Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon et ses campagnes

 | 
Richard Sceau

Introduction

Texte intégral

1La région lyonnaise, à la charnière des hautes terres cristallines de l’est du Massif central et des plateaux détritiques de l’avant-pays alpin, se révèle d’une grande diversité. Le relief y morcelle l’espace en une mosaïque de petites unités aux contours bien tranchés. Or, l’histoire n’a pas contribué à donner à cette région l’unité que la nature lui refusait : les ensembles territoriaux, qui s’articulent autour du confluent du Rhône et de la Saône, ont connu des destinées politiques divergentes. Le fleuve a longtemps fixé la frontière entre le Royaume et l’Empire, privant ainsi Lyon d’une influence politique à la mesure de son rayonnement économique et financier. À la fin de l’Ancien Régime, l’autorité du gouverneur du Lyonnais ne s’exerce que sur une circonscription territoriale restreinte, à l’ouest de la ville. Aux portes mêmes de la cité, le Dauphiné, à l’est, échappe à sa juridiction, tandis que la petite principauté souveraine de Dombes, au nord, défend vigoureusement ses privilèges. À dire vrai, le pouvoir royal, soucieux de cantonner la ville dans sa vocation première de capitale des marchands, n’est pas étranger à cet amoindrissement politique que déplore le patriciat lyonnais.

2Lyon est donc au lieu de rencontre d’ensembles territoriaux fort différents tant au plan géographique que dans leurs fondements historiques. Le Lyonnais, le Beaujolais, la Dombes et le Bas-Dauphiné constituent des entités originales dont la personnalité procède de combinaisons humaines et économiques variées. Mais dans cet ensemble spatial prodigieusement diversifié, des complémentarités se dessinent et des solidarités se développent sur l’initiative de la ville. R. Dugrand (1963) s’est intéressé à la vie des campagnes pour comprendre certains traits des villes du Bas-Languedoc et dégager les mécanismes de fonctionnement du réseau urbain régional. C’est une démarche en quelque sorte inverse qui nous a conduit à pénétrer la vie de la grande cité d’entre Saône et Rhône pour mesurer comment le destin de campagnes, assez médiocrement douées par la nature, avait pu être commandé par les comportements lyonnais. Si les rapports ville-campagne constituent « un thème de réflexion inépuisable pour la géographie moderne » (J. Labasse, 1966), le cas lyonnais est des plus intéressants du fait de la variété de l’espace dans la mouvance de la ville.

3Notre première partie brosse un tableau des campagnes lyonnaises dans les années 1970-1980 au moment où une ère nouvelle s’ouvre dans les rapports ville-campagne. Le milieu physique se révèle d’une prodigieuse variété, mais il manque à l’évidence de générosité. Pourtant, ces campagnes, à l’exception de la Dombes, et contrairement à d’autres plus favorisées, ont été surchargées d’hommes avec des densités étonnantes jusqu’à une époque récente. Elles restent encore aujourd’hui fortement peuplées surtout si on les compare à d’autres régions françaises. Pour tenter d’élucider cette contradiction entre milieu physique et forte occupation humaine, il faut se tourner du côté de la ville. Le passé pouvant éclairer le présent, nous l’avons interrogé longuement dans notre seconde partie pour tenter d’apprécier la part des responsabilités revenant à la cité rhodanienne dans des évolutions très diversifiées.

4La conception d’ensemble résolue, restait encore à fixer les limites du domaine étudié. Considérant que les campagnes lyonnaises ne se calquent pas véritablement sur les limites de la vaste région à laquelle la ville a donné son nom, nous avons retenu un cadre géographique formé des ensembles territoriaux les plus étroitement associés à Lyon, cité qui « s’incorpore intimement aux terroirs dont elle combine avec minutie les ressources plus ou moins complémentaires » (M. Laferrère, 1966). C’est dans cet espace central inclus dans un rayon de 60 à 80 kilomètres autour de Lyon, que les interrelations de la ville et de l’environnement rural sont les plus soutenues et à même de légitimer le qualificatif de campagnes lyonnaises.

