Version classiqueVersion mobile

Lyon et ses campagnes

 | 
Richard Sceau

Première Partie. Une terre ingrate chargée d'hommes

Chapitre I. Une nature peu prodigue

Texte intégral

1Aux XVIIIe et XIXe siècles, les récriminations abondent sur la pauvreté des sols qui n’autorisent que de maigres récoltes, de surcroît régulièrement ruinées par les excès d’un climat fantasque. J.-L. Alléon-Dulac (1765) déplorait les dégâts occasionnés aux sols dénudés du Beaujolais par les eaux de ruissellement qui font souvent le désespoir des agriculteurs en emportant les terres supérieures dans les prés de fond de vallée, « de sorte que l’on n’a plus ni grains ni fourrages et qu’au lieu de quelques récoltes à faire, il ne reste qu’un pré à nettoyer et une roche à recouvrir de terre ». De même, les cahiers de révision des feux des communautés dauphinoises fourmillent de plaintes à l’égard de l’infertilité des terroirs et sur la faiblesse des récoltes (J. Imbert, 1947). Certes la fiscalité conduisait à noircir le tableau à l’excès, mais l’appellation populaire de Terres Froides n’est pas sans évoquer, sinon des sols naturellement ingrats, du moins l’âpreté du climat. « Le phénomène de montagne, agrairement parlant, ainsi que le note J. Champier (1955), est déjà sensible dans le cœur du Bas-Dauphiné ». Les descriptions anciennes des Terres Froides restent cependant très en deçà de celles de la Dombes, pays singulièrement déshérité, si l’on en juge par le constat affligeant que dresse le comte Bossi dans sa Statistique du département de l’Ain au début du XIXe siècle.

2À l’inverse, les louanges sont rares, exception faite de la petite plaine d’Ampuis, régulièrement mentionnée pour l’opulence de ses cultures et la qualité de ses vins (N. Cochard, 1812), et des coteaux du Beaujolais au voisinage de Villefranche où la vigne est devenue au XVIIIe siècle la grande richesse et la principale ressource d’une quarantaine de paroisses (Brisson, 1770).

3Dans la première moitié du XIXe siècle, les obstacles qu’oppose la nature aux entreprises humaines constituent une constante dans les écrits consacrés à l’agriculture. Le préfet Verninac (an IX) constatait qu’il est « peu de départements où le cultivateur achète par autant de soins et de peine les produits de la nature que dans le Rhône. Sa constance et son activité semblent s’être accrues en proportion de l’ingratitude presque générale du sol sur lequel elles s’exercent ».

4Toutefois, les appréciations que l’on peut porter sur la qualité des terroirs varient dans le temps. Dans les époques anciennes où il n’y avait ni engrais ni amendements, certains inconvénients tenant à la nature des sols étaient plus fortement ressentis que l’obstacle de la pente que l’on pouvait surmonter à force de travail. Il n’en va pas de même dans le cadre d’une agriculture mécanisée, insérée dans une économie de marché. Les qualificatifs attachés à la notion de pays ne sont pas immuables, mais se modifient au fil du temps en fonction de l’état d’avancement des techniques : « un classement des pays ne peut être fait que pour une époque donnée ; il est toujours sujet à révision » (J. Dufour, 1981).

I – Un relief incommode

5La région lyonnaise prend place au contact de deux divisions fondamentales du sol français : la France hercynienne et la France alpine. Procédant de l’une et de l’autre, elle associe des ensembles physiques très différents.

A. Un univers de hautes terres à l’ouest

6Les sommets de la bordure orientale du Massif central ne dépassent guère 1 000 mètres d’altitude (fig. 1), mais leurs formes trapues donnent l’impression d’une barrière massive étirée sur près de 90 kilomètres, depuis les confins du Mâconnais au nord jusqu’au massif du Pilat au sud. L’histoire géologique et la nature du substratum cristallin confèrent aux paysages une incontestable unité. Par suite de la puissante dissection opérée depuis l’ère tertiaire par le réseau hydrographique dans la masse résistante du socle fortement relevée sur sa bordure orientale, les hautes surfaces sommitales pénéplanées, rongées par l’érosion verticale des cours d’eau sont plus restreintes que dans le reste du Massif central. Elles se réduisent le plus souvent à un moutonnement de croupes séparées par de profondes vallées au profil transversal caractéristique, étroites au fond, évasées vers le haut en amples versants convexes qui se rejoignent en interfluves arrondis. Mais au-delà de cet air de famille, chaque massif affirme sa personnalité grâce à l’agencement du réseau hydrographique et à l’ampleur des dénivellations.

1. Hautes surfaces et profondes vallées dans les monts du Beaujolais

7Les monts du Beaujolais occupent l’emplacement d’un synclinal dévono-dinantien où une puissante série éruptive à dominante de tufs plus ou moins imprégnés de laves a recouvert tantôt des schistes, tantôt des formations détritiques grésopélitiques, très accessoirement calcaires. La crête topographique a été reportée à l’ouest de l’anticlinal hercynien formé de granite porphyroïde, dont l’érosion n’a laissé subsister qu’un alignement de basses collines, à moins de 500 mètres d’altitude, correspondant à la côte viticole entre Chenas et Arbuissonnas. Les hautes surfaces sont liées aux phénomènes éruptifs, mais alors que la masse de la montagne est surtout formée de tufs, les sommets sont presque tous constitués de filons de microgranite ou de coulées de rhyolite. « Dans la formation du modelé beaujolais, les tufs, comme les granites, jouent le rôle de roches tendres. Ce sont eux qui forment les plateaux, les cols, les vallées » (P. Privat-Deschanel, 1901, a). Si la direction méridienne de la tectonique tertiaire s’impose dans les principaux alignements, la complication et l’incertitude des lignes directrices du relief sont extrêmes (P. Privat-Deschanel, 1901, b).

Figure 1. Relief, hydrographie

8C’est au nord que la masse montagneuse atteint son plus grand développement et ses plus fortes altitudes. Le massif du Saint-Rigaud se présente comme un bastion de hautes terres, dont les sommets sont disposés en amphithéâtre au-dessus du plateau de Poule-les-Écharmeaux : roche d’Ajoux (970 m) au sud-ouest, mont Saint-Rigaud (1 009 m) au nord et mont Tourvéon (935 m) au sud-est. Les cours d’eau, qui dégringolent vers la Loire (Sornin, Reins, Trambouze) et la Saône (Grosne, Ardières, Azergues), ont vigoureusement attaqué la masse montagneuse, la découpant en un massif étoilé d’où de puissants contreforts divergent dans toutes les directions.

9La direction méridienne s’affirme au sud du col des Écharmeaux où la partie centrale du massif est entaillée par l’Azergues, le Reins et la Trambouze. Ces cours d’eau s’encaissent profondément dans la masse montagneuse, surtout l’Azergues dont la vallée se réduit à un étroit sillon dominé par des replats fragmentés en serres par les ravins qui descendent des sommets avoisinants. Il en résulte une série d’alignements élevés de direction nord-sud, constitués par un assemblage de chaînons s’articulant les uns sur les autres, dont le plus remarquable par la régularité de sa ligne de crêtes, à plus de 800 mètres d’altitude, est la chaîne des Mollières qui dresse une cloison particulièrement étanche entre les vallées de l’Azergues et du Reins.

10Au sud de l’étranglement du col des Sauvages, les monts de Tarare constituent un dernier réduit de hautes terres burinées par les affluents de la Turdine et du Torranchin, d’où émergent mal des sommets aux formes lourdes comme le signal de Boussuivre (999 m). Les directions hercyniennes l’emportent ici sur les directions méridiennes, ce qui explique que J. Gallois (1894) ait jugé bon de rattacher cet ensemble hybride aux monts du Lyonnais.

11Dans la montagne beaujolaise, l’opposition entre les formes adoucies des parties sommitales et les puissantes entailles du réseau hydrographique est une constante du relief. Si la pente se révèle aujourd’hui un redoutable obstacle aux activités humaines, il ne faut pas oublier les possibilités qu’elle créait dans le cadre de l’économie ancienne en raison de la force motrice des nombreux cours d’eau dévalant la montagne. Un mémoire présenté en 1853 devant la Société d’Agriculture de Lyon faisait état de 45 moulins et scieries fonctionnant à l’aide de petites retenues d’eau le long de l’Azergues en aval de Poule-les-Écharmeaux et utilisant une hauteur de chute cumulée de 131 mètres (Gros, 1853). Les passages les plus aisés pour les relations transversales s’établissent aux deux extrémités. Celui du nord est emprunté par l’ancienne route des vins du Beaujolais vers la capitale qui se hisse difficilement par la vallée de l’Ardières vers le col des Écharmeaux (728 m) et de là plonge sur Chauffailles et la Loire. Celui du sud, le plus important, a mis à profit l’étranglement du col des Sauvages (725 m) entre les bassins de la Turdine et du Reins avant d’adopter, au milieu du siècle dernier, un tracé un peu plus méridional aux rampes moins rudes par le Pin Bouchain.

2. De bosses en creux dans les monts du Lyonnais

12Formés d’une série de chaînons bien individualisés par la disposition du réseau hydrographique d’orientation sud-ouest-nord-est conformément aux directions hercyniennes des plissements, les monts du Lyonnais dessinent un quadrilatère d’une quarantaine de kilomètres de côté entre la vallée de la Turdine au nord et le couloir du Gier au sud.

13Du crêt des Ignareux, au sud-ouest, au signal de Mercruy, au nord-est, court une ligne de crête continue, formée par la chaîne de Riverie que prolonge, au-delà de l’ensellement de Saint-Martin-en-Haut, la chaîne d’Yzeron. C’est là une véritable barrière montagneuse dont l’altitude se maintient aux environs de 850-900 mètres (934 m au signal de Saint-André-la-Côte). Le rebord de la montagne au-dessus du plateau lyonnais est profondément incisé par le réseau hydrographique : les vallées du Bozançon, du Garon et de l’Yzeron se réduisent à des entailles étroites, dominées par les serres des hauts versants.

14À l’intérieur de la montagne, les paysages changent d’aspect : de lourdes croupes sommitales déroulent leurs horizons tranquilles vers la plaine du Forez. Les altitudes sont moins élevées et les sommets moins vigoureux que dans le Haut-Beaujolais : les hautes surfaces, rongées par l’érosion, laissent place à un moutonnement de croupes juxtaposées au milieu desquelles s’ouvre le large bassin en forme de conque drainé par la Coise et ses affluents.

15Au nord-ouest, le passage à la vallée de la Brévenne s’effectue par un versant escarpé. La série de la Brévenne est moins métamorphisée que celle du Lyonnais sur laquelle elle repose en discordance (J. Peterlongo, 1960). Si le faciès des schistes verts est largement représenté, il n’est pas pour autant exclusif. La Brévenne, depuis le seuil de Viricelles jusqu’à son confluent avec l’Azergues, inscrit son cours dans un ensemble de roches très variées, d’où l’alternance de petits bassins, comme celui de Sainte-Foy-l’Argentière déblayé dans les formations schisteuses et gréseuses tendres du Carbonifère, et de défilés, comme celui de Brussieu taillé dans un banc résistant de leptynites. Du fait de l’obstacle représenté par la masse montagneuse, les voies de communication vers la Loire ont emprunté les passages des extrémités, mais la voie de la Brévenne, au nord, est loin d’avoir l’importance de celle du Gier, au sud.

16Au-delà de la vallée de la Brévenne, la chaîne du Pélerat constitue un dernier bastion de hautes terres. Il s’agit d’un enchevêtrement de sommets aux formes lourdes, culminant à 860 mètres, qui s’enlèvent au-dessus du plateau granitique de Saint-Laurent-de-Chamousset.

B. Un monde composite de plaines et de plateaux à l’est

17Les plaines et les plateaux de la partie orientale se rattachent au grand couloir de la Saône et du Rhône, où se sont accumulés les débris charriés par les torrents et les glaciers tertiaires et quaternaires.

1. Plaine et coteaux du val de Saône

18De la vallée de la Mauvaise, aux confins du Beaujolais et du Mâconnais, à celle du Nizerand, à la hauteur de Villefranche, le passage s’effectue de façon très progressive entre le raide escarpement, taillé dans les roches compactes et dures du complexe épimétamorphique, donnant accès aux parties sommitales du Haut-Beaujolais, et le fond plat bordé de terrasses alluviales de la vallée de la Saône. C’est la terre d’élection du vignoble qui s’inscrit au flanc, incurvé vers l’ouest, de la montagne que les affluents de la Saône découpent en croupes allongées aux versants convexes. Le modelé s’est développé aux dépens de roches anciennes au sein desquelles le rôle le plus important revient au granite porphyroïde des massifs de Fleurie et d’Odenas. À la base de cet ensemble de collines aux formes douces constituant la côte beaujolaise, un large glacis d’alluvions anciennes plus ou moins remaniées au Quaternaire par des écoulements torrentiels, d’où émerge la butte arrondie du mont Brouilly formée de roches éruptives, s’incline en pente douce vers la Saône.

19Au niveau de Villefranche, la masse montagneuse s’éloigne vers l’ouest, laissant place au Bas-Beaujolais sédimentaire, composé de coteaux calcaires, assemblés les uns autour de la vallée de l’Azergues, les autres autour de la dépression d’Alix-Frontenas.

20Alors que le géographe utilise la dénomination de Haut-Beaujolais pour la montagne et celle de Bas-Beaujolais pour la zone de contact entre la Saône et la barrière montagneuse où s’inscrit le vignoble, le vigneron a une autre conception des choses. Pour lui, le Haut-Beaujolais s’identifie à la côte cristalline au nord de Villefranche, terre d’élection des meilleurs crus, et le Bas-Beaujolais aux terroirs argilo-calcaires du sud aux vins plus communs.

2. Le plateau lyonnais

21Les monts du Lyonnais s’abaissent vers la vallée du Rhône par l’intermédiaire d’un vaste plan incliné d’une dizaine de kilomètres de largeur, dont l’altitude passe de 400-450 mètres au pied de la montagne à 300 mètres environ à l’ouest de l’agglomération lyonnaise.

22Dans la partie occidentale, le façonnement en glacis est assez bien réalisé. Cependant, le contact avec les monts du Lyonnais introduit des différences notables. Au sud-ouest, les hautes terres s’enlèvent brusquement d’un seul jet à plus de 300 mètres au-dessus du plateau dans le secteur de Saint-André-la-Côte. Au centre, les rivières, qui s’échappent de la montagne, assurent entre Rontalon et Vaugneray une transition progressive par un univers complexe de « balmes » et de « combes ». Au nord-est enfin, le raccordement à la chaîne d’Yzeron s’effectue insensiblement par un système de plans inclinés qui se recoupent les uns les autres selon des angles très faibles.

23Dans la partie orientale, les choses se compliquent car le socle granito-gneissique disparaît sous des épandages de cailloutis plio-villafranchiens plus ou moins sculptés en terrasses au voisinage de la longue dépression composite qui court de Vaise à Givors et qu’empruntent successivement l’Yzeron et le Garon. Au-delà, une dernière ligne de hauteurs tapissées de dépôts glaciaires s’étire, à près de 300 mètres d’altitude, parallèlement à la vallée actuelle du Rhône, entre Fourvière, au nord, et Millery, au sud. L’évolution morphologique de la bordure orientale du plateau lyonnais, profondément perturbée par l’invasion des glaciers quaternaires dont les dépôts de moraines frontales se retrouvent à l’ouest du Rhône, s’avère d’une grande complexité (P. Mandier, 1981).

24Enfin, au nord de Lyon, le petit massif calcaire du Mont d’Or domine le socle de ses curieux sommets triangulaires en forme de proue. Les formes dissymétriques du relief ne sont pas sans évoquer les traits du Bas-Beaujolais, dont le sépare la petite plaine des Chères remblayée par les alluvions de l’Azergues. Il s’agit d’un morceau de couverture sédimentaire d’âge secondaire fortement relevé par les mouvements tectoniques de la fin du Tertiaire (A. Perrin, 1927). L’alternance de couches de résistance inégale a permis le dégagement de cuestas qui s’élèvent à plus de 600 mètres d’altitude face au couchant (Mont Verdun 625 m). À l’est, le revers des plateaux est tranché brutalement par la Saône, laquelle, semée d’îles, coule dans un étroit défilé peu commode pour la circulation.

