faire-valoir tient au morcellement de la propriété qui oblige un grand nombre d’agriculteurs à arrondir leur exploitation initiale afin de la rendre viable. Les cessations d’activité des agriculteurs âgés et les liquidations de successions alimentent de façon régulière ce mouvement d’agrandissement. Dans les régions de petites structures, le délestage démographique de l’époque contemporaine s’accompagne de l’émergence d’une nouvelle classe de petits propriétaires bailleurs constituée par les héritiers de la paysannerie. Ces propriétaires de fraîche date ont des comportements à l’égard de la terre profondément différents de ceux des bailleurs traditionnels de la Dombes et du Beaujolais.

97L’association de plusieurs modes de faire-valoir est particulièrement fréquente dans la catégorie des exploitations moyennes. Si la location de terres se greffe d’ordinaire sur un fonds de propriété paysanne qui se trouve ainsi arrondi, les acquisitions des fermiers et des métayers doivent être également prises en compte pour expliquer la progression du faire-valoir mixte dans les aires de domination traditionnelle du faire-valoir indirect. Il ne faut pas oublier que les campagnes lyonnaises associent des ensembles très divers, les uns dominés de longue date par une solide démocratie paysanne de propriétaires exploitants, les autres placés sous le signe de la propriété absentéiste et du faire-valoir indirect.

98Parmi les formes de faire-valoir indirect anciennement représentées, le vigneronnage conserve une grande importance en Beaujolais. Brisson (1770) constatait déjà dans son Mémoire sur l’état du Beaujolais que « l’exploitation des vignes dans cette province se faisait toute au frais du vigneron, qui partage par moitié avec son maître le vin que l’on a recueilli ». À la même époque, l’avocat Brac exaltait la supériorité du vigneronnage pratiqué en Beaujolais sur les modes d’exploitation du Lyonnais où « il est d’usage presque général de faire cultiver ses vignes par des valets à gages ou à journée » (M. C...S...,1769). Au début du XIXe siècle, les grandes propriétés viticoles, qu’elles soient d’obédience noble ou bourgeoise, sont toutes divisées en petites unités d’exploitation d’une dimension moyenne de 3 à 5 ha comprenant un ensemble de terres, de vignes et de prés amodiés à mi-fruit à des vignerons. Or, le système du vigneronnage, loin de disparaître, s’est au contraire perpétué au fil des ans à la faveur de l’absentéisme des propriétaires.

Figure 28. Le métayage viticole en Beaujolais en 1990
Sources : INAO

Figure 29. Les appellations beaujolaises

99Aujourd’hui, le régime du métayage s’applique sur 45 % des surfaces cultivées en vigne, mais son domaine d’élection coïncide avec les meilleurs terroirs viticoles de la Côte beaujolaise. Dans le secteur des appellations locales et dans la zone de production des Beaujolais-Villages, la proportion dépasse presque toujours 45 %, voire 60 % dans quelques communes : Saint-Julien 69 %, Odenas 67 %, Chénas 66 %, Chiroubles 64 %, Fleurie 61 %. Il existe donc une incontestable corrélation entre la renommée des appellations et la pénétration du métayage (fig. 28 et 29). C’est là une situation profondément originale qui n’est pas sans traduire une certaine ankylose sociale.

100Autre mode de faire-valoir indirect, le fermage couvre 43,9 % de la SAU, mais n’exerce une réelle domination qu’en Dombes où une véritable classe de fermiers s’est développée sous l’égide de la grande propriété foncière. Si l’on limite l’examen aux seules exploitations à plein temps, le régime du fermage concerne 60 % du sol de la Dombes et de la plaine de l’Ain, mais s’élève à 70 % dans la zone des étangs. Cette prépondérance du statut du fermage au cœur de la Dombes s’explique par la puissance de la grande propriété. C’est la pénétration massive des capitaux lyonnais qui a sonné le glas du grangeage à mi-fruit et établi définitivement la suprématie du fermage dans la seconde moitié du XIXe siècle. Cependant, la Dombes fait un peu figure d’exception dans des campagnes où le fermage pur n’occupe qu’une place relativement modeste, tandis que les locations de terres éparses servent d’appoint à de très nombreuses exploitations.

101En définitive, la distribution spatiale des modes de faire-valoir s’ordonne en combinaisons multiples qui reflètent la complexité des relations nouées entre les hommes et la terre.

2. Les types de rapports entre structure des propriétés et structure des exploitations

102La répartition des modes de faire-valoir souligne la diversité des liens qui unissent propriétés et exploitations. Alors que dans certaines communes les équilibres fonciers anciens se sont bien conservés, dans d’autres, au contraire, ils ont été considérablement perturbés par le mouvement contemporain de concentration des unités de production. Il en résulte un foisonnement de situations foncières qui laissent néanmoins apparaître des tonalités régionales différentes que nous illustrerons par la représentation graphique de quelques communes représentatives (fig. 30).

a) Structure concordante de petites propriétés et de petites exploitations

103À Aveize dans les monts du Lyonnais, la grande propriété et la grande exploitation font totalement défaut et, par conséquent, les modes de faire-valoir indirect sont peu représentés. On y distingue tout au plus une dizaine de petites fermes qui correspondent pour la plupart à des arrangements familiaux. Sur la soixantaine d’exploitations de plus de 10 ha de la commune, la grande majorité relève de petits agriculteurs indépendants qui se contentent de leur bien, arrondi pour certains par quelques parcelles prises en location. La comparaison de la structure des propriétés et des exploitations souligne bien l’homogénéité sociale : les biens-fonds de moins de 20 ha couvrent 84 % du sol et les petites unités agricoles 74 %. Ici, division de la propriété et morcellement des exploitations vont de pair. Seule une poignée d’agriculteurs de la tranche 10-20 ha a réussi à rassembler, par location, suffisamment de terre pour se hisser dans la classe supérieure aux côtés de la demi-douzaine de propriétaires-exploitants qui cultivent des fonds de 20 à 30 ha.

Figure 30. Structure des exploitations et des propriétés
Sources : RGA 1980, matrices cadastrales

104Le régime de la petite propriété s’accompagne d’un fort parcellement du sol. L’examen des plans cadastraux et des photographies aériennes révèle la coexistence de petites parcelles de quelques dizaines d’ares et de parcelles moyennes d’une contenance d’environ 1 à 1,5 ha. Si l’organisation générale du parcellaire trahit une certaine confusion, il existe néanmoins une incontestable corrélation entre la topographie et le degré d’émiettement foncier. Les replats qui, dans cette région accidentée, portent les meilleures terres de culture, sont soumis à un parcellement plus intense que les versants pentus livrés aux prairies.

105Une situation analogue se dessine sur le plateau lyonnais avec toutefois un émiettement plus accusé. L’appropriation citadine se manifeste ici sous la forme d’une multitude de biens minuscules alors que la propriété bourgeoise, solidement installée au siècle dernier, ne subsiste plus qu’à l’état de lambeaux. À Chasselay, les petites cotes foncières de 1 à 10 ha, au nombre de 187, accaparent près de la moitié du sol. Sur une cinquantaine d’exploitations dans la commune, les huit dixièmes ont moins de 20 ha et cultivent les trois quarts des terres agricoles.

106Dans l’est des Terres Froides dauphinoises, les structures foncières ne sont guère différentes, comme en témoigne l’exemple de la commune de Sainte-Blandine. Le fort contingent d’exploitations de moins de 10 ha doit beaucoup à l’agriculture de retraite et à la pratique de la double activité. Au-delà de 10 ha, la correspondance est tout à fait remarquable entre la dimension des propriétés et celle des exploitations. Ainsi la catégorie la plus fournie, celle de 10-20 ha, comprend 13 exploitations et 12 propriétés couvrant respectivement des superficies de 174 et 172 ha. Six exploitants anciennement dans ce groupe ont réussi à grossir leurs biens par des achats parcellaires et à se hisser dans la tranche supérieure, mais là aussi la concordance s’affirme : 6 propriétés de 20 à 25 ha pour 6 exploitations de même taille. Structure des propriétés et structure des exploitations se recoupent étroitement dans une région où la distribution du sol favorise la petite paysannerie.

b) Structure concordante de grandes propriétés et de grandes exploitations

107La commune de Villars, au cœur de la Dombes des étangs, illustre un type de structure à dominante de grandes propriétés et de grandes exploitations. Une quinzaine de grands propriétaires, citadins pour la plupart, possèdent les trois quarts des terres cadastrées. L’emprise de la grande propriété s’accompagne d’une domination des grandes exploitations qui accaparent près des trois quarts des terres cultivées. Ce sont les fermes d’une cinquantaine d’hectares qui donnent le ton. Elles s’insèrent dans des domaines plus étendus pouvant atteindre 80 à 100 ha avec leurs étangs et leurs bois, domaines qui constituaient traditionnellement les cellules de fonctionnement agro-piscicoles de base de vastes propriétés développées sur plusieurs communes. Mais ces exploitations agro-piscicoles se sont généralement scindées en deux blocs autonomes au lendemain de la seconde guerre mondiale ; d’un côté les terres agricoles soumises au statut du fermage, de l’autre les étangs gérés directement par les propriétaires.

108Alors que l’émiettement est un mal endémique dans la région lyonnaise, les fermes de la Dombes se signalent par la qualité de leur parcellaire, même si la trame bocagère limite quelque peu les ambitions des agriculteurs, la haie étant l’objet d’une controverse entre les fermiers, qui souhaitent améliorer leur productivité, et les propriétaires plus conservateurs pour des raisons d’ordre cynégétique. L’agencement général du parcellaire laisse cependant une impression de désordre et la plus grande fantaisie semble régner dans la forme et la dimension des parcelles. Il faut sans doute y voir les effets de l’influence de l’étang, pièce maîtresse de l’organisation parcellaire. C’est autour de lui que s’assemblent les parcelles de bois et les pièces de terre dont la distribution souligne des préoccupations cynégétiques évidentes. Or, sa dimension est éminemment variable, de quelques hectares pour les petits à plusieurs dizaines pour les plus grands.

c) Structure discordante de petites propriétés et de moyennes exploitations

109La situation foncière est totalement différente dans l’ouest des Terres Froides et les Balmes viennoises où se manifeste une nette discordance entre la structure des propriétés et celle des exploitations. Dans la commune de Chuzelles, les propriétés de moins de 20 ha couvrent les trois quarts du sol, mais les exploitations de 20-50 ha s’octroient la moitié des terres cultivées. On constate que la concentration des terres s’effectue plus spécialement au niveau des exploitations d’une trentaine d’hectares, témoignant par là même de la lutte opiniâtre que mène la paysannerie pour conquérir la terre.

