Version classiqueVersion mobile

Parcours de femmes : Réalités et représentations

 | 
Mathilde Dubesset
, 
Michelle Zancarini-Fournel

Les sources manuscrites, orales et iconographiques

Texte intégral

Les sources manuscrites

Les archives publiques ne sont pas aussi silencieuses qu’on l’a dit sur les femmes. Ainsi, les séries sur l’Education (séries F 17 aux AN, T aux ADL) les Affaires religieuses (série V aux ADL), celles qui concernent l’Assistance publique (séries F 22 aux AN, M aux ADL ou encore Q aux AMSE) de même que les archives judiciaires (série U aux ADL) les évoquent fréquemment. On ne les trouve en revanche que de manière plus épisodique dans la série F sur les Activités économiques, ainsi que dans la série I, Police générale (AMSE). Il y a cependant des périodes où l’on parle d’abondance des femmes : au tout début du XXe siècle, par exemple, avec la féminisation de la passementerie rapportée par les enquêtes industrielles dont les résultats figurent dans les archives de la Chambre de Commerce de Saint-Etienne (la série 13 J aux ADL).

Les séries statistiques, outil classique de d’historien, peuvent être interrogées dans leurs résultats, mais aussi dans leur confection et leur parti pris de départ. Ainsi, en 1891, dans les classements par profession du recensement, les femmes ne sont pas considérées comme actives quand elles travaillent dans l’atelier familial ; ici, la statistique, peu fiable quant aux chiffres fournis, est en revanche fort éclairante sur le statut de l’épouse dans la famille. Il convient donc de porter un regard différent sur les sources classiques, résultats d’une construction sociale et idéologique.

Les listes nominatives des recensements de 1872 à 1946 ont été le support essentiel des reconstitutions de familles, appartenant pour la plupart au monde professionnel de la passementerie, et installées dans le quartier de Côte-Chaude, fraction de l’espace urbain stéphanois facile à circonscrire. Nous avons eu également recours, pour compléter nos informations, à l’Etat civil, et aux Archives des Hypothèques qui rendent lisibles les mécanismes de transmission du patrimoine ; ces archives ont en outre le mérite de mentionner systématiquement le nom de jeune fille des épouses, ce qui permet de ne pas les « perdre », un écueil fréquent dû à la loi de la patrilinéarité.

Les archives privées, lorsqu’elles sont accessibles, se sont révélées très riches : archives de la Maison maternelle de la Loire, pour les années 1920-1950 ; archives de la Maison Casino dont nous avons pu consulter les rapports annuels d’activité de 1925 à 1950, ainsi que les dossiers de retraite du personnel.

Les sources orales

Une large place leur a été réservée. Matériau issu d’un travail de reconstruction du passé à partir du présent, elles doivent être soumises, comme les autres sources, aux exigences de la critique historique, et croisées en permanence avec les sources écrites. Les récits que nous avons recueillis ont été analysés dans leur ordonnancement, leurs silences, leurs répétitions. Nous nous sommes aussi interrogées sur la réalité d’une mémoire féminine qui serait plus particulièrement tournée vers la sphère privée, et les chronologies familiales.

Une première série d’entretiens consacrés plus particulièrement à la maternité et à l’accouchement, a été réalisée en 1983 avec neuf femmes, dont cinq avaient mis au monde leurs enfants à domicile entre 1914 et 1940. Parallèlement, sept sages-femmes ayant exercé essentiellement à domicile des années 1920 aux années 1960, ont été interviewées, ces entretiens portant sur le déroulement des accouchements mais aussi sur le métier de sage-femme. Au sujet de la Maison familiale (devenue maternelle) de la Loire, nous avons pu recueillir le témoignage de monsieur Antoine Pinay qui fut longtemps le président de son conseil d’administration, ainsi que ceux de la directrice de l’établissement, et du docteur Boyron qui y exerça. Un deuxième ensemble d’entretiens, portant cette fois sur la passementerie, a été effectué en 1985-1986 auprès de vingt-six personnes, dont dix-neuf femmes. La grande majorité d’entre elles avait travaillé dans des ateliers familiaux (pour les plus âgées, dans l’entre-deux-guerres, et pour les autres dans les années 1950-1970). Nous avons aussi interviewé deux personnes qui étaient filles de passementiers, et dont le regard plus distancié sur la profession s’est révélé fort riche. Enfin, six entretiens ont été conduits en 1987 avec des femmes employées et cadres de la Maison Casino. L’ensemble de ces enquêtes orales représente une durée globale de 80 heures, et leur transcription écrite, environ 750 pages manuscrites.

Les sources iconographiques

Ce sont d’abord les cartes postales du début du siècle, par exemple la série réalisée par le photographe, éditeur et militant laïque Johannès Merlat en 1910 sur la vie des tisseurs. Puis les photographies retrouvées aux Archives départementales et municipales : aux ADL, une brochure de la Maison de rubans Forest, non datée (vraisemblablement des années 1890), contient un ensemble intéressant, quoique de qualité technique moyenne, de vues des ateliers et des bureaux. Aux AMSE, c’est le fonds Léo Leponce qui s’est révélé très riche : ce photographe stéphanois, qui a opéré des années 1930 au début des années 1960, réalise par exemple en 1930 un reportage sur la Maison familiale de la Loire, et quelques années plus tard une série de photographies de l'entreprise Casino (Tous les clichés de Léo Leponce peuvent être consultés sur le vidéodisque VIDERALP, aux AMSE). Lors des enquêtes orales, certain(e)s de nos interlocuteurs/trices nous ont fourni également quelques clichés intéressants. Mais nous avons été frappées par la rareté des photographies d’ateliers de passementerie : difficultés techniques ? méfiance à l’égard de l’objectif indiscret ? D’une manière générale, l’ensemble de ces documents doit être analysé comme autant de mises en scène qu’il convient de décrypter.

© Presses universitaires de Lyon, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search