25Alors que H. Baulig (1928) considérait le plateau lyonnais comme un simple élément dénivelé de la surface éogène du Plateau central, J. Pelletier (1964), sans réfuter l’origine tectonique de la bordure orientale des monts du Lyonnais au-dessus de la vallée du Rhône, émet l’hypothèse d’une surface d’érosion plus récente de style pédiment qui se serait développée aux dépens du rebord de la montagne au Miocène, voire au Pliocène. Si les problèmes suscités par la fréquence des pentes fortes sont ici moins omniprésents que dans les hautes terres de l’ouest, ils ne disparaissent pas pour autant, tant s’en faut. La large place occupée par les coteaux en pente accentuée est en effet l’un des traits essentiels de la topographie des contreforts rhodaniens.

3. Le plateau de Dombes

26La Dombes correspond à la partie terminale du large couloir que parcourt la Saône entre les bordures rectilignes du Massif central et du Jura. À la différence de la Bresse, ce n’est pas un ensemble déprimé, mais un véritable plateau qui domine par de raides côtières les vallées de la Saône, du Rhône et de l’Ain. Au nord, ses larges horizons s’effacent, de façon très progressive à la hauteur de Bourg, devant le modelé mou et confus de la plaine bressane.

27L’uniformité apparente du plateau dissimule en fait une surprenante variété dans le détail. Le modelé porte l’empreinte des glaciers quaternaires, lesquels se sont largement étalés à l’extrémité méridionale de la vaste « cuvette burgundo-bressane » (F. Delafond, C. Depéret, 1893). Cette dernière coïncide avec un bassin d’effondrement établi en deux temps par les mouvements tectoniques de l’Oligocène et du Pliocène (A. Journaux, 1956). Après une phase de sédimentation lacustre fine, la Dombes a été progressivement envahie par un faciès sableux et caillouteux avant d’être ensevelie sous « un déluge de cailloutis » (M. Pelletier, 1946) apportés par un ancêtre du Rhône débouchant à la hauteur de Lagnieu, où un vaste cône de déjection s’est édifié. Si les alluvions plio-villafranchiennes, à base de quartzites alpins, se discernent au flanc des côtières, elles sont presque entièrement masquées à la surface du plateau par les formations morainiques déposées au Quaternaire par les glaciers rissiens, elles-mêmes partiellement cachées par des dépôts lœssiques pouvant atteindre localement plusieurs mètres d’épaisseur au voisinage des côtières. Ce lœss, probablement würmien, cède place à un lehm blanchâtre, imperméable et siliceux, vers l’intérieur du plateau. Les moraines ou fragments de moraines sont à l’origine des nombreuses buttes qui parsèment la surface du plateau, dont l’uniformité est loin d’être aussi grande qu’il y paraît à première vue. Trois ensembles s’individualisent :

  • Au sud-est, le plateau est accidenté à la fois par de multiples vallonnements et de très nombreuses buttes le plus souvent rondes ou ovoïdes et surbaissées. Ici, la moraine de fond a été modelée en drumlins, dont la disposition divergente souligne le sens d’écoulement des glaces.
  • Au sud-ouest s’ouvre une vaste dépression circulaire de plusieurs dizaines de kilomètres carrés, dont le fond est occupé par le marais des Échets, qui résulterait de la fusion tardive d’un culot de glace morte chargé de moraine, détaché du front du glacier en retrait (J. Corbel, 1953).
  • Au nord, l’aspect est plus uniforme avec de longs alignements morainiques à peine marqués, d’orientation méridienne, entre lesquels s’ouvrent de larges couloirs à fond plat. À la périphérie surgissent des buttes plus imposantes qui se présentent sous la forme de lignes de collines plus ou moins continues ; ce sont les vallums morainiques associés au stationnement prolongé des glaces lors des phases de retrait glaciaire, les mieux conservés apparaissant au nord-ouest dans le secteur Veyle-Irance, entre Chanoz-Chatenay et Bourg-en-Bresse.

28L’arc des moraines externes rissiennes se soude à la Croix-Rousse aux moraines du plateau lyonnais, puis longe la rive gauche de la Saône en contournant les plateaux villafranchiens de Trévoux et de Beauregard avant d’obliquer par une grande courbe en direction de Bourg, où commence un autre alignement qui traverse la forêt de Seillon, au sud-est de la ville, pour venir s’accoler aux moraines de Priay-Varambon et du Bugey. La complexité de l’histoire glaciaire de la Dombes en rend la restitution difficile (P. Mandier, 1981 et 1984). Nous retiendrons surtout l’influence des glaciations quaternaires dans l’élaboration du modelé dombiste dont les paysages morainiques, bien qu’estompés par rapport à ceux du Bas-Dauphiné, sont néanmoins plus variés qu’il n’y paraît à première vue.

29Entre le plateau et les contreforts jurassiens, les étendues plates et caillouteuses des terrasses de la basse vallée de l’Ain déroulent leurs horizons monotones, d’où émerge l’assemblage de collines de Saint-Maurice-de-Gourdans, dernier vestige du grand ensemble morainique construit par le glacier würmien entre Charvieu-Chavagnieu et Lagnieu. En aval du confluent de l’Ain, le Rhône coule en contrebas de la terrasse caillouteuse de la Valbonne dans une large plaine alluviale, où il développe une anastomose très ample, formée par la coalescence de chenaux sinueux comprenant des éléments actifs et des bras plus ou moins isolés et colmatés : les « lônes » et les « mortes » (J.-P. Bravard, 1982).

4. Plateaux et dépressions du Bas-Dauphiné septentrional

30Contrairement à la simplicité de la Dombes, le Bas-Dauphiné donne une impression générale de morcellement, voire de désordre. Certes des lignes directrices apparaissent dans l’agencement du relief, mais plaines et plateaux se juxtaposent sans hiérarchie (P. Veyret, 1965). Si les accumulations détritiques tertiaires font de cet avant-pays un piédestal entre les Alpes et le Rhône, les glaces et les eaux ont conjugué leur action pour façonner un modelé d’une remarquable variété.

31Le Bas-Dauphiné peut se définir comme la région « qui s’est dissociée du Haut-Dauphiné au Tertiaire » (L. Hamelin, 1952). C’est à l’Oligocène qu’il s’individualise en tant que dépression, tout comme les plaines de la Saône d’ailleurs. Au Miocène, d’épaisses couches sédimentaires détritiques issues des Alpes en voie de surrection s’y accumulent en un vaste plan incliné et forment l’ossature du pays. La masse des dépôts d’une épaisseur considérable est constituée surtout par des grès quartzeux à ciment calcaire du type mollasse, plus localement par des poudingues. Après une phase active d’alluvionnement continental au début du Pliocène, dont les vestiges subsistent sous la forme de cailloutis et de glaises au sommet des plateaux de Bonnevaux et de Chambaran, le Bas-Dauphiné a été affecté par des mouvements tectoniques qui soulèvent sa partie orientale, favorisant ainsi le travail de creusement du réseau hydrographique dans un ensemble de matériaux hétérogènes assez peu résistants. C’est donc un relief déjà profondément entamé que rencontrent les glaciers du Rhône et de l’Isère lorsqu’ils s’étalent au Quaternaire sur le piedmont dauphinois (Y. Bravard, 1963).

a) Les plateaux

32Au nord du couloir de Bièvre-Valloire, un vaste ensemble de hautes terres envahit tout l’espace compris entre les vallées du Guiers à l’est et du Rhône à l’ouest. Le soubassement mollassique a été vigoureusement sculpté par les eaux et les glaces en un mélange confus de mamelons et de cuvettes dont l’altitude s’abaisse de 900 mètres, à l’est, aux alentours de 400 mètres, à l’ouest. Nous sommes ici dans l’univers des Terres Froides, au climat déjà teinté d’influences montagnardes, et de leur prolongement vers le sud-ouest, le plateau de Bonnevaux, « réplique amoindrie du Chambaran » (P. Méjean, 1951). L’empreinte des glaciers, toujours omniprésente, conditionne les traits du modelé actuel, mais des différences notables se dessinent entre les parties orientale et occidentale.

33Les Terres Froides de l’Est se tiennent au-dessus de 600 mètres d’altitude, dépassant même 700 mètres dans le secteur compris entre la vallée du Guiers et la cuvette lacustre de Paladru. La panoplie des formes glaciaires est particulièrement riche : amphithéâtres de hauteurs morainiques bien conservés à l’amont des vallées, lac d’ombilic glaciaire de Paladru, vallées en auge, aux versants entaillés de replats, profondément enfoncées dans l’ossature des plateaux. Les principaux cours d’eau ont un tracé grossièrement parallèle, sud-ouest-nord-est, mais les uns écoulent leurs eaux vers le nord, tandis que les autres les dirigent vers l’Isère à travers l’amphithéâtre morainique du seuil de Rives. Bien que de longueur médiocre, les rivières locales, favorisées par leurs pentes fortes et leur alimentation pluviale d’avant-pays, ont fourni une force motrice avantageuse aux tissages mécaniques qui se sont établis sur leurs berges dans la seconde moitié du XIXe siècle.

34À l’ouest de la haute vallée de la Bourbre, la physionomie des Terres Froides change : les altitudes sommitales tombent en dessous de 500 mètres tandis que les formes s’amollissent et que l’on passe à un enchevêtrement confus de croupes et de vallons. Les paysages morainiques bosselés et chaotiques des interfluves offrent de vigoureux contrastes avec les larges couloirs alluviaux qu’empruntent vers l’ouest la Sévenne, la Véga, la Gervonde et l’Ambalon. Aux environs de Vienne, les rivières scient de véritables gorges de raccordement dans les bosses granitiques des Balmes viennoises pour rejoindre le Rhône.

35Au sud-ouest, les Terres Froides s’accolent au plateau de Bonnevaux, dont la haute surface légèrement vallonnée s’abaisse régulièrement d’est en ouest, de 600 à 400 mètres, en même temps qu’elle s’élargit en un vaste triangle à base tournée vers le Rhône. Son relief est compartimenté par une alternance de lanières de plateaux et de vallées profondément incisées. Les parties sommitales sont couronnées par une formation grossière de galets siliceux, emballés dans une matrice argileuse épaisse analogue à la « glaise » du Chambaran, à l’origine de terres ingrates où l’emportent de maigres boisements parsemés d’étangs. Protégé de l’attaque glaciaire par sa position haute, le plateau de Bonnevaux constitue une bonne illustration de la surface villafranchienne du Bas-Dauphiné.

  • 1 C’est Aymar du Rival qui semble avoir été à l’origine de cette dénomination au XVIe siècle (Descri (...)

36À l’écart de la dorsale des Terres Froides dont le sépare la large dépression marécageuse des Ventes, le plateau de Crémieu forme un dernier bastion élevé en direction du nord. L’Île Crémieu, comme on appelle souvent ce morceau de Jura égaré dans les mollasses du Bas-Dauphiné1, se présente sous la forme d’une table de calcaire jurassique grossièrement triangulaire, basculée en direction du sud-est. Les altitudes les plus fortes, supérieures à 400 mètres, se localisent au voisinage du rebord nord-ouest qui domine, par un escarpement de faille de 200 mètres de dénivelé, les larges espaces plans de la plaine lyonnaise. De là, la surface du plateau s’abaisse graduellement par de larges ondulations vers le sud-est où l’altitude tombe à moins de 300 mètres. Des ébauches de cuesta sculptées dans le calcaire rauracien apparaissent au centre, en bordure des petits bassins de Charette et d’Optevoz excavés dans les formations plus tendres de l’Oxfordien.

  • 2 La partie supérieure du calcaire bathonien de l’île Crémieu prend le faciès « choin ». De couleur (...)

37Si les paysages végétaux des calcaires préfigurent ceux du Jura, les étangs qui parsèment les dépressions tapissées de placages morainiques du plateau sont encore dauphinois. À l’est, où le travail des glaces a introduit une profonde coupure entre le plateau et le Jura, les rapides de Sault-Brénaz suscitaient une grande crainte parmi les équipages des « rigues » et des « savoyardes » larges barques à fond plat par lesquelles les bois du Jura et le « choin2 » de l’île Crémieu descendaient le Rhône jusqu’à Lyon avant l’arrivée du chemin de fer.

b) Les plaines et les vallées

38Elles s’ordonnent en deux grands ensembles de part et d’autre de la dorsale des Terres Froides, l’un au nord formé des Basses Terres et de la plaine lyonnaise, l’autre au sud constitué de la Bièvre et de la Valloire.

— Les Basses Terres et la plaine lyonnaise

39Les Basses Terres correspondent à la longue dépression qui s’étire en arc de cercle sur une quarantaine de kilomètres entre Romagnieu, à l’est, et L’Isle-d’Abeau, à l’ouest. Cette dépression, rétrécie et morcelée par des lignes de hauteurs dans sa partie centrale lorsqu’elle s’insinue difficilement entre les dépôts mollassiques des Terres Froides et les calcaires de l’île Crémieu, s’élargit à l’ouest dans la plaine des Vemes plus connue sous le nom de marais de Bourgoin, et à l’est dans le marais de Morestel. La tectonique semble avoir joué un rôle déterminant dans sa formation en abaissant ce compartiment par rapport aux Terres Froides, fournissant ainsi « les lignes directrices que vont utiliser l’érosion normale et l’érosion glaciaire pour accomplir le travail de creusement » (R. Forat, 1954).

40La dépression de Morestel à Romagnieu correspond de toute évidence à un ombilic de surcreusement dans une zone structurellement déprimée où se sont accumulées les glaces au sortir du Jura. Les phénomènes de remblaiement post-würmiens par les eaux du Rhône et du Guiers sont bien visibles dans cette plaine humide et non encore achevée (J. Pelletier, 1982).

41Au nord de Morestel, le calcaire de l’île Crémieu s’enfonce progressivement sous la mollasse et n’est jamais très éloigné de la surface ; il réapparaît localement sous la forme de petites buttes isolées au milieu d’un fouillis de dépressions empâtées d’alluvions glaciaires et fluvio-glaciaires. La disposition structurale conditionne le passage vers l’ouest dans le secteur de Sermérieu, fragmenté en une série de couloirs parallèles, dérivés d’anciens chenaux glaciaires aménagés par les eaux de fonte et séparés par des alignements de coteaux façonnés dans la mollasse et le calcaire sous-jacent.

42Au-delà du seuil de Sermérieu, la vallée des Vemes s’élargit en une vaste plaine humide dans une zone où le creusement s’est trouvé facilité par la convergence glaciaire et l’épaisseur du soubassement mollassique. Cette dépression a été imparfaitement colmatée par des alluvions sableuses et des tourbes dont l’exploitation, commencée vers 1820 près de La Verpillière, a constitué un élément non négligeable dans l’économie du marais au siècle dernier (J.-P. Bravard, 1981).

43Les Basses Terres coïncident avec le plus vaste ensemble de marais de l’avant-pays alpin, soit 8 500 hectares environ. Cet excès d’humidité a longtemps entravé leur mise en valeur rationnelle, n’autorisant qu’un rôle d’appoint pour l’économie des coteaux environnants, cela malgré les nombreuses tentatives d’assèchement lancées depuis le XVIIIe siècle.

44À l’ouest, s’ouvrent les larges horizons de la plaine lyonnaise dont la surface caillouteuse et sèche s’inscrit dans un quadrilatère délimité par le rebord septentrional des Terres Froides, souligné par la ligne de hauteurs qui court de La Verpillière à Saint-Symphorien-d’Ozon, la vallée marécageuse de la Bourbre et le Rhône de part et d’autre de l’agglomération lyonnaise. Pour A. Cholley (1922), la plaine lyonnaise n’est qu’un assemblage de petites bièvres privées comme leur aînée « de l’artère vivifiante d’un cours d’eau par une sorte de trahison du Rhône ». Aucune rivière ne parcourt ses horizons dénudés et monotones, dont l’aridité contraste avec l’humidité des Basses Terres. La plaine est formée par un ensemble de collines morainiques anciennes aux formes adoucies entre lesquelles divergent de larges couloirs fluvio-glaciaires caillouteux se raccordant par une pente longitudinale marquée au vallum morainique würmien de la rive gauche de la Bourbre.

