Version classiqueVersion mobile

Parcours de femmes : Réalités et représentations

 | 
Mathilde Dubesset
, 
Michelle Zancarini-Fournel

Conclusion

Texte intégral

1En suivant, durant près d’un siècle, ces parcours à la fois individuels, familiaux et professionnels de femmes stéphanoises, nous avons vu se dessiner des évolutions dans les rapports entre les sexes dans les divers domaines abordés, ceux de l’éducation, du travail et de la maternité. L’étude du partage et de la hiérarchie des pouvoirs et des rôles entre hommes et femmes a mis en valeur quelques lignes de force sur la longue durée.

Contraintes et pouvoirs

2Très circonspectes à l’égard des analyses selon lesquelles l’histoire des femmes rimerait tantôt avec rébellion, tantôt avec soumission à un ordre patriarcal, nous avons néanmoins souligné toute une série de contraintes particulières qui, dans la période étudiée, pèsent sur les femmes. Ainsi, la fréquence des regrets énoncés par les femmes nées au tournant du XXe siècle, à propos de l’impossibilité de poursuivre des études au-delà de l’école primaire, donne la mesure de cette contrainte exercée sur les individus - et surtout les filles - par des choix familiaux souvent en forme de veto. Ces regrets, certes amplifiés rétrospectivement par la reconstruction qu’opère le travail de la mémoire, renvoient bien à une expérience parfois douloureuse.

3Les ouvroirs, les couvents-ateliers qui n’emploient que des femmes, et perdurent jusqu’à l’aube du XXe siècle, sont incontestablement des lieux de discipline des corps et des esprits. De même, l’analyse des stratégies familiales dans le monde de la passementerie montre comment les épouses, les filles, les sœurs sont systématiquement requises comme ouvrières dans ces familles-ateliers, dont elles assurent, de plus en plus, la survie au lendemain de la Première Guerre mondiale. Nous avons d’autre part constaté l’exiguïté de l’espace de circulation autorisé aux filles dans la ville industrielle. La pression familiale est particulièrement lisible du côté des jeunes filles lors de la mise au travail.

4Une autre contrainte, terrible à cette époque, est celle de la maternité, pour une femme célibataire. Le recours à l’infanticide, quoique rare, révèle l’ampleur du drame vécu par celles qu’on appelle alors les filles-mères. Enfin, la rareté des promotions féminines dans l’entreprise Casino est elle aussi la résultante d’une série de contraintes qui ne laissent guère de possibilités de choix personnels, l’indispensable dévouement pour gravir les échelons dans l’entreprise se traduisant pour les femmes, par la nécessité du célibat, de la solitude. Les cadres-femmes ne peuvent, comme leurs collègues masculins, avoir deux familles, la leur et l’entreprise. Faire carrière, pour une femme, signifie, dans la première moitié du XXe siècle, épouser l’entreprise au propre et au figuré.

5Il est difficile d’évaluer le degré de consentement des femmes, produit d’une subtile et complexe alchimie. Mais quelques indices laissent filtrer des cas de refus ; on en décèle par exemple la sanction au fil des généalogies passementières, à l’occasion de la transmission du patrimoine. Par ailleurs, si la maternité comme destin féminin universel n’est pas mise en cause, on constate cependant un malthusianisme grandissant, aussi bien chez les tisseuses que chez les ouvrières et employées du Casino ; pour ces dernières, l’absence d’enfants conditionne souvent la promotion dans l’entreprise, et l’accès aux sphères du pouvoir d’encadrement.

6Si les contraintes sont lourdes, il existe aussi des formes de pouvoirs féminins qui ne sont pas forcément cantonnés au strict domaine de la vie privée. En effet, les femmes n’ont certes pas le pouvoir, entendu le plus souvent au sens du pouvoir politique, mais elles ont des pouvoirs.

7Ainsi la mère est-elle bien souvent le centre de gravité de l’atelier familial de passementerie au début du XXe siècle, même si le titre de chef d’atelier revient au mari. Nous avons montré comment le pouvoir maternel, habituellement circonscrit à la sphère du quotidien, peut s’étendre à l’activité économique de la fabrique, y compris dans le contrôle de la circulation de l’argent. L’autorité de la mère intervient aussi largement dans le devenir scolaire et professionnel des enfants, et surtout des filles.

8D’autres femmes sont investies d’un réel pouvoir, cette fois en dehors du cadre de la famille : ce sont en particulier les sages-femmes, accoucheuses à domicile. Détentrices d’une compétence clairement revendiquée, elles interdisent les pratiques traditionnelles jugées nocives, et en imposent de nouvelles de manière parfois autoritaire. Dans les quartiers ouvriers stéphanois, elles sont des figures importantes et, tandis que la profession perd de son prestige dès l’entre-deux-guerres à Paris, elle demeure à Saint-Etienne, jusque dans les années 1950, l’un des rares métiers de femme qui apporte respectabilité et considération sociale, sinon une relative aisance financière.

Le sexe du travail

9Le travail féminin a été abordé sous l’angle des pratiques et des réalités vécues, mais aussi par le biais des représentations qui en sont données. Un premier constat : la faible rémunération de la plupart des travaux effectués paies ouvrières, que ce soit du côté de la rubanerie, en particulier à l’amont et à l’aval du tissage, ou bien chez Casino, par exemple à la chocolaterie. Par ailleurs, l’activité des femmes est souvent intermittente, non seulement à cause des ruptures liées au cycle de vie familial, mais aussi parce que la main-d’œuvre féminine est un recours dans les périodes d’activité économique intense, aussi bien dans la rubanerie que pour la Maison Casino. On retrouve ici la notion de travail d’appoint, largement intériorisée par les femmes elles-mêmes.

