Version classiqueVersion mobile

Parcours de femmes : Réalités et représentations

 | 
Mathilde Dubesset
, 
Michelle Zancarini-Fournel

Troisième partie. Maternités

Chapitre VIII. Maternités sous surveillance

Texte intégral

  • 15 Dans leur article « La contraception, les Français premiers, pourquoi ? », Dénatalité, l’antériori (...)

1L’entre-deux-guerres connaît l’émergence de l’hygiène sociale, véritable politique de la santé qui entend soumettre la population à une surveillance médicale généralisée. Le vaste mouvement de médicalisation de la maternité, et particulièrement de la mise au monde, n’est qu’une composante parmi d’autres de cette évolution. Il est en grande partie le fruit de l’angoisse démographique qui se développe en France dès la fin du XIXème siècle. Celle-ci procède de deux constats : le déclin de la natalité française, dont on sait la précocité15, mais aussi la forte mortalité infantile qui, à l’orée du XXe siècle, fait disparaître près d’un enfant sur sept.

1 - L'angoisse démographique à Saint-Etienne aussi

  • 16 Cf. F. THEBAUD, « Le mouvement nataliste dans l’entre-deux-guerres, L’Alliance nationale pour l’ac (...)

2« Il faut faire naître », c’est le cri d’alarme mais aussi le programme d’action du mouvement nataliste qui se déploie dans l’entre-deux-guerres16. Les dangers de la dépopulation, synonyme de décadence, sont brandis par l’Alliance nationale pour l’accroissement de la population française, fondée en 1896 par Jacques Bertillon. Celle-ci, dotée d’un service de propagande efficace, envoie régulièrement à la mairie de Saint-Etienne des tracts, un abondant courrier (retrouvé aux Archives municipales) où sont proposés insignes, cocardes, drapeaux, médailles et cartes postales, par exemple pour l’organisation de la fête des familles nombreuses. La maternité est devenue un devoir national à l’heure du déclin démographique.

  • 17 J. SCHNETZLER, « L’évolution démographique de la région de Saint-Etienne de 1876 à 1946 », Etudes- (...)
  • 18 M. LUIRARD, La Région stéphanoise..., op. cit., p. 844.
  • 19 ADL BH 856, La naissance d’enfants étrangers dans la Loire, 1930.

3La Loire appartient, au XIXe siècle, au groupe des départements à fort taux de fécondité, avec cependant des écarts entre les campagnes prolifiques du Forez et le bassin industriel stéphanois, déjà plus malthusien. Dans les années 1870-1880, la natalité à Saint-Etienne est plus élevée que la moyenne nationale, avec un taux de 30,7 pour mille, contre 25,6 pour mille dans l’ensemble du pays17 : comportement de type ancien d’une ville ouvrière qui compte à l’époque environ 130 000 habitants. Mais la situation évolue rapidement à la fin du siècle ; dès les années 1890, le taux de natalité de Saint-Etienne rejoint les chiffres nationaux. Dans l’entre-deux-guerres, la baisse de la natalité s’accentue, comme partout en France. Au début des années 1930, le chiffre est même inférieur à la moyenne nationale : 14,1 pour mille contre 16,5 pour mille ; le malthusianisme est bien entré dans les mœurs. Pourtant, l’arrondissement de Saint-Etienne, qui englobe tout le sud-est du département, enregistre un taux de natalité beaucoup plus élevé, de 27 pour mille, chiffre que l’on peut attribuer, selon Monique Luirard à la présence de nombreux étrangers dans les localités du bassin minier18 ; on pense par exemple aux mineurs polonais de Roche-la-Molière, logés à la cité de Beaulieu, et dont les familles sont effectivement très nombreuses dans les registres des recensements de 1926 ou 1931. Dans un rapport de novembre 1930, l’inspecteur départemental de l’Assistance publique trouve « angoissantes ces naissances étrangères (le tiers des naissances à Roche-la-Molière en 1926) qui risquent de modifier en peu d’années le caractère ethnique et moral d’un grand nombre de nos laborieuses cités »19 ; propos bien caractéristiques de la xénophobie diffuse qui règne en France dans les années 1930. Il conclut ainsi : « Si la France ne veut plus faire d’enfants, que du moins elle emploie tous ses moyens pour retarder le départ des vivants ».

La mortalité infantile, cris d’alarme et réalités statistiques

4En 1905, le journal La Loire médicale publie des chiffres terribles : pour la période 1894-1903, la mortalité infantile serait à Saint-Etienne de 140 pour mille, un niveau plutôt inférieur à une moyenne nationale qui se situe au même moment autour de 156 pour mille. Mais elle grimperait jusqu’à 290 pour mille à Firminy, et même à 350 pour mille à Roche-la-Molière. Parmi les multiples raisons possibles, on peut mentionner le degré de précarité des conditions sanitaires et de logement, fort médiocres à Saint-Etienne à cette époque (il y a 20,5 % de taudis au recensement de 1946, ce qui est un des taux français les plus élevés), et pires encore dans certaines localités du bassin stéphanois. Il en reste d’ailleurs des traces dans les paysages urbains d’aujourd’hui.

  • 20 AMSE 3 Q 74.
  • 21 AMSE 3 Q 70.
  • 22 G. VIGARELLO, Le Propre et le sale. L'hygiène du corps depuis le Moyen-Age, Paris, Seuil, 1987.

5Le vice-président des Hospices affirme, en 1906, que la mortalité infantile, considérable à Saint-Etienne, est « due à l’inobservation à peu près générale de l’hygiène dans les milieux ouvriers »20. L’inspectrice du Bureau d’hygiène fait la même remarque dans un rapport rédigé autour de 1920, où elle regrette de n’obtenir « qu’un résultat relatif dans le domaine de la propreté »21. L’exigence de propreté, maître-mot de l’hygiénisme, a des significations multiples. G. Vigarello a montré comment l’histoire de la propreté joue avec l’imaginaire du corps, celui des espaces habités, et celui des groupes sociaux22. Le regard porté par les professionnels de la santé, les administrateurs, sur le monde ouvrier stéphanois est d’abord un jugement de valeur sur les attitudes et les comportements. Il y a d’ailleurs un effet de dramatisation dans les discours tenus sur la mortalité infantile. Ainsi les cas extrêmes rencontrés dans certains secteurs du bassin minier masquent-ils la situation plutôt convenable de la ville de Saint-Etienne. En 1914, le taux de mortalité infantile calculé par le Bureau d’hygiène est de 92 pour mille, chiffre inférieur au taux national de 111 pour mille. Dans l’entre-deux-guerres et surtout dans les années 1930, le recul s’accentue, sans doute sous l’effet de la politique de protection sociale qui s’organise véritablement dans cette période. Mais cette amélioration reste fragile ; au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, dans une population affaiblie par la malnutrition, gastro-entérites et broncho-pneumonies - les deux maladies les plus meurtrières pour les bébés - font des ravages à Saint-Etienne : la mortalité infantile grimpe à nouveau à 93 pour mille en 1945.

  • 23 Cf. le rapport La mortinatalité dans la Loire de 1929 à 1932, Archives de la Maison maternelle, po (...)