— Le couloir de Bièvre et Valloire

45Cette magnifique trouée naturelle entre les hauteurs de Bonnevaux et de Chambaran, à mi-chemin de Valence et de Lyon, a été peu utilisée au cours de l’histoire. Concurrencée par la voie dauphinoise de la basse Isère et par la voie lyonnaise en direction de la Savoie, elle est restée à l’écart du trafic de la vallée du Rhône à destination de la Suisse et de l’Italie.

46À l’est, la plaine de Bièvre, sèche et caillouteuse, « véritable nécropole de cailloux roulés » (G. Espinasse, 1949) que double, au nord de la lanière mollassique du Banchet, la petite plaine du Liers, est fermée à l’amont par l’amphithéâtre morainique du seuil de Rives. Le fond, encombré de cônes alluviaux et d’amas morainiques dans sa partie orientale au pied des hauteurs des Terres Froides, devient d’une remarquable uniformité vers l’aval. À l’ouest, la Valloire, aux paysages plus verdoyants en raison de la résurgence des eaux infiltrées à l’amont dans la nappe caillouteuse de la Bièvre, se caractérise par un magnifique système de terrasses formé de trois niveaux superposés, séparés par des ressauts d’une vingtaine de mètres.

47Le couloir de Bièvre-Valloire, ébauché sans doute par un tracé préglaciaire de l’Isère, est l’œuvre conjointe des glaciers du Rhône et de l’Isère qui ont mis à profit la médiocre résistance du matériel mollassique pour creuser une vallée aux dimensions d’une véritable plaine intérieure. Leurs eaux de fonte ont joué un rôle primordial dans le développement du modelé final, qu’il s’agisse de la vaste nappe de cailloutis fluvio-glaciaire de la Bièvre étalée en avant du front des glaciers würmiens ou des terrasses de la Valloire attribuées à des glaciations plus anciennes.

— La vallée du Rhône

48À partir de Lyon, le Rhône est rejeté à l’extrémité occidentale du sillon rhodanien, au pied du Massif central. La vallée se découpe en trois secteurs distincts de l’amont vers l’aval :

  • Le fleuve coule d’abord dans une large vallée déblayée dans les nappes fluvio-glaciaires de la plaine lyonnaise. Les paysages du lit majeur, où dominaient au siècle dernier de médiocres « brotteaux », ont été complètement bouleversés par les aménagements associés au développement de l’agglomération lyonnaise (J.-P. Bravard, 1987).
  • Le franchissement du socle cristallin correspond ensuite à un étroit défilé entre Chasse et Condrieu, à peine échancré par les petites plaines de Vienne et d’Ampuis.
  • La vallée se dilate enfin progressivement entre Condrieu et Sablons en une large plaine alluviale bordée par un système complexe de terrasses étagées entre le lit majeur du fleuve et les hauts niveaux de Louze et d’Amballan au pied du plateau de Bonnevaux.
  • 3 La même remarque vaut pour la plaine de la Saône qui, du fait du rejet de la rivière au pied du Ma (...)

49La position excentrée du Rhône, rejeté au contact du Massif central, souligne bien la dualité qui existe entre sa vallée et le sillon rhodanien. Cette disposition a fortement pesé sur la vie du Bas-Dauphiné septentrional, car le passage le plus commode dans le sens méridien s’est établi sur ses marges et lui est en quelque sorte étranger3.

  • 4 Rappelons qu’un tracteur agricole ordinaire peut travailler en tous sens des pentes inférieures à (...)

50Au total, il faut surtout retenir l’importance que revêt la pente dans l’organisation des terroirs (fig. 2). Alors que dans le cadre de l’agriculture ancienne aux moyens techniques limités, le travail suffisait à triompher de la déclivité, il en va tout autrement dans le contexte de l’agriculture moderne où l’homme s’efface devant la machine4. Les massifs cristallins de l’ouest sont à l’évidence les plus mal lotis, mais la fréquence des pentes supérieures à 20 % établit une distinction entre les monts du Beaujolais et les monts du Lyonnais. Par suite de la puissante dissection opérée par le réseau hydrographique dans un matériel résistant, le Haut-Beaujolais apparaît comme le pays où les contraintes liées à la pente sont les plus grandes. Le Bas-Dauphiné, où les versants des vallées qui limitent les plateaux mollassiques sont assez raides, dépassant presque toujours 20 % dans leur partie moyenne, n’échappe pas non plus à ces difficultés bien que la fréquence des pentes fortes y soit moins soutenue qu’en pays cristallin. Bref, les petites régions à faibles dénivellations sont moins bien représentées que les pays accidentés dans lesquels la pente impose sa loi à l’agriculteur.

Figue 2. Carte des pentes

51Terres hercyniennes à l’ouest, subalpines à l’est, cette dualité entre deux mondes géologiques différents se retrouve dans le site accidenté de Lyon : hauteurs cristallines de Fourvière d’un côté, formations détritiques de la plaine dauphinoise de l’autre.

II – Un climat capricieux

52Du fait de sa position déjà intérieure et de son ouverture sur la Méditerranée par l’intermédiaire de la vallée du Rhône, la région lyonnaise est un lieu d’affrontement entre des masses d’air continentales, océaniques et méditerranéennes. Cette bataille d’influences lui confère une personnalité climatique originale qui procède de toutes, mais n’est subordonnée à aucune.

A. Les traits d’ensemble

53Une étude fine du climat suppose une forte densité de postes d’observation et des séries statistiques homogènes sur des périodes relativement longues. Quatre stations du réseau de la Météorologie nationale répondent à ces exigences : Lyon-Bron, Les Sauvages, Ambérieu-en-Bugey, Mâcon-Charnay. Il existe d’autre part une cinquantaine de postes climatologiques qui offrent des données plus hétérogènes. Nous nous sommes plus spécialement appuyé sur une dizaine d’entre eux disposant de séries complètes des températures et des précipitations sur au moins vingt ans.

1. Carrefour climatique et lutte d’influences

  • 5 La répartition des grandes masses d’air pour la période 1946-1954 est la suivante : air polaire ma (...)

54Les périodes anticyclonales occupent le tiers de l’année à Lyon où elles peuvent survenir en n’importe quelle saison, encore qu’elles soient plus rares au printemps. Pendant la saison froide, elles intéressent d’abord des masses d’air continentales, l’été plus souvent des masses d’air océaniques5. Au cours de l’hiver, l’influence continentale l’emporte assez nettement ; elle conduit à l’établissement d’un régime de vents de secteur nord-nord-est et correspond à un abaissement sensible des températures. Lorsque les hautes pressions continentales sont bien centrées sur la France, le temps généralement calme s’accompagne de brouillards tenaces dans les vallées du Rhône et de la Saône. Le refroidissement des basses couches de l’atmosphère par le processus de rayonnement peut susciter des phénomènes généralisés d’inversion de température dans les grandes vallées, cessant d’ordinaire en cours de journée, mais pouvant exceptionnellement se prolonger pendant plusieurs jours. Ce sont ces périodes froides qui abaissent la température minimale moyenne de Lyon-Bron à – 0°5 en janvier. Mais les situations anticyclonales se prolongent rarement très longtemps et se trouvent fréquemment interrompues par l’arrivée d’air océanique. La région est alors traversée par un flux d’air océanique circulant d’ouest en est perpendiculairement aux principales lignes du relief. Le régime de plein ouest donne un temps en général doux et humide, mais la progression de l’anticyclone vers des latitudes plus septentrionales engendre un flux de nord-ouest plus froid apportant des giboulées et des averses très abondantes sur les versants nord des monts du Beaujolais. Lorsque les hautes pressions s’établissent sur la Scandinavie et qu’une aire dépressionnaire occupe l’Europe centrale, la région lyonnaise est soumise à des écoulements d’air arctique très froid, particulièrement redoutés lorsqu’ils se produisent après une période douce à la fin de l’hiver et au début du printemps.

55En période estivale, les influences venues du sud s’affirment, surtout entre le 15 juin et le 15 août. Le décalage vers des latitudes plus septentrionales des hautes pressions des Açores s’accompagne de températures élevées. C’est aussi le cas lorsque de hautes pressions, établies sur les Alpes, reçoivent le renfort d’air saharien. Les précipitations se produisent principalement sous la forme de brefs orages qui se développent sur le Massif central et atteignent le Lyonnais en fin d’après-midi. Juillet, avec ses très fortes chaleurs, revêt une coloration déjà méridionale, surtout lorsque les prés, grillés par l’air chaud venu du sud, abandonnent leur parure de verdure pour se transformer en une sorte de steppe jaunie et racornie.

56Au cours des saisons intermédiaires, le partage entre les influences continentales, méditerranéennes et océaniques est éminemment variable. Les passages de l’une à l’autre sont fréquents « comme s’il y avait entre ces trois influences une sorte de conflit dans lequel tantôt l’une, tantôt l’autre l’emporterait » (M. Piery, 1946). La précocité du printemps tient aux effluves tièdes du vent du sud, dont les effets se font sentir jusqu’à Mâcon. Toutefois, le retour du froid est toujours à craindre en mars et en avril où l’arrivée inopinée de gouttes d’air arctique est redoutée par les arboriculteurs des coteaux rhodaniens. Le printemps et surtout l’automne sont caractérisés par le passage fréquent de perturbations océaniques. Les régimes perturbés du secteur sud à sud-ouest jouent un rôle essentiel dans la distribution des précipitations à Lyon, où ils représentent 80 % de la lame d’eau fournie annuellement par les précipitations quotidiennes supérieures à 10 mm (M. Striffling, 1953). Si le printemps est la saison du temps instable, septembre et octobre offrent de belles journées ensoleillées après la dissipation des brumes matinales. Le bon ensoleillement de septembre est un atout de première importance pour les vignerons, surtout lorsque le mois d’août a été un peu trop humide et frais. Mais dès la fin octobre, le retour des perturbations annonce les longues journées pluvieuses de novembre entre lesquelles viennent s’intercaler les brouillards tenaces des périodes de calme. Il semble d’ailleurs que l’origine de l’abondance du brouillard soit moins à rechercher dans une humidité atmosphérique élevée que dans la fréquence des situations de calme. Si l’automne et plus encore l’hiver sont les saisons par excellence des brouillards tenaces (C. Favrot, 1932), c’est surtout au printemps que ceux-ci s’avèrent les plus nocifs pour les arbres fruitiers et la vigne dont ils entravent la fécondation et favorisent la coulure.

57Si la combinaison des influences climatiques autorise une gamme étendue de cultures, elle exige en contrepartie, de la part de l’agriculteur, beaucoup d’esprit d’initiative, une grande souplesse d’adaptation et une vigilance de tous les instants. Comme le signalait A. Cholley, « les méthodes culturales doivent être rapprochées de celles du paysan provençal, en année sèche ; mais pendant les étés humides, s’imposent des procédés analogues à ceux des agriculteurs de l’Est. Préparation des terres, développement des plantes cultivées, protection contre les cryptogames ou les parasites animaux, tout est susceptible de varier d’une année à l’autre. » (J. Guicherd, C. Ponsard, 1927). Bref, la région lyonnaise apparaît comme un carrefour climatique où les diverses influences, loin de se conjuguer harmonieusement, semblent se liguer à plaisir pour faire de l’agriculture une activité pleine d’aléas.

2. De forts contrastes saisonniers

a) Les températures

58Les températures moyennes annuelles sont de 11°3 à Lyon-Bron et de 10°8 à Mâcon-Charnay. Ces valeurs ne sont pas très éloignées de celles de la région parisienne : Paris-Le Bourget 10°7. Mais les moyennes annuelles sont notoirement insuffisantes pour rendre compte de la situation thermique. En effet, l’amplitude annuelle de Lyon (17°7) est plus proche de celle de Strasbourg (18°1) que de celle de Paris (15°). La température minimale moyenne du mois le plus froid est encore plus significative : Lyon – 0°5, Strasbourg – 1°3, Paris 0°7. Le climat lyonnais est continental par la rigueur de ses hivers, alors que les températures estivales annoncent au contraire celles des régions méridionales. La température moyenne de juillet est très proche de celle de Toulouse : 20°3 au lieu de 20°7. Avec une moyenne des températures maximales du mois le plus chaud atteignant 26°2, Lyon fait déjà partie de la France du Sud.

59Le tracé des isothermes annuelles se calque sur la disposition du relief. L’isotherme 10° isole les massifs montagneux de la bordure du Massif central, au-dessus de 550-600 mètres, et rattache les Terres Froides de l’Est aux Préalpes. Par contre, les vallées du Rhône et de la Saône, où la pénétration des influences méditerranéennes vient contrarier le jeu normal de la latitude, correspondent à un golfe chaud. Aussi les hivers sont-ils plus doux sur le plateau lyonnais que dans la plaine de Bièvre pourtant plus méridionale : 2°7 en janvier à Montant contre 1°8 à La Côte-Saint-André. Un seuil thermique net s’établit à hauteur de Vienne : au nord, les moyennes annuelles oscillent autour de 11° ; au sud, elles dépassent 12°.

b) Les précipitations

60Lyon reçoit une hauteur d’eau annuelle moyenne de 820 mm. C’est là un total honorable puisque Paris, avec pratiquement le même nombre de jours de pluie (152 contre 155), n’atteint que 573 mm. Mais la pluviosité de Lyon ne doit pas faire illusion, car les variations sont considérables à l’intérieur de la région. Ainsi en plaine, la pluviométrie varie presque du simple au double de la station la plus sèche (Bully 685 mm) à la plus arrosée (Neuville-sur-Ain 1 190 mm).

61Le régime des précipitations s’ordonne selon une formule saisonnière AEHP. L’automne recueille 29,8 % du total annuel et l’été, qui vient après, 28,1 %. En revanche, l’écart se creuse davantage au printemps (23,6 %) et surtout en hiver (18,5 %). Le rapport de la saison la plus sèche à la saison la plus arrosée s’établit à 61 %, soit une répartition annuelle meilleure qu’à Strasbourg (51 %) ou Marseille (36 %), mais moins favorable qu’à Paris (75 %).

62Le tracé des isohyètes annuelles (fig. 3) met en relief la répartition spatiale contrastée des précipitations. On peut distinguer trois ensembles :

  • À l’ouest, la pluviosité est soutenue dans les monts du Lyonnais (800 à 900 mm), et plus encore dans le Haut-Beaujolais, où les parties sommitales du massif du Saint-Rigaud reçoivent plus de 1 200 mm d’eau par an.
  • Au centre, les vallées du Rhône et de la Saône sont très médiocrement pourvues avec moins de 800 mm, voire de 700 mm dans certaines stations. On peut leur rattacher le plateau lyonnais et le bas versant oriental des monts du Beaujolais.
  • À l’est, les précipitations s’accroissent régulièrement pour atteindre 1 200 mm au pied des premiers contreforts des Préalpes et du Jura.

63Les relations entre la distribution des précipitations et la configuration du relief sont évidentes. L’orientation des principales lignes de relief perpendiculairement au cheminement des perturbations océaniques se traduit par une recrudescence de la pluviosité sur les versants occidentaux des monts du Lyonnais et du Beaujolais. Le renforcement des précipitations n’est pas seulement sensible en montagne, mais débute loin devant l’obstacle montagneux qui ralentit la progression des surfaces frontales, comme le montre le surcroît de précipitations dont bénéficient la Dombes et l’avant-pays dauphinois. À l’inverse, les versants sous le vent souffrent d’une pénurie relative par suite du réchauffement des courants de subsidence consécutifs à l’effet de foehn (J.-C. Aubert, 1976). Le phénomène est particulièrement remarquable dans les monts du Beaujolais où les mécanismes fenniques se trouvent exacerbés par l’ampleur de la dénivellation au-dessus de la vallée de la Saône. Ainsi Saint-Appolinaire (703 m), sur le versant occidental, obtient 1 027 mm, Montmelas (501 m), au pied du versant oriental, 821 mm et Villefranche (215 m), dans la vallée de la Saône, 738 mm.