110Une situation quelque peu comparable se discerne sur la lisière méridionale de la Bresse. Le passage de la Dombes à la Bresse s’accompagne en effet d’une modification profonde des structures agraires. Ainsi dans la commune de Montcet, la grande propriété s’efface totalement, tandis que les biens de moins de 20 ha s’emparent de 81 % du sol. Si le remarquable équilibre des propriétés et des exploitations dans la tranche 10-20 ha, encore très fournie, n’est pas sans rappeler certains traits des structures foncières des monts du Lyonnais, une différence essentielle apparaît avec la poussée spectaculaire des exploitations de 20 à 35 ha, principales bénéficiaires du mouvement de concentration des terres. La prépondérance du mode de faire-valoir mixte, tantôt à dominante de propriété, tantôt à dominante de location, souligne l’action vigoureuse menée par les rassembleurs de terre issus de la paysannerie moyenne.

d) Structure discordante de petites propriétés et de grandes exploitations

111Dans la commune de Blyes, le phénomène de concentration agraire est plus poussé encore. Ici, le divorce paraît définitivement consommé entre la structure des propriétés et celle des exploitations, une poignée d’agriculteurs accaparant la majeure partie des terres agricoles. C’est au niveau de l’exploitation de plus de 50 ha que se réalise le rassemblement des terres : il y a 6 entreprises de plus de 50 ha, mais seulement 2 propriétés ; les premières regroupent 480 ha, les secondes 145. Ce type de structure foncière illustre la position dominante d’un groupe d’agriculteurs aisés qui a réussi à constituer, par la location, des exploitations de belle taille et bien structurées. Cela se vérifie dans la plaine de l’Ain, mais aussi dans la plaine lyonnaise, où un vigoureux contraste s’affirme entre le morcellement de la propriété et la concentration des entreprises agricoles.

e) Structure composite à forte hétérogénéité foncière et agraire

112Les rapports entre propriétés et exploitations apparaissent singulièrement complexes dans le Haut-Beaujolais viticole. À Saint-Lager dans le secteur des appellations locales Brouilly et Côte-de-Brouilly, 16,5 % des 771 ha exploités sont en fermage, 36,2 % en faire-valoir direct et 47,3 % en métayage. Mais cette répartition est à nuancer en tenant compte du système de production dominant dans une commune où la part de la vigne approche 70 % de la surface cadastrée. Le fermage viticole, le plus souvent d’origine familiale, est peu développé en regard du métayage : 9 % des surfaces plantées en vigne au lieu de 54 %. Ce sont surtout les prés qui constituent l’essentiel des terres louées. Autrefois intégrés au système viticole, aujourd’hui condamnés par le progrès technique et la spécialisation des exploitations, ils sont fréquemment loués à des éleveurs de la montagne ou à des bouchers de l’extérieur. Le partage s’opère donc essentiellement entre le faire-valoir direct et le métayage.

113La distribution du sol se révèle très inégalitaire : 108 propriétaires, possédant chacun des biens de 1 à 10 ha, se partagent la moitié du sol ; l’autre moitié se répartit entre 15 personnes seulement. Les 8 plus grandes propriétés sont détenues par des citadins ou appartiennent aux descendants de la noblesse locale ; elles s’échelonnent de 21 à 58 ha et accaparent 37 % du sol.

114La répartition des exploitations est moins simple qu’il n’y paraît à première vue. Si les petits propriétaires exploitants dominent en deçà de 5 ha, ils cèdent ensuite du terrain devant les vignerons des moyens et des grands domaines. C’est dans la tranche 5-10 ha que ces derniers sont le plus représentés : 47 exploitations pour 23 propriétés seulement détenues par des résidents. En outre, la complexité de l’organisation sociale du vignoble s’accentue avec l’émergence d’une couche d’exploitants aisés à la tête d’entreprises regroupant une dizaine d’hectares de vigne ou plus. Qu’il s’agisse de viticulteurs solidement installés sur des propriétés familiales ou de métayers ayant su profiter de la renonciation des propriétaires pour s’élever dans l’échelle sociale, tous sont à l’affût de la terre et n’hésitent pas à associer faire-valoir direct et culture à mi-fruit. Enfin, 4 grandes entreprises ne sont en fait que les réserves, exploitées à l’aide d’une main-d’œuvre salariée, de grandes propriétés par ailleurs encore fidèles au système du vigneronnage.

  • 12 La commune de Saint-Lager compte 729 parcelles pour 502 ha de vigne ; celle de Cogny 875 pour 215 h (...)

115La juxtaposition de grands domaines de rapport et de petits biens paysans suscite des contrastes de morphologie agraire particulièrement importants. Certes la culture de la vigne s’accompagne d’un parcellement considérable du sol, mais l’opposition n’en est pas moins spectaculaire entre les propriétés partagées en vigneronnages au parcellaire homogène et bien ordonné et les biens paysans au parcellaire émietté et confus. La contenance moyenne des parcelles de vigne s’élève à 69 ares à Saint-Lager dans le Haut-Beaujolais ; elle n’est plus que de 25 ares à Cogny dans le Bas-Beaujolais où la grande propriété se fait beaucoup plus discrète12.

116Les structures sont moins contrastées dans la montagne beaujolaise, où le rôle de la grande propriété s’atténue. Néanmoins, la commune de Joux dans les monts de Tarare révèle une organisation sociale différenciée. Les citadins contrôlent pratiquement le quart de la superficie cadastrée, mais davantage sous la forme de biens forestiers que de terres agricoles. On y trouve encore 8 fermes possédées par des industriels de Tarare et les descendants de la noblesse, vestiges de biens naguère plus importants. La paysannerie moyenne est assez bien représentée dans la catégorie 20-30 ha, tandis qu’une poignée d’agriculteurs se hisse au-dessus du lot et atteint une quarantaine d’hectares par le biais de locations. Enfin, les agriculteurs sont présents dans la tranche 10-20 ha, mais ce sont essentiellement des exploitations de semi-retraite tenues par des couples âgés dans l’attente d’une cessation d’activité définitive.

117On observe des structures semblables, quoique plus contrastées, sur le plateau de Crémieu. Deux réalités foncières profondément différentes se juxtaposent : la grande propriété d’origine aristocratique, restée aux mains des descendants de la noblesse régionale devenus citadins ou passée dans celles de la bourgeoisie lyonnaise, et la petite propriété paysanne extrêmement émiettée. Cependant, l’exemple de la commune de Parmilieu montre que l’on assiste à l’effacement des petits exploitants indépendants, dont les derniers représentants sont des retraités, et à l’émergence d’exploitations moyennes à partir des dépouilles de la petite propriété paysanne.

118Les types de répartition, ainsi définis, donnent une vue très schématique des réalités foncières et agraires. De la permanence des structures traditionnelles à la rupture complète des équilibres anciens, les possibilités de combinaisons sont largement ouvertes.

D. La variété des systèmes d’utilisation du sol

119L’impression qui prévaut lorsque l’on observe les systèmes d’utilisation du sol dans les campagnes lyonnaises est celle d’une extraordinaire diversité. L’éventail des spéculations agricoles régionales se révèle d’une grande richesse : élevage bovin à dominante laitière des montagnes de l’ouest, des Terres Froides et de la Dombes, céréales et cultures industrielles des plaines de l’Est lyonnais, vignobles des derniers contreforts du Massif central, vergers du plateau lyonnais et de la vallée du Rhône.

120Si les conditions climatiques autorisent des combinaisons culturales variées, il revient aux agriculteurs de choisir individuellement leur système de production. Alors que les exploitants ont longtemps reproduit des systèmes hérités dont la cohérence interne reposait sur la nécessité d’assurer la subsistance familiale, il en va différemment aujourd’hui. Certes, les traits anciens n’ont pas tous disparu, loin s’en faut, mais il n’en est pas moins vrai que les facteurs qui commandent les orientations culturales se sont radicalement modifiés sous l’influence du progrès technique, de la révolution des transports et de l’internationalisation des marchés. Face aux nouvelles conditions économiques de l’époque contemporaine, les réponses des agriculteurs sont multiples et concourent à l’éclatement des anciens systèmes agricoles. Les évolutions qui s’inscrivent dans la trame de l’utilisation du sol soulignent en somme la propension plus ou moins affirmée des milieux agricoles au changement.

121Nous nous limiterons, dans un premier temps, à la description générale des types d’utilisation du sol à l’aide des données statistiques des recensements de l’agriculture de 1955 et de 1980, qui permettent des observations à l’échelle de la commune.

1. Méthodologie

122Les types d’utilisation du sol ont été recherchés sur ordinateur en combinant 12 variables (blé, maïs-grain, autres céréales, cultures industrielles, surface toujours en herbe, cultures fourragères, plantes sarclées fourragères, plantes sarclées non fourragères, vigne, vergers, cultures légumières, cultures diverses) dans 694 communes. Il s’agit d’obtenir une partition en types qui soient les plus homogènes possible tout en étant les plus différents les uns des autres.

123Différentes méthodes peuvent être employées pour effectuer la partition d’une population en agrégeant les individus autour de noyaux. Nous avons opté pour la méthode d’accumulation qui offre l’avantage de permettre le traitement rapide d’échantillons de grande taille.

  • 13 L’étude des écarts qui séparent les courbes d’accumulation à la verticale d’un nombre de types donn (...)
  • 14 La méthode de convergence s’applique à la partition déjà réalisée en 10 types. Il s’agit de vérifie (...)

124L’hypothèse de travail retenue reposait sur l’établissement d’une partition en 5 types au moins, 15 au plus. L’accumulation a donc été réalisée successivement sur la base de 5 à 15 types, et ce dans trois ordres aléatoires de défilement des points pour pouvoir tester la valeur des résultats. L’étude des faisceaux de courbes d’accumulation tracés par l’ordinateur renseigne sur les consommations successives de quantité de déplacement et permet de déterminer de façon suffisamment objective le nombre de types qu’il convient de retenir13. En l’occurrence, le résultat final s’établit à 10 types. La partition ainsi réalisée est ensuite affinée par la méthode de convergence qui assure la stabilisation des types14.

