Version classiqueVersion mobile

Parcours de femmes : Réalités et représentations

 | 
Mathilde Dubesset
, 
Michelle Zancarini-Fournel

Troisième partie. Maternités

Chapitre VII. La maternité refusée

Texte intégral

1 - Abandons d'enfants, infanticides : des comportements marginaux

  • 5 AMSE 3 Q 67.
  • 6 AMSE 3 Q 53-55.
  • 7 Association française pour l’avancement des sciences, XXVIe section, Saint-Etienne, 1897, t. 3, p. (...)

1Au XIXe siècle et plus particulièrement sous la Monarchie de Juillet, l’abandon d’enfants atteint à Saint-Etienne des niveaux impressionnants : 855 enfants pour la seule année 1831, par exemple. Pour la plupart, ce sont des enfants de « filles-mères » ou de couples indigents, qui sont déposés au tour de l’Hospice de la Charité (fermé en 1846), parfois dans la rue, ou encore laissés par leur mère venue « faire ses couches » à l’hôpital5. Après avoir diminué, le nombre d’abandons reprend en 1848-1849, période de crise économique et sociale, et d’agitation politique. Un procès-verbal du 19 août 1848 mentionne l’exposition, à la porte de l’hospice, d’une petite fille de six mois avec ce billet : « Fille légitime, l’enfant est baptisé et sevré, nous le reconnaîtrons de suite, ce mauvais temps passé »6. La fréquence des objets trouvés sur les enfants (rubans, médailles, petits billets), semble signifier que les parents espèrent les retrouver un jour. Sous le Second Empire, 200 à 240 enfants sont abandonnés chaque année à Saint-Etienne, un chiffre qui diminue pour se stabiliser autour de 180 à la fin du siècle7. En 1864, 87 % de ces enfants sont nés dans la ville ; en 1896 50 %, soit 3 % des naissances stéphanoises. Déposés à l’Hospice de la Charité ou nés dans ses murs puis abandonnés, ils sont en règle générale placés à la campagne. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, c’est la Maison familiale, devenue en 1938 Maison maternelle, qui accueille les enfants abandonnés du département. Nous n’avons trouvé aucun registre mentionnant le nombre de ces enfants dans les archives de la Maison maternelle. Il faut dire que ce type d’institution, par sa fonction même, s’efforce de lutter contre l’abandon d’enfant, accueillant les filles-mères mais prohibant en même temps l’abandon, ce qui signifie tout un ensemble de pressions exercées sur ces femmes. Une politique qui porte parfois ses fruits : en 1940, le Conseil de Surveillance annonce non sans fierté qu’aucun abandon n’a été enregistré durant l’année. Dans cette période, une cinquantaine de mères nourrices, pour la plupart célibataires, sont hébergées dans la Maison.

  • 8 ADL 4 U 8-20, Arrêts de la Cour d’assises de la Loire, 1845-1938.
  • 9 ADL 4 U 189 et 240.

2Plus rare, l’infanticide, geste de désespoir passible de la cour d’Assises, est presque toujours le fait de femmes jeunes et seules. Celles-ci représentent 82 % des condamnées entre 1861 et 1901, et 84 % de 1902 à 193 88. La prescription centenaire sur les archives de justice interdit d’accéder aux pièces de ces procès pour le début du XXe siècle. C’est pourquoi, afin d’aller au-delà d’une simple comptabilité des condamnées et des verdicts, nous nous arrêterons sur deux affaires plus anciennes. L’une s’est produite à Saint Etienne en 1872, l’autre à Unieux, dans la vallée de l’Ondaine, en 18819.

3En 1872, une couturière stéphanoise de 27 ans, Julie Roure, séparée de son mari depuis trois ans, est convaincue du meurtre d’un bébé d’une dizaine de jours. Elle a accouché à l’Hôpital de la Charité d’un garçon, puis s’est installée pour quelques jours chez sa tante, une blanchisseuse tenant auberge, séparée elle aussi de son mari. D’après la déposition d’une voisine du mari de Julie, celle-ci aurait tenté de déposer l’enfant à l’Hôtel de Ville mais sans succès, « étant mariée ». Sa mère, une couturière, veuve d’un armurier, affirme lui avoir conseillé de placer l’enfant, ne pouvant le recevoir chez elle. Visiblement sans recours, la jeune femme tue le bébé à coups de couteau, et cache le cadavre dans un panier qu’elle place dans le grenier de la maison de sa mère. Dans les jours qui ont suivi ce geste terrible, Julie Roure erre dans la ville, dormant dans des auberges. Mais sa mère a découvert le panier à l’odeur suspecte. Lors du procès, les nombreuses dépositions de voisines évoquent ce panier qui avait intrigué ; mais la jeune femme innocente sa mère, concluant sa déposition par ces mots : « Ah si j’avais écouté ma mère, je ne serais pas ici ; elle me recommandait de bien faire ! ». Dans la description du cadavre faite par le commissaire de police, est mentionné un petit foulard de soie noire qui recouvrait la tête du bébé, foulard que Julie Roure avait reçu en cadeau de sa mère peu de temps auparavant.