64Les traits du régime pluviométrique continental s’imposent largement dans la région lyonnaise sans être pour autant exclusifs. Les coefficients pluviométriques mensuels de l’hiver se révèlent dans l’ensemble médiocres : ils sont nettement inférieurs à la normale dans les vallées du Rhône et de la Saône, le Lyonnais, la Dombes, l’approchent dans la plaine de l’Ain et les Terres Froides de l’Est, l’atteignent, voire la dépassent, dans le Haut-Beaujolais (fig. 4). L’hiver est partout la saison la moins arrosée, excepté dans la partie orientale de la région et en altitude, où le printemps prend alors le relais.

Figure 3. Isohyètes annuelles et régimes pluviométriques (moyenne 1951-1980)

Figure 4. Coefficients pluviométriques relatifs 1951-1980

65La pluviosité estivale constitue un autre élément d’appréciation de l’influence de la continentalité sur le régime pluviométrique. Alors que l’été est la saison la plus arrosée dans le Lyonnais et la vallée de la Saône, il vient plus généralement en seconde position dans le reste de la région. Les différents mois se révèlent inégalement pluvieux : les fractions pluviométriques de juin et août sont toujours supérieures à la moyenne, tandis que juillet accuse un fort déficit. Ce creux pluviométrique de juillet, si caractéristique de la région lyonnaise, est d’autant plus marqué que les affinités océaniques apparaissent plus grandes, comme en attestent les valeurs des coefficients de Monsols (0,78) et d’Ambérieu-en-Bugey (0,76). De même, l’affirmation de l’influence méditerranéenne constitue un facteur aggravant dans la vallée du Rhône, où juillet devient le mois le plus sec de l’année à Beaurepaire. À la pénurie relative de juillet s’oppose l’abondance d’août, mois durant lequel les jours de pluie supérieurs à 10 mm sont les plus nombreux (C. Favrot, 1955).

66Les pluies d’automne occupent également une place importante. Elles résultent d’averses méditerranéennes extensives, dont le mécanisme a été décrit par M. Striffling (1953), puis précisé par P. Estienne (1956).

67Si le régime pluviométrique est de style continental, il se nuance peu ou prou, selon les lieux, de traits océaniques ou méditerranéens. En règle générale, les régimes perturbés d’ouest et de nord-ouest se traduisent par une recrudescence de précipitations sur les monts du Beaujolais et les abords du Jura et des Préalpes. A l’inverse, les régimes du sud-est et plus encore du sud-ouest avantagent essentiellement le couloir rhodanien. La répartition spatiale des précipitations annuelles va ainsi dépendre de la fréquence relative des différents régimes (G. Blanchet, 1981). En fait, le climat lyonnais souffre d’un manque de régularité d’une année sur l’autre. Les moyennes annuelles ne doivent pas faire illusion ; la réalité est autrement capricieuse.

B. La variabilité interannuelle des phénomènes climatiques

68Les excès du climat lyonnais, source de problèmes d’ordre agronomique, sont redoutés par les agriculteurs.

1. Les méfaits du gel

69Le nombre de jours de gel par an pour la période 1951-1980 oscille autour de 60 dans les vallées du Rhône et de la Saône (Lyon 59, Mâcon 63) ; il s’amplifie avec l’altitude (Les Sauvages 89) et lorsque l’on s’avance vers l’est (Ambérieu 83). À Mâcon et à Lyon, plus de 70 % des gelées se produisent au cours de l’hiver, proportion qui s’abaisse autour de 60 % à Ambérieu et aux Sauvages.

70Les données thermiques de la station de Lyon-Bron, que nous avons dépouillées sur 60 ans (1922-1981) révèlent que des températures minimales inférieures à – 10° sont le fait de deux hivers sur cinq en moyenne. Nous avons relevé 186 jours de très basses températures : 47 en décembre, 84 en janvier, 53 en février, 2 en mars. En fait, c’est surtout la durée des grands froids qui importe pour la végétation. On a dénombré 10 séquences d’au moins cinq jours avec des températures minimales inférieures à – 10°, soit environ une tous les six ans. Si les froids intenses des hivers rigoureux sont en général peu préjudiciables aux cultures à l’état de vie ralentie, des dommages sont néanmoins à redouter pour les céréales lorsqu’ils se produisent après des périodes humides et douces en l’absence de manteau neigeux. De même, la vigne risque de souffrir quand les températures s’abaissent en dessous de – 13°. Les vignerons du Beaujolais ne manquent d’ailleurs pas d’évoquer les dégâts occasionnés au vignoble par les grands froids de janvier 1929, de février 1956 et de janvier-février 1963.

71Beaucoup plus redoutables encore sont les gelées de printemps qui coïncident avec la phase critique de départ de la végétation. À Lyon, la saison gélive s’établit d’ordinaire entre le 20 octobre et le 15 avril, mais des débordements ne sont pas à exclure puisque nous avons constaté la présence de gelées jusqu’à la mi-mai. Le gel se manifeste pratiquement chaque année en mars, environ une année sur deux en avril, mais seulement une année sur dix en mai. Au cours de la période 1922-1971, il y a eu 78 jours de gel en avril à Lyon, dont 18 après la date du 20. La répartition des jours de gel montre la nette recrudescence du risque au cours de la seconde pentade d’avril (fig. 5). Les agriculteurs doivent attendre la fin de ce mois pour voir s’éloigner à peu près définitivement le spectre du gel. Les gelées tardives menacent tout particulièrement la vigne et les arbres fruitiers. La résistance au froid est fonction du stade phénologique atteint par la végétation. C’est à l’époque de la floraison que le danger est le plus grand, surtout lorsque la température de l’air tombe en dessous d’un seuil critique voisin de – 0°6 pour la vigne et de – 2°2 pour les cultures fruitières.

72Des études réalisées à l’initiative, du SUAD (Service d’Utilité Agricole et de Développement) du Rhône dans le secteur arboricole du plateau de Millery au sud-ouest de Lyon, après plusieurs années de déboires occasionnés par le gel, ont permis de constater que 80 % des gelées de printemps étaient imputables aux phénomènes de rayonnement nocturne (C. de Courville, D. Genève, G. Picard, 1976). Les plus graves dommages causés aux vergers coïncident avec la juxtaposition de deux phénomènes météorologiques qui, pris séparément, n’auraient pas eu de conséquences aussi fâcheuses : arrivée d’une masse d’air froid en provenance du nord d’une part, rayonnement nocturne d’autre part.

  • 6 En vertu de la loi du 10 juillet 1964, le Fonds National des Calamités Agricoles indemnise les exp (...)

73Les gelées printanières restent une calamité redoutée par les arboriculteurs en dépit des progrès réalisés par l’utilisation des techniques d’aspersion pour la protection des vergers. Le caractère de calamité agricole reconnu aux communes touchées par le gel, en application de la loi du 10 juillet 1964, fournit un élément d’appréciation de la fréquence et de l’importance des dommages subis par les cultures fruitières6. Le tableau dressé pour la période 1966-1983 n’est guère encourageant. Sur une quarantaine de communes que compte la zone arboricole du plateau lyonnais, 35 sont mentionnées au moins une année sur six et 18 au moins une année sur trois. Certaines communes détiennent de tristes records : Millery et Vourles sont citées dix fois chacune, Charly et Saint-Genis-Laval neuf fois. Les mauvaises récoltes prennent l’allure de catastrophes lorsqu’elles se répètent au fil des ans. Ainsi en avril 1975, le gel toucha peu ou prou 1 500 exploitations arboricoles, dont 956 bénéficièrent d’aides financières compensatoires. L’année suivante, 715 ha de cultures fruitières furent déclarés sinistrés. Au printemps 1977, les gelées des 10 et 11 avril dévastèrent encore près de 2 000 ha de vergers. Les méfaits du gel se poursuivirent en 1978 : 618 exploitations furent touchées et les pertes de récolte subies oscillèrent entre 60 et 100 % sur 1 062 ha de poiriers et de pêchers. Il fallut attendre le printemps 1979 pour que l’accalmie, tant attendue par les arboriculteurs, se produise enfin.

Figure 5. Fréquence des gelées à Lyon-Bron
Nombre de jours de gel en 50 ans Calculs effectués par pentades d’après les relevés quotidiens de la station Lyon-Bron de 1922 à 1971

Figure 6. Variation annuelle des précipitations à Lyon-Bron
1922-1981

74Si le vignoble beaujolais est en général moins éprouvé par le gel, les viticulteurs ne sont cependant pas à l’abri de mauvaises surprises, comme en 1976 où 750 ha de vigne furent endommagés, et surtout 1981 où les gelées des 19, 26 et 27 avril causèrent de sérieux dégâts sur 1 905 ha dans 32 communes.

75L’importance que revêt le gel ne doit pas faire oublier les inconvénients des coups de chaleur, même s’ils apparaissent moins redoutables que les méfaits du froid. À Lyon, on a compté 440 jours avec une température maximale excédant 30° au cours de la période 1951-1980. C’est juillet qui vient en tête avec 43,5 % du total, suivi d’août 36,1 %, de juin 11,8 % et de septembre 8 %. Les coups de chaleur accompagnent en général des vents de secteur sud, dont la venue se traduit par une baisse sensible de l’humidité relative de l’air. Cette situation météorologique est particulièrement redoutée par les producteurs de fruits, car l’accélération de la maturation qui en résulte se traduit par des apports massifs sur les marchés et un effondrement corrélatif des cours.

2. Les inconvénients de la sécheresse

76La variabilité interannuelle des précipitations constitue l’un des traits essentiels du climat dans la région de Lyon, où les agriculteurs redoutent tout particulièrement les méfaits de la sécheresse estivale.

a) L’irrégularité des précipitations

  • 7 Nous avons prolongé la série établie par J. Chassagny (1951) à Saint-Genis-Laval afin de pouvoir d (...)

77À Lyon-Bron, la normale, calculée pour la période 1922-1981, s’établit à 838 mm, mais l’année la plus humide, 1960, a reçu deux fois plus d’eau que l’année la plus sèche, 1949, soit 1 297 mm contre 5827. Si la médiane est de 831 mm, une année sur quatre recueille moins de 724 mm ou plus de 921 mm d’eau. Les précipitations n’ont dépassé 1 000 mm que cinq fois en soixante années, tandis qu’elles sont descendues onze fois en dessous de 700 mm. Les contrastes entre deux années consécutives peuvent être très accusés : il est tombé seulement 680 mm de pluie en 1934, mais 1 155 mm en 1935 ; 1977, année fortement arrosée (1170 mm) est encadrée par deux années nettement déficitaires 1976, 753 mm, et 1978, 681 mm.

78Les variations saisonnières apparaissent plus amples encore. Il est donc nécessaire d’analyser le bilan d’eau à partir d’un partage en deux périodes semestrielles. Sur le plan agronomique, la coupure s’établit entre les précipitations du semestre froid, d’octobre à mars, et celles du semestre chaud, d’avril à septembre.

79L’avantage de la saison chaude sur la saison froide se marque dans la valeur de la médiane : 450 mm contre 381. Cette supériorité s’affirme encore davantage dans la distribution interannuelle des précipitations semestrielles : l’été l’emporte sur l’hiver dans les deux tiers des cas (40 années sur 60). Le coefficient de dispersion des pluies autour des valeurs centrales, représenté par le rapport de l’intervalle interquartile à la médiane, s’établit à 0,41 en saison chaude contre 0,36 en saison froide. Cette tendance à l’irrégularité de l’été se trouve confirmée par l’histogramme des variations annuelles des précipitations (fig. 6). On constate que les anomalies pluviométriques les plus marquées, par excès ou par défaut, prennent place pendant la saison chaude. Si les précipitations du semestre chaud sont le double de celles du semestre froid une année sur huit, la situation inverse ne se rencontre jamais. En fait, toutes les combinaisons sont possibles entre un été pluvieux, moyennement arrosé ou déficitaire et un hiver humide, normalement pluvieux ou sec. L’irrégularité des précipitations se combine avec la variation des températures pour favoriser, selon les années, tantôt les éleveurs, tantôt les viticulteurs ou les arboriculteurs.

80C’est pendant la période chaude que la propension à l’irrégularité du climat lyonnais se montre la plus grande. Si cette variabilité des conditions pluviométriques pendant la période de végétation justifie l’attachement des agriculteurs à la polyculture, elle accroît les risques lorsque les systèmes de production se spécialisent pour répondre aux exigences du marché.

b) Bilans d’eau et risque de sécheresse estivale

81La distribution inégale des précipitations durant la saison chaude est lourde de conséquences pour l’agriculture.

— Fréquence et gravité des années sèches

82Les diagrammes ombrothermiques établis selon la technique de Gaussen (1952) permettent une première approche du risque de sécheresse. En considérant les moyennes de la période 1961-1980, on remarque que les mois secs pendant lesquels P (en mm) est inférieur à 2 T (en degrés) n’apparaissent nulle part dans la région lyonnaise. Une pointe de subsécheresse (P compris entre 2 et 3 T) est néanmoins perceptible en juillet dans les vallées du Rhône et de la Saône ainsi qu’à leur voisinage immédiat (fig. 7). Le risque de subsécheresse s’accentue dans le sud de la région et apparaît plus marqué à Vienne qu’à Lyon-Bron. A l’inverse, il s’efface dans les monts du Beaujolais et les Terres Froides du Bas-Dauphiné par suite de la recrudescence de la pluviosité avec l’altitude.

83En réalité, l’irrégularité des précipitations d’une année à l’autre rend les moyennes totalement illusoires. À Mornant, par exemple, où le diagramme ombrothermique ne présente qu’une légère pointe de subsécheresse en juillet, le risque de sécheresse s’affirme en permanence de mars à octobre. La menace est particulièrement importante pendant l’été, puisque au cours de la période 1961-1980, un mois de juillet sur deux a connu la sécheresse et un sur quatre la subsécheresse. Lorsque des séquences de deux ou trois mois secs prennent place durant la saison chaude, les réserves hydriques du sol n’arrivent pas à se reconstituer normalement et leur appauvrissement n’autorise plus un développement satisfaisant de la végétation. Les graphiques (fig. 8) montrent que les stations les plus concernées par le risque de sécheresse se localisent le long des vallées de la Saône et du Rhône (Villefranche, Vienne), au pied du versant oriental des monts du Lyonnais et du Beaujolais (Momant), dans la plaine lyonnaise (Lyon-Bron). La plus grande dispersion des mois secs réduit au contraire le risque de sécheresse dans la Dombes (Bourg-en-Bresse), la plaine de l’Ain (Ambérieu-en-Bugey), les Terres Froides (La Tour-du-Pin) et les montagnes de l’ouest (Les Sauvages).