125L’interprétation des résultats obtenus doit tenir compte d’une part de la proximité relative des types, d’autre part des valeurs moyennes des variables de chaque type et de leur contribution à la variance totale. Pour 12 variables, il semble judicieux d’admettre qu’une contribution de l’ordre de 8,25 % traduit une homogénéité moyenne des communes par rapport au point moyen de la variable considérée. En deçà de cette valeur, l’homogénéité s’améliore ; au-delà, la dispersion devient de règle. Or, il va de soi que l’interprétation des types doit essentiellement s’appuyer sur les variables les plus significatives, autrement dit sur celles qui dénotent un caractère d’homogénéité satisfaisant.

Figure 31. Les types d’utilisation du sol en 1955
Sources : RGA 1955

2. Résultats

a) Les types d’utilisation du sol en 1955

126Une carte permet de visualiser la répartition des 10 types d’utilisation du sol (fig. 31).

127Le type I se singularise par une utilisation du sol à dominante herbagère. La surface toujours en herbe couvre 65,9 % de la SAU totale des 112 communes concernées au lieu de 45,3 % dans l’ensemble de la région. La contribution de cette variable à la variance totale du type s’établit à 7 % et souligne l’homogénéité herbagère des communes autour de la valeur moyenne. Parmi les autres cultures, il faut mentionner le blé qui ressort avec des conditions d’homogénéité favorables (contribution à la variance de 7,9 %) et occupe 9,2 % de la SAU. Ce type d’utilisation du sol l’emporte très largement dans le Haut-Beaujolais.

128Le type II s’avère relativement proche du type précédent dont il n’est séparé que par une faible distance. Si la surface toujours en herbe régresse quelque peu (49,8 % de la SAU), sa contribution à la variance du type demeure significative avec une valeur de 6 %. Les cultures fourragères dépassent la moyenne régionale (15,5 % de la SAU au lieu de 14,1 %), mais leur contribution de 8,9 % dénote une homogénéité assez moyenne. Quant à la place honorable du blé dans la SAU (14,9 %), elle ne doit pas faire illusion, car la contribution de 13,9 % à la variance totale du type caractérise une forte propension à la dispersion des communes autour du point moyen. Il s’agit donc d’un type essentiellement dominé par l’association herbe-cultures fourragères qui s’applique à 189 communes bien regroupées dans le nord-est de la Dombes et les Terres Froides du Bas-Dauphiné.

129Le type III apparaît comme une variante du type II (distance intertype de 5,9) et rassemble 58 communes surtout localisées dans l’ouest de la Dombes et les Terres Basses dauphinoises. La surface toujours en herbe reste importante : 50,6 % de l’espace agricole. S’y ajoutent dans de bonnes conditions d’homogénéité le blé (17,5 % de la SAU), les autres céréales (6,4 %) et les cultures fourragères (12,5 %).

130Avec le type IV, une orientation céréalière s’affirme nettement : 18,6 % de la SAU occupés par le blé, 13,7 % par les autres céréales, alors que les moyennes régionales sont respectivement de 13,9 et de 8,2 %. Les cultures fourragères confortent également leur position avec 29,7 % de la SAU, tandis que la part de la surface toujours en herbe s’abaisse à 26,5 %. L’émergence d’un type à dominante de céréales et de cultures fourragères se discerne dans quelques 90 communes, plus spécialement réparties dans la plaine lyonnaise, la basse vallée de l’Ain et la Bièvre.

131Le type V présente des analogies évidentes avec le type IV puisque les variables les plus significatives sont le blé avec 22,8 % des terres agricoles, les autres céréales avec 7,2 %, les cultures fourragères avec 16,5 % et enfin l’herbe avec 34 %. Les 65 communes concernées se localisent surtout dans la vallée de la Saône et la Valloire.

132Le type VI (54 communes) est par excellence le mode d’utilisation du sol des monts du Lyonnais qui se démarquent ainsi nettement de la montagne beaujolaise. Certes, la surface toujours en herbe représente 54,5 % du sol, mais d’autres cultures sont également significatives comme le blé (13,2 % de la SAU), les autres céréales (10,4 %), les cultures fourragères (7,8 %) et les plantes sarclées non fourragères (6,7 %).

133Le type VII est placé sous le signe de la culture de la vigne qui couvre 52,4 % du sol. Il correspond à 35 communes du Haut-Beaujolais, au nord de Villefranche. Si la vigne exerce une prépondérance incontestable dans l’occupation du sol, la surface toujours en herbe conserve néanmoins une place honorable avec 34,4 % de la SAU. On peut associer étroitement à ce type, à dominante viticole, le type VIII encore fortement marqué par le vignoble. La vigne y occupe 23,1 % du sol, mais la médiocrité de sa contribution à la variance voisine de 10 % dénote un type viticole moyennement homogène. C’est en quelque sorte une forme dégradée du type VII qui s’établit dans 48 communes, localisées pour la plupart dans le Bas-Beaujolais sédimentaire. Au côté de la vigne prennent place le blé (8,9 % de la SAU), les cultures fourragères (10,9 %) et l’herbe (40,7 %). Le contraste est particulièrement spectaculaire entre la complexité du système d’utilisation du sol du Bas-Beaujolais et la simplicité apparente de celui du Haut-Beaujolais.

134Si le type IX tire son originalité de la présence des cultures fruitières et de la vigne qui contrôlent respectivement 16,5 % et 8,9 % du sol, d’autres utilisations sont également significatives et doivent être prises en compte : le blé (8,6 % de la SAU), les cultures fourragères (8,9 %) et la surface toujours en herbe (35,3 %). Ce mode d’utilisation du sol s’impose dans une quarantaine de communes de l’Ouest lyonnais entre la plaine des Chères, au nord, et la vallée du Gier, au sud.

135Enfin, le type X rassemble une poignée de communes de la banlieue de Lyon dans lesquelles la SAU se trouve fortement amputée par le développement urbain. Les cultures légumières y couvrent 27 % du sol et les vergers 6,6 %. Quant aux cultures diverses, leur part de 20,8 % dans la SAU n’est pas significative et dissimule de fortes inégalités entre les communes.

136Bien que la polyculture constitue la toile de fond de l’utilisation du sol en 1955, l’uniformité n’est pas pour autant de mise. Les contrastes sont affirmés entre des systèmes à large assise de cultures spécialisées et des systèmes plus classiques à forte diversification culturale. Il y a pourtant un caractère commun à ces systèmes, leur exigence en travail, une nécessité dont découle la petite taille des exploitations.

b) Les types d’utilisation du sol en 1980

137Nous avons conservé une partition en 10 types (fig. 32) afin de pouvoir appréhender plus aisément les modifications qui se sont produites dans l’utilisation du sol par rapport à l’état initial de 1955.

138Le type I, à dominante de prairies naturelles, concerne en 1980, comme en 1955, les monts du Beaujolais, mais déborde aussi sur un certain nombre de communes du secteur de la Brévenne et du nord du plateau lyonnais. La part de la surface toujours en herbe s’est considérablement amplifiée, passant de 65,9 % du sol en 1955 à 74,3 % en 1980. Or, dans le même temps, elle s’abaissait de 45,7 % à 39,7 % pour l’ensemble de la région. Si le blé fournit toujours une bonne contribution à la variance totale du type, sa place se réduit dans de très fortes proportions et n’occupe plus que 4,4 % de la SAU.

139Le type II conserve des affinités avec le type I, mais moins qu’en 1955. La distance intertype s’établit à 6,7 en 1980 contre 3,4 en 1955. La surface toujours en herbe se réduit légèrement, mais demeure importante avec 44,4 % de la SAU. Les cultures fourragères ne sont plus significatives, car si elles occupent 18,3 % de la SAU, leur contribution de 22,6 % à la variance totale du type révèle une grande dispersion des communes. Il en va différemment pour le blé et le maïs qui couvrent respectivement 13,1 % et 11,9 % du sol. Depuis 1955 l’essor de la culture du blé, et plus encore de celle du maïs, contraste ici avec les progrès inégaux des cultures fourragères. C’est le type d’utilisation du sol par excellence de la Dombes du Nord-Est et de la moitié orientale du Bas-Dauphiné au-delà d’une ligne Crémieu, Bourgoin, Saint-Jean-de-Bournay, Le Grand-Lemps.

Figure 32. Les types d’utilisation du sol en 1980
Sources : RGA 1980

140Avec le type III, une tendance céréalière s’esquisse, tandis que la part des cultures fourragères s’affaiblit. C’est en quelque sorte une variante du type II plus orientée vers la culture céréalière : blé (23 % de la SAU), maïs (21,6 %), autres céréales (8 %). La progression du maïs depuis 1955 a eu pour contrepartie le recul des surfaces fourragères qui occupent à peine plus du tiers du sol en 1980 (respectivement 28,9 % et 6,8 % pour la surface toujours en herbe et les cultures fourragères). La Dombes du Sud-Ouest, les Balmes viennoises et les marges occidentales des Terres Froides sont les secteurs les plus marqués par ce mode d’utilisation du sol. La situation s’est clarifiée par rapport à 1955 où l’enchevêtrement des types II, III, IV et V engendrait une certaine confusion.

141L’orientation céréalière, amorcée dans le type III, se confirme nettement dans le type IV. La distance entre les deux types souligne d’ailleurs une relative similitude, qui n’existait pas en 1955. Au total, les céréales occupent à elles seules les deux tiers du sol. La position des cultures industrielles se renforce également avec 12,8 % de la SAU. L’orientation grande culture, encore balbutiante en 1955, s’affirme clairement en 1980. Le blé accroît sa place dans la SAU (26,6 % au lieu de 18,5 %), mais il faut surtout retenir la percée tout à fait spectaculaire du maïs, quasi inexistant en 1955, qui s’attribue le quart de la SAU en 1980. La progression des cultures industrielles, au premier rang desquelles se place le colza, est également remarquable : 14,6 % du sol en 1980 contre 0,4 en 1955. Ce système à base de céréales et de cultures industrielles a débordé hors de son cadre initial de la plaine lyonnaise et de la basse vallée de l’Ain pour contaminer les communes de la lisière méridionale du plateau de Dombes.