6Un autre problème préoccupe particulièrement les médecins stéphanois, celui de la mortinatalité. Dans les années 1930, le nombre de mort-nés est deux fois plus important à Saint-Etienne que dans l’ensemble de la France : il s’élèverait à 71,8 pour mille en 1932, alors qu’il n’est que de 36 pour mille au plan national en 193423. L’explication donnée est d’abord le fait que les deux maternités stéphanoises, l’Hôpital de Bellevue et la Maison maternelle, reçoivent tous les cas difficiles du département. La lutte contre la mortalité infantile et la mortinatalité deviennent dans cette période une priorité : il faut « sauver la graine », selon une expression couramment utilisée à l’époque. L’une des manières de le faire, qui pour certains revêt l’allure d’une croisade, est le développement d’institutions spécialisées, destinées à accueillir les mères : des maternités.

2 - La progression de l'accouchement en maternité dans l'entre-deux-guerres

  • 24 Chiffres tirés de La Loire médicale de 1922.
  • 25 Y. LEQUIN (ed.), Histoire des Français. Un peuple et son pays, Paris, Colin, 1983, p. 738.
  • 26 AMSE 4 Q 72.

7Il n’y a qu’une seule maternité à Saint-Etienne jusqu’à la Première Guerre mondiale, celle de l’Hôpital de Bellevue, construite en 1900. Elle accueille un nombre limité de femmes en couches avec 16,7 % des naissances stéphanoises en 191424. La Loire est à l’époque un département où la médicalisation de la naissance est faible, - moins de 10 % d’accouchements en maternité -, à la différence du Rhône25. La création de la Maison familiale de la Loire au lendemain de la Première Guerre modifie la géographie des naissances stéphanoises. Entre 1920 et 1929, la proportion des naissances en maternité double à Saint-Etienne, une progression rapide qui a tendance à piétiner dans les années 1930 pour reprendre au début de la guerre. Cependant, même si les Stéphanoises sont de plus en plus nombreuses à prendre le chemin de la maternité dans l’entre-deux-guerres, nous sommes loin des chiffres parisiens. Dans la capitale, en 1938, 66,1 % des naissances ont lieu dans les maternités de l’Assistance publique, d’après les statistiques fournies par Françoise Thébaud. Pour l’année 1946, nous disposons des chiffres de la Mutualité maternelle de Saint-Etienne à propos des lieux d’accouchement de ses adhérentes26 : 54 % d’entre elles ont mis au monde leur enfant chez elles, 46 % dans une maternité (dont 10,7 % en clinique), 15,8 % à la maternité de l’Hôpital, et 19 % à la Maison maternelle. Il semble bien que l’accouchement à domicile reste le modèle majoritaire à Saint-Etienne au lendemain de la Deuxième Guerre.

La maternité de l’Hôpital, une image négative

  • 27 La date de ce legs varie suivant les sources : 1771 d’après un rapport municipal de 1919 (AMSE 4 Q (...)
  • 28 AMSE 4 Q 70.
  • 29 Sur la mortalité par fièvre puerpérale, Association française..., op. cit., ibid., p. 114

8L’hôpital de Bellevue, construit en 1900 au sud de la ville, a remplacé l’Hôtel-Dieu, l’ancien hôpital dont les bâtiments (situés à peu près à l’emplacement de l’actuelle poste principale de la ville) ont été démolis. Une petite maternité fonctionnait depuis la fin du XVIIIe siècle dans cet établissement ; c’était le refuge des « filles-mères » et des indigentes. Créé à la suite d’un legs du marquis de Saint-Priest27, cet établissement « pour femmes en couches » se réduit à une salle de quatre lits à la fin du XIXe siècle. Là viennent accoucher des femmes pauvres, et surtout des « filles » : elles sont 44 sur les 65 accouchées de la période qui va d’octobre 1834 à juillet 183528. La création d’un service médical municipal, la laïcisation du Bureau de bienfaisance en 1883, puis la loi de 1893 sur l’Assistance médicale gratuite, drainent les indigentes vers la maternité qui, à la fin du siècle, est surpeuplée. On renvoie les accouchées quelques jours après leur délivrance, et « même les filles présentant une grossesse douloureuse en sont réduites à se faire inscrire sur les registres de police pour pouvoir se reposer à l’Hôtel-Dieu, la maternité ne les recevant qu’au neuvième mois », déplore en 1895 La Loire Médicale. Il faut dire que ses locaux sont vétustes et exigus. Voici la description qu’en faisait un médecin de l'Hôtel-Dieu en 1882, dans le même journal : « La maternité est située au fond d’une cour étroite, mal aérée, entourée de divers bâtiments et adjacente au service des militaires (...). Les abords de la maternité sont mauvais ; l’on y pénètre par un escalier obscur, et les premières marches sont en bois. Une porte étroite donne accès à la salle qui, à elle seule, constitue le service. C’est une salle longue de 11 mètres sur 5,50 mètres de largeur et contenant six lits disposés sur un seul rang ; le peu de largeur de la salle ne permet pas d’autre disposition, aussi les lits sont-ils assez rapprochés pour qu’il n’y ne soit pas possible de placer entre eux les berceaux. Ceux-ci sont relégués au pied du lit de telle sorte que les mères ne peuvent donner facilement aux enfants les mille petits soins qu’ils réclament. Cette disposition des lits n’isole pas suffisamment les accouchées, ce qui rend plus facile la contagion des accidents puerpéraux. La maternité a un défaut capital : elle ne possède pas de salle spéciale pour les femmes en travail ; car on ne saurait appeler ainsi une petite salle de 4,40 mètres de long sur 2,35 mètres de large (...). Presque tous les accouchements se font au milieu des accouchées ; ces pauvres malheureuses, qui partout ailleurs font l’objet des soins les plus minutieux, sont ici troublées dans leur repos par les souffrances de leurs compagnes ; elles entendent le cri de douleur qu’elles viennent à peine de pousser ». Le tableau est plutôt sombre, et l’on imagine les inquiétudes concernant le risque de contagion en cas de fièvre puerpérale. Pourtant, dans le dernier tiers du siècle, ce fléau ne semble pas plus redoutable à la maternité que dans le reste de la ville29.

  • 30 Ibid., p. 203-204.

9A l’orée du XXe siècle, dans le nouvel hôpital construit dans le quartier de Bellevue, au sud de la ville, les vœux des hygiénistes sont comblés. La maternité est installée dans un pavillon isolé. Expectantes et accouchées sont séparées. Il y a des chambres de six lits, et la salle d’accouchement est isolée « pour que les cris des accouchées n’effraient pas les futures mères »30. Jusqu’en 1913, le service reste sous la direction des chirurgiens. A la suite d’une inspection du professeur Couvelaire, en 1912, un médecin accoucheur est nommé par concours : c’est le docteur Dujol, qui prend son poste le 1er janvier 1914. Il y a alors deux sages-femmes et deux infirmières. Au tout début du XXe siècle, le nombre des accouchements est en nette augmentation : de 256 naissances en 1895, on passe à 465 en 1914. Le registre d’entrée, retrouvé pour la période du 1er janvier au 16 juillet 1914 dans les archives de l’Hôpital, montre encore une légère prédominance des femmes célibataires, puisqu’elles représentent un peu plus de la moitié des accouchées. Celles-ci sont, pour 60 % d’entre elles, ouvrières ou domestiques ; une sur six a moins de dix-neuf ans. Les femmes mariées, ménagères en majorité, sont plus âgées. On trouve parmi elles deux commerçantes, deux infirmières, une institutrice, sans doute venues en raison d’un accouchement difficile. En effet, la comptabilité soigneusement établie des accidents survenus lors des accouchements montre que 60 % d’entre eux ne se sont pas déroulés normalement.