Figure 7. Diagrammes ombrothermiques 1961-1980
Calculs d’après l’échelle de Gaussen P = 2t et P = 3 t

Figure 8. Séquences de sécheresse et subsécheresse selon la méthode de Gaussen
Sécheresse P = 2t, subsécheresse P = 3t

84Si la formule de Gaussen a le mérite de la simplicité, ses résultats restent cependant trop imprécis pour permettre d’apprécier, à sa juste valeur, le risque de sécheresse en agriculture. Aussi cette première approche doit-elle être complétée par la méthode des bilans hydriques qui prend en compte l’évapotranspiration potentielle (Etp) et la capacité des sols à mettre l’eau en réserve. Cependant le mode de calcul retenu pour l’évaluation de l’Etp peut se traduire par des différences sensibles. Le bilan des décades à réserve nulle caractérisées par un déficit hydrique, établi à Lyon-Bron pour une période de 10 ans (1970-1979) à partir de la comparaison des précipitations et des Etp décadaires, en fournit une bonne illustration (tableau no 1)

Tableau no 1. Les décades à réserve nulle à Lyon-Bron entre 1970 et 1979

Nombre de décades

Etp-Penmann

Etp-Turc

Etp-Thornthwaite

Avril

0

0

0

Mai

7

3

1

Juin

15

7

3

Juillet

24

22

18

Août

18

17

17

Septembre

12

14

12

Total

76

63

51

Source : Service météorologique de Lyon-Bron

85Les résultats obtenus à l’aide de l’Etp-Thornthwaite pèchent par défaut et donnent une vue très optimiste des réserves hydriques du sol en saison chaude. Il en va de même, à un degré moindre il est vrai, de ceux fondés sur l’Etp-Turc. C’est à la fin du printemps et au début de l’été que l’écart se creuse le plus fortement avec l’Etp-Penmann. En fait, les Etp-Thornthwaite et Turc représentent des valeurs minimales sans doute valables dans les secteurs les plus abrités, mais ayant toutes chances d’être dépassées ailleurs en raison du caractère particulier du régime des vents dominants (M. Striffling, 1964). Par suite de l’obstacle qu’oppose le relief au cheminement des flux transversaux, les vents au sol soufflent presque toujours dans une direction voisine de l’axe des vallées du Rhône et de la Saône. À la différence du Haut-Beaujolais où souffle la « traverse », la bise et le vent du sud l’emportent à Lyon (fig. 9). Or, ce sont des vents desséchants s’accompagnant d’un abaissement sensible de l’humidité relative de l’atmosphère et d’une élévation corrélative de l’évaporation, plus accentuée, à vitesse égale, par vent du sud que par vent du nord.

Figure 9. Rose des vents 1951-1980

86La violence des vents dans le couloir rhodanien a été maintes fois dénoncée (J. Corbel, 1952). Nous rappellerons simplement qu’à Lyon les vents classés forts à violents (vents> 8 m/s) représentent près de 10 % des observations annuelles avec une nette prépondérance à la fin du printemps et au début de l’été en raison de la domination des directions de secteur sud. La bise, contrairement aux brusques sautes d’humeur du mistral dans la moyenne vallée du Rhône, a un régime relativement régulier, tandis que le vent du sud souffle par rafales parfois d’une grande violence. Les inconvénients en sont bien connus des agriculteurs : bris de branches, dégâts dans les vergers à la floraison et à la nouaison, chutes de fruits arrivés à maturité, mais aussi hausse spectaculaire des températures et abaissement brutal du degré hygrométrique de l’air néfastes pour les cultures.

87À Saint-Genis-Laval, d’après une étude de la SOGRÉAH (Société Grenobloise d’Études et d’Applications Hydrauliques) portant sur la période 1880-1950, le bilan hydrique, calculé à partir de l’Etp Turc, s’établit négativement d’avril à août (R. Rosier, J. de Crécy, 1960). Le déficit d’eau annuel moyen atteint 159 mm, mais les écarts se révèlent considérables d’une année sur l’autre du fait de l’extrême irrégularité des précipitations. Sa fréquence est maximale en juillet et août, classés mois secs deux années sur trois. La menace demeure importante en juin et septembre, mois connaissant la sécheresse deux années sur cinq. Enfin, le danger s’éloigne sans pour autant disparaître en mai et octobre, concernés une année sur cinq.

88Les bilans hydriques des stations de Lyon-Bron, Ambérieu-en-Bugey, Mâcon et Les Sauvages, établis pour la période 1976-1983 sur la base de l’Etp-Penmann, font apparaître une séquence déficitaire de deux mois à Lyon et Mâcon, tandis que les réserves accumulées dans le sol pendant la période hivernale suffisent à compenser les pertes par évapotranspiration à Ambérieu-en-Bugey et aux Sauvages (fig. 10). Les déficits annuels supérieurs à 100 mm se répartissent ainsi :

  • Lyon, cinq années sur huit ;
  • Mâcon, quatre années sur huit ;
  • Ambérieu-en-Bugey, deux années sur huit ;
  • Les Sauvages, une année sur huit.

89L’intensité des précipitations est un autre paramètre important à prendre en considération. Lors des fortes pluies, l’action mécanique des gouttes d’eau peut s’accompagner d’une dégradation de l’état structural des sols fragiles à même d’aggraver l’importance des pertes par ruissellement. R. Bricaut et A. Striffling (1952) ont tenté de mesurer l’efficacité agronomique des pluies en partant du postulat qu’un sol ne peut absorber en moyenne qu’un millimètre d’eau par heure. Le coefficient d’efficacité obtenu pour la période 1930-1939 atteint 65 % ; autrement dit, les pluies efficaces ne représentent à Lyon que 526,6 mm pour une hauteur de pluie réelle de 810,9 mm. C’est pendant la période végétative que l’efficacité des précipitations est la plus faible : le coefficient s’établit à 57 % pour le semestre chaud, d’avril à septembre, contre 75 % pour le semestre froid d’octobre à mars. Les pluies d’été sont donc plus abondantes qu’efficaces dans la région lyonnaise, où le manque d’eau, déploré par les agriculteurs, est réel.

Figure 10. Bilans hydriques comparés 1976-1983

90Au total, les déficits hydriques pendant la période estivale sont plus redoutables qu’il n’y paraît de prime abord. Si le blé et les céréales parvenus à maturité en juin souffrent d’un déficit en eau environ une année sur cinq, la situation est beaucoup plus critique pour le maïs, les cultures fourragères et les arbres fruitiers qui doivent être maintenus en pleine végétation durant l’été. En réalité, les données du problème sont encore plus complexes, car il faut tenir compte du stade physiologique atteint par la plante et de la nature du sol.

— Le rôle du sol

91Les éleveurs des monts du Lyonnais déplorent la faiblesse des réserves hydriques des sols légers et minces, à texture sableuse, très répandus dans la région, dont la grande sensibilité à la sécheresse a de redoutables conséquences sur la production fourragère lors des étés faiblement pluvieux. De même, les producteurs de céréales de la plaine lyonnaise se plaignent de l’irrégularité des rendements du maïs sur des sols sablo-limoneux contenant une forte proportion de cailloux qui aggrave leur perméabilité naturelle. Les caractères hydrodynamiques propres à chaque type de sol peuvent ainsi soit accentuer, soit atténuer les conséquences d’un déficit pluviométrique.

92Une étude agro-pédologique réalisée dans le périmètre du Centre Régional d’Expérimentation Agricole de Satolas a permis de constater les fortes différences de valeur de la réserve utile des principaux types de sols de la plaine lyonnaise (M. Gallice, M. Lantequit, 1977). Celle-ci passe du simple au double, des sols sableux aux sols argileux. Toutefois, pour une même profondeur utile de 80 cm, il faut tenir compte de l’influence exercée par la porosité plus ou moins grande des éléments grossiers sur les transferts d’eau vers la terre fine en voie de dessèchement. De ce fait, la réserve utile des sols établis sur les formations fluvio-glaciaires de la plaine lyonnaise est fonction de la proportion respective des cailloux siliceux et gréseux. Elle dépend bien entendu aussi de la profondeur du sol explorée par les racines des plantes. Dans les terres sablo-limoneuses, on peut admettre les valeurs suivantes :

  • 41 mm pour une profondeur utile de 30 cm ;
  • 83 mm pour une profondeur utile de 60 cm ;
  • 100 mm pour une profondeur utile de 80 cm ;
  • 138 mm pour une profondeur utile de 100 cm.

93Dans la plaine lyonnaise la réserve utile, calculée pour une granulométrie homogène, s’échelonne de 38 à 48 mm des sols sableux aux sols argileux pour une profondeur d’enracinement de 30 cm et de 146 à 273 mm pour une profondeur de 120 cm. De même, la réserve utile s’élève de 55 à 85 mm dans les terres limoneuses battantes du plateau de Dombes lorsque la profondeur utile passe de 40 à 60 cm.

94Les potentialités hydriques des sols issus de roches mères cristallines sont généralement fort médiocres. L’étude agro-pédologique du plateau de Montant, réalisée par la SOGRÉAH, souligne la faible capacité de rétention des sols d’origine granito-gneissique du plateau lyonnais (J. Toutan, G. Colin, 1962). Les meilleurs sols des secteurs peu pentus atteignent une profondeur utile de 50 à 80 cm et les moins bons, au flanc des coteaux ou au sommet des buttes, de 30 à 50 cm. Or, la réserve utile des sols peu épais s’élève de 30 à 40 mm lorsque l’on passe d’une roche mère granitique à une roche mère gneissique, tandis qu’elle atteint 50 à 80 mm dans les sols plus profonds.

95À la lumière de ces observations fragmentaires, force est de constater que nous sommes très en deçà de la moyenne de 100 mm attribuée d’ordinaire à la réserve utile des sols pour les calculs des besoins en eau. L’irrigation s’avère d’autant plus nécessaire que les textures des sols sont plus grossières. Si les sols du Lyonnais, caractérisés par une faible profondeur moyenne et une texture grossière, sont au premier chef concernés, la pratique de l’irrigation implique une bonne maîtrise technique, surtout dans les secteurs les plus déficitaires en précipitations où la fréquence des arrosages exigés risque de provoquer des phénomènes d’engorgement.

96Au total, l’agriculture doit toujours compter dans la région lyonnaise avec d’éventuels caprices de la pluviosité, dont les effets doivent être appréciés en fonction de la nature du sous-sol et des qualités intrinsèques des divers types de sols.

3. La violence des orages

97Si les pluies hivernales sont de durée relativement longue et ne donnent que de faibles quantités d’eau, l’été c’est la situation contraire qui prévaut du fait de la brièveté et de l’intensité des précipitations orageuses fréquentes sur la région lyonnaise (C. Favrot, 1961). Les chutes de pluie torrentielles ne sont pas rares en Lyonnais où l’on compte, d’après la série statistique établie par C. Favrot (1952) pour la période 1922-1959, 125 jours recevant plus de 30 mm d’eau et 25 plus de 50 mm. Le 9 décembre 1954, il est tombé 77,2 mm d’eau en 12 heures, mais le record se situe les 3 et 4 octobre 1935 avec une hauteur de 157,6 mm en 24 heures. Les violentes averses se produisent de préférence au cours de la saison chaude, mais les données sur l’intensité horaire des précipitations, en dépit de leur grand intérêt pour l’agriculture, sont malheureusement rares. De 1949 à 1978, nous avons recensé 90 cas de précipitations d’une durée d’au moins 15 minutes atteignant ou dépassant l’intensité de 24 mm par heure.

98Les dégâts occasionnés par les eaux de ruissellement dans les secteurs dénudés en forte pente ont de tout temps mis à la peine les agriculteurs. Dans les coteaux viticoles du Beaujolais, ils se sont même aggravés à l’époque contemporaine. Cette recrudescence du risque érosif tient à trois facteurs :

  • d’une part, à l’extension des surfaces plantées, de l’ordre de 5 000 ha en une trentaine d’années, qui s’est accompagnée d’une réduction corrélative des zones tampons en prairies et en cultures diverses dont le rôle s’avérait essentiel dans la rétention des eaux ;
  • d’autre part, à l’aménagement des parcelles existantes ou nouvellement plantées pour les rendre plus faciles à exploiter par la suppression de haies, de talus, de murets, voire parfois par la destruction des anciens réseaux de drainage ;
  • enfin, à la progression des surfaces artificialisées par suite du développement des constructions et de l’élargissement de la voirie pour améliorer les conditions de desserte et de circulation.

99Il est symptomatique de constater que plus que le Haut-Beaujolais, où la fréquence des coteaux à forte pente et la texture des sols issus de roches cristallines constituent des facteurs aggravants, ce soit le Bas-Beaujolais, pourtant plus favorisé, qui ait le plus à souffrir aujourd’hui des méfaits de l’érosion par ruissellement.

100Les orages se développent surtout en été : plus des trois quarts des 32 journées orageuses décelées à Lyon-Bron se placent entre mai et septembre. Leur répartition horaire souligne la prépondérance marquée des heures les plus chaudes de la journée : les trois quarts éclatent entre 12 et 21 heures et le tiers entre 15 et 18 heures.

101La violence des précipitations orageuses, surtout lorsque celles-ci sont accompagnées de grêle, suscite des craintes légitimes dans les régions de cultures fragiles plus spécialement menacées. Les situations météorologiques les plus favorables à la formation de la grêle paraissent caractérisées par l’existence de cisaillements et de vents forts en altitude autorisant de grandes vitesses verticales dans la cheminée d’ascendance de la formation nuageuse grêligène. Cependant, la fréquence et la répartition des orages semblent être influencées par le relief, dont la disposition peut plus ou moins faciliter les ascendances thermiques ou canaliser la marche des orages. Les chutes de grêle, rares sur les pentes occidentales de la dorsale montagneuse séparant les vallées de la Loire et de la Saône, deviennent fâcheusement fréquentes dans les secteurs viticoles du bas versant oriental, faisant du vignoble beaujolais « la région la plus grêlée de toute la France » (F. Ruby, 1952). Si cette affirmation est manifestement excessive, elle n’en souligne pas moins le climat d’incertitude que la grêle fait régner dans cette région viticole.

102La carte que nous avons dressée à l’aide de la liste des communes reconnues sinistrées par arrêté préfectoral, suggère une fréquence plus grande des chutes de grêle dans le vignoble beaujolais que dans la zone fruitière du plateau lyonnais (fig. 11).

103Nous constatons à la lecture de la carte que la distribution spatiale des chutes de grêle est d’une grande irrégularité. Le cheminement des orages ayant traversé le département du Rhône entre 1819 et 1878 a été cartographié par la Commission météorologique départementale (C. André, 1880). On remarque leur propension à suivre particulièrement certains itinéraires plus ou moins commandés par l’agencement du relief. Cette situation fait coexister des zones de convergence, fréquemment ravagées par la grêle, et des secteurs relativement abrités. Néanmoins, le caractère aléatoire des chutes de grêle rend difficile la mise en œuvre d’un système de protection efficace. Dès 1888, le comice agricole du Beaujolais, constatant l’inefficacité des méthodes de défense jusqu’alors employées, place à l’ordre du jour la discussion d’un projet d’assurance obligatoire contre la grêle. La proposition ne sera pas retenue en raison de la défiance des vignerons envers une institution mutuelle encore peu connue et mal comprise (V. Vermorel, 1913). À partir de 1936, les initiatives pionnières lancées au début du siècle par quelques syndicats locaux se structurent en un mouvement de défense concerté associant la reconnaissance aérienne des orages à la prévision météorologique et le traitement des nuages grêligènes à l’aide de batteries de fusées paragrêles installées sur les crêtes dominant le vignoble entre 700 et 900 m d’altitude. À la veille de la guerre, le front de défense s’allonge sur une soixantaine de kilomètres et se compose de 200 pièces, fixes ou mobiles, pouvant tirer des fusées chargées de cheddite jusqu’à 1 200 mètres d’altitude (F. Ruby, 1936, 1938, 1940-1941). En fait, la défense contre la grêle à l’aide de fusées explosives se révèle à l’usage une méthode plus coûteuse qu’efficace. La protection établie est illusoire, ainsi qu’en attestent les graves dommages occasionnés au vignoble par les violents orages de l’été 1950. Par ailleurs, les espoirs placés dans le procédé d’insémination des nuages grêligènes à l’aide de lévitite à iodure d’argent ne se sont pas concrétisés dans les faits. La tentative de protection du vignoble par la mise en place d’une couverture aérienne, lancée en 1971, a tourné court après quelques années de fonctionnement. À la décharge des vignerons, il convient néanmoins de préciser que les orages de l’été 1975 touchèrent près de 2 000 ha de vigne, ceux du printemps et de l’été 1976, 760 ha, et celui du 12 juillet 1977, 650 ha. « Il y a lieu de remarquer que les orages en Beaujolais sont, durant l’été, d’une fréquence peu ordinaire » constatait J. Ébersolt (1930) et il est de fait que les années sans grêle font presque figure d’exception. Or, si les manifestations orageuses apparaissent le plus souvent localisées, les dégâts n’en sont pas moins importants. La chute de grêle, survenue dans la nuit du 23 au 24 juillet 1983, en fournit l’illustration : six communes du secteur des Beaujolais-Villages touchées seulement, mais un préjudice très lourd avec 380 viticulteurs sinistrés sur un effectif total de 581 et 1 580 ha de vigne ravagés sur 1910, dont 500 ha endommagés à plus de 80 %. Aussi, malgré les imperfections inhérentes à la formule, l’assurance est-elle encore le recours le plus sûr pour les viticulteurs soucieux de protéger leurs biens. À partir de 1966, des aides du Conseil général du Rhône se sont ajoutées aux subventions allouées par l’État aux agriculteurs souscrivant des contrats d’assurance-grêle. Le nombre de contrats et les superficies assurées ont dès lors augmenté régulièrement : 4 875 contrats pour 12 149 ha de vigne en 1982 contre 820 contrats pour 3 398 ha en 1966. Au total, près de 60 % de la surface viticole du département sont aujourd’hui couverts par l’assurance-grêle. Si l’on compare la fréquence des orages aux surfaces viticoles assurées, le fort degré de couverture dans les secteurs à hauts risques de l’appellation Beaujolais-Villages contraste avec la médiocrité relative de la protection dans la zone des crus où la menace, bien qu’atténuée, demeure cependant réelle. L’exposition particulière du Beaujolais « produit à la fois d’excellents vins et de magnifiques grêlons » remarquait F. Ruby. C’est bien là une traîtrise du climat que les vignerons ont souvent vérifiée à leurs dépens.