142Le type V est peu courant ; il concerne un petit noyau de communes localisées au voisinage immédiat de Lyon. Si les céréales conservent une place non négligeable dans l’utilisation du sol, l’originalité réside surtout dans le développement des cultures légumières qui occupent près de 17 % de la SAU.

143Une distance de 5,2 souligne la relative proximité des types VI et I. Ce rapprochement s’explique sans doute par l’importance que conserve la surface toujours en herbe dans l’utilisation du sol du type VI (57,6 %). Mais la similitude s’efface lorsque l’on observe les cultures fourragères : non seulement leur place s’accroît dans la SAU (14,7 % dans le type VI contre 7,6 dans le type I), mais leur contribution de 5,6 % à la variance révèle une bonne homogénéité des communes du type VI par rapport au point moyen, tandis que la tendance à la dispersion l’emporte nettement, avec une valeur de 15,7 % en ce qui concerne le type I. Les monts du Lyonnais se caractérisent donc par une intensification fourragère plus poussée que celle des monts du Beaujolais. Le développement des cultures fourragères entre 1955 et 1980 s’y est effectué aux dépens des surfaces consacrées aux céréales et aux plantes sarclées.

144Les types VII et VIII sont dominés, comme en 1955, par la présence de la vigne. La réussite commerciale des vins du Beaujolais se traduit par une forte progression des superficies viticoles. Les surfaces plantées passent en effet de 52,4 % du sol à 66,1 dans les communes du type VII et de 23,1 % à 30,2 dans celles du type VIII. Dans le Bas-Beaujolais sédimentaire, l’affirmation de la vocation viticole s’accompagne d’un recul spectaculaire des surfaces consacrées aux cultures fourragères. Des transformations se dessinent également au plan spatial avec l’extension vers le sud du type viticole accusé du Haut-Beaujolais.

145Le type IX souligne l’importance de l’arboriculture fruitière, qui couvre 33 % de la SAU, mais les modifications sont profondes par rapport à 1955. Tandis que la part des vergers s’accroît, tout comme celle des céréales, d’autres formes d’utilisation du sol déclinent, en particulier les prairies naturelles : 11,4 % de la SAU en 1980 au lieu de 35,3 % en 1955. D’autre part, d’importantes mutations spatiales apparaissent : il y a régression des cultures fruitières dans les communes de l’Ouest lyonnais et progression dans celles de la vallée du Rhône, au sud de Vienne. Alors qu’une ceinture continue de vergers s’établissait sur les marges occidentales de l’agglomération lyonnaise en 1955, il n’en reste que des vestiges épars en 1980. Le recul a été particulièrement sévère sous les effets conjugués de rurbanisation et de la spéculation foncière : le nombre des communes à dominante arboricole a diminué de près de moitié en vingt-cinq ans.

146Enfin, le type X englobe 7 communes de la proche banlieue lyonnaise dans lesquelles ne subsiste qu’une activité maraîchère résiduelle.

147Les changements survenus dans les systèmes d’utilisation du sol entre 1955 et 1980 se révèlent considérables, comme en atteste la matrice de l’évolution de la répartition des communes (tableau no 4).

Tableau no 4. Les types d’utilisation du sol Matrice d’évolution 1955-1980

Tableau no 4. Les types d’utilisation du sol Matrice d’évolution 1955-1980

Figure 33. Proportion d’exploitation à plein temps avec MBS > 8 000 UCE
Sources : RGA 1980

148La matrice indique le nombre de communes dans chaque type d’utilisation du sol pour 1955 et 1980. Au total, deux faits essentiels ressortent au cours de la période 1955-1980 :

  • d’une part, la simplification des combinaisons culturales dans les types d’utilisation du sol ;

  • d’autre part, l’affirmation de systèmes agricoles régionaux.

149Si les structures foncières régionales mettent en avant la petite propriété et l’appropriation paysanne du sol, la Dombes, le Beaujolais, le plateau de Crémieu connaissent la grande, voire la très grande propriété d’obédience aristocratique ou bourgeoise. De même, les unités de production sont généralement de taille modeste et atteignent en 1980 une SAU moyenne de 15,9 ha, nettement inférieure à la moyenne nationale (25,6 ha) ; mais il ne faut pas pour autant conclure à l’absence des grandes exploitations : le contraste est saisissant entre, d’un côté, les régions de montagnes et de collines, à petites exploitations dominantes, et de l’autre, les plaines et les bas plateaux, à concentration agraire plus accentuée. Enfin, l’utilisation du sol laissait déjà apparaître, en 1955, dans des campagnes où s’établissait la prépondérance d’une polyculture associée à l’élevage laitier, des systèmes agricoles davantage orientés vers des cultures intensives de haute valeur. Mais cette diversité apparente de l’agriculture n’empêche pas une certaine médiocrité tenant à l’exiguïté des structures d’exploitation, et plus encore peut-être au vieillissement du milieu humain. La proportion des exploitations à temps complet dont la marge brute standard dépasse 8 000 unités de compte européennes, soit l’équivalent de 20 ha de blé, est particulièrement significative. Seuls le vignoble beaujolais, la Dombes et la plaine lyonnaise émergent nettement de la médiocrité ambiante avec des proportions d’entreprises de ce type représentant plus des deux tiers, voire des trois quarts des unités de production à temps complet (fig. 33). Certes, la notion de marge brute standard ne rend qu’imparfaitement compte du degré d’intensification et conduit à un affaiblissement excessif des positions des régions à forte intensification des productions animales comme les monts du Lyonnais. Il n’en reste pas moins que l’avenir de l’agriculture dans les montagnes de l’Ouest et dans les Terres Froides suscite des inquiétudes légitimes.

III – Agriculteurs et non-agriculteurs : des structures socioprofessionnelles diversifiées

150Bien que les contingents d’agriculteurs restent étoffés dans les campagnes lyonnaises, les contrastes n’en sont pas moins vigoureux entre des espaces à forte charge humaine et d’autres moins bien pourvus. Les différences constatées tiennent à des causes multiples et enchevêtrées : richesse inégale des sols, dimension et régime des exploitations, systèmes agricoles plus ou moins exigeants en travail, ancienneté et ampleur de l’émigration paysanne. Il faut prendre en compte non seulement les spécificités des systèmes agricoles, mais aussi les possibilités de revenus annexes découlant de la présence d’emplois non agricoles. L’agriculture à temps partiel peut ainsi être considérée comme un révélateur des sollicitations extérieures qui s’exercent sur le monde agricole.

A. Beaucoup d’agriculteurs à temps partiel

151Les résultats du recensement de l’agriculture de 1980 font apparaître que 54 % des exploitants travaillent à plein temps sur leur exploitation. Si l’on considère l’ensemble de la population active agricole, la proportion d’actifs à temps complet est encore plus réduite : 36 % seulement. L’exiguïté des structures de production est évidemment un élément favorable au développement de l’agriculture à temps partiel, mais celle-ci joue, à son tour, un rôle essentiel dans la pérennité des petites exploitations.

1. La notion d’agriculture à temps partiel

  • 15 Gorescki-Leroy (G.), La pluriactivité des agriculteurs, Statistique Agricole, Série S, 1980.

152L’agriculture à temps partiel apparaît comme un phénomène complexe qui sous-tend des réalités fort différentes et demande à être précisé. Si elle s’est longtemps identifiée en France au genre de vie mixte de l'ouvrier-paysan, alternativement salarié d’usine et exploitant agricole, il n’en va plus de même aujourd’hui. C. Mignon (1971) établit une distinction entre le système de mixité de l’ouvrier-paysan, lié à une phase industrielle débutante, et les formes nouvelles d’agriculture à temps partiel pratiquées par les citadins dans les régions industrielles et urbaines les plus évoluées. Les motivations des uns et des autres sont à l’évidence profondément différentes. G. Gorescki-Leroy15 distingue en France trois formes de pluriactivité selon la nature des activités extérieures des exploitants :

  • pour quelque 10 000 chefs d’exploitation, il s’agit d’une pluriactivité de « luxe » qui procède le plus souvent d’un choix personnel de mode de vie en relation avec la conservation d’un patrimoine foncier hérité de qualité ;

  • pour environ 80 000 autres, c’est une pluriactivité « intégrée » caractérisée par une interdépendance des activités agricoles et extérieures ;

  • pour les 160 000 chefs d’exploitation restants, cela correspond à une pluriactivité de « pénurie », dont l’origine est surtout à rechercher dans l’insuffisance des revenus agricoles par suite de l’étroitesse des structures d’exploitations.

153Le recrutement social des exploitants pluriactifs trahit une grande diversité. C’est le résultat d’une réalité complexe qui associe des formes de mixité, déjà anciennes, nées dans le monde paysan, à des formes, plus récentes, d’origine urbaine.

154La notion d’agriculture à temps partiel suppose la réunion de deux conditions : partage du temps de travail et pluralité de revenus. À dire vrai, la pluralité de revenus au sein des familles rurales ne s’accompagne pas toujours d’une pratique agricole à temps partiel. On constate en effet que l’évolution du modèle de l’organisation familiale paysanne conduit à une « autonomisation de l’activité des membres de la famille tout en conservant à celle-ci son caractère unitaire » (B. Delord, P. Lacombe, Association des Ruralistes Français, 1984). De la pluriactivité individuelle on passe ainsi à la complémentarité des revenus des ménages agricoles, situation souvent décrite dans les régions de montagne où la survie de nombre d’exploitations n’est possible qu’à ce prix. Le champ d’analyse de l’agriculture à temps partiel est donc éminemment variable : il peut se limiter à la pluriactivité individuelle ou s’étendre à la multiactivité familiale.

  • 16 Le RGA ne prend en compte qu’une seule activité extérieure qu’elle soit à titre principal ou second (...)

155Pour notre compte, considérant que la multiactivité familiale est un fait général de société qui traduit une urbanisation des comportements des agriculteurs, nous limiterons notre propos à la pluriactivité individuelle en la définissant comme l’exercice effectif de plusieurs activités par le même individu. Il s’agit d’ailleurs d’un phénomène difficile à cerner, car l’INSEE ignore les genres de vie mixtes et les personnes touchées sont volontiers portées à la dissimulation, surtout en période de récession économique, de crainte d’être les premières licenciées. Les renseignements les plus riches proviennent des recensements de l’agriculture, encore que leur champ d’observation se limite à la double activité16.