10Au lendemain de la Première Guerre mondiale, les femmes mariées sont devenues majoritaires parmi les accouchées de Bellevue. Elles sont 51,2 % en 1919, 65,6 % en 1921, d’après les registres d’entrée. Celles qu’on appelle encore les filles-mères peuvent aussi aller à la Maison familiale créée pendant la guerre, institution qui entre en concurrence avec la maternité de l’hôpital. « Aller à l’hôpital, c’était presque mourir à cette époque ; ce n’était pas des soins, c’était les derniers moments, tout au moins c’est ce que pensaient nos clientes. Franchir le seuil... y avait le cercueil qui suivait même si c’était pas vrai » ; cette réflexion d’une sage-femme du quartier du Soleil résume tout à fait l’image encore très noire de l’hôpital, toujours associé à la souffrance et à la mort. Vision d’un lieu où l’on ne soigne guère, déjà très décalée par rapport à la réalité des années 1920-1930. La sage-femme en chef de l’hôpital nous disait encore en 1983 : « L’idée d’hôpital, à tort ou à raison, effraie les mamans stéphanoises ». Madame Faurie, qui a eu cinq enfants, tous nés à domicile entre 1925 et 1940, aurait bien aimé aller à la maternité pour les derniers, mais son mari, mineur, ne veut pas en entendre parler.

  • 31 AMSE 5 I 4 et 5 I 7.

11Le registre d’accouchement de 1946 montre une nette évolution de la clientèle lorsqu’on le compare à celui de 1914. La très grande majorité des accouchées sont des femmes mariées : 85,7 %. La diminution très nette du pourcentage des célibataires est liée à l’attraction qu’exerce la Maison maternelle. C’est aussi le signe d’un recul global de l’illégitimité : on compte 9,2 % de naissances illégitimes à Saint-Etienne en 1914, et seulement 5,8 % en 194631. Ménagères et femmes sans profession dominent en 1946 ; le faible taux d’activité n’est guère étonnant s’agissant des femmes mariées, mais un peu surprenant du côté des célibataires. Est-ce un effet de l’âge (elles sont très jeunes), de la conjoncture troublée de l’après-guerre, ou tout simplement d’un sous-enregistrement de la profession, fréquent pour les femmes ? Parmi les actives déclarées, les ouvrières dominent, mais le textile a régressé au profit de la métallurgie, et l’on rencontre de plus en plus d’employées, de dactylos et même une femme professeur : indices à la fois des mutations de l’emploi féminin et de l’attraction que commence à exercer l’hôpital du côté des classes moyennes, même si la clientèle demeure largement populaire. Cependant, la maternité de l’hôpital, refuge des femmes pauvres, des filles-mères au XIXe siècle, continue, malgré son transfert dans de nouveaux locaux, à faire peur. On n’y meurt pourtant plus de fièvre puerpérale, mais il est vrai qu’elle rassemble les cas pathologiques, dans un cadre médical qui va se développant. Cette fonction contribue certainement à renforcer l’image d’un lieu de souffrances, d’un lieu inquiétant. Au-delà des images, il y a aussi la réalité d’une clientèle qui s’élargit, évolution qu’enregistre également la Maison maternelle.

L'entrée se la Maison familiale de la Loire, vers 1930
Photographie du fonds Léo LEPONCE, AMSE

Une institution originale : la Maison maternelle de la Loire

  • 32 ADL, versement 1962, cart. 1, session du Conseil général, 23/5/1964

12Le Conseil général de la Loire décide en 1914, sur proposition du docteur F. Merlin, président de la Mutualité maternelle de la Loire, de fonder un refuge-ouvroir destiné à accueillir les mères avant et après leurs couches. L’établissement doit inclure une pouponnière, une goutte de lait et un restaurant pour les mères nourrices. Il s’agit avant tout de recevoir les filles-mères car, comme l’explique le docteur Cénas dans La Loire médicale de 1895, « la mortalité infantile sévit surtout chez les enfants illégitimes nés de filles sans ressources ». A l’origine, la Maison familiale est donc une œuvre d’assistance aux filles-mères, dans le droit fil des préoccupations démographiques de l’époque. Le projet d’adjudication est signé le 25 juillet 1914 ; les travaux doivent être financés, au titre de la loi de 1913 sur l’Assistance aux familles nombreuses et aux femmes en couches, par la liquidation des biens des Jésuites. La construction est prévue sur un de leurs terrains, dans le quartier de Solaure32, mais la déclaration de guerre remet tout en cause. Il faut parer au plus pressé. Dès l’automne 1914, Saint-Etienne reçoit de nombreux réfugiés du Nord et de l’Est, parmi lesquels des femmes enceintes ou accompagnées de jeunes enfants. Le préfet fait alors installer dans les locaux de l’ancien collège de Jésuites, rue Victor Duchamp, tout près de la place Jacquard, un dortoir pour accueillir les femmes seules, qu’elles soient réfugiées, épouses de mobilisés ou « filles-mères » du département, l’hôpital n’y suffisant pas. Deux cents femmes sont ainsi hébergées chaque année durant la guerre, dans ce bâtiment qui fonctionne en fait comme une œuvre de guerre. Initialement, les accouchements devaient avoir lieu à la maternité de l’hôpital mais dans la plupart des cas, la sage-femme affectée à l’établissement les effectue sur place.

13Peu avant la fin de la guerre, en avril 1918, le Conseil général officialise cette institution, qui prend le nom de Maison familiale de la Loire au 1er janvier 1919, et dont les statuts sont publiés en 1922. Ceux-ci donnent une idée du chemin parcouru depuis la création du refuge-ouvroir en 1914. L’établissement comprend désormais deux sections. D’une part, la Maison maternelle, qui reçoit les futures mères à partir de leur huitième mois de grossesse, ou exceptionnellement avant cette date, en cas de nécessité impérieuse. Elle doit leur assurer après les couches un repos d’un mois ou plus, pour leur permettre de se rétablir. Ne sont reçues que les femmes dont l’accouchement est présumé normal. Toute femme, pour être admise, doit produire un certificat de bonne vie et mœurs, ainsi qu’un certificat médical établissant qu’elle n’est pas atteinte de maladie contagieuse. Le prix de journée est de sept francs pour les pensionnaires ayant des ressources, et d’un franc pour les filles-mères, les veuves, les femmes dont le mari est sous les drapeaux. Autre section, la Maison des enfants qui reçoit d’abord les pupilles de l’Assistance publique, ainsi que les enfants des pensionnaires de la Maison maternelle qui désirent se séparer d’eux. Elle peut aussi recevoir des orphelins de père et de mère, moyennant une pension.

  • 33 F. THEBAUD, Quand nos grand-mères..., op. cit., p. 228.

14La double fonction de l’établissement apparaît clairement ; c’est à la fois un lieu plus particulièrement destiné aux mères célibataires et aux enfants de l’Assistance publique, mais aussi une maternité ouverte à toutes les femmes, celles-ci pouvant s’installer quelque temps avant l’accouchement, une manière de lutter contre la mortinatalité. L’originalité de la Maison familiale de la Loire par rapport aux autres maisons du même type en France (comme celle de Saint-Maurice, dans la banlieue parisienne, décrite par Françoise Thébaud) réside dans l’accueil de toutes les femmes, mariées ou non, en compagnie de leurs enfants. Pierre Haury, de l’Alliance nationale, souligne en 1925 « la supériorité de cette formule unique en France » à l’époque33.