4A Unieux, en 1881, les trois accusées sont une jeune dévideuse de 24 ans, célibataire, sa mère, cultivatrice de 67 ans, et sa sœur. Au moment de l’accouchement, la mère de Claudine Forissier (dont la grossesse avait été soigneusement cachée) est allée chercher la sage-femme à Firminy. Celle-ci raconte, lors du procès, qu’après de multiples détours, elles sont arrivées dans une maison où rien n’avait été préparé pour une naissance, ni linge, ni layette. L’enfant, né tout à fait normalement, plutôt vigoureux fut alors emmené par la mère et la sœur de l’accouchée dans la cuisine, tandis que l’accoucheuse donnait quelques soins à sa cliente : « Dix minutes après, cette vieille femme revint, rapportant l’enfant et me disant qu’il était malade ; je pris l’enfant sur mes genoux et je m’aperçus qu’effectivement il était bien malade, il devenait violet, était suffoqué et faisait des efforts comme une personne à qui la respiration manque. Je le frottais avec de l’arquebuse, mais bientôt il fut pris de crises et il mourut sur mes genoux vers cinq heures du matin ». La sage-femme croit - ou feint de croire - à une mort naturelle, mais l’autopsie du corps découvert un mois plus tard, montre que l’enfant a bel et bien été étouffé. Dans une autre déposition, l’accoucheuse explique qu’elle a baptisé l’enfant à la demande de la vieille femme.

5Ces deux affaires sont différentes par leur déroulement. Dans le premier cas, l’infanticide est un acte solitaire, alors que dans le second, il est visiblement concerté. A Unieux, la mère de la jeune accouchée participe au meurtre, celle de Julie Roure s’efforce simplement d’effacer les traces du crime. D’un côté, une réelle complicité, une disponibilité des femmes de la famille à collaborer à la disparition du nouveau-né ; de l’autre, une forme de solidarité plus ambiguë : la mère n’a rien fait pour aider sa fille, que ce soit pour garder l’enfant ou pour s’en débarrasser ; mais elle est tout de même associée symboliquement à cette mort par ce foulard posé sur le corps du bébé.

6Les arrêts de la Cour d’assises de la Loire concernant les affaires d’infanticide, consultés pour la période 1902-1938, montrent une prédominance des domestiques, groupe toujours très vulnérable : elles représentent environ le tiers des femmes jugées. La répartition des autres activités est à l’image de celles qu’exercent les femmes des classes populaires : cultivatrices, ménagères, ouvrières en soie, employées, couturière, cuisinière, blanchisseuse, trieuse de charbon. On peut remarquer la présence d’une sténodactylo et d’une infirmière dans les années 1930, métiers plus associés à la modernité alors que l’infanticide a une résonance très archaïque. Cet acte met en lumière de manière très brutale le drame de la grossesse hors mariage, mais il peut être aussi pratiqué par des femmes mariées. Deux des huit stéphanoises jugées dans cette période sont dans ce cas : une ménagère de 23 ans en 1908, et une trieuse de charbon de 27 ans en 1920. Le point commun entre toutes ces femmes est leur jeunesse : les deux tiers d’entre elles ont moins de 25 ans. Est-ce pour cette raison que plus d’un procès sur deux se termine par un acquittement avant 1914, les jurys d’assises étant relativement indulgents devant la détresse de jeunes femmes seules ? Ils deviennent plus sévères après la Première Guerre mondiale ; l’acquittement régresse et les condamnations à des peines de prison sont prononcées dans cinq cas sur six. Formes extrêmes du refus de maternité, l’abandon d’enfant et l’infanticide sont des recours ultimes, de plus en plus relayés, à la fin du XIXe siècle, par l’avortement.

2 - L'avortement, un recours de plus en plus fréquent ?