156Nous ajouterons l’agriculture de retraite aux formes de double activité proprement dites. Certes, il y a disparition de l’activité extérieure, mais la notion de travail à temps partiel subsiste, tout comme celle de revenu partiellement agricole. Il s’agit en quelque sorte d’un type d’agriculture à temps partiel original caractérisé par l’absence d’activité extérieure. Son importance ne doit pas être sous-estimée : 19 % des exploitations agricoles sont, en 1980, aux mains de retraités, soit près d’une exploitation sur cinq. C’est le résultat d’un vieillissement sur place de petits exploitants privés de successeurs par l’exode des jeunes auquel il convient d’ajouter les installations de retraités d’origine urbaine favorisées par l’abaissement de l’âge de la retraite.

2. Une répartition géographique contrastée

157La carte du pourcentage des exploitants travaillant à temps plein sur leur exploitation, établie par canton, fait apparaître un contraste spectaculaire entre le Sud-Est et le reste de la région (fig. 34). Dans le Bas-Dauphiné, la proportion des exploitants à temps complet est presque toujours inférieure à 50 % et peut tomber à des niveaux très bas (Bourgoin 30 %). À l’ouest de la Saône et du Rhône, les contingents s’étoffent, mais l’opposition est flagrante entre les monts du Lyonnais, où les taux dépassent 65 % (Saint-Symphorien-sur-Coise 81 %), et les monts du Beaujolais, où les pourcentages se maintiennent d’ordinaire entre 50 et 65 %. Enfin, la Dombes est loin d’être uniforme : les taux sont élevés à l’est (Chalamont 68 %), demeurent soutenus au nord (Bourg 56 %), mais s’affaissent au sud au voisinage de l’agglomération lyonnaise (Trévoux 49 %).

158Si la carte des exploitants à temps partiel apparaît comme le négatif de celle des agriculteurs à temps plein, encore faut-il établir la part revenant respectivement aux retraités et aux doubles actifs.

a) Les exploitants retraités

159La carte du pourcentage d’exploitants retraités, établie par canton, apporte un premier élément de réponse (fig. 35). Un seul ensemble géographique s’individualise par une faible représentation des exploitations-retraite : les monts du Lyonnais. Cette situation particulière s’explique, d’une part, par la relative jeunesse de la population agricole qui contribue à accélérer la mobilité des terres contrôlées par les agriculteurs âgés, et, d’autre part, par l’éloignement de Lyon qui limite les phénomènes de rétention foncière liés à la pression urbaine. À l’opposé, les exploitations-retraite deviennent nombreuses sur les marges de l’agglomération lyonnaise et le long de l’axe Saône-Rhône. La plaine de l’Ain et les cantons les plus industrialisés des Terres Froides – Bourgoin et La Tour-du-Pin – sont également dans ce cas. Trois facteurs concourent à cet état de fait :

  • le vieillissement marqué de la population agricole privée de ses éléments jeunes par l’étroitesse de la structure des exploitations et l’attraction des pôles d’emploi urbains sur la main-d’œuvre rurale ;

  • le mouvement de spéculation foncière développé par l’urbanisation qui conduit les agriculteurs âgés à conserver la jouissance des biens qu’ils possèdent ;

  • l’affirmation de la vocation résidentielle des campagnes périurbaines pour l’accueil des retraités non agricoles qui n’hésitent pas à cultiver quelques parcelles.

Figure 34. Exploitants travaillant à temps plein sur leur exploitation en 1980

Figure 35. Exploitants retraités en 1980

Figure 36. Agriculteurs doubles actifs en 1980
(activité extérieure à titre principale ou secondaire)

160L’étude de l’agriculture de retraite dans le département du Rhône fournit quelques enseignements que l’on peut étendre à l’ensemble de la région. On y dénombre, en 1980, 2 305 exploitations-retraite, soit 16 % de l’effectif total. Les trois quarts d’entre elles sont tenus par des agriculteurs âgés, les autres par des retraités non agricoles. Il s’agit dans l’ensemble de petites unités : 6 ha de SAU, en moyenne, pour les agriculteurs retraités ; 4 ha pour les retraités non agricoles. La répartition selon la taille des biens des retraités non agricoles (tableau no 5) montre qu’il existe de véritables unités de production à côté d’une poussière de micro-exploitations relevant plus du bricolage que d’une activité agricole réelle (R. Sceau, 1982).

  • 17 La procédure OGAF a été instituée par le décret du 8 janvier 1970. Elle a pour objectifs d’améliore (...)

161Les retraités agricoles et non agricoles contrôlent ensemble quelque 12 000 ha, soit 7 % de la SAU du département. Les surfaces que représente l’agriculture de retraite ne sont donc pas négligeables et c’est là un élément que les politiques d’aménagement doivent prendre en compte. Aussi la libération des terres cultivées par des exploitants âgés en vue d’accélérer l’agrandissement des exploitations et l’installation des jeunes agriculteurs constitue-t-elle l’un des objectifs prioritaires assignés aux OGAF (Opérations Groupées d’Aménagement Foncier) lancées à partir de 1975 dans la partie montagneuse du département'17.

Tableau no 5. Les exploitations des retraités non agricoles dans le département du Rhône en 1980

Catégories

Nombre

%

SAU (ha)

%

< à 1 ha

207

34,9

125

5,9

1 à 2 ha

153

25,8

240

11,3

2 à 5 ha

142

24,0

405

19,0

5 à 10 ha

50

8,4

378

17,7

10 à 20 ha

22

3,7

296

13,9

> à 20 ha

19

3,2

686

32,2

Total

593

100,0

2 130

100,0

Source : RGA 1980

162En fait, il existe plusieurs formes d’agriculture de retraite qui relèvent de motivations différentes. La plus répandue est l’agriculture complément de retraite destinée à apporter des ressources supplémentaires à des exploitants ne disposant que d’une modeste pension pour assurer leur subsistance. Elle est bien représentée dans la zone accidentée de l’ouest du département où les retraités agricoles restent généralement fidèles à des systèmes de production de type traditionnel. Ainsi à Cublize dans les monts du Beaujolais, sur les 10 agriculteurs âgés restés en activité dans la commune 9 demeurent attachés à l’élevage bovin laitier avec des troupeaux de 1 à 11 vaches, mais sont réfractaires aux techniques d’intensification fourragère. Un seul retraité s’individualise en pratiquant l’engraissement d’une demi-douzaine de bovins de race charolaise. Si l’on regarde la taille des unités de production, 4 ont moins de 10 ha, 5 disposent de 10 à 20 ha et 1 atteint 26 ha. Dans de telles exploitations la réduction du cheptel va de pair avec un démembrement foncier progressif, à moins que la conservation du patrimoine familial ne soit assurée par la plantation de résineux.

163L’agriculture de plaisance n’obéit pas aux mêmes motivations. Elle est le plus souvent liée à la possession d’une résidence secondaire d’origine familiale, transformée en résidence principale à la fin de la vie active, ou trouve sa justification dans une retraite précoce. Ses pratiques l’apparentent aux activités de jardinage et la satisfaction de couvrir partiellement les besoins alimentaires familiaux l’emporte sur les préoccupations de rentabilité. Lorsque la production devient excédentaire, l’écoulement s’effectue dans une large mesure par l’intermédiaire de réseaux familiaux ou relationnels. C’est là une forme d’agriculture fréquente dans les secteurs où les cultures spécialisées occupent une part notable du sol : vignoble beaujolais, plateau lyonnais, vallée du Rhône. Les cheminots retraités, producteurs de fruits sur de minuscules surfaces dans le secteur de Saint-Germain-au-Mont d’Or et dans la vallée du Rhône, au sud de Feyzin, à proximité des principales gares de triage de l’agglomération lyonnaise, en sont l’illustration. Ainsi à Grigny, où ne subsiste qu’une vingtaine de très petites exploitations, les retraités en accaparent la moitié et parmi eux 8 anciens employés de la SNCF se livrent à la culture de la vigne et des arbres fruitiers sur des microdomaines allant de 0,25 ha pour le plus petit à 1,55 ha pour le plus grand.

164Enfin, il existe aussi une agriculture spéculative pratiquée par des propriétaires citadins soucieux d’investissements et de rentabilité. La retraite est pour eux l’occasion de s’occuper personnellement de biens d’origine familiale dont la gestion avait été confiée, par manque de temps, à des régies. Cette forme d’agriculture de retraite, qui se limite à des fonctions de direction et de gestion, tend à se développer dans le Beaujolais en relation avec la réussite commerciale du vignoble. Quelques retraités ont mis à profit une résidence secondaire utilisée jusqu’alors quelques semaines à la belle saison pour s’installer à demeure, d’autres, les plus nombreux, effectuent de fréquents séjours sur place et se font représenter le reste du temps par un homme de confiance recruté localement qui expédie les affaires courantes.

b) Les agriculteurs doubles actifs

165La double activité est un phénomène largement répandu dans les campagnes lyonnaises où l’on dénombre, en 1980, 7 058 exploitants exerçant une activité extérieure, soit une proportion plus forte qu’au plan national : 23,6 % au lieu de 21 %. Le temps de travail hors de l’exploitation permet d’opérer une distinction entre deux catégories : 5 343 agriculteurs, soit 17,9 % de l’effectif total, travaillent à l’extérieur à titre principal et 1 715, soit 5,7 %, à titre secondaire.

166La répartition par canton fait ressortir l’ampleur du contraste déjà constatée dans la distribution des agriculteurs à temps plein entre le Sud-Est et le reste de la région (fig. 36). Le Bas-Dauphiné s’affirme le domaine par excellence de la double activité, tandis qu’à l’ouest de la Saône et du Rhône les taux les plus élevés concernent les monts de Tarare et du Beaujolais.

167À vrai dire, les moyennes établies au niveau cantonal faussent un peu les choses et une approche à l’échelle plus fine de la commune se révèle nécessaire pour mieux cerner la réalité. Le souci d’éviter la confusion des genres nous a conduit à retenir seulement les agriculteurs exerçant une activité extérieure à titre principal (fig. 37).