15« Nous n’avons jamais eu l'intention de créer une annexe d'hôpital, mais d’organiser un service nouveau d’assistance où pourra s’accomplir, en dehors des milieux réservés à la maladie, un acte physiologique qui, dans la majorité des cas, doit se produire sans complications ». Cette déclaration du sénateur Merlin situe d’emblée l’objectif de la Maison familiale, devenue Maison maternelle en 1938. Cette idée progresse dans l’entre-deux-guerres. Un rapport officiel de 1923 préconise la création d’une maternité dans chaque ville de plus de 10 000 habitants. L’évolution rapide vers le statut de maternité à part entière, objet d’un conflit latent avec l’hôpital, est due en grande partie à la nomination à partir de 1923 d’un médecin accoucheur, le docteur Pellissier, qui, très vite, imprime sa marque à l’établissement, même s’il garde un cabinet privé en ville. Les témoignages que nous avons recueillis auprès de monsieur Antoine Pinay, qui fut membre du Conseil de surveillance de l’établissement, du docteur Boyron ou de madame Portai, actuelle directrice de la Maison Maternelle, sont unanimes à souligner la compétence professionnelle du médecin accoucheur. C’est le type même du patron, déjà impressionnant par sa stature, quasiment vénéré par ceux qu’il a formés, praticien reconnu par ses pairs. Toujours à l’affût des techniques nouvelles, il suit des cours à l’Hôtel-Dieu de Lyon, traduit des articles de revues étrangères. Mais, d’après une sage-femme qui a travaillé avec lui, les relations avec le personnel de la Maison étaient parfois tendues, l’homme étant très autoritaire : « Il nous regardait du haut de sa hauteur ». Quels que soient les points de vue sur l’homme, la réputation de l’accoucheur est grande à Saint-Etienne. C’est l’une des raisons du succès croissant de la Maison maternelle dans l’entre-deux-guerres, véritable maternité où l’on pratique, comme à Bellevue, les accouchements difficiles.

- Un succès croissant, une clientèle populaire, une image ambivalente

  • 34 ADL, versement 1962, cart.8.

16Installé de septembre 1914 à septembre 1939 dans un ancien collège de Jésuites, l’établissement offre l’avantage d’un grand espace dont l’organisation facilite l’isolement de celles qui risquent d’être contagieuses ; la peur de la fièvre puerpérale n’a pas disparu. L’électricité installée en 1924 permet de mettre en service une couveuse et un stérilisateur, le docteur Pellissier donnant la priorité absolue à l’asepsie. Mais le bâtiment est, comme beaucoup d’immeubles stéphanois, victime de dégâts causés par les travaux des mines. A plusieurs reprises, une partie des plafonds s’effondre, couvrant de gravats lits et berceaux. La situation devient préoccupante à la fin des années 1930, les accidents se multiplient à tel point que le préfet décide de fermer les locaux en mars 193934. C’est chose faite le 2 septembre, par crainte des bombardements. Les cas d’urgence sont envoyés à la maternité de l’hôpital, les autres femmes vont à Saint-Galmier où le Grand Hôtel de la source Badoit est réquisitionné par la préfecture. La Maison maternelle reste là de septembre 1939 à avril 1940. Elle s’installe alors dans le bâtiment de la clinique Viannay, rue Trousseau, tout près de l’hôpital de Bellevue. La clinique, d’abord louée, est achetée par le Conseil général en 1946 : Antoine Pinay veut en faire une maternité modèle. Tandis que la clinique est affectée aux accouchements, la maison Cote, grande maison bourgeoise située non loin de là, rue du Mont, accueille filles-mères et mères nourrices. D’importants travaux sont réalisés dans la clinique entre 1947 et 1949, le nombre de chambres et de lits est multiplié par trois. Le docteur Pellissier fait adopter la formule des triptyques, sur le modèle d’une clinique suisse : deux chambres d’accouchées donnant sur une chambre vitrée réservée aux nourrissons.

  • 35 Ibid.

17Conçue à l’origine pour recevoir en priorité les femmes nécessiteuses, les mères célibataires du département, la Maison maternelle reçoit essentiellement, dans l’entre-deux-guerres, des femmes mariées. D’après les registres d’accouchement trouvés pour 1929 et 1946, la proportion de célibataires est faible : 14 % à ces deux dates, un pourcentage très proche de celui de la maternité de Bellevue juste après la guerre. En 1946, assurées sociales et non-assurées sont en nombre équivalent : rappelons qu’à l’époque une naissance sur trois seulement donne lieu à des prestations dans l’ensemble du pays, du fait de l’application défectueuse de la loi de 1930. L’accusation d’un détournement de la clientèle populaire fréquentant habituellement la maternité de l’hôpital est clairement formulée par le docteur Aulagnier, lors d’une séance du Conseil général d’octobre 1936 : « La Maison Familiale a dépassé de beaucoup les cadres qui lui ont été fixés ». Antoine Pinay a cette réponse : « Il n’est pas douteux qu’au départ, on avait envisagé l’installation d’une maternité pour filles-mères, mais le succès de cette institution est le plus bel éloge qui puisse être fait à ses administrateurs (...). Je serais tenté de dire que la maternité qui existait avant la Maison familiale n’avait qu’à retenir cette clientèle »35. Cet échange de propos assez vifs illustre bien l’ampleur du contentieux entre les deux maternités. Les sages-femmes de la ville se plaignent aussi de la concurrence que leur fait la Maison maternelle. La présidente du syndicat des sages-femmes proteste lors d’une réunion avec les médecins accoucheurs en avril 1936 contre l’admission de « la classe moyenne », fonctionnaires, institutrices, postières, commerçantes, qui pourraient selon elle, payer un prix de journée plus élevé ; les tarifs pratiqués par les sages-femmes à domicile sont effectivement supérieurs à ceux de la Maison maternelle.

18Parmi les clientes de la Maison, trois sur quatre viennent de Saint-Etienne et du bassin stéphanois. Les registres d’accouchement de 1929 et 1946 mentionnent régulièrement leur lieu de naissance et leur adresse. Les seules exceptions, pour lesquelles ces renseignements ne figurent pas, sont les maternités secrètes : elles sont 31 en 1946, dont 8 pour des femmes mariées : il y a parfois des situations conjugales difficiles dans les après-guerres... En 1946, la diminution du nombre d’accouchées originaires de la vallée du Gier ou du nord du département est certainement liée à la création de maternités à Feurs, Montbrison, Saint-Chamond, tandis que Firminy n’en n’a pas à cette date. Alors qu’une femme mariée sur sept vient d’une localité extérieure au bassin stéphanois, c’est le cas de près d’une célibataire sur trois ; la ville permet encore de cacher une grossesse et un accouchement dans les années de l’après-guerre. Mais la cohabitation dans cette maternité entre femmes mariées et filles-mères n’a pas toujours bonne presse. « Vous étiez mélangées à toute sorte de monde, j’y suis allée et je sais que je ne serais pas restée », nous a dit madame Borde qui, en 1942, a préféré accoucher chez elle, plutôt que d’aller à la Maison maternelle. Rassurant, plus accueillant que l’hôpital, cet établissement est cependant marqué par sa fonction de lieu d’accueil des mères célibataires. Madame Vérot, épouse d’un instituteur, met au monde son fils unique en 1929, chez elle. Elle fréquente la consultation de nourrissons de la Maison familiale, mais n’aurait pas l’idée d’y accoucher : « il fallait que ce soit des gens vraiment sans famille, qu’on soit vraiment obligé (...) autrement personne n’allait accoucher là ! » : en 1929 il y a tout de même plus de 600 naissances dans l’établissement... Vingt ans plus tard, quand madame Frécon, institutrice, décide d’aller à la Maison maternelle pour son premier enfant, sa famille s’étonne de sa décision ; compte tenu de sa profession elle pourrait prétendre à autre chose, la clinique ou la sage-femme à domicile, plutôt que d’aller « chez les filles-mères ».