Figure 11. La fréquence de la grêle en Beaujolais et Lyonnais 1966-1983
Sources : arrêtés préfectoraux

C. Les nuances régionales et locales

104La diversité des conditions climatiques est attestée par la distribution des espèces végétales.

105Au-dessus de 600 mètres, les hautes terres de l’ouest se caractérisent par les contraintes d’un climat déjà montagnard. Les caractères en sont bien connus : longueur et rigueur des hivers ; instabilité des printemps, parfois hâtifs, plus souvent tardifs avec des gelées jusqu’en avril ou mai ; irrégularité des étés, tantôt frais et mouillés, tantôt voués aux lourdes chaleurs orageuses ; brièveté et allure capricieuse des automnes. De telles conditions excluent les cultures délicates comme la vigne. Celle-ci, lors de sa plus grande extension au milieu du siècle dernier, était cultivée en grand en dessous de 500 mètres, faisait des incursions sporadiques entre 500 et 600 mètres et disparaissait plus haut, hormis en de rares expositions exceptionnellement chaudes. Dans le cadre de l’économie ancienne, c’était la limite supérieure de la culture de la vigne qui établissait la ligne de partage entre la montagne aux maigres ressources et le bas pays plus favorisé.

106La forêt naturelle, largement attaquée par les hommes à la recherche de terres de culture au moment du maximum démographique de la première moitié du XIXe siècle, est une chênaie mixte avec châtaigniers, charmes et noisetiers jusqu’à une altitude de 600 à 700 mètres, mais la composition des boisements fait apparaître des différences notables entre les monts du Beaujolais, plus humides, et ceux du Lyonnais, plus secs. Le hêtre tend à supplanter le chêne sessile et le chêne pédonculé au-dessus de 600 mètres en Haut-Beaujolais, où son abondance relative souligne les contrastes pluviométriques entre l’ouest et l’est. Il se raréfie en revanche dans les monts du Lyonnais aux affinités méridionales plus marquées, sauf sur les versants nord, tandis qu’apparaît aux côtés du chêne le pin sylvestre. De même, le sapin pectiné, pratiquement absent du Lyonnais en tant qu’espèce spontanée, trouve son domaine d’élection en Beaujolais où il fait son apparition dès 650 mètres soit en massifs purs, soit en mélange avec des essences feuillues. M. Audin (1902) justifiait cette distribution par la sécheresse relative des monts du Lyonnais à l’intérieur desquels les précipitations ne dépassent guère le seuil de 800 mm qu’il considérait comme déterminant pour que le sapin vienne à l’état spontané et, au contraire, par l’humidité plus grande du Haut-Beaujolais, bien délimité par l’isohyète 900 mm. Dans les monts du Beaujolais l’exposition ne corrige pas sensiblement les effets de l’altitude, car si les principales vallées s’ouvrent vers le sud, les rétrécissements établis par les chaînons transversaux freinent la pénétration des influences méridionales. Toutefois, lorsque les vallées s’orientent d’est en ouest, les contrastes de végétation s’exacerbent entre le versant exposé au midi, largement voué aux cultures et toujours dénudé, et le versant tourné au nord, tapissé de bois et de prairies (P. Privat-Deschanel, 1901, a).

107Aux hauteurs de l’ouest, il faudrait ajouter les Terres Froides du Bas-Dauphiné, au climat humide et frais, où « lorsque la bise souffle sous un ciel bas et gris, l’impression est celle que l’on ressent parfois en montagne sur les plateaux de l’est de la France » (D. Faucher, 1927). La couverture forestière est une chênaie acidiphile à chêne sessile et surtout à chêne pédonculé dont les affinités avec les sols frais et humides sont bien connues. Les Terres Froides de l’Est, plus élevées, supportent des conditions climatiques semi-montagnardes qui se marquent dans l’acclimatation d’espèces descendues des massifs préalpins voisins.

108Tout autre est le visage offert par les vallées du Rhône, de la Saône et les coteaux avoisinants. Le contraste saisissant entre la végétation du Bas-Beaujolais et celle du Haut-Beaujolais suffit à en témoigner. Non seulement la flore naturelle s’appauvrit sensiblement dans le Bas-Beaujolais, mais elle présente un caractère thermophile et xérophile marqué. Alors que le climat du Haut-Beaujolais apparaît comme une forme de transition, aggravée par l’altitude, entre les climats océanique et continental, celui du Bas-Beaujolais fait partie de la chaîne des climats rhodaniens dans laquelle les influences méditerranéennes s’affirment peu ou prou. Il faudrait donc rattacher le premier au Massif central et le second à la moyenne vallée du Rhône (P. Privat-Deschanel, 1901, b).

109En fait, la variété des conditions topographiques introduit des combinaisons climatiques nombreuses dans l’univers des bas plateaux et des coteaux au voisinage des vallées du Rhône et de la Saône. L’exposition joue un rôle primordial, exacerbant ou annihilant les avantages thermiques associés à la pénétration des influences méridionales. Ainsi l’orientation ouest-est des principales vallées qui entaillent les bas plateaux du Lyonnais et du Beaujolais provoque des contrastes spectaculaires dans la distribution des espèces végétales entre les versants tournés au midi, occupés par des pelouses arides à flore xérophile et méridionale, et les versants regardant vers le nord couverts de bois plus frais à frênes et à fougères. L’apparition de colonies de plantes méridionales sur les coteaux bien exposés, dont certaines trouvent ici leur limite extrême vers le nord (A. Magnin, 1879), constitue d’ailleurs le caractère le plus original de la flore lyonnaise en même temps qu’un élément de son exceptionnelle richesse.

110D’après les travaux du botaniste lyonnais A. Magnin (1886), deux régions botaniques ressortent :

  • les coteaux du Rhône et de la Saône, à nuance chaude et sèche avec des températures moyennes annuelles de 12 à 13°, où la flore s’enrichit de nombreuses plantes thermophiles méridionales et méditerranéennes ;
  • les bas plateaux du Lyonnais, du Beaujolais et de l’ouest du Bas-Dauphiné entre 300 et 500 mètres, à nuance moins chaude, où l’arbre le plus commun est le chêne sessile, associé dans les secteurs les plus secs au chêne pubescent, et où les colonies de plantes méridionales se réduisent de façon sensible dans les expositions chaudes.

111L’atténuation des influences méditerranéennes vers le nord se marque non seulement dans l’appauvrissement progressif des espèces thermophiles et xérophiles méridionales, mais aussi dans la propagation des plantes cultivées encore que celle-ci obéisse autant, sinon plus, à des conditions économiques qu’à des caractères climatiques. Ainsi au milieu du siècle dernier avant que la pébrine ne vienne exercer ses ravages, la zone de production du mûrier, où « les vers à soie faisaient l’objet d’une industrie de quelque importance » (Greffier, 1900), se terminait aux environs de Condrieu, bien que l’arbre soit encore cultivé sporadiquement dans les expositions chaudes jusqu’à Montmerle dans la vallée de la Saône. De même, la répartition des principaux cépages employés dans la région lyonnaise montre que la Syrah et le Viognier, plants à maturité tardive, ne remontaient guère au-delà de Givors dans la vallée du Rhône.

112La diffusion des espèces thermophiles méridionales vers le nord met en évidence l’existence de deux seuils importants dans la région de Lyon : l’un entre Vienne et Givors, l’autre à hauteur du massif du Mont d’Or et de la côtière méridionale de la Dombes. Trois secteurs climatiques aux affinités méridionales inégalement marquées se succèdent ainsi du sud au nord :

  • le premier, au sud de Vienne, où le risque de sécheresse estivale s’impose avec force à l’agriculteur ;
  • le second, entre les vallées du Gier et de l’Azergues, où la fréquence déjà continentale des pluies orageuses de saison chaude n’élimine pas pour autant le risque de sécheresse estivale qu’aggrave la violence des vents desséchants venus du sud ;
  • le troisième, au nord d’Anse, où les influences méridionales s’effacent progressivement devant le renforcement du caractère continental du climat.
  • 8 L’évolage est la période où l’étang, mis en eau, est utilisé à des fins piscicoles, l’assec, celle (...)

113Enfin, le plateau de Dombes doit être dissocié de la vallée de la Saône car, hormis sur sa bordure occidentale protégée des vents pluvieux d’ouest par la barrière du Haut-Beaujolais, il offre une tonalité plus fraîche et plus humide. Les essences forestières silicicoles peu thermophiles, comme le bouleau, favorisé par l’homme, ou l’aulne blanc et le tremble, prennent place aux côtés du chêne sessile. On doit également noter la présence de nombreuses espèces montagnardes descendues du Jura qui s’accommodent fort bien des conditions locales (A. Magnin, 1883). Si sa flore n’est pas sans analogies avec celle des Terres Froides dauphinoises, la Dombes doit avant tout son originalité à l’existence d’un millier d’étangs, de formes et de dimensions d’une surprenante variété, que ramifie le lacis inextricable des fossés d’alimentation et de décharge. Les associations végétales hygrophiles associées à l’écosystème de l’étang sont d’une grande richesse dans le Centre-Dombes où la végétation modifie périodiquement son aspect au rythme de l’alternance de l’évolage et de l’assec8. Trois catégories de plantes se partagent l’étang en eau :

  • les plantes émergées se développent sur les rives entre le niveau des plus hautes eaux et la zone inondée en permanence. Elles représentent des espèces variées : scirpes et joncs, laîches ou carex.
  • les plantes flottantes sont formées de feuilles et de fleurs qui s’étendent à la surface de l’eau dans la partie la plus profonde de l’étang. C’est le cas notamment de la renoncule d’eau, plus connue sous le nom de « brouille » dans la contrée, et de la macre ou châtaigne d’eau.
  • les plantes immergées occupent la partie centrale de l’étang. Elles sont très variées et surtout caractérisées par des algues.

114Le jeu des diverses influences continentales, méditerranéennes et océaniques auxquelles se trouve soumise la région lyonnaise lui confère un climat singulièrement contrasté. La grande variabilité des conditions météorologiques suivant les saisons d’une année à l’autre accroît les risques pour l’agriculteur. Certes, la diversité de la topographie introduit de multiples nuances climatiques et autorise de subtiles combinaisons culturales selon les aptitudes locales ; mais les excès de sécheresse ou d’humidité, les brutales sautes d’humeur des températures et la violence des orages sont des préoccupations de tous les instants pour l’agriculteur et la source de bien des désagréments dans une région où rien n’est jamais définitif et où les plus belles promesses de récoltes peuvent se révéler parfois très décevantes le moment venu. De ce fait, la polyculture est longtemps apparue comme la meilleure garantie contre les caprices du temps car, comme le remarquait H. de Farcy (1950), les occupations contradictoires du paysan du Lyonnais ne réussissent jamais toutes en même temps.

III – La mosaïque des sols

115Au siècle dernier, les études agronomiques mettaient déjà l’accent sur la remarquable diversité des sols agricoles dans la région lyonnaise tout en soulignant leur médiocrité d’ensemble, voire leur pauvreté. Il suffit pour s’en convaincre de parcourir les écrits de F. Pourriau sur la Bresse et la Dombes (1858), de S. Gras sur le Dauphiné (1870) et de J. Deville sur le Lyonnais et le Beaujolais (1893).

116De fait, cette variété des sols n’est guère surprenante dans une région de contact associant des terrains d’âge et de nature fort divers. La bigarrure des cartes géologiques prouve amplement la prodigieuse variété des roches-mères incluant à peu près tous les termes de l’échelle lithologique, des roches magmatiques des massifs anciens aux lœss quaternaires des grandes vallées. Or, la roche-mère influe sur le sol par ses propriétés physiques et chimiques, lui conférant des caractères dits « hérités » dont découlent ses potentialités agronomiques.

117Si la roche-mère exerce une influence déterminante en tant que support d’un certain type de sol dont les qualités intrinsèques sont plus ou moins prisées des agriculteurs, il faut également prendre en considération le facteur topographique. La pente engendre des perturbations spectaculaires dans la distribution des types de sols par les modifications qu’elle introduit dans leur régime hydrique et dans leur texture. Le jeu combiné des phénomènes d’érosion, accentués par l’intensité estivale des précipitations, et du lessivage oblique fait apparaître le long des versants des chaînes de sols dont les agriculteurs ont su tirer un habile parti. Il suffit pour s’en convaincre de considérer l’organisation traditionnelle des finages villageois dans les secteurs accidentés. Ainsi en Bas-Dauphiné la vie rurale s’est organisée autour des villages de pied de coteau en combinant les aptitudes agricoles des différents sols : céréales à la base des versants, jardins et arbres fruitiers autour du village, vignes plus haut. Dans les monts de Tarare et du Beaujolais, ce sont les multiples replats rompant la continuité des versants qui ont attiré les hameaux. Ce site offrait la possibilité de combinaisons agricoles variées : céréales sur les meilleures terres des replats, bien égouttées et enrichies par les apports d’amont ; champs temporaires sur les sols minces des parties sommitales ; prairies médiocres, imbibées d’infiltrations aqueuses des fonds de vallées et des dépressions ; parfois vigne sur les terres sableuses légères des versants les mieux exposés.

118Du fait de la grande variété des situations topographiques et des roches-mères, la bigarrure des sols est extrême, comme en attestent les cartes pédologiques au 1/25 000 établies pour le secteur Lyon-Roussillon même si l’échelle retenue simplifie beaucoup la réalité (J.-P. Legros, A. Guyon, 1970, M. Bomand, A. Guyon, 1971). Nous nous bornerons pour notre part à esquisser une classification des types de sols les plus représentatifs en faisant intervenir conjointement la nature de la roche-mère et les conditions topographiques (fig. 12).

A. Les sols sur formations anciennes

119La nature siliceuse des roches confère une tonalité d’ensemble aux sols du Lyonnais et du Beaujolais. Il s’agit de sols légers, de texture sableuse à sablo-limoneuse, en général peu profonds, se ressuyant vite après l’averse. Ce sont des terres sensibles à la sécheresse, sauf lorsque le manteau d’arène est épais. Cet inconvénient est d’autant plus ressenti par les agriculteurs que le milieu est dépourvu de réserves aquifères susceptibles de permettre un arrosage prolongé des cultures. Les sources sont nombreuses, mais sujettes à de fortes baisses de débit en été, allant même jusqu’au tarissement après quelques jours de sécheresse. Or, n’oublions pas que juillet est un mois déficitaire en précipitations dans la région lyonnaise. Les caractères hydrologiques originaux des régions cristallines ont entraîné des difficultés au moment de l’établissement des premiers réseaux communaux d’adduction d’eau en Lyonnais, car il fallait tenir compte des fortes fluctuations des sources au cours de la période estivale et prévoir le captage de débits « supérieurs de plus de moitié, sinon des deux tiers, aux besoins réels en temps normal » (C. Roux, 1913). Les sols nés de la décomposition des roches cristallines sont d’autre part toujours acides et consacraient jadis la primauté du seigle sur le blé. Les terres laissées à l’abandon sont d’ailleurs rapidement colonisées par des plantes calcifuges adaptées à des pH assez bas, comme la fougère, la bruyère ou la petite oseille.