168On constate des taux particulièrement élevés dans les régions à tradition d’industries en milieu rural : Terres Froides et Haut-Beaujolais. De même, les liens entre la répartition des doubles actifs et les pôles d’emploi urbains ressortent clairement sur la carte. Lyon est responsable des taux soutenus du plateau lyonnais et du nord-ouest du Bas-Dauphiné, tandis que des bassins de double activité coïncident avec l’environnement rural immédiat des centres industriels de la vallée du Rhône (Givors, Vienne, Roussillon) et de la plaine de l’Ain (Lagnieu, Ambérieu). À l’opposé, la part des agriculteurs doubles actifs s’effondre dans les monts du Lyonnais, où la faiblesse du genre de vie mixte s’explique par l’atonie de la vie industrielle. Une situation assez similaire se distingue dans les monts du Beaujolais, aux confins des départements du Rhône et de Saône-et-Loire (secteur de Monsols), encore qu’ici l’exploitation de la forêt vienne compenser le vide industriel, mais surtout comme activité à titre secondaire. La Dombes forme un autre ensemble à faible développement de la double activité : les exploitations sont de bonne taille en général et la recherche de revenus extérieurs ne s’impose pas pour les agriculteurs. Enfin, la réticence du vignoble beaujolais à l’égard de l’agriculture à temps partiel est moins grande qu’il n’y paraît sur la carte, car le nombre total des exploitations reste très élevé. Les doubles actifs constituent donc des contingents étoffés bien que leur part soit médiocre.

169La répartition selon la taille des exploitations tenues par des agriculteurs ayant une activité extérieure dans le département du Rhône est singulièrement complexe (tableau no 6). Si la domination des petites unités était attendue, la part des exploitations de plus de 20 ha surprend davantage.

170Il s’en faut de beaucoup que le profil social des agriculteurs ayant une activité extérieure soit homogène. L’analyse de la distribution géographique des types sociaux de la double activité (d’après la nature de l’activité extérieure exercée à titre principal) est très suggestive. Alors que la moyenne régionale s’établit à 70,8 % pour les catégories modestes (ouvriers et employés), 21,5 % pour les moyennes (artisans, petits commerçants, cadres moyens) et 7,7 % pour les plus favorisées (industriels, gros négociants, cadres supérieurs, professions libérales), les répartitions cantonales sont très diverses.

Figure 37. Chefs d’exploitation doubles actifs
(activité extérieure principale)
Sources : RGA 1980

Tableau no 6. Structure des exploitations avec activité extérieure dans le département du Rhône en 1980

Tableau no 6. Structure des exploitations avec activité extérieure dans le département du Rhône en 1980

Source : RGA 1980

171À ce niveau d’analyse géographique, les écarts vont d’une répartition de 85,9-12,8-1,3 (Roussillon) à 36,4-34,1-29,5 (Saint-Genis-Laval). Une carte permet de visualiser la répartition des types sociaux de la double activité. On a distingué 7 types cantonaux selon les pourcentages respectifs des diverses catégories sociales par rapport à la moyenne régionale (fig. 38).

172Les types I et II traduisent une domination écrasante des catégories socio-professionnelles modestes qui forment plus de 70 % des effectifs et même plus de 80 % dans le type I. La part des représentants des catégories les plus aisées se maintient généralement en dessous de 10 %. Par contre, la place des classes moyennes, qui n’atteint pas 15 % dans le type I, oscille entre 15 et 30 % dans le type II Dans la région, plus de la moitié des cantons relèvent de ces deux types. Ils correspondent à des ensembles géographiques dans lesquels la double activité, représentée essentiellement par le genre de vie mixte de l’ouvrier-paysan, est solidement implantée. Le Bas-Dauphiné en fournit l’illustration la plus remarquable, que ce soit dans les Terres Froides ou dans les cantons proches des centres industriels de la vallée du Rhône.

173Le type III ne concerne que les deux cantons d’Anse et de Bourg. Avec plus de 60 % des effectifs, les catégories modestes l’emportent encore largement. Cependant, le rapprochement avec les types précédents s’efface lorsque l’on observe la part des autres catégories sociales. Les doubles actifs issus des catégories socio-professionnelles aisées représentent 15 à 25 % du nombre total et relèguent les moyennes en troisième position. Ce type s’individualise donc surtout par le contraste entre la double activité de nécessité des ouvriers-paysans et la double activité de luxe des catégories sociales aisées.

174Le type IV est assez bien représenté dans les campagnes lyonnaises. Si le taux des catégories sociales modestes dépasse encore 50 %, la part des moyennes s’améliore et représente de 20 à 35 % des effectifs. Quant aux catégories les plus aisées, elles affirment aussi de solides positions (de 10 à 25 % du total). Cette situation caractérise les marges de l’agglomération lyonnaise, certains cantons du vignoble beaujolais et le sud-est de la Dombes. L’émergence des catégories sociales moyennes et aisées est le résultat de l’affirmation de la vocation résidentielle de l’espace rural périurbain.

175Avec les types V et VI, la place dévolue aux classes moyennes s’accroît notablement, surtout celle des commerçants et des artisans. Alors que dans le type V les catégories modestes l’emportent sur les moyennes, dans le type VI un équilibre relatif s’établit autour de 45 %. En fait, ces types rassemblent des cantons assez disparates : certains ont connu une régression du genre de vie mixte de l’ouvrier-paysan par suite de la récession de l’industrie textile qui en était à l’origine (Amplepuis, Tarare) ; d’autres, situés à l’écart des grands axes de communication souffrent d’une pénurie d’emplois industriels (Saint-Symphorien-sur-Coise, Lamure-sur-Azergues, Monsols) ; d’autres encore affichent une vocation résidentielle pour les classes moyennes d’origine urbaine (Vaugneray).

176Enfin, le type VII voit un affaissement relatif des catégories modestes, dont la part tombe en dessous de 45 %, tandis que les catégories plus aisées confortent leurs positions. À l’agriculture de plaisance du plateau lyonnais suscitée par l’essor de la fonction résidentielle (Saint-Genis-Laval) s’ajoutent des formes d’agriculture plus spéculatives en Beaujolais (Villefranche) et en Dombes (Villars).

  • 18 Les bouchers contrôlent près d’un millier d’hectares dans les monts du Lyonnais et du Beaujolais sa (...)

177La diversité de l’appartenance sociale des personnes concernées par les pratiques agricoles à temps partiel met en évidence la juxtaposition de deux systèmes, l’un pratiqué par des ruraux issus du monde agricole, l’autre relevant de catégories socio-professionnelles extérieures à la paysannerie. Au sein du premier groupe, les motivations peuvent se révéler très différentes. Ainsi les préoccupations des ouvriers-paysans de la basse vallée du Gier sont fort éloignées de celles des entrepreneurs de travaux agricoles de la plaine lyonnaise. Il suffit de considérer la taille des exploitations des uns et des autres. À Loire-sur-Rhône, sur la centaine d’exploitations que compte la commune, 42 sont aux mains de doubles actifs parmi lesquels 32 ouvriers travaillant à la verrerie Boussois-Souchon-Neuvesel et dans les diverses usines métallurgiques de la vallée du Gier. La répartition des exploitations des ouvriers-paysans selon la taille s’établit de la manière suivante : 21 ont moins de 5 ha, 7 atteignent de 5 à 10 ha, 3 dépassent 10 ha, dont 29 ha pour la plus grande. Alors que le groupe des ouvriers-paysans représente pratiquement le tiers des agriculteurs de la commune, il ne contrôle que le cinquième des unités de production de plus de 5 ha. Le contraste s’avère spectaculaire avec les biens dont disposent les 20 agriculteurs entrepreneurs de travaux agricoles des cantons de Meyzieu et de Saint-Symphorien-d’Ozon : la plus petite exploitation couvre 20 ha, la plus grande 166 ha et les quatre cinquièmes dépassent 50 ha. Pour les ouvriers-paysans de Loire, l’activité extérieure est ressentie comme une nécessité pour pallier l’exiguïté de leurs exploitations et l’insuffisance de leurs revenus agricoles, tandis que pour les agriculteurs entrepreneurs de la plaine lyonnaise, elle permet d’assurer le plein emploi de la main-d’œuvre et de rentabiliser le matériel de culture. De même, l’agriculture de plaisance des résidents secondaires ou des ruraux de fraîche date originaires de la ville ne répond pas aux mêmes préoccupations économiques que l’agriculture de type spéculatif pratiquée par les bouchers-emboucheurs18 ou par les grands propriétaires citadins possessionnés en Dombes ou dans le vignoble beaujolais.

Figure 38 A. Les types sociaux d’agriculteurs doubles actifs en 1980
Diagramme triangulaire de répartition
Répartition en % des catégories sociales de la double activité au niveau cantonal Sources : RGA 1980

Figure 38 B. Les types sociaux d’agriculteurs doubles actifs en 1980
Répartition par canton
Sources : RGA 1980

178Ce sont donc des types sociaux très divers qui s’adonnent à l’agriculture à temps partiel. Il est vrai que le milieu périurbain se révèle éminemment favorable au développement d’une mosaïque de situations profondément différentes. Si l’on s’attache plus particulièrement aux mobiles qui engendrent la double activité, la lutte contre le sous-emploi sur l’exploitation et la recherche d’un revenu complémentaire paraissent être en espace périurbain des éléments d’une importance moindre qu’en zone de montagne (C. Bailey, J.-C. Bontron, Association des Ruralistes Français, 1984). Certes, la double activité de nécessité, condition imposée par la faiblesse des revenus agricoles, n’a pas disparu, tant s’en faut, mais il faut tenir compte aussi d’autres formes de double activité obéissant à des mobiles variés : attachement au mode de vie agricole et au travail de la terre, volonté de conserver et de valoriser un patrimoine foncier familial, désir de cumuler deux sources de revenus, recherche d’une agriculture « hobby ». Ces nouvelles pratiques marquent une adaptation de l’agriculture au temps libre disponible et conduisent à la simplification des systèmes de production et à l’abandon des plus contraignants. Il est symptomatique que l’élevage laitier ne concerne que 18 % des exploitations du département du Rhône tenues par des agriculteurs doubles actifs en 1980, alors qu’à la même date 41 % du nombre total des exploitations conservent encore des vaches laitières. Mais ce foisonnement de formes d’agriculture à temps partiel n’est pas sans provoquer des tensions pour l’utilisation de l’espace agricole entre les exploitants à part entière et les agriculteurs à temps partiel, surtout lorsque ces derniers ne sont pas l’émanation directe du monde paysan.