- Du côté des « filles-mères ».

  • 36 Louis COMTE (1857-1926), pasteur au temple de Saint-Etienne de 1884 à 1926, est l’une des figures (...)

19En 1929, elles sont 95 à mettre au monde un enfant à la Maison familiale ; en 1946, elles sont 171. A cette date, la mention systématique de la date de naissance de l’accouchée, sur le registre d’entrée, nous a permis de comparer les âges des femmes mariées et des célibataires. Plus des trois quarts des filles-mères ont entre 15 et 24 ans : maternités très précoces parfois, pour lesquelles certaines demandent le secret : elles sont 23 dans ce cas en 1946. Madame Vidal, qui a séjourné à deux reprises en 1944 et en 1947 au service des mères nourrices, à la suite d’accouchements difficiles, se souvient d’avoir côtoyé « des filles de la campagne, des ouvrières, mais aussi quelques filles de bonnes familles, comme cette fille de militaire que sa mère avait placée là en cachette du père ». De 1914 à 1939, le service des expectantes, celui des accouchements et celui des mères nourrices, sont officiellement séparés, rue Victor Duchamp. Mais célibataires et femmes mariées se retrouvent dans les trois services, même si les mères nourrices sont en majorité des célibataires. Entre 1932 et 1936, période pour laquelle nous avons trouvé un registre des nourrices fort bien tenu, celles-ci sont en moyenne une quarantaine dans l’établissement, dont 80 % de célibataires logées dans une des ailes de l’ex-collège. Sous le vocable de « nourrices », sont regroupées les femmes enceintes et celles qui nourrissent effectivement leur enfant. Une photographie prise dans les années 1930 montre des jeunes femmes alignées dans le jardin, visiblement enceintes, toutes vêtues de la même robe large et froncée au dessous de la poitrine. L’uniforme, qui est de règle dans toutes les Maisons maternelles de l’époque, ne disparaît à Saint-Etienne que dans les années 1970. Sur d’autres photographies, on peut voir ces jeunes femmes en train de tricoter, de repasser, de coudre ou de faire la cuisine sous l’œil vigilant d’une surveillante : initiation au rôle de ménagère, occasion aussi de les employer aux travaux d’entretien de la Maison, surtout après la crise financière de 1938. Lors du Conseil de surveillance du 27 mai 1939, il est bien précisé que « jusqu’au septième mois, l’assistée devra rendre à l’établissement tous les services compatibles avec son état ». Depuis la création de la Maison, le personnel non médical est d’ailleurs systématiquement recruté parmi les anciennes pupilles de l’Assistance et les femmes abandonnées ; « un personnel peu exigeant, assez mal payé mais qui peu à peu, se trouvait reclassé et se contentait de son sort ». Ce constat émane d’un Conseil d’administration d’avril 1938. L’application des lois sociales a rendu indispensables de nouvelles embauches. De 1935 à 1938, l’effectif global du personnel passe de 45 à 65 personnes si l’on compte les servantes, assistantes hospitalières, cheftaines et sages-femmes (elles sont cinq) auxquelles s’ajoutent les médecins : le docteur Pellissier, médecin-chef ; le docteur Montagnon, chargé de la pouponnière ; le docteur Boyron, adjoint de Pellissier et la doctoresse Lucie Comte, fille du pasteur Comte, qui s’occupe de la consultation des enfants36. A l’exception des médecins qui gardent une activité extérieure, l’ensemble du personnel est logé et nourri et les salaires sont faibles, inférieurs par exemple à ceux de l’Hôpital de Bellevue.

La Maison familiale en 1930 - Fonds Léo Leponce , AMSE
en haut : Pensionnaires enceintes
en bas : Une accouchée et sa nombreuse famille

20Entre 1936 et 1941, le nombre des mères nourrices augmente fortement. Elles sont 68 en 1937, dont un tiers de femmes mariées ; cette année-là, on enregistre un afflux de réfugiées espagnoles venant surtout du Pays basque. A cette époque, les filles-mères reçoivent une indemnité de 50 F par mois pendant un an. A partir de 1940, après l’épisode du transfert à Saint-Galmier, le service des mères nourrices est installé « au château », dans la maison Cote. Accueillies gratuitement s’il s’agit de célibataires, ou en pension payante pour les femmes mariées désireuses de se reposer après un accouchement difficile, les mères nourrices mènent une existence très monacale dans cette grande maison ; au rez-de-chaussée, les salles communes, au premier étage, des chambres de six à huit lits et l’infirmerie. L’ensemble est sous l’autorité d’une surveillante. « On s’y ennuyait ferme » raconte madame Vidal. Les célibataires n’ont pas le droit de sortir sans permission ; elles sont occupées à la cuisine, au nettoyage. Cette existence recluse, assortie de multiples petites contraintes, engendre des tensions : crises de larmes, bagarres parfois et flots de confidences qui révèlent souvent des détresses terribles. Madame Vidal, qui recevait souvent des visites de son mari se rappelle non sans émotion le désespoir de « certaines filles de Haute-Loire qui ne voyaient jamais personne et ne savaient pas où aller à la sortie ». La Haute-Loire et « ses campagnes arriérées » reviennent fréquemment dans son récit. Or, statistiquement, les jeunes femmes de ce département ne sont pas très nombreuses : elles sont douze en 1947 pour un ensemble de cent deux mères nourrices.

  • 37 Archives de la Maison maternelle, Conseil de surveillance, 28/1/1942.

21« Elles se sentaient rejetées de la société et puis il y avait certaines sages-femmes qui leur faisaient sentir... » : les relations avec le personnel de la Maison sont parfois orageuses. Il arrive que les pensionnaires du château adressent leurs doléances au docteur Pellissier en personne. Celui-ci n’apprécie guère l’intervention du Service social créé par le Secours national qui, en 1942, accuse la Maison maternelle d’utiliser les filles-mères37. Cette année-là, leur nombre diminue d’ailleurs de moitié au château, car le Secours national leur procure une somme d’argent plus importante et une plus grande liberté, situation que déplore le docteur Pellissier : « Cette liberté est préjudiciable non seulement à l’enfant, mais aussi à la mère pour laquelle le relèvement moral est souvent illusoire ». Le propos est clair : l’entreprise de redressement moral, tout à fait à l’ordre du jour dans cette période, passe pour les filles-mères par un régime de liberté surveillée, assorti d’une mise au travail au sein de l’établissement. Un rapport du docteur Pellissier au préfet, daté du 8 février 1946, précise « qu’il faut au minimum huit filles-mères pour le service fait par quatre infirmières ». Les premières étant payées 300 F par mois, alors que le salaire d’une infirmière est de 2 100 F, on imagine l’économie réalisée. Celles qui travaillent dans la Maison ne sont qu’un petit nombre. En effet, la vie des mères nourrices est d’abord consacrée à l’enfant qu’il est obligatoire d’allaiter ; il s’agit, bien sûr, d’éviter l’abandon, objectif prioritaire de l’établissement. « On ne faisait rien pour qu’il n’y ait pas de montée de lait, même si l’abandon était souhaité par la mère. Celles qui avaient annoncé qu’elles abandonnaient étaient rudoyées, non seulement par les sages-femmes, les surveillantes, mais aussi les autres filles ». Madame Vidal se souvient de cette sage-femme qui était passée un jour dans toutes les chambres, portant un superbe bébé dans les bras en clamant : « Regardez ce qu’on m’a laissé ! ». Face à la détresse de femmes souvent très jeunes, qui ont parfois tout essayé pour éviter cette maternité, l’institution prône sans appel l’amour maternel obligatoire.