7Le nombre de procès pour avortement est beaucoup moins élevé que celui des affaires d’infanticides : nous n’avons trouvé que 36 procès aux Assises de la Loire entre 1861 et 1926, date à laquelle se déroule le procès d’une sagefemme de La Fouillouse. Le décalage est sans doute très grand entre la réalité et les traces laissées dans les archives judiciaires. En effet, d’après les médecins stéphanois, cette pratique serait en nette hausse à la fin du XIXe siècle. Le directeur de Bureau d’Hygiène de la ville dénonce dans les années 1890 « ces manœuvres exceptionnelles, autrefois réservées à certaines classes de la société, qui tendent aujourd’hui à ses généraliser ». En 1899, le docteur Roussel de l’Hôtel-Dieu cite dans le journal La Loire médicale, le cas d’une jeune fille morte des suites d’une perforation de l’utérus provoquée par une tentative d’avortement. La description fait frémir, et il conclut ainsi : « Les avortements criminels sont fréquents, presque tous ignorés et par conséquent impunis ; la grande masse du public, qui méprise certainement les avorteuses de profession, considère que la femme qui interrompt volontairement sa grossesse ne fait qu’user d’un droit ». L’attention du corps médical est plus grande au tournant du XXe siècle, sans doute sous l’influence des ligues natalistes, mais il semble que la fréquence des avortements augmente effectivement dans cette période, dans la région stéphanoise comme dans l’ensemble de la France.

  • 10 ADL 4 U 157. Cette affaire est citée par Cl. CHATELARD, Crime et criminalité dans l’arrondissement (...)

8Parmi les procès dont les pièces sont accessibles (ceux du XIXe siècle donc), celui de Jeanne Goutelle, qui se déroule en 1861, a retenu notre attention10. Cette couturière stéphanoise, célibataire âgée de 40 ans, est poursuivie avec trois autres femmes, une dévideuse célibataire de 27 ans, une passementière mariée mère de quatre enfants, et une domestique, veuve de 40 ans. L’accusée principale, fille de passementiers, habite rue du Puy. Elle aurait été initiée à la pratique de l’avortement par l’un des ses amants, un médecin ; la rumeur publique l’accuse d’ailleurs depuis longtemps de « dévergondage ». Elle est finalement dénoncée par l’une de ses anciennes ouvrières, qui avait constaté des allées et venues suspectes dans la maison pendant son travail. Une perquisition permet de trouver une seringue à injections, des fleurs et recettes médicinales, un crochet et une abondante correspondance qui atteste un trafic organisé. La clientèle de cette femme est essentiellement composée d’épouses de passementiers et de ménagères. Les habituées ont droit à des tarifs plus avantageux : c’est le cas de Claudine Bontemps, femme Giraudet, épouse de mineur dont « les voisines avaient remarqué qu’elle trouvait moyen de se débarrasser des enfants qui lui arrivaient trop facilement ». Jeanne Goutelle est condamnée à huit ans de prison, ses co-inculpées sont acquittées.

  • 11 A. FINE, « Savoirs sur le corps et procédés abortifs au XIXe siècle », Dénatalité, l’antériorité f (...)
  • 12 ADL 4 U 16, Arrêts de la cour d’Assises de la Loire.

9Cette affaire confirme les observations faites par ailleurs11. Ainsi les poursuites judiciaires sont-elles davantage dirigées contre ceux ou celles qui pratiquent l’avortement que contre les avortées elles-mêmes ; la diffusion des instruments, des techniques, se fait souvent par l’intermédiaire des professionnels de la santé. On peut aussi souligner le contrôle social exercé par le voisinage, et le nombre de femmes mariées impliquées dans ce genre d’affaires. Près de la moitié des femmes jugées pour avortement ou tentative d’avortement entre 1861 et 1926, dans le département de la Loire, sont mariées ou veuves. Ces dernières sont presque toujours accusées de complicité, ainsi que quelques hommes. De 1901 à 1926, cinq procès mettent en cause des Stéphanoises : une ménagère de 28 ans en 1903, une domestique célibataire de 19 ans en 1906, une autre ménagère, veuve de 50 ans en 1907, une usineuse célibataire de 25 ans en 1918, et enfin une ménagère de 37 ans en 192412. Fait un peu surprenant, plusieurs acquittements se succèdent en 1921-1922 lors de procès intentés à des femmes d’autres localités, faute de preuves sans doute, car l’époque est plutôt à la sévérité, en particulier pour les sages-femmes. Des trois accoucheuses jugées pour complicité d’avortement, deux sont condamnées à cinq ans de prison, l’une d’elles est même déchue de la profession en 1926. Cette sentence résulte sans doute de l’aggravation des peines liée à la correctionnalisation de l’avortement à partir de 1923. Nous manquons de données chiffrées pour mesurer les effets de la loi dans les années qui suivent. Cependant, d’après mademoiselle Aumont, qui débute comme sage-femme à Saint-Etienne en 1935, il y avait alors deux collègues en prison. Toutes les sages-femmes que nous avons rencontrées disent avoir été sollicitées, surtout à leurs débuts (dans les années 1920-1930 donc), les clientes venant tester la nouvelle accoucheuse. Le refus était systématique, nous a-t-on dit, pour des raisons d’éthique et aussi au nom de la déontologie professionnelle. Certaines évoquent également la peur de la prison ; d’autres se montrant cependant plus compréhensives : « Je leur ai toujours dit la même chose à mes clientes, je n’y mets pas la première main, mais si une fois la fausse-couche commencée, vous avez besoin de mes soins, je suis tout à fait avec vous ». Cette sage-femme du quartier du Soleil accepte de soigner « la fausse-couche » tandis qu’une de ses collègues envoyait systématiquement « les fausse-couches douteuses » à l’hôpital.