B. La place de la population active non agricole

179Le fort développement de l’agriculture à temps partiel que nous avons constaté précédemment souligne la relative médiocrité des structures de production agricoles, mais plus encore l’originalité de campagnes tout entières pénétrées d’influences urbaines. On sait toute l’importance que revêt la qualité de l’encadrement urbain dans l’évolution des structures socio-professionnelles des campagnes. À cet égard, les prolongements socio-démographiques de la présence lyonnaise révèlent des effets pour le moins contradictoires : affaiblissement par le biais de l’exode des jeunes éléments sollicités par le marché du travail urbain et les phénomènes corrélatifs de dénuptialité et de dénatalité attestés par le vieillissement accentué de la population agricole et la forte proportion d’exploitations tenues par des retraités ; résistance au contraire lorsque la ville, par l’essaimage de ses activités industrielles, permet aux exploitants de poursuivre leurs activités dans des structures condamnées par le progrès technique et l’évolution économique, et à leurs enfants de conserver une résidence rurale tout en cessant de relever professionnellement de l’agriculture.

180Le caractère urbain de la région est très affirmé. En 1954 déjà, la population urbaine formait 66 % de la population totale, soit un taux supérieur à la moyenne nationale. Certes, le poids de Lyon est écrasant (35 %), mais il s’y ajoute un semis assez dense de centres urbains de moindre envergure, tantôt simples relais, tantôt pôles semi-autonomes, dont le rôle s’avère de première importance dans l’évolution des campagnes. Cette prépondérance urbaine donne une place privilégiée dans la population aux actifs non agricoles et abaisse corrélativement la part des travailleurs de la terre. L’agriculture occupait, en 1954, 15,1 % des actifs, nettement moins que la moyenne nationale (23,2 %). Si l’on ôte la population des communes urbaines pour ne considérer que celle des communes rurales, le taux atteint 45,6 % ; autrement dit moins d’un actif sur deux résidant dans les campagnes au voisinage de Lyon travaille la terre au milieu des années 50. Les communes alors peuplées à peu près exclusivement d’agriculteurs sont relativement peu nombreuses : 58 seulement, soit 12 % du nombre total, enregistrent des pourcentages de population agricole supérieurs à 80 %. Il s’agit là d’une situation aux antipodes de celle que décrit R. Brunet dans les campagnes toulousaines où, à la même époque, environ la moitié des communes pouvaient être considérées comme presque entièrement agricoles. C’est naturellement dans l’histoire de la fabrique lyonnaise et l’essaimage de ses métiers à tisser au XIXe siècle qu’il faudra rechercher les éléments d’explication. Toutefois, l'uniformité ne règne pas pour autant.

Figure 39. Actifs non agricoles dans la population active en 1954
Sources : RGP 1954

181La carte des pourcentages d’actifs non agricoles dans la population active totale en 1954 fait apparaître de forts contrastes (fig. 39). Une série de communes dans lesquelles plus de 50 % des actifs travaillent hors de l’agriculture suit les vallées de la Saône et du Rhône, depuis les confins du Mâconnais jusqu’aux abords de la Valloire. Elle se résout, en fait, en une série de bourgeonnements successifs de part et d’autre de la volumineuse protubérance lyonnaise, soulignant le dispositif en chapelet des villes de la Saône et du Rhône (Mâcon, Villefranche, Givors, Vienne, Le Péage-de-Roussillon). Trois autres ensembles sont également assez bien pourvus :

  • le premier correspond au Beaujolais textile et aux monts de Tarare irrigués par les petites villes industrielles de Cours, Thizy, Amplepuis et Tarare ;

  • le second se confond avec la nébuleuse d’industries rurales des Terres Froides de l’Est, au-delà d’une ligne Bourgoin-Le Grand-Lemps ;

  • le dernier, enfin, englobe le nord-est du plateau de Crémieu avec son industrie des chaux et ciments et le Bas-Bugey autour de Lagnieu et d’Ambérieu.

182À l’opposé, les monts du Lyonnais, le vignoble beaujolais, la Dombes et les Terres Froides de l’Ouest sont franchement agricoles : les agriculteurs y forment généralement plus de 50 % de la population active et seuls quelques bourgs et petites villes tranchent par des structures socio-professionnelles plus diversifiées.

183Une différenciation nette s’esquisse donc entre des campagnes proportionnellement riches en agriculteurs et des campagnes moins monolithiques où l’agriculture semble n’être qu’une activité parmi d’autres. Il faut toutefois remarquer qu’une forte proportion de non-agriculteurs au sein de la population active n’implique pas nécessairement des densités agricoles anémiées et réciproquement.

184Le constat dressé pour 1975 montre que les choses ont beaucoup évolué : 15 communes seulement conservent un pourcentage d’agriculteurs dans leur population active dépassant 65 %, alors que l’on en dénombrait 236 en 1954. La carte (fig. 40) souligne la profondeur du changement par rapport à la situation de 1954. L’influence de l’agriculture dans les structures socio-économiques des campagnes s’est affaiblie dans des proportions considérables : elle n’occupe plus désormais qu’une minorité de travailleurs, les autres actifs ayant adopté des pro fessions de type urbain. Nous avons signalé précédemment l’ampleur du délestage humain dans l’agriculture. Entre 1954 et 1975, les exploitations agricoles ont perdu un peu plus de la moitié de leurs travailleurs (55 %) dans la région considérée. Les pertes subies apparaissent considérables en Bas-Dauphiné, surtout dans la partie orientale où ce sont pratiquement deux agriculteurs sur trois qui ont disparu. La Dombes est également sévèrement touchée, tandis que les campagnes à l’ouest du sillon Saône-Rhône résistent mieux, surtout le vignoble beaujolais qui semble bien conserver ses hommes.

Figure 40. Actifs non agricoles dans la population active en 1975
Sources : RGP 1975

185Dans le même temps, la part des actifs non agricoles s’est accrue dans de très fortes proportions. Mais l’établissement d’un bilan chiffré se heurte aux modifications intervenues dans les limites des agglomérations urbaines multicommunales. À cela s’ajoutent les difficultés bien connues pour appréhender la place de la population féminine active dans l’agriculture. Aussi avons-nous jugé opportun de nous en tenir à l’analyse de l’évolution de la population active masculine, et ce dans le cadre spatial des communes statistiquement rurales en 1954 (tableau no 7). La progression remarquable du nombre d’actifs non agricoles (+ 81,7 %) contraste singulièrement avec le recul généralisé des travailleurs de la terre (55,9 %).

Tableau no 7. Variations de la population active masculine 1954-1975

Tableau no 7. Variations de la population active masculine 1954-1975

(Calculs effectués à espace constant pour les deux années considérées dans le cadre des communes statistiquement rurales en 1954).
Sources : RGP 1954 et 1975

186Si l’influence de l’agglomération lyonnaise paraît déterminante dans la diversification des structures socio-professionnelles du monde rural régional, il faut également prendre en considération le dynamisme inégal des pôles d’emploi secondaires et l’essoufflement de certaines industries implantées en milieu rural, mal relayées par de nouvelles activités. Ainsi l’appauvrissement du tissu industriel du Haut-Beaujolais se traduit par un recul du nombre d’actifs non agricoles dans les communes du nord-ouest à tradition textile (fig. 41). Les facilités de circulation, soulignées par la disposition du réseau urbain, jouent un rôle de premier plan dans la distribution des emplois non agricoles. À cet égard, le contraste est accusé entre une zone de croissance correspondant au grand couloir de circulation de la Saône et du Rhône, prolongé vers l’est par l’axe bas-dauphinois Lyon-Chambéry, et des espaces déprimés ou à faible progression coïncidant avec les massifs montagneux, d’accès malaisé, de la bordure orientale du Massif central.

Figure 41. Bilan de l’évolution du nombre d’actifs non agricoles de 1954 à 1975
Sources : REG 1954 et 1975

187Somme toute, les structures de la population rurale sont conditionnées par deux mouvements contraires : recul généralisé des agriculteurs d’une part, montée des non-agriculteurs d’autre part. Mais si la tendance générale est à une diversification des structures socio-professionnelles, les rythmes d’évolution restent très inégaux dans l’espace.

188Au total, il faut surtout retenir les multiples contrastes qui surgissent au sein des campagnes lyonnaises. Contrastes dans les structures démographiques entre des espaces menacés de dévitalisation et d’autres en voie de rajeunissement. Contrastes dans les structures foncières entre des ensembles dominés par la grande propriété et des pays où la distribution du sol introduit une solide démocratie de petits propriétaires exploitants. Contrastes dans les systèmes d’utilisation agricole du sol entre des régions de polyculture à dominante d’élevage et des terroirs à forte spécialisation. Contrastes enfin dans les activités entre des pays à forte proportion de non-agriculteurs et d’autres plus monolithiquement agricoles.

Notes

1 Sont considérées comme rurales les communes ayant moins de 2 000 habitants agglomérés et ne faisant pas partie d’une agglomération urbaine multicommunale.

2 La superficie des étangs de la Dombes est de l’ordre de 12 000 hectares. Les recensements de l’agriculture intègrent dans la SAU les seuls étangs en culture au moment du passage de l’enquêteur. Or, la réalité est mouvante, car les propriétaires abandonnent depuis quelques années le vieux système d’assolement triennal pour des formules plus souples faisant alterner irrégulièrement dans le temps périodes en eau et en culture. Il en résulte de fortes variations interannuelles de la SAU dans les communes les plus riches en étangs, d’où un réel problème d’évaluation.

3 Le champ d’observation des recensements de l’agriculture diffère de celui des recensements de la population puisque sont pris en compte dans la population active agricole des individus dont la profession principale peut s’exercer hors de l’agriculture.