  • 38 ADL, versement 1962, cart.9, Rapport du 1/6/1934.

22Nous n’avons retrouvé aucune statistique globale sur l’abandon d’enfants à la Maison maternelle. On ne peut se fonder sur le nombre d’enfants présents à la pouponnière, car beaucoup ne sont pas nés dans l’établissement. Une remarque à leur sujet : en 1934, sur trente-sept enfants, on constate neuf décès, un enfant sur quatre, chiffre énorme que l’inspecteur départemental de l’Assistance publique explique par « l’état lamentable des enfants qui sont envoyés là, et dont la place serait plutôt a l’hôpital »38. Le problème est général en France, à tel point qu’une circulaire du ministère de la Santé publique du 5 octobre 1936 rappelle à l’ordre l’ensemble des établissements qui s’occupent des enfants assistés. L’abandon, relativement rare étant donné la pression psychologique exercée sur les mères célibataires, est parfois reporté à la sortie de la Maison. Beaucoup plus fréquente est la mise en nourrice. D’autre part, trouver du travail est chose difficile quand on est fille-mère. Il y a bien le réseau des œuvres, mais il se limite le plus souvent aux emplois domestiques. En 1949, le château est abandonné, et le service des mères nourrices s’installe dans le bâtiment rénové de la Maison maternelle.

23 Maternité de Bellevue (la maternité de l’Hôpital) et Clinique Trousseau (la Maison maternelle) accueillent dans l’entre-deux-guerres un nombre grandissant de Stéphanoises. Toujours en concurrence, les deux maternités, d’abord réservées à une clientèle populaire, s’ouvrent après la guerre aux classes moyennes. La Maison maternelle a, dans ce domaine, une légère avance : son image est meilleure parmi la population, ainsi que ses résultats dans la lutte contre la mortalité maternelle et infantile. Mais si la mort des femmes en couches se fait rare dans les maternités des années 1930, celle des enfants reste fréquente dans les mois qui suivent la naissance. Elle va être combattue par une politique de protection de l’enfance qui dépasse largement le cadre de l’accouchement, et s’adresse prioritairement aux mères.

3 - La politique de protection maternelle et infantile (1900-1940)

  • 39 AMSE 3 Q 74.
  • 40 ADL T 7.

24« Dans notre grande cité industrielle, la femme mère a besoin d’être aidée, secourue, dirigée, dans les soins à donner à son enfant pendant la période de son allaitement » : cet extrait d’un rapport rédigé en 1906, sur un projet de « Goutte de lait », donne le ton des discours qui fondent la politique de protection maternelle et infantile à Saint-Etienne jusqu’en 194039. La ville industrielle est dure aux mères : il faut donc les aider, et les éduquer. La maternité souffrante est ainsi le thème du roman que publie en feuilleton le quotidien républicain local, la Tribune républicaine, à partir de 1908 : Détresse maternelle, d’Henri Germain, « un roman sentimental et dramatique où s’exalte l’amour maternel avec toutes ses douleurs, et ses joies indicibles ». Les mères doivent être secourues, mais aussi dirigées : « Un fait m’a frappé, c’est l’ignorance des mères de famille sur la façon d’élever leurs enfants », écrit en 1913, dans La Loire médicale, le docteur Tézenas du Montcel, rendant compte des activités d’une consultation de nourrissons de la ville. L’inspectrice des écoles maternelles du département fait le même type de remarque en 1919 : « Les élèves des écoles maternelles de la Loire se recrutent surtout dans les milieux industriels. L’ignorance ou la négligence des mères, ainsi que les habitudes des familles, sont surtout affligeantes dans les centres métallurgiques et miniers »40.

25La protection des mères se traduit d’abord par une aide matérielle ; mais c’est aussi la mise en œuvre d’une pédagogie souvent autoritaire : il faut éduquer les mères selon les principes de l’hygiène et de la puériculture modernes. Les initiatives se multiplient à Saint-Etienne dès la fin du XIXe siècle. On peut retenir, parmi leur foisonnement, l’application par la municipalité de la loi Strauss de 1913 sur la Protection des femmes en couches ; le développement de la Mutualité maternelle et l’organisation de consultations de nourrissons ; enfin deux événements stéphanois autour de la petite enfance : l’Exposition de l’enfance en 1933 et l’ouverture, en 1938, d’une crèche municipale dans le quartier ouvrier du Soleil.

L’assistance aux femmes en couches

  • 41 AMSE 5 I 4 et 5 ; 4 Q 33, 41, 49, 55, 70.
  • 42 AMSE 6 C 101-083.
  • 43 AMSE 4 Q 67-68-69.
  • 44 L. SOULIE, Pro domo. 45 ans de vie publique, Saint-Etienne, 1934.

26Depuis 1884, les femmes indigentes bénéficient, à Saint-Etienne, de l’aide médicale gratuite au moment de leur accouchement. C’est le Bureau d’hygiène municipal qui rétribue la sage-femme, lorsque l’accouchement a lieu à domicile. D’après les statistiques du Bureau, le nombre de ces accouchements gratuits est très fluctuant, les deux maximums étant atteints en 1905-1908 et 1926-1930, avec plus de 500 accouchements par an41. La loi Strauss du 17 juin 1913 institue un congé de quatre semaines après l’accouchement, pour toute Française ayant une activité salariée et dont les ressources sont « insuffisantes » : elle ne concerne donc pas seulement les indigentes. Le congé est assorti d’une allocation journalière de 0,50 à 1,50 F. En 1917, les dispositions de la loi sont étendues aux femmes n’ayant pas d’activité salariée ; à partir de 1919 s’ajoute une prime mensuelle d’allaitement de 15 F, versée pendant un an. Des visiteuses, messagères de l’hygiénisme, et premier relais entre le corps médical et les femmes, effectuent les contrôles à domicile42. Les Stéphanoises ont été nombreuses à demander le bénéfice de cette allocation : elles sont 2 108 postulantes, presque toutes admises, en 1921 ; 1 355 postulantes en 1931, pour 1 206 admises, en 1931. En 1921, une naissance sur deux est donc concernée, et une sur trois en 193143. D’après les listes de postulantes, très détaillées, neuf femmes sur dix résident en ville ; elles sont mariées dans leur écrasante majorité ; une partie des célibataires de 1921 sont sans doute concubines, ce statut étant plus souvent déclaré en 1931. A cette date, les femmes ayant une activité professionnelle sont proportionnellement moins nombreuses : beaucoup de passementières et usineuses voient leur demande rejetée, leurs ressources étant jugées suffisantes. Dans les années 1930, priorité est donnée aux mères qui ont au moins deux enfants. Les étrangères, admises à partir de 1925, sont à parts égales italiennes et polonaises. En 1931, l’allocation quotidienne - 7,50 F -, est la plus élevée de France, traduisant le volontarisme municipal en la matière. Cette assistance municipale, qui ira ensuite diminuant, a donc touché un nombre non négligeable de mères. Outre l’aide financière, la ville fournit, par exemple, des ceintures de grossesse : « De telles mesures valent mieux pour la natalité et l’hygiène maternelle dans la classe ouvrière que les conférences que l’on peut faire, et les mesures de répression qui peuvent être votées », déclare en décembre 1923 le maire Louis Soulié, devant son conseil municipal. Ce notable socialiste indépendant, qui critique ainsi la loi renforçant la répression de l’avortement, votée en mars, s’est, à plusieurs reprises, montré sensible à la question des femmes : en juin 1925, il déposera un projet de loi proposant l’éligibilité des Françaises aux fonctions publiques, au même titre que les Français, entretenant pour l’occasion une correspondance avec la féministe Marguerite Durand44.