Figure 12. Esquisse morpho-pédologique.

120La variabilité des sols est extrême en pays cristallin, car « si du point de vue chimique l’altération des roches quartzo-silicatées s’opère de manière uniforme, du point de vue mécanique ou physique le processus d’altération est très irrégulier, non seulement entre les diverses roches mais pour chaque roche prise isolément » (C. Roux, 1896). Les brusques variations de profondeur d’une parcelle à l’autre, voire à l’intérieur d’une même parcelle, sont bien connues dans les régions cristallines où « les changements sont si amples, si nombreux, si fréquents sous l’apparente uniformité ou répétition des ensembles » (L. Gachon, 1952).

121Les roches éruptives affleurent sur de vastes étendues dans les monts du Lyonnais, au nord de la vallée de la Brévenne, ainsi que dans les monts du Beaujolais. Le granite porphyroïde des massifs de Saint-Laurent-de-Chamousset et de Fleurie-Odenas se décompose profondément en un gore peu résistant, s’effritant facilement. Le Gamay donne d’excellents produits sur ces sols sableux et légers qui s’égouttent rapidement. Les conditions sont loin d’être aussi favorables dans la montagne beaujolaise, où les granulites se décomposent mal en un sol rocailleux, peu profond, « le plus mauvais de ceux qui appartiennent aux terrains anciens et de transition » (Gruener, 1857). Les tufs rhyolitiques donnent des terres un peu meilleures, encore que les variantes soient nombreuses selon la structure de la roche-mère, depuis les sols assez profonds du bassin d’Amplepuis jusqu’aux sols minces et rocailleux des environs de Tarare.

122Les roches métamorphiques, en particulier les gneiss, prennent une grande place dans les monts du Lyonnais et sur leur piedmont. « Les divers faciès se distinguent surtout par l’épaisseur de l’altération, l’action des agents de la pédogénèse n’étant pas assez forte pour décomposer profondément les minéraux constitutifs » (M. Dumollard, 1952). Ainsi les gneiss supérieurs feuilletés se décomposent plus facilement que les gneiss inférieurs granitoïdes et donnent des terres un peu plus profondes. Dans le secteur d’Ampuis, les micaschistes portent des sols sableux et caillouteux, pauvres en argile, très perméables, qui « remplissent toutes les conditions pour produire de bons vins : grande abondance de cailloux ; prépondérance de la silice, élément de la finesse ; proportion élevée de fer ; pauvreté chimique » (Lyon et la région lyonnaise, 1906). Au nord, les schistes verts de la série de la Brévenne donnent d’assez bonnes terres agricoles, d’autant plus fortes et fertiles qu’ils s’éloignent davantage de l’état cristallin massif par leur teneur en éléments élastiques et en argile.

123Dans la montagne beaujolaise, les petits affleurements épars de schistes et de grès carbonifères correspondent à des sols assez profonds, d’autant plus appréciés des agriculteurs qu’ils ne peuvent compter habituellement que sur des terres fort ingrates. Les lentilles calcaires qu’ils renferment ont permis d’alimenter quelques fours à chaux locaux vers le milieu du XIXe siècle avant que ne triomphent, avec le chemin de fer, les chaux du Jura et de Bourgogne. Dans le Beaujolais viticole, les schistes micacés, qui abondent autour du mont Brouilly et dans le secteur du haut Morgon, donnent, surtout lorsqu’ils sont injectés de diorite, de bons sols viticoles, assez tenaces et profonds, connus localement sous le nom de « morgons ». Les vins produits ici sont plus colorés et plus corsés que ceux provenant des sols d’arène granitique.

124Enfin, les sols du piedmont beaujolais, développés sur un matériel de transport ancien remanié au Quaternaire par des écoulements boueux se caractérisent par de fortes variations granulométriques d’un profil à l’autre et une tendance à l’hydromorphie inégalement prononcée selon les lieux.

125Les caractères physiques des sols sont fonction de la pente. Lorsque celle-ci excède 12 à 15 %, les sols d’érosion lithiques se généralisent. Au-dessus de 800 mètres, l’altitude constitue un facteur aggravant : la matière organique se décompose mal et le rapport carbone/azote est très élevé. On passe alors à des sols humifères connus sous la dénomination de « terres à bruyère ». Les meilleurs sols se rencontrent sur les pentes moyennes de 3 à 8 %. Ils présentent de bonnes conditions de drainage qui leur permettent de compenser par des apports d’amont les pertes qu’ils éprouvent par lessivage oblique, une texture moins grossière et mieux équilibrée que les sols squelettiques des secteurs plus pentus, une profondeur satisfaisante. Lorsque les pentes sont très faibles, les sols s’épaississent, s’enrichissent en argile et deviennent plus difficiles à travailler. Ainsi les colluvions argileuses, tapissant les cuvettes mal drainées à la surface du plateau lyonnais, donnent des terres lourdes, à caractère hydromorphe accentué, auxquelles les agriculteurs locaux, plus habitués à des sols légers faciles à travailler, ont donné le nom significatif de « glaise ».

126Dans les régions cristallines, les sols diffèrent plus d’une roche-mère à l’autre par leurs caractères physiques que par leur nature chimique. Au XIXe siècle, les écrits s’accordaient pour déplorer la pauvreté chimique des sols des monts du Lyonnais et du Beaujolais. Les analyses effectuées par le laboratoire de géologie de la Faculté des Sciences de Lyon à la fin du siècle ont montré que cette réputation légendaire de pauvreté n’était pas usurpée. Les taux d’azote et d’acide phosphorique atteignaient à peine la moitié de la valeur considérée comme normale à l’époque dans des sols fertiles, soit 1,2 g/kg de terre (J. Deville, J. Raulin, L. Vignon, 1894-1897). Cette ingratitude des sols justifiait la primauté ancienne du seigle sur le froment ainsi que certaines pratiques de pays pauvre comme l’essartage.

127Aujourd’hui, l’état chimique des sols pouvant être amélioré grâce à l’utilisation des engrais industriels, c’est la pente qui constitue désormais le principal facteur limitant.

B. Les sols sur formations calcaires secondaires

128Les affleurements calcaires ont une importance modeste dans la région étudiée. Les plus étendus se rencontrent dans le Bas-Beaujolais sédimentaire, le mont d’Or et l’île Crémieu.

129Dans les coteaux du Bas-Beaujolais, la distribution des sols est la suivante :

  • au sommet, des rendzines initiales, minces et très caillouteuses ;
  • dans la partie médiane, des rendzines anthropiques aux qualités améliorées par le travail du sol ;
  • à la base, des sols bruns calcaires plus profonds établis sur marnes et éboulis calcaires de bas de pente.

130Le Gamay a une affinité plus grande pour les terres siliceuses du Haut-Beaujolais que pour les terres argilo-calcaires du Bas-Beaujolais où le fort pouvoir chlorosant du calcaire nécessite l’emploi de porte-greffes particulièrement vigoureux. Les vins produits dans les terroirs argilo-calcaires du Bas-Beaujolais sont d’une moins grande finesse et d’une qualité plus ordinaire que ceux qui proviennent des terroirs cristallins du Haut-Beaujolais.

131Dans le massif du mont d’Or, la vigueur du relief facilite l’action de l’érosion et limite les aptitudes agricoles des parties sommitales. Plus bas, les rendzines développées sur les calcaires massifs coexistent avec les sols bruns calcaires établis sur les niveaux marneux et les colluvions des bas de pentes.

132Le plateau de Crémieu, comme les Terres Froides voisines, a été recouvert par les glaciers quaternaires. De ce fait, la nature des sols se modifie selon que le calcaire affleure ou se trouve masqué par des dépôts glaciaires. Les affleurements calcaires, très développés à l’ouest du plateau, portent des rendzines ou des sols bruns calciques très peu épais laissant apparaître le rocher à nu de place en place. Ces « terres ardentes », très arides en été, sont largement vouées aux taillis de chênes et aux landes à buis et genévriers. Les meilleurs sols agricoles correspondent aux placages glaciaires qui parsèment la surface du plateau et tapissent le fond des dépressions. « Plus fertiles, ils sauvent la région d’une indéniable pauvreté, mais ils n’apportent pas la richesse » (L. François, 1928). À la lisière sud du plateau, les coteaux calcaires, empâtés d’alluvions et de colluvions glaciaires, qui bordent la dépression humide des Vernes, apparaissent comme le site préféré des villages. Ici, les habitants pouvaient combiner les ressources de divers terroirs : prés dans la plaine humide, céréales et vigne au flanc des coteaux exposés au midi, bois et pacages sur le plateau.

C. Les sols sur formations glaciaires et limons des plateaux

133Les formations glaciaires recouvrent la majeure partie de la surface des plateaux situés à l’est de la Saône et du Rhône. Toutefois, il convient d’opérer une distinction entre les sols sur formations fines de la Dombes et ceux sur formations grossières du Bas-Dauphiné.

1. Les sols sur formations fines

134Dans la Dombes centrale et orientale, les limons de recouvrement sont totalement décalcifiés et constituent un lehm blanchâtre, imperméable et siliceux. Les sols se caractérisent par une hydromorphie très accusée. « Que le profil soit entièrement développé dans un limon ou qu’un niveau d’argile soit atteint à faible profondeur, ce sont toujours des sols hydromorphes, peu humifères, à pseudo-gley de surface » (P. Benoit-Janin, 1968, a). Les conditions locales apparaissent très favorables au développement de phénomènes d’engorgement : d’une part, des sols silico-limoneux formés à partir d’une roche-mère acide, limoneuse en surface, plus argileuse et plus imperméable en profondeur ; d’autre part, des pentes dans l’ensemble très faibles. Les types d’hydromorphie peuvent être classés en quatre catégories par ordre d’intensité croissante :

  • pseudo-gley moyennement profond apparaissant sous une forme diffuse entre 60 et 80 cm dans les sols bruns sur limons et limons caillouteux des versants à pente moyenne ;
  • pseudo-gley peu profond se manifestant entre 30 et 40 cm dans les sols hydromorphes lessivés sur limons à pente moyenne à faible ;
  • pseudo-gley superficiel et généralisé affectant les sols lessivés dégradés sur limons à pente faible à nulle ;
  • sols alluvio-colluviaux hydromorphes à amphigley des vallées humides et à gley des fonds d’anciens étangs (A. Chalamet, 1971).

135La question de l’assainissement s’avère cruciale dans la Dombes humide, car l’hydromorphie a toujours des conséquences néfastes du point de vue agricole.

136À l’ouest et au sud-ouest du plateau, la valeur agronomique des terres s’améliore nettement. Les formations glaciaires sont recouvertes par un lœss décalcifié qui présente cependant d’assez bonnes conditions de drainage. Les sols bruns faiblement lessivés à pseudo-gley de profondeur occupent une large place et constituent de bonnes terres de culture en dépit de leur relative fragilité structurale.

137Au nord, le passage de la Dombes à la Bresse s’accompagne d’une bigarrure accrue des sols : terres limoneuses du sommet des mamelons, terres marneuses à flanc de versant, terres argileuses des fonds de vallons. Tous ces sols sont soumis à un engorgement saisonnier, plus ou moins prolongé, qui gêne leur mise en valeur.

2. Les sols sur formations grossières

138Les formations mollassiques, constituant l’ossature des plateaux du Bas-Dauphiné, n’ont qu’une influence limitée sur la répartition des sols. Dissimulée tantôt sous les cailloutis pliocènes, tantôt sous les alluvions glaciaires et fluvioglaciaires quaternaires, la mollasse n’affleure qu’au flanc des versants des vallées. Deux situations topographiques et pédologiques doivent être distinguées :

  • d’une part, celle des pentes mollassiques fortes, occupées par des régosols à profils souvent rajeunis par décapage et colluvionnement. La texture grossière, l’absence de structure, la faiblesse de la capacité d’échange confèrent à de tels sols une grande sensibilité à l’érosion et à la sécheresse. Ces terroirs très pentus, à faible valeur agricole, ont été progressivement abandonnés et sont aujourd’hui voués à la friche et aux maigres taillis de chênes et de genévriers à pelouse xérophile.
  • d’autre part, celle du pied des versants recouvert de colluvions où se mêlent argiles glaciaires, sables, marnes, cailloux de nature diverse et que tapissent des sols bruns à pH voisin de la neutralité, voire légèrement alcalin. Ces sols, assez profonds et bien pourvus d’éléments fertilisants, ont joué un rôle primordial dans l’économie ancienne des coteaux bas-dauphinois, surtout lorsque l’exposition au midi en faisait des terres chaudes vouées à la vigne et aux arbres fruitiers.

139À l’extrémité sud-ouest des Terres Froides, le plateau de Bonnevaux, épargné par les glaciers quaternaires, forme un ensemble original du point de vue pédologique. Les formations caillouteuses villafranchiennes couronnant le soubassement mollassique sont en partie recouvertes de dépôts éoliens anciens. Près des bordures du plateau, les cailloutis privés de limons portent des sols lessivés acides à forte charge caillouteuse. Ailleurs, les limons donnent des « terres blanches » dont les caractères rappellent la Dombes humide. Ce sont des sols lessivés, acides, hydromorphes, affectés d’un pseudo-gley vers 40 cm de profondeur, les plus mauvais du Bas-Dauphiné avec ceux du plateau de Chambaran. « Poisseux quand il pleut, durs quand il fait sec, pauvres en tout temps » (P. Veyret, 1965), ils ont découragé les initiatives paysannes et favorisé la forêt qui s’y étend largement en taillis de feuillus sans grande valeur.

140Dans les Terres Froides proprement dites, le soubassement mollassique disparaît sous les moraines et les colluvions morainiques. La moraine de fond, bien représentée à la surface des plateaux, constitue l’argile à blocaux plus connue dans la région sous l’appellation de terre à pisé. « C’est une argile bleuâtre et rougeâtre à la surface mal stratifiée, plus ou moins mélangée de sable ou de graviers fins avec beaucoup de galets à face plane striée » (J. Bordas, 1949). Sous l’apparente médiocrité d’ensemble des sols se dissimule une grande variété. L’hétérogénéité du matériau glaciaire et la diversité des conditions topographiques se traduisent par des variations incessantes de profondeur et d’hydromorphie. Sur moraine, on observe fréquemment l’association de sols caillouteux et acides, fersiallitiques sans réserve calcique, localement tronqués sur les pentes fortes, et de sols dégradés lessivés hydromorphes. Ils ont en commun une texture grossière (40 à 60 % de cailloux), une acidité assez marquée (pH entre 5 et 6) et une perméabilité limitée qui ralentit le drainage et rend difficile leur travail en saison humide. « Imperméables, se gorgeant d’eau après les pluies, pauvres en éléments fertilisants, ces sols ont une réputation bien établie de pauvreté » (R. Lebeau, 1981).

D. Les sols sur formations alluviales des vallées

141Il est nécessaire d’opérer une distinction entre les grandes vallées alluviales, à systèmes de terrasses plus ou moins compliqués et sols d’une prodigieuse variété, et les petites vallées affluentes, à sols alluviaux peu évolués soumis à des phénomènes d’hydromorphie plus ou moins prononcés. Ce sont essentiellement les sols des grandes vallées qui retiendront notre attention.