4 Les modifications successives des limites cantonales, en particulier dans l’Est lyonnais, rendent difficiles la comparaison des données dans le temps. En conséquence, nous avons retenu le fond cantonal de 1975 pour la réalisation de l’ensemble des cartes. Un tel choix implique de fastidieux calculs d’ajustement des données, mais facilite les comparaisons.

5 On dénombre en moyenne 46 enfants de moins de 4 ans pour 100 femmes âgées de 20 à 45 ans dans les cantons de Beaurepaire et de La Côte-Saint-André contre 41 seulement dans ceux de Pont-de-Beauvoisin, de Saint-Geoire-en-Valdaine et du Grand-Lemps.

6 Le taux théorique de remplacement est le rapport entre les agriculteurs actifs masculins de 20 à 35 ans et l’ensemble des agriculteurs actifs masculins de 50 à 65 ans (J. Renard, 1975).

7 Les modalités des anciens contrats de vigneronnage interdisaient pratiquement aux jeunes agriculteurs de s’installer s’ils n’étaient pas mariés en raison de la diversité des tâches à accomplir. En fait, sinon en droit, le mariage était donc l’une des conditions exigées pour reprendre une exploitation en vigneronnage en Beaujolais (F. de Saint-Charles, Le Mouvement social dans la région lyonnaise, t. 1, 1906 et F. Myard, 1907).

8 Communes retenues pour la constitution de l’échantillon :

  • Monts du Beaujolais : Chénelette, Grandris, Joux, Ronno, Les Sauvages.

  • Vignoble beaujolais : Chiroubles, Corcelles, Fleurie, Liergues, Saint-Julien, Saint-Lager, Salles-Arbuissonnas, Theizé.

  • Monts du lyonnais : Aveize, Duerne, Saint-André-la-Côte.

  • Plateau lyonnais et vallée de la Saône : Bessenay, Chasselay, Curis, Grézieu-la-Varenne.

  • Bas-Dauphiné : Bonnefamille, Chuzelles, Crachier, Lieudieu, Panossas, Parmilieu, Pisieu, Royas, Sainte-Blandine, Sermérieu.

  • Dombes : Ambérieux-en-Dombes, Dompierre-sur-Veyle, Saint-André-le-Bouchoux, Servas, Villars-les-Dombes.

9 La surface cadastrée considérée représente 768 327 hectares. Afin de ne pas fausser les résultats nous n’avons pas retenu pour le dépouillement 10 communes fortement urbanisées de la proche banlieue de Lyon, à savoir : Bron, Caluire, La Mulatière, Oullins, Pierre-Bénite, Saint-Fons, Sainte-Foy-lès-Lyon, Vaulx-en-Velin, Vénissieux, Villeurbanne. La superficie occupée par les biens de plus de 50 ha s’entend à l’exclusion de ceux détenus par l’État, les départements et les communes, soit 7 801 ha. Avec ceux-ci, la part de la grande propriété s’élève à 13,3 % du sol.

10 La MBS (Marge Brute Standard) pour une culture donnée correspond à la différence entre le produit brut et les charges opérationnelles. Elle est mesurée en unités de compte européennes 1973. La somme des marges brutes correspondant aux différents ateliers d’une exploitation permet de mesurer sa dimension économique. Les exploitations sont regroupées par canton en 8 classes : moins de 2 000 UCE, 2 000 à 4 000, 4 000 à 8 000, 8 000 à 16 000, 16 000 à 40 000, 40 000 et plus. Pour plus de précisions sur la notion de MBS se reporter à Cahiers de Statistique Agricole, La nouvelle classification communautaire des exploitations agricoles, 1978, no 40, 36 p.

11 Dans le canton de Chatillon-sur-Chalaronne, par exemple, la répartition est de 59-12-29 pour la commune de Sandrans et de 72-21-7 pour celle de Mézériat.

12 La commune de Saint-Lager compte 729 parcelles pour 502 ha de vigne ; celle de Cogny 875 pour 215 ha.

13 L’étude des écarts qui séparent les courbes d’accumulation à la verticale d’un nombre de types donné permet d’apprécier la perte d’information consécutive aux regroupements successifs par le biais de la quantité de déplacement mise en jeu. À un coefficient de proportionnalité près, la quantité de déplacement est égale à l’augmentation de la variance résiduelle à la suite d’un regroupement. Un décrochement marqué dans un faisceau de courbes d’accumulation correspondant à T types sera donc l’indice d’un nombre de types vrais égal à T + 1. Dans le cas qui nous occupe, le décrochement s’opère sur 9 types et conduit donc à retenir une partition en 10 types.

14 La méthode de convergence s’applique à la partition déjà réalisée en 10 types. Il s’agit de vérifier que tous les individus de l’échantillon considéré, en l’occurrence les 694 communes, sont bien affectés au type le plus approprié. En effet, il peut parfois arriver en fin d’algorithme qu’un individu affecté à un type soit plus proche d’un autre. La convergence vient donc en complément de l’accumulation et vise à stabiliser les types obtenus par le reclassement de quelques individus mal positionnés dans la partition initiale.

15 Gorescki-Leroy (G.), La pluriactivité des agriculteurs, Statistique Agricole, Série S, 1980.

16 Le RGA ne prend en compte qu’une seule activité extérieure qu’elle soit à titre principal ou secondaire. Dans le cas d’activités extérieures multiples, il est demandé à la personne interrogée de déclarer celle qu’elle considère comme principale.

17 La procédure OGAF a été instituée par le décret du 8 janvier 1970. Elle a pour objectifs d’améliorer les structures foncières et l’organisation des exploitations agricoles dans les zones où les interventions classiques de la politique d’aménagement des structures s’avèrent notoirement insuffisantes. La première OGAF de la région Rhône-Alpes a été lancée en 1975 dans les monts du Lyonnais (10 communes du secteur de Saint-Martin-en-Haut). Une seconde opération s’est mise en place, en 1981, dans le canton de Saint-Laurent-de-Chamousset et une troisième, en 1986, dans celui de Chazelles-sur-Lyon. Ce type de procédure s’est également appliqué à partir de 1976 aux monts du Beaujolais où une première OGAF a été instituée au bénéfice des cantons de Lamure-sur-Azergues et de Monsols.

18 Les bouchers contrôlent près d’un millier d’hectares dans les monts du Lyonnais et du Beaujolais sans compter les locations déguisées sous la forme de ventes d’herbe.

Notes de fin

1 À l’exclusion des biens des communes et de l’État

Table des illustrations

Légende Figure 13. Densité de la population en 1962Sources : RGP 1962
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Légende Figure 14. Densité des ménages d’agriculteurs en 1962Sources : matrices cadastrales 1963, RGP 1962
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Figure 15. Densité de la population en 1982
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Figure 16. La densité des ménages d’agriculteurs en 1980Sources : RGA 1980
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Figure 17. Indice de potentiel démographique en 1962Sources : RGP 1962
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Figure 18. Les types de profils démographiques
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Figure 19. Types de profils démographiques 1962-1975Sources : RGP (ensemble des communes rurales de chaque canton)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Figure 19. Types de profils démographiques 1962-1975Sources : RGP (ensemble des communes rurales de chaque canton)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Figure 20. Propriétés de plus de 50 haSources : matrices cadastrales 1974-1975
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Figure 21. Part de la petite et de la très petite propriété en 1975Sources : matrices cadastrales
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Figure 22. Propriétés de moins de 10 ha en 1974-1975Sources : matrices cadastrales 1974-1975
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Figure 23. Structure de la propriété en 1974-1975Sources : matrices cadastrales 1974-1975
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Figure 24. Part du faire-valoir dans la SAUSources : RGA 1980
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Tableau no 3. Structures des exploitations agricoles
Légende Sources : RGA 1955 et 1980
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Figure 25 A. Les types de répartition des exploitations agricoles en 1980 en % du nombreDiagramme triangulaire de classificationSources : RGA 1980
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Figure 25 B. Les types de répartition des exploitations agricoles en 1980 en % du nombreReprésentation cantonale
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Figure 26 A. Les types de répartitions des exploitations agricoles en 1980 en % de la SAUDiagramme triangulaire de classificationSources : RGA 1980
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Figure 26 B. Les types de répartition des exploitations agricoles en 1980 en % de la SAUReprésentation cantonale
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Figure 27. Taille des exploitations agricoles (+ 1 ha) en 1980Sources : RGA 1980
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Figure 28. Le métayage viticole en Beaujolais en 1990Sources : INAO
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Figure 29. Les appellations beaujolaises
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Figure 30. Structure des exploitations et des propriétésSources : RGA 1980, matrices cadastrales
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Figure 31. Les types d’utilisation du sol en 1955Sources : RGA 1955
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Figure 32. Les types d’utilisation du sol en 1980Sources : RGA 1980
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Tableau no 4. Les types d’utilisation du sol Matrice d’évolution 1955-1980
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Figure 33. Proportion d’exploitation à plein temps avec MBS > 8 000 UCESources : RGA 1980
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Figure 34. Exploitants travaillant à temps plein sur leur exploitation en 1980
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Figure 35. Exploitants retraités en 1980
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Figure 36. Agriculteurs doubles actifs en 1980(activité extérieure à titre principale ou secondaire)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Figure 37. Chefs d’exploitation doubles actifs(activité extérieure principale)Sources : RGA 1980
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Tableau no 6. Structure des exploitations avec activité extérieure dans le département du Rhône en 1980
Légende Source : RGA 1980
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Figure 38 A. Les types sociaux d’agriculteurs doubles actifs en 1980Diagramme triangulaire de répartitionRépartition en % des catégories sociales de la double activité au niveau cantonal Sources : RGA 1980
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Figure 38 B. Les types sociaux d’agriculteurs doubles actifs en 1980Répartition par cantonSources : RGA 1980
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Figure 39. Actifs non agricoles dans la population active en 1954Sources : RGP 1954
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Figure 40. Actifs non agricoles dans la population active en 1975Sources : RGP 1975
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Tableau no 7. Variations de la population active masculine 1954-1975
Légende (Calculs effectués à espace constant pour les deux années considérées dans le cadre des communes statistiquement rurales en 1954).Sources : RGP 1954 et 1975
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Figure 41. Bilan de l’évolution du nombre d’actifs non agricoles de 1954 à 1975Sources : REG 1954 et 1975
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16794/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 310k

© Presses universitaires de Lyon, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site