La Mutualité maternelle de Saint-Etienne

  • 45 AMSE 4 Q72.

27Fondée en 1903, la Mutualité de Saint-Etienne est la troisième Mutualité maternelle créée en France après celle de Paris en 1892, et celle de l’Isère en 1894. Le comité de patronage comprend de nombreux industriels stéphanois, dont Etienne Mimard et Pierre Blachon, fondateurs de Manufrance, Geoffroy Guichard, fondateur du Casino, ainsi que l’avocat Tézenas du Montcel ; il est présidé par le fabricant Jean Poméon ; on retrouve de nombreux fabricants parmi les membres bienfaiteurs : Giron, Balaÿ, Descours, Epitalon. Une brochure éditée en 1933 pour le trentième anniversaire énumère ses réalisations45 : le premier dispensaire est ouvert en 1906, trois autres entre 1910 et 1914 ; une « Goutte de lait » est organisée en 1912. Pendant la Grande Guerre, la Mutualité distribue des secours aux enfants de soldats ou de réfugiés ; un cinquième dispensaire fonctionne à partir de 1929. Le nombre des sociétaires est de 66 en 1906, 680 en 1912, 3024 en 1922, 4008 en 1932, 5640 en 1943. Cependant, le nombre des naissances faisant l’objet d’indemnités et de primes reste modeste : 193 en 1919, 289 en 1940. L’adhésion, initialement individuelle, est de plus en plus collective : en 1913, sept sociétés de secours mutuel s’affilient à la Mutualité maternelle, dont les Forges et Aciéries de Saint-Etienne, les Employés et ouvriers brasseurs, ou encore l’Ecole libre.

28En 1927, Saint-Etienne accueille le Cinquième Congrès des Mutualités maternelles, sous la présidence du député-maire Antoine Durafour. Accueillis par l’Union symphonique du Casino, les congressistes visitent plusieurs établissements, dont la Maison familiale départementale. La réalisation essentielle de la Mutualité Maternelle est le développement des consultations de nourrissons, conçues comme lieu stratégique du combat contre la mortalité infantile. Les consultations stéphanoises - quatre en 1913, douze recensées en 1935 -, d’abord implantées au centre ville, gagnent peu à peu les quartiers périphériques, traditionnellement démunis au plan sanitaire et médical. Leur fréquentation reste modeste dans les années 1920 : « Les populations n’ont pas compris le caractère et l’importance de ces écoles des mères », déclare le sénateur Fernand Merlin devant l’assemblée générale de la Mutualité de 1923. Dans la décennie suivante, en revanche, on évoque l’encombrement des consultations, et les dangers de contagion qui en résultent en cas d’épidémie : les consultations sont d’ailleurs fermées entre novembre 1936 et février 1937, pendant une épidémie de rougeole. L’habitude de faire examiner les enfants est donc peu à peu entrée dans les mœurs. Parmi les femmes que nous avons interrogées, les plus âgées n’étaient pas très assidues ; les plus jeunes, au contraire, ont régulièrement fréquenté les consultations. Celles-ci sont à l’honneur à Saint-Etienne lors de l’Exposition de l’enfance de mai 1933.

L’Exposition de l’enfance, 13-21 mai 1933

29Réalisée à l’initiative de la Fédération des Œuvres de protection de l’enfance, patronnée par les autorités municipales et départementales, l’exposition se tient dans la cour de l’Hospice de la Charité. Largement annoncée par la presse locale, elle est inaugurée par le ministre de la Santé publique Daniélou. Les stands présentent les travaux et réalisations d’écoles, de patronages, et de toutes les associations et institutions s’occupant de la petite enfance. Le Bureau d’hygiène de la ville présente une carte de France sur laquelle des points lumineux correspondent aux consultations de nourrissons, et des graphiques illustrent la chute de la natalité française. La Compagnie des Mines de Roche-la-Molière et Firminy présente un projet de garderie d’enfants. La ferme de J. Courbon-Lafaye, sur la commune de Marlhes, dans le massif du mont Pilat, qui fournit le lait stérilisé aux consultations de nourrissons, expose ses produits. Les maisons de chocolats et friandises, nombreuses à Saint-Etienne, ne manquent pas non plus le rendez-vous : la maison Casino associe ainsi l’action en faveur de l’enfance et de la natalité, et les affaires. « De tous les coins de la ville et même des communes avoisinantes, des théories de fillettes et garçonnets, conduits par leurs maîtres, convergent vers l’Exposition », écrit La Tribune républicaine du 19 mai. Les journalistes relèvent des slogans comme « On ne naît pas assez dans la Loire », « Beaucoup d’enfants chez les étrangers, peu chez les Français ! » Les conférences organisées pendant la semaine ont pour thèmes « Le rôle de la mère dans la lutte contre la mortalité infantile », ou encore : « Aimons-nous les enfants ? ».

30Cette exposition s’inscrit dans toute une série d’actions menées en direction de l’opinion publique : des « Semaines de l’enfance » se déroulent chaque année en France dans les années 1930, comme d’ailleurs en Europe, en Allemagne, en Italie ou en URSS. C’est dans ce dernier pays que se rend, en 1935, une délégation de la municipalité stéphanoise de Front populaire : elle y visite, entre autres réalisations du socialisme triomphant, des crèches. Au dire du docteur Mossé, conseiller municipal, ces visites serviront dès le retour des délégués, de modèle pour la réalisation de la crèche du quartier du Soleil.

Une petite révolution : la crèche municipale du quartier du Soleil

  • 46 ADL 92 M 235. Sur les femmes des usines de guerre, M. DUBESSET, F. THEBAUD, C. VINCENT, « Les muni (...)
  • 47 AN F22 534 ; sur Manufrance, Archives MFAC, dossier Projet de garderie, 1917.