5Au nord, il faut remonter jusqu’à la Veyle, car le passage de la Dombes à la Bresse s’effectue de manière très progressive à la latitude de Bourg, tandis qu’à l’est la limite s’établit avec les premiers contreforts de la montagne jurassienne qui forme un monde à part, même si les influences lyonnaises ne lui sont pas étrangères (R. Lebeau, 1955). À l’ouest de la Saône, la coupure s’établit avec le vignoble mâconnais aux affinités plus bourguignonnes que le Beaujolais attaché de longue date à la fortune de Lyon. Au-delà, il suffit de suivre la limite administrative du Rhône qui cerne, entre le massif du Saint-Rigaud et les monts de Tarare, le Haut-Beaujolais, montagne de vieille tradition textile où le travail des étoffes sort de son cadre domestique au XVIe siècle pour entrer dans les circuits du grand commerce international par l’intermédiaire des négociants lyonnais et des foires de la ville. Au sud-ouest, les derniers contreforts des monts du Lyonnais au-dessus de la plaine du Forez, bornent notre domaine qui laisse de côté la région industrielle de Saint-Étienne, à l’exception de son débouché rhodanien, et se termine avec les premières pentes du massif du Pilat, bastion de hautes terres d’accès malaisé par l’est. Au sud enfin, la coupure coïncide avec la retombée du plateau de Bonnevaux et des Terres Froides sur le couloir de Bièvre-Valloire qui sépare le Bas-Dauphiné septentrional d’obédience lyonnaise des pays plus méridionaux tournés vers les villes du Rhône moyen, mais la difficulté est grande pour fixer « une frontière de fait insaisissable entre Beaurepaire et Pont-de-Beauvoisin par Le Grand-Lemps » (P. Lebret, 1955).

6Nous adoptons donc un cadre géographique plus restreint que celui que l’on assigne d’ordinaire à la région lyonnaise. Mais c’est ici que les affinités de la campagne et de la ville sont les plus grandes. Au-delà, l’atmosphère change, perd sa qualité première à mesure que l’éloignement de Lyon se fait sentir. Notre aire d’étude comprend le département du Rhône, déborde sur le sud de l’Ain et le nord-ouest de l’Isère, effleure la Loire et la Saône-et-Loire, soit au total 696 communes (annexe I). Le Lyonnais, le Beaujolais, la Dombes et le Bas-Dauphiné septentrional sont les constituants essentiels d’un ensemble rural singulièrement diversifié au sein duquel la présence de Lyon est toujours perceptible, peu ou prou, dans la vie quotidienne des hommes.

7Il faut « une imprégnation profonde du milieu considéré pour saisir la complexité des interrelations et sentir les phénomènes essentiels, qui seuls sont représentatifs » (J. Renard, 1975). Aussi nous sommes-nous efforcé de confronter en permanence les données issues des nombreuses sources statistiques et bibliographiques avec la pratique du terrain. La seule documentation statistique est impropre à rendre compte des comportements qui président aux destinées des individus, car « il n’est guère possible de réduire les destinées humaines à de simples équations économiques » (J. Bonnamour, 1966).

8La statistique, éclairée par l’enquête, prend alors son vrai sens. Les données numériques, pour peu qu’elles soient maniées avec précaution, critiquées avec soin, ont une valeur irremplaçable dans la progression du raisonnement. Nous avons eu recours à deux catégories de statistiques. Les unes font l’objet de publications officielles et offrent d’imposantes séries de données. Les autres constituent le terme d’un patient travail de dépouillement et de collationnement à partir de sources de première main, les méthodes modernes d’investigation s’effaçant ici devant le lent cheminement de ce qu’il faut bien appeler « l’artisanat de la statistique » (B. Kayser, 1958). La liste des sources consultées est fort longue, la masse des renseignements obtenus considérable.

9La mise en œuvre d’une documentation chiffrée à la fois extrêmement abondante et très variée se révèle délicate. Si nous avons eu largement recours aux méthodes classiques à base d’indices, de pourcentages et de ratios, les techniques modernes de traitement de l’information statistique n’ont pas pour autant été ignorées. Cependant, le langage des chiffres n’explique pas tout, tant s’en faut. Pour comprendre les processus, suivre les évolutions, dégager les rythmes et les tendances, nous avons dû parallèlement examiner un grand nombre de documents anciens ou récents : ouvrages, périodiques, rapports de tous ordres. C’est là le lot commun du géographe, de l'historien et du sociologue. La connaissance du présent passant par l’interrogation du passé, nous n’avons pas hésité à endosser l’habit de l’historien pour explorer les archives, même si nous devons beaucoup aux travaux des universitaires lyonnais.

10Les matériaux patiemment accumulés par enquêtes, collectes statistiques et lectures ont nourri le texte et servi de support à l’appareil de figures et de tableaux destinés à assurer la progression de la réflexion. La carte, en particulier, se révèle un outil de travail d’une qualité incomparable lorsqu’il s’agit d’éclairer les disparités spatiales ou souligner des évolutions différenciées. Mais si la transcription cartographique permet de suivre au plus près les relations entre les faits, elle n’est pas non plus sans inconvénients dans une région très hétérogène, où les limites cantonales et communales chevauchent fréquemment des terroirs différents. Il convient alors de ne pas se laisser abuser par des moyennes qui risquent d’appauvrir, voire même de déformer la réalité.

© Presses universitaires de Lyon, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site