10Geste clandestin et dangereux, l’avortement est refus d’enfant, mais pas forcément de la maternité en général. C’est aussi une manière de limiter le nombre des naissances à une époque où la contraception se réduit à quelques pratiques peu sûres.

3 - La contraception, une pratique courante, mais clandestine

11Les femmes que nous avons rencontrées sont restées très discrètes sur ce sujet. On touche ici au domaine de l’intime, bien difficile à aborder dans le cadre limité d’un entretien. Seules les sages-femmes, directement confrontées à cette question par la nature même de leur travail, en ont parlé assez librement, se situant alors dans le cadre de leur profession en observatrices privilégiées des comportements féminins. « On faisait attention » nous a-t-on dit ; « Je n’ai rien fait pour avoir d’autres enfants », explique madame Fillit qui avait gardé un très mauvais souvenir de son accouchement au forceps en 1917.

  • 13 F. RONSIN, La Grève des ventres, Paris, Aubier, 1980.
  • 14 ADL M 2059.

12Le mouvement néomalthusien d’inspiration libertaire qui a été étudié par Francis Ronsin pour le début du XXe siècle semble inexistant à Saint-Etienne13. La seule manifestation publique que nous ayons repérée est une tournée de conférences animée par des militants parisiens dans l’ensemble du bassin stéphanois en février 191314. D’après un rapport de police, 60 personnes assistent à la réunion qui se tient à la Bourse du travail de Saint-Etienne. Avec la Première Guerre mondiale, les néomalthusiens ont de plus en plus de difficultés à se faire entendre : un article du Mémorial du 25 décembre 1917 se fait l’écho d’une lettre d’un groupe d’ouvrières choquées par les propos entendus lors d’une réunion de l’Union syndicale des ouvriers et ouvrières du textile, le 13 décembre : « Le conférencier Auda de Lyon, s’est déclaré adversaire des familles nombreuses et partisan de la restriction des naissances, dans des termes qui nous ont humiliées et peinées ». Cette réaction ne peut que réjouir le principal journal conservateur de la ville. On peut cependant en faire une double lecture ; d’une part, les ouvrières expriment un point de vue fort traditionnel, peu surprenant quand on sait l’importance de la pratique religieuse parmi les tisseuses ; mais il y a aussi la maladresse d’un langage syndical radical bien souvent en décalage par rapport à l’auditoire, en particulier lorsqu’il est féminin.

13Si les discours militants sur la restriction des naissances sont parfois mal accueillis par les femmes elles-mêmes au début du siècle, la contraception est bel et bien entrée dans les mœurs, même si le « birth control », mouvement d’origine anglo-saxonne qui fait son apparition dans les années 1930 en France, ne semble guère à la mode dans les dispensaires stéphanois de l’époque. Nous n’avons trouvé aucune trace de consultations sur ce sujet dans les archives. Les comportements malthusiens peuvent aussi être lus de manière positive ; révélateurs de l’autonomie des femmes et des couples face aux exhortations natalistes, ils stimulent les pouvoirs publics qui se montrent de plus en plus soucieux de « protéger », selon le terme constant de l’époque, les mères et leurs enfants.

Notes

5 AMSE 3 Q 67.

6 AMSE 3 Q 53-55.

7 Association française pour l’avancement des sciences, XXVIe section, Saint-Etienne, 1897, t. 3, p. 155.

8 ADL 4 U 8-20, Arrêts de la Cour d’assises de la Loire, 1845-1938.

9 ADL 4 U 189 et 240.

10 ADL 4 U 157. Cette affaire est citée par Cl. CHATELARD, Crime et criminalité dans l’arrondissement de Saint-Etienne, 1820-1914, Saint-Etienne, 1981, p. 91.

11 A. FINE, « Savoirs sur le corps et procédés abortifs au XIXe siècle », Dénatalité, l’antériorité française, 1800-1914, Communications no 44,1986.

12 ADL 4 U 16, Arrêts de la cour d’Assises de la Loire.

13 F. RONSIN, La Grève des ventres, Paris, Aubier, 1980.

14 ADL M 2059.

© Presses universitaires de Lyon, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search