31Au début du XXe siècle, Saint-Etienne est la seule grande ville ouvrière française qui n’ait pas de crèches. Le sous-équipement est flagrant durant la Première Guerre, alors que les femmes sont massivement embauchées dans les usines métallurgiques de « l’Arsenal de la France ». On peut rappeler que la première grève de femmes qui éclate dans le pays pendant la guerre, se déroule précisément à Saint-Etienne, en janvier 1916 : les ouvrières de l’usine de tissus élastiques Gillet entendent alors protester contre le renvoi d’une ouvrière partie en avance pour soigner un enfant malade46. Deux usines seulement possèdent une garderie d’enfants et une chambre d’allaitement à partir de 1917 : la Manufacture nationale d’armes, arsenal d’Etat qui emploie en 1918 environ 2600 femmes, et l’usine métallurgique Leflaive. A la Manufacture d’Armes et de Cycles (Manufrance), où travaillent en 1916 près de 2500 femmes, un projet est élaboré, mais n’est pas réalisé. Détail intéressant, il était prévu de confier la direction de la crèche et de la chambre d’allaitement non pas à un médecin, mais « à une sage-femme à qui les ouvrières pourraient plus facilement se confier »47.

  • 48 Cf. J.-P. BURDY, Le Soleil noir, op. cit.

32Au lendemain de la guerre, alors qu’un grand nombre d’mineuses sont remerciées sans ménagement et retournent au foyer, il n’est plus question de garderies d’enfants. Pourtant, un conseiller municipal fait remarquer en février 1923 que « les mères de famille sont fort embarrassées pour faire surveiller leurs enfants lorsque les besoins du ménage les appellent à la buanderie ou ailleurs » : l’absence de crèche à Saint-Etienne étonne quand on sait, par exemple, qu’il y a alors une dizaine de crèches municipales dans la ville voisine de Lyon, pour une population trois fois supérieure. Il faut cependant attendre le 12 juillet 1935 pour que le conseil municipal de Saint-Etienne adopte le projet de construction d’une crèche. La réalisation est symbolique par le choix qui est fait du quartier du Soleil, quartier ouvrier de mineurs et de métallurgistes particulièrement choyé par la municipalité de Front populaire48. L’inauguration de la crèche, d’un lavoir municipal et de quatre nouvelles classes primaires, les 26 et 27 mars 1938, est l’occasion d’une grande fête laïque, républicaine et de Front populaire. Baptisée Crèche Louis-Soulié, la crèche du Soleil doit accueillir une quarantaine d’enfants de quatre mois à trois ans. La contribution journalière demandée aux parents est modeste : de 2 à 6 francs. Le maire Louis Soulié, qui préside aux cérémonies, rappelle dans son discours que « le souci primordial de la municipalité est de protéger l’enfance ». Il dénonce « le labeur épuisant des jeunes mères, une des tares du régime capitaliste », pour conclure : « Nous formons le vœu que bientôt arrive le jour où les crèches ne seront plus nécessaires, et où le travail de l’homme suffira à faire vivre son foyer. En attendant, il faut parer au mal ». La crèche est donc conçue comme un pis-aller temporaire, en attendant des temps meilleurs, lorsque les mères pourront rester chez elles pour élever leurs enfants. Comment celles-ci ont-elles perçu cette réalisation ? Les éléments manquent pour répondre d’autant plus que cette crèche n’a qu’une brève existence : elle est en effet détruite lors du bombardement de Saint-Etienne en mai 1944.

33Maternité et petite enfance deviennent de plus en plus un enjeu social et politique dans l’entre-deux-guerres. Il ne faudrait cependant pas surévaluer les effets de la mise sous surveillance des mères, entreprise par les pouvoirs publics et le corps médical. En effet, l’acte fondateur de la maternité, l’accouchement, leur échappe encore largement, à Saint-Etienne et ce jusqu’au début des années 1950.

Notes

15 Dans leur article « La contraception, les Français premiers, pourquoi ? », Dénatalité, l’antériorité française, 1800-1914, Communications no 44, 1986, J-P. BARDET et J. DUPAQUIER n’apportent pas de réponses définitives à la question posée.

16 Cf. F. THEBAUD, « Le mouvement nataliste dans l’entre-deux-guerres, L’Alliance nationale pour l’accroissement de la population française », Revue d’histoire moderne et contemporaine, juin 1985.

17 J. SCHNETZLER, « L’évolution démographique de la région de Saint-Etienne de 1876 à 1946 », Etudes-foréziennes, 1971, vol. 4, p. 157-195.

18 M. LUIRARD, La Région stéphanoise..., op. cit., p. 844.

19 ADL BH 856, La naissance d’enfants étrangers dans la Loire, 1930.

20 AMSE 3 Q 74.

21 AMSE 3 Q 70.

22 G. VIGARELLO, Le Propre et le sale. L'hygiène du corps depuis le Moyen-Age, Paris, Seuil, 1987.

23 Cf. le rapport La mortinatalité dans la Loire de 1929 à 1932, Archives de la Maison maternelle, pour les chiffres stéphanois ; F. THEBAUD, Quand nos grand-mères..., op. cit., p. 51, pour les chiffres nationaux.

24 Chiffres tirés de La Loire médicale de 1922.

25 Y. LEQUIN (ed.), Histoire des Français. Un peuple et son pays, Paris, Colin, 1983, p. 738.

26 AMSE 4 Q 72.

27 La date de ce legs varie suivant les sources : 1771 d’après un rapport municipal de 1919 (AMSE 4 Q 74) ; 1764 d’après l’Association française pour l’avancement des sciences, XXVIe section, Saint-Etienne, 1897, t. 3, p. 216.

28 AMSE 4 Q 70.

29 Sur la mortalité par fièvre puerpérale, Association française..., op. cit., ibid., p. 114

30 Ibid., p. 203-204.

31 AMSE 5 I 4 et 5 I 7.

32 ADL, versement 1962, cart. 1, session du Conseil général, 23/5/1964

33 F. THEBAUD, Quand nos grand-mères..., op. cit., p. 228.

34 ADL, versement 1962, cart.8.

35 Ibid.

36 Louis COMTE (1857-1926), pasteur au temple de Saint-Etienne de 1884 à 1926, est l’une des figures du christianisme social français.

37 Archives de la Maison maternelle, Conseil de surveillance, 28/1/1942.

38 ADL, versement 1962, cart.9, Rapport du 1/6/1934.

39 AMSE 3 Q 74.

40 ADL T 7.

41 AMSE 5 I 4 et 5 ; 4 Q 33, 41, 49, 55, 70.

42 AMSE 6 C 101-083.

43 AMSE 4 Q 67-68-69.

44 L. SOULIE, Pro domo. 45 ans de vie publique, Saint-Etienne, 1934.

45 AMSE 4 Q72.

46 ADL 92 M 235. Sur les femmes des usines de guerre, M. DUBESSET, F. THEBAUD, C. VINCENT, « Les munitionnettes de la Seine (1914-1918) », L’Autre Front, Les Cahiers du Mouvement Social no 2, 1977.

47 AN F22 534 ; sur Manufrance, Archives MFAC, dossier Projet de garderie, 1917.

48 Cf. J.-P. BURDY, Le Soleil noir, op. cit.

Table des illustrations

Légende L'entrée se la Maison familiale de la Loire, vers 1930 Photographie du fonds Léo LEPONCE, AMSE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16713/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Légende La Maison familiale en 1930 - Fonds Léo Leponce , AMSE en haut : Pensionnaires enceintes en bas : Une accouchée et sa nombreuse famille
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/16713/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 484k

© Presses universitaires de Lyon, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search