10L’activité professionnelle des femmes mariées n’a d’ailleurs pas encore acquis de réelle légitimité dans la première moitié du XXe siècle, même si elle est statistiquement importante. Les lois protectrices et séparatistes de la fin du XIXe siècle ou les oscillations du discours syndical en sont une preuve parmi d’autres.

11Plus complexe est la question de la qualification des femmes, réalité largement biaisée par le regard porté par la société sur ce qu’il est convenu d’appeler un travail de femme. Ainsi, le savoir-faire de l’ourdisseuse est toujours présenté comme découlant des capacités naturellement dévolues aux femmes : l’adresse, la précision, la rapidité, le doigté. Compétences féminines, compétences masculines, ce partage, toujours affirmé, fonctionne plus ou moins bien. Il y a des temps d’exception, comme la Première Guerre mondiale durant laquelle les femmes ont dû, au prix de mille difficultés, s’approprier un savoir technique auquel elles n’avaient pas accès jusque là.

12Dans l’entre-deux-guerres, une mutation se dessine ; ainsi, les patronnes passementières, chefs d’ateliers, effectuent des tâches considérées traditionnellement comme masculines et l’on peut mesurer ici l’importance du statut de l’individu dans l’atelier, statut qui détermine la maîtrise de l’outil de travail. Cette reconnaissance d’une compétence, d’une qualification acquise est difficile à obtenir pour les employées du Casino ; il leur a fallu se battre pour avoir le statut et le titre de cadre, alors qu’elles en effectuaient le travail, et recevaient même le salaire correspondant ! C’est ici qu’intervient l’individu dans ce qu’il a de particulier et d’irréductible, un individu qui peut être freiné ou dynamisé dans ses potentialités par une conjoncture familiale, professionnelle, voire historique...

Individus et famille

13La famille tient une place centrale dans notre étude. La nature même des domaines que nous avons abordés - le temps de l’enfance et de l’apprentissage, la rubanerie, une profession où l’on travaille beaucoup en famille, la maternité et enfin l’étude des emplois et des carrières dans une entreprise qui se veut une grande famille - peut expliquer cette présence envahissante. Si la famille est bien souvent synonyme de contraintes et d’enfermement - l’appartenance de sexe et la place dans la fratrie pèsent lourd dans les destinées individuelles - elle est aussi le cadre de puissantes solidarités ; la réalité est toujours ambivalente.

14Ainsi le célibat féminin peut-il être interprété de diverses manières. La passementerie offre à cet égard un terrain d’étude intéressant pour ce que nous avons appelé le célibat sacrifice, fréquent chez les filles aînées d’après les reconstitutions de familles. Ouvrières dans l’atelier familial durant leur jeunesse et à l’âge adulte, ces femmes connaissent souvent une vieillesse précaire. Nous avons également repéré un grand nombre d’ourdisseuses célibataires : le cadre de travail strictement féminin assorti d’une forte pratique religieuse a pu favoriser le phénomène. Mais la solitude peut être aussi un tremplin dans le domaine professionnel : la maîtresse-ourdisseuse, figure autoritaire et redoutée, est souvent une demoiselle. Quant à la sage-femme qui travaille à domicile, elle doit être disponible à tout moment, le célibat devenant presque un atout dans le métier exercé. Ainsi l’image misérabiliste de la vieille fille coexiste-t-elle avec celle de la demoiselle-cheval que l’on raille volontiers, sans doute parce qu’elle ne correspond pas au modèle féminin traditionnel.

Masculin/Féminin

15Les catégories du masculin et du féminin imprègnent profondément ment toute société, qu’il s’agisse des sociétés lointaines observées par les ethnologues ou de la société stéphanoise à la charnière des XIXe et XXe siècles. Les inquiétudes devant la féminisation de la passementerie - une profession qui par son objet même fait constamment référence au féminin, par opposition aux mondes masculins de la mine et de la métallurgie -, l’insistance, dans l’entre-deux-guerres, à renvoyer les femmes à leur rôle maternel, l’absence de métiers socialement reconnus à l’exception de ceux qui coïncident avec les fonctions féminines traditionnelles (mettre au monde les enfants et les éduquer), tous ces constats sont autant d’indices d’une volonté plus ou moins consciente du corps social de bien marquer les territoires respectifs des deux sexes. Mais on constate, dans le même temps, une réelle égalité entre garçons et filles à l’école primaire, assortie d’une demande croissante d’instruction pour les filles, y compris dans les classes populaires. De fait, le bagage scolaire est déterminant pour celles qui, dès l’entre-deux-guerres, entrent de plus en plus nombreuses dans le monde des bureaux où une petite minorité fait carrière, situation toute nouvelle, et à bien des égards proche de comportements dits masculins.

16Dans cette histoire des relations entre les sexes, les représentations renvoient le plus souvent à une suprématie du sexe dit fort, dont le prestige et l’honneur sont peu contestés. Or, certains parcours de femmes en sont un déni. La réalité devance parfois les images qu’une société a d’elle même, mais celles-ci peuvent, en retour, constituer un frein aux évolutions. La difficile reconversion que vit depuis deux décennies la ville de Saint-Etienne, avec la disparition des univers économiques, sociaux et culturels qui ont forgé l’image de la ville - ceux de la mine, du métal et du ruban - ne tiendrait-elle pas en partie au poids, dans l’inconscient collectif, de ces attitudes anciennes qui englobent le rapport au travail, à l’espace urbain, mais aussi les rapports entre hommes et femmes ?

© Presses universitaires de Lyon, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search