1. Les sols des terrasses

142L’intense alluvionnement suscité par la fonte des glaciers quaternaires a eu pour résultat l’aménagement de niveaux fluvio-glaciaires étagés dans les principales vallées. Une distinction s’impose selon l’âge des dépôts entre les sols des basses terrasses (niveaux würmiens), des moyennes terrasses (niveaux rissiens) et des hautes terrasses (niveaux mindeliens et günziens).

a) Les sols des basses terrasses

143Les basses terrasses contemporaines des divers stades du Würm correspondent à des formations à éléments grossiers abondants et peu émoussés. Ces alluvions sablo-caillouteuses occupent les larges couloirs fluvio-glaciaires de la plaine lyonnaise et se terminent au-dessus du Rhône par la terrasse de Villeurbanne. Elles bordent le fleuve en aval des Roches-de-Condrieu et surtout sont largement développées dans le couloir de Bièvre-Valloire où elles forment le niveau plancher des différentes nappes superposées. On peut également leur adjoindre les terrasses de la basse vallée de l’Ain édifiées en fonction des niveaux de base locaux représentés par les lacs de barrage morainique de l’époque würmienne.

144Les sols développés sur ces matériaux alluviaux caillouteux se rattachent à la famille des sols fersiallitiques peu lessivés à réserve calcique. La proportion de cailloux varie de 30 à 50 % dans les horizons de surface et peut atteindre 60 à 70 % dans les couches profondes. Si ces sols caillouteux ne présentent pas de difficultés particulières en ce qui concerne leur travail, ils souffrent néanmoins de la faiblesse de leurs réserves hydriques et minérales (P. Benoit-Janin, 1968, b). Leurs potentialités agronomiques s’avèrent très inégales : assez bonnes lorsque la couche de terre fine est suffisante, médiocres dans le cas contraire.

b) Les sols des moyennes terrasses

145Sur les moyennes terrasses des divers stades du Riss prennent place des sols rouges fersiallitiques modérément lessivés à faible réserve calcique. Ces sols, caractérisés par l’existence d’un horizon intermédiaire graveleux entre les horizons de surface et les horizons argilliques profonds, sont présents dans la Bièvre (terrasse de Sardieu), le Liers (terrasse de Faramans) et la Valloire surtout (terrasse de Lapeyrouse-Mornay). Ils tapissent aussi les lambeaux de terrasses déchiquetées de la vallée du Garon, au sud de Lyon.

146Lorsque les moyennes terrasses sont revêtues de lœss ou de limons éoliens, on passe à des sols de texture limoneuse ou limono-sableuse qui se rattachent à la famille des sols calcaires ou calciques. F. Gréaume (1942) insiste tout particulièrement sur la valeur agronomique des sols des moyennes terrasses de la Valloire, terres franches ne redoutant ni la sécheresse, ni l’humidité, faciles à travailler : « les meilleurs sols de la Valloire ».

c) Les sols des hautes terrasses

147Les hautes terrasses sont moins développées que les moyennes et les basses terrasses. Elles se localisent essentiellement au débouché de la Valloire dans la vallée du Rhône et se rattachent à des niveaux mindeliens (terrasses de Tourdan et des Chais) ou günziens (terrasses d’Agnin-Montailloud et de Louze). Les sols rouges fersiallitiques rappellent ceux des moyennes terrasses, mais leur acidification est beaucoup plus poussée.

148L’épaisseur de l’altérite atteint en général plusieurs mètres, exceptionnellement 10 à 11 mètres sur le plateau de Louze où l’intensité des processus de pédogénèse se manifeste par l’apparition d’un profil lessivé sur 3 mètres de profondeur. Ces sols présentent une réaction nettement acide (pH voisin de 5 sur le plateau de Louze) et leur profil montre des horizons de surface totalement décalcifiés, à forte proportion de quartzites de grande taille. Très filtrants, ils manquent de réserves hydriques, mais présentent d’assez bonnes aptitudes à l’irrigation.

149Les sols des hautes et des moyennes terrasses ne se limitent pas aux sols fersiallitiques développés sur les cailloutis quaternaires. S’y ajoutent en effet des sols établis sur des matériaux d’origine lœssique qui revêtent aussi parfois les moraines antérieures au Würm ancien de l’ouest du Bas-Dauphiné. Les travaux de T.Y. Suen 1934) (et de F. Bourdier (1962) soulignent que le lœss, roche d’origine éolienne, a pu se former sous des climats froids allant du Villafranchien au Würm. Les plus importants affleurements paraissent devoir se rattacher à la période würmienne (J. Viret, 1939). L’érosion n’a laissé subsister que des lambeaux des anciennes nappes de lœss, conservés dans des secteurs abrités, véritables « pièges à lœss » (Y. Bravard, 1963), comme à l’extrémité de la Valloire.

150Dans la région lyonnaise, les lœss typiques ont une teneur en calcaire généralement supérieure à 20 % et un pH compris entre 8 et 8,5. Ce sont des sols à texture moyenne, riches en limons grossiers et en sables fins. Des accumulations de calcaire se remarquent dans les horizons profonds et revêtent la forme de pseudo-mycellium, voire de poupées calcaires. Les sols bruns calcaires sur lœss se distinguent par un horizon (B) structural et par un faible indice d’entraînement du fer. Sur lehm, on observe souvent un lessivage des horizons superficiels et la formation d’un horizon B bien différencié, avec enrichissement en argile.

  • 9 Retenons principalement parmi les conseils prodigués aux agriculteurs :

151Les sols limoneux saturés sont voués essentiellement à la grande culture céréalière, tandis que les sols limoneux acides conservent une agriculture plus traditionnelle à base de polyculture et d’élevage. D’une manière générale, les sols riches en limons souffrent d’une sensibilité plus ou moins grande à la battance qui provoque un encroûtement superficiel et diminue la perméabilité, d’où la nécessité pour les agriculteurs d’employer des techniques culturales adaptées aux conditions de texture9.

2. Les sols jeunes des vallées

152Les alluvions récentes sont très hétérogènes dans les principales vallées où les variations de granulométrie s’avèrent aussi soudaines que spectaculaires.

153Le long de la Saône, les dépôts alluviaux, formés essentiellement de matériaux à dominante de limons et de sables, apparaissent dépourvus d’éléments grossiers et de calcaire. Mais leur granulométrie n’est pas uniforme : « les variations sont souvent brutales, aussi bien d’un profil à un autre que dans chaque profil où l’on peut observer la superposition de matériaux différents » (P. Benoit-Janin, 1969). Le long du Rhône et de l’Ain, le matériel est plutôt composé de sables calcaires, mais inclut des lentilles de graviers et de galets.

a) Les sols bruts d’alluvions

154Ces sols minéraux bruts de texture plutôt grossière, souvent sableuse à sablo-limoneuse, sont très représentés dans les vallées du Rhône et de l’Ain. L’horizon superficiel correspond à la roche mère alluviale grise, pauvre en argile, chargée de calcaire. Si les teneurs en calcaire total sont d’ordinaire comprises entre 20 et 40 %, elles peuvent atteindre parfois des valeurs beaucoup plus élevées. On a relevé des taux allant de 64 à 72 % dans le secteur de Loyettes (G. Faurie, 1971). Par contre, les pourcentages de calcaire actif restent modestes et sont compris entre 1 et 8 %. Dotés d’une bonne perméabilité et faciles à travailler, les sols sur sables calcaires présentent des caractéristiques physiques appréciées des agriculteurs. Toutefois, à l’instar de tous les sols sableux, ils sont sensibles à la sécheresse. Dans la plaine de l’Ain leur bilan hydrique, souvent déficitaire en saison chaude, constitue un facteur limitant pour certaines cultures comme le maïs en l’absence d’irrigation.

b) Les sols alluviaux hydromorphes à gley

155Lorsqu’ils sont au contact prolongé de nappes aquifères, les sols développés sur des alluvions fines de texture limoneuse ou argileuse sont marqués par des processus de gleyfication d’intensité variable.

156Dans les lônes du Rhône soumises à des inondations périodiques et colmatées par des alluvions fines à base de limons et de sables fins, on peut observer des sols minéraux hydromorphes à horizon de surface enrichi en matière organique et portant à une profondeur moyenne un gley gris-bleu avec des taches rouille.

157Les sols hydromorphes minéraux à pseudo-gley de surface ou de faible profondeur sont largement développés sur les limons argileux et les argiles limoneuses de la partie centrale de la vallée de la Saône. Lorsque les limons reposent sur un niveau argileux à faible profondeur, on passe dans les secteurs les plus mal drainés à des sols humiques à gley caractérisé sous une végétation palustre.

158Les sols hydromorphes organiques se localisent essentiellement dans les secteurs marécageux de la Dombes (marais des Échets) et du Bas-Dauphiné (marais de Bourgoin et de Morestel). Leur mise en valeur se heurte à des problèmes d’assainissement d’ampleur inégale selon les situations topographiques. Si la culture du maïs peut constituer une nouvelle utilisation agricole, des difficultés surgissent néanmoins dans le cas de plantations effectuées sur des limons tourbescents inondés périodiquement lors des séquences de fortes précipitations et sur les tourbes à fort pourcentage de matière organique (J. Bordas, 1946). Un contrôle rigoureux de la nappe s’impose en fonction des conditions hydrologiques locales, car un abaissement trop brutal risquerait d’assécher irréversiblement le niveau de tourbe, rendant ainsi les sols impropres à toute culture (G. Pautou, J.-P. Bravard, 1982).

159Le tableau des sols que nous avons dressé donne une représentation schématique et partielle de la réalité. D’une part, n’ont été retenus que les types de sols correspondant aux affleurements et aux dépôts les plus répandus et, d’autre part, les multiples combinaisons introduites par la topographie compliquent à plaisir les données pédologiques locales. Il en résulte une extraordinaire marqueterie de sols qui impose des adaptations culturales menues à l’échelle du microterroir, voire de la parcelle. Ce sont là des conditions mieux adaptées au contexte technique et économique de l’agriculture traditionnelle qu’à celui de l’agriculture moderne. Si les nouvelles techniques d’amélioration des sols autorisent aujourd’hui la remise en cause des classifications anciennes entre bonnes et mauvaises terres, il n’en demeure pas moins que le morcellement accentué des terroirs ne s’accorde guère avec les impératifs productivistes de l’agriculture de marché.

160C’est donc une prodigieuse diversité physique qui règne autour du confluent de la Saône et du Rhône. L’espace s’y morcelle en une série d’unités naturelles bien individualisées, qui tirent leur originalité aussi bien de caractères morphologiques ou pédologiques que de nuances climatiques. Il en résulte une grande variété dans les systèmes d’utilisation du sol et les formes d’agriculture. Au-dessus de 500 à 600 mètres, l’herbe l’emporte sur les labours, mais plus ou moins nettement. Elle occupe les quatre cinquièmes de la SAU dans le Haut-Beaujolais, les deux tiers dans les monts du Lyonnais et un peu plus de la moitié dans les Terres Froides. Cette orientation herbagère s’est substituée tardivement à une vieille tradition de polyculture céréalière comme le montre la comparaison des natures de culture portées sur les matrices cadastrales de 1913 et 1963. Alors que les prairies naturelles occupaient 33 % de la SAU dans la montagne beaujolaise en 1913, leur part atteint 72 % en 1963. La progression, bien que moins spectaculaire, est cependant très nette dans les monts du Lyonnais : 57 % de la SAU en 1963 au lieu de 33 % un demi-siècle plus tôt. Inversement, les labours prédominent dans les plaines et les bas plateaux. Mais là aussi de fortes différences apparaissent : la part des terres labourables passe de 60 % de la SAU dans les Terres Froides de l’Ouest et la Dombes à plus de 80 % dans la plaine lyonnaise et la basse vallée de l’Ain où les conditions agronomiques se révèlent plus favorables à la culture des céréales qu’à l’herbe. Enfin, la vigne et les arbres fruitiers, cultures délicates aux affinités déjà méridionales, s’imposent le long de la grande vallée méridienne où coulent la Saône et le Rhône.

161Toutefois, cette diversité des aptitudes agricoles ne doit pas faire illusion : les pays qui entourent Lyon sont médiocrement doués par la nature. Rien n’y est jamais facile et les conditions naturelles souvent contraignantes : lorsque la pente n’est pas mise au banc des accusés, ce sont les sols dont se plaint l’agriculteur ou les traîtrises du climat qu’il déplore. Sans doute ne faut-il pas noircir le tableau à l’excès ; tout n’est pas qu’ingratitude, tant s’en faut. Mais il n’en demeure pas moins vrai que la nature manque ici singulièrement de générosité. Et pourtant, ces campagnes sont chargées d’hommes...

Notes

1 C’est Aymar du Rival qui semble avoir été à l’origine de cette dénomination au XVIe siècle (Description du Dauphiné, de la Savoie, du Comtat-Venaissin, de la Bresse, d'une partie de la Provence, de la Suisse et du Piedmont au XVIe siècle. Traduction de A. Macé, Grenoble, Charles Villot Libraire, 1852).

2 La partie supérieure du calcaire bathonien de l’île Crémieu prend le faciès « choin ». De couleur gris clair, le « choin » donne une excellente pierre de taille, à la fois facile à travailler et très résistante aux intempéries, dont l’emploi a profondément marqué l’architecture lyonnaise.

3 La même remarque vaut pour la plaine de la Saône qui, du fait du rejet de la rivière au pied du Massif central, est privée d’une artère centrale (A. Gibert, 1939).

4 Rappelons qu’un tracteur agricole ordinaire peut travailler en tous sens des pentes inférieures à 10 %, qu’il doit travailler selon les lignes de plus grande pente lorsque celle-ci se situe entre 10 et 20 % et qu’au-delà s’impose l’emploi d’un matériel spécialisé, moins puissant et plus coûteux, ou plus simplement le bras de l’homme.

5 La répartition des grandes masses d’air pour la période 1946-1954 est la suivante : air polaire maritime 51 % ; air polaire continental 39 % ; air arctique maritime 4,4 % ; air tropical maritime 2,2 % ; air arctique continental 1,9 % ; air méditerranéen 1,5 %. (G. Blanchet, 1959)

6 En vertu de la loi du 10 juillet 1964, le Fonds National des Calamités Agricoles indemnise les exploitations qui ont éprouvé une perte atteignant au moins 12 % du produit brut d’exploitation ou 15 % du produit brut de la culture déclarée sinistrée.

7 Nous avons prolongé la série établie par J. Chassagny (1951) à Saint-Genis-Laval afin de pouvoir disposer de données sur un siècle. La variation s’établit du simple au triple entre les années extrêmes. La plus sèche, 1921, a reçu 391 mm et la plus arrosée, 1917, 1 012 mm.

8 L’évolage est la période où l’étang, mis en eau, est utilisé à des fins piscicoles, l’assec, celle où, après avoir été vidé, il est cultivé.

9 Retenons principalement parmi les conseils prodigués aux agriculteurs :

  • les labours effectués à petite vitesse pour éviter la pulvérisation de la terre et conserver un état motteux à la couche arable ;
  • la restitution de la matière organique par enfouissement des pailles ou apport d’engrais verts pour améliorer l’état structural du sol.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Relief, hydrographie
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16791/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Légende Figue 2. Carte des pentes
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16791/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Légende Figure 3. Isohyètes annuelles et régimes pluviométriques (moyenne 1951-1980)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16791/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Figure 4. Coefficients pluviométriques relatifs 1951-1980
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16791/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende Figure 5. Fréquence des gelées à Lyon-BronNombre de jours de gel en 50 ans Calculs effectués par pentades d’après les relevés quotidiens de la station Lyon-Bron de 1922 à 1971
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16791/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Figure 6. Variation annuelle des précipitations à Lyon-Bron1922-1981
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16791/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Figure 7. Diagrammes ombrothermiques 1961-1980Calculs d’après l’échelle de Gaussen P = 2t et P = 3 t
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16791/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Figure 8. Séquences de sécheresse et subsécheresse selon la méthode de GaussenSécheresse P = 2t, subsécheresse P = 3t
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16791/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Légende Figure 9. Rose des vents 1951-1980
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16791/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Figure 10. Bilans hydriques comparés 1976-1983
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16791/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Légende Figure 11. La fréquence de la grêle en Beaujolais et Lyonnais 1966-1983Sources : arrêtés préfectoraux
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16791/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Légende Figure 12. Esquisse morpho-pédologique.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16791/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 503k

© Presses universitaires de Lyon, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search